Vous êtes sur la page 1sur 42

Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017

2017

INTRODUCTION
Le génie civil est une discipline d’ingénierie professionnelle qui traite de la
conception, de la construction, de la maintenance de l’environnement physique et
naturel, notamment les routes, les ponts, les canaux, les barrages, les aéroports, les
canalisations et les chemins de fer.
Le génie civil est traditionnellement divisé en un certain nombre de sous-discipline,
c’est la deuxième plus ancienne discipline d’ingénierie après l’ingénierie militaire
Le bâtiment quant à lui est destiné à servir d’abri ou d’habitat et à protéger des
biens et des personnes des conditions météorologiques extérieurs.
La formation de qualité des agents du génie civil s’impose. Le technicien en génie
civil doit-être en mesure de s’adapter à toutes sortes de conception. Toutefois, la
consolidation de ces édifices nécessite une connaissance approfondie de ce
domaine. Par ailleurs, la réalisation de ces édifices peut être faite soit
individuellement, soit à travers un projet dans une entreprise. C’est dans ce
contexte que s’est déroulé notre stage au sein de l’entreprise IVOIR BUILDING &
SERVICE. L’objectif était la construction de six(06) villas duplex situées dans la
commune de cocody st Jean.
En vue de rendre compte de la réalisation des travaux durant ce stage, nous
allons dans un premier temps présenter l’entreprise IVOIR BUILDING &
SERVICES, ensuite fais l’étude du thème et enfin apporter des critiques et des
suggestions.

1
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

1ere PARTIE :

PRÉSENTATION DE LA STRUCTURE
D’ACCUEIL ET GÉNÉRALITÉS SUR LES
ŒUVRES EN GÉNIE CIVIL

2
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

CHAPITRE 1: PRÉSENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL

I. HISTORIQUE ET SITUATION GEOGRAPHIQUE

1.1. PRESENTATION D’IVOIR BUILDING & SERVICE


Créée en février 2015, l’entreprise IVOIR BUILDING & SERVICES (IBS) est une structure qui
intervient dans plusieurs secteurs d’activités.
Elle a pour objet la réalisation des travaux dans le domaine du bâtiment et des travaux publics.
Elle étend également ses actions dans le domaine de la promotion immobilière.
1.2. RÉFÉRENCES ADMINISTRATIVES
Raison sociale Ivoir Building & Service
Sigle (abréviation) I.B.S
Adresse postale 01 BP 10065Abidjan 01
Adresse géographique Abidjan-Yopougon, quartier banco nord-lot
689-ilot 72
Numéro téléphonique 23485421 / 09902529 / 40781501
E-mail Ibscontact2015@yahoo.fr
Date de création Février 2015
Capital social 1.000.000 FCFA
Forme juridique actuelle SARL
N° registre de commerce CI-TDI-2015-B-71
Régime d’imposition Réel normal d’imposition
N° compte contribuable 1534519J
N° CNPS 227 178
Références bancaires N°compte : SIB-Abidjan Siège CI007-01030-
900003416550-05

3
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

II. ACTIVITES

2.1. DOMAINES D’ACTIVITES


• Bâtiments
• Travaux publics
• Promotion immobilière
• Énergie

2.2. DOMAINE DE COMPETENCE


➢ BATIMENT
❖ Les études techniques
❖ La construction et la réalisation de bâtiment
❖ La construction d’entrepôts
❖ Les travaux de menuiserie métallique, bois et aluminium
❖ Les travaux de staff et de décoration intérieure
❖ Les travaux de carrelage et autres revêtements.
❖ Les travaux d’électricités, de plomberie sanitaire et de climatisation
➢ TRAVAUX PUBLICS
❖ Les travaux de construction de routes neuves
❖ Les travaux d’entretien de routes et pistes
❖ Les travaux de construction d’ouvrage d’art
❖ Les travaux d’assainissement et de canalisation
❖ Les travaux d’adduction d’eau potable
❖ Les travaux d’aménagement de périmètre agricole
❖ Les travaux d’aménagement et entretien d’espace vert

4
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

➢ PROMOTION IMMOBILIERE
❖ L’acquisition, la mise ne valeur et la vente de tous terrains
❖ La construction de tous immeubles sur tous terrains, tant en zone urbaine que rurale
❖ L’exploitation, l’administration de la location de tous immeubles pour le compte de tiers.
➢ ENERGIE
❖ L’exploitation minière
❖ La vente de produits pétroliers
❖ Les travaux d’électricités haute tension, moyenne tension et basse tension
❖ La fourniture et installation d’équipement d’énergie renouvelable

III. ORGANISATION

3.1. ORGANIGRAMME

L’ossature de l’entreprise se présente comme suit :

DIRECTION GENERAL (GERANT)

LE SECRETARIAT SERVICE COMPTABILITE

DIRECTEUR TECHNIQUE

CHEF DE PROJET

CONDUCTEURS DES TRAVAUX

5
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

3.2. LISTE DES EQUIPEMENTS

Numéro Type et caractéristique du matériel Nombre Provenance


1 Véhicule de liaison de marque Mazda Cx7 01 IBS
2 Pick-up TOYOTA HILUX double 01 IBS
cabine
3 Camion grue 01 Location
4 Camion benne 02 Location
5 Camion-citerne à eau 01 Location
6 Bétonnière de 360 01 IBS
7 Vibreur à béton 01 IBS
8 Marteaux piqueurs 01 IBS
9 meule 01 IBS
10 perceuses 02 IBS
11 Échafaudages métalliques de 6.00m de haut 03 IBS
12 projecteurs 02 IBS
13 Casques de protection 40 IBS
14 Chasubles (gilets de chantier) 60 IBS
15 Bottes 30 IBS
16 Lunettes de protection 30 IBS
17 Paires de gants 30 IBS
18 brouettes 15 IBS
19 Marteaux (masse) 08 IBS
20 Marteaux 06 IBS
21 burins 10 IBS
22 Pelles 20 IBS
23 Pioches 15 IBS
24 Pattes de biches 02 IBS
25 Pinces 04 IBS
26 Scies de menuisier 03 IBS
27 Niveau de maçon 05 IBS
28 Serre-joints 250 IBS
29 Cordeaux de 100 mètres 10 IBS
30 Truelles 10 IBS
31 Règles métalliques 02 IBS
32 Gamètes 20 IBS

6
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

IV. REFERENCES TECHNIQUES

MOIS/ MOIS/ IDENTIFICATION ROLE DU CONDIDAT


ANNEE DE ANNEE FINAL(E) DU MARCHE
DEPART
10 février 2015 15 aout 2015 construction d’un pavillon Entreprise générale
étudiant
Nom du maitre d’ouvrage :
ECOLE DE LA FOI DE
YAMOUSSOUKRO
15 mars 2015 30 septembre 2015 construction d’une villa Entreprise générale
duplex à cocody- rivera
attoban
Nom du maitre d’ouvrage :
SCI AAK
01 mars 2015 15 septembre 2015 construction d’une villa Entreprise générale
duplex à cocody- synaccas-
CI 2
Nom du maitre d’ouvrage :
Mme KOUAKOU
15 juillet 2015 31 janvier 2016 réhabilitation d’une villa Entreprise générale
duplex à aboisso
Nom du maitre d’ouvrage :
Mr AMON TANOH
MARCEL
15 mars 2015 15 juillet 2016 Nom du marché : Entreprise générale
construction de deux villas
duplex jumelles à cocody-
rivera attoban
Nom du maitre d’ouvrage :
SCI AAK
01 mars 2015 15 mai 2016 construction de villa duplex Entreprise générale
à cocody- bessikoi
Nom du maitre d’ouvrage :
madame ANO YA
TATIANA

7
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

CHAPITRE 2 : GÉNÉRALITÉS SUR LES GROS ŒUVRES EN GENIE CIVIL

I. GROS ŒUVRES

1.1. Définition
Le gros œuvre désigne les parties d'une construction qui constituent l'ossature de celle-ci et qui
comprennent à la fois : les éléments porteurs qui concourent à la stabilité ou à la solidité du
bâtiment et tous les autres éléments qui leur sont intégrés ou forment corps avec eux. Autrement
dit, il comprend toutes les parties d’une construction qui participent à sa solidité (la résistance à
son propre poids comme aux contraintes des éléments). Il se réalise le plus souvent en parpaings
ou en béton armé.
Il est l’âme de la maison. Si le gros œuvre n’est pas bien réalisé, la construction s’écroulera à
plus ou moins court terme. Il est donc vital de bien sélectionner ses matériaux, de choisir ses
artisans et ses entreprises avec soin et d’effectuer une maîtrise d’œuvre méticuleuse.
Il est constitué de :
✓ Terrassement
✓ Implantation
✓ Fondations
✓ Assainissement
✓ Maçonnerie (murs en élévation, enduits)
✓ Ouvrage en béton armé (poteaux, poutres, voiles, planchers, escaliers, chainages,
linteaux)
✓ Charpentes (bois et métalliques)
✓ Étanchéité

8
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

1.2. Composition et définition des composantes


1.2.1. Terrassement
Le terrassement est l’ensemble des travaux liés à l’aplanissement du sol, il consiste à décaper la
terre arable jusqu’à trouver le bon sol. Dans notre cas le terrassement a été fait à l’aide de
machines, notamment une pelle hydraulique et des camions ben pour l’évacuation des terres.

Illustration A : Terrain avant terrassements Illustration B : : évacuation des terres

1.2.2. Implantation
L’implantation d’un bâtiment permet de matérialiser sur le terrain les grandes lignes de la
construction, de situer la position des murs de façade et des murs de refend. Pour cela, on a
besoin d’un repère d’alignement (alignement des bâtiments voisins) et un repère de hauteur
(dessus des bordures de trottoir).

Illustration C: chaise d’implantation


9
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

1.2.3. Fondations
C’est l’ensemble d’ouvrages horizontaux qui supportent et transmettent directement au sol les
charges et surcharges du bâtiment assurant ainsi sa stabilité. Les ouvrages en fondations sont en
béton ou en béton armé et généralement enterrés.
a. Fouille
Dans le domaine du bâtiment, une fouille est un creusement réalisé dans le sol.Elle fait partie des
travaux de terrassement et est destinée à être remplie par le béton des semelles de fondation.
Autrement dit la fouille est le fait d’enlever ou de faire un déblai dans le but d’avoir un bon sol
d’assise pour assurer la stabilité du bâtiment.

Illustration D: fouille

b. Béton de propriété
Le béton de propriété est un béton maigre. Il est réalisé en fond de fouille afin de créer une
surface de travail plane et non terreuse. Il protège le sol des intempéries, empêche le contact
directe des semelles avec le sol et il permet aussi de travailler « au propre » d’où son nom.

10
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

c. Les semelles
Une semelle de fondation est un ouvrage d'infrastructure, généralement en béton armé, qui
reprend les charges d'une construction et qui transmet et répartit ces charges sur le sol. On
distingue les semelles isolées, que l'on retrouve au droit d'un poteaux et les semelles filantes
généralement situées sous un mur ou un voile. Les semelles doivent être posées sur un béton de
propreté exécuté dans le fond de la fouille.

Illustration E: pose de semelle isolée

d. Mur de soubassement
Soubassement est un terme d’architecture, il désigne la partie inférieure des murs d’une
construction reposant sur les fondations d’un édifice.

Illustration F: mur de soubassement

11
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

e. Le chainage
Le chaînage est un élément de renfort intégré dans les murs. Il est réalisé en béton armé. Il a pour
rôle d'assurer une liaison entre les différents éléments, pour les rendre solidaires et empêcher le
soulèvement des angles. Il s'agit donc d'un élément essentiel à la solidité du bâtiment.

Illustration G: chainage

f. Le remblai et le compactage

- Le remblai, c’est le nivellement du sol par apport de terre, c’est le fait de remplir les vides
créer par les fouilles avec de la terre. Il a pour but d’aplanir le sol et de le mettre au même
niveau.
- Le compactage sert à chasser les vides du sol, il se fait à l’aide d’un compacteur. Il a pour
but de solidifier le sol afin d’éviter d’éventuels affaissements.

12
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

Illustration H: compactage Illustration I: remblai

g. Assainissement
Juste après le remblai, la première étape d’assainissement du bâtiment est effectuée. Il s’agit de
l’implantation. Elle consiste à matérialiser dans le bâtiment les endroits où passent les tuyaux
d’assainissement et les regards. Puis on creuse à ses endroits et on y insère les tuyaux et on les
recouvre de sable blanc et de terre.

Illustration J: pose de tuyaux

13
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

1.2.4. Murs en élévation


Un mur est une structure solide, souvent fait en brique, en pierre, ou en parpaing qui sépare ou
délimite deux espaces.
L’élévation des murs d’une maison fait pleinement partie du gros œuvre, Ce sont des murs en
agglomérés creux de 20 et de 15 cm suivant le plan d’élévation, montés sur le chaînage bas à une
hauteur donnée.

Illustration K: mur en élévation

14
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

2eme PARTIE :

ÉTUDE DU THÈME

15
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

I. MÉTHODES D’ETUDE ET REALISATION DES TRAVAUX

1.1. Situation géographique du chantier

Le projet des six (06) villas duplex se situe dans la commune de cocody st. Jean à environ 200m
derrière l’hôtel communal de cocody.

1.2. Présentation du projet

Le projet qui nous a été soumis pendant le stage est la construction de six (06) villas
duplex situées à cocody st. Jean. Ces villas duplex sont constituées chacune des pièces
suivantes :
- Rez-de-chaussée : un séjour, une salle à manger, un WC visiteur, une cuisine, une
chambre avec salle d’eau, un garage, un débarras, une cage d’escalier, une guérite
- Étage : deux terrasses étage, quatre (04) chambres avec des salles d’eau intérieure.
Ce projet a été soumis à un bureau d’étude, validé par un bureau de contrôle (SOCOTEC)
et remis à l’entreprise pour l’exécution.

1.3. Période d’étude

Notre stage a été effectué au sein de l’entreprise IVOIR BUILDING & SERVICES située
dans la commune de YOPOUGON. Elle s’est déroulée sur la période allant du 16 OCTOBRE
2017 au 31 JANVIER 2018.
Ce stage a été l’opportunité pour nous d’appréhender de fond en comble le métier du génie
civil bâtiment au sein d'une équipe compétente. Chose qui nous a permis d'accroitre notre
capacité d’apprentissage. Mais aussi approfondir nos connaissances acquises durant notre

16
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

parcours théorique, Au-delà d’enrichir nos connaissances sur le plan professionnel, ce stage a
permis de comprendre dans quelle mesure le travail dans une équipe est primordial.

II. METHODOLOGIE DE CONSTRUCTION

Il est important de noter que les travaux de décapage et de terrassement ont été réalisés par
IVOIR BUILDING & SERVICES (IBS) ; ensuite l’implantation a été menée par le géomètre qui
a procédé par la matérialisation des grands axes des bâtiments.
L’entreprise IBS avait en charge la réalisation de tous les corps d’état

2.1- IMPLANTATION
2.1.1 Matériels
- Un marker
- Des pointes 8
- Un mètre
- Un marteau
2.1.2 Déroulement des travaux
Notons qu’au début de notre stage, les chaises avaient été déjà implantées, notre travail a donc
consisté à matérialiser les axes des éléments porteurs du bâtiment, sur les chaises à l’aide de
clous.
Elle se déroule comme suit :
- D’abord le géomètre détermine les quatre extrémités de notre terrain à l’aide de quatre
jalons
- Ensuite à partir d’une des extrémités on prend un recul de deux (02) mètres, et on place le
premier axe à l’aide d’une pointe placé sur une planche horizontale appelé chaise. De plus
on positionne les autres axes à partir du premier jusqu’à délimiter complètement notre
bâtiment.

17
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

- Enfin, à partir des axes on matérialise les murs à l’aide de deux (02) pointes placées à 10
centimètre de part et d’autre de l’axe. On matérialise aussi les fouilles à l’aide de deux
pointes placées à 40 centimètres de part et d’autre de l’axe.
NB : les axes sont représentés sur la chaise par leurs symboles et des chiffres
Sur la chaise, nous avons cinq (05) points en face d’une fouille dont :
- Les deux extrémités représentent la largeur de la fouille
- La pointe du milieu représente l’axe du mur
- Les deux pointes situées de part et d’autre de l’axe représente la largeur du mur.
La photographie 1 montre un technicien notant les axes sur la chaise

Photographie 1 : matérialisation des axes sur la chaise

2.2- REALISATION DE LA FONDATION

2.2.1. LA REALISATION DES FOUILLES


Après l’implantation, nous sommes passés à la réalisation des fouilles.
On utilise la méthode de projection orthogonale pour matérialiser sur le sol les fouilles. On creuse
suivant cette projection des fouilles en rigoles pour les semelles filantes et des fouilles en trous
pour les semelles isolées ayant une profondeur de 1m50 et 80 cm de large.
La photographie 2 montre une fouille en rigole

18
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

Photographie 2 : mise en œuvre d’une fouille en rigole

2.2.2. LE COULAGE DU BETON DE PROPRIETE


Les fouilles étant réalisés, nous avons procédé à la réalisation du béton de propriété sur une
épaisseur de 5 cm (dont le niveau fut déterminé par piquetage uniformisé) et une largeur épousant
le fond des fouilles.
Le dosage du béton est de 150 kg/m3
La photographie 3 montre un béton de propriété coulé dans une fouille

Photographie 3 : coulage d’un béton de propriété

19
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

2.2.3. LA POSE ET LE COULAGE DU BETON DES SEMELLES


Dans notre projet nous avons eu à réaliser six (06) types de semelles isolées (Se0, Se1, Se2,
Se3, Se4, Se5) et un seul type de semelle filante (SF1). Celles-ci ont été posées comme suite :
- D’abord nous avons tapé le cordex pour pouvoir centrer les semelles, les poteaux et les
raidisseurs puis nous sommes passés à la pose des armatures des différentes semelles
isolées auxquelles nous avons liés les armatures de la semelle filante.
Les armatures des semelles sont posées sur des cals à béton afin de maintenir l’enrobage.
- Ensuite nous sommes passés à la pose des différents poteaux dans chaque semelle isolée,
et de quelques raidisseurs. Pour maintenir la verticale des armatures des poteaux, on
utilise des barres d’aciers qu’on scelle d’une extrémité à l’armature et enfonce l’autre
dans la terre.
- Enfin le coulage du béton des semelles
Le béton de la semelle filante est coulé avec une épaisseur de 20 cm jusqu’à engloutir tous les
piquets qui ont servi à déterminer son épaisseur. Celle des semelles isolées a été coulée à 40 cm.
Mais avant le coulage, la surface du béton de propriété est mouillée afin de permettre l’adhérence
des deux bétons. C’est un béton dosé à 350 kg/m3.
La photographie 4 montre la pause et le coulage des semelles, des poteaux et des raidisseurs.

Photographie 4 : mise en place des semelles, des poteaux et des raidisseurs

2.2.4. LE MUR DE SOUBASSEMENT


Le jour suivant la réalisation des semelles, nous avons entamé le mur de soubassement qui a été
réalisé en agglomérée pleins de 20 cm. Il a été fait à une hauteur de 10 rangs ; 5 rangs couronnés
par un premier chainage puis 5 autres rangs couronnés par un deuxième chainage.

20
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

Pour la pose des premier parpaings, nous avons relié les axes entres elles à l’aide du cordeau qui
est tendu sur la chaise d’implantation. Nous avons ensuite prit une règle plus un niveau que nous
avons placé sur l’axe des deux cordeaux (le croisement de deux cordes) pour avoir un bon
niveau. Lorsque le niveau est déterminé, à l’aide d’une pointe on trace sur le béton. L’opération
est répétée à un autre point pour avoir ainsi plusieurs traits. On se sert ensuite d’un cordex qu’on
place sur un trait et qu’on tend ensuite sur l’autre trait, lorsque le fil est bien tendu on tape au
sol pour marquer une ligne droite ( laissant un trait rouge).
À partir de cette ligne, on prend le mètre on mesure 10 de part et d’autre du trait rouge, on relit
les trait avec le cordex en faisant la même procédure.
On pose enfin la brique au milieu des deux traits extérieurs. Le début des opérations commence
par la pose des briques d’angle, la première rangée étant posée sur le mortier des fondations et
bien tassée. À chaque brique, on applique une couche de mortier sur le côté de la brique
précédente afin de consolider leur bon assemblage.
Nous nous sommes assurés de l’horizontalité et de la verticalité des murs en utilisant un niveau
de maçon, une règle métallique de 4m.
L’équerrage des angles a été réalisé à l’aide d’une équerre de maçon.
La photographie 5 montre le montage du mur de soubassement

Étape de montage du mur

Photographie 5 : réalisation du mur de soubassement

21
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

2.2.5. LE CHAINAGE BAS


Dosé à 350kg/m3, Il est réalisé comme suite:
- Le coffrage se fait à l’aide de planches plaquées sur le mur et maintenues par des serre-
joints.
- Pose d’armature dans le chainage
Le ferraillage se fait avec des aciers de diamètre 10mm
NB : Les poteaux et raidisseurs entamés depuis la fondation ont été conservés et prolongé, des
raidisseurs ont été ajoutés dans le coffrage.
La photographie 6.1 montre la réalisation du chainage bas

Coffrage Prolongement Coulage du béton


des poteaux et
raidisseurs

Décoffrage
Notons qu’après la pose d’armature, la première étape d’électrification du bâtiment a été faite. Il
s’agit de la mise à terre qui se déroule comme suit :
• A l’aide d’un câble appelé cuivre nu, on ceinture le bâtiment. Le câble est attaché aux armatures
du chainage.
• On laisse deux sorties du câble, c’est-à-dire qu’on fait sortir du chainage deux bouts du câble ;
un qui sera relié par la suite au compteur d’électricité et l’autre est relié à un piquet de terre.
22
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

• Le piquet de terre est complétement enfoncé dans le sol, est recouvert de charbon qu’on
compacte, puis on referme le tous avec de la terre. La mise à terre empêche le courant de se
propager dans les murs et planchers du bâtiment, elle isole le bâtiment du courant.
- Le coulage du béton se fait à une épaisseur de 20 cm épousant le coffrage.
La photographie 6.2 montre la mise à terre du bâtiment

Cuivre nu charbon cuivre nu dans le chainage

Piquet de terre

Photographie 6 : réalisation du chainage bas

2.2.6. LE REMBLAI SOUS DALLAGE


Notons d’abord que le dallage est un ouvrage de grandes dimensions, généralement en béton ou
béton armé, qui repose uniformément sur le sol. Avant la réalisation du dallage il faut faire le
remblai.
Notre remblai a nécessité l’apport de terre.
Cette terre a permis de combler les vides
23
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

La photographie 7 montre un engin qui verse la terre dans le bâtiment

Photographie 7 : réalisation du remblai

2.3- REALISATION DES MURS ET OSSATURES DU REZ DE CHAUSSEE

2.3.1. LES MURS EN ELEVATIONS


Ce sont des murs en agglomérés creux de 20 et de 15 cm suivant le plan d’élévation, montés
sur le chaînage bas à une hauteur de 2m20. Sous les fenêtres le mur d’allège à une hauteur qui
varie en fonction des dimensions de la fenêtre. Par convention, sous les fenêtres, le mur d’allège
est à 5 rangs ; de 7 à 8 rangs sous les fenêtres de douche. Les portes sont directement entre le
chainage bas et le chainage haut. D’autres fenêtres peuvent être mises depuis le chainage bas, ce
sont les fenêtres spéciales. Ex : la jalousie
La photographie 8 montre le montage du mur en élévation

24
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

Photographie 8 : mur en élévation


Une fois tous les murs montés, nous avons coffré et coulé les poteaux et les raidisseurs.
Les poteaux et raidisseurs sont raccordés à leurs amorces respectives par le ferrailleur de sorte à
les prolonger. Puis, on y attache des calles à béton pour respecter l’enrobage (3cm) et ils sont
coffrés par le menuisier tout en s’assurant que le coffrage soit à niveau. Ils sont enfin coulés par
le maçon à un dosage de 350 kg/m3.
La photographie 9 montre le coffrage des poteaux

Photographie 9 : coffrage des poteaux

25
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

2.3.2. LE CHAINAGE HAUT


C’est un ouvrage horizontal en béton armé réalisé directement sur les murs en élévations. Il
permet de ceinturer tout le contour du bâtiment et d’assurer sa stabilité. Il faut d’abord coffrer les
poteaux et les raidisseurs puis les couler.
Dans notre réalisation, nous avons pris le niveau d’eau (tuyau transparent, partiellement rempli
d'eau) du bâtiment.
NB : le trait de niveau est une référence qui sert à positionner en hauteur les différents
ouvrages ou éléments composant l’agencement du local (portes, faux plafond, éléments de
décorations, revêtement de sol…)
Nous avons mesuré 1m10 à partir du chainage bas, à l’aide du niveau d’eau, d’une pointe, d’un
mètre et du cordex, on a représenté cette valeur sur tous les murs dans le bâtiment (ce trait est
appelé trait de niveau)
Le linteau est la partie du chainage qui se trouve au-dessus des baies
On se réfère à ce trait pour respecter la hauteur entre le chainage bas et le chainage haut qui est de
2m50.
Les menuisiers se sont servis de mètre pour mesurer 1m20 à partir du trait pour placer les
linteaux puis 1m40 à partir du même trait pour poser les planches de fond 20 ( c’est-à-dire une
planche de 20 cm) pour faire le coffrage du chainage haut. À l’intérieur du coffrage, nous avons
posé les armatures de diamètre 10 mm, le chainage est attaché et posé dans le coffrage avec des
calles à béton. Le béton est coulé à une épaisseur de 20 cm et à un dosage de 350 kg/m3.

HAUTEUR CHAINAGE FINI 250M


HAUTEUR SOUS PLANCHE 330M
HAUTEUR PLANCHE FINI 350 M

La photographie 10 montre la réalisation du chainage haut

26
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

Trait de niveau

Pose de linteau et coffrage du chainage

Pose d’armature, coulage du béton et décoffrage

Photographie 10 : réalisation du chainage haut

27
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

2.3.3. SUITE ELEVATION


C’est un montage d’agglomérés qu’on fait sur le chainage haut.
Ici, il est fait à une hauteur de 2 à 3 rangs d’agglomérés 15 ou 20 creux selon les dimensions des
retombées de poutres qu’ils vont recevoir.
La photographie 11 nous montre le montage du mur après chainage haut

Photographie 11 : mur en élévation après chainage haut

28
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

3emePARTIE:

ANALYSES, CRITIQUES ET
SUGGESTIONS

29
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

I. ANALYSES

La réalisation d’un édifice représente pour nous une étape primordiale dans le monde
professionnelle.
Cependant la réalisation de tels travaux surtout émanant d’un projet d’une telle envergure
nécessite une implication des connaissances théoriques et pratiques.
Le terme proposé relève d’une importance complémentaire à notre formation car il portait
sur les gros œuvres que nous avons traités de façon théorique.
La réalisation des gros œuvres durant ce projet nous a apparu d’abord simple en ce sens
que de façon théorique nous avions des connaissances, toutefois sur le terrain il a fallu que des
professionnels du terrain nous aident lorsque les difficultés ont commencé à se poser. Ainsi nous
étions confrontés à certaines difficultés qui demandaient des prises de décisions techniques pour
l’avancement des travaux. Notre formation au sein d’IVOIR BUILDING & SERVICE nous a
permis de comprendre les règles de base qui sont l’assiduité, le respect de la hiérarchie et surtout
la rigueur dans l’exécution des travaux.

II. CRITIQUES

Comme toute œuvre humaine, il y a des insuffisances qui doivent être relevées et
corrigées. Ainsi tout au long de notre stage nous avons remarqué de manière générale :
- un manque de communication entre les techniciens sur le terrain, du coup chacun
fait ce qu’il veut et on constatait que certaines pièces des 6 villas n’avaient pas
les mêmes mesure il fallait à chaque fois apporter des modifications.
- La propreté n’y était pas (les pointes sont jetées de partout, les planches
également) cela causais certains accidents,
- Les stagiaires n’assistaient pas aux réunions entre technicien et superviseur
- Le retard des travaux dû aux modifications répétitives de plan

30
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

III. SUGGESTIONS

Face aux différents problèmes évoqués, nous suggérons à Ivoir Building et Services
(IBS) :
- De s’accorder sur les plans avec l’architecte et le bureau de contrôle à l’avance,
- De demander aux menuisiers et aux maçons d’arranger les outils après chaque travail
- De mettre en place une réunion entre les techniciens à chaque étape de la construction
pour éviter les mal entendus

31
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

CONCLUSION
La construction des six (06) villas duplex situées dans la commune de cocody st-jean inscrit dans
l’un des projets de la société IVOIR BUILDING & SERVICES a permis d’améliorer nos
connaissances et notre vision du monde professionnel. Ainsi au terme de ce contact avec le
monde professionnel, il est convenable d’affirmer que les objectifs visés ont été atteints. Nous
avons pu évoluer au cœur d'une structure de développeurs remplie d’une volonté sans faille pour
réaliser et atteindre les objectifs et cela en mettant tous les jours en avant nos compétences aussi
diverses qu’elles soient ; mais aussi en donnant de notre temps et de notre générosité pour
permettre au projet de maintenir son succès.
À travers l’étude basée sur LES ETAPES DE CONSTRUCTION D’UN MODULE DE SIX (06)
VILLAS DUPLEX A COCODY ST. JEAN; notre stage a été particulièrement enrichissant car il
nous a permis de nous essayer aux réalités du terrain en mettant en exergue nos acquis théoriques
même si beaucoup reste à apprendre. Nous sortons satisfait de cette expérience professionnelle.
En définitive, nous retenons que le métier de technicien génie civil est un domaine complexe et
délicat qui mérite la vigilance du technicien.

32
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

ANNEXE

33
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

ANNEXE 1 : VUE EN PLAN COFFRAGE

34
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

Annexe 2 : REZ-DE-CHAUSSEE

35
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

ANNEXE 3 : ETAGE

ANNEXE 4 : COUPE LONGITUDINALE

36
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

ANNEXE 5 : COUPE TRANSVERSALE


37
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

ANNEXE 6 : FAÇADE AVANT

38
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

ANNEXE 7 : FAÇADE ARRIERE

39
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

BIBLIOGRAPHIE

➢ WEBOGRAPHIES

https://fr.wikipedia.org/wiki/implantation

https://fr.wikipedia.org/wiki/fouille

https://fr.wikipedia.org/wiki/beton de propriété

https://fr.wikipedia.org/wiki/semelle

https://fr.wikipedia.org/wiki/mur de soubassement

https://fr.wikipedia.org/wiki/chainage

https://fr.wikipedia.org/wiki/remblai en bâtiment

https://fr.wikipedia.org/wiki/mur en élévation

40
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

TABLE DES ILLUSTRATIONS


Illustration A. terrain avant terrassement………………………………….………… 9

Illustration B. évacuation des terres……….…………………………………………. 9

Illustration C. chaise d’implantation ………………………………………………… 9

Illustration D. fouille…………………..…………………………………………….. 10

Illustration E. pose de semelle isolée………………………………………………… 11

Illustration F. mur de soubassement……………….………………………………… 11

Illustration G. chainage………………………………………………………………. 12

Illustration H. compactage…………………………………………………………. 13

Illustration I. remblai………………………………………………………………… 13

Illustration J. pose de tuyaux………………………………………………………... 13

Illustration K. mur en élévation……………………………………………………… 14

Photographie 1 : matérialisation des axes sur la chaise………………………………. 18

Photographie 2 : mise en œuvre d’une fouille en rigole……………………………… 19

Photographie 3 : coulage d’un béton de propriété……………………………………. 19

Photographie 4 : mise en place des semelles, des poteaux et des raidisseurs………... 20

Photographie 5 : réalisation du mur de soubassement……………………………….. 21

Photographie 6 : réalisation chainage bas…………………………………………..... 23

Photographie 7 : réalisation du remblai……………………………………….…...… 24

Photographie 8 : mur en élévation……………………………………………………. 25

Photographie 9 : coffrage des poteaux……………………………………………….. 25

41
Mémoire de fin de cycle licence 2016-2017
2017

Photographie 10 : réalisation du chainage haut………………………………………. 25

Photographie 11 : mur en élévation après chainage haut ……………………………. 28

ANNEXE 1…………………………………………………………………………… 34

ANNEXE 2…………………………………………………………………………… 35

ANNEXE 3…………………………………………………………………………… 36

ANNEXE 4…………………………………………………………………………… 36

ANNEXE 5…………………………………………………………………………… 37

ANNEXE 6………………………………………………………………………….... 38

ANNEXE 7…………………………………………………………………………… 39

42