Vous êtes sur la page 1sur 66

Remerciements

C’est avec plaisir que nous exprimons nos profonds remerciements à tous ceux qui nous
ont aidé à élaborer ce manuel, la réalisation de ce travail a été possible grâce aux plusieurs
personnes à qui nous voulons adresser toute notre gratitude.

Nous voulons tout d’abord présenter nos plus vifs remerciements à Mr. BENHAMOU,
d’avoir nous encadrer tout au long la durée de notre mini-projet et d’avoir nous fournir de l’aide et
le soutien afin d’aboutir à l’élaboration de ce document.

Enfin, nous présentons nos fortes gratitudes à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin
à la réalisation de ce travail et à tous ceux qui nous ont gratuitement consacré de leur temps.
Avant-propos

Ce manuel a été élaboré par les élèves ingénieurs de la deuxième année du cycle d’ingénieur
du département de génie industriel : KRIMI Youness, LAAGALI Oussama, LAGHJIBLI Ayoub
et MAMI Fatimaezzohra, dans le cadre du mini projet ayant pour sujet le contrôle non destructif
par les ondes ultrasons.

Les étudiants, durant leur travail sur leur projet, ont eu l’occasion de réaliser des travaux
pratiques et d’effectuer des essais de contrôle à l’aide de la machine « KARL DEUTCH ».

Ce document s’adresse aux utilisateurs de la machine KARL DEUTCH pour réaliser des essais
de contrôle et d’inspection non destructive, Il peut également être utile à tous les étudiants appelés
à comprendre le principe de fonctionnement appliqué dans ce genre de contrôle.

Il fournit toutes les informations nécessaires pour la compréhension du contrôle non destructif
par ultrasons, la découverte de la machine et la manipulation de cette dernière. En montrant un
certain nombre de démonstrations, il facilite la tâche de tout utilisateur et rend l’utilisation de cette
machine assez simple et efficace.
Table des matières
I. TECHNIQUES DES CONTROLES NON DESTRUCTIFS ........................................................................... 1
1. Contrôle des matériaux par ultrasons ........................................................................................................... 1
2. Le champ de rayonnement d'un palpeur ...................................................................................................... 4
3. Caractéristiques des palpeurs ........................................................................................................................ 4
4. Principe du sondage par ultrason .................................................................................................................. 5
5. Mesure des constantes élastiques ................................................................................................................... 6
6. Détection des défauts ....................................................................................................................................... 6
II. L’appareil à ultrason « ECHOGRAPH 1090 » : .......................................................................................... 7
1. Contrôle : ......................................................................................................................................................... 7
2. Représentation « A-scan » avec l’indication des valeurs mesurées :........................................................... 9
3. Connexion sur le côté droit du boîtier ......................................................................................................... 10
4. La mise en service .......................................................................................................................................... 11
5. Le logiciel PC « ECOM 90 » : ...................................................................................................................... 11
6. Les palpeurs : ................................................................................................................................................. 11
III. Découverte du Menu de l’appareil : ............................................................................................................ 13
1. Commandes : ................................................................................................................................................. 13
2. Aide utilisateur : ............................................................................................................................................ 15
3. Evaluation Amplitude: .................................................................................................................................. 17
4. Réglage palpeur : ........................................................................................................................................... 17
5. Paramètres palpeur :..................................................................................................................................... 19
6. Paramètres pièce : ......................................................................................................................................... 20
7. Bloc de calibration: ....................................................................................................................................... 21
8. Mémoire: ........................................................................................................................................................ 21
9. Paramètres de réglage: ................................................................................................................................. 24
10. Mesure épaisseur : .................................................................................................................................... 25
11. Paramètres système: ................................................................................................................................. 25
IV. Etalonnage de l'appareil ultrason KARL DEUTCH .................................................................................. 27
1. Généralités : ................................................................................................................................................... 27
2. Etalonnage avec le bloc standard (étalon) :................................................................................................. 28
3. Etalonnage avec le palpeur angle :............................................................................................................... 32
4. Estimation de la vitesse longitudinale : ....................................................................................................... 35
5. Estimation de la vitesse transversale : ......................................................................................................... 37
V. Les techniques de mesure et d’inspection : ...................................................................................................... 38
1. Présentation des données : ............................................................................................................................ 38
2. Inspection par un palpeur droit : ................................................................................................................. 39
2.1. L’échographe 1 : .................................................................................................................................... 40
2.2. L’échographe 2 : .................................................................................................................................... 41
2.3. L’échographe 3 : .................................................................................................................................... 41
2.4. L’échographe 4 : .................................................................................................................................... 42
3. Inspection d’une fissure droite par un palpeur angle: .............................................................................. 43
3.1. La localisation des défauts : .................................................................................................................. 44
3.2. Le dimensionnement des défauts : ........................................................................................................ 45
4. Inspection d’une fissure inclinée par un palpeur angle: ........................................................................... 47
5. Echographes spéciaux : ................................................................................................................................. 48
5.1. Cas 1 : Echogrphe Herbe ...................................................................................................................... 48
5.2. Cas 2 : Echographe perturbé................................................................................................................. 48
5.3. Cas 3 : Echographe Fantome ................................................................................................................ 49
5.4. Cas 4 : Echographe Périodique ............................................................................................................. 49
5.5. Cas 5 : Echographe avec interférence des pics ..................................................................................... 50
Tutoriel : ...................................................................................................................................................................... 51
La mise en pratique de l’appareil KARL DEUTSCH 1090 ......................................................................................... 51
1. Découverte et Etalonnage de l'appareil : ..................................................................................................... 52
2. Application n°1: Mesures d’épaisseurs : ..................................................................................................... 52
2.1. Localiser le trou suivant : ...................................................................................................................... 52
2.2. Mesurer les épaisseurs sur la partie indiquée ci-contre : .................................................................... 52
2.3. Mesurer des différentes cotes d’une pièce en acier : ............................................................................ 52
3. Mesure de vitesse de propagation dans le cas d’Aluminium: .................................................................... 53
3.1. Méthode 1 : ............................................................................................................................................ 53
3.2. Méthode 2 : ............................................................................................................................................ 53
4. Recherche de défauts en OT : ...................................................................................................................... 54
4.1. Etalonnage d'un palpeur angle :.......................................................................................................... 54
4.2. Recherche d'un trou sur la cale d'étalonnage : .................................................................................... 54
5. Evaluation des propriétés élastiques de la cale d’étalonnage : .................................................................. 55
Annexes : ..................................................................................................................................................................... 56
Annexe1 : Dessin de définition de la cale d’étalonnage NF EN 12 223 .................................................................. 57
Annexe2 : Dessin de définition de la pièce de mesurage ......................................................................................... 58
Annexe3 : Dessin de définition de la pièce en Aluminium ...................................................................................... 59
Bibliographie : ............................................................................................................................................................. 60
Liste des Figures
Figure 1: Echelle des ondes élastiques. Les longueurs d'ondes sont données pour un solide ayant une
vitesse du son de 5000 m/s. ...........................................................................................................................1
Figure 2: Emission d'une onde élastique longitudinale .................................................................................2
Figure 3: Palpeur pour ondes longitudinales .................................................................................................3
Figure 4: Palpeur pour ondes transversales ...................................................................................................3
Figure 5: Champ rapproché et champ éloigné de l'onde ultrasonique .........................................................4
Figure 6: Vue de face de l'ECHOGRAPHE 1090 avec les touches de contrôle et l’ultrason image ................7
Figure 7: zone d'affichage de l'ECHOGRAPH 1090 pendant l'opération de mesure ......................................9
Figure 8: Raccordement sur le côté droit du boîtier de l'ECHOGRAPH 1090. L’image du bas montre la
cape de protection utilisée pour respecter la classe de protection IP54 (étanche aux poussières et aux
éclaboussures)..............................................................................................................................................10
Figure 9: Interface du logiciel ECOM 90 .......................................................................................................11
Figure 10: Palpeur type droit de référence « S 10 W 4 C » ..........................................................................12
Figure 11: Palpeur type angle (45°) de référence « WG 45 PB 2 » ..............................................................12
Figure 12: menu de l'appareil ......................................................................................................................13
Figure 13: menu de la section Commande. .................................................................................................13
Figure 14: sous menu de la section porte2. .................................................................................................15
Figure 15: Paramètres disponibles dans la rubrique sélection de mesure ..................................................15
Figure 16: sous menu de la section Aide utilisateur. ...................................................................................16
Figure 17: Paramètres de la rubrique Calibrage en 2 points .......................................................................16
Figure 18: Paramètres de la rubrique Retard mesure. ................................................................................17
Figure 19: sous menu de la section Réglage palpeur. ..................................................................................17
Figure 20: choix d'un palpeur droit. .............................................................................................................18
Figure 21: saisie de numéro de série. ..........................................................................................................18
Figure 22: charger le palpeur choisi. ............................................................................................................19
Figure 23: menu de la rubrique Paramètres palpeur. ..................................................................................19
Figure 24: saisie du nom du palpeur. ...........................................................................................................20
Figure 25: saisie de numéro de série. ..........................................................................................................20
Figure 26: menu de la rubrique Parametres piece.......................................................................................21
Figure 27: menu de la section Bloc de calibration. ......................................................................................21
Figure 28: Liste des noms des signaux déjà enregistrés. .............................................................................22
Figure 29: Choix du nom de signal. ..............................................................................................................22
Figure 30: Visualisation du signal choisi. ......................................................................................................23
Figure 31:choix du signal voulu. ...................................................................................................................23
Figure 32: Apparition du signal choisi comme référence sur l'écran. ..........................................................23
Figure 33: Exemple d'un signal en mode NON(RF). .....................................................................................25
Figure 34: Choix de la couleur blanche. .......................................................................................................26
Figure 35: Choix de la couleur bleu ..............................................................................................................26
Figure 36: Choix de la couleur jaune. ...........................................................................................................26
Figure 37: Choix de la couleur rouge............................................................................................................26
Figure 38:Choix du type de palpeur(DROIT) ................................................................................................28
Figure 39: Choix du code palpeur ................................................................................................................29
Figure 40: Charger le palpeur .......................................................................................................................29
Figure 41: Caractéristiques du palpeur droit (S 10 W 4 C) ...........................................................................29
Figure 42: L'introduction des paramètres pièce ..........................................................................................30
Figure 43: Liste paramètre commandes ......................................................................................................30
Figure 44: Liste des paramètres du sous paramètre "Sélection de la mesure" ...........................................31
Figure 45: Mise en pratique l’étalonnage (palpeur droit)............................................................................31
Figure 46: Affichage après réglage et ajustement .......................................................................................32
Figure 47: Choix du type de palpeur (ANGLE) ..............................................................................................33
Figure 48: Choix du code palpeur ................................................................................................................33
Figure 49: Paramètres pièce ........................................................................................................................33
Figure 50: Liste des paramètres du sous paramètre "Sélection de la mesure" ...........................................34
Figure 51: Mise en pratique le palpeur angle ..............................................................................................34
Figure 52: Affichage après réglage et ajustement .......................................................................................34
Figure 53: Paramètre Aide utilisateur ..........................................................................................................35
Figure 54: Charger le palpeur droit ..............................................................................................................35
Figure 55: Paramètre calibration en 2 points ..............................................................................................36
Figure 56: Placement du moniteur rouge ....................................................................................................36
Figure 57: Placement du moniteur vert .......................................................................................................36
Figure 58: Affichage de la vitesse longitudinale estimée .............................................................................37
Figure 59: Affichage de la vitesse transversale estimée ..............................................................................37
Figure 60: Inspection d'une pièce métallique à l’aide d’un palpeur droit ...................................................38
Figure 61: L'échographe A-SCAN correspondant à la pièce inspectée ........................................................39
Figure 62: L'inspection de la face 1 du block ...............................................................................................40
Figure 63: L'inspection de la face 2 du block ...............................................................................................41
Figure 64:L'inspection du trou1 du block .....................................................................................................41
Figure 65: L'inspection de la rainure du block .............................................................................................42
Figure 66: L'inspection d'un défaut à l'aide d'un palpeur incliné ................................................................43
Figure 67: L'inspection d'un défaut à l'aide d'un palpeur incliné ................................................................44
Figure 68: La localisation du début du défaut à l'aide d'un palpeur incliné ................................................45
Figure 69: La localisation de la fin du défaut à l'aide d'un palpeur incliné .................................................45
Figure 70: Le dimensionnement de la fissure droite ...................................................................................46
Figure 71: Le dimensionnement d'une fissure incliée à l'aide d'un palpeur angle ......................................47
Figure 72: L’Echographe Herbe ....................................................................................................................48
Figure 73: L'Echographe perturbé ................................................................................................................48
Figure 74: L'Echographe d'une face inclinée ................................................................................................49
Figure 75: l'Echographe périodique .............................................................................................................49
Figure 76: L'Echographe avec interférence des pics ....................................................................................50
I. TECHNIQUES DES CONTROLES NON DESTRUCTIFS

1. Contrôle des matériaux par ultrasons

Généralités
Les ultrasons sont des ondes acoustiques ou élastiques dont la fréquence est supérieure à celle des
sons audibles par l'oreille humaine et inférieure aux vibrations thermiques des atomes. Les sons
audibles sont compris entre 10 et 20000 Hz et la gamme de vibrations thermiques s'étend
de 109 à 1013 Hz (1 GHz - 10 THz ). Les fréquences utilisées lors d'examens aux ultrasons ne
comprennent pas toute la gamme des ultrasons, mais varient entre 0,5 à 12 MHz. Pour un
solide ayant une vitesse de son c de 5000 m/s ceci correspond à l'intervalle des longueurs
d'ondes (λ = c/ν) de 1 cm à 0.4 mm .La limite inférieure de 0.5 MHz est déterminée par la
perte totale en résolution des défauts qui ont une taille inférieure à la longueur d'onde. Dans
les solides (vitesse du son c=5000 m/s), une onde d'une fréquence de 0,5 MHz ne permet que
de percevoir les défauts qui sont plus grands qu'un centimètre. En général on s'intéresse aussi
à des défauts beaucoup plus petits. L'augmentation de fréquence qui s'impose alors, à comme
effet d'augmenter l'absorption et donc de limiter la profondeur accessible aux ultrasons.

Figure 1: Echelle des ondes élastiques. Les longueurs d'ondes sont données pour un solide ayant une vitesse du son de 5000 m/s.

Propagation des ultrasons


Dans un milieu homogène, les ultrasons se propagent de manière rectiligne. La vitesse de
propagation c (vitesse du son) dépend du milieu traversé (densité, modules élastiques) et des
dimensions géométriques si celles-ci sont du même ordre de grandeur que la longueur d'onde.
De plus, elle n'est pas la même pour les ondes longitudinales que pour les ondes transversales
(=ondes de cisaillement). Dans les solides la vitesse des ondes transversales est
approximativement la moitié de celle des ondes longitudinales.

1
Le tableau ci-dessous donne quelques valeurs. Notez les grandes différences entre les gaz, les
liquides et les solides.

Milieu CL (m/s) CT (m/s)


(ondes longitudinale) (ondes transversales)
Air 340 Non transmise en raison
de
Eau 1480
l'absorption excessive
Aluminium 6300 3080
Fe et Aciers 5900 3220
Laiton 4400 2120
Emission et détection d'ultrasons
L'émission et la détection d'ondes ultrasonores se réalise très facilement grâce à l'effet piézo-
électrique. Certains matériaux anisotropes, comme par exemple le quartz monocristallin, ainsi que
les matériaux ferroélectriques, tels que le titanate de baryum et le titanate de plomb, possèdent
la propriété de se déformer sous l'effet d'un champ électrique (effet piézo-électrique direct).

Les déformations sont de l'ordre de 0,1 nm par Volt appliqué aux électrodes. Une tension
électrique alternative, appliquée aux électrodes, fait vibrer le transducteur piézoélectrique. Les
vibrations, ainsi créées, se transmettent à tout solide en contact avec le transducteur et vont se
propager dans celui-ci avec la vitesse du son caractéristique de ce milieu.

Réciproquement, une compression ou une dilatation d'un matériau piézoélectrique, provoquée


par une onde incidente, fait apparaître des charges électriques sur les électrodes qui se
mesurent facilement par la tension créée entre les électrodes (effet piézoélectrique inverse).
L'effet inverse peut alors servir pour la détection d'ondes. Il suffit pour cela de remplacer dans
la figure ci-dessous la tension d'alimentation par un oscilloscope.

Figure 2: Emission d'une onde élastique longitudinale

2
Le contrôle aux ultrasons s'effectue le plus souvent avec un palpeur à incidence normale ou
un palpeur à incidence oblique
 Les palpeurs à incidence normale émettent des ondes longitudinales avec comme
direction de propagation la normale à la surface.

Figure 3: Palpeur pour ondes longitudinales

Figure 4: Palpeur pour ondes transversales

 Les palpeurs d'angle émettent des ondes transversales dont la direction de propagation
est inclinée par rapport à la normale de la surface. Pour l'excitation de ce type d'onde,
on utilise le fait qu'une onde longitudinale, créée dans le palpeur, se divise en une
onde transversale et une onde longitudinale lors de la réfraction à l'interface entre le
palpeur et la pièce. Pour faciliter l'interprétation des échos, on choisit l'angle
d'incidence de manière à ce que seule l'onde transversale puisse exister. L'onde qui est
réfléchie à l'interface et reste dans la sonde doit être amortie dans le bloc d'atténuation
pour éviter d'éventuels échos fantômes.
Les palpeurs d'angle s'emploient surtout pour sonder les cordons de soudures. La surface
irrégulière du cordon lui-même empêche normalement un contact satisfaisant avec un palpeur
normal. L'angle d'incidence b dépend de la construction et du matériau du palpeur ainsi que

3
du matériau de la pièce à sonder. La valeur indiquée sur le boîtier (angles standards 35°, 45°,
60°, 70°, 80°) est valable uniquement pour les aciers. En contact avec un autre matériau, le
même palpeur donne un angle différent.
Conversion des angles d'incidence b pour les ondes transversales.
Angles indiqués sur les palpeurs et valables pour les aciers par exemple: 45° 70°
donnent dans:
Al 42,5° 64°
Cu 30° 41°
Fonte grise 28,5° 39°
2. Le champ de rayonnement d'un palpeur

La sonde émet un faisceau présentant un angle de divergence. Le champ de rayonnement peut


être décomposé en un champ proche de longueur Ns et un champ éloigné. La grandeur du
champ proche dépend du diamètre de l'émetteur D et de la longueur d'onde du rayonnement
ultrasonique.

Figure 5: Champ rapproché et champ éloigné de l'onde ultrasonique

Un défaut placé dans le champ éloigné donnera un écho dont l'amplitude diminuera avec le
carré de la distance r du capteur (1/r2). Par contre, si ce défaut se trouve dans le champ proche,
l'amplitude de l'écho ne peut plus être exprimée par une fonction simple de r. Elle dépend
d'effets d'interférence.
3. Caractéristiques des palpeurs

La précision des sondages dépend beaucoup du choix de la sonde et en particulier de sa


fréquence de résonance. Sa valeur est d'habitude indiquée sur le boîtier du palpeur. Ses
caractéristiques principales sont la sensibilité et son pouvoir de résolution.

 La sensibilité est le rapport entre l'intensité de l'écho pour un défaut de taille donnée
(étant donné un contact parfait à l'interface) et l'intensité d'émission.

4
 Le pouvoir de résolution est défini comme la finesse des impulsions ou encore par la
distance minimum entre deux défauts qui peuvent encore être distingués.

Les sondes à basse fréquence (0,5 - 1 MHz) ont les caractéristiques suivantes :

 une faible sensibilité pour les petits défauts (trop grand)


 un manque de sensibilité en proximité de la surface sous le capteur.

Ces sondes conviennent pour l'étude des matériaux aux microstructures grossières et pour la
détection des défauts à grande distance. Les matériaux aux microstructures grossières
absorbent très fortement les ondes à haute fréquence.

Les sondes à haute fréquence (2 - 6 MHz) ont les caractéristiques suivantes :

 Une bonne sensibilité pour les petits défauts


 Un bon pouvoir de résolution
 Le faisceau sonore est concentré et de ce fait indique précisément la position du défaut.

Ces sondes ne peuvent balayer de grandes distances que dans des matériaux homogènes et
peu absorbants. En général limitées à 1 m. Elles exigent un bon état de surface.

Les palpeurs construits avec des matériaux ferroélectriques, comme le BaTiO3 ou le PbZrO3-
PbTiO3 (= PZT), sont plus sensibles et ont un pouvoir de résolution plus élevé que les palpeurs
construits avec un monocristal de quartz. Ceci s'explique par le fait que les matériaux
ferroélectriques, transforment davantage d'énergie électrique en énergie
mécanique.

4. Principe du sondage par ultrason

Le sondage par ultrasons peut servir à plusieurs buts :

 Détection de défauts de toutes sortes (fissures, inclusions, porosités)


 Mesure de profondeur ou épaisseur (par exemple : pièce dont un seul côté est
accessible, sondage des fonds marins etc.)
 Mesure des constantes élastiques par l'intermédiaire d'une mesure de la vitesse du son.
 Sondage médical (échographie), etc.

Les intensités couramment utilisées en contrôle non destructif et en sondage médical sont de
l'ordre de 1 mW/cm2 et ne sont pas dangereuses. Cependant, l'exposition à des intensités

5
dépassant 1 W/cm2 comme on les utilise dans les bains à ultrasons pour le nettoyage et pour la
soudure des polymères peuvent causer des traumatismes et des graves lésions.

5. Mesure des constantes élastiques

Comme la vitesse du son dans les milieux solides ne dépend pratiquement pas de la fréquence
en dessous de quelques MHz, il est possible de déterminer les constantes élastiques par
l'intermédiaire du temps de transmission d'une impulsion. Il est, néanmoins, très important de
bien vérifier que les dimensions latérales de l'échantillon sont soit beaucoup plus grandes ou
soit beaucoup plus petites que la longueur d'onde moyenne de l'impulsion.

Selon le type d'onde les relations suivantes sont valables :

Ondes longitudinales dans un milieu étendu

𝐸(1−𝑣)
𝐶𝐿 = √ E = module d’élasticité
𝑝(1+𝑣)(1−2𝑣)

v=coefficient de poisson
Ondes transversales dans un milieu étendu

𝐺 𝐸
𝐶𝑇 = √𝑝 = √2𝑝(1+𝑣) G=module de cisaillement

Ondes extensionnelles : Les ondes extensionnelles sont des ondes longitudinales avec
contraction latérale εlatérale =-v εlong . Les contraintes latérales s'annulent comme dans un essai de
traction. Pour les ondes longitudinales dans un milieu étendu, la matière, entourant le
faisceau, empêche la contraction latérale (εlatérale0) et les contraintes latérales ne s'annulent
pas. Les ondes extensionnelles ne peuvent s'établir que sur des barres dont le diamètre Ø est
très inférieur à la longueur d’onde λ. Dans les cas intermédiaires, entre barre mince et milieu
étendu, la déformation transversale n'est que partielle et la vitesse du son dépend aussi du
diamètre et de la fréquence.

6. Détection des défauts

Pour la détection des défauts, on emploie principalement la méthode par réflexion. La sonde a
le double emploi d'émetteur et de récepteur. Tout changement de milieu sera repéré par l'écho
qu'il provoque. On peut donc situer la position du défaut à l'intérieur de la pièce.

6
La méthode par transmission nécessite deux palpeurs, un émetteur et un récepteur, la pièce
doit avoir au moins deux surfaces parallèles. Une troisième méthode (méthode de résonance)
est basée sur l'influence qu'ont les défectuosités sur les fréquences de résonance d'une pièce.

Une assiette contenant une fissure sonne différemment qu'une assiette parfaite quand on
frappe dessus. Pour appliquer cette méthode, il faut, comme dans l'exemple de l'assiette,
posséder des pièces de référence tout à fait identiques à l'exception des défauts. La méthode
est très puissante mais n'est utilisable que pour le contrôle d'une série d'objets tout à fait
identiques.

II. L’appareil à ultrason « ECHOGRAPH 1090 » :

1. Contrôle :

Figure 6: Vue de face de l'ECHOGRAPHE 1090 avec les touches de contrôle et l’ultrason image

1 : interrupteur principal, frappe une fois = ON, frappe une autre fois = OFF

2 : éclairage de l’écran : appuyez plusieurs fois sur la touche pour sélectionner une intensité
lumineuse différente ou pour éteindre l'éclairage

7
3 : "capture" du contenu de l'écran et stockage des images ultrason (A-scans) avec les paramètres
associés

4 : Représentation du zoom de la plage de la porte du moniteur 1

5 : Démarrez et quittez le menu d'exploitation / de configuration, annulez ou entrez un paramètre

6 : bouton pour modifier les valeurs numériques ou de configuration

(Direction vers le bas ou vers la gauche avec des valeurs numériques : diminuer)

7 : bouton pour modifier les valeurs numériques ou de configuration

(Direction vers le haut ou vers la droite avec des valeurs numériques : augmenter)

8 : bouton ENTER pour accepter les valeurs sélectionnées ou les configurations

Les touches de 9 à 16 décrites ci-après sont utilisées pour sélectionner le gain, la plage de base de
temps et les paramètres des deux portes (moniteur1 et moniteur 2). Après avoir sélectionné la
fonction de fonctionnement respective, utilisez les touches 6 et 7 pour régler les valeurs. Une
confirmation explicite des valeurs sélectionnées n'est pas requise.

9 : Sélection du gain (sensibilité) : les valeurs actuelles s'affichent en haut à gauche de l'affichage
(position 25). Utilisez la touche 10 pour sélectionner l'incrément de l'alternance de gain.

10 : sélection des étapes d'incrémentation pour l'altération du gain

 Valeurs possibles [dB]: 0.1 – 1 – 2 – 6 – 12 - 20

11 : niveau d'image pour supprimer les signaux de faible amplitude (par exemple le bruit de signal.)

12 : Plage de base fois (plage entre la bordure gauche et droite de la grille d'affichage)

13 : décalage de la plage de base de temps qui est affichée lors de la frappe de la touche 12 sans
modifier sa largeur

14 : Largeur de la porte (une pression répétée active successivement les deux moniteurs possibles :
Moniteur 1 Moniteur 2 Moniteur 1, etc.)

15 : position de la porte (une pression répétée active successivement les deux moniteurs possibles :
Monitor 1Monitor 2 Monitor 1 etc.)

8
16 : niveau de la porte (une pression répétée active successivement les deux moniteurs possibles :
Moniteur 1 Moniteur 2 Moniteur 1, etc.)

17 : LED d'alarme (rouge) pour le moniteur 1

18 : LED d'alarme (jaune) pour le moniteur 2

19 : Touches de fonction (F1 - F5) pour les raccourcis des éléments de menus principale

20 : Barre d'information de la plage d’écran ; soit montre :

 La configuration de la fonction Touches F1 à F5 en dessous (uniquement si les touches


de fonction d'affichage de rubrique de menu = ON)
 Affiche les touches directes des zones GAIN (gain), RANGE (plage de base de temps),
MONITOR et TOUCHES DE FONCTION telles qu'elles sont actuellement
sélectionnées avec leurs valeurs respectives
 Le réglage actuel de la plage de base de temps, de la plage de base de temps et du gain
(uniquement si les touches de fonction d'affichage de rubrique de menu sont
désactivées).
2. Représentation « A-scan » avec l’indication des valeurs mesurées :

Figure 7: zone d'affichage de l'ECHOGRAPH 1090 pendant l'opération de mesure

Les informations pertinentes pour la mesure s'affichent simultanément avec l'A-scan sur l'écran
pendant la mesure.

Gain : indication numérique (position 25) sur le réglage actuel sélectionné via la touche de gain

9
Gates : Indication des plages de porte et de la direction de surveillance du moniteur 1 et du
moniteur 2 (positions 26 et 27)

Dans la figure 7 ci-dessus, le moniteur de gauche (Position 26) est sélectionné de sorte que le
dépassement du niveau de la porte libère le signal de défaut.

Le moniteur 2 (position 27) est cependant choisi pour être un moniteur qui génère un signal de
défaut lorsque le signal US tombe au-dessous du niveau du moniteur sélectionné. Par exemple, si
le signal US n'apparaît pas dans la plage du moniteur

Valeurs mesurées et paramètres : la zone d'affichage de droite (ici position 21 -24) affiche jusqu'à
5 valeurs de mesure différentes, sélectionnées dans le menu de commande

Informations sur les touches : la ligne en dessous du l’A-scan (position 20) affiche les
informations suivantes (en fonction de l'état de fonctionnement)

 Les touches directes actuellement pressées (à partir des zones du clavier, GAIN,
RANGE, MONITOR, FUNCTION KEYS) et aussi les valeurs de sélection affectées
 Shift, plage de base de temps et gain (indication des touches de fonction OFF)
 La sélection actuelle pour les touches de fonction F1 à F5 (indication des touches de
fonction ON.)
3. Connexion sur le côté droit du boîtier

Figure 8: Raccordement sur le côté droit du boîtier de l'ECHOGRAPH 1090. L’image du bas montre la cape de protection utilisée
pour respecter la classe de protection IP54 (étanche aux poussières et aux éclaboussures).

1 : Connecteur pour l'unité principale

2 : Connecteur sondes (émetteur)

3 : Connecteur sondes (récepteur, marqué par un point rouge)

10
4 : Prises VGA pour connecter un moniteur externe

5 : Prise USB pour connecter un ordinateur personnel (faites pivoter le couvercle pour accéder)

6 : Interface (RS232C, sorties de défauts, signaux de déclenchement)

4. La mise en service

Indépendamment de l'alimentation secteur, la batterie Li-Ion intégrée peut alimenter


l'ECHOGRAPH 1090 ou vous pouvez utiliser le bloc d'alimentation.

Le bloc d'alimentation est connecté via la prise 1

5. Le logiciel PC « ECOM 90 » :

Le logiciel PC ECOM 90 est conçu pour échanger les


résultats entre un PC et le détecteur numérique
ECHOGRAPH 1090.

Les analyses d'amplitude actuellement enregistrés peuvent


être affichées sur le moniteur du PC et peuvent être traitées
par un logiciel PC.

L'imprimante PC peut être utilisée pour imprimer des


rapports de test avec A-scan, des lectures et du texte
descriptif, où les paramètres et les valeurs mesurées qui
l'accompagnent utilisé dans le rapport peuvent être
sélectionnés librement.

Remarque : ECOM 90 est conçu pour fonctionner sous les


systèmes Windows XP et 2000
Figure 9: Interface du logiciel ECOM 90
6. Les palpeurs :

La méthode d’inspection par ultrasons fonctionne typiquement à l’aide d’éléments piézoélectriques


dans la sonde qui ont la propriété de se dilater en leur appliquant une tension électrique et aussi de
générer une tension lorsqu’ils encaissent une déformation. Donc la sonde peut servir à la fois à
pulser les ondes ultrasonores dans la pièce et à capter les ondes qui reviennent à la sonde. Les
ondes ultrasonores pulsées seront réfléchies par les changements de milieu ou les défauts et le
technicien observe en temps réel à l’écran les échos retournés vers le palpeur qui apparaissent sous

11
forme de « pics ». Le tracé à l’écran présente essentiellement la distance du réflecteur et
l’amplitude de l’écho capté qui dépend de la dimension de la discontinuité.

Palpeur droit
Pour plusieurs applications la sonde est appliquée de façon à générer un faisceau ultrason
perpendiculaire à la surface de contact. Dans ces cas, les ondes propagées dans la pièce sont de
type longitudinal.

Figure 10: Palpeur type droit de référence « S 10 W 4 C »

Palpeur à angle :
Pour certaines applications, comme l’inspection de
soudures, un faisceau ultrason à angle est désiré
pour atteindre les régions d’intérêt. Un sabot de
plastique avec un certain angle de coupe est alors
utilisé entre la sonde et la surface de façon générer
un faisceau à l’angle désiré dans la pièce. Le type
d’onde propagé dans ces cas est typiquement
transversal (ou de cisaillement).
Figure 11: Palpeur type angle (45°) de référence « WG
45 PB 2 »

12
III. Découverte du Menu de l’appareil :
L’appui sur le bouton menu/esc permet d’accéder au menu ou sortir du menu une fois
vous appuyez vous aurez accès à la fenêtre montrée ci-dessous :

Figure 12: menu de l'appareil

1. Commandes :
Déplier chaque en appuyant sur ENTER et un sous menu va apparaitre.

Figure 13: menu de la section Commande.

13
 Retard base de temps : sélectionner la distance entre l’impulsion transmit et là où
le signal reflète apparait sur l’écran.
 Echelle base de temps : modifier l’échelle de base de temps afin d’ajuster la
visualisation des signaux.
 Réglage gain : augmenter ou diminuer le gain en utilisant les boutons (6 et 7).
Les valeurs de gain varient de 0 à 99 dB.
 Gain pas à pas : vous pouvez choisir le pas d’incrémentation ou de décrémentation
de gain les valeurs proposées sont : 0.1-1-2-6-12-20 (dB)
 Rejet : choisir un %SH pour éliminer tous les signaux ayant un %SH inférieur à
celui déterminé.
 Porte 1:
ARRET : porte n’est pas sollicité.

MARCHE : choisir de mettre en disposition l’une ou les informations


suivantes :

 Porte 1 posit : afficher la position du porte 1 en mm


 Porte 1 largeu : afficher la largeur du porte 1 en mm
 Porte 1 niveau : le niveau de signal pointu par le porte 1 par rapport à la
hauteur de l’écran (%SH).
 Porte 1 suppr : sélectionner une valeur pour que si le signal passe au-dessous
ou au-dessous (selon le mode choisi dans la section porte 1 Eval) d’elle, un
signal de défaut va être généré, cad par exemple si l’impulsion dépasse une
valeur choisie par l’utilisateur, ce dernier sera informe par la couleur rouge de
la LED M1 et un signal acoustique va être aussi généré.
La valeur à sélectionner est comprise entre 0 et 255.
 Porte1 Sound : choisir d’émettre un son (état MARCHE) ou non (état
ARRET) lors de la génération d’un signal de défaut.
 Porte 1 Eval : choisir l’un de ces 3 modes
OFF : ne pas générer un signal de défaut.
Normal : générer un signal de défaut si l’impulsion dépasse la valeur choisie
dans la section porte 1 suppr.
INVERSE : générer un signal de défaut si l’impulsion passe au-dessous de
la valeur choisie dans la section porte 1 suppr.
 Porte 2 : toutes les options mentionnes dans la section porte 1 sont aussi
accessibles pour le porte 2.

14
Figure 14: sous menu de la section porte2.

 Sélection de la mesure : sélectionner les informations (profondeur, amplitude,


différence de distance…) qui concerne les portes 1 et 2, qu’on désire afficher sur
l’écran lors de la visualisation d’un signal (pour afficher MARCHE, pour
masquer ARRET)
Démonstration ;

Figure 15: Paramètres disponibles dans la rubrique sélection de mesure

2. Aide utilisateur :
Cette section met à la disposition de l’utilisateur un certain nombre d’outils et de méthodes pour
lui aider à faire des calculs. Les options qu’elles offrent sont comme le montre la figure suivante ;

15
Figure 16: sous menu de la section Aide utilisateur.

 Réglage affichage : cette section permet d’ajuster le retard base de temps et


l’échelle de base de temps pour qu’ils soient appropriés à la vitesse de matière ou
à l’épaisseur de matière choisie par l’utilisateur, cette option aide l’utilisateur à
avoir des valeurs de d’échelle et de retard base de temps plus adéquate.
 Calibration en 2 points : mettre à la disposition de l’utilisateur une méthode
simple pour calculer la vitesse du matériau.
ENTERentrer les paramètres requis PROCHAIN

Démonstration ;

Figure 17: Paramètres de la rubrique Calibrage en 2 points

 Retard mesure : calculer le retard de mesure génère par l’ensemble des


composants de l’appareil.

ENTERentrer les paramètres requisPROCHAIN

16
Démonstration ;

Figure 18: Paramètres de la rubrique Retard mesure.

 Courbe DAC Enregistrer/Effacer : sauvegarder une courbe DAC ou la supprimer


 Courbe DGS Enregistrer/Effacer : sauvegarder une courbe DGS ou la supprimer

3. Evaluation Amplitude:

 Mode-TOF
 Evaluation
 Courbe DAC
 Courbe DGS

4. Réglage palpeur :
Cette section contient les deux options suivantes :

Figure 19: sous menu de la section Réglage palpeur.

17
 Charger/Effacer palpeur : choisir le type de palpeur utilise pour le test en
cours (droit, angle, T-R, angle T-R) une fois le type est choisi cliquer ENTER
pour choisir le nom complet du palpeur parmi ceux qui existent ensuite choisir.
Pour charger un palpeur ;
Charger/effacertype palpeur ENTERnom palpeur  ENTERchargerENTER
Démonstration :

On choisit le palpeur droit dans la


section charger/effacer.

Figure 20: choix d'un palpeur droit.

On cherche dans la liste proposée le nom


du palpeur concerné. 

Figure 21: saisie de numéro de série.

18
Une fois le palpeur est choisi on
tape sur charger.

Figure 22: charger le palpeur choisi.

Pour effacer ;
Choisir Effacer ENTER
Pour Annuler l’action ;
Choisir Annuler ENTER
 Sauver palpeur : choix d’écraser un palpeur
Sauver palpeurEcraserENTER
Sauver palpeurannuler ; pour annuler l’action.

5. Paramètres palpeur :
Changer ou faire entrer des nouvelles valeurs des paramètres du palpeur, généralement ces
informations sont présentes dans la fiche technique et d’étalonnage du palpeur.

Figure 23: menu de la rubrique Paramètres palpeur.

 Nom du palpeur : donner le nom du palpeur.

19
Démonstration ;

Figure 24: saisie du nom du palpeur.

 Numéro de série : entrer le numéro de série du palpeur.


Démonstration ;

Figure 25: saisie de numéro de série.

 Type de palpeur : sélectionner le type de palpeur.


 Fréquence palpeur : déterminer la fréquence d’émission des ondes.
La valeur est comprise entre 0.1 et 20 Mhz.
 Diamètre palpeur : déterminer le diamètre du palpeur
 Retard palpeur : donner la valeur du retard de mesure du au palpeur en us.

6. Paramètres pièce :
Saisir les informations relatives à la pièce.

20
Figure 26: menu de la rubrique Parametres piece

 Vitesse matière : donner la vitesse de propagation de l’onde dans le matériau


NB : pour un palpeur droit saisir la vitesse de l’onde longitudinale et pour un
palpeur de type angle saisir la vitesse de l’onde transversale.
 Epaisseur matière : déterminer l’épaisseur de la pièce sujet du test.

7. Bloc de calibration:

 Vitesse de référence : saisir la vitesse utilisée comme référence pour le calcul fait
dans la section calibration en 2 points.
 Sound path : saisir le chemin que l’onde va traverser dans le matériau de
référence.

Figure 27: menu de la section Bloc de calibration.

8. Mémoire:
 Editer jeu de programmes : accéder aux données déjà mémorise à l’aide du bouton
freeze/save.
Pour accéder à un signal déjà mémorisé ;
Démonstration :

21
On choisit dans la liste des
signaux celui qu’on veut le
revoir

Figure 28: Liste des noms des signaux déjà enregistrés.

On choisit charger 

Figure 29: Choix du nom de signal.

22
.

Le signal est par la suite montré


sur l’écran

Figure 30: Visualisation du signal choisi.

Pour utiliser un signal déjà mémorisé comme référence ;


Démonstration :

ENTEREditer jeu de
programme

Choisir parmi les signaux


figurant dans la liste celui voulu.

Figure 31:choix du signal voulu.

REFERENCE  ENTER
Le signal maintenant apparait
comme référence.

Figure 32: Apparition du signal choisi comme référence sur l'écran.

23
9. Paramètres de réglage:
 Zero Adjustement mode
 Zero Adjustement cycle
 Alimentation sauvegardée : sauvegarder l’énergie en réduisant la consommation
de l’appareil en énergie une fois ce mode est opéré un certain nombre de
paramètres va être ajuste pour consommer moins d’énergie.
 Synchronisation : choisir le mode de déclenchement de l’apparition des signaux
sur l’écran ;
Mode NORMAL : par le générateur d'impulsions intégré
Mode 1er écho : par le premier écho provenant du palpeur
Mode EXTERNE : par une alimentation externe du signal de déclenchement
Mode EXT 1er écho : par le premier écho provenant d’une alimentation externe.
 Réglage émetteur :il existe deux types d’émetteur RESOLUTION et PUISSANCE
RESOLUTION : utilise pour les palpeurs de fréquence inférieure ou égale à 10
MHz.
PUISSANCE : utilise pour les palpeurs de fréquence supérieure a10MHz
 Damping émetteur : ajuster la valeur de la résistance pour contrôler
l’amortissement afin d’avoir une émission d’impulsion favorable et adéquate pour
la bonne visualisation et lecture des signaux.
 Fréquence : choisir l’intervalle de fréquence qui va permettre d’optimiser la
visualisation du signal.
NB : il faut vérifier que la fréquence du palpeur est comprise dans cet intervalle
Les intervalles existants :
ETROITE = basses fréquences [0.5-6] MHz
LARGE= fréquences élevées [1.6-16] MHz
LARGE BAND [0.5-20] MHz
 Redressement : choisir le mode de visualisation du signal
Mode HF : montrer tout le signal avec sa partie positive et négative redressée pour
l’évaluer.
Mode POSITIVE : que la partie positive va être visualise.
Mode NEGATIVE : que la partie négative va être visualise.
Mode NON(RF) : visualiser la partie positive et négative dans le même graphe (base
de repère au milieu de l’écran).

24
Figure 33: Exemple d'un signal en mode NON(RF).

 Fréquence de répétition : déterminer la fréquence de déclenchement de


l’impulsion émise par l’émetteur.

10. Mesure épaisseur :


Cette section est seulement signifiante pour le mode RF avec zero crossing.
 Zero crossing
 Modifier la moyenne
 Limite haute: designer une valeur limite supérieure de l’épaisseur et si dans le cas
d’une mesure ayant une valeur au-dessous de cette limite la LED M1 va s’allumer
en couleur rouge.
 Limite basse: designer une valeur limite inférieure de l’épaisseur et si dans le cas
d’une mesure ayant une valeur au-dessus de cette limite la LED M2 va s’allumer
en couleur jaune.
 Gradient de l’épaisseur: définir une valeur de gradient de l’épaisseur, par la suite
tout changement par rapport a cette valeur va être signalé. Si la valeur de
l’épaisseur mesure atteint cette valeur de gradient alors une LED M2 va s’allumer.

11. Paramètres système:


 Enveloppe : il existe 3 options dans cette rubrique :
ARRET : Aucun enveloppe n’est enregistré.
ENREGISTRER : toutes les données figurant sur l’écran vont être
enregistrées.
FIGER : mettre l’écran pause en l’état actuel.

 Quadrillage:
 MARCHE ; montrer le quadrillage.

25
OFF ; masquer le quadrillage.
 Remplissage échos :
MARCHE ; remplir l’espace délimité par l’écho et l’axe de base de temps
OFF ; laisser l’espace entre l’écho et l’axe de base de temps vide.
 Aff des fonctions touches :
MARCHE ; montrer dans la barre d’info sur l’écran les informations
suivantes : redressement, couleur trace, retard palpeur, vitesse matériau, épaisseur
matière.
ARRET ; montrer dans la barre d’info les valeurs actuelles de : retard base de
temps, échelle base de temps et de gain.
 Couleur affichage trace : modifier la couleur de trace, trois choix de couleur sont à
la disposition de l’utilisateur.

Figure 35: Choix de la couleur bleu Figure 34: Choix de la couleur blanche.

Figure 36: Choix de la couleur jaune. Figure 37: Choix de la couleur rouge.

 Couleur de Menu : modifier la couleur du menu, quatre choix de couleur sont à la


disposition de l’utilisateur.

26
 Sortie VGA:
MARCHE ; avoir le contenu de l’écran dans la sortie VGA.
ARRET ; n’avoir aucun signal dans la sortie VGA.
 Langue : choisir la langue voulu parmi : anglais – français – allemande.
 Heure/Date : saisir la date et l’heure
 Unité de mesure : choisir parmi le mm et inch l’unité de mesure adopté pour la
mesure des distances et des déplacements.

IV. Etalonnage de l'appareil ultrason KARL DEUTCH

1. Généralités :
L’étalonnage d’un instrument de mesure est une opération consistant à mesurer la même grandeur
avec l'équipement à étalonner et l'équipement étalon, et à comparer les indications des deux
instruments, puis à exploiter les résultats de cette comparaison.

Son exploitation permet, par l'application de corrections systématiques, de réduire l'incertitude


associée aux mesures. L’étalonnage engendre un résultat chiffré donc il permet de vérifier que le
moyen de mesure satisfait ou non à des prescriptions préalablement fixées. La satisfaction aux
prescriptions autorise la mise (ou la remise) en service de l’instrument de mesure.

L’étalonnage des appareils de mesure répond des obligations strictes relatives au respect des
systèmes Qualités type ISO 9000. Le suivi des moyens de mesure par des spécialistes permet de
garantir que les appareils sont adaptés et certifier que les résultats des mesures, contrôles et essais
sont fiables.

L’appareil de recherche de défauts par ultrasons mesure l’épaisseur, la profondeur ou la distance à


l’aide d’échos très précis. Pour pouvoir transformer ces mesures de temps en mesures de distance,
l’appareil doit être programmé avec la vitesse de propagation des ondes ultrasons dans le matériau
à inspecter, ainsi que tout décalage de zéro requis par l’appareil, le type de sonde ou la forme
d’écho. Ce processus est généralement désigné sous le nom d’étalonnage de la vitesse de
propagation et de zéro. La précision d’une mesure par ultrasons de l’épaisseur, de la profondeur ou
de la distance dépend de la précision de cet étalonnage. Un étalonnage erroné donnera des mesures
erronées.

Le terme étalonnage est utilisé pour trois différents processus associés aux appareils de recherche
de défauts par ultrasons :

27
Au moment de l’étalonnage de la vitesse de propagation, l’appareil est utilisé pour mesurer la
vitesse des ultrasons dans une pièce de référence. Cette valeur est ensuite stockée pour utilisation
dans le calcul de l’épaisseur à partir d’intervalles de temps mesurés. Plusieurs facteurs majeurs
modifient la vitesse de propagation : densité, élasticité et composition du matériau, structure de
grains et température.

L’étalonnage du zéro permet de compenser la partie du temps de passage total de l’impulsion qui
représente d’autres facteurs que le trajet sonore dans la pièce à inspecter. Le principal facteur de
modification de la valeur zéro dans les applications de recherche de défauts courantes est le retard
du palpeur, soit le temps requis pour l’onde sonore pour quitter la sonde. Les délais de commutation
électroniques, de câbles et de couplant sont d’autres facteurs.

2. Etalonnage avec le bloc standard (étalon) :


L’étalonnage de l’appareil de recherche des défauts par ultrasons (KARL DEUTSCH) consiste à
régler essentiellement trois grands paramètres : REGLAGE PALPEUR, PARAMETRES
PIECE, COMMANDES.

Démarche à suivre pour l’étalonnage de l’appareil avec palpeur droit :

 Alimenter l’appareil et brancher le palpeur utilisé (palpeur droit) ;


 Utiliser le bouton (MENU ESC) pour avoir accès au menu général de l’appareil ;
 On commence par le paramètre REGLAGE PALPEUR :
 rubrique Réglage palpeur + (entrer) ;
 charger/Effacer Palpeur + (entrer) ;
 DROIT (car on utilise palpeur type droit) + (entrer) ;

Figure 38:Choix du type de palpeur(DROIT)

 S 10 W 4 C (car le code du palpeur utilisé est S 10 W 4 C) + (entrer) ;

28
Figure 39: Choix du code palpeur

 Après le choix du code palpeur on appuie sur « charger » ;

Figure 40: Charger le palpeur

 Pour s’assurer qu’on a bien chargé le palpeur droit (S 10 W 4 C) : on peut


aller au menu général de l’appareil et choisir « PARAMETRES
PALPEUR » ;

Figure 41: Caractéristiques du palpeur droit (S 10 W 4 C)

D’après ces données on a bien chargé le palpeur convenable.

Remarque : l’étalonnage consiste à jouer sur le dernier paramètre dans la liste qui est le
« retard palpeur », mais on commence le réglage du « retard palpeur » après

29
l’introduction de tous les paramètres nécessaires c'est-à-dire (paramètre pièce, paramètre
palpeur).
 On retourne au menu général de l’appareil et on passe au réglage du 2éme paramètre qui
est PARAMETRES PIECE, dans cette étape on introduit :
 La « vitesse matière » : dans notre cas c’est la vitesse longitudinale de l’onde
dans le matériau acier (étalon) qui est de l’ordre de 5920 m/s.
 « Epaisseur matière » : 100mm.

Figure 42: L'introduction des paramètres pièce

 On retourne au menu général de l’appareil et on passe au 3éme paramètre qui


est COMMANDES : ce paramètre n’entre pas dans la démarche étalonnage de l’appareil
mais juste pour afficher les éléments de lecture des mesures effectuées :
 Dans cette étape on mit : Porte 1-------------------------------> MARCHE
Porte 2-------------------------------> MARCHE
Sélection de la mesure------------> MARCHE

Figure 43: Liste paramètre commandes

30
Dans le dernier sous paramètre « Sélection de la mesure » il faut afficher la liste de ce paramètre
et s’assurer que les paramètres de cette sous liste sont en mode MARCHE :

Figure 44: Liste des paramètres du sous paramètre "Sélection de la mesure"

 Après le réglage des paramètres, On passe à mettre les choses en pratique :


 Prendre l’étalon et mettre du couplant (gel) dans l’endroit où on veut effectuer
la mesure par exemple (Zone colorée en vert) ;
 Mettre le palpeur directement sur le couplant (gel) ;

L’étalon
Le couplant

Le palpeur utilisé
D : profondeur à mesurer

Figure 45: Mise en pratique l’étalonnage (palpeur droit)

 Après l’ajustement du signal d’affichage sur l’écran, on commence à varier le retard palpeur
de jusqu’à l’obtention d’une valeur proche de la valeur vrai de D indiqué sur le dessin de
l’étalon (100mm) ;
Comment varier les valeurs du retard palpeur ?

31
On doit à chaque fois entrer au menu général et chercher Paramètre palpeur et par la
suite retard palpeur , on fait un réglage et on sort pour voir si on a eu une valeur proche
de 100mm sinon on refait la même chose jusqu’avoir une mesure proche de 100mm .
Au lieu de cette dure démarche on peut mettre le paramètre retard palpeur sur le bouton
raccourci F3 par exemple, donc appuyer sur F3 le retard palpeur va apparaitre en bas de
l’écran et commencer à augmenter ou diminuer les valeurs du retard palpeur jusqu’ avoir
une mesure proche de 100mm, à la fin on aura le résultat suivant :

Figure 46: Affichage après réglage et ajustement

Remarque :

 Le réglage des paramètres : c'est-à-dire lorsqu’on est à la phase du menu général de


l’appareil (entrer les paramètres palpeur et paramètres pièce) mais la phase la plus
importante c’est au moment du réglage du retard palpeur (comme il est indiqué en bas
de l’écran, dans notre cas le retard palpeur est réglé à 1,150 us) ;
 L’ajustement du signal : c'est-à-dire centrer le signal au milieu de l’écran, régler le
gain de manière à ne pas dépasser les limites de l’écran, éliminer les échos non souhaité
(le bruit), placer les moniteurs (rouge ou vert) sur les échos convenables pour effectuer
les mesures et par la suite vérifier la fiabilité de l’appareil ;
 La mesure de la profondeur D est proche à 100mm donc on a bien étalonné l’appareil.

3. Etalonnage avec le palpeur angle :


Démarche à suivre pour l’étalonnage de l’appareil avec palpeur angle :
 On suit la même démarche et les mêmes réglages précédents (démarche d’étalonnage avec
palpeur droit) ;

32
 Mais dans le paramètre : REGLAGE PALPEUR : on change le type et le code du palpeur
c'est-à-dire :
 Au lieu de DROIT on met ANGLE ;

Figure 47: Choix du type de palpeur (ANGLE)

 Au lieu de S 10 W 4 C on met WG 45 PB 2 ;

Figure 48: Choix du code palpeur

 Dans le paramètre : PARAMETRES PIECE, on change la « vitesse matière » c'est-à-


dire :
 Au lieu de 5920 m/s on met 3255 m/s (on n’a pas changé la matière mais lorsqu’on
utilise le palpeur angle génère une onde transversale donc la vitesse de propagation
de l’onde dans la matière est la vitesse transversale et non pas longitudinale) ;

Figure 49: Paramètres pièce

Dans le paramètre : Commandes et plus précisément sélection de mesure, lors d’utilisation du


palpeur angle on aura l’intervention des nouveaux paramètres qui nous donne plus de mesure :

33
Figure 50: Liste des paramètres du sous paramètre "Sélection de la mesure"

 Après le réglage des paramètres, On passe à mettre les choses en pratique :


Le palpeur angle

R: rayon à mesurer

Figure 51: Mise en pratique le palpeur angle

 L’affichage sur l’écran :

Figure 52: Affichage après réglage et ajustement

34
4. Estimation de la vitesse longitudinale :
On calcule l’estimation de la vitesse longitudinale en utilisant la méthode de deux points et un
palpeur droit.

Démarche à suivre pour la méthode de deux points :

 Il faut que l’appareil soit déjà étalonner ;


 Appuyer sur le bouton (MENU ESC) pour avoir accès aux menu général de l’appareil ;
 Choisir « Aide utilisateur » + (entrer) ;
 Calibration en 2 points + (entrer) ;

Figure 53: Paramètre Aide utilisateur

 Mettre le paramètre «vitesse de référence » à 4700 m/s et le paramètre «Sound Path » à


100mm ;
 Charger le palpeur ----->DROIT----->S 10 W 4 C + (entrer) ;

Figure 54: Charger le palpeur droit

35
 Choisir >>>Prochain<< + (entrer) ;

Figure 55: Paramètre calibration en 2 points

 Afficher les échos sur l’écran (en mettant le couplant sur l’étalon et puis le palpeur) ;

Figure 56: Placement du moniteur rouge

 On place le moniteur rouge sur le premier écho +Appuie sur entrer ;

Figure 57: Placement du moniteur vert

36
 On place le moniteur vert sur l’écho qui suit directement le premier écho choisit + Appuie
sur entrer deux fois ;

Figure 58: Affichage de la vitesse longitudinale estimée

 En bas de l’écran, on voit bien la valeur de la vitesse longitudinale estimé par l’appareil qui
est de l’ordre de 5909 m/s ;
5. Estimation de la vitesse transversale :

On calcule l’estimation de la vitesse transversale en utilisant la méthode de deux points :

 Il faut que l’appareil soit déjà étalonner et charger avec les paramètres de réglage du palpeur
angle ;
 Suivre la même démarche précédente ;
On lit l’estimation de la vitesse transversale (dans ce cas c’est 3225 m/s) ;

Figure 59: Affichage de la vitesse transversale estimée

37
V. Les techniques de mesure et d’inspection :

1. Présentation des données :

Les données ultrasoniques peuvent être collectées et affichées suivant le format A-scan qui
fournit une manière de représenter et d'évaluer la région du matériel inspecté, qui consiste à afficher
la quantité d'énergie ultrasonique reçue en fonction du temps.
La quantité relative d'énergie reçue est tracée le long de l'axe vertical et le temps écoulé, qui est
lié au temps de parcours de l’onde sonore dans le matériau, est affiché le long de l'axe horizontal.
L’appareil KARL DEUTSCH 1090 est doté d'un affichage A-scan permettant d'afficher le signal
sous sa forme radiofréquence naturelle (RF), en tant que signal RF entièrement rectifié, ou en tant
que moitié positive ou négative du signal RF.
Dans la présentation A-scan, la taille de discontinuité relative peut être estimée en comparant
l'amplitude du signal obtenu à partir d'un réflecteur inconnu à celui d'un réflecteur connu. La
profondeur du réflecteur peut être déterminée par la position du signal sur le balayage horizontal.

Pour bien illustrer ça on propose l’étude de cas suivant :

Figure 60: Inspection d'une pièce métallique à l’aide d’un palpeur droit

Dans l'illustration de la présentation A-scan ci-dessous, l'impulsion initiale générée par le


transducteur est représentée par le signal IP, qui est proche du temps zéro. Lorsque le transducteur
a balayé le long de la surface de la pièce, quatre autres signaux sont susceptibles d'apparaître à
différents moments sur l'écran. Lorsque le transducteur est dans sa position la plus à gauche, seul
le signal IP et le signal A, l'énergie sonore réfléchie par la surface A, seront visibles sur la trace.
Lorsque le transducteur est déplacé vers la droite, un signal provenant de la paroi BW apparaît
plus tard, indiquant que le son s'est déplacé plus loin pour atteindre cette surface. Lorsque le

38
transducteur est surfait B, le signal B apparaît à un point de l'échelle de temps qui se situe
approximativement à mi-chemin entre le signal IP et le signal BW. Puisque le signal IP correspond
à la surface avant du matériau, cela indique que le défaut B est à peu près à mi-chemin entre les
surfaces avant et arrière de l'échantillon.
Lorsque le transducteur est déplacé sur le défaut C, le signal C apparaîtra plus tôt dans le temps
puisque le trajet de son est plus court et le signal B disparaîtra puisque le son ne sera plus réfléchi.

Figure 61: L'échographe A-SCAN correspondant à la pièce inspectée

2. Inspection par un palpeur droit :

Les mesures par ultrasons d'échos d'impulsions peuvent déterminer l'emplacement d'une
discontinuité dans une pièce ou une structure en mesurant avec précision le temps nécessaire pour
qu'une courte impulsion ultrasonique générée par un transducteur traverse une épaisseur de
matériau, réfléchie par le dos ou la surface d'une discontinuité et être renvoyé au transducteur. Dans
la plupart des applications, cet intervalle de temps est de quelques microsecondes ou moins. Le
temps de transit bidirectionnel mesuré est divisé par deux pour tenir compte du trajet de
déplacement vers le bas et vers l'arrière et multiplié par la vitesse du son dans le matériau d'essai.
Le résultat est exprimé dans la relation bien connue:

𝑣𝑡 2𝑑
𝑑 = 𝑜𝑢 𝑣 =
2 𝑡

Où d est la distance de la surface à la discontinuité dans le bloc, v est la vitesse longitudinale


des ondes sonores dans le matériau, et t est le temps de transit aller-retour mesuré.

39
L’inspection des blocs matériels, que ce soit en métaux, céramique, verre, ou bien en plastique,
consiste à déplacer le palpeur le long de la pièce, si elle est moins large sinon le balayage en
serpentin est nécessaire, afin de balayer toute la pièce en localisant les différentes discontinuités ou
les hétérogénéités existantes, qui se manifestent comme des fissures, cavités, trous, rainures, ou
non homogénéité du milieux.

Les figures ci-dessous illustrent les différents échographes qu’apparaitraient lors du balayage,
de la gauche vers la droite, d'un bloc d'essai en acier inoxydable en utilisant un transducteur de 4
MHz et de 10 mm de diamètre.

2.1. L’échographe 1 :
Si on commence par la gauche, le premier écho, représenté en sa forme naturelle, qu’on constate
est celui qui est représenté dans l’écran, où son amplitude est proportionnelle à la quantité d’énergie
ultrasonique réfléchie qu’on mesure en %SH (c’est-à-dire le pourcentage de la hauteur de l’écran,
si on a un pic qui couvre la totalité de la hauteur de l’écran son amplitude est de 100%SH), et le
temps écoulé pendant l’aller-retour de l’onde est présenté par l’emplacement du pic dans l’axe
horizontal.
Remarque : Si l’onde traverse plus de distance alors elle prend plus de temps pour faire l’aller-
retour et par la suite le pic correspondant va se situer dans une position plus à droite.

Figure 62: L'inspection de la face 1 du block

40
2.2. L’échographe 2 :
En déplaçant le palpeur le long de la pièce, on ne constate pas un changement au niveau de
l’échographe, jusqu’à un certain point où le pic s’est déplacé vers la droite. Ce fait ne signifie que
l’onde a traversé plus de distance qui correspond parfaitement à la distance entre le palpeur et la
deuxième face de la pièce.

Figure 63: L'inspection de la face 2 du block

2.3. L’échographe 3 :
En procédant de la même façon, un deuxième pic d’une faible amplitude apparait vers la gauche,
en plus du pic précédent qui correspond à la deuxième face du bloc.

Figure 64:L'inspection du trou1 du block

41
Pour interpréter ce nouveau pic, il faut se baser sur deux choses essentielles :

 L’amplitude :
Comme on a déjà cité, l’amplitude représente la quantité d’énergie ultrasonique réfléchie, qui
dépend principalement à la surface où il y a une discontinuité ou une hétérogénéité que l’onde
rencontre lors son parcours (une grande surface de défaut -> plus d’ondes réfléchies -> quantité
d’énergie ultrasonore importante -> un pic ayant %SH élevé, et l’inverse est vrai).
Dans ce cas de figure, l’onde a rencontré une fissure (un trou dans cette cas) ayant une faible
surface de réflexion acoustique.

 La position selon l’axe horizontal (le temps) :


Les deux pics sont représentés simultanément, ce qui signifie qu’une partie de l’onde ultrasonore
envoyée par le palpeur est réfléchie à cause du premier trou, et le reste a continué son parcours
jusqu’à il sera réfléchi par la deuxième face.
Le petit pic est placé vers la gauche loin de celui de la deuxième face, ce qui signifie que le trou
existe avant et loin de la deuxième face.

2.4. L’échographe 4 :
On obtient la même chose pour le deuxième trou, à la différence que le pic correspondant est
plus proche de celui de la deuxième face.

Figure 65: L'inspection de la rainure du block


En déplaçant le palpeur vers la droite jusqu’on rencontre la rainure qui se traduit par
l’échographe suivant caractérisé par :

42
 L’amplitude :
Ce nouveau pic a une amplitude plus grande que celui du trou ce qui signifie que la largeur de
la rainure est plus grande que l’arc du trou (la face de réflexion acoustique)

 La position selon l’axe horizontal (le temps) :


Le pic est proche de celui de la deuxième face ce qui signifie que la rainure est juste à côté de
cette dernière.

3. Inspection d’une fissure droite par un palpeur angle:


Par ce type de palpeurs, on inspecte nos pièces moyennant des ondes transversales inclinées,
d’un certain angle par rapport à la surface de contact, que les on appelle aussi des ondes de
cisaillement, dont la direction de propagation est perpendiculaire au sens de déformation du milieu,
et non pas des ondes longitudinales qu’on a vu précédemment.
Les transducteurs de faisceau d'angle sont généralement utilisés pour introduire une onde de
cisaillement, réfractée dans le matériau d'essai, ayant une trajectoire sonore rectiligne et incliné
permettant au faisceau de venir du côté pour sonder des zones où on n’a pas la possibilité d’accès
directe, en améliorant ainsi la détectabilité des défauts, par exemple dans et autour les cordons de
soudures qui sont connus par une surface irrégulière qui empêche normalement un contact
satisfaisant avec un palpeur normal.

Remarque : Dans les solides la vitesse des ondes transversales est approximativement la moitié
de celle des ondes longitudinales, ce qui veut dire qu’il faut faire attention au réglage adéquat de
la vitesse lors du changement du palpeur.

Figure 66: L'inspection d'un défaut à l'aide d'un palpeur incliné

43
3.1. La localisation des défauts :
La figure ci-dessus représente un cas de localisation d’un défaut existant dans un cordon de
soudure à l’aide d’un palpeur incliné :
En utilisant les données fournies par l’appareil à US, on peut localiser tout simplement ce petit
défaut.
Si on a choisi le moniteur 1 ou 2 pour l’évaluation du pic, on trouve ces données représentées
comme suit :

- Sound Path = Mi Path


- Depth = Mi depth
- Surface distance = Mi Pd

Avec i = 1 ou 2

Remarque : Il y a une autre méthode pour localiser les défauts, qui consiste à sonder les zones
à inspecter en utilisant des faisceaux sonores réfléchis à partir de la paroi arrière, afin d’améliorer
la détectabilité des défauts, dans le cas où il y a un défaut très proche du palpeur et qu’on n’arrive
pas à le détecter.

Figure 67: L'inspection d'un défaut à l'aide d'un palpeur incliné

En utilisant les données fournies par l’appareil à US, on peut localiser tout simplement ce petit
défaut.
Si on a choisi le moniteur 1 ou 2 pour l’évaluation du pic, on trouve ces données représentées
comme suit :

- V Path = Mi Path
- Skip distance = Mi Pd Avec i = 1 ou 2

44
Remarque : La première méthode est la plus pertinente au niveau de la localisation des défauts,
puisqu’elle fournit une information supplémentaire concernant la profondeur du défaut et par la
suite une localisation complète.

3.2. Le dimensionnement des défauts :


Lorsque la géométrie de la pièce est relativement simple et que l'orientation d'un défaut est bien
connue, la longueur ‘a’ d'une fissure peut être déterminée par une technique connue sous le nom
de diffraction d'extrémité ou bien en anglais « Crack Tip Diffraction ». Une application courante
de la technique de diffraction des pointes consiste à déterminer la longueur d'une fissure provenant
de l'arrière d'une plaque plane, comme indiqué ci-dessous. Dans ce cas, lorsqu'un capteur de
faisceau d'angle est balayé sur la zone du défaut, l'écho principal vient de la base de la fissure pour
localiser la position du défaut (échographe 1). Un deuxième écho beaucoup plus faible provient de
l'extrémité de la fissure et puisque la distance parcourue par l'ultrason est moindre, le second signal
apparaît plus tôt dans le champ de vision (échographe 2).

Figure 68: La localisation du début du défaut à l'aide d'un palpeur incliné

Figure 69: La localisation de la fin du défaut à l'aide d'un palpeur incliné

Comme l'angle d'incidence et l'épaisseur du matériau sont les mêmes dans les deux mesures,
deux triangles rectilignes similaires sont formés de telle sorte que l'un peut être superposé sur
l'autre. Un troisième triangle rectangle similaire est réalisé, qui est compris sur la fissure, la
longueur ‘dt’ et l'angle θ.

45
En utilisant la trigonométrie, une équation pour estimer la hauteur de la fissure à partir de ces
variables peut être dérivée comme indiqué ci-dessous.

Figure 70: Le dimensionnement de la fissure droite

𝐷𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑎
𝑂𝑛 𝑎: cos(𝜃) = ⇒ 𝑎 = cos(𝜃) ∗ (𝐷𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑑𝑡)
𝐷𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑑𝑡
𝐴𝑣𝑒𝑐 ∶ 𝐷𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑑𝑡 = 𝐷𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑇1 − 𝐷𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑇2

L'équation est complète une fois la distance ‘dt’ est calculée en faisant la différence entre les
longueurs, mesurées par l’appareil et indiquées par Mi Path, correspondant aux deux pics
précédents.
Remarque : La valeur de l’angle de réfraction θ indiquée sur le boîtier (angles standards 35°,
45°, 60°, 70°, 80°) est valable uniquement pour les aciers. En contact avec un autre matériau, le
même palpeur donne un angle différent, qu’on peut les remarquer ici, ou bien les calculer d’après
la loi de Snell Descartes.

Tableau 1: Les valeur de l'angle de réfraction du palpeur angle pour deifférents matériaux

Angles indiqués sur les palpeurs et valables


45° 70°
pour les aciers
Aluminium 42,5° 64°
Cuivre 30° 41°
Fonte Grise 28,5° 39°

46
4. Inspection d’une fissure inclinée par un palpeur angle:
Dans plusieurs cas, on ne trouve pas une fissure assez simple, mais avec une géométrie si
complexe qu’on n’aura pas un bon dimensionnement si on fait une approximation par le fait de la
considérer comme une fissure droite.
C’est pour cette raison, on propose la fissure présentée ci-dessous, afin d’établir un ensemble
de formules permettant un dimensionnement plus fiable.

Figure 71: Le dimensionnement d'une fissure incliée à l'aide d'un palpeur angle

Pour dimensionner cette fissure on a besoin de calculer deux paramètres Δx et Δh.


Avec : ∆𝑥 = 𝑒𝑥 + 𝑥1 − 𝑥2 𝑒𝑡 ∆ℎ = ℎ2 − ℎ1

Sachant que ′𝑒𝑥 ′ est la distance par laquelle on a déplacé le palpeur de la position correspondante
du pic2 vers le pic1.
Comme précédemment, on peut calculer les x et les h en utilisant ces formules :
𝑥1 = 𝑃1 ∗ sin(𝛼) 𝑒𝑡 𝑥1 = 𝑃2 ∗ sin(𝛼)
ℎ1 = 𝑃1 ∗ cos(𝛼) 𝑒𝑡 ℎ2 = 𝑃2 ∗ cos(𝛼)
𝛼: 𝑒𝑠𝑡 𝑙 ′ 𝑎𝑛𝑔𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑟𝑒𝑓𝑟𝑎𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛

Remarque : L’appareil, KARL DEUTSCH 1090, facilite la tâche de calcul par le fait qu’elle
fournit directement les valeurs de h et x, présentées respectivement en Mi Depth et Mi Pd.
Avec : i=1 ou 2 selon le moniteur qu’on a sélectionné.

47
5. Echographes spéciaux :

5.1. Cas 1 : Echogrphe Herbe

Figure 72: L’Echographe Herbe

"Herbe" sur l'axe horizontal (bruit de fond). La puissance d'émission et/ou l'amplification sont
trop élevées qu’on doit la régler en diminuant le gain, ou en ajustant le niveau de rejet afin
d’éliminer ce bruit.

5.2. Cas 2 : Echographe perturbé

Figure 73: L'Echographe perturbé

Grand nombre d'échos dus à une microstructure grossière (fontes) ou matériau composite. Les
joints de grains réfléchissent et empêchent l'onde de traverser la pièce.
Pour éviter ce genre de problème fréquent, il nécessaire de Choisir un palpeur de fréquence plus
faible.

48
5.3. Cas 3 : Echographe Fantome

Figure 74: L'Echographe d'une face inclinée

Echo de fond disparait complétement lors du balayage avec le palpeur, sans détecter un autre
correspondant à une face limite.
Dans ce cas on peut conclure qu’il s’agit d’un défaut avec surface limite plane qui est incliné
par rapport à la direction d'incidence. Le faisceau réfléchi ne revient plus vers le palpeur et se perd
dans l'éprouvette.
Pour éviter ce genre de problème il est nécessaire d’utiliser un palpeur d'angle pour localiser
l'endroit exact du défaut.

5.4. Cas 4 : Echographe Périodique

Figure 75: l'Echographe périodique

49
Plusieurs échos avec séparation identique et amplitude décroissante provoqués par une surface
limite réfléchissant fortement. Le faisceau va et vient plusieurs fois entre le palpeur et la surface
réfléchissante. L'amplitude décroît en raison de l'amortissement et des pertes par réflexion.
Il peut aussi arriver qu'un écho de l'impulsion précédente revienne après émission d'une
deuxième impulsion (échos fantômes).

5.5. Cas 5 : Echographe avec interférence des pics

Figure 76: L'Echographe avec interférence des pics

Interférence des deux pics. On peut conclure qu’il s’agit d'un défaut à proximité de la surface.
Pour éviter ce genre de problème il est nécessaire de régler la base du temps de l’appareil de
telle sorte qu’on arrive à séparer ces deux pics et à bien interpréter les résultats.

50
Tutoriel :
La mise en pratique de l’appareil KARL DEUTSCH 1090

51
1. Découverte et Etalonnage de l'appareil :

Le palpeur droit utilisé est de 4 MHz et de diamètre 10 mm.


En utilisant la cale universelle d'étalonnage NF EN 12 223 de vitesse longitudinale 5920m/s,
réaliser un étalonnage du palpeur.

2. Application n°1: Mesures d’épaisseurs :

2.1. Localiser le trou suivant :

 A partir du dessin de cale d’étalonnage calculer e1 et e2.


e1= 10 mm et e2= 5 mm
 En utilisant le pied à coulisse, mesurer e1 et e2.
e1=10,10 mm et e2 = 5,14 mm
 En utilisant l’appareil à US, mesurer e1 et e2.
e1=10,03 mm et e2 = 4,92 mm

2.2. Mesurer les épaisseurs sur la partie indiquée ci-contre :

 A partir du dessin de cale d’étalonnage extraire les différentes longueurs.


L1 = 100mm et L2 = 85 mm et L3 = 91 mm

 En utilisant le pied à coulisse, mesurer les différentes longueurs.


L1 = 99,99mm et L2 = 84,94 mm et L3 = 90,98 mm

 En utilisant l’appareil à US, mesurer les différentes longueurs.


L1 = 100,01 mm et L2 = 85,38 mm et L3 = 90,96 mm

Il s’agit de jouer sur les paramètres POSITION / LARGEUR / NIVEAU de la porte 1 pour
mesurer chacun des pics séparément.

2.3. Mesurer des différentes cotes d’une pièce en acier :


A l’aide du document ‘dessin de la pièce1 ‘, remplir ce tableau :

La valeur en (mm) mesurée par:


les cotations
Le Pied à coulisse (mm) L'appareil ultrason (mm)
a 20,02 19,6
b 18,8 18,8
c 72,76 72,63

52
d 23,74 23,5
e 4,94 4,44
f 35,19 34,96
g 27,88 27,63
h 19,93 20,13
i 13,81 13,8
j 9,58 9,18
k 10,55 10,55
L 18,46 18,18
m 43,50 43,11
n 14,07 15,01
R1 3,03 3,37
R2 4,75 4,88

3. Mesure de vitesse de propagation dans le cas d’Aluminium:

3.1. Méthode 1 :

Pour trouver la vitesse des US, on peut faire un étalonnage. La vitesse est alors affichée sur
l'écran. Il est impératif de prendre 2 pics successifs pour l'étalonnage en 2 points afin de trouver
la bonne valeur de la vitesse.

 Mesurer la vitesse longitudinale des US dans l'aluminium.


𝑉𝐿 = 6439 𝑚/𝑠
 Sachant qu’elle est d’ordre de 6400m/s, que pouvez-vous conclure ?

3.2. Méthode 2 :

Dans la cale universelle de hauteur H0 = 100 mm, la célérité des ondes longitudinales (O.L)
est de c0 = 5,92 km/s. La profondeur de l'écho de fond est alors X0 = 100 mm. A noter que si
la vitesse prise en compte par l'appareil à US ne correspond pas à la vitesse réelle dans le
matériau, l'écho de fond X mesuré ne correspondra pas à la hauteur réelle H.

53
Ainsi si l'on conserve le réglage pour l'acier et si l'on utilise différents blocs de matériaux
différents de hauteurs respectives Hi, la profondeur de l'écho de fond sera Xi pour des ondes se
propageant à la célérité ci. On aura alors la relation :

𝐻𝑖
𝐶= ∗ 𝐶0
𝑋𝑖

 En suivant cette méthode, recalculer la vitesse longitudinale pour l’aluminium


57,26
𝑉𝐿 = ∗ 5920 = 6411,56 𝑚/𝑠
52,87
 Que remarquiez-vous ?

4. Recherche de défauts en OT :

4.1. Etalonnage d'un palpeur angle :

Le palpeur utilisé est celui de 1,8 MHz et le sabot de 45°.


Relever la valeur de la vitesse des OT dans la cale en acier.
𝑉𝑇 = 3241 𝑚/𝑠

4.2. Recherche d'un trou sur la cale d'étalonnage :

En déplaçant le traducteur sur la cale étalon NF EN 12 223,

 Rechercher la profondeur du petit trou.


Profondeur = 12,3 mm
 Vérifier cette profondeur à l'aide du dessin technique de la cale.
Profondeur = 13,5 mm

54
5. Evaluation des propriétés élastiques de la cale d’étalonnage :

A partir de la mesure de la vitesse des OL et des OT, déterminer le module d'Young, le


module de cisaillement et le coefficient de Poisson de la cale étalon NF EN 12 223 en acier,
en utilisant les formules suivantes :

(3VL  4VT )
2 2
E  . G   .VT 2 E
VL
2
 1
( 2  1) Avec 𝜌 = 7,85 ∗ 103 𝐾𝑔/𝑚3 2 .G
VT

Conclusion. Sachant que la valeur de module d’Young pour un acier courant est voisine de
210000 MPa.

E=211 891,5 MPa G=82 457,04 MPa Coefficient de Poisson = 0,28

55
Annexes :

56
Annexe1 : Dessin de définition de la cale d’étalonnage NF EN 12 223

57
Annexe2 : Dessin de définition de la pièce de mesurage

58
Annexe3 : Dessin de définition de la pièce en Aluminium

59
Bibliographie :

 Le manuel de l’appareil KARL DEUTSCH 1090 ;

 Ultrasonic Testing of Materials 4th edition;

 Cours de CND de 4ème année génie industriel de l’ENSA Safi ;

 TP de métrologie et contrôle qualité niveau licence professionnelle de Lycée JEAN-

MERMOZ ;

 Le site de ‘NDT Resource Center’ : https://www.nde-ed.org/index_flash.htm

60