Vous êtes sur la page 1sur 288

Séminaire

CENTRE UNIVERSITAIRE AHMED ZABANA- RELIZANE


INSTITUT DES SCIENCES ET TECHNIQUES
International de
Mécanique

Stratégie et Innovation

Algérie, Relizane le 24 et 25
Novembre 2017

ISBN : 978-9931-9491-0-7
Séminaire International de Mécanique
« Stratégie et Innovation »
Algérie, Relizane le 24 et 25 Avril 2017

Edité par :
Dr. MAHMOUDI Noureddine
Dr. ABOURA Ahmed
Dr. ZOUAMBI leila
Dr. BOURDIM Mokhtar
Dr. MEDJAHED Seyd Ahmed
Laboratoire Génie Industriel et Développement Durable
Département de Génie mécanique
Institut Sciences et Technologies
Centre Universitaire Ahmed Zabana Relizane
Relizane, Algérie

Publier par Laboratoire Génie Industriel et Développement Durable


ISBN : 978-9931-9491-0-7
Site web : https://icmre.000webhostapp.com/
https://gidd.000webhostapp.com/

2
Table des matières
Finite Element Coding of Functionally Graded Beams under Various Boundary and Loading
Conditions………………………………………………………………………………………………… 5
Identification et commande numérique des procédés industriels en utilisant LabVIEW: Réalisation
pratique ....................................................................................................................................................... 20
Optimisation De La Formulation Du Béton Auto-plaçant A Base Des Matériaux Locaux ....................... 32
Comportement mecanique d’un acier industriel faiblement allie - relation avec la microstructure .......... 40
Thermo-convective study of a shell and tube thermal storage unit ............................................................ 43
Analyse de la vibration libre des plaques en matériaux composites avancées (Cas d’imperfection de la
plaque) ........................................................................................................................................................ 47
Facteur d'intensité de contraintes dans les pipelines pour deux positions de fissures ................................ 51
Effet d’une condition active-passive à la paroi sur les transferts thermique et massique d’un milieu
poreux non-Darcéen saturé par un nano-fluide. ......................................................................................... 54
Comportement thermomécanique en flexion d'une plaque en FGM reposant sur des fondations élastiques
.................................................................................................................................................................... 58
Etude de flambement mécanique d’une plaque sandwich en FGM avec diverse conditions aux limites .. 64
L’effet des Parametres Physiques sur la Convection Thermosolutale dans une cavité Cylindrique
Annulaire .................................................................................................................................................... 67
Modeling and Design of integrated solenoid Inductor for silicon RF ........................................................ 72
Modélisation par élément finis les assemblages boulonnés ....................................................................... 75
-Analyse de la rigidité par contrainte thermique- ....................................................................................... 75
Implant–cement interfacial behaviour under shear mode loading conditions ............................................ 80
First-principles calculations of the mechanical, electronic and thermal properties of the new half-metallic
Co2CrAl1-xGax............................................................................................................................................. 88
Elaboration et caractérisation de couches minces de ZrO2 déposées par pulvérisation magnétron ........... 91
Exact solution for static analyse of carbon nanotube-reinforced composite plates.................................... 95
Optimisation des proprietes mécanique d'un materiau composite soumis à l’impact ................................ 99
Ab initio study of the novel potential photovoltaic absorber: Cu2MgSnSe4 compound ......................... 102
Half-Heusler compounds with a 1 (eV) direct band gap, for solar cell application. ................................ 107
Analyse des plaques P-FGM poreuses reposées sur une fondation de type Winkler-Pasternak .............. 111
Reponse of a cantilever beam E-FGM subjected to the bending ............................................................. 114
effet De La Taille Des Porosités Sur Le Comportement De Ciment Orthopédique Du Fémur De Pth,
Étude 3D ................................................................................................................................................... 118
Analyse tridimensionnelle du comportement des fissures elliptiques émanant dans le ciment osseux de la
prothèse totale de la hanche ...................................................................................................................... 122
Comportement en rupture des jonctions tubulaires soudées de forme T : Analyse bidimensionnelle ..... 129
Simulated analysis of failure behavior of acrylic cement in THP ............................................................ 135

3
Efficacité de la Réparation par Patch Composite des Pipelines Fissurées Sollicitées en Traction. ......... 143
Simulation Numérique Des Joints De Soudure Avec Abaqus 2D Weld Modeler ................................... 146
Analyse de l'impact de la présence des trous elliptiques sur le comportement mécanique des plaques
composites ................................................................................................................................................ 152
Diagnostic la Durabilité du Béton des Réseaux d’Assainissement de Ouargla par Essai Non Destructif 162
Diagnostic des Dégradations du Port de DjenDjen - Jijel ........................................................................ 168
Etude analytique de la flexion thermomécanique des plaques stratifiées en utilisant une théorie de
déformation de cisaillement sinusoïdale .................................................................................................. 173
Decomposition of Freon-12 Using a Thermal Plasma at Ambient Air .................................................... 177
Prédiction de l'irradiation solaire horizontale par les réseaux de neurones artificiels et la régression
linéaire multiple ....................................................................................................................................... 183
Critical buckling load of chiral double-walled carbon nanotube Embedded in an elastic medium. ........ 190
Influence du Grenaillage sur la Fatigue des Aciers Inoxydables en Milieu Hydrogèné .......................... 193
Modelling a spiral porous fin with temperature dependent and independent thermal conductivity ........ 198
Preventing a fire disaster in the Wildland-Urban Interface ...................................................................... 203
The structural, electronic, magnetic and mechanical properties of Half-Heusler alloys Ti2NiZ (Z=Al, Ga,
In): A first-principles study ...................................................................................................................... 206
Physical Parameter Effect on a shell and tube TES unit .......................................................................... 211
Etude de L’action du Champ Magnétique dans les MicroSystèmes Electromécaniques des Fluides ...... 215
Prédiction numérique de l’influence des dépôts solides sur l’efficacité de refroidissement par film .... 221
Determination des Proprietes Mecaniques du Bronze par NanoIndentation............................................ 226
Flexion des plaques FGM avec le concept de l’axe neutre ...................................................................... 229
Etude de flexion d’une micro-plaque foctionnellement graduees basée sur la theorie de contrainte de
couple modifieés....................................................................................................................................... 235
Effet des paramètres du traitement par dispositif tiges-billes sur la dureté superficielle de l’acier XC48
.................................................................................................................................................................. 239
Soudage par point par friction malaxage (FSSW) d’un polymère ........................................................... 243
Etude de durée de vie en fatigue d’une pipe en PEHD ............................................................................ 248
Flux de la couche limite magnetohydrodynamique (MHD) de convection naturelle dans le milieu poreux
Darcéen-forchheimer en presence d'un effet d'aspiration / injection ...................................................... 252
Analyse numérique des contraintes résiduelles dans les jonctions céramométalliques ........................... 257
Étude du Comportement Mécanique d’une Dent Naturelle ..................................................................... 263
Experimental and Finite elementmodeling of Mixed-Mode Crackinitiation angle in HDPE .................. 267
Propriétés mécaniques et durabilité des bétons à base de granite ........................................................... 272
Flambement thermique des plaques fonctionnellement gradués utilisant une théorie trigonométrique de
cisaillement à quatre variables............ 276Modélisation numérique de l’effet de l’entaille et la longueur de
fissure sur le comportement mécanique de deux laminés assemblés par un simple joint de colle .......... 284

4
Finite Element Coding of Functionally Graded Beams under
Various Boundary and Loading Conditions

Othman Al-Hawamdeh1, 2, Ibrahim Abu-Alshaikh1, Naser Al-Huniti1


1
Mechanical Engineering Department, University of Jordan, 11942 Amman -Jordan
2
Mechanical Engineering Department, Philadelphia University, 19392 Amman - Jordan

Abstract
Detailed formulation and coding of exact finite element is carried out to study the static behavior of a layered beam structure.
The beam element is modelled based on the first-order shear deformation theory and it is assumed to be composed of three
layers whereas the middle layer is made of functionally graded material (FGM), i.e., with variable elastic properties in the
thickness direction. The shape of the FGM mechanical properties variation in the thickness direction takes the form of
exponential or power-law. The governing equations and boundary conditions are derived by applying the virtual work
principle. Variations of displacements along the beam and stresses across the depth due to mechanical loadings are
investigated. Comparative examples are carried out to highlight the static behavior difference between FGM layered beams
and pure metal - ceramic beams.
Une formulation détaillée et un codage de l'élément fini exact sont effectués pour étudier le comportement statique d'une
structure de poutre en couches. L'élément de poutre est modélisé sur la base de la théorie de déformation de cisaillement du
premier ordre et est supposé être composé de trois couches alors que la couche intermédiaire est constituée de matériau
fonctionnellement dégradé (FGM), avec des propriétés élastiques variables dans la direction de l'épaisseur. La forme de la
variation des propriétés mécaniques des FGM dans le sens de l'épaisseur prend la forme d'une loi exponentielle ou de
puissance. Les équations directrices et les conditions aux limites sont dérivées en appliquant le principe du travail virtuel. Les
variations des déplacements le long de la poutre et les contraintes à travers la profondeur dues aux chargements mécaniques
sont étudiées. Des exemples comparatifs sont mis en évidence pour mettre en évidence la différence de comportement statique
entre les poutres en couches FGM et les poutres métalliques - céramiques pures.

1. Introduction

Composite materials are growingly being used in many engineering applications due to their strength, stiffness, and lightness.
Among their types, composites with multilayers are the mostly used because of their firmness against thermal and mechanical
loads. As a conventional layered composite, the layers are usually structured from ceramics and metal. Due to the distinct
interface between ceramic and metallic layers, material properties across the interface undergo a sudden change; which
produces stress jump and may give a rise to delamination or cracking of the interface. To overcome this shortage, a new
technique of grading between ceramic and metal layers was developed by Japanese material scientists in 1984 [1]. Materials

5
with the mentioned grading are called Functionally Graded Materials (FGMs), which are heat-resisting by ceramic, and
fracture-resisting by metal with smooth graded transition of material properties.
Along various applications, new methodologies for predicting FGMs’ mechanical and thermal behavior have been developed.
Chakraborty, et al. [2] presented a beam element to study free vibration and wave propagation in laminated composite beam
structures with symmetric as well as asymmetric ply stacking.
Chakraborty, et al. [3] developed a beam element to study the thermoelastic behavior of FGM beams based on the first-order
shear deformation theory. Static, free vibration and wave propagation problems were considered. Vallejo, et al. [4] introduced
a new absolute nodal coordinate-based on finite element. The introduced element uses redefined polynomial expansion
together with a reduced integration procedure. The performance of the introduced element is studied by means of certain
dynamic problems eliminating locking problems. Kadoli, et al. [5] studied static behavior of (metal-ceramic) functionally
graded beams under ambient temperature. They assumed the displacement field to be based on higher order shear deformation
theory. Using principle of stationary potential energy, they presented the static finite element equilibrium equations for
functionally graded beam with uniformly distributed transverse load. Roy and Khan [6] analyzed the static response of
functionally graded cantilever beam subjected to uniformly distributed load. For numerical implementation, Galerkin’s
weighted residual method was used within the framework of Timoshenko beam theory. Khan, et al. [7] presented a one
dimensional finite element model for static response and free vibration analysis of FGM beam. The model was based on zig-
zag theory with two-noded beam having four degree of freedom per node. El-Ashmawy, et al. [8] conducted a non-
conventional finite element model for static and dynamic analysis of an axially and transversally FGM Timoshenko beam.
Thermal analysis for FGB operating in high temperature environment was done.
In this work, a finite beam element is developed to study the static behavior of functionally graded beam structures based on
first-order shear deformation theory. Power-law and exponential variation of material properties along the thickness is used.
Governing equations and boundary conditions are derived according to the virtual work principle for a cantilever mechanical
loaded beam. The behavior differences between FGM beams and pure metal - pure ceramic beams are demonstrated by
comparing studies.

2. Finite Element Formulation

Consider a functionally graded layered cantilever beam of length L, depth b and thickness h, Fig. 1. The layered beam consists
of three layers; the upper most layer is metal, the lower most is ceramic and the middle is a FG layer.

6
Figure 1 Layered Cantilever beam.

In literature, FGMs’ function of composition can be modeled by either exponential or power-law, [8]. The power-law relation
is given by

P( z )  ( Pm  Pc ) Vc ( z )  Pc (1)

where Pm and Pc stand for the mechanical properties of the upper most surface and lower most surface of the FGM layer,
respectively, and Vc  z  is the ceramic volume fraction given by

k
1 z
Vc  z      (2)
2 h
The included effective properties are Young’s modulus of elasticity E and shear modulus G that varies continuously in the
thickness direction (z-according) by the following power-laws, respectively
k
1 z
E ( z )  ( E m  E c )     Ec (3)
2 h

k
1 z 
G ( z )  (G m  G c )     G c (4)
2 h 
where k is the power-law exponent which determines the material variation profile. For k=0 the material is metal and for k=1
it is ceramic when z=-h/2 and metal if z=h/2. However, for representing the FGM by exponential law the relation becomes

1 P 
P ( z )  Pc exp   (1  2 z / h )  ,   log  m  (5)
2  Pc 

Figures 2 and 3 show both the power and exponential representations of FGM for the variation of the modulus of elasticity
along the beam thickness direction. In Fig. 2, the power-law, Eq. (3),is drawn for different values of k whereas the FGM beam
is assumed to be of E=390 GPa at the lower surface z/h= -0.5,and of E=210 GPa at the upper most surface z/h= 0.5. On the
other hand, Fig. 3 is drawn for the same material properties using Eq. (5).

7
0.025
0.02
0.015
0.01
0.005
z (m)

0
-0.005 k= 0 .5
k= 1
-0.01 k= 2
-0.015 k= 5
k= 1 0
-0.02
-0.025
210 240 270 300 330 360 390
E(z) (GPa)
Figure 2 Variation of modulus of elasticity along the FGM layer thickness (power law).

0.02

0.01
z (m)

-0.01

-0.02

210 270 330 390


E(z) (Gpa)
Figure 3 Variation of modulus of elasticity along the FGM layer thickness (exponential law).

Based on the first-order shear deformation theory [9], the axial and transverse displacements are given by

u ( x, z )  u0 ( x)  z ( x) (6)

w( x, z )  w0 ( x) (7)

Where (x ) is the angle of rotation of the normal to the mid-surface of the beam, u 0 (x ) ,w 0 (x ) are the displacements of
the neutral axis in the axial and transverse directions, respectively. The axial, normal and shear strains are given by
du 0 (x ) d  (x )
x  z (8)
dx dx

8
dw 0 (x )
 xz   (x )  (9)
dx
The constitutive relations for the FGM beam is

 x   E ( z ) 0   x 
    0 G (z )   xz 
(10)
 xz  

The principle of virtual displacements implies that the beam equilibrium should satisfy
U  V  0 (11)

where
L
 U     x x   xz xz  dAdx (12)
0 A

L
 V    q ( x ) w0 ( x ) dx (13)
0

The essential and natural boundary conditions at the fixed (x=0) and free (x=L) ends of the cantilever beam are given,
respectively, as

u 0 (0) = 0,  (0) = 0, w 0 (0) = 0 (14)

N  0 ,V  0 , M  0 (15)
Where N, V, and M are the axial force, shear force and moment, respectively; these values can be expressed in derivative forms

of u 0 ( x ) , w 0 ( x ) and (x ) as
du0 ( x) d ( x)
N  c1  c2 (16)
dx dx

 dw ( x) 
V  c4  0   (x)  (17)
 dx 

du0 ( x) d ( x )
M  c2  c3 (18)
dx dx

where
h/2 h/ 2 h /2 h/2
c1  b  E ( z )dz , c2  b  zE ( z ) dz , c3  b  z E ( z )dz , c4  b 
2
G ( z )dz (19)
h/2 h/ 2 h/ 2 h/2

Substituting equations (8) and (9) into (12) gives

9
  du0 ( x) d ( x)  d u0 ( x) d ( x)  
L h /2  E ( z )  dx  z dx  dx  z dx  
   
U      bdzdx (20)
0  h /2 G( z )   ( x)  dw0 ( x)   ( x)  d w0 ( x)  
  dx   dx   

Solving Eq. (20), for  u 0 (x ) , (x ) and w 0 (x ) , implies that

d 2 u0 ( x ) d 2 ( x )
 c1  c 2 0 (21)
dx 2 dx 2
d 2u0 ( x) d 2 ( x)  dw ( x) 
c2 2
 c3 2
 c4   ( x)  0   0 (22)
dx dx  dx 
d (x) d 2 w0 ( x)
 0 (23)
dx dx 2
The assumed solutions for the displacements and the angle of rotation have the following form, [3]

u0 ( x )  a1  a2 x  a3 x 2 (24)

w0 ( x )  a4  a5 x  a6 x 2  a7 x 3 (25)

 ( x)  a8  a9 x  a10 x 2 (26)

The solutions, Eqs. (24-26), have a total of 10 constants with six boundary conditions, Eqs. (14-15), with 3 degrees of freedom
at each node. Thus, there are only six independent constants, and the other four dependent constants can be written in terms of
the six independent ones by substituting equations (24–26) into equations (21–23) and collecting terms to get
1 (a5  a8 )
a3   2 (a5  a8 ) , a7   , a6  3 a9 , a10  1 (a5  a8 ) (27)
3

After substituting Eq. (27) into Eqs. (24-26), the assumed solutions can be written as

u0 ( x )  a1  a2 x   2 (a5  a8 ) x 2
(28)
1
w0 ( x)  a4  a5 x  3a9 x 2  1 (a5  a8 ) x3
3 (29)

 ( x)  a8  a9 x  1 (a5  a8 ) x 2 (30)
where
1 1 1
1  c1c4 / (c1c3  c22 ) ,  2   c2c4 / (c1c3  c22 ) ,  3   (31)
2 2 2

In matrix form Eqs. (28-30), become

 u    u0      ( x )  a 
T
w0 (32)

10
where
(33)
 a1 
a 
1 x 0  2 x2 2 x2 0   2
  a 
1 1
  ( x )  0 0 1 x  1 x3
  1 x 3  3 x 2  ,

a   4
3 3  a5 
0 0 0 1 x 2 1 x  1
2
x   a8 

 
 a9 

The typical finite element used in this paper is assumed to have length L and three degree of freedom at each node, Fig. 4. For
the left node of the typical element (ith node at x=0) and right node of the typical element (i+1 th node at x = L), Fig. 4, using
Eqs. (32-33), the following relation can be treated

û   G   a  ,  a   G uˆ 
1
(34)

where

  (0) 
G   , uˆ   ui wi 1 i 1 
1 T
 wi i ui 1 (35)
 (L) 
By substituting Eqs. (28-30) into (16-18), for the left and right nodes of the typical element the forces and moments can be
written in terms of generalized displacements by using Eq. (34) as

 F   G   a   G  G uˆ    K uˆ  (36)

where

 F     N (0)  V(0)  M(0) N ( L) V( L ) M( L )  (37)

where  F  is the load matrix and  K  is the stiffness matrix for the typical element. Non-zero terms of matrices G  ,

G  and  K  are given in the Appendix.

Figure 4 Typical finite element used.

For the results of the next section, a Maple code for only four elements with five nodes is written using the above formulation.
Thus, the global stiffness matrix is of size 15×15, and the global load matrix is of size 15×1. After introducing the boundary
conditions at the fixed support, i.e., at the right hand side of the first element, the size of global stiffness matrix becomes

11
12×12. However this code can be extended to higher number of elements to get more accurate results. Furthermore, in the next
section two problems will be discussed; one is a verification problem compared with the results presented in [3], and in the
other one, a more general loading conditions are considered to investigate how FGM selection affect the displacements and
stresses in the cantilever beam. However, the above formulation can be slightly modified to treat other beams by modifying
the boundary conditions, presented in Eqs. (14-15).
3. Results and Discussion

The first case considered is a verification example; a layered cantilever beam of total length L=500 mm and h=50 mm consists
of three layers: upper: steel (E=210 GPa, G=80 GPa, h=22.5 mm), lower: alumina (Al2O3) (E=390 GPa, G=137 GPa, h=22.5
mm), middle: FGM layer (h=5 mm). For this case, a unit transverse load at the tip is applied; material properties variation
considered is exponential, and the beam has a unit width. Figure 5 and 6 show the distribution of axial and shear stresses at
the fixed point of the beam with and without FGM layer. The result is verified by Chakraborty, et al. [3]. In Fig. 5 and 6 the
discontinuity in the stress distributions is noticed due to the mismatch between the layers of two different materials. While the
addition of the FGM layer smoothened the curve to about 0.3 kPa for axial stress and 0.01 kPa for shear stress throughout the
thickness.

0.0 15
0.01
0.0 05 Without FGM
With FGM
0
-0.00 5
z (m)

-0.01
-0.01 5
-0.02
-0.02 5
-0.03
-0.03 5
-1 -0.5 0 0.5 1 1.5
Axial Stress (kPa)
Figure 5 Axial stress distributions along thickness for transverse load.

12
0.0 15
0.01
0.0 05
0
-0.00 5
z (m)

-0 .01
-0.01 5
-0 .02 Without FGM
With FGM
-0.02 5
-0 .03
-0.03 5
10 14 18 22 26 30
Shear Stress (kPa)
Figure 6 Shear-stress distributions along thickness for transverse load.

In the second case the free end of the beam is assumed to be subjected to axial load, transverse load and a tip-end moment.
The geometric properties of layered cantilever beam are taken as L=1000 mm, h=50 mm and b=50 mm. The beam is
composed of three layers; the upper layer is made of steel with E=210 GPa and G=80 GPa whereas it has a thickness h=10
mm. The lower layer is alumina (Al2O3) with material properties E=390 GPa and G=137 GPa with a total thickness of h=10
mm. However, the middle layer is considered as FGM with h=30 mm. For this case, an axial load of (1000 N), transverse load
of (1000 N) and (1000 N.m) moment are applied at the free end. The material properties of the FGM layer obey the power-
law, Eqs. (3-4). Figures 7 and 8 show the distribution of axial and shear stresses at the fixed point of the beam for different
values of k. From Fig. 7, the axial stress distribution for k = 0 is linear, and it is not linear for other values of k. In Fig. 8, the
shear stress distribution is constant for k = 0, and it is linear for k = 1, and then it is varies between them. Figures 9, 10, and
11 show the mid plane displacements (axial, transverse, and slope) with different values of k. From Fig. 9, 10, and 11, at low
values of exponent k gives higher deflections (axial, transverse, and slope); and the material bending is increased. Figures 12,
13, and 14 show the maximum points of displacements with the variation of exponent k. In Figs. 12, 13 and 14, it is obvious
that with increasing the exponent k the maximum deflections are decreased which means that the material becomes stiffer in
that direction (towards ceramic). For low values of k deflections are higher; the material becomes more elastic (toward metal).
Fig. 15 shows the axial stress distribution along the thickness if the layers considered in drawing Fig. 7 are reversed upside
down. From Fig. 15, when the layers of the beam are reversed the most bottom layer becomes metal while the upper is
ceramic; at k = 0, the distribution still linear. The stress is higher for lower values of k (toward ceramic behavior). However,
for k=5 the normal stress for at the fixed support becomes smaller when Fig.15 is compared with Fig.7.

13
0.0 25

0.0 15
k=0.1
k=0.5
k=0
0.0 05 k=1
z (m) k=5

-0.0 05

-0.0 15

-0.0 25
240 300 360 420 480
Axial Stress (MPa)
Figure 7 Axial stress distributions along beam thickness at different values of k.
0.0 25

0.0 15 k=0.1
k=0.5
k=0
0.0 05 k=1
z (m)

k=5

-0.0 05

-0.0 15

-0.0 25
200 300 400 500 600
Shear Stress (MPa)
Figure 8 Shear stress distributions along thickness at different values of k.

14
0.016

0.012
k=0.1
k=1
u (mm)

k=10
0.008

0.004

0
0 200 400 60 0 800 1000
x (mm)
Figure 9 Axial deflections along the length at different values of k.
0

-0.4
w (mm)

k=0 .1
k=1
-0.8
k=1 0

-1.2

0 200 400 6 00 800 1000


x (mm)
Figure 10 Transverse deflections along the length at different values of k.

15
4

3 k=0.1
k=1
k=10
2
F

0
0 200 400 600 80 0 1000
x (mm)
Figure 11 Slope along the length at different values of k.

0.013

0.012

0.011
u (mm)

0.0 1

0.009

0.008

0.007
0 2 4 6 8 10
k
Figure 12 Maximum axial deflections at different values of k.

16
1.2

1.16

1.12
w (mm)

1.08

1.04

1
0 2 4 6 8 10
k
Figure 13 Maximum transverse deflections at different values of k.
3.6

3.5

3.4

3.3
F

3.2

3.1

3
0 2 4 6 8 10
k
Figure 14 Maximum slopes at different values of k.

17
0.02 5

0.01 5

k=0.1
0.00 5 k=0.5
z (m)

k=0
k=1
-0.005 k=5

-0.015

-0.025
200 300 400 500 600 700 800
Axial Stress (MPa)
Figure 15 Axial stress distributions along thickness for reversed layer beam.

4. Conclusions

Finite element analysis is used to study the static behavior of functionally graded beam structures based on first-order shear
deformation theory (FSDT). Power-law and exponential variation of material properties along thickness are used. Governing
equations and boundary conditions are derived according to virtual work principle for a cantilever beam. The behavior
differences between FGM beams and pure metal - pure ceramic beams have been demonstrated by comparing studies for
different types of loads.
The results showed that the addition of the FGM layer smoothened the stress distributions along the beam thickness, while
there was a stiff jump in the stress distribution in the two-layers beam. The axial and transverse displacements were increased
after increasing the amount of load. The variation of Young’s modulus of elasticity due to the power-law has a great effect on
stresses and deflections. In the power-law, choosing a suitable value for the exponent k can minimize stresses and deflections
to a desired beam condition.

References
[1] Koizumim M. (1997), FGM activities in Japan, Composites Part B, 28B 1–4.
[2] Chakraborty, A. Roy Mahapatra, D. and Gopalakrishnan, S. (2002), Finite element analysis of free vibration and
wave propagation in asymmetric composite beams with structural discontinuities, Composite Structures, 55-23-
36.
[3] Chakraborty, A. Gopalakrishnan, S. and Reddy, J.N (2003), A new beam finite element for the analysis of
functionally graded materials, International Journal of Mechanical Sciences, 45-519-539.
[4] Vallejo, D. Mikkola, A. and Escalona, J. (2007), A new locking-free shear deformable finite element based on
absolute nodal coordinates, Nonlinear Dyn, 50:249–264.

18
[5] Kadoli, R. Akthar, K. and Ganesan, N. (2008), Static analysis of functionally graded beams using higher order
shear deformation theory, Applied Mathematical Modelling, 32-2509-2525.
[6] Roy, A. and Khan, K. (2013), Static response analysis of a FGM Timoshenko’s beam subjected to uniformly
distributed loading condition, MIT International Journal of Mechanical Engineering, Volume 3, No. 2, ISSN
No. 2230-7680.
[7] Khan, A. Alam, M. Rahman, N. and Wajid, M. (2016), Finite element modeling for static and free vibration
response of functionally graded beam, Latin American Journal of Solid and Structures, 13-690-714.
[8] El-Ashmawy, A. Kamel, M. and Elshafei, M. (2016), Thermo-mechanical analysis of axially and transversally
function graded beam, Composites Part B, 102-134-149.
[9] Ugural, A. (1981), Stresses in plates and shells, McGraw-Hill, Inc.

Appendix

A. Non-zero terms of matrix G  :

G11  1, G21  1/ L, G22  3 2 / (3L21 3  L21  3)


G23  3L 2 ( 3  1) / (3L21 3  L21  3), G24  G21
G25  G22 , G26  3 2 3 L / (3L21 3  L21  3)
G32  1, G42  3 / ( L(3L21 3  L21  3))
G43  (3L21 3  L21  3 3 ) / (3L21 3  L21  3), G45  G42
G46  3 3 / (3L21 3  L21  3), G53  1
G62  31 / (3L21 3  L21  3)
G63  (2 L21  3) / ( L(3L21 3  L21  3)), G65  G62
G66  ( L21  3) / ( L(3L21 3  L21  3))

B. Non-zero terms of matrix G  :

G12  c1 , G16  c2 , G24  c4


G25  G24 , G32  G16 , G36  c3
G42  G12 , G44  2 L1c2  2 L 2 c1
G45  G44 , G46  G16 , G54  G24
G55  G24 , G56  2 L 3c4  Lc4
G62  G16 , G64  2 L1c3  2 L 2c2
G65  G64 , G66  G36

19
C. Non-zero terms of matrix  K  :

  1/ (1   2 L2 /12)
K11  c1 / L, K13  c2 / L, K14   K11 , K16   K13 , K 22  c4 / L
K 23  c4 / 2, K 25   K 22 , K 26  K 23 , K 31  K13 , K 32  K 23
K33  (c3 / L)  c4  L / 4, K34   K13 , K 35   K 23 , K 36  (c3 / L)  c 4  L / 4
K 41  K14 , K 43  K34 , K 44  K11 , K 46  K13 , K 52  K 25 , K 53  K35 , K55  K 22
K56   K 23 , K 61  K16 , K 62  K 26 , K 63  K 36 , K 64  K 46 , K 65  K 56 , K 66  K 33

20
Identification et commande numérique des procédés industriels
en utilisant LabVIEW: Réalisation pratique
Rachid TALEB, Abderrahmen BENYAMINA, Abdelhadi NAMOUNE,

Ali BOUCHAIB, Fayçal CHABNI


Laboratoire Génie Electrique et Energies Renouvelables (LGEER)
Département d'Electrotechnique, Université Hassiba Benbouali de Chlef
Hay Salem, Route Nationale No 19, 02000 Chlef, Algérie
r.taleb@univhb-chlef.dz

RÉSUMÉ. L’objectif de ce travail est d’apporter des contributions à une méthodologie intégrée pour l’identification et la commande des
procédés industriels en temps réel. La première ambition de proposer une réalisation d’un outil d’identification et de commande numérique
puis faire appliquer la commande PI, PID, RS, RST, RSTM et floue sur un système de pompage d’eau et un moteur à courant continu. Nous
avons proposé une méthode qui conduit rapidement au calcule d’un régulateur robuste pour un large nombre d’applications réelles en
suivant les trois étapes fondamentales : Acquisition des données E/S, identification du modèle, calcul du régulateur.
ABSTRACT. The objective of this work is to make contributions to an integrated methodology for the identification and real time control of
industrial processes. The first aims to propose a realization of a tool for identification and control and then enforce the PI controller, PID,
RS, RST, RSTM and fuzzy on a water pumping system and a DC motor. We proposed a method which leads quickly calculates a robust

regulator for a large number of real applications by following three basic steps: Acquisition of I/O data, identification of the model
calculation of the regulator..

MOTS-CLES : commande robuste, identification des systèmes, synthèse de régulateurs, LaBVIEW, procédés industrielles.

KEYWORDS: robust control, system identification, controller design, LaBVIEW, industrial processes.

1. Introduction

Le contrôle à une place fondamentale dans les systèmes industriels et les avantages qui dérivent ses utilisations sont
énormes [1, 2]. Nous citons parmi autres l’amélioration de la qualité des produits, la réduction de la consommation d’énergie,
la réduction de la pollution et la minimisation des coûts de production.
La disponibilité des techniques de commande avancées issues de la communauté de l’automatique, et les avantages que
leur mise en œuvre peut apporter, poussent les ingénieurs confrontés aux problèmes de commande à faire recours à des outils
pour la régulation toujours plus performants.
La commande des systèmes par ordinateur est largement diffusée dans le milieu industriel. A chaque boucle de régulation,
ou presque, correspond une loi de commande implémentée sur microcontrôleur, automate programmable industriel (PLC),
ordinateur ou autre dispositif numérique.
L’identification est une opération qui consiste à déterminer les paramètres du modèle dynamique d'un système à partir de
mesures réalisées à l’entrée et à la sortie de ce système [3-6].
C'est la connaissance du modèle qui permet de concevoir et de mettre en œuvre la commande du système qui est soumis à
des signaux tests (en entrée), donne une réponse (dynamique et statique en sortie) la plus proche possible du système réel. Un
processus identifié sera caractérisé par la structure du modèle.
L’objectif de notre travail est de développer un outil d’identification et commande numérique des procédés industriels
(simulateur de pompage d'eau et moteur MCC) en temps réel en utilisant LabVIEW.

2. Présentation du simulateur de pompage d’eau

Le banc d’essai réalisé est un simulateur d’un système de pompage d’eau présenté dans la figure 1.

21
Fig. 1. Simulateur du système de pompage d'eau

Le simulateur contient quatre connexions :


 LT : Sortie analogique du capteur de niveau (1 volt/1 mètre).
 GND : La masse du montage.
 EV : Electrovanne de commande du débit de fuite de type TOR.
 P_AN : Signale de commande de la pompe de remplissage (0-10v).
Le système a un comportement de premier ordre de la fonction de transfert suivante:
(1)

Le système précédent peut représenter sous le schéma fonctionnel décrit dans la figure 2.

Fig. 2. Schéma bloc de la régulation en cascade de niveau

Avec:
 Lr : niveau de référence.
 L: niveau mesuré.
 P : perturbation d’électrovanne.

3. Modèle échantillonné du système de pompage d’eau

Le modèle échantillonné s’obtient:


 Par discrétisation du modèle continu.
 Directement par identification du procédé.
On discrétise la fonction de transfert contenu avec une période d’échantillonnage Ts = 0.1s et un bloquer d’ordre zéro on
obtient:

(2)

Pour l’identification on utilise deux méthodes, non récursives et récursives.


3.1. Identification non récursive

Nous avons utilisé l’outil SCID_DT-LOG (voir annexe) pour l’acquisition des signaux E/S et les sauvegarder sans un
ficher data, puis le faire traiter à l’aide d’outil SCID_ID-NR. Le signal d’excitation est un signal binaire pseudo aléatoire avec
une amplitude de 62% de la consigne maximale (Figure 3).

22
Fig. 3. Repense du système excité par un signal SBPA
Nous avons utilisé la méthode d’identification des moindres carrés [7-9] simples pour le modèle ARX (Equations 3 et 4,
Figure 4) et la méthode des moindres carrés étendus pour le modèle ARMAX (Equations 5, 6 et 7, Figure 5).

(3)

(4)

(5)

(6)

(7)
e e

1 1 − 0.385 −1
1 − 0.9814 −1
1 − 0.9814 −1

+ +
0.018 −1 0.019 −1
Yr Y Yr Y
1 − 0.9814 −1 1 − 0.9814 −1
+ +
Fig. 4. Schéma bloc du Modèle ARX identifié Fig. 5. Schéma bloc du Modèle ARMAX identifié

3.2. Identification récursive

On a utilisé l’outil SCID_ID-R pour l’identification récursif des paramètres du procédé. SCID_ID-R permet d’une
identification récursive d’un modèle ARX ou ARMAX (Figures 6 et 7).
L’outil d’identification a donné des très bons résultats, avec une comparaison entre les modèles identifiés et le modèle
discrétisé on remarque qu’il y a une petite déférence due au limitation des CAN et CNA et à l’effet non linéaire du procédé.
Avec la méthode d’identification récursive on remarque que les paramètres convergent vers des valeurs finie parce que le
système est invariant dans le temps.

Fig. 6. Erreur de prédiction entre le modèle réel et le modèle estimé

23
Fig. 7. Identification récursif des paramètres du modèle avec SCID_ID-R

4. Commande de procédé

Le comportement du procédé en boucle ouverte a une erreur statique nulle, mais il ne rejette pas les perturbations et en
boucle fermé il y a une très grande différence entre la consigne et la mesure alors il est obligatoire d’introduire un régulateur
dans la boucle fermée du système (Figure 8).

Fig. 8. Comportement du système en boucle ouverte (à gauche) et fermé (à droite)

Les spécifications pour la commande d’un système sont souvent liées aux caractéristiques de la réponse indicielle. Le
temps de réponse tr est le temps nécessaire pour attendre 5% de la consigne spécifiée. Le dépassement maximal Mp est la
valeur maximale que le système peut attendre divisée par la valeur de régime (souvent exprimée en pourcentage).
Le polynôme caractéristique désiré est obtenu à l’aide du l’outil SCID_CH on choisit seulement le temps de repense tr, le
dépassement Mp et la période d’échantillonnage Ts (Figure 9).

Fig. 9. Spécifications des Performances dans l’outil SCID_CH

On souhaite que le système ait un temps de repense le plus court possible avec un rejet des perturbations de type échelon.
On a choisit un temps de repense tr = 14.1 et un dépassement Mp = 0.1%. Le polynôme caractéristique désiré est :

(8)

4.1. Calcule des régulateurs


Le calcul des paramètres des régulateurs se fait à l’aide des outils SCID_PID-RST et SCID_RST suivant le l'équation 8.
4.1.1. Régulateur PI numérique
Il est impossible d’obtenir le cahier des charges président avec un régulateur PI, donc on le change avec un temps de
repense tr = 14.1 et un dépassement Mp = 5 %, donc le polynôme caractéristique désiré est:

24
(9)

avec Kp = 2.91 et Ti = 0.032 min.

4.1.2. Régulateur polynomial RS


(10)

(11)

4.1.3. Régulateur polynomial RST


(12)

(13)

(14)

4.1.4. Régulateur polynomial RST avec modèle de référence (RSTM)


Pour la régulation on a choisit les même performances que le régulateur RST précédent, et on désire un comportement plus
rapide pour la poursuite avec un temps de repense tr = 10s et un dépassement Mp = 0%. Donc le modèle de référence désiré
est :

(15)

Les polynômes R, S et T sont :


(16)

(17)

(18)

4.1.5. Régulateur PID numérique


Le calcule des paramètres du régulateur PID est fait par la méthode PID1 équivalant d’un RST, avec Kp = 2.77, Ti = 0.0569
min, Td = 0 et N = 0.

4.1.6. Régulateur Flou (FLC)


Il y a des cas où il est impossible d’identifier le procédé lorsque ce dernier procède des non linéarités ou varie au cours du
temps, donc on utilise des régulateurs modernes comme les régulateurs flous (FLC) [10-12].
Dans notre travail, nous avons choisit trois ensembles flous pour les deux variables d’entrée (E et dE) et pour la variable de
sortie, ces ensembles sont: Grand Négatif, Environ Zéro et Grand Positif. Le tableau 1 morte la Matrice d’inférence utilisée.
Les gains GE, GdE et GS sont choisit par la méthode essais erreurs (GE = 1, GdE = 2 et GS = 7).

Tableau 1 : Matrice d’inférence

E dE NG EZ PG
NG NG NG EZ
EZ NG EZ NG
PG EZ PG PG

25
4.2. Résultats expérimentaux

Les commandes en temps réel sont faites par les outils, SCID_RST-RT et SCID_PID_RT (Figure 10). Dans des conditions
de fonctionnement nominal on peut remarquer que la consigne de niveau est bien suivie par la sortie du système en contre-
réaction avec le PI mais avec un dépassement de 5% et un temps de repense lent due à la limitation du PI, d’un point de vue
régulation, le système a bien rejeté la perturbation d’ouverture d’une électrovanne. Avec le régulateur RS on obtient presque
les mêmes performances que le régulateur PI mais avec un temps de repense plus rapide. Les régulateurs RST et RSTM
donnent presque les même performances seulement que le RSTM donne un meilleur temps de repense. Le régulateur flou
donne des meilleures performances, un temps de repense très rapide et un excellent rejet de perturbation.
En conclusion les régulateurs RSTM et FLC sont les meilleurs choix pour réaliser une commande performante. Dans le
tableau 2, nous résumons les résultats de réalisation obtenus par les six régulateurs.

Régulateur PI numérique Régulateur PID numérique

Régulateur RS Régulateur RST

Régulateur RSTM Régulateur Flou

Fig. 10. Comportement du procédé avec des régulateurs numériques

Tableau 2. Présente la comparaison entre PI, PID, RS, RST, RSTM et FLC

PI PID RS RST RSTM FLC

Temps d’atteindre la valeur finale (s) 16.5 13 15 13 12 11

Dépassement (%) 10 0 14 0 0 0

Cous d’exécution faible faible faible moyen moyen élevé

Robustesse à la variation des


faible faible faible faible faible grande
paramètres du modèle

5. Commande de la vitesse d’un moteur à courant continu (MCC)

Le moteur à courant continu (Figure 11) joue un rôle crucial dans la recherche scientifique dans les laboratoires en raison
de leur simplicité et leur faible coût. La propriété fondamentale du moteur à courant continu est que la vitesse peut être ajustée.

26
Fig. 11. Schéma d’un entraînement avec une MCC à aiment permanent

5.1. Modèle mathématique du MCC

 Equations électriques [13]


(19)

 Equations mécanique [13]


(20)

(21)

(22)

 Fonction de transfert

(23)
5.2. Commande du MCC en temps réel

Le moteur est commandé par un hacheur série et le logiciel SCID en temps réel (Figure 12). La tension de sortie d'un
hacheur et la forme du courant de MCC sont représentés par la figure 13.

Fig. 12. Commande d’une MCC avec un hacheur série

Fig. 13. Tension de charge de l’hacheur série (à gauche) et forme du courant de MCC (à droite)

Le moteur utilisé est un moteur à courant continu à aiment permanent a une tension d’alimentation de 16V connecter à une
génératrice tachymétrique (Figure 14). La figure 15 présente le comportement du moteur en boucle ouverte et fermé.

27
Fig. 14. Banc d’essai de commande du MCC

Fig. 15. Comportement du moteur en boucle ouverte (à gauche) et fermé (à droite)

5.3. Commande de vitesse avec PID numérique et flou

 avec régulateur PID numérique: La régulation était avec des paramètres déterminés de manière expérimentale par la
méthode de Ziegler-Nichols (Kp = 2.4, Ti = 0.00133 et Td = 0.000333).
 avec régulateur flou: Nous avons utilisé le même régulateur flou de premier procédé mais avec des gains défirent (GE =
0.1, GdE = 0.2 et GS = 1).

La figure 16 présente le comportement du moteur avec PID numérique et flou.

Fig. 16. Comportement du moteur avec PID numérique (à gauche) et flou (à droite)

On peut remarquer que la consigne est bien suivie par la vitesse mesuré du moteur avec la régulation PID mais avec certain
déplacement et des oscillations. Par contre le régulateur FLC offre de très bonnes performances, un faible temps de repense un
dépassement nulle malgré la non linéarité du système.
6. Conclusion
Le travail présenté dans cet article a concerné la définition et la mise en œuvre d’une méthodologie intégrée pour
l’identification et la commande d’une classe d’applications industrielles.
Nous avons appliquer les méthodes d’identification et de commande sur le système de pompage d’eau à l’aide de l’outil
SCID pour pouvoir analyser le comportement et comparer les résultats. Les résultats trouvés ont confirmé l’efficacité de la
logique floue. En effet, le régulateur flou donne des meilleures performances, un temps de repense très rapide et un excellent
rejet de perturbation.
Pour le moteur à courant continu (MCC), nous avons constaté un problème de limitation de la commande linéaire face au
comportement variant et non linéaire. Nous avons résolu ce problème à l’aide des commandes modernes basées sur
l’intelligence artificiel, l’utilisation d’un régulateur flou a donné des très bons résultats.

28
7. Annexe (Descriptions du principe de fonctionnement d’outil développé)
L’outil d’identification et de régulation en temps réel réalisé est constitué d’une carte d’interfaçage (SCID USB_DAQ)
pour l’acquisition et la génération des signaux de commande et un outil SCID de traitement en temps réel installée sur un
micro-ordinateur. Le schéma synoptique de la structure de l’outil conçue est donné par la Figure 17.

Fig. 17. Schéma synoptique du l’outil SCID

Il est impossible de commander directement un pré-actionneur par un micro-ordinateur. Donc nous avons besoins d’une
carte d’interface. La carte d'acquisition USB_DAQ contient 8 entrées analogiques, 2 sorties analogiques-MLI ,8 entrées
logiques 2 entrée compteur et 8 sorties logiques. La carte se connecte à l’ordinateur via une liaison USB. La carte fonctionne
comme esclave avec un microordinateur maitre (Figure 18).
SCID USB DAQ est une carte dont l’élément principal est un microcontrôleur de type Pic18F4550 capable d’acquérir huit
entrées analogiques et huit entrées numériques, ainsi que la génération de deux signaux analogique ou MLI et huit signaux de
commande TOR. Cette carte polyvalente est capable de gérer divers application. La communication de cette carte avec le PC
se fait à travers une liaison USB, l’alimentation de la carte se fait directement via la liaison USB ou à travers une source
externe.
L’outil SCID (System Control and Identification) est développé avec le langage de programmation LaBVIEW [14, 15] au
but de faire une identification et commande numérique (Figure 19).

Fig. 18. Carte d’acquisition SCID USB_DAQ

Fig. 19. Fenêtre diagramme LaBVIEW du programme SCID DAQ

L’outil SCID contient plusieurs interfaces, parmi ces interface on site:


 SCID_DAC: Cette interface est dédiée à l’acquisition et en visualisation des signaux d’entrées de la carte USB-DAQ
(Figure 20).

29
 SCID_RST: Cette interface est dédiée au calcul des régulateurs RST (Figure 21).
 SCID_CH: Cette interface est dédiée au calcul du modèle discret désiré du cahier des charges (Figure 22).

Fig. 20. Interface SCID_DAQ

Fig. 21. Interface SCID_RST Fig. 22. Interface SCID_CH

Références

1. Chaves, M. Rice, S. Dunlap, J. Pecarina, "Improving the cyber resilience of industrial control systems", International Journal of
Critical Infrastructure Protection, vol. 17, pp. 30-48, 2017.

2. Drumea, "Control of industrial systems using Android-based devices", Proceedings of the 36th International Spring Seminar on
Electronics Technology, Alba Iulia, pp. 405-408, 2013.

3. JIsaksson, "Some aspects of industrial system identification", IFAC Proceedings vol. 46, no. 32, pp. 153-159, 2013.

4. D. Bunjaku, M. Stankovski, "The system identification in industrial control: Case study on the differential wheeled mobile robot,"
13th IEEE International Conference on Control & Automation (ICCA), Ohrid, pp. 94-99, 2017.

5. A.P. Estrada-Vargas, J.J. Lesage, E. López-Mellado, "Identification of industrial automation systems: Building compact and
expressive Petri Net models from observable behavior," American Control Conference (ACC), Montreal, QC, pp. 6095-6101,
2012.

6. S. Li, W. Liu, D. Xin, S. Qiao, "An automatic identification tracking system applied to motion analysis of industrial field,"
International Conference on Electric Information and Control Engineering, Wuhan, pp. 1151-1154, 2011.

7. Y. Gao, D. Wang, "Least squares identification method for differential equations of gene regulatory networks," Proceedings of the
33rd Chinese Control Conference, Nanjing, pp. 6764-6768, 2014.

8. Y. Ghoul, K.I. Taarit, M. Ksouri, "Online identification of continuous-time systems with multiple-input time delays from sampled
data using sequential nonlinear least square method from sampled data," 17th International Conference on Sciences and
Techniques of Automatic Control and Computer Engineering (STA), Sousse, pp. 265-269, 2016.

9. H. Lu, Y. Wang, Y. Yuan, J. Zheng, J. Hu, X. Qin, "Online identification for permanent magnet synchronous motor based on
recursive fixed memory least square method under steady state," 36th Chinese Control Conference (CCC), Dalian, China, pp.
4824-4829, 2017.

30
10. Bhaskar, U.R. Babu, "FLC-FPGA based digital controller for boost PFC SMPS without current measurement," IEEE Annual India
Conference (INDICON), Bangalore, pp. 1-6, 2016.

11. P.K. Khanke, S.D. Jain, "Comparative analysis of speed control of BLDC motor using PI, simple FLC and Fuzzy - PI controller,"
International Conference on Energy Systems and Applications, Pune, pp. 296-301, 2015.

12. R.S. Rebeiro, M.N. Uddin, "Performance comparison of a PI and an FLC based tuned PI with adaptive hysteresis controllers for
IPMSM drive," International Conference on Electrical & Computer Engineering (ICECE 2010), Dhaka, pp. 470-473, 2010.

13. W.J. Tang, Z.T. Liu, Q. Wang, "DC motor speed control based on system identification and PID auto tuning," 36th Chinese
Control Conference (CCC), Dalian, China, pp. 6420-6423, 2017.

14. N. Hinov, T. Hranov, "Development of LabVIEW Models for Resonant Power Converters," PCIM Europe 2017; International
Exhibition and Conference for Power Electronics, Intelligent Motion, Renewable Energy and Energy Management, Nuremberg,
Germany, pp. 1-4, 2017.

15. T. Makowski, K. Kluszczyński, "Dynamic model of hybrid electromagnetic launcher for simulations in LabVIEW environment,"
International Symposium on Electrical Machines (SME), Naleczow, pp. 1-6, 2017.

31
Optimisation De La Formulation Du Béton Auto-plaçant A Base
Des Matériaux Locaux

A. hadj mostefa1, S. MERDACI2, H. SELLAF3


1
Enseignant centre universitaire RELIZANE, Chercheur à l’unité de recherche matériaux ; procédés et environnement
(URMPE) université de BOUMERDES
2
Laboratoire des structures et matériaux avancés dans le génie civil et travauxpublics,
université de Sidi Bel Abbés, 89cité ben m’hidi 22000.
3
Département Génie Civil et hydraulique, faculté de technologie université de Saida B.P. 20000 Saida
E-mail : addahadjmostefa@yahoo.fr

RESUME : La connaissance, autour du matériau béton, a beaucoup évolué ces deux dernières décennies et notamment dans
la formulation de bétons dont les caractéristiques répondent à des besoins spécifiques. Dans ce contexte. Le béton autoplaçant
(BAP) est un matériau innovant largement usité de par le monde et commence à bénéficier de quelques standards.
La présente étude s’inscrit dans le cadre des travaux de recherche menés au département de génie civil de l'université de SIDI
BEL ABBES. Elle concerne l’étude de l’optimisation des paramètres de composition des bétons sur le comportement du béton
autoplaçant à l'état frais. Elle a pour objectif de comprendre les rôles que joues les différents constituants susceptibles
d’entrer dans la formulation d'un BAP à base de matériaux locaux et de mettre en évidence les éventuelles interactions entre
ses constituants. Les résultats obtenus offrent de belles perspectives pour optimiser les BAP. Nos essais ont permis de cerner
une formulation optimale d’un béton autoplaçant répondant aux critères rhéologiques et mécanique.

Mots - clés : Béton autoplaçant, super plastifiant, matériaux locaux, Béton frais.

1- Introduction

Après l’étude des différentes caractéristiques physiques, chimiques et minéralogiques du ciment, fines et
granulats utilisés, on traitera dans ce travail l’ensemble des essais qui ont été réalisés sur ce type de béton (BAP).
Pour déterminer les caractéristiques du BAP à l’état frais et son comportement mécanique à l’état durci on suit les
étapes décrites ci-dessous :
- Etude de l’effet de la granularité des bétons autoplaçants à base des granulats locaux.
- Etude de l’influence du volume de la pâte (Ciment+Ajout+adjuvant+Eau).
- Détermination de la résistance mécanique à 28 jours.
Tous les essais menés au cours de cette étude ont été effectués sur le béton. Les premiers concernent l’étude des
propriétés à l’état frais, en particulier celles des BAP, afin d’estimer leur fluidité et leur ségrégation dynamique et
statique (essais d’étalement au cône, de la boîte en L et de la stabilité au tamis). Ensuite, on réalise divers essais
concernant propriétés mécaniques.

2- Formulation des bétons autoplaçant

La méthode de formulation utilisée pour concevoir les compositions de BAP testées dans cette étude
expérimentale est la méthode JAPONAISE [01] et [02] :
 Le volume de la pâte de ciment [03] et les volumes granulaires, mélange sec pour 1m3 de béton selon :

Vpâte  V granulats  1000 litres


Vpâte  Vciment  VFine  V Adjuvant  VEuu
V granulats  Vsable  VG 3 / 8  VG 8 / 15

 Voume des gravillons est limité en prenant le rapport G/S égale à 1.


 Volume de la pâte varie entre : 330 à 400 l/m3 (C+F).
 La masse du ciment : Mc=300 à 450 kg/m3.
 MF=10% de la masse du ciment.

32
Dosage en super-plastifiant est proche de son dosage à saturation [03].
Les différentes formulations pour 1m3 de béton sont résumées dans le tableau ci-dessous :

Tableau 1: Les compositions des bétons autoplaçant


Volume N° de Ciment filler sable Gravier gravier eau Super
de la formulation (kg) (pouzzolane) (kg) 3/8 8/15 (litre) Plastifiant E/C G/S
pâte (%) (kg) (kg) (kg) (litre)
33% BAP 1 367 37 891 227 678 202 6,05 0,5 1
BAP 2 367 37 891 452 452 202 6,05 0,5 1
BAP 3 367 37 891 678 227 202 6,05 0,5 1
35% BAP 4 389 39 865 219 658 214 6,43 0,5 1
BAP 5 389 39 865 439 439 214 6,43 0,5 1
BAP 6 389 39 865 658 219 214 6,43 0,5 1
38% BAP 7 424 42 825 209 628 232 6,99 0,5 1
BAP 8 424 42 825 419 419 232 6,99 0,5 1
BAP 9 424 42 825 628 209 232 6,99 0,5 1
40% BAP 10 444 44 798 203 608 245 7,32 0,5 1
BAP 11 444 44 798 405 405 245 7,32 0,5 1
BAP 12 444 44 798 608 203 245 7,32 0,5 1

3- Formulation des bétons témoins

La formulation de la composition des bétons témoins a été faite d’après la méthode « DREUX GORISSE » basée
sur l’analyse granulométrique (sable et différentes fractions de gravier), on a gardé le même dosage en ciment
pour chaque volume de pâte et on tire les proportions granulaires
Le tableau suivant résume les différentes compositions des bétons témoins :

Tableau 2: Les compositions des bétons témoin.


Volume de la pâte N° de Ciment sable Gravier gravier eau E/C
(%) formulation (kg) (kg) 3/8 (kg) 8/15(kg) (litre)
BT 33% 13 367 519 321 1037 183 0,5
BT 35% 14 389 516 319 1031 194 0,5
BT 38% 15 424 505 313 1010 212 0,5
BT 40% 16 444 503 311 1002 222 0,5

D’après les deux tableaux, on peut constater que notre plan expérimental se compose de 16 gâchées dont 12
conçues par la méthode Japonaise et 4 bétons de références conçues par la méthode granulaire de DREUX-
GORISSE. On a proposé pour les différents bétons deux variations. La première est celle du volume de la pâte de
ciment (C+F+E+A) de 33%, 35%, 38% et 40%. Quant à la deuxième, on a varié les proportions granulaire des
agrégats 3/8 et 8/15 suivant l’ordre suivant : (25%-75%), (50%-50%) et (75%-25%).
Ce qui nous amène à confectionner 96 éprouvettes dont 48 prismatiques (7x7x28) et 48 cylindriques (16x32).

4- Résultats et analyse des essais rhéologiques des bétons frais


Les différents résultats effectué sur béton frai son regroupé dans le tableau suivant [04]:

Tableau 3: Résultat d’essai sur béton frai


Volume N° de Ciment Filler G/S Etalement Taux de Stabilité
de la formulation (kg) (pouzzolane) E/C+F (cm) remplissage aux
pate (kg) (%) tamis
(%)
BAP 1 367 37 0.5 1 42 0 4

33
33% BAP 2 367 37 0.5 1 38 0 4
BAP 3 367 37 0.5 1 38 0 5
BAP 4 389 39 0.5 1 58 52 8
35% BAP 5 389 39 0.5 1 57 50 11
BAP 6 389 39 0.5 1 62 55 12
BAP 7 424 42 0.5 1 81 93 21
38% BAP 8 424 42 0.5 1 79 90 17
BAP 9 424 42 0.5 1 83 88 19
BAP 10 444 44 0.5 1 89 100 29
40% BAP 11 444 44 0.5 1 90 100 28
BAP 12 444 44 0.5 1 91 100 31

4.1- Résultats et analyse d’essai d’étalement

L’essai d’étalement [04] et [05] est le plus utilisé pour mesurer la capacité du matériau à s’écouler en milieu
non confiné des bétons autoplaçant

Figure 1: Variation de l’étalement en fonction du volume de la pate

D’après les résultats du tableau 3 et la figure 1, on remarque qu’en augmentant le volume de la pâte du ciment
(C+F+E+A) l’étalement croit presque linéairement jusqu’à une valeur de 91 cm pour le cas 40% et ce quelque
soit la granularité du squelette granulaire des bétons testés. On peut préliminairement justifier ce comportement
par la fluidification du béton lorsque le volume de la pâte augment et non pas par l’effet d’adjuvant car dans notre
cas on a fixé ce dernier à 1%. Toutefois, on remarque que seulement deux volumes de pâtes qui vérifient la
condition d’étalement pour avoir un béton autoplaçant qui sont : 35% et 38%.

En effet le volume 33% a donné un béton rhéologiquement ordinaire (ferme) et celui de 40% trop fluide, sujet à
ségrégation.

4.2- Résultats et analyse du taux de remplissage

L’essai du taux de remplissage par la boite en L [04] est utilisé pour mesurer la capacité du matériau à
s’écouler en milieu confiné des bétons autoplaçant

34
Figure 2: Variation du taux de remplissage en fonction du volume de la pate.

D’après les résultats du tableau 3 et la figure 2, on remarque qu’en augmentant le volume de la pâte du
ciment (C+F+E+A) le taux de remplissage croit jusqu’à une valeur de 90% puis se stabilise à 100% pour le cas
40% et ce quelque soit la granularité du squelette granulaire des bétons testés. On peut préliminairement justifier ce
comportement par la fluidification du béton lorsque le volume de la pâte augment et non pas par l’effet d’adjuvant
car dans notre cas on a fixé ce dernier à 1%. Toutefois, on remarque que seulement deux volumes de pâtes qui
vérifient la condition du taux de remplissage pour avoir un béton autoplaçant qui sont : 38% et 40%.
En effet le volume 33% n’a pas donné de taux de remplissage (H2=0) et celui de 35% était inférieur à la
valeur minimale (80%).

4.3. Résultats et analyse de la stabilité au tamis

L’essai de la stabilité au tamis [04] est utilisé pour mesurer la capacité du matériau à résister à la ségrégation
dynamique des bétons autoplaçant

Figure 3: Variation de la stabilité au tamis en fonction du volume de la pate.

On remarque qu’en augmentant le volume de la pâte du ciment (C+F+E+A) la stabilité croit jusqu’à une valeur
avoisinant 30% et ce quelque soit la granularité du squelette granulaire des bétons testés. On peut justifier ce
comportement par la fluidification du béton lorsque le volume de la pâte augment et non pas par l’effet d’adjuvant
car dans notre cas on a fixé ce dernier à 1%. On remarque que tous les volumes de pâtes vérifient la condition de la
stabilité. On peut conclure à partir des trois essais effectués sur le béton frais que le meilleur autoplaçant est celui
dont le volume de la pâte de ciment est de 38% qui vérifie toutes les conditions pour avoir un BAP c'est-à-dire
BAP 7, BAP 8, BAP 9.

4.4. Effet de la granularité sur le béton à 38% de volume de la pâte

35
Figure 4: Effet de la granularité sur le béton à 38% de volume de la pâte.

D’après la figure ci-dessus, on remarque que pour l’étalement et la stabilité au tamis, en augmentant la
proportion du gravier 3/8 ces derniers diminuent jusqu’à la proportion 50% puis augmentent. Quant au taux de
remplissage, en augmentant la proportion, ce dernier diminue.
Enfin, la proportion granulaire qui donne les meilleures caractéristiques rhéologiques est celle de 50% de 3/8 et
50% de 8/15.

5. Etude mécanique du béton a l’état durci


5.1. Résultats et analyse d’essai d’écrasement
L’essai d’écrasement est le plus utilisé pour mesurer la résistance du matériau à la compression et à la
traction par flexion en milieu non confiné des bétons autoplaçants, les résultats obtenus de cet essai sont donnés
dans le tableau suivant :
Tableau 4 : Résultats de la résistance à la compression et traction par flexion
volume de la pate (%) N° de la Résistance a la Résistance a la traction par flexion (MPa)
formulation Compression (MPa)
BAP 01 27,80 2,52
33 % BAP 02 29,90 2,85
BAP 03 30,79 2,91
BAP 04 28,68 2,86
35 % BAP 05 31,12 2,96
BAP 06 30,89 2,98
BAP 07 30,66 2,95
38 % BAP 08 33,81 3,28
BAP 09 33,62 3,18
BAP 10 31,94 3,07
40 % BAP 11 33,54 3,35
BAP 12 34,02 3,28
33 % BT 01 30,69 2,81
35 % BT 02 30,85 2,98
38 % BT 03 33,29 3,03
40 % BT 04 33,44 3,24

36
Figure 5: Variation de la résistance mécanique en fonction des proportions granulaires et du volume de la pâte de ciment.

D’après les résultats du tableau 4. et la figure 5, on remarque qu’en augmentant le volume de la pâte du
ciment (C+F+E+A) la résistance à la compression augmente. Toutefois, on remarque que le pourcentage en gravier
3/8 a aussi une influence sur la résistance du béton. En effet, pour 25% de 3/8 l’augmentation de la résistance croit
presque linéairement, quant à 50% et 75% de 3/8 ils croissent jusqu’à un optimum de résistance puis décroissent.
On peut préliminairement justifier l’augmentation de la résistance par l’effet du volume de la pâte de ciment est du
à l’optimisation de l’hydratation du ciment. Pour le cas de l’effet de la granularité, on peut le justifier par
l’optimisation du squelette granulaire (remplissage optimal des vides) [06] et [07].
Les mêmes observations et justifications sont valables pour la résistance à la traction par flexion.

5.2. Effet de la granularité sur la résistance à la compression et traction pour chaque volume de la pâte de ciment

Figure 6: Résultats des essais à la compression pour différents volumes de pâte de ciment et proportions granulaires.

37
Figure 7: Résultats des essais à la traction par flexion pour différents volumes de pâte de ciment et proportions granulaires.

Des huit graphes, on peut remarquer que BAP1, BAP4, BAP7 et BAP10 donnent des résistances mécaniques
inférieures à celles des bétons témoins BT1, BT2, BT3 et BT4. Et cela est du à l’insuffisance du remplissage des
vides du squelette granulaire. Par contre pour les autres BAP on a remarqué qu’ils ont donné tous des résistances
supérieures à celles des bétons témoins. En effet, l’augmentation de la proportion 3/8 a optimisé la compacité du
mélange [06] et [07].

5.3. Le gain de résistance

Figure 8: Gain de résistance en fonction des types de béton.

Des quatre graphes, on peut tirer la meilleure formulation de béton qui est celle dont le volume de la pâte est de
l’ordre de 38% et une proportion granulaire de 50% de 3/8 et 50% de 8/15, c’est-à-dire BAP 8 dont le gain de
résistance a atteint 4.71% à la compression et 8,25% à la traction par flexion.

6. Conclusion

38
Après la réalisation des essais sur la caractérisation des bétons autoplaçant à l’état frais (essai d’étalement,
essai boite en L, essai à la stabilité au tamis) préconisé par L’AFGC, pour les différentes séries nous avons abouti
aux conclusions suivantes :
 Les compositions des bétons réalisés dans le but d’avoir des bétons autoplaçant n’ont pas satisfait
entièrement les critères du BAP.
 La composition BAP08 avec 50% de 3/8 et 50% de 8/15 a satisfait les trois critères rhéologiques
d’un BAP.
Pour les essais mécaniques sur les bétons autoplaçant à l’état dur, nous avons abouti aux conclusions
suivantes :
 Résistance à la compression et traction par flexion:
- Les BAP confectionnés, comparé avec les bétons de références respectives, ont donné des résultats
intéressants. On a remarqué que les bétons dont le pourcentage de la proportion du 3/8 est faible donne une
résistance faible par rapport au béton témoin. Mais plus cette proportion augmente, plus la résistance
augmente dépassant la valeur du béton témoin.
- La série de BAP qui a donné plus de satisfaction aux essais mécaniques sont ceux dont le volume de la
pâte de ciment est de 38%.
Le BAP qui a donné le plus grand gain de résistance est celui du BAP 08.

Référence :

[01] Japan Society of Civil Engineers (JSCE) : « Recommendation for practical application of self-compacting
concrete », publiée en 1998.

[02] Association Française de Génie Civil (AFGC), «Béton Auto-Plaçants », Recommandations provisoires,
juin2000, Annales du bâtiment et des travaux publiques.

[03] Baron.J, Olivier.J.P et. Weiss.JC, 1996: « Les bétons Bases et données pour leur formulation », sous la
direction de Jacques .BARON, Jean-PierreOLIVIER, Ed Eyrolles.

[04] SEDRAN T ; « Rhéologie et rhéomètre des bétons. Application aux BAP », thèse de doctorat de l’ENPC,
1999.

[05] Hajime Okamura (Professor, Kochi University of Technology, Japan) and Masahiro Ouchi (Associate
Professor, Kochi University of Technology, Japan), “Self-Compacting Concrete”, Received 14 November 2002,
accepted 30 March 2003, Journal of Advanced Concrete Technology Vol. 1, No. 1, pp 5-15, April 2003 /
Copyright © 2003 Japan Concrete Institute. E-mail: ouchi.masahiro@kochi-tech.ac.jp

[06] Larrard, « Structures granulaires et formulation des bétons », Etudes et Recherches des laboratoires des ponts
et chaussées, OA 34.

[07] PROUST E., « Retraits et fluages des bétons autoplaçants : vers une meilleure compréhension des
comportements différés », thèse de doctorat, INSA de Toulouse, 2002.

39
Comportement mecanique d’un acier industriel faiblement allie -
relation avec la microstructure

ABAIDI Ismail1, SADOK Ahmed2


1. Labo ECP3M, Université de Mostaganem UMAB
188/227Route belahacel, 27000 Mostaganem, Algérie
abaidigm@gmail.com
2. Labo ECP3M, Université de Mostaganem UMAB
188/227Route belahacel, 27000 Mostaganem, Algérie
sadok_a7@yahoo.fr

RESUME. Ce travail présente le comportement mécanique de l’acier industriel faiblement allié utilisé par l’unité de production B.C.R Oued
Rhiou. Ces matériaux posent des problèmes d’endurance et de durabilité, liés probablement à la relation entre la microstructure et les
propriétés mécaniques.
Nous avons utilisé des moyens expérimentaux disponibles et nous chercherons les relations optimales entre les propriétés mécaniques et la
microstructure par application des traitements thermiques appropriés et en s’appuyant sur les courbes TTT et TRC relatives à l’acier
étudié.
Les techniques de caractérisation expérimentales utilisées dans ce travail sont les essais de : dureté, traction et résilience. Les différents
types d’éprouvettes normalisées de traction et de résilience ont subi un traitement d’austénisation de 30 min à 850 °C, suivi d’une trempe à
l’huile, suite d’une succession de revenu à des températures allant de 200°C jusqu’à 600°C pendant 1h, puis un refroidissement à l’air
libre. L’application de ces techniques a pour but d’améliorer les caractéristiques mécaniques du matériau (limite d'élasticité, allongement,
résistance à la traction, dureté et énergie de rupture) et d’augmenter sa durée de vie. Ces caractéristiques mécaniques sont nécessaires pour
le calcul des structures des matériaux.
Les résultats des différentes caractéristiques mécaniques (Re, Rr, dureté HRC, la résilience ainsi que certaines valeurs caractéristiques
calculées à partir des données expérimentales telles que le KIC en prenant en considération l’évolution de la microstructure tout au long le
processus des traitements thermiques appliqués sont
ABSTRACT. This work presents the mechanical behavior of low alloy steel used by the manufacturing unit BCR Oued Rhiou, for example
screws, shafts, bars etc. This material fact raises problems of endurance and durability, probably related to the microstructure and
mechanical properties. We use the experimental method available and we seek the optimum relation between the microstructure and
mechanical properties by applying the heat treatment of quenching and tempering temperature appropriate for the steel DIN41Cr4.We
present the results of different mechanical properties according to these treatments and the microstructural evolution was a part of
experimental procedures. Petch relation is an illustration of the existence of these correlations to better understand the different
microstructural evolutions.

MOTS-CLES : Traitements thermiques, Caractéristiques mécaniques, Microstructure.

KEYWORDS: Heat treatment, Mechanical properties, Microstructure, Low alloy steel.

1. Introduction

L’utilisation des aciers faiblement alliés tels que l’acier 41Cr4 a notablement augmenté dans le domaine industriel
(boulons, pignons, industrie pétrolière) en particulier l’industrie automotrice. Ce genre d'acier est classé parmi les catégories
en tant qu'aciers trempé-revenu et que la phase dominante après traitements thermiques c’est la martensite [1-3].
Alors que l’exigence industrielle des propriétés mécaniques plus élevées et une plus longue durée de vie des matériaux
nécessite à ces aciers quelques modifications compositionnelles, l’addition des éléments tel que Cr, V, Ni et Mn et
l’application de divers techniques de traitement thermique dont le but d’améliorer ces propriétés mécaniques.

2. Matériau et méthodes expérimentales

40
Le matériau étudié est un acier faiblement allié au chrome (Cr), utilisé pour la fabrication des pièces mécaniques (boulons,
vis), par l’unité de production B.C.R Oued Rhiou. Les tableaux I et II montrent respectivement la composition chimique et les
caractéristiques mécaniques de cet alliage.

Tableau I: Composition chimique (%)

Acier C Mn Si Al Cr Mo Cu P S
41Cr4 0,43 0,74 0,25 0,03 1,05 0,04 0,12 0,013 0,0105

Tableau II: Caractéristiques mécaniques

Acier Limite d’élasticité σel [MPa] A (%) Charge maximale σmax [MPa] Dureté HB
41Cr4 800 - 880 11-12 1000-1200 217-250

Les techniques expérimentales utilisées dans ce travail sont les essais de dureté, traction et résilience. Les éprouvettes
normalisées de traction et résilience ont subi un traitement d’austénitisation de 30 min à 850 °C, suivi d’une trempe à l’huile,
suite d’une succession de revenu de 200°C à 600°C pendent 1h puis un refroidissement à l’air libre, figure 1.

Figure 1. Cycle des traitements thermiques appliqués

3. Résultats et discussion

3.1 Caractéristiques mécaniques

La limite d’élasticité et la résistance à la rupture figure 2, diminuent avec l’augmentation de la température de revenu en
raison de la mobilité et le déplacement des atomes de carbone vers des sites préférentiels, la diminution de la concentration du
carbone dans la martensite trempé à cause de la diffusion d'atomes de carbone en cémentite et la diminution de la densité de
dislocations et l’abaissement de durcissement [4].

Figure 2. Variation de la limite d’élasticité (Re) et la résistance à la rupture (Rr) en fonction de la température de revenu

41
3.2 Microstructure

L’analyse microstructurale à l’état trempé et revenu 200°C, 400°C et 600°C est présentée par la figure 3, à l’état trempé
(figure 3.a). On constate que la microstructure de l’échantillon se compose de plusieurs plaquettes de martensite en latte,
alignées parallèlement à l'intérieur des plaquettes [5]. L’aspect microstructural au revenu 200°C (figure 3.b) se compose de la
martensite en lattes. Malgré l’augmentation de la température de revenu, la martensite en latte apparait toujours avec de la
ferrite et des carbures. Lorsque la température de revenu augmente jusqu'à 400 ° C (figure 3.c), la microstructure se compose
de martensite en lattes, de ferrite et de carbures sous forme de tige. La microstructure se compose de la ferrite et de carbures
qui changent de forme de tige à une forme sphéroïdale quand la température de revenu atteint 600°C (figure 3.d), [6].

Figure 3. Microstructure de l’acier 41Cr4 (a) Etat trempé ;(b) Revenu 200°C, (c) Revenu 400°C ; (d) Revenu 600°C

4. Conclusion

– les relations Microstructure - propriétés mécaniques des matériaux dépendent fondamentalement de la nature des atomes
constitutifs et leurs microstructures ;
– l'augmentation de la température de revenu conduit à une diminution de la limite élastique Re et la résistance à la traction
finale Rr, avec une augmentation de la ductilité.

Bibliographie et références

[1] Rajan KM. (2002). Effect of heat treatment of perform on the mechanical properties of flow formed AISI 4130 steel tubes. J Mater
Process Technol; 125:503-11.
[2] Bjorhovde R. (2003). Development and use of high performance steel. J Constr Steel Res; 60:1- 8.
[3] A.H. Meysami, R. Ghasemzadeh, S.H. Seyedein, M.R. Aboutalebi. (2010). An investigation on the microstructure and mechanical
properties of direct-quenched and tempered AISI 4140 steel, 1570 -1575.
[4] HONEYCOMBE, R.W.K., BHADESHIA, H.K.D.H. (2006). Steels Microstructure and Properties, Third Edition. Elsevier Ltd, London,
344p.
[5] M.H. Khani Sanij, S.S. Ghasemi Banadkouki, A.R. Mashreghi, M. Moshrefifar. (2012) .The effect of single and double quenching and
tempering heat treatments on the microstructure and mechanical properties of AISI 4140 steel .Materials and Design 42 339-346.
[6] LI Hongying, HU Jidong, LI Jun. (2013).Effect of tempering temperature on microstructure and mechanical properties of AISI 6150
steel , J. Cent. South Univ. 20: 866-870.

42
Thermo-convective study of a shell and tube thermal storage unit
Elmeriah Abderrahmane1, Remlaoui Ahmed1, Nehari Driss1
1. Smart Structure Laboratory, University Centre of Ain-Temouchent
B.P 284Rp – 46000 Ain Temouchent, Algerie
abderrahmaneelmeriah@yahoo.fr
RESUME. Une étude sur le stockage thermique par matériel de changement de phase (PCM) dans l'unité de stockage d'énergie thermique
(TES) en coque et tube. La cire de paraffine est considérée comme PCM et remplie à l'intérieur de la coquille afin de changer son état
physique en fonction du fluide de transfert de chaleur à circulation d'eau (HTF) qui s'écoule à l'intérieur du tube par différentes
températures. Nous avons étudié le problème du transfert de chaleur lors du processus de fusion et de solidification par une énergie
inébranlable et des équations de Navier-Stokes. D'autre part, nous avons étudié l'effet de la longueur du tube sur le temps du système de
stockage et le comportement thermique de l'unité, où il a eu une trop grande influence sur le temps de solidification et le processus de fusion
en termes de température de sortie HTF.
ABSTRACT. A numerical investigation has been carried out in this present study about thermal storage by phase change material (PCM) in
shell and tube thermal energy storage (TES) unit. The Paraffin wax considered as PCM and filled inside shell in order to change its physical
state according to the water circulation heat transfer fluid (HTF) which flows inside tube by different temperatures. We have studied the
heat transfer problem during the melting and solidification process by unsteady energy and Navier-stokes equations. On the other hand, we
have investigated the effect of tube length on the storage system time and thermal behavior of the unit, where it has shown a too much
influence on the time of solidification and melting process in term of HTF outlet temperature.

MOTS-CLES : Liquide de transfert de chaleur, matériau de changement de phase, stockage de chaleur latente, coquille et tube

KEYWORDS: Heat transfer fluid, Phase change material, Latent heat storage, Shell and tube

1. Introduction

The instability of the solar cycle along the time (day and night) made us need to use a thermal energy storage device in
order to ensure continuity of this energy during the time. The thermal latent heat is the most type used in the thermal storage,
which is based on the use of phase change materials (PCMs) which have advantages such as high storage density and a short
interval in the heat. In this field a many numerical and experimental studies were conducted on the latent thermal energy
storage systems. A numerical investigation using FLUENT software 6.3.26 has been carried out by [1] on the melting process
of N-eicosane PCM inside two cylinders in concentric and eccentric arrays, whereas the study focused about the effect of inner
cylindrical tube position on the melting process, where the PCM filled in the space which is between the inner and outer
cylinder. The results revealed that the natural convection heat transfer was more effective on the increase of the melting rate
when the inner cylinder tube moves toward down of the centre. [2] have studied numerically a transient three-dimensional
model of a high temperature TES unit, which assisted by finned heat pipes with different configuration of embedded system.
The effect of different heat pipe arrangement and the heat pipe quantities was studied on the thermal behavior of the system,
where it has shown that the increase in the melting rate of PCM allows to accelerate the charging process. In the present
study,We considered the physical model as 2Dimension and axisymmetric, whereas the Paraffin wax and water have been
considered as PCM and HTF respectively, where they were analyzed by an iterative finite-volume method. We performed in
this study the effect of tube length to evaluate the time and rate of storage system in term of HTF outlet temperature evolution
during charging and discharging process.

2. Mathematical model

The latent heat storage unit (LHSU) Unit under investigation is shown in Fig 1.This unit was been used previously by
Kibria et al [3]. The inner tube is made of copper, which has an inner and outer diameter of 0.0054 and 0.006[m] respectively,
where the length unit is estimated about 1[m], the shell diameter has an inner diameter of 0.018[m] where it is well insulated.

43
.

Figure 1. Latent heat storage unit

we use the same geometry considered by Kibria et al [3]. Therefore, we use the same hypothesis, boundary and initial
conditions of the last author. The thermo-physical properties of materials which used here are mentioned from the literature [4]
and [5]. The problem is governed by unsteady energy and Navier-stokes equations:
The continuity: (1)

The momentum: (2)

The energy: (3)

The source terms Si and Sh are given by:

(4)

(5)

The governing equations are solved by using the commercial code FLUENT 17 with the first order implicit scheme for the
time and the second order upwind scheme for the space.
3. Results and discussion
3.1. Validation
Validation was performed on the evolution of HTF outlet temperature at the charging and discharging cycle. The
comparison between our numerical results and analytical and experimental results of Kibria et al [3] shows a good agreement
in Fig.2.

44
Charging cycle Discharging cycle
90 60 




















55











 






 









85


50





 




 






 

 

 


Outlet temperature (°C)


 


45
 
 
 
Outlet temperature (°C)  














 
 
 
 
  
 
  
  
 
 
 

 
  
  
 
 


40
  

80
 


  
 
 
 
  


 
 
 
  
 
 
   
 
 
 
 
 
  
 
 
   

  
 


35
 
 
  
  
 
 

Exp result of Kibria et al (2014)


  
    



 


 
  
  
   
  
 
 
    




  


Num result of Kibria et al (2014)




30



75



 













Present result
 


Present result






25
 

 



 











Num result of Kibria et al (2014)










 



20





70

 





Exp result of Kibria et al (2014)






 





 








15











 














10
 

65
5

60 0
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 0 1000 2000 3000 4000 5000 6000

Time (s) Time (s)

Figure 2. Validation of the Evolution of HTF outlet temperatures in charging and discharging cycle

3.2. Parametric study

From the Fig.3 the reduction of tube length decreases the time of charging and discharging cycle, the normally tube of 1m
has HTF outlet temperature of 83C° in 5600s, whilst the variation of tube length from 0.2m to 1.8m it has decreased the HTF
outlet temperature from 87°C to 79°C respectively in 5600s, this variation has made a temperature difference ∆Tch of 8°C
between HTF outlet temperature of tube length from 0.2m to 1.8m at charging moment. With regard to the discharging
process, the HTF outlet temperature has increased from about 25°C to 38.5°C in 5600s; it has got a temperature difference
∆Tdis of 13.5°C. We can notice that the increase of tube length makes the HTF inlet temperature distributed axially more than
radially which slows down the process time of melting and solidification, it’s known that the heat transfer is increased
whenever the heat transfer area is increased, whereas the solid PCM around the HTF tube absorbs thermal energy from the hot
HTF via the tube surface and starts melting when the temperature reaches the melting point, but in our case despite that the
tube thermal conductivity is very high (400 W/m·K), the distribution of the heat transfer surface toward the length of tube
allows to melt a Paraffin wax more axially when the tube length increase with a mass flow rate of 0.072 Kg/min, which is due
to the slow process of melting and solidification time, whereas it is considered this as Heat loss in our case.
Charging cycle ΔT h
Discharging cycle
90 70








L= 1 8 m
L= 1 4 m


 

 
 
 
 
 

 
  
    

    
  

  
     
  
     
     
  


80
    
  

60
  
  
   
  

L= 1 m
      
      
   
      
   
      
      
   
       


    

      
       
      
      
     
       
      
      
    
       
    
    
     

L= 0 6 m
    
    

       
     
       
      
Outlet temperature (°C)

       


   
 
 
       
 

   
    
    
      
       
   
Ou e empe a u e °C

       


 
    
   
       
      
     


70
   
    

L= 0 2 m
  

50
   
      
    

      
     
 
    
     
     
       
  
      
      

  
       
    
  
 
  
   
  
    
    
      
  
       
 

  
       
   
    

       
      
    




    
    
   
     




       
    

L= 0.2 m
 
      
       
       
       

       

       
        
    

60
  
       
 

40
  
  

  

  
  
  

 
 

L= 0.6 m
  

  

 
  
 
 
  
 