Vous êtes sur la page 1sur 80

Département de l’Eure-et-Loir

18 rue de la Gare
28240 La Loupe
SIPEPREL

CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT


D’EAU POTABLE

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES

1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES

SIEGE IMPLANTATION REGIONALE

Agence d’Orléans
6, Rue Grolée
810 rue Leonard de Vinci
69289 LYON Cédex 02
45400 Semoy
Téléphone : 04-72-32-56-00
Téléphone : 02-38-86-54-57
Télécopie : 04-78-38-37-85
Télécopie : 02-38-61-07-42
E-mail : cabinet-merlin@cabinet-merlin.fr
E-mail : cm-orleans@cabinet-merlin.fr

GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 – 164 - DCE - PT – 1 – 002

Ind Etabli par Approuvé par Date Objet de la révision

A N. GOUPIL L. MARTIN 15/04/2012 Etablissement.


SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

SOMMAIRE
1 PRESCRIPTIONS TECHNIQUES INTANGIBLES ............................................................................... 5
1.1 IMPLANTATION DES OUVRAGES.....................................................................................................5
1.2 VIDANGE ET TROP PLEIN DES BASSINS..........................................................................................5
1.3 LIGNE PIEZOMETRIQUE.................................................................................................................5
1.4 FONCTIONNEMENT DE L’USINE......................................................................................................6
1.5 FILIERES DE TRAITEMENT.............................................................................................................6
1.6 FIABILITE DE FONCTIONNEMENT...................................................................................................6
1.7 AMENAGEMENTS DE L’USINE .........................................................................................................6
1.8 DESHUMIDIFICATION....................................................................................................................7
1.9 GESTION DES EAUX PLUVIALES .....................................................................................................7
1.10 GESTION DES EAUX USEES............................................................................................................7
1.11 ENGINS DE LEVAGE – OUTILLAGE ..................................................................................................7
1.12 MANUTENTION .............................................................................................................................8
1.13 STOCKAGE ET DOSAGE DES REACTIFS ...........................................................................................8
1.13.1 CUVES DE PREPARATION .......................................................................................................9
1.13.2 STOCKAGE REACTIFS.............................................................................................................9
1.13.3 STOCKAGE EN SILO ET TREMIE ............................................................................................10
2 SOLUTION DE BASE ....................................................................................................................... 12
2.1 FILIERE DE TRAITEMENT DES EAUX .............................................................................................12
2.2 FILIERE DE TRAITEMENT DES EAUX SALES...................................................................................12
3 PRESCRIPTIONS TECHNIQUES RELATIVES AU PROCESS ............................................................ 13
3.1 POMPAGE D’ALIMENTATION EN EAUX BRUTES..............................................................................13
3.2 FONCTIONNEMENT DE L’USINE....................................................................................................13
3.3 FILTRATION SUR CAG .................................................................................................................13
3.3.1 FILTRATION ........................................................................................................................13
3.3.2 LAVAGE DES FILTRES...........................................................................................................15
3.4 DESINFECTION ...........................................................................................................................16
3.5 BACHE DE STOCKAGE D’EAU TRAITEE ..........................................................................................16
3.6 DISTRIBUTION D’EAU TRAITEE....................................................................................................16
3.7 TRAITEMENT DES EAUX SALES ....................................................................................................17
3.7.1 PRODUCTION D’EAUX SALES ................................................................................................17
3.7.2 TRAITEMENT DES EAUX SALES .............................................................................................17
3.8 INSTRUMENTATION ....................................................................................................................19
3.9 AIR DE SERVICE .........................................................................................................................21
3.10 EAU DE SERVICE.........................................................................................................................21
4 PRESCRIPTIONS RELATIVES A LA QUALITE DES MATERIAUX..................................................... 22
4.1 ÉQUIPEMENTS ET SERRURERIES..................................................................................................22
4.2 CANALISATIONS .........................................................................................................................22
4.2.1 EAU POTABLE ......................................................................................................................23
4.2.2 EAU PROCESS/INDUSTRIELLE...............................................................................................23
4.2.3 EAUX USEES, BOUES LIQUIDES, EGOUTTURES ......................................................................24
5 ELECTRICITE – CONTROLE / COMMANDE .................................................................................... 25
5.1 CONTENU DE LA PRESTATION .....................................................................................................25
5.2 DOCUMENTS DE REFERENCE .......................................................................................................25
5.3 CONTROLEUR TECHNIQUE / CONSUEL .........................................................................................25
5.4 GENERALITES .............................................................................................................................26
5.4.1 PRINCIPES DE CONCEPTION.................................................................................................26
5.4.2 PRINCIPE DE DIMENSIONNEMENT ........................................................................................26
5.4.3 CONDITIONS D’INSTALLATION .............................................................................................26
5.4.4 NIVEAUX DE TENSION .........................................................................................................26
5.4.5 REGIME DE NEUTRE.............................................................................................................27
5.4.6 MARQUES ET TYPES DES MATERIELS ....................................................................................27
5.5 ARCHITECTURE BT......................................................................................................................27
5.5.1 PRINCIPE DE L’ALIMENTATION .............................................................................................27

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 2/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

5.5.2 DIMENSIONNEMENT DES INSTALLATIONS.............................................................................27


5.6 ÉLECTRICITE BASSE TENSION .....................................................................................................27
5.6.1 CONCEPTION GENERALE ......................................................................................................27
5.6.2 INTERFACE AVEC LE DISTRIBUTEUR D’ENERGIE ....................................................................28
5.6.3 GESTION DE L’ENERGIE .......................................................................................................28
5.6.4 LOCAL ELECTRIQUE BASSE TENSION ....................................................................................28
5.6.5 TABLEAU GENERAL BASSE TENSION (TGBT) ..........................................................................28
5.6.6 COMPENSATION D’ENERGIE REACTIVE .................................................................................30
5.6.7 TABLEAU BASSE TENSION DISTRIBUTION (TBTD) .................................................................30
5.6.8 ALIMENTATION STATIQUE SANS INTERRUPTION (ASI) ..........................................................30
5.6.9 PACKAGES...........................................................................................................................31
5.6.10 ARRETS D’URGENCE ET GESTION DES SECURITES .................................................................31
5.6.11 CHEMINEMENTS ET CABLAGE ...............................................................................................31
5.6.12 SECURITE DES PERSONNES ET DES BIENS ............................................................................32
5.6.13 RESEAU DE TERRE ET PROTECTION CONTRE LA FOUDRE.......................................................32
5.7 ÉCLAIRAGE ET PETITE FORCE......................................................................................................34
5.7.1 ÉCLAIRAGE INTERIEUR ........................................................................................................34
5.7.2 ÉCLAIRAGE DE SECURITE.....................................................................................................34
5.7.3 ÉCLAIRAGE EXTERIEUR........................................................................................................34
5.7.4 PRISES DE COURANT ...........................................................................................................35
5.7.5 VENTILATION, CHAUFFAGE ET CLIMATISATION.....................................................................35
5.7.6 ENERGIES RENOUVELABLES .................................................................................................35
5.8 INSTALLATIONS COURANTS FAIBLES ...........................................................................................36
5.8.1 TELEPHONIE .......................................................................................................................36
5.8.2 DETECTION INTRUSION.......................................................................................................36
5.9 CONTROLE-COMMANDE...............................................................................................................37
5.9.1 GENERALITES......................................................................................................................37
5.9.2 ARCHITECTURE ENVISAGEE .................................................................................................37
5.9.3 SUPERVISION......................................................................................................................39
5.9.4 TELESURVEILLANCE.............................................................................................................41
5.10 FORMATION ...............................................................................................................................42
5.11 GESTION ET COMMANDE DES POMPES.........................................................................................42
6 GENIE CIVIL................................................................................................................................... 43
6.1 PREAMBULE................................................................................................................................43
6.1.1 PRINCIPE D’ENVELOPPE ET DE STRUCTURE ..........................................................................43
6.1.2 DENOMINATION ..................................................................................................................43
6.1.3 HYPOTHESES DE CALCUL – CONTRAINTES PARTICULIERES....................................................43
6.2 INSTALLATIONS DE CHANTIER ....................................................................................................46
6.2.1 EMPLACEMENT DE CHANTIER...............................................................................................46
6.2.2 ACCES AU CHANTIER ...........................................................................................................47
6.2.3 SIGNALISATION DE CHANTIER .............................................................................................47
6.2.4 AMENAGEMENT DE LA ZONE ................................................................................................48
6.2.5 CANTONNEMENT .................................................................................................................48
6.2.6 CLOTURE DE CHANTIER .......................................................................................................48
6.2.7 VIABILISATION DU SITE ......................................................................................................49
6.2.8 ACCES AUX OUVRAGES ........................................................................................................50
6.2.9 NETTOYAGE DU CHANTIER ..................................................................................................51
6.2.10 REMISE EN ETAT DU SITE ....................................................................................................51
6.3 IMPLANTATION PIQUETAGE ........................................................................................................51
6.4 TERRASSEMENTS ........................................................................................................................53
6.5 ÉPUISEMENT D’EAUX DE TOUTE NATURE .....................................................................................54
6.6 SOUTENEMENTS PROVISOIRES....................................................................................................55
6.7 FONDATIONS..............................................................................................................................55
6.8 ANCRAGE ...................................................................................................................................56
6.9 GROS ŒUVRE .............................................................................................................................56
6.9.1 STRUCTURE ........................................................................................................................56
6.9.2 ETAT DES PAREMENTS.........................................................................................................56
6.9.3 RAGREAGE DES PAREMENTS ................................................................................................56
6.9.4 FINITIONS DE SOLS.............................................................................................................57
6.9.5 BETONS DE FORMES HYDRAULIQUES ET REMPLISSAGES .......................................................57
6.9.6 ÉTANCHEITE ASSUREE PAR LA STRUCTURE SEULE ................................................................57
DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES
1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 3/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.9.7 PROTECTION DES PAROIS ENTERREES .................................................................................58


6.9.8 JOINTS DE GROS ŒUVRE ASSURANT L’ETANCHEITE..............................................................58
6.9.9 RESERVATIONS, SCELLEMENTS, SCIAGE ...............................................................................58
6.9.10 FOURREAUX ........................................................................................................................59
6.9.11 AMENAGEMENTS DANS LOCAUX ELECTRIQUES......................................................................59
6.9.12 MISE A LA TERRE.................................................................................................................59
6.9.13 SEUILS, APPUIS DE MENUISERIE ..........................................................................................59
6.9.14 RELEVES .............................................................................................................................59
6.9.15 DEBORD GOUTTE D’EAU ......................................................................................................60
6.9.16 CALFEUTREMENT CONTRE BACS ACIER DE COUVERTURE.......................................................60
6.9.17 MASSIFS SUPPORTS D’EQUIPEMENTS ...................................................................................60
6.9.18 FINITIONS CHEMINS DE ROULEMENT : .................................................................................60
6.9.19 RESEAU EAUX DE LAVAGE DES LOCAUX ................................................................................61
6.10 CHARPENTE BOIS .......................................................................................................................61
6.11 COUVERTURE .............................................................................................................................61
6.11.1 TUILES MECANIQUES...........................................................................................................61
6.11.2 EAU PLUVIALE DE TOITURE..................................................................................................62
6.11.3 DISPOSITIFS DE SECURITE POUR INTERVENTION EN TOITURE ..............................................62
6.12 DESENFUMAGE ...........................................................................................................................62
6.12.1 PRINCIPE ............................................................................................................................62
6.12.2 LANTERNEAUX DE DESENFUMAGE ........................................................................................62
6.13 ISOLATION PHONIQUE ................................................................................................................63
6.14 MENUISERIES METALLIQUES .......................................................................................................63
6.14.1 PORTES ALUMINIUM ............................................................................................................63
6.14.2 MENUISERIES VITREES ........................................................................................................63
6.15 PORTES SECTIONNELLES.............................................................................................................64
6.16 SERRURERIE...............................................................................................................................64
6.16.1 GRILLES DE VENTILATION ...................................................................................................64
6.17 CLOISONS – PLATRERIE ..............................................................................................................65
6.18 PEINTURE ..................................................................................................................................65
6.18.1 PEINTURE DE MURS ET PLAFONDS INTERIEURS ....................................................................65
6.18.2 ENDUITS DES MURS EXTERIEURS .........................................................................................65
6.18.3 PEINTURE DE SOLS..............................................................................................................65
6.19 CARRELAGE ................................................................................................................................66
6.20 PLOMBERIE ................................................................................................................................66
6.20.1 ALIMENTATION ET DISTRIBUTION EN EAU POTABLE .............................................................66
6.20.2 APPAREILS SANITAIRES .......................................................................................................66
6.20.3 ÉVACUATION DES EAUX USEES ET EAUX VANNES ..................................................................67
6.21 VOIRIES RESEAUX DIVERS ..........................................................................................................68
6.21.1 RESEAUX.............................................................................................................................68
6.21.2 VOIRIES..............................................................................................................................71
6.21.3 CLOTURES, PORTAIL............................................................................................................73
6.21.4 AMENAGEMENTS PAYSAGERS ...............................................................................................73
7 PROTECTION ET SECURITE DU PERSONNEL ................................................................................ 74

8 SPECIFICATIONS GENERALES....................................................................................................... 76
8.1 PROVENANCE DES SABLES, GRAVILLON, CAILLOUX, CIMENT, FER, ACIERS.....................................76
8.2 NATURE ET QUALITE DES CIMENTS .............................................................................................76
8.3 ACIERS POUR BETON ARME.........................................................................................................78
8.4 PLOMB, CUIVRE, METAUX DIVERS................................................................................................78
8.5 ETABLISSEMENT DES APPAREILS .................................................................................................78
8.6 MOTEURS ELECTRIQUES .............................................................................................................79
8.7 DISPOSITIF DE COMMANDE - CONDUCTEURS ET APPAREILLAGES ELECTRIQUES ............................79
8.8 PEINTURE DES APPAREILS ET MATERIELS ....................................................................................79
8.9 TUYAUX, PIECES DE RACCORD ET APPAREILS DE ROBINETTERIE ..................................................80

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 4/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

1 PRESCRIPTIONS TECHNIQUES INTANGIBLES

Ces prescriptions sont valables pour toutes les solutions qui peuvent être proposées. Il ne peut y être
dérogé.

1.1 IMPLANTATION DES OUVRAGES


L’usine de traitement d’eau potable et les équipements de la filière boues seront implantés sur
l’emprise définie par le Maître d’Ouvrage (voir plan Emprise disponible joint au sous-dossier 2).
L’accès se fera depuis la rue du chemin vert.
L’eau brute est prélevée provient du forage de la Chipoterie actuellement raccordé non fonctionnel
du fait de la présence avérée de pesticides.

1.2 VIDANGE ET TROP PLEIN DES BASSINS


Toutes les bâches sont équipées de vidange et de trop plein.
Le trop plein de la bâche d’eaux sales est relié au réseau d’évacuation des eaux sales, toutes les
mesures sont prises pour éviter les retours d’eau.
Les bassins de la filière de traitement des eaux ne contenant pas de boues ou de réactifs après
arrêt de l’injection en réactifs et les bâches d’eau traitée (après arrêt de la désinfection) sont
vidangeables vers le réseau pluvial. Les dispositions correspondantes seront précisées.
Les autres bassins (ouvrages de traitement des rejets, ouvrages contenant des boues comme les
filtres à CAG…) sont vidangeables vers le système de traitement des eaux sales. Les dispositions
correspondantes seront précisées, l’Entreprise tenant compte des performances de la filière «
boues » pour le débit de vidange mis en place.
Les vidanges des bassins devront pouvoir être réalisées durant le fonctionnement de l’usine.
Les mêmes contraintes sont applicables pour les trop pleins des bassins : ne peuvent être envoyés
vers le réseau pluvial que les eaux ne contenant ni boues ni réactifs. Les autres trop pleins
doivent être envoyés dans la filière « boues / eaux sales ».

1.3 LIGNE PIEZOMETRIQUE

En ce qui concerne la ligne piézométrique, les projets s’efforceront d’exploiter le bénéfice de la


pression liée au pompage existant. Le projet limitera au maximum le nombre de pompages.
Chacun de ces pompages devra être justifié.
L’Entrepreneur devra prévoir les dispositifs nécessaires pour alimenter les nouveaux ouvrages.
Les candidats préciseront les dispositions envisagées pour garantir le débit d’eau à traiter et
l’équirépartition de l’eau sur les ouvrages de chaque étape de traitement.
Les lames déversantes devront, en toutes circonstances, fonctionner dénoyées et à cet égard, une
garde minimale de 5 cm sera prévue à leur aval (différence entre arase de la lame et niveau
liquide max aval).
Le déplacement des canalisations existantes, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’enceinte de
l’usine sont à la charge de l’Entrepreneur.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 5/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

1.4 FONCTIONNEMENT DE L’USINE


Sauf justification, la mise en route des installations de traitement de l’usine est asservie au niveau
d’eau dans la bâche d’eau traitée.
L’Entrepreneur précise la plage de variation des débits d’eau traitée permettant un bon
fonctionnement des installations.
L’Entreprise décrit les modalités prévues pour les phases de mise en service des installations
(débits traités, asservissements…).

1.5 FILIERES DE TRAITEMENT


Chaque solution doit impérativement comprendre au minimum :
♦ Traitement des eaux : Un traitement au charbon actif pour un débit nominal de 105 m3/h,
avec extension possible à 140 m3/h (option),
♦ Traitement des boues : lagune de décantation avant rejet dans le réseau existant recevant les
eaux de lavage des filtres à neutralites.

1.6 FIABILITE DE FONCTIONNEMENT

La conception des ouvrages intègre des mesures visant à assurer la fiabilité du traitement :
♦ application du principe de secours mutuel permettant la poursuite du traitement en cas
d’intervention pour entretien ou réparation sur certains ouvrages ou équipements ;
♦ tous les ouvrages et équipements sont isolables indépendamment ou compartimentés pour,
d’une part, faciliter les interventions, d’autre part, ne pas nuire au fonctionnement général de
l’installation (maintenance sans arrêt total de l’usine) ;
♦ un ensemble de capteurs est prévu à chaque étape de traitement et les informations
collectées sont reportées sur le système de contrôle commande. Ces dispositions permettent
de suivre au mieux le fonctionnement de l’installation et de pallier au plus vite les éventuels
dysfonctionnements ;
♦ des équipements de secours sont prévus de manière à éviter toute interruption prolongée du
traitement. Plusieurs degrés de secours sont mis en place :
• secours installé pour les équipements vitaux et/ou difficile à remplacer (pompes de relevage
par exemple) : se traduit par l’installation d’un équipement identique supplémentaire ;
• secours non installé mais disponible en atelier, pour les équipements de petite taille, facile à
remplacer (pompes doseuses par exemple) ;
Certains paragraphes du présent document précisent le degré de secours propre à certaines
installations. Dans ce cas les dispositions à appliquer sont celles spécifiquement décrites ;
♦ les interconnections de réseaux et les by-pass sont étudiés de façon à répondre aux impératifs
de continuité de service pendant les périodes de maintenance. La redondance des réseaux est
du même niveau que celle des installations mécaniques, électriques… ;
♦ moyens de levage intégrés permettant l’échange rapide des organes défectueux ;
♦ les opérations de maintenance préventive doivent toujours pouvoir être effectuées sans porter
atteinte aux performances de fonctionnement exigées.
1.7 AMENAGEMENTS DE L’USINE

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 6/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Tous les matériaux et équipements en contact avec l’eau à traiter doivent disposer d’ACS ou
d’agréments pour l’utilisation au contact de l’eau potable. Les attestations correspondantes
doivent être fournies.
Tous les ouvrages de traitement doivent être couverts ou inclus dans des bâtiments.
Tous les pompages et équipements bruyants doivent être installés dans des locaux séparés et
isolés phoniquement.
Toutes les bâches doivent être accessibles (trappes, échelles…). Si un trop plein est prévu, il
devra être situé au-dessus de la côte des plus hautes eaux et être équipé d’un dispositif
empêchant toute entrée d’eau extérieure dans la bâche.
Les dispositifs nécessaires à la manutention des divers équipements (pompes, agitateurs,
modules…) sont à prévoir et à décrire.
Les circuits de réactifs pulvérulents ou visqueux doivent être munis d’une arrivée d’eau de
transport pour éviter les bouchages de canalisations ou pompes.
Des formes de pente sont prévues pour toutes les bâches et tous les sols afin de faciliter la
vidange des ouvrages et éviter toute stagnation d’eau ; chaque local dispose d’un siphon de sol
pour évacuation des eaux de lavage.

Les nouvelles installations doivent prévoir au minimum :


♦ des clôtures autour de l’ensemble du site d’une hauteur de 2,5 m,
♦ un coin paillasse + évier dans le local des filtres.

1.8 DESHUMIDIFICATION
Dans le cadre du présent marché, un dispositif de déshumidification est à prévoir dans tous les
locaux soumis à condensation. La déshumidification devra éviter la condensation sur les murs. Le
taux d’humidité des locaux déshumidifiés sera de 90 % au maximum à 5 °C. Le mémoire
justificatif de l’Entrepreneur précisera les locaux concernés et décrira les caractéristiques des
équipements prévus.

1.9 GESTION DES EAUX PLUVIALES


L’évacuation des eaux pluviales de toiture et de voiries s’effectue vers le bassin de décantation
des eaux sales.
L’infiltration directe dans le sol sur le site est proscrite en raison de la présence de la nappe à
faible profondeur.

1.10 GESTION DES EAUX USEES


Les eaux issues de l’évier sont orientés vers le bassin de décantation recueillant les eaux de
lavage de filtres.

1.11 ENGINS DE LEVAGE – OUTILLAGE


Les engins de levage indispensables à l’exploitation de l’installation, notamment ceux nécessaires
pour l’entretien courant des appareils, font partie du présent marché.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 7/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

La force de ces engins, leur type et leur mode de commande (manuelle ou électrique) permettent
d’assurer commodément la manutention du matériel en cause et seront précisés.
L’outillage spécial, à l’exclusion de l’outillage courant du commerce nécessaire pour l’entretien et
le démontage (colliers, carcans, clés spéciales) est fourni par l’Entrepreneur comme accessoires
du matériel.

1.12 MANUTENTION
Pour tous les équipements, sont à préciser et décrire les moyens de manutention prévus, qu’ils
soient fixes ou mobiles, ainsi que les cheminements jusqu’au lieu de chargement ou
d’intervention. Tous les moyens de manutention permettant de respecter la législation du travail
sont à prévoir.
L’Entrepreneur récapitule dans un tableau, pour chaque étape de traitement, les moyens de
manutention et les appareils de levage prévus en précisant leur nature et l’organe auquel il est
affecté.
Les opérations de maintenance préventives doivent toujours pouvoir être effectuées sans porter
atteinte aux performances minimales exigées.
Pour la dépose des filtres à CAG sous pression, l’entrepreneur décrit précisément les moyens mis
en place (tout ou partie de la toiture démontable ou autre).

1.13 STOCKAGE ET DOSAGE DES REACTIFS


Tous les réactifs doivent être installés dans un ou plusieurs locaux (en fonction de leurs
caractéristiques) uniquement dédiés aux réactifs.
Les stockages de réactifs doivent assurer une autonomie de 30 jours en pointe (débit nominal et
doses de réactifs maximales), sauf indication particulière dans les paragraphes suivants. Les
équipements de sécurité (capteurs, alarmes, masques, douche…) sont à prévoir et à décrire.
Toutes les tuyauteries de transport de réactifs acides, basiques ou oxydants sont de type « double
peau ».
Les emplacements et dispositifs de stockage des réactifs tiendront compte des volumes et
quantités nécessaires au fonctionnement des installations, en période de pointe, des difficultés
éventuelles d’accès liées aux conditions climatiques et seront conçus pour en faciliter le
chargement par les camions citernes, en toute sécurité.
Les cuves ou silos seront tous équipés de dispositifs de mesure des quantités présentes.
Les locaux et les appareils répondront aux prescriptions relatives à la sécurité des travailleurs,
notamment en ce qui concerne les produits dangereux ou incommodes.
Les stockages de produits liquides et/ou dangereux seront munis de cuves de rétention
nécessaires pour prévenir toute pollution en cas de fuite ou de débordement.
L’installation comportera tous les dispositifs de manutention, de sécurité et de neutralisation
nécessaires compte tenu du conditionnement des réactifs.
Un dispositif de rinçage sera prévu sur chaque canalisation de transfert ou d’injection de réactifs.
Les équipements de protection du personnel, comme ceux qui seraient nécessaires en cas
d’accident, seront également fournis.
Tous les équipements prévus pour le stockage, la préparation, l’injection des réactifs ainsi que
pour la sécurité seront décrits par les candidats (matériel, matériau, capacités).

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 8/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

1.13.1 CUVES DE PREPARATION


Les cuves et leurs équipements sont résistants et en matériaux compatibles avec les produits
utilisés.
Les cuves de préparation des réactifs sont installées dans des locaux clos.
L’accessibilité de plain-pied (avec ajout si nécessaire d’un escalier et d’une passerelle avec
garde-corps) est nécessaire pour les opérations d’approvisionnement des trémies et des bacs.
La zone d’introduction manuelle des sacs est comprise entre 0,80 et 1,20 m au-dessus du
plancher et conçue de façon à éviter les risques de chute dans la cuve (utilisation de trémie
de déversement, barres anti-chutes, etc.).
Les locaux sont ventilés. Une douche de sécurité, un lave-œil et un poste point d’eau pour le
lavage sont prévus.
Des siphons de sols ou des caniveaux permettent l’évacuation des eaux de lavage.
Les sols et les murs sont revêtus avec des matériaux résistants et facilement lavables.
Des pictogrammes renseignent sur la nature et les risques des produits préparés.
Un emplacement est prévu pour l’affichage des fiches de données de sécurité.

1.13.2 STOCKAGE REACTIFS


Les stockages sont placés de préférence à la périphérie des bâtiments de façon à faciliter le
dépotage.
Tout stockage liquide de réactifs est associé à une capacité de rétention dont le volume est au
moins égal à celui de la cuve qu’il doit secourir. Chaque cuve disposera de son propre bac de
rétention. Dans le cas où les rétentions sont réalisées en béton, un revêtement de protection
adhérent formant fil continu en résine forte épaisseur, armée de fibre de verre est mis en
place.
Toutes les conduites de transport de réactifs dangereux sont double peau.

Pour les stockages de récipients de capacité unitaire inférieure ou égale à 250 litres, la
capacité est au moins égale à :
♦ 20 % de la capacité totale des fûts,
♦ dans tous les cas 800 litres minimum, ou égale à la capacité totale lorsque celle-ci est
inférieure à 800 litres.

L’installation des matériels liés aux équipements (pompes) à l’intérieur des bacs de rétention
est limitée. Les manœuvres, les réglages et leur entretien sont possibles depuis l’extérieur des
bacs.
Si l’accès au toit des cuves de stockage est nécessaire, il est prévu un escalier ou une échelle
à crinoline.
La capacité de rétention est étanche aux produits qu’elle peut contenir et résiste à l’action
physique et chimique des fluides.
L’étanchéité du (ou des) réservoir (s) associé (s) peut être contrôlée à tout moment.
Les réservoirs portent en caractère apparent l’indication de leur contenu et les précautions
nécessaires en cas d’intervention (pictogrammes). Une fiche synthétique d’information
concernant les produits stockés est affichée à proximité ; de plus, les fiches techniques et
toxicologiques sont fournies par l’Entrepreneur avant la mise en service des installations.
DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES
1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 9/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Toute disposition est prise pour qu’en aucun cas le heurt d’un véhicule ne puisse nuire à la
solidité des ouvrages.
Les réservoirs métalliques sont mis à la terre et reliés au conducteur général de protection.
Les réservoirs sont équipés des moyens de raccordement aux citernes mobiles chargées de
l’approvisionnement ou de la vidange. Les points de raccordement sur les réservoirs sont
positionnés de manière ergonomique (à environ 80 cm à 1,20 m de hauteur) pour limiter les
postures difficiles et les risques liés à une éventuelle projection.
Pour les produits corrosifs, le moyen de remplissage est choisi pour éviter tout risque de
surpression brutale des cuves et des tuyauteries. Le dépotage gravitaire ou par aspiration,
avec pompe fixe à demeure, est privilégié. Un évent est prévu pour la neutralisation des
vapeurs toxiques, corrosives et irritantes. Les raccords sont bien identifiés et conçus de
manière à éviter toute confusion par des tailles, des couleurs et des cadenas différents.
Les réseaux de vidange et de trop-plein sont distincts pour tenir compte des incompatibilités
chimiques (par exemple : acide et eau de javel).
Le poste de dépotage et ses équipements de commande sont protégés des chocs et en
particulier l’armoire de commande regroupant les signaux lumineux et sonores (niveaux
d’alarme, autorisation de dépotage…). Les installations de dépotage de produits réactifs entre
eux sont physiquement séparées. Il est prévu un raccord pompier disposé dans un coffret
individuel en façade extérieure, protégé, cadenassé et identifié.
Une douche de sécurité et un lave-œil sont placés à proximité de chaque installation de
dépotage et de stockage des réactifs.
Des moyens de lutte contre les incendies sont mis à disposition en fonction des besoins.
En fonction de la nature et des quantités des produits mis en œuvre, l’Entrepreneur se reporte
à la réglementation des installations classées.

Dépotage :
Pour faciliter et sécuriser les opérations de dépotage, il est prévu les éléments suivants :
♦ aire de manœuvre et de stationnement suffisante,
♦ 1 coffret de dépotage par produit,
♦ signalétique de restriction de la circulation sur l’aire de déchargement en cours de
dépotage et dispositif de lavage des connexions souples,
♦ récupération des égouttures avec point d’eau à proximité pour lavage éventuel,
♦ arrêt d’urgence à proximité des éventuels équipements (pompe de reprise…),
♦ douche, lave-œil de sécurité,
♦ déchargement par gravité ou pompage (pompe faisant partie de l’installation fixe),
♦ mise à la terre des réservoirs et borne de raccordement à la terre des véhicules,
♦ positionnement des organes de manœuvre (vannes par exemple) pour réduire les risques
liés aux projections et les mauvaises postures (entre 0,80 m et 1,20 m du sol),
♦ alarmes de niveaux perceptibles depuis le poste de dépotage.

L’Entrepreneur prévoit, au droit de chaque dépotage qu’il crée une fosse de rétention dont le
volume est au moins égal à celui de la livraison de réactif la plus importante réalisée sur l’aire
de dépotage considérée. Cette fosse est équipée d’un siphon à deux positions, permettant soit
d’envoyer l’eau de pluie vers le réseau pluvial, soit d’alimenter la fosse lors des dépotages.

1.13.3 STOCKAGE EN SILO ET TREMIE

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 10/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Les silos de stockage sont équipés de dispositifs de sécurité et de moyens facilitant


l’exploitation tels que :
♦ soupape de sécurité contre les surpressions avec rejets extérieurs aux bâtiments,
♦ évent muni d’un système de dépoussièrage pour les pulvérulents,
♦ contrôle de niveau de poids et de température,
♦ dispositifs facilitant l’écoulement des produits,
♦ accès contrôlé sur le dessus du silo par escaliers ou par échelle à crinoline,
♦ garde-corps réglementaires en toiture,
♦ accès contrôlés aux raccords pompiers pour le remplissage ; par exemple : système de
verrouillage à clé.
La capacité de stockage est définie de telle manière qu’elle soit supérieure de 20 % à 30 %
au volume de livraison prévisible.
Les accès aux silos de stockage sont normalement verrouillés, des panneaux indiquant
l’interdiction d’accès.
Les silos sont également équipés :
♦ d’appareils permettant de contrôler à tout moment les niveaux de produits. Ces appareils
sont facilement nettoyables. Ils doivent être visibles à partir de la zone de remplissage.
♦ de systèmes d’alarmes de niveau haut, avec une marge de sécurité pour éviter les
débordements au remplissage.
♦ de limiteurs de remplissage.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 11/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

2 SOLUTION DE BASE

2.1 FILIERE DE TRAITEMENT DES EAUX


Les plans correspondants sont donnés à titre purement indicatif au sous-dossier 2. Ces plans ont
pour seul objet de proposer une implantation et de définir un encombrement global.
Les différentes étapes de traitement devront, sauf prescription particulière dans ce document ou
impossibilité à justifier, permettre l’entretien des ouvrages sans arrêt complet de l’usine.
En cas d’impossibilité, les mesures prévues en cas d’incident ou d’entretien devront être précisées.
Les dispositions prévues pour permettre l’entretien des différentes bâches sans arrêt de l’usine
devront également être précisées (compartimentage).

2.2 FILIERE DE TRAITEMENT DES EAUX SALES


La filière comprendra une lagune de décantation recueillant les eaux de lavage de filtres
permettant d’accepter le stockage du volume généré lors d’un lavage de filtre.
Les eaux décantées sont dirigées par pompage à faible débit (5 à 10 m3/h) vers le réseau
d’évacuation actuel recueillant les eaux de lavage de filtres à neutralite de l’usine existante.
La filière de traitement des eaux sales sera positionnée à l’extérieur.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 12/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

3 PRESCRIPTIONS TECHNIQUES RELATIVES AU


PROCESS

3.1 POMPAGE D’ALIMENTATION EN EAUX BRUTES


L’alimentation des filtres à charbon actif se fait depuis la conduite existante PVC DN 225 mm
extérieur provenant du forage F1 implantée au droit du site d’implantation et totalisant un linéaire
d’environ 900 m. La conduite rejoint la conduite en provenance des forages F2 et F3 au droit de
l’usine existante (voir plan sous-dossier 2).
L’entrepreneur prévoit un jeu de 3 vannes permettant :
• En fonctionnement normal : alimentation des filtres pour traitement et rejet en tête de
l’usine de traitement existante,
• En fonctionnement dégradé : by-pass des filtres et alimentation directe de l’usine
existante.
Les vannes sont implantées suivant le plan fourni dans le sous-dossier 2 et mises en œuvre sous
bouche à clé.
Il est prévu une prise d’échantillon d’eau brute sur la canalisation d’arrivée et sur la canalisation
de refoulement des eaux.
La courbe de fonctionnement de la pompe existante est fournie dans le sous-dossier 2, le débit
d’alimentation sera régulée via la vanne située sur le site du forage.

3.2 FONCTIONNEMENT DE L’USINE


Le fonctionnement actuel repose sur les principes suivants :
• Alimentation en eau brute depuis F2 et F3 (forage de la Chipoterie F1 non fonctionnel)
• Sollicitation en alternance tous les mois entre les forages F2 et F3.
Le fonctionnement futur repose sur les principes suivants :
• Alimentation en eau brute depuis F2, F3 et F1 après filtration sur charbon actif,
• Permutation entre les 3 forages.

3.3 FILTRATION SUR CAG


3.3.1 FILTRATION
Les filtres choisis pour le traitement des pesticides sont des filtres sous pression pour garder
le bénéfice lié au pompage du forage. L’enceinte est en construction métallique. Le sens de
filtration est descendant.
Le dimensionnement des ouvrages devra respecter les conditions suivantes :
♦ Hauteur de CAG : ≥ 1,5 m
♦ vitesse de passage maximale (tous les filtres en fonctionnement et débit nominal) : ≤ 10
m/h
♦ temps de contact minimum (tous les filtres en fonctionnement et débit nominal) : ≥ 15
min ;
DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES
1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 13/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

♦ temps de contact avec le CAG : ≥ 10 minutes avec un filtre en lavage ;


♦ hauteur d’eau au dessus du lit filtrant : ≥ 1 m
♦ densité des buselures du plancher : ≥ 50 u/m²
Le charbon actif aura au minimum les caractéristiques suivantes :
♦ origine minérale
♦ densité > 0,4
♦ surface spécifique > 1 000 m2/g
♦ taille effective : 0,6 à 0,8 mm
♦ coefficient d’uniformité : < 1,8
Transfert du charbon:
Les filtres seront équipés d’un système facilitant l’enlèvement et leur remplissage en
charbon.
Il est prévu l’installation de canalisations favorisant cette opération :
♦ une canalisation d’eau motrice
♦ une canalisation de distribution/aspiration de la solution de charbon + eau
Le réseau d’eau motrice est alimenté par un piquage sur le réseau de distribution
d’eau traitée.
Système à décrire précisément par l’Entreprise.
Un dispositif de compensation des pertes de charges engendrées par l’encrassement du média
filtrant sera prévu sur les filtres. Le système retenu par l’Entrepreneur sera identique entre les
batteries de filtres. Le mémoire justificatif de l’Entrepreneur décrira le système retenu.
L’alimentation de chaque filtre devra pouvoir être coupée (isolation pour les lavages ou
l’entretien) par une vanne automatique.
Les candidats doivent dans leur offre décrire les opérations et inclure les équipements
nécessaires au remplissage des filtres en matériau filtrant et à l’enlèvement de celui-ci.
Les dimensions et caractéristiques des filtres sont à préciser par l’Entrepreneur.
Sont à préciser au minimum :
♦ volume unitaire de CAG
♦ hauteur de CAG
♦ Dimensions unitaire d’un filtre
♦ surface unitaire d’un filtre
♦ vitesse de filtration avec N filtres en fonction
♦ temps de contact avec N filtres en fonction
♦ temps de contact avec N-1 filtres en fonction
♦ hauteur d’eau au-dessus du lit filtrant en filtration et en lavage
♦ courbes d’expansion du lit en fonction de la vitesse de lavage et de la température de
l’eau
♦ matériaux constitutifs
♦ densité des crépines
♦ dispositifs de manutention

Les eaux filtrées rejoignent sous pression la conduite existante en provenance du forage F1
pour traitement complémentaire sur l’usine existante.

L’alimentation s’effectuant également depuis les forages F2 et F3, l’eau est susceptible de
reposer dans les filtres à charbon actif. Ainsi, l’entrepreneur définit le temps de séjour au-delà
duquel le risque de formation de nitrites est élevé et à partir duquel l’eau stagnante dans les
filtres est envoyés dans le bassin de stockage des eau x de lavage. Ce paramètre est inclus
dans l’automatisme de l’unité de traitement.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 14/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Il est prévu 3 filtres identiques permettant le traitement d’un débit s’élevant à 105
m3/h. L’entrepreneur prévoit toutes les attentes et emprises nécessaires à la mise
en place d’un 4ème filtre dans le bâtiment technique.
L’entrepreneur présente et chiffre en option la mise en place d’un 4ème filtre
permettant le traitement d’un débit nominal de 140 m3/h.
Chacun des filtres est équipé d’un trou d’homme pour leur visite et d’une canalisation de
vidange DN 100.
L'eau filtrée est récupérée en fond de filtre à l’aide d’une canalisation de DN 250 munie d’une
vanne papillon à commande pneumatique de régulation de débit. Cette portion de conduite
est également utilisée pour l’amenée des eaux de lavage.

3.3.2 LAVAGE DES FILTRES

Le déclenchement des lavages devra pouvoir se faire de trois façons différentes :


♦ Automatiquement lorsque la perte de charge engendrée par le colmatage du lit filtrant
atteint une valeur prédéfinie
♦ Automatiquement par déclenchement sur horloge et sur volume d’eau traitée
♦ Manuellement
Les capteurs et automatismes sont à inclure dans l’offre.
L’eau utilisée pour le lavage des filtres provient du forage F1.
Le Mémoire technique de l’Entrepreneur précise :
♦ la séquence de lavage (durée de chaque phase, débits),
♦ la fréquence attendue de lavage,
♦ le volume d’eaux généré (eaux de lavage + premières eaux traitées après lavage),
♦ la composition attendue des eaux de lavage,
♦ le nombre et le débit unitaire des équipements prévus pour le lavage.

Le surpresseur est équipé :


♦ d'un filtre à l'admission et au refoulement
♦ de silencieux à l'admission et au refoulement
♦ d'un clapet anti-retour
♦ de robinets-vannes d'isolement
♦ d'un manomètre au refoulement
♦ d'un diffuseur permettant de récupérer 90 % de la charge dynamique
Il est monté sur supports anti-vibratiles.
La canalisation de refoulement comporte un calorifugeage thermo-acoustique sur une
longueur suffisante.
Cette dernière est équipée d'une vanne papillon pneumatique montée entre brides. La vanne
papillon possède 2 contacts fin de course et 1 électrovanne de pilotage avec commande
manuelle. La position des vannes (ouverte ou fermée) est reportée en salle de commande.
Le surpresseur est manutentionné à l'aide de rails.
L’installation comprend également les équipements électriques de contrôle-commande, de
sécurité et de report sur le système de supervision.
Pour le surpresseur de lavage, le mémoire technique de l’Entrepreneur précise :
♦ nombre (1 unité en service, pas de secours installé)
♦ débit unitaire

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 15/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

♦ HMT
♦ Vitesse de rotation
♦ Matériau : corps, roue, moteur
♦ Rendement hydraulique
♦ moteur (type, protection température, classe d’isolation et d’échauffement, réserve de
puissance)
♦ Puissances installée et absorbée
♦ moyens de manutention

Les eaux de lavage ayant servi au lavage des filtres seront dirigées gravitairement vers la
bâche d’eau sale, à proximité des batteries filtrantes. La pression résiduelle permet
d’alimenter la bâche d’eaux sales situées au même niveau sans pompage intermédiaire.

3.4 DESINFECTION
Les systèmes de désinfection existants sur l’unité existante sont conservés.

3.5 BACHE DE STOCKAGE D’EAU TRAITEE


Le projet ne prévoit pas la mise en œuvre d’une bâche d’eau traitée. En sortie des filtres à
charbon actif, les eaux sont dirigées rejoignent la conduite existante raccordé en tête de l’usine.

3.6 DISTRIBUTION D’EAU TRAITEE


La distribution d’eau traitée s’effectue depuis l’usine existante.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 16/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

3.7 TRAITEMENT DES EAUX SALES

3.7.1 PRODUCTION D’EAUX SALES


L’Entrepreneur établit un tableau précisant les volumes et charges moyens et de pointe des
eaux sales produites sur les filtres à charbon actif.
Les eaux sales produites s’écoulent gravitairement vers le bassin de stockage.
Un débitmètre électromagnétique sera prévu sur la canalisation des eaux sales en sortie des
filtres.

3.7.2 TRAITEMENT DES EAUX SALES


3.7.2.1 Bassin de stockage
Le traitement des eaux sales est réalisé par décantation dans un bassin de stockage d’un
volume s’élevant au minimum à 35 m3 (l’équivalent au minimum des eaux sales produites
lors d’un lavage).
L’implantation du bassin et les cotes de calage altimétrique figure sur les plans de
consultation. Le bassin intègre une pente de 0,5% minimum orientée une fosse de pompage
Un regard est mis en place intégrant une grille à maille grossière (40 mm) afin d’éviter
l’arrivée d’élément grossier dans l’ouvrage. Le regard comportera une sonde avec alarme de
niveau haut.
Le curage éventuelle sera effectuée par l'exploitant (pompage par camion hydrocureur),
l’Entrepreneur prévoit un accès par camion jusqu’au bassin pour les éventuels curages et un
point d’eau extérieur pour avec tuyau d’arrosage pour nettoyage de l’ouvrage.
Un accès par un engin de curage au fond de l’ouvrage doit être prévu.
Les travaux comprennent :
♦ Les travaux en déblai et/ou remblai
♦ Y compris sujétions de raccordement sur la conduite de trop plein
♦ Y compris traitement des bords de bassin pour limiter les risques de chute (garde-
corps).

3.7.2.2 Poste de relèvement


Le bassin est vidangé à faible débit (entre 5 et 10 m3/h) vers le réseau d’évacuation des eaux de
lavage existant sur l’usine (voir plan).

3.7.2.2.1 Groupes électropompes


Fourniture, pose et essais de 2 groupes électropompes comportant chacun :
• 1 pompe immergée à roue à passage libre , garnitures mécaniques, corps et roue en fonte,
avec les caractéristiques suivantes :
- Débit : entre 5 et 10 m3/h,
- HMT : à définir par l’entrepreneur
- Cote radier : 118 m NGF
- Cote rejet : 120 m NGF
- Longueur de refoulement : environ 30 m

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 17/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

• 1 moteur électrique asynchrone triphasé, 400 V ca, de type immersible, rotor en court-circuit,
isolement dans l’huile, sonde de protection enroulement stator, dimensionné avec une réserve
de puissance de 25 % par rapport à la puissance maximale absorbée par la pompe.
• 1 pied d’assise.
• 1 système de barres de guidage en inox 304 L avec chaîne inox 304L pour le relevage du
groupe électropompe.
• 1 câble spécial immergeable de longueur suffisante pour un raccordement dans l’armoire
électrique, avec chaussette et élingue en inox.
NOTA : L’entreprise devra :
• valider les valeurs proposées ci-dessus, notamment pour les pertes de charges, en fonction du
matériel qu’elle propose
• vérifier toutes les altimétries y compris du réseau d’évacuation existant

3.7.2.2.2 Robinetterie et canalisations


Fourniture et pose des matériels suivants:
• 2 cônes éventuels de raccordement excentriques DN pompe / DN 65,
• 2 tuyauteries de refoulement DN 65,
• 2 coudes à 90°DN 65 avec brides de raccordement,
• 2 manchettes de traversée DN 65 pour liaison entre cuve et regard, avec brides,
• 2 clapets anti-retour à boule DN 65 en fonte
• 2 joints de démontage auto butés DN 65
• 2 robinets vannes à opercule caoutchoutée, corps en fonte, DN 65 avec commande manuelle
par volant,
• 1 culotte de raccordement DN 80 avec 2 cones DN 65/80,
• 1 piquage avec vannette d’isolement et séparateur pour prise de manomètre
• 1 piquage avec vannette d’isolement pour vidange de la tuyauterie y compris conduite de
liaison jusqu’à la bâche d’aspiration,
• accessoires de pose et de raccordement, y compris supports et butées.

Nota :
• les tuyauteries, les brides, les accessoires de supportage et de fixation, la visserie sont en
acier inoxydable 304 L

3.7.2.2.3 Peinture
Tout le matériel, hors matériau inox, placé dans le poste sera peint avec 2 couches de peinture
empêchant la corrosion.
Les conduites enterrées seront également protégé par un revêtement bitumineux.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 18/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

3.7.2.2.4 Instrumentation
Fourniture, pose, raccordement et essai de 2 interrupteurs à flotteur, type poire, fixés sur câble inox
lesté et agissant comme suit :
• Niveau Haut (NH) : démarrage des pompes,
• Niveau Bas (NB) : arrêt des pompes.
En secours, fourniture, pose, raccordement et essai de 2 interrupteurs à flotteur, type poire, fixés sur
câble inox lesté et agissant comme suit :
• Niveau Très Bas dans le poste (NTB) : arrêt forcé des pompes et alarme reportée en
télésurveillance.
• Niveau Très Haut dans le poste (NTH) : alarme reportée en télésurveillance et marche forcée
d'un groupe.

Les 2 interrupteurs NTB et NTH assurent par relayage un secours de la régulation normalement
assurée par le premier jeu de poires de niveau . Il s'agit d'un mode de régulation dégradé.
Les accessoires de fixation sont en acier inoxydable.
Les câbles des instrumentations seront fixés par des serre-câble réglables spécifiques , positionnés sur
une patère équipée de crochets en inox.

3.7.2.2.5 Câblage
Fourniture, pose sous fourreaux enterrés et raccordement de câbles de type U1000 R02V largement
dimensionnés entre le coffret de comptage, le disjoncteur de branchement, l’armoire et les
équipements.
L’utilisation de boîtes de jonction est soumise à l’approbation du Maître d’Ouvrage ou de son
représentant.
Les câbles d’alimentation des groupes électropompes sont continus entre la boîte à bornes du moteur
et le bornier de raccordement de l’armoire. L’utilisation de boîtes de jonction sur ces câbles est
proscrite.
Toutes les traversées de paroi, extrémités de fourreaux, … sont rebouchées de façon étanche après
le passage des câbles.

3.8 INSTRUMENTATION
L’Entrepreneur prévoit les équipements nécessaires à l’automatisation de l’usine et au contrôle de
la qualité de l’eau.
Ils doivent permettre d’éviter toute marche désordonnée susceptible de présenter un danger pour
le personnel, le matériel, l’environnement ou l’exploitation.
Ils doivent être fiables et assurer un taux de disponibilité compatible avec les critères cités ci-
dessus et permettre en toute sécurité toutes les opérations de mise en route et d’arrêt.
Les appareillages nécessaires ou obligatoires vis-à-vis de la réglementation doivent être fournis
aux endroits adéquats.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 19/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Ces équipements devront au minimum intégrer :


Mesures de débit
♦ Filière Eau
• Eau brute relevée (identique eau prélevée pour lavage des filtres)
• Eau distribuée vers la filière de traitement actuelle
• Eaux sales de lavage des filtres
♦ Divers
• Réseau eau potable interne (compteur-totalisateur)

Mesures de pH
♦ Eau brute

Mesures de turbidité
♦ Eau brute
♦ Eau distribuée

Mesures de température
♦ Eau brute

Mesures de conductivité
♦ Eau brute

Mesures de chlore résiduel


♦ Sans objet, présent sur usine existante

Mesures de niveau
♦ Postes de refoulement des eaux sales

Les débitmètres seront de type électromagnétique sur conduite en charge.

♦ Échantillonnage. Des piquages doivent permettre le prélèvement d’eau :


• Sur la conduite d’arrivée de l’eau brute,
• en sortie de filtration sur CAG.

Au-delà des mesures définies ci-dessus, l’Entrepreneur prévoit les instruments nécessaires à la
régulation des différentes étapes de traitement. La totalité des mesures et des capteurs prévus
par l’Entrepreneur, à l’exception des capteurs liés à certains équipements spécifiques, est
récapitulée dans un tableau joint au Mémoire instrumentation de l’Entrepreneur précisant pour
chaque élément le nombre de capteurs, leur emplacement et la(les) régulation(s) associée(s).
Tous les signaux (TOR et 4/20 mA) émis par les différents capteurs mis en place par
l’Entrepreneur sont renvoyés en supervision. Toutes les mesures font l’objet de transmetteurs
locaux à affichage numérique.
En cas de variante, les mesures complémentaires nécessaires au bon fonctionnement de la filière
proposée devront être prévues.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 20/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

3.9 AIR DE SERVICE


Un compresseur d’air de service est prévu, si nécessaire, pour les besoins du process.
Prestation et équipement à décrire précisément par l’Entrepreneur.

3.10 EAU DE SERVICE


Il est prévu un réseau d’eau de service, alimenté soit par les pompes de refoulement sur le
réseau, soit (suivant nécessité) par un groupe de surpression d’eau comportant au minimum 2
pompes (1 + 1 secours installé).

Le Mémoire technique de l’Entrepreneur précise au minimum :


♦ type de pompes
♦ débits unitaire et total
♦ HMT
♦ vitesse de rotation
♦ rendement hydraulique
♦ moteur (type, protection température, classe d’isolation et d’échauffement, réserve de
puissance)
♦ puissances installées et absorbées

Les besoins en eau de service sont justifiés.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 21/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

4 PRESCRIPTIONS RELATIVES A LA QUALITE DES


MATERIAUX

4.1 ÉQUIPEMENTS ET SERRURERIES


La qualité des matériaux retenus pour la construction des différents équipements doit être
justifiée en fonction de leur utilisation et de l’ambiance agressive à laquelle ils sont soumis. Pour
chaque équipement ou partie d’équipement, la nature et, le cas échéant, la nuance du matériau
utilisé sont précisés dans le mémoire de l’Entrepreneur.
Le tableau suivant fixe les qualités de matériaux minimales qui doivent être respectées sauf
justification particulière :

Type de matériel Matériau

Barres de guidage et chaînes de relevage Acier inoxydable 304 L

Batardeaux Aluminium

Goulottes Acier inoxydable

Déversoirs, cloisons siphoïdes… Acier inoxydable

Conduites d’air process Acier inoxydable 304L

Agitateurs Arbre en acier inoxydable

Caillebotis autres locaux que réactifs Inox

Trappes et barreaux anti-chute Aluminium (tôle larmée pour les trappes)

Trappes et barreaux anti chute sur bâches de Inox 316L (résistance au chlore gazeux et
désinfection et d’eau traitée étanchéité)

Trappes sous zone de circulation routière Fonte D 400


Gardes corps, mains courantes, échelles,
échelons, crosses…
Inox 304 L ou composite
♦ en contact avec l’eau
Aluminium
♦ autre
4.2 CANALISATIONS

Le nombre de supports, de brides, de coudes, de convergents et divergents, de purges, de


vidanges et de raccords sera défini au niveau des études d’exécution. Toutefois, chaque
équipement est en nombre suffisant pour respecter les prescriptions de la spécification générale.
Toutes les liaisons hydrauliques nécessaires et correspondant aux travaux définis sont dues dans
le cadre du présent marché et des travaux à réaliser.
Il est précisé, pour chaque liaison, le diamètre et la nature de la conduite dans un tableau
récapitulatif :

Liaison entre ouvrages Diamètre Nature Équipements

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 22/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Départ Arrivée
Clapet
Type de vanne
Joint
diélectrique

Sont également dus, tous les regards sur conduites neuves et au droit des raccordements de ces
dernières sur les conduites existantes.

4.2.1 EAU POTABLE


Les prescriptions à retenir pour les conduites sont les suivantes :
♦ pour des liaisons enterrées ou aériennes à l’intérieur d’un bâtiment jusqu’au DN 100 mm,
du PEHD bande bleue est installé,
♦ pour toute liaison enterrée, les matériaux suivants sont prévus :
• fonte pour de grandes longueurs > 20 ml,
• acier revêtu intérieur époxy label alimentaire et protégé par un revêtement
polyéthylène assurant la protection mécanique, électrique et anti-corrosion, à
l’extérieur pour des longueurs inférieures à 20 ml.
♦ pour toute liaison aérienne, acier inoxydable de qualité alimentaire,
♦ pour toute liaison en contact avec de l’eau ozonée, inox 316 L.

Les changements de matériau doivent être limités autant que possible afin d’éviter la
corrosion.

4.2.2 EAU PROCESS/INDUSTRIELLE


Même préconisation que pour l’eau potable.
Toutefois, la qualité alimentaire n’est pas exigée.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 23/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

4.2.3 EAUX USEES, BOUES LIQUIDES, EGOUTTURES


4.2.3.1 Canalisations gravitaires enterrées
♦ Fonte assainissement, 2 GS ou PVC série CR8 pour tout diamètre ou carneaux bétons
avec face interne protégée selon fluide véhiculé – calcul de résistance à fournir.
♦ Fonte jusqu’au diamètre 250 mm.
♦ Acier avec revêtement intérieur époxy et protégé par un revêtement polyéthylène
assurant la protection mécanique, électrique et anti-corrosion ou acier inoxydable avec
une protection mécanique, pour canalisation noyée dans du béton.

4.2.3.2 Canalisations gravitaires aérienne


Acier inoxydable pour tout diamètre.

4.2.3.3 Canalisation sous pression


Suivant la pression de refoulement, l’emploi de la fonte série assainissement, 2 GS ou PEHD
non alimentaire pour tout diamètre est préconisé pour les parties enterrées avec changement
de nature de matériau à 1 mètre du génie civil d’un poste de refoulement.

PVC pression :
♦ tube à joint d’emboîtement jusqu’à un DN 250 mm enterré avec changement de matériau
à 1 mètre du génie civil d’un poste de refoulement,
♦ tube à joint d’emboîtement jusqu’à un DN 200 mm pour des tuyauteries aériennes dans
un bâtiment.

Acier inoxydable :
♦ au refoulement immédiat des équipements de pompage jusqu’à un mètre à l’extérieur du
génie civil pour les canalisations enterrées pour tout diamètre,
♦ toute tuyauterie aérienne dans un bâtiment ou en extérieur et pour tout diamètre.

4.2.3.4 Air process


Acier inoxydable pour toute canalisation avec calorifugeage ou protection si nécessaire.
Pour les parties enterrées, une protection mécanique est prévue.

4.2.3.5 Produits chimiques


Tuyauterie plastique PVC, PEHD, PP, PVDF, PTFE, NDR… suivant la nature, la concentration et
la température du produit chimique véhiculé.
La nature du matériau retenue est résistante à très résistante.
Pour tous les produits dangereux à la sécurité du personnel, une enveloppe extérieure de
même nature de matériau est prévue avec point bas et pot de rétention pour la détection de
fuite.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 24/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

5 ELECTRICITE – CONTROLE / COMMANDE

Ce chapitre décrit les caractéristiques minimales des installations électriques dans le cadre des travaux
d’extension de la station de traitement d’eau potable de La Loupe.

5.1 CONTENU DE LA PRESTATION


L’Entrepreneur est chargé de réaliser intégralement les installations électriques et contrôle-
commande (courants forts et courants faibles) des installations de la future unité de traitement.
La prestation s’étend depuis les installations électriques existantes jusqu’aux mises en place des
capteurs et actionneurs des équipements process en passant par les tableaux Basse Tension (BT),
les moteurs et groupes électropompes, l’éclairage, le chauffage, la ventilation, la téléphonie, la
détection intrusion, la détection de gaz, le système de contrôle -commande des équipements …
La prestation intègre les études, la fourniture, la mise en œuvre, les essais et la mise en service
des équipements.
Elle intègre aussi :
• La reprise et l’extension des lignes pilotes existantes pour rapatriement sur le nouvel
automate et pilotage des 3 forages existants F1 (Chipoterie), F2 et F3,
• Reprise et rapatriement sur le nouveau télétransmetteurs des informations existantes sur
les 2 télétransmetteurs (Perax et Aquaveil).

5.2 DOCUMENTS DE REFERENCE


Les installations seront réalisées suivant les règles de l’art, conformément aux normes et aux
textes en vigueur, notamment celles émises par les eurocodes, l’UTE et le CEI.
L'Entrepreneur prend notamment en compte les remarques formulées par le contrôleur technique
missionné par le Maître d’Ouvrage.

5.3 CONTROLEUR TECHNIQUE / CONSUEL


Le cas échéant, les démarches relatives à l’obtention du certificat de conformité électrique (décret
du 14 décembre 1972) ainsi que les démarches relatives à l’obtention du visa du CONSUEL,
préalable à toute mise sous tension, sont à la charge de l’Entrepreneur.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 25/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

5.4 GENERALITES
5.4.1 PRINCIPES DE CONCEPTION
L’alimentation électrique générale des nouvelles installations s’effectue depuis les installations
existantes.
Les installations électriques et de contrôle commande seront conçues de façon à tenir
compte :
♦ Des informations disponibles sur l’installation existante,
♦ des fonctionnalités de l’unité de traitement et de l’unité existante,
♦ de la sécurité des personnes vis-à-vis des risques de l’installation,
♦ de la facilité d’exploitation et de maintenance,
♦ de la continuité de service,
♦ de l’homogénéité des matériels employés,
♦ du respect des exigences du distributeur d’énergie électrique en matière de perturbations
et d’harmoniques,
♦ de l’extensibilité des Tableaux Basse Tension, tant au niveau de la puissance que de la
place disponible.

5.4.2 PRINCIPE DE DIMENSIONNEMENT


De façon générale, les équipements (armoires, tableaux, câbles, chemins de câbles, moteurs,
etc.) seront dimensionnés avec 25 % de réserve environ. Une attention particulière sera
apportée au TGBT pour pouvoir intégrer ultérieurement l’alimentation d’un futur bâtiment de
traitement des nitrates tout en conservant une réserve de place exploitable de 25%.

5.4.3 CONDITIONS D’INSTALLATION


Le local électrique sera réputé sec, sans poussière et non exposé aux projections de liquides.
Le local électrique sera climatisé afin de maintenir une température intérieure de 25°C
maximum en été. La température dans ce local est maintenue à 15 °C minimum en hivers par
mise en place de convecteurs et thermostat.
Les équipements basse tension comportant de l'électronique de puissance ou des composants
d'automatisme et de communication seront dotés d'une ventilation forcée.
Le local électrique sera équipé d'un faux plancher (hauteur 500mm) sur toute ou partie de sa
surface.

5.4.4 NIVEAUX DE TENSION


Les différents niveaux de tension envisagés seront :
♦ 400 V ca triphasé pour le raccordement EDF et le réseau de distribution motrice,
♦ 230 V ca monophasé 50 Hz pour le réseau de distribution éclairage et petite force,
♦ 230 Vca monophasé ondulé 50 Hz : équipements informatiques, instrumentation, courants
faibles…
♦ 48 Vca ou 24 Vca ondulé 50 Hz : bobines de contacteurs, relais, prises de sécurité…
♦ 24 Vcc créé à partir du 230 Vca ondulé : automates et entrées sorties automates.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 26/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

5.4.5 REGIME DE NEUTRE


Le régime de neutre en Basse Tension sera celui du distributeur d’énergie, c’est-à-dire le
régime TT.

5.4.6 MARQUES ET TYPES DES MATERIELS


Les équipements installés seront choisis chez les fournisseurs de très grande diffusion, seront
neufs et de fabrication récente. Une attention particulière sera apportée à l’homogénéité des
matériels.

5.5 ARCHITECTURE BT
5.5.1 PRINCIPE DE L’ALIMENTATION
L’alimentation électrique s’effectue depuis les installations existantes.
Le disjoncteur de branchement et le support de tableau de comptage seront intégrés à la
prestation y compris les câblages en aval du compteur.
De même, les fourreaux nécessaires au cheminement des câbles EDF en partie privative
seront intégrés aux travaux.
Les contrôles et essais de l'installation seront menés conjointement par EDF et par
l'Entrepreneur.

5.5.2 DIMENSIONNEMENT DES INSTALLATIONS


Un bilan de puissance détaillé sera fourni par l'Entrepreneur.

5.6 ÉLECTRICITE BASSE TENSION


5.6.1 CONCEPTION GENERALE
La distribution BT sera constituée d'un Tableau Général Basse Tension (TGBT) alimenté depuis
le disjoncteur général de protection BT. Le TGBT sera installé dans le local électrique BT et
alimentera un Tableau Basse Tension de Distribution (TBTD).
Le TGBT pilotera directement l’ensemble des consommateurs électriques de l’installation.
Les installations disposeront d'une compensation d'énergie réactive.
La mise en œuvre des équipements dans les armoires électriques privilégiera la fiabilité et la
facilité de maintenance. Une marge sera ainsi systématiquement prise pour le
dimensionnement des départs électriques. L’accent sera également mis sur l’homogénéité du
matériel, sur son repérage et sur le respect des règles de l’art, notamment au niveau de la
ventilation des matériels et de la compatibilité électromagnétique.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 27/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

5.6.2 INTERFACE AVEC LE DISTRIBUTEUR D’ENERGIE


L'Entrepreneur est responsable de l’interface technique et administrative avec le distributeur
d'électricité, notamment il veillera à faire valider en temps et en heure le dimensionnement du
réseau et l'emplacement du tableau Tarif Jaune.

Les prestations à prévoir par l'Entrepreneur sont :


♦ le raccordement du compteur télérelevable au réseau téléphonique,
♦ les tests à effectuer conjointement avec le distributeur.

5.6.3 GESTION DE L’ENERGIE


L’installation sera conçue de façon à permettre une gestion globale de l’énergie (kWh, kVAh,
kVArh).
Ces informations seront stockées dans l’API et seront transmises à l’exploitant par télégestion.

5.6.4 LOCAL ELECTRIQUE BASSE TENSION


L’armoire électrique sera installée dans la station de pompage.
Il sera équipé d’un faux-plancher de 500 mm de haut et disposera d'une réserve de surface
libre disponible de 25% minimum.
Caractéristiques du faux-plancher :
• type informatique : forte densité (charge : 500 kg/m2 y compris cornières)
• dalles 600 x 600 mm avec quelques dalles perforées pour aération du faux-plancher
• supports (avec vérin, tige filetée et pied en acier renforcé) avec mise à la terre par
circulation d’une cablette de terre raccordée sur chaque pied et sur le répartiteur du local
• traverses, joints et tous accessoires de pose et de renforcement
• avec marches d’accès dont les panneaux de contre-marche seront démontables
• pose compris toutes coupes droites ou biaises, exécution avant travaux d’un plan de
calepinage qui servira pour l’implantation des découpes.
Dans ce local, les armoires et équipements ne reposent en aucun cas sur le faux plancher
mais sont fixées sur des chaises dimensionnées et conçues pour les supporter avec fixation au
sol ainsi que leur mise à la terre.
Les chaises support d'armoire seront toutes réalisées sur le même principe et seront
homogènes.

5.6.5 TABLEAU GENERAL BASSE TENSION (TGBT)


La station sera équipée d’un Tableau Basse Tension (TBT) ayant la fonction de TGBT et
d’armoire de contrôle commande. Ce Tableau Basse Tension sera placé dans la station où il
sera à l’abri de l’humidité et de la poussière. La longévité des équipements électriques s’en
trouvera grandement accrue.
Ce tableau sera conçu pour avoir un accès aux équipements par l'avant. Le raccordement se
fera par l'avant et l'arrivée des câbles par le bas.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 28/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Le TGBT alimentera directement l’ensemble des consommateurs de l'installation. Il regroupe


en son sein la distribution force motrice, petite force liée aux bâtiments et l’ondulé qui
garantira le fonctionnement des matériels sensibles. La distribution ondulée est issue de l'ASI.
Dans ce tableau, composé de plusieurs cellules juxtaposées, une séparation par cellule sera
respectée suivant les différents types d’organes concernés (formation des polarités, départs
vers d’autres tableaux, composants du SCC…). La répartition choisie permettra une mise en
œuvre aisée de la gestion des énergies demandée.
Les composants du SCC seront installés dans une baie spécifique du TGBT, correctement
isolée des parties distribution de puissance. Cette baie sera climatisée afin de garantir une
température constante de fonctionnement.

Le TBT, constitué de cellules en tôle galbée, IP 33, comportera principalement :


♦ 1 interrupteur sectionneur de tête,
♦ 1 jeu de barres,
♦ un analyseur de réseau, permettant la mesure des caractéristiques électriques (U, I, P, Q,
Cos φ, f, harmoniques) et le comptage des énergies active et réactive. L’analyseur
communique avec le SCC et permettent un affichage des mesures en face avant,
♦ les compteurs d’énergie communicants avec le SCC,
♦ 1 parafoudre,
♦ 1 dispositif de protection contre les surtensions sur le jeu de barres,
♦ les départs commandés des équipements process,
♦ le relayage en logique câblée dans les circuits de commande des protections primaires des
équipements (température moteur, sécurité d’aspiration, etc.),
♦ le relayage en logique câblée pour un fonctionnement dégradé hors API de certains
équipements vitaux,
♦ 1 départ pour la batterie de condensateur à régulation varmétrique,
♦ 1 départ pour l’onduleur et les départs par disjoncteur vers les consommateurs
correspondants,
♦ 1 départ pour le TBTD (circuits d’éclairage, prises de courant …),
♦ les transformateurs TBTS ( 24 ou 48 V ) protégés par disjoncteurs pour l’alimentation des
circuits de commande, de signalisation, l’alimentation des API etc.,
♦ un automate et ses borniers d’interfaces,
♦ un télétransmetteur et ses borniers d’interfaces.

Les tensions auxiliaires nécessaires (normal et ondulé) sont générées localement dans le
TGBT.
Les fonds des armoires sont équipés des matériels nécessaires pour assurer la mise en place
de nouveaux départs sans coupure du tableau considéré.
Les supports de repères de filerie seront du type gainant.
Le TGBT doit permettre 25 % d’extension en terme de surface répartie judicieusement et doit
être dimensionné électriquement (jeu de barres) pour supporter l’alimentation d’un autre
bâtiment de traitement.

En façade d’armoire seront placés :


♦ la poigné de l’interrupteur général,
♦ 1 centrale de mesure communicante avec le système de contrôle commande,
♦ 3 compteurs d’énergie communicants avec le système de contrôle commande,
♦ 1 bouton poussoir arrêt urgence déverrouillable par clef,
♦ les voyants présence tension : 400 V, 230 V, 48 V et 24 V,
♦ 1 console de dialogue opérateur de type Magélis ou équivalent,
♦ 1 bouton poussoir d'acquittement des défauts,

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 29/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

♦ les consoles des variateurs et des démarreurs,


♦ pour chaque départ moteur : 1 ampèremètre si P moteur > 2 kW et 2 voyants Marche et
défaut (rouge et vert).
Les départs moteurs seront assurés par des ensembles disjoncteurs magnétothermique /
contacteur (type AC 3 coordination type 2).
Le cas échant, ces dispositifs pourront être complétés par un variateur (avec filtres anti
harmoniques) ou un démarreur suivant les besoins du process.
Les câbles entre moteur et variateur seront de type symétrique blindé avec mise à la terre du
blindage.

5.6.6 COMPENSATION D’ENERGIE REACTIVE


Des batteries de condensateurs à gradin avec réglage varmétrique automatique seront
fournies pour maintenir le facteur de puissance au-dessus du seuil de facturation du
distributeur d'énergie.
Ces batteries de condensateurs, munies de dispositifs de filtrage des harmoniques, permettent
de limiter les courants harmoniques injectés sur le réseau de distribution.
Les batteries peuvent être installées dans le local électrique dans une enveloppe distincte du
TGBT équipée d'un interrupteur-sectionneur de tête.

5.6.7 TABLEAU BASSE TENSION DISTRIBUTION (TBTD)


Le TBTD, alimenté depuis le TGBT, assure l’alimentation de tous les circuits d’éclairage, de
chauffage, de ventilation, des prises de courant et de la petite force.
Tous les départs sont réalisés au moyen de disjoncteurs (différentiels le cas échéant) et le
tableau sera équipé d’un interrupteur sectionneur sur l’arrivée.
En façade sont placés :
♦ La poignée de l’interrupteur général,
♦ Les voyants présence tension : 400 V et 230 V.

5.6.8 ALIMENTATION STATIQUE SANS INTERRUPTION (ASI)


L'Entrepreneur fournit, pose et raccorde un onduleur dont le rôle est de protéger et secourir :
♦ le relayage, les commandes moteurs (contacteurs), la signalisation,
♦ l’instrumentation,
♦ l'ensemble des composants du Système de Contrôle Commande (Automate,
entrées/sorties, superviseur, télésurveillance),
♦ les systèmes courants faibles (Téléphonie, détection incendie, détection gaz…),
♦ les matériels informatiques (équipement bureautique des postes de travail).

L’onduleur a une autonomie de 30 minutes et il est de type « on-line ». Il est dimensionné


avec une réserve de puissance de 25%. Il est équipé de filtres Hautes Fréquences et anti-
harmoniques. Le régime de neutre aval est TT.
L’onduleur est de type modulaire en puissance et en autonomie. Il est configuré en « n
modules +1 » de manière à ce que le défaut d’un module ne diminue pas la capacité de l
‘ensemble. Il est doté d’un commutateur statique de by-pass automatique sans coupure et
d’un by-pass manuel de maintenance.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 30/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Les informations (états, défauts…) sont remontées à la supervision pour traitement et


affichage.
L'Entrepreneur se charge de toute la distribution en aval de l’ASI,.

5.6.9 PACKAGES
Les "packages" autorisés sur l'installation sont strictement limités aux équipements des types
suivants :
♦ les organes de levage et de manutention,
♦ les équipements manufacturés (adoucisseur, sécheur d'air, compresseur d'air de service,
chaudière, aérotherme, climatiseur, pompe à chaleur…).

Toutefois l'Entrepreneur veillera à ce que les règles d'homogénéité des matériels et les
principes de commande et de supervision des installations soient strictement appliqués aux
"packages".

5.6.10 ARRETS D’URGENCE ET GESTION DES SECURITES


Dans chaque zone process et suivant une analyse de risque à établir par l'Entrepreneur,
l’Entrepreneur fournit, pose et raccorde les dispositifs d’Arrêt d’urgence (AU) nécessaires à la
protection des personnes et des biens.
Ces dispositifs à mémoire mécanique et à déverrouillage par clef comportent 2 contacts :
♦ un agissant directement en câblé sur les organes de commande (indépendamment des
organes électroniques API, variateurs…)
♦ un autre informant le SCC de façon individuelle.

L’Entrepreneur prévoit au minimum un arrêt d'urgence par local électrique coupant l'ensemble
des alimentations du local (hors éclairage et ondulé sous réserve d'accord du bureau de
contrôle).
De manière générale, chaque BP d’arrêt d’urgence agit au minimum sur tous les équipements
de la zone géographique visuelle qui le concerne.
L'entrepreneur fournira une note spécifique arrêts d'urgence.

5.6.11 CHEMINEMENTS ET CABLAGE


L'Entrepreneur fournit, pose et raccorde tous les câblages du site nécessaires au bon
fonctionnement des installations, y compris les cheminements de câbles, dimensionnés avec
25% de réserve.
L’ensemble du repérage sur le site sera homogène.
Les liaisons enterrées sous fourreaux ne sont autorisées qu’à l’extérieur des bâtiments.
Dans les zones process et locaux techniques, les chemins de câbles sont de type Cablofil Inox
et posés sur chant dans la mesure du possible. La mise à la terre des chemins de câbles sera
assurée par un câble de cuivre qui cheminera sur l’aile extérieure.
Dans les zones agressives (réactifs, etc..), l’utilisation du PVC IK10 est obligatoire.
Dans les locaux électriques et d’automatismes, les chemins de câbles pourront être en fils
d’acier galvanisé. Posés horizontalement, ils seront installés en faux plancher pour assurer une
distribution soignée des câbles.
DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES
1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 31/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

L’emploi de griffes sur les structures métalliques pour la fixation des équipements électriques
(éclairages, courants faibles, chemins de câbles, tubes IRO) est interdit. Des procédés de
fixation par pincement seront mis en place.
L’emploi du tube IRO est autorisé pour la distribution terminale des circuits d’éclairage et
courants faibles sous réserve d’utiliser 1 seul câble et 1 seul tube (l’installation de plusieurs
tubes IRO en parallèle pour une même classe de tension est prohibée).
Les câbles seront séparés lors de leur cheminement en fonction de leur classe de tension
(séparation entre les câbles courants forts et faibles).
Les cheminements verticaux seront capotés jusqu’à une hauteur de 2m par rapport au sol.
Les chemins de câbles comporteront :
♦ 2 couches maxi pour les câbles puissance (force motrice, alimentations diverses…),
♦ 3 couches maxi pour les câbles de contrôle / mesures.

Les câbles véhiculant des informations Analogiques seront de type blindés paire par paire et
protégés par parasurtenseur en cas de cheminement extérieur.
L’ensemble du repérage sur le site sera homogène.
Toutes les traversées de parois seront rebouchées de façon étanche après le passage des
câbles.

5.6.12 SECURITE DES PERSONNES ET DES BIENS


La sécurité des personnes et des biens sera conforme aux normes françaises et européennes
et les travaux seront faits dans le respect des règles de l’art, des prescriptions de la CRAM et
des organismes de contrôles.
Par exemple, toutes les prises de courant seront protégées par des différentiels de 30 mA et le
personnel a la possibilité d’arrêter chaque équipement ou groupe d’équipement en actionnant
des boutons d’arrêts d’urgence répartis sur tout le site.

5.6.13 RESEAU DE TERRE ET PROTECTION CONTRE LA FOUDRE


Réseau de terre
L'Entrepreneur fournit, pose et met en œuvre le réseau de terre du site, ce réseau englobe les
prestations suivantes :
♦ la création d’une prise de terre par câble cuivre nu (35 mm² minimum) avec boucle de
terre sans coupure enterré à fond de fouille au droit de tous les ouvrages,
♦ l'interconnexion des boucles avec les boucles des ouvrages existants conservés,
♦ les remontées nécessaires en boucle avec interposition de barrettes,
♦ l'exécution de toutes les liaisons équipotentielles réglementaires (radiers des locaux
électriques, charpentes, ossatures métalliques diverses, conduites, gaines, chemins de
câbles…),
♦ exécution des liaisons équipotentielles réglementaires locales (douches….),
♦ distribution de la terre en accompagnement des attentes force motrice,
♦ mesures des valeurs de résistance et corrections éventuelles pour obtenir une installation
conforme aux normes.

Protection foudre
La prestation de l'Entrepreneur comporte une étude du risque foudre sur les risques directs et
indirects pour la totalité du site. En fonction des conclusions de cette étude, l'Entrepreneur

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 32/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

définit, fournit et installe le système de protection paratonnerre complet du site conformément


aux normes en vigueur.
Les liaisons extérieures conformément aux prescriptions de la norme UTE 15-443 sont
obligatoirement protégées contre les effets indirects de la foudre. Cette protection est
applicable au minimum aux matériels suivants :
♦ parafoudres au niveau du TGBT,
♦ parafoudres au niveau de la distribution ondulée,
♦ parafoudres au niveau des alimentations des matériels sensibles (automates,
instrumentation, détection incendie, détection gaz, téléphonie…)
♦ parafoudres individuels sur les liaisons extérieures aux ouvrages (téléphone,
instrumentation, liaisons de télégestion…) et sur les alimentations des équipements
sensibles en termes de sécurité (centrales de détection incendie, automates, télégestion…).

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 33/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

5.7 ÉCLAIRAGE ET PETITE FORCE


L'Entrepreneur se charge de la fourniture, de la pose, du raccordement et de la mise en service de
l'ensemble des prestations suivantes :
♦ Éclairage intérieur des locaux,
♦ Éclairage de sécurité,
♦ Éclairage extérieur,
♦ Prises de courant,
♦ Ventilation chauffage climatisation.

Les niveaux et la conformité de l'éclairement sont vérifiés et présentés au moyen d'une note de
calcul. Les niveaux d'éclairement requis sont respectés en prenant en compte les contraintes liées
à l’environnement.

5.7.1 ÉCLAIRAGE INTERIEUR


Les appareils installés en zone procédé sont de type étanche et leur implantation tiendra
compte des contraintes d’accessibilité pour leur maintenance. Ils seront principalement du
type fluorescent à vasque. Des appareils à décharge de type projecteurs et suspensions
pourront également être installés.
De manière générale il sera privilégié l'installation d'appareils équipés de ballasts de type
électronique et de tubes à haut rendement associés à des luminaires performants à haute
réflexion. Le rendement de ces luminaires sera supérieur à 80%.
Les circulations sont dotées d’interrupteurs à détection de présence. Il sera toutefois possible
de forcer l'éclairage des circulations.
Les salles disposant d’écrans (bureaux) sont équipées d’appareils basse luminance.
L’indice de protection des appareils est compatible avec l’ambiance des locaux.

5.7.2 ÉCLAIRAGE DE SECURITE


Des appareils l’éclairage de sécurité, autonomes et étanches, sont posés afin de réaliser le
balisage des issues et des circulations.
La mise en repos des blocs de sécurité et de tests périodiques seront réalisables.
Des appareils de bonne efficacité lumineuse à LED seront choisis prioritairement et garantiront
un éclairage de 60 lumens – 1 heure.

5.7.3 ÉCLAIRAGE EXTERIEUR


L’Entrepreneur fournit, pose et raccorde l’ensemble des installations d’éclairage extérieur
(appareils d’éclairage, mâts, supports, massifs, câblage…). Une attention particulière sera
apportée à l’éclairage de la zone d’arrivée et de déchargement des camions.
Il garantit les niveaux et la conformité d’éclairement, en prenant compte des contraintes liées
à l’environnement.
Un système de télécommande par cellule photoélectrique combiné avec une horloge
programmable en permet la commande. Un commutateur auto/arrêt/forcé défini le mode de
fonctionnement du circuit.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 34/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

5.7.4 PRISES DE COURANT


Les locaux d'exploitation (bureaux, laboratoire, locaux techniques et électriques) sont équipés
d’un circuit de prises de courant 230 VAC normal et d'un circuit de prises spécifiques munies
de détrompeurs pour l'alimentation en 230V-CA ondulé 50 Hz pour les équipements de
contrôle commande, de supervision et des équipements informatiques.
Chaque poste de travail sera équipé de 3 prises de courant alimentées en normal et de 2
prises alimentées en ondulé.
Dans les bâtiments procédés de la station, les prises de courant se présentent sous forme de
coffrets préfabriqués de protection minimale IP55 IK8 et équipés de :
• 2 PC 230 V - 16 A - 2 P+T
• 1 PC 400 V - 32 A - 3 P+T
• 1 PC 24 V - 16 A - 2P avec transformateur intégré,
• voyants présence tension et protection différentielle de tête.
Le nombre de coffrets prises par local est déterminé de façon à rendre tout point du local
accessible avec une rallonge de 15 m.

5.7.5 VENTILATION, CHAUFFAGE ET CLIMATISATION


Le chauffage des locaux d’exploitation est dimensionné pour assurer une température
minimale :
• de +20°C dans les locaux d’exploitation (hormis les halls, circulations, archives et
magasins),
• de +18°C dans les locaux suivants : halls, circulations, archives et magasins,
• de +20°C dans les bureaux,
• de +22°C dans les sanitaires et les WC,
pour une température extérieure hivernale de - 10°C.
La température des locaux électriques BT est maintenue à +15°C minimum par la mise en
place de convecteurs et thermostats pour une température extérieure hivernale de - 10°C.
Dans les locaux techniques et les zones process, des aérothermes électriques fixeront la limite
basse de la température à +5°C pour une température extérieure hivernale de - 10°C.

La température des locaux électriques BT et des bureaux est maintenue à +25°C par
climatisation dimensionnée pour une température extérieure de +37°C.

5.7.6 ENERGIES RENOUVELABLES


L’Entrepreneur a entière liberté d’intégrer dans sa prestation le chauffage et la climatisation de
la partie administrative du bâtiment à partir d’une pompe à chaleur eau/eau fonctionnant
suivant le système d’aquathermie.
Cette pompe utilisera comme nappe d’eau la bâche d’eau brute de la station (pompage et
rejet dans la bâche).
Si cette option est retenue, le projet intégrera une chaudière électrique permettant la
couverture des besoins de chauffage de l’eau chaude sanitaire (à la place du chauffe-eau
électrique) et servant de secours à la pompe à chaleur.

Afin d’estimer le potentiel de chaleur récupérable, par le biais d’une pompe à chaleur (PAC)
sur la bâche d’eau brute, il est pris en compte la situation minimum hivernale sur la base des
flux hydrauliques minimums (situation la plus défavorable).
DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES
1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 35/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Hypothèses de calcul :
♦ Volume journalier minimum : 500 m3/j (1/4 de la capacité de la station)
♦ Température minimum hivernale de l’eau de la bâche : 6 °C
♦ Température minimale fixée au rejet après récupération des calories : 3 °C
♦ Capacité thermique de l’eau : 4 186 J/kg.°C

L’entrepreneur fournira dans son offre une étude de faisabilité contenant :


♦ l’évolution de la température, engendrée par la pompe à chaleur, dans la bâche d’eau brute,
♦ la température maximale atteinte par l’eau rejetée,
♦ la surface prévue d’être chauffée et/ou climatisée par cette pompe ,
♦ la rentabilité de l’installation proposée.

5.8 INSTALLATIONS COURANTS FAIBLES


L'Entrepreneur se charge de la fourniture, de la pose, du raccordement et de la mise en service de
l'ensemble des prestations suivantes :
♦ Système de téléphonie depuis le réseau présent sur l’usine existante,
♦ Système de détection intrusion,
♦ Système de détection gaz.

5.8.1 TELEPHONIE
L’infrastructure nécessaire au raccordement du site au réseau téléphonique existant sera
intégrée aux travaux, notamment l’ensemble des accessoires de branchement, y compris les
parasurtenseurs.
La prestation de l'entreprise comprendra donc la fourniture, la pose et le raccordement des
équipements et accessoires nécessaires au raccordement au réseau depuis l’usine existante.

5.8.2 DETECTION INTRUSION


Il sera mis en œuvre un système d'alarme anti-intrusion, constitué d’au minimum :
♦ une centrale de détection installée dans le local électrique, alimentée en ondulé via un
chargeur de batteries d’autonomie 12h,
♦ 1 ensemble de détecteurs volumétriques dans le bâtiment d’exploitation,
♦ 1 ensemble de détecteurs d’ouverture de portes,
♦ 1 sirène placée à l’extérieur des bâtiments,
♦ 1 interface pour report des informations de détection et de défaut au SCC et en
télégestion.
La surveillance sera reliée à l’automate qui pourra générer via le télétransmetteur des appels
d’alarme et/ou d’astreinte.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 36/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

5.9 CONTROLE-COMMANDE
5.9.1 GENERALITES
Les installations sont équipées d’un système de supervision, installé dans le bâtiment
technique, conçu pour faciliter leur exploitation. L'Entrepreneur fournit et installe ce système
et effectue la programmation, les essais, la mise en service industrielle et la formation des
utilisateurs. En particulier, le système intègre le rapatriement des l’ensemble des éléments
présents sur l’usine existante.
Les priorités de l’installation de contrôle commande sont axées sur la sécurité (du personnel et
des équipements), la continuité et la qualité du traitement et enfin l’économie de l’exploitation.
Le système de supervision choisi doit permettre :
♦ Intégration des ouvrages de traitement actuels,
♦ une bonne convivialité avec l’utilisateur,
♦ la modification aisée de vues d’écran, à l’aide d’outils de dessin et de configuration
adaptés,
♦ de faire évoluer le système à souhait (ajout de nouveaux postes, mise en place
d’automates supplémentaires, extension du nombre d’entrées/sorties …).

L'Entrepreneur prévoit les études et la configuration des équipements de niveaux 1 et 2 avec


notamment :
♦ la collecte des informations,
♦ les analyses fonctionnelles générales et détaillées (niveaux 1 et 2),
♦ la configuration de l'architecture du système et de ses règles de base,
♦ la configuration des contrôleurs, des vues synoptiques et des échanges réseaux,
♦ les essais et tests avec rapports associés,
♦ la formation du personnel.

Tous les principes retenus devront être validés par le Maître d’Ouvrage.

5.9.2 ARCHITECTURE ENVISAGEE


Le système de contrôle commande s’articulera autour de :
♦ 1 API ( Automate Programmable Industriel),
♦ 1 console de dialogue opérateur IHM (Interface Homme Machine),
♦ 1 télétransmetteur dans la station avec ses interfaces vers le réseau France Télécom
(modem RTC) et ses liaisons filaires,
♦ les capteurs et actionneurs.

On distinguera 3 niveaux dans l’architecture proposée :


♦ niveau 0 : capteurs et actionneurs,
♦ niveau 1 : automate et consoles opérateur,
♦ niveau 2 : télétransmetteurs.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 37/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Le système de conduite-supervision doit être conçu pour pouvoir redémarrer automatiquement


après une coupure secteur, sans nécessiter de rechargement (hors relance des installations de
process).

Équipements niveau 0
Il est constitué par l’ensemble des capteurs et actionneurs de l’installation destinés au contrôle
commande du process ou des bâtiments. Depuis ce niveau seront rapatriées toutes les
informations utiles au traitement par le niveau supérieur : débits, pressions, mesure type (Ph
redox..), comptages, position des actionneurs…).
Les signaux émis ou reçus peuvent être des informations TOR, analogiques, impulsionnelles…

Dans le cas d’un câblage en fil à fil, les informations seront standardisées comme suit :
♦ E/S analogique : 4/20 mA, 24 Vcc
♦ E/S TOR : 24 Vcc.
De manière générale les signaux les entrées/sorties sont raccordés en 2 fils.
La communication entre le SCC et les variateurs et démarreurs est obligatoirement filaire pour
les fonctions vitales (marche, arrêt, défaut, consigne de vitesse), l'acquisition d'informations
complémentaires par bus de terrain est admise.
Le niveau 0 dispose de 20% de réserve équipée et de 20% de place disponible.

Équipements niveau 1
Il sera constitué d’un API qui assurera le contrôle - commande des installations et la
communication avec la console opérateur et le télétransmetteur de la station.

Cet API, alimenté depuis l’onduleur, comprendra au minimum :


♦ 1 carte processeur,
♦ 1 carte alimentation,
♦ 1 (ou plusieurs) carte de communication avec les consoles opérateur et le
télétransmetteur,
♦ les cartes d’E/S TOR ou analogiques associées au process.

La fonction de l’ API sera :


♦ d’assurer le contrôle commande de l’ensemble du process. Les fonctions de régulation et
d’asservissements seront réalisées à ce niveau,
♦ de “préparer” les données pour la mise à disposition des consoles opérateur et du
télétransmetteur,
♦ de stocker les paramètres critiques en cas de dysfonctionnement.

Équipements niveau 2
Le niveau 2 constituera le centre de pilotage et de gestion de l'usine. Il comportera
principalement :
♦ les pupitres opérateurs graphiques couleur à écrans tactiles de 10"
♦ le télétransmetteur de la station.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 38/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Ces postes opérateurs assureront :


♦ la conduite de l’installation (passage en auto/manu, local distance, modification des
réglages…),
♦ l’aide à l’exploitation par la mise à disposition de vues représentatives de l’état des
installations en temps réel,
♦ la gestion et l'affichage des alarmes.

5.9.3 SUPERVISION
Le logiciel de supervision prévu sera pris parmi les grands standards du marché et sera adapté
aux contraintes du procédé de l'usine de traitement.

Limitation d’accès
Sur le SCC, un dispositif de limitation d’accès par mot de passe sera mis en place.

Les différentes vues


Les vues de supervision permettront d’avoir une vue d’ensemble de chaque partie de
l’installation.
Les vues de conduite montreront une partie du process d’un traitement particulier avec ses
actionneurs (moteurs, vannes…) et ses capteurs. Depuis ces vues, l’opérateur pourra
actionner ou arrêter n’importe lequel des équipements.
Les vues de détail reflèteront l’état de chaque élément (marche, arrêt, défaut, débit, niveau
…). La commande et le réglage de ces éléments seront réalisables depuis cette vue avec le
clavier et/ou la souris.
Les vues de tendances et d’historiques afficheront principalement des graphiques (relevés,
cumuls, indicateurs de gestion d’énergies …).
Les vues d’alarmes indiqueront le ou les élément(s) en défaut (type, nom, éventuellement la
cause ainsi que les différentes vues pour visualiser le matériel déficient…). Les vues
concernées pourront être appelées directement à partir du bandeau d’alarme.

Traitement des défauts et des alarmes


Les alarmes concernent la protection des personnes (incendie…) et des biens (équipement en
défaut, poste d’alimentation EDF …).
La gestion de ces informations sera faite dans l’automate de niveau 1 qui les transmettra aux
pupitres opérateurs qui en assureront le traitement.
Le traitement des alarmes est géré par une fonctionnalité dédiée de la supervision. Cette
fonctionnalité génère le journal des alarmes en fonction des paramètres associés à chacune
d'elles.
Les fichiers d’alarmes générés seront transmis au télétransmetteur de la station.
Celui-ci générera, en fonction du niveau de criticité de ces alarmes, des appels vers le
personnel d’astreinte en dehors des heures ouvrées.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 39/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Ainsi quelle que soit la vue affichée sur l'écran, l'apparition d'un défaut donne lieu :
♦ à sa visualisation sur les écrans des postes de conduite (bandeau spécifique)
♦ à son archivage horodaté dans le journal des évènements,
♦ à sa diffusion en télésurveillance, en dehors des heures ouvrées, vers le personnel
d'astreinte.

Modification des paramètres process


Toutes les données intervenant dans le process (consignes, seuils, temporisation, étalonnage
des capteurs….) seront déclarées paramétrables.
Leur modification s’effectuera de manière simple depuis les pupitres opérateur à partir des
vues de conduite ou de vues spécifiques de réglage.
Ces modifications seront tributaires des fonctionnalités de limitation d’accès par mot de passe.

Génération des graphes


Les valeurs numériques mémorisées devront pouvoir être restituées sur écran sur des vues
spécifiques ou bien directement en affichage sur les vues de conduite.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 40/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

5.9.4 TELESURVEILLANCE
Le télétransmetteur assure pour la station la télégestion et la télésurveillance.
Le nouveau transmetteur sera en dialogue avec celui actuellement dans l’armoire de reprise, et celui
remplacé dans l’armoire de la station de neutralisation.
Il récupère toutes les données du site de la station de traitement des pesticides et notamment:
- alarme anti intrusion
- marche/arrêt des lavages
- temps de fonctionnement en lavage
- défaut lavage
- marche/arrêt de la soufflante
- temps de fonctionnement de la soufflante
- défaut de la soufflante
- comptage sortie eau traitée
- débit eau traitée
- comptage des eaux de lavage
- lecture de toutes les données du process de l'automate par liaison informatique

Il récupère également les informations existantes sur la station de traitement d’eau potable existante
et notamment :
- Données analogiques :
 Niveau résiduel de chlore,
 PH,
 Hauteur réservoir,
- Données TOR (défaut/normal) :
 Résiduel chlore,
 PH,
 Pompe forage F2 ,
 Pompe forage F3,
 Pompe refoulement 1,
 Pompe refoulement 2,
 Batterie condensateur,
 Niveau bas de la bâche,
 Débordement bâche,

- Données TOR (marche/arrêt)
 Pompe forage F2 ,
 Pompe forage F3,
DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES
1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 41/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

 Pompe refoulement 1,
 Pompe refoulement 2,
 Tête émettrice comptage refoulement.
Il permettra, via les autres télétransmetteurs existants sur l’usine, de piloter en alternance les 3
forages existants, surveiller le niveau d’eau dans le bassin de stockage des eaux sales, de gérer les
niveaux des réservoirs (notamment bâche eau traitée existante) et de renvoyer en supervision les
informations délivrées par ceux-ci (niveau, alarme…).
La liaison avec les télétransmetteurs existants sera de type liaison filaire 7 paires, celle-ci étant plus
sécurisée que des liaisons téléphoniques classiques.
La fourniture et la pose de cette liaison filaire le long des conduites reliant la station à la station
existante et les divers raccordements en dehors de la station sont compris dans le marché.

L’Entrepreneur fournit, pose, raccorde, programme et teste un dispositif de télétransmission de type


Sofrel S550 ou équivalent équipé des éléments suivants :
♦ 1 rack 5 modules et rack d’extension si nécessaire,
♦ 1 alimentation,
♦ parasurtenseurs (alimentation, ligne RTC et liaisons filaires),
♦ 1 carte CPU,
♦ 1 carte de communication type Ethernet (liaison avec API),
♦ 1 carte de communication « modem Internet » (télégestion)
♦ 1 carte modem RTC (télésurveillance)
♦ des cartes de communication pour les liaisons filaires.

5.10 FORMATION
Une formation est prévue pour :
♦ le fonctionnement et la maintenance des équipements BT,
♦ le fonctionnement et la maintenance des systèmes courants faibles,
♦ la maintenance et la programmation du contrôleur,
♦ la conduite, la maintenance et la programmation de la supervision et de la télégestion.

5.11 GESTION ET COMMANDE DES POMPES


Le nouvel automate mis en œuvre permet le pilotage, suivant le niveau d’eau dans la bâche eau
traitée, des 3 forages existants, ceci en permutation.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 42/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6 GENIE CIVIL

6.1 PREAMBULE
6.1.1 PRINCIPE D’ENVELOPPE ET DE STRUCTURE
Le bâtiment de traitement sera construit de manière traditionnelle :
 Dallage béton,
 Elévations en parpaings creux,
 Doublage en plaque de platre,
 Peinture intérieure,
 Enduit extérieur,
 Carrelage,
 Charpente bois,
 Couverture en tuile mécanique.

6.1.2 DENOMINATION

On nomme au présent document :


- « Locaux d’exploitation » ou « Bâtiment d’exploitation », le bâtiment recevant les locaux
sociaux (vestiaires, sanitaires, réfectoires), les bureaux et le laboratoire ;
- « Locaux techniques » ou « Bâtiments Techniques », tous les autres bâtiments ou locaux (en
particulier, bâtiments recevant les ouvrages et équipements nécessaires aux traitements de
l’eau, de l’air et des boues, compris locaux électriques, groupe électrogène, ateliers, garages,
etc.)
- « Ouvrages de contenance » : tous les ouvrages contenant des eaux, des boues, des matières
externes, huiles, graisses, lixiviats, etc. (compris canalisations ou dalots coulés en place) ainsi
que les cuves de rétention des réactifs en béton.

6.1.3 HYPOTHESES DE CALCUL – CONTRAINTES PARTICULIERES

6.1.3.1 Études géotechniques


L’Entrepreneur prend connaissance des études géotechniques jointes au présent dossier et se
conforme aux préconisations de ces documents.
Si l’Entrepreneur souhaite des essais géotechniques complémentaires, ceux-ci doivent être réalisés
par lui-même et à ses frais.
A noter notamment des venues d’eau dès –0,3 m par rapport au terrain naturel, il convient donc
de prévoir toutes les sujétions de pompage pour rabattement de la nappe à la charge de
l’entrepreneur.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 43/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.1.3.2 Règlements Neige Vent Séisme – Zone de GEL


Définition des zones selon réglementation (règles NV 65, règles N 84, décret n°91-461 du 14 mai
1991, PS 92, norme FD P 18-326) et respects des préconisations réglementaires en découlant.

Neige : zone 1A
Vent : zone 2 site normal
Séisme : zone 0. L’ensemble des ouvrages sont de classe D

Gel : Modéré

6.1.3.3 Réglementation particulière


Réglementation applicable :
♦ Fascicule 74 du CCTG pour tous les ouvrages de contenance (bassin, canaux…)
♦ Fascicule 62 titre V pour les fondations.

Voir aussi les Eurocodes.

6.1.3.4 Niveaux d’eau dans les sols

Etant donné les venues constatées à –0,3 m par rapport au terrain naturel lors des essais
géotechniques, il est retenu comme niveau de nappe exceptionnelle la cote du terrain naturel.

6.1.3.5 Stabilité à vide des ouvrages :

Tous les ouvrages en sur-profondeur seront stables à vides pour un niveau de nappe EE (sans
soulèvement de clapets anti sous-pression ou autres dispositifs de ce type).

Afin d’obtenir ces objectifs de stabilité à vide sans remplissage de l’ouvrage, l’Entrepreneur prévoit
et met en œuvre les moyens de son choix (ancrage ou lestage) qu’il soumet auparavant au Maître
d’œuvre et au Bureau de Contrôle.

6.1.3.6 Fissuration
Fissuration préjudiciable (avec du surcroît respect des préconisations du fascicule 74 du CCTG
pour tous les ouvrages de contenance), pour tous les ouvrages.

6.1.3.7 Enrobages des Armatures

Pour toutes les parois (radiers, voiles, dalles…), ils seront au minimum de :
♦ 3 cm pour les ouvrages et bâtiments dont l’environnement a un degré d’agressivité au
maximum A2 (voir § « Classes d’environnement des bétons ») ;
♦ 4 cm pour les ouvrages et bâtiments dont l’environnement a un degré d’agressivité A3 ou plus
(voir § « Classes d’environnement des bétons ») ;

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 44/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.1.3.8 Classes d’environnement des bétons

L’Entrepreneur respecte les prescriptions les plus contraignantes des normes NF P 18-011 et NF-
EN 206-1 et fascicule 74, en particulier
Pour les ouvrages de contenance :
♦ Pour tous les autres ouvrages Béton XA2 minimum selon NF EN 206-1, environnement
moyennement agressif, degré d’agressivité A2 minimum selon NF P 18-011.

Pour le bâtiment :
♦ Locaux techniques (toutes les parois intérieures et extérieures) : béton XA2 minimum selon
NF EN 206-1, environnement moyennement agressif, degré d’agressivité A2 minimum selon
NF P 18-011 ;
♦ Locaux d’exploitation :
• béton XF1

Pour les dallages extérieurs :


♦ Béton XF4 minimum selon NF EN 206-1.

6.1.3.9 Charges et surcharges

Selon règlements et selon Spécifications Générales ‘Gros Œuvre’. En particulier, pour mémoire :

Actions permanentes :
♦ les charges des équipements sont considérées comme des charges permanentes ;
♦ pour les ouvrages construits à proximité d’ouvrages existants, les charges ramenés par ces
ouvrages sur les voiles d’ouvrages enterrés formant soutènements ou sur les fondations
profondes – s’il y en a – doivent être prises en compte.

Actions variables :
♦ sur tous les planchers des bâtiments techniques : 500 daN/m² minimum ;
♦ en toiture : inclure les charges induites par la présence des crochets d’ancrage et ligne de vie
pour interventions d’entretien en toiture.
♦ Surcharges Véhicules Lourds : 2T/m² ou selon fascicule 61 du CCTG ;
♦ Effets des variations de température tant intérieures qu’extérieures sur les parois

6.1.3.10 Stabilité au feu et degrés coupe feu

♦ Sans objet

6.1.3.11 Étanchéité des ouvrages hydrauliques et locaux secs enterrés

Pour les ouvrages de contenance (réservoirs, canaux, bâche de stockage…) faisant parti du
champ d’application de fascicule 74 du CCTG (Article I.1 et Article I.2) :
♦ dont l’étanchéité est assurée par la structure seule ;

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 45/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

♦ dont l’étanchéité est assurée par la structure complétée par un revêtement


d’imperméabilisation ;
♦ dont l’étanchéité est assurée par un revêtement rapporté d’étanchéité ;

le fascicule 74 est appliqué et l’étanchéité doit satisfaire aux exigences suivantes :


♦ aucun suintement ne sera admis sur les parois des ouvrages ;
♦ les tâches d’humidité, si elles sont temporaires et disparaissent rapidement après la mise en
eau sont admises ;
♦ lors des essais d’étanchéité, 10 jours après la fin du premier remplissage, les pertes ne
doivent pas dépasser les valeurs suivantes :
• pertes < 500 cm3/m² de paroi mouillée/jour pour un ouvrage dont l’étanchéité est assurée par
la structure seule ;
• pertes < 250 cm3/m² de paroi mouillée/jour pour un ouvrage muni d’un revêtement
d’imperméabilisation ou d’un revêtement d’étanchéité.

Pour les ouvrages autres que les ouvrages de contenance avec cuvelage à structure relativement
étanche, le DTU 14.1 est appliqué et l’étanchéité doit satisfaire aux exigences suivantes :
♦ aucun suintement ne sera admis sur les parois des ouvrages ;
♦ pour la structure résistante dans son ensemble :
• moyenne annuelle : 0,5 l/m2.j ;
• moyenne hebdomadaire : 1,0 l/m2.j ;
♦ pour toute portion de structure résistante de 10 m2 constituant un rectangle dont le rapport
des côtés est compris entre 0,4 et 2,5 :
• moyenne hebdomadaire : 2 l/m2.j.

Pour les ouvrages autres que les ouvrages de contenance avec cuvelage avec revêtement
d’imperméabilisation ou avec revêtement d’étanchéité, le DTU 14.1 est appliqué et aucune fuite
n’est admise.

6.1.3.12 Essais d’étanchéité des ouvrages de contenance

Par dérogation au fascicule 74 du CCTG, la fourniture de l’eau nécessaires aux essais d’étanchéité
est à la charge de l’Entrepreneur, ainsi que tous les sujétions qui y sont liées : autorisations
auprès des autorités compétentes, dispositifs de pompages, batardeaux, etc.
Pour le reste : le fascicule 74 s’applique.

6.2 INSTALLATIONS DE CHANTIER

NB : Les installations de chantier décrites ci-après devront respecter le PGC établi par le
Coordonnateur SPS. Par ailleurs, l'Entrepreneur prend en charge les prestations qui sont décrites dans
le PGC.

6.2.1 EMPLACEMENT DE CHANTIER

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 46/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Le Maître d'Ouvrage met gratuitement à la disposition de l'entrepreneur les emplacements nécessaires


à l'implantation des ouvrages, aux installations de chantier et au stockage du matériel et des
matériaux.
L’Entrepreneur fournira un plan d’installations de chantier en indiquant comment il compte organiser
cet espace suivant les différentes phases du chantier (emplacements des grues, bungalows, stockage
matériel, circulations).

6.2.2 ACCES AU CHANTIER

L’accès au site se fait par la rue du Chemin Vert.

6.2.3 SIGNALISATION DE CHANTIER

6.2.3.1 Panneaux de chantier

L’Entrepreneur fournira, mettra en place et entretiendra 1 panneau de chantier de 2.00 m sur 1.50 m
minimum portant la mention de la désignation du chantier ainsi que les noms et adresses du Maître
d’Ouvrage, du Maître d’Œuvre, du Coordonnateur hygiène et sécurité, du Bureau de contrôle et des
Entreprises intervenantes.

Les panneaux « entreprises » seront regroupés sur un seul support mis en place par l'Entrepreneur.
L'ensemble des panneaux est de dimensions identiques et déterminées en accord avec le Maître
d'Œuvre. Sur chaque panneau seront portés la raison sociale, l'adresse, le numéro de téléphone, le
logo éventuellement de chaque société ou groupe intervenant sur le chantier au titre d'entrepreneur,
constructeur ou sous-traitant avec l'indication de la nature des travaux à réaliser. Les panneaux des
sous-traitants seront rajoutés au fur et à mesure de leur agrément par le Maître d'Ouvrage.

Le positionnement de ce panneau sera laissé au choix du Maître d’Ouvrage.

6.2.3.2 Signalisation directionnelle intérieure au chantier

L’Entrepreneur est tenu de mettre en place la signalisation directionnelle et de situation nécessaire au


chantier depuis l’entrée sur le site.

6.2.3.3 Signalisation directionnelle extérieure au chantier

La signalisation sera conforme à la réglementation en vigueur et aux arrêtés délivrés par les services
concernés. Elle comprendra entre autre la signalisation horizontale (marquage au sol) et verticale.
Celle-ci respectera de plus les directives du PGC. L’Entrepreneur aura à sa charge son entretien
pendant toute la durée des travaux.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 47/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.2.4 AMENAGEMENT DE LA ZONE

6.2.4.1 Circulation

Dans la mesure du possible, l’Entrepreneur organisera une circulation interne de la zone de façon à
permettre un accès et une sortie du site aisés. L’Entrepreneur prendra en compte le phasage des
travaux pour définir les accès.
L’Entrepreneur prendra en charge l’entretien des voiries et plate-forme de chantier pendant toute la
durée des travaux.

6.2.4.2 Stockage des matériaux

Les aires de stockage seront réalisées de façon à évacuer, après décantation, les eaux de pluies et
permettre le stockage des équipements et matériels dans de bonnes conditions de propreté et
sécurité.

6.2.5 CANTONNEMENT

6.2.5.1 Salle de réunion


Salle de réunion pour 15 personnes.
Local éclairé, chauffé, climatisé, meublé (tables, chaises, 1 armoire verrouillable destinée à la Maîtrise
d’Œuvre), équipé du téléphone, d’un fax et d’un photocopieur.
Sas pour stockage bottes et sanitaires.
Entretien hebdomadaire de ce local.

6.2.5.2 Bureaux de l'entreprise


Selon les besoins de l’Entrepreneur.

6.2.5.3 Locaux sociaux


L'Entrepreneur fournit et installe l'ensemble des locaux sociaux nécessaires pour ses propres besoins
et de ses sous-traitants et conforme à la réglementation.
Ces installations comprendront les vestiaires, sanitaires et réfectoires équipés.

6.2.6 CLOTURE DE CHANTIER

L’Entrepreneur isole la zone de chantier de l’extérieur à l’aide d’une clôture de chantier haute de 2,00
m en grillage à mailles rigides en acier galvanisé, sur plots béton. Les portails seront à double battant
et cadenassables.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 48/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.2.7 VIABILISATION DU SITE


D’une manière générale, l’Entrepreneur prend à sa charge la réalisation de tous les réseaux
nécessaires la viabilisation du site et à la bonne réalisation des travaux, à partir des réseaux existants
sur l’usine mitoyenne, tous frais à sa charge compris frais de raccordement, abonnement,
consommation, etc..

6.2.7.1 Alimentation électrique


L’alimentation électrique de chantier est à la charge de l'Entrepreneur.
Il doit réaliser à sa charge toute l’installation pour ses propres besoins, pour ceux de ses cotraitants et
sous-traitants et pour les installations générales.
L’Entrepreneur sera responsable de l’installation et de son entretien pendant toute la durée du
chantier.
L’Entrepreneur devra faire contrôler la conformité de l’installation électrique de chantier par un
organisme habilité avant la mise en service ou suite à toutes modifications importantes de
l’installation.
Les consommations sont à la charge de l’Entrepreneur.

L’ensemble de ses installations comprend en particulier :

6.2.7.1.1 Éclairage intérieur


Fourniture et mise en place de l’éclairage de chantier dans les différents locaux au fur et à mesure de
l’avancement du chantier.
Un éclairage de sécurité par blocs autonomes doit être installé dans les ouvrages et les locaux
borgnes.

6.2.7.1.2 Éclairage extérieur


Fourniture et mise en place d'un éclairage extérieur de chantier sur zone cantonnement et zone
chantier.

6.2.7.1.3 Réseau général de mise à la terre


Fourniture et installation du réseau général de la mise à la terre de l’ensemble des installations
électriques provisoires de chantier par câble de cuivre nu en fond de fouille avec prises de terre et
raccordements.

6.2.7.2 Assainissement de chantier

6.2.7.2.1 Eaux pluviales


L’Entrepreneur se charge de collecter, de décanter et d’évacuer les eaux pluviales de toutes les zones
de chantier pendant toute la durée du chantier, compris demandes d’autorisation de rejet auprès des
autorités compétentes.
DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES
1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 49/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.2.7.2.2 Eaux usées


L’Entrepreneur se charge de collecter et d’évacuer ses eaux usées pendant toute la durée du chantier,
compris demandes d’autorisations de rejet auprès des autorités compétentes. Il prévoit si besoin la
mise en place d’une fosse étanche étant donné l’absence de réseau d’assainissement à proximité.

6.2.7.2.3 Aire de lavage des véhicules


L’Entrepreneur réalisera une aire de lavage des véhicules à la sortie de la zone clôturée et équipée
d'un jet à pression d'eau et d’un bac de décantation. Evacuation de l’eau décantée après demandes
d’autorisations auprès des autorités compétentes. Evacuation en décharge homologuée des résidus de
décantation.

6.2.7.3 Alimentation en eau potable, téléphone


Réalisation aux frais de l’Entrepreneur, par le concessionnaire, du branchement téléphone du chantier.
Réalisation aux frais de l'Entrepreneur, par le concessionnaire, du branchement en eau potable du
chantier (débit nécessaire aux besoins de la base vie, etc.) et distribution intérieure à la zone de
chantier.

6.2.8 ACCES AUX OUVRAGES

En phase chantier, L'Entrepreneur met en place des tours d’escaliers provisoires pour accéder en fond
d’ouvrage.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 50/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.2.9 NETTOYAGE DU CHANTIER

Les camions de transport des matériaux de terrassement devront avoir des bennes étanches.
Les roues des camions seront systématiquement nettoyées au jet sous pression avant de quitter la
zone chantier.
L’Entrepreneur prévoit le nettoyage par balayeuse de la voirie aux abords du chantier autant de fois
que nécessaire.
Les déchets de chantier seront triés. Des bennes distinctes seront prévues pour, au minimum : le
papier, le bois, le plastique, les gravats, les métaux. L’évacuation est à la charge de l’Entrepreneur.

6.2.10 REMISE EN ETAT DU SITE

Démontage et repliement des installations avec remise en état des lieux similaire à l’existant y compris
enlèvement des câbles et des conduites provisoires de chantier.
Tous les réseaux restant en place feront l’objet d’un plan de récolement.
Démolition et enlèvement des matériaux de démolition, des fondations des bungalows et autres
ouvrages provisoires de chantier en béton.
Enlèvement signalisation horizontale et verticale.

6.3 IMPLANTATION PIQUETAGE

L’Entrepreneur doit l’implantation générale et le piquetage de tous les ouvrages par un géomètre
agréé par le Maître d’Ouvrage.

Préalablement à tout début d’intervention, l’Entrepreneur doit :


♦ vérifier contradictoirement, en présence du Maître d’œuvre et du géomètre, que les côtes
générales portées sur les plans d’exécution sont compatibles avec les implantations sur le terrain,
notamment par rapport aux limites de parcelles, bâtiments et ouvrages existants et aux réseaux
en place.
♦ mettre en place un témoin fixe de nivellement rattaché au système de référence imposé par le
Maître d’œuvre. La protection de ce repère est à la charge de l’Entrepreneur.

L’Entrepreneur est tenu de veiller à la conservation des piquets et chaises et de les remplacer en cas
de détérioration.

Toutes divergences qui peuvent se révéler au cours de ces travaux doivent être signalées
immédiatement au Maître d’œuvre. En cas de non-observation de cette clause, l’Entrepreneur doit en
subir les conséquences.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 51/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Tous les traits de niveau sont reportés à l’intérieur des bâtiments et ouvrages. Des repères durables
sont établis en nombre suffisant.
Les traits de niveau sont matérialisés à chaque niveau à + 1.00 mètre du sol fini de référence.
Les traits de niveau sont tirés et définis après l’achèvement de chaque phase des travaux. Les traits
erronés sont soigneusement effacés afin d’éviter les confusions.

Enfin, l’Entrepreneur met en place des repères fixes afin de vérifier et contrôler les tassements des
ouvrages dans le temps.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 52/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.4 TERRASSEMENTS

L’Entrepreneur réalise tous les travaux de terrassements nécessaires à la construction des ouvrages,
incluant notamment :
♦ l’amenée et le repliement du matériel,
♦ les opérations topographiques,
♦ le dégagement des emprises,
♦ le débroussaillage du terrain,
♦ le décapage de la terre végétale sur une épaisseur minimale de 30 cm avec mise en stock
éventuelle en vue d’un éventuel réemploi ;
♦ le terrassement en déblais des terrains de toute nature avec utilisation de tous matériels
nécessaires (BRH selon nécessités…) ;
♦ la démolition de tous les ouvrages enterrés qui seraient rencontrés (maçonneries, clôtures,
réseaux…), y compris découpes préalables, étampages, sciages, chargement et évacuation des
produits de démolition en décharge agréée,
♦ la réalisation de purges si nécessaire, avec terrassement et évacuation des déblais, réglage du
support, fourniture et mise en œuvre de graves tout venant de bonne qualité et soigneusement
compactées,
♦ l’évacuation des déblais impropres à la réutilisation et/ou excédentaires en décharge agréée,
♦ la mise en stock provisoire des matériaux déblayés réutilisables pour le remblaiement au pourtour
des ouvrages en fin de chantier (si les caractéristiques des matériaux le permettent),
♦ dans tous les cas, les lieux de stockage provisoire et/ou définitif des déblais doivent être trouvés
par l’Entrepreneur, tous frais et autorisations à sa charge,
♦ le traitement aux liants hydrauliques (à la chaux ou au ciment) lorsque nécessaire des matériaux
déblayés et stockés pour être réemployés,
♦ les travaux de terrassement en remblais, avec reprise des matériaux stockés sur le site et/ou
fourniture de matériaux de remblaiement sains et de bonne qualité, y compris compactage, toutes
sujétions de mise en œuvre,
♦ le dressement des fonds de forme,
♦ La réalisation des plates-formes destinées à être circulées,
♦ le réglage des surfaces et leur compactage soigné à 95% de l’OPN (Optimum Proctor Normal),
♦ la mise en place de la terre végétale en fin de travaux ;
♦ Toutes les sujétions d’accès au site.

La terre végétale doit être débarrassée des pierres, racines avant la mise en œuvre. Les impuretés
sont évacuées par l’Entrepreneur.

Les pentes de talus respectent les préconisations de l’étude géotechnique. Une attention particulière
est portée à un bon drainage en tête des talus, ainsi qu’à la réalisation de fossés en pied permettant
la collecte et l’évacuation des eaux de ruissellement. Les talus sont protégés par un film polyane.

La réutilisation en remblai sur site des produits de terrassement est soumise à l’accord du Maître
d’œuvre et du Maître d’Ouvrage. Les déblais réutilisés sont mis en œuvre conformément au GTR 92.
En particulier, selon la nature des sols rencontrés, les déblais sont éventuellement traités avant d’être
réemployés.

Les fouilles en trous, en rigoles ou en tranchées pour canalisations, regards… sont exécutées à la
main ou à l’engin mécanique dans les terrains en place. Les fonds de forme sont parfaitement dressés
et ne présentent ni jarrets, ni irrégularités. Les parois doivent être stables.
DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES
1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 53/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Lorsque les fouilles sont exécutées mécaniquement, l’arasement aux cotes prévues est exécuté à la
main et toutes les terres décomprimées ou remaniées sont purgées.

Le béton de propreté doit être coulé dès l’ouverture des fouilles pour éviter l’altération et la
décompression des sols d’assise. Lorsque cela s’avère impossible, un bétonnage ou une chape au
mortier est exécuté dans les heures qui suivent l’ouverture des fouilles.

Localisation :
♦ Partout où le projet le nécessite.

6.5 ÉPUISEMENT D’EAUX DE TOUTE NATURE

Pendant toute la durée du chantier, l’Entrepreneur devra mettre en œuvre tous les moyens
nécessaires au rabattement de la nappe, à la limitation des arrivées d’eau de nappe et à l’épuisement
d’eaux de toute nature en fonds de fouilles, au vu des données pluviométriques de la région et des
données relatives à la nappe aquifère, afin de toujours permettre la poursuite des travaux.

L’Entrepreneur prend en charge toutes les sujétions qui découlent de la présence de la nappe pendant
toute la durée du chantier quels que soient les niveaux de la nappe et la quantité d’eau de
ruissellement, le débit de pompage et le matériel ou la technique à mettre en œuvre.

La prestation inclut la fourniture et la mise en œuvre de tout le matériel nécessaire à cette opération
en fonction du principe d’épuisement retenu par l’Entrepreneur :
♦ Collecte et évacuation d’eau de fond de fouille arrivant dans enceintes relativement étanches
réalisées par mise en œuvre d’un soutènement si cela s’avère nécessaire ;
♦ Mise en œuvre de béton formant bouchon relativement étanche en fond des fouilles réalisées à
l’abri d’un soutènement provisoire si cela s’avère nécessaire ;
♦ Puits, pointes filtrantes si nécessaires ;
♦ Mise en œuvre de pompes en nombre suffisant et de capacité suffisante par rapport aux
caractéristiques des sols traversés et à la géométrie des fouilles à traiter (le débit des pompes
devra être choisi de manière à éviter tout risque d’affouillement) ;
♦ Mise en œuvre de crépines, tuyaux, drains, etc.
♦ Réalisation des rigoles, tranchées, puits,
♦ Fourniture et mise en œuvre des dispositifs d’évacuation des eaux pompées, y compris dispositifs
de décantation obligatoires,
♦ Demande d’autorisation de rejets et prise en charge des éventuels droits à payer,
♦ Mise en astreinte du personnel de maintenance selon les risques,
♦ Enregistrement des débits pompés en permanence ;
♦ Fourniture de l’énergie électrique nécessaire au pompage,
♦ Déplacement de l’ensemble du dispositif en fonction des besoins des travaux.
En phase chantier le niveau de la nappe doit être maintenu au minimum 0.50 m sous le
niveau des terrassements (fonds de fouilles).

Localisation :
♦ Partout où le projet le nécessite.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 54/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.6 SOUTENEMENTS PROVISOIRES

Conformément aux recommandations de l’étude géotechnique, l’Entrepreneur met en œuvre les


soutènements provisoires nécessaires à la réalisation des ouvrages selon leur profondeur, l’emprise
disponible, la distance aux bâtiments existants, la présence d’une nappe aquifère, et selon les
caractéristiques des sols à terrasser.
Technique de soutènements provisoires au choix de l’Entreprise.
Les dimensionnements des écrans de soutènement sont réalisés selon les caractéristiques des sols en
place (se reporter au rapport d’études géotechniques).
Les surcharges à prendre en compte sur les terrains adjacents correspondent à la circulation de
véhicules lourds ou à celles des ouvrages adjacents.

La prestation comprend en particulier :


♦ l’amenée et le repli du matériel de réalisation des soutènements,
♦ l’aménagement des voiries et plates-formes nécessaires à la réalisation des soutènements,
♦ l’implantation,
♦ la réalisation des parois de soutènement proprement dites,
♦ la réalisation des liernes de couronnement selon nécessités,
♦ le recépage sur une hauteur à définir avec le Maître d’œuvre en cas de remblaiement de la fouille
sans enlever le soutènement en fin de travaux.

Localisation :
♦ Selon les besoins de l’Entrepreneur pour la réalisation de ses ouvrages.

6.7 FONDATIONS

Les fondations sont définies en fonction des sols en place et respectent impérativement les
préconisations des études géotechniques.
La prestation de l’Entrepreneur comprend notamment :
♦ Le dimensionnement des fondations en fonction des caractéristiques des sols, précisées dans les
rapports de sols. Les ouvrages ne devront pas subir de tassements au-delà des limites données
dans la spécification générale « Génie Civil ».
♦ La fourniture d’un calcul des tassements attendus sous les ouvrages. Ce calcul sera fait par un
géotechnicien agréé préalablement par le maître d’Ouvrage ;
♦ l’amenée et le repli du matériel ;
♦ la réalisation des fondations, y compris mise en œuvre d’un géotextile sous les radiers ;
♦ les purges si nécessaire des terrains en place par un remblai en grave ciment soigneusement
compacté ;
♦ les gros bétons à 45° en cas de fondations d’ouvrages adjacents à des niveaux d’assise
différents…

La base des ouvrages de fondations doit respecter la condition de hors gel, soit 0,60 m sous le terrain
extérieur fini. Si nécessaire des bêches périphériques sont réalisées au pourtour des dallages et
radiers.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 55/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.8 ANCRAGE

Les ouvrages enterrés doivent tenir les sous-pressions dues à la présence de la nappe pour les
niveaux indiqués au chapitre « Hypothèses de calculs – Contraintes Particulières » du présent
document. Tous les dispositifs nécessaires pour assurer la stabilité des ouvrages (ancrage, lestage)
sont à la charge de l’Entrepreneur.
Pour les ouvrages comportant des clapets de sous-pressions (voir § « Hypothèses de calculs -
Contraintes Particulières») : les clapets s’ouvrent dés que l’ouvrage est vide alors que le niveau de
nappe a dépassé le niveau pour lequel la stabilité à vide est assurée. Ces clapets doivent être
soigneusement lestés pour éviter le déclenchement intempestif de leur ouverture, tout en assurant
leur fonction de sécurité. Les clapets fermés sont parfaitement étanches. Les clapets doivent se
refermer de façon étanche sans intervention humaine.

6.9 GROS ŒUVRE


6.9.1 STRUCTURE
Les travaux comprennent l’ensemble des travaux d’infrastructure de tous les bâtiments et
ouvrages, notamment la mise en œuvre du béton armé pour la réalisation des radiers, voiles,
poteaux, poutres, dalles, escaliers.
Les ouvrages sont réalisés en béton armé coulé en place ou préfabriqué.
Pour les travaux de super structure, les ouvrages sont réalisés en parpaings creux.

6.9.2 ETAT DES PAREMENTS


Les tolérances d’exécution et les états de surface (planéité, aspect) doivent être strictement
conformes aux exigences suivantes :
♦ parement de qualité « ordinaire » si la paroi est cachée ou destinée à recevoir un enduit
épais,
♦ parement de qualité « très soignée » si la paroi est laissée brute de décoffrage ou peinte.

6.9.3 RAGREAGE DES PAREMENTS


Ragréage de tous les parements béton.
Les parements des parois en béton recevant une finition par peinture ou lasure sont ragréés
avec un produit choisi en fonction des caractéristiques des peintures ou lasures et compatibles
avec celles-ci. Les produits utilisés ont les mêmes caractéristiques de résistance à
l’environnement que l’ouvrage dans lequel ils sont mis en œuvre (voir § ‘Hypothèses de calcul –
Contraintes particulières’).

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 56/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.9.4 FINITIONS DE SOLS

A la charge de l’Entrepreneur :
♦ chapes incorporées, talochées, lissées, formes de pentes pour la récupération des eaux de
lavage au sol des locaux (1 % minimum), avec pour les sols ne recevant pas de peinture un
durcisseur de surface à base d’agrégats métalliques, anti-usure, anti-poussière et anti-
hydrocarbures.

L’utilisation de chapes rapportées n’est pas autorisée.

6.9.5 BETONS DE FORMES HYDRAULIQUES ET REMPLISSAGES

L’Entrepreneur exécute sur support béton de première phase préparé (mise à vif, repiquage,
dépoussiérage) les formes hydrauliques et de remplissages, finition lissée, y compris tous
détails et sujétions de mise en œuvre et d’exécution.
Les bétons utilisés pour ces formes ont les mêmes caractéristiques de résistance à
l’environnement que l’ouvrage dans lequel ils sont mis en œuvre (voir § ‘Hypothèses de calcul –
Contraintes particulières’).

6.9.6 ÉTANCHEITE ASSUREE PAR LA STRUCTURE SEULE

Voir exigences d’étanchéité au § « Hypothèses de calcul – Contraintes Particulières » du


présent document.

Les ouvrages de contenance (notamment bassin de stockage des eaux de lavage des filtres)
doivent être étanches vis-à-vis de leurs contenus, vis à vis d’un autre ouvrage de contenance
adjacent et vis à vis des eaux contenues dans les sols, pour ceux qui sont enterrés. Pour ces
ouvrages, l’étanchéité sera obtenue par la structure seule. Elle concerne autant les parois
périphériques que les radiers et dalles de couverture des ouvrages.

En particulier, elle est réalisée par l’obtention d’une compacité optimale du béton résultant :
♦ du choix de la qualité des ciments, des agrégats, ainsi que leur granulométrie et de leur
dosage,
♦ du dosage relatif en eau avec un rapport E/C conforme aux prescriptions de la norme NF
EN 206-1,
♦ de l’addition obligatoire d’hydrofuge, et éventuellement de plastifiants et/ou d’entraîneurs
d’air suivant la norme P 18-342,
♦ des conditions de fabrication, transport et de mise en œuvre,
♦ des conditions de cure.

Ouvrages concernés :
♦ bassin de stockage des eaux de lavage de filtres

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 57/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.9.7 PROTECTION DES PAROIS ENTERREES

Toutes les parois extérieures en contact avec les terres sont protégées par un enduit
bitumineux liquide protégé par une nappe à excroissances en PEHD (type Delta MS ou
équivalent).

6.9.8 JOINTS DE GROS ŒUVRE ASSURANT L’ETANCHEITE

♦ Aux joints de dilatation ou de rupture, l’Entrepreneur met en œuvre des joints d’arrêt d’eau
constitués de bandes élastomères (waterstop) :
♦ Aux reprises de bétonnage, l’Entrepreneur met en œuvre des bandes élastomères (type
Waterstop) ou des arrêts de bétonnage du commerce en métal déployé (type Stremaform
de Plakabéton) avec une tôle d’étanchéité (en acier galvanisé ou inox) ou des joints
hydrogonflants fixé mécaniquement ;
♦ La mise en œuvre d’un mortier d’adhérence n’est pas admise.

Largeur des bandes d’arrêt d’eau (élastomère ou tôle) : 20 cm minimum, ou plus selon les
épaisseurs des parois concernées.
Ces bandes d’arrêt d’eau sont adaptées aux contraintes qu’elle subissent et notamment dues à
la pression d’eau dans le cas le plus défovorable. Les pièces d’angles sont réalisées en usine.
Feraillage conçu pour la mise en œuvre des bandes (la déformation du ferraillage n’est pas
admise).
Toutes sujétions de fourniture, mise en œuvre, traitement des raccords de bandes et pièces de
jonction en points spéciaux à la charge de l'Entrepreneur.

Tous les joints (dilatation, retrait…) sont garnis et munis de couvre-joints. Les joints doivent
avoir les mêmes caractéristiques que les ouvrages adjacents (coupe-feu, étanchéité).
Avant le début du chantier, l'Entrepreneur fournira une note de procédure listant tous les points
de raccordement concernés, et les caractéristiques des produits envisagés point par point
(fourniture des cahier de precriptions du fournisseur pour la mise en œuvre). Les joints devront
figurer sur les plans d’exécution de coffrage et de ferraillage.

Localisation :
♦ Tous les ouvrages de contenance : Bassins…
♦ Locaux secs enterrés ou adjacents à un ouvrage hydraulique ;
♦ locaux électriques enterrés ou adjacents à un ouvrage hydraulique.

6.9.9 RESERVATIONS, SCELLEMENTS, SCIAGE

L’Entrepreneur réalise toutes les réservations, les scellements dans les structures, les éventuels
sciages ou carottages pour les traversées de parois existantes, y compris l’exécution de
feuillures lorsque nécessaire.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 58/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Les rebouchages provisoires ou définitifs, quelles que soient leurs natures, les finitions sur les
réservations, les calfeutrements, etc, sont à la charge de l’Entrepreneur.
Les calfeutrements et rebouchages ont les mêmes caractéristiques que les parois traversées
(coupe-feu, isolation thermique et/ou phonique, étanchéité, résistance à l’agressivité de
l’environnement…).
L’Entrepreneur réalise de même, la réfection soignée des enduits, la confection des arêtes et
joints.

6.9.10 FOURREAUX

Les fourreaux pour HTA, courants forts et courants faibles noyés dans les radiers ou dalles ou
sous dallages sont interdits d’une façon générale, sauf pour les locaux électriques lorsqu’ils sont
au RDC ou au sous sol.

Dans ce cas l’Entrepreneur fournit et pose ces fourreaux qui sont aiguillés, annelés à l’extérieur,
lisses à l’intérieur, noyés dans le béton.

6.9.11 AMENAGEMENTS DANS LOCAUX ELECTRIQUES

♦ caniveaux sous les cellules dans local HT (dimensions indicatives : profondeur : 0,6 m,
largeur 0,65 m, relevés au-dessus du niveau du sol de 0,10 m x 0,10 m, séparés des murs
des locaux de 0,20 m) ;
♦ sous les transformateurs, fosse d’extinction avec forme de pente en fond (dimensions
fonction de la puissance du transformateur), caillebotis et galets.

6.9.12 MISE A LA TERRE

Mise à la terre réglementaire des ouvrages et bâtiments.


Toutes sujétions de fourniture et mise en œuvre.

6.9.13 SEUILS, APPUIS DE MENUISERIE

Seuils en béton de hauteur 2 cm minimum au droit de toutes les portes.


Appuis de menuiseries en façade avec rejingot avec débord, goutte d’eau et glacis épenté.

6.9.14 RELEVES

Relevés en béton, périphériques à toutes les traversées de toitures (lanterneaux, cheminées,


conduites, gaines, joints de dilatation, trémie…).

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 59/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.9.15 DEBORD GOUTTE D’EAU

Débord formant goutte d’eau en hauts de voiles et hauts d’acrotères pour les façades des
bâtiments avec toitures terrasses.

6.9.16 CALFEUTREMENT CONTRE BACS ACIER DE COUVERTURE

Toutes les parois verticales des bâtiments couverts par bacs aciers, devront monter jusqu’en
sous-face des bacs acier nervurés de couverture. Un calfeutrement sera réalisé par matériaux
de même caractéristiques coupe-feu, acoustique et thermique que les parois concernées.

6.9.17 MASSIFS SUPPORTS D’EQUIPEMENTS

L’Entrepreneur réalise tous les massifs supports d’équipements. Finition par arêtes
chanfreinées. Reprise en seconde phase une fois les équipements posés pour scellement, et
finition de surface.

6.9.18 FINITIONS CHEMINS DE ROULEMENT :

Pour les chemins de roulement : traitement anti-usure avec durcisseur, pas de chapes
rapportées.

Localisation :
♦ Tous les chemins de roulement sur support béton

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 60/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.9.19 RESEAU EAUX DE LAVAGE DES LOCAUX

Fourniture et mise en œuvre du réseau de collecte et d’évacuation des eaux d’égoutture et de


lavage des sols des locaux et ouvrages comprenant : forme de pente de 1 % minimum,
caniveaux, canalisations d’évacuation dans ou sous radiers ou dalles puis en tranchées à
l’extérieur des bâtiments.
Tous les caniveaux sont traités en béton armé avec pente.

Dans les locaux non circulés par des véhicules :


♦ Siphons de sols en inox 316 L ou résine PRV ;
♦ Grilles en aluminium ou PRV ;
Dans les locaux circulés par des véhicules :
♦ Grilles en fonte sur regard ou caniveaux supportant la circulation de véhicules lourds.

La nature des canalisations est définie en fonction de la nature du fluide transporté et du milieu
ambiant, et de façon à résister mécaniquement aux sollicitations qu’elle subit.
En particulier, lorsque le réseau d’évacuation comporte des canalisations en PVC noyées dans le
béton ou apparentes, celles-ci sont en PVC CR8.

Évacuation des eaux d’égoutture et de lavage vers la fosse enterrée extérieure

6.10 CHARPENTE BOIS


La charpente est mise en œuvre suivant les prescriptions
♦ poteaux poutres fermes pannes lamellées collées sur ferrages inox
♦ Sous faces avancées panneaux CTBX marine
♦ planches de rives et façon de chéneau

6.11 COUVERTURE
6.11.1 TUILES MECANIQUES
Les tuiles ont un profil parfaitement plat. Leur forme et leur profil sont le fruit de longues années de
recherche et d'essais en soufflerie. Leurs qualités techniques répondent à toutes les exigences.
Les tuiles sont pourvues d'un double emboîtement. A la face inférieure se trouve le labyrinthe à vent.
Sous l'emboîtement, il y a 2 rainures bien marquées. Le bord inférieur de la tuile est arrondi pour un
meilleur écoulement des eaux et une grande stabilité en cas de tempête.
Les tuiles sont colorées dans la masse, par l'adjonction d'oxydes métalliques liquides.
La belle face de la tuile est pourvue d'une double couche de protection (couche de fond + couche de
finition) à base d'acrylique synthétique et pure qui empêche l'efflorescence de chaux non liée et
augmente la stabilité de la couleur des tuiles. La masse élevée par m² assure une bonne isolation
acoustique. Les bruits de contact de la pluie et de la grêle sont neutralisés.
Ces tuiles sont incombustibles et appartiennent à la classe A0.
Rives: tuiles spéciales pré moulées assorties aux tuiles
DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES
1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 61/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.11.2 EAU PLUVIALE DE TOITURE

♦ Fourniture et pose de tous les éléments nécessaires à la récupération et à l’évacuation des


eaux pluviales de toiture, dimensionnement selon règlements : naissances, chéneaux,
descentes…, en acier galvanisé, zinc ou inox.
♦ Regards eau pluviale en pied des descentes, couverts par tampons fontes.
♦ Passage des descentes à l’intérieur des locaux dans la mesure du possible sauf dans locaux
électriques ;
♦ Dans tous les locaux en rez-de-chaussée accessible par des véhicules, les deux derniers
mètres au-dessus du niveau fini des sols des descentes d’EP sont en acier galvanisé ou en
fonte.
♦ Collecte et évacuation des Eaux pluviales de toiture vers la noue de collecte et de
traitement des eaux sales

Localisation :
♦ toutes les couvertures des bâtiments et des ouvrages.

6.11.3 DISPOSITIFS DE SECURITE POUR INTERVENTION EN TOITURE

Crochet d’ancrage en inox formant un point d’ancrage en cas d’intervention individuelle en


toiture.
La norme NF EN 795 doit être respectée.

6.12 DESENFUMAGE

6.12.1 PRINCIPE

L'Entrepreneur prévoit toutes les dispositions nécessaire au respect de la réglementation


(notamment : code du travail Article 235-4-8). Toutes sujétions de dimensionnement, de
fourniture et de mise en œuvre à sa charge (désenfumage mécanique ou via ouvertures en
façades et/ou en couverture).
Il fournit lors de ses études d’exécution un récapitulatif local par local des dispositions prises.

6.12.2 LANTERNEAUX DE DESENFUMAGE

Remplissage en polycarbonate alvéolaire, épaisseur 10 mm minimum, K<3 W/m².°C, protection


anti-UV, qualité 1200 joules, sur cadre en aluminium ou acier galvanisé, ouverture à 135°
minimal.
Commande d'ouverture et de fermeture conforme aux règlements de sécurité incendie, situé à
hauteur d’homme, par cartouche CO2.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 62/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Compris cheminée maçonnée et peinte allant jusque sous la couverture lorsque le local n’est
pas directement en contact avec une couverture donnant sur l’extérieur.
Barreaudage anti-chute : voir § ‘Serrurerie’.

Localisation :
♦ selon nécessités.

6.13 ISOLATION PHONIQUE

Les locaux bruyants seront réalisés en béton armé, épaisseur minimale des parois : 0,20 m, panneaux
isolants rapportés par fibres de bois agglomérés type Fibracoustic, sur toutes les parois y compris
plafonds, épaisseur telles que les émergences de bruits réglementaires dans les locaux et à l’extérieur
soient respectées, au minimum 0,05 m.
Une isolation par flocage est proscrite.
Les locaux bruyants ont de surcroît des portes présentant des caractéristiques d’isolation phonique
(voir § relatifs aux portes).

Localisation : selon les nécessités, et au moins dans les locaux suivants :


♦ Selon nécessités.

6.14 MENUISERIES METALLIQUES


6.14.1 PORTES ALUMINIUM

Portes simples ou double vantail en aluminium, quincaillerie inox, comprenant :


♦ Bâti métallique ;
♦ Porte métallique constituée d’un encadrement en cornières, deux faces tôlées pour les
portes ayant des caractéristiques coupe-feu, phonique ou thermique, avec isolant et
raidisseurs intérieurs, une face tôlée pour autres locaux ;
♦ Toutes les portes donnant sur l’extérieur ont un isolant thermique au minium ;
♦ Seuil de porte : fer plat, butoir de porte fixé sur porte, 3 paumelles par vantail ;
♦ Serrure canon européen sur organigramme général ;
♦ Équipement ferme porte (avec sélecteur de fermeture pour les portes doubles) pour toutes
les portes ayant des caractéristiques coupe-feu, phonique ou thermique ;
♦ Bloque-porte permettant de bloquer le ou les battants de porte ouverts pour les portes avec
ferme portes ;
♦ Équipement barre anti-panique inox pour toutes les portes donnant sur l’extérieur, pour les
portes avec caractéristiques CF ou PF, pour les portes des locaux électriques. Poignée pour
actionner la barre anti-panique depuis l’extérieur ;
♦ Poignées de porte inox pour les portes sans barre anti-panique ;
♦ Butoirs de porte ;
♦ Couleurs au choix de la Maîtrise d’œuvre.

6.14.2 MENUISERIES VITREES

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 63/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

♦ Menuiseries en profilés aluminium AGS à rupture de pont thermique en aluminium pré-


laqué, épaisseur du laquage 80 µm ;
♦ K < 4,50 W/m².°C ;
♦ Classe A*2 E*4 V*A2 minimum ;
♦ Vitrage : Double vitrage 4.12.4 minimum (couche peu émissive en face 2), K < 1.7
W/m².°C ;
♦ En cas de baies vitrés au niveau des sols circulés : vitrage feuilleté de sécurité sur une
hauteur minimale de 1,10 m au dessus du niveau fini du sol.
♦ En cas de portes vitrées : vitrage feuilleté de sécurité toute hauteur, y compris sur les
éventuelles parties fixes attenantes qui seraient vitrées (dans ce cas sur 1,50 m de large de
part et d’autre de la porte). Visualisation des vitrages selon règlement.

6.15 PORTES SECTIONNELLES


L’entrepreneur met en œuvre une porte sectionnelle de dimensions suffisante pour permettre la
manutention des filtres à charbon actif (notamment l’éventuelle mise en place du 4ème filtre en
option).

6.16 SERRURERIE

Tous les éléments en aluminium sont garantis 10 ans sans entretien contre la corrosion. La qualité de
l’aluminium est adaptée à l’agressivité de l’atmosphère intérieure des ouvrages.

6.16.1 GRILLES DE VENTILATION

Pose des grilles de ventilation à ventelles en aluminium prélaqué, couleur au choix de la Maîtrise
d’Œuvre, avec grillages anti-insectes.
Localisation :
♦ en façades des bâtiments.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 64/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.17 CLOISONS – PLATRERIE


Mise en œuvre d’un doublage à parement de plâtre type PLACOMUR Th32 80+10 ou équivalent.
Localisation : ensemble des murs extérieurs et des murs de séparation avec un local technique non
chauffé des locaux sociaux

6.18 PEINTURE
6.18.1 PEINTURE DE MURS ET PLAFONDS INTERIEURS

Peinture sur murs et plafonds comprenant :


Travaux préparatoires :
♦ Préparation des supports par brossage, meulage, dépoussiérage, et toutes sujétions liées
au choix de la peinture et qui seraient nécessaires,

Travaux de finition :
♦ deux couches de peinture glycérophtalique satinée (teinte au choix du Maître d’œuvre),
adaptée à l’ambiance humide des locaux, sur couche d’impression.
Localisation :
♦ Tous les parois toute hauteur, compris plafonds à l’intérieur de tous les locaux sauf local
surpresseur.

6.18.2 ENDUITS DES MURS EXTERIEURS

Mise en œuvre d’un enduit (ral laissé au choix du maître d’ouvrage sur proposition de
l’architecte).

6.18.3 PEINTURE DE SOLS

Peinture de sol non glissante, type polyuréthanne ou époxy sans solvant, lavable au jet sous-
pression, anti-poussière, anti-hydrocarbures, bonne résistance mécanique et chimique, finition
courante, circulable véhicules lorsque nécessaire, couleurs au choix de la Maîtrise d’œuvre, sur
sols préparés selon notice du fabricant. Cahier de mise en œuvre et fiche technique à
soumettre au Maître d’œuvre.
Relevés de 15 cm sur les murs. Deux couches minimums de peintures afin d’obtenir une
épaisseur minimale du film : 500 µm.
Localisation :
♦ tous les sols

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 65/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.19 CARRELAGE

Les travaux ci-dessous comprennent : coupes, angles, chutes, exécution des joints au ciment blanc ou
teinté, étanchéité sous revêtement céramique sols et murs dans les douches, protection des carreaux
durant les travaux et nettoyage en fin, joints d’étanchéité au droit des appareils sanitaires, baguettes
d’angles en aluminium laqué, profilé d’arrêt de carrelage en aluminium, toutes couleurs au choix de la
Maîtrise d’œuvre.
Revêtement mural 20 x 20 cm en grés cérame fin à bords adoucis et émaillés sur tranches vues.
Localisation : 1,00 m de haut au-dessus de tous les lavabos, éviers et plans de vasques.

6.20 PLOMBERIE
6.20.1 ALIMENTATION ET DISTRIBUTION EN EAU POTABLE

Fourniture et pose de toutes les canalisations et toutes pièces ou équipements nécessaires à la


réalisation conforme aux règlements - canalisations, réducteur de pression si nécessaire,
robinet d’arrêt et d’isolement général et sur chaque appareil sanitaire, calorifugeage des
conduites ECS et EF en cas de risque de gel ou de condensation…
Localisation :
♦ Un robinet de prise d’eau dans le bâtiment technique et en extérieur;
♦ Evier et paillasse;

6.20.2 APPAREILS SANITAIRES


6.20.2.1 Cuvettes WC
Sans objet

6.20.2.2 Douches
♦ Sans objet

6.20.2.3 lavabos
♦ En porcelaine vitrifiée, sur pied, dimensions minimales 50 x 40 cm.
♦ Robinet mitigeur EF ECS, alimentation EP, évacuation EU, toutes sujétions.
♦ Siphons, évacuations PVC.
Localisation :bâtiment technique

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 66/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.20.2.4 Paillasse laboratoire


♦ Piétement en acier inoxydable 316 L monté sur vérin de réglage ;
♦ Dosseret de hauteur 200 mm ;
♦ Cuve en résine de synthèse, pph blanc ou grés émaillé, 2 bacs ;
♦ Robinetterie résistante à tous produits chimiques ;
♦ Toutes sujétions d’alimentation en eau et d’évacuation des eaux usées ;
♦ vis d'assemblage des équipements invisibles ;
♦ Plan de Travail Grès étiré émaillé, résine de synthèse acrylique, inox, au choix de la Maîtrise
d’ouvrage, longueur 2,50 m minimum (y compris emplacement de l’évier).

Localisation : bâtiment technique

6.20.2.5 Accessoires et divers


♦ miroirs bords biseautés ;
♦ sèche mains électronique 1 600 W ;
♦ distributeur de savon liquide ;
♦ siphons en inox.

6.20.2.6 Production d’eau chaude sanitaire


La production d’ECS sera réalisée par 1 chauffe-eau électrique.
♦ capacité : 200 l ;
♦ réservoir en acier thermolaqué ;
♦ thermostat de régulation réglable 5/65 °C et de sécurité à 80 °C ;
♦ Temps de chauffage : 6 h ( 10 à 60 °C )
♦ toutes pièces de raccordement et équipements nécessaires à un fonctionnement conforme
aux règlements.

Localisation : bâtiment technique

6.20.3 ÉVACUATION DES EAUX USEES ET EAUX VANNES


Les eaux issues de l’évier et du lavage des sols sont dirigées vers le bassin de stockage des
eaux de lavage.
Fourniture et pose de toutes les canalisations, coudes, raccordements étanches, ventilation,
joints de dilatation, raccords non noyés dans le béton, toutes pièces nécessaires à la réalisation
conforme aux règlements.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 67/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.21 VOIRIES RESEAUX DIVERS


6.21.1 RESEAUX
6.21.1.1 Nature des prestations pour tous les réseaux

Pour tous les réseaux, les travaux comprennent :


♦ les travaux préparatoires d’investigation et repérage des existants enterrés, découpe et
démolition de route ou de béton, déviation provisoire ou définitive de canalisations ou
réseaux gênant le passage des réseaux à construire, déplacements préalables
d’équipements existants (fontainerie, mât d’éclairage, etc.),
♦ les terrassements en tranchée (déblai en terrain de toute nature, nivellement de fond de
fouille, lit de pose en sable, remblayage en matériau méthodiquement compacté par
couche, apport si nécessaire, évacuation des matériaux excédentaires ou jugés impropres à
leur réemploi),
♦ les blindages de fouille de toute nature et épuisements ou rabattement de nappe, si
nécessaire,
♦ les obturations provisoires (pour cause de phasage des travaux) de conduites en place ou
de tronçons de canalisations définitivement désaffectés y compris les fournitures à pied
d’œuvre de ballons le cas échéant,
♦ les fournitures, approvisionnements, poses et raccordement des canalisations de toutes
natures compris accessoires et appareils annexes (coudes, tés, joints, brides, etc.) ou/ et
galeries cadres étanches en béton armé,
♦ les conduites sont protégées extérieurement contre l’action des sols et des eaux contenues
dans les sols. A effet, l’Entrepreneur réalise les analyses des sols en place ainsi qu’une
analyse de l’eau de nappe. Ces analyses sont réalisées par un laboratoire spécialisé et pris
en charge par l’Entrepreneur. Les matériaux des conduites et leur revêtement sont alors
choisis en conséquence,
♦ compris protection cathodique si nécessaire,
♦ les conduites sont protégées intérieurement vis-à-vis de l’éventuelle corrosion induite par le
fluide transporté. A effet, l’Entrepreneur réalise les analyses du fluide transporté. Ces
analyses sont réalisées par un laboratoire spécialisé et pris en charge par l’Entrepreneur.
Les matériaux des conduites et leur revêtement sont alors choisis en conséquence,
♦ Les matériaux utilisés pour les conduites ne doivent pas altérer les caractéristiques des
fluides transportés,
♦ les fournitures, approvisionnement et pose des pièces et joints de raccordement, de
quelque nature qu’ils soient, entre les canalisations extérieures de différente nature et les
extrémités des canalisations,
♦ les fournitures et poses, en tranchée, de grillages avertisseurs (couleur normalisée) au-
dessus des fourreaux des réseaux électriques (distribution + courants faibles) et de toutes
les canalisations véhiculant les réactifs, le gaz, l’eau sous pression, les eaux
d’assainissement, etc.
♦ la construction sur les différents réseaux (à construire et existants) de regards étanches en
béton armé (changement de direction, visite, comptage, vannage, etc.) compris formes
hydrauliques en béton rapporté lissé superficiellement, façons de cunette, fourniture,
approvisionnement, mise en place et fixations dans le béton de :
♦ tampons de fermeture en fonte de série appropriée dans cadre de même nature, scellé sur
le regard et verrouillés (rotation à proscrire),
♦ d’échelles scellées en aluminium qualité 5086 avec crinoline le cas échéant suivant hauteur
et section du regard, et crosse de descente escamotable,
♦ toutes les sujétions d’accès et de phasage pour la réalisation des travaux, de soutènement
et d’intersection avec les canalisations en place, maintenues en service, comme les
réalisations de passages en siphon induits par les rencontres de canalisations à niveau

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 68/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

voisin, rectification de section ou/et de profil en long pour croisement à niveau différent,
d’approvisionnement et mise en œuvre des matériaux,
♦ tous les raccordements étanches sur les ouvrages à construire ou existants compris
isolements provisoires ou définitifs préalables, vidanges et nettoyages, découpes,
percements, démolition, reprises d’armatures ou connecteurs éventuels, scellements et
fichages,
♦ les liaisons des canalisations au génie civil des ouvrages par joints étanches et encaissant
les éventuels tassements différentiels,
♦ les assemblages par joints préformés des conduites,
♦ les aménagements ou modifications sur des ouvrages existants en béton compris toutes
sujétions de phasage, préparation et reprise,
♦ le dimensionnement et la mise en œuvre des massifs de butée en béton armé à chaque
extrémité de conduites, à chaque changement de direction (coude) ou de diamètre (cônes
de réduction) et à chaque dérivation (T),
♦ le dimensionnement et la mise en œuvre des ancrages en béton armé dés que la pente de
la conduite est supérieure à 20 %,
♦ la protection mécanique des conduites faiblement enterrées, en particulier au droit des
traversées de chaussée (enrobage en béton au dosage de 150 kg/m³, dalle en béton
armé),
♦ les remises en état des ouvrages en place endommagés (réfection de chaussées, trottoirs,
espaces verts, bordures, apport de terre végétale pour nivellement du terrain et
engazonnement etc.), à l’identique de l’existant.

L’attention de l’Entrepreneur de génie civil est attirée sur la mise en place impérative des
réseaux extérieurs avant la réalisation des voiries définitives. Il ne sera pas admis de tranchée
dans le revêtement neuf.

6.21.1.2 Réseaux process

L’Entrepreneur réalise les travaux de fourniture et de pose des réseaux Process enterrés, sous
ouvrages, noyés dans le béton ou enterrés entre les ouvrages. La prestation inclut toutes
les canalisations à l’intérieur de la parcelle jusqu’à la limite de propriété.

La prestation comprend :
♦ la fourniture et la pose des canalisations et fourreaux noyés dans les radiers ;
♦ l’enrobage des canalisations sous radier par gros béton dosé à 150 kg/m³ minimum de
ciment ;
♦ les raccordements étanches des canalisations et encaissant les tassements différentiels
(procédure à présenter au visa de la maîtrise d’œuvre) ;
♦ Les traversées de parois par manchettes de traversées de parois avec collerette fixée sur
les aciers et scellée dans le béton des parois concernées.

6.21.1.3 Eau potable – bornes incendie


Alimentation en eau potable :
♦ raccordement sur réseau du site
♦ fourniture et pose canalisations et toutes pièces de raccordement, coudes, tés, regards
étanches fermés par tampons étanches, vannes d’isolement à chaque départ vers un
bâtiment, vannes d’isolement général, toutes vannes sous bouche à clé ;
♦ pose en tranchée, jusque dans les bâtiments et entre les locaux techniques à alimenter.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 69/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Alimentation, fourniture et pose d’une borne incendie normalisée (poteaux DN 100).


Lorsque les prises d’eau sont à l’extérieur, elles sont obligatoirement de type incongelable.

6.21.1.4 Eaux usées et eaux vannes


Raccordement du réseau d’évacuation des eaux issues de l’évier vers le bassin de stockage des
eaux de lavage.

6.21.1.5 Eaux pluviales


Les réseaux de collecte et d’évacuation des eaux pluviales de toitures et de chaussées
(bâtiments, voiries et aires imperméabilisées à construire) sont réalisés par l’Entrepreneur, y
compris dimensionnement pour pluie d’occurrence bimestrielle.
Boite de raccordements ou regard à chaque connexion de canalisations, couverts par grilles ou
tampons fontes série C 250 ou D 400 selon la destination de la surface.
Caniveaux longitudinaux, couverts par grille fonte et raccordés sur réseau EP, en bas de toutes
les rampes de circulation. Pente dans le caniveau vers l’exutoire. Section minimale fonction des
surfaces pour lesquelles l’eau est collectée et au minimum : 20 cm de profondeur x 20 cm de
large.
Grilles avaloirs en fonte, caniveau en béton contre bordure chaussée.
Évacuation des eaux pluviales vers bassin de stockage des eaux de lavage de filtres.
La chaussée présente des formes de pente afin de diriger les eaux pluviales vers les caniveaux
et avaloirs, sans permettre leur stagnation en un quelconque endroit.

Localisation :
♦ Traitement de toutes les zones en enrobé du site.
♦ Traitement de toutes les couvertures des ouvrages et bâtiments du site.

6.21.1.6 Électricité
Fourniture et pose des fourreaux aiguillés, annelés à l’extérieur, lisses à l’intérieur, pour HT,
courants forts et courants faibles y compris tranchées, lit de sable et grillages avertisseurs.

Distance minimale entre fourreaux de classe de tension différente : 0,30 m minimum et respect
des rayons de courbures.
Chambres de tirage tous les 50 ml et à tous les changements de direction :
♦ étanches en béton ;
♦ stables vis à vis des sous-pressions exercés par la nappe pour un niveau EE de nappe ;
♦ couvertes par tampons fontes étanches de classe adaptée à la circulation en surface en
éléments manipulables manuellement. Dimensions : ces tampons couvrent toute la surface
de la chambre. Fournis avec une paire de clefs de levage.

Par rapport aux besoins estimés du nombre de fourreaux, l’Entrepreneur prévoit, fournit et pose
systématiquement un fourreau supplémentaire pour chaque type de fourreaux (courants forts,
courants faibles).

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 70/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.21.1.7 Tampons
Les prestations à la charge de l’Entrepreneur comprennent en particulier toutes les rehausses et
adaptation du tampon au niveau de voirie fini.
Fourniture et pose de tampons D 400 sous voirie, C 250 sous espaces verts, en fonte, articulés,
constitués d’éléments manipulables manuellement compris paires de clés de manipulation.

Localisation :
♦ Pour toutes les trappes situées sous voirie ou espaces verts.

6.21.2 VOIRIES
6.21.2.1 Structure de chaussée

L’Entrepreneur de génie civil exécute les travaux de création des voiries et de réfection de voirie
si des voiries existantes sont réutilisées.
La voirie est conçue selon la méthode du manuel de conception des chaussées neuves à faible
trafic du 2 juillet 1981 du SETRA. Elle doit supporter sans dommage le trafic de poids lourds
attendus sur le site. Les aires de manœuvre ont une structure renforcée.
L’Entrepreneur dimensionne et réalise la structure de la chaussée : couche de fondation -
couche de base et couches de finition en enrobé à chaud.
Les travaux de réfection de la voirie existante comprennent le rabotage aux extrémités des
zones reprises pour assurer le raccordement à niveau des chaussées. L’Entrepreneur de génie
civil réalise les travaux de reprise de l’orniérage, de pontage des fissures nécessaires. La couche
de roulement des parties refaites est réalisée en même temps que le tapis des voiries neuves.
La couche de roulement est obligatoirement réalisée après l’ensemble des interventions sur les
réseaux. Il ne sera pas admis de tranchée dans le revêtement neuf.

6.21.2.2 Places de stationnement

L’Entrepreneur prévoit des places de stationnement en nombre suffisant pour le personnel


d’exploitation et pour les visiteurs.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 71/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.21.2.3 Bordures

Toutes les voiries comportent des 2 cotés des bordures de type CS2, délimitant une zone de
trottoir ou un espace vert.
Des bordures buttes roues permettant de protéger les ouvrages, angles de bâtiment, points
particuliers des manœuvres des camions sont mis en place.

6.21.2.4 Voirie piétonne

Une voirie piétonne, est prévue :


- entre l’usine et le forage sur site - largeur 2,5 m,
- autour du bâtiment de traitement - largeur 1 m.

6.21.2.5 Signalisation horizontale

Fourniture et mise en œuvre d’un marquage au gabarit au moyen d’une résine type
polyuréthane (ou époxy).

Localisation :
♦ Selon nécessité

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 72/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

6.21.3 CLOTURES, PORTAIL


L’ensemble du site est clôturé dans le prolongement de la clôture existante. L’entrée dans le
site s’effectue depuis le portail existant. La haie existante est partiellement supprimé afin de
créer l’accès définitif aux ouvrages de traitement.
La clôture est constituée de panneaux en treillis soudés, de maille 50 x 200 mm, fils
horizontaux de diamètre minimum 8 mm, fils verticaux de diamètre minimum 6 mm,
revêtement par thermo-laquage, fixés par colliers en acier inoxydable sur poteaux métallique
creux de section rectangulaire, thermo-laqués avec bouchon plastique en partie supérieure. Les
poteaux sont scellés dans le sol, leur entraxe est de 2.5 m environ. Couleur au choix de
l’Architecte. Hauteur : 2,10 m minimum.

6.21.4 AMENAGEMENTS PAYSAGERS

A la charge de l’Entrepreneur :
Engazonnement :
♦ Mise en œuvre de terre végétale et engazonnement ;
♦ Mélanges de semences réputées rustiques. Semis à raison de 35 à 40 g/m² minimum ;
♦ Roulage léger ;
♦ Entretien pendant un an (soit jusqu'à la troisième tonte), désherbage si nécessaire et
fumure comprise ;
♦ Semis de regarnissage : cette opération devra être effectuée dans le cadre de la garantie
du gazon.

Localisation :
♦ Sur toute l’emprise du site réservé aux installations;
♦ Sur toutes les emprises de tous les éventuels sites ayant fait l’objet de travaux quelque soit
leur nature (constructions ou démolitions).

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 73/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

7 PROTECTION ET SECURITE DU PERSONNEL

Outre les prescriptions réglementaires concernant la protection contre l’incendie et la sécurité des
travailleurs, ainsi que celles relatives à l’environnement et celles relatives aux réactifs, l’installation est
conçue et réalisée pour limiter au maximum les risques d’accident et les nuisances pour le personnel.
En particulier, les organes tournants et chauffants sont protégés.
Lorsque l’exposition sonore quotidienne susceptible d’être subie par un travailleur dépasse 85 dB(A)
ou lorsque la pression acoustique de crête est susceptible de dépasser 135 dB (A), la fourniture de
protections individuelles est prévue. Ces protections doivent être adaptées au travailleur et à ses
conditions de travail. Elles doivent garantir que l’exposition sonore quotidienne résiduelle est inférieure
au niveau de 85 dB(A) ou que la pression acoustique de crête résiduelle est inférieure au niveau de
135 dB(A).
Les lieux clos dans lesquels des atmosphères dangereuses pourraient se former sont munis d’appareils
de détection et d’alarme.
Tous les bassins à niveau variable et ceux dont les parois s’élèvent de plus de 30 cm au-dessus du
niveau du liquide sont munis d’échelons intérieurs utilisables en cas de chute accidentelle dans
l’ouvrage.
L’installation comporte tous les matériels de protection nécessaires à l’obtention d’une bonne sécurité
en fonction de la nature des ouvrages et des appareils : rambardes et garde-corps, panneaux de
signalisation, affiches réglementaires, alarmes, extincteurs, gaffes, bouées de sauvetage, tabouret
isolant, boîte à gants, perche de manœuvre, rince-œil, douche de sécurité.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 74/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Il sera prévu au minimum les équipements de sécurité suivants :

Localisation

Extincteurs Bâtiment technique

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 75/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

8 SPECIFICATIONS GENERALES

La qualité des matériaux et du matériel et les procédés de construction prévus pour l'exécution des
installations à établir seront conformes aux stipulations des Eurocodes, du C.C.T.G. (notamment
fascicule n°75), au décret n°93 - 1164 du 11 Octobre 1993 (CCTG applicable aux marchés publics de
travaux et approbation de fascicules divers), aux prescriptions du présent Programme Fonctionnel
Détaillé (P.F.D) et le cas échéant, aux normes légalement en vigueur au moment de la signature du
marché. En cas de contradiction entre ces documents, l'interprétation donnée par le Directeur des
Travaux prévaudra.
D'une manière plus générale, l'ensemble de la nouvelle installation ainsi que les produits qui la
composent devront répondre aux règles, règlements et normes en vigueur.
Toutes les précautions seront prises pour que la sécurité soit absolue ; les appareils seront
accompagnés d'un dispositif protecteur d'une efficacité totale. Ceux destinés à contenir des gaz sous
pression devront satisfaire aux prescriptions réglementaires en vigueur.
Les appareils, ouvrages et canalisations hydrauliques, devront pouvoir résister sans dommages à
l'action de l'eau transportée et du milieu extérieur.
Les canalisations électriques seront sous câbles étanches. Les commutateurs, fusibles, etc... seront
établis selon les prescriptions officielles relatives aux locaux humides (boîtiers étanches, prises de
courant sous 24 volts, etc...).
L'ensemble des installations électriques sera conforme aux normes en vigueur.
Les concurrents formuleront d'une façon précise et complète les dispositions particulières que
comporteront leurs projets. Ils spécifieront toutes les conditions de qualité, de façon et de réception
se rapportant à ceux des matériaux, matériels ou ouvrages proposés par eux, dont l'emploi ou le
mode d'exécution ne serait pas prévu par le C.C.T.G., et les normes homologuées.

8.1 PROVENANCE DES SABLES, GRAVILLON, CAILLOUX,


CIMENT, FER, ACIERS
 sable pour remblai : sable tout-venant non argileux,
 sable pour béton et mortier : sable de rivière,
 gravillons et cailloux pour béton : carrières de la région agréées par l'Administration,
 ciment, fers, aciers pour béton armé : usines agréées par l'Administration.

8.2 NATURE ET QUALITE DES CIMENTS


La nature et les conditions d'emploi des ciments seront précisées au devis particulier de l'entreprise.
Ils seront soumis à l'agrément du Directeur des Travaux.
Les ciments devront être conformes à la norme N.F.P. 15-301 révisée en 1994.
Dans le cas d'un environnement agressif défini par le tableau 1 ci-après, les ciments devront être
choisis en fonction des recommandations du tableau 2 ci-après provenant de la norme P 18.011.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 76/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Tableau 1 - Agressivité de solutions et de sols

a) agressivité des solutions en fonction de leur concentration en agents agressifs et de leur pH :


eaux stagnantes ou à faible courant, climat tempéré, pression normale
Degré A1 A2 A3 A4
d'agressivité
Agents agressifs Concentration en mg/l
CO2 agressif (*) 15 à 30 30 à 60 60 à 100 > 100

SO 4 250 à 600 600 à 1 500 (1) 1 500 à 6 000 > 6 000

Mg++ 100 à 300 300 à 1 500 1 500 à 3 000 > 3 000


NH 4 15 à 30 30 à 60 60 à 100 > 100

pH 6,5 à 5,5 5,5 à 4,5 4,5 à 4 <4


(1) La limite est fixée à 3 000 mg/l pour l'eau de mer.
b) Cas de l'eau douce.
T.A.C. (**) < ou = 1 mé/l - - -
c) Agressivité des sols en fonction de la teneur en SO 4

% SO 4

dans le sol sec 0,24 - 0,6 0,6 - 1,2 1,2 - 2,4 > 2,4

(***)
mg/l de SO 4 1 200 2 300 3 700

extrait du sol à à à > 6 700

(****) 2 300 3 700 6 700

Niveau de 1 2 2 3
protection
(*) CO2 agressif = excès de CO2 nécessaire au maintien en solution des hydro- carbonates
de Ca et Mg.
(**) T.A.C. titre alcalimètrique complet (norme NF T 90-036),
1 mé = 5 degrés français = 2,8 degrés allemand.
(***) Extraction par HCI à chaud
(****) Extraction par l'eau : rapport eau/sol = 2/1

Si plusieurs agents agressifs sont présents simultanément, la classe d'agressivité à prendre en compte
est celle de l'agent dont la concentration ou le pH correspond au plus fort degré d'agressivité.
Si les agents agressifs sont en concentration inférieures à celles qui correspondent au degré
faiblement agressif, l'environnement est considéré comme non agressif (Ao)

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 77/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

Tableau 2 - Milieux acides


Recommandations pour le choix du ciment

Degré Niveau Choix du Ciment


d'agressivité de Protection
A1 1 CPA-CEM I à teneur réduite en C3S et C3A ;

CPJ-CEM II/A et B (au laitier, cendres volantes, pouzzolanes).


A2 2 CPA-CEM I à teneur réduite en C3S et C3A ;

CPJ-CEM II/A et B (cendres, laitier, pouzzolanes), P.Mer


CLC-CEM V/A et B, CHF-CEM III/A et B,
CLK-CEM III/C
A3 2 Ciments au laitier (avec laitier > ou = 60 %)
type CHF-CEM III/A et B et CLK-CEM III/C, ciments alumineux

A4 3 Idem A3 éventuellement + protection supplémentaire.

8.3 ACIERS POUR BETON ARME


La nuance des aciers employés sera précisée dans le devis particulier de l'entreprise.

8.4 PLOMB, CUIVRE, METAUX DIVERS


Ils devront satisfaire aux prescriptions définies au C.C.T.G. applicables aux marchés de Travaux
Publics passés au nom de l'Etat.

8.5 ETABLISSEMENT DES APPAREILS


Tous les appareils devront être d'un modèle ayant déjà fait ses preuves et susceptibles d'assurer sans
défaillance le service auquel ils sont destinés.
Ils devront être aussi robustes que possible, aptes à résister aux natures de liquide ou de gaz au
contact desquels ils se trouveront, d'un entretien et d'une exploitation simples et commodes.
Les appareils seront établis neufs, de la façon la plus parfaite, leurs matériaux constituants seront de
1er choix et répondront selon le cas, aux meilleures conditions mécaniques, hydrauliques et
électriques. Ils seront protégés contre les incidents de marche susceptibles de se produire.
Les parties mobiles seront parfaitement équilibrées de manière à ne donner aucune vibration ; la
marche sera aussi silencieuse que possible. Toutes mesures seront prises pour que le fonctionnement
n'entraîne aucune projection d'huile. Aucune précaution ne sera négligée pour que la sécurité soit
absolue, en particulier, les engrenages, volants, régulateurs seront accompagnés de dispositifs
protecteurs d'une efficacité complète.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 78/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

8.6 MOTEURS ELECTRIQUES


Les moteurs électriques satisferont aux conditions fixées par les règlements en vigueur et
particulièrement à celles imposées par l'Organisme local de l'E.D.F. chargé de la distribution de
l'électricité. Les moteurs seront protégés par des disjoncteurs à maximum d'intensité et à minimum de
tension. Ils seront protégés contre les incidents électriques de tous ordres (rupture ou inversion de
phase, etc ...). Leur alimentation sera contrôlée par ampèremètre et voltmètre et leur fonctionnement
par signalisation lumineuse à voyants vert et rouge indiquant "marche" et "défaut".
Tous les moteurs électriques seront protégés contre l'humidité (classe minimum IP 55).

8.7 DISPOSITIF DE COMMANDE - CONDUCTEURS ET


APPAREILLAGES ELECTRIQUES
Les dispositifs de commande automatique seront toujours doublés d'un système de commande
manuelle.
Des commutateurs permettront la permutation à volonté des groupes et moteurs.
Les armoires de commande grouperont tous les appareillages de commande, de protection, de
signalisation et de contrôle ; les boutons poussoirs, lampes de signalisation et appareils de mesure et
de contrôle seront apparents en façade de l'armoire ou sur le pupitre ou sur la GTC le cas échéant.
L'installation et la nature des conducteurs et appareillages électriques devront répondre aux conditions
fixées par les règlements en vigueur. Toutes les installations devront être faites dans le respect des
prescriptions éventuelles de l'organisme local de l'E.D.F. chargé de la distribution de l'électricité avec
lequel l'Entrepreneur aura la responsabilité de prendre contact à ce sujet.
La prestation comprendra la fourniture et la mise en oeuvre d’une alimentation électrique stabilisée et
sécurisée.
Les conducteurs seront établis en câbles étanches protégés et les appareillages électriques qui ne
pourraient trouver place dans l'armoire de commande seront enfermés dans des coffrets étanches. Ils
devront être disposés de telle sorte qu'au départ de l'armoire, l'eau provenant d'une éventuelle
condensation ne puisse en aucun cas s'engager dans la gaine protectrice.
La vérification de l'isolation des canalisations et appareils électriques (moteurs, armoires et leur filerie,
transformateurs, etc...) sera faite en place, sous les tensions imposées par les règlements.

8.8 PEINTURE DES APPAREILS ET MATERIELS


Les appareils et matériels de toute nature seront livrés peints, suivant les règles de la pratique
industrielle sauf s'ils sont exécutés en métal spécial "inox", "aluminium" ou autre.
Pour les appareils et matériels apparents de la station, la tonalité sera étudiée pour réaliser
l'homogénéité et l'harmonie de l'ensemble. Dans ce but, les appareils et les matériels déjà livrés peints
selon les usages de la pratique industrielle, recevront, après installation, une peinture complémentaire
dans la teinte choisie par le Directeur des Travaux ou l'architecte.
Toutes les teintes conventionnelles, notamment pour les matériels et équipements électriques seront
soigneusement respectées.
L'ensemble de ces peintures est aux frais de l'Entrepreneur.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 79/80
SIPEPREL
CONSTRUCTION D’UNE STATION DE TRAITEMENT D’EAU POTABLE

8.9 TUYAUX, PIECES DE RACCORD ET APPAREILS DE


ROBINETTERIE
La nature des tuyaux et pièces de raccord sera limitée aux matériaux définis à l'article 11.3 de la pièce
1.3.5. On prévoira les appareils nécessaires aux démontages et remontages aisés des canalisations et
appareils.
Tous ces tuyaux et pièces devront satisfaire aux conditions des normes en vigueur et aux
prescriptions du C.C.T.G.
Les tuyaux et pièces en fonte ductile, PVC pression seront obligatoirement d'un type à joints
caoutchouc.
Les liaisons fonte-acier éventuelles feront l'objet des coupures électriques nécessaires.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


1.5.2. PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES
GROUPE MERLIN/Réf doc : N° 101822 - 164 - DCE - PT - 1 - 002 Ind A . Le 15/04/2012 Page 80/80