Vous êtes sur la page 1sur 28

Étude de soutènement par

paroi lutécienne :
Annexes

Élève : Entreprise :

Gaëlle BRONN, QUALICONSULT


ème
5 année, spécialité Génie Civil 12, rue des Peupliers
INSA STRASBOURG 92000 NANTERRE
Sommaire

Annexe 1: Historique de l’entreprise et création des filiales ...........................................................


................................ 3
Annexe 2: Organigramme de l’agence de Nanterre ................................................................
......................................... 4
Annexe 3: Principe de mise en œuvre d’une paroi berlinoise .........................................................
................................ 5
Annexe 4: Principe de mise en œuvre d’une paroi parisienne ........................................................
................................ 7
Annexe 5: Principe de mise en œuvre d’une paroi lutécienne ........................................................
................................ 8
Annexe 6: Mise en œuvre des tirants d’ancrage ................................................................
............................................ 10
Annexe 7: Implantation des pieux de la paroi ................................................................
................................................ 12
Annexe 8: Note de calcul : Coefficients de poussée et de butée ...................................................
................................ 13
Annexe 9: Note de calcul : Calcul de la contrainte de poussée et de butée des terres à la phase 6 .......... 15

Annexe 10: Note de Calcul dimensionnement à l’ELU des aciers longitudinaux zone A avec 9 barres ........ 17

Annexe 11: Note de calcul : Dimensionnement des aciers longitudinaux en zone B ...................... 18
Annexe 12: Visite de chantier du 14/03 ................................................................
........................................................... 22
Annexe 13: Visite de chantier du 04/04 ................................................................
........................................................... 24
Annexe 14: Visite de chantier du 02/05 ................................................................
........................................................... 25
Annexe 15: Réunion du 03/05 à propos des déplacements constatés en tête de paroi et sur les
tubes inclinométriques................................
................................................................................................
.......................................................... 27

2/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 1: Historique de l’entreprise et création des filiales

•Création de QUALICONSULT
1982

•Création de QUALICONSULT SECURITE


1995

•Création de QUALICONSULT INTERNATIONAL


2002

•Création de QUALICONSULT EXPLOITATION


2003

•Création de QUALICONSULT IMMOBILIER


2006

•Implantation
Implantation aux Emirats Arabes Unis avec la création de QUALICONSULT
DUBAÏ
2008
•Implantation
Implantation au Maroc avec la création de QUALICONSULT QUACOT

•Création de QUALICONSULTING
2009

•Création de QUALICONSULT FORMATION


2011

•Création de QCS SERVICES SAS


•Création
Création de QUALICONSULT ENGINEERS DUBAÏ
•Création de QUALICONSULT ABUS DHABI
2015
•Cession
Cession de QUALICONSULTING et QUALIFORM
•Création
Création de QUALICONSULT ENVIRONNEMENT ET SANTE

3/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 2: Organigramme de l’agence de N
Nanterre

4/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 3: Principe de mise en œuvre d’une paroi berlinoise

1. Mise en place des éléments verticaux


La première étape de mise en œuvre d’une paroi berlinoise consiste à mettre en place les profilés
métalliques qui la composent. Ces profilés métalliques peuvent être mis en place par battage,
vibrofonçage ou forage préalable. Dans le cas d’une mise en place dans un forage préalable, il est
nécessaire de combler le forage, après mise en place du profilé, par du matériau tel que du béton, du
ciment, du gravier,
ier, pour stabiliser le profilé.

2. Exécution des passes


La paroi berlinoise se réalise, dans la plupart des cas, par passe
passes de 1 à 4 mètres.. La réalisation par
passe permet d’éviter l’effondrement des terres sur toute la hauteur de l’ouvrage.
2.1. Excavation des
es terres.
Les terres sont excavées sur la hauteur de la passe définie par le bureau d’études
fondations. (environ entre 1 et 4 mètres en fonction du sol)
2.2. Mise en place du blindage de la fouille
Le blindage de la fouille peut être réalisé selon plusieurs procédés : dalle mince de béton
coulées sur place ou préfabriquées, planches ou madriers de bois ou encore plaques
métalliques. Ces éléments sont mise en place entre les éléments verticaux (les profilés
métalliques).
2.3. Mise en place éventuelle de tirants o ou de butons
Dans certains cas, des tirants d’ancrage ou des butons sont mis en place au fur et à
mesure des passes pour assurer la stabilité des parois

Les passes sont réalisée jusqu’à atteindre la profondeur du fond de fouille.

Figure 1:: Schéma d'une paroi berlinoise simple sans tirant, ni buton

5/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Figure 22: Schémas de mise œuvre d'une paroi berlinoise avec tirants
irants

6/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 4: Principe de mise en œuvre d’une paroi parisienne

Le procédé de mise œuvre de la paroi parisienne est très similaire à celui de la paroi berlinoise et
s’effectue aussi par passe.

1. Mise en place des éléments verticaux


Les éléments verticaux sont, dans le cas de la paroi pa
parisienne,
risienne, des poteaux préfabriqués en
béton armé mis en place par battage, vibrofonçage ou forage préalable.

2. Exécution des passes


La paroi parisienne se réalise, dans la plupart des cas, par passes de 1 à 4 mètres. La réalisation par
passe permet d’éviterr l’effondrement des terres sur toute la hauteur de l’ouvrage.
2.1. Excavation des terres.
Les terres sont excavées sur la hauteur de la passe définie par le bureau d’études
fondations. (environ entre 1 et 4 mètres en fonction du sol)
2.2. Mise en place du blinda
blindage de la fouille
Le blindage de la fouille est réalisé en béton armé. Après terrassement, il fat dégager les
armatures des poteaux préfabriqué et mettre en place les armatures du blindage. Le
béton peut ensuite être réalisé par béton projeté ou par mise en place d’un coffrage et
béton coulé sur place.
2.3. Mise en place éventuelle de tirants ou de butons
Dans certains cas, des tirants d’ancrage ou des butons sont mis en place au fur et à
mesure des passes pour assurer la stabilité des parois

Les passes sont réalisée


lisée jusqu’à atteindre la profondeur du fond de fouille.

Figure 3:: Schéma d'une paroi parisienne simple, sans tirant, ni buton

7/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 5: Principe de mise en œuvre d’une paroi lutécienne

La paroi lutécienne est un autre système de soutènement dérivé de la paroi berlinoise et parisienne.

3. Mise en place des éléments ver


verticaux
Les éléments verticaux sont, dans le cas de la paroi lutécienne, des pieux en béton armé mis
en place par forage préalable. Des armatures en attentes sont mise en place dans les pieux
pour se liaisonner aux armatures du parement.

4. Exécution des passes


La paroi lutécienne se réalise, dans la plupart des cas, par passes de 1 à 4 mètres. La réalisation par
passe permet d’éviter l’effondrement des terres sur toute la hauteur de l’ouvrage.
2.4. Excavation des terres.
Les terres sont excavées sur la hauteur de la passe définie par le bureau d’études
fondations. (environ entre 1 et 4 mètres en fonction du sol)
2.5. Mise en place du blindage de la fouille
Le blindage de la fouille est réalisé en béton armé. Après terrassement, il fat dégager les
armatures des pieux forés et mettre en place les armatures du blindage. Le béton peut
ensuite être réalisé par béton projeté ou par mise en place d’un coffrage et béton coulé
sur place.
2.6. Mise en place éventuelle de tirants ou de butons
Dans certains cas, des tirants d’ancrag
d’ancragee ou des butons sont mis en place au fur et à
mesure des passes pour assurer la stabilité des parois

Les passes sont réalisée jusqu’à atteindre la profondeur du fond de fouille.

Figure 4:: Schéma d'une paroi lutécienne simple, sans tirant, ni buton

8/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Figure 55: Schéma de mise en œuvre d'une paroi lutécienne

9/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 6: Mise en œuvre des tirants d’ancrage

Les travaux de mise en tension et d’injection des tirants d’ancrage précontraints sont délicats et
nécessitent une main d’œuvre particulièrement qualifiée.

1 2 3 4 5 6 7

Etapes 1 et 2 : Exécution du forage sous un angle, à l’aide d’un tube de protection externe
(tubage/chemisage), souss fluide de forage à travers d’un dispositif d’injection.

Etape 3 : Au niveau prescrit, remplacement du tube de forage par un coulis de ciment à travers le
dispositif d’injection, retiré au fur et à mesure.

Etape 4 : Mise en place de l’armature (barre, ttorons,..)


orons,..) sur une longueur de scellement et une partie
libre éventuelle, définie selon le concept.

Etape 5 : Retrait progressif du tube de protection externe et injection d’un coulis de ciment (coulis de
scellement) sous pression : exécution du bulbe d’an
d’ancrage

Etape 6 : Tirant d’ancrage achevé - scellement sur toute la longueur de l’armature (clou ou ancrage
passif)

Etape 7 :
- Tirant actif ou pré-sollicité
sollicité : mise en tension/ précontrainte lors de la réalisation de
l’ancrage, au plus tôt après un délai ddee 7 jours pour des tirants injectés avec coulis de
scellement classique
- Tirant passif ou non pré--sollicité
sollicité (uniquement sollicité lors de déformations du terrain) :
cachetage de la tête d’ancrage par un capot.

Essais sur les tirants :


1. Essais préalables
Avant
nt la mise en œuvre des tirants de l’ouvrage, il est nécessaire d’effectuer un ou plusieurs essais
préalables. Ces essais ont pour objet d’établir :

10/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
- La résistance du terrain à l’interface terrain/coulis
- La traction critique de fluage du système d’ancrage
- Les
es caractéristiques de fluage du système d’ancrage sous différents niveaux de traction
jusqu’à la rupture
- Les caractéristiques de pertes de tension du système d’ancrage à l’état limite de service
- La longueur libre équivalente de l’armature

2. Essais de contrôles
Les essais de contrôles se réalisent lors de la mise en œuvre des tirants. Ils ont pour objet de
confirmer, pour une situation de calcul particulière :
- la capacité du tirant à supporter une traction d’épreuve
- les caractéristiques de fluage ou de perte de tension du système d’ancrage jusqu’à la traction
d’épreuve
- une longueur libre équivalente de l’armature

3. Essais de réception
Les essais de réception ont pour objet de s’assurer pour chaque tirant :
- la capacité du tirant à supporter une traction d’épreu
d’épreuve
- les caractéristiques de fluage ou de perte de tension à l’état limite de service, si nécessaire
- la longueur libre équivalente de l’armature
- de s’assurer que la traction de blocage, forces de frottement exclues, se situe au niveau de la
traction de calcul

11/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 7: Implantation des pieux de la paroi

Paroi A éttudiée

Paaroi A étudiée

12/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 8: Note de calcul : Coefficients de poussée et de butée

Selon la méthode de Rankine :

Coefficients de poussée :

 Eboulis : 21,42° ; 30°

1 1 30
; ∙ ∙
21,42
30
1 1 1 1
21,42
21

; 0,681 ;

; 0

 Argiles plastiques : 20°


20
, ² ² 0,490
4 2 4 2

, 0,490 ,

20
; 2∙ 2∙ 1,4
4 2 4 2

 Craie : 30°
30
, ² ² 0,490
4 2 4 2

, 0,333 ,
30
; 2∙ 2∙ 1,155
4 2 4 2

Coefficients de butée :

 Eboulis :; 30°
30
; ² ² 3
4 2 4 2

; 3 ;

13/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
; 0

 Argiles plastiques : 20°


20
, ² ² 2,04
4 2 4 2

, 2,04 ,

20
; 2∙ 2∙ 2,856
4 2 4 2

 Craie : 30°
30
, ² ² 3
4 2 4 2

, 3 ,
30
; 2∙ 2∙ 3,464
4 2 4 2

14/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 9: Note de calcul : Calcul de la contrainte de poussée et
de butée des terres à la phase 6

En utilisant les équations de calcul de contrainte de poussée et de butée su


suivantes
ivantes :
∙ ∙ ∙ ∙
∙ ∙ ∙ ∙

Dans le cadre de la poussée nous avons les surcharges suivantes :


- Surcharge due au remblais : Nous considérons la couche de remblais située en tête de du
talus sur 1m comme une surcharge de q1=γremblaisx h =19x1=19kN/m²
- La surcharge de la voie ferrée : soit q2= 49,05kN/m²

 Eboulis :
Données : γeboulis=19kN/m3 ; ceboulis=0kPa ; kaγ=kaq=0,681 ; kpγ=kpq=3 ;

Poussée :
, 66,65 ∙ ∙ ∙ ∙
0,681
681 ∙ 19 ∙ 66,65 66,65 0,681 ∙ 10 49,05 0
46,34
34
, 57,30 ∙ ∙ ∙ ∙
0,681
681 ∙ 19 ∙ 66,65 57,30 0,681 ∙ 10 49,05 0
167,32
32

Butée : (uniquement de 57,6 à 57,3)


, 57,6 ∙ ∙ ∙ 3 ∙ 19 ∙ 57,6 5,6 0
0
, 57,30 ∙ ∙ ∙ 3 ∙ 19 ∙ 57,6 57,30 0
17,1
1

Calcul de la surcharge due à cette couche sur les couches inférieures :


- du côté de la poussée : q3=γeboulisxh=19x(66,65-57,30)=177,65kPa
- du côté de la butée : q’3==γeboulisxh=19x(57,6-57,30)=5,7kPa

 Argiles plastiques :
Données : γargiles=20kN/m3 ; cargiles=10kPa ; kaγ=kaq=0,681 ; kac=-1,4 ; kpγ=kpq=2,04 ; kpc=2,856

Poussée :
, 57,3 ∙ ∙ ∙ ∙
0,490
490 ∙ 20 ∙ 57,3 57,3 0,490 ∙ 10 49,05 177
177,65 1,4 ∙ 10
106,39
39
, 48,6 ∙ ∙ ∙ ∙
0,490
490 ∙ 20 ∙ 57,3 48,6 0,490 ∙ 10 49,05 177
177,65 1,4 ∙ 10
191,65
65
15/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Butée :
, 57,3 ∙ ∙ ∙ ′ ∙
2,04 ∙ 19 ∙ 57,3 57,3 2,04 ∙ 5,7 2,856 ∙ 10
23,18
18
, 48,6 ∙ ∙ ∙ ′ ∙
3 ∙ 19 ∙ 57,3 48,6 2,04 ∙ 5,7 2,856 ∙ 10
378
378,14

Calcul de la surcharge due à cette couche sur les couches inférieures :


q4=γargilexh=20x(57,3-48,6)=174kPa
48,6)=174kPa

 Craie :
Données : γcraie=20kN/m3 ; ccraie=20kPa ; kaγ=kaq=0,333 ; kac=-1,155

Poussée :
, 48,6 ∙ ∙ ∙ ∙
0,333
333 ∙ 20 ∙ 48,6 48,6 0,333 ∙ 10 49,05 177
177,65 174
1,155
155 ∙ 10
116,66
66
, 46 ∙ ∙ ∙ ∙
0,333
333 ∙ 20 ∙ 48,6 46 0,333 ∙ 10 49,05 177
177,65 174
1,155
155 ∙ 10
133,98
98

Butée :
, 48,6 ∙ ∙ ∙ ∙
3 ∙ 20 ∙ 48,6 48,6 3 ∙ 5,7 174 3,49 ∙ 10
608
608,36
, 46 ∙ ∙ ∙ ∙
3 ∙ 19 ∙ 48,6 46 3 ∙ 5,7 174 3,49 ∙ 10
764
764,38

16/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 10: Note de Calcul dimensionnement à l’ELU des aciers
longitudinaux zone A avec 9 barres

Nous avons 984,55 . 0,58


Calcul du moment réduit :
, ∙
² , ² ∙
0,1463
1 1
∙ 1 1 2 ∙ 1 1 2 0,1463 0,1987
0,8
0,0,1987 0,58
58 0,1152

Détermination des moments frontières :


3,5
0,0722
3,5 45
0,8 0,0722
1 0,8 0,0722 1 0,0561
0561
2 2
² 0,0561
0561 1 0,707² 20 ∙ 10 560,67 .

On constate que , 0,1463 ,


 PIVOT B

Compatibilité des déformations :


0,58 0,1152
∙ ∙ 3,5 14,12‰
0,1152
1152
D’où 14,12‰ 2,17‰

Nous avons donc :


∙ ∙ ∙

434
434,783 1,08 ∙ 434,783 434,783 ∙ 1,08
08 ∙ 2,17 50
∙ 14,12
2,17 50 2,17 50
443
443,47

Calcul de la section d’armature tendue au Pivot B palier incliné :

984,55 ∙ 10
, ²
. 0,8.0,1987
1987
1 443,47 ∙ 10 0,58 1 2
2

17/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 11: Note de calcul : Dimensionnement des aciers
longitudinaux en zone B

Armatures longitudinales calculées en flexion

Dans le cas du calcul en flexion, nous pa


partons
rtons du diagramme enveloppe des moments de
flexion. Nous prendrons les mêmes hypothèses concernant le dimensionnement.
Le moment maximum correspond à Mmax= 239,21 kN.m/m

Afin de reprendre les efforts des parements sur les pieux, nous allons considérer une largeur
d’influence de 2m qui correspond à la longueur de l’entraxe.

Soit MSLS= Mmax x 2 = 239,21 x2 = 478,42 kN.m


et MEd= Mmax x 2 x 1,35 = 645,867 kN.m

Dimensionnement à l’ELU

Tableau de données : Pieux


Béton Acier
fck 30 MPa fyk 500 MPa
fcm 38 MPa εuk 50‰
fcd 20 MPa εud 45‰
η 1 k 1,08
fcu 20 MPa Es 200 000 MPa
λ 0,8 fyd 434,783 MPa
εcM 3,5‰ αe 18,27
σcM 18 MPa

Le choix du bureau d’études dans cette zone est de positionner 9HA25. Afin de déterminer la valeur
de d, qui correspond à la distance jusqu’au centre de gravité des aciers tendus des aciers, nous
cherchons tout d’abord à déterminer la position de chacun des aciers tendus.
Etant donné qu’il y a 9 armatures longitudinales dans le pieu, on peut considérer qu’il existe un
angle de 360°/9, entre chaque barre d’acier. Ce qui nous permet de calculer la position de chaque
barre par rapport au centre de la section équivalente du pieu grâce à la formule suivante :
360
100 ∙ sin ∙
2 9
Avec h=785,4mm, la hauteur de la section équivalente.
Les positions de chacune des barres d’acier tendu ainsi calculées permettent de retrouver la distance
d nécessaire au dimensionnement à l’ELU.

18/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Nous prenons l’hypothèse
thèse que 6 des barres mises en places représentent la section d’acier tendue.
Cette hypothèse nous donne une valeur de d1=0,516m

Calcul du moment réduit :


, ∙
² , ² ∙
0,1030
1 1
∙ 1 1 2 ∙ 1 1 2 0,1030 0,1362
0,8
0,1362 0,516 0,0703

Détermination des moments frontières :


3,5
0,0722
3,5 45
0,8 0,0722
1 0,8 0,0722 1 0,0561
0561
2 2
² 0,0561
0561 1 0,707² 20 ∙ 10 560,67 .

On constate que , 0,1030 ,


 PIVOT B

Compatibilité des déformations :


0,516 0,0703
∙ ∙ 3,5 22,19‰
0,0703
0703
D’où 22,19‰ 2,17‰

Nous avons donc :


∙ ∙ ∙

434
434,783 1,08 ∙ 434,783 434,783 ∙ 1,08
08 ∙ 2,17 50
∙ 22,19
2,17 50 2,17 50
449
449,34

Calcul de la section d’armature tendue au Pivot B palier incliné :

645,87 ∙ 10
, ²
. 0,8.0,1362
1362
1 449,34 ∙ 10 0,561 1 2
2

Lorsque que l’on considère un d correspondant à 6 HA25,


25, on trouve une section de 29,86
cm², or 8HA25 correspondent à une section de 29,454
29,454cm² insuffisante dans ce cas là.
Nous
ous allons donc considérer que 7 barres HA25 correspondent
spondent à la section d’acier tendu. Ce qui nous
donne une distance d2=0,47m:

19/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Calcul du moment réduit :
, ∙
² , , ² ∙
0,1462
1 1
∙ 1 1 2 ∙ 1 1 2 0,1462 0,1985
0,8
0,1985 0,47 0,0931

Détermination des moments frontières :


3,5
0,0722
3,5 45
0,8 0,0722
1 0,8 0,0722 1 0,0561
0561
2 2
² 0,0561
0561 1 0,707² 20 ∙ 10 560,67 .

On constate que , , ,
 PIVOT B

Compatibilité des déformations :


0,47 0,0931
∙ ∙ 3,5 14,17‰
0,0931
0931
D’où 14,17‰ 2,17‰

Nous avons donc :


∙ ∙ ∙

434
434,783 1,08 ∙ 434,783 434,783 ∙ 1,08
08 ∙ 2,17 50
∙ 14,17
2,17 50 2,17 50
443
443,51

Calcul de la section d’armature tendue au Pivot B palier incliné :

645,87 ∙ 10
, ²
. 0,8.0,1985
1985
1 2 443,51 ∙ 10 0,47 1 2

Dans ce cas la section d’d’acier tendue nécessaire de 33,66 cm² est inférieure
infér à la section
d’acier des 7HA25 qui est de 34,363
34,363². Le choix du bureau
au d’étude de mettre en place 9HA25 en Zone
B permet bien de faire face au moment maximum en considéran
considérant une section
ction d’acier tendu de
7HA25.
HA25. Il reste à contrôler l’interaction ELS/ELU ainsi que la vérification à l’ELS avant de pouvoir
émettre un avis favorable au choix des aciers longitudinaux.

Interaction ELS/ELU

A présent que la section est dimensionnée à l’Elu


l’Elu, il faut vérifier l’interaction ELS--ELU :
20/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Loi de comportement à palier incliné pour du béton dont fck≤50MPa


4,62 1,66 165,69 79,62
avec 1,35

75,3 ∙ 189,8 75,3 ∙ 30 189,8 2069,2


5,6 ∙ 874,5 5,6 ∙ 30 874,5 706,5
0,04 ∙ 13 0,04 ∙ 30 13 11,8

∙ ∙ ∙ 10
2069,2 706,5 ∙ 18,27 11,8 ∙ 18,27 ∙ 10 1,1039

d’où
30
∙ 1,1039 0,2556
4,62 1,66 ∙ 1,35 30 165,69 79,62 ∙ 1,35

Nous avons ce qui implique Ast=Astu. Il n’y a pas d’interaction entre les états limites
ultimes et de service. Le dimensionnement à l’ELU sans acier comprimé.

Vérification à l’ELS

Nous cherchons à présent à vérif


vérifier
ier notre section d’armature tendue à l’ELS avec MSLS=729,3
kN.m. Soit l’équation déterminant la position z1de l’axe neutre :
²
∙ ∙ ∙ 0
2
²
1∙ 18,27 ∙ 0,47 ∙ 34,363 ∙ 10 0
2
On obtient => 0,1880

0,1880
∙ ∙ ²∙ 1∙ 18,27 ∙ 0,47 0,1880 ² ∙ 34,363 ∙ 10
3 3
0,0072

On obtient les contraintes dans le béton et dans l’acier suivantes :


478,42
42 ∙ 10
∙ ∙ 0,1880 12,49 18
0,0072
0072
478,42 ∙ 10
∙ ∙ 18,27 ∙ 0,47 0,1880 ∙
0,0072
0072
283,43 300

Après contrôle de l’interaction ELU/ELS et de la vérification à l’ELS, nous pouvons conclure


que les 7H25
H25 d’acier tendus sont suffisants pour reprendre le momen
momentt appliqué sur le pieu en zone B.
Le choix du BET de 9HA25 en zone B est donc confirmé par nos calculs.

21/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 12: Visite de chantier du 14/0
14/03

Visite de chantier du 14/03 sur le chantier de 85 logements collectifs situés rue Arnaudet à Meudon
lors de la réunion hebdomadaire du mardi 14/0 14/03 à 14h en présence de M. Ferrant de Bouygues ainsi
que des différents acteurs du projet
projet.
Dans le cadre de cette visite,
site, il a été constaté que les 42 pieux de la paroi lutécienne ont été
effectués. Des essais de tirants ont été réalisés et se sont montrés concluant tant qu’à la bonne mise
en œuvre des futurs tirants provisoir
provisoires.

Avis émis lors de cette visite :

Avis
F Nous avons constaté l’exécution des pieux de la paroi
F Les cibles sont bien installés dans les points définis par la Notice Particulière de
Sécurité Ferroviaire
Ferroviaire.. Cibles présentes tous les deux pieux et capteur sur le bâtiment
adjacent.
S Les documentss concernant les tirants d’essai réalisés sont à nous transmettre

Avis S : Suspendu
Avis F : Favorable

Image 2:: Aperçu général du site, avec talus et viaduc ferroviaire de Meudon en arrière plan

Image 1:: Aspect général du site, vue sur la rue Arnaudet 22/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Image 3: Les 42 pieux exécutés Image 5:: Cible sur une des têtes de pieux

Image 4: Capteur sur le bâtiment adjacent

23/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 13: Visite de chantier du 04/04

Visite de chantier du 4/04 sur le chantier de 85 logements collectifs situés rue Arnaudet à Meud
Meudon
lors de la réunion hebdomadaire du mardi 4/04 à 14h en présence de M. Ferrant de Bouygues ainsi
que des différents acteurs du projet.
Dans le cadre de cette visite, il a été constaté que la première passe du mur de soutènement a été
excavée et que le parement
rement a été réalisé en béton projeté.

Etat du chantier : La mise en œuvre des tirants ne s’est pas déroulée comme prévu et aucun tirant
n’a été mis en place malgré une dizaine d’essais
d’essais.. La mise en œuvre prévue est de forer avec injection
d’un coulis, puisis retrait du dispositif avant d’insérer le tirant. Dans les essais réalisés le tirant n’a pas
pu se placer jusqu’au bout du forage, c’estc’est-à-dire
dire jusqu’à la couche de craie visée. L’hypothèse émise
par l’entreprise de fondation est que les Argiles plastiqu
plastiques
es se referment sur le forage.
Pour pallier
lier à cette situation, les ancrages vont être réalisés par autoforage.

Avis émis lors de cette visite :

Avis
S Nous transmettre les notes de calculs concernant la nouvelle mise en œuvre des
tirants. (autoforage)
F Nous avons bien constaté l’excavation de la 1ère passe ainsi que la réalisation du
parement en béton projeté tels qu’ils ont été prévu par le bureau d’études fondations.
Avis S : Suspendu
Avis F : Favorable

Image 7: Première passe réalisée Image 6:: Après tentative de mise en œuvre d'un
d'
tirant

24/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 14: Visite de chantier d
du 02/05

Visite de chantier du 2/05 sur le chantier de 85 logements collectifs situés rue Arnaudet à Meudon
lors de la réunion hebdomadaire du mardi 2/05 à 14h en présence de M. Ferrant de Bouygues ainsi
que des différents acteurs du projet.
Dans le cadre de cette visite,
isite, il a été constaté que l’ensemble du premier lit de tirant à été mis en
place.

Etat du chantier : Le premier lit de tirant a été mis en place avec le procédé d’autoforage. Cette mise
en œuvre s’est déroulée sans problème. 60% des tirants ont nt été équipés de liernes et mis en tension.
Un déplacement de la tête de la paroi de 18 mm a toutefois été constaté lors de la mise en place des
tirants. Pour rappel, la tolérance acceptée en tête de paroi est de 23mm. De plus, les tubes
inclinométriquess situés à quelques mètres en amont de la paroi et profonds de 18m présentent eux
aussi un déplacement.
Une réunion se tiendra le lendemain, mercredi 3/05 à 14h sur chantier avec le géotechnicien de
conception, l’entreprise d’exécution de fondations, le bubureau
reau d’études structure ainsi que
l’entreprise responsable des cibles et capteurs afin de déterminer la marche à suivre suite à ces
déplacements.

Figure 6:: 2e passe effectuée, jusqu’au niveau 59,9NGF, tirants mis en place

25/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Figure 7:: 2e passe effectuée jusqu'à 59,9NGF, tirants mis een
n place et en tension avec liernes.

Figure 8:: Tirant en tension avec lierne

26/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
Annexe 15: Réunion du 03/05 à propos des déplacements
constatés en tête de paroi et su
surr les tubes inclinométriques

La réunion du 03/05 sur le chantier de 85 logements collectifs situés rue Arnaudet à Meudon avait
pour ordre du jour les déplacements constatés en tête de paroi ainsi que le long des tubes
inclinomètres.
Entreprises présentes :
- Bouygues construction
- Sol Conseil : géotechnicien de conception
- Frank fondations : géotechnicien d’exécution
- Soldata : Entreprise de détection et de mesure des phénomènes géotechniques

Situation :
- un déplacement de 18mm en tête de paroi (pour une to tolérance
lérance allant jusqu’à 23mm)
constaté sur les cibles en tête des pieux
- des courbes issues des tubes inclinométriques non stables. L’une représentant un
déplacement jusqu’à 14m de profondeur, l’autre représentant un phénomène de tassement
ou de poussée du sol.
- ces déplacements n’ont pour le moment pas d’influence sur la position des voies SNCF

Il a été constaté que la tête de la paroi se décale lors de la réalisation des tirants de 1 à 2mm par
tirant.. La pose du premier lit de tirant a déplacé la tête de p
paroi
aroi de 18mm. Aucune influence du
terrassement, ainsi que la mise en œuvre du parement en béton projeté n’a été constaté sur le
déplacement. Les courbes issues des tubes inclinométriques sont stables lors de ces réalisation. La
mise en tension des tirants pourrait provoquer un léger retour de la tête de paroi (<1mm) et une
certaine stabilisation de la courbe lors de cette mise en tension.

Les hypothèses qui ont été émises lors de cette réunion suite à ces déplacements :
- la courbe du tube inclinométriques indiquant un tassement pourrait avoir un défaut de
scellement (tube « flottant » ), les résultats pourraient ne pas être significatifs des
mouvements horizontaux du sol.
- les paramètres utilisés dans les calculs de soutènement n’étaient pas réprésentatifs de la
situation réelle
- le coulis injecté dans le sol lors des tentatives de mise en œuvre des tirants a modifié les
caractéristiques des argiles plastiques

Mesures à suivre pour la suite des travaux :


- Mise en place de 2 nouveaux tubes inclinométriques pl plus
us profonds (25m de profondeur), l’un
entre les deux existants et l’autre à proximité du tube supposé « flottant » pour confirmer ou
non le défaut de scellement. Ces deux nouveaux tubes apporteront davantage d’information
sur les déplacements du talus.

27/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN
- L’accord
accord a été donné pour ne pas interrompre les travaux et réaliser la passe suivante (la
courbe de déplacement est stable durant la réalisation des passes précédentes : excavation
et réalisation du parement en béton projeté) mais tout en recommandant de co continuer de
surveiller les données des cibles et des tubes inclinométriques.
- La réalisation de cette nouvelle passe se fera par passe
passes alternéess (1 sur 3, de 4m de
longueur). La réalisation de cette nouvelle passe permettra de mettre en place au dessus du
2e lit de tirant, de nouvelles cibles situées au ventre maximum de la paroi.
- Le géotechnicien d’exécution ainsi que de conception a pour consigne de recalculer la paroi
en prenant en compte les déplacements constatés et en faisant varier divers paramètres (de
sol, de tirants) pour évaluer différents comportements possible de la paroi au cours de la
mise en œuvre.
- Un autre point sera fait avant la mise en œuvre du 2e lit de tirants en fonction des données
obtenues et des résultats des nouveaux calculs de p paroi
aroi par le géotechnicien.

28/28
Annexes - PFE spécialité Génie Civil – 2017 - Gaëlle BRONN