Vous êtes sur la page 1sur 12

SEQUENCE :

Apprendre à frapper et à dénombrer les syllabes qui composent un mot et à utiliser


un codage visuel pour les représenter.

CENTRATION DE L’ATTENTION DES ELEVES :


Sur les procédures efficaces pour dénombrer des syllabes.

1 – Présenter l’objectif :
Apprendre à compter le nombre de « morceaux de
mots » (syllabes) contenus dans un mot.

2 – Explicitation de la tâche :
Dire aux élèves : « Je vais dire le nom d’un animal. En même
temps, pour chaque morceau de mot, je vais taper dans mes
mains pour vous aider à compter les syllabes. A chaque fois que je
tape dans mes mains, vous lèverez un doigt. A la fin, vous devrez
compter le nombre de doigts levés pour pouvoir dire combien il y a
de syllabes dans le mot. »

3 – Enoncer le modèle et formuler la consigne :


Dire aux élèves : « Mon modèle c’est LAPIN. Maintenant, je vais
dire le mot LAPIN, en séparant bien chaque morceau : LA –PIN et
en frappant en même temps dans les mains. J’ai tapé deux fois. Je
dois voir deux doigts levés. Donc, il y a deux morceaux de mot
dans le mot LAPIN : le morceau LA et le morceau PIN ».
Je prends un jeton (ou gommette, ou …..) pour le morceau LA et un
TACHE autre jeton pour le morceau PIN (les positionner au fur et à mesure sous
PRINCIPALE l’image au tableau).
Il y a deux jetons, donc LAPIN a deux morceaux de mot, donc deux
syllabes LA et PIN.

4 – Traiter un ou plusieurs exemples avec la maîtresse pour


une meilleure compréhension de la consigne :
§ Même situation avec les mots (sous forme d’images) : MAISON –
CHAT – CHOCOLAT – BALLON – KANGOUROU……
 à la fin de l’activité garder trois mots – références avec 1, 2 et 3
syllabes.

5 – Mise en activité des élèves :


§ Rappeler les trois mots – références avec le nombre de syllabes
correspondant.
Dans ma boîte, il y a des images. Je vais dire un par un les mots
correspondant à ces images ; ils pourront avoir 1, 2 ou 3 syllabes
(voire 4 syllabes, avec des élèves de GS). Ensemble, on comptera le
nombre de syllabes de chaque mot et on placera l’image sous le
modèle correspondant.

KIEFFER Edith (circonscription de St-Lô 3) – LEBLOND Odile (circonscription de St-Lô 1)


Exemples : MOUTON – CHEVAL – MAIN – ELEPHANT –
CHAMPIGNON – VELO – CROCODILE – CHAT – CHIEN –
LION – TELEVISION -

à Demander aux élèves de dire tout ce qu’ils doivent faire pour


compter le nombre de syllabes d’un mot :
- bien écouter le mot dit par la maîtresse,
- lever un doigt à chaque frappé de mains,
- puis compter le nombre de doigts levés.

1 – Présentation de la nouvelle tâche aux élèves :


Annoncer aux élèves que l’on va encore apprendre à compter le
nombre de morceaux de mots ou syllabes dans un mot, mais cette
fois ce sont eux qui taperont les syllabes avec les mains.

2 – Situation 1
« Je vais mettre une image au tableau. Je vais demander à un
enfant de dire le mot correspondant à l’image, puis de le redire
lentement en le coupant en morceaux. Les autres devront lever un
doigt pour chaque morceau de mot. L’enfant désigné dira combien
de syllabes a le mot.
Ensemble, on vérifiera ».

TACHE DE  Mise en situation des élèves :


TRANSPOSITION Alterner des mots contenant un nombre différent de syllabes.
Corriger et faire justifier systématiquement.

3 – Situation 2
« J’ai apporté 3 boîtes. Ces boîtes vont nous servir à faire des
familles de mots : la famille des mots d’1 syllabe, la famille des
mots de 2 syllabes, la famille des mots de 3 syllabes….
Pour bien se rappeler que cette boîte est la boîte des mots à 1
syllabe, je mets l’image du CHAT et la constellation à 1 point… »

 Mise en situation des élèves :


Distribuer une image à chaque enfant, qui, à son tour, devra dire le
mot puis le scander et, enfin dire le nombre de syllabes et le placer
dans la boîte correspondante.

4 – Situation 3
« J’ai mis des images au tableau. Vous devrez trouver tout seul un
mot qui contient le nombre de syllabes que je vous dirai. »

 Mise en situation :
Après avoir présenté et nommé les différentes images, l’enseignant
demande de trouver un (ou des) mot(s) contenant X… syllabes.
Pour chaque proposition, l’enfant doit dire le mot, frapper le nombre
de syllabes qu’il contient.
 En cas d’erreur, corriger.

KIEFFER Edith (circonscription de St-Lô 3) – LEBLOND Odile (circonscription de St-Lô 1)


Organisation pédagogique :
3 groupes :
- 1 groupe avec l’enseignant pour reprendre une ou des
TACHE DE situations travaillées précédemment,
TRANSFERT - 1 groupe en autonomie en travail individuel : ranger dans un
tableau à 3 colonnes (1 point, 2 points, 3 points) des images
en fonction du nombre de syllabes,
- 1 groupe en autonomie : même tableau, mêmes images
mais travail par deux.

KIEFFER Edith (circonscription de St-Lô 3) – LEBLOND Odile (circonscription de St-Lô 1)


OBJECTIF DE LA SEQUENCE :
Apprendre à comparer des syllabes isolées et à identifier une syllabe en début de
mot.

CENTRATION DE L’ATTENTION DES ELEVES :


Sur les procédures efficaces pour comparer des syllabes et les identifier.

1 – Présenter l’objectif :
Apprendre à comparer des morceaux de mots pour dire s’ils sont
« pareils » ou « pas pareils »

2 – Explicitation de la tâche :
Dire aux élèves : « Je vais dire un morceau de mot ; ce sera le
modèle. Il faudra le mettre dans sa tête pour pouvoir dire si les
autres morceaux de mots sont « pareils » ou « pas pareils »

3 – Enoncer le modèle et formuler la consigne :


Dire aux élèves : « Mon modèle est RA . Maintenant, je vais dire un
autre morceau de mot. Si c’est le même bruit, si c’est RA, vous
levez la main ; si ce n’est pas le même bruit, si ce n’est pas RA,
vous ne bougez pas ».

4 – Traiter un ou plusieurs exemples avec la maîtresse pour


une meilleure compréhension de la consigne :
§ « Mon modèle est RA. Je dis MI. Est-ce qu’on entend pareil ?
Non. On n’entend pas pareil : RA – MI. Alors, je ne bouge pas.
TACHE § « Mon modèle est RA. Je dis RA. Est-ce que l’on entend pareil ?
PRINCIPALE Oui. On entend pareil : RA – RA. Alors, je lève le doigt.

5 – Mise en activité des élèves :


§ Rappeler le modèle RA puis prononcer POU et observer la
réaction des élèves. Demander aux élèves qui ont levé la main de
justifier : le modèle est RA, POU n’est pas pareil que le modèle ;
donc, je ne lève pas le doigt.
§ Alterner les cibles identiques au modèle (RA) et d’autres cibles
très différentes : RA, BOU, RA, TU, RO, RA, SI… Corriger et faire
justifier systématiquement.
Ne pas hésiter à redonner plusieurs fois le modèle.

§ Recommencer l’activité en changeant plusieurs fois de modèle BI


- CHOU - TO.

à Demander aux élèves ce que ce changement de modèle les


oblige à faire : effacer le 1er modèle RA de sa mémoire, remettre un
nouveau modèle dans sa tête BI et lever le doigt si le morceau de
mot dit est pareil.

1 – Présentation de la nouvelle tâche aux élèves :

KIEFFER Edith (circonscription de St-Lô 3) – LEBLOND Odile (circonscription de St-Lô 1)


Annoncer aux élèves que l’on va encore comparer des morceaux
de mots et travailler avec le modèle RA. Mais cette fois, on lèvera
le doigt si on entend RA au début du mot.

2 – Traiter un exemple pour assurer la compréhension :


« Mon modèle est toujours RA. Si je dis RATEAU. Est-ce qu’on
entend RA au début du mot RATEAU ? Oui, alors on lève le
doigt. »
Mon modèle est RA. Je dis VELO. Est-ce qu’on entend RA au
TACHE DE début du mot VELO ? non. Alors, on ne bouge pas.
TRANSPOSITION
3 – Mise en situation des élèves :
§ Proposer des listes intégrant le modèle ou pas :
RASOIR – MAISON – LUNETTES – RADIS – RACONTER –
COCHON – RADIATEUR – POULE – RADIO – GUITARE –
RAMASSER – BOUTON – RAQUETTE – RAME – RACINE –
VOITURE - RACINE.

5 – Réflexion méta :
Sur la procédure de comparaison : pour pouvoir trouver le modèle
dans la liste des mots donnés par la maîtresse, il faut bien garder le
modèle dans sa tête et bien écouter tous les mots que dit la
maîtresse jusqu’au bout.

6 - Même situation que ci-dessus, en changeant de modèle – ex. :


BI.
Alterner des mots commençant par BI et d’autres commençant par
d’autres syllabes :
BICYCLETTE – BIDON – CHATEAU – BISON – BILLE – MAISON
– BICHE – BIBLIOTHEQUE – RATEAU – BILLARD – BISCUIT
L’enseignant donne une syllabe initiale modèle.
TACHE DE
TRANSFERT Les élèves doivent trouver un ou des prénoms de la classe
commençant par cette syllabe – modèle.

OBJECTIF DE LA SEQUENCE :

KIEFFER Edith (circonscription de St-Lô 3) – LEBLOND Odile (circonscription de St-Lô 1)


Apprendre à localiser une syllabe dans un mot.

:
CENTRATION DE L’ATTENTION DES ELEVES :
Sur les procédures efficaces pour identifier et localiser une syllabe dans un mot
bisyllabique
Sur les mots utilisés pour désigner la place de la syllabe : avant/après, au début/
à la fin, la première/la deuxième.

1 – Présenter l’objectif :
Apprendre à trouver la place de la syllabe dans un mot.

2 – Explicitation de la tâche :
Dire aux élèves : « Je vais dire un mot et vous allez me dire le
morceau de mot que l’on entend au début, pour s’aider je vais
frapper chaque syllabe. Pour chaque syllabe, vous lèverez un
doigt, après il faudra retrouver la syllabe correspondant à chaque
doigt et enfin dire la syllabe du début (la 1ère syllabe) .
Par exemple, si je vous dis BATEAU : je vais frapper 2 fois BA-
TEAU ; vous lèverez d’abord un doigt pour la syllabe BA puis un
autre doigt pour la syllabe TEAU et enfin vous me direz le morceau
de mot qui correspond au 1er doigt levé. » .

3 – Traiter un ou plusieurs exemples avec la maîtresse pour


une meilleure compréhension de la consigne :
« Je vous dis SOLEIL, combien de doigts levés ?donc combien de
syllabes ?quelle est la syllabe qui correspond au 1er doigt levé ?
SO est la syllabe qui est au début du mot SOLEIL.
TACHE
PRINCIPALE 5 – Mise en activité des élèves :
§ Continuer de la même façon avec d’autres mots bisyllabiques,
exemples : SOURIS, CHATON, TAPIS, PHOTO, CADEAU,
CHEVAL, LAPIN, GATEAU, BUREAU ……
- d’abord l’enseignant avec les élèves
- ensuite les élèves seuls.

§ Recommencer l’activité avec des mots trisyllabiques ;


exemples : CHAMPIGNON, PANTALON, CHOCOLAT,
CROCODILE , PAPILLON, CHAPITEAU, ESCALIER ,
FABRIQUER, MATERNELLE, CONFITURE, CANARI,
PERROQUET, CANAPE, CERISIER, SALSIFIS, LIMONADE,
ECUREUIL, PARASOL, DOMINO….

à Demander aux élèves ce que ce changement de mots (passage


de 2 à 3 syllabes) les oblige à faire : lever 3 doigts et se souvenir de
la 1ére syllabe (correspondant au 1er doigt levé).

1 – Présentation de la nouvelle tâche aux élèves :


On va continuer à rechercher une syllabe dans un mot, mais cette

KIEFFER Edith (circonscription de St-Lô 3) – LEBLOND Odile (circonscription de St-Lô 1)


fois ce ne sera plus la syllabe du début (la 1ère syllabe) mais la
syllabe de la fin (la dernière syllabe).

Dire aux élèves : « Je vais dire un mot et vous allez me dire le


morceau de mot que l’on entend à la fin. Pour vous aider, je vais
frapper chaque syllabe. Comme avant, pour chaque syllabe, vous
lèverez un doigt ; après il faudra retrouver la syllabe correspondant
à chaque doigt et enfin dire la syllabe de la fin du mot. .
TACHE DE Par exemple, si je vous dis BATEAU : je vais frapper 2 fois BA-
TRANSPOSITION TEAU ; vous lèverez d’abord un doigt pour la syllabe BA puis un
autre doigt pour la syllabe TEAU et enfin vous me direz le morceau
de mot qui correspond au dernier doigt levé TEAU. » .

2 – Traiter un exemple pour assurer la compréhension :


« Je vous dis SOLEIL, combien de doigts levés ? 2 , donc combien
de syllabes ? 2. Quelle est la syllabe qui correspond au dernier
doigt levé ?
LEIL est la syllabe qui est à la fin du mot SOLEIL.

3 – Mise en situation des élèves :


§ Continuer de la même façon avec d’autres mots bisyllabiques,
exemples : SOURIS, CHATON, TAPIS, PHOTO, CADEAU,
CHEVAL, LAPIN, GATEAU, BUREAU ……
- d’abord l’enseignant avec les élèves
- ensuite les élèves seuls.

§ Recommencer l’activité avec des mots trisyllabiques ;


exemples : CHAMPIGNON, PANTALON, CHOCOLAT,
CROCODILE , PAPILLON, CHAPITEAU, ESCALIER ,
FABRIQUER, MATERNELLE, CONFITURE, CANARI,
PERROQUET, CANAPE, CERISIER, SALSIFIS, LIMONADE,
ECUREUIL, PARASOL, DOMINO….

à Demander aux élèves ce que ce changement de mots (passage


de 2 à 3 syllabes) les oblige à faire : lever 3 doigts et se souvenir de
la dernière syllabe (correspondant au dernier doigt levé).

4 – Réflexion méta :
Sur la procédure d’identification de la 1ère ou dernière syllabe : pour
trouver la 1ère ou la dernière syllabe d’un mot :
- je lève un doigt pour chaque morceau de mot
- je dis le morceau de mot correspondant à chaque doigt
- la 1ère syllabe ou la syllabe du début du mot correspond au
1er doigt
- la dernière syllabe ou la syllabe de la fin du mot correspond
au dernier doigt.

- Mêmes situations que ci-dessus à partir des prénoms des


TACHE DE élèves de la classe.

KIEFFER Edith (circonscription de St-Lô 3) – LEBLOND Odile (circonscription de St-Lô 1)


TRANSFERT
Autres situations :
 Retrouver la syllabe initiale ou finale pour reconstituer un mot
bisyllabique, en s’appuyant sur des images disposées devant les
enfants.

Avant de commencer le travail, nommer les images affichées au


tableau.

Consigne :
« Je vais dire des mots, mais il en manquera un bout, ce sera à
vous de trouver le mot que j’ai choisi.
Exemple : « Je vais commencer en disant le morceau du début du
mot :
- je dis BOU, quel est le mot que j’ai choisi ?: BOUTON
- oui parce que BOUTON commence bien par BOU,
- alors quel est le morceau qu’il a fallu coller à BOU pour que
cela fasse BOUTON ?

Continuer avec d’autres mots bisyllabiques (voir annexe


« images »)

 Poursuivre en donnant la syllabe finale (voir annexe idem)

 Poursuivre en constituant des paires (à partir d’images) :


- soit commençant par la même syllabe :
CITRON / CISEAUX – BOUTON / BOUGIE – SOLEIL /
SOLDAT – BALLON / BANANE
- soit finissant par la même syllabe :
MANTEAU / BATEAU – TRACTEUR / FACTEUR – COCHON /
BOUCHON – SOURIS / CANARI – SAPIN / LAPIN –
VOITURE / CONFITURE – ABEILLE / CORBEILLE -

KIEFFER Edith (circonscription de St-Lô 3) – LEBLOND Odile (circonscription de St-Lô 1)


OBJECTIF DE LA SEQUENCE :

KIEFFER Edith (circonscription de St-Lô 3) – LEBLOND Odile (circonscription de St-Lô 1)


Apprendre à transformer un mot en ajoutant une syllabe.

:
CENTRATION DE L’ATTENTION DES ELEVES :
Sur le maintien de la règle de transformation quel que soit le mot.

1 – Présenter l’objectif :
- Rappel de ce qui a été appris précédemment : ex. « on a
appris à couper les mots en morceaux qu’on appelle des
syllabes, on a appris à compter le nombre de syllabes dans
un mot…. »
- Présenter le nouvel objectif : « Maintenant, nous allons
apprendre à transformer des mots en leur ajoutant une
syllabe » : on va fabriquer des mots qui n’existent pas..

2 – Explicitation de la tâche :
Dire aux élèves : « Je vais prononcer une syllabe. Ce sera la
syllabe modèle qu’il faudra ajouter à la fin de tous les mots que je
vais vous dire ».
Exemple :
« Voici la syllabe : c’est la syllabe RA. Maintenant je vous montre
une image : c’est une MAISON. Je vais ajouter RA à la fin du mot
MAISON ; cela fait donc MAISON-RA ».

3 – Traiter un ou plusieurs exemples avec la maîtresse pour


TACHE une meilleure compréhension de la consigne :
PRINCIPALE Traiter deux autres exemples en gardant la même syllabe RA à
ajouter à la fin des mots SOURIS et LAPIN (mots représentés par des
images).
SOURIS-RA
LAPIN-RA

5 – Mise en activité des élèves :


 Présenter une image BALAI. Rappeler la syllabe – modèle à
ajouter à la fin du mot RA.
Poser l’image au tableau et l’étiquette (vierge) qui matérialise la
syllabe RA.

Demander aux élèves de dire le nouveau mot : BALAI – RA.

 Continuer en utilisant des images de mots à 1 syllabe, puis 2


syllabes et 3 syllabes.
Corriger et justifier systématiquement. Ne pas aller trop vite .
Redonner fréquemment la règle : on ajoute RA à la fin du mot.

KIEFFER Edith (circonscription de St-Lô 3) – LEBLOND Odile (circonscription de St-Lô 1)


 Poursuivre ce travail, en changeant la syllabe – modèle à coller à
la fin du mot : LU – MI ;;;

à Demander aux élèves ce que ce changement de syllabe les


oblige à faire : effacer RA de sa mémoire pour mémoriser la
nouvelle syllabe.

1 – Présentation de la nouvelle tâche aux élèves :


On va continuer à ajouter une syllabe dans un mot, mais cette fois
ce ne sera plus à la fin du mot mais il faudra ajouter la syllabe au
début du mot.

Dire aux élèves : « Je vais vous donner une autre syllabe –


modèle. Il faudra l’ajouter au début de tous les mots que je vais
dire.

2 – Traiter un exemple pour assurer la compréhension :


TACHE DE « PO est la syllabe – modèle. L’enseignant montre et affiche
TRANSPOSITION l’étiquette correspondant à la syllabe annoncée, puis apporte une
image de «maison » et dit MAISON :

Si je colle PO au début de MAISON, cela fait PO-MAISON .

3 – Mise en situation des élèves :


§ Continuer de la même façon avec d’autres mots :
 monosyllabiques :
CHAT – PAIN – MAIN – CHIEN – LOUP – NEZ – FILLE – LION –
SINGE – …………..
 bisyllabiques :
SOURIS – CHATON – TAPIS – PHOTO – CADEAU – CHEVAL –
LAPIN – GATEAU - BUREAU – VELO – …………..
 trisyllabiques :
CHAMPIGNON, PANTALON, CHOCOLAT, CROCODILE ,
PAPILLON, CHAPITEAU, ESCALIER , FABRIQUER,
MATERNELLE, CONFITURE, CANARI, PERROQUET, CANAPE,
CERISIER, SALSIFIS, LIMONADE, ECUREUIL, PARASOL,
DOMINO….

 Poursuivre le travail, de la même façon, en changeant de syllabe


– modèle.

4 – Réflexion méta :

KIEFFER Edith (circonscription de St-Lô 3) – LEBLOND Odile (circonscription de St-Lô 1)


Sur la procédure de transformation des mots par ajout d’une
syllabe :
 Demander aux élèves ce que ce changement de place de la
syllabe - modèle les oblige à faire :
- quand la syllabe – modèle est à la fin du mot, je dis le mot
d’abord et je colle la syllabe – modèle ;
- quand la syllabe – modèle est au début du mot, je dis la
syllabe - modèle d’abord et je colle le mot.

 Mêmes situations que ci-dessus à partir des prénoms des élèves


TACHE DE de la classe : mêmes règles de transformation des mots que
TRANSFERT précédemment.

 Autres règles de transformation des mots :

1 – Répéter la dernière syllabe de chaque mot :


LAPINPIN – CARTONTON - ………………….
Idem, à partir des prénoms.

2 – Remettre à l’endroit :
- Choisir au préalable des cartes représentant des mots
bisyllabiques.
- Dire aux élèves : « Je vais choisir, en secret, une carte et je
vous dirai son nom à l’envers : en inversant les syllabes.
Pour trouver le mot secret, il faudra remettre les syllabes à
l’endroit. »
TEAU-GA  GATEAU ; SON- MAI ; CHETTE – FOUR ;
PEAU – CHA……….

KIEFFER Edith (circonscription de St-Lô 3) – LEBLOND Odile (circonscription de St-Lô 1)

Vous aimerez peut-être aussi