Vous êtes sur la page 1sur 15

Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

II. Notions fondamentales sur les réseaux

II.1. Notion sur les réseaux informatiques :


Pour construire un système informatisé complet et efficace il faut utiliser
des méthodes ainsi que des moyens de développent compatibles
l’environnement matériel disponible.

Nous illustrons dans ce chapitre les caractéristiques essentielles des


différents logiciels que nous avons utilisé.

Combinés ensemble ces logiciels ont donnés naissance à notre application.

II.2. Description du réseau informatique :

II.2.1. Définition d’un réseau :


Un réseau est un ensemble d’objets interconnectés les uns avec les autres. Il
permet de faire circuler des éléments entre chacun de ces objets selon des règles
bien définies.

 Réseau (Network) : Ensemble des ordinateurs et périphériques


connectés les uns aux autres (Remarque : deux ordinateurs connectés
constituent déjà un réseau).

 Mise en réseau (Networking) : Mise en œuvre des outils et des


tâches permettant de relier des ordinateurs afin qu’ils puissent partager
des ressources.

 Intérêt d’un réseau : Un ordinateur est une machine permettant


de manipuler des données. L’homme, un être de communication, a
vite compris l’intérêt qu’il pouvait y avoir à relier ces ordinateurs
entre-deux afin de pouvoir échanger des informations. Voici un
certain nombre de raisons pour lesquelles un réseau est utile :

14
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

Un réseau permet :

 Le partage de fichiers, d’applications,

 La communication entre personnes (grâce au courrier


électronique, la discussion en direct,…),

 La communication entre processus (entre des machines


industrielles),

 La garantie de l’unicité de l’information (bases de données),

 Le jeu à plusieurs.

Les réseaux permettent aussi de standardiser les applications, on parle


généralement de group are. Par exemple la messagerie électronique et les
agendas de groupe (Microsoft Schedule +) qui permettent de communiquer plus
efficacement et plus rapidement. Voici les avantages de tels systèmes.

II.3. Les différents types de réseau :


 On distingue généralement deux types de réseaux bien différents,
ayant tout de même des similitudes.

 Les réseaux poste à poste (Peer to Peer / égal à égal)

 Réseaux organisés autour du serveur (Client/ Serveur)

Ces deux types de réseau ont des capacités différentes. Le type de réseau à
installer dépend des critères suivant :

 Taille de l’entreprise,

 Niveau de sécurité nécessaire,

 Type d’activité,

 Niveau de compétence d’administration disponible,

 Volume du trafic sur le réseau,

 Budget alloué au fonctionnement du réseau (pas seulement


l’achat mais aussi l’entretien et la maintenance).

15
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

II.3.1. Les différents types de réseaux selon la distance :


On distingue différents types de réseaux (privés) selon leur taille (en termes
de nombre de machines), leur vitesse de transfert des données ainsi que leur
étendue.

Les réseaux privés sont des réseaux appartenant à une même organisation.
On fait généralement trois catégories de réseaux :

 LAN (local area network),

 MAN (métropolitain area network),

 WAN (wide area network).

II.3.1.1. Les LAN :


LAN signifie Local Area Network (en français Réseau Local). Il
s’agit d’un ensemble d’ordinateurs appartenant à une même
organisation et reliés entre eux dans une petite aire géographique par
un réseau, souvent à l’aide d’une même technologie (la plus répandue
étant Ethernet).

Un réseau local est donc un réseau sous sa forme la plus simple.


La vitesse de transfert de données ? D’un réseau local peut
s’échelonner entre 10Mbps (pour un réseau Ethernet par exemple) et
1Gbps (en FDDI ou Gigabit Ethernet par exemple : la taille d’un
réseau local peut atteindre jusqu'à 100 voire 1000 utilisateurs.

16
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

En élargissant le contexte de la définition aux services qu’apporte le réseau


local, il est possible de distinguer deux modes de fonctionnement :

 Dans un environnement «d’égal à égal» (en anglais Peer to Peer),


dans lequel il n’y a pas d’ordinateur central et chaque ordinateur a un
rôle similaire.

 Dans un environnement «client/serveur», dans lequel un


ordinateur central fournit des services réseau aux utilisateurs.

Figure (2) : Réseau LAN

17
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

II.3.1.2. Les MAN :

Les MAN (Métropolitain Area Network) interconnectent


plusieurs LAN géographiquement proches (au maximum quelque
dizaines de Km) à des débits importants. Ainsi un MAN permet à
deux nœuds distants de communiquer comme si ils faisaient partie
d’un même réseau local.

Un MAN est formée de commutateurs ou de routeurs


interconnectés par des liens hauts débits (en général en fibre optique).

Figure (3) : Réseau MAN

18
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

II.3.1.3. Les WAN :


Un WAN (Wide Area Network ou réseau étendue) interconnecte
plusieurs LAN à travers de grandes distances géographiques.

Les débits disponibles sur un WAN résultent d’un arbitrage avec


le cout des liaisons (qui augmente avec la distance) et peuvent être
faibles.

Les WAN fonctionnent grâce à des routeurs qui permettent de


«choisir» le trajet le plus approprié pour atteindre un nœud du réseau.

Le plus connu des WAN est Internet.

Figure (4) : Réseau WAN

19
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

II.3.2. Classification des réseaux selon leur taille :

Figure 5 : Réseaux selon leur taille

II.3.3. Les avantages d’un réseau informatique :


Un réseau informatique sert à partager des ressources matérielles
et logicielles entre les membres du réseau;

 Les fichiers et les applications ;

 Les périphériques (imprimante, scanneur, modem…)

 Communiquer entre les membres du réseau; gagner du temps;


réduire le coût d’équipement.

20
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

II.4. Les Topologies :


II.4.1. Définition du Topologie :
Un réseau informatique est constitué d’ordinateurs reliés entre eux grâce à
du matériel (câblages, cartes réseau, ainsi que d’autres équipements permettant
d’assurer la bonne circulation des données). L’arrangement physique de ces
éléments est appelé topologie physique. Il en existe quatre :

 La topologie en bus,

 La topologie en étoile,

 La topologie en anneau,

 La topologie en Point-à-Point,

On distingue la topologie physique (la configuration spatiale, visible, du


réseau) de la topologie logique. La topologie logique représente la façon selon
laquelle les données transitent dans les câbles. Les topologies logiques les plus
courantes sont Ethernet, Token Ring et FDDI.

21
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

II.4.2. Les types de la topologie :


II.4.2.1. Topologie en Bus :
Un réseau en bus relie ses composants par un même câble et
l'information envoyée par un poste estDiffusée en même temps vers
tous les postes. Seul le poste destinataire est censé la prendre en
compte.

Le câble coaxial sert typiquement à faire ce type de réseaux. On


ajoute alors un bouchon à chaque Extrémité du câble. En cas de
coupure du câble, plus aucun poste ne peut dialoguer avec qui que ce
Soit, c'est la panne !

Figure (6) : Topologie en Bus

Cette topologie à pour avantages d’être facile à mettre en œuvre


et de fonctionner facilement, par contre elle est extrêmement
vulnérable étant donné que si l’une des connexions est défectueuse,
c’est l’ensemble du réseau qui est affecté.

22
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

II.4.2.2. Topologie en Etoile :


Dans un réseau en étoile, tous les composants sont reliés à un
même point central et l'information ne va que de l'émetteur vers le
récepteur en transitant par ce point central. On trouve typiquement un
Switch au niveau du nœud central. Si à la place du Switch on met un
hub, alors la topologie physique reste en étoile puisque tout le matériel
est bien relié à un même point, mais la topologie logique est alors en
bus. En effet le hub ne sait que diffuser l'information à tous ses ports
sans exception, on retombe donc dans le schéma typique du bus. Dans
une étoile une panne ne touche qu'une seule branche (sauf si c'est le
point central qui est touché).

Figure (7) : Topologie en Etoile

Contrairement aux réseaux construits est sur une topologie en


bus, les réseaux suivant ne topologie en étoile sont beaucoup moins
vulnérables car on peut aisément retirer une des connexions en la
débranchant du concentrateur sans pour autant paralyser le reste du
réseau. En revanche un réseau à topologie en étoile plus onéreux
qu’un réseau à topologie en bus car un matériel supplémentaire est
nécessaire (le hub).

23
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

II.4.2.3. Topologie en anneau :


Un réseau en anneau a lui aussi tous ces composants liés par le
même câble, mais celui-ci n'a pas d'extrémité. De plus, l'information
ne circule que dans un sens bien déterminé.

Figure (8) : Topologie en Anneau

En réalité les ordinateurs d’un réseau topologie anneau ne sont


pas reliés en boucle, mais sont reliés à un répartiteur (appelé MAU,
Multi station Access Unit) qui va gérer la communication entre les
ordinateurs qui lui sont reliés en impartissant à chacun-eux un temps
de parole.

Les deux principales topologies logiques utilisant cette topologie


physique sont Token ring (anneau à jeton) et FDDI.

24
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

II.4.2.4. Topologie en Point-à-Point:


Dans un réseau point-à-point, chaque interface possède une
liaison spécifique avec chacun des autres points. Ceci n'est utilisé que
sur de tout petits réseaux ou pour des raisons de robustesse des
liaisons, la redondance diminuant la sensibilité aux pannes.

Figure (9) : Topologie en Point-à-Point

25
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

II.5. Définition du Protocole :

TCP/IP est une suite de protocoles. Le sigle TCP/IP signifie


«Transmission Control Protocol/Internet Protocol» et se prononce «T-C-P-I-P».
Il provient des noms des deux protocoles majeurs de la suite de protocoles, c'est-
à-dire les protocoles TCP et IP).

TCP/IP représente d'une certaine façon l'ensemble des règles de


communication sur internet et se base sur la notion adressage IP, c'est-à-dire le
fait de fournir une adresse IP à chaque machine du réseau afin de pouvoir
acheminer des paquets de données. Etant donné que la suite de protocoles
TCP/IP a été créée à l'origine dans un but militaire, elle est conçue pour
répondre à un certain nombre de critères parmi lesquels :

 Le fractionnement des messages en paquets,

 L'utilisation d'un système d'adresse,

 L'acheminement des données sur le réseau (routage),

 Le contrôle des erreurs de transmission de données.

Pour configurer TCP/IP pour l’adressage statique :

 Ouvrez les connexions réseau,

 Cliquez avec le bouton droit sur la connexion réseau à


configurer, puis cliquez sur propriétés,

 Sous l’onglet Général (pour une connexion au réseau local) ou


Gestion de réseau (pour toutes les autres connexions), cliquez sur
Protocole Internet (TCP/IP), puis sur Propriétés,

Cliquez sur Utiliser l’adresse IP suivante et effectuez l’une des actions


suivantes :

 Pour une connexion au réseau local, dans les zones Adresse IP,
Masque de sous-réseau et Passerelle par défaut, tapez l’adresse IP et
les adresse du masque de sous- réseau et de la passerelle par défaut.

26
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

 Pour toutes les autres connexions, dans la zone Adresse IP, entez
l’adresse IP.

 Cliquez sur Utiliser l’adresse de serveur DNS suivante

Dans les zones Serveur DNS préféré et Serveur DNS auxiliaire, tapez les
adresse des serveurs DNS principal et secondaire.
La commande «IP config» affiche la configuration du protocole TCP/IP sur
un poste.
Exemple : IP config 192.168.1.1

27
Chapitre II Notions fondamentales sur les réseaux

II.6. Les Diffusions (Unicast, multicast et broadcast) :


Le filtrage s’appuie sur trois types d’adressages :

Unicast, l’adresse MAC est constituée de la combinaison de 48 bits qui la


rend unique. Ce mode d’adressage est typique d’échanges entre deux stations
uniquement. C’est l’essentiel du trafic sur un LAN. Le filtrage peut s’effectuer
en ne retenant que les trames qui ont l’adresse MAC de la station locale et donc
écarter les autres trames de type unicast.

Broadcasté, Tous les bits de l’adresse MAC sont à 1.Toutes les stations
d’un réseau sont destinatrices de tels paquets, que leur filtrage doit laisser
passer, avec les incontinents cités précédemment. Ce mode d’adressage ne
devrait être utilisé par les protocoles qu’uniquement quand il n’est pas possible
de faire autrement.

Par exemple pour obtenir une information que seule une station inconnue
sur le LAN possédé. C’est le cas des protocoles ARP et RARP utilisé
abusivement, le broadcasté est une gêne.

Multicast, il existe un préfixe particulier 01:00:5E, non dédiée à un


constructeur car dit de “ multicast ”, que nous examinerons dans le cas d’IP page
42.

Ce mode de d’adressage est réservé le plus généralement à la d´découverte


passive (par l’écoute de messages d’avertissement) ou à la recherche (par
l’émission de messages de sollicitation) de voisins de LAN ayant des propriétés
particulières.

Le filtrage des sollicitations et leurs réponses peuvent être configurés à la


carte sur chaque station, en fonction des impératifs et besoins de
fonctionnement.

Ce mode de fonctionnement est assez économe des ressources du réseau,


puisqu’une seule station émet une information qui est traitée par toutes celles qui
sont intéressées, et elles seules.

Toutes les adresses qui ne sont ni du type broadcast ni du type multicast


sont du type unicast.

28