Vous êtes sur la page 1sur 6

Réaliser : HMOUT

par: HMOUT
Réaliser par HAKIM
HAKIM étudiant
Etudiant chercheur
chercheur à l’enset mohamedia
à l’enset Media

Les principales théories de la firme

Introduction

 Ronald coase 1910 et les couts de transactions

A partir de son article la nature de la firme de 1937 R .coase fonde la théorie contractuelle
de l organisation.

Il constate qu’ l intérieur des firmes le fonctionnement diffère de celui du marché (pas de
prix)

Une firme existe pour limiter les couts de transaction (les couts ignorés par l analyse
standard) induits par le recours au marché. (Couts d information couts de négociation cout
de contrôles liés aux contrats Tant que les couts d organisation internes à la firme sont
inferieurs aux couts de transactions on préférera agir en interne

1) La nouvelle orthodoxie la vision contractuelle de la firme

De ce qui précède on peut conclure que coase est le point de départ de la conception
de la perspective contractuelle de la firme.

Dans cette vision, la firme s’analyse comme un système particulier de relations


contractuelles ; elle est un nœud de contrats entre individus.

Dans cette vision on distingue 3 théories principales de la firme

 La théorie des couts de transactions (coase et OliverWilliamson)


 La théorie de l’agence
 La théorie des contrats incomplets et des droits de propriétés

a) La théorie de couts de transaction

Oliver E Williamson (1932) prolongera l’analyse des couts de transaction de coase l’objectif
de ce prolongement est de tenter à répondre aux questions posées par coase

Pourquoi certaines activités sont réunies dans la firme plutôt que d être cordonnées par le
marché ?

Qui explique le choix et limites d’internalisations ?

Qui différencie la coordination par la firme et la coordination par le marché ?

Williamson se distingue des approches néoclassiques par ses hypothèses sur les
comportements des agents économiques (l’opportunisme et la rationalité imparfaite)

1
Pour williamson, afin de minimiser les couts de transactions et pour faire face à
l’incertitude(il se réfère a la rationalité limité de HERBERT SIMON ) des arrangements
institutionnels sont élaboré par les acteurs a travers des contrats plus aux moins implicites
pour gérées les échanges.

La théorie des couts de transactions met l’accent sur les problèmes post contractuels
(problèmes qui apparaissent après signature des contrats).

L’incomplétude de ces dernier (rationalité imparfaite) permettre les comportements dits


opportuniste (la manipulation de l information par les agents)

On peut donc dire que l’opportunisme et la rationalité imparfaite sont les problèmes
essentiels pour williamson. (La question c’est comment s’en protégé ??)

L’acuité du problème s’aggrave quant la transaction demande un actif spécifique (un actif
spécifique est un actif non réutilisable en dehors de la transaction)

Dans ce cas chaque partie du contrat peut craindre qui y ait hold up et qui dit hold up dit
que la transaction nécessite un actif de haute spécificité alors il vaut mieux d’internaliser
qu’externalisé

Parmi les avantages de l’internalisation des activités envisager par williamson est d’accroitre
la capacité d’adaptations de la firme à son environnement donc de favoriser, en quelque
sorte, une efficience dynamique.

D’ou l importance donné dans cette perspective aux actif spécifique elle à été largement
discutée

La théorie des couts de transaction propose deux théories de la firme « la théorie du hold up
et la théorie de l’adaptation »

En fin on peut dire en s’appuyant sur les avantages de l’intégration citée par Williamson que
la théorie des couts de transaction n’est pas loin d’approcher les analyses des aptitudes et
des habitudes. Mais elle ne peut pas, en fait, sauter le pas, dans la mesure où elle reste
prisonnière d’une perspective contractuelle qui ne lui permet pas de traiter de la dimension
productive de la firme. (C’est là incontestablement, une de ses limites importantes
qu’elle partage avec les différents abords contractuelles)

2) droit de propriété et relation d’agence : le maintien des fondements analytiques


néoclassiques

A la suite de la problématique de coase, les néoclassiques vont essayer d’aller au delà de la


représentation très bornée de la firme dans l’analyse conforme mais sans remettre en cause
leur postulat comportemental (la rationalité illimitée)

Cela a été fait en développant une théorisation qui s’appuie sur deux corps d’analyse
complémentaires les droits de propriété et la théorie de l’agence

La théorie du droits de propriété et au centre de l’approche néoclassique des institutions

Cette théorie se résume dans la question suivante :

2
Comment les droits de propriété agissent sur les comportements individuels et sur
l’efficience des systèmes économiques ??

Un bon système de droit de propriété est celui qui permet

 d une part de profiter des avantages de spéculation,


 D’une autre part qui assure un système efficace d’incitation.

L’objectif étant de démontrer que la propriété individuelle privée est la plus efficace parce
qu’elle permet une appropriation personnelle des gains qui incite chaque acteur à être le
plus efficace possible. Avec une approche smithien qui suppose que les gains individuels
s’additionnent pour maximiser le surplus total dans cette perspective ‘’ les firmes qui ne
distribuent leurs revenus sont inefficace.

Pour la théorie de l’agence qui constitue le cœur de la vision de l’entreprise proposée par la
pensée néoclassique elle est à la base du concept de gouvernance d’entreprises (concept
utilisé pour toutes situations de gestion de conflits d’intérêt .on parle de la gouvernance
pour la gestion de biens publics mondiaux comme l’eau, ou encore de gouvernance locale
autour d’un territoire, par exemple un quartier.)

 Il semble que cette théorie est en contraste a l’idée de coase qui affirme que la firme
est une réponse aux échecs du marché et comme une conformation organisationnels
distincte du marché voir antinomique a ce dernier

L’analyse de la firme proposée repose sur la notion de relation d’agence, qui sert à
formaliser les relations entre des individus ayant des intérêts différents, et à déterminer des
contrats incitatifs optimaux adaptés aux situations les plus diverses.

Pour Jensen et Meckling, les organisations, et notamment la firme, ne sont rien


d'autres que des « fictions légales qui servent comme nœud pour un ensemble de relations
contractuelles entre des individus »

Cette vision générale de la firme comme « nœud de contrats » va chez les auteurs
précités s’opposer à coase dans les points suivants

 Pas d’opposition entre firme et marché


 La firme est un système contractuel spécifique
 La firme est un marché privé
 Dans la firme pas de relation d autorités

L’idée de base de la théorie de l’agence : en raison des divergences d’intérêts entre


individus les relations dans les organisations s’accompagnent nécessairement de conflits
inducteurs de couts.

De ce qui précède on peut dire que

Théorie de l agence + théorie du droit de propriété = cadre d’analyse standard des questions
d’organisation dans les approches néoclassique.

3
Théorie des contrats incomplets et (nouvelle) théorie des droits de propriété

La théorie des contrats incomplets développée par Crossman, Hart et Moore, se présente,
en premier lieu, comme un essai de formalisation rigoureuse de l’analyse de l’intégration par
la théorie des coûts de transaction.

Cela est affirmé dans les points suivants

 La Reconnaissance de l’opposition entre firme et marché par ladite théorie


 Et que la firme se caractérise bien par l’existence d’un pouvoir d’autorité sur les
salariés

L’apport de cette théorie est que

Elle se propose ainsi précisément d’ajouter à la théorie des coûts de transaction la prise
en compte du rôle des droits de propriété

o Le point de divergence entre cette théorie et la théorie des couts de transactions est
que cette théorie va conserver les hypothèses comportementales standards : les
agents sont supposés être parfaitement rationnels et maximisateurs.

o Dans cette théorie l’incomplétude des contrats n’est pas due à la rationalité limitée
des agents puisque il conserve les hypothèses comportementales standards.

o Pour elle Il y a donc contrat incomplet, dans la mesure où certains engagements ne


sont pas vérifiables (même s’ils peuvent être parfaitement observables par les parties
contractantes

o Pour les auteurs de cette théorie L’'importance de la propriété dérive directement


de l'incomplétude des contrats.

Le paradoxe de cette théorie se résume comme suit.

 L incomplétudes du contrat n’est pas dû à la rationalité limité car pour elle l’individu
est supposé parfaitement rationnel.

2. UNE VISION ALTERNATIVE : LA FIRME COMME « NOEUD DE COMPETENCES »

Explicitement distincte, voir opposé sur des points essentiels aux visions contractuelles de la
firme Une approche de la firme mettant au centre la question des compétences une
véritable alternative à l’approche contractuelle.

Les Trois Origines et les Trois Sources de l’approche

 les propositions posées au cœur de l’approche behaviouriste


 les travaux de Penrose
 l approche évolutionniste

4
Les propositions posées au cœur de l’approche behaviouriste

La théorie behaviouriste de la firme s’est constituée en rejetant le postulat de la rationalité


parfaite (Herbert Simon) au lieu de l’idée qui affirme que la firme est capable de produire
des réponses automatiques et rationnelles permettant de satisfaire aux contraintes à son
environnement

La question centrale qui s’est posée d’éclaircir comment s’effectue le processus de


prise de décision ? De quels dispositifs internes de traitement des informations dispose-t-elle
pour fournir les réponses aux questions qui lui sont posées ? Les investigations qui
constituent le socle de la théorie behaviouriste.

Les travaux de Penrose et l’approche behaviouriste


Penrose en résonance aux travaux de Chandler est le premier à poser qu’au-delà de
la seule gestion des informations la firme se présentent aussi comme une collection
des ressources.
 La découverte des ressources dont la firme est le lieu constitue le champ de
la procréation de l’approche évolutionniste qui constitue la troisième source
de l’enrichissement de LABC

Les auteurs de l’approche évolutionniste sont Nelson et Winter, Dosi, Marengo,

Pour ces auteurs la firme est une « répertoire »et un processeur de connaissances et
compétences »

De La firme comme nœud de contrat à la firme comme nœud de compétence

L ABC est constitue de différents réflexions qui ne sont pas portées sur les mêmes points, et
partant ne conduisent pas nécessairement vers les mêmes propositions ou conclusions
quant à ce qui constitue le cœur de la firme.

L’apport de Penrose : la firme comme lieu de gestion et de création de ressources


intangibles

Penrose et Chandler : la firme n’est pas seulement un lieu de traitement des informations
mais aussi un lieu de déploiement des compétences spécifiques

Chandler : Chandler soutien cette thèse qui met en évidence un changement de forme de la
firme qui de unitaire devient multidivisionnelle a l’intérieur des nouveaux type de firme
Chandler a opéré ce qu’il désigne la main visible contre la main invisible du marché.

Pour toutes ces raisons on comprend que pour Penrose le rôle clé est tenu par la « structure
administrative » mise en place par le management et sa propre habileté à en tirer partie.
(Penrose se sépare ici de l’approche néoclassique)

Cette séparation s’affirme doublement

 D’une part elle insiste à l’allocation des ressources au sein de la firme résultent de
choix volontaires et discriminants des managers
 D autre part l’activité des managers ne se réduit pas par l’allocation des ressources

5
La vision de penrose constitue la base de la théorie du management stratégique ainsi de la
théorie des compétences cœur

La théorie des compétences cœur chaque firme se distingue par ses compétences
cœur. (Capacités d une firme à bien utilisé ces ressources)

Le développement évolutionniste : la firme et ses routines comme structures de résolution


de problèmes et comme processeur de connaissances

Les apports de ce courant à la théorie de la firme sont multiples ils se résument dans les
deux propositions solidaires suivantes

 Les firmes sont des réservoirs de compétences (outil de traitement et de gestion des
connaissances
 cette possession des firmes tient elle-même au fait que ce qui la structure et la
caractérise consiste en un ensemble de routines, qui constituent autant de
procédures de résolution de problèmes ; chaque firme se distingue des autres par
l’ampleur et la nature du réservoir des aptitudes qu’elle couvre.

Les évolutionnistes vont rendre compte à La « variété » est ainsi essentielle au monde des
firmes

Les évolutionnistes contribuent en effet de manière décisive à asseoir la thèse l’idée que la
firme n’est pas seulement un processeur d’informations, mais aussi un lieu de gestion de
connaissances.