Vous êtes sur la page 1sur 20
a! On (iets Iss noms Ms Whemmne eT Waeb clus i vende amcrieutricende eT arm Duncan) Boke mem cucmmariq utd Boi nc 5) Deer) Couy :10 eT REALS ATION CamiLte SE diy eas Ae Leg Vag y; ent eee ees of, mite Ge om mre a (SENN on pee Mee es ee a Mie Thevepet Metts Mery ani Gut) &£ ‘ , WWifecteur de publentiegfet responsible de la rédac” perce Sea. arg | Dee eer (nae a AE Ds car i MR Ma! Soa a ae ee eon Suu wa i“ _ gt o%-5 O05 © FZ Wn pew de chaleur pour le chat libre Emus par le combat de béndvoles qui se dérouent & la cause des chats errants, nous avons choisi de faire partager no- tre coup de coeur pour Vécole du chat libre. Reportage & Poitiers. L’école du chet litre ? Une école ot les chats étudieraient les maths ou le fran gals ? Pour Christine Berthomeay, un de ses membres, 1 s’agirat plutét d'une Geole qui voudrait apprendre aux gens & tee plus responsables, Sane eon associa tion, en effet, avec ceux qui leissent leurs chats se repracuire sans contr6le et qui ensuite les sbandonnent, ce sont des mil- fiers de chets qui proliféreraient axjoucd- “tui & Poitiers, offamnés o- exrants. Quand il euffit de stériliser les uns, d’assumer les auires. Las Al bénévotes de "Boole cu chat libre Poitiers essayert de faire vivee ces chats abandeanes dans les meilleures conditions aprés les avoir fait opérer. Bt pacfois le découragenent se fab sentir cat maleye tous leurs efforts les gens ne changent pas. Certains voient ailleurs d'un mauvsie ail leur ae. fioa prés de cher eux, scu- vent des jatdiniers bien « ordonné ». Us vont. méme jusq'a tuer les chets pout préserver leur petit chez soi, Christine Berthon- neau cependant pro- tece « On ala lei pour nous, ils sont tatoués, sui vis... » Bt elle poursuit en padant de son espoit qu’an jou les gens fassent plus ‘attention aux chets, Vingt heures par semaine ! Quand sa voitue s'arréie, eo chato so peécipitent c6ié et attendert, Christine descend pour terir compagnie auz chits du paint de nouttissage de la rue Solferino, juste & c6ié de la Banque de France. Elle est bé- névole depuis 10 ans, était présente lors dela ciéation du site Solferina en 2001 « Pai on smow incomnensarsble pour les chote », explique-relle. Saccuper des chats, c'est toute se vie Elle pesse de longues heures avec les chats bres tous tes soits, et de nomheeur apris-midis te weekend, presque 20 heures par semaine | hi Pareennrennr ere Pee rea rarest eee es nee cen ae pera tee rs rerost reece ree seme ratay Elle doane souvent & manger & ser petits protégé: méme lorsque Passociation ae pout pas les nounir. « Je dépense bea coup d'argent pour eux. Quand il n'y a plus de quei acheter de la nouriture, il fant bien quion continue 4 agit. Aloes on va au supematché et on paye avec sa cane. Pour le reste, il faut lever les gamelles, préparer la nountiture, patticiper au trap- page des animaux & atétiliser ow & aoignet, Elle passe aussi énormément de temps & caresses les chats. Et, par tous les temps, quid pluve on qu'il vente, elle est pré- serte pour eux, Chantal et Christian Gaweau eux aussi ‘bénévoles ala chatterie duChat Litze, ont deux chiens, trois chats, des poisons, des lopins nains, des oiseam mis cela ne teus sulfit pes. Il leur faut servire Le cause animale ». Ils s’occuert done des « lnissés pour compte » kouvés pur ['es- sociation. Leur travail consiste & nettoyer et socicbliser Jes chats pour les rencke adeptables, Deux apris-midi par semaine dans une cave sans iumire du jour. « Fensuis gaga !» Comment peuton fre hénévole a ce point ? Pour Christine, c’est simple : « Je Une quarantaine de bén eae rene creer weeeet os nari Berra eed eer eect ccs suis gaga des chets ». Elle a été élevée an milieu des fins depuis Page de 4 ans Elle eat d'allewts propriétaise de cing, chas cer elles les trouvent iatelligents, ‘beam ef par dessus tout célins. Elle les sime tellement qu'elle se at tous les jouss pour eux : « J’ai di me battre pour préserver un peti buisson de buis quand le terrain a Aé entibrement déiriché pres duleu de nourrissage de Solferino, Fins. ement, los chats sont sestés » Pow d'autres, Pengagemeat peut are di au hasard an début. Ainsi Caristian et Chantal avaient da mal & choisir une acti- vvité en rapport avec les animaux. Mais les enfints grands, ils ont eu plus de temgs libre, et ont fini par décourtir I'Ecole tors Pune collecte de nour ure dans umn Inter ma: ché. Ils restent, convain- cus par le sérieux de Paseociation et a ten Aresse des chats. Da belles histoires Grice & eux trois, aux 37 autres bénévales de Pas- socistion, de belles his foires troavert encore & Péorre pour ces aban- donnée de te vie mo deme. Comme celle d'Anoucks, une des res. capés d'un incendie une maison & Cuzilly od une vinglaine de © chats périrent. Abendon- née, traumatisée, sauvée par le « Chat libre », la voili aujourd'hui reourillie dans un now vean foyer. Comme calle, plus triste, des chats sidéens «pi, menacés d'euthanasie & 1aSPA, Snissent finalement lew jour dov- cement dans ume chaterie de l'associe. tion ; comme celle enfin de Doucette, la mascotte borgne de Pécole qui, difficile iment adoptable, rate le boute-entrsin da refuge... Eslopés, malades, vieux, les chats trouvent encore ici un peu d’bume- Nathan A Btienne K oe pean a Papier fe menquent de tien et vivent eee panera cern PSCC encase contact au 05 49 01 39 25, Ecoledu- eres micas