Vous êtes sur la page 1sur 5

Le montage narratif:les fréres lumiéres filment l'arrivée d'un train en gare de la ciotat montage dans le plan avec choix

trés calculé de la place de la caméra pour filmer le mouvement de la scéne: la locomotive puis les voyageurs semblent
fancer sur les spectateurs dessinant ainsi toute l'échelle daes"grosseurs de plan".le geste décisif fut d'intercaler des gros
plans dans des plans plus larges et alterner des scénes .avec Griffith le lien entre les scènes n'est plus seulement
constitué par leur succession dans le temps ou par le déplacement deux héros dans l'espace .mais aussi par un ensemble
de pensées et d'actions dramatique. le montage expressif utilisant deux formes de montage :montage alterné et
montage parallèle .le cinéaste soviétique vont prendre ce style de montage et le conduire à son opagée sous la forme du
montage idéologique Eisenstein en sera le principal représentant .effet Koulechov un sourire même s'il est vu dans un
plan isolé .Mais ce à quoi ce sourire se référé ce qui l'a provoqué quel est son effet et sa signification dramatique .tout
cela se dégage seulement des plans précédants et suivants montage sensible la premiére vague français 1920 dite
"l'impressionniste" se manifeste par sa musicalité(mouvement et rythme ) mais aussi par l'emploi fréquent des fondus et
des superpositions qui constituent un variable montage de surface par la fusion de plusieurs pians sur la mémé
surface& Aux USA se développa le cinéma classique HOULLYOUDIEN (1930/50) avec transparence du mantage .la belle
mécanique de ce style de découpage fut longtemps considérés comme un aboutissement .Mais avec Wells et Cassavetes
il sera complémente bouleversé &la loi du montage interdit ou la condition de croyance :il n'est pas besoin de tourner en
plan séquence ou de se priver des ressources narratives des changement de plans pour que le spectateur croit en la
réalité de la scène vécue a l'écrans. Pour cela il suffit qu'un plan réunisse ensemble les éléments .montrés séparément.

Le plan de coupe est un raccord entre deux plans mal assemblés la lenteur de fondus enchainés annonçant soit un
passage de temps soit un flashback. Soit une bascule de la réalité ou rêve le champ/contre champ qui tout en
respectant les directions de regard de lasse le spectateurs par ce Ping -pong visuel Ces cinéastes vont proposer différent
alternatives simple plan de profile de deux séquence mouvement d'appareil .mise en scène complexe auras ainsi la voie
au plan séquence pour GEDAR (faire un film c’est super poser trois opérations ;penser tourner monter à la mise en scène
et le montage cheminent ensemble des longs plans séquences très soignés (mouvement complexe d'acteurs et de
caméra) jouant sur le montage dans le plan des séquence brèves et très découpées des séquences long mais découpés
en évitant le conventionnel champ/contre champ .fragmentation de récits caméra .cinéma d’auteur; un autre cinéma dit
commercial va utiliser tous les mécanismes du montage très serré faste -cut (sur découpage d'un mouvement en une
série de plan très brefs )jumcut fréquentique .usage paradoxal du ralenti dans le flux délirant des effets permettant de
fixer un instant sur l'oïl 3.style très marqué devenu commun dans les films d'actions contemporains pour tarkovski la
juste durée du plan est percue,ressentie comme le poids de sa vérité,le montage articule ainsi des plans déja remplis par
le temps et leurs raccordsorganisent la structure du film mais ne créent pas le rythme du film,le spectateur retrouve la
possibilité d'établir un lien entre sa vie et ce qui est montré à l'écron.&l'apprentissage du montage a pour but concret
d'abtenir les qualités d'organisation,et rythmede cohérence et d'imagination indispensables à la pratique.le collage:coller
un plan à la suite d'un autre plan .coller des paroles sur un visage qui les sur des image et inversement :tout film relève
par le montage de la technique de collage de l'assemblage créatrice de sens. Le plan; est une unité de base de la
narration ; espace-temps-fiction lieu-durée-mouvement.le cinéma est comme le théatre et la lithérature un art du récit
classique du cinéma holywoodien des années 30\50:action,temps,lieu,montage transparent récit moderne rampant avec
l'une de ces 3 unités tout en stylisant lemontage.

méthode de dérushade:le premier visionnage des plans est essentiel car il donnera la durée ressentie du plan. Les
premiers impressions. Cette étape de travail est très active et demande beaucoup d'attention.&répertorier et
caractériser tous les éléments:1Définir le genre de images fiction (comédie .drame.) documentaire reportage2 identifier
les différents séquence .les plans les personnage 3apprécier la qualité technique des images et des sons& chutées
:organiser les coutiers selon les thèmes .les jours ou les lieux de tournage puis à l'intérieur de ces coutiers relever plan
par plan les éléments qui caractérisent ;non du plan cadre axe caméra. Angle de prise de vue mouvement caméra
descriptif image et son.aprés la discussion avec le réalisateur se précise,concrétise élaboration de la chronologie du
montage: Elaboration de la structure de montage (narratif de film)synopsis ; présentation de l'histoire /quels sont les
enjeux de l’introduction et de la conclusion ?quels élément narratif sont mis en œuvre dès le début du film? Introduction
.scène d'exposition /.présenter le décor,les personnage,poser le théme du film./l'introduction: se présente sous la forme
d'une courte séquence avec un prologue (informations de présentation) et ou d'une accroche (suscité la
curiosité,l'attention) elle doit amener le sujet (présentation général)et poser le point de vue du réalisateur
.développement; organisé les éléments: ordonner les séquences et les liens entre elles -définir les places des ITW-faire
la liste des images et des sens avec l'estimation des durées-questionner en appliquant 5W-organiser l'appliquions des
personnage .la succession des événements les temps et durée l'articulation des sequences. Conclusion dénouement
:résolution de la problématique ou dénouement de l'histoire:peut etre résumé du changement, de la transformation soit
du lieu, des personnages,on assiste souvent à un ralentissement du rythe du montage pour signifier que la scéne finale
approche .le personnage .acteur du réel comme celui de la fiction a besoin d'être caractérisé et construit : il vit des
émotions .agit poursuit des objectifs,est moyen efficace de faire connaitre et partager ses intimes,emotions.les coupe/le
raccord:façonne le temps ressenti la durée de lecture des information .le rythme .l'espace .la psychologie des
personnages l'aspect plastique de l'image le son à ce stade il faut bien considérer le contexte du plan dans la séquence
et le film. 5type de rapports temporels possibles entre deux plans/ +continueté temporelle absolus(dialogue en ch/ c ch)

+continuité elliptique(resserl'action,supprimer inutile à la continuité du récit)+ellipse indéfinie(temporamité non


ressentie dans la coupe, des éléments extérieurs aiderant à la mesurer)+répétition temporelle(soit pour une continuité
artificielle ,soit pour souligner une action)+flashback indéfini (temporalité non ressentie dans la coupe, des éléments
extérieurs aideront à la mesure).&3types de rapports spaciaux possibles entre deux plans:+continuité spaciale
rigoureuse(changement d'axe de plan sur un meme lieu circonscrit+fragmentation spaciale(chaque plan est une partir
constituante d'un tout spatiel composé mentalement)+discontinuité absolue(aucun lien spacial contigu)&tout coupe
peut raconter une continuité ou une ellipse donc.mais le rythme reste prioritaire sur la coupe.aussi chaque coupe est
unique.ex:de différentes coupes visuelles: sortie\entrée de champ,cut,fondu à l'ouverture ,fondu au noir,fondu
enchainé,iris ouverture\fermeture, vollet,ellipse temps ou espace,arret sur image,jumpcut le raccord lui se réfère à tout
élément de continuité entre deux ou plusieurs plans.ex:de différents raccords: raccord dans l'axe(changement de
grosseur de plan) raccord dans le mouvement personnage,objet ou caméra(travelling, zoom,panoramique,caméra
époule )raccord dans le regard (champ\contre-champ),raccord graphique(analogie de forme),faux raccord ou la
dissonançe voulue(non-respect d'une régle d'or),plan\plan(léger fondu de 3 images, elliptique avec flash, fondu en
surimpression)&3 différentes fonctions de raccords:1mentale:suggére ce que peut penser, réver ou ressentir un
personnage.2 spatio-temporelle pour une écriture classique:orientation dans l'espace:respecter la continuité des
entrés-sorties du cadre, la régle des180°(axe améra\personnage pour les champ\contre-champ)l'angle de praximité
-30°.+dans le mouvement: raccord"parfait" réduit de 1à3 images à la coupe+ dans l'axe: focalisation sur un détail ou
inversement,élargissement(surprise ou confirmation)+ellipse dans le récit( flashforward\flashback )3 symbolique:toute
image a 3 sens, informatif,symbolique,poétique faisent référence aux archétype.&figures de style particuliéres le
montage elliptique: le récit est comme troué dans le temps comme dans l'éspace selon les ellipses laissant place à
l'imagination du spectateur.&montage alterné ou paralléle:+montage alterné( fondé sur la simuitanéité temporelle des
actions)+montage paralléle(fondé sur un rapprochement symbolique ou thématique des actions)#meme temps,meme
lieu:jeu sur le contraste, les opposition(lumiére,action,forme)#meme temps,lieux différents: jeu de suspense (vont-ils se
rencontrer ou et quand\ou pas)#meme temps,toujours lieux différents: travail sur la comparition( différences et
similitudes)#meme lieu, temps différents:jeu de compairson (transformation,évolutionou ou pas)

plan séquence ou montage dans le plan: ou la mise en scéne organise les éléments narratifs d'une séquence dans la
continuité de la prise de vue formant le plan.& la fonction du son dans la continuité narrative: la distribution des
éléments sonores est indissociable de la construction dramatique.le rapport son\image,leur synchronie, la confrontation
de leur contenu respectif vont faire sens.ex la prise de son direct donne une impression de la réalité, de temps réel et
présent.& les sons à l'mage:son: un terme qui désigne deux réalités distinctes, l'une fait appel à la perception du
phénoméne sonore, l'autre est le phénoméne physique et phsychologique.la premiére est subjective,sensible,signifiante
et liée aux émotions, la deuxiéme est objective , concréte,mesurable,modelable.&caractéristiques du
son:+hauteur\fréquence(oreille20à 1800hz soit 9 actaves ) grave,médium,aigu+durée(long,court,bref,répetitif ou
continue)+intensité\dynamique(silence du désert=30db\seuil de douleur=110db)+timbre\couleur:sonorités
chaude\froide,riche\pouvre.&3types selon leurs utilités significatives:+au stade le plus primal les sons nous touchent+au
stade le plus utile les sons nious apporent des informations sur la nature de leurs sources+au stade le plus sophistique les
sons servent de méduim au langage verbal ou musical.&4 étapes de la chaine de fabrication du son :+la prise de son(chef
opérateur son ou ingénieur du et pechiste ou assistant son)+le montage son (moteur son et assistant monteur)+le
mixage son( mixeur en titre et assistant mixeur)+la projection du film (projectionniste ou régisseur son en salle)&la prise
de son:récolte des éléments et présence microphonique :capter des sons nécessite des compétences techniques et
artistiques .les sons doivent etre" parlonts" imagés,évocateurs et la voix, la parole le plus intelligible possible sauf si un
effet inverse est recherché.alors que l'audition humaine est naturellement sélective, le microphone,lui ,prend les sons de
facon frontale. la présence microphonique, c'est le rapport des distances entre micro\sons directs et micro\sons
réverbérés. on palera danc de point d'écoute comme on parle de point de vue.&3 plans dans le champ sonore:+le fond
sonore (ambiances,toile de fond,décor sonore,tapis sonore)+le plan moyen(voix intelligibles,ponctuels comme les sons
synchrones)+le gros plan sonore (détail d'un objet ou d'un sujet : voix chuchotées,respirations)

3 grandes familles de bruits: bruits réguliers(ronronnement de moteur)+bruits irréguliers(vent dans les feuilles, ressac
des vagues)+bruits ponctuels,chocs brefs,claquements,klaxons,sons percussifs&classement des sons par types:+les
directs voix\bruits(profondeur de champ sonore et timbrage des voix)+les voix doubles(choix techniques,artistiqueset ou
de production)+les effets: bruitages(imitation de la réalité),sons seuls,effets spéciaux+les ambiances: décor sonore,mise
en espace ^ mono stéréo multicanal+les musiques:traitement particulier dépendant entiérement de choix artistiques&le
montage son:composition de la bonde sonore les acousmétres(sons dits acousmatiques) peuvent étre dans l'écron sons y
étre vue(hors-champ du cadre et hors-vue dans le cadre) ou bien errer à la surface de l'écron.distingons la voix
acousmatique comme la voix commentaire(voix off)qui reste à sa place en surpiomo de l'écran et la voix acousmitique
qui en tant que personnage peut apparaitre dans l'image.de part leurs points d'énonciation ces voiux ont un potentiel
dramaturgique considérable:étre partout, tout voir,tout savoir,tout povoir(ubiquité,omniscience,omnipotence)&le
montage s'effectue par étape en ajoutant des couches successives.+les directs voix et bruits:choix des prises ,
synchronisme à l'image, nettoyage des bruits parasites.+les doublages de voix:jeu des comédiens,synchronie à
l'image.+les effets:(bruitages,sons seuls,effets spéciaux)synchronie et rythmique des sons +les ambiances: couleurs des
fonds sonores et spatialisation.+les musiques:choix des plages de musique et de ses espaces.&le mixage son:exéction de
la "partition":phase ultime de fabrication du film ou tous les choix se cristallisent.le mioxage consiste à faire la somme de
toutes les différents couches son du montage.une console de mixage avec automation et des appareils de traitement du
son onstituent l'essentiel du poste d'actions du mixeur.le choix du format de diffusion sonore mono stéréo multicaux est
effectué par le réalisateur et le mixeur pour les aspects artistiques et par le producteur en vue de l'exploitation en salle
les étapes préparatoires:+le pre-mix paroles:voix directes et des doublages+les pré-mix effets:bruitages, sons seuls et
effets spéciaux+le pré-mix ambiances:ambiances des directs,des prises de son tournage et sonothéque+le pré-mix des
différents musiques.en fin le mixage final et une version internationale(diologues doublés dans différentes longues)puis
des "adaptaions" de mix aux différents supports de diffusions(tv,dvd;smartphone,wec)

la projection du film\multidiffusion du son:ces derniéres années les grands exploitants ont mis en place des salles de
cinéma spectaculaires:immense écron,son numérique, son apporté à l'acoustique et à la spatialisation du son(5+1:trois
voies écron, deux voies en salle ambiances et une voie sub-basse).avec cette évoulution, le travail du mixeur est devenu
plus complexe,plus nuancé:le possible des choix artistiques s'est élargi dans le champ de la perception et de la restitution
sonore. la 3D ne fait que renforcer cette orientation vers un cinéma plus sensationnel et spectaculaire.