Vous êtes sur la page 1sur 10

Pr.

Abdelmoumen BERJAOUI
Docteur en sciences de gestion
Professeur habilité, FSJES, Kenitra

COURS DE COMPTABILITÉ APPROFONDIE

1
Chapitre 1. LES AMORTISSEMENTS
Après leur acquisition et au cours de leurs utilisation par l’entreprise, les biens de l’actif
immobilisé, notamment les immobilisations corporelles et incorporelles subissent des pertes
de leurs valeurs suite notamment à l’usage, le temps et l’obsolescence. Ces pertes de valeur
se traduisent du point de vue comptable par des charges non décaissables mais constatées.
Ces charges s’appellent les amortissements.

Une exception doit être faite pour les immobilisations en non valeur. Ces immobilisations
sont certes amortissables sauf que leur amortissement n’est pas dû aux causes précitées. En
effet, les immobilisations en non valeur sont des charges par nature mais autorisées par
l’administration fiscale à être enregistrées dans l’actif immobilisé. Leur amortissement
constitue une répartition de leurs montants sur plusieurs exercices et non pas une
dépréciation, afin qu’un seul exercice ne les supporte pas tout seul. Il s’agit en fait d’une
règle fiscale.

Certaines immobilisations ne sont pas amortissables : il s’agit notamment des terrains


(sauf terrains miniers et carrière), le fonds commercial et les immobilisations financières.

La pratique des amortissements selon les normes autorisées au Maroc peut s’effectuer de
trois manières :

- L’amortissement constant ou dit linéaire (voir cours de S2, S5) ;


- L’amortissement dégressif (décroissant, optionnel) et l’amortissement dérogatoire.
- L’amortissement exceptionnel.

1. L’amortissement dégressif et l’amortissement dérogatoire


L’administration fiscale autorise les entreprises à pratiquer l’amortissement dégressif pour
certaines immobilisations (investissements). Cet amortissement permet de constater des
annuités plus fortes au début de la durée de vie (les premières années d’un investissement
sont souvent très difficiles) et de plus en plus décroissantes par la suite afin de permettre à
l’investissement en question de produire les cash-flows escomptés. Sont exclus de la pratique
de l’amortissement dégressif : les constructions, les voitures de tourisme et les
immobilisations en non valeurs. L’amortissement dégressif est calculé par application d’un
taux dégressif déterminé ainsi :

Taux dégressif = Taux constant x coefficient

Les coefficients en vigueur sont :

Durée de vie Coefficient


3 D 1,5
5 D 2
D 6 3

2
Exercice

Un matériel industriel a été acquis le 01/10/2006 pour 70 000 DH(HT). La durée de vie est
de 5 ans. Présenter le plan d’amortissement selon le système dégressif.
1. Etablir le tableau d’amortissement et passer les écritures dans les exercices 2006, 2009.

Taux de la
Durée
Base de Dotation durée
Cumul des restante à
Date l'amortisse de VNA restante à
amortissements amortir en
ment l'exercice amortir
mois (n)
(12/n)
31/12/2006 (mois) 70 000,00 7 000,00 (1) 7 000,00 63 000,00 0,20 60,00

31/12/2007 63 000,00 25 200,00 32 200,00 37 800,00 0,21 57,00


31/12/2008 37 800,00 15 120,00 47 320,00 22 680,00 0,27 45,00
31/12/2009 22 680,00 9 072,00 56 392,00 13 608,00 0,36 33,00
31/12/2010 13 608,00 7 776,00 (2) 64 168,00 5 832,00 0,5714 21,00
31/12/2011 (9 mois) 13 608,00 5 832,00 (3) 70 000,00 0,00 9,00

(1) 70 000 x 0,4 x 3/12


(2) 13 608 x 57,14%
(3) 13 608 x 57.14% x 9/12

A Retenir

- Le taux d’amortissement dégressif = 20 % x 2 = 40 % ;


- Il est vivement recommandé de commencer le tableau par les deux dernières colonnes :
durée restante à amortir en mois puis le taux de la durée restante à amortir. J’arrête de
servir la colonne du taux de la durée restante à partir de l’exercice ou ce dernier devient
supérieur au taux dégressif (2010) ;
- La base de calcul de la première année est la valeur d’origine à laquelle on applique le
taux dégressif en tenant compte de la règle de prorata temporis;
- La VNA est calculée toujours à partir de la valeur d’origine (70 000,00) est non pas sur la
base de calcul;
- La base de calcul d’un exercice N est la valeur nette d’amortissement VNA de l’exercice
N-1 (à l’exception de la première année);
- A partir de l’exercice ou le taux calculé sur la durée restante à amortir, devient
supérieur au taux dégressif (2010), on revient à l’amortissement linéaire dans les années
qui restent à amortir avec le taux de la durée restante à amortir (0.5714) (A partir de
l’exercice 2010, le taux de la durée restant à amortir (0.5714) devient supérieur au taux
de l’amortissement dégressif (40%), il le remplace donc à partir de cette année);
- La VNA de l’exercice précédant celui où le taux dégressif est remplacé par le taux de la
durée restante (VNA 2009 = 13 608.00), devienne la base de calcul du restant des années
à courir (La VNA de l’exercice 2009 devient la base de calcul des années restantes).

3
Remarque
- L’amortissement dégressif est un avantage fiscal. Les comptables considèrent donc que son
enregistrement en tant que charge d’exploitation risque d’altérer l’image fidele des
comptes. Ils ont donc départagé les dotations de l’amortissement dégressif en dotations
constantes (amortissement linéaire au taux de 20%) traduisant la dépréciation comptable de
l’immobilisation et dotations à caractère fiscal (dérogatoire).
- Ils considèrent que du fait que l’amortissement dérogatoire ne représente pas une véritable
dépréciation de l’immobilisation, il ne doit pas de ce fait être enregistré dans les comptes
d’amortissement mais dans des comptes non courants. Les dotations constantes sont
enregistrées normalement en tant que charges d’exploitation et les dotations dérogatoires
en tant que charges non courantes (avantage fiscal). Le calcul se fait à partir du tableau
d’amortissement dégressif en ajoutant deux colonnes : une pour les dotations constantes et
l’autre pour la dotation dérogatoire.

Dotation Cumul des Taux de Durée


Base de Dotation Dotation
Date de amortissem VNA la durée restante en
l'amortissement Constante dérogatoire
l'exercice ents restante mois
31/12/2006
70 000,00 7 000,00 7 000,00 63 000,00 0,20 60,00 3 500,00 3 500,00
(3mois)
31/12/2007 63 000,00 25 200,00 32 200,00 37 800,00 0,21 57,00 14 000,00 11 200,00
31/12/2008 37 800,00 15 120,00 47 320,00 22 680,00 0,27 45,00 14 000,00 1 120,00
31/12/2009 22 680,00 9 072,00 56 392,00 13 608,00 0,36 33,00 14 000,00 -4 928,00
31/12/2010 13 608,00 7 776,00 64 168,00 5 832,00 0,5714 21,00 14 000,00 -6 224,00
31/12/2011
13 608,00 5 832,00 70 000,00 0,00 9,00 10 500,00 -4 668,00
(9mois)

31/12/2006
6193 DEA des immob. Corp 3 500,00
2833 AMT des ITMO 3 500,00
Dotation constante 70 000 x 20% x 3/12
31/12/2006
65941 DNC pour amortissements dérogatoire 3 500,00
1351 Prov. Pour amortiss.dérogatoire 3 500,00
Dotation dérogatoire : 7 000 - 3 500

31/12/2009
6193 DEA des immob. Corp 14 000,00
2833 AMT des ITMO 14 000,00
Dotation constante 70 000 x 20%
31/12/2009
1351 Prov. Pour amortiss.dérogatoire 4 928,00
75941 Reprise sur amortiss. dérogatoire 4 928,00
Dotation dérogatoire(Reprise) : 9 072 - 14 000 = -4 928

4
Remarque
- Le compte 1351 est utilisé pour tenir compte de l’avantage fiscal relatif à l’amortissement
dégressif, il n’est en aucun cas une provision au sens strict du terme (c’est-à-dire en vue de
couvrir une perte ou un risque). Il représente en effet une dette fiscale latente à long terme.
Il disparaitra du passif à la fin de la durée de vie de l’actif en question.

Remarque
- L’incident de l’amortissement sur les documents de synthèse est illustré par l’exemple
suivant : le 09 octobre N, une entreprise fait l’acquisition d’un mobilier de bureau mis en
service le 12 octobre N. Coût d’acquisition HT : 7 200 DH, durée d’utilisation prévue 10
ans :

5
31-12-N Inventaire du 31-12-N
Charges CPC Produits
61935 DEA des mobiliers, maté.de bur. et am. Div. 180 DEA des mob… 180
2835 Amt. Du mob.mat de bureau et am. Div. 180
7200 x 10% x 3/12 Actif Bilan Passif
Dotation de N Mobilier de bureau 7200 180 7020

31-12-N+1

61935 DEA des mobiliers, matériel de bureau et am. Div. 720 Inventaire du 31-12-N+1
2835 Amt. Du mob.mat de bureau et am. Div. 720 Charges CPC Produits
7200 x 10% DEA des mob… 720
Dotation de N+1
Actif Bilan Passif
31-12-N+2 Mobilier de bureau 7200 900 6300

61935 DEA des mobiliers, matériel de bureau et am. Div. 720


2835 Amt. Du mob.mat de bureau et am. Div. 720 Inventaire du 31-12-N+2
7200 x 10% Charges CPC Produits
Dotation de N+2 DEA des mob… 720

Actif Bilan Passif


Mobilier de bureau 7200 1620 5580

31-12-N+10

61935 DEA des mobiliers, matériel de bureau et am. Div. 540 Inventaire du 31-12-N+10
2835 Amt. Du mob.mat de bureau et am. Div. 540 Charges CPC Produits
7200 x 10% x 9/12 DEA des mob… 540
Dotation de N+10
Actif Bilan Passif
Mobilier de bureau 7200 7200 0
Une immobilisation même totalement amortie doit figurer au bilan tant qu'elle reste
dans le patrimoine de l'entreprise.

6
2. La cession d’une immobilisation amortissable
La règle fiscale stipule que lorsque la cession d’une immobilisation intervient avant
l’expiration d’une durée de 5 ans (à ne pas confondre avec la durée de vie de
l’immobilisation), l’entreprise doit reverser à l’Etat une fraction de la TVA initialement
déduite (récupérable) lors de l’acquisition. La TVA à reverser correspond aux années non
courue. L’opération de cession est désormais assujettie à la TVA.

On propose de passer les écritures de régularisation d’une cession à crédit (40 000 DH HT)
du matériel de l’exemple précédent dans les deux cas suivants :

1. La cession a été effectuée le 01/03/ 2008.


2. La cession a été effectuée le 01/03/ 2012.
1. Cession en 2008
1-mars-08
3481 Créance sur cession d'immobilisation 48 000,00
7513 Produit de cession des immob. 40 000,00
4455 Etat, TVA facturée 8 000,00
Facture n°
mars-08
6583 Pénalités et amendes fiscales ou pénales 5 600,00
4456 TVA dûe 5 600,00
70 000 x 0,2 x 2/5 = 5 600
avr.-08
4456 TVA dûe 5 600,00
5141 Banque 5 600,00
Reversement de la TVA dûe
31/12/2008
6193 DEA des immob. Corp 2 333,33
2833 AMT des ITMO 2 333,33
Dotation constante 14 000 x 2/12 = 2 333,33
31/12/2008
65941 DNC pour amorti. dérogatoire 186,67
1351 Prov. Pour amort. dérogatoire 186,67
Dotation dérogatoire : 1 120 x 2/12 = 186,67
31/12/2008
2833 AMT des ITMO 19 833,33
6513 VNA des immob. Corp. Cédées 50 166,67
233 ITMO 70 000,00
Sortie du Matériel 70 000 x 0,2 x 17/12
31/12/2008
1351 Prov. Pour amort.dérogatoire 14 886,66
75941 Reprise sur amort .dérogatoire 14 886,66
Reprise de l'amortissement dérogatoire

7
2. Cession en 2012

1-mars-12
3481 Créance sur cession d'immobilissat. 48 000,00
7513 Produit de cession des immob. 40 000,00
4455 Etat, TVA facturée 8 000,00
Facture n°
déc.-12
2833 AMT des ITMO 70 000,00
233 ITMO 70 000,00
Sortie du Matériel

Remarque
- En 2012 l’entreprise a respecté la durée de détention de 5 ans, donc il n y’aura pas lieu de
TVA à reverser à l’Etat. En plus, l’immobilisation est déjà complètement amortie en 2011.
3. L’amortissement exceptionnel
Pour des raisons interne à l’entreprise (la conquête d’un nouveau marché, augmentation du
nombre de commande, etc) les dirigeants peuvent décider d’amortir une immobilisation selon
la procédure de l’amortissement exceptionnel. La dotation de l’exercice se décomposera alors
en deux fractions :
- l’amortissement habituel considéré comme une dotation d’exploitation à enregistrer
normalement ;
- l’amortissement de plus considéré comme un amortissement exceptionnel à débiter dans
les comptes 6591 Dotations aux amortissements exceptionnels des immobilisations. La
somme total est passé dans le compte 28 concerné.
Exemple
L’entreprise SIM avait amorti régulièrement une machine de production acquise le
01/10/2008 au prix de 350 000,00 DH HT linéairement au taux de 10%. Au 31/12/2010 la
Direction Générale constate (d’après une expertise par exemple) que la machine a été
exploitée en suractivité (forte demande sur les produits de SIM). Elle décide de ce fait de
l’amortir dans la durée restant à courir au taux de 15% :
- Dotation normale : 350 000 x 10 % = 35 000,00
- Dotation Décidée : 350 000 x 15 % = 52 500,00
- Dotation exceptionnelle : 52 500,00 – 35 000,00 = 17 500,00.
- Passer les écritures en 2011 ?
- Passer les écritures en 2011 si elle décide de l’amortir à 100% ?

8
31-déc.-11
6193 DEA Immob. Corp 35 000,00
6591 DEA exception. Des immob 17 500,00
28332 Amort. Du Met O 52 500,00
Amortissement 2010

4. Echange d’une immobilisation contre une autre


Exemple

Un matériel industriel acquis le 02/01/2009 pour 60 000 DH HT a une durée de vie probable
de 10 ans. Le 20/07/2014, il est échangé contre un matériel neuf estimé à 84 000 DH HT
(TVA 20%) moyennant une soulte, versée par chèque bancaire de 74 960 DH.

Facture

Prix HT du matériel neuf 84 000


TVA 20% 16 800
Total 100 8000
Reprise du matériel (-) 21 533.33
TVA 20% 4 306.66
Net à payer 74 960,00

20/07/2014
Matériel et outillage 84 000,00
Etat TVA réc/ immo 16 800,00
PC des immob. Corp 21 533,33
Etat TVA facturé 4 306,66
Banque 74 960,00
31/12/2014
DEA des immob. Corp 3 500,00
Amt du MO 3 500,00
60 000 x 10% x 7/12 (l’ancien)
31/12/2014
Amt du MO 33 500,00
VNA des immob. Corp cédé 26 500,00
Matériel et outillage 60 000,00
Sortie ancien
31/12/2014
DEA des immob. Corp 4 200,00
Amt du MO 4 200,00
84000 x 10% x 6/12

9
Remarques

- D’après le CGNC, même en cas d’absence ou d’insuffisance de bénéfices, l’entreprise doit


procéder aux amortissements nécessaires pour parvenir à l’image fidele des comptes
annuels ;
- L’amortissement dérogatoire ne présente pas un caractère obligatoire. Il constitue
seulement une mesure d’optimisation comptables ou fiscale ;
- Le non enregistrement des amortissements conduit à la présentation des comptes ne
donnant pas une image fidèle de l’entreprise. D’ailleurs les états financiers ne peuvent être
en principe certifiés réguliers et sincères par un commissaire aux comptes si les
amortissements ne sont pas comptabilisé. Le résultat qui se dégage d’un CPC sans
amortissement serait artificiellement gonflé et risquerait d’entrainer des distributions de
dividendes fictives ;
- Du pont de vue fiscale, l’entreprise qui n’inscrit pas en comptabilité la dotation aux
amortissements se rapportant à un exercice comptable donné, perd le droit de déduire
l’annuité ainsi omise sur le résultat du dit exercice (article 10 du CGI).

10