Vous êtes sur la page 1sur 61

LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE POPULAIRE

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique

Centre universitaire Dr Moulay Tahar - Saida


INSTITUT D’HYDRAULIQUE A.E.H

MINI PROJET DE COURS

MODULE : OUVRAGES HYDRAULIQUE

4emeAnnée hydraulique

projet présenté par : corrigé par :


ABDELHAKEM Mohamed Mr Yelles . F

ANNÉE UNIVERSITAIRE: 2005-2006


Sommaire
Chapitre I : l’étude climatique
INTRODUCTION GENERALE………………………………………………………. 1
I-1- Introduction………………………………………..………..……………………… 2
I-2 Etude des précipitations……………………..………..……………………..…….... 2
I-3-Etude des températures…………………..………..……………………..……........ 6
I-4-l’évaporation…………………..………..……………………..…….......................... 7
I-5Classification climatique……..………..……………………..……........................... 8
I-5-1-Méthode pluviothèrmiques……………………………………………………….... 8
I-5-2- Les indices climatiques généraux………………………………………………..... 10
I-5-2-1- L’indice de DEMARTONNE………………………………………………….... 10
I-5-2-2-Indice D’EMBERGER…………………………………………………………… 10
I-6- L’évapotranspiration réelle et le déficit découlement…………………………..... 12
I-6-1 L’évapotranspiration réelle………………………………………………………. 13
I-6-1-1 Méthode de TURC……………………………………………………………….. 13
I-6-1-2 Méthode de COUTAGNE……..………..……………………..…….................... 13
I-6-1-3 -Méthode de P. VERDEIL…………………..……................................................ 14
I-6-2- L’évaporation potentiel…………………..……..................................................... 15
I-6-2-1 Méthode de THORNTWAITE…………………..…….......................................... 17
I-7-Ruissellement…………………..……......................................................................... 17
I-8- Infiltration…………………..……............................................................................. 17
I-9-Volume d’eau infiltre…………………..……............................................................ 17
I-10- Conclusion…………………..……........................................................................... 18
Chapitre II :


 
Introduction…………………..…….................................................................................. 19
II-1-Définition…………………..……............................................................................... 19
II-2-Caractéristiques physiques et géomorphologiques du bassin versant……...…… 19
II-2-1 Surface....................................................................................................................... 19
II-2-2- Périmètre.................................................................................................................. 19
II-2-3- Longue du bassin versant......................................................................................... 19
II-2-4- Longueur du talweg principal.................................................................................. 19
II-2-5- Largeur moyenne du bassin versant........................................................................ 20
II-2-6- Coefficient d'allongement........................................................................................ 20
II-2-7 Coefficient de forme ou de compacité...................................................................... 20
II-3-Etude topographique du bassin versant................................................................... 21
II-3-1-Paramètres morphologiques et étude de relief.......................................................... 21
II-3-1-1 Etude des surfaces du bassin versant..................................................................... 21
II-3-1-1-1 Répartition des surfaces en fonction de l’altitude.............................................. 21
II-3-2 Détermination des altitudes...................................................................................... 24
II-3-2-1-l'altitude maximale.........................................................................................................24
II-3-2-2- l'altitude minimale............................................................................................... 24
II-3-2-3- l'altitude la plus fréquente.................................................................................... 24
II-3-2-4- l'altitude médiane ............................................................................................... 24
II-3-2-5- l'altitude moyenne................................................................................................ 24
II-3-3- Les indices de pente................................................................................................. 24
II-3-3-1-Indice de pente globale.......................................................................................... 24
II-3-3-2: Indice de pente moyenne...................................................................................... 25
II-3-3-3-Dénivéllée spécifique............................................................................................ 25
II-4-Topographie du site de la retenue............................................................................ 27
II-4-1 Courbes caractéristiques........................................................................................... 27
a)-Courbe de volume en fonction de la hauteur................................................................ . 27
b)-Courbe de surface en fonction de la hauteur................................................................. .27
II-5-conclusion .................................................................................................................. 29
Chapitre III : 


III-1- introduction............................................................................................................ 30
III-2 -apport liquide......................................................................................................... 30
III-2-1-Apport liquide moyen annuel................................................................................ 30
III-2-2- Calcul de la lame d’eau écoulée........................................................................... 30
III-2-2-1-Formule de COUTAGNE et SAMIE................................................................. 30
III-2-2)Formule d’ERRIH................................................................................................. 30
III-2-3) Formule de SAMIE.............................................................................................. 30
III-2-3- Estimation fréquentielle de l’apport annuel......................................................... 31
III-2-3-1- Calcul du débit unitaire..................................................................................... 31
III-2-3-2- Calcul de coefficient de variation de l’apport.................................................. 32
III-3- predetermination des crues.................................................................................. 32
III-3-1-analyse de pluie fréquentielle............................................................................... 32
III-3-1-1- calcul de pluie maximale journalière fréquentielles......................................... 32
III-3-1-2-Calcul de la quantité de pluie maximale durant le temps de concentration...... 33
III-3-2-Débit de crue......................................................................................................... 33
III-4- l'hydrogramme de crue......................................................................................... 34
III- 4-1- Détermination du volume de la crue................................................................... 38
III -4-2 -Détermination du volume de la décrue............................................................... 38
III-4-3- Détermination du volume totale.......................................................................... 38
III 4-4- Débit moyen de crue (Qmoy ) ............................................................................ 38
III-5- apport solide ......................................................................................................... 38
III-5-1- Estimation du transport solide............................................................................. 39
III-5-2- Détermination du volume mort........................................................................... 39
III-5-3- détermination du volume utile............................................................................. 40
III-5-4-Détermination de volume total.............................................................................. 41
III-6- laminage de crue ................................................................................................... 41
III-6-1-Introduction........................................................................................................... 41
III -6-2-La charge déversante fictive (H0) ....................................................................... 42
III-7-conclusion .............................................................................................................. 43
   
 
 
  
IV-1- Conception de la digue…………………………………………………………... 44
IV -1-1- Principales caractéristiques de la digue ……………………………………….. 44
IV -1-1-1- Côté caractéristiques………………………………………………………… 44
IV -1-1-2- La hauteur du barrage……………………………………………………….. 44
IV -1-1-2-1- La revanche………………………………………………………………. 44
a)Hauteur des vagues………………………………………………………………….. 44
a)-1- Formule de MAILLET et PACQUANT………………………………………... 44
a)-2- Formule de STEVENSON………………………………………………….…… 44
b) Vitesse des vagues ………………………………………………………………….. 45
a)Formule de GAILLARD…………………………………………………………….. 45
b) Formule de STEVENSON………………………………………………………….. 45
c)Calcul de la revanche………………………………………………………………… 45
IV-2-Evaluation de tassement………………………………………………………….. 45
IV-3 Conclusion ……………………………………………………………………….... 46
   
 
V-1 introduction ………………………………………………………………………… 47
V-2 Evacuateur de crue ………………………………………………………………… 47
V-2-1-définition ………………………………………………………………………….. 47
V-2-2-Choix du type d’un évacuateur de crue : ………………………………………… 47
V-2-3-Les différentes type d’évacuateur de crue : …………………………………......... 47
a)-leur type de fonctionnement hydraulique ……………………………………………... 47
b) Leur emplacement par rapport à la digue ………………………………...…….......... 47
V-2-4-Choix de l’emplacement de l’évacuateur ………………………………………….
V-2-5-Les éléments constituants un évacuateur de crue……………………………......... 48
V-2-5-1- Déversoir …………………………………………………………………......... 48
V-2-5-2 Canal d’écoulement …………………………………………………………….. 48
V-2-5-3- coursier …………………………….…………………………………………... 48
V-2-5-4 le bassin de dissipation : ……………………………………………………….. 48
VI-2-5-Le choix du tracé de l’évacuateur ……………………………………………….. 48
V-03- Dimensionnement de la conduite de prise d’eau et de vidange …………......... 49
C O N C L U S I O N G E N E R A L E ………………………………………………......... 50
Introduction générale

INTRODUCTION GENERALE

Les barrages en terre sont des remblais en forme de trapèze

Dans ce but nous avons proposé l’étude d’un barrage en terre, dans le premier

chapitre nous avons fait la présentation climatique de la région d’étude.

Dans le deuxième chapitre nous avons définit les caractéristiques topographiques, et

morphologiques du bassin versant de la zone étudier.

Les résultats de l’étude hydrologique du bassin versant seront présenté dans le

troisième chapitre.

Le quatrième chapitre consiste à la conception et le dimensionnement de la digue.

Généralité sur les ouvrages annexes est présenté dans le dernier chapitre

1 corrigé par :Mr Yeless.F


• Etude des précipitations
• Etude des températures
• l’évaporation
• Classification climatique
• L’évapotranspiration réelle et le déficit découlement
• Ruissellement
• Infiltration
• Volume d’eau infiltre

   

I-1 Introduction :
L’étude climatique a pour but d’étudier les paramètres climatiques qui déterminent
l’écoulement de surface et la genèse de crues.
Dans ce chapitre nous allons déterminer les différents facteurs climatiques à
savoir :
• Evapotranspiration potentielle (ETP)
• Evapotranspiration réelle (ETR)
• Le déficit d’écoulement.
I-2 Etude des précipitations :
Les conditions climatiques jouent un rôle déterminent dans le régime des cours
d’eau, en effet les précipitations agissent dans l’alimentation de l’écoulement du bassin
versant.
Dans le tableau (I-01), nous avons représente les différentes précipitations
moyennes mensuelles.
Mois jan Fèv Mars Avr Mai juin juil Aoùt Sep Oct Non Dec Année

Pmoy(mm) 90.60 96.636 79.961 52.745 29.350 9.572 2.71 1.016 17.105 25.985 34.382 83.116 523.178

Tableau (I-01) : précipitations moyennes mensuelles.


Le tableau (I-02) représente la série pluviométrique durant 39ans de 1967 à 2005.
Pour cette période en remarque que le maximum a été observé en 1977 avec
813,996mm, et le minimum en 1967 avec 284,1 mm.
Nous traduisons le tableau (I-02) dans un graphique. (cf. figure I-01) où en
retrouve en abscisse les années et en ordonne les précipitations annuelles.

2 corrigé par :Mr Yeless.F



   

Année
Sep Oct Nov Dée Jan Fév Mars Avril Mai Juin Juillet Août Année

1967 0 0,4 9,8 82,3 83,6 21 22,4 16,1 24,5 16,4 7,4 0,2 
1968 2,3 13,4 33 29 14 93 98 31 30 4,2 4,8 3,1 355,8
1969 15,4 38,4 36 55 45 58 51 52 88,1 27,4 10,1 2,2 478,6
1970 41,5 36 12 66 56,8 15,4 120,1 48 12,4 11 2,2 1,4 422,8
1971 36,4 32 24 78 66,2 34 98,2 39 26 08 1,1 0,8 443,7
1972 24,6 18 26 88 67 31 81,5 42 31 09 08 0,9 427
1973 16,4 21,1 32 92 54 66 78 46 32 12 0,6 0,4 450,5
1974 17,4 28 41 108 120 132 92 88 46 18 04 0,1 694,5
1975 61,2 38 28 99 130 140 98 84 31 24 11 06 750,2
1976 51 42 31 104 145 155 83 78 26 19 07 05 746
1977 40 51 63 112 158 167 91 87 32 08 04 01  
1978 12,4 44 56 88 115 188 98 91 38 15 3,4 0,7 749,5
1979 14,5 38 51 95 120 166 114 91 32 12 3,2 0,6 737,3
1980 18,9 36 48 92 101 78 68 46 28 17 6,4 2,1 541,4
1981 18,4 32 46 58 95 120 130 44 39 12,4 3,5 2,2 600,5
1982 24 30 49 66 99 111 98,4 32 36 14,5 0,6 0,2 560,7
1993 16 28 51 99 120 115 88 77 41 17 0,8 0,1 652,9
1994 18 32 66 100 115 83 75 67 51 12 2 0 621
1985 12 31 57 N 99 81 68 55 36 09 1 0,2 440,2
1986 13 34 61 81 105 95 72 59 42 06 0 0,1 568,1
1987 15,1 38 51 120 N N 104 N 24 05 3 0 355,1
1988 16 41 48 115 68 97 84 68 N 10 2 1,1 550,1
1989 14,5 31 32 69 58 81 77 72 36 11,5 1,8 2,1 485,9
1990 13 32,5 12 75 66 101 N N N 12 1,6 0,4 311,9
1991 11 21 24 81 54 120 65 N 22 0 0 0,8 398,8
1992 6,5 32 26 78 N 114 69 N 17 N N 0 342,5
1993 5,2 36 17 68 56 N 72 68 24 0,7 1,1 0,5 348,5
1994 3,3 21 38 92 78 120 84 75 N 0,2 N N 427,5
1995 4,8 22 21 68 89 115 91 78 11 0,5 0,4 0,1 500,8
1996 16 24 26 54 82 34 N 41 28 N 1,2 0 306,2
1997 19,5 26 30,5 97 68 90 71 N 34 1,3 1,4 2,2 440,9
1998 22 14 41 66 45 69 66 N N N 0 1,8 324,8
1999 16 17 11,6 55 108 110 58 52 24 1,8 1,1 1,5 378,2
2000 13,5 12,5 24 66 N 84 75 46 26 07 N 0,4 354,4
2001 12,8 7,5 11 72 110 86 72 34 22 3,4 0,2 0,3 431,2
2002 11,5 10,4 55 78 125 115 64 19 18 5,8 0 0,2 459,1
2003 08 0,6 34 N 130 82 68 11 16 1,6 0,1 0 351,3
2004 07 2,1 12 68 101 90 70 2,1 3,2 2,2 0,2 0,1 350,4
2005 06 1,5 06 121 115 118 84 0,4 N N N 0 451,9
moy 17,105 25,985 34,382 83.116 90,600 96,636 79,961 52,745 29,350 9,572 2,710 1,016
 

Tableau (I-02) série pluviométrique

3 corrigé par :Mr Yeless.F



   

courbe de distribution des précipitations annuelles


900,00
800,00
700,00
600,00
P ré cip ita tio n

500,00
400,00
300,00
200,00
100,00
0,00
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39
Aneé
P Annuelles

FigureI-1 : courbe de distribution des précipitations annuelles (1967-2005)

4 corrigé par :Mr Yeless.F



   

anneé Pjmaxi
1967 23,675
1968 26,317
1969 39,883
1970 35,23
1971 36,975
1972 35,583
1973 37,542
1974 57,875
1975 62,517
1976 62,167
1977 67,833
1978 62,452
1979 61,525
1980 45,05
1981 50,04
1982 46,725
1983 54,408
1984 51,75
1985 37,43
1986 47,342
1987 30,008
1988 45,842
1989 40,492
1990 26,125
1991 33,233
1992 28,542
1993 29,042
1994 42,625
1995 41,733
1996 25,517
1997 36,742
1998 27,067
1999 38,000
2000 29,533
2001 35,933
2002 41,825
2003 29,275
2004 29,825
2005 37,580
Pjmax 40,376
Tableau (I-03) calcul des différents paramètres.

5 corrigé par :Mr Yeless.F



   

D’après la série pluviométrique tableau (I-02) et tableau (I-03) on calcul les


différents paramètres qui sont représentées dans le tableau (I-04).
Les différents paramètres Les formules Résultat(s) Unité(s)
La somme des pluies (la n =38
somme arithmétiques Pi = ¦P i 1574,675 mm
maximale journalière) i =1

Pluie journalière Pi
Pj max = ¦ 40.376 mm
maximale n

Tableau(I-04) : calcul des différents paramètres de la série pendants 39ans.


Dans le tableau n°03 nous représentons les différentes précipitations
saisonnières.

Saison Hiver Printemps Eté Automne Année

mm 270,352 162,056 13,298 77,472 523,178


Psaisonniere
% 51,671 30,975 2,542 14,808 100

Tableau (I-03) : variation des précipitations en fonction des saisons.


Dans la figure n°2 nous avons représente en abscisse les différents mois, et en
ordonne les précipitations moyennes mensuelles.
Dans la figure n°3 nous avons représente en abscisse les différents saisons, et
en ordonne les précipitations saisonnières.

Courbe de distributiondes précipitations mensuelles


M o yenne(m
m)
120

100
80

60

40
20

0
p

v
v

ût
t

il
e

in
s

Mois
ai

t
Oc

i ll e

No

Ja
Se

r
ar

Ju

Ao
M
Av
M

Ju

Figure III-02 : Courbe de distribution des précipitations mensuelles

6 corrigé par :Mr Yeless.F



   

Courbe de distribution des précipitations saisonnières


300

250
200
P (mm)

150
Saison
100

50
0
Hiv er Printemps Eté Automne
Saisons

Figure I-02 : Courbe de distribution des précipitations saisonnières.

I-3-Etude des températures :


Les températures moyennes mensuelles et annuelles agissent directement sur
le climat en inter- action avec les autres facteurs météorologiques.
Le tableau (I-04) représente les températures moyennes maximales et
minimales ainsi que les températures moyennes mensuelles.

J F M A M J J A S O N D
Tmax (°C ) 13,5 15 18,3 20,1 24 31 35,5 36 31 22 19 14
Tmin (°C ) 3,8 3,9 5,6 6,4 10,5 14 18,5 21 17 12 8 5,5
Tmoy (°C ) 8,65 9,45 11,95 13,25 17,25 22,5 27 28,5 24 17 13,5 9,75

Tableau (I-04) : variation de la température mensuelle en fonction du mois.

L’exploration du tableau (I-04) montre que le mois le plus froid est le mois de
janvier (avec 8,65°C) et le plus chaude est le mois d’Août (avec 28,5°C).
La moyenne annuelle de la température est de (16,9°C)
Dans la figure n°4 nous avons représente en abscisse les différents mois, et en
ordonne les températures (°C)

7 corrigé par :Mr Yeless.F



   

variation de la température mensuelle en fonction du mois

40

35

30
Température (°C)

25 Tmax (°C)

20 Tmin (°C)
Tmoy (°C)
15

10

0
J F M A M J J A S O N D
Mois

FigureI-04 :variation des températures mensuelles

I-4 l’évaporation :
L’évaporation est un phénomène physique qui se caractérise par la
transformation de l’eau en vapeur.
Dans le tableau (I-05) nous avons représenté l’évaporation moyenne
mensuelle.
mois J F M A M J J A S O N D année

Evap (mm) 104 106 167 172 250 330 420 405 250 152 136 110 2648

Tableau (I-05) : variation de l’évaporation en fonction du mois.

D’après ce tableau nous résultons que l’évaporation moyenne annuelle est


220,67 mm.
Le maximum est le mois de juillet avec 420 mm, et le minimum est en
décembre avec 104mm.

8 corrigé par :Mr Yeless.F



   

I-5-Classification climatique :
Les différents méthodes utiliser dans cette étude, sont les suivants :
I-5-1-Méthode pluviothèrmiques :
Selon GAUSSEN et BAGNOULS, un mois est dit sec si le total moyen des
précipitations est inférieure ou égale au double de la température moyenne (P”2T)
Cette relation permet d’établir des diagrammes pluviothèrmiques sur lesquels la
température est portée sur une double échelle de celle des précipitations.
• Si la courbe des températures passe au dessus de la courbe des précipitations
nous avons un mois sec.
• Si la courbe des températures passe au dessous de la courbe des
précipitations nous avons un mois humide.
Le tableau (I-6) représente les différentes températures moyennes mensuelles, et les
précipitations moyennes mensuelles.
mois J F M A M J J A S O N D

P(mm) 90,60 96,64 79,96 52,75 29,35 7,57 2,71 1,02 17,11 25,99 34,38 83,12

T(°C) 8,65 9,45 11,95 13,25 17,25 22,5 27 28,5 24 17 15,5 9,75

Tableau (I-6) : différents températures moyennes mensuelles et précipitations


moyennes mensuelles.
Le diagramme pluviométrique est représente dans la figure (cf-figureI-05)

Différents températures moyennes mensuelles et


précipitations moyennes mensuelles
120

100

80
P(mm) , T(°C)

P(mm)
60 T(°C)

40

20
Humide Humide
Aride
0
J F M A M J J A S O N D
Mois

Cf. Figure III-05 : Courbe pluviométrique.

9 corrigé par :Mr Yeless.F



   

I-5-2- Les indices climatiques généraux :


Pour le calcul des indices climatiques nous avons utilise différents méthodes à
savoir.
I-5-2-1- L’indice de DEMARTONNE :
DEMARTONNE au 1933à introduit un indice d’aridité
p
I=
T + 10
I : indice d’aridité de DE MARTONNE.
P : précipitation moyenne annuelle (mm).
T : température moyenne annuelle (°C).
D’après le tableau (I-6) nous avons :
P=523,178mm et T=16,9°C
On obtient un indice d’aridité de DEMARTONNE .
I = 19,449
Selon la répartition donnée par DEMARTONNE l’indice d’aridité (I) est
comprise entre 10et 20 10<I<20, l’exploitation de l’abaque de l’indice d’aridité de
DEMARTONNE (cf-figure I-06) montre que notre région à un climat semi-aride.
I-5-2-2-Indice D’EMBERGER :
Indice D’EMBERGER est calculé à partir de la formule suivante :
P
Q= .1000
§M +m·
¨ ¸.(M − m )
© 2 ¹
Q : indice D’EMBERGER (quotient pluviothèrmique)
P : précipitation moyenne annuelle en (mm).
M : moyenne des températures maximales du mois le plus chaud en (°K)
m : moyenne des température minimales du mois le plus froid en (°K)

P = 523,178mm.
D’après le tableau (I-06) nous avons :
M = 36°C = 309°K
m = 3,8°C = 276,8°K
La formule présidente nous permet de calculer l’indice D’EMBERGER :
Q = 55,47.

10 corrigé par :Mr Yeless.F



   

2600 80 70 60
50
Précipitations (mm).

2400
.
2200 Écoulement abondant.

2000 40
Écoulement exoréique.
1800

1600 30
Zone tempérée.
1400 Drainage extérieur.
Irrigation non
1200 Indispensable.

1000
20
800 Régime semi aride.
.
Écoulement temporaire.
600 Formations herbacées.
Notre B.V 10 .
400 Régime désertique.
Ecoulement temporaire.
200 5
Drainage intérieur
endoréisme.
0
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30 32 34 36 38 40
Température (C°)

Cf. Figure I-06 : Abaque de l’indice d’aridité de DEMARTONNE

11 corrigé par :Mr Yeless.F



   

180

160

140 Humide

120

100
Sub-humide

80

60
Semi-aride
Notre B.V
40

Aride
20

Saharien
0 T (C°)
-1 -2 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Hiver froid Hiver frais Hiver tempéré Hiver chaud

Figure I-07 : Climmagramme d’EMBERGER


I-6- L’évapotranspiration réelle et le déficit découlement :
L’évapotranspiration réelle désigne les pertes d’eau sous forme de vapeur
d’eau, elle corresponde à une phénomène complexe qui regroupe à la fois des
processus d’évaporation physique de l’eau contenue dans le sol et des processus de

12 corrigé par :Mr Yeless.F



   

transpiration qui correspondent à l’utilisation de l’eau atmosphérique, et de l’eau


dans l’atmosphère par les végétaux.
Le déficit d’écoulement est définit par la différence entre les précipitations et
la lame d’eau écoulée à l’échelle du bassin versant. Pour permettre d’atteindre une
estimation acceptable des valeurs de EVT et de déficit d’écoulement nous utilisons
des méthodes empiriques.

I-6-1 L’évapotranspiration réelle :


I-6-1-1 Méthode de TURC
p
ETR =
p2
0,9 +
l2
ETR : évapotranspiration réelle (mm).
P : précipitation moyenne annuelle (mm)
L : 300 + 25T + 0,05T3
T : température moyenne annuelle (°C)
P = 523,178mm.
T = 16,90°C
Donc : l = 963,84
Alors : ETR = 478,672mm
I-6-1-2 Méthode de COUTAGNE :
Le déficit d’écoulement qui est l’équivalent de l’évapotranspiration réelle est
donné par la relation
D = ETR = P-(ȜP2 )
ETR : évapotranspiration réelle (mm)
P : précipitation moyenne annuelle (mm)
1
λ= (1)
0,8 + 0,14T
T : température moyenne annuelle (C°)
P = 523,178mm
T = 16,90°C
La formule de COUTAGNE n’est applicable que pour les précipitations
moyenne annuelles comprise entre 18λ et 1 2λ .

L’application de la relation (1) nous permet de donnée les résultats qui sont
enregistres dans le tableau (I-7).

13 corrigé par :Mr Yeless.F



   

P(m) λ 1 1
8λ 2λ
0,523 0,315 0,397 1,587
Tableau (I-7) : représente le calcul de λ
Selon le tableau (I-7) nous déduisons que la formule de COUTAGNE est
applicable dans notre cas, car elle est comprise entre 18λ et 1 2λ .
D= ETR= 0,523178-0,615(0,523178)2
ETR=436,098 mm
I-6-1-3 -Méthode de P. VERDEIL :
L’utilisation de l’abaque de P. VERDEIL (cf- figure I-08) nous permet de
trouver un déficit d’écoulement D. donc : D = 520,5mm

800

700

600

Notre B.V
500

400

300

200

150

100
 200 300 400 500 600 1000
Figure I-08 : Calcul du déficit d’écoulement en Algérie (P. Verdeil 09/1988)

14 corrigé par :Mr Yeless.F



   

I-6-2- L’évaporation potentiel :


L’émission de vapeur d’eau, ou évapotranspiration considéré comme une
perte par les hydrogéologues, s’effectue dans tous les milieux. Elle résulte de deux
phénomène, l’un physique l’évaporation, et l’autre biologique la transpiration
.l’évaporation interviennent dans l’atmosphère au cours des chutes de pluie à la
surface des lacs et des cours d’eau, et aussi dans les sols nus .l’évapotranspiration
est dû à la présence de la couverture végétale.
I-6-2-1 Méthode de THORNTWAITE :
La formule de THORNTWAITE permet se déterminer pour chaque une
évapotranspiration potentiel (ETP).
a
§ T·
ETP = 1,6¨10 + ¸
© I¹
ETP : Evapotranspiration potentiel (cm).
T : Température moyenne annuelle (°C).
I : somme des indices thermiques mensuels de l’année.

1, 514
ªT º
i=« »
¬5¼
Tableau ( I- 8) : calcul des indices thermique
mois J F M A M J Ju A S O N D
T° 8 ,65 9,45 11,95 13,25 17,25 22,5 27 28,5 24 17 13,5 9,75
i 2,292 2,622 3,740 4,373 6,520 9,749 12,848 13,944 10,749 6,378 4,499 2,749

12
I = ¦ 1
in

T = 16 , 9 ° C
I = 80 , 46
−7
a = 6 , 75 . 10 I 3 − 7 , 71 . 10 −5
.I 2
+ 0 , 4989 + 1 , 792 . 10 −2
.I
a = 1 , 8419

La formule deTHORNTWAITE :
ETP=115,517cm

15 corrigé par :Mr Yeless.F



   

Figure I -8 : Calcule de l’ETP d’après la méthode de THORNTWAITE

Nous avons utilisé l’abaque de THORNTWAITE (cf- figure I-8) ce dernier nous
permet de calculer les indices thermiques mensuels en fonction des températures, et
l’indice annuel.
THORNTWAITE nous donne les valeurs estimées de l’ETP pour les différent
mois.
Le tableau (I-9) résume les valeurs de l’ETP ,l’ETR et la réserve utile (Ru) .
• Si les précipitations sont supérieures à l’évapotranspiration potentiel P>ETP.
L’évapotranspiration réelle sera égal à l’évapotranspiration potentiel. ETR=ETP
l’excédent des précipitations sera emmagasiné dans le sol.
• Si les précipitations sont inférieure à l’évapotranspiration potentiel .P< ETP,
évapotranspiration réelle sera égale la somme des précipitation du mois :
1. Si la réserve antérieure d’humidité du sol est assez fort e pour combler
l’insuffisance des précipitations, l’évapotranspiration réelle sera égale à
l’évapotranspiration potentiel ETR=ETP, et les réserves du sol seront alors réduit

16 corrigé par :Mr Yeless.F



   

par la différence entre l’évapotranspiration potentiel et précipitation du mois


considère.
2. Si la réserve d’humidité du sol est insuffisante pour satisfaire ETP, ETR reste
inférieure à celle-ci sera égale à la somme des précipitations du mois, et des
réserves disponibles.
Pour le mois de décembre :
RuDec = P − ETP
Pour le mois de janvier :
RuJan = P − ETP + RuDec
Mois D J F M A M J J A S O N Total
P (mm) 83,116 90,60 96,64 79,96 52,75 29,35 9,57 2,71 1,016 17,11 25,99 34,38 523,18
ETP
25 18,8 23,8 36 39 50 92 135 140 105 49 41 754,6
(mm)
RU
58,12 129,92 202,76 246,72 260,47 239,82 157,39 25,1 0 0 0 0
(mm)
ETR
25 18,8 23,8 36 39 50 92 135 1,02 17,12 25,99 34,38 498,11
(mm)
Tableau (I-9) : représentation des différents valeurs de l’ETP, ETR , Ru en
fonction de précipitation.

Le tableau (I-10) résume les différentes valeurs de l’évapotranspiration réelle


calculées avec différentes méthodes.
Méthode ETR Unité
Turc 478,672 mm
Cotagne 436,098 mm
P. VERDEIL 520,500 mm
THORNTWAITE 498,110 mm
Tableau (I-10) : les différentes valeurs de l’ETR
Pour l’évapotranspiration réelle, on prend le moyenne entre ces valeurs, donc :
ETR =483,345 mm
Pour l’ETP ,on prend la moyenne entre 1933,38mm et 754,6mm :ETP=1343,99
I-7-Ruissellement :
Pour calculer le ruissellement nous utilisons la formule de TIXERONT et de
BERKALOFF.

17 corrigé par :Mr Yeless.F



   

p3
R=
3E 2
R : ruissellement (mm).
P : pluviométrie annuelle (mm).
ETR : évapotranspiration (mm)..
P =523,178 mm
ETR =483,345 mm.
La formule de TIXERONT et de BERKALOFF nous donne :
R =204,321mm.
I-8- Infiltration :
Selon le bilan hydrologique.
P= D+R+I (1)
P : pluviométrie annuelle (mm).
D : ETR, déficit d’écoulement (mm).
I : infiltration (mm).
D’après l’application de la formule (1) :
I = P-D-R
I=523,178 - 483,345 – 204,321
I=146,49mm
I-9-Volume d’eau infiltre :
V e = S .I (2)
Ve : volume d’eau infiltre m 3.
S : surface du bassin versent.
I : la lame d’eau infiltre dans le bassin versant (m).

S = 9,089.106m2
I = 146,49.10-3 m
La formule (2) montre que le volume d’eau infiltre est égale à :
Ve = 1,33.106m3

18 corrigé par :Mr Yeless.F



   

I-10- Conclusion :
notre bassin versant à un climat semi aride qui caractérise par une pluviométrie
modérée et un été chaud et aride.
Le tableau (I-11) résume les différentes caractéristiques climatiques de notre
bassin versant

symboles Résultats unités


P 523,178 mm
Pjmax 40,376 mm
T 16,9 °C
ETP 1343,99 mm
ETR 483,345 mm
R 204,321 mm
I 146,49 mm
Ve 1,33.106 m3
Tableau (I-11) : caractéristiques climatiques
Du notre bassin versant.

19 corrigé par :Mr Yeless.F


• Définition
• Caractéristiques physiques et géomorphologiques du bassin versant
• Etude topographique du bassin versant
• Topographie du site de la retenue


      

Introduction :
La climatologique joue un rôle très important dans le comportement
hydrologique du bassin versant, et pour analyser correctement ce dernier il est
nécessaire de mettre en évidence les caractères morphométriques qui le
caractérisent, nous pouvons citer la topographie, la forme, le relief du bassin
versant, la disposition du réseau de drainage, la nature du sol… etc.,
Ces paramètres ont l'avantage de se prêter à une analyse quantitative.
II-1 Définition :
Le bassin versant en un point où plus précisément dans une section droite d’un
cours d’eau, est défini comme la totalité de la surface topographique drainée par ce
cours d’eau et ses affluents à l’amont de la dite section.
II-2 Caractéristiques physiques et géomorphologiques du bassin versant :
L'écoulement d'eau dans le bassin versant dépend des caractéristiques
physiques et géomorphologiques de ce dernier .il est donc nécessaire de les définir.
Dans une première phase, on doit délimiter et planimétrie la surface du bassin
versant, en suite on établit les courbes caractéristiques de la topographie du bassin
versant et à la fin on fait une caractérisation hydrographique.
II-2-1 Surface :
Après délimitation du notre bassin versant de oued Ben Adouane à partir de la
carte topographique donné à l'échelle 1/18000, la surface du bassin versant a été
déterminée par planimétrie, la surface trouvée est de S = 9.089 km2 .
La surface du bassin versant intervient dans le calcul de la lame d'eau
ruisselante et aussi dans l'indice de forme, la densité de drainage...etc.
II-2-2- Périmètre :
• Le périmètre du bassin versant est la longueur de la ligne de partage des
eaux.
• La valeur de périmètre trouvé: P = 62.5cm . 180
P=11,250 km
II-2-3- Longue du bassin versant :"LBV".
C'est la ligne droite qui relie l'exutoire et le point le plus éloigné situe à l'amont
du bassin.
LBV =19.2cm . 180
LBV =3,456 km
II-2-4- Longueur du talweg principal :
C'est la longueur de l'oued, elle est égale à : L 0 = 18.5cm. 180
L 0 =3,33 km

Corrigé par :Mr Yeless.F





      

II-2-5- Largeur moyenne du bassin versant :


Elle est calculée par la relation suivante :
S
Lmoy =
LBV
S : superficie du bassin versant en Km2.
LBV : longueur du bassin versant en Km.
9.089
Lmoy =
3.45
Lmoy =2,635km
II-2-6- Coefficient d'allongement :
Il est obtenu à partir de la relation :
L2
Ca =
S
L: longueur du Talwegs principal en Km.
S: surface du bassin versant en Km²
Ca: coefficient d'allongement.
(3,33) 2
Ca =
9,089
Ca =1.22
II-2-7 Coefficient de forme ou de compacité :
La forme du bassin versant est la configuration géométrique projetée sur un
plan horizontal, pour indiquer la forme du bassin ou déterminer l'indice de forme où
de compacité dit aussi coefficient de GRAVELINS, donnée par la relation suite:
Périmètre du bassin
Kc =
Périmètre du cercle de surface équivalente
P
=
2 π .S
P
= 0,28
S
P : le périmètre du bassin versant en Km.
S : la surface du bassin versant en Km².
Kc : coefficient de forme
Cet indice de compacité est égal à "1" pour un bassin circulaire, (forme plus au
moins ramassée).

Corrigé par :Mr Yeless.F





      

Notre bassin versant a une surface de S = 9,089 Km² et un périmètre de


P=11,250Km.
Alors :
11,25
kc = .0,28
9,089
k c =1,045

le coefficient de compacité est égale à 1, donc notre bassin versant présente un


forme ramassé.

II-3-Etude topographique du bassin versant.


Cette étude doit déboucher sur l'établissement des plans à partir des quels il sera
possible :
- De déterminer le bassin versant et sa surface.
- D'estimer la capacité de la retenue en fonction de la côte de l'eau et de
l'emplacement du barrage.
- D'évaluer le volume des différents ouvrages et de proposer leur implantation.
- De réparer les zones d'empreints, de matériaux de construction locaux.
II-3-1 Paramètres morphologiques et étude de relief.
Le relief est un facteur essentiel, il détermine en grande partie l'aptitude au
ruissellement des eaux de surface. (Les caractéristiques du relief sont représentées
par le tracé de la courbe hypsométrique et la courbe altimétrique). (cf -figureII -01)
II-3-1-1 Etude des surfaces du bassin versant.
II-3-1-1-1 Répartition des surfaces en fonction de l’altitude :
Par planimètre de la surface comprise entre deux courbes de niveau
successives, nous obtenons la répartition altimétrique des surfaces du bassin,
(tableau II-1) qui nous permet de représenter les courbes suivantes :
A) La courbe hypsométrique :
Cette courbe est représentée graphiquement sur la (figureII -01).
L’exploration de cette dernière montre une convexité vers le bas, cela témoigne
d’un pourcentage d’érosion faible dans le bassin versant.
B) la courbe de fréquence altimétrique :
La courbe de fréquence altimétrique est tracée à partir du pourcentage des
surfaces partielles cumulées (figure II-01).

Corrigé par :Mr Yeless.F





      

% S.partielles
N° S. partielle S. cumulée % S.cumulées
H (m) (diagramme
Surface KM² KM² (hypsométrie)
fréquence)
S1 350-400 2 ,291 2,291 23,39 23,39
S2 300-350 1,979 4,27 20,21 43,6
S3 250-300 1,119 5,389 11,43 55,03
S4 200-250 1,450 6,835 14,80 69,83
S5 150-200 1,774 8,613 18,113 87,94
S6 100-150 0,959 9,572 9,79 97,73
S7 50-100 0,222 9,79 2,27 100

TableauII -01 : Répartition des tranches de surface du bassin en fonction de


l’altitude.

H(m)

Diagramme de fréquences

H05%
Courbe hypsométrique

H95%

FIG II-1 : la courbe hypsométrique et le diagramme de fréquences


altimétrique

Corrigé par :Mr Yeless.F





      

II-3-2 Détermination des altitudes.


A partir des courbes précédentes (cf.figureII-1) , nous déterminons les altitudes
correspondantes:
II-3-2-1-l'altitude maximale
Elle correspond au point le plus élevé du bassin versant.
Hmax=400m
II-3-2-2- l'altitude minimale
Elle correspond au point le plus bas du bassin versant.
Hmin=50m
II-3-2-3- l'altitude la plus fréquente
Elle correspond au maximum du diagramme des fréquences altimétriques.
Hfréq=375m
II-3-2-4- l'altitude médiane
Elle correspond à l'ordonnée moyenne de la courbe hypsométrique.
Hmed=300m
II-3-2-5- l'altitude moyenne
C'est le rapport de la somme des volumes partiels sur la surface totale.
H moy =
¦ ( H .S ) .
i i

ST
• Hi: altitude moyenne entre deux courbes de niveau en m
• Si: surface partielle comprise enter deux courbes de niveau en Km2.
• ST: surface totale du bassin versant en Km2.
Les valeurs de Hi et (Hi, Si) sont récapitulées dans le tableau suivant :

Tranches Hi Si Hi. Si
d’altitude «M» « Km2 »
50-100 75 0,222 16,65
100-150 125 0,959 119,875
150-200 175 1,774 310,45
200-250 225 1,450 326,25
250-300 275 1,119 307,725
300-350 325 1,979 643,175
350-400 375 2,291 859,125

TableauII -02 : Calcul de la hauteur moyenne.


2523,252
Hmoy =
9,089
II-3-3- Les indices de pente :
La détermination des indices de pente, nous permettre de caractériser les
pentes du bassin versant, et de faire une éventuelle comparaison,et classification à
savoir indice de pente globale et, indice de pente de roche
II-3-3-1-Indice de pente globale:
Il est calcule à partir de la courbe hypsométrique

Corrigé par :Mr Yeless.F





      

H 5% − H 95%
I Pg =
L
H5%: L'abscisse à 5% dans la courbe hypsométrique.
H95%: L'abscisse à 95% dans la courbe hypsométrique.
L: longueur du talweg principal=3,33.103 m
Ipg: Indice de pente globale
H5% =375m
H95% =133,33m
Ipg = 0,072=7,2%
On remarque que l'indice de pente globale Ipg est moyen.
II-3-3-2: Indice de pente moyenne
-c'est le rapport de la dénivelée moyenne à la longueur au talweg principale, il
exprimé par la relation suivant :
H max − H min
I Pmoy =
L
400 − 50
I moy =
3,33.103
I pmoy = 10,5%
II-3-3-3-Dénivéllée spécifique :
-elle donné par la formule suivante:
Ds = I pg S
Ipg : indice de pente globale en (m/Km)=72,57.
S: surface totale du bassine (Km2)=9,089.
Ds =218,78m.
Nous constatons que la valeur de Ds =218,78m,d’après la deuxième
classification de l'O.R.S.T.O.M (office des recherches scientifiques des travaux
outre mère) donnée dans le tableau (II-03) ,nous sommes bien sur un relief assez
fort.

R1 Relief très faible DS<10m


R2 Relief faible 10m<Ds<25m
R3 Relief assez faible 25m<Ds<50m
R4 Relief modéré 50m<Ds<100m
R5 Relief assez fort 100m<Ds<250m
R6 Relief fort 250m<Ds <500m
R7 Relief très fort Ds>500m

Tableau II-03:deuxième classification de l'O.R.S.T.O.M .

Corrigé par :Mr Yeless.F





      




      

Echel: 1/18000

Corrigé par :Mr Yeless.F





      

IV-5-2 Courbes caractéristiques :


Les courbes caractéristiques ont pour but de déterminer les hauteurs
correspondantes à des volumes,et des surfaces bien déterminés .
a)-Courbe de volume en fonction de la hauteur:
On procède d'abord au calcul des tranches comprises entre deux lignes de
niveau successives, puis on fait l'accumulation des volumes pour déterminer la
capacité correspondante a chaque hauteur d'eau (cf -figure IV-05).
Nous résumons les résultats trouvés dans le tableau IV-09.
La surface moyenne:
S i + S i +1
S moy =
2
Le volume compris entre les surface Si et Si+1 est:
S i + S i +1
Vi ,i +1 = ∆h
2
Vmoy = S moy ∆h
ǻh: équidistance
-le volume cumulé sera égal à :
i=n i=n
Vcum = ¦ Vi ,i +1 = ¦ Vmoy
i =0 i =0

b)-Courbe de surface en fonction de la hauteur:


Cette courbe est obtenue par planimétrage des surface partiels comprise entre les
courbes de niveau
Les résultats sont résumé dans le tableau (IV-09).
Surface Volume
Surface partiel Volume
Cote <m> ǻh <m> moyenne moyen
(103m2) cumulé(103m3)
(103m2) (103m3)
96 00 0,0 0,0 0,0 0,0
1,45 2,9 2,9
98 02 2,9
6,9
6,90 9,8
99 01 10,9
16,90 16,9 26,7
100 01 22,9
33,20 33,2 59,9
101 01 43,5
53,75 53,75 113,65
102 01 64,0
76,60 76,60 190,250
103 01 89,2
89,6 89,6 279,85
104 01 90,0
Tableau IV-09 détermination des surfaces inondées et des volumes de la
cuvette.

Corrigé par :Mr Yeless.F





      

H = F (V)

H = F (S)

(m3)

V cumu (m3)

S moy (m2)

Figure II-02 : La courbe caractéristique de la cuvette.

Corrigé par :Mr Yeless.F





      

II-5-CONCLUSION:
notre bassin versant, couvre une surface de 9,089Km2 et un périmetre de
11,25Km. Le bassin à une forme ramassé, puisque il posséde une coefficient égale à
kc = 1,045 .
L’air d’étude à une forte pente égale à 10,5%,ce qui donne un ruissellement
superficiel rapide

Carastéristiques Symboles Unite(S) Valeurs


Surface S Km2 9,089
Périmétre P Km 11,250
Longueur du talweg prinicpal L Km 3,330
Longueur du bassine versant LBV Km 3,450
Longueur moyenne du bassin Lmoy Km 2,635
Coefficient d'allongement Ca - 1,220
Coefficient de compacité Kc - 1,040
Altitude maximale Hmax m 400,000
Altitude minimal Hmin m 50,000
Altitude moyenne Hmoy m 284,217
Altitude médiane Hmed m 300,000
Altitude la plus frequent Hfreq m 375,000
Indice de pente globale Ipg % 7,200
Indice de pente moyenne Ipmoy % 10,500
Dénivelée spécifique Ds m 218,780

Tableau IV-05 tableau récapitulatif des principales caractéristiques du bassin versant.

Corrigé par :Mr Yeless.F




• apport liquide
• predetermination des crues
• l'hydrogramme de crue
• Apport solide
• Laminage de crue


    

III-1- INTRODUCTION :
L’hydrologie est une technique importante de l’art de l’ingénieur,elle
s’intéresse à l’exploitation et au contrôle des eaux naturelles. elle peut être définie
comme étant la science qui étudie le cycle de l’eau dans la nature et l’évaluation de
celle-ci à la surface de la terre et dans le sol
L’étude hydrologique est considérée comme base de départ pour le
dimensionnement des retenues collinaires. Cette dernière a pour but de réserver un
certain volume d’eau dirige à l’irrigation, il est donc nécessaire d’estimer :
1 L’apport liquide
2 L’apport solide
3 Etude des crues
4 Laminage des crues
III-2 -APPORT LIQUIDE
III-2-1 Apport liquide moyen annuel :
En raison de l’inexistence des donnés de jaugeage, nous avons utilisé des formules
empiriques qui donnent l’apport moyen annuel en fonction des facteurs météorologique.
Ce paramètre est donné par la relation suivante :

A0 = Le. S
A o : apport moyen annuel en m3.
Le : la lame d’eau écoulée en m.
S : surface du bassin versant en m2.
III-2-2- Calcul de la lame d’eau écoulée
Pour calculer ce paramètre en a recouru à plusieurs formules qui donnent les
résultats suivants :
III-2-2-1Formule de COUTAGNE et SAMIE
Le = 0,784( P − 0,232) 2 ȱȱȱȱȱȱȱȱȱȱ
 : précipitation moyenne annuelle en m.
Le : lame d’eau écoulée en mm/an.
Cette formule s’applique très bien pour les Bassins versants en Algérie. Elle est
valable pour des précipitations moyennes P<900 m.
ȱȱȱȱȱȱȱȱȱ
ȱ =523,178mm/an .
Le=0,784.(523,178-0,232)2
Le =66,47 mm/an
III-2-2) Formule d’ERRIH :
Le = 6,8.10 −8.P 3, 24
 : précipitation moyenne annuelle en mm.
ȱDZȱlame d’eau écoulée en mm/an.
Le = 43,745mm/an

Corrigé par : Mr Yeless.F


30


    

III-2-3) Formule de SAMIE :


(
Le = P 2 293 − 2,2 S )
2
S :surface de bassin versant en km =9,089
 : précipitation moyenne annuelle en mm =523,278
Le : la lame d’eau écoulée mm/an
Le = 78,38mm/an
Les résultats de calcul de la lame d’eau écoulée sont présentés dans le tableau III-01.

VALEUR DE Le
N° FORMULE
(mm/an)
01 Formule de COUTAGNE et SAMIE 66,47
02 Formule D’ERRIH 43,745
03 Formule de SAMIE 78,38
Tableau III-01 : résultats de calcul de la lame d’eau écoulée par
différentes méthodes.
La lame d’eau écoulée est égal à la moyenne des lames d’eau écoulées est égal à la
moyenne des lames d’eau calculée, elle est estimée à :
Le moy =62,865mm/an
Donc, L’apport moyen annuel sera égal :
A o =5,710.105 m3

III-2-3- Estimation fréquentielle de l’apport annuel :


Les barrages sont dimensionnés généralement pour une fréquence de 80 %.
L’évaluation de l’apport moyen annuel pour cette probabilité (80%) se fait par
l’application de la loi de GALTON, qui représente au mieux la distribution théorique
des apports annuels en Algérie
A0 Ln ( c 2 v +1)
A% = .e µ .
C 2v + 1
A% : l’apport annuel pour une fréquence donnée en % .
A o : apport moyen annuel (A o =3,700.10 5 m 3).
µ : Variable de Gauss.
Cv : coefficient de variation qui est détermine en fonction du module moyen spécifique
ou débit unitaire M0 .
III-2-3-1- Calcul du débit unitaire : M0
a)Formule de DERI ,
M 0 = 11,8 P 2,82
 : précipitation annuelle moyenne en m
M0 : débit unitaire en L/S/km2

M0 = 1,899 l/s/km2

Corrigé par : Mr Yeless.F


31


    

b) – Formule de UKRGI PROVODKUOZ :

2 , 24
§ P ·
M0 = ¨ ¸
© 340 ¹
ȱȱ: précipitation annuelle moyenne en mm.
M0 : débit unitaire en L/S/KM2
M0 = 2,626L/S/KM2
Le débit unitaire sera égal à la moyenne des débits calculés.
M 0 moy 2
=2,26 l/s/km
III-2-3-2- Calcul de coefficient de variation de l’apport :
a)- formule de PADOUN :
0,93
Cv = 0, 23
.K S
M 0 moy
Ks : coefficient de réduction égal a 1 (Ks=1) pour les cours d’eau perennes
Cv : coefficient de variation de l’apport.
M 0 moy
: Débit unitaire moyen en L/S/KM2.
Cv= 0,771
b) Formule de YKRGUIPODKHZ :
0,7
Cv = 0 ,125
M 0 moy
Cv : coefficient de variation de l’apport.
M 0 moy
: débit unitaire moyen en L/S/KM2 .
Cv= 0,632
Le coefficient de variation sera égal à la moyenne des coefficients de variation calculée :
C vmoy
= 0,702
Donc, L’apport fréquentiel sera égal :

A% = 4,673.105. e0,63µ

Dans le tableau N° III-2, nous remplaçons la variable µ par valeurs pour les fréquences
voulues.

Fréquence % 50 60 70 80 90 95
Variable GAUSS µ 0,00 -0,25 -0,52 -0,84 -1,28 -1,64
A% (m3).105 4,67 3,99 3,37 2,75 2,085 1,66

Tableau III-2 : estimation de l’apport annuel fréquentiel

Corrigé par : Mr Yeless.F


32


    

L’apport annuel fréquentiel à 80% sera égal

A80% = 4,673.105..e0,63( −0,84)


A80 % = 2,752.105 m3

III-3- PREDETERMINATION DES CRUES :


III-3-1 – analyse de pluie fréquentielle :
III-3-1-1- calcul de pluie maximale journalière fréquentielles :
L’irrégularité inter- annuelle des précipitations possède un rôle très important sur
l’écoulement fluvial. Pour calculer la pluie maximale de 24 heures on applique loi « log
normal ».
ª P º 2
PJ max % = « J max ».e µ Ln C v + 1 ( )
«¬ CV + 1 »¼
Pj max % : pluie maximale journalière de 24h de F%.
j max : pluie maximale Journalière .
Cv: coefficient de variation de Pj max .
µ : variable de GAUSS .
j max = 40,376 mm. , Cv=0,702
j max =30,95.e 0,63µ
Pour différentes fréquences on dresse le tableau III-04, qui donne les résultats suivants :

Fréquence % 10 5 01 0,1
Période de retour (an) 10 20 100 1000
µ 1,28 1,65 2,33 3,09
Pjmax% (mm) 69,36 87,58 134,45 231,21
Tableau III- 04 : calcul de Pj max fréquentielle

Pour notre cas : Pjmax% =134,45mm

III-3-1-2-Calcul de la quantité de pluie maximale durant le temps de concentration


Pour la calculer la quantité de pluie maximale durant le temps de concentration, on
utilise la formule suivante :
b
§T ·
PTc = PJ max ¨ c ¸
© 24 ¹
PJmax% : Pluie maximale journalière correspondante à une fréquence donnée en mm.
Tc :Temps de concentration en heures Tc = 2 ,79 h .
b : exposant climatique b = 0,34.
PTc :Pluie maximale durant le temps de concentration en mm.
Dans le tableau N° (III-5), nous présentons les résultats suivants.

Corrigé par : Mr Yeless.F


33


    

Fréquence % 10 5 1 0,1
PJ max mm 69,36 87,58 134,45 231,21
PTc mm 33,37 42,14 64,68 111,23
TableauIII-5: Calcul de la Pluie maximale pendant le temps de concentration
Pour notre cas : PTc =64,68 mm

III-3-2-Débit de crue :
Pour le calcul des débits de pointe de crue on a utilisé la formule de
« SOKOLOVSKY » car elle est utilisée en Algérie.
0,28.PTc .C e .S .F
Qmax =
Tm
Qmax : débit maximal des crues en m 3/S.
PTc : quantité de pluie de durée Tc en (mm)
S : surface du bassin versant en Km2
T : temps moyen
Pour les petits bassin versent il égal au temps de concentration.
Tc
= 1 Ÿ Tc = Tm = 2,79h
Tm
Ce :Représente le coefficients de ruissellement, le tableau III-6, donne la variation des
Coefficients de ruissellement en fonction des fréquences données.

Fréquence % 0,1 1 5 10
Ce 0,8 0,7 0,6 0,55
Tableau III-06 : les valeurs du coefficient de ruissellement

F : coefficient de forme de l’hydrogramme de crue il est donné par la formule


suivante :

12
F=
4 + 3B
B : coefficient qui dépend du type de bassin il varie de 2 à 2,5 pour faible couverture
végétale avec terrain imperméable.
B= 3 à 4 pour des petits bassins versants et les bassins de moyenne dimension avec une
couverture végétale.
B= 4 à 7 pour les grands basins.

Le bassin versant étudié a une faible couverture végétale et un terrain imperméable,


donc on à pris B=2
F = 1,2

Corrigé par : Mr Yeless.F


34


    

Le débit sera estimé pour différentes périodes selon la formule présidentes :

Fréquence % PTC%mm Ce F Qmax% m3/S


0,1 111,23 0,8 1,2 97,40
1,0 64,68 0,7 1,2 49,56
5,0 42,14 0,6 1,2 27,68
10,0 33,37 0,55 1,2 20,09
Tableau III-07 : Calcul de débit de crue

La crue de projet sera centenaire alors :


Qmax = 49,56 m3/S

III-4- L'HYDROGRAMME DE CRUE:


Il est évident que la connaissance seule du débit maximal d'une crue est
insuffisante lorsque l'on procède au dimensionnement d'un ouvrage d’art . Une crue
pointue (de faible durée) exigera des ouvrages moins importants qu'une crue de même
débit maximal qui s'étend sur plusieurs jours et qui comporte plusieurs pointes
secondaires.
l'hydrogramme de crue est une courbe représentant la variation des débits en fonction
du temps lors d'une crue (cf. figure III-1).
L’hydrogramme nous permet d'estimer la forme, le volume, le temps de montée et
le temps de décrue et cela par des méthodes plus ou moins empiriques tel que la
méthode de SOKOLOVSKY qui nous donne tous les renseignements nécessaires de
la crue.

Cette méthode assimile l'hydrogramme à deux équations paraboliques:


• L'une caractérisan la montée de la crue et qui s'écrit:
2
ªT º
Qm (T ) = Qmax « » 0 ≤ T ≤ Tm
¬ Tm ¼
• L'autre caractérisant la décrue et s'écrit:

3
ªT − T º
Qd (T ) = Qmax « B » 0 ≤ T ≤ Tb
¬ Td ¼
Qmax: Débit maximum en m3/S
Qm (T): Débit de crue ou de montrée au temps (t)en m3/s.
Qd (T):Débit de décrue au temps (t) en m3/s
Tb: Temps de base en heures et qui est évalue par la relation
suivante:
Tb= Tm + Td

Corrigé par : Mr Yeless.F


35


    

Tm: Temps de montée en heures et qui est égal au temps de concentration


Tm= Tc=2,79 h
Td:Temps de décrue ou descente en heures.
Td=B.Tm Td=2 . 2,79

B: Coefficient qui dépend du type de bassin, dont notre cas B=2

Tm =2,79h Td =5,58h Tb =8,37h


On obtient par conséquent le système d'équation suivant:
2
ª T º
Qm (T ) = 49,56 « » pour 0 ≤ T ≤ 2,79heure
¬ 2,79 ¼

3
ª 8,37 − T º
Qd (T ) = 49,56« » pour 2,79 ≤ T ≤ 8,37 heure
¬ 5,58 ¼

La chronologie de la crue et la décrue est résumée dans les tableaux suivants:

T (Heure) Qm (m3/S) 1% T (Heure) Qd (m3/S) 1%

0,00 0,0000 2,79 49,5600


0,10 0,0636 2,99 44,4197
0,20 0,2553 3,19 39,6477
0,30 0,5732 3,39 35,2303
0,40 1,0193 3,59 31,1539
0,50 1,5924 3,79 27,4047
0,60 2,2923 3,99 23,9691
0,70 3,1197 4,19 20,8333
0,80 4,0748 4,39 17,9837
0,90 5,1571 4,59 15,4065
1,00 6.3663 4,79 13,0881
1,10 7,7039 4,99 11,0149
1,20 9,1682 5,19 09,1730
1,30 10,7599 5,39 07,5488

Corrigé par : Mr Yeless.F


36


    

1,40 12,4790
5,59 06,1286
1,50 14,3255 5,79 04,8988
1,60 16,2992 5,99 03,8456
1,70 18,4000 6,19 02,9553
1,80 20,6288 6,39 02,2142
1,90 22,9845 6,59 01,6088
2,00 25,4671 6,79 01,1251
2,10 28,0778 6,99 00,7497
2,20 30,8201 7,19 00,4687
2,30 33,6805 7,39 00,2685
2,40 36,6731 7,59 00,1354
2,50 39,7926 7,79 00,0557
2,60 43,0396 7,99 00,0157
2,70 46,4141 8,19 00,0017
2,790 49,5600 8,37 00,0000

TableauIII-8 : Débit de crue (montée) TableauIII-9 : de décrue

Corrigé par : Mr Yeless.F


37


    
Q (m3/S)

Q (m3/S)

Q max 1% 2,5
50
T (h)
49.56 0,5

45

40

35

30

25

20

15

10

05

2,79

0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5 5 5,5 6 6,5 7 7,5 8


    

Cf. FigureIII-01 : Hydrogramme de crue


par la méthode de SOCKOLOVSKY

Corrigé par : Mr Yeless.F


38


    

III- 4-1- Détermination du volume de la crue :


C'est le volume d'eau apporté par la crue pendant la montée (tm), s'écrit
comme suit:
Tm

Vm = ³ Qm (T ).d (T )
0

D’où
2 , 79.3600
49,56
Vm = ³ (2,79.3600) 2
T 2 d (T )
0

49,56 3
Vm = 2
.(2,79.3600)
3(2,79.3600)
Vm = 165926,88m3
III -4-2 -Détermination du volume de la décrue:
C'est le volume d'eau apporté par la décrue pendant la descente (Td), s'écrit comme
suit:
Td

Vd = ³ Qd (T ).d (T )
0

D’où
8, 37
49,56.(8,37 − T )
3
Vd = ³2,79 (5,58)3 .d (T )
49,56
.[(8,37 − 2,79).3600]
4
Vd = 3
4(5,58.3600)
Vd = 249076,69m3
III-4-3- Détermination du volume totale:
C'est le volume d'eau apporté par la crue:
Vt = Vm + Vd

Vt = 415003,57m3

III 4-4- Débit moyen de crue (Qmoy ):

C'est le rapport entre le volume total et la durée totale de la crue.

Vt
Qmoy =
(Tm + Td ).3600
= 13,7729m3 / s

Corrigé par : Mr Yeless.F


39


    

III-5- APPORTS SOLIDE


Les dépôt solides constitués d’une part de matériaux grossiers et charriés au fond
du lit et s’accumulant en amont de la retenue.

III-5-1- Estimation du transport solide :


Les apports solides dépendent de l’élément du Bassin Versant, du relief, de la
nature géologique des sols et de leurs résistances à l’érosion liée elle-même a la
couverture végétale et au régime des pluies.

Remarque :
Puisque nous avons un manque des données pour le calcul de l’apport solide, on a
utilisé des formules empiriques telle que la formule de « TIXERON « qui permet de
calculer le transport solide spécifique en fonction de la lame d’eau écoulée.
0,15
Ts = 350.Le
Ts : Transport solide spécifique ou le taux d’abrasion en t / km2 /an.
Le : lame d’eau écoulée moyenne en mm=62,865
2
Ts = 651,372 t/ km /an .
Le transport solide pour tout le bassin versant Ta est donné par la formule
suivante :
Ta =T s .S
Ta : Apport solide annuel en t/an
S : Surface de Bassin Versant en km2 =9,089
Ts : Taux d’abrasion t / km2 /an=651,372

Ta= 5920,32. t/an


Le transport total volumique Tv est donné par la relation suivante :
Ta
Tv =
ω vas
ω vas : Poids volumique de la vase ω vas = 2,4 t/ m3
Tv =2466,8m3/an

Le volume de sédimentation pour une donnée d’exploitation de 20 ans sera égal à :


Vs = Tv .N

N : Durée d’exploitation N = 25 ans .


Vs : Volume solide en m3
Vs = 6,167.104 m3

Corrigé par : Mr Yeless.F


40


    

III-5-2- Détermination du volume mort :


Il correspond au volume des particules solides qui se décantent au fond de la
retenue
nous considérons que 30% des matériaux de transport solide transitent dans la
retenue par déversement
Le volume mort sera égal à :
Vm =Vs - 30% Vs
Vm= 6,167.104 – (6,167.104 .30)/100
Vm =18501m 3

III-5-3- détermination du volume utile :


On entend par volume utile, le volume de l’apport annuel de l’oued, le volume des
dépôts solides. Ces volumes sont diminués dû aux pertes par infiltration et par
évaporation.
Dans un premier temps, nous déterminons le volume moyen de la retenue par la
formule ci- dessus, ensuite nous déterminons le volume des pertes :

Vmoy = 0,5 ( A 80% + Vm )


D’ou :
A80% = 2,752.105 m3 ,Vm = 18501m3
Ÿ Vmoy = 146850,5m3
Vmoy = 1,4685.105 m3
A) - Volume des pertes par évaporation :
Ces pertes sont supposées affectées une surface moyenne du plan d’eau. Cette
dernière est déduite a partir des courbes caractéristiques, ainsi pour un volume moyen
de 1,4685.105 m3 , nous avons Smoy =74641,66m2.
D’après l’étude climatologique, on à estimer l’évaporation annuelle ( Ev) à :
Ev = 2648 mm d'eau évaporée par année, ainsi Ev =2,648 m / an.

Le volume perdue par évaporation est calcule comme suit:

Ve = Ev. Smoy

D’où :
Ve = 197,651 . 103 m 3
B) – Volume des pertes par infiltration :
D’après l’étude climatologique, on à estimer l’infiltration annuelle (VI ) a :
L’infiltration :I=146,49mm
I=0,14649mm
VI =10,9343 .103 m3

C) – Volume utile :

Corrigé par : Mr Yeless.F


41


    

Le volume utile est calculé par la relation suivante :


ªV + VI º
Vu = A80% − Ve − VI + « e »
¬ 2 ¼
Vu = 170907,350 m3
Ce qui correspond, d’après la courbe caractéristique,H = F(V) à une cote de 106 m

III-5-4-Détermination de volume total :


VT = Vu + Vm
VT =170907,350 +18501
Donc :
VT =291974,506 m3
Ce qui correspond, d’après la courbe caractéristiques H = F (V) à une cote de
892,5m ,c'est-à-dire H = 7,5m au dessus des fondations.

III-6- laminage de crue


III-6-1-Introduction
Pour un meilleur fonctionnement des déversoirs, on essaie de minimiser la hauteur
de la lame d’eau déversante « H d»en augmentant le plus possible la largeur du déversoir
«b»
L’étude de laminage de crues permet d’assurer la sécurité du barrage contre les
conséquences catastrophiques de la submersion et permet de déterminer les dimensions
optimales de l’évacuateur de crue telles que la charge « H d» et largeur « b ».
- Les crues peuvent être laminées de façon appréciable par stockage dans la tranche
disponible entre la cote du déversoir et celle des plus hautes eaux.
L’étude de laminage doit être faite dans les conditions les plus défavorables. Ce
dernier se fait quand le plan d’eau dans la retenue se situe à la cote normale de la
retenue.

Figure III-2 : laminage de crue par la retenue

Corrigé par : Mr Yeless.F


42


    

La courbe (1) représente l’hydrogramme de crue à la retenue


La courbe (2) représente l’hydrogramme sortant à l’évacuateur de crue .
Qmax : Débit maximal des crues qui est déterminé sur l’hydrogramme en m3/s.
Q e : Débit sortant de la retenue par l’évacuateur de crue.

L’étude de laminage consiste à déterminer la cote maximale du plan d’eau


pendant le passage de la crue dans la retenue, il existe plusieurs méthodes et solutions
permettant d’éclaircie ce problème, nous avons utilisé une méthode analytique pour
déterminer la charge déversante réelle et fictive ainsi que la hauteur « a » et le débit à
évacuer et cela en variant à chaque fois la largeur « b » du déversoir

III -6-2-La charge déversante fictive (H0)

Nous utilisons la formule suivant :

2
ª Q0 º 3

H0 = « »
«¬ m.b 2 g »¼
D’où :
2
ª 49,56 º 3
H0 = « »
¬ 0,3.b 2.9,81 ¼

Largueur
2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
dèversante (m)
Hauteur déversante
7,03 5,37 4,36 3,76 3,34 3,02 2,76 2,56 2,38 2,24
(m)

Largueur
12 13 14 15 16 17 18 19 20
dèversante (m)
Hauteur déversante
2,11 2,01 1,91 1,82 1,75 1,68 1,62 1,56 1,518
(m)
Tableau III-10 : calcul de la hauteur déversante

On doit choisir une charge déversante pour une largeur de déversoir la plus
économique. A partir du tableau Tableau III-10, nous avons obtenu les résultats
suivantes:
La hauteur déversante :
Hd = 1,518m
La largeur de déversoir :
b =20m
Le débit évacuer :
Qe =49,56 m3/s

Corrigé par : Mr Yeless.F


43


    

Caractéristiques hydrologiques Symboles Valeurs Unité


Apport moyen annuel A 5,71.105 m3
Lame d'eau écoulée Le 62,865 mm/an
Apport annuel à 80% A 80% 2,752.105 m3
Volume solide VS 6,167.104 m3
Volume mort Vm 18501 m3
Volume moyen de la retenue Vmoy 1,4685.105 m3
Pertes par évaporation Ve 197,651.103 m3
Pertes par infiltration VI 10,934. 103 m3
Volume utile VU 170907,35 m3
Volume totale VT 189408,35 m3
Crue de projet Qmax 49,56 m3/s
Charge déversante Hd 1,518 m
Largueur de déversoir b 20 m
Tableau III-11 : tableau récapitulatif des caractéristiques hydrologiques.

III-7-CONCLUSION :
Les différents résultats obtenus ont montré que la lame d’eau écoulée égale a 62,865
mm/an et l’apport moyen annuel est estimé à 5,71.105m3
Le volume solide est estimé à 6,167.104m3, le volume mort est égal à 18,501. 10 3m3,
ce qui correspond d’après la courbe caractéristique à une cote égale à 360,5m. La
capacité utile est estimée à 273473,51 m3 .
Le volume total de la retenue est estimé à 291,768.103 m3 .
La crue de projet est centennale, elle est de 49,56 m3/s et correspond à une charge
déversante de 1,518 m et une largeur déversante de 20m

Corrigé par : Mr Yeless.F


44
• Conception de la digue
• Principales caractéristiques de la digue :
• Côté caractéristiques
• La hauteur du barrage
• Evaluation de tassement

        

IV-1- Conception de la digue :


Dans cette partie on définit le profil général du barrage (cf. figure N°VI-01)
IV -1-1- Principales caractéristiques de la digue :
IV -1-1-1- Côté caractéristiques :
• Côté du fond de lit CFL = 96m
• la longueur du fetch=1,5km
• Niveau normal de la retenue NNR = 360,5m
• Niveau des plus hautes eaux NPHE = NNR + Hd
NPHE =360,5+1,518
IV -1-1-2- La hauteur du barrage :
La hauteur totale de la digue sera égale à la hauteur normale de retenue des eaux
majorée de la charge maximale au-dessus du seuil du déversoir de crues et de la
revanche.
Elle est calculée par la formule suivante :
Hb = CCB – CFL
CCB = NPHE + R = NNR + Hd + R
Hb = NNR + Hb+ R – CFL
Hd : Charge déversante égale à 1,518m
CCB : Côté de la crête de barrage.
IV -1-1-2-1- La revanche :
C’est une tranche comprise entre la côte des plus hautes eaux (PHE) et la crête du
barrage, pour la déterminer on doit tenir compte de la hauteur des vagues qui se
forment sur le plan d’eau et la projection de l’eau vers le haut du barrage due à la
vitesse de propagation des vagues lorsqu’elles rencontrent le barrage. Donc on doit
évaluer la hauteur et la vitesse des vagues.
a)Hauteur des vagues:
Il existe plusieurs formules empiriques qui permettent d’évaluer la hauteur des
vagues en fonction de la longueur au plan d’eau ou fetch et la vitesse du vent.
a)-1- Formule de MAILLET et PACQUANT :
D’après MAILLET et PACQUANT, la hauteur des vagues est donnée par la formule :
hv = 1 + 1 F
2 3
hv : est exprime en « m »et F est la longueur du plan d’eau en Km F = 1,5 Km
hv = 0,91 m
a)-2- Formule de STEVENSON :
hv = 0,76 + 0,032 V .F − 0,264 F
hv : hauteur des vagues en « m ».
V : vitesse de vent en Km/h (pour notre zone étudier on à la vitesse de vente égale a
10,90m/s ).
F : fetch en Km (1,5)
hv : = 0,60m.
On prend une hauteur moyenne des vagues :
hv = 0,750m
b) Vitesse des vagues :
Pour des vagues comprise entre 0,50 et 2m la vitesse de propagation des vagues en
m/s est donné par :

45 Corrigé par : Mr Yeless.F



        

a)Formule de GAILLARD :
V = 1,5 + 2hv
V : vitesse de propagation des vagues en m/s :
hv :la hauteur des vagues en m.
V = 3m / s
b) Formule de STEVENSON :
2
V = 1,5 + .hv
3
=2 m/s
On prend une vitesse moyenne :V=2,5m/s.
c)Calcul de la revanche :
l’effet de projection des vagues vers le haut du parement peut être évalué en
calculant V 2 2 g .
Donc la revanche peut être estimée comme suit :
V2
R = 0,75hv +
2g
hv :hauteur de vagues en m.
V :vitesse de vagues en m/s.
g :accélération pesanteur
hv = 0,75m ,V = 2,50m/s, g = 9,81m.s-2
Donc :
R = 0,8812m
Donc la hauteur de barrage sera égale a :
Hb=NNR +Hd +R - CFL
Hb=13,39m.
IV-2-Evaluation de tassement :
a)si la hauteur du barrage supérieur à 40m
3
Ÿ T = 0,001H b 2 .

b) si la hauteur du barrage inférieur à 40m


Ÿ T = 0,015 H b
Puisque H b <40m donc :
3/ 2
T = 0.015 H b
= 0,735m.
Cette valeur convient d’adopte une surélévation de la hauteur de barrage qui tient
compte de la valeur da tassement.
Finalement la hauteur totale du barrage sera égala :
H bT = H b + T

H bT = 0,735+13,39 donc : H bT = 14.125m

III-3 Conclusion :
Dans cette étude nous avons déterminé les principales caractéristiques de la digue
projetée, ayant une hauteur totale de 271,258m.

46 Corrigé par : Mr Yeless.F


• Evacuateur de crue
• Choix du type d’un évacuateur de crue
• Le différent type d’évacuateur de crue
• Choix de l’emplacement de l’évacuateur
• Les éléments constituants un évacuateur de crue

  

V-1-INTRODUCTION :
Les barrages en terre sont généralement équipées des dispositifs ou d’organes
annexes qui sont essentiellement l’évacuateur de crue, la vidange de fond et la
conduite de prise d’eau.
V-2-Evacuateur de crue :
V-2-1-définition :
La submersion d’un barrage en terre au passage d’une forte crue est toujours un
phénomène très dangereux, une grande proportion des accidents de rupture survenus à
des barrages de ce type ont eu pour origine des crues qui dépassaient les possibilités du
dispositif d’évacuation donc il faut protéger chaque barrage contre ces risques en
prévoyant un dispositif d’évacuation de crues.
V-2-2-Choix du type d’un évacuateur de crue :
Le choix du type d’évacuateur de crue est basé sur des conditions faisant
intervenir l’importance du débit à évacuer, aussi –que la dénivellation entre la côte des
plus hautes eaux et celle du fond de la vallée à l’aval.
V-2-3-Les différentes type d’évacuateur de crue :
Les évacuateurs de crue peuvent être classés suivants plusieurs critères :
a)-leur type de fonctionnement hydraulique :
Évacuateur de crue à surface libre : il est composé d’un canal d’écoulement,
coursier et un bassin de dissipation.
Évacuateur de crue en charge ou en puit ou en tulipe : il est composé d’un
déversoir circulaire,un puit vertical ou inclinée, un coude et une galerie plus où moins
inclinée.
b) Leur emplacement par rapport à la digue :
•Evacuateur latéral.
•Evacuateur frontal ou central.
V-2-4-Choix de l’emplacement de l’évacuateur :
Le choix de l’emplacement d’un évacuateur de crue se fait suivant les conditions
topographiques géologiques du site en peut placé l’évacuateur soit sur les rives, soit
dans le corps de la digue mais cette variante est déconseillée vu les problèmes qu’elle
peut poser pour des raisons de sécurité nous avons choisir l’emplacement de
l’évacuateur sur la rive droite.
L’évacuateur de crue sera placé au côté sud de la vallée sur la rive droite qui
offre des conditions suffisantes pour l’implantation d’un évacuateur.

47 Corrigé par :Mr Yeles.F



  

V-2-5-Les éléments constituants un évacuateur de crue :


Un évacuateur de crue peut être divise en quatre parties, dont les fonctions sont
les suivants :
V-2-5-1- Déversoir :
Le débit d’un évacuateur de crue est généralement contrôlé par le déversoir situe
dans la partie amont de l’évacuateur, c’est une section de contrôle que l’on
dimensionne en fonction de débit laminé.
Il existe plusieurs type de déversoir tels que :
•Déversoir à crête rectiligne.
•Déversoir à crête non rectiligne.
•Déversoir contrôlé par des vannes et clapets.
•Déversoir tulipe, siphon, marguerite.
•Déversoir latéral.
V-2-5-2-Canal d’écoulement :
Le canal fait directement suite au déversoir. Dans le cas d’un évacuateur de
surface sa pente est suffisamment faible et inférieur à la pente critique pour que le
régime soit fluvial.
V-2-5-3- coursier :
Il fait suit au canal et conduit l’eau au bassin de dissipation, c’est l’ouvrage qui
permet de transiter le débit de crue de la retenue vers l’aval du barrage où ces eaux
seront déversées.
V-2-5-4 le bassin de dissipation :
Il permet le passage de l’eau du coursier à la rivière en dissipant l’énergie
cinétique.
V-2-5-Le choix du tracé de l’évacuateur :
Pour le choix de la position de l’axe longitudinale du trajet d’évacuation, on tient
compte des critères suivants :
Le tracé de l’évacuateur doit suivre dans la mesure du possible le terrain naturel,
afin de réduire les volumes d’excavations.
Il est préférable d’éviter les remblais en particulier au niveau des talwegs pour ne
pas se heurter aux problèmes de tassement et de stabilité.
L’axe de l’évacuateur doit être le plus court possible et suffisamment éloigné du
pieds du talus aval du barrage.

48 Corrigé par :Mr Yeles.F



  

V-03- Dimensionnement de la conduite de prise d’eau et de vidange :

Le diam être de la conduite est calculé en fonction des paramètres suivant :


Le débit à évacuer, et le perte de charge le long de la conduite.

Selon l’importance des ouvrages, les diamètres des conduites sont donnés dans le
tablauxVIII-04 :

Type des ouvrages Diamètres des conduites (mm)

Petits ouvrages 300 à 600


Les ouvrages de moyenne dimension 600 à 800

Tableau V-1 : diamètre de la conduite de vidange.

49 Corrigé par :Mr Yeles.F


CONCLUSION GENERALE

Dans ce travail nous j’ai voulu apporter notre humble contribution à l’étude d’un
barrage en terre.

L’étude climatique à montrer que la région est caractérisée par un climat semi-
aride, une température moyenne annuelle de l’ordre de 16,9°C, et une précipitation
moyenne de 523.174mm.

Les principales caractéristiques du notre bassin versant ont été déterminer suite a une
étude morphologique.

L’étude hydrologique nous a permit d’évaluer un volume d’apport liquide annuel


égale à 571.103 m3, et volume total de la retenue égale à 291,975.103 m3.la crue de
projet est centennale ayant 49,56 m3/s.

Notre choit est porté sur une digue homogène en matériaux argileux et ayant une
hauteur de 272m. La protection des talus de la digue est assure par des
enrochements.

50 Corrigé par : Mr Yeless.F


BIBLIOGRAPHIE :

• Ch. Mallet : Les barrages en terre

• Nasri K ,Slimani D : Etude de faisabilité d’une retenue


collinaire sur l’oued ben adouane wilaya
de Saida.mémoire de fin d’etude-DUEA-
Institut d’hydraulique AEH . Saida

• M Yeles .F : Cours du 4emeannée hydraulique . Institut


d’hydraulique AEH . Saida
 
 

 

  

Med.hydrau@Gmail.com
Med0205@yahoo.fr