Vous êtes sur la page 1sur 10

TP3 : Théoréme de

Thévenin,Millman,Superposition

1
Objectif de ce TP :
Le but de ce TP est d’étudier la manière dont se distribuent
les courants et les tensions dans un circuit comprenant un ou
des générateurs de F.E.M et un réseau complexe de
résistances. Le théorème de Thévenin permet de calculer ces
courants, et déterminer la tension entre deux points
quelconques du circuit en utilisant aussi la méthode de
superposition et la méthode de Millman.
Le but de ce TP est de vérifier pratiquement la validité de
Thévenin.

Matériel utilisé dans l’expérience :

2
Introduction :
Le théorème de Thévenin a été initialement découvert par le
scientifique allemand Hermann Von Helmholtz en 1853, puis
en 1883 par l’ingénieur télégraphe français Léon Charles
Thévenin. Ce théorème est une propriété électronique qui se
déduit principalement de linéarité et du principe de
superposition qui en découle. Il s’utilise pour convertir une
partie d’un réseau complexe en un dipôle plus simple.

Rappel du cours :
 Théorème De Superposition :
Définition : Ce théorème découle directement de la linéarité
des équations de Kirchhoff : un dipôle constitué de dipôles
linéaires est un dipôle linéaire. Dans un réseau linéaire, il est
possible de remplacer un ensemble de dipôles par un dipôle
équivalent.
 Théorème de Millman :
Définition : Le théorème de Millman est une forme
particulière de la loi des nœuds exprimée en termes de
potentiel. Il est ainsi nommé en l'honneur de l'électronicien
américain Jacob Millman.
Exemple : D’après Millman :

3
 Théorème de Thévenin :
Définition : tout réseau dipolaire linéaire contenant de la
source indépendant est équivalent à un générateur Thévenin
contenant une source de tension de Thévenin ETH en série
avec une résistance RTH.
Eth : est la tension à vide aux bornes du dipôle.
Rth : est la résistance interne vue des bornes du dipôle
lorsque toutes les sources sont éteintes (remplacées par leurs
résistances internes).

4
Un Exemple d’application :

5
Le Circuit à faire :

Les données :
E1=10V
E2=5V
R=100ohm
R1=100ohm
R2=50ohm
Première méthode : Théorème de Superposition :

6
Eth = Eth1 + Eth2
Or Eth1 : quand E1 agit seul
Eth2 : quand E2 agit seul
Eth1 = R2/(R1+R2) *E1.
Eth2 = R1/(R1+R2) *E2.

Deuxième méthode : Théorème de Millman :

Eth = [E1/R1 + E2/R2] / [1/R1 + 1/R2]


AN: Eth = [10/100 + 5/50] / [1/100 + 1/50] = 6,66V
Rth:

Rth = R1//R2

7
Rth = R1*R2/R1+R2
AN: Rth = 50*100/150
Rth= 33,33 Ohm.
Or: Uab = [E1/R1 + E2/R2 + 0/R] / [1/R1 + 1/R2 + 1/R] = R*I
I = Uab / R
Avec Uab = [10/100 + 5/50 + 0/100] / [1/100 + 1/50 +1/100]
Uab = 5V
Donc I = 5/100 = 0,05 A.

Manipulation :
Dessinez et réaliser le montage de la première figure.
 Citez le matériel utilisé.
 Mesurez l’intensité du courant circulant dans la résistance
R.
 Débranchez la résistance R et mesurer la tension à vide EAB
(EAB = ETh).
 Mettez en court-circuit la source de tension E, tout en
gardant la résistance R débranché, à l’aide d’un ohmmètre
mesurer la résistance RTh entre les bornes A et B (RAB = RTh).
 Dessinez et réaliser le montage équivalent de Thévenin à
l’aide de ETh et RTh.
 Mesurez le courant I circulant dans la résistance R.
 Conclusion.

8
Expérience réalisée :

E1 E2 R R1 R2 I Ith EthP EthTH RthP RthTH


(V) (V) Ω Ω Ω (A) (A) (A) (A) (A) (A)
10 5 100 100 50 0.049 0.05 6.65 6.66 33.35 33.33

Conclusion :

En comparant les résultats théoriques à ceux de la pratique il


est clairement visible qu’il existe une légère différence qui est
due essentiellement au matériel défectueux utilisé, les
erreurs de calcul et aussi aux pertes de charge à travers les
fils conducteurs.
En tenant compte de ces erreurs on constate que le
théorème de Thevenin est vérifié donc il est possible de
simplifier notre circuit selon la première figure.

9
10