Vous êtes sur la page 1sur 2

Nomenclature des complexes

Rappel :

Un complexe mononucléaire est un édifice polyatomique dans lequel un atome ou un ion


métallique (le plus souvent de transition) est lié à des atomes, molécules ou ions, par
l’intermédiaire d’atomes possédant des doublets non liants.
Ils sont notés entre crochets : [Fe(CN)6]3-

Les ligands
 Ils sont nommés d’abord ; leur nombre est précisé par un préfixe multiplicatif (mono, di,
tri,…). Dans des cas plus compliqués on utilise : bis, tris, tétrakis…

Diéthylamineargent (I) : [Ag(NH(CH2CH3)2)]+


Biséthylamineargent (I) : [Ag(NH2CH2CH3)2]+
.
 S’ils sont neutres, les noms ne sont pas modifiés, sauf :
H2O : aqua ; NH3 : ammine ; CO : carbonyle ; NO : nitrosyle

 S’ils sont chargés négativement, on utilise la terminaison « o » : (-ure, -ite, -ate


donnent –uro, -ito, -ato)
Ex : SO42- : sulfato ; SCN- : thiocyanato ; S2O32- : thiosulfato

Sauf : CN- : cyano ; S2- : thio ; F- : fluoro (de même Cl-, Br-, I-) ; O2- : oxo ; OH- : hydroxo ;
NH2- : amido etc..

 S’il y a plusieurs ligands, par exemple Pt (II)Cl2(NH3)(H2O) :


Pour la formule, l’ordre est : M, L ioniques, L neutres dans l’ordre alphabétique
des atomes coordinateurs (N,O).
Pour la dénomination : suivre l’ordre alphabétique des ligands sans l’affixe
multiplicateur (ammineaquadichloroplatine (II)).

Remarque : les ligands sont également classés selon le nombre de positions de coordination
avec le (ou les) centre(s), soit selon le nombre de doublets non liants mis en jeu :
- ligands monodentes :
N*H3 H2O* C*  O -
C*  N

- ligands bidentates:
H2N* – CH2 – CH2 – N*H2 ligand 1,2-diaminoéthane ou éthylènediamine ,
noté
« en ».

- ligands hexadentes :

anion éthylènediaminetétraacétate (EDTA), noté Y4-, utilisé en complexométrie :

TS1C Nomenclature des complexes


*O- O-*

C CH2 CH2 C

O O
O N* CH2 CH2 N* O

C CH2 CH2 C

*O- O-*

- Si un ligand polydente est lié à un seul ion central, il y a formation d’un cycle :
on obtient un chélate.

Remarque : cas particulier de ligands cycliques : composés couronne (Jean-Marie Lehn, prix
Nobel 1987) ; ces molécules se fixent sélectivement sur des cations dont la taille est adaptée à
celle du cycle.

Nom du complexe

Les noms des ligands sont suivis du nom du métal central avec :
- pour les complexes anioniques, la terminaison « ate »
- pour les complexes cationiques ou neutres, pas de terminaison particulière,
suivi de son nombre d’oxydation.

Exemples :
[Fe(C2O4)]+ : oxalatofer (III)
[Fe(C2O4)2]- : dioxalatoferrate (III)

Les complexes peuvent aussi être donnés avec leur contre ion : dans ce cas, pour l'écriture du
complexe, le cation sera placé avant l'anion, et pour la nomenclature, ce sera l'inverse. Il n'y a
pas besoin de préciser le nombre de contre-ion.

[Fe(C2O4)]Cl : Chlorure d'oxalatofer (III)


K[Fe(C2O4)2] : dioxalatoferrate (III) de potassium
K3[Fe(C2O4)3] : trioxalatoferrate (III) de potassium
[Fe(SCN)][CoCl4(H2O)2] : Diaquatetrachlorocobaltate (II) d'hexathiocyanatofer (III)

TS1C Nomenclature des complexes