Vous êtes sur la page 1sur 23
Revue M élaphysique Morale PARAISSANT TOUS LES TROIS MOIS QUARANTE-TROISIEME ANNEE — 1936 Fondateur : XAVIER LEON Librairie Armand Colin 108, Boulevard Saint-Michel, Paris (V4) QUESTIONS PRATIQUES CORPORATISME ET DEMOCRATIE (Suite et Fin'.) x Le corporatisme ot la représentation des intéréts sont liés & la négation des principes de la Révolution francaise, & la négation dela souveraineté nation: La critique « objectiviste » de Ia souveraineté nationale, des principes individualistes de la Révolution, a 616 occupation pré= 660 dos philosophes et sociologuos au cours du xix* sitcle?. La critique « objectiviste » a été commenese déja par Royer-Collard, qui a gardé les souvenirs les plus Lristes de la souveraineté du pouple *. Les doctrinaires francais, afin de ne pas laisser s'établic en France une démocratie, ont inventé cette doctrine commode do Ia liberté politique restreinte. Royer-Collard accepte ia seule souveraineté de !a raison. Toutes les doctrines anti-démocra- Vole Reous de Métaphysigue et de Morale, x» 4, £096, p, $19 2. Voir Michel, Zdae de état, Paria, 1806, 3, Royer Collard donne ls dédaltions suivantes du principe de ta souverai= «Ba itt souveraineté du peuple nest que Ia souvereinsté de i foreo..» «he peviige, le pouvoir absolu, ia souveraingté da peuple, est, sou formes diverses ot plus ou moins malhoureuses, Vempire’ dete fovee terre... »« Dés quil y a une souversinesy Hye despotismes despotewe, ity &sinon mort sash Demandor od oat ls souveralacs, c'est dire despotinta ot Qbclarerqu'en Test» (oir Rémond, Royerotlard, con sssad sur un ayatome pottgue Pan , 6 et suv. — Gl Michel, oe, p. 391 ot sulv.;JosepkeBarthsieany. duction ds rigime partementaive on France, Pati, 804, p. 189, 9) ‘a souveraineté dela raison eal une formule encore tolas ddsontrable 380 REVUE DE METAPHYSIQUE ET DF MORALE. Liques du sax® sigole en France ne sont que des variantes de cette affirmation doctrinaire'. Ala fin du xix" sitele et au début du xx", les doctrines anti- démocratiques? — do gauche et de droite — continuent & com- battre les prineipes de la Révolation francaise. Les théoriefens hostiles & la Révolution ont exposé une doc- trine élégante, quia méme pu paratlre progressive, de In souve- raineté du droit. Crest & cette époque que les théoriciens tentent de démontrer que 1a Joi n'est pas le droit, ni Vexpression de la volonté nationale, qu'elle peut étre mauvaise et doit étre contro Ge par le Droit qui est le seul critérium supréme de la légalité d'une régle, que ce n'est pas son vote par Ie parlement mais sa conformilé aux regles supérieures du Droit qui imporle?. A Yaide de cette théorie, on a pu critiquer la législation de la Répu- blique; on a pu démontrer que certaines lois sont eontraires & la ragle objective. 4qus Je souveroineté netionele, Dans Ia conception de Ia souvorainel® natio- fale, a moins, iy a des flomonts objectifs— suffrage universe, Ie principe beprlachlaif, ce, | on, la souversinet6 dela raison peut Eire interpret par ‘hacun selon ses convictions polliquec, pilesophiques et morales. Comment (peuten cousidérer cee formule comme un prinelpe objectif quand son Enteur a etd auecesstvement roysliste, ropublicla et de nouveau royaliste? Tt trosalt toujours ceperd souveralneld dele raison! Fuutl penser que Choque folz quil chongeeil sea eonvielions politique, Ia « Falsea » changeait jen de direction? Y sveitil uno doctrine ches les dovtrasires (Ci ey p-204), {Dans Ftetoire de la plilosophie politique, it faut toujours recheroher les causes hisloriques — palitigues et sociales = gal oat pe influence tel ou te ‘Auteur & tlle ou tlle spoque, Polstaire doa plloophie politiqu Teugement 4 trop souvent peéeentee comme une suite de pensées Or, it existe pas de pensco abstaite ot dovintéreseée dens cele ma plitocophie politique exprime le ‘2, Gur le rile de la scence juridique dans la démocratie, voir Nii, La Démo- vai, 1, Pari, 1988, p. 494 et sur. 3. Ch. Deceneiero-Fervandldre: « D'aillurs, st You satiache non plus atx ‘véoemente de Thistoire genértle, male aux doctrines de phflosaphie sociale et juridique considérées en ant que flts historiqaes, on w'percesra facllement fi veel que lee doctrines qui endent & faire prevaloir le fond sur le forme, aqui rejettent b Terstreplen le probldme do Teutarts,ceractrisent ee qu'on Dpeler les périodes de « démolllon >. Coe dactrines eoot les outs dont Baise ser pour Fuiner le respect de Tautovté éuabllo aupres de « eile peor Sante s- Tel fat, au aya side, le role do la dvotring du dralt naturcl, ul Falna ie droit divin ot le respect do la monarchle absolve. Px Rousteaa ct a Javobine vinreat ensuite, qu remirent en honneurle respect de Tautort Fautorité nouvelle, celle dela yolonts générale sexprimant dans fa lol. Tel ext tujourd’hul, 4 Yégerd de ia Democratic, Ie 6le de TEeole du drott naturel ou fationnel el celut das pritendue posilivistes og aoldaristes & Ia fagon du ‘open Dugult. Si grandes quo sent les diféroncs, purement doctrinal, qul bre; woe ‘dées dominantes deson milieu. Ellesert une