Vous êtes sur la page 1sur 8

ROYAUME DU MAROC

AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SEBOU

Crue du 10 octobre 2008 dans le Haut Sebou

Introduction

Impressionnante, exceptionnelle, spectaculaire ! : Tels peuvent être les


qualificatifs de la crue du 10 octobre 2008 de l’oued Sebou. Le bassin du Haut
Sebou, qui était la scène de ce phénomène hydrologique exceptionnel a
enregistré la plus grosse crue de son histoire soit 2600 m3/s.

Cette crue a causé des dégâts matériels importants au niveau de l’infrastructure


routière, d’alimentation en eau potable, et des terrains agricoles. Cependant, les
dégâts auraient pu être d’une gravité sans précédent sans le barrage Allal Al
Fassi. En effet, cet ouvrage hydraulique a joué un rôle capital dans l’atténuation
de l’intensité de la crue et la régulation des flots apportés par la crue et qui ont
égalé la capacité totale du barrage de 64 Mm3 en l’espace de quelques heures.
La gestion efficace du barrage a permis l'écrêtement du débit de pointe entrant
de 2600 m3/s à seulement 1400 m3/s en aval du barrage.

Une crue exceptionnelle

Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur les provinces de Boulemane et
Sefrou, l’après-midi du 10/10/08 ont généré le plus grand événement
hydrométéorologique jamais observé dans les bassins du Haut Sebou et
Moulouya. Le débit enregistré à l’entrée du barrage Allal Al Fassi a atteint 2600
m3/s largement supérieur à la crue historique de 1966 et qui était de 1090 m3/s.
La crue du 10 octobre 2008 est proche de la crue décamillénalle adoptée comme
crue du projet, soit 3000 m3/s.
Le volume drainé par cette crue a été de 57 Mm3 soit 90% de la capacité de
stockage du barrage Allal Al Fassi.
Historique des crues maximales enregistrées
au barrage Allal El Fassi
3000

2500
Débit (m3/s)

2000

1500

1000

500

0
1957

1962

1967

1972

1977

1982

1987

1992

1997

2002

2008
Année

Dégâts engendrés par la crue

L’onde de crue a atteint des hauteurs exceptionnelles de 7 à 12 m le long de


l’oued Sebou. Plusieurs zones situées le long de l’oued Sebou et ses principaux
affluents comme Maasser et Mdez ont été submergées au passage de la crue.

La province de Sefrou a été la plus touchée. Les dégâts suivants y ont été
enregistrés :

• Démolition du pont Mdez situé sur la route reliant Sefrou à Adrej


• Coupure de la route Fès-El Menzel au niveau du pont Azzaba sur Sebou.
Le niveau de l’eau a dépassé de 2 m le niveau du tablier.
• Inondation de la station hydrologique Mdez sur oued Sebou.
L’observateur a été évacué vers l’hôpital.
• Inondation de la station hydrologique Ain Timedrine sur oued Sebou.
• Coupure de la route Fès-Taza.

Au niveau de la province de Boulemane, la crue de l’oued Maasser d’un débit de


1000 m3/s a emporté une micro centrale hydro électrique ONE.
Au niveau de la ville de Fès, la station de pompage de l’ONEP sur l’oued Sebou
a été submergée vers 22H30. L’approvisionnement de la ville de Fès à partir de
cette station a été interrompu.
Les ouljas situées dans la vallée du Sebou en aval de la ville de Fès ont été
totalement submergées. Plusieurs productions agricoles ont été endommagées.

2
Pont Mdez emporté par la crue du 10/10/08

BASSIN VERSANT DU SEBOU


RAB TAZA

RATBA JEBL EL
OUTEKA

Machraa Bel Ksiri TABOUDA


TAGHZOUT

TAMACHATE
Qmax :252 m3/s BageBOUHODA
KHARROUBA BOURED
RHAFSAI BgeASFALOU
GALEZ PONT DU SKER
MJARA TAFRANNT BAB OUENDER
MECHRA BEL KSIRI
HAD
S. ALLAL TAZI KOURT
OUERTZAGH
KHENICHET AIN AICHA
HJRIA

SOUK EL HAD
AZIB SOLTANE
Aval Bge Allal K. BENI HITEM

SIDI CHAHED
TISSA
Fassi BAB CHHOUB

Azib Soltane DAR EL ARSA 1400m3/s


EL KOUCHAT
BAB MERZOUKA

Qmax :805 m3/s Bge BAB LOUTA

EL HAJRA

AIN OUALI
AZZABA
2600 m3/s
AZZABA

AIN TIMEDRINE

OULJET SOLTANE DAR EL HAMRA


PONT DU MDEZ Station Ain
Timedrine
LEGENDE
AIT HADDOU ALII SIDI MOKHFI
AIT KHABBACH MERS
Emportée
- Barrage existant
- Station hydrométrique simplifiée
- Station hydrométrique simplifiée
équipée d'un limnigraphe
- Station hydrométrique principale PONT AIT AISSA
Pont du Mdez
équipée d'un téléphèrique ou cyclopotance
- Station hydrometrique principale
> 1130 m3/s
équipée de limnigraphe, téléphérique ou cyclopotance
- Poste d'annonce de crues
Emporté

3
Rôle joué par le barrage Allal Al Fassi

La vocation principale du barrage Allal Al Fassi est la production


hydroélectrique. Il n’a pas été conçu au départ pour la protection contre les
inondations. De ce fait, anticiper la vidange d’un grand volume pour le stockage
de crues est impossible puisqu’elle compromettrait lourdement le rôle du
barrage dans la production hydroélectrique.
D’autre part, le caractère orageux et par conséquent imprévisible des crues du
Haut Sebou et les temps très courts de réponse aux pluies (le temps de montée
de la crue du 10/10/08 a été de 2H) réduisent énormément le temps d’alerte.

Malgré ces contraintes, le barrage Allal Al Fassi a joué un rôle majeur dans
l’écrêtement de la crue du 10 octobre 2008. En effet, au moment de la pointe,
sur les 2600 m3/s qui entraient dans la retenue, seulement 1400 m3/s en
sortaient. Cet effet d’amortissement a été possible grâce à une gestion efficace
de la retenue du barrage qui a permis de stocker au maximum les flots d’eau
jusqu’à une hauteur dans le barrage qui a approché le niveau des plus hautes
eaux (le niveau d’eau était à 76 cm des PHE)

L’effet du barrage a été donc incontestable et a permis d’amortir l’onde de crue


ce qui a évité une catastrophe d’une plus grande ampleur à l’aval du barrage. En
effet sans le barrage, le débit de 2600 m3/s aurait pu continuer sa propagation
en aval vers les régions de Fès, Kariat Ba Mohamed, Sidi Kacem et Kénitra et
aurait causé plusieurs dégâts importants au niveau de l’infrastructure publique
et des débordements au niveau de toute la vallée du Sebou ainsi que dans la
plaine du Gharb.

Une gestion efficace de la crue

La gestion efficace du barrage par l’Agence du Bassin Hydraulique du Sebou


avant et au moment de la crue a permis d’amoindrir le débit sortant. Grace à
cette gestion, on a eu un débit atténué et contrôlé en aval du barrage.
L’Agence a avisé suffisamment à l’avance l’ensemble des intervenants dans la
gestion des crues et des inondations (autorités locales, équipement, ONEP,
ORMVAG. etc) sur l’avènement de cette crue pour prendre les dispositions
nécessaires à la protection de la population et des biens.

L’état de veille a commencé depuis plusieurs jours suite aux différents épisodes
pluvieux qu’a enregistrés le bassin du Sebou durant les mois de septembre et
début octobre 2008.

4
L'encadré ci-après décrit la chronologie de l'événement et les différentes
mesures menées par l'ABHS pour gérer cette crue.

chronologie de la crue
Le 8/10/08 et 9/10/08

• Suite aux prévisions météorologiques, l’état de veille et la saisine des autorités


locales et des services concernés sur la possibilité de déversement du barrage
dans les prochaines heures
Le 10/10/08
• 9H : réception du bulletin spécial émis par la Direction de la Météorologie
Nationale annonçant des orages importants
• 14H : début de pluies, l’Agence saisit les Autorités locales de Fès, Sefrou,
My Yaacoub, Taounate, Sidi Kacem et Kénitra et les services concernés
(ONEP, ORMVAG..) sur l’éminence du déversement du barrage
• 13H : début de la crue – niveau initial de la retenue : 417,68 m NGM
• 14H : ouverture de l’évacuateur de crue, débit sortant: 150 m3/s
débit entrant : 400 m3/s ;
• 15H : côte barrage : 417,74 ; débit sortant : 210 m3/s, débit à Mdez : 1130
m3/s
(pont Mdez emporté, station inondée)
• 17H : débit sortant : 270 m3/s
• 19H : côte barrage : 420,22 ; débit lâché : 360 m3/s ,
• 19H45 : côte barrage : 420,50 ; débit entrant : 2600 m3/s- débit lâché : 1200
m3/s
• 20H : Côte barrage : 420,76 ; débit lâché : 1370 m3/s (ouverture de la VF)
• 21H40 : côte du barrage 419,58 ; débit lâché : 1200 m3/S (fermeture de la VF)
• 22H35 : côte du barrage : 419,10, réduction du débit lâché : 900 m3/s
• 23H : côte du barrage : 418,90, réduction du débit lâché : 600 m3/s
Le 11/10/08
• 7H : côte du barrage : 417,97, réduction du débit lâché : 170 m3/s
• 7H45 : côte du barrage : 417,75 fermeture totale.

5
Hydrogramme de la crue et débits sortants

3000

2500

Q sorti
2000 Q entrant
débit en m3/s

1500

1000

500

0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34

heure

Evolution du niveau de la retenue du barrage Allal Al Fassi

422
421,5
421
420,5 côte bge
côte m N G M

420 CRN
419,5 CPHE
419
418,5
418
417,5
417
8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34
heure

CPHE : côte des plus hautes eaux, CRN : côte de la retenue normale

6
Pont Saadiine sur la route qui relie Fès à Taounate situé en aval du barrage Allal Al
Fassi - Débit maximum 1400 m3/s le 11/10/08 à 3H (les pertuis ont fonctionné en charge).

Facteurs aggravants la crue du 10 octobre 2008

Le faux sentiment de « sécurité totale » chez les populations situées en aval du


barrage Allal Al Fassi comme c'est le cas d'ailleurs pour tous les autres barrages
est dangereux et a conduit à rendre plus vulnérables ces zones du fait de
l’occupation de plus en plus préoccupante du lit du cours d'eau et du domaine
d’épandage des crues par des habitations et des activités économiques. Cette
tendance a été favorisée aussi par la persistance des années de sécheresse et
l'absence de crues.

Depuis la mise en service du barrage Allal Al Fassi en 1991, les gens font le lien
entre la crue et le barrage et ne font plus le lien entre la crue et l’épisode
hydrométéorologique aussi exceptionnel qu’il soit. Il faut rappeler que les crues
présentent un risque important pour les barrages : la perte de contrôle de la côte
d’eau dans la retenue peut entraîner la submersion du barrage, ce qui peut
conduire à sa rupture surtout pour les barrages en remblai tel est le cas pour le
barrage Allal Al Fassi.

7
Conclusion

La crue du 10/10/2008 demeurera enregistrée dans les annales hydrologiques


comme un événement exceptionnel qui a affecté le bassin du Haut Sebou et ses
régions. Les conséquences de cette crue ont été atténuées de façon remarquable
par une bonne gestion du barrage Allal Al Fassi qui a permis de laminer le débit
de pointe amont de 2600 m3/s à seulement 1400 m3/s en aval du barrage.
On rappellera aussi que les dispositions d'alerte et d'information des autorités
locales et services entreprises par l'Agence du Bassin Hydraulique du Sebou, ont
permis d'évacuer à temps les populations menacées et de prendre les mesures
nécessaires pour minimiser les dégâts et l'organisation des opérations du
secours.
Le barrage Allal Al Fassi a une petite cuvette (64 Mm3) et est destiné à la
dérivation des eaux vers le barrage Idriss 1er (3 Mm3/jour) pour la production de
l’énergie hydroélectrique. L’usine hydroélectrique de Matmata alimentée par ce
barrage est une usine structurante pour l’ONE ce qui nécessite son
fonctionnement à tout moment d’où la nécessité de maintenir le barrage Allal Al
Fassi à son niveau maximum.
Le volume d’eau perdu à la mer pendant la seule journée du 10/10/08 a été de 60
Mm3. Cette perte d’eau a été inévitable en raison du manque de barrage à
grande retenue à l’amont du barrage Allal Al Fassi. Aussi, est-il devenu
nécessaire de construire le barrage Mdez qui rendra un grand service à la
collectivité nationale par l’augmentation du volume régualrisé de l’oued Sebou,
la maîtrise des crues, la dérivation de l’eau vers le Saiss et la production
hydroélectrique.