Vous êtes sur la page 1sur 3

LES OUTILS DE GESTION COMPTABLE DES STOCKS

Pour une meilleure gestion des stocks, plusieurs documents sont utilisés par les gestionnaires
et personnes impliquées. Ces documents se présentent différemment et sont utilisés pour des
fins diverses.
I. PRESENTATION DES DOCUMENTS
Pour une présentation de ces documents, étudions le cas suivant :
CAS DE « ELECTRO »
M.MOUNIR est employé comme magasinier dans l’entreprise ELECTRO. Son rôle est
toujours connaître parfaitement la quantité de marchandises qu’il a en stock.
Pour cela, il dispose de plusieurs documents :
1- Le bon de livraison (ou bon de réception) :
Lorsque M. MOUNIR reçoit des marchandises, le transporteur lui remet un bon de livraison.
Les pièces livrées sont répertoriées sur ce bon. M. MOUNIR doit vérifier que les produits
livrés correspondent bien aux produits commandés.
Celui-ci doit aussi vérifier l’état des marchandises. Si elles sont abîmées, il peut les refuser.
2- Le bon d’entrée :
Avant d’entreposer les marchandises reçues, M. MOUNIR remplit un bon d’entrée. Celui-ci
lui permet de savoir exactement combien de marchandises sont entrées dans l’entrepôt.
3- Le bon matière :
Lorsque les ateliers de production ont besoin de pièces, un ouvrier vient les chercher au
magasin. Il présente le bon matière, document qui indique les références et les quantités des
pièces demandées.
4- Le bon de sortie :
Quand M. MOUNIR sort des marchandises de l’entrepôt, il remplit un bon de sortie. Celui-ci
lui permet de savoir exactement combien de marchandises ont été prises dans l’entrepôt.
5- La fiche de stock :
M. MOUNIR utilise des fiches de stock pour savoir à tout moment la quantité des produits
qu’il reste en stock. Il utilise une fiche différente par produit ou article.
Chaque fiche de stock est tenue à jour dès qu’il y a un mouvement d’entrée ou de sortie d’un
article.

II. UTILISATION DES DOCUMENTS


LES SYSTEMES DE GESTION DES STOCKS
On distingue les principes de deux grands systèmes de gestion des stocks :
 Système à quantité fixe et à périodicité variable (à point de commande)
 Système à périodicité fixe et quantité variable. (à recomplètement périodique)
1. Etude du système à point de commande :
Principe :
Passer une commande lorsque le niveau du stock disponible descend à un niveau théorique dit
point de commande.
 Stock disponible = Stock physique + commande – demande reçues non satisfaites.
 Niveau du point de commande = Demande moyenne pendant le délai d’obtention
moyen +Stock de sécurité.
 Stock de sécurité = Quantité destinée à couvrir les aléas sur la demande et sur le
délai.
Exemple : Fiche de stock d’un article géré à point de commande.
L’entreprise Omega vend un article dont le Point de commande est fixé à 50 unités et les
quantités par commande à 200 unités.
Vous disposez des informations suivantes :
 Stock initial au 2/3 est de 85 unités et il n’y avait pas de commande en cours ou de
demande non satisfaite
 Les différentes sorties
Dates 3/3 4/3 6/3 8/3 9/3 12/3 14/3 16/3 17/3 20/3
Sorties 5 8 10 2 15 10 7 6 6 11
 Le délai d’obtention d’une commande est de 3 jours
TAF :
1- A quelle date se fera la prochaine commande ? Qu’elle sera livrée ?
2- Présenter la fiche de stock (Date-Entrées-Sorties-Stock-Commandes-Disponible)
3- Quel sera le niveau du stock disponible à la date du 20/3.
4- Quel est le niveau du stock de sécurité si la vente journalière moyenne est de 8 articles.
Remarques :
 Si le point de commande est fixé trop haut : le stock moyen augmente ainsi que le coût
de possession de stock.
 Si le point de commande est fixé trop bas : le stock moyen diminue et le risque de rupture
s’accroît.
Ce système entraîne des difficultés dans plusieurs cas :
- Difficultés d’effectuer un regroupement des commandes.
- Délais d’obtention s’en trouvent allongé.
- Coûts de gestion importants.
On peut conclure : le système à point de commande est le mieux adapté lorsque :
 Demande à forte variabilité.
 Articles qui par leur prix, leur importance pour l’entreprise impose une forte protection
contre les ruptures (Articles classe A).
 Système de production souple.
 Présence de stocks chez le fournisseur.
2. Système à recomplètement périodique :
Principe :
Examiner le niveau du stock à intervalles réguliers et à passer une commande égale à la quantité
consommée pendant la dernière période.
 La quantité commandée à la fin de chaque période fixe est égale à la différence entre le
stock disponible et le niveau de recomplètement.
 Niveau de recomplètement = Demande moyenne pendant la durée d’une période et du
délai d’obtention moyen + Stock de sécurité.
Exemple : Fiche de stock d’un article géré à recomplètement périodique.
Reprenez l’exercice précédent en considérant :
 Un Cycle de révision de 10 jours, la première commande est passée le 7/3
 Le délai d’obtention d’une commande est de 5 jours
 Et un Niveau de recomplètement : 300
Remarques :
 Lorsque le niveau de recomplètement est fixé très haut : le stock moyen et les coûts de
détention sont élevés.
 Lorsque le niveau de recomplètement trop bas : le stock moyen diminue et le risque de
rupture croit.
 Coïncider les périodicités de recomplètement avec un multiple des périodicités de
lancement dans l’entreprise ou chez le fournisseur.
 Le système étant « aveugle » à l’intérieur d’une période.
On peut conclure : le système à recomplètement périodique est préférable lorsque :
 Demande et délai d’obtention à faible variabilité.
 Impossibilité de prendre en charge de façon continue des commandes du fait de
l’organisation de la production.
 Articles dont la valeur de consommation faible par le prix ou la quantité (Article classe
B ou C).

Centres d'intérêt liés