Vous êtes sur la page 1sur 23

Chap.

IV

Les modulations angulaires

A) La modulation de fréquence
I- Introduction

La modulation de fréquence (FM) consiste à transmettre une information à travers la variation


de la fréquence du signal porteur, l'amplitude de ce dernier étant maintenue constante.

Fig.1. Les différents types de modulation (AM et FM).

La modulation FM possède par rapport à la modulation AM les avantages suivants:

 Moins d'interférences avec les autres stations.


 Moins sensible aux parasites atmosphériques.
 Pas de problème de surmodulation.

II- Propriétés fondamentales d'une modulation FM

II-1 Equation d'une onde FM


Soit une porteuse modulée en fréquence: , Où (t) est la phase instantanée
de cette onde.

Dans un signal modulé en fréquence, c'est la fréquence de la porteuse qui va varier au rythme
du signal modulant em(t) de sorte que:

(t) est la pulsation de l'onde FM et par définition:

L'équation d'une onde FM s'écrit alors:

Cas où le signal modulant est sinusoïdal

En remplaçant em(t) par son expression dans l'équation de l'onde FM, on obtient:
II-2 Forme d'un signal FM

Fig.2. Représentation temporelle d'un signal FM

II-3 Indice de modulation (signal modulant sinusoïdal)

fp-kSm fp fp+kSm

2kSm

 On dit que f(t) a une excursion de kSm autour de fp.

On appelle déviation maximale ou excursion de fréquence autour de fp, la quantité:

On prenant en considération l'excursion de fréquence , l'équation de l'onde FM s'écrit:

Qui peut encore s'écrire:

Où représente l'indice de modulation.


II-4 Spectre d'un signal FM

Le spectre d'un signal FM est complexe et ne se calcule que dans le cas particulier d'un signal
modulant sinusoïdal.

Reprenons l'expression d'un signal FM dans le cas d'un signal modulant sinusoïdal:

En appliquant la formule trigonométrique: cos (a + b) = cos a. cos b – sin a. sin b;

L'expression du signal FM devient alors:

Les termes cos(m sinmt) et sin(m sinmt) sont des fonctions périodiques, leurs
développements en série de Fourier s'obtient à l'aide des fonctions de Bessel:

Où les Jn(m) sont les fonctions de Bessel de 1ère espèce d'ordre n de la variable m.

En remplaçant cos(m sinmt) et sin(m sinmt) par leurs décompositions dans l'expression de
e(t), on obtient:

On constate que la décomposition spectrale d'une onde FM apparaître:

 Une composante spectrale à la fréquence de la porteuse p d'amplitude:


 Une infinité de composantes latérales aux fréquences (p  nm) d'amplitudes:
.

On obtient donc un spectre centré sur la fréquence de la porteuse p (fp), comportant une
infinité de composantes espacées d'une valeur égale à la fréquence modulante.
Fig.3. Exemple d'un spectre FM

Fig.4. Représentation graphique des trois premières fonctions de Bessel

Fig.5. Tableau des dix premières fonctions de Bessel en fonction de m.


II-5 Occupation spectrale d'un signal FM

L'occupation spectrale d'un signal FM est plus difficile à déterminer que pour un signal AM.
Mais il convient toutefois de faire deux remarques importantes:

1ère remarque
Compte tenu du comportement des fonctions de Bessel, on peut définir une largeur
"effective":
En effet, pour une valeur donnée de l'indice de modulation, les amplitudes des composantes
deviennent négligeables au-delà d'un certain rang de n.
Dans la pratique, on ne considère que les raies de rang .
2ème remarque

Celle-ci concerne les amplitudes relatives.

L'importance de la fréquence centrale (la porteuse) dépend fortement de l'indice de


modulation: on voit facilement que pour m = 2.5, l'amplitude de cette composante est quasi
nulle, et que l'essentiel du spectre est donné par les deux ou trois composantes latérales.

Largeur de bande

Pour m faible (m << 1)

La modulation est dite à bande étroite ou NBFM (Narrow band Frequency Modulation)

Le spectre FM peut être pratiquement considéré comme simplement constitué d'une raie à la
fréquence porteuse et deux raies latérales aux fréquences p  m (fp f m) comme pour une
modulation AM.

Pour m moyen (0.3 < m < 20)

En désignant par N le nombre de raies d'amplitude significative de part et d'autre de p, la


largeur de la bande utile du signal FM est:

Pour grand (m > 20)

La modulation est dite à large bande ou WBFM (Wide Band FM)

Règle de Casson

On cherche souvent à optimiser la largeur du spectre pour l'adapter au canal. Le critère de


Carson consiste à ne garder pour la mesure de N, que les raies conservant 98% de la
puissance totale du signal FM.
On en déduit que la largeur de bande nécessaire à la transmission d'un signal FM est:

Ou encore

BP est appelée bande de Carson.

II-6 Puissance d'un signal FM

Le signal à transmettre est constitué d'une tension sinusoïdale de fréquence variable mais
d'amplitude constante:

Le signal FM est appliqué à une antenne qui se comporte vis-à-vis de l'amplificateur de sortie
comme une charge résistive R:

Remarque

Quelque soit l'indice de modulation la puissance P transportée par un signal FM est constante.

III- Génération d'un signal FM

On peut généralement produire un signal FM à l'aide de deux techniques principales:

 Méthode directe: celle-ci consiste à faire varier directement la fréquence de la


porteuse à l'aide du signal modulant.
 Méthode indirecte: qui consiste à générer d'abord un signal FM à bande étroite
et d'augmenter ensuite l'excursion de fréquence.
III-1 Méthode directe

III-1-1 Production à l'aide d'un VCO

Fig.6. Circuit oscillant LC

La fréquence d'un oscillateur dépend des paramètres des composants qui le constituent.

Si l'on fait varier un des ces paramètres en fonction d'un signal (tension) externe, on peut faire
varier la fréquence f0 de cet oscillateur.

Un tel oscillateur est appelé "Oscillateur Commandé en Tension: OCT" ou VCO pour
(Voltage Commanded Oscillator) en termes anglo-saxon.

Fig.7. Forme du signal à la sortie du VCO.

Remarque:

Pour que la variation de fréquence soit proportionnelle au message, le VCO doit avoir une
caractéristique f (t) = g(v) linéaire autour de f0.
III-1-1-1 Etude d'un oscillateur à varicap

La diode varicap

Fig.8. Principe d'une varicap.

Une diode polarisée en inverse, présente du fait de l'accumulation des charges dans la zone de
transition une capacité CD dont la valeur dépend de la tension inverse appliquée à ses bornes.
Cette propriété est utilisée pour réaliser des diodes à capacité variable appelées varicaps et
dont la loi de variation CD(v) est modélisée par:

Soit le circuit suivant:

Fig.9. Structure d'un modulateur FM à varicap.


En négligeant Ci devant C0, on obtient:

Aux petites variations v(t) est suffisamment faible, onc on peut remplacer
par son développement limité, on obtient alors:

En posant: , l'expression de f(v) deviendra:

Où f0 est la fréquence de la porteuse et kf la pente du modulateur.

 Le principal avantage de la méthode directe est qu'elle permet d'obtenir des


excursions de fréquence de manière très simple, par contre, les oscillateurs construits
sur ce principe, ont tendance à présenter des instabilités à long terme. L'utilisation
d'un VCO stabilisé par un quartz permet de résoudre le problème d'instabilité.

III-1-2 Utilisation d'un VCOX (VCO à quartz)

Pour stabiliser la fréquence centrale f0 (Fréquence de la porteuse: fp), on utilise un


oscillateur à quartz commandé en tension:

 L'oscillateur s'appelle alors VCXO (Voltage Controlled Crystal Oscillator).


 La variation de fréquence est obtenue en utilisant une diode Varicap dont la
capacité dépend de la tension inverse appliquée à ses bornes.
 La fréquence d'oscillation est déterminée par les caractéristiques du quartz et la
capacité C de la varicap.
 Cette structure procure une excellente stabilité en fréquence, en revanche elle
donne une faible excursion de fréquence limitée à 1 KHz voire moins.
 Ce dispositif convient très bien à des émissions NBFM.
 L'excursion de fréquence peut être augmentée en utilisant des étages
multiplicateurs de fréquence.
Fig.10. Exemple de VCOX

III- 2 Méthode indirecte

Cette méthode utilise pour principe, un modulateur FM à bande étroite associé à des
changements de fréquence et des multiplicateurs de fréquence. La production du signal FM se
fait par:

 L'utilisation d'un VCO à quartz (pour la stabilisation de la fréquence)


 Verrouillage du VCO en l'accrochant sur une boucle à verrouillage de phase.

III-2-1 Rapport signal sur bruit

L'étude des bruits montre que rapport (S/N) est correct pour les basses fréquences
modulantes, et très faible pour hautes fréquences modulantes. Pour améliorer la qualité des
signaux à la réception, la méthode générale est de préamplifier les hautes fréquences du signal
modulant avant la modulation, c'est ce qu'on appelle la préaccentuation, et de les atténuer
après la démodulation, c'est la désaccentuation.

III-2- 2 Préaccentuation du signal modulant

Lors d'une transmission FM, on montre que:

 Le niveau de bruit en sortie de la chaîne est plus élevé aux fréquences aiguës.
 Pour la voix, le niveau du signal baisse aux fréquences aiguës.
 Le rapport S/N est moyen, voire médiocre dans le haut du spectre.

La préaccentuation permet d'améliorer la qualité de transmission:

 A l'émission, le signal modulant est filtré pour favoriser les fréquences aiguës.
 Au cours de la transmission s'ajoute du bruit radioélectrique.
 A la réception, le bruit en sortie du démodulateur est élevé dans les aiguës
 Le filtre de désaccentuation rabaisse les aiguës à leur niveau normal.
 Le filtre de désaccentuation diminue en même temps le niveau du bruit.

Fig.11. Exemple de caractéristiques de filtres de préaccentuation et de désaccentuation

Remarque: La préaccentuation n'a pas d'effet sensible sur l'excursion de fréquence ni sur
le spectre.

III-2-3 Le multiplicateur de fréquence

Pour augmenter l'excursion de fréquence en sortie du VCXO, on utilise un ou plusieurs étages


multiplicateurs de fréquence.
 Le signal de fréquence f0 est amplifié par un montage apportant une distorsion
importante.
 Cette distorsion importante se traduit par l'apparition d'harmoniques aux
fréquences: 2f0, 3f0, ... .
 Un circuit accordé sur l'harmonique N, permet de récupérer un signal quasi-
sinusoïdal de fréquence Nf0.
En pratique, un simple étage à transistor en classe C sans pont de polarisation permet
de réaliser cette fonction.

Fig.12. Exemple de circuit multiplicateur de fréquence


Le transistor ne conduit que lorsque la tension appliquée sur la base dépasse la
tension de seuil ( 0.6 V).
 Le courant collecteur formé de calottes de sinusoïdes, contient un grand nombre
d'harmoniques.
 Le circuit accordé L0C0 est dimensionné pour sélectionner l'harmonique désirée.

Antenne
N f0 + Nf cos t Nf0 + f1 + Nf cos t
s(t) = Sm cos t f(t) = f0 + f cos t

Ampli BF + Mélangeur Ampli RF


VCO à quartz Multiplicateur
préaccentuation ou à PLL de f par N
(D) (E)
(A) (B) (C)
Fréquence: Nf0 + f1
excursion: N.f

Oscillateur
Transposition de
fréquence f1
fréquence

Fig.13. Structure générale d'un émetteur FM

IV- Détection (Démodulation) d'un signal FM

IV-1 Structure d'un récepteur FM

La sélection de l'émetteur à recevoir est faite à l'aide de la structure habituelle:

Oscillateur local
Mélangeur
Filtre FI

Antenne

(A)

Ampli RF Mélangeur Filtre Ampli FI Limiteur Démodulateur Ampli


FI BF
(B) (D) (E) (F) (G) (H)

(C)

Oscillateur
local f0

Fig.14. Structure d'un récepteur FM.


- Le signal à recevoir de fréquence f1 est captée par l'antenne avec d'autres signaux (A).
- Tous les signaux reçus sont amplifiés par un ampli RF à faible bruit (B).
- Ils sont mélangés (D) au signal de fréquence f0 issu de l'oscillateur local (C).
- Si f0 est bien choisie, le signal de fréquence différence f1 – f0 tombe à FI à travers le filtre
(E).
- Le signal transportant l'information est maintenant isolé, et se trouve à la fréquence FI, il
est amplifié (F).
- Le signal sélectionné (FM), est fortement écrêté par le limiteur qui supprime les parasites
et donne en (G) une amplitude constante.
- Le démodulateur extrait l'information BF qui se trouve dans la fréquence instantanée (H).
- Le signal BF sera enfin amplifié et envoyé vers la haut parleur.

IV-2 Démodulation d'un signal FM

IV-2-1 Démodulation à l'aide discriminateur

Il existe différents modes de démodulation de signaux FM. Le mode le plus couramment


utilisé est la démodulation par "discrimination". Le principe d'un tel démodulateur est décrit
par le schéma synoptique suivant:

Signal
Signal démodulé
FM Amplificateur Dérivateur Détecteur de

Limiteur (Filtre) crête


Ve Vs

Fig.15. Schéma synoptique d'un discriminateur.

Pour démoduler le signal FM, on aura besoin:

 D'un circuit limiteur (amplificateur): celui-ci attaqué par une tension sinusoïdale
d'amplitude quelconque, délivre une tension sinusoïdale de même fréquence mais
d'amplitude constante Ve.
 D'un filtre dérivateur.
 D'un détecteur de crête (d'enveloppe) de même type que celui utilisé pour la
démodulation d'un signal AM.
IV-2-1 Principe d'un discriminateur

Soit un signal FM

Dérivons e(t):

Calculons l'amplitude de e'(t):

On constate que le signal e'(t) est encore un signal FM mais son amplitude varie linéairement
en fonction du signal BF.

Signal à l'entrée du dérivateur (FM)

Signal à la sortie du dérivateur (FM-AM)

Le signal BF qui se trouvait transcrit dans la phase instantanée de la porteuse, se trouve à la


sortie du dérivateur transcrit en plus sur son amplitude. On obtient ainsi, un signal (FM-AM).

Pour récupérer le signal informatif (message), il suffira donc d'utiliser un détecteur


d'enveloppe.
IV-2-2 Caractéristique de transfert d'un dérivateur

Un discriminateur idéal correspond à un circuit dérivateur dont l'équation est de la forme:

Soit en régime harmonique:

 On constate que la caractéristique de transfert du filtre est de forme linéaire.

f
Caractéristique de transfert d'un dérivateur idéal.

On réalise un filtre dérivateur à l'aide d'un circuit résonant LC, fig. 16.a. La caractéristique de
transfert d'un tel filtre est représentée sur la fig.16.b.

(a) (b)

Fig.16. Exemple de filtre dérivateur. (a) Schéma électrique (b) caractéristique de transfert.

En pratique, on réalise une approximation linéaire autour de la fréquence fp du circuit


résonnant.
Linéarisation autour
de fp

fp f0
Fréquence du signal Fréquence de résonance du
FM à démoduler circuit LC

On choisit les valeurs de R, L et C de manière à avoir la partie linéaire de la courbe de


résonance dans l'intervalle [fp - , fp + ],  étant l'excursion de fréquence du signal FM à
démoduler.

Néanmoins, on constate que cette méthode de démodulation présente deux inconvénients


majeurs:

 Sensibilité aux variations d'amplitude parasites.


 Faible plage de linéarité.

Pour résoudre le premier problème, on fait précéder le dérivateur par un circuit limiteur
(écrêtage) qui permet d'éliminer les variations d'amplitude parasites sans perturber la
modulation.
Pour augmenter la plage de linéarité, on peut monter deux circuits résonants en tête-bêche,
c'est le discriminateur de Foster Seely.

(a)

(b)

Fig.17. discriminateur de Foster-Seely. (a) Circuit électrique (b) Caractéristique de transfert.

IV-2-2 Démodulation à l'aide d'une boucle à verrouillage de phase

Une boucle à verrouillage de phase ou plus simplement PLL (PLL pour Phase Locked Loop
en terme anglo-saxons) est un circuit de démodulation utilisé lorsque les conditions de
réception du signal FM sont trop difficiles et pour lesquelles le discriminateur de se comporte
plus de manière satisfaisante.

IV-2-2-1 La boucle à verrouillage de phase

La PLL est un système bouclé (un asservissement) qui sert à asservir la fréquence instantanée
de sortie d'un oscillateur (VCO) à la fréquence instantanée du signal e(t) injecté à l'entrée de
la boucle.

L'utilisation des PLL s'est étendue à tous les domaines des télécommunications après
l'apparition des circuits intégrés. On distingue principalement deux domaines d'application:

Comme filtre passe-bande très étroit  récupération d'un signal porteur noyé dans
le bruit.
Comme multiplieur de fréquence  réalisation de synthétiseur de fréquence.

Une PLL classique est constituée de:

 Un comparateur de phase
 Un filtre de boucle
 Un oscillateur contrôlé en tension (VCO).

Fig.18. Structure générale d'une boucle à verrouillage de phase.

Le comparateur de phase

Le comparateur de phase est un dispositif qui délivre en sortie une tension proportionnelle à la
différence des phases instantanées des signaux d'entrée et de sortie:

Où Kc est la sensibilité du comparateur de phase

Il existe plusieurs types de comparateurs de phase:

- Comparateurs analogiques: les circuits multiplieurs, les mélangeurs à diodes, etc.


- Comparateurs logiques: Ou exclusif.
- schéma

Dans le cas où la boucle est bien accrochée, les signaux ve(t) et vs(t) sont des fonctions
sinusoïdales dont les arguments peuvent être mis sous la forme:

le filtre de boucle

Le filtre de boucle utilisé dans une PLL est généralement un filtre passe-bas, de fonction de
transfert:
Ce filtre associé au comparateur de phase permet d'obtenir une information continue
directement liée au déphasage entre les signaux d'entrée ve(t) et de sortie vs(t).

l'oscillateur (VCO)

Le VCO délivre en sortie un signal vs(t) dont la fréquence dépend de la tension d'entrée. S'il
est linéaire et centré sur la fréquence f0 (0), on a:

IV-2-2-2 Démodulation d'un signal FM

- est le signal FM à démoduler:

Avec , où m(t) est le signal BF à récupérer.

- y(t) est le signal délivré par le comparateur de phase. Il constitue le signal de sortie de la
PLL.
- so(t) est le signal de sortie du VCO. Il constitue le signal de retour de la PLL.

Avec

Le signal y(t) à la sortie du comparateur de phase est tel que:

En dérivant y(t) on obtient:

Ou encore:
C'est une équation différentielle linéaire du 1er ordre qui peut s'écrire:

Où est la constante de temps de la PLL.

La réponse indicielle de la PLL

Signal m(t)

Signal y(t)

En régime permanent, c. à. d. pour t  3, on a:

Le signal y(t) à la sortie de la PLL représente donc une variation proportionnelle à la variation
m(t) du signal modulant. Donc si le signal modulant varie assez lentement pour que la PLL
puisse atteindre son régime permanent à tout instant, on a bien une démodulation du signal
FM.

En pratique, on insère dans la chaîne d'action de la PLL un filtre passe-bas qui permet de
régler ses performances (temps de réponse, gain,...).
IV-3 les récepteurs à changement de fréquence

La fonction d'un récepteur est de restituer le message transmis à partir du signal HF (porteuse)
reçu au niveau de l'antenne. Généralement le récepteur doit recevoir plusieurs émissions à des
fréquences porteuses différentes. Or, le démodulateur du récepteur doit fonctionner à la
fréquence de la porteuse. Il faudrait donc autant de démodulateurs que d'émissions à recevoir;
ce qui est pratiquement irréalisable. Afin de palier à ce problème, deux solutions sont
préconisées:

la première solution consiste à changer les caractéristiques du démodulateur: c'est le


cas des récepteurs à conversion directe. On peut par exemple, faire varier la fréquence
centrale de la PLL d'un démodulateur FM. Cette solution reste cependant délicate à
mettre en œuvre techniquement.
La seconde solution consiste à changer la fréquence du signal reçu pour l'adapter à un
démodulateur dont les caractéristiques restent fixes: c'est le cas d'un récepteur à
changement de fréquence ou récepteur superhétérodyne dont la fréquence du
démodulateur appelée fréquence intermédiaire (FI), reste constante.

IV-3-1 Schéma fonctionnel d'un récepteur superhétérodyne

 Fonctionnement

Le signal issu de l'antenne est multiplié par un signal sinusoïdal délivré par un oscillateur
local de fréquence fL. On obtient ainsi différentes fréquences parmi lesquelles deux
fréquences: fL-fHF et fL+fHF. Le signal à la fréquence fL+fHF ainsi que les autres fréquences
sont éliminés par le filtre FI à bande étroite. On obtient le signal à fréquence intermédiaire
FI = fL-fHF.

Pour maintenir la fréquence fI constante, on fait varier fL de manière à avoir fL = fHF+fI. Ainsi,
pour choisir l'émission à démoduler, on doit agir sur la fréquence de l'oscillateur local.

On pratique, on a FI = 10.7 MHz pour la réception FM et FI = 455 kHz pour la réception AM.

Exemple de calcul:

Pour recevoir un signal FM à 96 MHz, on doit avoir fL = 96 + 10.7 = 106.7 MHz.