Vous êtes sur la page 1sur 8

Votre PROGRAMME de droit

ANNALES 2 0 1 9
des obligations L2 traité à travers les
DIFFÉRENTES ÉPREUVES
rencontrées en TD et lors de l’EXAMEN
Les CORRIGÉS sont CONFORMES
aux attentes de votre professeur et à ce que ANNALES

CORRIGÉES ET COMMENTÉES
vous pouvez réaliser dans le temps imparti. CORRIGÉES ET COMMENTÉES
FINAL (dissertation, commentaire d’arrêt,
cas pratique, QRC et QCM).
2019
, il est primordial

Marie-Cécile Lasserre
Dans l’introduction
du sujet.
de définir les termes
donc donner
consi- Vous deviez
contractus, est aussi t du la définition de l’excep
tion
ptio non adimpleti emen
xécution, ou l’exce e ou à l’anéantiss d’inexécution.
L’exception d’ine à l’exécution forcé

Sophie Druffin-Bricca
cu-
voie alternative de refuser d’exé
dérée comme une un contractant
, ce méca nisme permet à sienn e. L’exc eptio n d’inexécu-
fruste
contrat. Plus n’exécute pas la atique de
si l’autre partie contrat synallagm
que
Dissertation juridi
ter son obligation ue partie à un de son
le droit pour chaq obtenu de la part

Diane Boustani
tion confère ainsi qu’elle n’a pas
Sujet 9 son obligation tant ou d’ar-
fiée de primitive
s’abstenir d’exécuter ation qui lui est due. Souvent quali d’un juge, l’excep-

LICENCE 2
la prest n préal able
cocontractant ne suppose pas l’inter
ventio
. La partie victim
e
ce qu’el le loi du Talion
sujet suivant : chaïque, en cation de la le même

Delphine Lanzara
Vous traiterez le un rem ède n’est qu’une appli , faisant ainsi subir
exécution est-elle tion d’inexécution cuter sa prestation les
n se dispense d’exé car il repose sur
Durée de l’épreuve :
« L’exception d’in ?» d’une inexécutio moyen de justic
e privée est licite,
orts contractuels
ution du contrat
3 heures ntrac tant. Ce erner les rapp
sort à son coco
efficace à l’inexéc
qui doivent gouv e où les obliga-
té et de bonne foi at synallagmatiqu
Aucun document devoirs de loyau cadre d’un contr sauf à méconnaît
re
En effet, dans le s, une partie ne peut,
n’est autorisé entre les parties. ution
s et interdépendante cocontractant l’exéc Ce
tions sont réciproque té et de bonne foi, exiger de son e engagement.
de loyau ré son propr
les principes même qu’elle n’a
pas hono e donnée, ont été
ation alors ct de la parol
de son oblig hés au respe servanda
Boustani) canonistes qui, attac ge frangenti fidem non est fides
sont d’ailleurs les
CORRECTEUR (D. nisme à travers l’ada ne la tient pas).
OBSERVATIONS DU à l’origine du méca qui
traité comme une parole envers celui pas sa
question doit être (on n’a pas à tenir en n’exécutant
sous la forme d’une effi cacit é redoutable. Car, coco ntrac-
- Le sujet posé est doté d’une on contraint son
ique. ère à Le mécanisme e de l’inexécuti lysie momentan
ée du
dissertation class construits de mani , le créancier victim e fin à cette para
doive nt être propre prestation pour mettr suspe ndu
tique et votre plan . son obligation rompu mais seule
ment
- Votre probléma posée dans le sujet tant à exécuter l n’est pas ation . L’effet
nt à la question le lien contractue finalement sa prest
répondre préciséme et d’ac tualité. contrat. En effet, défaillant exécute du

LICENCE 2
t d’un sujet de réfl
exion
le cocontractant . Les rédacteurs
est double : il s’agi jusqu’à ce que de l’effi cacit é du mécanisme repré sente r
- L’intérêt du sujet e du at témoigne ion que pouvait

DROIT DES
ective avec la réform suspensif du contr moyen de press
être mis en persp avaient perçu le mais ne l’avaient
- Ce sujet doit
nécessairement Code civil de 1804 rd du contr actant défaillant, iaux. Dans
xécution à l’éga ant certains contr
ats spéc
droit des contrats. être souligné. l’exception d’ine épar s régiss civil que « le
des contrats doit des textes 12 du Code
du droit consacré que dans prévu à l’article 16 pas le prix (…) »,
- L’apport de la
réform e par exemple, il est eteur n’en paye
le contrat de vente la chose si l’ach reconnaissance
tenu de délivrer i d’autres de la
vendeur n’est pas illustration parm lui a
n’étant qu’une jurisprudence qui
adage cette disposition contrats. C’est la s diverses
part à la fois, ce vieil xécution en droit des
que ces disposition
». Partout et nulle générale de l’exception d’ine en considérant géné-
justice à soi-même  contient une règle plus importante de portée plus
« Nul ne peut se faire du droit français te conféré une place ns d’un mécanisme ats,
par aucun texte e, à porter attein que des appli catio e du droit des contr
qui n’est proclamé renon cer à la vengeance privé rchie , la n’étaient en réalité r 2016 portant réform ateur a pris acte de
citoyen doit d’ana nnance du 10 févrie

OBLIGATIONS
où l’exception
selon laquelle tout Associée à l’idée rale. Avec l’ordo s, le législ
Dans la mesure n de la justice. ment des différe
nds, e des obligation commun l’exce
ption
d’inexécution est
considérée
sans l’interventio arbitraire de règle ral et de la preuv acrant en droit
de justice privée, au droit d’autrui e un mode le. Ainsi, en du régime géné tielle en cons se ainsi de
comme un moyen perçue comm e et la paix socia ion jurispruden la réforme dispo
il était possible, à
titre d’accroche, justice privée est à préserver l’ordr e cause, cette appréciat civil introduit par même
mots sur l’adage uissance de l’État partie de sa propr le 1219 du Code son obligation, alors
de dire quelques traduisant l’imp ble d’être juge et d’inexécution. L’artic refuser d’exécuter si cette inexécutio
n Ici, réside le premie
r intérêt
« Nul ne peut se
faire justice à soi- e, il n’est pas possi autorité pour faire
valoir qu’« une partie peut pas la sienne et
ration
du sujet : la conséc cution
façon générale

DROIT DES OBLIGATIONS


les étudiants en vertu de cet adag ention d’une tierce u’il s’agit, pré- exigible, si l’autr
e n’exé cute nue depu is la
même », que tous la nécessaire interv cette règle lorsq que celle-ci est n d’inexécution
est donc deve de l’exception d’inexé du contrat.
droit connaissent. de s’affranchir de nt fait référe nce à
évidemment grave  ». L’exceptio at. Mais le législateur dans le droit comm
un

et protéger ses
droits. Il est souve y sont appo rtées. On songe est suffisamment entiè re de l’inex écution du contr
e dan s le Code
s qui prend tion à part el articl
lyser les dérogation pénal. Le législateur réforme une sanc en intégrant un nouv elée laisse penser
cisément, d’ana nécessité en droit est vic- là. Il a aussi innov é
d’inexécu tion (app é du sujet
se ou à l’état de
L’intitul
cé, lorsqu’une partie
inexécution
à la légitime défen ne s’est pas arrêté l’exce ption pour risque déso rmais seule l’exception d’
le principe énon obligation née du qui cons acre puisqu’elle perm
et que
Or, il était
ines libertés avec inexécution de son civil, l’article  1220, n est importante ipation, de sera ici étudiée.
également certa er le timoris). L’innovatio prestation par antic
uer
de son cocontractant d’une sition pour contrecarr aussi l’exceptio r d’exécuter sa ible. indispensable d’évoq
e partie est prévis
la part sa dispo cution
time de sont mis à nécessitent contrat de refuse contrat par l’autr
l’exception d’inexé la réforme
moyens d’action des remèdes qui à une partie au on du cacit é du ée, introduite par
contrat. Plusieurs obligation. À côté contrat, lorsque l’inex écuti testablem ent l’effi anticip
une variante
débiteur à son la résolution du façon préventive, ipée renforce incon et s’analysant en
manquement du ution forcée ou e par le créan- d’inexécution antic de l’exception d’inexé
cution.
n d’un juge, à l’instar de l’exéc mises en œuvr Cette exception Ici, se situe le second
intérêt du
l’interventio e peuvent être tion uni- mécanisme.
dites de justice privé
tion
tion ou la résolu montrer que l’excep
d’autres mesures at. Le droit de réten
sujet :
ée constitue
inexécution du contr mesures. d’inexécution anticip l’inexécution
nde catégorie de
cier victime d’une partie de cette seco

un nouveau remèd
at font notamment prévisible du contra
t.
latérale du contr
69

68

Dont un dossier de Dissertations


3 COPIES RÉELLES
(notées 5, 10 et 15/20) sont reproduites
Des COMMENTAIRES et des
CONSEILS sont placés en marge
de tous les corrigés pour comprendre
32 SUJETS 3 COPIES RÉELLES
D’ÉTUDIANTS
Commentaires d’arrêt
Cas pratiques
et commentées dans le dossier. leurs points forts et leurs points faibles.

a ve c d e s c o n s e i l s d e m é t h o d o l o g i e

Prix : 14,80 €
ISBN 978-2-297-06842-0
www.lextenso-editions.fr
Dissertation juridique Sujet 17
Vous traiterez le sujet suivant : Durée de l’épreuve :
« Le droit de la responsabilité civile n’a-t-il 3 heures
Aucun document
pour fonction que de réparer le préjudice subi n’est autorisé
par la victime ? »

OBSERVATIONS DU CORRECTEUR (M.-C. Lasserre)

Le sujet posé sous la forme d’une question doit être traité comme une disser-
tation classique.
Votre problématique et votre plan doivent être construits de manière à
répondre précisément à la question posée dans le sujet.
L’intérêt du sujet est double  : il s’agit d’un sujet de réflexion et d’actualité.
Ce sujet doit nécessairement être mis en perspective avec le projet de
réforme du droit de la responsabilité civile présenté le 13 mars 2017 par
Monsieur Urvoas, ministre de la Justice. L’apport de ce projet de réforme doit La phrase d’accroche doit
être souligné. introduire le sujet de manière
pertinente (voire percutante !).
Une citation se référant à une
notion clé de l’intitulé du sujet
(ici la réparation) est souvent
utilisée. Mais, la phrase d’accroche
Si la réparation est considérée, pour reprendre la formule du Professeur Ripert, peut également être une
comme « l’une des plus vieilles idées morales de l’humanité », elle reste pourtant une disposition, une jurisprudence…
notion juridique difficile à appréhender. Sa définition a profondément évolué au
fil des siècles. La réparation a pendant longtemps été synonyme de sanction Les termes de l’intitulé doivent être
définis dans l’introduction.
à l’encontre de l’auteur du dommage. Les droits primitifs confondaient, en effet, la
notion de peine et celle de réparation. Répression et réparation faisaient corps à
travers la vengeance privée, d’abord, et les compositions pécuniaires volontaires
ou forcées ensuite. À Rome, la distinction entre les délits privés et les délits publics a
amorcé timidement la différence entre la répression et la réparation. Puis, l’Ancien L’approche historique dans
droit français a poursuivi l’évolution sans pour autant parvenir véritablement à l’introduction doit répondre
au sujet. C’est-à-dire qu’elle ne
remettre en cause la confusion entre la réparation et la sanction. Il a fallu attendre doit pas être générale.
la période révolutionnaire, avec la promulgation du Code des délits et des peines
le 3 brumaire an IV, pour obtenir deux ordres de responsabilité bien distincts et auto-
nomes : la responsabilité civile, d’une part, qui tend à réparer le préjudice subi par
la victime et la responsabilité pénale, d’autre part, qui vise à effacer, par la sanction,
le trouble social produit par la commission d’un acte pénalement répréhensible.
Selon le Doyen Savatier, la responsabilité civile est « l’obligation qui peut incomber La notion de réparation est ici
rapprochée de la responsabilité
à une autre personne de réparer le dommage causé à autrui par son fait ou par le civile, ce qui permet de cerner
fait d’une personne ou des choses dépendant d’elle ». Ainsi, la réparation du pré- le sujet.
judice subi par la victime est-elle au cœur du droit de la responsabilité civile. Il suffit
de lire l’article 1240 du Code civil (ancien article 1382) pour s’en rendre compte.

115
Cette disposition doit être connue. Ce texte énonce, dans une formule pour le moins lapidaire, que « tout fait quel-
Ainsi, elle est attendue même
si le Code civil n’est pas autorisé. conque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute
duquel il est arrivé à le réparer ». La responsabilité civile, qui oblige à réparer le dom-
mage causé à autrui, obéit à une logique de protection des intérêts de la personne
ayant subi injustement la commission d’un acte illicite. La réparation se place ainsi
exclusivement du côté de la victime.
En cela, la réparation se distingue, tout d’abord, de la peine qui n’est, au contraire,
Afin de cerner une notion majeure tournée que du côté de l’auteur du dommage. En effet, si le dommage infligé à une
d’un sujet, il est bien de la
personne est la condition de la réparation, la condamnation à une peine suppose
distinguer de notions voisines.
l’existence d’une faute, indépendamment du préjudice subi par la victime. La
réparation se distingue, ensuite, de la prévention d’un dommage qui, par défini-
tion, n’existerait pas encore. Réparer vient du latin parare qui signifie mettre en état,
mettre en ordre. La réparation n’intervient qu’en réaction à un dommage tandis
que la prévention, qui se situe plus en amont, vise à anticiper et à éviter sa réalisa-
tion. La réparation est ainsi une mesure curative éloignée de toute logique préven-
tive. Attaché à l’objectif de réparation du préjudice subi, le droit de la responsabilité
civile n’exclut pas pour autant d’autres impératifs qui tendent soit à réprimer celui
qui commet des actes illicites soit à prévenir le dommage avant qu’il ne se réalise
Ici, l’idée de fonction ou qu’il ne s’aggrave. Les fonctions punitive et préventive du droit de la responsabi-
(autre terme majeur du sujet)
est mise en valeur.
lité civile, sans être en concurrence avec la fonction de réparation, viennent plutôt
en complément de celle-ci.
Cette actualité est en l’occurrence Le projet de réforme du droit de la responsabilité civile a été présenté par le ministre
incontournable. En effet, la fonction de la Justice, Monsieur Urvoas, le 13 mars 2017 à l’Académie des sciences morales
de réparation, au cœur le sujet,
est un principe de responsabilité et politiques. Il présente l’intérêt majeur de permettre une nouvelle lecture des fonc-
délictuelle. Dès lors, puisque cette tions du droit de la responsabilité civile. Le projet de réforme fait suite à l’avant-projet
matière tend à être réformée, de réforme du droit de la responsabilité civile que la Chancellerie avait rendu public
la réforme visée doit être analysée.
le 29 avril 2016. Les propositions contenues dans le projet diffèrent très légèrement
de l’avant-projet, mais l’esprit reste le même, l’ambition étant de rendre plus acces-
sible le droit de la responsabilité civile par la codification des acquis jurisprudentiels,
par la clarification de quelques règles et la consécration de certains principes. La
complémentarité des fonctions de la responsabilité civile est ainsi mise en exergue
dans le projet de réforme qui s’attache à consolider la fonction réparatrice et à
renforcer tant la fonction punitive que préventive. Le sujet ne pourra donc être traité
sans être mis en relation avec ce projet qui, à travers les différentes mesures envisa-
La problématique avancée gées, propose de mettre en place un droit de la responsabilité civile le plus abouti
doit découler de l’ensemble et le plus cohérent possible. Affirmer que ce droit n’a pour fonction que de réparer
de l’introduction. le préjudice subi ne serait donc pas en accord avec les évolutions de la matière.
De manière classique,
D’autres fonctions ont été assignées au droit de la responsabilité civile, de sorte que
l’introduction doit se terminer si la réparation du préjudice reste la fonction cardinale (1), elle reste imparfaite si elle
par l’annonce de plan. n’est pas complétée par les autres fonctions du droit de la responsabilité civile (2).

1 • L a réparation du préjudice, fonction cardinale du droit


de la responsabilité civile

Tous les actes qui causent un préjudice à autrui obligent leur auteur à réparation.
Dans un souci de favoriser les intérêts de la victime, le droit de la responsabilité civile
vise à assurer une réparation efficace et juste du préjudice subi. Le principe de la
réparation intégrale tend incontestablement à satisfaire cet objectif (A). Si ce prin-
L’annonce de plan doit reprendre cipe connaît de nombreuses limites, il n’en demeure pas moins que les évolutions
les intitulés des titres ou a minima
leurs termes majeurs ou idées. du droit de la responsabilité civile ont témoigné d’un droit tourné vers l’indemnisa-
tion des victimes (B).

116
Sans être simpliste, les titres doivent
A) L e droit de la responsabilité civile gouverné par le principe de la réparation être clairs. Le correcteur doit
intégrale du préjudice immédiatement saisir l’idée qui va
être développée dans la partie.
Le principe de la réparation intégrale du préjudice constitue l’un des principes fon-
damentaux du droit de la responsabilité civile. S’inspirant des écrits du Professeur Les références doctrinales
enrichissent le devoir.
René Savatier, la Haute juridiction a jugé, à de nombreuses reprises, que « le propre Elles ne doivent, toutefois,
de la responsabilité civile est de rétablir aussi exactement que possible, l’équilibre pas être accumulées, mais être
détruit par le dommage et de replacer la victime dans la situation où elle se serait citées à bon escient dans le devoir.
trouvée si l’acte dommageable n’avait pas eu lieu ».Tout le dommage mais rien que
le dommage doit faire l’objet d’une réparation.
Ce principe véhicule une certaine idée de la justice. Précisément, la justice commu-
tative, telle qu’elle avait été mise en exergue par Aristote, constitue l’assise philoso-
phique au principe de la réparation intégrale. La justice commutative se caractérise
par une équivalence arithmétique entre ce qui a été perdu par l’une des parties et
obtenu par l’autre. Elle tend à rendre à la victime l’intégralité de ce qu’elle a perdu
du fait du dommage subi sans qu’elle ne puisse s’enrichir ou s’appauvrir. Il convient de ne pas négliger les
définitions dans le corps du devoir.
La réparation intégrale doit ainsi replacer la victime dans une situation aussi proche Si une notion fondamentale
est utilisée (d’autant plus si elle
que possible de celle qui aurait prévalu en l’absence de dommage. Dans cette
est présente dans un titre),
perspective, deux modes de réparation s’opposent au niveau de leurs effets : d’un elle doit être définie.
côté, la réparation en nature qui permet de rétablir le statu quo ante (par la remise
en état du bien endommagé, la remise à la victime d’un bien équivalent à celui
détruit…) et de l’autre, la réparation par équivalent avec l’octroi de dommages-
intérêts à la victime. Les modalités de la réparation, présentées sous la forme d’un
diptyque, ne satisfont pas de la même manière le principe de la réparation intégrale
du préjudice. En effet, si la réparation en nature est le mode de réparation le plus effi-
cace car elle vise à effacer le dommage, la réparation par équivalent ne tend qu’à
compenser le préjudice par l’allocation de dommages-intérêts dont le montant est
fixé souverainement par les juges. Il est bien de reprendre l’intitulé
(ou au moins une partie) du sujet.
La fonction réparatrice du droit de la responsabilité civile est mise en valeur dans le Cela sert de guide et permet
projet de réforme, notamment, à travers la consécration du principe de la répara- souvent d’éviter le hors-sujet.
tion intégrale du préjudice. Il énonce ainsi que « la réparation doit avoir pour objet
de replacer la victime autant qu’il est possible dans la situation où elle se serait
trouvée si le fait dommageable n’avait pas eu lieu. Il ne doit en résulter pour elle ni
perte ni profit ». Le principe de la réparation intégrale ferait ainsi formellement son
entrée dans le Code civil. De la même manière, la réparation en nature bénéficie
d’une place de choix dans le projet de réforme, traitée avant les dommages-intérêts
Il ne faut pas se contenter d’être
qui seraient alloués à la victime. Il précise la possibilité pour la victime de cumuler la factuel. Les apports de la réforme
réparation en nature et la condamnation à des dommages-intérêts ou de refuser, si doivent être expliqués.
elle le souhaite, la réparation en nature. En outre, le projet prévoit que le juge peut
autoriser la victime à prendre elle-même les mesures de réparation en nature aux
frais du responsable. Toutes ces mesures tendent incontestablement à favoriser le
principe de la réparation intégrale.
Le projet de réforme tempère, néanmoins, l’efficacité de ce principe par l’exclusion
de la réparation en nature « en cas d’impossibilité, ou lorsqu’elle porterait atteinte
à une liberté fondamentale ou entraînerait pour le responsable un coût manifeste-
ment déraisonnable au regard de son intérêt pour la victime ». Cette future disposi-
tion met en lumière les limites de la réparation en nature et par ricochet celles du
principe de la réparation intégrale du préjudice. L’intérêt de la victime n’en est pas
La transition n’est pas une
pour autant oublié. Nonobstant les entorses au principe de la réparation intégrale conclusion. Elle sert de lien entre
du préjudice, le droit de la responsabilité civile a toujours été tourné vers l’indemni- les parties et, dès lors, apparaît
sation des victimes de dommages, ce que le projet de réforme confirme à plusieurs comme un justificatif du plan.
égards.

117
B) L e droit de la responsabilité civile tourné vers l’indemnisation des victimes
de dommages
Soucieux de préserver la dignité de la personne humaine, le droit de la responsabili-
té civile a souhaité mettre au premier plan l’indemnisation des victimes, précisément
les victimes de dommages corporels. La réparation des atteintes au corps humain
Le sujet impose une maîtrise a rapidement été au cœur des préoccupations et a ainsi justifié une évolution
globale et précise de la matière. profonde de la matière. Le phénomène d’objectivation de la responsabilité civile, sur
lequel il convient de dire quelques mots, témoigne notamment de cette évolution.
Sous l’influence de Grotius et de Domat, les rédacteurs du Code civil de 1804 ont eu
pour ambition d’instaurer un système de responsabilité dans lequel la faute avait
un rôle déterminant. Au regard des termes de l’ancien article 1382, devenu l’article
1240 du Code civil, n’est responsable que celui qui a commis une faute. Le lien
qui unissait la faute et la réparation était, dans ce schéma, inextricable. En effet, la
réparation était exclusivement subordonnée à l’existence d’une faute dont la preuve
ne pouvait être rapportée que par une appréciation du comportement de l’auteur
Cette approche historique dans
le corps du devoir est pertinente
du dommage. La responsabilité était en ce sens qualifiée de subjective.
par rapport à l’optique retenue
pour traiter le sujet. Toutefois, l’évolution économique et industrielle du XIXe siècle, avec le développe-
ment du machinisme et la recrudescence corrélative des accidents, a constitué un
obstacle à l’indemnisation des victimes qui ne parvenaient pas toujours à détermi-
ner la cause exacte du dommage et, surtout, à établir l’existence d’une faute. Cela
aboutissait à une situation pour le moins inique. Les victimes se trouvaient privées
d’indemnisation en raison des conditions restrictives de mise en œuvre de la respon-
sabilité du fait personnel. En l’absence de faute, aucune responsabilité ne pouvait
être engagée.
Il est apparu nécessaire que le droit de la responsabilité civile s’adapte à cette évo-
lution peu encline à favoriser les intérêts des victimes. L’adaptation est alors passée
par une valorisation de la fonction indemnitaire du droit de la responsabilité civile.
Dans cette perspective, les conditions de la responsabilité civile, notamment celle
qui exige un comportement fautif, devaient s’assouplir aux fins d’une meilleure
réparation des préjudices subis. Les cas de responsabilité de plein droit, déconnec-
tés de l’exigence d’une faute, n’ont alors cessé de se développer. La reconnais-
sance jurisprudentielle d’un principe général de responsabilité du fait des choses
ou du fait d’autrui ou encore la responsabilité pour les accidents de la circulation
Il est bien d’illustrer votre devoir posé par la loi Badinter du 5 juillet 1985 sont autant d’exemples qui sont révélateurs
avec des exemples.
d’un recul, voire d’un déclin, de la faute.
Les victimes de dommages corporels bénéficient, en outre, des faveurs du législa-
teur dans le projet de réforme du droit de la responsabilité civile. L’un des objectifs
phares du projet est la réparation des préjudices subis par ces victimes particulières.
Les mesures tendant à assurer le respect de l’intégrité physique sont nombreuses :
exclusion des clauses limitant ou excluant la réparation du dommage corporel,
absence de limitation du droit à réparation lorsque la victime d’un dommage
corporel n’a pas pris les mesures sûres et raisonnables propres à éviter l’aggrava-
tion de son préjudice (pas d’obligation de minimiser le dommage qui pèse sur la
victime), exonération partielle de responsabilité de l’auteur du dommage corporel
uniquement en cas de faute lourde de la victime. De la même manière, les victimes
conductrices d’un véhicule terrestre à moteur bénéficient d’une situation favorable,
seule une faute inexcusable ou intentionnelle de la victime pourrait avoir une
incidence sur son droit à réparation. Le projet de réforme révèle ainsi que la répa-
ration du préjudice de la victime continue d’être la fonction première du droit de la
responsabilité civile. Elle ne permet pas, toutefois, de satisfaire tous les objectifs qui

118
La transition doit être soignée.
Il convient d’expliquer le lien
entre les parties 1. et 2. Ce lien
sont assignés à ce droit. La fonction réparatrice demeure dès lors imparfaite si elle est variable, il peut être de cause
n’est pas complétée par les autres fonctions de la responsabilité civile. à conséquence, d’opposition…

Il est bien que les titres des 1. et 2.


2 • L a réparation du préjudice, fonction imparfaite du droit se répondent. Pour cela, il faut
reprendre les termes clés du sujet
de la responsabilité civile dans les intitulés.

Le droit de la responsabilité civile poursuit d’autres objectifs que celui de réparer le


préjudice subi par la victime. Il se place parfois du côté de l’auteur du dommage
pour le sanctionner d’avoir causé un dommage à autrui. En outre, il joue un rôle Ces qualificatifs de la fonction
font écho à l’intitulé du sujet
préventif en veillant à prévenir la naissance ou l’aggravation d’un dommage.
évoquant la fonction réparatrice.
Ainsi, les fonctions punitives (A) et préventive (B) du droit de la responsabilité civile Cette approche est d’autant plus
viennent-elles compléter opportunément la fonction de réparation du préjudice pertinente que le sujet est posé
sous forme interrogative.
subi par la victime.
A) L a sanction de l’auteur du dommage à travers la fonction punitive du droit
de la responsabilité civile
Le sujet n’est pas la fonction
Accessoire par rapport à la fonction réparatrice du dommage qui est prédomi- punitive. Cette dernière doit
nante, la fonction punitive n’est pas pour autant absente du droit de la responsabi- donc être envisagée par rapport
lité civile. La fonction de peine privée de la responsabilité civile se retrouve notam- à la fonction réparatrice.
ment à travers la clause pénale qui peut être insérée dans certains contrats pour
garantir leur bonne exécution. Elle présente à la fois un aspect comminatoire car
elle incite le débiteur à honorer ses obligations contractuelles. Mais, elle présente
également un aspect punitif puisqu’elles sanctionnent, même en l’absence de
préjudice subi, l’inexécution par le débiteur de ses engagements. La clause pénale
est ainsi l’une des manifestations de la dimension dissuasive et punitive du droit de
la responsabilité civile.
Le projet de réforme du droit de la responsabilité civile ambitionne de renforcer la À nouveau, le projet de réforme
fonction répressive et moralisatrice du droit de la responsabilité civile qui ne se limi- est une actualité à exploiter.
terait donc pas à sa seule fonction réparatrice. Il propose d’introduire le principe de
l’amende civile dans le droit de la responsabilité. Le projet prévoit précisément que,
lorsque l’auteur du dommage a délibérément commis une faute lourde, notam-
ment lorsque celle-ci a généré un gain ou une économie pour son auteur, le juge
peut le condamner au paiement d’une amende civile. Celle-ci est déconnectée du
préjudice, puisque l’évaluation de son montant se focalise uniquement sur la gravité
de la faute commise par le débiteur fautif et non sur l’ampleur du préjudice subi par
la victime. Elle ne vise donc pas à réparer un préjudice mais à sanctionner une faute,
une faute dite « lucrative ».
Tout en attestant de la
Le projet de loi se distingue de l’avant-projet Catala qui proposait plutôt l’introduction
connaissance des étapes du projet
en droit français des dommages-intérêts punitifs d’inspiration anglo-américaine. de réforme, un élément de droit
Ces derniers ont pour objet de condamner l’auteur d’une faute lucrative à verser comparé est introduit. Ces éléments
- même s’ils n’ont pas à être
à la victime une somme en complément des dommages-intérêts compensatoires.
développés, car l’épreuve porte
En raison de l’atteinte portée au principe de la réparation intégrale qui interdit à la sur le droit national - apportent
victime de s’enrichir, le concept de l’amende civile affectée au financement d’un de la profondeur à votre devoir.
fonds d’indemnisation ou, à défaut, au Trésor public, a été préféré aux dommages-
intérêts punitifs. Malgré leurs différences, l’amende civile et les dommages-intérêts
punitifs ont le même objectif, celui de renforcer l’aspect répressif du droit de la
responsabilité civile. Par ailleurs, à travers leur effet dissuasif, ces sanctions tendent Ces termes sont les termes majeurs
du 2. B). Leur utilisation permet
indirectement à éviter la réalisation d’un futur dommage. Ainsi, peut-on constater de délivrer une fin de transition
que le droit de la responsabilité civile a une fonction préventive, laquelle est mise à soignée.
l’honneur dans le projet de réforme du droit de la responsabilité civile.

119
Une erreur fréquente est de B) L ’anticipation du dommage à travers la fonction préventive du droit de la
« sacrifier » le B) du 2. Il s’agit
responsabilité civile
d’une partie à part entière, qui
doit développer une idée propre
répondant à la cohérence du plan.
La responsabilité civile n’est pas toujours tournée vers le passé. Si elle intervient
Elle doit également permettre de lorsque le dommage a déjà été commis, elle est aussi parfois tournée vers l’avenir
terminer le devoir sur une ouverture. pour empêcher la réalisation d’un dommage et le faire cesser. Dans cette perspec-
tive, le projet de réforme instaure de nouveaux instruments dont l’objectif est de
prévenir la réalisation ou l’aggravation d’un dommage.
Plusieurs innovations sont ainsi à signaler. Tout d’abord, il est prévu que les dépenses
exposées par le demandeur pour prévenir la réalisation imminente d’un dommage
ou pour éviter son aggravation constituent un préjudice réparable dès lors qu’elles
ont été raisonnablement engagées. Les dépenses visant à prévenir le dommage
sont donc assimilées à un préjudice réparable. La victime est encouragée, à tra-
vers cette règle, à faire preuve d’anticipation afin d’éviter l’aggravation de son
dommage ou la réalisation d’un dommage imminent. Cette mesure doit être mise
en relation avec l’obligation qui pèse sur le créancier de minimiser son dommage.
Le projet de réforme prévoit qu’en matière contractuelle, le juge peut réduire les
dommages-intérêts lorsque la victime n’a pas pris les mesures sûres et raisonnables,
notamment au regard de ses facultés contributives, propres à éviter l’aggravation
de son préjudice.
La mesure la plus novatrice est, ensuite, la cessation de l’illicite qui pourrait figurer au
sein même du Code civil. Le projet de réforme consacre formellement la possibilité
pour le juge, indépendamment de la réparation du préjudice éventuellement subi,
de prescrire les mesures raisonnables propres à prévenir ou faire cesser le trouble
illicite auquel est exposé le demandeur. L’action en responsabilité peut conduire,
non seulement à l’octroi de dommages-intérêts, mais également au prononcé de
mesures visant à mettre fin à un trouble jugé illicite. Il en va de la sorte dans le
En plus d’illustrer le devoir, domaine de la propriété littéraire, artistique et industrielle (par exemple, la destruc-
les exemples concrets permettent tion d’exemplaires contrefaits) ou encore en cas d’atteinte aux droits de la person-
de démontrer la bonne nalité, notamment d’atteinte à la vie privée (les mesures de suppression d’extraits
compréhension du sujet.
d’un livre ou d’un film).
La fin du devoir est ici adaptée Les innovations proposées, si elles ne sont pas encore entrées en vigueur, permettent
à la forme du sujet proposée. néanmoins d’offrir une nouvelle lecture des fonctions de la responsabilité civile. Le
Le sujet est posé sous forme
interrogative. Il est ainsi répondu à triptyque « réparer, sanctionner et prévenir le dommage » semble ainsi s’imposer
cette interrogation. De plus, par la avec plus de force.
réponse délivrée, la fin du devoir
s’achève par une ouverture.
Celle-ci prend l’aspect d’une
proposition visant à renouveler
l’approche « classique » de la
fonction de la responsabilité
délictuelle.

120
Votre PROGRAMME de droit

ANNALES 2 0 1 9
des obligations L2 traité à travers les
DIFFÉRENTES ÉPREUVES
rencontrées en TD et lors de l’EXAMEN
Les CORRIGÉS sont CONFORMES
aux attentes de votre professeur et à ce que ANNALES

CORRIGÉES ET COMMENTÉES
vous pouvez réaliser dans le temps imparti. CORRIGÉES ET COMMENTÉES
FINAL (dissertation, commentaire d’arrêt,
cas pratique, QRC et QCM).
2019
, il est primordial

Marie-Cécile Lasserre
Dans l’introduction
du sujet.
de définir les termes
donc donner
consi- Vous deviez
contractus, est aussi t du la définition de l’excep
tion
ptio non adimpleti emen
xécution, ou l’exce e ou à l’anéantiss d’inexécution.
L’exception d’ine à l’exécution forcé

Sophie Druffin-Bricca
cu-
voie alternative de refuser d’exé
dérée comme une un contractant
, ce méca nisme permet à sienn e. L’exc eptio n d’inexécu-
fruste
contrat. Plus n’exécute pas la atique de
si l’autre partie contrat synallagm
que
Dissertation juridi
ter son obligation ue partie à un de son
le droit pour chaq obtenu de la part

Diane Boustani
tion confère ainsi qu’elle n’a pas
Sujet 9 son obligation tant ou d’ar-
fiée de primitive
s’abstenir d’exécuter ation qui lui est due. Souvent quali d’un juge, l’excep-

LICENCE 2
la prest n préal able
cocontractant ne suppose pas l’inter
ventio
. La partie victim
e
ce qu’el le loi du Talion
sujet suivant : chaïque, en cation de la le même

Delphine Lanzara
Vous traiterez le un rem ède n’est qu’une appli , faisant ainsi subir
exécution est-elle tion d’inexécution cuter sa prestation les
n se dispense d’exé car il repose sur
Durée de l’épreuve :
« L’exception d’in ?» d’une inexécutio moyen de justic
e privée est licite,
orts contractuels
ution du contrat
3 heures ntrac tant. Ce erner les rapp
sort à son coco
efficace à l’inexéc
qui doivent gouv e où les obliga-
té et de bonne foi at synallagmatiqu
Aucun document devoirs de loyau cadre d’un contr sauf à méconnaît
re
En effet, dans le s, une partie ne peut,
n’est autorisé entre les parties. ution
s et interdépendante cocontractant l’exéc Ce
tions sont réciproque té et de bonne foi, exiger de son e engagement.
de loyau ré son propr
les principes même qu’elle n’a
pas hono e donnée, ont été
ation alors ct de la parol
de son oblig hés au respe servanda
Boustani) canonistes qui, attac ge frangenti fidem non est fides
sont d’ailleurs les
CORRECTEUR (D. nisme à travers l’ada ne la tient pas).
OBSERVATIONS DU à l’origine du méca qui
traité comme une parole envers celui pas sa
question doit être (on n’a pas à tenir en n’exécutant
sous la forme d’une effi cacit é redoutable. Car, coco ntrac-
- Le sujet posé est doté d’une on contraint son
ique. ère à Le mécanisme e de l’inexécuti lysie momentan
ée du
dissertation class construits de mani , le créancier victim e fin à cette para
doive nt être propre prestation pour mettr suspe ndu
tique et votre plan . son obligation rompu mais seule
ment
- Votre probléma posée dans le sujet tant à exécuter l n’est pas ation . L’effet
nt à la question le lien contractue finalement sa prest
répondre préciséme et d’ac tualité. contrat. En effet, défaillant exécute du

LICENCE 2
t d’un sujet de réfl
exion
le cocontractant . Les rédacteurs
est double : il s’agi jusqu’à ce que de l’effi cacit é du mécanisme repré sente r
- L’intérêt du sujet e du at témoigne ion que pouvait

DROIT DES
ective avec la réform suspensif du contr moyen de press
être mis en persp avaient perçu le mais ne l’avaient
- Ce sujet doit
nécessairement Code civil de 1804 rd du contr actant défaillant, iaux. Dans
xécution à l’éga ant certains contr
ats spéc
droit des contrats. être souligné. l’exception d’ine épar s régiss civil que « le
des contrats doit des textes 12 du Code
du droit consacré que dans prévu à l’article 16 pas le prix (…) »,
- L’apport de la
réform e par exemple, il est eteur n’en paye
le contrat de vente la chose si l’ach reconnaissance
tenu de délivrer i d’autres de la
vendeur n’est pas illustration parm lui a
n’étant qu’une jurisprudence qui
adage cette disposition contrats. C’est la s diverses
part à la fois, ce vieil xécution en droit des
que ces disposition
». Partout et nulle générale de l’exception d’ine en considérant géné-
justice à soi-même  contient une règle plus importante de portée plus
« Nul ne peut se faire du droit français te conféré une place ns d’un mécanisme ats,
par aucun texte e, à porter attein que des appli catio e du droit des contr
qui n’est proclamé renon cer à la vengeance privé rchie , la n’étaient en réalité r 2016 portant réform ateur a pris acte de
citoyen doit d’ana nnance du 10 févrie

OBLIGATIONS
où l’exception
selon laquelle tout Associée à l’idée rale. Avec l’ordo s, le législ
Dans la mesure n de la justice. ment des différe
nds, e des obligation commun l’exce
ption
d’inexécution est
considérée
sans l’interventio arbitraire de règle ral et de la preuv acrant en droit
de justice privée, au droit d’autrui e un mode le. Ainsi, en du régime géné tielle en cons se ainsi de
comme un moyen perçue comm e et la paix socia ion jurispruden la réforme dispo
il était possible, à
titre d’accroche, justice privée est à préserver l’ordr e cause, cette appréciat civil introduit par même
mots sur l’adage uissance de l’État partie de sa propr le 1219 du Code son obligation, alors
de dire quelques traduisant l’imp ble d’être juge et d’inexécution. L’artic refuser d’exécuter si cette inexécutio
n Ici, réside le premie
r intérêt
« Nul ne peut se
faire justice à soi- e, il n’est pas possi autorité pour faire
valoir qu’« une partie peut pas la sienne et
ration
du sujet : la conséc cution
façon générale

DROIT DES OBLIGATIONS


les étudiants en vertu de cet adag ention d’une tierce u’il s’agit, pré- exigible, si l’autr
e n’exé cute nue depu is la
même », que tous la nécessaire interv cette règle lorsq que celle-ci est n d’inexécution
est donc deve de l’exception d’inexé du contrat.
droit connaissent. de s’affranchir de nt fait référe nce à
évidemment grave  ». L’exceptio at. Mais le législateur dans le droit comm
un

et protéger ses
droits. Il est souve y sont appo rtées. On songe est suffisamment entiè re de l’inex écution du contr
e dan s le Code
s qui prend tion à part el articl
lyser les dérogation pénal. Le législateur réforme une sanc en intégrant un nouv elée laisse penser
cisément, d’ana nécessité en droit est vic- là. Il a aussi innov é
d’inexécu tion (app é du sujet
se ou à l’état de
L’intitul
cé, lorsqu’une partie
inexécution
à la légitime défen ne s’est pas arrêté l’exce ption pour risque déso rmais seule l’exception d’
le principe énon obligation née du qui cons acre puisqu’elle perm
et que
Or, il était
ines libertés avec inexécution de son civil, l’article  1220, n est importante ipation, de sera ici étudiée.
également certa er le timoris). L’innovatio prestation par antic
uer
de son cocontractant d’une sition pour contrecarr aussi l’exceptio r d’exécuter sa ible. indispensable d’évoq
e partie est prévis
la part sa dispo cution
time de sont mis à nécessitent contrat de refuse contrat par l’autr
l’exception d’inexé la réforme
moyens d’action des remèdes qui à une partie au on du cacit é du ée, introduite par
contrat. Plusieurs obligation. À côté contrat, lorsque l’inex écuti testablem ent l’effi anticip
une variante
débiteur à son la résolution du façon préventive, ipée renforce incon et s’analysant en
manquement du ution forcée ou e par le créan- d’inexécution antic de l’exception d’inexé
cution.
n d’un juge, à l’instar de l’exéc mises en œuvr Cette exception Ici, se situe le second
intérêt du
l’interventio e peuvent être tion uni- mécanisme.
dites de justice privé
tion
tion ou la résolu montrer que l’excep
d’autres mesures at. Le droit de réten
sujet :
ée constitue
inexécution du contr mesures. d’inexécution anticip l’inexécution
nde catégorie de
cier victime d’une partie de cette seco

un nouveau remèd
at font notamment prévisible du contra
t.
latérale du contr
69

68

Dont un dossier de Dissertations


3 COPIES RÉELLES
(notées 5, 10 et 15/20) sont reproduites
Des COMMENTAIRES et des
CONSEILS sont placés en marge
de tous les corrigés pour comprendre
32 SUJETS 3 COPIES RÉELLES
D’ÉTUDIANTS
Commentaires d’arrêt
Cas pratiques
et commentées dans le dossier. leurs points forts et leurs points faibles.

a ve c d e s c o n s e i l s d e m é t h o d o l o g i e

Prix : 14,80 €
ISBN 978-2-297-06842-0
www.lextenso-editions.fr

Vous aimerez peut-être aussi