Vous êtes sur la page 1sur 17

CHAPITRE 2

HYDROSTATIQUE

PAGE

2.1 PRESSION HYDROSTATIQUE 1

2.2 LES UNITES DE PRESSIONS 4

2.3 LE GRADIENT DE PRESSION 4

2.4 PRESSION DE FORMATION 6

2.4.1 Définition 6

2.4.2 Pression de formation normale 6

2.4.3 Pression de formation anormale 7

2.4.4 Pression géostatique 8

2.5 PRESSION DE FRACTURATION 8

2.5.1 Définition 8

2.5.2 Leak off test (LOT) 9

2.5.3 Pression maximale admissible (Padm) 12

EXERCICES 13
2- HYDROSTATIQUE

Le mot hydrostatique est dérivé de Hydro qui signifie fluide et de Statique qui veut
dire à l’arrêt ou immobile (pas de mouvement).

En général, les fluides au repos exercent une pression dite hydrostatique sur le fond
et les parois de la conduite dans laquelle se trouvent ces fluides.

2.1- Pression hydrostatique

Définition :
La pression hydrostatique est définie comme étant la pression exercée par
le poids d’une colonne verticale de fluide par unité de surface.

La forme et les dimensions de l’enceinte ou du puits n’interviennent pas dans le


calcul de la pression hydrostatique (Fig.1).

Note : La pression hydrostatique est définie comme étant la pression


exercée par le poids d`une colonne verticale de fluide par unité de
surface.

La forme générale de la formule de la pression hydrostatique est :

Ph = Densité Fluide x Profondeur Verticale

Si on veut exprimer la pression hydrostatique en bars, la densité en kg/l


et la profondeur verticale en mètre; le facteur de conversion est 1/10,2.

2-1
Z x d
Ph =
10,2


Ph : pression hydrostatique en Bars
Z : côte verticale entre les deux points de mesure en mètres
d : densité de la boue en Kg/L.

En peut aussi l’exprimer dans d’autres unités comme suit :

Zxd
Ph =
10

où :
Ph : pression hydrostatique en kgf/cm2.
Z : côte verticale en mètre
d : densité de la boue en kg/L

ou encore : Ph =  x g x h

Avec
Ph : pression hydrostatique en Pascal
 : masse volumique en kg/m3
g : accélération de la pesanteur en m/s2
h : hauteur verticale en mètre

2-2
En unités field (anglo-saxonnes): Ph = 0.052 x MW x TVD

Avec Ph : hydrostatic pressure en Psi


MW : Mud Weight en ppg
TVD : True Vertical Depth en Feet

Fig 1 différentes formes de récipients

Exemple :

Calculer la pression hydrostatique qui règne dans un puits ayant une


profondeur verticale 3225 m et une profondeur mesurée de 3695 m, rempli de
boue de densité 1.26 .

Zxd 3225x1, 26
Ph    398 bars
10, 2 10, 2

Note: La profondeur mesurée n’a aucune importance pour le calcul de la


pression hydrostatique, mais elle est utilisée pour le calcul des volumes.

2.2- Les unités de pressions :

2-3
L’unité de la pression en système SI est le Pascal

1 Pascal = 1 Newton / 1 m²

Les multiples sont:

1 bar = 105 Pa = 10² kPa = 0.1 MPa

1 bar = 1,02 kg/cm2

1 Psi = 0,06897 bar = 6,897 kPa

1 bar = 14,499 Psi soit 1 bar = 14,5 Psi

1 bar = 14,2147 Psi soit 1 bar = 14,22 Psi

Note: Le Pascal est une unité trop petite, c’est la raison pour laquelle
On choisira le bar comme unité de pression .

2.3 - Le gradient de pression hydrostatique :

On définit le gradient de pression hydrostatique Gp comme étant la variation


de la pression hydrostatique par unité de profondeur verticale.

Le gradient de pression Gp est exprimé en Bar/mètre.


On écrit donc :

1
Gp (bar/m) = densité (kg/L) 
10, 2

En pratique, souvent on calcul la variation de pression sur 10 m , ce qui permet


d`assimiler cette valeur (gradient de pression sur 10m) a la valeur de la densité du
fluide en place entre deux points de mesure a condition qu`il y ait continuité de
phase et l`immobilité du fluide entre les deux points.

On peut écrire la relation entre la pression hydrostatique et le gradient de pression


comme suit :

2-4
Zxd
Ph =  Gp x Z
10,2

Exemple 1:

Calculer la pression hydrostatique qui règne à 2500 m sachant que le gradient de


pression Gp est de 0,118 bar/m.

Ph = Gp x Z = 0,118 x 2500 = 295 bars

Exemple 2:

Calculer le gradient de pression hydrostatique Gp donnant une pression


hydrostatique de 310 bars à une profondeur verticale de 2800 m.

Ph = Gp x Z
Ph 310
d' où Gp =   0,111 bar / m
Z 2800

Exemple 3:

Calculer le gradient de pression hydrostatique exercé par un fluide de densité 1,20.

1 1
Gp = d x  1, 20 x  0,117 bar / m
10,2 10,2

Exemple 4:

2-5
Calculer le gradient de pression dans un réservoir ou la pression de pores est de 132
bars au toit qui se trouve à 1500 m et de 135 bars à 1600 m.

P 135  132
Gp    0,030bars / m
Z 1600  1500
Le gradient de pression hydrostatique exprime en Bars/10m sera égal :

P
Gp   10  0,030bars / 10m
Z

2.4- PRESSIONS DE FORMATIONS

2.4.1- Définition

C’est la pression du fluide contenu dans les pores d’une formation. Elle est aussi
appelée pression de pores ou pression de gisement.

2.4.2- Pressions de formations normales

La pression normale de pores à une profondeur donnée correspond à la pression


hydrostatique du fluide au point situé à la côte verticale Z.
Ce qui implique une connexion pore à pore jusqu’à l’atmosphère indépendamment
du cheminement du fluide ( fig 2 ).

En l’absence des données précises, la valeur de 1.07 kg/L est utilisée comme la
densité de formation à pression normale.

Pression de formation normale G = 0,105 bar/m

La densité de boue nécessaire pour contrebalancer la pression de formation à une


profondeur donnée est appelée densité d’équilibre deql .

2-6
Fig 2 Pression de formation normale

2.4.3- Pressions de formations anormales

En l’absence d’une barrière de perméabilité, l’augmentation du poids géostatique


due à la sédimentation représente la force essentielle de l’expulsion des fluides.
Si au cours du processus de sédimentation l’expulsion est freinée par une barrière de
perméabilité ou une vitesse de sédimentation supérieure à la vitesse d’expulsion du
fluide, la pression de pores devient anormale.

Lorsque le fluide de formation supporte une partie de la contrainte géostatique il y a


sous-compaction caractérisée par une augmentation de la porosité et diminution de
la densité.

Pression de formation anormale G  0,105 bar/m

2.4.4- Pression géostatique

La pression géostatique à une profondeur donnée est la pression exercée par le poids
des sédiments sus - jacents. Comme il ne s’agit pas d’une pression de fluide on

2-7
préfère souvent, pour faire la distinction fluide/matrice, utiliser le terme contrainte
géostatique. Elle peut être exprimée ainsi

ds  Z
S 
10.2

où ds: densité apparente des sédiments sus-jacents ( kg/L)


S : contrainte géostatique (bars)
Z: hauteur verticale des sédiments (m)

2.5- PRESSION DE FRACTURATION

En général, les formations moins profondes ont des pressions de fracturation


relativement faibles par rapport à celles des grandes profondeurs, ceci est
dû à l’augmentation du poids géostatique et la compaction des sédiments sous-
jacents.

2.5.1 Définition

La pression de fracturation est la pression à laquelle il y aura rupture de la


matrice de la roche, cette fracturation est accompagnée par une perte de boue.

Dans le cas d’un forage, la formation sous le sabot représente en général le


point le plus fragile du découvert.

La connaissance de la pression de fracturation est d’une importance vitale pour


l’élaboration du programme de forage et de tubage.

2.5.2 Leak-off test (LOT)

Un leak-off test est un essai de pression qui détermine la valeur réelle de la


pression à exercer sur la formation jusqu’à initier l’injection du fluide de forage
dans la formation (figure 3).

2-8
En contrôle de venue, la pression d’injectivité est essentielle pour la
détermination de la pression maximale admissible en surface (Padm) afin
d’éviter la fracturation de la formation la plus fragile dans le découvert.

Procédure du leak-off test

L’utilisation d’une pompe de faible débit et des manomètres de pression précis


sont nécessaires pour l’obtention des valeurs exactes de la pression du leak-off
test (LOT). Les étapes à suivre sont:

 s’assurer de l’étanchéité de la colonne de tubage

 forer 1 à 3 mètres sous le sabot

 circuler et conditionner la boue

 remonter l’outil au sabot et connecter la ligne de pompage

 tester la ligne de pompage

 fermer l’obturateur

 commencer le pompage par l’intérieur des tiges ou par l’espace annulaire


avec un débit de 40 à 80 l/min (0.25 à 0.50 bbl/min) et ploter sur un
graphe préalablement préparé les pressions qui correspondent à chaque
incrément du volume pompé

 arrêter la pompe une fois la déflexion est confirmée. La pression au point de


déflexion représente la pression du leak-off test (LOT)

 purger la pression et mesurer le volume retour.

2-9
Fig 3 Courbe représentative du LOT

La pression de fracturation est donnée par la formule suivante:

Zs  dLOT
Pfrac = PLOT +
10.2

2-10
où: Pfrac : Pression de fracturation au sabot (bars)
Plot : Pression en surface du LOT (bars)
Zs : Côte verticale du sabot (m)
d : densité de boue au dessus du sabot (kg/L)

Exemple d’application

PLOT = 75 bars
Zs = 2500 m
d = 1.21

Zs  d
Pfrac = P Lot 
10.2

2500  1.21
Pfrac = 75   372 bars
10.2

10.2  372
d’où dfrac   1,52
2500

ou encore on peut écrire :

10,2 x PLOT
dfrac  dLOT 
Zs
10,2 x 75
dfrac  1,21   1,52
2500

2.5.3- Pression maximale admissible (Padm)

La pression maximale admissible est la pression limite à ne pas dépasser en


tête d’annulaire pour éviter la fracturation de la formation la plus fragile.

La formule utilisée pour le calcul est la suivante :

Zs x d
Padm = Pfrac -
10,2

2-11
ou bien :

(dfrac - d) x Zs
Padm =
10, 2

Note: La pression admissible doit être recalculée à chaque changement de


densité de boue.

La pression maximale admissible ne doit en aucun cas être atteinte lorsque


l’effluent est au-dessous du point fragile (sabot), elle devient insignifiante
lorsque l’effluent est au-dessus du point fragile.

On définit la pression maximale Pmax comme étant la pression limite en tête


de l’annulaire, cette limite dépend de la pression de service des équipements de
surface et de la pression d’éclatement du tubage.

CHAPITRE 2 -EXERCICES
HYDROSTATIQUE

1) Donner la terminologie correspondante :

Profondeur verticale du puits .............


Profondeur mesurée du puits .............
Profondeur verticale du point fragile .............
Profondeur mesurée du point fragile .............
Pression hydrostatique .............

2-12
Pression de pores .............
Pression exercée sur le fond du puits .............
Pression stabilisée en tête des tiges après fermeture du puits .............
Pression stabilisée en tête d’annulaire après fermeture du puits .............
Pertes de charge au débit de contrôle mesurées dans le circuit .............
Débit de contrôle .............
Volume intérieur de la garniture .............
Volume espace annulaire découvert .............
Pression maximale admissible en tête annulaire pour ne pas fracturer
au point fragile ..............
Pression initiale de circulation avec la boue de densité d1 ..............
Pression finale de circulation avec la boue de densité dr ..............

2) Calculer la pression hydrostatique pour chacun des cas suivants :

a) d=1,22 , Z = 2352 m , L = 2533 m Ph = bars

b) L = 2112 m , d=1,18 , Z = 2000 m Ph = bars

c) L = 2848 m , Z = 2642 m , d=1,25 Ph = bars

d) L = 3455 m , d=1,28 , Z = 3015 m Ph = bars

e) Z = 3128 m , L = 3200 m , d = 1.35 Ph = bars

3) Calculer le gradient de pression correspondant.

a) Ph = 255 bars , Z = 2352 m Gp = bar/m

b) Ph = 210 bars , Z = 2812 m , L = 2900m Gp = bar/m

c) d=1,25 , L = 4115 m Gp = bar/m

d) d = 1.52 Gp = bar/m

e) Ph = 52 bars , Z = 400 m Gp = bar/m

2-13
4) Calculer la valeur de la densité correspondante pour les cas suivants :

a) Z = 3005 m , Ph = 348 bars , L = 3100 m d= kg/L

b) Ph = 315 bars , L = 2845 m , Z = 2650 m d= kg/L

c) Gp = 0,118 bar/m , L = 4100 m , Z = 3000 m d= kg/L

d) Gp = 0,122 bar/m , L = 3540 m d= kg/L

5) En se référant au schéma suivant, calculer la pression hydrostatique qui règne au


point A et B .

d= 1,22 1100 m
Pha = bars
A

d= 1,25
1650 m
Phb = bars
B

6) En se référant au schéma du puits, calculer la pression hydrostatique normale qui


règne au fond.

2-14
1400 m

30° L = 1560 m

Ph = bars

7) Quelle est la valeur de la densité de boue nécessaire pour contrebalancer la


pression d’une formation à pression normale ?
a) 1 kg/L b) 1,05 kg/L c) 1,07 kg/L d) 1,20 kg/L

8) Quel est le gradient de pression d’une formation à pression normale ?


a) 0,107 bar/m b) 0,105 bar/m c) 0,098 bar/m

9) Un leak off test a été réalisé sur un puits et les résultats sont les suivants :
PLOT = 125 bars dLOT = 1,14 Zs = 1650 m Ls = 1825 m
Calculer les valeurs suivantes :
Pfrac = bars

dfrac = kg/L (exprimée avec 2 chiffres après la virgule)

Gfrac = bar/m (exprimé avec 3 chiffres après la virgule)

10) En se référant à la question n°9, si la densité de la boue de forage d= 1,19.


Quelle est la valeur de la Padm.
Padm = bars

11) Données du puits :


Z = 3000 m L = 3125 m

2-15
Zs = 1595 m Ls = 1612 m
Densité de la boue d = 1.22
Gfrac = 0,152 bar/m

Calculer :
a) la pression qui s’exerce à l’endroit du sabot. Phs = bars
b) La pression hydrostatique au fond du puits. Ph = bars
c) Le gradient de pression hydrostatique Gp = bar/m
d) La pression de fracturation. Pfrac= bars
e) La densité de fracturation dfrac= kg/L
f) La pression admissible en cas de venue. Padm= bars

12) Calculer la valeur de la pression admissible sachant que le Gfrac = 0,162 bar/m,
côte verticale du dernier tubage Zs = 1705 m , la densité de boue dans le puits
est d= 1,19 .

Padm = bars

13) En se référant à la question précédente, quelle est la valeur de la pression qu’il


faut appliquer en surface avec une boue dans le puits d=1,22 pour fracturer
au sabot ?
Psurface = bars

14) Quelle est l’augmentation de densité donnant une surpression de 10 bars à


une profondeur de 2550 m ?

d = kg/l

15) Si le niveau de boue dans le puits diminue de 180 m, quelle est la chute de
pression hydrostatique ? (densité de la boue d=1,25 kg/L)

Ph = bars

2-16