Vous êtes sur la page 1sur 221

.., .

~ , ,•, ,, ,,, · , • • , • , ,
~

,
\" ! .... , ..... .... ~F' ,l'
..
u·l'~ ,, •• ,, h .. '\"J


'

••.•' . .

;

• ."
,•

':"
",
"

.'
"
'.. · ·
,.i . . ... . '
• "
, -\ .J.,
...' . . . ,... .,,
.... .. 'l~ ',;. •.' ',' J" "

10 ' " ",


, . 1 ~. " " ., •

• •• • ,
.. , • , l
, • , . •) •
· .,


, 'r ,•
" •
)
• •
••
" ,
· . , •


, .


:~.J',*"
" ' t ... ' • , ' . '.


• •

.. •

..



..

• • ,
••
,•
• , • , , • •
• , ••

••

;
.. •

'. •
,. • •,

•• • • • , . .. •

•• ••
., . •
• , . • • ,. •
,

," .),.,~(J::.~ ;'::;).a:~;~~~J,".~ :~« ~~~., ~~.( ).~ E.~~~


• •

• •
> ••
." \ , ,
'.• • ,-'." ,' .,!_;: c;otlJ1CllO'N:. D~1(;S.~ ·1'41l ~ H.•I,: JlAJJtoU,:.
,1 •
.,-;~ .•'''' . "'1'" '.,'r ..1 (-.'.:"',:-.' .
... . .:. ··..·, ,:;.1 '· · or i ' .:' *.'
.
T.;:'~
. I: • . ~·....
''-l' \~ " l' ,' !. '," ' . • \
• •• : .. ' - l f' , , ~..
. f" 1•• ' ''.' ('
., .
,
,• ,
,
• ". .... ,,' " . ... "0 . ,' .,.. ' \ . . . • ••••
• ' .• - . , ' . ,"0' ~l..' · ·"· ·IJ,.' "
" ,. , ' .1&: ' .' )~. ,
" ,' . .:.
. , r ..

••
,

• ' 1'

,
• ' .. • ,
• • ,. 1. . ; ..
-,'
·•
"
.. .
" .• "
.
...

,:
• \', . • .•. . ~'
•.
•.
~, '
..~ .'
.. -'r' '.' , ... .,.
") '
"
,-
\ -. .' .'. '. . "
, ... \ .••
. ""•
ô".
'• ._, 1'" " . . " • . • •,
'ô'

••
••

,

.. • ',

• 1. ! , I~ \:-:~ " " .~/ . ;} ·,j !·~li. ': ~. ",• •
, ,•
• '. .· ~" . ,•, •
• •
'•
,. .
,' :.. . .
, .\ .

., . l•·

l,
...
l' ~

"
.,..,. ,'.} ~'. , ..
.\ . • • •••
.'
'"
" ..•••
''"' ~ 1. •
, ... , ' . '\ " ..... .. ' . •' , . ."
• ••• ,
, , •' . ·.~.·~'. ~r·.!

'./
.
• · . , ·,
',' ,
, >.
'
• · '\"
·

"
-; ,

~
"
...
' .. , ', '
. . . . .. . .,.....
.
J:_"': '_'. d •. ,' '' . ;: " . ", . ~ . ,
\ · ••••"j l!·l/ .. .. '·, 110 ..... .
,

.
T "'r , '. •

••

.'

• '. , •. ~

' .. .' ,... . .
. . .. '. \ .~ .. .
. ... o..}./ 1 ,, ' f r,•. #,o ' c , \ -t ... "
,~ 'l ~' ~ ~ , '!;..' ·..•~'/I··:1'. r , , .'
., ' • •
.' • ,
, '\ •• , • . '• • " '. ,,'_ j • 0 •

•.. ". ;":".:. 'J:N:~~()l)U;çr.J~~~: '~~~y'DE .DE


' ~ '..
, ., .... . .'. . ...... J .:. : . ~• .'(

, .• '. '.
• . . .. • • '. • ., ' •r
1

• •
• ...
/ ,' " f

..

· ,:.
G .,
., ,· ',",. ,•
.'
'/
• •
, " • • '. •
..,•" ,..• •
, ,'.' •.

· • •
'.

, • •••
, "• ,., . , ~ l ,
.'

, , " . ,'. : ", . ' ..• • • " , " •
• •

,• ••• • •
.' :•. ( • •• ,.. • •
• • • "- ... .
-.'
,-,
,
, ,
~ ."•• • •


" •
" ... 1 '. • • >
• ••

,,

.. •



• •
•••


• •
.' '.
• · '
.. 1.' ' .:'

'
• •

, ;":' PAR.' JBAN.


" • .. •

, .. _.. ,., .",. ..
" .. ' ",,.;,• .. ..· • . '..
/"
•,· .

, .

., " ",..,

• • •

" • •

.,r '.• ... • ,'


f· ••• •
, •
• •
• •
" • •



"
..
••

• • ,
" .
: ·r. •
;
•• •

~.' ~
, ., ,


." ....
••
r .•
\ .. '
~
,;',".... ~ ,; :."~~. '~ " ·..','"'\~+'r:-:-: ' .. .,".
. • . • •'-',
,l' "): "
....... .
'"
. . .".
· . ..,. ',' '"
~ ~~ • •

', '"
.\.;.!';,..
• " •., . , ..... ,

.. '
' ~ . ', ~U..) ·· ,",
' ''1, ·""1,
""'~
,':, ',.1 ! " ..~ •./. " :} '" .p"
:".!'"

, )....
l· .,· "~ ·
.. . .' ... ..
"
, · .,
• • ", .
, '
~ '- ) \
".'
.. '11'
. ..


•,
,

'":' ,' ~ ., . ~ ..' ' '" " { ' , : l(t\' .,.:


j,,~ ..~....., ,"' ", ",...... ~'
· .:'. f ''',
; ;.: "t 17'• •j, "'-
•. ,.:
.1 .·
. T,)'!
.. .. .· ·.......
.,.,' .·· •

,~'.
, '. "
"
....., ....
,'

l ,

..."
' .
•••• • • • • •

.
'. .
.1 •
~i.~ ,.. "
.'
,
l'
'. , ' • • : { ~.

:,1'(\ " ' ' ' '


• ,"
1.
.'
... .
l ''':~ ~o( ' : ,~ ,
..•.
,'.1

I~'
''--)0' ;
!~ . • ( .
' .~ ,.
.,.. ,
, .
..:0- . .....' . 1 ..
· 1 . ..... ,. ' -• ·.
· . · ., .:.. •~
'"
1
",

. . '. •

.. ; ... ,. - ::;" 1"':" .~ .. .:: .. .'


, ..- ..... ·· ' '')''.'· )·l· ' ~ ' :'; .:...
-·. II .~ \ ' •. l'",-,(;~, . " I.·; 1' ,' " " ,
~ .......... : ... ~T ..' :
" .'
..· ,'#r". ~
, . ,. '1 "
1 . •
r. 'i ", ·' j"~ .",,,h : .;~'f" .'
~~ ' ·"nt· • ,
• . '• •\14.""
' :. • •'W:.".
••••• • 1 . •
..
~", '"
"
.. ('!~ . .....
.. , . . . 1'
,,·~ .·/l·..·t
...
J~,4j,. · ~\_ .. •• •
, ....... ..':' ";.• ;: •...., ~····,·'·t'n~,t· - ;·, , . • ,

""•..~ ,- "'.r"...f,.
1
" ..•••
" " .'1. .......
. ' . , \
. ...• "? ..
.... '4. ." . . ... • •

.._, . ,
• .' •
~, !~ .. 1 • • • •
., · _·t .
-'
l' • •
~ , "~.,"/l ~
.\
.,
.
,.,...
, ,•, • •

h
',.,
~;. rcr.·, . . . ....,
.. ·f '" ;t.•. ' i (,' . '
... "
' f .. . ". . . ..
... ••

..
1 •
,\.. ~-;:t! .• '''1)'~ " . ", l'\':. ;. .~ t,,: ..... ':( :;
\

.. ... . - " f" • • •

.,,,.,._

;. t .f" "::"'''''' ~., . :.~ •. ~.. -: ... )}:'. 1' , " . -'0- :~.' .... .10!0, ". l'. ','
,•
i . :\ .';.' · ..
• ~ ..
........ ... ... ,."". ,'Iï. .. • ... . • .). .. ~ ""i ".~ • ~I.j.'. , l ' . ''. '
, . . ..
l . .•. .. . .
l. · l ,
· .•, . ..... . .....·"l/
,. , .... .•. -.....
••.. , J.' .' . JI' ."
, · ,....'., . .....
'1
,. ~ •,

.
J, ,' .

.
-
1 t' ·.~· .. ,."-.'
, · ,'"
·
T;'
~ ~
. '.,
, .•... .. .
, '. ' ...., ',~ , "

. . .
.. , • • '0 ': ..... . . (. • . .. . . . . __ " , . ' .
'., ." . '
.~ .. •.,;.0,:--:~v.~' '~~l; t~ . ~' .'~ ,-,: ' . ' ; :j:'~1 ..."'; , ..
,

., , •
".4,
4 ' " . ) • • • ' . • . '
" . ~

, ' .. , ...,r . "'tr. . .


~'.'
.. · . · .,'. ~"y , ~)I' .. . \ . -. ,.• : , ~'. •

. . . .
1- '," ··.f •
•• "',~""" .' •

.. 1
• ' .'
...
"
- ". :
" ,1.,\1,
.....
• ••••
-'1
.....'\ .-.,
~ ..
.... , ,.,
' 1'

• , ;
, > • ;"~'"",,;;.
~.
1' :
,\
_.' • •• • •
,
,. :.'.- . l,. ,.. ... .
• , , • • , •
• ., . • 'c
, •
''>'" '. . • • •
, •
~.~ '! . -
"." :,î., ".. .... '~l , , • ..


• ;
, .. ,. '. , . . , ,
, •

"..~
• .,'" . f
' .. 110 1
• •
• •
• •


••

. .. ''',:', ,
• •
.. ..,. • •

... , i·
·..
• ,, • . • .' 1 '. •
,•
• • •

,.
1

.. :,........
l,.
• ••


. ...•..
•,
. ,
. " ....
, '. "
.. "; :~. ''''
J ",.
,i

" \
'f. '
~.',
' •. ,'! .. •


l ,
~. , • •

• .'

• • , •
'.

· .o " ":' ~ I"14r " ,

: • .- .
.\ •.. . '# ;... \

'l.'.
• •

.. ... '.t .......


• "~'
, ....... ." ",'. ,'" , ,
l' ... ' ..., , ,.
.. ! · ' .' ~ -'.
/<',JI"
" ,.'~ .
"
, ,
•• .. ,
J ,
.
• • •• •
.. . . .



, •


• ,

., .... ,.
~
·
". , .
'. J.'
' .. •.. .. : . .....
- , · .' · ,
,
,., , "
.~
••
.'
• :'
~
_1' •• 1(
, ,
,. ,
.'
, "-
,
• , •

• •



• , •
,
,
.' ·,., .. , . "
..
'. •
~.
, •
......

• 'J • • •.•. ,:"
,.. .
.
ô'
.'. ,', .'
'. ," .'. ....
1. " '"
, il '.'
.. , . " (. , ,. ,"
' , ,•

• " t
,•

, .· , ... . , ;. "
, •


., ~.
..
.",
, .,
'
, , ·
, , , •
• • •
1 .: ,.
• • · ,
• • •

, , ", ,
• •
,
"
,


• • f

• •
' •

, , •
• •

,
, , ,.. , •



,
• • • ,
.; , , .. ,•

.. ...., .,
...." '.
• '~ --~
· ,"/"',:".";f'.
. , ·.' . . ...'. • ," • , , '..~ '.'' ... . .. "
• -• ., .' ',. ,
.
• i- , •• •
,, ·/''-C-'"''''''---'"--~---------------------------,
, •
.. .'
v' _,,"
r.. ," 1 " ' .1 " ' , . ~
'1';
,. • ,. , • '. .• "t 'J

,•
• • • 'J• , • •
• • · •, •'t ( • , •
• ,
.. , .'
..
"
• •• t ~ 1
, • , • , • ,' . • •

.. •• • • • •


• ••

• .. ,. ,


..
• ••
1". . -
,, •



' •
••• •
.. •
, ,•. , .. •
• •

, '., , ". . .. , ,• • ,
,,
... ·1 ,
·. ,

• .. , • '.
• .. •
,. .. •
. . . . .
• • •
, .. .
• •

,.
,
..

• .. •,

. , • •
\ .' . .

' · ' " ", .-" •



• -\ t - I t'


, ...; · Il~~~9DUCT1~~~~)/JlTUDE ~E ,

"
• GIŒàOIRlf
.. ..
;.p
... ..
' , .\.' ,

"
,..• i ' ':
'.
.'· "
. .. . . . , .'," ...... • '. • • 1
"', ~
'.

./.'.
'"

..··. .... ......


'
• • • •
~. .,

, • • , ". ,'
., .. "" H ,.'


..

. ;.: •
'. .
·' •
" .,
- •

G 'Ir-' . • PAR JBAN 'MBYBNDORPP " ."

U .. _ " ~ , •

. . oU....'-.'1',........
.f- ., ... .
•.••.....
1'~'
_.J", ,
... , .< 1 '

GE 1
,•

\5) l'" ·c·,' .. -..'.
,' .
.
• ,' ... · f .
',_'J_.
.' ;'
\..'
,.~".
"
• 1
• · .' .' ••

'.' - ,
, +. "
, ", '
,'~ .;.;; ~
~
,".~
9J ru.. ';',:-nee ") ." " " . ' ~• .' 1 .:.. " , . . . . . 1'"
~V'.., _ ." ~.

'•• ..".• " ,,;'"·t, :.,-.'.-;' "-. ..


.. , .. "'1'1 " ~'
..... ' ".< . l . , l' _ • f'-' . •,
~ )O.. , , -
75Jr..; PARr')
'~"'. ', l, ' .,"
l .-" '
',. .
"
,
,. l
...
-.
... , ..... ~'.~"' . ......
.-'" .•, ...., •.,.• 1".,..•.._...)......f "....
,-: , . ,.
-
....
-,'
, .. ,... .
-
'.

··· f"...··•· .. ,,'


. : .....
.,"..
.~ "'.·.··.f
~
,.:..•..•

. ,. .. ,
'" -' "/~' . ,.~..
,.
f'"',
"

.
... . , "' . .. lI

"->
~ -.'
. .' ,'" .
,., • • • • • • ' •
"'1 ·· :.,i,.,j "'.;'
,.·-_.• ,·"·"-'~h
"-'~
"M'.....
."
.~>
· .
~ (:" ~'. '~';'':-~ '.'
. ·,.. -
.) . / ' j.. .... ~ . .....
' . , "· ... .. 10, •••. . •., ... :... ,...0 . '.. . .. '~"'''''
.
' '
"
"
..
"
.-:r:'.
'.
, ,,; . . . . . . . . . ~! .
" ".,, \..\ ..........
," . . .'__ ""."
. " '''"
,'~.,. ', .

.. ç
-,.~
'./ .,,'.1"',\""
... .. ' ,''''
, .....
... . ,. .'L--''',
.......
...
."
'. .., .•.• ,... .'. , • •
~ ., .. ~ \ '.' -. " ,
,~ r,·., ~,
J . .'. . •
•~.',
,
," •.•...
..... ,
• ,
•• -""'
, , :,':1'j ''' ' ," ,!.'
... -" "
.• , ..

.. '
_1··. . . . -, "
1--' . . . ,. , ". "'J
_ ....,_ • •
. . . . ,,; . •. • '-:'.\.'"
•.••
_ •.•.

-,,'0,""
.', ' .. J .",- ' '. .'.
-.' '
-



,,' ,,'_ .... ' ... ,' ~' ....-"'J""
, " ~ _', . ' .'. ~r.... ,-.,'. ••,
L... •
~ ..,.. ,; .. ."
. .. :."
ho •
••••
'. . .- • .. . "-
.•. .'...., .... . ~... .• f'· ~'''''' 't •
, ., .,. ' .", " ", ..... ... . ,•• .'
,
"
,···I·····(T.' , •';"-
. . \',' "
: " , '"
", . ...... ..... ·f.~···
f'-. '.
" ." .'~ ~.;\:' ...
.
,.' ,
,..
'
.
'.,. j.,;! . ._;._ ,• •

. • .......... ... .
.

.... ,' ..
,-·"·,.,.',f "
•. "
•. •""1 • , • ...
• ·_.
• • • •'
.. . •
• ·.. ·
"
" ' 1 · . ' ·•.'' ..,: _·
.. '1 • • "
.
....
~
,
• ' -••
',
,j:_". ' .
.~
..••
. ~"
--" . .(.
• - """")':'
............ ,....."., ., ..
.••. '
" : , . ':' . ..... '" '-. :,~';
,
"
".

··.'
~.'

...
, ,~

.
~ . . ...
0
,
\~.' l ' ,
, ' ' ' ,' •
,". '. ' , " .'
.,~ .. . , :•••.
....
'.' -'", ",.' -
....
• '.,'il.·'..
.. '

,' .•" •. ' >, •. " '- ..•
~.' , ., .•,. . ,,"
'" •• "• . . ,"~ ••.•, .• ','
....... " ...• . ' . •

...
'

1

·
, •,.. •
,•
."
.. .,.• , ... .,
• • • •, • •

• •.
'.~'
• , ,·.• " .' • , t• -, • ,
".
." •,.. .. " ,: ,
• ·".,'. ' . .. " .~

1..

· "

• •
•• ,, , :•
, .,

• , •
• '.
• • •

• • ,

• •
, •• .. •
,.
'-. 1 •
• • • • • , ,
, • .. •
• • • ,
• • • •
• •
• • , •


AUX lDinONS •
bU SBOIL•
• j'l' • •


SOMMAIRE

INTRODUCTION . • . . . • • • • . • • • . • . . . t1
BIBLIOGRAPHIE . • • . . . . • • • • • , , • • •. 1$
,

PRBIII(,;RB PARTIB :
LA PBRSONNAUrB DB GRBGOIRB PALAIIAS

B:wor El'I~:ST!TUT ~ ; 1. LBS MAITRES DB P4l.AIIAS • • • • • • • • • • • ..


nE ·1'
Il .. ~"
,-_,,,, ':_ Tri:OûXE '<) .
~ !,
$3. run d& Cnmée ,
750~9 PAR:S
~ Il. 1.ES JBUNES ANNtEs • • • • • • • • •
"
1

1 s .. ft .... _ La .. ocaU.. .O··d.... -


e ....ull••I. . . . - A. Il. .t-Athu -
• • • •

1.


1 No........ caDtacb • ... 1.. • BDlDcn. •
\
, L'ermltal' de S.lot-Si!bIN.. - AILI_, ••• aa
d'Ba""".,.".
HI.o. . . . .
- 1
, III. BARLAA" ET lES GONen" Da 1141 • • • • •
Barl._m - Sa re.co.tre '''IC . . . . .t... - A....J ...... 6dI.-
..
tear - La .flbod. bu,cbaata .. ,rlka - .......... A\'I-
IDOD - AIL''',.OI dft••• 1....01... - lA T. ' . H!'h i 'Uqa••
n. -
de cODclII_UoD - Le .r...... ...
.. CoDlr. le .......U. . . . - Ct ... u.U. . . . 1% E... ls
In Il''' AWl... du
patriarche - Le co.U. . . J.I. 1341 _ ... ch. . . . .'AILla-
, a,.o. - Le eutdte d'..tl 1141 - c-.lllltln. '.Iltl .... -
lA To••• r-"'.......... Aerlta , ........ ,
IV. LA PtRlODB DB GUIIRIIII ClVILII 0101-110" • • • • 1
• •

TOlu d roill d~ rtp ro"urtiu n . d'n daptu/ion et d~ traduction


r iletub p ou r tOUI pall' .
Q US9 bll Ed itionl du Seuil.
1
• SOMMAIRE
SOMMAIRE

\' . Gnf:GOII\E PALAMAS, IV. UNE THeOLOGIE DE L'HISTOIRE :


AI\CHEVtQUE DE THESSALONIQUE • SYMBOLES ET nt::ALITÊS • , . • • • • • • • • • 257
• •
Le Tome de au - Eleellon d'hldore au patrl!m:at - L'oppo- Temps linéaire et temps cyclique - Intervention de Dieu dan,
~illon - Co ndlu des aDHpalamites el leur condamnation - l'histoire _ Le symbolisme barlumlle - Des ombres el des
Palamas et les t zilotes • - Palamas et Etlcnne Dubn - .. types corporels. _ Le Pseudo-Denys - La vision (ace 1 (ace
L'entrte .. Thessalonlqne - Nldpbore Grigoras - Convocation - Typologie el rhlltis historiques - Eschatologie - Oipas-
d'un nouveau eoncile - Premi~re sjanee - Les s~ances sul- seme nt du s)'mbollsme _ Symbolisme réaliste - Le monlol-
,-o.ntu - Protl'"I:ltion Il'.\rsi:ne de Tyr - Un second co ndle _ chlsme : minutère propMllque _ Le dUarhement monasti{IUC
Le Tom e synodal de 1351 - Les opposanh. - Le .. !lrand sch~me • .

'.1. U:..'; nrmNltnEs ANNt...:S V. UNE THf'::OLOGΠEXISTENTIELLE:


Grjgulre 1':!.lnm:I~, pasteur - Nou'-elles di rn culth poliliques _
Prisonnier des Turcs - Le petit-fils d'Orkhan _ Les t Chlones •
'" ;
1
ESSENCE ET ~NEI\GIE , , , . • •

Le Dieu cacht - Deux utlè.e. de Den,s - Insurflsance de la


- A Nlcte - Retour A Constanlinople - Discussion publique vole ntlaUve - Vision pos live de l'Invisible· Fonction rév~­
avec Grégoras - A Th"ualonlque - Les derniers jours - La latrke du Christ - Existence divine t ad extra ,. - Saint
eanonlSll.tion. Maxime - Penonnalilme - Une .. dhlnll~ inrirleure • ? -
Dieu tout entier dans les tnerlles - L'unlqne Acteur -
c Pirkhorèse • - Il n', a pas d'essence sans inergie - Energies
c enbypostluiiu • _ L'euence c cause. des inergh:s _ Les
\ énergies et la Trlnlli - c Multlr,li caUon ,. de l' Indivisible -
IJECXIÈAlE PARTIE : La création - Malentendus term nolollques - Nature des di$-
t1ncUons palamltes _ Dieu aglssllnt ...
1. ,1 Pë.\'S/~ë DE PALAMAS
VI. DEUX PRODLtMES PARTICULIERS:
PROCESSION DU SAINT-ESPOIT ET MAOIOLOGIE • 3\\
, Ol'I'OSITION A L'III:LLt::NlSMë Ill\OFANE:
Echos des controverses ariennes - PersonoaUsme - Ou ver·
L'HOt.l~u:: PI\I\'~ DE LA GRACE . • • m turu ... - La Mere de Dieu _ La Vierle pure - L'hérMiH:
l)i s ,mlt ~ lI r
la ronlHli M,anr(' d" Oi(' u - Cnnnahs:llirc Il tn"crs adamique.
10·, ,·n'al un· .. - trua ~,· d rC~~C"II.hl;lIlCC _ 1..' J'l·eh.< ,"·i);lnci -
l'l'C he C"\ nlort _ Tr:ln~miuioll de III morl - Les phllo,ophu
connai5~!l.itnt -i1 ~
Dieu '1 - Connaiuance el lialut _ La salesse

r"nd ue rolle - Plalon _ Arhtote _ Serptnts soumis .. la dls-

II.
5('ctlon - U cal du Pseudo- Denys.
INTtGR.4.TION TH~OL()(iIQUE DE L'Ht::SYCHASME:
CONCLUSION • • • • • • • •
'"
L.-\ VIF. EN CHRIST .. . •
J.'h ci$ychn~mc :1\":1111 le XI\" ~ièclt - E"as:.r" - Mnealre - Deux

." APPENDICE 1: L'ŒUVRE DE GR~GOIRE PALAMAS •
1. Tradition manuscrite, iditions, c1assiftutioD - 2. Les

:mlhropolos:. ies - Yo,;a cbrHien' - Purlll.cation et prière écrits de lbiololie et d'apologUlque personnelle - 3. Les
1110noln.:i'1U" - Prihe et nnthrn'lOlot:ic moniste - Le corps œuvres de spiritualité - 4. us homélies - 5. Œuvres perdues
1'·lrlid,,,, i. 1:1 l'ri':'-re ... - ....·1 il ta ,·ic surnaluretle - Le vrAI ou apocryphes.
sens d" la ml:thodc r sychophysÎtluC" - Critiques justiflo!es - Le
r61e du caur - Il II Y a pas de dogmes en physiologie - Une •
mJ,tlque de l'Incarnation - Le but de l'Ine:!.rnatlon - Sens APPENDICE 11 : SOURCES CONTEMPORAINES • • •
chretien du • rctour "n ~o i ,. - LI' Christ au-dedans de nous -
La 'flce bnptismale - L'Astre du matin - La rcsurrectlun de 1. Sonrees pnblljes - 2. Sooree. Inédites.
l'''me - Lln m:\t fri allsme chrjtien. 1
11\ LI-: CIIt\lST ET L'III1MANITt. n(;:IFIE:t-:: INDEX Dt:!; NOMS PI\OPRES • • . .
l\(mEMPTION, OËIFICA110N ET ECCL~SIOLOGlE • • m
Spiritu:t.lilé et histnirl' - La rêdcmJltion - Les sacrements - INDEX DES MOTS GRECS • • • • •
Bapt~me et déification - Une c mystique oblilatolre • , -
c Nature, et • grlu , - Ce que la grlce n'ut pas - Griee
cr~ée et IIrAce Incréie - SyDer~le - Diversité des chariSlDes - , INDEX. DES INCIPIT • • • • • • • • • •
UniH de Dieu _ Communion 1 l'Incr~i - Le dipoullIement, •
"on véritôlbl" S~1I5 - La roi - 1.' • Intcllir:ihle 1 el le c 'pl-
rituC"1 • _ Trandormation de) floIcultés "endUvcs - La. INDEX. DES AUTEUlIS MODEUNES ClT~ • • • • • H9
Lumièrc : moyen ct obj C"t de tn vision - Deification réelle -
c Incrth par la ,rice • _ • Cnncorponlit~ • - rartlcipaUon
• la nlllure divine _ L'E~lhc - Son magistère - Le I-Irobltllle
cbrhtolollque - Union bypu~tatique el union iDerlitlq.e -
Le: • Corps de Dieu • .
9
8

l' ,t T U/ S'fI C. 1 SU IW UNëN.,\'.1


COLLECTIOf\' DlHlGt E PA" H .-I . •(ARR OU

1
Le Stoïcisme des Pères de )'Eglise
de CUmen t de Rome d CUment d'Alerondric
l' A" MU..: It EL S PA N!'I IW T

2
Origène
ri ft l fUIlf't",n r; unnlrif'~ dll Yf'tb~ i"carn~
l'AR MA IIGUE IUTY. "AIIL

Le portrait de Grl, ol re Palaml l reproduit id ut .ae


Ic6 ne de 1. 110 du XIV- slkle qui se troan aet.el-
lem eot au Mu sie des Arts décoraUh de Moscou.
· • • ....... ,1
,

.,..• •

.• ,
.
•• ,
PATRISTICA SORBONENSIA
, •

, ",
• •

• ..." .
•.'
• , • • •
, ••
, J

• •
•• •
•• ,

"
il:' . (1/ l'I:f
/ • • •
•• 1

••
• 1

,


1 • ./
1,1i ,~, INTRODUCTION A L'ÉTUDE DE

• 1 1

,

, • •
•, •

\
GRÉGOIRE PALAMAS
,•
• 1

••
• ••
, •, •
PAR JEAN MEYENDORFF
•• ••
,
DOeI.UI. U LUTUI
• •
• • •
•,, • • •

• • " 1


• •

.~
••
li'
C"I"i B:auon't!l~E DE L'l' STITUT
·c N]
1
DE TIlÉO.!:C: ••TI!ODOXE
• 93. ru~ ~ Crlrrée
ï501~ PAA:S
,

,,
,. •
.(~.
,
• •
EDITIONS DU SEUIL
.{
.,
~7, ,. J_. PMiI VI'
r, •

1

1
1
,,1
,
1

INTRODUCTION
\

,

La penlie byuoline du Moyen Age reste, aujourd'hui encore,
un terr:.ln dont Je défrichement esl • peine commencé. A , •
difl'irence de J'Occident midiénJ. qw IhOJUII orpaiquemeal el
progressinmenl vers Ics Temps Modernes. )'Orlea' byzantin
n'cul pu d'hérillers directs. capables de poursuÎYre J. Indilion
inlellecluelle de Byunee ou même simplemcat de publier les
œuvre. du passé : J. cullure byzantine ul morte de mort vin-
lente, sous les coups des Turcs, en 1453; Jes suni .... nfs de la
BIBLloTHtauE DE l'l~STITUT cat.strophe et leurs descendaDts. alns' que leurll disc::ipicli SlllVClI
DE TllÉCLGŒ C!!TilODOXE ou roumaJn .. onl certes eu 1'/mnlC!oIC mèrJlc de ),réscrvcr dMnll
1. Uturgle, dan. , • •plrlluaJUé de. mOD ••I~re •• dans quelque.
93. rue d école. phu ou moio. c:JandesUnClI, les Indilions de leur passé.
75J' mab ils pouedlileal nrement les moyens matériels et la rorma·
lion nécessaIre pour le raire d'une façon .ystématique ct inld·
leclueJlement créatrice. Les pays slaves, et DotallUlleat la Russie,
auraient pu prendre la relhe de Byunce, mais J'aU l'ni, .Ie l'Oc·
cident cODtemporala y étaU souvenl plus rort que celui du
paué byualia .•. C'e.1 pricJumeal aux XVII- et XVIII- .t;cles, •
"époque oia l'Occident ..o,.aU .pparaUre les graades Millons
patristiques doat noUi noUi aer"0111 eacore aujourd'hui, que •
J'Orient chréliea se IrouvaU daaa la situalion la plus lamentable;
1
) 1
Iruls quelques érudita iJolâ élalot ea élal de raire revivre 1
J. tradition; le. noms d. Do.Ubée de Jérusalem, de Nicodeme
. l'Ha~o~le et de quelques aulra doh'D' donc llre~;appelés ici ,
avec un respeel particuUer, m'me &1 leur œune, ni par son
1


volume, ni par .. q.. aIUé. a. peut " " compnée • celle des
"auriste. occidotaux_
,,•
Telles annt les nison. ·"eaUeU.. de la carence des Orientaux
dans la publicaliOil des lexie. brU.U.L Ea Oeeldeal é,alement.
,
1

seuls des isolés s'iatéresdreat aux Gr.n "",,"rleurs au Khisllle ...


Ainsi, aujourd'hui, pour étudier p.. penonoalili: comme
Grégoire Palamas, qui proYOC(1lA ua Iova_t décbit dans

Il

c: c
,

,
I.\'TRODUCTIO.V , INTRODUCTION
1
l'bir;loire de l'Orienl cllrI!Iicn et tlue l'Eglise orthodoxe a mis au trent jusqu'à quel point nous sommu rede .. bles • leur œu~re
ran, de ses plus lu nds docteurs, DOUI trouvons-nous en r.ce dans notre travail. Olen que nous ayons pu compléter le doIS 1er
d'une œuvre aux trois quarts InM Ue. Pour anal)'ser les péri- qu'Ils ont établi et ana11Jer les écrits qu'ill a .. lent seulement
pétiu historiques et doctrinales don t li fui l'un des principaux l ignales, noua IVons pleinement conscience des limlles de ?otre
protagonistes, nous devo ns avoir r ecours .. une documentation ouvrage qui ne prétend P" à autre chose qu'à c introdUire ,
manuscrite trol. im por lnnlc pour être totalement embrassée et, l'historien ou le théologien da ns l'œ uvre d e Palamas, Il elit
CD même temps, assez precise pour prévenir les hypothèses
certain, en effet, que de nombreux p ro bl~mes particuliers,
h"rdics (lue l'imagi nation des histod eDs substitue parfoil aux , abord és par nous dans notre p remière pa rtie, ne reçoivent pliS
..ourn'li., lorsque c.cll cli-c i fun t dëru ut.
) encore de solution déflnltive et que seule une édition complète
Noire trnail li donc commencé pu un dépouillement, que
nous avons \'oulu llUSS! complet que poS$ible, de J'œuvre in édite , des œuvres du docteur Msychaste p ermettra aUJ: critiques
d'apprécier les jugements que nous portons lur SI théologie.
du th(,~loGieli hêsychnstc. Ali n de ne pas alourdir le corps du 1•
Notre trav.n est donc conçu comme un point de départ nouveau
1ine, nous avons co n c('n t r~ dans un appendice le r~sultat ana- et non comme un point Bn al des études p alamltes.
lytique de ce dépou ille ment : c.lassi6Cl tion et chronologie des Un travail d'ensemble su r un personn age historique n'aurait
œuvres de Pulv. mu, leur brè\'e analyse, considérations sur les cependa nt pas de sens s'II n'.boutissait il une synthèse, ne
ml/lnusertts qui les co ntiennent, etc, Un second appe ndice donn e " serait-ce que provisoire. Da nl le cas de Palamas, nOI con clusion~
1. liste lies Lullres lolllurces r onsultées, dont beaucoup son t In é- se placent su r deux piani disti ncts : celui de l'h istoire ct celUI
dites et nccessitent éGa iement des commen taires, de la doctrine.
Il va sllns dire que nous n'aurions pu établi r ce dossier sans • L'analyse des événements qui marquèrent la vie ct la ca rri.ère
,•
ut iliser IClol trôl\'UUX d e ('cux IIUi, avv.n l nous, (' II ont cnhuu é le de Palamas, la lecture des écrits laissés par les contempora lfu,
dèpouillement. Au XVU- siècle déjà, dans les notes qui accom- i l'appréciation des attitudes que les puissants du jour ont
pag nent so n édition de l'Hido(re de Nicéphore Gré~oras , J ean adoptées à l'égard du doeteur hélychaste, nous amènent l penlier
I.k1l \l ll pOlollL Ic~ jalons c lu'ullulu~iqLLcs d'une pcL'i ude cruciale que la grande ruajorité de ses contemporains n'ont pas vu en
da ns la vie de Palamas _ 1341-1347 - en ullUn nl les œ uvres lui un novateur, mais au contraire un porte-parole du conser~
in i'ditcl'i du docteur hésy e lu~sle . Lcs sources manuscrites de la vafisme orthodoxe. Seules les r.isons politiques ont provoque
coutruvcl'Sc theulu;;i<)LLC du XIV' loicclc rurent ensuilc étuûiées une condamnation qui a pesé sur lui pendant deux ans. Si les
p;4 r quelques sava nts r usses du XIX' siècle - Th, Uspenskii, circonstances politiques avalent été autres, 1. c querelle paln-
lt'vl-«tlc Pur)lhy rc Uspc ns kij, p , Sy rku - qui en publièrent mite ~ n'aura it pas du ré plus de quelques mois, C'est lia, il Illon
Ilucl1lul's rr:tCllIIen ts. . 1 avll , un fait que devr. ient recOnn. 1Ire les histor iens imparlhlux
. ,
Plus rcn 'mml'n t, p lusil'UU ('r tldits sc sont att elés à la mcme Quant à la doctrine (lue Pa lamas défendait et qui était l'ohjet
l;'Idl c Il'Ulle r;l\' OIl )l lus mdltodi'l ue ct Illus complète ; pl1rllli ces des critiques d'un nombre somme loute trb restreint de théolo-
derniers. J'œuv re de Mgr Louis Petit occupe une place éminen!e ,iens byualÎDS, . ppartenant à des horizonl divers et sans unité
d Il permis il p lusieurs de ses collaborateul'l, Dot.mment M. Ju,le 1 entre eux, elle le pré.eole elle-même comme un développement
ct V, LoIurcnt, de raire, pou r 1. p remière rOls, l'histoire complète ,
,
de l'enseignemeat des Pères grecL C'est donc par r.pport l
de la contro\'erse ct de rèsou dre un certain nombre de problémes 1 ces dernie ..... et DOD p.r rapport aux s y st~mes ultérieurs, qu' clle
)I;u' t h-u t icn~. U ':llI tl'l'" ,,;I \'a nt s, n, Guilland, ~!~r G, ~ c rca ti, doit être jucée. Elle l'ut. d'aulre .,arl, form olée d'une manière
Il ,-J , t.uc nl'r h:, lO , Sl'i linJ, oui d Cl.ouille eux lIuni Ica dOSSiers de progressive. en fonction de la polémique que Palamas menait
.. du XI V" siêdl'. E n cc qui concerne Palamas ua-meme, DOUI
,.
.. Iu~icurs ,,,.' rsoullll "el> tlui ont joue un rôle d.ns les événements
. , contre lei adversaires: cette progTession, comme nous le note-
rona dlal Doire u«lad. partie. permet de mieux comprendre
devons lUenti onner tout p arti culièrement l'oun'Ie dif8cilement 1 les fonD"la parfoil a.bl"", .usqueUes elle • • bouti et qui
a(':(':es~lble d'un prêtre roumai n, le P. D, St.nilooe qui, .pria 1 a'ODt d. 'Iùear que par npport au coatuu qu'elles expriment.
Bolv ia, (ut le premier à étudier et • eiter l'orilln~1 du œuties Pour porter ua jUill' ea. obJecUllUr la pensée du crand théolo-
inèdites de Palama s, ainsi que la thèse du P. CyprleD Kem qul. "eD bJADU.. U , •• dCI.c la replacer dana soa propre univen
sa ns utiliser les inëdits, a ~u le mérite d'aborder le pa'am'pM apiritueL No", 10 • Il pn.".... que le l'nouveau actuel l1c.s
I)a l' un bia is nOU\'eilU, celui de l'anthropolo&le. Mudes patrilllqun peut œatribun • la r.ire IDleux comprendre
NOl nombreuses rérérences aux ounl'es de en luteun mu_ et • faire -'lu appnelll' .. Geel"t UDe tbWop e qui, sous

13
12
1

1


1.\'TR ODUC TlO.v •

c~ rt ai n s np ports. répond mieux que d'autres aux préoccupations •


de la pensée moderne. ,1
Si. pourtant. les aboutissements doctrinaux de l'Orient et de
l'Occident panissent diverger, si la distance qui sépare Palam ..
de Thomn d'Aquin semble dirOcile .. fran chir, il n'en reste pu l
moins que les deux parties séparées du monde chrétien remontent
loutes deux i. une commune tradition patristique el, Onalement, BIBUOGRAPHIE
i une commune Ecriture. Puisse un rdour commun et concerté
:mx 5Uur'('('1o IIHerlllÎnt'r nnlrt" alti tude envers les Maltres poslé-
rieurs : Je heurt cnlre cc~ derniers cn deviendra pcut~tre lUoins
violent.
Il nous reste i. remercier tous ceux qui, .. des titres diven, Je No•• ne lDealioDDoas Ici .u. 1•• oa"".,•• et ..Ucla .. '.pportaD'
:tont inlcrcssês:i notre travllii et ont contribué. son achhement dlreetemeat l 1. perlODDCI OD l 1"œ• .".. lie OrilOln P ........ ea
pat leurs C'ritiques, leurs conseils ou leur doeumenta.lion person- eacl •• ot :
1- lA. ourl'U ,lalr.ua .ar l"blltol,. OD 1. IIttirat.,. d. a,uace.
nr lle. Je Hrlls Ù mentionner ici, en particulicr, MM, Georges f 2- Le. ouvra,u tralt.at d. 1. tr.dlUoD plttrIlU. . . OD .ptrlluell. de
C"h·ugur .. ky, proCelo~eur :1 l'Université dc Belgr:lde, et Paul 1 l'Orl.at .hrttl•• 'DIld,lIre l p.l.m."
Lenlt'rle, professeur à la Sorbonne, le R. p, Darrouzès, des S· Le. eolleetlo •• d. tulet .
i\lI;.:usli n\ de l'Assomption, ainsi que mes Amis Doris Bobl'inskoy, •• Le. artkle. de DldIODD.lr•• OD d'lb lido"'_ CODMcrl. aua
dla r;.:i' ltc cU llr, a l'In~tilut tic théologie ort hodoxe. Paris, et ,rhlCl,. •• prota,oDllt •• da 1. coatro..' " pel•• ile. l l'eac.~
.p,.
OH, il' r Ch' nll,' nt , :1gri' ~I' llr l'U niversité, auxquels j'exJll'ime lU.
n ·I 'ulllla"" .lIlI' " la l'III~ ,·h·l' . ~tUII IIu\'rOl":I' 01, d'ôlUtre JllU'I, beau-
....n..
UOD . . qu.lq...-ua. d'••tr•••••ul I.at
,.pllliu.
Il v..... dl,.. q. . DOU, avoa. ,.It
da "'rltabl ••

la,..r.at ..... de: ce. publica-


('UIIII l' rolili' Ill'!> l'und,!iu II S de tr~vail qui me Curent otrertes, tion ••t. toat t.
partleldl~,... •• d ..
artlcl•• 4e L Petit., M. .I.,Ie. V. La.-
fILtra nt u n ~r m('slrr , il la f)lImlmr/on Oak. Rt'S~arl'h l.ib,.a,.y and renl et .1. G.Dm.nI da.... D'dt.,u••'" 4. T"~olOf" "'AoUqv. et 1.
f." u llnliu /I . tic l'Unin'r~itê lI arv:1rtl, ia WllShington. grùce .ux
loe.shmablu richesses de ce.tte Bibliothèque bYlantine, • l'ho ....
article. d. la S. . .,•• tF""'" ,,,
TIe ••,.,I. · d .,n:II.
Didion,..;,. 18hl.',. el 4. G~.,,.,,.,. «elh"'Uq... PIU.&'Drs
et d. la

(lHalité et lU concours des sava nls qui y sont réunis, La docu- orthod... d. 1.0, khla) ,. h.'
,.,.".lt;a.,..~ "''''.a, "Jo ~lIdo,..4IJa (Fa, ,clopHl. lIa'olo,I•••
d'ut,. ,.rt ...
Ultal.. nlnr.

r'zuIlJd'........" •• • ,.llt, Il',• ....


menl ation manuscrite ne m'a été accessib le que "rAce au
n ln COUh tic l'Institut dc Recherche ct d'Histoire des Textes ct ALUa... (1Y6qU>: (Le.
m'aU....... l'EcU .. ~.U . . . . XIV- .lkI.), daaa ,.,....,••,."
,III Ccnln' Nôllinnal Ile 1:1 Hcchcrche scicntinque qui m'a lIot8m- Suh ..4,.'Ir, Kau .. III', Jaayl.r et ..,
.. wul c har~l" d'unc mission <.1'cllll.Jes en Italie.
A...."". (A. III.): DI. G,"ure"· ... ,.1... ",adI.1I Bn,clu..". ••,
POur terminer, je tiens a exprimer ma reconnaissance • W""...... I ...
~t. Rodolphe Guilla nd, proCesseur à la Sorbonne qui a bien voulu
diri ger mon travail et ne m'a ménagé ni ses conseils, ni son
G,.,." I\t, tll . r.,1ra •• Doc_m ... '.
0' copU.,,,,, .. ",.,''''' ...nn, .... $,._,.., XXVI. 1I5t,
A........ (G. G,) :
hl.
77 _ . . , d •
1
l'oneours, ôi ~1. André Grabar, mtm bre de l'Institut, qui, par
~u n :ll'vui conslant , ses leçons À l'Ecole des Hautes Etudes et
'11 11 1l11i'1'1'1 pOlir IIInn Irôl\'ail , rn :1 rt'ndll possi blc l'achèvemcnt,
-
P. 104-111.
G,..,.'I P.,•••• ail" dl. Xl .... , _. fil. ,_" 01 GamINli, daD.
B,...II•• , UII. III" .. III lit.

Bt.a (N,) : 16 h,c ''''c u),l\I,d,c l''''T'''!''' n.i..~'. da .. ' ..\O~".
('l, culin, ;i M. H,- 1. i\furrOIl (lui me rait l'honncur de l'accepter
,111115 SfoS Patrillica Sorbon~nsia.
Il (IlOt), Po III. 1. (1"'), '0 ..... 1
.. , ...IA ,.,ur. • 14.·· . . le . . .,.,.. 4. 1••",,, ..m. 1
EnD'.. "".'. VIII. 1'" .........
• ,.,IlI04ou, d.D.
1
BeNI (.1.) : G, ....... 1. ' .. df• ., n ... 17 •• 'A'h . . . XI.,. .,W.,
da .. le... d'f'rlnt" V. 1M•• t ..."-
-
_J.aU.
-lA d."'4o Je dr.t'll.fdlss' 1•• ' R7 m's. 10,'.." VI,
1"1. ..
w ......... ".r.." • • Q".'727 1""""""''''1_ .... Il.
15

,

c


UIIlLIOG UA ,'{II li 1
U1BUOGRAPIIIE
t - h oga, Ellal JIU lu origlnu dt 10 m l/ diqu. In di.n n e, Puit, 1938. 1
II M".MI'._ (1•. ) : lA rénoualion orlilliqw. '0"'1 lu PaU%glles et le mou-
_".ent du idéel, daus les Mélan," Dfeht, Il, Pari" 1930, p. 1-10. "&'1."u'Db ( P.) : Ott Brj,lUlech,,1 du Il,.tlbr. Nikolaa. Kobalila., •
_ ': eft,d,ncmen' clonique et renul,nemen l reU,ieux 6: Bvroncc • da •• Bllt . ZûtlChr., 41 ( lV53), Hetr( l , p. 11-·46.
•bm. hl nt.,. 4 'lIi., . et de ,.1.. rd., XXI, 1'41, p. S.-l'. E"It"UlT ( A.) : Uberll.ferun, und Bedand d er hagiOjraphi.dtn und
••
~M IU L ( M.) : A.r,ira contra Duia (Sob" 1. hll tabdt /ca), d.n. Or.
o. t. Pu., XXIII, 19~1. p. aO-lu .
homi/eU.chtn Li/.rotlll der Grf.cMlChen Klrch. "n d.n Anfuftg.ft
bis ,u end. du 16. l erhrhunderl• . Elit. Teil. DI. Ubcrli.ftrun, .
,
_ El li b ro \' 1 d. PNicoro Cl4on/o ( So br. la hu tab6tlço ), dl. DI Or. 111. nand, 1. LI.reruD' (= Teille U. Uraten uch u n,eD sur Gucblcbte 1
Cllr . Per., XX, 19~ •• p. 'H 7-297. dtr Altchr. Llt.nlur, 52, J. Hlrte), Le.i p.t:l" 18", p. US-lOt . 1
_ El Ted/onu de Gregorio Paloma, dus Or. Chr. Ptt .. XII (11'-), FLOA'IflIlU (T .) : AndroniA: mladli) I l /HIn n "antaku.:in, da ... le !.""tal
p. :!la- 'H 1. minl.terttva nar. Pro.odt.nlJo, 204 (la79), p. 17-141. 21t-2!', I:
_ "·uenU. PnloRlÎ/ir,". I)julngu dt Jorge Fucto.l ,abre el conlradle-
20$ (la78), p. 1-41.
lo rio de Po/umlU con NicJ,(oro Cré,orol, d.R, Or. Chf. Ptr., XVI,
t9M1, p. SOS-S:'7 . G"ADaT (1..): Un probUm. d. ml/,IIqu. com parie : la mention du
- InnolHu:lonu palom/Uca. t n 10 d odt/na d. la. ,tac/o. da 'lI Mited- No m d iuln (dhib) dan. la m".tlqu. m u.u lm o n., dl •• la Reuue
lunta G/OlHJnn; MereaU, III (S tudl e luU, lU). CIlU, dtl VaUeaaa . Ihomil t •• 1952, III, p. 64~67t; 1153, l, p. 117-216.
IU6, p. ~-103. O ....JfI.u" (C) : l! Francuco Pdrarca a IUt oUro Ploncu.eo. e qaol., il
- ~ c: Relia lealogiea t de Nila Calubl/a •• ckas Or. Chr. Per., XX III, dutinatolfo dd c: D. primatu popa • • dl Barlaam CGlobro 1, dln~
Il:07, p. 237-165. St udlln onore di G. PunaloU. Ram a, t955, p. aS-V7,
Uri" .. n ideulÜilieo dei polermi,ma .n un documenta de Dervld Dld- - Un p rall.1l0 dl Har/aam per "unlo" t dell. Chi .... dlns MiK,"an."
palo (1. XIV), daa. Mi.eeflonea Cam iller., l , IIIU, p. U 7-52S (npr b G. Melcatl, III (Shldl e leal!. 12S), Clul d ei VaUta DO, 1946.
du. Or. Chr. Per., XV, 1949, p. S5-124) . p. l IH-208.
- l'n neri/a /rini/urio d, haere •• rliro en la eonUend a palamUlu
dei ,;,10 XIV, dan. Or. Chr. Per ., XXII, 1956, p. t2-1S7 . GOIl.O ' LLO (M.) : Mo.rlologlo o,l.nlall., da n. Or. Clar. Anerl.c/o, 141
(lU. ).
(:"""...,0111. (l' .) : 'n/ .. mn' "ri{t. in 1J,,:nnHlIm durlnll Ih. lo u r/ce n'"
ct"'ur,,, d:&n~ Hllznntiflll, XV, 1940- 1941, p. 20S-1:3U. GU"J"KOV ( D. T.) : PUllu)a ,omlUJ. Grlgorlja Pola"'l1 hA: i.tolnilr
- TI... muna.tic prol,utin and the lIert. in th. Bllzall lin. Em pir. , A: 11 /0111 "oulanlJer ziEotoll (La prem ttre bom~lle de Gr~,oire
.bns nil/lib. Ofll.·, l 'flI'U', n' 4, 19"8, p. 5S-lI S. Pal a m u co mme .aurce pour l'hlsta lre de ta r~valte d.s ,tlolu).
daa. VÏ%antij.lriJ Vrem. nn ilr, l , 1947, p. 261-266.
CHH.~"T"U ( l' . ) : lIe,i " Jo .. I .. i ~ .. 1.( ;'.eu/ ~O' .. , . i.( è ~(atoc. d a n.l'p"f\Td, .. (
il U,J.).:a)loj<, XXXIX, 1956. p. na-ua. GO UIl.l..t.1I0 ( J.) : Autour du pol. m i.Rt. , da n. Eeho. d ·Orien' . xx..XVI1.
r \~Vsa. p• • 2. -.64.
CU;r.'IITTO (1..) : Il pa/nmi.mo • Dun. Scoto {n un n rteenl. pubbll-
cfI: iulle, dan. M'.ed/aneu Francucano, S4 (1134) , p. 70-75. •
+ ~dite Philoeafi. d. la pr l~re du cœur. Parla., "n.
G M"OUS ( L . H .) : Le cOllcepl dt Dl.u chu Grlgoire Palamu • • 1 Ifi
C HUJO,TOiU P""AOOPOULO' (a r cb i m j: '0 àT\O( l'pY,Td,lo< Il'' /.. lIjoL .f(, crltiqu. occid.n/al., da •• le. Aclu du X, Conlrit in/unolional du
j pX,lClfi •• Otl:D( ~e"O' .. l.o"; '"f\(. "" .. t ~
)." , ,,,,''''+. h . l."f\ O' i ... daa. F.lud" bll:anlln •• (l'55). btanbul. I1S7, pp. 327-329 .
l'P,': ''''''4( ;, U .. l.o.)Ioi;. Il . 1913. l' , St5-3:>4.
OllU III". ( V .): Gri , o l,. I·al.ata ., LlIII" Seot et Georgu Stlll//u,i",
DUT... " (D. L.) : Joannu Allpari"iot .. , S to.ich eiodu Ekth .. 11 fan d'DG'" lt probU• • d. , • • ,,,,,lfc ill d iuine, dlos Echo. d 'Ori.nt,
IhtolOfikon Thu.on , dans HIOl.ef.:a, Alh~nu,
11153. XXXIV. lUS, p. 14-'6.
Gu ' c ...... u .. " ( S.) : Le plo bUm. d. , •• 'Dtpliciti di"ill. tn 0"'111 el e/~
UvIAof!It ( F .) : Ei n bll=,,,,linilocht-II Staa l, dokumtnt in du V"lot"it. ,.-
bibUothtk 8alel : .itl Frllllment du To m a . du Jahr .. US/, daa.
lIi.t, Jahrbueh, 72 (10SS), p. 205-22 1 (re pris daa. B,:aftUniadl.
Oecld.nt au XIV' cf XV-
G.o..... StAolar/o., L)'oa. IIU.
.,ie'.. ; Gd,oir. Palama •• Dun. Scol.

m"/omu/ik, Elhl l, 195G. p. 2" S· 26l) . O UIl..... "D ( R .): Corr•• poIMlOM. InHit. d. Nicola. Ca""'a. , d:an'
- l uhann .. VI Canlncu:tnoll al. d"na. Hacher u,ilimid. danl Ic. 8,:onl. Zeitae.r., .. (Fe ' l l . K.laeaIM:ra). 1129-\930, p. 96-102 .
Annal.. d. l' In .tit ut l'ondaA:oo (S. m {narium IOftddo.lanum ) . X. - E.NI .. , Nic4p11o rc Grqo..... P.rI.. 1....
HI38, p. 19-%9.
- La corrnpon4.ncc inUIl. . .AI•••• .,. patr. d. Conllantinopl.
D,.OYOU'UOTII ( R. 1.): Tl. ho( '04~ ' 3. ~.tou r PT.,:,o,!ou .. Oy n. )..I'.f. (IfU-t!", " • • - UtO) , . . . . . . . 1141.,. .. Di.hl. l, Paris, 19l0.
dl n. ·[ .. u 'tT.joL . ......, 't:r. ... "f\I' ! ( .. 'i,( l lO ),0T II "'< .10 ).'i,( .. 0'; ' AI~ . p. 121-140.
~e., no. .. elf l n T,joL!""" l, " 24, p. 14.
- r}T.,:,o,io .. n::.... :. )Io! ilfU':ol.+, lf,D( 910'11' '' ),0" . . 1(. da•• l' h e 'E). ·
GUILLt.u.on ( A.): La ,.., cilla ,.. '14rf,• .,.
, "CI 41 l'tpoqU t
l.T.... Il .. ~.)Io ..... 16 (1122), p. S·21.
0IlC........... ".rUe" c.,. ., CJf4" ....... 4a D icl. d. Sp.,
ELD....O. (G,) : LA doUrfna dtlr Im",ocolat. net c..
e n d h o loti paiamiH dd .ecoU XIV- XV, du. Vi,..o I . . . .all.,• .
"'.u", ,,.... 5 7

. ,
eoI. 1211-1'1',
- 14 ..... 4••• r 4. aRllI' '19.
"'...... Pub. 11'" po 41 ..1.
rA."''''" •..• '-Et. d •• calml-

Act. canlleuil. m.llolotici-morle"i Roma. anno IICIIUV ",.-


'I.n, vol. IV, Romac, 1~S5, p. 115-115 .
\ Eu.. _ ( M.)) : T«lud.p~. 4. fot .. P.rla., 1"1.
,..r
K ....a'l (O.) : V .. _,.....r Il. ".lIlE S• al .......' au 4. t,..._i1
r ..... ...
nu .ns.
"'Yu .,
Vas 71..... liU.
,I.r .. Mis 715 .. ra.".r. 4'Orien t

" •
11
IlIBI.IOGRAP H l E

IIAl· S HtflfI. ~ I. ) : A propos de .piritualilê h l!'",cha.te : controuera••an.


c~n'rttdlcle ur, da n s Or. Ch r. Per., UI, 19S7, p . 26G-277 . -
BIBUOGRAI'HIB

Nole .ur le mol", hl!.,elta', Nid",.,., .... ad.. 'OrNai, XXX\'.


,
f)t"tflm~ ., ,piTll ll a/ill IIri.n'ole. da n s la Re • . d'a. c. el de m •• , . 1"', p. 401-412.
~XI1l. 19.17. JI. :l·11 . ' - Pa/tlmtl" Grê,oi,." d.n. le D/d. 4. '11'01. 01111., Il, col. nU. 177 •.
L t - \1..... ntjthode d'orai.o n M'licha",. da n" Ori. nto/ill Ch, , . , 'X 2
'---'i 927. " . "
- Polumile (ControHrH ) , d ••• 1. Dlel. 4.
177..
'"'01.
01'11 XI nd . lUi.
.. •
+-U'"hbl'cha"lqu.,
'' •.nrc;a• •dans
piriluef. de .aint Ignace et la mtlhode
Or. Chr. Per .• XX. 19S", p. 7 .. 26.
cI'orai.on - Theolot/a do, m.'leo ehrl.tlonoru", orl,a'."M. 0" Eed..,o e",lIo.
Ilca dili /delltlunt, 1. Puis, l'H. p. U. "1; Il. 'arl .. l'SI. p. 47-113.
- L~!{ Orientml.l: connoÎu.nt .. iI. 1" .Yu i" cie • . Jean de la Croiz " KUN (.rehlm. C.) : t .. I!Umen" d. 1. ,".oIOf" 4. Grl,oire P.la",.s,
dallS Or. Chr. l'rr.. XII. 19 .. 6. p. 6-4 6. dans Irlnlko", XX, I.n, p. I-SI, IM·I'S. Voir K.par.ur (ArcbllQ.).
+U : llh ll,.I"'11I11(' . ":1",1,. Il,. "'llirill",'ill. tian) ()r . t: hr. "rT .• XXII ,
l!t ~,(j . p. rl .. HI. :!17-:!tI!J .
Ii,r,,,,,,,, (.rehlm .) : A,,'mpoIOf/Ja '0, Grl,orlJa PrI,.... n:. nthnlt)l)-
- r " rintum. r~cenl .. dU/I" les Jugemen / • • lIr la m i th od . d'o roi' Oll
d,.. flhychrutu. d"n s Or. Ch r. Pu., X IX, 19U, p. n"- 42&.
- lJuchoon,le predki su. Gr/,orljG
s. Grleol,. p . l. m.s) , d.n. BOfO.'o•• kejG
,..'0"', (......
IUIlI. de s. Gréltllre r.l.m.s), P.rl .. It50.
Dellre. spirituels 4"
",.r,
III•• '41. p. 102-ISI.
I! U NW 'IU."H ( E.l : l)je I ·/llrr.dITilte n du ' omo. d" Juhru 1351 dan l - Jaul,,,i, uo.kr,,' a,o Go.poda Botom.'erl (L'apparUIOD d. Seilneur
/l y:. Zci/ll,.hr .. i i (1~fI " ). Heft l, p . 10i .. I 16 . ' reSlusdl1 • la JUre d, Olau), daD.
l'SI. p. 16-112.
",.N.'."'i- Il,,r,
VIII. Pa rh. 1
I M"AT III S ( hicru~~I . 1 : .' 11 ::':1;'C11 oi .... ,;O' l O:, l ... iT : .... ... ... ':' ,~" ':0 ', ' ,\1 ",
,,:-i. ::. i, ";T. 1 ..... :::: : 1;. dAns ·.\~l .. (o .. illll;'_ . 1 t ll .. ... Glll Cl ! ...... VII, 1.
.HhclH!' , 19S1 (tirl! .. part) .
- Olleet.oren/. AliehoU. Alrom/llf". (Le. Pro.opo"''' d, Michel Atn-
ml.ate). d •• s Pru_,'oo".jo III'.r, VII, Pari .. 1"', p. ~- I"'; Irlili.
fra.Çfllae da.s let Aet., clu r,. Co.,m flea EtMa ..,:.11"",.,
,

l'' D'N UII., ( II.) ~ 112 :: \10.1 ~ ""'1"" )&1 ";'" ,,,~ tI("~?jHll'" ~ I o ... ;, 't " ,{ l'.rls. 1'60, p. 261-278 . 1
• -..::",' z , _ :: "~ 1I1;' J I"'~O", dans ICI Alti delr VIII COII,,,UO - T... o " feluudte i '01011'111'' ' ""'' '
(AnlhrvpolOlIc .t iP'U"l_ c"nh·", ..
In'unn:ionfl/,. di .I;j 'udi Di:(,nlini, l, Rom., 1955. p. 120-12'. porahM). dus PNJUO"."".jo Il,.r.
VI. Pari .. INa, po 1»-1:19.
h- .u. IO" ( I~ ' ·UN ) : /lU:IlI1Ii/lÎlU'hr rOl/j,~. d:ll\); Zâ l,ehr. /J. Al ur,enl. KluYOCIIi,.a ( O. ) : A.... Ul!e'ko. , bato.lo".k" IIt.n/. '0. Gre,orlJo
Gut'h .. 10 :l ( N. fo' . 17), 19:':.1, p. :.13 .. .. 259.
- I)/e philosophE.che und Qt;/ltuQuchleh tliche B.d,.ulunQ des Pola-
".'."'1'
( 1.. doclrlDe ucétlq... .t thfolot1q . . de • . Gr~I'II~
P.1a . . .), de •• Seminarillm l'on40ko./II.II.... VIII. Pra,••, l'JI,
m ... "' ..... . 1:1111 Alli drll' VII I eU/'I/Trl1ln .Ii .l;jll"U 11i:I.nfini, Rom ... p. H-U4; tr.d. anll.b•• d .... Til. RII."CI" CII.re.... O.or'.rl".
1 ~ :-,3 . \01. J. 1' . 124 .. 1:.19. "01. 111. IlS'; I ..ad . aUem ... de. par le P. Ho.oU. La.d". .t. ORSA,
HUI/ cha.m," und P"lalllümu • . Ihr " eg'"uiti'l" Verh'Utni. ull4 dans IJIt. "'''dl. Chri"""' ..... Hdt • (lU'J .
th re ,ei.tuQuch/chtliche D. deutu n" daos Jahrbu ch d.r 6derrei- L.UIlaMT (V.) : La dll'Ono/Of/e deI ",'r/ol'Clt.. 4. Cons,•• Uno,l. de
r h i~hen DIIHllltin/schen Guellschalt, Il. 19S2. p. 2, ..S4 . ,. ~rUIII"• • •11144. XlY. .,kl. om·,W), .... Et.4•• • ,:"n-
- I. e fondement patristique de la doc trine palamite, danslln: p Cln"'~C1 Il''e •• VII. 1 OHe). p. 146-16S.
M' .1 ,, 1.. , Il ,,, ; . ~\I .. IG :- to ... ( 195'). w (= [""T,~l lI o:i , lI' C1 f " P . ' ) , lUt, - La "". 'pllICO,." 4. "AotI/eon 4. 1I0ne...""., da.s ' ;cllo.
P 1:'>D .. 1~:.?
- /'lIlf1tll', nll,. und VûlulrmlUion, d:tn, L'EgU" et lu EgUICs . Etudu ,.I.
.rOrl.nt. XIXII, ItSl, p. tM.

co."......
fi. 1,.CNI'co" 4. "ee "
...
- LA "". IpI. . Th ..salo"',,.,. rezl.
t't Ir:I\IIU:< oITerls .. Dom Lamhcrt (k. ud ul n, Il. Cheve toene. 1155, noa ....... t ...... Bele .. 4"Orl.." XXIII. 19S1, p. lOI·
Il. :!!I.~.i . .
J UINIIIShU (,.\ . J : lï: IUllijJl.dj religilJ:nfli ",;.,ids nt .'avlI" utka ~red
perechodom ego k SlolJjanam ( Le m Yiticism. rtllelcux bloaUa a.
XI\·· siècJt', :n·ant sa ,.nue C'h ez les Sl::a ,·u) , d a ns Strunllik , St ... Pctcrs ..
.....
. - 1'/III.' hl• • oklrlll.'. dan. 1. D'et. 4.111101. e.'• ., XII. 1, c..1. IUUI·

L40uaDU (8.) : ·ET.")I, •• h 'Ch ITl'" 4"'JIo-t,..: ~ ,,~ 11''':' ..:h 'hClu~
1"lItr~. 1908. lIo,·C'mbrt, p. S07·5 17. dhe mbre. p. 662·672. 'th.pou ... llil . ., daa. ' Ewn. 'l'C . • ,,~ . ! • .• XXIV. 1,". p. 2OI·HO.
.1.IAJoo'suu (Il. ) : l'ie de • . Cuma;II l'lI afJior ;h por . on ronttmporain, le ........... (p.) : Le Ju,. , .... . , .... C'I" ct 1. ,./.".. Judif'iuire
IN,'rill u l.,. l'liil flt hh: dt f.ll nttlantin ople, dAn s Am,/. Bull., LXX, l'51. .rAn4ronk Ill, da •• le lI_orW L hUt, BIIeIIoNat,. 1'4'. p. 291-311i
l' :1.""... 11 r,. - Le T..... 4. c... cll. 4••UI et rll."'7 .. 4e Il.tr.'e. c.."'ltcullnr,
.11 , . ,~. (ll .l : IIllrlmm. d ,· ..... ",i",,,;,,. d :lII) l,· IJi.., . d ' IIi. I . el de Gl!o,r.
II,.'
__ Ruh.I'C"" •• r ,.. , ...
,.,.e., .... "'Ie-, .. hNI, jfttIk'.,,... •
dan. 1. If.... tI.. H • • '" IX. lM'. p.. .. Ii .
r~puyu, de_ 1'"Ii,,·

-
t.n:U • •, \ ' 1. eu!. tU7·83 .. .
Uarlaum u/ .. d n r ,·n/hflli,/ll e '!. d::ans Ech o. d'Or;ell', XXXIX. l'•• ,
p. 100-1 :!a.
.. . .
1..
et d ... la. II~,.,.,
Luwra (Co) : r •• ,... ,.,Ice'
8. Q,,,d,.. BRulle. . .14•• p. 3a,·,..
""'''''.1 -11111.114', p. III sn.
"7C",, .,
_ GrigIJire Palama. et l' Immaculée Conceptioll, d.n s 1. Reuue Au,u,.
ti~"n •. XV II . 1!1 10. p. U5· 11i 1.
.',.,.,lell., .... G,.r. Paloma. 0" I)jDint
s.a"111 Q- 'Ihu G • ,.,,,. \' 1. 1141. p. 2A1· 2I7 .
l.ll n."lrUl'('rllt' IN,'"milt' (I:f U;. 1.16&). f.u "lit' et lu dMumenl, u ....an (1\. J.) : Cil ......, . ., .... "'lib C h.II•• (1l4.5-1.:151 ), Il;tft ,
nlllril"".,... da ll ~ Jo:d u., d'Orit nl, XXX, 1911. p. 3!17· i:!!. Or. Cil,. '"cr.. XX" 1'" (IIlralla_ Gnr••Iu'.aR.). p . "lO::'·131 ,
I.f'!( uriy(lIrlC dr IfI m r tl. fld . d'flrnisfl ll du 1USII('hlldti, da •• ,.:d.u, __ C.rr..' ....... cr 4, Il... NI C,"e ; (l''adl e tutl, Ii'l), CUt. dei
"''''';('1'',XXX. 1!1 :l l , l'. 17!1.. 114;,. . .
'.'l'''ttI,WIII~e CUIII' f'/,'jUIi d ,m:l "";crÎtllre :luinte et ""IIS ,. Trlld,lrull
V.ta ... ItH.
_ UIs-lt.1I "",... ". Ad.' ne ••• 7.,.",ai,.. " ...,h_. d.ns
Mitnt(I" ( B iMio llICcu Immuculatae Conceptioni., 3), ROIR., 1162. Or. Ch. l'u.. XXIII. .. 114-"i.

19
18
IllllUUGUA l'J/JU
IJl ULI OGRAPIiI &
de la doctrine o rthodoxe sur la lumière tbaborique et les éoerglu
Lu recueil, de ldtru de D. CUdo n t. (S tudi e tuti, \SI ) , Cittl dei divines) , Kiev, 1860.
de n.us, Che vetogne, 1951 ;
Vaticano, 1147 .
~ ":tl le Jlllr Ulle lel/re de Dimi lr/u . C"do nt. d: lean Canlacudne, dan. f 1959.
nl/t. l eihchr., 44 (1951), p, 4 05--408.
__ .\'ole ,lIr la corrupolldance de Ba rlClam , i uli!!qu, de Gc!race, Cluee .u NBo n o vSltu ( G .) : Variaomit.kaJa eru' (L'bérhle bar1anmite). dans
Clm ;, de Gr~ce, dans Or i enlaliCl Christ, Periodiccz, XXXIII, lIn, le s Trudll de l'acadimle ecclésiastique de Kiev, rhr. 1812, p. SIG·351.
: n d( ~4; '''' TTpo.I'-I'-œH' ~ o,;; h i 1 : 0 \ (
p. 201-202.
_ _ wanll 1!I1lerschrle b l o h a nllu V Palafologo. du Tomo. uon 1351 " t ~ oii n/l"),III'-", dans ' E""),"'lO:I/I " ~ ~ l<;'.
p. 93-10t.
dans DII: . ZeiIIChr .• 47 (1954), Hdt l , p. 116.
1.0 P ,u~co (F .) : Gfi u ll imi o,curi onn' d i Barlaam e la uerita storice NOLlu.c ( P , oa) : Pi/rorque et '·humani.me .... Paris, 1901 .
$ullo sI/ldin dt! C.rutl di F . Pd rarecz, Napoll, 191 0. NÔt,LB ( W .) ; Ilull chalmu. und Yoga. dans BII:. Zeillichr., .. 7 (l 95-l 1,
_ "elrarca e Darlaam, l\eli11o Co.b.bria, 1905. lien l, p . 95· 103.
Lossn ( V .) : Dar kll u , and Light in Ihe kn owledge of God. dans OSTROGo.un ( G .) : Alholl.ki, i./chadll i ich protiuniki (Les h ~s y ­
En.'un Ch urchu Quarter /II . VIII, 1950, p. 460-471. eha stes athonites et leurs advers:alres) . dans lu Zopi.ki de l'Inslltut
f:uni sur ln tll.!o log ie mllstique de "EgUie d'Orient, Paris, 1944 , se ientifique rune de Belgrade. V. 1931, p. S49·:nO.
La /lli% gie de la lumi t: rt. chu saint Gri"oire de TheSla/olllque, _ Eliellne DuJan et la 1I0bieue serbe dan. la lutte cOIlITt. By :cln cf! ,
dans Dieu Viuant, l, Paris, 1945, p . 95·118. dans Dy:alltioll. XXII, 1952, p. 1&1·159 .
1... prnl,Ume de 1(1 C l' isioll face d: face. d la /radiUon patri.l/que l'our l'M.loire de la flndaliU by:antille (t:nrpu. n,., .ullell~e IIi" t.
,,~ 1I//:lI lIcr . oall~ Stud ia Imlri .d icu, Il (P:'IllCn lll'Il~ellted ta the
Dut ., Sulls hli:l, 1). U"uxellu, 1954 .
Seco lld Int eL'lHlti oual Ca nfcrcllce 0 11 l' n trisU c Studiu helll at Christ
Ch o rch, Odord, 1955, Part H ), Ber lin, 1951, p. 512-531 . PAPAM. IIHAIL (G.): ..\ \ .... .. X.. O'H" .. I l p lh ( ~O,j"Ô' 11 1'-:'''0" du os
'EY.Y. "),o'1 0'l1lO' H 1I.6 ( ' ''PO (, V, 1910. p , 985--425 .
LOT-lio ROIl Il(B ( M .) : li n mnl/re de la spiritualiti bll:anlille au _ ' 0 ilT ~o~ I" P"'l1Ûf'0. b [] 1I 1. 0I1'-2 (, St .• Petersbo urg· Aluandri e, 1!1I1.
.\" fi " ~ ;t rle , .\ ' ico IfI li (;(1 lm'; /.u, 1':1r h , 1!159.
PARISOT {V.l : Cantacll:o!n~ , homme d'Etat el Mstoriell . P:1ri!'l , 184:•.
:>.1 ... :<n"" ..o.Il1 (G .) : Fra Dur/aamo CalClbrue. maestro dd Petrarca, ROlll:l.,
P!rrIT (L.) ; l..a. r~forme judiciaire d'Alldronic Paliologue (I :J2!J J, d:ln ~
188H.
f;dw!'l d'Orir:Il/, IX, l!10G, JI. U~ · 138 .
totl.lu:..+.n ( Ii . ) : I\' ,,' i: ,e .Ii "ro("o ro e Dr:mdr,tI (; idone, "'"nude l:aleca l - ll.e. ~uè'l"rl de 1"I.r:ualooique, dun! Rchn. ,"Oriellt, V, 1901, l', !l1I· !l7 .
.. 7'rml" r" Arr/ilini,, '" ("cl .. /lri "l'PUll li I, ,.r ln d."i.' .feU.. te<J/ul1ia e Le Syllooicflll de TI'<"1<.aloniqlle, d ;lIu f:chm. d 'Orjellt, XVIII , \ \114;,
della le tltrufuNl bir an/ina dei seculo XIV (Studi e t utl, 5G). cm. p. 236-25 ...
d ei Vntleano, 1931.
"h: n ; /f DO fll'l' IIUmallisme nominaliste d mllslique ehrUienne d
( J .) : + IItOriJa Athona, Ill , ..tlh oll m onn~CJkij
monastique) , é d . posthume d e
DII: ance ou XIV' si ~o.:Ie, da os la Nouu eile Reuue Thiol o"iqu e. 1. 71,
no\'. 1957, p . 905-9 1-1 .
",,$ d clllllts de la r'fl l1/rnut.rJlCl hililchade. dans Hllzlll1lion, XXIII, RAUët:NKO (K. TH.) : Rdigi o:n oe i liluaturlloe dvUellie u n olguri i fi
e/'neIlU perr:d Tureckim rauoe ualliem (I.e mOllVcment rc\i l!i ellx cl
I!' ~,:I (1" "" ,' Il 1!15·1), l'. H1 - 1:!1I. IiUêr.ire en Uul,arie • l'épo(lue IllIi précéda ln C"fUluac tunlu l"!.
l .r Il,,\me "" rd",,, r:/! s o ; dnnl la doelr;nr: polamite du XIV' sl~cle ,
Il:11'5 1:1 Ilr uue d · tli ~ loire des religions, CXLV, Il' 2, 19 5 ~, p . 188·206. Kiev, 1898 .
I: /J/"i ll il. e de la CO/I/rouene palamite : III premitre lettre de Polama. SCHII"~ (G.) : Borloam Calabro ,pillole "rechr: i primordi episod id e
1\ Akindllllos, Ilnl\ ~ tu c.;'o-;\ ::<, XXV. Athènes, 1954, p . 602-6U; XXVI, dotlrinari dell, 10U, ealc..te (Sirle publlte par l'l'lilulo sieîliano
19aa, p. 11-90. di Studi birantlnl e neOfreel, Te.U. 1), Palermo. 1954 .
-"o le sur l'influence diongsienne en Orient, dans Siudia patrlstica , _ Il pcrradoSlo 4i Nil Caba,Ua, dans Slllog. bi:anlina ill onore d i
JI ( Pnper~ presenled to the Second International Conference on S. G. ".uwti (Stadl bh:aatlal e neoellenlci, IX), Romn, 1957,
l'alrhtlc St u diC$ held nt Ch rist Church , Odord.195S, PartU = Texle p. 362·388.
lIud Untersuchu n gen zur Geschichte der altebristllcben Llteratur, SCHA.BOBR (H.) : Ueber di. /heologi.che und kirchenpolitilche nede u -
11:,nd G-lJ, Berlin. 1951, p. 5"'-552. tun" de. c Glaub,n.bebnnlni ..,. 4" Gregor Palamas ). c.I:ms les
l'Ile (1" , I rine of OTII("e ill SI. Guooril Po/am a., dalls St . Vla4imir 'li Aete. du X' Congrt:. international d .. Eluder bUZfllltill Cl ( ,!};,.ï ),
SemÎlIMII Qilur lulu. "ol. 2, o' 2, New York, 1954j trad . ,ruque dao)
Istaabul, 1957,
l' p 'lTci f"~o ( li [1 .: .).ll'-i;, }LXXVII, 1954, p . t9-St. _ Da. Glaubt.n.bebnnlnl. cl.. Gregor Pfllamaa, dans W ort !lnd MII '-
_ Une lettre in~dite de Gr/goire Polamas d: Akindllno •• dan. 8eo ),Oy !OI,
leriam. 1iIU, p. 211-224,
XX"', HI~J, p . 551-582.
Un mauueris thtologien de l'unité: Oarlaam le Calabrai., dao~ SClII.ILTb (F.) : Unler....eh.n.e.. Gber cl.. le••• "ebel, dans Or. CI" .
I.'Eglise d lu E"li'u, Etudu et travaux olert • • Dom Lambert Per., XVIII, 1161. p, Sil-SU,
Ilt:luduln, Il, Chevelolne. 1955, p. -&7·64.
:>.l''I.I~.H lhi&:o unlèoe ) : SI" GriglJrij {'allllllll, mitr_ Solun.tij•. pahr.dt
Sœouwuu : luf.a-.'G.}and,oe .'ija.'• ...
r ... kuju pi.'m,nno."
• XIV.IV ••• (L'lan.ence de. Si........ Sad .ar h. IiHër:lture ru 'sc
,,,n,,oslaunago u éenija Il fauont om sode i dej.frIlJerlt. 80iilell ••• IIV"-XV- .ltele.), St.·Pelenbo..... 1......
lS.1iot Grccoire Palamu, mitropolite de Tbe ...lo.iq ... clUe ....r
21
•'n
IIIIII.IU(; Il A I I IIII~

"tu.mlnuJ" lileruluru Mo.koudcnj RII. i XIV - XVII • . (I.e, trad uc-


tHII'" en I\ u nle m oscovite 11 101 "" XI\" · XVU· !llèelu) , St .-Pel erbolol r.,
1903.

~u," ( A.) : Wichai! .4. kom inl'lt. nutor • OIic:et UO rtni)a • pripis" .... e-
nU'!I" r.rivnriJu 1'a/nme (Mic h el Acomln. te. auteur d es • l'ro..o-
IIO~e . . . . Uribul\h à Grtcolre Palam as) , d l ns Vh anli)"toe O~0 2-
tenle. 1. Jurje\'. 1tla, p. 104.-11 1 .
~lI1S (G. C,\ : T.nt Stephen OOIUlhnn u nd U ou n l Atho., d :l n . lIMIIO'"
.\lIulI(: ~tlld, Il , 195-1. l'. I~S-U9 .
!'IT""ILOO!I: (O., : 1 i"tsn si illlH'ltso/urQ si. (lrillode 1',,11'1111 11 (Ser i" le.l -
1,,~i{,;I .
lU), Sihiu . I!I:U,"
P REIII È RE PARTIE
~T"'\"UI le .. " .): \ ;:I~ ~.:. .. ·. . .. ·'I .::~ ..... ~-I.( le:· i, .. ~ .... ~ . i,\i ... .. o
~i.; i. ;J,u li.: •• J, :_-:':''' i;o, i ... Ldp11C. 1906.
S\lu.. t: (P_I 1\ i./l/rii ;,;pnw/tniJa J.nig .. Bo /gorii " XIV ueh , 1. Vrem Jtr
i !i:n ,ot,trl/lrrl", F.,.thlllllijll TtrnlllJ,J.Ili/fl (Pour l' h h l ui n! de 1. cor- LA PERSONNALlTll
recllon du Ihrcs cn Uull(aric.u XIV' .ih:le. 1. L'i poq uc et ' l , If: du
\I,llriu'rhe Euthymc: de Trno,·o), SI,-I>etC:I'lIIO IoIr., 1898. DE GRllGOlRE PALAMA S
1 UI,~I.I tlll 7·tu'lulu/ull/t/lI" flii .'Ii'n' · ,.ir"I... " .. rh,. Hill .
... "",IITIlo;, ( 111"'"\' \ ; 'II 2 -:'()~ 1', <,,,:,11,,,,. i.1I~'). J, llf"II.1II 1 l',...T-''''' '
.. lb'). ~lli;. :\:\:\IX. III:"'-:I\rii 19Sfi, p. 104- lI O.
1".1 \)1,), VIII:'wios. mdropofil lIOn Ephuo,. Ucber lein leben und
... IIlt s('hri(ten, Pod$d:un, 190t (Prolra mm d e s Vlctorla _Gymnlsllol nui
III 1'.,I:.{\:'Ill\ O,tern. IlIOl). p, I-~I .
J 1',1'\" "" (T H.) : Oécrl" p4 il10rll l>i:lJlltijd;oj obro:ooonnod i (Enlis
'IIr u~lnlr(' Ile 1" (' l'liure h'-l"ntlne), St.-Ptlc:nbou r «. 1891,
,,,,,,AIl. .. IIrA,,'ju "rUl ... ~tll~ 'ij'l (1,(' S~I " "l i k n ll III.' 1· ... r lhnt10'l le l .
!klc:".:!, !tl!ll,
"UI': l Jr.ln-O.l1t M.) : L' hhlilchnsmt dnn.- l'il/ file el ,' (lrt d u S er bu du
\I",,"fI .11Ir , Ibn~ l,' Ift('lItit l'.ptnd:ii, l, Parla. 1930, p. 110-11S,
\' ... ,.ULIIO (J.): "11:lI n(:l. et ,'IIl1mnniune (Pod ticllI d u ,lto bl ~ me ) , d.",
IC' nul/din cie l',t _ocialion Bueil, Ill' si;r1e. od . 19S1, p . 25-31 .
(\"I ~u. . l'.) : Sudrt ,. ('hri.,icUlskoJ i i ndij.-ku j mistikc (Le
(U'ur dans le) 1Il~ ~tI(lUU chritlennc: et ludo ue). l'a r h , IlI19.
\\'1 ~"IIIII\ (Ci,) : '.nl"rlIIU'/"(' IIlIlIrhal""ift" e d .. l'h h ,,r hn. me lI,,:o n lin,
.1 •• "0. ,.:" ../.. s ' :",..... 1,'''1'' ..11. uct. l!lltl, I" lil - li7,

1
III I/I.IU(; Il A. "/lI'~

1'~r~lfflfInaJQ li/eraturt! Mo.koud".} Rilli XIV_XV Il It. (I.e" traduc-


""", .1\ Uunie moscovlt. a u," XI\" -XV II' sl«ln\, 5 1 .- ~ et erbo ufl,
1~1
!!ou,,, ( A.) : lIieheri( .4kominnl. ftulor oc OlicdCl'O,enfJa • Jlrip" " IICI" •
nI"f" r.r illo rij" Palnm. <Michel Acomlnate, a u leur de. oc Prolo-
IIO~n • al1ribuo!-., .. Gr~,olre Palamas), da". VIlQnliJ,koe Obot-
r.nie, 1. Jurj.\", 19i5. p . 104-116.
~H us {G. C.l : Tltnr Suph.n OOll.hnn und Mount A'ho., d an. II nrunrd
~Inu ic S/ud _, Il , HI:'''. p . 1 ~:'- 139 .
!\T."t.OOlt ( D .l : 1"j,,'ln .i hUlutaall.rn tir. rorigori. Palml'" (5.,111 teo-
1,,;;,(,:1. \11). S,hill. 19:18 .
~U'"III' tCII H.l. " :;t~;, ".:. ....... '1 1:".:. .. ~i.~ ,i' i~. 1";Q .. ~1i"io:; ... . PftE"IÈ IU~ PAl\nE
~ ; i-; U'l-" : l ' 1 ':';' .. i:\ .... L.lprll, 1906.
!i,tot.l: (P.) :,; Il'u,i i ilprcllll.nlja "ni, It 8o',arii u XIV "eke , 1. Vremja
, !i:n IIIII, .. "t/,n r.,,'hllmijll TUIU'udll!l" (Pour ,'hlstuln de la cur- LA PERSONNALITe
rKllulI du Ii\fn ~n Uul"ari~ au XI\" ,I~de, 1. L'~~u. ct \. ,le du
1,,,lriarC'hc t:uthyme de Trno,·o). St.-Pelersoour,. 1898. DE GReGOIRE PALAMAS
1 .. " ... , tO.1 T'... ulllu ll i./"t 1111 XH'· IUrlt.l'~ri". Hill.
IlIIu....TH" t m"ill'" :'11 i ,;,''' ~ l'P ',,,:,dH''~ i. Il''},:11'-1~. ,1;",,, l'p''.rdt''':
~ 111}, ~1'-;; . XX~ l X. IIl:1r ~_:I\ril H15fi. p . 104-1\0.
i" 1 C\I) : \lII/:llIl io •. melrOlmUt tlon E"huo,. Ueber ui n leb.n u nd
,tWC' ... hrilten , Pochd;"fI . 1901 (Prolramfl' des Vlctorla-Gym"a.lunu
,~ '·uh.l:!m Oslern. IDOI). p. I-Sl.
1 l ,rr,n, u (T H.) : Ot er"l po i. turi. lIi:unlij.koj obru:ooonnodi (EasaIs
, .. r Il,tnlfl' de \a c ulture' h ~· I:\nllne). St.- PelersOOur«, 1892.
,,,It>d".- " IItrfr/ju '·r ....... ' .... ijll (lA' S~· I".. lIknn ,It '·nrt h rnlollici.
, ..Ien:.. 1K::Il.
\ ...... .: l Mu.NIt }I.) : L' hr"IICher""t dan. l'i,liu el "arl du Serbu 4u
""Utll .I !1t. d:"" k Utrl/ti/ l'IMn.lcij. 1. Paril, 19S0. p. 1I 0-1'IS.
'-._.II·I:\li![ ( J .) : III1 : ultce li ,'II"mnnilme (Politiun du !l'ob /tme). da n.
\" "uf/elin de l'A. lIocia Hon Budi. III' Itrle, oct . 191'12. p. 2~-18 .
( \ , .I. ... u · \. 1 . l' . : Sud.·, l' .. hri,lin"d:n} i indijd:u j mi. lih (I.e •
<,«"ur dans Ih 1Il~ ,\i'llIh c hcl!Uenfie fi Indo ue), P MI'Is, 1919.
\\"'''' 1'' It Hi.) : ,~ It .. hu"/ilt ,'lIl/rlto /"git/l" dt " h bll/(hn, rr/e " Il:anti ,.,
d ...u 1.:1 .. 11('11 C",,,,,' I., .. ;,, .. ,, . ...d . I!llk, l'. til-lil .

\

CIIAl'l TnE PIIEMIEII

LES MAITRES DE PALAMAS


1
,
1

Trés peu étudiée encore, l'époque qui précéda les luites théo- ,
1
logiques du XIV- siècle fut, pour Byzance, UDe époque de crise
extérieure. de luites intestines et de renaissance intellectuelle.
,
Puisqu'il n'est pas question pour nous de nous y arrêter lon~lIc­
menl icl, nOLIS parlerons seulemen t de quelques personnages
qui exercèrent ccrl:1Încmcnl une innucnrc rlin'clc 'IIU' (;rij,:uir~ '
!'alamas cl 'l ui tous jouèrcut un rôle de l'remier plun tians la
vic religieuse et politique d e leur temps.
,

Grê(}oiu de Chypre. Le premier de ccs personnages,


dont l'influen ce se place plut6t sur
le plan des formules théolosiques que sur celui de )a spiritunlilë.
est le patriarc he Gregoire de Chypre (1383-1389). Sn pensée

thlf:oJogique n'a pas été J'objet, jusqu'à présent, d'uDe analyse
complète, mais plusieurs auteurs ont vu la parenté qui existait
eotre ses tormules et celles de Palamas ' . Favorable en principe
aux tentatives d'union religieuse avec l'Occident, mais désap-
1 pointe par la maDière dont celte unioD tut r éalisée à Lyon - ,
par la seule volonté impériale et s:lDS véritable dialogue theolo-
gique - , il tut élevé au patriarcat quelques mois "près la mort
,
, t. Da Ru.... (1 111 ault. d. Combeh et d. lA 0-""). D"ur,allone, du..:
fi C,o",U u. Q",.rll C,,~rll ,ut',.titI/Ut
1 175:11 (d. PG. aUI, nt C, 111 Al; voir
Rr Grtlglr. d. o."re dana W . ...... 'UU,Il •
.. NITflpof"t.'un 4. Grlrolrr de I:hlllll't ,
:,,"O:f" dcaclrlae ",glr Taolcau, Il '"orll ,,,.r... ,
DMelur.. dalll CIu'.,,....:'" tt.nle, LXIX,
/1"

>=Si. ",.. l'lM et tradueUclil ru ..e du tc:r.lu


t. la _tr.'terse qu'elll .....cllfe) ; cr.
arf•• ,.U.,.. U, , ••• Sil.
t .A Pf:Il S0.\'.\'Aurt UR GRtGO IIΠPALAMAS l.ES IIA1TRBS DB PALAIIA .f)

d e Mi ch el VIII ct p r ésida tn 1285 le conc ile d es Blakhernea qui d'attaques violentes de la part de certain. membru du clergr
conda mna leiro , lulinophron es • b ynntin s. Gr ego ire rut, tou · byzantin el Constantinople fut le thUtte de dlscuuiotls theolo·
tdcu~, le ~e ul théologien qui, après ce triomphe de la rhctio n giques passionnées dont les circonstances et les . -e6Iés D'onl
orthodolo.t, clu~ r c h a un e issue v~rita b le au dia logue d e lour ds pas eneor e été l'objet d'une étude serree, mais qui anticipent.
que conlitit ua it a u XII1" s Iècle la cotltroverse e ntre Gr ecs et da ns uoe large mesure, sur la conlro\'erae palamite, l'ensemble
utins sur ,_ process io n du Saint-Esprit. Au lie u d e r épéter des évêques a ntiuniates apposèrent leur slenature a u bas du docu-
simpleme n t les formules d e Photius sur la proceuio n éternelle ment 4 , On r ecommen ç a ce pendant à discuter lo rsqu'un certain
de l'Espril ÏI p:u'll r du Pè r e seul et S30 ," i"ioll t empo r ell e p." IDoine Marc qui a ppartenMit i J'entourage du palriarc he publia un
cOlilmentaire c auto risé . du TolUOS dans lequel il " o ulul Iln nlU'r
le fils, Grtgolre r econnut la n tce ssité d'exp rl nter la r elation
IM'rm:lIlC'nlc qui l·si .. lt· l' nln' Il' Fils ('t l'Esp rit e n Innt IIu' h yl'u- un se ns gé né l'al au terme 'XfrOp'UG"I~ qui cHrre~llund au J.lllI
proc~ ... io c l d es igne traditlo nnellemenl le caracte r e hypolilatiqu.·
~t:r.scs fll\·ine .. l'l " ,lr\;1 Il ' \!IH' mUIII(tstalio ll i l t rll elle ( h,Cl~,,\Ç
d e l' Es l>rit~S . i nt : d'a près M.re, b,n-opcuo" ne se rail qu'un homo-
tit3loç) cie l'E.~!lr i t 1\:1 .. \(' F il!>.
ny me des autres termes qui d elignenl, eux, 1. manire .. to.li ' lII
é te rnelle de l'E.'lillrit ( OJ"I"~", r.p6oIaç, b,="., .... , ,ZV+pwOIÇ, etc.) :'.
Celle gén éralisatio n de l'emploi du terme badpCUlhoC permeUnH,
I .e 7'0 1110.( de I :!'\:,i, Cette formu le n'ehlit pos un e vrwie rvid emment, de donner one interprétation Inoffensive:' ccrlo.ÎII ..
inno"a tio n d a ns la th èolo gie b yun- lexies plitrislillucS tlui I.uruisJllllenl rllvurber Iii tlndri"e lalill\·.
luH' : 1.· .. Il''I' Unl elll .. l'd ulih, ",us lIoul1ladl'rl! ti c Ny mphel' . mais elle r lsquuit d e provoquer la confusion d lll ns la triado lot,(i e
l'n 123", sous Il' pa triarc he Gernlain li , contie nn enl d es ex p ru· unive rselle me nt wcceptée, puisqu'elle privait d e SOtl sens premier
~ions R~!Oez sem bla bles. Grégo ire de Chy pre n e fa it qu e d éve· le lerme d ésignant la relaUon du Saint-Esprit avec le P6re. Marc.
lopper cett e lIite tt ll ns plus ie urs de ses écr its, No us no us eon - dont l'écr it ne n o us c sl pas parvenu, se couvnit de l'''uloril,=
tenlel'Iln'li Ile d lel' ici le texte du Tomo .. publié pu r le con cile du patriarc he: ete d ernier ..e trou.a compromis aux yeux d'une
de 1285, uuquel t:cllll a ete Sch o la rios a ecordu it l'a utorit é d 'un partie importa nle d e l'épiscopal , Plusieurs évèques - Jean Chila ..
('onclle {'e('um{' n iqu(' ~ (' 1 IIo nl r.r~ltoire de Chypre rosi l' auteur : 1 d'EI.hése, J)anid ti c Cyzitlue, Théoleptc de l)hihulc1tlltie - t·c .. ·
" \1 1' .. 1 1·.·('U \lII " IIUt· le 1'..,.;11'1('\ IIli-llll' IIIC re>l'Ientlit cl sc lII u n i· sér ent de mentionn er son no m i\ 1. liturlie·. 1\ n'y avait c epe n·
Celile dernelleme n l pa r l' inte rmédiairc d u Fils, comme la lumi èr e d a nt pas d'unité d a ns cette OppoSitiOD : c ertains reproehaient
rt'splendit du soleil IHlr l'int cr m~ diai re du rayon .. ,; m Als cela au pa lria re h e le texte méme du TomM qu'ils anienl eux·nltm e..
ne slgnlne pas qu' il possèd e son existe nce pu le F ils 0 11 d u signê, lDa is qui le ur pa raissait ambilu après l'intuprétalion qut
Fils s, • La p en~e de Grégo ire de Chypre s'exprime ici d a ns Marc en a va il d o nnee. Us oe vout..ieol pas admettre que l'on
un conlex le difTér e nt de celui où s'est développée la pensée parle d'une c ma.nifesla lio n éternelle. de l'Esprit et appara is ..enl
pa la mile, mais il est in contestable que 10. distin ctio n qu'il intro- ainsi comme de.s preeurseurs dlreels d'Allindynos et de Nic é·
etuil Clot la m è me que celle de Palamo.s. Sou inntlence directe , phore GréBoru : 1111 frpai)c' Ml" Il'\1oü ne pounit sl,ni6er tlU'une
~ur le doc le ur h és)'c ha s le est certaine : nOLIs verro ns que d a ns mission 'emport//e de l'Esprit _ une grlce créée - , ou alors
l'une de ses pre mié r es cr.unes, les Trajj~ .. apodi cliqut:S , qui
1
ce terme deva it désigner la proc:euion éternelle de l'Hypostase
Inuteni juslemen t .Ie 10. questioo d u P ilioque, Pa lo. mas r eprendra
('\ Il ':'\'''lnpIH'I'a l'id {'c centrale de Gr égoi re d e Ch y pre , sans se
, divine elle·même T, Ce parti, donlle ehef fut, semble-t· Il, le métro·
polite d'Ephése, Jean ChilllS, refusait d'a ccepter l'effort ti c
rekn'J' rorllu· llc IIH·nl ÏI lui. C'est la terminolog ie empruntée au réDniotl qui avail permis Il. Grégoire de Chypre de raire int er ·
..,I\'n nt Ilnll'Ï a r C' he (lui lui ~ervira plu s tArd d Ans so. polémique vcnlr un nouvel ëlë mc nt traditionnel danl la controvene sur \1.
l',,nln' U,II'l;,a lli 0'1 AkIlUI)' II U", Filioque pour la ra ire sortir de l'impasse évidente où la 10"0-
Après la publle utio n de so n T o mos, Gr égoire fut l'objet machie des polé mistes l'avait pioncée . Un autre croupe. aylllni

• . Vol,. • cc .. jet v , t... U"".T. Lu .1'..... "'.. ,. ....~" ,...",./1, "u •


• ,."',"..-• • da. . . ..... " 'OIi,.I, XX,' I, 112"7. p ,1.'"''
S, L,U,.. ,.. J... Cil..... A.."'.IIlc Il . PG. OUI, lU C.
. , P&CII ....... De ",."rlNlfc"e ,.. ......... n. ' .... "'". Il. lrJ.
, . G"""'''' ... Of.......h,une 1_,. \toc1rh.. Cft la .-H.. ", .. I. .. ,...•..,;r . I·~ •.
LXUI, :IN C. . , • .
J_A PEHSOXX :\L1T~ DE GR~GO IR B PALA,AIA.S
LES liA/TRES DE PALAIIAS
il lUI t':' te Théolepte dc Philadelphie. voulait si mplement obtenir
lion Il • • Au contraire, nous trouvous chez Akindyaos, c hef lies
le dë~vcu lIc Marc ct reprochait licnlem(! nt au patriarche " appui anUpalamites entre 1341 et 1S47. des pasu,es Ir« rhélaleurs.
qu'il a\'.it donnè au moine', Lorsque GréGoire rle Chypre se où Il cherche à illtcq)réter en sa tneur l' histoire de Grégoire
IlcM)lid :lrili:1 lIublhluc'lIcn l de Marc. T h éolepte et Iles Illlrtlsll ll s de Chypre, Il reconDalt que les idéel de Grégoire de Chypre
Ic dêclurèrent volontiers orthodoxe et s'oppos~re nt .. ceux qui. sont Identiques l celles de Palamu u, mals il présente une
M"CC' Jean d'Ephese et Daniel de Cydque. tenaient 1\ mettre le yers ion .. lui dei hénements de 1289: c Le Chypriote, écrit-II,
I)utriôlrchc en ju,,;clllcnt. Cc dernier. d'oaiUeurs, aece.pta de sc deve.nu patriarche de l'Eglise œcuméaique, ayant accepté, Je nc
,'etirer apres avoir obtenu la saUdaclion morale de ,'oir pulJli- sais comment, dans ses tralth contre les Latias la doctrine selon
Iluemcni rcC'onnue son nrthodo):le '. Les adversaires de. la doc-
trine e):posee dans le. tome ne desarm~rent pourtant pasj cepe n-
,• laquelle le Seigneur, en soutOant sur Ica ap6tres. leur accorda
une manUestaUon éternelle, dilTérente de l'Esprit lul-méme,
dant, au cours du réunions orageuses qu'Andronle 11 avait Créateur de loutes choses, fut déchu de sa dl,nité. déposé par
:l('C'eptt' de présider nu pal .. ls, Ils ne parvinrent pAS il en faire le sage et grand empereur et par le synOde d'alorl n . • Il ravo-
lIIoclilÎl'r le. k):tl' lU : le to me de 1285, dans sa {Ol'me primitive, riuit, en efTet. les Latins, c S'il nait dit, lait que le trts diyin
I,.'xprimant la rela ti on e.ntre le Fils et l'Esprit e.omme une c mani-
CI',l:Ilintt ioterndh' • d(' l'E:o.l'rit "ar le. Fils, rOllljnlla il Nre ('onsl-
,, Esprit tut lui-ml:me donné aux .pôtres...• solt qu'il s'altis!'illil
d'une grâce différenle lIu divin Esprit, ni coi:ternellc. ni
CI\'I'l' CIIIII IIIl' 1\'x plI ... e:, ll flicicl tic la doctrine ol'thodoxc sur la 1 incréée, .. , il n'aurait pas parlé en faveur dei Latins, ni contredit
proC'enion , nos dogmes U, • Et pourtant, recoRnalt Aklndynos, l'empereur et
le synode a.irent • son égard c nec usn de modération •
(~X~TCpôV xwç) : il ne rallait pas, en effet, donner aux Latins la 1
1 joie de voir un patriarche orthodoxe retomber si rapidement •
Grtyoire de ChI/pre La relation de ces hénemeuts du dan s l'hérésie Iii. c 11 aurait été Juste, en elfet, continue·l·iI, de
li Pa/CUItIlS, XIII' liièclc uvee les controycrSCIi conlllimner celtc doctrine en session synodalc. h, rendre Dlani-
du XIV' lInient é \' illcll te lorsque \ feste li tous, elle·même et e.elui qlli l'a engendrée. Mais eux sc
1'0 11 constale hl parente:, existrmt enlre 1. pensée lie Grégoire de 1 contentèrent de la seule déposition du coupable et pensèrent que
Ch) IlI'c cl celle de Palamas; les contemporains Ii'en &.Ont eux- 1 l'absurdité de cette doctrine serait sa propre condamnalion Il, ,
mêmes apertus, Du côlé pa la mile, Philolhee, succeueu r du Ce récit nous montre très bien combien le texte du Tomos
ChYllri nte sur le trô ne p:&triArcal, se rër~re Ù. l u~ et en raU l'elo:g~, de 1285 était gênant pour les adyersaires du palamisme :.Ill
II;I('("C tlU'll ~,'clail rail le dC:-CcR!I'e.ur de III doct rme lur c la D,IYI - XIV· siècle, qui ne se recrutaIent pa. SUriOIlt, comme on 1'.
nill' , 1;1 clivinc t'Ql'r";Îe, lA "",inle illumination C'l la pa r Uclpll' souvent pensé et écrit, parmi les c latinophronc$ " s'insl,ir:lnt

----
,
1

........
_. .............
LA PE RSO .\".\"ALlTt DE GR tG O/RE PALAMAS I.BS IU/TRBS DB l'AUlUS
de la p~nsl!c tho mist e, m ais p lutôt varm i les r e prés entant s d ' une temps tG. Son autorité resta Innde dau des milieu. Ires divers,
théologie fIGée, d'un e scholastique ori entale qui se contentait d e palamites et aDUpalamiles. Palama.. eD efl'et, D'esl pas le seul •
ma~ipulcr quelq ues formules pa tris ti (lues, sa ns éga rd pour les mentioDner son nom avee respeel: Amne de Tyr rail de
\ ' rIliS problèmes du temps. Aki ndy nos est d onc obli gé d 'inter- m~m e 21; d'aulre part, Th40lepte compta parmi HS alles spiri.
pr~ter li sa manière l'histoire du patriarche chypriote, ma ls Il ne tuelles la princesse Jrtae, 'lIle de Nidpbore Choumaol . qui
IH!ut le !aire sans tomber dlilns l'i nconséquence: si C'tst bie n hl épousa le d espote Jean Palfololue, ais d'Androaic Jli une lois
dO<!lrine de l 'ital~ lK~Cl'tI(J~, el non J'a ttitude du patriarche envers vFuve. elle enlra au couvent sous le nom d'Eulolie 12 el luI, enlre
It, IlIOÎIIt' Man' , qui fui :'1 l'oriJ.:inl' de SR chute. pourquoi a-t-o n 134.1 et 134.7, l'un des soutiens les plus lermes d'Akindynos. Il u.1
n.II:o.C I'Vl- .tllll .~ Il' h's ll' tlu Ttlmos )'cX llrcssio l\ tl u i ., f:lvuri sc les vrai que Théoleple était 1Il0rt depuis longtemps (nanl 1:I:!7)
Latins .. 1 .\k indynos c:!.1 éga leme nt oblige de trAnsformer la lorsque Eul08ie prit une part auui .cti'le • la fameuse eonlro·
dl~mission voionhlÏr(' ct condition nelle d e Grégo ire, dont P ach y. verse th éol08ique et il n'est p" cerlaiD qu'il lui aurail eonseillé
men' donn" le tc~l " n. en une d~positio n formelle <xc8clpccnc). lie suivre eelte '1oie.
En ri!aliti', 14."10 di~C'II~ions Ihrologiques de ln Rn du XIII' si!ele
- m:alW'l' I('ur ('lu'al"li'I'l' alJllan'lIIUle nt fn~ l icli (' u :< - onl Ilr él,ori' Thtoleple ).es u.:UyrC5 de 1'1II-ole,)(c r('~h'nl
la formuhltion cJc:finili\'e du pn lamisme. Nolo ns que ce tte ro rmu· el rh~'II C h",me , presque eoli~rement inédiles, milis
LliiOU :1 ('II (loll r Imilll d,' rll"IH\r l \I n ('ss!! 1 rl{' {linl o ~lI e vt!-rilnhlc nou~ pouvons nous en r;lirc' uni'
, 1\('(' la Ihl'ulu~il' Ili lill e ct (lue l e~ :I cJ vc(:m ln's li e Grégo ire Ill' idee d'aprh les intéreüanles publicalions du p , SalllVilie ~ clui
Chypre, puis de Pahima!O, se recrul aien t parmi les lenants du ruonna1t en Théolepte UD hbychasle • de bon aloi» paree que
"('rbali)ollle poll~miqlU' qui C';lrnclc-risR, hf llis ! tro p longtemps la nulle part dans ses œuvres oa De Irou'le l'énonce de Ja
(1IU" 'dl,' lIlI I-'iliuqllt'. c mélbode _ corporelle de prl~re, Cene c mélhode • ae CODSU-
tuait, en effet, qu'un il cltté secondaire daos la spiritllalitë mona,·
tique fte J'el)()CIUe ct seules les auaque. dODt elle Il c:" , l'objrl .Ir
'/'lItofeplc Grégoi re Ilc Ch ypre, le per·
,o\ prè~ la pari de Barlaam le Calabrais 1'001 mise en veddle, Th(.olcJltCl
Phltadelp/lie. so nn age de cette époque le plus a très bleo pu la eODICiller • cerlalu de 1ft dlseiples uns s'y
importa nt pour nOliS est Thcolepte référer daos ses œuvres spirituelles : il l'. même certainement
de Philadelphie, auquel Palamas lui-même se r éfhe l deux 'ail, puisque Palamas a'auraU aUCUD iDtént l citer l'êvêque de
rt'pris4."s com me â J' un des priDcipaux al'tisan s du renouvea u Philadelphie s'il n'était Dotolre l l'époque que Théoleple :II vrai·
hC::.) ("llIIs te. Il It' cite pa rmi c les homm es qui ont témoigné peu menl élé ll'Athos Je disciple de Ni.s.éphore l'huychaste 21. Ilicteur
de temps rn 'lI nt nOU5 el qui son t reconnus comme ayant possédé du Ira it é Sur ra garde du cœur, où 1:1 métbode est dénile.
la plli .'~l UIt ·I· Ih· "Espri t-Sai nl » d c nous onl trans mis c e ~ c hoses
dt' I('ur prop"c bouche." » : il s'agit ici, d'après le contexte, d e
-----
Voir J,
·2., GOUI ...... D.
TII,,, ,~,,, . ua. 1", Dld, 4c T.~" , Ccl ... XIV, 1 (1".',
~. S»-SU ,
la (am("u se Mtthode d'oraiso n qu i consistait la proposer aux JI , VOl, ••,,. . a . S.
IUlliIH" dl'" UlU~·l' II" 1"'ali(lnc~ " ollr mieu x p ersisler duns la
• \'iGiI:IIH'" , ('o7,~r.<) de la prière: fi XA tion du regard sur. le
D. (:1. V,
C,...... iN . ,..U.,." . ,. ,.. Il. "lu Il.
I ... UII • ..,., Vit'" "rIItCl'" . " _11.", •• d"'r", : .rilt,· EItI. .' ,
",_oc., 4",
I .. t f,f ' " lb •• lu lU "', 4 ·Otic.'. XXIX Ilt3l), p , JI Il,
,"'.,.u
t . ... 9 t'), ."' ~""~"

milieu du cnq'" '. C'onlrole de la res p iratio n, en liaison a vec la U. Vol, . ...... _al. Fo,." 4", ",11,,,, 4·cpri••••••••"" 4. :CI.,. . /rd, .
c l'd i" '" Ih· J,~~ IIS ., CmlllllC nllus le sil-lnale Philothée. l'h cole(ltc dc• • •11'110.. 4'Url,.. , . XXXIX "14' 1, p , ' -U ; ,.. oi", ,.. _.U . .. '" . rr ..... ~ " •
•U •• ' 4 • .U'" .tld", " ·.. ,,ri. "" IIb ro..". 'Mill" III", Til''',,,,,,, J, ,."IIM"""III, .
fui h' 1I1;1Î 11'l' slJ in lud dl' P:d a 1ll3S dUrlmt ses jeunelô annces. UI1C ,U."c.......11".., . Il (U44 ' . p. 1I1. IU; V_ •.",,.. " ." 41.tG.r. fI,MII
l'initia il 1:1 • v iGilance ' s p ir it uelle et decida pratiquement de II, TWek,f, ~. P.Uc""".,,,,. dan. E'.~" ..... " .... V ("441, p. 111.11':
'" ' ·OC:.tiO Il W, " se t rom'c egal4."lUent que Théolepte ait Joué,
[HIIZ llllfe_ . " '.UlI • ••
" Ill •• '''14., p, Il ... ,,a;
r ,..
li.
"'.ra."". rdl,I,.., • • • r."II"c. ,,,,,. '2a
4'f',eI,.r .,,'ril."" ....... "'11.'
1"
( ' OUlIII(' nom. l'a\'on .. "II. un rôle d e tout premier Illnn d a ns les .1,"" . I~d., TW.',,,,, III,
""".'''' •• c, . . . . " "...tr.
1:1 • •
PfoU.lllc1,lIolc, H_'Uc 1..... '''' ur Hill' ""
J , 4", GIit/II.d , 11 ( AI ••", . . . 1.... '." • • •
1• •1.
,rr'. "' h l ..
d."'u,,,illll' ~III' la • lIIalli f"sta li o ll t' lcrneHe » cl, en gén crul , '4), ' . ', p, m.....,.
,III 1"'" 1\l1l' JI.u ·1 ad Il'1' i. la "U' n·li gieus.· d J1oliti(III C d e ~(lU 24 . . . . ., ...t de Mkfp""'"', 1.... 1...... krlt ...., '_tta• • • 'M "'.,....1 • •"'-
.. ~I I ."''''''' _h ..htn (.l1l1unlonl••• ) ee 1' .. 11 ...·' n' ......'f'"".I1- ~ \1 Ur
...,...-'" . . a _ a .... r.., ••1 fn ,cIltU".... " .... 1.. 1 ......... , _ , ... U "" .... ,."..,-
U _MI .... lec Tt lU. dl_lnet ... : ... _Na perler ... ce TWoleplc, o'"luel 1.
1;. lu ,t /lolr/mlru 1'"I~o l ~. Il, 9. ",d, !kW II, Il, l" I:U,I. I:II . Yllle . . "'llMalplilc • Mnl . . potte· ......... _, Ide . (T", .. Il. t, !iL d .
I II . Tr .. l , ! . 1:1; d , Tr., Il , J . 3. MIC._" (Aou . . . . . BI. 4, T...I"'..."' . . .. . ._ •••, ol",r4efc "'' l1'li.
V,
I ~', JlIUI,oT II U, F.n rom lon. PG, C LI • .s U A,
31
30

..• ' ... _ __


_. , ~~~'-'~ T--"~ . . . , " " ' ,

- -~_-:
I.A PERSOXNALlTt DE GRÊGOIRE PALA.MAS LES IIA1TRES DE PALAMAS

~OUIll rcviclldrOli1l })hUi !.lus sur l'intègratioll thêologique dont propre du uint évêque de Philadelphie. c'est son saerament!!-
la c méthode . a été l'objet dans la pensée de Palamas, mals nous lisme et son sens des respoDsablllMs du chr~tieo pour l'Eglise
consta terons dis maintenant la pénétration, dans des milieux trb historique: ces deux traita le distinguent de beaucoup d'lu- 1
d;"~1"1 du monachisme byzantin, de la pratique de la c pri~re teura spirituels de l'Orient chrélien qui se dblntéressaient _
pure ., accompagnée ou non de la méthode corporelle. Cette au moins apparemment - de tout ce qui ne concernait pas
véné.tralion ne date pas du XIII- siècle: au Xl" dél'. SymwD le directement le perrectionnement inU:rieur du moine. L'év~que de
Nouveau Théologien a passe toute sa vie dans des mooastires PbUadeJphie. en s'élennt contre les dissensions internes de
C'cnobiliques, tout en s'adono:mt 11 la mystique individuelle et )'Eglise byz.anline - cas de Grégoire de Chypre, iOchi.\Ornc w..-:.cnÎlc
intensh'e du Nom de Jësus . Syméon a mème certainement con- - . manifeste un scns aigu de l'un ité ecclbiasUque locale. de
tribué • préparer la fusiOn entre des écoles spirituelles aussi l'unité sacrAmentelle des 8dèles: c Une (ois ces gens (les schisma-
ditrérentes, mals éGalemen t populair es en Orient, que celles de tiques) réunis 41 VQUS, le corps de l'Eglise s'accroit. les membru
,=-inl Jean Climaque et saint Théodore Studite : alors que pour se rapprochent en un tout complet; l'Eglise se fortifie ...• notre
le5 disciples immédiats d'Evagre. l'hé,~ c hia signi8ait nécessai- tète unique, le Christ, appuait alors comme le chef ~ui nOU5
rement vic 5nlil=-ire, aussi loin que possi ble des ho mmes u, retient serrés autour de lui et en tre nous par les lien$. cie la fHi
Syméon mit en pratique l'enseignement hésychas te au centre une. tle la. doctrine une. de l'Egli se une M. • c Le Fils de Dieu
mèllle fic Const antinople, au monastère de Stoudios 2 •• Théolepte s'est fait homme pour toi. continue-t-U, et il a mené une vie
de Philadelphie appartient au m ème type d'hésycbaste-cénobite : exempte de péché. Par le sain t bapt ~me et par son sa ng précieux
il connalt bien pourtant l'ancienne tradition de l'hésyehas me qu'i1 a versé sur la croix. Il t'a recréé ... Il a planté les é~ lisc~
:mllchorêtiquc , !liais n'esl pas trh favorable • son égard 21 . ~oca l e5 comme au lant de paradis et Il nous y a rassemblés; mais
I.'hésychas me dont il se rait l e promoteur est de nature spiri. Il a établi l'Eglise une dans la foi et la doctrine ... Les arbre5 (d('
hwll,': h'~ "IIIl('(' pl ~ tr-ljouxt.: «(I"iéhulc) cl etC' vT)~ (vigilAuce l'e Ilaradis) , ce son l les pulenrs orlllOdoxes... (lui onl été CI1\'uyi"
:'l'lrilllcflc ) sc l'approche nt chex lui jusqu'à devenir preStlue .. tics églises désignées el cha rgés d'instruire et de gouverner le~
~)' non)'lIIes c t n e supposent aucunement la ruite dans le d~sert. chrHiens... L'évêque est médiateur entre Dieu et les hommes. Ali
c Tr:lIt'luille etans ta lIIaison, écrit-il il Il'èlle, enlretiens le sou· nom du peuple, il offre SAIlS cesse il Dieu demandes, sUPI.tica -
venir de Dieu : é loigne ton esprit de toutes choses, jette-le urs lions, prières, actions de grAces... Ce que les prêtres orthodoxe ..
nicu s~ns paroles, ct épanche devant lui toutes le" dispositions accomplissent, et que l'on reconnait pour les sainls dons, devient
tic ton CŒur, adhérant il lu i par l'alIIour. Cur le som'enir de Dieu le corps el le sang du Christ; c'est l'effet de l'ipiclèse des prières
est une cont em platio n de Dieu, qui attire il Lui la vision el le el de la descente du Suint-Esprit ... Ne point participer à la salu.
désir de l'intellige n cc, ct l'éclaire de $:l propre lumière " .• laire communion ou s'cn éculer... n'est-ce pas proclamer que le
c Suggeslive sy nthèse des anciennes doctrines mystiques orien- Christ D'est qu'un homme , ... al • •
tal es ., la sp iritualit é de Théolepte H s'exprime danl lei termes Il est rare de trouver chet un auteur byuntin l'ecelésiologie
mémes qui serviront à Palamas pour édifter soa 'Yltème thjolo- ortbodoxe exprimje ea termes auul .. ivants dans son essence
gique. Cette spiritualité n'a d'.iIIeurs rien d'original par npport sacrameDteUe. fondement de la .truclure hiirarchique de I·Eglise .
llUS traditions antérieures. sinon la manière simple et directe Th~lepte a cerlalDement eu le mjrite d'in tigrer la tradition
:n-cc laquellc Thêoleple 1'C'xpose. Ce qui caractérise la pena6e spirituelle - et sounat IpirltuaUsante - des mystiques ch ré-
tieDl orieataux danl UD cadre eeclésiol08ique et chdstocentrique,
et il annODce le reDQUYHU thjolosique et sacramentel que OOUl>
"'rl •• 1133, p . lOI -2'3; I·."ILOT.... EIIN.fOIl. col. HI .... 511lnt TIMoln," .. trounroQS cbe. Palam•• et chu Nicola. c.basnas. La liste de
•• hll Nld-pllare .ont trc(ore v~n~r" .. 1·... n.eN. ,.rtlcull'nr •••• lia..,......
Il ••• ,..Ienl vfeu (Putrt.ad"," ~ n . A(__ tO/ ,.n.
Il'u,., 'MS, p . ID,.
2:'. ,·r. 1. H.UIII ...... 1. ·"h"e,..•••.... da •• Or. eN. hr.• XXII. .... p, ..U .
ses œuvres m'dUe&, MabUe par le P. SaluiUe, nous ra il espérer
leur publlcaUoa prochaiDe qui permettra de comprendre mieux
..
:N. I.'~ p. !N-2II.
17. e .... IOU"I" ,:. T.•II., ;;....., .. lai ... 'M'lkn 21 ,nndn •• • 11.- de eacore la pe .... de ce ....Ure .pirituel et l'influence qu'il u
1\1211111 1'. ,....,. 4 .. '11 _~bc 1.... e. "rit-II" . . . . . 111 . . . . IN. . . . . . .. exerc6e. .
.... , 1 .I.U.... 1. . . 1. cv...III...... "'11'C ....... S. Su ·v.............fMh. . .- -
Mn 2. II. ... t. p • • •)•
.. ... ",'U. _ A: cf. S. ' .... "., • SI Irt .. ~ 'Ff. 11111. t ....
To••L. .-r .......... ~ .'hl L.,·'ll. . . n'.h....... rou ....td,.n.
'tu.
" 7".·'-_
••• 7U7'177'" . . ., ' " . . . .
, • _ 4
foll (l"
,11-111.
... •• 772H .... 'Y. p. tlS) •

J.'

LA P ERSO.\'NALITS DE GR SGO IRE PALAMAS LBS IIAITRBS DB PALAMAS

Athana.e 1. •.. c61': de T h éoleple, dans 1. lisle Sc. réforme.. Simple moiae aya.1 fréquent e les
des maîtres spirituels qui ensei- monaâtrea d'Asie IUnare, de Pa·
gn.lent, au Mbut du XIV' sik le, la métbode psycho-technique lesUne el d e l'Athos, .an•• ucune éducaHoa prof...e M, asdte dan.
ete prière, P.la mas ment ionne le nom du patriarch e Athu ase 1 sa vie privée, Athanase .e mil • réfonner ln mœun du der.'.
tic Consl:llllino l.lc : c Cc- t Ath an ase q ui orna durant un bon de la cour, de 1.::1 societé b)'unHae, intervint d.n. la politi' iue.
numbre d'::mnëes le t rô ne p atriarcal el dont Dieu ho non le où il entendait promouvoir le. principes chrétien. et une IIdi:lite
,·"r("II('il (P:lr des mirades) n. _ Da ns u n contexte similaire, rigid e à l'orthodoxie, sc ftt le détenseur de. (MIuvres de 111 ("lIl1i ·
.\I II;II\ ;"l' ",' 11Il· lIhllll n ': I",r ti ll e nulc umrginli lc uul Ullra )lhe de lalc. Toutc l'lich vilê d'Athanue ét.il dominee par la prëoccu ·
l:.un l.lcuzélle dans u n lII11 nuserit contenant aes . nti rrhètlques pation du témoignage vivant que, selon lui, le chri.ti.nlsme
co ntre Prochoros Cydonb : selon cette note, Athanase etait Il la deva it porter d. ns la rb Uté historique. Comme plusieurs prélats
ro i' dllliceticicn , I)rol.hèle cl th. umaturge, ct C:mtQcuzenc l'a byzantins de son époque - Arséne, Jean Calkas. Philothëe - ,
.,,, rso nnellement co nn u dan s sa jeunesse u . Populai re dans lu Il concevait la ronction patriarcale ,ussl biea dan •• son aspect
nHli cux lutl:lmilcs. Athanase l'était également parmi certai ns spiritutl que daos le rôle politique qu'elle deuU }ouer .u sein de
;lIh.'I·:r.a lrt'S ,h' l'ul:lI lHllI. : Nieé l.hore Grécoras, t.I :ms SOli II jslu;re, lu théocrlltic bYJ.antinc n, en contrepartie de l'autorité de l'clIIJle-
l'si ,I:ms l'ensemble favorabl e" sa person ne et Il son activité. reur dans les affa ires ecclésiastique•• C"e..t ainsi qu'Athanase
C'cst pour rC I1lI)lncer Grégoire de Chypre qu'Athanase fut donn e Il Andronic Il des conHila .ues impénllfs. au nom de..
i-I<,',-é Cil 1289 au patri al'cat. Il dut démissionner en 1293, maia intérêts de l'orthodoxie ou de la morale, lur 1. marche' suivre
ren nt unc second e fois sur le trône pour six ans (1 303· 1309), *' l'égard de la rameuse Compasnie catalane de ROllier de Fior ou
l'I U!ioi clirs lHi teurs nous décrivent son activité débord. nie au sur les projets matrimoniaux de UI fUs. Le palriuche lut tout
&Jatraar(' :! t ,u. mais ses œ u vres - nota.mment un e Irts int eressante aussi sévére Il l'égard du clersé : il supprima le synode per-
"nr rl',;pollc!:mce, docu ment ca pital pour l'h istoi re religieuse el macent de Constantinople (O'v. glllO hl..... ) qui fournissait aux
",,· j.lle Ik Hy:rnnl'c _ "·:.otent en sr::u ulc Imrtie inédit e" " . évèques un ,.rélexte pour .b.ndonaer la direcUoa de leur:r. din·
ebes et venir Intriper dans la capitale, et rétablill'ucienoe tra-
diUon du synode annue' ''. La riehease de certains clercs pro-
voquait IOn Indignation : c Leur elprll est toujoun porté' c ri·
tiquer•• srocner. à propol de cbartes et de libénlita -. t' Il ne
craint pas de fustiger n o mm~ment tel é"lque qui s'est constltu~
un revenu de aoo pièces d'or par an sur les bienl de l'Eglise et
tel autre qui poll~de il Constantinople • un "ipoble, des atle-
laIes, uo Jardin. des ateliers et des benUee&" .• 11 eberehe, pur
tous les moyta50 • rétablir la discipline danl I~ lDonnlères et l
r.ire vivre les moines daal la pauneté et J'ascèse t1. Des moines·
visiteurs, nomma par le patrlarcbe. parcourent Iea couvents et
('herchent' y supprimer loui les .. ilaes de richesse hUlterielh' .
• Ils IJrI,' UlIit' lIl l'urgent des IDonllslères, éerit Paehywènl, Cil le

:II. 'U).!TCI":':'" ira..d,tw. i .,..).uljllac, TJliocnn.. ~"' . tU .• p . • ; d . ,""" . lIbl "


,
VI. S, ... Boa.. l, ....
n . CI. .. ce . .jet L . . . ., •• a... " ..4 ........" .... Il. Le~ , ..m.'I0••. l':Irl~
I N', p. Il' .....
,
Il. VOlf 1. tu'" .-.a.
d . . . . . . .t .... ,.WI. . .'..... GP ........ da". IOn
' 1.,.,1 • ..: . ü . h . ", ... Ul •• '
111.. .. VI, ' ......... l, la.
"''1".,X'''''' A't' ..,ltU. p , JI.4; d , GN'tI.
,
•. ". GU'·· ••••• p. d'., p. In .
••. 11H4•• p . l U. ,,
•• • TOÙ(; , ...
1101 ,. .",,'1;"
, Fat i,.... u1 '~"P
. .. _ l ~.......
..... u1 .. e...,...., ' .. , '''''''\1( ...
11:,":'
.laF. cep bI'_ iF , .k. .... dl .•
P. " ; GNf, Hill.: tA... M ..........
\•
35
.11

~~;;;;;;:;:;;;;;;;;;;;;;~~~~~~----------------
L
o • • -0"-

LES AlAJ1'/tb.'S il/:.' /'Al.AMAS


f_4. PERSO.\'~'ALlTt nE GRÊGOIRE PALAMAS
" "
eonllsquant COlll llle lIIatière li pêc he ct Cil penslllli t:lcindre alll51 Son influence. Le bit qu'Athanue ait clé p:lrli·
le leu de la pas!ion I~. » C'est nec cd &rlcnt qu'Athanase par~ culiéremenl v~Déré par Grégoire
,'int Ji nourrir les nécessiteux lors d'une grande (amine qui Palamu el son entouraIt mérite d',Ub'cr ",lIcoUon . Trop
rangea Constantinople n , Les métropolites. membres du S.lnl- SOllvent, cn effet, on slmplil1e l'edréme compluité des évé·
5) node, s'oppouicnl à cu s~questrationl et Athanase demanda • neme nts poUtlco-religleux du XIV' siéde, en upJlquant Je 'lieds
l'('mpereu r de les chasser de la ca pitale u . hbyc hule par une conjoncUoD des inltréls de la grande noblesse
léodole et de ceux des monastères possM.nts. li est vrai, en effet,
Ilue le l:ouvcrncnwnt impérial a cherché • IItili~cr d~ns loC'
propres intérêts les tcrrcs appartenant li l'Eglise, en le" donnant
. lIhotlost Le patriarche, si J'on en croit une aux milliaires, el cerlalns moines protestèrent contre ces mesures.
1'1 IrlC ";"tllC IIIll11nltliq/lt'IC . inrti(":1tion precieuse de pn c hymèrc. Mais des stqllestratlons de biens monasti(luU eurent égalemcnt
l'rca cllalcme nt un préci:dcllt iml,or· lieu lonque Ûlntacuzène, le grand féodal, défenseur des h~~y­
tant cn ravoris:.n! 1:. séquestration de biens eccJeslastiques. au chastes, se trouvait au pouvoir en qualité de Grand; Domestique,
I,rnnt ,,,.~ hc~oin .. urgl'nt ... de l'Elal. 11 est mi:me pOSSible ou lorsqu'il s'était proclamé empereur 41. Jamais, autant 'IUC nou ...
, . h·.
Ilu'.\lImlla ..,' llill' . :.ur l·t' 1'010. ". "" .., rl'Antlronic Il avc'·
. " ,.1I1:.I"r,1 le sachions, uucune protestation ne fut elcvée I)ar ICI ch eh du
h"luel illlv:lit Je ("oll:.la ntl's re , allons . "
Iu."nonne Iles cl qui n'aurait . purli hésych:lSle con Ire cette politique, qu'elle soil venllc de Can o
p:" n ... r. pM· lui -nu\mc, prcndre une IlIcsure pussl r<ldicale. DepuIS I.cudne ou de ses .dversaires. Le seul texte (lui semble s'élever
Ah'\Il> CCllllllèlU', au('uli clIIl,cr('ur n <lvnl , ( ' ,
• "' n ("lTel touch é aux" IIvec véhémence contre les séquestrations de biens monnstique,
tlil.' lb Ill.' l'E"li ... (,'~. l'achYIUi're rapporte 'lU • (1"' ap ,)arut dcs . pluli "' esl le Oi6cOflr6 de Nicolas Cubasilas. Jusqu'A la recente éttulc
nl:el.s ....Urt. n\" 111'1 le:. en·IIClllcn
"", ,
"
s c a lU"'u.'ion dcs affaires.
,,'
," , .
...
...ible . il Cut do;;ct(
,<
uC
0;;
d'Jo Sev~enko sur ce lexie, il a pu sembler que les hUileux :r:élolclo
IlÎenl combattu. pOlir cette raison précise, le parti palamile : or
,n.ndn' 1;1 M·UI!· 111I'~III·e (lUI rcst:llt tI ors )105. . ..
.
"III. It·~ hit·us, .Iulln"s t ' Il l,nUI/IIII :nl)'; mon"",
, Il'I·C,""' nux t',;hscs
. t'( il appar:lil alljollrcl'hui '11I'iI n'cxlsle aucun clocillneni Ilui (Irnr·
' " " ' 1~ 1c urs Iwutrcs menlÏl CIlie les zélutcl I,cicnl sé'lueltrt syslélllalÎcluclllenl Ic_~ hit' II _'
:1 I\'n toura,;c de l'l'lIlpcreur, lot'ralenl ,·c , Ires ' cl
donll'.s uux wililuil·e...... Un rarll('IHI d'olivier. s.·ms aueune.,I~~tre, des monaslères 41. Le lexie de Nicolas Cabuilas ne parle lm ,
" 1 d triarche .. il pou VIII ... onc des zélotes, mais, fort probablement, du 10uverDemeni de Con'o·
fui CII\·Op~ au som'c rnin ue a par li pa ' '1 ail
" " Ir pOlir le micux J;r:"cce à 1.. Irh grande conOanec (lU 1 av lanlÎnople ayant .. s. ti:te le rnégaduc ApOCllucos et le pRlriarche
" .""" " " 'ltri:lrdIC III , . " S •:lgIU:U " "," , est vrai • d'une mesure, Jean Calécas. Cabasilas, jeune ~umanlste. repruentant de l'aris-
, 1
1 n turque e locraUe byzantine et partisan de Cantacuzène, ètait l'adver-
,' . . ' ·d ·
11I("":llc Ilestin,'c ic :lr'I"l-l('r cn Asie la rapt e ,~vas 0 d ""' saire de cc l:0uycrncmenl, mois il n'est pos sùr qU'illlit été, "t·l'~
Pachvlllèn' :Ijoule quc la sccu " , arisa" ' 1"un rCIIt! a l'ét:at edèproJc l . , U42-1343 - époque .. laquelle il rédigea son Diseolln - UII
les r~nctionnaires imp~riaux. chargés de mettre ceUe C sion
porte-parole de Palamas 10. Rien ne prouve donc que les hesy·
en pratique, n'ay:lRt I)U arriver sur place" temps n. chasles parta,eaient HS vues sur la question de la secularisa-
UOD t" D'ailleurs, meme si on pouvaU le considtrer comme un
----- II1IIniresle des pat.miles. ce Discoul" s'applique au cas précis
de Ju. Calte.s et peut avoir été pro'loqué par des circonstance.lo
partieulièrcs. nolammenlles perscculions dont lc ... moinc "~ l:llIicnl

ta. u." eb
Il. ,. ',.~.""
_ ,,,,.UI al • .,... ..
.,.a"acl"'
. , ... ,.r G. Ona'P"PU, POl/r l'lIblol,,
BnIIa.U.., 1154. p , n5 i _ ...tre rllf:mple, dat."t d~
)""Cu" le .111" IS4II _1S47. ,., s ..."..,,· ..nhlf. Grdt rOI/tilt
.''''1dI .ra~a....... d...... o . JI. (Du... ,..."• • • Il. monu .. ... 1
" ...... 1717'71'" . . ' 1. 7" ah crI/lu, IMa, pa ..... 1 ... c.al'cu~". "l
4" 1. t i ' u . . . d •• , .. 1$1.
N.
Il. J. A-t_...
lit''''
v.., po '21.
,Ile _
. . DUzrru'" 'Eh 'II la
' ......II"" .... "'''1. a"~ Ir""l"rb 1" ,l," 10 ,,~ "
. . ,.Ir"rchez .....,.1"1....... lalolo...... (:"11,,1
.... 1'1''7 ..........
L A. PEHSONNA.LITÈ Db' GRBGOIR E PALA.M AS
LBS MAITRBS Dt: PALAMAS

t'objet pour d es r a isons d octrinale s et 1:1. ma n i~re do nt te le patriarc he Philolhée, seront loutes coa.saeréa .. l'exaUslino
d 'h b y ch astes vin ni en pel Us croupes et Irs.,sUialnt de Jeun
patriarche ex er ç :r. it son Iw u voir.
La quest ion d es bi ens ecclésia stiques jo ua un rô le im porta nt
ma ins. Elles relater ont de nombreux épbodes où ces dernier'.
tout :ut lon~ du XIV' l i èd~. En t3G7, pu cxemple. l'em pereur ," cés il la tNe de mon a lt~res cénobUes, lenteront vaineme nt
JCln V dema nda s u p a trlu r c h e Philo thée, princi pa l d lsc1 ll ie d e d'cn r élo rmer la l'l e M . Ce lut notamment le ca, de Gre:coirc,
Palamu, de lui ced er d eux villaG~ s apparte na nt Ir. Sai nte-Sophie . lo rsqu'il lut, pour une courte période, hllouln~ne d'Esphlltlné-
Le patriarch e re pn ndit p a r un e Icttre Ilolie où il énon çait la 1I0 U . Les h ésy c h allcs ne seront donc pas normlllcment portes il
doctrine ca n oniq u e ofR cie lle selo n laquelle le pat riar c h e et les défe ndre les bie ns monasliques. Leur lriompbe en un ct 1351
l!\'Î'{IUC"S 11(' lont Il:'!:! l ~s pro priéta ires. mais seule ment ICIO gar· e t le po uvo ir ' IU'lIs acquirent en plaçant Icurs reprb clIl :lllt:! :m
dlCIlS des bicns tlu i :l pplt t·t il' IHlc nt à l'Eglise, et n'o nt pu r consé- Pa triorca t ct ~ur la plupart des li~8es épiscopaux n'arrêlërcnt
quent aucun d ro it d e les a Ué n er u. La lettre se te rmine, a u e une me nt le processu, de sécularlutioD des bieus de l'Hglisc .
cependa nt, d'u n e façon In attendue: c Mail si le sai nt empereu r Promo teu rs d 'une indép enda nce plus .... nde de l'Egli sc p a r
désir~ prcndre ces V illARCS d e S3 I)r o pre autorité, qu'il fuse ce ra ppo rt .. l'Eta t - ce qui est a uui dans la tradJtion d'Atha-
qu'i1 di!sire, c 'est lui qui les • d o nnés " l'Eglise et l 'il d ésire n ase 1 - , les pa lam ites o nt pu ,'opposer .. de, cas 'particullers
lui .m~me les pre n ore, qu' il les p r ennc; il possède le p ou voir d e séquestn tio n, n o ta mment lorsqu'ib avaient en race d'cux un
(LtOUOl«) lI'lIIt:::ir da n" cc do m :lln e selo n son désir. De no us -mê mes go uve rneme nt h ostilc .. l'Orthodoxie. mais, dan, l'ensemble, il!i
nous ne le ferons jama is, quo i qu'iI arrive". 10 l'accepthent la clle me nt. Quant" PhUotbée, l'autorité exception.
C~tte repa nse d u pa tria r che Philo tbée est gé n éralement Inter - n elle qu'il a su d o nner ou Patriarcat l'a certainement porté ..
Ilrêtée com nle u ne fin de lion-r ecevoi r ca tégorique" la d e ma nde voulo ir contrô lcr 10 processus de sécularlution, to ut comme il
Impériale ' •. Elle 1I0llS 1I 11lHIUH cependant Identique, q ua nt au e nte ndait con tr ô le r, au nom de l'EMUse , la poUtique impériale.
fond, IIU rameau d'olivie r qu'At hanase 1 envoya .. An ~ro nl e 11 C'est ce qu i explique , a r é ponse nuancb .. Jean V. C'est dllns
quclquc soixan te n ns :mp a rll v:lI1t. Oc lui-méme, le p atrlor che n e ce mê me scns, e nRn, que s'exe rça l'inlue Re e du mouvemcnt
pouvait admettre la séqu est ru. t iun des bie ns d e l'Eglise - d o nt h ésychaste da ns les pays 'laves, en Bulacrle. c n Serbie ct,
i! n 'êtail the:oriq uemen t que le d é positaire - , m ais il p o u va it surto ut, eo R ussie. Les h és)'c hastes rusus, notamment, seront
p:r.rbitclllcnt toli!rcr _ e t m ême al'prouver - u n acte un ihttën l les p a rtisa ns resolus d e la p a uvrete: mo n astique et appro uverunt
de l'empcreur. Not re inle rprèta tio D no us semblc con OrlDée p a r
le fait quc, q ua tre ans Il lus ta rd, e n 1371, lorsque a prés Is fa me use , tormellement la p o lit ique de séquestraUon : 111 première impul-
, Ion dans ce se n l sera d onnée par le mé tro po lltc C)'pricn de
viclOlre IUrllu e d c la Ma rica . lc Go uverneme nt e nl eva la mo if ii Kin (13"-1406). ucien disc iple ~es h ésy c h astes eR DulBario I f.
de taules les te rres m o na stiques pou r I CI d ist ri bue r au lil. mi li-
!llin's, :'1 l itre tic prO/l Oill. Ic IUl'lIIe Ph ilo lh êe, t o uj o u rs l':l tr hlrc h c,
n'êlcvn pas la mo indrc I,ro te!ilation n . Nature du En nous arrètaot un pcu lo nsue-
Cu faÎls so nt e vidC'R1rncn l insuffisants pour a ffirmer q ue to us
renouveau hllJ/c ru..te. ment sur les a utorités spirituelles
les disci ples d e P a la m u a u XIV' siècle ont favor isé la séques-
tration des b iens eccièsi:utiqu es dans n'importe quelles ci r cons- , auxquelles Pal- m u lui· même se
tances ct p a r n 'i lUlJOrte quel gou verne ment . 11 est Importa nt de ré lére pour d é tendre S8 d octrine, n o us a voo& surto ut vo ulu
Ilot cr cependa nl qllc Ic"i h es ychastes o nt été traditionn ellement mo ntrer que l'hésychasme b,t.anlln du XIV· sikle ne fut auc u -
C il lutte. 1I0 t:UlUllcnt :'t l'Athus, Il vec les gra n ds IIlt1n llstèrcs eên o-
n e ment uo Rlouvement de mystique ésotê rique et d·clll.ultatiuli
l.oiti qu ~s, t:::ra lltls pro Jld étnircs et béné8 cioircs cons tan ts d es lIIalsa in~. Ce tut un révcil s pirituel qui touchait " tous les MSllce ts
Caveurs impé riales. P lthllnas lui-même, e n r édi gea nt la Vie de de la vie chr6tienae : la perfection IQtérteW'tl~ aussi bien que
sai nt Pierre l'Ath o nite, lera l'apologie d e la vie é r é mitique. De la vie ..cramea'eUe ou le témoignale aoctal Gré,olre de Chypre
mé me, les no mbreuses vies de sai nts que r édi ge ra son disciple,

n. Oodrlae Jwrldlll". eaprln.~. _ _ Ir 11~11I. l' bllulhh, l'A f wlle _ _n -



twUo" _, nodal •• IIIlI& t..O II CU cl .. Ou.. •• 1.5"..0 101 = P G. CUI, 1011 1 0 _10121 A..
••
n . Ib Id •• 1. ~t7401 = PG. C UI . l UI ., .
54. P. c. ........ " .•, . eU .. p. Il :>: (O . On._ . ... u . 0'. d l .. p. 1" . •
U. Vo ir G. OnllllOOO""'U , 0'. eU .. p . lU. •
1
J8 1
I.A /'ë/lSONN ALITIl DE GRtGOIIIE PALAI/AS LES MA/TRES DE PALAI/A S

cn théologie, Th eole pte en spiritualit é el en ecclésiologie, blemcnt être identifié nec un des maltre de Théolepte de Phila·
-\thnnue da ns la vie pratique, insutn~rent une vic nouvelle delphie, dont nous parle Nicéphore Choumnos ". Il est lout aussi
tians les cadres a ntiques et sclerosés de la société chretienne de probable qu'on doive l'identifier avec le moine Nil, c venu de
lIyuDce. Sicile», dont nous parle Pachymère, en nous donnant A son sujet
On remarq uera a ussi que dans un contexte culturel différent d'intéressantes pr~cisions N, Nil enseignait qu'il ne (allait pas
d tics circonsta nces historiques très particulières, la vic r eU- Caire l'aumône A ceux qui étaient déJA su(ftsamment riches;
;':Il'U!oC byza nt ine de cette époque suit un coun qui n'est pas très Pachymère présente cet enseignement comme une abomination ,J
tlllTi'rcn l (h- cclui rt e l'Occident co ntemporain : parallèlement que Nil pr~chait c pour le malheur de l'Empire romain _ Urt!
au, prul:jrè:r. d 'uil hUlllôlnhmc pl"Ofanc plus ou moins Ilugunisant. 1 )(OUI.~ ~ TWY " '(oIf,,·tc.Y 'KoLuiac;); cette ... iolence de Pachymère pour
lin mouvement de r éveil spirituel cl de maximalisme chrétien , condamner un enseignement sensé s'explique par le co ntexte :
M.' I11 nnifesl e dnns les mili eux monutiques cl exerce une grande des disciple. de Nil s'étalent introduits, en 1264, auprès du
III l1 uc nce. C'e5t lui qui triompha Onalement en Orient et ce 1
, despote Jean Paléologue c qui aimait les moines _ (fxtolY 'fQ
Iriump h!' p t.·rmit il ln chretiente orientale de survivre sous le 'ù'ol'tW«XIn) et avalent mis un (rein A ses largesses (O'UyzUO'L; 'fLÇ
JIIII;':: IIIIT d Ih- Ih'lHcurC'r lon~lcmps (otr:II1Sèrc i. In ~ronde crise hi. 1'U<pÔY Kepi 'f4( 'fWY olll.Cw,y 3ôouç lx TYjc; btd'VCoW &IAa.GlI.lÙla;ç
Ih' ",éc ulariSIIlC (lue 10 ncnaÎs!oancc ôlv .. it provOtluée Cil Occident. 1mJxo).oû()c:~); tluelques Iillnes 1,lus loin, P:lchymère rem'arelue 'lue,
~ nll .s aVClIlS "II plus hout Clue Palamas mentionne Ics noms de
• c. dans la région du M~andre _, c. de srands monadères se trou·
I"lIt'uh'Jllc cl J'Alh :m:lsc l ' U Ibi,un :I\'CC' III )lralique Ile la méthode vuient sou." le patronage du despote » (~'>. .. , 1'0....1 ùm, CJX01t,:. K«l \
1'~} c h o- tc ~ lInique de prière. Cc lle methodc I4ppllrllissaÎt, en clTet, ,W.«KI 'fcfi 3œKMn O'V'lIaT'llno) '4, Ces passages de Pachymèrc, les
;', la plupart des contemporains comme un elémeot normal de la aulres informatioDs que nous possédons sur Nil. notamment sa
' I)iratualit é monastique, i\lême des hommes d'action comme ces liaisoD au Mont Saint·Auxence avec Athanase l, pour lequel
dl"" pri' iah l'uni recullUII:mrtée, Quelles qu'cn soient les origines, Pachymère nourrit egaie ment une assez granc.le aversion, nous
1. 1 mi' lIll1t1e l'lait \'1In Il Ill' ,,,: ('''l'cks munaslicilles Il'ès l:1r~es et luisl'ient supposer que Ic moine c. Itali en _ raisait partie du cc,·cle
mll'I' prêlé,' d'unc C:II:"II parf:lÎlclllcnt t'tllleUl'IIIC :', 1:, Iradition de mninex 'lui, lors du patriurcat Il'Athanaxe, se firent les IU·u-
!» )irituclle dc l'Orient~. : Barl:.:uu le Cal:,brai", rul pratitlUelUcnt lUoteUI·S de 1:1 pauvn:tê lIIonu."titlue. Lcur centre de r:llliellll·ul
Je seul :\ l'attaquer; il rul désavoué sur ce point par Akindynol ~Iait au Mani Sainl·Auxencc et c'est lA encore que nt ses début~
(' ( les antipalamites ultérieurs , monastiques le premier maître spirituel que Palamu trouva atl
Mont-Atbos, Nicodéme, un h~sychaste dépendant de Vatopédi .:0.
te. documents nous manquent pour préciser davantage encore
Le Mont Sainl-Auxence, A côte de Theolepte et d'Athanase, l'atmosphère spirituelle dans laquelle a grandi. Palamas , Il est
Plllnm:u cite plusieurs aulres noms incontestable, cependant, que le milieu monastique qui devint
de IIIOilles l·ontcl11JJoraills qui :ll'varlenOiient Il la même école: très tôt le sien ëtllit )'êlérncnl spirituellement le plu" viyont dc la
~il , originaire d'Italie, SêJioth, Elie, Gabriel, Athanase UpeD· soci~té byuntiDe. C'~sl à lu.i que l'Eglise devait d'ae{luerir pro-
lrinns li. La plupart de ces noml DOUS sont connus: 11 l'agit de greasinmeDl UD~ lulorit' touJoun crolssaDte dans l'Empire qui
IIIOlnes du Mooi S3inl·Auxcnce, silué sur la rive orientale du s'alralbUllAit de plus cD plUl IOUI le coup de ses ennemis exil!·
UO!;llhore, non loin de Chalcedoine eo. Athanue Upeatrinoa ~tait 1 rieurs el de discordes interna". C'est lui, en eaet, qui a Jonné
UII ,1\,:-. chl'fs du Il:lrli ;Ir:-'l'nile en 1284 el participa. en cette il l'EsUse les meilleurs prél... de ce temps et c'est lui encore
'Iuôlhlê. :lUX I,'un(crellt'l'S J'Adl'alllytliun, où Androllie Il chercha qui, il 1. veille de 1. chute d. l'Empire, a permis à la chrctienté
iii retablir la p.!lis ecclésiastique Il, Nil, l' c Italien _, doit proba· byzantine de promou\'Olr dl.' la paya slaves, surtout en Oui·
1
, prie et CD R'." .. uae 18r.e nforme liturgique et un rhei1 de

:il. ct, 1./,.. p. Ifl "'1.


,
: :l" ~ J:,~J~!!'t.!;!... 1 per nlllrt'., M, PAPal n,.us 7. KIF" 'ms.

1
••
..:: ~':;':i." TI:I 'l,', ... 1,'IIINn• .t".c4N1i G,..c.. V. hrt,.
• ... . . .~ ....... fi :>1' ... Ir ..... 11. l""" • •" , I.f' " .. , .... , ..........
r: """',.';"'1"" ...... la IIr... ft '·ur'..cd d-HIa, .. liTS. •
. . L'1 1"" '1
'21 . . . . .
..... ,,11' .... r '., ...
,"I . .r
III ... 1 : :'
dl .. p. S:'1_~4.
.X HI'''' • la DI/r'FI . . . ..,.,-,.., ..r.... s, • . . . " .. ' , . III . . . . . . . lM . .

.... • IW., .. Il.... 1.'., ..... .....
1
. . Cf... O. 11 'l, . . . , . . . . . . "'1' Il .H·. Pari., _tM. p .....

41
l.fiS .MITHES nE I·M.A.US
I.A PEHSO.\WALl'rt IJI~ Gu ËGOIIŒ l'AL.tMAS
T~Dlps Moderne, qui ~aieDt en cause dana la dispute entre
la spirituaHté traditionnelle : le patri arche Euthyme de Trnovo, Barl.am et Palalna. et ce soat eul. qui d~part.lUieat, très sOU-
le métropolite Cyprien de Kiev, le gra nd Stareç Nil de la Sou, vent, pntiuns et adversaires du patamlsme : lei hUlnani"tcs pre-
fun'nt le.' di,c:ipl~s de l'hh ychasme byta nti n ". conisaient. en ' ait, une IOrte d'autonomie de la raisoa humaine,
son Indépeodance pllr rapport il! uu Dieu qu'ib cnncevaj~nt
comme une impéoétrable et inaccellible Enenee, L'union cnlre
Moi"~$ et hllman j$t~$ , Comme on l'a souli gné à bien des Dieu cl l'homme, réaUsèe une Cois pour toutu dans la personne
reprises, le monachisme by1l.otin du Christ, cl l'actioo divine, efl'eclive et réelle, au ~in dt'
etait, da ns 501t cIl5(' mhl c. tr:utilionnellemc nt opposé aux études l'humanité rélénérêe pn le baptlme De jouaient plus un rule
puremen t proranC5 . .1\ lu I1n du Xlll· siécle, ces dcrni~res !loris· lIHerminant dans leur pensée, Quant aux hésych."t~. ils ,Iêfcn-
saient 6 Co nstantinopl e el un e certaine tension était inévitable daient une concepUoD du christianisme qu'lb avaient héritée des
entre moi nes et huma nistes, Théodore Méthochitc Il, Gra nd Logo- Pères el qui ne taillait aUcune 'orme de l'aclhité humaine en
thète sous Aodronic Il et humaniste éminent, avait r établi à dehors du domaine de l'acUOD de Dieu: l'idée d'une • conaho-
S)'unce ' a trlil dilion de Photius et de Psellos, Malgr é. son carac· ration _ entière (CN'fcvrta) entre cel deus acUvités constitue en
1ère arl5toc raliquc cl quelque peu arti6ciel, son esthétisme
raffi né et " ott icisme fa cti ce des œuvres littér aires qui le r enètent
, efTet le messale propre du pa.ambme. L'Etlise Qrthodoxe, en
IIpprouvant la doctrine pa'amUe en 1351 et cn reconnais.. nt
Grégoire Palamas comme un de ses Pèrea. a solenneUemcnt
et qui Cont contra ste avec le caractère populaire du monachisme,
condamoé le sécularisme des Temps Modernes, en lui opposant
l'huma nisUl e byzan ti n, s' il avait p u se développer librement,
aurait probable ment co nduit la culture byzantine dans la direc- un idéal humaniste proprement chrétlen.
tion (lue ,""i"it l'Il uli e et, après elle, l'Europe occidentale tout
entière, I.e sort de cet humanisme Cut de Céconder 1" Ilenai.-
,":mn ilali,' II IH' d Il ,' buter, à Byunce même, contre la Carouche
rl!lollol:Ul I'C Ih's l!lutlU'S,
Comme tout mouvement largement populaire, l'hèsychume
bY7.lllntin n'a pas touj ours He étranger à un certai.n obscuran~
ti,me, 1.. stparation entre pal.mites et anUpalarui.tes ne coin·
ddait pas. il est " rai, nt cessaireruent ."ec l'opposition entre
humanistes el antih umanistes : il y a des exemples. el des plus
élui nents, de palamites humanistes (Nicolas Cabasilas) et d'anti-
i,
,•
pa lamites de Cormation monastique (Gr égoire Akindyoos) .
D'ai lleurs, l'humanisme byza ntin n'a pas été complètement sub-
mergé par la vague palamile et il a pu produire au XV' siècle
deI; phénom ~ nes aussi ctonnants que le ncopaganisme de Gémlste
1
Plëtho n,
Et pourtant, ce sont des princi pes qui a nnonçaient déjà les

17, Voir lurtoul p , S\'MIo: "', Pou, I,,,,, to ln dr la (or,.e,lo,. 4" Il ..... ••
"l""'" au XII" ~lèel ... _ L·lpa~u. d 1. ,,' , d u pa.rljlrdlr K.''''It.,.· d.
T,no"O (.a 01 .") , Salnl.l·~ll!nbourJ, utO: K . RAuÙl~ItO. l.. ,..O• • ,M.III'
rtll, lu l: ri 1It,~roln 'A Btdgnrl. 4; ," plI(I.' ,.'" id d. 1. co,., •• " ,. " ••
teu r" ..t) , Kit". t"a ; ~ , "."aJlOO"". UI'I' .Oft tt'O"trU •• r 141 r,l •• H'" 4.
" E, Il" , _ lA ,.",11, du bitA ' ,ce/I,I• .tI,II" • • ,.,,. ,I~e/. 'l'! ".",•.
Chu.tol" , tl5t (extrall d ' l r llll!r:OA, lt~5 et tlH ; la4lc.aUOU WbUOIra-
t
pblque.),
.. , Votr 1. bonne ttudt lur MitoellU, et .on 'poq" par K, G. •••••
TMHoro, IIdoctlllt" _ 0'41 ""n du br •• • " . " clt.,. W'.UbU4" , . , • .
/.tlrlt.,.d.rl. MO,oeben, 1.52, 43

42


1

,
CHAPITRE SECOND

LES JEUNES ANIŒES ,


,

• Gl'égoirc Palamas apparlenail i une (amille .rislocrali(ltU~


d'Asie Mineure, émigrée' Constantinople' 1. tin du XIII' siècle l,
, San pere. Constantin Palamas. était sénateur el faisait )lurtic dl'
J'entourage immédiat d'Andronic JI, "Ancien. Ce dernier lui
conn. même J'éducation de son petit-ftls, Je rutur empereur
, Amlrollic III, ct Philothéc suu ligne cJue Constantin taisait )'ohjcl
,, d'une grande estime de ln part de son pupille. Les Palum::.s ne
se mblent donc piS avoir été mêlés aux querelles qui déchirèrent
ln (liruille des Paléologues au début du XIV' siècle ~.
Grégoire naquit en 1296 '. premier nél d'une grande r.mille.
Son biographe nous décrit. dans un récit stylisé, mais claus
l'ensemble vraisemblable. l'atmosphère d'cxtrème piélé qui étail
,• "dl~ de sa fAmille, une piété de type monastique, ("cnlr~'C "ur
i III ( prl~re pure. : 50n ~re s'y Unail m~me durant les séancc!>
1
du Sénat, jusqu" ne pu enlendre les paroles que lui adressaÎt
,
l'empereur t. Le pieux Andronic n ne lui en tenail pas rigueur
t'I'ui pc-rmetlllillu('lUc d'intervenir duns les atraires de la ramillc
1
Împ~r'ale : Qins' Constantin, aecoad Ils d'Aadronic, ayant brimr

la veuve d'un pauvre-, le pere de Gr*lre s'oppo'''. ouverl .. mcnl
i Il lui~.
Gré,oire ...iI exactcment Je _DI. 'ce
que le pclil·Ols de
l'cmpereur, le rutur Aodroaie ni, doa' J"dueaUon ét.it confiée

, .- -
1..... , " " . , . '... oeI, lU D; c...UCU ' .. RUt.. Il. :II. . . .
l, ....
'!'oM'R,
1 1. PlI" l ,a l , ,..,...... 1141 CD.

l'",., •• " •• Il.1.....


1, 0, IIL_uu. ,......., .. "
'ucl'uv ~
.t, Il, 1, D...... " ' " T'
r'EaL",,1 11'"
h.,
T.'i.~,
t ....

~~~7''''~:: :t.~~s:.. -:.it',,..· ..


1 · 7 d"
1111. .. ff"
1. ,.,.., ....... C '11 A.

45
I.A PEHSO.\'.\' ALJTE o/:' CillEaOLUE l'AL.iMAS 1.I·;s MAlTH,.;S IJR l'M.AM :''''

13 spiritu.li~é traditionnelle : le patriarche Euthyme de Trno'fo, Tenlpl Modernes qui étaint en cause da'" ~ dü;~ute entre
le métropohte Cyprien de Kie", le grand Stareç Nil de la Sora Oarlaam et Palam.. el ce sont eull. qui députaGeaient, tre.'i ~ou·
fur('nt h::1 diM:iples de l'helychasme hyuntin .'. ' vent, plrtiunl el adver.. ires du palamÎlime : 1('5 humanistes Ilrè-
conisllient, en rait, une sorle d'autonomie de la raison hllmlune,
son indé pendance p~r rapport il un Ditu (tu'il" concevail·nt
Moinu et humanitlu , Comme on l'a soulignè .. bien des comme une impénétrable et Inucesslble Esunce. L'union enlre
. , r eprises, le monachisme byzantin Dieu et l'homme, réalis~ une rois pour toutes dans ta personne
cI:"t, d:ms SO li ell sl' mhl(', trarlilionne\lement opposé aux études du Christ, et l'action divine, effective et r~lIe, au sein dl'
l'humanité régénérée par le bapt~me ne jouaient plus un rule
purement prof:lI1es. A la tin du XIIl· siècle, ces dernières noris-
déterminant dans leur pcnsée. Quant aux hésychule.,. il, Iléft' n-
saie nt à Constantinople ct unt ce rtaine tension ét.it inévitable
daient une conception du christianisme qu'Ils naicnt héritée des
entre moines et humanistes, Théodore Méthochite Il, Grand Logo- Pires el qui ne taissait aucune rorme de l'activité humaine en
théte sous Androni c Il et humaniste éminent, avait rétabli .. dehors du domaine de l'action de Dieu: l'idée d'une c coUaho-
Byunce 1. trad ition de Photius et de Psellos, Mallrè son carac- ration. entière (~qrrta) entre ces deux .ctivités constitue cn
tère arastocratiq ue ('t quelque peu artifteiel, son esthétisme
raffine el l'atticb.me {llelice des œuvres liItérllires qui le renètent , effet le mess.ge propre du p.lamisme. L'Eglise cvthodolCC. en
wpprouvant l, doctrine p.lamite en 1351 et en reconnaissant
et qui font contraste avec le car.ctère populaire du monachisme, Grégoire Palamas comme un de ses Pères, a solennellement
l'humanisme bYl.:mtin, s'il av.it pu se déveloPI,er librement, condamné le sécularisme des Temps Modernes, en lui 0ppoloant
aurait probabltment conduit la cu lture byuntine dans la direc- un idéal hum.niste proprement chrétien,
tion que loui"it l'IIali(' et, après elle, l'Europe occidentale tout
entière. I.e sori dt ce l humanislUe fui de feconder la Henais-
:.:1111'1' Îlalil' lll1 t, l'I Il .. biller, a Byzance même, contre la f.rouche
résllot:UU'C dl's IIIUIIH'S.
Comme tout mouvement largement populaire, l'hbychasme
bytantin n'a pas toujours éte étranger à un certain obscuran-
H$l1le, La sèparation entre pllamites et a ntipalamites ne coin-
cid"it pas, il est vrai, nécessaireme nt avec l'opposition entre
humanistes et antihumanistes : il y a des exemptes, et des plus 1
éminents, de patamites humanistes (Nicolas Cabasilas) et d',oti- ,,
palarnites de formation monastique (G rèGoire AllÎndynos).
D'ailleurs, l'humanisme byzantin D'a pas élè complètement sub- •
mergé par la vlleue palamite ct il a pu produire au XV· siècle
delo phénoméncs aussi étonnanls que le ncopaganisme de Gémiste
PléthoR.
,
Et pourtant, ce sont des principes qui annonçaient dé'_ les
1

CHAPITftE SECOND

LES JEUNES ANIŒES


,
Grégoire Palamas appartenaH • unt familJe .rialocnlif,ue
, d 'Asie Mineure, émigrée j CODslantinople' J. la du XIlI·,iècJl' l,
Son pere, ConslanlÎn Palamu, étaU Jensleur el '.iuU p,u'lie de
l'entourIIge immédiat d'Andronic Il, "Anden. Ce dernier lu;
contla même J'éducalion de son pelit·'U., le fulur emlH!relir
AntJrouic III, el Pllilolhée sunlil:oe "ue Conslanlia r.i... iI "objet
(j'une grande eslime de la p.rl de son pupille. Ln Pal.mu ne
, semblent donc pas avoir été mélés aux quereIJes qui dfthirtreal
ln (IIruille des Paléologue. au débul du XIV- "K" ' .
Grégoire naqui( en 12iG Jo premier Dél d'uae I"IDde 'amille.
, Son biographe nous dieri., dans un récU alyJiU. ... ia daas
, l'ensemble vraisemblable, "almOlphére d'utrfaae pJélé qui "'U
• l'dIe de sa ramille. uue piél': de type nlooaaUque. reatrtoe aur
1 la .. pri~re pure, : son ~re l'y Iin.1I m~rlle durant lei • •cu
du Sénat, jusqu" ne p.s enteadre Jes p.rol.. que luJ adru'_iI
l'empereur 4. Le piellx Anclronh: Il ne lui en ten.U P" "lUeur
,
,
,•
d Illi permctlllillllt~ Ule tl'intervenir daoa les .Ir_ira de la '.mille
impériale : ainsi ConslanHa. second ... d'AndroaJe, 1,._.IINi_
la veuve d'un pauvre, le père de Grf,olre s'oppo'. oaverlome.'
1 :i lui ".
ürégoire MY.il euelcalcal le ....me Ace 'lU, ..
l·empereur. le IlIlur Andronie Ill, dOGe l'UnaU,.

1
,-'--
1. ..... u .......cr ............ D; C. ' L
1 1. NI.
a. ....·d'....
~. D. "'Ai4C 7 1
.... '0

,1
LA PERSONNALITtl DE GRtlGOIRE PAUMAS LBS JEUNES ANNeES
Il loGO phe. Constantin étallt lIlort "ers 1303 f, l'empereur prit 5ur Gréions, Je IhwlolJien Msychute cile un '.U auneau lorsqu'il
lui le soin de l'éducation du Jeune guçon : (.milier du palais T, aVlit diz-,ept OM, c'csl-'-4lre nrs 1213, daol un ou-.r'l\:c oà
Gr~goire a llù .voir dei rIIllporls d'amitié nec le Jeune prince Il parle de lui-même i la troill~me ~"ODne: • Prié un jour
qui le .soutiendra pu la suite. unt rois monlé sur le trÔne de Ion par le sr.nd empereur Andronlc. aieul du empc!reun, de p.rler
srand-pf:re. de 1. Jo.ique d'Aristote, Pal.mu, 'lé de dlx-up. lOI. philosopha
teJiemenl et ,1 biea que lou. lu u,e, qui .Iors entour.ienl
J'empereur cxultèrent; quaot au Grand Lot0tbétc (Théodore
Se. Itl/du. Philoth~e nous donne aussi quel- Métochite), ce "Ge universel, il lui rcmr.li d'admiration ct dit
tlues renseigneruents sur les êludc.s • l'empereur: SI Aristote lui-même était ici en chair ct en Oli,
que pounuivlt GrégOire sous le patronage d'Andronlc Il. « Ayant li J'aunit Joué, Et il aJouta: Voici le naturel que dC'luient
alteml les meilleurs succès, à la fois en grammaire et en rhtto- avoir tous ceux qui désirent apprendre la Logique d'Aristote Il, t
ri que, Grégoire Cut admire par tous, même par ceux qui étaient Celle repartie probablement authentique de Théodore Méto-
alors les guides et les maÎlres de la parole . • Il étudia aussi. la chite ne nous renselAne pas buucoup sur le prognmme véri-
Jlhy"illl ..•• );1 to..:ique t'I Inille la l'Ocicncc d'Al"islotc. t" Il esl pro- table des éludes de Palamas • Con~h.nllnorle, Plul révélateur
bable que til"':'Jjllirc Poul"s uivait ccs (-tudes à l'Université Î1up('" est le C!lit que ni PhilotMe, ni Palamu lui-même, ne parlenl dc
l'laie : l'empereu r le destinait, en efTet, à de hautes fonctions dans Platon et des auteur. néoplatoniciens corume ayanl faH pulie
"EI111" t' I nOliS :.:1\'0 1\!i. )):11' nillclII"s, 'lue SOli mailre principal, tle ce programme, La métaphysique platonicienne suÎvllii gcni:-
tians le dOIUAine d es sciences profanes, était Théodore Métochlte, ralement, dans le programme des universités byzantines. J'':lude
(;ranil (.o~olhrtl' diriAt'nnl l'UnÎ\'ersité ID " d'Aristote. Il est clone peu probable que GréJfoire ;ai! pou ...~é ~c."
1,1" ,"'1, .. 1." IIIH' 1'1111 1IIIII r'III\'all clans ,"t'I ,"lahli.li.'iclII,'uln '(- hllcnl éllllics liu-dei:} tic l'L')''kÛlcl.wC; n«l&wo" qui était le Ilr0i:nullUlc élé-
jJ;I:. d estinées iJ pn:pllrcr Gregoire j un avenir d'homme d'Eglise; mentaire et général que toul homme culti.,é, clerc ou laïc.
I"Ol1llllr drs Il"ll\"aUX r(-("ruls l'o nt montrf, l'cn!ll'Î..:nemrnl profane apl)renait Il J'école el (lui ne comportait pAS ln krlur(' i11'
•lu lIlI,'":"1 l'' ·IIIH".. :.Î'''" "' Iall IralliIÎlOlllll'lI"III"1I1 Ili:.1i1l1"l d,'s '"tUlI,'s lllllion Il.
'llIt. Il':' futurs clercs poursuh'aient ;; l'Ecole du Patrillrcal Il " Nous trouvons conOrmation de ce fait dans ses ceUYres memes"
Au COLIn cie la ("ontroverse religieuse qui opposera Palamas Pola mas aCfirme, en erret, • de trh nombreuses reprises, qllc la
.IU), hUIIIIJllhle:. de :.un ICIn!)s, .)oCS IIdvcr~ires l1Iellront souvent philosophie proCane n'est utile que comme une préparation 3 la
cn doute la profondeur de:. rludes sui\' ies par le lutur docteur • vraie philosophie • chrétienne ct qu'il serait condamnable
de "hés)'ch:asUle" DadRam insinuera "qu'il n'est qu'un. ignorant de s'y adonner trop longtemps n. U \.,eut ainsi se conformcr il
s;uu: ,' ducnlion 1:: ., Grégorns Je traitera, tout bonnement, la decision synodale prise au XI' si~cle, .. l'occasion du procés
d ' • llU1I'phallètc 1:1 • et lui reprocherll d'avoir aLHllltlonné les d'Halos. cl insérée 1111 SynCHlikon de l'Orlhodozie Il" LorsllUC
l'ludes ;I\'311t l'àge dt' quin~c ans u " Pour réfuter l'alOrmation de Nicéphore Grégoras se réfère' l'exemple de Moise qui, suivanl
Grégoire de Nysse, étudia chu les Egyptiens les sciences pro-

47
\
LBS JBUNBS ANNUS
LA PERSONNALITt DE GR8GOtlΠPALAII.U
ch aste, qu'il r é pulne en léDéral • l'alUciame artiaciel et au pur
taDes'., Grégoire le reco nnait volontiers, mals consta te que ve rbalisme, • la mode daDs les milleull humanistes. I.'eoscnlble
Moise c ne s'est uercé dans les Hudes profanes q u'a uni lo ng' de SOD œuvre est surtout insp~ré par la HUérature a tdtique d
tl'mps qu'il n'" pas alleint l'Age de l'homme ad ult e; de m~me mystique des P èr es Irecs.
Palamas, • cet 'Seolà, rut l'obj e! LIe l'admiution généu le p3rce
qu'il s'adonnait à ces etudcs ~ . , CHait ~ l'Agc où Il avait
dix-sep! ans ; ('C n'c:.! 110130 Il;lr h:I":lrcl CIlie PH I:nn:'ls ra il l,or le IAl vocation m OIUJJlique. Selon Palamas, l'ètat l'Donasthlne
étaU IDcol'Dpatible avec des necu-
l'aDecdotc avec Mè toc hite /t. eettt! cpoque précise de son adoles-
("CRce. Philolh(;C' nou" I"":1C'onle, t!n ('fTet, qu'il q uitta le m ond e pa tions profaMs. Il l'.rorme trh clairement: c Nous n'em~
ChUllli pCrsOllll c Ll c s' in ilier .. l'éduelltion profane s 'il 14' fli!,jr4'.
• • yant II l1 cinl l';',!:,' ;" lulh·: 1 . ; il H'ut mon ll'cl' Ilinsi ' lue
il moins qu'il Il'!lit !ldoptè la vie monastique Wf . • • Gomnlcnt
Palamas s'est lui-mi'ml' con formé aux principes q u'il énonço. b
l' homme iDté ri eur dn iendnlt-U moine. demaDde-t-Il, en cODfor-
plusicurs rtpl'is('S dans Sl'S ccl'ils : l'Iyant développé ses faculté.
mité avec l' unique vie supérieure, s'il ne traDscende le monde
naturelles, autant que cela é tait pernlls, et les a":101 fait rema r- c r ré et to utes les éludes humaines, si, de toutes lei forces, Il
quer p:'lr Me-lodlÎlc, 1(' :'tlailr(' inconlt"lè des humanistes byza n- Il U tcnd ve rs UiclI, d'unc fa t on unique et monacale , _ • El il
tins du XIV' siècle _ SCli ( UIU I'3o advcrs:tires - , Gr(',;o il'c re nunça r t fut e lout de s uite l'objection de SOD adversaire : • Le Seigneur
• 'a philosophie profane. D'a pas expressé meDt interdit les études littéraires. Jbls il n'a
Ces éturl('s brillanlc."'. mais interrompues alSer. IltI , o nt cepe n- pas non plus interdit le mariale, la consommation de .a "iaDde
danl marque l'œU\rc de Polamu, 11 garda ainsi un co ntact per- et la cohabiisti oD a vec des leDs mariés... De Dombreusea choses
sonnel avec des humanistes: Akindynos rapporte qu'il servit sont pratiquées par l'ensemble des chHUeo.. sans qu·ib
rl'inlcrtlll'lIiaire c ntre 1I1i'l\ll' me et Grégoru dans li n éclll~ nlle d e encourent condllmnation, tout ea êtaat strictemeDt Interdites
Inres ::!. II cite, .. l'occasion, dcs auleurs ullt iques, Homère, aux moines à cause de leur lenre de vie particulier -, • Palamu
Hésinde, PIAlon 21, du néoplalonlciens, comme Diogène Laërce adopta donc, eDvers les éludes profaDea. l'.mtad_ formelle et
l'I 1''''l'hyn' :1; il 1',1 \'l'ai 'lm' '''·t':.1 ICllljUllt:Il IIOllr Icl' t'o nliamner ri,;otlrcusc elui était celle de: la nlaJoril6 dd moiaes b,.unlins.
Ou .roniser sur leur co mpte. Oan): lieli letll'cs A Ullrla ulu, il Celle altitude étaU tODdée che. lui aOD pas aur ua obaeuran-
lé moi~ne d'unc conna iSSAnce usez app r ofondie d es Toplqu.e. tlsme de principe, mais sur uae coDception mas'I 'Uste dalDODa-
d'Arilot otc. 'fOlit en affirmant c avoir 1I1I:.II1don nê la r eche rc he el c hlsme : le moine n'est pas UD chrétieD ordinaire. mals UD pro-
" a mbition liUt'raires • • il reconnait volonli ets avo ir c d es dis- phète qui aDnonc e, par son leare de .,t. parUcuü.r." prheaea
Il''' IIWIIl' Il.Ilul't·lks l,our p:lrl('r :.;.:ri·:lblelllent :' • et fi parfois id-bas du Ro,.aunle de l>ieu qui tnnscende toutes tes .. Iru"
recoU('$ a cc:. clicheS scolaires si chers a u x Uyzalltius de ce monde, OIëme les phu autheDtiques.
(. IC'~ ~r:\ce'" :llIiqll~'~ qui o rnenl COlllllle des fiellr~ le pré d u Ut vocaUon monacale de GrélOire fut préparie. db ana •

cn(uncc, par lu l,iété de: KS parenta qui tréqueDtale.t quotidien-


.t".·ullrs:'"O\ ~) . nement des moines et conOaient les eD'aab • lIur direcUoa
Il fallt )lourtallt rcconnaitre, il l'avantage du d octeur h esy '
spirituelle dès qu'ils appreuleat • parler -, April .. mort de
son père, clui retut lui ausai la tonsure aaoaaclle .... "8 III ..
mort 10, Grê"oire, loul en s'adoDuDt aullt Mades prof.'U. cap·
If. lt .... "T GIt>.ClOIIt. D& SUs&. Vf~ ,,~ .Uofu , 1. Il. PG, XLIV, to i. 305 A. t"'-.
tinui • fréquenter dd directeurs sp'rl~"" qal 41111'11'.'718'
.
Il . ... lull: l'arl . 151.il p. Il: G.toôa ... 11"1. XXX, 21, U . 8onn. p. 1U.
;!JI! ·t-: '! ..: ..... ~.t: ,Y't~,
,.., \I, ... cri.: ~ .. ': il... .."i-f,.. u .... .• ~l.·l~, .i": Il....,( {,,"!,~'11 sa vocation définÏlÎYC'. Ce furent d'abord dei . . . . .thoaltF? •
~'.~ .).. , "... .. :11:1 :. ~ Il,11'''.. ,, ...;;: • .J . ' in;.,...... ,-~ .. ~l.,. b.. U' ~':'( '-0","'-0,< cO", ..
Il : ; o ~a,r ~r 'I";"'~. (.<11"'" l.rJy<tt·.u . l . CII/". 101, /01. 2:16, lai."' ..... r.!lt rr
Id • "" .ulrr l'''.' ''''':'' ,1 .. 1" l 'j r ./r '/f,ur I,.r C.r~olrr ,I~ N ,. ... ~ (li, t'.
CD .éjour • CoDstaDtiDople al et ce
le plu. renoRlmé • l·'poq.... Tbiallp'..
'at .... le ................
..
... t J~~ Il. 1',1. /t~'40"'''' l" :11 ).
11 j:,.r"mio,.. ....1 5111 ,\
n. l.dfn 01 Crftjora., Introlt • l' II"' . de Grts0ru . M . Uonll. l, 'XI,
{J'G, CXI.VIII. 0,. 17, Fr.... 1•• U.
2l. Tr .. l, f , J t 5: Il. 3, J 4 : l.r ll n 1 .. Il.rl''''''' . 064. P .......,&IU.IL.
D.'.'"
danlft,:" •• :r'.I.-:.to'.: '1', :", ; , XIII tlt l41, p. n .
24 Ib/~" p . .. as.
47f.
t,;. Tr., III, l , 1 2.
.. ',\-:n,.,.! ,:," . 1 J' 1.1: 'J ! ';'IO "J":"'~ ,.;i:"i..J. ,..! .2: '.,0,-,\"" .i.., ..... ,. ...
... ...... . .
a.rl'..
. . . I7FII', .... III ....

II. .... -.
... ,"",'''' , .... 14y.... YJtJ ':':... !; r.,.... ·~. GMtlrt GrJtO,..,· III, Col" • .... ~. -


LA PEHSONNALJTS DIl GHSGOIRë PALAMAS
LES JEUNES ANNEES
. l aD ce. «(~ ~
delphle; ce dernier l'initia i. ; : " ,ainte Vlgl
et il 1. " prl~re Intellectuelle ., 1S16 environ _ , tlon intéressante sur le séjour des trois frères .u Wonl.Papikion :
dHlnlthement le .I~c.le. lIérltler
• d . Bt ans SI - donc en sur une mont.sne ...olslne, r.conte-I_il, h.bU.ienl des hommeJ
C'e.11 vers ll,e e vin .
que Grégoire décida de qUitter d ére .ln! d'une nOIn. qui, depuis plusieurs lénér.tions, él.leat Infectla des hérbi~"
de 1. responsabilité et des bi~~; l~é,o~ié:.,,' Ion départ d'une • marcloniste el mesulienne" _ : il s'asit cert.inement de
Dogomib, que les Byzantins dh1lnérent sou ...enl COOlllle • IHC:oI-
t' .
breuse ramille, Il rhout Ics dl cu S . • ramille byuntine :
t ' ue pour une pieu. saliens -. O'.ulre:s SOurces signaient 1. prbence d.ns 1.. mêllle
façon bien carae: ru Iq 1 C'ul ainsi que
he. à suivre son exemp e. régioo de descend.nls des • P.uliciens _ que Ie.'i ~mpcrellr~
il engage tous ses proc • Il ' ct ses deux ,œUf!, Epichllrb
III mtre - "'011\ deVl'nuc KG Ol~'" - UI urvlteurs, entrent iconocl.sles d'iii bord, puis Jean Taimisd,s, ..... Ienl Iransl'lul1lé\
et Théodot.;, ainsi que les me~lIeu~s I~e Quant' ICI deux frères d'Arménie Cil Thnce, et qui Il .... ient c.usé bien d!.'... ~oucis :.
dans des couvents de Const.~tmo:c~de·nt de le suivre' l'Athos. Alexis Comnène ~'. Ces 8ens nnaient .u mon.slère où habitait
udels, PoI.cAire et Th~dose. Ils d . G égoire li Ion I(!rvlce, en Palamas pOur discuter de questions tbéolollques, Prenant avec
Andron it' Il t"!.sayll blC~n d~ ret~nlr r ' s 1. décision du jeune lui son second frére Théodose, Grégoire se rendit mêmc :oIur lelll'
lui promettanl ric hesses ~I h,o?neurs, mal monlagne el cul .vec eux des discussions sur la prière _ le~
h(lllllll(' a\';lil t'It, )lri~t' dennlllv(,llI('nl, DOGomils n'.dmettaient que le Noire Père. priére, enseillnêe Ilar
le St'i~nellr IIliX disciples _ cl III vénérlliioll clc lu CI'ui!!:, 1.1'
SIlCC~S de SOli urglllllt:nl.-liun exupérll It'.!I hérétiques, 'llii ICII-
Partis :\ j'automne de la cnpihdc,
R('II("onlre ~(lec I~s trois frères ne parvinrent pas l lerent de l'empoisonner. Il serait cepend.nt p.rvenu li con-
vaincre leur chef qui, Itvec t(utlques .utres Boe;omils, sc r~ndit
Ir AleuaUtlnllllle,
atteln d rc , Il S a ",.to Montll,"e :. .... nl • Constantinople el se réconcill. avec l'ENlise".
I·hi ... ('t· cl r~stèr~1l1 quehlues mo~s • a u Mont-Paplldon, nns deA mi-chemin
la Thnce Bien qu'il soit IISICl. difficilc de vériller l'historicité rie c~
" t ' 1 S ' IIIIIIItIU(', aux ("on
l'ulrl' CIIII " I :II1II1I\11' l' l ,. ' "k ' ' 1liiI ci:lèbrc t.Iè~ le rt!cit, il prbenle un cerlain inU:rèl p.r lui-même u : 1'14II1I11:1~
le Mont- '11111 1011 l' seru UCCII~c cie Me."Jullilinisllle IIIIlr Ullrl.1I1U I~ Culllbl'Olis. l'I
dalions mon:l$tiqu~s qui s'y
1 l;"
cl Il e.' hl Mue l'I Ullie ,
XI' ~ic(" h- pnr lei nom.bre:uIe:s ,'ton n texte sign.le le riche: Philothéc a ccrlllillemeni voulu réfuter cette accusatIOn dès le
" t ~' el purml lesque e:s U • , début de son Eloge de JIIIin! Grégoire, en ln~ist.nt sur sun
mo vlllcne de, Saint-Georges n , Ph'!
Iro un astèr 10thèe rapporte une ln orOlIl- OPposition A 1. $Ccle. Mais Il se peut tlue le récit corresponde a
un fait bistorique el nous POuvons alors y ",oir un exemple de
conlacts personnels enlre Bollomils et moines orthodoxes : le
bogomilisme et l'hhyehaslIIe qUi' 1dans les Balkans, sc répan-
daienl danJ des milieux socialement Irès semblables, pouvltienl
.....oir des tnits de spiritu.lité (lui les app.renlaicnl l'un la l'IIulre.
Ils se trou .... ient seulemenl en Oppo~llion essentielle lorscIU'i!
~'agissait de dogmes traditionnels de l'Eglise .u:l(IUels les hhy_
chasles orlhodoxes demeuraienl farouchement aUachb.

Au MOllt-AthoJ. Au début du printemps, les Irois


l~ulles gens gagnèrent le Mont_
AIhos. Grégoire se mil sous la direction spirituelle d'un hc:.y_
chasle h.bilanl les en ... irons de VatOpédi, Ni~odème, anci~n
lIIoine du Mont Saint-Auxence n. Les trois année. que Grégoire

JI. m 1lpl.{ '"~ T"'r·lIIltO'.~\ '-'l\lOml( ", : to{c At!\ d \I.~"\I,'<I"';' .. T, \l''<;~ l
),1.";'" ....... h h s ,.0,6,_" \IOC.~I" CCII . f"'l Il ,
st. "Cllr U. 0 _.11:....... TIt~ 8 ........ /1 •• ('''IQ''rkll~, 1141, p . ~'-:t:o~
••. 1'10".01'10' col. H3 A-Sl3 D.
41. cr, Il. lu", . . .,. dl .. toi. 17".
P.lLO'n..ta, Sil A..... ".'Ü/to.. l'AUto. p' ...e .. rtte d. ,
JO
41. col.
HIc....Ume, _lire de Grfaolre "''''_ . . . . la
dol
"te d ... Il J'IUlet ,
""01

,i 1
I.A PERSONNALITS DE GRtGO IRE PALAMAS
LES JEUNES ANNBES
P:I"':', SOIl~ la dil'cdinn ~ I (' Nirodi·m(". c ct:lns le jct'nc, Ics veilles,
1:1 vi~ilaltcc silirilucilc cl la IIriêrc inÎntcrr um puc • (YJ)OT t tq: _t , I.c si'jour de PIII:IIIIIHI il Gloui. dur. d~lIx Ina. Vcr. U:!S. le1 1
«ypurtVltf; K«l vf)~, xœl «aL«).ehC''t'<t' KpOGcvxjj) U ne fur ent troublées que IDcursioas de. Turcs obli.èrcnl ua lV:lad .0 hre d'bfaychute..
pu h. mort prématurée de son rr ~rc ca det. Théodose 41 , Lorsque ~Ibil.nt en dehors de. remplrts des .,.I.ds mo.......... quiller
Nicodème mourut II: son tour, les deux autres (rères choisissent 1Alhos " , Plrmi eux se trouvIJeat Gr• .,ire le SJuile et ses
de vivre II: la Grande T.aure de Saint-Athanase qui sera, pu disciples, not.mment Isidore et CeIUI.e, lu'un ,.lrIlrche., qui
excellence. In c I1l:lÎ so n -mère :t de Pal,mms. Cantacuzène r::.conlc .éJournaient • la s.ile de M'COU'I, .ltuée au loi_ de Glossia,
que Grégoire et son Irè re Macaire se soumiren t pour une période yers le nord-ouest, !'.lamlS quittl lui a",,1 la Sain'e "onta,;no
de huit ans à ln direc tion d'un autre hesychaste u, mais Phi- en complgnie de onze de ses Iml. et les deus 1J'OCIpes, d'héar.
10lhi'c nous donne, sur celte période tic la vic de Palamas, des ch.stes se retrouvèrent' Thesse10Dlque. Il. eureat l'ld~ corn.
précisions qui nous suggèrent quc, s'il y li eu de la part soumi s- mune de I.e diriGer ensuite vers l'Orieat, Ja-usalelll et le Sinai,
sion à un directe ur unique. celle-ci n e supposait pIS un lieu de Seul. Grésoire le Slallle e' Calli.te, .ceompllaa d"un luire
rësitlcnce pt>rm:wcnl. Nous voyons. en erret, Gré,;oire vivre tout moine, mlr.ent, au bout de deux mois. Ieor projet' nkution,
m.ls .bouhreot seulerneot • CoastlnUaople. Pal.mlS el isidore
d'abord au koinoblon de Lavra pendant trois ons ct se voir rest~reot • ThuSlloaique u,
nom Iller ch~ ntrc prlr l' higoumënc u. Il sc retire e nsu it e dans •
l'ermitage de r).H"'<I'(~, que 1" Irallilion a thonile acluelle localise
aux alentours de c Pro\'als :t, sur le versa nt nord-est de l'Athos n,
A Th~,u"onlque, Au cours cie ce "Jour d • • la luture
et se met sous la direction d'un Grégoire que Philothée appelle
.,me 'plaeopale de Pallml., ils
• c Grt'i:oirc le t.ir:lIld :t (l'PlIY6ptO(; 6 n:Qw); cc dernier, oricinmire de
Constantinople, jouissuÎI alors d'une grnnde cé lébrité comme
Orenl plrtie d'un cerele spirituel, compre•••• des Dlol.es Clt d~s
laics, nollmment des dames de Il hlute lGei'" d. ,"... 1I.loohIUC,
mailn' .h' I"hi's)'t'haMIIt'; il n'''Înt llIourir I l :III~ hl clI Jl ilale, où ses
l:ii,IOI'C, Licn IllI'it o'lIit l''ls eocore ~ .. lOuare IaOnscalo. 1
l'l'IHlllt'S pro\'ollUCn'lIl ti cs lIIiracies "", l'al' Niccllhurc Grci;orllS. parait en noir été le eh~I, Il ratl pris de dix ... il TheUIl'
nOlis s;I\'ons qu'il (lUl't ait h· :'111' 11 0 111 cI~' lf1 ~(u; III, Ccs tlclails bio- Ionique" el prêchl le reno.ceme•• el les vetlUi IDO....UquCII • 1
i;rotphiqlH:s Ile l'U!"I'l'lopo utlcnl pas :I\'CC t ' C Ilue 1I0US sa"o n s dc de nombreux disciples M. 50. bio...pbe" PhlWth. 1-.'lIe loul
Grégoire le Sinaïte, n\'cc lequel on serait tente d'identifter le parliculièreme.t .ur l'Iustérité de .. prUicatlOD; kldore a'maU
maitrc .Il' PlIl:t1ua~ Iii', citer les pIrole. de l'EcrUure sur la c 'YOle 6troite t, aur la
nécessité de luir Sodome et GO'DO'Tbei c qlDt ceux qui ont de.
lemmes, diuil·iJ lUX Tbeualo.le.... .ot , ... eo.me ceu: qui n'e.
ODt pIS, cal' la lace de ce moade p'77e Il •• A priori. il panU
exlraordioaire tlu'uDe teUe pridic:.Uoa IOit faite par •• ..te

, ,,

1
1 .~
S71 CI ....
prI. . . ..
.........
=... ~.
1._" PERSO.\',\'ALlTt nt: GREGOIRE PALAMAS LES JEUNES ANNSes
('n('orC' jt'unl.", et Jlhilolhie nous ('!\.plique 'lu'lsidore auit reçu
unt' I1lr('ctivc Jlurli('ulihe de 5011 I,ere spiriluel, Grtgolre le Nouueollz ('oRloe" Nous trouvoas ua ~cho dei aclivilé.
SUHU! (' . il dC\';lil rt'slt'r l1anl le 1II01liie el servir rl'e:uml)le .1 auee les c Bogomll• •. de ce cercle da ni d'aulrel docu·
Ct' IIX ' lu i vivent dllns le sied" H, Nous \'o)"ons Il encore un Inlt menls contemporalnl. notammenl
lu rtl C" lIhcr" l'hèsyclllume d"s XIII' "t XIV' sleel"s. donl un Thto- la correspondance d'Aklndynol, qui agot'le Palamas' Isidore.
h' llll' ett' Philadelphic (III l'un ,ll."s promoteurs : le mona chisme cn les accusant tous deux de JiaisoDs luspectes avec Ics M".u a-
l',, 1 ('nn ('u ('omm(' unt' mission prol,hétique dans d pour It monde
liens, Nous avons vu que Palamas avait eu des contacts avec la
.' 1 IICln (1:''\ )o(' III('III('nl ('nmll'" lin moyt'n de snllli iOllivillllc,1.
lecle dans sa jeunel$(' d Clue certainl traits de splrilua"lê appa-
rentai"nt les hH)'chasles ault Bofj:omils N. Il semble DotalUment
1.",ld l\lll' \l ' hutu\''(' :\ Thclio lio;ll o n HI"l' rCI;oît d'ailleurs une nl'I,re-
que les hésychastes - toul en ne partaseant pas "iconot'lasmt'
('ia lt o n h",Ul coup moins i-Io gieuu d e la part d" ct'rtains anli-
véritable des Bogomils _ avaienl adopté une aUltudt' rClI:ervêc
1':11:1"11 " '" : • Il n ';1 ni npl'rh 14'" In i~ d t' I·obéissan('r. ni vécu tn • l'tCllrd de certilines lormel contemporaines de la Y~nCTution
C"lIIII IIIII UilU ki, : 111 hcu 1"l' ~'L' a . e n (lune , ' ""' ",,, ",,"Ie IIIiX (outc..",
des images. Aklndynos, dans une JeUre dataDI de 1345 en~' iron
Il li ('nlrt'I'rh d'(' nloelgner d d'cdu1Iut'r d"s enfants; il lui est el adrl."sste 1 Jacques Koukoun.rès, mttropolite anllpalamlte tle
; IITln', llil -ml . th' "" ·I"lf'I·r Il.·... rCllllll e.'Ii Ih- lellrl llIaris cl dc Il."lIrs MOl1cmlmlih:"', tef'iI 'lue le Mcs... liilniJlllc, I,roleuant l' • ieu-
,' 1:(.111 1<.. 11111' rHi1i :'1 'l'hc""alulluluc d III\(' fui. il Uyxance : 1111111 nomachiC!., ttailapparu 1 l'Athos, • Constantinople et' Thessa-
I~. j1 rl." mil."r CMS. c" (ul la tille de C)'do nèJ;; dans le second, celle lonique, que son chef, Georses. avait autrefois habil6 la même
tir Tt)"naH5. POOl" ne pas remplir l'air ~e b1~5~hèmes, nous maison qu'Isidore dans cette dernière ville, qu'il en fui chauê,
I"i, ~ ,' n .. il ('t' US Ilui tlnl l'II it rlllre wu' ('mlude lIiplrlhll."lI(' ~ur . ces qu'i1 fut rtcemmenl exl,uls'; du MODt·Athos et marqu6 au rel"
1
dlOles le so in d " conn " it"e les d octrineli sec l'ètt's t'I. Slupl,des rouge sur Je (ronl. que parmi les disciples il '1 a .. U une moniale.
IIU'1 1 I('u l" :1. dil -(l n. (' n .• ,·inn loC!s d a ns dt's enlreliens cland"Sltns: nomm~e Pori né, tlu'lsidore et Pa/ama. v~nercnl comme IIne l'rn-
Ch ... I"II""nlu' lIu·1I1 11ft l,· 1" llIn·;Ii I. , ' II t'lfl'l, v"nir Il'UIi h'lIlllllr IIUI
1~I1Hr:1 t'utll p lètl'mc nl Il'' (lcr/vd cs d e jcûne. l'illistlllel~cl' du nour· , Ilhtlcu:e " .
Ces éYtnements sont confirmés par d'autres sources, notamment
n!urt. (' 1 t!" boisso n il U),. é poqu es presc rit"s, et ne (alllit aucune la Vie de saint Thiodose de Trnovo, r6~lée par le patriarche
,llIft;n'IlL'~' 1 nln' k "( jnllr!! JI. 1111 rA('on du barbare!! ... U • Ces ,1 Call1sie de Conslantinople, et par Nicéphore Gr~goras u . Callisll."
.
June'lIlt'nI S I l;' 'C\''('s S UI' I. ' 1' ,' Il'" su
IICII\' ' ' 0 r , n 'étaient ,lOurlant l'lIS confirme que le Bogomilisme b)'uDlin du XJV' sl!cle eut Thl."sslll-
1
un:IIH Rl(' lUe nt l':lrlll;::l's , NOII' a vo ns. e n ('rrel. le Itmolcn~Ke prt~ Ionique pour origine : une certain" moniale appel~e ici Irene.
"il' I" d~' D~ l1I elt'i ll " Cyd o n ès (' n (3v('ur du (utur s>alrlar~he . fout I."n ll."ignant d'êlre orlhOOoxl.", en était l'iniliatrice; dell mOinl."li
" .. lUi',. j'I:II I 11111' SUI' It· lit· 111" " "' 1'1('11 1' (:ll1Iili:11 .hllIS la rl c h.e 1 rurenf ses discipll."s I."t contamlnerent l'Alhos u . Nictphorc (;n\·
r l llllllt- .h·li C, tlII II(" l"I ,·',·,, 1 1:'. l' • ed ul':llio li • '11Il' ICI IIII~tl­
l;illalllllU dl' ' 13 17 lUI n'IJroc h ai('n t. Oélllc!rius - !Ion, Qncl ~n ~• • CI. D, OeoU:"P1", TA • ...... " •• p . lU .
IlUllltt<' _ du ns 11111." lctlre qu 'il IU Î a dresse "n 13"1. la~oc ll." N . Voir V. L.tv .......... lA "'1. ~,"N,..I. Il. 5,,..11'1.••
dAn. Bt:llor Il'0,1 •• ', xau (1"'1. p , lU; D. A. Z-utIJITIJTIIO... Lf Du,./fll
fi· IIOft•• H, i • •
l'fruiteRlc n'l a ux lII('i llt'o r5 souven irs d e son enlanre el e 53 , .,.,c d. IIorl •• Il. 211.
hnill/(' l". La • fiJ/ t' de C)' tlo n ~s . , qu 'ls id ore poussa li enlrl.",', ,n Il . Aliffj . 01..,.. +, "Ïf" '''~ ...... o"'fiÎ""I JO-C'" .I~ .... for- ltif .......1 l i ~,
l14~i .. ( ,~ i f" t~ ilfl<ii .. t t~k .<i~ ti e••_ !.., _ k.1 . F '; Cil ri.( .").4:......{
• "" ,.
n'Ii"III1I . , lIlIIrr:1I1 • Olll'~' rc .1 :roc C I
• I I' (1<' l>êlllClrills. I.e t'crdl." 1 5)'-
, ' ,'" '" ,, U UUI( ri,ç .. n · " 'IJ"o""f\t~ .. i,,!... l ·cWf.'f'OÇ ""'110(. 0 , ..~ :ar"'"C
. . •..
,",!\,.'l.';";
,h.,,'" dl' T l h· ~" alllllllllll· ~' It' IIII : 1I1 : 11 11'" 5 0
,. "

,n id " ', 1"" 11,' d,' 1:1 g r ,lIIlI l' \ i ll .·,


Il ra)'OIlI1I·ml."l1" ..
l'l'' .... ·.Vf";i d~ H.....""-al ....
..""of"
i" . . . .
i ......... j~ t? .......l.OY; .. " ,( ....f'.hk iur "OU ~l.a0V'l""" _1< i~ ..t ..'l.'
ili,;,,,,, ôt 1"1'1'( d~ i .. t_ X, iP'"( <i . '
rl,( .",vi',( "IK!"( ..':"'." te ... t ·""'"i:~. &ç """ç w. ....... t( ... 1 ,f" "';'~
u i . f oin ..... J ,,1)i' l~f". M,'I~ • ..,. .....(l'OC.. iniXSJj ... ut~f (." d .fO''' ;I''~
... 1 <i.'ll.cl''l "tO '~ . . r.... i,....... Wc IIU'1"'1 .... ri.~ è~'l .....'"""( . . . 1 .o'1M1. ...... ~ t~
.ur,f , ... 1 .",1 1'O'f.:f~OVC'(' .:.~ '~X'''''. f
c.. ....
n.,."" ... 1 .." "1( 'Urt.....
rr'~ .1.xs;h'l"";1( .. t 1'k'1...,!-<, f,< """'1rlK ._.,' M._ 1.:ôwJ,oc T'Tov'
~"I( .", ol~
... 1 .,4< ~.. Of .... .:..; .r'< ............ r........ H I";" Ufou.~ ... t .'''-n ...... .. .... t
.. .:............. -:v,..... ut.I'Â"'I...... t .1........... fi ..&1 ........... il.... ,,,,,,, ...r. ~.of., ..
ooi,., i~ ........... W( .fI"?"Ij" ....... Il ..l.. ... "'i n,.;;, 1I1lf't. .r. Ii&. II" n · n.' (... 1.
1.t.I.".,,". l'. '1. '1" ......... 1.... "'....... 1 .,<ft" ........).
n . Ct, 0 ...... " ... y • • ~. rU .. p. 1$$-2$f; l'oto ... " •• U-..oJ.IlU, .~_ cil ..
p. Jn..u"
U. L« VI. dl! Mlat TlI.hd...... '. ". pua.U" 'lu 4JI • • • • tut. ...... "nlll,
Vat preœJtR I .. b par O. BaOl"" ....". _ •• t". tu ..}. • "lot..,.. ••• Ni• •

.H
,,
PERSONNA LITe DE GREGOIRE PALAMAS LllS JEUNBS ANNIlES
J.A
,
1
J{on s ~t encore plus Ilri·('i5. DôIR5 un ~c rit d:. lnnl de 1347, do nc ,1 pure, par rll""ort à la pulmodie des mo••,lues c:énul,iliIIIlCIô,
2. peu près contemporai n de lu lettre d'Akindynos s., il do nne les ua cerlaln dél.chemeat par rapport au rorma"," e ....ditionnel
noms des héretlq ues de l'Athos : Joseph le Crétois. Georgel de 1 dan, le domalDe du jdDfI, pudlCIIUoa du dUba. co• • idéré
La.riUA - probablement identique a u Georges cH' par Akln- , comme supérieur .l l·~.t cODJu,a.-, el .uul peul-ètre ua certain
dynos - , Mo'ise le Peintre, Davi d. Job et Isaac ; tous ces per- mépris a ustére pour une Irop ricbe d6conUoo da é, lises. ce
so nnacu $Ont formellemen t condam nes par un T/!!'-Oç fyypllfO(,
1
, qui r. isaU accuser de nombreux hisych"le. d'ÎcoDomachic Y-,
i
adressé par le sy node d e Co nsta ntino ple aux moines de l'Athos; 1 L'eDltmhle de ces informalipllI lur )'.clhUé d'bldore el de
parmi. les erreurs con damnées dans le tome, "Bure l'icono- Pala mu l The .... lonlque .ux enyirolll de 1325 pole un pm-
dasme &:1 . Snns mentio nner Is idore, Gregor .. associe Pnlilmas 1 bl! me généra' s ur les relations ealre 10 BoaomUi5mc ct l'Il es,.·
a ux heretiques athonites (h 1'I:~TTK "'..,OU !*lWoço ll.>.a.... iç 6wlCI'~ '"K ch'sme au XIV' . Iècle. En ce qui coacerae GrélOr ••• il est
"'" KlI t . uriç ~ I-'u'JIIlpi ç htdvl)( Xop"!;;), mais n'a rRrme pu qu'il ait hl dcmment de m. u·... lse loi lonqu'lI prtHnte d6JLWrémenl ICI
dé condamne IIvec e ux, vuisqu'i1 p artit pour Thessa lonique avan t cher. du mouvement hés"chute comme des cryptobol omU. :
Ja dicou,·trte de l'hhésie pour se perdre da ns la foule polyglotte il n'ose mi me plus l'affirmer ounrtement da.s &OD Hidoire. da ns
de IR gra nd e ville (ÀÔ.~ ~wv ~xno ch t ..w'f lt; 9 COCl'Cllo'f tx'l)'" 1'I:pl..., f; les passages de ses Antirrh~liqu Q anlipalamUQ qu'il , introdull.
9Wr~,~~." M II.I: I[ yoiN ~üfb, KOlvij( lCl'mt; ~ riK TO~ 1'I:6).c;W( , Mai, les inrorma tions (IU'iI donne, partieUemeDI eG.. obor~es I,a r
l'W'f T.:l.V':'q/Akv TT;t; 'f'C Hl[ ll d .IOIt; 1(011 )t"'I(I[!cM.cr.ç iltf~'f KlII KOÀuy~Clou la Vie d'Isidore ré: d iG~e pu Philoth~. noua penDdtellit de nuus
IUl.t ttOl.,"""l~ ~ wvi;t; l(cd ~"''K l:'Uttol.&CoVcrt)ç, OUCl1CW,Cll ~ rlj'f raire une idée s ur l'e nthousiasme Juv ~ nile. peut-être oMo d e 1·.eU·
torr.oii I(lIlf.l",,,,) '~I. Sdo ll Gregorns, ce n'etai t donc pu pour vU, de Pala mas el d'Isidore III Tbe ....loDique. Lears écr its ult ~
hur I('s inClin ions IlIrtllles, IIInis pou r « huPllcr i\ une cond:.m· rieurs ct le respeet donl III ont joui nous permetleat eepe nda ~t
lIatioll l'''u r 1 11 1 ~'n llllli .. III (' . CIli e Il.11:'III:1s :mra it Iluittê , l'A thos S l. d' ~ca rl e r loul 50 up~o n de BoComilis me. l.es hl:s,ch.stea, I"'"
)).111' "111 nTI' 11II1'IH1I:UlIik, t.;r e ~or;l s - cumUle le rnis:. it Aki n· lement parce 'I"e le ur aclivll~ se dn-oulait u u les mf mC""
Il\no'l; _ ·~· .. I :ICII :.I I ) rt~ ,, (' nt (' r P:lbmas ('O UI me un clisdple di rect milieux que l'hé résie, ItOu • • lent mieux que quiconflue hlllt'r
,It J .. ,,·!,h h· Cri'lu i, ,·1 clt· (;t' nr~t · ' ,1(" 1..:,ri"'Me .M.
h i·rê t iclll c'" , ,·untl·c eltc : il" r êlUllulMlcni 811 Il",me belonin d e 'Ile allirihH"lIr
,
'·.JIlU", l"I ru...
u c ll~· I\lcllt ('ulld:IIUII":5, I"a is Clue c CI'heins t ruits plus illle ns!!, m. is en propount une dpclrlne de .. pri.... et une
de spl"ltun lHe ct ce rtaines attitudes pouvait nl extérieurement s plrilualilé authe ntique. el IradIUonn~ . . El Il ... certain que
.tlillan·ll ier :un. h C!Ii)chns h.' . : prdl' n ·nc'c d o nnêc .1 hl • Ilrlè re •
leur sucees 8n. 1 da n. le luoRde byuntln • CGDtribu' III c..aUacr ,
, vers l'Eglise orthodo:ae le IDOU'lemeDt popal.l.. de rh. 1I aplri-
---- tuel que le Bogomilisme eDtralDait aur des .o1a dMoura' u I.e.
Jr~",,,,,'rJ nu " Js'. , <"h d e ' · L nj .... n lt r ,Ir N u",o<" l , NOIleOU, tiGe , h"hlt"",
, .. ,II... rI une . .. r ,,,,01 ~ (01• • l'''~ \". S . :f.l.4TAM'IlI . d a n. 'e Sbo ,.,.t" le IIcr."'"
__ •• ,_rrlll}oo. ,..... ,,, l ," ,~ .. I .... . XX, Sofl.oo, 1" 1• • " O'C 4 ... IOull" ' ....III'I"U.
1.0- I,,".~"a(c 'Iut II U U~ ' '' I~ruu n trou .... '"u , 1 l, Il. 11·20, ,le tett .. ,t u ll lèr..
6dltloa.
"- Ln ;'0T~I ;~ ... ;..~ , ~ ~ · ~ ... I ~ s l .i"I" '~f T, l' l .o l contr. r alaPUl', qui"
,
"'.lIlUt,U• •
\\'1 ' .Ihlc'. 11'.
" t. "fI....
tr ..... enl den. le ffiolnu.crH ,rH. n- S5 de Gea"'. (H. O"'OItT. Ccl le lot ... 4,.

'.'1 /t t /tUoIM,." d , S .. tu,. Ldpd" Il'', Q . 14', p . ") d.


cl .u .. t dllll. If Sc.r. , r .• T . l . 2 (1. XV I) , 11'. 2-1' ''. ct ,
l, .,lI. U II'. Ad d. t6 .~05 . If. 2:11 -41 2 (, . XVIII . La dei .. de ...,n.. œ ..... r .. n i
" •.Ilq ul-f , .... Gri . .. ru . Inl · ml nloe (1I1r1 .. XV. 7 .~. Bonn. Il, '71'; ct. G, .. . Ir. S5.
•. 1::'. " .. 1. 1"I .... lrun l'nulla(r • • no, 1 IC""rll .. ",.. nl rfp rodn ll . " lin. l, U"r .. XJV d'1aH," •• ,:~:::
ok "," lI i , /ul u . "' .... . , .., ,·:& r l.. ", ... "\Oporlall'... . .. ot."'''''''.., de n. 1., I.au...., lut la Q I cl

li. G, • •
Il,, ••1,.,.
,r.
Il"' _ • • 1I0n. r ll,..,..
u . ro i. 7 ... ; .... p ...., .. ut ",p,t. Il,r Gu,...... da.u . on
XIV, 7 , ~. Bolln, Il , 711 -71t.
M. Pc / . 1; ce pa""I" IC 'ru ... v .. trando rnK dan . 1·lI b,ol ,., pou,. ''flter 101011. ,
~~;~:~::~~~,
i
a •• _
• ..l, •
. ..
0, '
r#-ttrln« .. ral"mu ; lu il/r/llquu . onl m enll on n t . ail p lllr l.,l, ..na . _.... d·..... r.
.. . , ..... "~. lA, I.... mn . 0111 c .. ~ n4. nl Icknllq,uu : 'fo l, IIoto,"""eal p . 721, .. Inll
11&..... 2: • , . •
.... ·H . ... , (,: " li t ).. U ....:. . i"," '" i 1l c C;; ", ~",... . , 1.. Ôj u Uw< h.'vn ... '11)..
• ",. a'OI yroeat"" , 01 H . ".\ ",.0; . ô;"·.c ", I"";.~,, i, ... uu Ru u.).n!n ,'f ".1 114".0<....
111.,•• /111., .• p . 11!)ô d . l'''".unlt ''. E"r..." .." . Ci.1. !'o 71 oc.
'fI'"
foL I\.... ~ ....... ; . \~. C;.;'" u ! ;'111·. 1 j", ~,.i. ",."' ,<0' ( u l ôli,: ",·,, ; j c~,,,,,,,<
, .... Srti "';......·•. (,o n .~ :::0..... '"-( .. ~~ ,, ~ )l"'~ " "~4o:; ·1""'".' ~ Kpi,( ~ " I • ".f ln ....
r •.;.t. .... ~; 1',,:r.0'I' j,Ui . lu. (!;,.. Ir. ::... ri" 1.· .. .·.
.
I~A PERSONNALlTt DE GRtGOIRB PALAMAS LES JEUNES ANNeES

hcsyc hastes n'avll ient p:llS peur de guder le conlact avec le milieu IIU~ conArma J, doctrine de P.lamas En racontant cel é pisode,
fi.
m eme oü le Bogomilisme se dévelo ppait et les In c id e nts de Phtlolh~e , cerl,inemenl lenu • aouU,Der ua InU lmport,nt de
Thessa lo nique, do nt nos sources no us do nnent l'~cho , tcmoilJnent l'hh!chas~e de celte ~poque : ana ouy~rture • "I,ard des
tlue ces c.ont. ch; o nt r~e ll e m e nt e xi s t~ 11 . beSOinS spirituels de l'E,lise enli~re, Palamu et ses dl.ciples ne
prét,cndal en,l pas, promouvoir une m~thode bOlérique de spi ri·
t."~ltl~ ~e s~.née M lin nOllibre restreinl d'~lus qui se dh;lin,;ue.
A 8errh ~ e. Pa la m:r.s ne res" pas longtemps' 'ale nl alOSI de la masse des Adéles, mais ils voulaient simplcment
Th c~.. Dlnn illue. Il cul cel'cnchlRt le délendre l'intimité ,'celle 'lue l'Incarnation a elablie cnlre Dieu
temps d'y l·tre o r Joll uë Jlrlotre ,"ur ICI i nsta nces de ses wmls. Il se ct loulô Iclô c hréti ens. La th éologie palamile tout entière ne sen
retir1l ensui te, .... ec dix Autres mol nrs, d. ns un ermit age s ur une d'ailleurs qu'une con ceplua li.ullon sysl~matique de ceUe donn ée
m o nta~ne l'rh de n l.'rr hee. Il ln'ait . Iors Ire nte ans n , l'Age c .. no·
essentielle,
nique pour l'ordi na tion sacer dotale da os l'Eglise byzaotin e. Nous
somnll.'S donc e n 132G.
.\ n('rrhl'l', (irl'HoÎn' jI:I:<oSC c inll jo urs li e la sema ine chIn ! l'iso- t.'umilt.ge Pala mas relOta cinq ans tians son
h:men t comp let, le sil ence el la " p r ière ininterro mpue de de Saint-SabtHJ6 , ermitage H, mai, dut le quilter
l'esprit . (l] i3d).cunoo; T OÙ \/Où 'A'rOGlVX1)), Sa sa nté encore vlgo u- yers 1331, les incursion, des Serbes
rl'USC lui jI<, r lll<,t d<, pnll ic lucr une ucèse scvhe, Le u medi c l ay/lnl rendu 1. r égion peu Iôûre TI, Il reto urna alors ii "Athos et
le dimanclle, Il sort d ~ lIio n I"nlt'menl pou r ce l ~ bre r l'Euc h, ristie ,'insCMlla dans j'ljG\lXlIlJ'T#w1O'ol de Saint-S'bbu, pr~s de Lun, po ur
('1 ('on\','r)ol'r :I \'C(' h'., f "~rci ,1<, 1'('rmitAJ;e U : c 'esl 1. le ~e nr e de Y. lU ener le mème genre de vie qu" Bc rrh ée : b oleRlenl lotlll
Y U ,' II,! Itlm, l'l'COllllllll nde par 1. tndilion hësyc haste d~, les cinq Jour' pu semaine, liturgie el conyer.ulio ni 'pl rituelles a vec
orij:;lOe,", H , parce clu' i1 se trou,'e • mi--chemin entre l' vie commu- Jes (reres to us les .ume dis el dimanc hes. Elaol hiéromoine Gré--
Il :u,t :lirf'' 1'1 "i'ri' mili .. "", Inlal ('1 Ill'rnwt ai n .. i un Ilc vdo ppclllent J:oi re prenuil lIuu i son lour l}Our 1. célébralion des u(ll ~c.'j ft
Il''1'111''1111'11:<0 Ill' 1:1 vi" l'o l.inluelle, en cOlllbi nll nt Ics wvanla~es de L:lvr~ 111 cl etuit prh cnt au monasl~re dur.1lnl les mome nls les
crs deux J,:t'nr<,s de \'i e, pl~s Imporlal~ts d~ l'a?n ~e liturgique. C'esl ainsi qu" 1'0(6ce d u
I.r ...··jllur lit' 1~;"am ;ls Ibns sn n l'rmit:'!-:l' ser:1 5j'ule llle nl Inter· SOIf' ,d u Jeudi Sa.nl, Il lui indil:n é par les con versu liolls tille
r OIlfJlu I",r la morl Ill' ~a mèn', ~ tlJ"\'enuc il Co nstlf ntl nople, lI ,e ecrlt.. ns moin es pours uiVil enl duranl le ch~ nt des hymnes cl
rend dan~ la ca p ilnle el rtlmè ne M Be rrh ~e les deux sœ urs préféra se c~ncentreC" e n lui-nll~me el ,'adonner ' la pri er e pure,
mnnialt· .. IIU' iI insla lle 1I IlfiS un COU\·!.' lI t ci e celt e vill e: J'ai née, Une a,u~re 1015, II~elqu es .nn locs plui lard, li l'hessalo nilllle, Il cu l
Epu,t,,,,,, .. , y IIIl'urt hil'n l" l :'1 SOli tUllr U. IIII,\' \"S' OII de samt Antoi ne Clui lui intcrdit de sc sepa re r d l,! la
!,Inlotlln' rapporte IUls~i un inc:ident i ntêressa nt pou r j'hi stoi re prf e,r~ conventu elle, sous prt:te xle que l'or uiso n mentale lui est
de 1'11t· .. ~C"ha, ml· dll XIV' :<oii-rle : lin ('l'rt~in moin e Job, <lu i SUlu!n eure, Ces in ci denls, to u, deux racont es par PhiJolhce ....
Il.lblhlll non luill J c l'crllllhlJ:e ct etait l'umi de Pli III mus, souti nt,
dans une dIScussion avt'(' ct' dt'rmtr. que la priere inin lerrompue
ne j,oll\';1I1 l't re "r:'lticllltl' Il Ile I)ar I<,s ~eullO llIoine'; PMla mas
afnrtll;III, ,'II <,onlr:'lin', Il Ile 1011" les chrrliens, slins excepti on,
;4\':111'111 n ·t'II l,· "tlflluH"'Ih'ulI'tlllh""'icr ('unli n:u'II " mt'u l (/1'/l ell,.
V, li), Jub fui hnalellfl'nl ,'011\':1111('11 )Jar l'a pparit in n Il'un li nge

71. l'lou. a.onl, piJur nu ,,.leRK"!. un . III~ t~ moll"'Se .ur ~u CIInl.cl. ,


.eloa lin 'clc ... nodal, dalll! de rd" .nn'e, li n _ Ine du IROn .. l~ r, dll Cbrl.l _
f'hIlOoC,Uol d. l'bunlonlqu. t", .. 11 lol,ner .. .... I.dl. )NIr du mo,.en. que
, .. t ••• 11 n"eOm".. nd~. ,... Ilolllln,lI ..1 " ,.IUII fi ... cII,...I.. nn l POli" e....
"',.. ut..,,,,,,el MCu" .. , Atl. , l , " '_ Ul,
72.. ".ILOT.t., ElltOM'OIl, toi , ~ l'I C.
:a. P ...."OT..,... ,."' .. t .. l ...71 nn,
H , cr, J ~ Mo.r.H"S, l'rI ."'rl,,,.. , . duop, , et ~ . l'G, LX XX VII , col. 215t u.c
(I ...d , "MI'" ... J ou .."u, S... ~tU tJo~ltlflt ..U . 12. h rb, lU' , p , $1-51) ,
n . P.,urr.ta, '.'d,.col. ~72 B_~n B,

58
LES JEUNES ANNtES
I.A PE RSONN ALlTt DE GRtGOIRE PALAMAS
Ilout témoigne l'un de ses ruturs adveuaires, Grégoire Akindynnll.
r~ nèt e n t bien l'attitude des hés)'ch:lstes llu XIV' siêcle envers le (jui, en 1340. déconseille rorteRlcat ÎII Sarlaam le C.tallrMi. de
monachisme comunautaire co ntem porai n : ils co nsta taie nt sou- s'attaquer à un moine .ussi vèaéuble, que personDe ae voudra
vent sa décadence spirituelle, mais la théologie sacramentelle el considérer comme ua bérétique ".
liturgique dont Ils se faisaie nt les pro motturs leur i nterdisait
d'opposer la spiritualité indh'iduell e, basée sur III c prière de
Jhus ~, Il ln piêti! ecd~sialc ct 'tonlluunnulnire, C'cst ains i que AkilldS/no, Akindynos étaillui-mc:me un .ncien
Palamas, l l'txemp le de Thêoltp le de Phi l.:ldelphie, prêchera ft au liant-Allio. ami de p.l.mas. Il el.it venu li
Thessalonique u n vêr il.:l ble r enouveau lilul'I;iquc et que son d is- Lavu comme novice (.:.ç 'riz... ~_.
ci pt~, I"'hilothèc, SCl'a lui nussi un codificllteur de ID. litur gie ct ;(0.,) el l'ermite de S.int-S.bb. . . .ail eapaè loule soa autorite
insistera d~ns toutes l'tS " it'I de sai nts hésyc hnstes s ur la fid êlit é pour le raire dé8niUvemeat recevoir daol la eonrrérle du
de ('cs de rniers 1'1 l'l'j.(:l rd d e tn vie cOlllmunautD. ire des monastères mOllustère; il lui avait même conlelllé de r'diler un éloge de
ou ils \'Î\·uiclIl. la LDure de Saint-Athanale, et Akindynol le pronon<;,a devlmt
A Saint-Sabbas , P ala mas acquit une certa in e notoriété da ns le chapitre rassemblé chn l"hiloumène. Let moines r"tèrul
1(' monde nt hon it e t't , nj:;i! dCj:i de t rent e-huit a ns e nviron, co m- insensibles" son éloquence, maigre le patronace de Palamas;
IIlc nç':I, vers 1:13..& , il écrire II I , Sa première œu vre fut la Vie de Akindynos se rendit alurs il h. Ikite Ol1 se Irouvail Calliste,
, ni,,1 PiaN! l'A /h Ol/if e et la s econ de, le long Trait é ,"l' la Pré- le rutur patriarche, qui lui donaa 10D appui pour entrer iOit
,tlllfltion ,le 1f1 Vier!1e 'III /emple, destiné li. rérulcr ccux qui uux IlJères, soit il Philothéou, .oit .. Pétra, mais U. encore les
nla u' nt 1" ('a rul'Ièrc hist orique de l'é véne me nt que commémora it communautés le reietèreat, peut..f:tre par jalousie enwcn lei
t't'He Etc "~; e n "U(' f' u r r c nce , i1 IO'tlcissn it peut-être dt j:'! de Nice- talents d'humaniste, comme le IUpposa alors Calliste, qui préfère.
cependant, expliquer ces déboires par une IDte"eatioa divin~
phore GreCOt:IS"', Ainsi, d ès l'orici ne de son acti"it~ litl~raire,
'n
Il:l1;1I11;I)o rail l' rl'U\' (' Il ' Ull e ('x trl' me di!volion :', l'éga rtl de Mèr e
destinée il préserver l'Athos de. her.les d'A"'ad7aos Il, .:.n-
d,,' Dicu : Pltilol hel' t';1 tl' I1I1lrtlué lit c t nous le r ctrouvollS duns
toute ,'(rU\'TC d u docteu r h ésyc haste. Nous ne savons p.:lS quelles
sont les c aut res ' o!u\'r es que Palamas, tou jours selon Philothée,
rcdic ea :\ cell e époq ue: pe ut"':tre les Chapitre, ,ur la prUre el
'u III/l'dé du cœur d III Ripollle d' P,ml A,en .ur le grand habit
m OlIll('II/, t.'lI ulll rl lit .fO , s ur s ain t J C:IIl-DD.ptillte fut écalement
IIronllllc~'e a l' Athus 1'\ !li ai,; pcut·ét rc le (ul-cllc :.lU cours tIc l' un
dts sé jo un ulté rie urs de Palamas à la Sainte Montague, Nous
I}Ou\"o n ~, )l nr co ntre, ",rr\rmer ",vtC certitude que Palamas rédigea
vers 1336 _ tlo nc:\ Sain t-Sabbas - ses Trait é. apodictiqlu., s ur
LI Process io n du Saint -Esprit Il, à l'occasion des nouvellts dis-
CUSS i O Il :!. Ji ut l'C li ioll des Eglises qu e d es lésats pontinc~HI)l étuient
ve nus nrsoci c r a C:o nst:m tÎllople en 1333-1334 avec le gouY(!r-
nellll'III lI ','\l1Ill'tlll ic lit.
T out cil s'lldo nn an t fi la ,'ie de prière dans son ermitu~c au
rond de l'AIIIOS , Grc!;o ire continue donc a prendre un vir interê'
auX éven(!mc nts ex té ri eurs , Il semble jouir du re'peel général

II. I bId" col. :1'0,


12, Ib Id .• col, 511 l)C,
.., . Voir ,nf"" , p . 391.
U . Ib Id ., col. !i$7 A,
Il. PG, CU, col, 5U • .
H , Voir '"1'.,
p, In-I:',
LA PERSO.\'.\'ALITh DE GRÊGOIRE PALAMAS LES JEUNES ANNtES

ci~nn~ amitié d~ Palamu d d'Akindynol dalait p~ut--êtrc de aurait prêlendu contempler, apr!1 quelquel jours seulement, non
t ' lolltN:IU~ ou le doctcur hi:~)'ch n ~lC' si' jnurnllil à lkrrhéc : Akin- 5culement la luml!re divine, mail un visage humaia - vraisem-
dynoJl y ctait \'~nu ~nll'Î ~ ncr hl grluu1I1Rire", Mprès Mvoir lluitté blablement celui du Christ - app.nilnnt .. l'Int~rieur de lui·
m~n'e. Palamas sugg!re que ce rut pour le corricer et l'brier
. a l)lItrl~ - la ville RllIcédoni~nne d e Prilep" _ et Avoir !llIdi!
(I·.bord :\i PclnUlluic - l'acluelle Bitolj --, \luis" ThcsSlllo· de celle vision dêmoniaqu~ qu'iI euaya alors de le r.lllir~ recevoir
nique tI, auprès d~ Thomas Magistrol ~t de Oryennios, archi- daOI le s~vCre kO,YMIOII de Lavra : cette explication lui permet
d'~carter le reproche, que certains lui raisalent, d'avoir autrdojo;
diacre ~t 5acell3ire ':, pl.'ut-être "ussi auprh fie Oar1:.am". Il
IIccord~ Ion lIalronace III Akindynol M .
cst (o rt probable lIU'i1 llil ll(t ol)h~ alors Pnlamu ('omme I)ère
:' fliritu l'I : pM IIl'u,", (n i,. (,l' d l'r ni C'r rapp('lI c llu'Akintlynos a,·"il
t: t ~ lio n dllocÎ plc , :.an:. :I vo ir c ~ll c ndant suivi jusqu'au bout son
cnliC' ignemenl ' •. I.e d oc t~ur h!sychasle donne aussi sa propre IIlgoumtne A une date qu'il est difftclle de
nrslo n d es mesa\'c nlures alhonitu d'Akind)'noli : ce dernier d'E.phlgmlnou. pr~cller, probablement vers t33~
cla ll n .· nu il S.lint· Sabba5 pOur y pratiquer' la prière pur~, mais 1336, Palamas est nOlllm~, par I~
Protos et le conleil central de l'Athos, higoumène d'Esphismênou,
lur la cote septentrionale de 1. p~ninluJe , Ce monastère cêno-
' .'>IO ~ 1I'"..... i. t': ~ ': .. ;. ir.oou':'ut·, T. ~p i "'.:... rll1."o\lI""W~. ". o",ol'~" ,td ",I "' ; a i ...
HA'l ... ' l 'd '.1 IW"l1i t " , t :ri).e l~ . : , I/- I "'",d l'-I ..... ~.;. d~1 , ~< ",•..o:xof<, ,,';"aou
bitique êtait alors peuple de deux cents moines" : Philoth~e
r. .... i n ta",
t" ' ~"'" ~": ;I : ~I
..~ ""~ a i'fO ' ,ad..." ti:.!Y ri.< i., "x' " ik, tooc ii, n .i..,,,,.':'v I/-dyt-
u l :a ll! ;1. 0;" 1II 1""~H T,n .. i __ , .,.., ~ ..,~ ,........ 1I:*p.'
mentionne les prédications qu'i1 y a railes et le soin particulier
....,.... \ "''1. hn" h oi,l ui "i_" • .i ....,""" .. ';",...a-<
.~ ..: . ... T. :'n .il W: ' '<' I:''': 1: ~.""' 1. ~ •• :; .._ ...
~,
.!,
a,4_....,
· F.ab.;."~. ;1, Ii ~
Eh""
Ik
1.
'T''''
'Iu'lI apporta aux cêlébntions liturgiques. Il ne semble pas
cependant s'elre bien entendu avec la c:ommunllul~. PUiSfIU'iI
' ....... ,-; ",;.,~ .. • :~i.: ,~; ' : ::1' .... I\.:oy w:·... ,.'~ , n •. l'."" . XII ( •. ~ I \' ). If 41t o.· 'luillil bic:ntôl le 1II0Dlu;tère, liuivi d'un certain nomlJre de d is-
U ·,. 1. ~ .. th' ...11 1." b U,· I:" lIlot ..... ' NJoU ... 1I ~'-#tr... "11 rn .. lron. "'" lA .... a
,d. , .. , .... . \•. Il l , " 'H l ~. l''''s ,·ral . r m b llbl .. m.. nt, Il .'a iit d .. "",ou1a, I·N.nl· ciples. Ces dernicr~ le dispersèrent .. traverl l'Athos, tandis que
l;oto.. ,1.. .... 111 ' ' ; r o'l(,, \rr Ir S " ".1I ... 0·.. 1.10, du nM>uu V", • .1... Il>#0 ..... el dt l'III:III1IL~ rcycn:ül ÎI Suint-Sahluc'l. 1.c5 ulcntours dc l.avrll dcyuic nl
I.... t,," ..·.... " ........·.. 0"'11"· 1<"\ .:'111 .. 1... S,..u ..... u u., .... .. lfrl . l'." .. 1II .. u ... 'lue
, . ,Io_l r ... '11 .b....I... um. W",Ull t. '-'" un certatn ''''''1'' Id . •• ,.,.. , p . U ) • èlrc Mlors l'un d~ principaux centres de l'hésychasme .. l'Athos.
• ..... _ru . . . . . "1 I:llt r i ) .tltlla. " ftll .. d.lt. 1.. Tom, " "II/url"'.' {~. IlIIisque nous Y voyons .pparaltr~, vers 1. mlme êpoque el pour
.10..... "..... T'; "o; a i ;" I,<. r . :aa-3tI.
tlUchlues mois leulement, Gr!goire le Sin.ite el sel disciplel
n . 1''' 11,,"'... 11. 6 " ".II, lu" , ,,\II. " 1 A.
H. "1 . U '1;.' ., :u :qwtO" u ~ Il,:1... ,1: ... '.h. :-.ô;M;~ . l'AUoMu , Coll/rt Ba,laa", Callist~ et Marc .J. Aucune source De 'meDtionne le moindre
~ I A U n dl/ 'ttu , Co" ,: n ' , ' 0/. 3 ,,, : d , Ld/rr • Phllo'''"', 'b/d., '01, Il:':
.. t':'" ., ~l \ln o;', .n fl"'~, I/.. ,,,,,.Ho," d ll IM/r . J ' An llodlt, Ibid .. '01. U:. ... ;
. , Il''~'''; ' f"W'', CA ,.L'~TM , 110 11' • • " , 1.. Ol.. . .h ' ·orlll . "uzie . Palm . SGt,'ol. 4,. y;
.1 .. " .... ,"'. 11;0: _ S ..... ' " 'MI" . ... 01 . l 'A .. A_ u L ...... ..... u.O: u~ 111111. 1. M" \I,o":, ."
'. ~~".' >,t ... :.. ..
~ , . Y;. ·.\ .. i " i . 't ~ i '1."1."."'" i . CoII.I. lhIOpl~, 11&4, p . '7. 115. T"tt u !...... "'pO< ijll .~ ~"'p-.4 )Uooc r.. t';' ôTÛ!' 6f;u ,I,~ M,,~,..~ . ..... "'......
A . I",l l II"~ .II t· ..... " ... l'' rlt ..1K1 . .. ulr ... 1" d", ..,. tI .. fof'CC li t .... 1_1,-1.. ".,.<a~ ~ -
,.i.
""t ~ ,_< ill/-i l"'( d'l.ir "'( ••f."'!-<, itd.~ ....' "" " .... lott...,....' i.. ';' a .)...-
..... "lUoo( ll.i. ~ ""; " . ...... I:",,'u " "',, .. ,, .. Il , MOII. c.
1ft r•. ~~ .p, ' ':1 .. u ':' ; ci: Ihi. ~i ...: I ' . i"'i..,'f\'d,""
,r.
1.1.3, r .. 1. lit .. ,1.
. ~~C; U. i~ .~." 1'-'":,~"),.a4"1.u
• •• t.. joL6'OO< -.:.t . fll< ""11"1'" •• IXU,.lyt n~j,lI~ ~ 4....... i ... ....." , • " " .... 'r'-
.. ';""'; t':' ~.~ w: ........:..; . ... .,..1
"",.. r..ë08'~ •...e,..a .. 6..' • • ~......... ô; .. " ô"...,~ .. ,,~ tjo
... ~,, 2i •• -.: ...., ,; 1,7....:u : i .... C" ii p .~ ! t l... n: ,...e',~ '" d .;
1/,"'.
II cu 5' :2, W<OIYI .., c.. I.LI ST • • .),.. ",,~ towt ' ô.o,..,qIM'OO< tl...,., ,.,,1 x-". ....v .." t "''' [ l'''.~ n.t_"'~' ,.<Î 'I.""~ U
(.1. l U ... (d . l'APA DOI'OI' 1.0,- Ka .. u. suI , fbld.J.
!t~. r.... , I ,,"~ ..... Ur.. _ .,,"t .......
I1"",,k .t. ".
1... Idl ..... d'A""" I)'no. (ohJ .
",,[ ••"'I!h r""o,l~ .,1 , ....~'''u~ ux- ...1, .. ~ I. .ft1l).-..,'''' ~ ~ "", d ,.,.~
il.. ..." [0.; " ... 1 t .{< .r-n.i~ '" . ~-f,< l),"),yt",,..,< ."""'1< . i( d"'~ ,. .......... /0.(
1\ .J . . .....'LIII .... ,t " ,,~ .' 1 r: 1~. i~ I ',. ..: \I ~ . !: • • 1oIi';'~ . XX" lt, tH', u · 2 . • ...... ~IÎpI _. T .... ~~ .. '"'...,... .01:" . f"< ",:iot,,~ d."" ....1 ••,.. ...~,,"'Xli., w:.n l .... :a u .
l' 1.1. n. 1. p . l i ; te. Il ... n, ........ uh'ur Dlz. llu lt It l/ ..u dt G. A C/"d,,, • • da ... ...fOl. ... .,............. ,h , tk.·~ ovl/-w:,in_o<, 'ri,( ."T1I""'" ...).,l....,< l...tt,.:._",,,,, d,~
Il. r.It ... l'tr,, XX III , t, ;;7, r. I l ;,, 1:It •• 3.'- '''''.
I ll. ii .... ~ .. u ... 'An 2 ~ ...< .. ,.~.... :04Iu, h 110"),),0,; , tr. ""':i ,... i oli, M 4c .-..tu .... ,...
1).. Il .. ,,. "" l'II •...:!.. , · "i. Il I,.. rir " ' '' ''hl<l ):",~ •• l',,h,,, ..,, "C"I~U """'• ."111
.......", . ...,,1.. 1'" ",.. . Lo· " ,'. ,1I.cI" lrl It.::', :1""""'" 'r0,t/" u'<"I:I : ). t.olll" .41:1". t 6.. , I,~ • • ~ •• n':'n.
"1"'
"),"'1',,:,,,,,, r-w n",,< ~ .:n ..~.. ';'orI, ,""~ . ...-.:;>' n_ "'2.f'''f-t ..,,'<''I:'' OoA';; a ",,~
w:op"oltlll".' "'f'Ô' ovwo[,.yt.,~ • .:." d ........ 11oi"'. VII. 16, 1"'·
", ." ... l , '. Cob l. n . f ol. :l,. .. . . . .
" 'II; H ~,", :i ""'. .,.'., ,.,:".'1;0 I ~ ' ~ " .,,~ ~ 1'4! IZ I " . l )ll u~',,8~ , .ur l ~ ! "!'
"1U , l' . .. .

• u l I/-t .Ii
...... 1':'),1; i"ll l'-\ ;'~ J ~~':'. (A " ,r.. .U"'d.l/" .... \ Il . II, (À'''. II. (rH. l , .. r. a"f t , ,,,", <
tl"i,,{,x ç,m ;,': I : / /)Id " III , •• '0/. ,. Y. AIIJnd)'lIo, con'r_
Iool,""'n,,' qu'II fllt le 'U, 'p!l'ltu d d a P.I!' ma,: 101'ICill·I,I • • ppel:e u . ~a ~ltr.
1·.'I.OTda, .... w .. lo". col. 5.11 D·Ml Co Le t"'olpa.I( . . P-.tlotbH m •
.(mbl. Ici Irh ..lalr : Eapbl&m ' ,.u .'hl pa.1 _ ..... loroq_ la pa.trlartb.
racontl l'llerU_ dl Orlaotr. (5.11 D). _II Go a. tNJoU •• la -.aU_ 10roq,,'11
a• • Iant .\111 Uttnplu da l'acO"It. Itlpa-tRala • (112 CI . lA PaI._.
Il .... n . ~ I' ... Ihfolo, 1a (i~~ .. .. :.:..:.. 7 ~ 1'-' ;.01 ~ ~fl.O, ":,tvr,n "r. Eu).. ,".l):.· . t l~. doc:ttur bl.)'cM.ta .'a dOM Ja_t. fttl abW d. !AYn. u"m? .. 1'.\ krU
' jl. i~ .. , 1,-", -': :1": 1:~ t'~. '::':;:11' T,~ ::0: •. Co,, /rt Pli
(.1. 21 .. 1. JI .. ~olllu, 1I auul que r ll l. ,nn Anlt prh ... dtrcnw a"p .. h du
'"m••. 1. MOllO ... ,,.. , {Lu dlbut, de '" (o",/r_trU "I,.l/c"',',. da. . . ,~.",lto ... XXIII, 111:1. p .
,ur la rot d. iii . Jllite (PIII....o., Gr''''N, D. T . c.. XI, 2. ~ . 11H) . .... "0" -
"'1
.".. /lor l qui 1.. .. eJeI. le nl d n " .... " u l ~ r,.. .UtO"ltu (Ltlfr, ~ ':ulon!lu, Anlbro~. CODtf;nl " Eap"t,ml.M>1I
. ' HI , ,.1. j5 .. ). Allle u r . .... I:l n .... , ,, Ut Aldnd r no. d Z'-'t (j •• u,: "o~~10,
Il''''' .. Il . 17, / 0/. '~ I .." , 'ou h,,,1 d ll''' " . .. III 'lu·Akl",.!)'"o. " · .... n 'P" ptnllt'
...."tr da l'b1lou!nl"at 4a Patapla' l'ut d'.ma\ln
tG.MU'_OI SII"""'UOII • • ". dl .• p . 1.») ,
17. VI. d, •• /"" G,~rr le S'Mil., p . . .
...... /·"WI u.;:u K'e " .0 .. pirr • •, 11'/"1 ..1,
.3
I.A PF.RSO.\'NA.LlT~ DE GReGO IRE PALAMAS

co nl :I(~ 1
Ilcuonncl cnln~ les fieux Grégoire. Les disciples du
Simule seront pourtllnt I)armi Ics partisuns les plUli aeUfs d e la
theologie palamite. isidore 8oukharis, notamment. reçut la ton-
sure lUonoacalc de!'! lIIain!! lie Pul.1II1lS ct ce dernier le penuada
,
d'accepter l'ordination diaconale".
C'cst Il S.int-Sabbas que Palamas comm ença" ,'intêrcslcr aux
activités que le c philosophe cn lllbrais _ , Darh.. a m, d éployait ..
Thessalonique et il Constantinople.

B... RL ...... M ET I.ES CONCn.ES DE 1341

Comme on l'a souvent constat6, l'histoire d. 1. peasee by••n-


tine cst tout cntiêrc marquee, depuis le lX' likle. par l'oPv oli -
Uon, plus ou moins ouverte lul ....1 les 'poqua, ntre le. pro-
Illoleur. de l'humanisme proranc et les moine.. Celte oppoaiUon
, devient, au XIve si~cle. d'aulaat plus _ ..ible que ca deuK Drieu·
talioDs de 1. pens« by.aoUDe _ d'.aloppeDt cba uae .ne uae
viGueur Douvelle : l'esprit de 1. Reaa'"aace et 1. tradinGDDellt'
silirilualilé monulique dnieDoeDt let dwlI. pitl_ yen laqueb
cODver,ent les meilleures rorees loteU.lctcd' 1 et lu peno•••
lités les plu. vinnles de l'OrleDt cbr"'e•. 0.. deull. c6.... il
existait d'aiUeurs des e.prila mod,ri. qui ... a1eat coaclUer. en
suivant la tradition des P.res. UD 't"ritable bumulame .. ec avec
le christianisme. et le conOit aJ,.. qui jclata .atre lei deux. ten·
daoces .urait peut~tre pu. da.. d'autres cin:outaftC". lire
évité. Ce qui rendit le choc iDéyitable. ce rut la tranaposiUuD
p.r cerlains hum.nistu de leun co••lcllo.. pb1kllOipblques sur
le pla. reli.ieux. Da.s le eu de Barlal m le CaIabnIa. U ••••• .. 11
d'une aorle d'asnosUcisme th6aJocique, foad . . .r au ph'"
sophie de tendance nominaliste.

Barltlllm. t'
En ven . . CoSSle.tlN,_' ... __
.lrona .. 1111 a.s-. •
1.
et pbUosopbe _. oriCluln dl s..laarù _
"npe et de fOt .....Uoa. JUil . . . . . . . . . .

tt VI. tI·,. ill.ft, p . O-iS.

fi
1... PERSONNALITe DE GReGOIRE PALAMAS BARLAAM ET LBS CONCILES DE IlII
~n("t: iI~1icnnc. cherchnit Av:ml tnut à ('onnllilrl' Ile plus prh ainsi que, vers 1340, il une consultatinn sur les relalions mulucllcs
l'hèritage de l'antique Hellade. la patrie d'Aristote ct de Platon, entre PI.toD et Aristote que lui .dre.... Georcea I.. pllhe, mécèlle
n était Ddtle • l'Orthodoxie, comme l 1. reHgion de se •• nc~tr·el et .... ot cypriote, Il répondit .ur ua ton qui choqua .oa corres-
gretl, et Palamu reconna1t en lui un amour sinche pour la pondaut el, mallr~ les conseils d'Aldndynos, se ftt un ennemi de
e v~l"Îtable pi~te., A Constantinople. il trouve un appui puissant plus il uo IDOlDent où Il aurait eu l'raad besoin de tous les .ppui!
dans la personne du Grand Domutique. Jean Cant.cudnt. qui possible., Il venaU eD elret d'entrer en conn il .nc les moines '.
le charlc d'un enuigoement que 8arlnm consacre lurtout • du
cOmmentaires lur le Pseudo-Oen)'s. S. renommec semble grandir
usez vile cl , très rapid ement. il !:lit fleure' Byzance d'un Grand Sa rencontre Ce conflit se plaça aur deux plans.
personnase, que J'on consulte dans des domaines aussi dilTëreots auec le. moine.. di.sUncll .. l'origine, mals qui sc
que l'utronomie, la philosophie. la theologle et les questions coofondlreot trh rapidement .:
diplo matiques. Ses ecrib, conucres 2 CC5 dÎ\'crs I,roblèmu, clr· celui de la doctrine et celui de la .piritualit~. C'est Palamas
c ulent en un grand nombre d'exemplaires et continueront il être qui prit l'initiative de la controvene sur le plan purelDent doc-
rccopi h, même après su anèu venlures avec les mol nu. trinal. A la Pentee6te de un, Il reçut. dans IOn ermitage de
Le philosoph e cal:lbra is ne par\lint cepenllant lIu AI s'entendre Saint-Sabbas, quelques-uns des ~crils .ntllaUas que le philosophe
av('c ~ e 5 ('o l1 è~ u cs , le! huma nistes de Byzance, Tempérallnent cwlabrais anit rCdiCb AI la suite de ses pourp.rlers avec le....
t ap.geur cl wmbitiellx, il les tr.itAit nec h.uteur, ce qui ne légats du pape, venus A Constantinople en 133)'ISS4, Oarlaam,
raisait qu'cxciter leur jalousie" " égard de ses succh. Pa la mites en se basant sur la théologie apoph.tique du Pseudo-Oenys, uti-
et a ntipllhllnitcs sont d'accord pour ridiculiser son 9ttitude lisait dans ses écrits un argument orillaat : Dieu ~Iant incon-
n r ~IIt.'iII c u ! e . Ni ct-Ilhore GréRor:as, qui eut avec lui du djscus- naissable, les Latins doivent abandonner 1. prétention de d~mon ­
.. ioll .. IlII hliqllt'!\ MIr II I'S Ilrnhlètnl'! l'hilo50phitlUCS, le prhenle, 'ru leur doctrine sur la proceuioD du Sainl-Esprit. Comment,
d:l ns son di alol(lIc ""O rtl/UOS , comane un vanlard dont le but cn efrel, peut-on demontrer 110 Oblel qui se trouve au-dcla dc
Un ill lU' ,"I:til d e tli scn\tl ill'r les :lulres philo!ophu, Selon Aldn- toule I>ereeption et de toul raisonnement humain' )..alins el
dynos, Jl n r1a :1I11 sen tit \'C IHI ia Thessalonique avec une altitude Grecs doivent se contenter d'en référer .ux Phes qui ont reçu
hAut:lim', comme d:ln s une ville vid e de Ioule culture '. Phllothée une illumination speciale .u sujet de Dieu. Or, le. Pères eux-
,Ic S,'ly mbrie, nu t-\lCtlIlC pulamite, uuteur lui aus!ii d'un dialogue mêmes ne sont pas toujours d'une parfaite clarté : II ne reste
IllIi tl \~ p d nt l' hi s tn irC' dt, la conlroverse, le prèsente non pas tel- donc qu'à rel~guer la doclrine de la Procession dans le domainc
Il' IIu' ut ,' UlIlItl C un hi·ri·!\i:trc l"c, 'IU l' commc lin Ilmbîliellx 3 , Ln des opinions theologiques particulières qui ne conslitucnt p:t'i
r'.:, lIl t' l' t.1I1 IU'oha hl C'lI\C' nt l.hl5 nua ncre, lU!lis il est inconle!talJle un obstacle à l'unit~ de l'Eglise. l.'agnostic:isme nomin:lliistc Il e
tlilt. Il;tl'l:11I 111 ll\'ait h' Ihtn tl 'i utlili lltlM' r Il's ~I'n5 it son é~ard . C' est ""rlum aboli tissait ginsi au rcliltivlsme dogmaticlue.
A la même époque, Pillwmas avait lui-même rédigé leS deux
Tram. apodictique.' contre la doctrine laUnt de la Procession:
le titre de ces lraités sufftt pour coostater que son attitude envers 1
le 4 demonstralion • théologique oe correspond.it pas" celle

... AIIlnll)"nOti ~p4'O(.I,e ",I.,emenl :aon altitude" &rlu... : ,..d " UVotII. ",.ill~ ,
All1dtou 'toû K... , I.... '..&fOo: I~ i',"~oc ,1)1 "9 (1a( À4r-. f,c ,.~I s:a,l o ~~
.o),).,a"l( .... f""'f'iœc 't1'tliJ,lr.I, ",Id. n60J2)llou 'toû .r,l'4U( ci .., !:a( urie 't r,c
,t,,-..,ie, ),v.,..
'A,IO-;o'tiloU(
.. it"..Ii)',u, ,....:1 uû 'Vr-Il .v,,, ..
('1 rp.~~ol .,..... ;.),O)l,'""'''' ... 1 t1\,o{,o""e( ho:1l l'
1 1"" '.,uulac '.,u.t id.l. ",uv;
't',fOc i·...),V., ,~ .,.. è:u1,"",,, ),4r'U( •• 1 lJa" 'ClMu" t-'"'rW< •• ni).u(
ilIlO" u l.......... 1 du oo, 't.~~ . ~,. i •• ,,",,,Û'ltIt(, ..:.u... .fOl'tl"''1f:1.(. Tli~ ~O""
fil"'" rUto( ..... A•• ltou Uy.t, ....i" "u' hl,"'''' uû -x."',)lll.,tt(.• •i:.. ...•
if(! ,,"0'0\1( '0,,< .P<k lut..... ai ...... L( .... ",,,,.... ,,.. a ... li. V. ,., f'I., C'",I 1..
eot>ehuloa de Batt...... qui • da .. u,,' La,ltM; a,rh .""1' t_Rd lu 01'1_
DI08' de « deral"I', erl'oufe. . . . . . .,.1 .. k C.1oII.1wt1, ","-1_. eD drd, 1'.Ir
un ton h'oalque d ea... ller: • SI c'ul ,,, \II. 11'9\I .. ,m4 et .1 c'.., ul, l.I"'.
hl ,.CUIt ..OIU eu..,IIILeI', hl un.. ne'l'\!: ,ranci "hllOfatt"lu . • (t:, aV. .v'ti.(n;A
11/,.... . . 1 il ....' ll,l"'•• ,: 1I.",iI Gl&.:it.,. U!'lT1CU 1." l\n-iT"I",,). '''''''''' .IU:
,Mullo". 41' La,UILt, V.Ue. ,l'., nu, '".••.
66 •
\
i


[~A PERSONNA.LlTÉ IJE GRÉGO IRE PALAMAS BARLAAlt BT LBS CONCILBS DB 13+1

du Calabrais. La position Orthodoxe lui paraissait parfaiteme nt respectueuse, mais réservée. Pourquoi dilCuler lU lujer de la
c démontrable . ct elle cOi nc id ait , selon lui, Rvec les idées que e démonstration ~. lui ~eril·iI, lion que l'OD po"tde un bien
le p atrinrche Grégoire Ile C.hy pre av:lit cx primécs unc cinquRn- aussi divin que l'amitié' 1 Pa lama. D'. Ju qu'uo HUI des Irail~
t. ine d'années aupAravant. Ses am is d e Thessaloniqu e - il s'a git . ntil.tins de BarJaam et nI! peut donc juser de J'ensemble de
vra isemblablement d'Isidore et de so n cercle - , auxquels il so n œuvre : le bul unique du Calabrais est de confondre les
ava it envoyé ses traités G, lui avaien t de mandé, dès 1336, s' il n'y Latins 10 et il ne veut aucunement affaiblir la posiUOD grecque.
ava it p::.s contradi ction entre ses idées ct celles que le célèbre Quant au problème de la démonstration, il y • malentendu; le
U'lrlaam, orfici cllement chaq;c p M l'em llcreur, en 1334, de négo· llIol l'cul avoir plusieurs xcns : lit démonstration lU sens tech -
cic r ::l\'cc les l é,;al .~ , profcssai t tians s,'s nomb reux éc rit~ nntilatins. nique, purement logique et universellement néeuuire (miG'l\j
Palamas répondit alors qnc les deu:t jlositions lui paraissoient 6I'o).oyou!Uv'llC«l Œ'ICl'ITlpp'lfTOC "ElllJ!n. A..n'lO", nipaaç. EdIIt", '""l'IGt,
orth odoxes ' . Il eprouvn cepen dant des doutes à Ce sujetlorsqu'i) aufiw't'GlIÇ, rticw oi'ft'l.Wc ot ç voU<; icrn), ne doit Ilall êlre conrondu e
pul en fin o"tt' n ir IUH' eopit' tics oul'r:lj.l:es antilatins fie Darlaa m avec III démons tration bllsée sur J'Ecrilure ('" dpz..'iç TQiç Àoyto~,
do nl i l n'a vait qU\' ll ll' lI tlU pal'il' I·. Il ":-crivit alors II SOIl a m i XPCoIfl.iv'I Toi, k poit;l : la prcmière e.t inapplicable' la théologie,
cl ancicn discip le, GréJ.(oil'e Akindyn os, qui se Irouvait lui tandis que la seconde n'cst pas, en somme, UDe démonstration
:Hlssi il Thessalonique cl avai t l 'occasioll d'y rencontrer Barlaaru. (9jv Iy(o)TC 0\1)( , ,roaCl.(lv, ID' ûdp 'K6k~lY T16~l) JI,
Dans sa Jeltre, pl ei ne d e déférence à l'égard du philosophe Barlaam, quant à lui, el malgré le. &agel consens d'AldodyDOl,
calabrais, il ci te de Jonijs passages de ses propres Tra ité. tait éclater toute son indignation contre celui qui a osé le criti-
apodic tiqllrl cn les con front ant al'ec les idées de Barlaam et il quer : c J'humilierai J'homme ", déclare-t-U ". SIl réponse elt
exprime S O li Nonm' U\l'n t neva nt l'agnosticisme de ce dernier qu i, pleine d'ironie à l'égard de Palama. qui p ..flend • démontrer"
en rHutllnl tes Lati ns, porte a ussi attC! inte à la positioll ortho- les choses divines, Comme Akindyoos. U di.Uope les divers
doxe. I.e Die u in(" on IHli!Hmh lC! de Denys ne se rê"èle!\-il pas 1 sens du mot • démonstration •• mai. il accepte lormellement
S'il lIo'cst rcvé lé aux Ilhes, pourquoi nc sC! rcvélerai t-i1 pas à l'autorité des philosophcs païen. comme lourDi"••" Il l'égal 1
l'E~lisl' lI ujtHu·tl'hui )I ; U ' l'i nt el'lllcn i:lire des thi:ologiens qui son t des Pères de l'Eglise, des prémisse. 14re. pour 10 n'SODDement
al)pel~s a cl u<"Ï der le mystè re de ln T rinitè avec l'aide d u Sai nt- c dialectique • qui, en ce qui concerne Dlell, ne peut jamais
Esprit T ! devenir c apodictique •. Pui., à la 8D de sa lettre. le philosophe
calabrais promet de modiOer le texte de ses 6erita a.tilaUm,
pour ne plus scandaliser Palam.. 1',
,11"';m l y riOS , t
ni tld in ell r .
Akinn y nos et 8:l rlaam ri'pondi re nt La réaction de Palamas ne tarda pa. : • Aklnd,..... le doeteur
tous d eux ft l'ermite de Saint- hés ychaste répondit qu'il ne pounU mettre l'.mitié au-desaua
Sahhas. après ,n 'oir ('Iudit" clisembl C! Ics ohjections tic P:l Jamns ' . de la vérilé et que 1. complaisance de IOn Ineiea disciple .l
l.eu l·:' n :' Jl U IlM'S :'Illlt diJréren tes d ans le ton , mais très semblables l'égard du philosophe calabrai. dénotait cba lai DDe cootaml-
(I Uan t llU Cond. Akindy nos ent en d jouer le rôle de paci fi cat eur naliOD par l'beUéni.me profane. Quaat III Barllem, U reçut de
flu'i1l's:;a irrn de ten ir ju stlu'en 13.J1 : S3 leltre li Palamas est très l'ermilage de Saint-Sabbas UD loa8 tnit6 conlre AriItole. Platon
ct les philosophes grecs, dont il ...U Yaat6 1'.alGriU: If, LeI

r" f'lIr 1·l nlr n uecl l"I,·" ,le J nJ" I,h Clllo lh r l us , l . eUre 1 ci A kf" dll''''~, I~ , dan s
rt,colllfl i o . XX\' I. 1(",5, l' . 90.
G. • \1 ,' .1. 1,· <I r. " ",,,lu'Nu "' ",olltll :O~" s. <'c r lv,," -11 il IInrlll" m il la n ..
Il ,, Il:17. lur le rllil q ue j ,. n ':ol I,ns LI,ln"; ln v a ru lCi ,,,Irruen III1Il Lallo.
IIU ... Jet ct .. r"l,ullnr'n ~1I1 1'1 d o ln d~m on l l rllll o n ; ce. It lno lll "IIBe l le trOUyeR!
lIu .. 1 (bll' mel aUlrra krl b, lurt out dAO I ceux q u e rai adreut. l'annlle
demltre il Ille i corru pon dllull d e T h elllll u u ltl'.Ie q u i nie pOla lent .. mtme
'1 ut'IUon , 1 P rflll U r e Ici Ire il Ba rluewI, td , P ... .01011'"' ....1L . d aus ' t: )I,,. ). T, " "::1 ca Ill /)<
_ ';po , . XIII. nu, Il , ln .
7, Texle d e la I ~Ure et " Oulnlr"t"lr... p"" J , W'"'V.HOU ....... L 'orl,I,,~ .... dall,.
Thtologla, XXV, lt~4 . p . 60l-GlJ ; XX VI, II ~~, p . 77_H.
1. Ak '''' p,o~ .10ulI:O :0" ü, L, I,,~,i, I\.' ~ "o"" t'il~ cl .. mod êr lll iou . (:o",me Il le hli
'-' 1'1 •..11,' , ... U ~ 'UI' 1 ,1,, ~ 1..... 1 : "ou 6: Il, ,,,t ~ 2 ':Î't ::l Th :O: : ':'~ ::1~ 1'P-"'Ilcaç 'Cou
JI . ; ,. ",,; ""H .. ~~I"I'; , '1 -; •. ';'·,1h , ,,),,,,,, , . _2' . "",I;o"}.&"";.. .,..... lIn Îl,u" oaU'lt... ••1
-: :1 .,, ' i ..1.y.IV.... 1~, .....,6 l , çat """ i"::' i ";;~ 2 'l :U ::1';"0" il"'~ .1I'f'I1~ 'Caii 'CO~'ÙlI'" ;
AmO r o • . ,1'. Hf, 'al, 17 y .

'8
8AHI.AAJI BT LES CONCILES DE 13ft
,Ii ..tindiuns sur le sens du nlot • démonstration. n'lIvwient pas • ConstlDUaople, oû Il continua WB enqulle • leur sujet. abouIH
(-ollv:,i l"·U tirc~oire 1'.. I.ullas; Il IIC surllMlil pas lidon lui de IUlll 1II1'mes r':.)uIl3Is el déposa ftnMlemenl contre eux une pl.lnft'
chanGer Ics prémisses d'un syllogisme Ilour en transformer 1. au patriarche el au S,node Il, Le patriarche Jeu Callcu le
nlleur ct lui donner IInl' \ :lleur a l,orlictitluc : c'est le processus déboula formellement et le meaaça de "Delioas s'U De laissaU
mi·mc Ile la Ilcnsée humllin e Ifui devait ëtre 'oncl~reDlent modin~ le, moines IrnnquHles,
par 1'~ c liol1 de l'Espril-Slunt pour recevoir ainsi une co nnais· Oarlum n'obéit piS: revenu" The... lonlque. li conlinu ••
"lI nce ("erl~ill(' de Oi e u. Celle Ir"ndormation, BarlaslII non seule· aUuque,. Ics moines. Sur J'inUialive d'Isidore. ces deroiers linl"'cnl
mcnt refusa it de I·ucccptel·, lIIais l,référaU co nsid~rcr les philo- conseil el décid~reDt d'appeler Grégoire Palaml' pour les
~phcli profanes COlllllle • i-c111irés par Dieu., c·cst·à-dire r~duire
1
défendre contre les accusations du C.labnJa.
I:;a gr:icc :i un don naturel cl cn aU':n uer ainsi 1. portée, Palamu vient donc" The.nloDique et habUt, pendanl trois
Sans a ttendre la reponse du Calabrais' celte leltre n, Pal. mas aDS - jusqu'cn .341 - , auprb de J'crmHa,e que dirige son
rédige un second traité - inédit celui-Ii - s ur le ru ~ me sujet ami Isidore l ', Il lente ... inemenl. au cours de plusieurs entre.
("t où se renètc déli un !lutre con nit : celui que Barlaam avait vues, de régler .. J'amilble 100 ditrércod avec Sarlnm. Devant
l'nC:l!:l- avec les hcsychasles de Thesulo nique '-. l'Insuccès de ces tentatives, il r~diie ,. premilre Triade: un
ensemble de trois I,..it~s destines , d~(endre les h~sychaste...
(' r'/[~ Tw" lcpi< f)cruXaC6vr...,,). Les Irait~s ont la (Orme de r~poDses
1.If mrlllotft' hl-sy challc Au JUolllenl même où PIIIIIRlIIS, il des questions que Jes moines lui avaient pos~es; Oarl.. m n'cst
I/~ Ilrii·rt:. Uarl:llun ct Aki ndynoli lie trouvuient pa. nommé une seule (ois; Palamu ne cannait pas encore le
tn correspondance au s ujet des texle intégral de ses trait& et hile de se Incer dlns une dispute
l·l·rib, an lil:ltins du I,hihllonphe ca lahrais. ce derni er tll connais· ouverte avec le philosophe.
Il ... ,,,lo4UU·C. :. 'l1wlol>:llunlllm', :I\' l'l' ccrillines formes de 11 spiri· Akindynos, I)our sa part, se trouve alors • Constantinople. •
1
lualtli' lIIun:u·:Ih-. 1I1I1:llIlIIl('nl la mi'lhod(' de prière telle qu'on dans l'enlourage immédiat du patriarche, et us rbction:c û
1.. Il'.111\'.· di·cdle Ilar ,I.·s ;.uh'ur ... It· 1:1 lin Ilu XII I" si'·de - " éJ:nrrl ,le la dis'tUle lonl fort jnléreS~Anlcs. Il continue û vOllluir
:'oIU'i'llhon. rlli·"'ydlll:l,le ..t le l':n·ud o--Sy mi.-on - ct tille l'on jouer un rüh: Ulodêrae leur : dans ,. discussion épistolai re sur la
relrou\c ("liez Gri'J;oire le Sin:IÎte. Les moines qu'il ..enco nln • démonslration ., Palamu anit all'(luc! et Aklndynos Avait
dait..ul lIeu IlIsII'uih, ct iuclllllllJlcs de :..a li sl:lÏrc tluns le domaine pris la défcnse de Barluam. C'est le contraire (lui se produit

tic la spiritualité ses aspirations d'intellectuel sceptique qui 1 maiotenant : le. moine. Jui apparaissent comme des victimes
venai l ,1(' nier. duns SM d ilicussion M"ec Palamlls. tou te IIction de l'esprit balailleur du Ca l. brais et il leur accorde son appui
,1
dlle:lce dc la t;r:ÎCl· sur le I·aisonnelllen t humllin . 5011 tempé· , Ilui semble être d'un grand poids: ses interventions réitérées
ramen t oq;ueilleux, c l :lU:..:..1 les convictions spiritualistes que ,. aupres du patriarche provoquent la réaction de C.lc!clS contre
hu :,,·aÏl inspiri·cs 1:1 J1l1iln'inphie Illatonidenn<,. provlXlu èrent ,, Darlum ~. Mais le Calabrais lul·même demeure inlraitllble. Tout
\·n hll 1:1 pills ..:r:lllde illtll~nallOn 10rS<lu'01l lui décl:u·a tlue le juste co nsent· il il modérer (IUelque peu ses exprcuions, en SU)).
corps humain ,",OU\'llit lui aussi participer â la prihe et ressentir i primant notamment le sobriquet d'omphalop'lIque, . Sur le tond,
l'achon de hl sràce divine. Il rédigew des lrailb auxquels il ne
donna (Iu'une Jlublicité ....: dllile : il y trailait les !Ool nes d'ompha·
fO P'lJqll~l . • gens-qui,olll-i·ûllle.au.nom bril l l •. En 1338, il alla , IS. n'.r' ";tol~ Îlt l . ",. dl,,,, "n',"1') ""-:"'.1,,0(, '~:'a,v/O'-'C '"" .. ;~ .. ~
.. ~'o~. I .. u ..... D~urlilfl~ '~/In • ".rl ..... C.bl. lM, 101. 1...... G. Scbl..o
~ publl~ chlq I~ltru Lie a.rl"nt reloU ... u • • u dllpulu .... ee lu molnu lie
- rhuMlonlqu c ; ct. '101 r~ .... I)'1ie de cce doclunelll, d.aa. 1·/ftlrH. ou", Trl.,,~.,
p. :IIIV·""".
1':>. Cell. rCI-""lIe n i publl". pur G. Sr"""'. d'ilia I/urlull nl Cu illuro t l'IIlo' .. Il. l'IIILOr"t.. Elte.mlolt, 001. 5U CD.
",.....",. p . 11'. 31.& ; cf. nolrl" olll.I)· ~ .. Lie 10 Idlu, . 10Ti InHlle. dalll B,I,"nlll ft . lt. Il ",collie IIlI·m l",,, en IlIluvenlioll. dal .. un ,..pport ... 1.. lri!l'c1le :
\.XIII. p. IU . I1'. *!~""!' " I ".U),o", " ... . f .. n,!, y-.W1'-1';( ..,vr,"""O( n" II.fo*fI- Î."",~ u ta
irw ..
1'. CI. , .. , .... . l'. 3UI. 317
17. l'IIl1o'tu'. rie .s.-1)' I"brl .. "Ill n, ... du ... HU DI.,o,", InlelU que U"I.am
.... ....,..11 r.,,,,I .. . I·Alh.....·." 1 "k""I","o, ri '1 .uraU dij' e04u'lIClw:i ,
"'V"I"~ 4ll.ou '!-.. I
,:"r""
.V"I"la,... ,.. .1........1.,.<
"' .. ~ ,,, -I,'UX I, ",shtl'-i_ lai . Pl... ub.,. ...• ,oitc.: it "~;
",Y~. 'u''"I"''
,1 "'~, • • plo
",d )N.u'j( • ...,._
··fol ,.",..._· .. .1 &1< ftll'\ ,.~, ••~ "1'"1:< ~,.. • • l),ot .....-IjUI'-'''. "'1"
. u_que.. lea ....)'ch .. lc. (1'.''''' lGIl. 'u,. 4'''). "WCUM .u l .... l oure!, ne eonftrlu.
ln dlrtl d c cet .u, .... ,. tordlr d peu orl. I.... I. O.o a le p ....... eu te Ue Inlor-
, ••.,..... :"'f!ffT~ 1'f .~ oé,.",u(._ ... 1 1,,1. , • .",,, ''''11'110\; ",C:u "." ~ ....l.iM . "My
""'''"I~ .OU(. ,~ ri•• a. •.,.lr... Yj" ..,".l.Io"• ••lIl......"I( a,;c;; ".w.; •• ,lÀll{''''
, ... ',u,e Il ,'In.plre d 'unc honlill, d~ Collb'e qui ... INIU"" d oo z le ~ ',( "'rilT,' i":,"~, ..... , ! ~M .. Y ,.~ • • "n",'... " ........, ..
:::.ne ""'... ..;'11 (P.'m . ~, , .. , . 41.1 yi el q .. ' ..e nlClllloliue PO' le KJOU' d~
Uarb. . . . I·.\lhol.
P ....IW pu 'ho li ... z .....u ...... , StllH,1: • II~4~'J.
p. .
0 ... ICoPfl'WI • .. al.,
",..-.,..'1-. Ock.... lHl.

co ,
71

-
I.A PERSONNALITS DE GRSGO IRE PALAMAS BARLHII ET LES CONCILES DE ml
il ne change pas d'avis et livre au publie ses écrits contre les ces simples chrétiens qui ignorcnt richesses et soucis...• qui
moines, en répondant 1II1X ar~lImenls qlle Palamas avait employés p euvent dire avec Je divin Pau!. .. : nous De cOlloaissons rien
co ntre lui sa ns le nom mer d:jns sa prcmii' re Triade. 1\ ne se s inon le Christ, le Chris' crudOé JI • • Barl .. m n'accepte plUI
content e pas d'y c ritiquer les hésychastes, mais donne aussi ces conseils d'Akindynol el reçoit bientôt uoe Douvelle IcUre OÜ
une doctrine positive c sur la perfection humaine . , • sur la 500 correspondant .rorme qu'Il n'" a pd' d~laccord en/u
priëre • et • s ur la connaissance Jo fI. eux sur le plan th~o'ogique (d:yw lJQI, 'fi '1np( CkGloy«« oV CII,-6'pa:
tw.cvr 1O~~) . mais que Barlaam commet une faute tactique en
inte Dtant un procès en h érésie • un homme aUHi respectable
nnrlaam Cil Av;gnan. Su n ~'dl(,c
auprès du patriarche ,, qu e Palamas H; car il n'est pas canonique de traiter lin homme
Jans l'afTair~ des moincs II C sembla
d'ailleurs pas avoir porté un coup sensible il son prestige, Fort
,

d'hérétique a Vlml qu'il n'lIit été formeUemeDt cond.llmal J1 . c Sni~
donc plus modér é avec Pa lamas 1 • (Til '"' bd ITlll'q'. l'CTplÛ'tqllW
de la protection que lui nccordaîl alors le Grand Domestique ,, "'VO\l). lui. répète-t-i1.
Je .. n Can tacuzène. Ilarluaru présenta au synode UII projet d'Union
des Eglises. fonde précisé ment sur les vues relativistes qu'avait
·'
critiquêes Palamas ~~. Ce plan ne IIcmble pas avo ir êté Cor mel- A.kindunol Barlaam s'obstine à ne pas ~cou'er

lement rejetê, puisque nous ,'oyons Barlaam p artir e n 1339 pour dtf~nd le. moiR~I . ces "gel conseil&. AkindyDos, de
Avignon en qualit é d'ambassadeur impérial; il n'avait évidem- plus en ph.. eft'rayé par la pro-
ment pas de mandat Carmel de l'Eglise. Il y tie nt, devant le portions que preDd la controvene, nppelle aD philosophe ses
pape, le même langage qu'" Constantinople, mais Benoit XII COnseils aDt~rieurs, lui reproche d'ayoir commeod la dispute
ne semble pas plus enclin que les hésychastes by2.antins .. et d'avoir attaqué des usages que la traditloD monastique a
accepter son relativisme dogmatique U e t so n a mbassade ne depuis longtemps accept&. : la pratique de la priére de Jésus
tlIIIlllC Inu'u n résultat pratique. A son retou r à Oy :t:a nce, une en liaison avec la respiration, l'inclination du corps et le mie
surprise dêsagrcablc l'attendaît : Palamas aVilit réd igé une du cœur dans la priérc; il est parfaitement iaj"ale d'accuser
loceunde Trifide, où ses êcrits élaient passés au c rible sa ns a uc un de Messalianisme ces formes de spiriluali" : aDe telle accusaUoD
1U ê ll ;l~elllcnt. Oarla:1I1I n'ê tait êvidemrue nt pas homme a laisser n'a aucune chance d'l:tre acceptée par ..Bel.... BarIaam leraU
1'&S:!.cr slins réponse ulle réfutation pu blique Je ses œ uvres. plus prudent s'il se limitail à critiquer lea formules de Palamaa
Akindynos cssaya de le retenir : une polémique dogmatique avec sur la nature et les énerSies ., OD yoit alDSi AklndYDOI .dopter
h'!; rcpn~ s('nt:mts qualifii's du monachisme by2.üntin était c hose la position qui sera la sienne tout au IODI de la eoatroverse : il
rb'luêe cl Uarlaam nvait peu de cha nces d'en sortir vainqueur. critique Palamas sur le leul plan de la tb6olope. mals De dit
1.('5 lIIanuscrils nous ont conservê quatre lettres C)ue Grégoire rien contre la mithode corporelle de prière,. uDi't'enellement
Akillllyllos adrcssil Ù 13arlaam en 1340-1341 ct toutes donn ent
des conseils de lIlod êration au Calabr ais, en d ésapprouvant ses
allnques co ntre les hésychastes. La première, amicale, suit
illllucdiatement le rl'l our de Barlan m. Akindy nos ne sait pas
l' ncore que le philosophe veut r epo ndre à Palamas ; il ironise
1111 Pl'U sur la vanite «ue son correspondu ni lire de son
all!l';lloJo,.ule ~ I, jllli s l'l'/-:I'dle les all:lllu('s continuclh's tic Darl:uulI .
('llIlln' les moines, t' outrc C Ct'S gl' U S pieu x ct s:ms rec herche,

21. Tt" Halenl probwblemcnt ln t1 trn du krlt. de S.rl,,1'11 (,.olr lDon


\
In/rod. aux Tr/adu. p. U:'· I -XXVII).
22. Voir lei Icxtel pubill. par C. GIA NEl..U , Un prOflello dl B.Ir'....
l'lIIn/utlle dell e cI.lu(. ,hw, M j~cr ll'IIIrQ G. JJtrell.I, III, SllIdl r lull, l n, ('Jnl
,Ir
dei "atlcano, lUS, p . IS':'-201.
1 1. Voir' ce IUJet J . IoI ll ur<ooltF1 ', Un ,..01111>0" .'"tolo,lr~ .... p •. 4'~.
2-4 . ~~ il ", 'IL ~a-.;.1; ';',,0) t;:,~ fU r " ).?;C 'II;LIf '!-;Q).oL" 'II~I~." ' , ~ 1\ jM...1., TI
~ô.: ->;.-r,'.;.: ';~Li.t:: ~ ~a • . i ..... ;C"l cI~ \ 'IIa ).(, Illll' '(...... _dt,I'"( •.Q.,:rJUt'lldlU~f...••
5<", Id'. flr. '10-111 -11, f o l, 131.
12
1 A PERSO.\'NALITt DE GRtGOIRE PAI.AMAS
BARLAAM lIT LBS CONCILES DE Iltl
admise' Byzance au XIV· siècle, dans les mili.cux hésycltaste.
:.Juui bien que parmi les lotipallmites les plus farouches . li Constutlnople en U42, celle du hiéromoine de uvra Phil"
[) ne stmble pu que le~ réponse~ de D:.rlaam • ces missives Ihée, lutur patriuche ". celles des prlncip.ux disci"lcs de
"'Akindynos se lioient co nservées. En lout cas, le Calabrai. prit Grésoirc le Sinaïte: baie. Mire el Calliste, qui .onl encore' la
Irc.." ma' ces critiques, comme les préct:dcntes: Il oecuu lOb skile du Sin. Ile, • "aloula. Sur l'orillnal, • dlé de. sienalurcs
correspondanl d'c1pouscr Ics crrcilu de Pall'mas, par "miUI: pour grecques des h1louménes de l''vra. de Vatopédl. d'Esphigm énoll ,
1.00 ancien 1II.11i1rc :lth o nil c. cc Ilui donne il Aklnllynos l'occasion de Kullumus, n,unlent la .l,nature léorlleone de )'higouméne
Ile déclarer son esa le opposition aux deux protagonistes". Antoine d'Iviron et la slgnaturc slavonne de l'higoumène serbe
l..:I corrcspolll l:ml"l' d'A\..inclynos nous permc:t :lill!>i de nous de Chilandarl. Un hésychasle syrien de Klrya. siena lui aussi
r"ire un portrait "Înlnl lIc!!. u{h'crsaircs du pl1lamism~ : cn aucun l'acte c dans sa propre lan,ue It , .
cas, il ne s'agi t de c latinophrones _ ou, encore mOinS, de tho- C'esl avec un documenl auasi .olennel que Palamas revint ÎI
mistes byzantins. Comme nous :lurons l'occulo n de Je monlrer Thessalonique, Il pensa aller Immédlalemenl à Constantinople
l'lus has, il ... sc recnlt:deul il la roi s parllli le~ promoleurs de Ilour cOlllballrc Uarl~alll . lIIais ce dernier réapparut iII The'!s,,-
l'hum:.nism" prorane cl parmi les défenseurs d'une .néo-s ~ hoills­ IODique n, Les deux protagonistes eurenl de nou .. elles entrevucs,
IHlllt' hyxanlilH'; pOiIi' (·1·... IlerniC'rs, loufe 1'.~lIn'li 'IC ~ " vlva~le, 1111 cour'! t1ell'luellcs. scion l'ulll"'''S, le I,hilosoplu: alloilla unc
luul e l'ell ...i'c .Iy ll umillu c - mêmc ~i ceUe tJ er ul e r~ :1\'lIlt utl solide ultHUt..lc fuyante en promettanl chaque lois de cesser la polé~
fo ndement putrislique - aait suspecte d'héresl~ :, BadaalU et mique. L'une de ces entrcvues a même pu porter un caractére
AJ.indy nos CI:li"nl les rel,rêsent:lnb Irh canCf é rt S hq~es de ces judiciaire, jluis(IU'elle cul lieu devant un grand diœcéle _ ce
IICIIX altitudes. titre était porté' cette époque pu Glabas <lui. au moins jusqu'cn
1337. était c jugc genéral des Grecs Il » _ présent spécialement
I.t' l'mut' III1 !1 jor':liqu~. Pcndanl 'IUI' Unrl:1lI1U csl encore pour arbitrer la con trnverSl' (~'O, ill:""&" +.....r... n, Devanl ce
Cil Il :di,,, 1111 illlllli,tliah' lII cnl Ul'rè5
Illmoin importunt, le l,hilOlWJlhc culubrllis promit Ile mo,tillel'
,on rl'lullr, )':11 :1111:15 fait UII "U~': Ii:CC nll Mo nt -Atho5 cl y bit scs êedhl euulre Ics hesychusles cl d'eo faire approu ver le lexte
.11' I,ruun· r p;tr les l'rÎm' iJl:llcs :lutoritês mOllusti(IUI'S, le fa meux Pli(' Pahuuas. PalalUas oe désapprouvait donc pas les ouvrages
l'ome Ho~jorilique SO. Ce document. redigé par Palamas, est de B3r1aam Jusqu'à en réclamer la de"ruction complete: une
11 11 ma nifclite liolennel qui, li!IRS nommer Barl:ulJ~, co ndamne sans
possibilité d'accord existait. en 1339-1340. sur la base d'une
('l'Iour 51'.'$ idi'cs, Il cst ccr:llin que sa publicahon a eu les plus simple modification du écrits du Calabrais. Toulefois, malgré
Hlil ndcs conse<lucnccs pour ,'issue de 1. con troverse; .Ies ba~­ les conseils modérés d'Akindyoos, malgré la relaUve bonnc
Id,lIui tt's sc vO)'lIicnt ouv('rll'lIIcnll'xc!u« tic 1:1 ('om mllllio ,'II.acrl. volonté de Palalll"s. il rédigea son ~.T. MeG'G'«l.lll'II" .... uû il
j Il' /,\; ,'i" I" C cie lliêribo~ ::1 , ordinaire du Mon~-Athos, qUI.donnait

1 ·II~I unc " l.le ul· ecclêsia s tique il la déc:larnho n des mOIR es. Au
---
~I d Tome no us trouvons des signatures conDues : celle du
\ ~\~II'" ~Irolos i li:' ôIC :J:!, qu i souticndr:1 cncore la cause de Palaruas
(Jouoa dao. MIO s._.o.,
:Il. Phllolt"!e UlC'oUOOBe 1Ii1-mlm.e .. prop'" p", _ _ el la .11_ture qu'II
col. 5" C.
34. l'G. CL, 12,. ; ct. 1" lot~ rUl<ll ulH t'arlaalu du lute dah Dolllb", de
J irulalcDl,T 6 11. 0 C ;TJlIT,C. p . "_lt; la .Icaahue .cr .... aotarnlfteat. J ul
remplac", por l, lult'aale : '0 0116 "w. Boul.T:IÏ(IW. jUi, ·I....:'W'I\(
35. ~ ridaclloll du Tome Ha,lorlll"ue ct IH "" 1 ,e.
dlolemeDI .ulvle lOal dlerlto par h'.a.. 1.,._
o d.no la 1...
Il)'uo., dat.nl du d~bul de 1341, «1. MIV'NOO,,",. Ac ... l.0Ti ... XXIV.
'ab qui "oal hUItW;_
Akln _

:t.O. liur CiI.... o, ,"olr ", ll lIlIce Irh cillaplt.. il. l'. ""'u. Le
.Iu Grecl et ,. r~(.r"'e JudlelalN d·Alul,....'e '", da•• k
1_,_
Pellt. Buearnt, 114'. p. 3". m.ba. tul prl •• d . . . clt.arte _
~epcnd.al. uu !tmol'illie - peu .ar, Il ni vrll _ e. taYeur d. _
leillent da n. la ronc:lloQ de • Ju,e Ilo4nl • (1"14., p. MI). SI ca 1&1101'''1'
Ha it •• rkUque, aou. aurlo... ct.nl la lettn d. Pala_1 .. Akllld)'ftO., ua
uealple de l'aeth'lIl dta Ju," ,/U'",lIll ~ de"'" .. '- capllak c:I • IItrc
1.. \II.lducl . Lu 1n0 luCi aU.qu& pOir Berlaam ni .u",leat appel' .. ~" Iflll_
InI'. ct le JUle our.1t prt.kte IIl1 colloqlle cain 1" ct.:a. parUt.. (S"r 11tC1I.1I.
du JU,CI ,In'raull ea taol que coUee' et • titre ladJ"'dllCl, ".1, l·ft"cM d,

,';'Utl, ,U Il. P.I.,..•••


l' LaWUC.1 "'ed.ucllu ur 1" Ut.llte"o•• j ••lfcw,.... 41
d.,,; ,,~, ••
l'ri,...,
Gr'''''''' BI"UUU", 1141, p, "1-:;141,
4.. "'1# ...
Sj. TNllrUmc lellr, 4e .111'.4,,,0,. IH. clt.

7.
I.A PHRSONNA. L1TS DE GREGOIRE PALA.MAS BARLAAM liT UiS CONClUS Dii Il., 1

a thHluail nOlUm~ment, l)our' la première (ois", cc dcrni.er et à l'autorité patriarale, gardienne des dOI"+eL Il 'aisaU ainsi
l'acc usait d'épouser l'Mrésie de Théodore, un prêtre de l'église allusion au Tome HllioréUque et • un autre Tome rHi.' par les
11('1i ntakhel'lu" condmnm' SClU" AI('xi~ Com ntnc .1, moines de Thessatonique et .dreué • Calka, dont le contenu
résolvait d'nance, et uns ésard e ••en aDe pot"ble diei,ioa
patriarcale, le différend entre Barlaam et Palamu". Ce dernier,
c Contre leI A1enaliuu.. Dans cu circonstances, l'affllire de son côté, élail prêt • loute hentualilé : d.u UDe leUre
prit des proportions encore plus adressh • Akindynos, il annonce Il .eoue prochaine' CoDsta ••
grandes, Prévcnant la riposte de Palamas, Barbant tenta , linople; il y accompagner. l'empereur Andronic IlIlui.m~me qui
nom'cau d~ ~,. phlindre contre lelô moines au IH&triarche Jean • avait passé l'hiver 1340-1341 • Theualonlqae et qui se prépare'
CAléeas. soutenir son ami d'enlance u. nau la mime lettre, Palamas
1..1 situation dans 1. capit.le nous est décrite en détail par aborde certains points dogmaUque. Importanb qui choquent IOn
Akind ynos, dans un rapport ultérieur l Caléeas 40. Lei autorités correspondant et que celui-ci rtlulera plui tard ta. Eu attendaot,
de Co nstantinople ont tout fait pour que la controversc ne touche Aklndynol adopte' son égard une .ttltude beaucoup plus d"é-
1 ll11s ;\ tir, 111U'loliol1!; dn)(lIIalillueli . Elles ont cru Ilouvolr la limitcr rc?'e 'lU" l'élard de Barlaam , la m6me époque: il exprime
::a une ~Ir",irl' pl'rlôonnellc, PUilô il une eontrovcrSe cntre divcrses meme .on Idmlral10n pour sa lettre ('..W.," laVI1' .k.........7'1.

for mt'lo fil' ~ Jliritualité, en fermant craintivement les yeux devant . .d dw ~d, tout en résenant Il réponle sur le load M .
un dlUi x IHlrci1l('nt dogmatique el parfaitcment inévitable.
Uarlll:J.1II présenta son ecl'it Contre leI Jlessaliell' au· patriarche
l'I nux IU l'mhres du S)' nolle ri chercha aussi l'appui d'Aki.ndynos. Convocation du concile. I.e p.'riarche Jean Calte.. chercha
Ct' 11t'1'I' it' l' l'u ll lol'itia :IU prêfd de le Iti·bouh.·r it IIOUVCIIli : lIIêllle ù résoudre le conDU • uae simple
1101 1"110 mnion l't PalAmas lôont dans l'crreur, cc n'est (laS l sessio? d~ tribun~l pat~iarcal, comme une arraire de dlaclpU.e
It,r1 :1;11II ,l'l'II jUI-:"r, mais :'1 l'r.~lise. 011 tint lionl' conseil; ecclé"ash'lue - Il eSII.. era plu. tard d'Interpreter c1ana ce Hn" 1
ALuuh nu, ''l'ili ll'Ia h ' lin,· dl' Had:1:I1II 1'1 iii 1"'111&;1' th· l'alamas le . TUlliUS de 1341 - , 1118i. il Il'y réuuit pe, '~'ÎlDpél'll.
cn pn 'M:ll ce du patriarche, des evêques el de ptulôieurs moines; Ince ADne de Savoie ,'opposa • cette proddare et uitM
on reconnut que Bartaam n'avait attaque Palamas que par que J'on attendit le retour de 100 mari n. Barlaa" do aoa
"sprit tic '(lIereth' (lx Tijç lcvotdv1)Ç IlUTy r.~ -=-OÜTOY fp~~ ul côté, réclamait lui a"lIl uo JupllleDt lmpArial4l. Ba "pbacRee
~ w..YCU(bç) H. Le patriarche tui·mème éleva la voix. pour appuyer ~e l'empereur, il avait lapA l'appui de penonaem_ Plna
PalamAS t :!. Influeotes pour proyoquer ua 'JDOde 01\ P"am'I lueU ca.
Bw rJu m l'onlinna cependant l parcourir la ville et à reclaDirr VO<lué en qualité, d'accuM! .', Il lut char" lui...a!me d'eayoJ.
m it· l'UlltlallllllllÎon tic Palalllas; il fil v:lloir UII IIq;untcnl uUCJuet une lettre nfOcu:llc (lP"'I'. CNulrch), adrc de ao. pli' •
l,' Il;ltriardlc Hall ~ell5lhle : lelô moines orgnnisc nt ù l'Athos et
;, Thcssnlonique des manifcstations collectives qui portcnt tort

li l ,, ;, ... a-: •• ,"a:=:o' ~. ":~ 1 .u.h ~1 ua '1:"" jlOY2l,"'" ;vrTp:i1'I":ltIl, 1I:pWT't' 51


" "V": .... 1" ":1." ,(0. ; :'11: (o~t ' 1""Jt ~ .. 'l'''ll ~i tut17l1,1:.1J1":1I-r.o 1 . ·u .... lt . 1"01 &01l"1I"
'; li~fI J . ~ ...... ; l''IT211:1I1;,'' ..... ,::,, ~ t l''T.l.:iu ~U","nU". 1tt:Old21 ll\l l l''lTIl1l:").UU''' .
!/ , :~ ~ J., ~ ,; ~, '.!,"ff" ~ ;." u ; ~~": . '1'".0'J 1"1l""""· .H.~' ~1ttll'li''l {Il·;; tll. ~inll,1
Ir z ;"' ::1' ; 1; ' ' '.''0>(0:.1 yh (O,.,~; l'':'''Ç l ; f" , ,.1t 111-0"1. i~ lol .
li. PAUli.."" Tr .. III, 1. Î 7; lU . J •• '; III, .J, 1 4; ct. A,,,•• Colul'ln,
AI" .. ." X. t. M . 1." n,If" I.rllr, •• Il. fi l it; "olr V. CRU ..... ""ulu .
Il . 1;'. II- 'J IG .

, .. Il.. ,.lc. ,r,


• 1. ~ r~JlPort n trou .. ~ IVf(: d'uutru krlt. cie. Crflolre. Aklad, . . . . . . .
213, If. 51,S'. Il • fit publlt Intllralcruent ,., Ta. U_JOIII.I"
,1.,,, ••UIl .'ltult/fl l' rltt/d/If 1"'IIIo"1I1I1Jn. Odes ... tin. Hou. Il''''_ rfrkolll
.. ,n ",",u do; rdl" 1~lIlLuli . "",lho:urcuKntcnl trh .... 'c.
U /tlppor' " 'Al'II"lIft", p. I€I.
I:.!. 1.... Illuinu lui r:lIIIM'U"'''!l1 ,n un Lu tl.... q.. '11 adml' .a... •••
) rIOul ... de ".111,"', lvol r lu,lc cl, III leU ..... ""_1 • l'tIUdMz, ....1 ...
Ir f Ir ul . n, ( 0 1. la. tllf d'UI nlOli ",'r04.
1"'& 1''''4,.,
p, 0.1 • •• Il. r=" a

••
LA penSO.\'NAL/Tt DE GRtGO/RE PALAMAS 8ARLAAJI ET I.BS CONCILBS DB IlU •

• 1
~rtGolr~, nuais aux autorites ecdcsiastiquel de Thessalonique, et ses compalnons N. Akindynos espère trouyer en Duid un
leur enjoignant d'envoyer Palamas de\'ant le synode pour coU.borateur dans .. tlche de conciliation: il s'a ,il d'abaUre
rrpondre aux accusations dont il était l'obje!. Akindynos, tou- Barlum el de modérer Palamu qui donne trop d'ar,umentl au
JOurs soucieux de limiter Ju effets de la controyerse, considéra CAlabuls, notamment da ni sa JeUre de Thessalonique; se"
lIu'une telle procedure donnait \'rIlÎment un peu trop l'ayantage propres amis doiyent le persuader d'abandonner su eJ(pre~<ion"
au C.,ll4bruis : il l'crÎ\' il il C;llêc;ls, puis sollicita. pcrsonnellement dangereuses: il ICI ecoutera plus qu'Aklndynos qui s'est tlêjil
du synode qu'une Icllre so il envoyée:' Paillmas lui-même; autre.- upposé. lui no or Palamu elt tf:tu (o~. tcrxuPo'rw~'1"') el il faut
ment. Il apparaitr:ait comme condAmné d'avanct'. Le patriarche éviter 'lue des troubles n'éclalent dans l'Eglise (Moe; ou.. ",Y) <JTâou; •
:lccel-'t:. dl' nOU\' cau; on h'nll, t1'arrêter J'enyoi de b. prel1lii:re _1 ~irf)U7. rlp ,xl(),l)Olorf léSn) Il.
leUre, mais BarlalllU n'a"ait évidemment pas attendu les hésita- Lors(lue Gregoire ct ICI compagnonl arri ... ent, en même
ti on:. de Jt'an Caléc .. s pour (aire I).. rlir Ic document M. Akindynos temps (lue l'cmpercur Andronic III, " Conltantinople, au prin-
obtlIIt :lioni 11111.' seconde 1t'I!I'c qu'il enVO)' 11 lui-même li Palamas temps de 13-4', la lituation pour eux n'y est donc pas très bonnc.
- Je ('oole nu l' n l~l:lil c tcl quc Palamas .,ouvalt le désirer ... Barlum les y a préddés de lept moil l l el sa campaKne • pro-
l'('nr;l-I-il dan:. ~()II Il,,,,/wrl _ cl l'accompaRnn d'un billet per- duit des rê$uU.ts : il compte un asses grand nombre de partisuns
sonnd 'illi nous l·:.t rc:.lê : c Je n':li pas cru nécessaire. ecrit-il,
'IUt· tu ;Ipprl' nnes par mon intermédiaire combien de die J'IIi •
d ...· IIIHll~ pour la sainlclé :lu)lrès dc.s eyèqucs cl auprès du perse-
U. r.. leU.e d'AIII .. d,. ..o. , D.,,1d DOUI ut co,,","" p*' l'A,..b,... ,r. 2tO.
\
cuteur. :\ombreux sont ceux ~ui vous l'ont déjà appris. d'aulres If, 7.-15 (lIIC. ·Ih..... k T,l'f< '~"'""I. Alr.lndyno. '1 _ntlanne une lell'II 'lu.
ne manqueront Vas de It' faire_ l.e present document (la seconde N.rlc. 1111. d ' ARdronle 111 rt hnllRO ,le Mklld AMn. Ic III du ln. t.ul", ..
Je.n Aluo,ttlre, ••• 11 .".O)'k • U)',,'>ÇII ,-r ,DQOMU UM 1""•• 10" p ....:
Il·tlre :111 ))atriarchd Clot "'·galcment un rc~ultat de mon zèle, alon. ch.lllo dn Dul",•• 'Tf'''.,uu. "lf.~ '.oIMOO( 11-'' ",,:,.~m T"'~'." &i. u·,
(IUC la lellre préccdentc du patriarche était, li mon ayls, regret- ! .....o.. · l,i ... , ,~ dt ""fjl' ... :a~oo 0:;'" .:a•.
ij ........,..t~••:a\ ..11....",..'" H."
1:llIh...... roi » . ~ 'i ;. I; .. I"''', ~ i,·. ."f, ~"....... ft ... ..,.i;"..< t6 .0""'' .f·.·....
I. t.. e .. lnle
de ClII .. h' ..... lo .. c~t l'...... " ...", .... 'Alr.h... ,. .. oa emplolc pow, pc ..u,,,I ... 0 ... 101
1': .. ~ llna)o l'''pond imm'·di:''''.·ul,·n! :"1 la cOlivocatiuli. Il sc rend dll .. cnl •• Lu ",,,...,lcneR,..at. donn~. pa. 1. Icll'II .. 1'" Hlp<tnt pu.I.ltem..,,1
dans ln capitale, Accompagne de trois de ses meilleur. ,unis: ,"ce le mit d. Ptl.UolbH (Blleom'oll, col. "., ACI, qui .aadloa_ ,uIII la 1
IQt'n.eo d·ln ••• loa • boubare • ~n CI ct Iodique •• et:: p.'d.lo" 10 Il .. u oC!
)Iarc, Isidore et Dorothée ,,~. Joseph Calothetos st' trouve êg.- .. trou.e o..ld : • v. ,,~. "'011' ••11'"":, d'ul ,"t" 1. TA ... ce ri 1. paf' dn
Jcment jJllrmi les mo ines cOn\'O<lu és par le pall"Ïllrch~ u. En SClllhu (= Bulpre., COIIUIH dan. t.. leUn d·A.aodTQO') ' , • •a "odm,,-.bl.
pau .. nt " Andrinople, Gregoire cnvoie une lettre A David Dislly- Grl,olft, "'/III •• S'.ol, • ".bll 1111 mO/l.,'.r•• (U7 ., . Pour la 1_1I •• lIon
.h l'IIrorl., .olr Jltll........ Guehlthl. d,r 1:111/11'/"""' P"1l- 117', S. lt2~" el
palOS, (lui sc trouve :IIors un peu au nord . dc III .ville, dll!,s le .u.loul P . SUit .... VumJ« 1 fh .. polrlorc/•• S .. ,Mm'la Trr..... 'hgo, Sltlnl-
dl;Sl'I'Cde Pa roda, où Grégoire le Sinaïte !lYllit fonde un ernlltage, P.tc ..bo...... 1111, p, lOI, note 1. CoIIUDC .on no .... "I"dlilue. hrorlo. .... trou •• lt
• 1. ' r'ulIlIl!.e ... lit." 1. Il,,111 •• 1. ct "Eruplre, eu lIord " ·o\,,,lrh.OI,'e :
d ill"'n~a,"w ;'1 \'(' nir l<..:alt·lI1l·nl :, Consl;mtinol,Il'". Dayid ,Ic\'ientlrn • ,.o.rt"~ flr'" 1 bl·.. r . ul<tO 1. 1'"/. de .oh.' T1Illod_ de Tn...... 1"-1
1'1111 tic:. tli·fl·lhelll·:' It'~ plus l'IUÎnents du 1)lIlIlInislllc. Il IIVllit Clê 800"'.1111;11. p . 2.). Den.' une '11.1)' .... dunlc dll ta tcUre d'o\lIlnd,."o • •
o..ld, ,. P. Lotnertl ad_1 comm. allant de lOt que tu • Sc)'tbu • donl
e n rclalton a\'CC 13 .. d3al11, lorsque ce dernier ayait commencé à II ,'1I11t lei IOnt lu T.I.,. de 10 Hardt d'Or et !ktltle ,ur c .. Ue baH une .t.le
allaclllt'r les moines dc Tht'ssaloni(lue, cl avait cherché il lIIoderer d'hYr<othhu hI.torlquu (VII"-III111 Itllru d. GrlfOlre Ac//u,."t . ,10'" Or.
le Ca l.. hrnis :;1. Il Il 'CIllil plus WP:lrol'ia Jorsq ue arriva J'invit"UolI Cllr . Ptt" XlUlI, 1151, p . 121_1241. CcUe ItlealllCltlon du • Scylhn ' e.. t

dt' (llilamas ; il cn a";lil d cjà rr~u une d'Akindynos ct s'était mis:


exclue ptt le lel.ie de Phllolhu quI ,,'ou.ell .t.kle_at aucun IC'" 1 \1
dtlrmall que l'em.lta.e du Sln.Ue .e trou •• 1t e c .. t ... la Thrace el 1. 1
liarde d'Or • 1 La nute poulblllW;, connrmM (l'Ir 1.. lutr Plf.lltl .. d .. 1. 1
t' n rUIIII·. l'our arriver ;'1 c.onst:.ntinople troi s jours après Palamas V,. dll: ThlHo .. ni de "olr dln. lu • Sc)'ttl.eo • UII pMOldoo)'m .. du Bulp.u,
qui..., retro"" • • la roi. d,n Alllnd,.-• •1 cbu. Pblloltl6e (ut emploi ni
courant dao. la tlUtralure byuntln....01. notam_nl N.dPDOM GIiIiGo.AI ,
Ubl . • 1,2; U, l, KI , Bonn. 1. li, H; ct. G, "0IU0,,~&, 8"./lU ..olurciell. U.
, \
Ikidape.l. ltU. p. 2S'7). Co dernier ne _ntlanllo "!dt-ment pu 1. lelln
d'Alllnd)'uo. _ d01l1 Il laaoroll peul_"' .. I·n.b'ea« - et CApUque t. nnu,
de Da .. 1d d.n. la cepllalc p*' UM Intll",,,UM "" le Pro .. l4ollCc. 1
"". Out! pp Il thpl.:al .. lu.....d61."'l<O( l,'" .. X.,....VI .. ! .... ~;;.It ~I.~ 1
n.l.,.. ..,h tr.(,Ufit....... i",o .....l "",,~Iro'" Il.4-. " l,.al ~ ..I\ od" " ;,d" .. ,,~.
,o.w...-.6,..... .,cueta.... ·t:rll &t nUlo ,l..." ."0(0,.... !2Y. .....' .... 1 ....~~'"" ~t~
-oii I,."ri)v ....... ot~ u:t n." ,,,..... ph .ii..o,... rl.~ .pl(
•• ~il ,,;"vt"II: :av'. Il....... '... IIZvt"..'
.·,rt'v, "'."1<'" " iI~ l'"'''~ "'"!
i~ .~1..f., :i .I' i':'fll:~. A.'''''''. ,r. au. .14 y-l.,.
,
$1. IbId, (01. 7$.
$'. PAU.""I. TMo,IIaIlI,. l'G, CL, ln c- ••
79


- .
- -
I.A Pf:RSONNALITIl DE GRÉGOIRE PALAMAS BARLAAII BT I.BS CONC/l.BS DB /3+1

ct un Illus ~runtl nomllre encore de nolables ci vils et ccclbt .. - approuver pour autant Palamal .., De nombrelU auteun. notam-
tiques désirent 1I\'l.nt tout, comme Akindynos. hlter une coolro- ment le père M. JUlie. ODt objecté nec ralsoD que • trop de
"crse dogmatique. Le patriarche Jean Caléeas est au Dombre de choses dans le décret r..orluleat le lh~IOCiea b&,.cbasle pour
cu derniers. que celui-ci résllllt .. la teataUoa de cbaaler' 'l'lctolre" ". U.
contemporains, partisau ou .dweruires de pala m . . . recoRDIlI-
sent eux auui le caractére aetlement palamlte da document,
Bua;, dt conciliation. Philotbée rapporte dans son Eloge Akindynos. pour expliquer la preseDce lU bu du document dc
de Palamas que le. Triades de Gré- la signature de Jean Caléeas. luu~re que le patriarche a'ualt
goire et les cli"c,)urs qu'il tint devant le sy node des évêq ues pu eu cODsclence de l'hérésie qui ,. étaU coaleaue -. Calêc.as
conninqulrcnt Il plUpArt d 'entre CUlt, y compris Cal ée.. al, lui-même rduse évidemmeat de recOllaaltre u propre incons-
Akindynos accompD.gnalt Palamas et le loutenait ouvertement 10, elence et invoque la .,ioleace qU'lurait nercH SQl' lui Canta.
11 est probabll' 4(Ue la prësc nce des chers spirit uels d u lllonilchisme cudne, Iprh la mort dtAadroalc 111", tout ea essa,.lat d'Ialer-
ilUlonlle à COIl'll:lntinoplc a mieux rait se ntir au patriarche préter le Tornos .. sa manière. Nicéphore Gr~IW8" eafta, at le
"importanct' ,1(".'1 rOf('('S l'lu'ils npréscntnlcnt. Androni e lU. plils rrane des trois: il IIIrRrme que le Tomas est blea 1,.IHlnih·
n ' \TIIU th· ~:I ,'iduricu,,· Il:111.$ les Ualk:Ul s, du-rd m à
";lIlIl'a":ll\' 1111111 SOIl conlenu et que C.léclll a slmplemeal rea" sa ,ilftature
"11;lllol'r h'~ Illonx parti , l';lr ,'oie \le nêl:oci.ati oll l> Il, Une source en combattlnt Palamu .,,
::mh)I;lI:tllliie tllrtli n' don ne «uehlues détails su r ccs t lTorls de Le P. Yartia Jugie, eD le bauat .urtout IUt' le texte d'Akln-
l'ernpucur : Andronic Ill, dans une réunion ps:;.élimin ai re avec dynos et sur le rail que le Tomas a été publlé et sllDé deux IDDia
1c C\'êt11lC5 l't dcs h .. ull> ronctionn:lires, dédda d'interdire À aprh le concile. essaie par lilIeun de moatrer que le document
8arlaOlm d'accuser P"lnmh d'h'~Tèsie, an n d'h iter un e co ntro- De reRete pu 6dèlernenllea déball. Eu 1341,11 Y eul _ efl'et deux
H ' ne dOjollll .. liqut' .~, concilcs : l'un en Juin, l'autre ca .00... J~u Juin, o. Ile . .rail 1

Le problème dt' ,ource., Ava nt de passe r 2U1 événements


eD aollt, .u
contenté de condamaer Rarlaant, u.a trop approaftl' Pa" sai
contni.re. aprb la mort d'Aadroalc lU, C-.I·cuaene
aurait impoH le palallDillDe au patriarche et l"aara1t tord •
eux-mrmcs qui se deroulerent i.
Constanti nople cn juin et aOlU 1341, il nous faut essayer de
silner ua compte reodu truqué da déball d, tal--.
F"IYO" de aollS recoaaallre da.. ca caDtradidlou. n DCH"
résoudre un Ilroblenle qui se pose dep uis longtemps aux hiato- semble. tout d'abord, qu'iI a'nlate pu de ni .... tulluate pour
rit' Ila : tluelle est 1.. ,'uleur exacte et la significution du TolUos suspet:ler le Tomos de dOGRef UD raur. co.pte ....d. dei .""11
loJllutl:tI publir :t1ors ct tlui CODstitue notre so urce principale
d'informlltion sur ces événements 1
de jUiD : seules lea YllUea er.pres"oDi .'Aklad,..--.
dold fl.l6rtt
dans celle atraire est '.,Ideat. 'l'ienaeat lCMdeDir cette tb" •• Pu
Th, Us penskij rul le premier .. présente~ l'~ypothëse selon
laquelle le concile ne const itua pas un e vrai e Victoire d~ pala-
contre. le patriarche Je .. ClUe .. , da...... ,.,.,.,.,..k'' '
4.
rnlSlUe: on s'y serait borné .. coodamn er Barlum. maIl SIlOS

ta. OIntl, .. Ut,ue.


M......... IGr4,.InI, DI'C, XI" l, ML 1711.
IS, n.I'.cl.~ &'lJ.o( • .,., ~...... .,........ t4 ..-" ..
• .,' .~.;. M4' 'rI."" " '-, ... ;, .. miEl Ani 1
N.. ,d. . . . . . . . .
lia..,............. -...
~.' 111

lA. "Eu1;:l&"•

."
I.A PERSONN~LlTS DB GRSGOIRB P~LAII~S BARLAAII liT LBS CONC" liS Dli Il41
Tonie» , cn eonftrme Irès nettement l'Intc:cnle. authenlicilè.... ~Dt,..UX .,ca phu des h~ues "on P"Ie." da.... capitale. 1
Il p.rle biea de la preuion de C.ot.cudoe. mali crUe preulon el de plusieurs .rchlruodrUes et hiCO". ~.a ",
concune la publicotion du doc:umtnl el non pn' .on contenu que On donna en premier 1. pnole • l'accQIIIleur u, mal. Bari_am
C.lka~ 'pprou'Wt el donl il revendique 1_ pI,croUt t', cain blcal61 dus le do...ia. qui hd ....U .., 'a'erdit. celui de
J. eonlrovene sur lei énergies. Le patriarche dl alor. Ure les
canons deI ancien. conciles qui réserveD! aux i ..fquel seul. le ,

Attitude du patriarche, La conduite pleine d'inconséquence charisme de l'en~llCnemenl doctrl.al ta. AprH la 1«lurc d,·",
du putrillrche i\ partir (le 1538 s'u- Clnonlli, on procbh. ia l'u"Alrn de la phllnle urldelle 'lue llarh",,!!
plilltu. )lar )01 111 11\'" ,· Ifl' yile'· luuh' ~'l ~nlrtlyel'se 110';:lIIali.lllle; Ù "".i1 lléllUIICC cl l'alam... fui admis' ae délendre ". On examinlf
ma int~s rcpru;cti il manifeltle une inill-llttude tOlale bI se faire une ensuite: le lL.d: ".OO.).I."&' .. de Sarlaam _ d'accu..teur. le
op inion nette sur le vrai débat entre le Calabrais et les moines, ~t Calabrais se lrandorme ainsi ea aec:uù - sur deux polats :
son désir est de dore 13 discussion sans avoir. prendre parti, 1· S. dOClrine de la lumiere thaborlque do•• 11 cU..iI qu'ellc
LorU{ue les ('Îrco nslanccs l'obligent enfin à pr~sidcr un concile, elail créée (Tomos. col. 612 C-611 C): l'auembl&! commençM
li te bll en cU3 )'a nt de limiter au possible l'élémcnt propreUl.e~1 ainsi. parler de Ihéologie, mais eUe ..aU le droit. • 1. dill'é-
dogmatique de sa décision : c'est ainsi qu'il aecept.e ave~ plalslf rence de Barl.. m, de preadre eetle 10ItiaU.e•..
l:I dê-('Îsio n il1llH~ri:lle d' interdire :\ Bar1aaru toute dl~uSSlon doc~ 2' Ses criliclues conlre 1•• prière de Jésus _, do •• il "IOrlllllil
IrÎ llall•. Mai:., C il f:lil, n ,hl revenait il auurer le lraomphe ~es qu'eUe ialrodulaail daas l'EtJlse les praUques dH BolOmUs, Clui,
moi nes, puisqu'on empêchait leur adversaire d.e les ~ont.redlre . eux aussi, ne reconnaissent qu'une HU1e prim: Je No,,.,.p~,.e;
Comme nous le ,'crro ns, seulcs des raisons poU tiques lobhleront Barlaam a .. 1t égalemenl Irou'" ua autre moyen d'aU.quer III
III li S tar ti il nier C l' Iriolll(lhe que les sources pal.mi~e, sont unll· rorme la plus commune .Iors de 1. c priere de JM... _ (Seigneur
n imes il conslatu. 11 eSSAiera alors de donner aux debats de 1341 Jbu.-Chr/st, Fil. de Dieu, aie pill~ de mol) : seloa lui, ellc
une:': inl l'rprelalio n ar lilkielle : le concile:': nurnil bien condll,":né n'artlrmllil pliS Cllillicilcftlcai que le Christ é-lall Dieu (Ibid .•
H:lrl:I;IIII , lII:1 i5 lIo:III S llOlll1er enli ërellleni r.li son il P:di1nms. Il n'Ira col. G&8 D..(j91 Cl.
jUlIlai, cependant jusqu'a ni er l'aulhenticité du .co~pte rendu des . Po~r l'elllmen de ces deux. quutio.... aD suivil une procédure
débats, Il' lllu'il 5e Irom·c dans le T OIllOS du mOIs d août si~né par Identique : on comrnençwÎI par lire quelques extnUs de l'ouvru sc
lui, ct l'!o.:.aie l.l'ij.(ll orer III (:til quc ce compte rcnd~ lélllolitne du de Barlum; les moioes y opposaient des cUations palristiques n
triom ph e pala milr. Nous pou,'ons donc nous servir .de ce tioc,,- et, Onalement, l'empereur tirait Ics conclusions du débôll. P:u ·
lIu' ul ('Olllille (l'uni' SOll rl'C Ila rt:.itcment alllh ellll'ille: sur le cieux rois, le Tomos mentiunnc, comme aU.ot de soi, la distinc-
cUIlC lle de juin. La form e du 'fomol et le retard apporle Il sa tioo de J'essence et de l'énercie en Dieu : une prel1liere lois d:lns
)IublÎC"ation s'rx plif'ju ent par les i: ,'énements eUlHlIêmes que nous Ic prelllllhllic. nÏl sc IrOllve égulcrnenl rétulce l'ilecusidion de
raJlJlllllerulI ' lJrièv ('IIII' nt. ditheisme cl ~v~e con Ire P"lamas par le philosophe calabrais el
• •
qUI lera reprise par Akindynos Ta, et une seconde rois dans le
discourli d'AndrOllie III TI.
f .r /'IJ/lrife de j u i ll HU . l,'alloM'mhlét· !oc rcullil le 10 juin 11 Vers lu Un de III journée, Bllrlum vit que l'atmosphère du
à Sa inte-Sophie et ne dura qu'un
jour. Il s'agissa it d ·un "l\rit:.ble conc ile et non pas d'une se~sion
s)' nodJle ordinai re : les s~a n Cf's eta ient publiqllesl~, Andro",.c 111
Il's l'rI~:.i d ;l il Cil 1'(' I·s unnt', clltoure de sénnt('urs cl tics. Juges

---

81 8J
BARLAAM ET LBS CONCILES DE ml
/.,\ PEIISUN.V.~LlTE DE GREGOIRE PALA&/ AS
nJOcile lui étJlÎl nettement dHa\'oI"OIblc. Il demanda conseil à son Sournillion d'Akindl/Ro,. Cepeadaat ICI ad'ternira du Pilla·
protecteur, le Grand Domestique, qui siégeait aux côth d'An· misme a'uaient pu dWrm~: en
Monic 111. Canlacut.ène lui consei11o. de faire amende honorable. dehors du Calabrais lul·mème, qui reprit .es aUaque. pour une
Le pbilosophe y consenti t et PalamlS lui accorda volontiers son cour te période, Aklndyno. commeaÇII .. objecter coatre certaines
pardon. Les sources rlvonbl u au docteur bhyc~lSte décrhc?t expreuioQs de Palamas. Le docteur hüychùte c:oaudinU pour
l, clôtu re du synode comme une veritable euphone dans la pliX sa part que sa théologie avait ét~ approuwH ea bloc et il .vait
rctrouyée", Grégoras lui Qussi mentionne le discours plcln de raiso n; la Troili~me Triade avait, d~s ... al Je coacUe, clai·
s~sesse qu'Andronic 111 prononça' ce moment pour célébrer la remeot ~t.bli la di stin ction entre l'eSience diwlae et les bergiel :
récond1intion grni'rnlc 1'1. c'ét.it lA son Arlumcnt essentiel coatre l'accuuUoa de Messalla·
Cette joyculie ahuosphc:re ne pCI'$ista pas longtemps. L'empe- nisme (e vision de l'essence di.lae avec des J'eus corporels ~)
reur tomba sub itement malade au lendemain du concile et mourut lan cée contre lui par &rlaam. Perlonnc, gui AkladyaOl, n'nait
le 15 juin. Oarlaaru reprit alori ses attaques, soutenu pllr quelques trouvé d'objections .. apporter, et eacore ce deraler avait·U
disciples II~; puis, voyant r nfln que ses doctrines n'avaie nt aucli ne accepté de l'aider malgré tout auprh des autorita Même si,
cha nre de triompher lt ConstanlÎoople, il qui tta l' Empire comme l'dOrme Akindynos, un accord perlOanel ftait intervenu
lI'Oril'nt; l'Italie de la Hen llissancc ct la cour d'Avisnon seront, entre eux avant le concile pour ne pas aborder le probl~me qui
l'n cff"t, birn plus ouvertes lt son humanisme nom inaliste: il y les séparait 14, cet accord était rendu caduc par le discours
frl'(luI'nkra P('rll..:ino, cnlOCÎ..:nrra le crec ù Pctrllrquo et sera fiD a· d'Andronic III au concile (lui ""ait clairement mentionaé la dis·
ICl1Ienl cll'Vt pnr le pape il J'èvêch6 grec uni de Gèrace, HncHon entre l'esseace et la grice ".
l.!l ,-ictoire de Gl'ègoirc Palamas a donc bien éte totale des D'autre part, il est évident que, lur le plaa puremeal théolo--
le 10 juin 1341. Le patriarche Jean publia lln~ leUre circul air,e gique, il a'y avait pas de via media eaue Barlaam et Palamas :
anooo<;:1I\1 la co ndamnation de e ce que le ~l~l ne Darlaam lI~a lt 1. tragédie d'AklndyDos est qu'il aU penisté • woulolr la Irouyer
Ihl ("ullln: lelO !ro:linl:. lu:'sy('h:Isll'lO ~ ct enJolcnan t, 100US peille coûte que coOle, en sc solidarisant nec les hésJ'chutes sur le
d'l"\COlllulÙt':l lion : t· ;', luu:. !l's h:.hit:I1.110 de Cons t a ntino ple de plan de la spiritu.lité et avec Barlaa. lur celui de la théololCie.
tlcposcr au patriarcal IC$ êcrits de lJ:l.rl:lalU. se t ro~vun t cn leur Or, ces deux pl.ns élaient insépar.bles, et la penaH d'üindynOi.
I,osse~sion; 2- llUX hübitnnls des autrcs Villes (TW'I lIlt~3~1tOT~ théologiquement trh p.une, a,set caractâiltique de la scho-
l." ~1";W'l nl.w'l' lie Ic!ro :.tllporter :lUX nutorités ccclésl.shque3i lastique médiév.le byzantine, abouU..." .. aD YlcWemeat pe ...
loc:lles. pour t'Ire publi'luclUrnt détruits 1:1. pétuel caire le nominalisme barlaamite et une forme de réalisme:
(Jui s'opposait .. Palamas et .. IOule la II'IIdilioD dei Pires jfrecs,
en ,fOrmant la possibilité pour l'homme de communier il
J'essence divine. JI était sladremeat coanlacu que Palamal était
daRS l'erreur, surtout parce que: le docteur b&Jc:hute inler~
prélait d'une maai~re vivante et créatrice la tradiUOD patrlltique.
Daos leur discussion, deux formes de conie, 'aUlme le trou••leDt
en conflit : le cORsenaUlme formel qui co.li'W' .. r6p6ter f t ...
balemeat les formule. des P~ra, et le dritable eaprit tndiUoDae1
qui ",ouJait commuaier .. )'upérieace .......te des l'ku. toaloura
.ccessible da DI 1. vie catholique de IOFII"" et DOB P" .........t
aux mots qu'ils ODt proDoad.. La 'l'fm''h. . . . . de ca •• u-
ntime coaveaaU bien aux hllml.lsta b)".th .. _ .... PlI""
meltant de ,'adoaaer libremeat .. la c . . . . . . . . . . . . _, ....
ea restant lormellelDeat Id.h ....•.... a.n'. el _ ........

If• ...... osl. . . . .


a. Ce AhclF ..
.... LlII .......
"C2'."'S"
'S

'1
BAR LAA" BT LBS CONCILES DB IlU
co nfronl :ltjOIl vÎ\':ll1t c ;" 'cc 1:1 vi'd lé c hréti e lln e. C'est cela qui son habilude. i. limiter 1. di.cussioa au domaine purement di5ci-
r a pproch :l la " s ure assez te rne d'Akindynos de p ersonnalités plinaire, Dans ce but, il nt lire par Théodore DexJol un pallage
aussi brillantes qu e Nicéph or e Grésoras ou, plus tard, Demé trius de saint Dalile lur l'impossibilité de connaUre Dieu lOi c'est là
Cydo n ~s . le seul geste du patriarche qu'Akind)'Dol conlid~re comme ravo-
Da ns les discussio ns p erso nll cl1es qu'il cut a \'cc so n nouvel rable aux anlipahunil cs , 11 " ccepta ensuite cle .outenlr (I.hmm 'l
"ctv("nairr - n n l :1I1I1I1(, 1\ 1 (urs Il'ull c' u llocll1 C qui c ul li e u [lU luStlu'au bout : ICI sources pulumiles le déclarent en efTet (rian -
lIIul1:1~tè r e Liu l'lIh' ÎardlC Ath a n ase 1 - , Palamas dul e n UV Oil'
c he ment (avorable aux moines u, alors qu'elles auraient pu le
assez fac ile m e nt ra iso n : Aki nd y n os fut m ême o bli gé Il e r cco n -
prese nte r comme un simul.teur; c'est ainsi en tout cas qu'elles
nnitre pM ...·crit so n :1('('01'11 a\'eC' lui , cJans IIR bille t (IU'il rcniu.
déc rive nt l'attitude d'Akiod)'nas avant juin n·H. A part la lec-
bient ôt:oU, C'cst pcu t-èlre pour expli q ue r cc gest e peu en accord
ture de saint Basile, Grégoire Akiod)'nos lui-m~me ne parle
a\'cc sn conduite ulh;ri('lII'c q u'i l parla d e menaces de meurtre
dont il :Iurait été l'obje t d e la pa ri des palamites 8T , d'aucun ac te dé Bni du patriarc he en sa raveur : il le plaiot, par
contre, dei viole nces dont lui et sel partisanl auraient été l'objet,
san s IIIl' uliullllt' r Uill'ilne int e rve ntio n lIu IUltriurc he l,our Ic 111't.-
l ' n second co n c He fui co n voque,
I .f· "lI lI l' iI,' d 't/ u ri l 1:'41. tcger \/2 , EnOn, dan s une leUre .. Georges Lapilhe datant de 1342,
...: dans les t r ibun es de Sai nte-Sophi e . ' , il mentionDe comme un rait Douveau J'anUpalamisme de
au mo is d'anùl 1:\.1 t. \.an lal'lIzcne, (lui ('onlÎnll ait :". exerce r \l·s Calécas Il;1. Il Olllct c nnn, LI :uts 5000 Rapport. de n contcr cx~c­
r"rrdlO u s tll' ~I ' anll UUlIIl'sliqllC cl ~Oll\' e l' lI u it en rait l'Emp ir e, lewent ce qui se passa au s)'node d'aolit", et pour cause: le
êl:,it ;', nouveau presen t, ain s i que tous les p a rli cipants du co ncile synode le condamna lui aussi et lui 6t signer un libelle ou il
dt' j ll i n , :', l't' x l'l' plioll dl' 1"'l\Illl·l·t' llI". t",· p a ld :IIT h (' (' u "Vtlt\lI", d édur:lil IIcccl,tCI' III déc isiou synodiale contre BMrl.1.lulU et rcjcl c i'
Al.i lll l) n ul\, t· U '11I:llili' tI'al't' use li"', lIIais c h e r c h a cl'abol'd , sc io n scs d octrines sur la lumi~re M. 11 ne l'a pu (ait .aDS réticen ces ,
-_.- . 1.
Il',, t .. • 1,111,'1 " , ,, ' .... ,· . . 1 ,·,·,,10". Le " ," ',u' li' n' \· " gu~ !.lu tI""u lI,.:1I1 ,".,Iublc
,' onllnul' r ...... n u l h c uU d \ ~ . 11 Il éU publié p.r Porp byre U.pen, klj d ·. p û.
,
1

,, 1) m.nu,crll l. r dU , Ic LQ"ro lUS. du X\' IU' ,Iède (lI' orlJo .A.thOIl O, lU. 2. i onopi..'I\1:0U, i·. :',,:'t,? 1: ov't ~, .. ca ~. i ,....:. ..."'1 ... ';,,,.n if'ca·, i ~ ,,1...... '1(> )1-(0.( ca·~", ':;".... 1>('•• ( :1..
"":"'i,{
l'. :!:"•• , .." Ir) , ...a b Il .,. In"" "" i-~,, ',· IIl.· .. 1 I m " ..c rU Cil 11I1t '1(e d e Il''''''lun cO llle. ~OI Al et 0" 11 TCl.lt enlever toute .... Ieur rormelle • l'a..embUe 'lui condamna
"ur"'''''''. ,l u TtU u u~ ,1 .. 1:" 7. lIul " OUlllent le l.a ... ra l G:!Ii. " " (u l . 1i:!5, el l e 'OR prot~é. Alllndyno •. Eu fait, nOUI avon. Ul un exemple typique de.
I ho" . 191 ( = o4. l lloR. :rï:! 6 ) , .. u ( II I. 1117 .... l l ' endroit ou le To mo . le m enti onne
amblg:ultb et des . eml -t.IsIA elltlon • • llIIqueliel le p.trlarebe devra ....o lr
(Q : "" ~OZI~~ rfo.i "'I.l2': : ", :I ~ 1: U pl" a L ,: .;i Il;z),:II)I-?- 1:T.... St! "It.i~ ...... ,:, ... ),ljlt llcd
.. · . :It • . ;'~ 1: ',::'; .iy : ', ~( .i,., ~.\ r..;. !j... . ... " .,Yl J.'I . ;; ll :l l 1t:i ~. I :; ~ L 1: " i ~ ~', u),n ... ( yo,( uF i ..... r ecOUrt pour expliquer .011 .ttltude chap.a n te dan. 1. contro... erae. C.1I111-
.10 .. 1_ ... :'\.l,l u 1"< . 1. '..! I L;) : 1" 1,10' ,·,· ,' I" U 1,,·III ...ol r .. J"IIII .. .. \'oorlllhm i d ll T ... ultl"'. C U"~IL" co"A "'"e, pou .. lUI. lI/1 rl. 'lU., l e concile d ' a u ClLl Cltt bleu COQ.V(Nlut lla r
1... , .. ", 10- "' ~h': Tt. ': '.~ ' \,. ~ ....;:;.... " "h.. ru;;'.I \:o" yp:i?,: ",:I . ·t:.t! <7V'oo'),"'I),ûO':'",l ... 10 p~trl.rc:be lul-lUt m e (Hbl . • Il, 4'. fd . BonD, p . ~~').
,. : ;l'tI~'.~ r, ~ :l lu ·, ::r d ~i,; ';t ::ao:p ll~ j; .;,: l ! ZQ)l-I'" "K ~è.o : :I),),-#j),')U(. i e :i Yl'\ Sl yiP L't L gO. AItI"DY "OI , Rapport . Ibid.
. ... .
\ '.· 1~"·~ ;,n ,,; T. I-;i ·. ': r.'.i.e;
~ . ... _...... ,: : I~t ·•••. ,." ,.... :
'.
S ,1';".. d .... ,;\~. :;" .. ...: .:.~ i v " [1; l.t j ""o"\· ll:d "',
.. . .. .'. \'
';,·OU O" I,
.
' . ;0; \ . " : , 1':':''',. lll ";" " 0"" .. 9 ...... '," ; ~ :'0 1: "' : ç ': .11:.1 "It.J.vt:ll .
DI . V" h' .. ,,l' I/IL'u m11 l'II".U1"u tll-l. J~ II Ct'llliulI, col. !iOG 11(: ; d . UIISS' M4 m: : Ti ....
Ü! to.'I . llCt""l..... . a-UYoôo .... "fi 'to ... " ;\"'''110:'1:''''''°''' i-t~ ll"l OlllOU .... YIllO.... .. ,u p,i C.lT'"
" ." -:: 1'-'u:::I' :;"""J )I- : ......: :II', ri: i ~ ~ j),1 ~ :J', oi III tOZ If ~ ... ( ijp " o}:J . l' r. "'Ij6~ 10( il '.\ll i...&U'oIO( . !
ct~t ... , .. ~p6'1Ou ll",9-#j jUYO"', Ôlllz nt, ... 1:W... ).1jO ~ i1L.pI6é '""~'to .... ,"i8","'1'" '0.;';,_
' · 'tll.OH t ("'" ..."mM, . "01. oon Il) d l·... ' .... ,. ...... IÔ"l lre .H,· , \'1. 2. C.. i~1 !Ml, fu'. 151) bUQ( . U 1U 'tt( i ... , "KiCI 'IO J.LOOI"":"'1uvt:J, Appel ci Ca lf CI". ('...ü,. 2KM, (II'. :\II!:'.... .
",,..,1,... ,,,,·,,1 ,·\u . "",, ~I 1:0 l' ,........ J,.".p" C"I"lh..-l .." tl ,··.·ril "IL , I,;' ai l ho ""U'MIIIt· du Co mme Alll lldyno. ne dit rien .. e e .uJet, Il n ' y a pa. do ralaoa .u/n'lIate
"''''''1'01,·...' tk !\.:" u l-AIIL:l IL" M· : ~ "·,li..,,i.:)J~ ....... ro'.. " ; ü},o:pw ... 1:, 't b (";"'rle 9 F0vt tO"- pour luppo Kr •• "ee R.-J . Loenertz. que (Alka. ait qulUt l·... embl te avant
~ f.f:'''' Ôll.':' ~~O~ .oi:, i~ X 1 : Ô"", ,:, . "":" r, ~ t·, i ;:.,~ ; "l:<2.1:rOC T'F': ·,\(hVl.? \OU 1:0::; ·u .! 10. .entcn ce co utre l 'I1dversQlr e de P.lama, (Db:-I... U Iellres de G. AçlRtl ll' Re,
~ '., ,,~ o ..... ': IJ'.. :: ;o; 't ~I .l P/h'l:.o "''1'!J ... r, O" :LIO't 'l~ ... . ::P" O" i ll l.. ..,~ ll)ll:L"", . ... · 3: C: 'P:J}" çu ... C'lO( dtlnl Or. C/. r . Pu. , XXIII. 19~7 . p . 117). Ce qui permit .u patr ltl rc:b e d e n ie r
~: H .... :",,.fw·,, ;o;·, ll,1 : "i,,";; i ... i Z·.. :. :I 1: \=-:; ; C:I':G::'; 1:( 1:Ô E;i.( 7.:1 ' r~o."')I- :lui .,.. I·exl.tence ligu le des débvlll d ' .. uo,t, c'est 1. RI.ottre doot Il fera réd lij;u le
~ u a... irr.. :I ~ .i "":" ~ .: X.l f ~ ;: ("n .l ~ L ~.t.; :;i:y ;o; i .:;1"":" .l: . I .d /rt! ,i ( ;"' I~M" o4.II9~1 . gr. 66. ·Co mo l. PIII mtnt ltmller t U d c! bata. 1Il.1. ce . era 1.. une .fTalre PO Htiflllc
f..1 1:J.t- I:J.t 1 . (e:(. In/r4) .
3,. · \"'JI..I!·/ .;;. Jol i "":". , : U : ;:O'lt M :: h o;:- i : 1 y.: T, ~:i ).u'fO: . Rflp,xl rl. l'. ~u . 92.
Rapporf, ''''d.
11.1. c r . lu,.: C.u..!1;('..... . I nft!rpr': /nl i ,m rlu T om o" . rG. CL, 90 1 A ; Hel.) tra dl - Yl .•'\p .. h octo bre 1341, écrit- II en e lret, le patr iarche _ se retourua • pou r
lIulllicl d .. rèunloll un ~ )· nod.,. ul'J.uls le I X- Ilêclt: .. u moln, (d . E. Ill. \ eO Lltbattre r.l~rn., . n:'t";.tl9dÇ cÎ. "KO 1:W... i ),).w.., VpoV"t" :6vI ... , i vt ia't"T, ll')l Xfb( "t'r,y
\ ' ~W" ! 20 ".;. -E~ 9P :t: L ; ,:l. • jr : .l : ~o9 : :t;, AtllI~ . : e~, 1908, p . 32.2- 328) . • 1I" 2 ).a"'. .1" .... .. À.i""l "" Ma r c:. fi"'. 1~. (~ . 504 " .)
v.o• .A k h ul ) no," le n' COIlIt· IlI i-u1t: lllc : '1-:1: 1:01', )1- 0 't"0:Y'..... ",t,,:nl"i .. ;:(-;o T, O!Lo't ;h"'l • 94. "O ~ca J.L l~ OÙY ll'l.'tCIC'tŒV"t" ....... T.",,:,'01 cl; 1:+,'1 . WotO'ol i p p~", "llcal 1"0"' . " lfoL't't,h
: 'u ';'i.flo . . .... <2 :1:01 't :l,j,; z iM :.if~" . 0:: 11: Wll ....... : :II . o-:'-if :i ..., 1i 1.;.6 "'"'1 .... Coùô! 1:0... ô,i_ t01: 1 ).irtt... , IbId .
• ~ .("., (id ... ,. xo.p;:i~ .l ~ 1:: ~T,'" c :';'I'l ~ o " f,n . O"z . /lai/porI. " . 89. Il ('~ I tl OIlC inuoc l 95~ U ~ tIlh",it Ile ce libelle ea' r ellroduit par l'tl l.m. . : ·A.OÔ' l o ....b. llII.~ t'Il
' l''l' C:II~S .. il n ·rusl· lit· \'t' n ir :m ~ )-Ilod t! Il·ao ù l. COlllllle l'ecrit M. Jugie ( DTC.
tv~T, ( G_':Il;o ,,:,1:I .o.~ "t"t1... id ~ ij ,,!<af'OII~, !o-J .~nS:t,":i~oll .ca! ",Uo.p \1:QII u t
\1 . 2. cul . 1712). S'il Il '}' "n. il p:'Os h' lê llloi;:u::tL;:f' rOrlllcl tI'Al.:iu d )·nuli. 011 pourn1it
10LOt ..."U \!~O" t).iW( t,!",'" OV....,.ep~l ~ lL cr':l~ _ _ • ll'l.l •••).lyt.CJII.... "II.t i -.o.. i ",4 ;1-
1'.. " ,.1:1111 in h "pn;kr ( IrtlL~ ,' e 1(' /1 ,.. h ' IC J.l c Il,· 1·' ·). l'licatio n ' lue C:LI':ca li lul· ml:. e
cr;!'1 50-. "' ~ 8œf').ù .... xlf t 'tou G-': pOO L1:011 .0.1 1" 011 '9W"'~ ",i.e; ..... ~'l.I'-OP'w:tw ;
,l flLL LLf' lJ ,~ rll~ Itt: III' ·II I . (~ ....,j.i.Ij') ., 1: : ,: ;' 7.:1"":"T,"l.0:'O )l-l'n i x .. .. 0: "tl i ~ l".lt ~ d, "112 1 ot cffT,'t cat \!)..0f'il ",W( u t U'1loo&tw; , ~trl! Ati ..dynoa. Vl. 1. CM, .. 18. (01.. 1SO \'.

'u
87
LA PERSONNALlTt DH GRtGOIRE PALAIIAS BARLAAII ET LES CONCILES DE U.,

puisque la foule présente à la séance n'a pas cach~ sa d~lappro­ 2- Pour ne plllS reconn .. itre .. CaDtacua~ne
l'honneur d·... oir
baliOD • Ion égard ". présidé un concile. cet honneur étant une prérogative lm~
Celle condamnation formelle. conOrmée évidemme nt par toules riale lot.
les sourcu favorables" Palamas, aura des cODd:que nces impor- Callcu accepta donc de publier un document pour entériner
taole.au cours de la période de gue rre civile, e nlre 13<U e t 1347 : la victoire de. moines ... condition qu·U n'y soU pas f..U menUon
J'impératri ce Anne, qui ne CCfn pas d'objection, du moins au du .ynode d'.. oOt. présidé en fait par Cant.acuùne lOI. La pula·
d ébut, contre 1. campagne qui sera alors menée par Aklndynos sance du patriarche" ceUe époque élaU donc assea grande pour
contre Palamas ct ses p!lrti.sans, s'opposera ouvertement 6. soo braver le Grand Domestique et lui imposer le sUence sur un
ordination diaconale, cOllIme il un ac te formellement anlicaoG- synode ou il a agi comme empereur de fait et qui .. urait pu
n iqu e, J. sentence dont il • été l'objet n'ayant pas été levée au constituer pour lui un précédent précieux &1, par exemple. sa
préalable. signature avait !lguré au bas du Tome. Un caDlacudaiate corame
La condamnatiun d'Akinrlynos est omise par Je Tomas qui e n Philothle interpr~te les év~neruenta d'aoClt exactement da ni ce
géné r al ne souffle mot du second concile d'aoùt 13H, maïa se sen.: c L'admirable empereur. ~cr1t-lI. en parlaat de c.ntacu-
conte nte de relater les débats de juin. Cette forme donnée au z~ne, était prbent - bien qu'alon Il a'61aU pas cncore Inyesti
d ocument pennil aux nnl : pal:lmites d 'i~ norcr queltlue IcUips ln du pouvoir; dison~ plutôt (IU'iI possédait le pouvoir et dirigeait
co nd"IIIIHll iolt d'Akind) nos cl il quehlues historiens mode rnes de les arraires de l'mat; seuls Je diad~me et l'appellation d'empereur
parler d'un c conciliabule palamite du mois d'aotlt Jo Ir. Comment lui manqu.Jlient encore - et occupait la place de l'admirable
expli qu e r c e silence? Le leltre ::anonym e d'un palamite, datant empereur, son fr~re (Androoic III) 101• •
de 1342 environ, l'explique par le désir des moines de lainer C'est justement cet état de ,.U que le patriarche ae voulaU p.~
;\ Akindyn os la pos~ibilill' de raire pénilrnce ". Il cs t cep e ndant admettre cl il réussit' obtenir que le Tome n'ea dise riea 1... Le
ccrtni n "lU.' des l ' Ili so n~ Ilolitiques o nt é té déterminllntes pour document est, en etret, r~disé cODform~menl au désir de C.1~caJl,
1.1 ri'cl a(' tiull du TOIlIt' cf l lll' 1:1 (orllle que IHHIS lui (,O IHllli ~~o ns. cc 'lu1 l,rouve, unc nouvelle fola. que le patriarcho auraU pu
élJulclUcnt, s'il l'avait voulu, lui dODner un coloria mo1a. pala-
mile. Mais. croyant probablement que la contron'I. 61aU de
Après la mort d'Andronic lU. deux
COnlplic nlions pofiliqut'!f. toute 'açon close par le triomphe des mola •• il approuya un
prétendants à ia règence, Cantacu· texte que Palamas lui·mème a peut~tre ridi.' 1" et '1 Il aJouler
zèn e e t Je patriarche Jean Co.lécas, se disputaient le pouvoir". une interdiction formelle de remeUr. le probl'me ea dbeus-
Hie n n'indiquc quc cclte lutte politique ait coincidl, db ce sioo lOi. Les moines De pouvaient lOuhaiter riea de mieux.
mo rue nt, a\'cc Ics convictions doctrino.les des deux principaux Calkas les couvrit d·.. illeu" de fanura diyenes. peul~lre
J1ro l::a#;onist(·s. COllllUC nous l'II VOliS v u, ~Iéco., n e lic mblc pu pour g'Gner leur appui dans .. luUe d'1olueace ayec Ca.III-
.I\ o ir été Irè,. cnlhousillsle pour sou tenir ies anlipalamites, l
cc ll c ép oque. Pnr con tre. il DOUS dit lui·mème qu'il refusa de
do n De r tout carac tère offici el au concile d'aoQt. et ceia pour
de ux raisons:
1- Pour ne pas prendre de décision dogmatique.

H. Il ~IIp.rle lul-IIU"I11~ tir,.,."'" fOf- ~" ,.:II i ",\I"i, ..) ~II rII collt.nt conun~DI ae.
p.l.mltn lui rend. lent le reproche de dJtbthme qu'II ••• 11 I.nd contre ca •
.... i u . f ..... ~ : 'f'~-::2 • ., ; ,. iu r...ol f ~ O...orl'" Contre P.lluru.. , J, Alon.c. fr. 223,
r.::t~.l.l"
( 0 1. lU ,,). D.n. '011 Il .ppurl. Il l'II pporte l'lue deull ",oluet, qut tt.lcal lie.
Pl'rU .... n •• rurelll 1rapllb par 1. roule (éd. Vu .",P", p. Il •.
17. M. JUGIE, "llIamU, (co" , ..o", ...,) , col. 17 ....
'tIr- 0 ".
. ....
1'1. ·'-IFd.", _ . 7'77' r. au.
•. ·[:, .• ~o ô· c. ~ 1'? "'Zo! Oo.ol'U'fl "':oj-::o... (Aklnd)·ao.) ido~:u ..r, <i"r, 'IS. '7U 1 Il c...IUFF' 7 lit ~~...
"li , ttl;;.nll).c,; :z ~-::o~.. r.gtÎKI<:I . IU-: I::I'o'O. ' : 'fdKO" i ... 'fO r, HT,( '~'f';' uW~oii..u(

K lMlc. l'flnflph. IS7. ( 01. 2'7). L 'Q ulcur de 1. lett~ ut p.l.mlte; ,on _rr~.­
cA. IMI
InSUel"l7
1._
IF,•• II. I l
..... IF'8
......
' ..~
P'"I~"t ••• It e .... yt d~ penu.der le phllo,opbe ch)'prlote Gcor"le. lAplu.. "~",,C"IF: .'
<Je combattre .unl 1"'.llmll'. W rh.lru J"I:t ulIMu du l~ttre.lnfdlh·1I: d''''''''.)'.o,
IIOUII: 10nt pt'flee .. 'Iue ce eorrUflnutlltllt pourr_1I Itre U,.dath __ , 'uhlr .reM·
,·etlue .ntlp_l.nllle d e Tbrlldl"nlot"r.
" Cctl~ hlttf' • eUliunelld: lU, Ir l' Juin (O.Iiou ..... Hbt .. XII, S..... IF'.
.at ...
... 1 •

Il, ;i;t).
1.,1. PER,SONNALITt DE GRtGOIRE PALAIIAS BARLAAII BT I.ES CONCILES DE IlU

CU7.<-nc. Pul;\llIas nous IPvrt"nrl en l'fret quc le palriarcbe lui élever contre lei moiaes lei mêmes accusations (lue n;lrl"~1II
orTril ù lui-même le siège épiscopal dc Moncmbasie cl, deVint IOn élev. conlre eux ...• oralement ou par écrit ... , il tombera sous le
refus, y nt élire son I)rincipal ami, Isidore, en proposant • coup de 1. même condamnation 101 •• VoUi pourquoi lu écrib
PalamlS la métropole de Tht'ssalonique lOt . Nous \'errons d'Iutce cootemporalns de Palama. tendroDI tOUI • prouver qu'Akin-
part, un peu plus bas, que le docteur hésychl5te, ct"sté • Constan- dyDOS ~It c barlaamite '. ce qui p'elt pa. tr~s exact
tinopte après le~ synodes, joua un rôle importnnt dans les conci- La signature du Tome n'.U. pu cependant sans tlllChllles
liabules pOlitiques qui nccomp:tgnèrent le coup d'Etut d'oc- diCRcullés. Palamus ct Joseph Calothetos racontent que le. aldn-
tobre 1341 : il est évident que son autorité et son innuence étaient dynistes Rrent tout pOLIf empêcher les évêques cI'imiter le
trè$ J:r:HHll" (" qlll' ~;I \'i(' lu i1'1' ~1I1' le plan l'cligicm. Il bien él~ 1 I,ulriarchc 'lui, le premier, avait apposé sa signature. Sept
COUlJlll'lt.' 11,1; . évëqucs sigllerent cependant, dhl le moll d'lo6t. en plus du
patriarche 110. Ce rurent Gregoire de Sardes. Gregoire de D)'r-
rhaehium, Nil de Lacédemone. Isaac de ".dyte, Malachie de
Le Tome synodal. Dans le texte publiê du Tome, le 1 Méthyrnne. ahcaire de Vidin et Athanue de Cylique, Leurs
titre mentionne, il est vrai, que noms se retrouvent en effet dana deux des meilleure, copie~ du
1,/u"Ît"urs s)'uolll'lI nnl lotaluc Mir le CilS de Ual'llllll1l et d'AkimlYllo, , Tome lit. La signature d'Alhanase de Cyzique ne fut pa. obtenue
T~oç YC'fF:l",,,,t'KI, Lm. TQ.t ~ •.• G\J'Iôao~ .• . ). mals ce lUëme titre insiste sans peine; il eut, en efTet, des déboires au concile de juin :
sur la pr~sencl! d'ADdronic lIt (npoKO.6l'j"'twu x«l TOù Oc!.O'taTOU l'assemblée refusa de lire des documents qu'il avait apportés;
,b.a\l.i~. iCo)Ç où r.c~~Tj'l) qui seule donne une pleine valeur lUX. d~cl­ plus tard, il ne fut pas invité' participer' la rédaction du Tome
loionlo. Plu:o.it.'ul's \'cr.loions ini.·tlîles du Tome portcnt un titre lllu$ cl demanda des déhl.is pour le signer, On lui avait. d'Iutre part.
long (lui éclaire encore mieux. la nature du document; après le apporté des écrits falsifll's (7ft.lfl«JU:X«9<'Wéwc) de Palama., Qui lui
IIln' ;lUjuunl'lItli IIl1hliê, on trOtl \'c l':uldition suivnnte : rl)'1 l'ol'l donnèl'ent ulle rausse ittée de scs opinions; ce n'est llu'yprès
ci.:;t.ç. ....H'I i~C'o''1'''Yl-'tvr,'1 ncr.pooal, ~Q.cnlt.Xf" TO'I U 1:6 ....0'1 l-'u. OéY«TO'l noir lu la version authentique des œuvres du docteur hésychuste
«ù-:où iX-:'tOt-."'t... : l:ntl3~ i9C~~Ç (oLl~ t6301'ci31 fCYJGc. YOCSW'I y.p fr-l lII.al 'lu 'il ;IVlJOS:l sa signature au bas du Torne 112.
ûnoYrClCjlMCl III.ClTeX (oLT,'1Gt .\GyOUO'TO'I T'iiç lwin;ç t"'t.XTr.WWÇ 'toù ,çCol$l>O'
(Tc.ut; IllS. II e:o.l ~"itl('nt ~ut", pour les rt~daclcurs du docu-
filent, la c décision. (cin&p«caç) n'a pu être prise qu'cn présence
d· ..... ndronic III, la quesHon de sa succession n'ayant pas été lOt. PG, CU, etl D-Gt2 A; Alllod)'ao. krlt d. aoa c6t' • Laplthc :
ri.sli.t. en 1I0ÎII 1341. I.e synode d'aoÏlt n'n\'ait donc pas pris de ~r- j( w; 'l:iV:"1J TClùd -:,~ IIO:foMlÏ1' ,po...., 'rr.Q~. iU"':'''uQ~ i1l:ITilh-:'1 -;l.;
c tli't"hinn :.; il andl ~illlllll'lIll'lIl f:lil tombt·1' Akinclynos sous ·t.....l.YI,lI'IQ.C . Mort. gr. 1~~, fol . n.
110. Ti "","y o '~ ').iyo....U(. -;: oi où 1I:pil:'u,va(. u'~'U llw).:jO'al ul.lO't;,Y.l1 T2i;
le "OUI' lie la t.:ond:unn:llion de juin: C $i tlUehlu'lIn vonlnit :"1I:o,:,f'O:,::,{(' 1I:,pt~\IIO:O:Y Tip -:wy liPX":-i...., ho:nO'l. Q1I:u)"o'r.'u( f~ u,1 1wT.'-';_
TI(, w.. )liy l'w)'OY l.'YO'lU( Î1I:O;IfU'I 'I:~ ll"''I: 'O:~'COi;,; tcf'W~ ~., ù1l:onaUiVIf\'I,
..... '01 ô' itO:lpoVU( i'l l'ijl! 'tQÛTWY illO:If'l:QY '1lœll't, ôci., Q1l0,0v&œ 'l:Qr( il.lol( 1I:p1utly
Cl.II'611101l....ioYuc · 'O( . , .. l'lOt llF&lnov< 1;IfCl'f TuY 'l:OIOÛ-C:"" IPI"1.'l.,,;'·, .0:\ 'I:-f,(
1I:0:tpo:pxtll~< Xlt~ 'ltpoTip.:r.; u';OO'",I"',_!Û",,~, i1l:d. )"olÔÔC( no,x..,jô6 .. i1l:1II'II:I:yi.
CO:Y'l:O ....d I:t.y 1I:f'oTl)aoY'l:O: ~:lGlouj", I· ... u ...... Con'" 1I1II/JlIl0,. 1. a. C:Uht. _.
fol . 3t • . : cl. Jo"". C... LOTMaTOI. C. Akll.d ..".,. Il, An~t Ir. '1, fol . H.
111 . Le VI"dob. JUI'. gr. 7, fol. 123 (LA.',Ctv •. C"mm" ..'.rr. ... , VlndqoolUic.
"H, VI, , 30) clic 1.11111'. '>Iut . VIII. cod. ",,, ••• XIV. fol . 11-.. U'-<IIO"Ol:o..I.
C.'«/09"'_' l, SU-34S:::;::; PG, CUV, Gtt CD) . h lem , . _arme quc lu 1110'-
Itllrc. ll.lcnt .cpt, J comprit Athanaac de CYllq_ (LeUrc • nan/cl. Co'd. ",
fol. " • .). D'.utrn coplu J .Jouteut .... ureut d·A.l8ale U...d. Ir. 17, fol . HI:
''''1'. 'U:::;::; ""11011. 4SOI; d . L ....."o•• Il, nt et Poa....... UI""",". 0'.
Il , 704, qui OIllCt d." ••• Ihte Grtco1re de D,rrbachlum) . Le, v ••'I."tu tt.'HI
cll .•

ICI IIltu dc Ilsa.t.lrci du condlu de eette 4paqUl' .ôclltpllqv_t. COlDlQe ao ....


Ic '1crronl pour lc T ome de 13$t. per tes cWlal. qu nieUlltalt l'cil vol du
telte dalU le. diochcl.
112. Voir .a nolc uplluthc, .dJolatc au Ta • (K. Ct... lU aD). Il . .I".le
• tort dc croire quc .. IIGnalur. _ hlt ÛI.1MIC: qv'_ 1541 (01'C, :<1, 2,
col. I7U). 1·111.11\1.. cite, Cil crrd, .. DOte . . . . la Lclln • o..'d. ierltc
na"f 1341, et tc dUM: p.nnl ln pept .'petalna prtmltlh
note p~.).
.u. Tome ('loir

90 91
. LA l'ElRSONNALIT~ DEl G R~GOIRE l'A LAMAS BARLAAM BT LES CONCILES DB IlU

cipe à un substanUf 6tlmj1'~.


sous-entendu ln : P.lam•• a aiau
J'air de parler de deux Divinités. rUDe tunscendante (UftcpW«'I',,",).
Tin c écrit, fals;fi~' . ,
Quels éta ie nt ces c écrits falsifi é.s •
"aulre intérieure (~C'l.tty'J). C'.c sera 1. l'uccusutioll majeure clui
de PulalllU~ d o nt nOUll parle Athll.-
sen.. portèc contre lui par sel adversaires et il ell Important de
nasc de Cyzique' Nous trouvons la réponse à cette question dans
constater dès maintenant que cette expression ne lui apparllent
les œuvres inédites du doctcur hésychastc qui, tout ou lone de pas et qu'il Il toujours nié avec indignation en être l'auleur III.
1.. controverse qui se poursuivra durant la guerre cavile, de 1341 li n'est pas nécessaire de supposer que, db le début, Akin-
a 13"7, Rccusera Akindynos de répandre de fau sses c itaHons de dynos ait sciemment voulu '.laiOer les écrits de Palamasi il cher-
M,.'S crIlVf('S, TI IH'r;lil impnssihlt' ,Ic citer ici Ions les pn ss: I~ C S de , chail simplement chu lui tics I}uuuges qui auraient pu confirmer
PUI:IIUUS où Ct..'S rails sonl Illcnlionnês, Nous n'en prendrons que sa pl'opre interprétation du palamisme et, comme il arrive sau-
quelques-uns au hasard, Dans son Apologie, publiée à la fin vent dans ce cas, des citations Urées bors de leur contexte immê-
de 1341, Plllamns ecrit dcj:\ qu'Akindynos, d ès que Barlaam quilta di~t onl scrvi à Inouvcr l'inverse de ce que P.l.m.s voulait
l Uyz:lh('e, tirait certnines phrases hors de leur contexte, en sup- récllcment dire ... Nous savons. par .illeu .... que dei recueils de
1 primait certains mots et en ajoutait de nouveaux, pour en falsifier cHallons de cc genre, confectionnés par les .nUpalamites. ont
1 le st'ns Il''. Ailleurs, il donne dt's exemples concrets de ccs falsi- circulé" Byzance, cl Athu,nasc de Cyzique. pu être trompé )Jar
••

lit":IIÎuns l'I l'exemple (lui revient le plus souvent sous sa plume l'un d'cux lie.
t'st le traitement CJu'Akindynos a rait subir à une phrase de la Akindynos ct un petit groupe d'8mil; ODt bleD "é les seuls •
It'ltrc 'Ille Palamas lui uvait écrite à lui-même, au début dc 1341, s'opposer en 1341 .. la theologie palamite, Nldpbore Gré8ora.
de ThessnlonÎque : "Eo'nv «pœ 6c6TT)ç ~ c~jLtv'l Xœ'fŒ 'fOÙç 6c~6pouç lui-même, da os l'éloge fuo~bre d'ADdrt;lDic III qu'U prononce au
Oco),6yovc;. wc; x:XV'fatüOrx ct1r1:'<l b .... iyatC; .1~ovucnoc;. Ti 61c..a", 3wpo" oilcrat palais. mentionne les discours que l'empereur défunt prononça
Ti,c; Ù1rc;:xt~~.Ll;v"lC; ouo{atC; ..oü Hcoû, )(ott IL'*TT)V "ij"
b H«p).cÙ: .... Tlt" 8,.6dœ" au concile du 10 juin pour cODdamner les dOlPDea perven
r.c;\,lLnlll«:~81jOC'tl XatO' T,t-L<;:w, c C'est la déificn tion qui est donc une ( B~qt60p4TCr. 34Y$U&Tœ) de Barlaam tao, Il est donc hldent que 1.
IIÎ"Îuilë infërieure, selon les théolo~iens divincment sal,;"es, JlI'cIDi~re réaction de l'Eglise byzantine daus soa easemble 6tait
t'ulI1mc le STand Denys le dit id 114, parce qu'clle est un Don de nettement favorable' Grégoire Palam •• et aollS ....001 vu que ..
I\'sst'n<'c transct.'nd :lOtc de Dieu , Barlnam nous accuse donc vai-
llt'II1('nt dc dithéïslUe 11 :1 . , Comme l'explique Palamas, 8arlaam
,
1 victoire n'a pas été due' un quelconque coup de force de Canta-
cuzène : le patriarche l'approuv.it lui ."nl, aiaoa par coDvlctioD
l':!cclisait déjà de dithélsme et avait lui-même lancé le terme de - Calecas a si souvent chanl' de poUtique qu'il ae semble pu
0clrr7x ~c4J. lvl') pour caracteriser la doctrine palamite de la grâce; qu'il en ait jamais eu une - , du moias par iatér6t. Akindynos en
était donc réduit Il (airc circuler CD sous-main des écrits anU-
Il' tlnell'ur hl'Sydwslc IIIÎ ri'pond, en c il:mt Denys, (iue Ic termc
,1 u9E'lLtvl') u'cst f('cc\'ablc qu'il conditio n d'afHrmer que la grâce est
pal:.IIuiles dont le sucds relatif pronull surtout des m.le.
tendus qu'ils provoquaient au sujet de la ,raie peasée du docteur
fllu,i Divinité, puisqu'clic est la "ie du Dieu unique, cnmmuni-
1
cluée MUX hommes IId. Or Akindynos, en éc rivant une R éfutation
rte la lettre de Palamas ct t'n citn nt ce passage, arrête la c itation j• 117. IIoncc. gr. 225, '01. 35, o.n. bota. 011 "a •••lh "1' ..
tate . . la
leUrc, uou. nlonl rapporlé l'IulU,tln . . la '.ltlte..1oD . . . . . .",ah St
après \Hr(.Çxc4J.lvr)c;, cc qui, manifestement, rait rapporter ce parli- I,lllerlcl,lr, Nlpbon (HIO),.0Y!-' Iblll" p,Mt). a.'all, eene III........ apll,Ul le
.. AklndJDO" qui continue" .. ""II' . . elteU ••• ' . .&:tu" "'.
a tus
ln krU. po-'trleun.
III. OÎ1:wc ..~. ôtio h6'nl"~ ')JfOl'" ,,..[ç, ~.
HU ...!r-. oV1L '" 0':'1(, lU JA6'1O'1. iii'),.),.' ;., q Id:
Ill, 'Ecn... i ';:,;. ... T,ju-:iF'''''' TFl:~J&.i'l:w" ':: l: ~ l: ~r. ;iG':I ( ·.nt .1to).,U'f!Q1tW( 1l~lloupl"'i ' Lettr. • Da...". Coe.I, H. ' ol, lM, CI. ...
o; .::II~ , :'f l: '~(C't:r : ';:, .,.l: ! ':tPO,;Of,lll:!( Illl ! 1: llf'~T,rr,:'(G'1 " 2 1;1:.1'[2 '1:':' U.::ll ~MUJ&. d ...n · d',ulret p..... r. aelllll'abl_ . . . . .,........
IlPU: MY"''' ll!l t '::(1 :.;..... Col.,. t'l. fol. 19.
lit, Rëfércnce à UII (l0U_I" Ile hl lAurr du PliclUlo .Deny. à Gnl0' : , (1),4'1''1''0
lit. U. recueil de ce Inn..
le litre Toü "-'o"'Ieu.al ..0),11-.
• ••
z Il,..
,!s'. "..
.. 2iL
llœ! .iya-iôtlj';:l: w..I" l::( l: ·~d .. 6 w ", lu ... o~ ; "'I;IOO'll:O : O~ llœL "01t(jIO~ O':'p01oO . ... .', ni. . . . . . . . . . . . . ,lac ..
_'lOi' a ',o:J ;u.Oz u t iv:r. bvlÔ)I--!f.l l: , Hp , Il. 1>Co. Ih. 10G8-106SI. tCllt_ de ce re 'ueU ..
us. Eo. J,tnE:'IOO";". dllu, ~IO~Or : 2. XXIV. tl55, p . . S77. , Ce.te Li it .. '0"
1IG, (l u ';:(lV 1IC1i.:r.l' i i'o 'l: : iJ'r"( t ;, Cour, (! .. :r., O~Ôni'f2; . U'llli f'llU ....i""'" lU:.! 1009". Itt. ",.,., XI.
'10;"'.", ii.i.J 'fil'::' lil:;,I. lil'. C,,/oI , .. I/url. ""tk., f.otl.l. W. ~I/ . :JI·e~:t· U~I I * " , I I C
j,III'" urt CIIC{lrc : ';(, ::''l'II~(''' .. Il:r.! :'::u; n i ...,·IOY 19"\ .... ". 1l1}.}.0'f :-" ",0'J I~!"~tl
f>==I,·r.O;. 'I:;t..; jl.h d,'" "'; ( 1'1 r..:1l ' ,('_':",: z ..., ·, ",1',:(. 1I: ~ b1i of ":,;, , .. GIS.,. "III"".
~(";,," ..... 1.)U.. ô,z..O(at'/. C•• 're AU.dI/II •• , Il, t, Cold, ". / ... 63,

1.14. l'EHSO.\'NALI1'E lJE OnEGO/HI:: PAL.AMAS
,. "It"~y(" I :U, "
e, mn en en d,.
t 'l'" 1 001 ..·0"""'" l'cr"....
··.· ,,·· J· II~clu·il no ..
jours.
~ules les circonstance!. politiques ont retard~ le triomphe
définitif du palamisme cl ont provoqué l'apparition d'un nombre
considérable d'écrits polémiques. dont une partie seulement
a vraiment enrichi la tradition théologique de Byllnce. Palamas
lui ·même avait déjà, en 1341. énoncé sa doctrine avec unf" par.
faite clart e dans ses Trind~l . l'œu\'re essentielle de sa vie. et il ne
pourra que répéter ind éfiniment lts mêmes uguments, soit dans CHAPITRE QUATftltME
des leltrts personnelles, ~dressées • divers personnages de
"époque. soit dans des écrits polémiques où il élaborera une
lermin olo" ie th é olo~ique plus ou moins stable. Toutdois, ))0\11' LA PE:RIODE DE GUERRE CIVilE
compreDd~c vraiment sa pensée. on dena toujours se référer à (1341-1347)
ses œU\'res premières, dirigées contre Barlaam : il y avait fixé les
('n dres d 'un e' ",:'rilnble th èologie existentielle et il ne fera que ,,
il" l.ri·(" is(' I' Il:11\'' ses l' nit s IIIt~rieurs cl('stinh lt l'l'futcr les ,
':' I, ico nl" du Ilhil osophc calabrais.
1
•• La situation politique. En mourant le 15 juin 13·U. An-
dronie III PaMolo~e laissait un
hêritier. âgé seulement de neul aOl, et uoe .euve. l'impératrice
, Anne de Savoie. princesse occidentale, peu préparée • se
, retrouver dans les dédales dc la politique byuotine, Db
,1• le 18 juin, deux prétendants' lA ré(lence se manilestèrent: le
, patriarche Jean Calécas, soutènu par Alexis Apocaucos, et Je
Grand DOlUestique Cantacudne, Le premier faisait valoir un
document écrit qu'Andronic lui avait donné, • lui et aux
, membres du Synode, en 1334. au moment de son élévation au
patriarcat: l'empereur. disait Je document, conftait • rEcUse le

soin d'être la gardienne de sa femme et de ses enfants., eD cas de


perturbation politique l, Il edstait. en effet ... Byzance, une tra.
dition selon laquelle le patriarche de Constantinople était le
gardien attitré de la continuité dynastique, C'est • ce titre
1
qu'Arsène avait combattu l'usurpation de Michel VIJJ Paléologue
et Jean Calécas sc référa même explicitement à sa mémoire. tout
en promettant de faire mieux que lui: pour éviter de sc voir
forcer la maiD, COmme Arsène, lui. Caltcas. prendrait sur lui la
charge de toutes les affaires civiles, conjointement avec l'impé-
ratrice Anne l, Le patriarche prétendait aiDsi " une régence sem-
blable • celle qu'exerça Nicolas le Mystique au X· siècle.

---
1. Ga6GOP", Hf., •• X. 7, .... BoD •• 1......
2. K'),~~c ';u.)llÎf 'fDU( i.'X.tti,'4l 'fOr( 'f"" 'l'WIiAÏIIoI'IO .P4ly,..cn'lO ... 6l' ci,i'l,u_
.~I P\l.""~t\l.'IO .'fO~, 'n\\O\.CII.:nCII :!,:CII'ffl'lfX.1ÛO'lO'f0f; 'Apu'fl.u. 'E.,w 'f.:'10\1'10 'e'lO'fll.i,ofo,..al
'fIlolV .01 ___ , 0"'011 'f"~ ~o'\l.IOl, 'l:r CIIYl"'fIlol.. , f"'4., XII. S. ~1. Bon", Il, !.it.
D, Staallooe "nbte .'ne ralto. 'Uf' le r6le aoH••t. 1"' da •• la eoatro"f'u..
tb6010Clque pu let .lIIIbltlo•• polltlquet cie CaUca••~. dl .. p, 111 Iq.

91
95
I.A PERSONNA LfTt nE GR8G0lf1E PALAMAS LA GUERRE CIVILE /JU·/lH

Lcs litres tle Cuntacuzène étaien t· s urtout rontl és sur l'o.mltié


que lui avait vouée Andronic l U et sur le po uvoir qu'il exerça lt
cn (ait d~s le viva n t de l'cUl llereur. LClS lie ns qui le nou aie nt au
de Palamll était de préserver le "o,.
téger el téruoigner de scs bonaes iateatioas ' . Le but essentiel
,ao. ~a'blemeat ilaboré
après la mort d'Andronic : dans toua ses iuits, datant de ceUe
basileus dMunt étaient ceux d'uDe sorte d e frate rnité s p irituell e pé riod e, il se proclame toujours délenseur de 1. c paix _ et de
qui lui permirent d'arnrmer tout au lo ng de so n r ègne - d'abord la • concorde _ entre les deu~ cla.s politiques qui dichiralcnt
conlcsté. Jluis universellclllent reconn u - qu 'il ne porta it QUCU· l'Empire. • Que nous rallait-il raire. icrit-il aux moines de
Dement atteinte à la succession lég itim e e n se procla mant "Athos, lorsque 'a discorde commença' Excller des compatriotes
cUlllereur', ct C']U'CIl ngissant ainsi. il se r e vêtait d ' un e dicnité 1e3 uns contre les autres ou leur laire comprendre qu'ils ét.icnl
(IU'Andronic lui-même lui :avait olTerte . , membres d'ua seul corpl et qu'U. ne du'aient pas traUer dei
En somme, J'ëquilibrc politique n e p ouv ait ê tre ruainte nu, compatriotes comme des élrangerL•. , Ain.1 nous filmes dislgni
après la mort d'Andronic, que par un m odu$ viuendl eotre les par le sort pour ètre le minbtre de 1. paix '. _
deux forces en présence. Après de n ombreuses discussions plus Palamas était dans la tradlUOD directe d'AthaJla'e 1 et de
ou moins oraseuses, Cautaculène et le patriarch e éc hang~re nt Théolepte de Philadelphie lorsqu'il prenait .iasi UDe part directe
des serments de mutuelle fi délité e t lc Grand Dom estique quitta dans les atraires politiques de 10D temps. Sou attitude ne peut
(:t>lIst:.nlÎno(lle pour une c:lD1pag ne militaire dans les Balkans '. être expliquée par uae shupUOcaUOD, telle que celle d'O. Talrall :
Il s('mille qu'il oit renoncé. tou te pré tention e xclu sive, puisque • Derribe la question hésychaste il raut .•. yolr race' lace deux
lIe\' u,nl les instances du patriarche, Il accepta que le concile parlls : d'un c6t~, celui des nobles el des riches; de l'autre, le
lI'soùt ne soit pas formellement mentionn é dans le Tome synodal parti populaire _ 10. Mfme si oa adopte uae semblable conception
de 1341 . Cependant, en octobre, Calécns et Apocnllcos, par un pour expliquer la guerre civile entre le counraement d'Anne,
l.Irus(ltlC coup d'Et .. t', l'êcnrlèrenl complètelueot L1cs alTaires. supposé protecteur des pauyres, et Cantacuùne, cbel de 1.
nobleue réodale, 11 resterait, en etret, • prounr que les ha,.-
chaslel se sont alliés • Cant.cu.~ne précisâaeat parce que, tout
PatamUl Grégoi r e P a la mas (Jui se trouvail • en dérendant les prJyUè,es Ifodaux, il cUleact.it auui les pro-

t'I le raup d'Eloi , Consta nt inop le lor s'Iue ces héne- 1 priétés des monast~res . Or nous a.oDS YU plus baut que les
ments sc d ér o ul aie nt n'y rest:a pas ••• hésychastcs by.antins app.rteaaleat • une tradition spirituelle
Insensible. I.ors du ('OUI) d'Elat, il p rit ouve rtement parU contre généralemcnt opposée' l'enrichissement des moines. Par aUleura,
le p::atri:lrelH'. Ses relulions de fl'mi ll e, so n autorHé spiritu elle, nous montrerons au cours de ce chapitre que tous la C8atacuzé-
son recent triomphe sur Barlaam, lu i d onnaient un accès (a cile 1 oistes D'étaient pas palamites et que. la.enem eat. le lOuYemc--
auprès des dirigeants politiques de l'Empire; il se fil devant eux • ment d'Anne n'. jamais totalement embra ..' ai la politique reU.
1 gieuse du patriarche Jean Calée ... al la th60loCie d·AkladyaOL
1':lvoe:U de Cuntacuzène, • injuste me nt calomni é ., ct nt valoir •
les conséquclH' cS catastrophiques d ' une guerre c ivile c:ue le coup Ce qui poussa Pa lama• • latenea.1r daaa la polIlique ce lut
1
d'Etat ne manquerait p:u de p r ovoqu er T. En octobre 13.1, 1 d'abord le sentiment parfaitement Jutta6 que 1.. quer.u~ lata-
C"li'cas l'avOIi! r:li l OIl'pe lcr cl lu i uva it pe rsonnclh.' lIlent commun • lines élaient la cause principale de la d6cadence blantlne; en
1
nHllic Illon prnjcl, en chcl'c h a nt so n appui. Palamas prêcha au con· 1 prenanl la dfleaae de c.r.ntacudDe. U aya" d'autre part COD."
traire la )lui>.. l'n tre Il.'s cieux I.ur li s e n pl'ésence : le prélat entra
, cience d'ua lait que les melUeura hiatorieu reconnaluent
.. lul·s tlillI!<. une si grulldc co lè r e conh'e le docteur hésychaste.
que le 1I11:~ .. dll(, Alexis ."- p ocaucos dul intervenir pour le pro-

3. Voir " ct luJd l '~tude de F . DOtA.... J ollann,. VI Kallt.t.Ullo, .,,


tI/I •• ,tl,~ht,. 'tgUlm' d , d . n s l u .... n nal u dt ,',,,,Ut., Kft,ul.k ••• X {Mcl.....
.. . A . V.d,,,,,}. l lll, p . 11-:H,
ot. C""TAcudtf(II. Il l" .• Il , Il, kt , Bonn. :OSt •
• , GIIU;.o,U" li b •.• Xl1,'. ~ . Bonn, n , ::;'5.
».
t. G. O'T1IOOOII'KO, Il, d u 'n , p , 53l ; d . 1- 8111111''', YI, tt IIIftrl, p . •
7. To,"" fi. '-'H, NIC LOIICtf et M OI .... l, 2U; d .
M . D"'2 A ,
P_ILOT_., blln ....

96

• •
1.,1 1'/iIlSONNAU7'(l I)/i (;/lt(;OIRIi PALAMAS LA GUIiRRI! (;/V/LE U+t-/.lH

aujourd ' hui : le !,jrund OOlUcstillue éttlil le • seul homme nople, il décida de le relirer au mOD..t~re de Sainl-Michel-de-
capable • de continuer c J'œuvre de relèvement , qu'Aodro- SosthbioD, sur le Bolphore, .. quelques kilom~tres 'de 1. capi-
nlc 111 I vait commencée AVec sa collaboration Il , Ues motifs t.le 14, A l'éCirt dei intrigues politiques de 1. Clpit.le, son .ulo-
pure me nt rcliJ~i c ux ont, "'''litre part, déterminé eux aU30si l'.clion rHé n'él.it pas moins dangereuse pour le patriarche qui dkid.
de Grè.:oire et de ses disc iples. dans la muure où ils av.ieDt - de se débarrasser d'un .dversalre politique ntr~memenl dan-
avec juste raison - pills de confian ce dnns l'orthodoxie de Can- gereux , Vers le milieu de l'blnr 1341-1342, il .ccorda une
tacuzène que dans celle dts autres hommes politiques byzantins. cert.ine liberté .. Aklndynos pour .It.quer 1. théologie de
Palamas n'enlend d'aill eurs pas fnire un choix dénnUif entre F.I.mlS ", sans toutefois lui permettre d'écrire. L'idée d'uliliscr
les d eux partis en pn!sc nc e, Il lUanifestera toujours dans ses Akindynos pour porter un coup" l'autorité mor.le du chef hésy-
t crits le respect It" pins entier non seulement envers l'Impératri ce chasle élait donc déji venue" CaléclI, mais il n'osait pas ('Dcore
Anne d e S:'I\'O il' , lII aÎ l\ aUJoJo i e nvers le mi:gllduc Alexis AI'ocaucos, s'appuyer ounrlement lur le moi De cODd.mn~ eD '061 1'.
l'ennemi princi pal de Canta c uz~ n e , Lon de discussions orageusel Au début de m.rs 13<t2, un en'loyé du p.triarche "Iint Irouver
lVec le patriarc he, Alexis, comme nous l'avons \' U, prend la Palamu dans son monastère et lui proposa un marché: s'il
défe nse d e Paltlml1S ct le pro tège contre la colère de Calecas, consentait la revenir li Conslanl:nople pour soult:nir le plJrli
Dans s('~ ccrits datant de la guerrc civile, Pnlamas mentionne untleantacuztoisle, Akindynos serail de noon_u œis hors d'ëtat
ApO<:IUICCIS :', phhie u r"i l'cpr i''ies, mais Jam.is d'une façon dé fa - de nuire Il, Grégoire n'étail certainement pas homme a se laisser
"or:lhh' I:! , I:l' clnc tcu r h i'JoychJ30te écart era d'aulre part avec iodi- impressionner par ce chantage. II répondit qllOii n'nait pal>
gn:l tiun Il'Ili :lccU5n ti o n s que l'o n élè\'trJl contre lui d 'tire en rela- l'intention de modifter son attitude politique, Clue cellc attitude
lion, ",(' ri' le, an'(' C;lnl al' !U'.(' n e, n,~ fcn S l' III ' de la « Illlix " il ne ètait cunrorlile aux \'êritllllics inlel'!':ls lIu l'Cil l,le ct des ClllI'crCIII')oi
v~ 1I1 Il;110 « la i r~ Ile la p"Ii Ii (llI e " IlIllis combattre l'iujuslice N (i.tdp TOU yf..,ouç ut 1'W'oI lI( ttcoü I(O().,..,~.., P~W6t:lV TOU y~
le- Il;11'1111'(' tl o nl h' IIlllri:lI't'l le Jo'esl l'endll COUIJ:lbl,', -I)joW"); '11I:ml Ù Akyndinos, Cormellement condumnê Imr le
Il lU' dl:llIl-:l' lI plilo , t ':I\' i~ lors(tue Caul :lcu tl' nc sc fil IU'ochullcr
(,lII lwn' UI' Ù OiI I ~lIln li <tIl" . Il n'y 3\'llit pa s :1 Byl:lIlce de loi de
,tu' ,',' '''IIII1, , ' UU II IIl' Il n '~ 1,.' 11 !"' ut , ): IS ;1 H O llle : Il's lieus rmniliaux 14 KeltCl ~v~ .. 1:~"
Il, Min
'1 1,v ÔV'I" \. lf Cl.. 1 t""
"~f"''''w", ';fl\.~f.<lt f.,:,...~
tnlll''1'''Ivrj.." L~ftrt. Phllo,lIte, Co",. H. (.,. lit: mlme lU.fin.llon du
I.OU\ :Ul'IIL d esigner l' h omme pro vid entiel et choisi par Dieu monultre dlo, 'a Ldlr, aU1: A.thonllfl, ,"/4., ,al. ln..,: ce • mon.,ttre du
(IU'N,u t le basi leus flU X yeux d es Dy untins; mais le choix divin 1 An::blltrl'tlu 1 ut bita S.lnt-Mlcbtl-de-So.t"aaJ_. COftIm. oa le yolt d'.p ri.
1 un lulr. Iule de PllllIUI., 00 U parle du bndt qu·,. r.t.. lmt lu balrllu'I: du
Ilom-ai t se m a nifeste r d 'uue a utre maDiêre, notamment par ce 1 8o.pho« (1I:o')J.c 'X" d.., X...f O'O i~u r'fO'" lcir ~' tir. ' fO< E' tu,""" .11'1'1:0'1
Ilui nous np llarnÎl a ujou r d 'h ui comme une usurpation, Ces deux 1 i!,-.of"l1( X" p " oin.1.c6v;W", i ... d d 1lolU ~1I"ClCO "r.wv) et .urlout d e l,
1100' l ri ll ~s , juri c.l ilJllt.'ll1e nl In con c iliablr5 - " "),0,,,
fami lia lc c l ce ll e cte l' c usu rpa tio n providentielle, - , ont tou-
celle de la lcgitimile 1
.e IfOU .. oll • IIU.o(l ..... U• • dll IIIO"lIltt~ Id_'df " ".<
cOlonne Ile S.hli-Dallici Stylite ( i, cn: iil.oç tO';; ri,( 1.Cljo t' P:O\l 40:1'#\ /,;') flul
)lfIvl,ç iu iw,ç. LeI/rit

joul'Jo coexisté d a ns l' E m pi r e d 'Orie nt. En revêtant la pourpre,


1
! ,i.,,..,,,,,
• PJlIlothü, 'b'd., '01. t71). Cu tUlu eompltteat et confirment lei tlmollnl,eI
cltl.. pu R. J.u n,., La ,cel~.c."".,. p. »",,.2 . .... tDOfUI.tb• • .."n
iU plld, '0 '"7, aGUI "cutorU" cl'1&Qac~ Calotbeto•• qui _nit p ~ut ~tre
Can tacuzèn e p o u va it en appeler i d e no mbreux et illustres pré- • Idt.nua~r nec l' W'fw.te lfute. ,natta "'c:Ume du .. re...... de
('('cl e nts: il cul soi n. cependnn l. dc pllyer tribut lia doctrine de n.rl.cnl • Tbe ... loniqui (d. MIUOII \.. et MOLLir.... l, '") .
la Il'gililllitë c n co ntinun nt à r eco nn aitre le petit Je.n V comme n . M.uil&wfJl .œpf'lo!œ'f ·~.,-.l;1Mr t'ii . F'Î"'I'" N'fOiI..., .O'To.O.OlllU!'-i....,. u l
premie r c mp ('r eur Il, 1 !!i( .n.l.cU( TOU lSlI;;;).d.,. .,.o.hju1, u l &o,::u6li'f i,I,!", TO~TO '( llll" T.~'f a:Tt
OIMl!,-'(. l'AUIlU.I. L~tlrr , P"lIo'"I,. fol. tlt,
tI . l'hll .. lhH dit que CaoI6e••, cu dtbul. ne p"dd.1t fille • I~nt~m~nt d
peut l pellt • l la rth.bltllatlon d·Akludyuo. (~u:1'4 Ill'f d 11 11'1:' .:Î c.yil C n i
lI<1d I"1lp;W. 8ncoml01l. col. 143 A) : ce polnt c .", bien "II par l': S,.llItU ,
Pnllltlltu fi Sailll ,Mic hel· P a la mas no us donne lui -même un Vr~".j4I. 1 th,,', p, IU-'~ .
de-Sollh i nion, r éc it extrêmement détaillé des faits 17. Voici le mua.l(e de cal~c.., Ici qu' U bol ,...pport' par Grilolre : T.'dU f O'f
.lç ,.. ponlM)o,'f ""_'f pU~lÂW'f ~n:,61"'010< .. ,.. pl.i....... M U, !"do d ,Of c:u~6in~
qui se sont déroulb en 13.1·13-42, ~U''f. -xoM ~a.c 0T~. u.&'<'O"u "w( i;d,lI&1; 'li -t'!' rl.< ,. f 'Tl",,\( 51"oi...,,(
Il nous r nco nl e ni n si comme nt , a près ses tenlatives r épé lées, mais W( ~UVI " j O( Tb ....U..TO'f )d;;oc, ... 11 . .1 ,"," 'f;l~'f , .. 1 ul( u\ou joU...,(
1 "114 1"'010< i Ollta( : "'Ill ' \ .. zp·. ll"t ..1 "f~ ~.. cil:''' r.. ~'f . .1 ll<l~'fT,7' "
InfrIlC IIICU"ieS, etc r(' n\'crser le cOtlr::mt politique a Constanti-
).ii)."'c;q[(, "it... """ ...,......( _ ~ ...''f Id 'lot( T'W..,.r..l( -t'C ,o.( ' U'f 'Ioii1:o 5 ~ -j C', ( .
IÙ 00' Til .. :i""111 "1111" ~~'f Inlll, 001 'CI llal '10l( ••" T' 'lUX""'" .. "rio;'C;,.
1 P.I.mllll inll'rroRlI" IÎI le Il'Ile .III IlIen_,., cn dl_,,1 Ih"llltI,.enl "mi 1;'1ë-c:1I'
,
II. 1.. Ihll n H:J', l'/t tl ," orl , Il. U I-ll5 ,
n . ~hm Ûl nl ucu ,~nt,.I U c:o ntr.lrc. "fWC.uc:oa, d Do n
rrl nclpol (lI b l .. III, 17, ild. Bonn , Il, I N- I07),
callC: II~, ut l'cnneml
, o 'A~ !""WO( .. n ,'f i .,t tllTO ).Tlf ,i'f ni to,..;a:.t..,"-'fi
ll<ldl.l' '1 .. :.0' illl' i)L01 lÂT''''' yon où lf'~ ~I qu" lu Ihl Il c'fllh "jUlllë : i ltli
'ltf6u ~ ..., _ fIIl..tvo:o; 1'0-10'#
;""II':.tc. c;,ot0;6 u ~ .,., ''It'HI''''''IK'I'C';, Th )'i,f'" i.lI...u lla'l''nTj",u'f I.dlre ft
Il. Cf . l. nMI.UU Il, tu 'D , Ulllllo"., p . 17- 21, P"fI.,"ü, /.t, 111-'''., '
95 99
I.d PERSONNA LITt DE GRtGOIRE PALAMAS LA GUERRE CIVILE UU·UU

~ynotlc. le pu tr iarchc n'a vait qu'à accomplir son d evoir i sun patriarche cherchait. en clret, ua pritexte pour kntcr un
s tliet (Gol TOÜTO ~l.'fra" T~ kG,,,,,, 1foll'nLt foLiUo\l at ~X~1"tO'f'hl); pour ad versaire de poids et le docteur h û ycha' ie pr"~,.U hUer un
sa p ari, il acccl>tail de revenir' Co ns tantin ople. mols seulement conO ii Irop violent. Contorm' ment • 1. praUque hû ycb. " e. il ne
• 1:1 fin d u Ca r ême Il. vécut pas da n. le mon.stère m ~m e : le Ueu o"taU P" propice
au recueillement et on y cntendait CODlt .. mmcnt le bruU que
(aj .. lcnt Ica bateliers du Bosphore; JI pr"' r. se retirer da ns les
." Conslantinol'k En fai t. il y r evict Je dimanche des collines, nOD loin de la colouae de Saint-Daniel-Stylite, où 5e
Ramea ux, le 24 mal'S, Il aVilit. entre !rOllva ic nt plus ie urs ermÎlages u .
lemps, reçu III nouvelle qu'une d~ l éga l io n de moin es athonites,
ay.a nl il U It! te le proto'i isaA C lui·mème, était en route pour la
capitale pour n égocier 1;) paix $I \'ec la cour d'Anne de Savoie. Dl ml U. Eatre le Ut el Je 28 mai JI. ua
Il court donc i leur rencontre, les r eçoit • leur arrhée le avec le palrlarche. IODCHoDDllre da patriucat Yial le
26 mars III et les conduit eD ville dans ses propres appUlemeDts, chercher .. Salai-Michel. Ne l'y
sa ns toulefois les accomp:tgnel' DU palais 10, La délégation .a tho- trouva nt pa., il r evint dan. la capUale. Palama• • 'y rendU d e
oil e se rendait duns la e~Jlilale su r III demande expresse de Cau. so n côté et apprit par l'intermédiaire de ses 8mb qu'ua coocile
!.oelll ène cl rcnforçnÎt la I)osilion d e Palamas ". I.e prOlos était avait été r éun i pour examiner SOD C" : da hfquea. partiual de
nceolntH'Gné d'higoum cnes, nola mm ent Macaire de La vra et Ca lécu, y na ient pris part, aia.1 que dei loncUoaaairea civil..
u l are de Philothéou, et de plusieurs hagiorites connus , par mi jeunes pour la plupart el parent. d'Idae Cbounano.. nuve du
IcsQ ueh, Cllnta cllxèn(' mention ne C:Illi s te. futur patriarche de despote Jean Paléologue, qut 50US le aOlll monasUque d'Eulolie
Co ns ta ntin ople. el Sab:"us de Va lop édi, dirigeait un couvent de moaiales .. Coulaatiaople. Cr' d1lDi=
Durant la semaine d e Pâques. dans les pr emiers jours d 'avril , taire. avalent amenl: dans leur luite le lDoJae coadama6 AlEllldy-
PlIl:III1:'S S t' r('lIdil .!>t'ul dl('z l'i mp t~ r:.l tri ce All lle ; cette Audience nos et plusieur. de .es vartissas. Le bul de .. rfaa1oa, coayoqub
l'l"În:t' ne dUl'u pas Jon~ l eruVs. le pa triarche el lu hlwts digni . brusquement et ea s~ret. aunit ~. de coada.aer PaJa.... el de
laires :1,\'II Ot tenu li assister ' l'entreti en q ui eut de nouvea u un se livrer ' dei uviœ... lOa I:Card -. Ri•••e IelDble avoir 6.6
car;l<'Ièrt' purement l'olili'lllc cl u'llbo uti l à dell . Avec iro ni e fait en l'abseace du coupable, m.l. U ...it . .aJlrlle que 1.
le doc teur hcsyehusle rllpporte q ue les argume nts des pri nCipa ux patriarche . nit IrouY~ le pr~te pon' le dUun'ter de
dignita ires de la cou r c nc co o\'enaienl pas it !le,,, o reilles » Palamu: le docteur h~.ychasle ana il 6Ire coRdamn' pour &II
(i,., ( ezYTto 'fWV cÎpXioV'fWV ol JUU:(,IUC; l't'p<I'fd v"v, l't'(~Ç av ,rrrw, TU Teziç 4Lezi ç Ih éologie. Dunnt l'aanée qui .·~lsIit H:OUIH depul. le dl:part de
hlAiç clK«'flÎl.l:'1M J; ils l ui rep rochaient aussi de jugcr leur poli- Uarlaam, Grégoire anU eD elrel coaUau' • 6crire eD rilulaDI
titille ('trc a il cou runl des atra irelo (OX"lI.i.Cwv K«l Jl.rlXpu'l6 j.lCYOç
5:InS l'enseignement. surtout oral, d'Aklad,Doa: lOa DÏa1ot_ ... Ire
TWV ivrezüOœ, .,z TÙ,OÛJl.CVez ou fUlv6ivw;J, L'e nt re ti en p r it fin sur un orth odoxe el un barlaamile, IOD AIH'IOfII. _ ua ouvra.. eD
quelqu es paroJes dipJomatiques ( ~ I-"iç l'tell,v ",c:Ù.lXdo\( ~ i:viTw troi. traités, sorte de Triade contre Aklnd,.o. _ dateDI d, cette
XPJ)OcÎJLnut A6yo\( ... ) 2!, ép~ue ; peut~lre IUlli IOn autre dialolue, le 'J'lt4oplNnl•• CeUe
1';11;1111:1.)0 l'l's la t' IIl' OI' C JlI CS tic c inq se lU :J. in es dan s la C Mpila le. ActlvJ!é ,pOlémique lui pual'uit parlaUemea. IIdte, puisqu'U
ne r...... que développer .. doetriae aur .. df.uocllon entre
Après Je J:! mai , il n'gagna Sainl·Miehel su r le Bos pho re", Le
.- - l'essence et Ica énergie•• doctrine "'j' claire....1 expritD6e UU
Il. Ib td .. 10 1. 169 ,". · IïO.
It, l'IUWT" ';. , Vtt dt Sn bb•• , III. cU,. p, 522· 323,
.~ ', ~l.l.t 'fi.e '[ ..... ~ .J tW'~ 1Iufuu.i,c i.~:-: J7!>e , 1''2.8.:.... iTw ""d 'f.... CO,S.. O' t'-IW'f. '
'f.... ",,,..... .... t.,."'... 1IClI to ... C.~wtClt O'ol "X,:.wtov '2'11I'fO"'''''fO''' i vt .. .iI;a J. 21 ""oO"llliO'll'l""
;,IÎ'I '[I, dM " "X:J.f Cl T\'fO"3:1 lICI! 3: ;-;0; 11:111 1I:IId ~ .Jvt:J. tO~tOv Iv t ole 1,,0( MO,
-;1.( "XOl.aW( dl'" G:"lT,V ~' u yWv u l.l.iolc. id 6110 CWVÔI.J Tw i ,,1F"CI" .~ O'\IWt>lh'"
';:J tlVr., ."'c d fSCI '::M:t:l, I~I/ " /1 Phllolhn. {ol/. 17'.
21. Cot.:f'TACUltM •• Yllt ,. Ut, 3•• id. BoDil, U, HI; d , Ga uolU. • • Hill .• UI.

U. ~ . BoDa.. Il, n o,
U. wUre • PhllolMt . ' oi , 170 ."
_ .'D, ' Evôlt;lt':'I'lb !",utCo '[ ..... li_ CI" ;.II;';'v . J ~ " )01'11. • ....,""_ .. ,l'il}' rl,( . 1If~.d" """\
: ~ } i'- •• dl'"'v l'ni &1 1"''''':'t\.. l ;.e ~ t-.:, tt," aw :.iF" .... Ill' :""'''' .....,... . 'tll· ll.......
1.:lI',e. • .ne.... AU,., /1 Phllo/hh . {m. 171 ,
,, t.u.. ,.,.
,
100
-
I.A PIiRSO.YNALITt DE GRtGOIRII PALAMAS LA GUERRE CIVILE IlH-1l17

1.1 lrOu.iëmc l 'riude contre Darlaam ct explicitement "pprouvée salion dont leur chd est I·objet". N'11.nt pu lei obtenir, ils
I)ar le Tome d'août 13H. Cependant Cal~cas allait le raire tomber ruieanent .u mona.lere et conseillent' Palamas de quiller 1
SOtili le coup du parAgraphe <IU'iI avait lul·mème ajouté lU Tome ville lU plus tôt Il, Sa présence d.DI la apit.le dnient en eft'et
ct qui interdisait de prolonger la controverse théologique. d.ngereuse pour lui. Calée.. l'berthe D'importe quel prétexte
Grégoire reste en ville ISSU longtemps. en changeant rréquem- pour persu.der le louveroemeat d'Anne de SIIvoie de le raire
met de domicile:!l . Un jour, problablcrucnt cn juin, il se trouve condamner. l .. théologie n'est pour lul qu'un paraveat pour
au monastère Saint-JeAn.Baptiste de Pétra assigné comme lieu cacher sa haine contre lei c df:teaseurl de 1. p.ix 12 ~.
~I(' ,·j·.. illt' IIC'l' ail 111"11\11\ alhnnitc :~. Ocu:'\. ronctlonnaires du
I,atl' jan-,I' ttIUtÀ'I"\ClO f Utol ÜIn'.pncu) y VI(' lIlIent lui "l'porler un
A. IIéraclü. l'Mlallllls ~c rclin .lon l lIéraclec,
ordre de l'impéroltncc de sc présenter irumMiatcmcnt au palais.
ItrC'onnaissant une ruse du patriarche, Palamas rduse de les
c da de De pu fournir de prétexte
â ceux qui en cherchaient as •. Dur.nt son .bsence. un synode
Mlint' : il n'c~t Iltl~ Il'II)oa'::l", l)rnsc+iI. que des ccclê~iasliques
présidé par Jean Caléc•• d«id. 1. destruction de ses écrlts pos-
~oienl Ilorteurs d'ordres impériaux. Le protos Isaac en\'oic: alors
térieurs' .oût 1341 14 : c'ét.it li uae mesure similaire Il celle qui
l'hi~()um è nc dl' Philothcou, Lazare, demander des éclaircisse-
avait rrappé D.rlaam av.nt 1. publication du Tome et Akindynos
IUI' uh : nc s'lI,:il-il Illlllt ct'un nouve,,\! concile' Oans cc CliS,
put ICI considércr tOUI deux comme ég.lcmcnl hérétiques 14. A cc
1':11:'1111:15 Ile liait P:IS y paraître seul; les débats doivent être
1 syuode. Isidore éllit également prbent en qualité d'évèque élu
IHlhlir .. l'Olllllle cu 13H ct to us les chretiens, surtout les moines,
de MODembasle; il invoqua le Tome, mais leS protest.tions ne
doi,'cnl y être convoqués . Lazare rC\'ient bientôt, accompagné
tI ' un Il o mo llhyla:\, quc P:'lI :lIl1a~ nomme aussi c juge de Romains ~. 1 purent modiOer l'issue des débats ".
cl du sa cellaire d e la Grande Eslise : par leur intermMiaire, 1
J n n Cali cas fait répo ndre au protos qu'il n'a aucune intention Arrulation de Palama.. Celte premiere décisioD synodale
1
lit' rt'un ir 1111 n OIl\' , ' :l1I " ull r ill", 1:1 question Aynnt Cté réglèe 1 concernant Palamas D" pas été
e n 13~ 1; Il Il CCIH!udalit lJesoin de PlllulII:llô pour cxnmincr cer- 1 suffisante pour qUI: le t;ouvernement d'Anne prenne dcs mcsurellt
tnins de srs éc rits . Les Athonites se rendent alors tous ensemble,
lIIailô S:lns PUhUUllS, dlcz le patriarche ct )lrotestent a\'ec véhé- i contre le docteur Usych.ste. On ne donna pli encore une entière
liberté i Akindynos. Ce D'cst qu'au bout de quatre mois. a la On
me nce contre les int enti o ns du pril.t. Ils lui rappellent qu'il • i de septembre, ct a titre uniquement politique I l que Grégoire
ra il lui-m l-me, cn présence du nomophylax ct, plus t"rd, en face
d c to ut le co nc ile de 1341. l'éloge de Palamlls cl <te 5:\ thêologie.
I.e T o mos synodal est 1:'1 pour en témoigner. Ni Palamas, ni eux- . . • Tdie ",ClU~ 'fa ut, • If"I.,..... in:t, iJ.u~ 1'0.:0 ô-.Afwuu ~ 11.I't'O vi ...
chu, ô:),~II< '10~" cn.o.o,Cl'l'tia. Uno'la, ....... ,zvt i:J ~o "II:JoiTI'a ....,'IK . ",:.a,..
IIIl' lII l 'lIt Ill' vcul ent c nrrl'Î nd re les décisions conciliaires. Calecas
IH' IH'u t ni ,' r d e", r ~lli s a uu i évidenu ct change de conversation : '1"O~", )' .. .,.. i~ ",
0*"11:0'1: ' Î1.civoc ~OIO:i'tO'" 1t fi~~tI · I~W( iT'J'Î'< f, "ct\.( · i'"'1.",~" y;" i...:."II:I....
'i;~v.. il ,," i1.ÜVOU ...,;" i d ,Qi, Ibid.
SI . hlamu dODue" deux feprbn le rklt de cea 'daeau:ab : IIae fola dan.
.
11 a ffirm e que des lettres de Palamas il Ûlntacuzène ct .. ses alliés ., "'~(,'atlo" da pa'r. d'Autloclle (Cobl. H, tr. IU-UI l'.) et une auln fob
ont l·tê int ercepl ces :0: •• Il d h oilc ainsi ouvertement la raison qui dan . . . Ldt" .. Phfloth~. (Ibid., ft. 112~ln l',) .
1(' llo usse il po ursu ivre le d oc teur hésyc hasle. l.cs moines nient n. noie CI~oI; il 1tCfl '[0';' ôciy)l4~O< ).cIyo.; c'1,.,,~( i onl.... itc uc.'l~ 1C ~ 0< ("II: iu v<}w
'to.:o JlI"ci" ~oCo( ~~" d~~~" "II:olo,j,.'[..<. Lellre • PhI/O/M •• IbId,' '01. 172 • . ;
1"", raits, cricnt :1 la calo mni e el rcc1ament les preuves de l'accu- aelon l'atOll"", Colku n'ut qu'un polillden ,,,Ide de pouyolr ( ;, J:Cli
"II:1I'\' pl~ P1.'lC 1,.\ u).ldp1."IC' L,Ur•• a" Atlto.ftet, (01. 17. l'.) ct, comme l'krU
Jo..:ph bilalbelo. vera i3.', Il n'a pria du mea&lru conlre ln palamUn q ue
1
, pern qu'Ua ,'oppo.. h:llt .. KS "plratlon, .. la rfleo«; (i" OY oV'Oll,"'.. Yi l'c1h
".c ""M'INIU""'C .':''t~ '\'t.pawi5o( u t '10';; O"COIC\.U"tlll.O" 'fO'rl\II4~OC , V.t. fr. 714.
:'JIU" Ib id.. 101. l7i ". ,ot. 15t) .
Zll. "'I(.dolio" dM "./rfarchc d ' A"a ocht. Cobl. If, (III. HI (u.d. d l" d < 1 U . L.Ure au: AIIUNIIU." Col,l. M. '01. n ••.
;''01)'''' :1 t ~)li..,., ' )lOYJ." tO; t ~ )l:c.'~ 1:: 0y i,t 0... ':: ' 0<::, 6",,1iU u l ~nm"o·j ·t .. :i""",ul; 3". AJI.IMD't"OS, R.,port, p. '1; l.II'", • LA'U.... If"'e:. U5, ,el. '" l'.
I.t'tl u .. Phllil/Mt . Ibid . ; d . C ...'lfucud:f •• 11111. , lU, SS, ëd. BIInll, Il, 2 S , 1 n. '0 I/.h 1t f "C!O'I, il , . Ca'n~O'f i"ll:I),+,hul 'ri,( 'E'1,'1,),"IO!CI(, ,.U).o., U lI :'tO\
J,,"I".
.., t~ ., ,,,.• ~ :! ·,. ~ J ,:, ••:I~ I' I ""') Il / t :. :I ): volt Il. 1.11 ,~oor.pltlt tul .• ~" 'Eu\"I0(!I"I ô.. ~ ... , lAtt,.. iii Uft fftRlftftll, IW4, (01. 31.
l" 0 :. - 111 . . lIi. ~Il : i,'f ul ·t~iaI.OfO( . .n~ n:aù,.)d(, , \ ~ ... , d,... ~')Ioo" "II: F"r.Il·U "')l' '''';
~J . f • • t h ",,: • • " 'l: . t u i : " r." ~r; t.) J r..:.~ ,.1 t l•• ti·~ :J ; 'tl." 'UT"'"', h if ll~ hO( ' • .l'I1l _'101 MyO'ol'tOl 1.1l1 Ull~ oou ••1 '\'l,( 'Tt ..C _~u J:"U l':'III'''~I'' ''' ''.
.t: . ~ :~" '.:Ji ).11'11.. '.: t . ~ o "'IU" r. .. i .." • E·j} i 1h , " j,. i. IlùzI'i( ";11 .. ; '~:)'/"O'l A.. ,,,,D,,,,,O., "",potl. Iblcl ..
.. . .. ~~; -:,;, ~ i, K Q: 'ti. ... \".'OJ/ ' ~'" r; •.•• ;. ~ " '" I\z ~ u.ollty;w.... ,iKU;.... "Ii Tf ll'!' '[oti ~7 . n ~l.( 'll f ClJ.}.dGl~ +,1'25 l ••~l~~' ÔOT~,h~... , ........... O'AI~ \ '~ ;" ,.Î..I!1I1 ·.
(1' ; ' )1; : ~ · ;:I · C:I'IYO' : l ::u ; .2 ' · ~~ l':'" T'YP I',u":J( "II:f 6( 'toi.<; ·A<:::i......(. &Iio ôi: oVeûhll( U"ll:.I~t.Q.).iI'" Ht(ldYII",. Illy ",'r. 4'A""üCM. fuI. HII,,: .•. /0" i;1t':'I'n ... ~
'l';".;. 11IIi'''''''' . ~: t. ... 'ft. ... t.z" tJl'C. ... ;T.·).'. J:,! t :... i 't"" iu:vo u, 1'.u .• MAI, !.tl/re It
Pltllo/Mt . ( 01. 172 • •

t....... • fo6ô ..... 0 Il.ù,~;:( "",t'x.". IW4.• /ot. 1.: d. GdUUtl ...
Bou., Il. 7.. .
m.,.
xv. 7, .' .1 .

102 JOl
. •
" ,\ l 'I; II SU NNAl.I1'''' /JI; GIlIlGUIIΠ1',tl.,tM,tS l.,t GUEIIRH C:IVILH UU-U+7

rut a rrèti.. Un fonctionnaire impérial, Scoutariotès (!XOUTatp~n)Ç, Cluitter Sainte-Sophie lOUS 1. coatraiate et que Gr~~ire accua.e
4 bd TW'" P«O'~uul" êvsl'viptc.t" "t"CTcY.uwd. vint à Héraclée avec le patriarche d'~lre J'initiateur de ceUe violation des privilège.
mission de fa ire un e enqu~te sur lu activitél de Palamu : il dt de la basilique u. La relative skuritl: dont joule'lit Pila. . . cillai
une perquisition danl la cellule en cherchant des lettres de CaD~ les mOD .. t~rel. et surtout' Sainte-Sophie. cGatrlriaU 1. politique
tacuz.ène et Interrogea le gouveraeur d'Héracl!e (ToG d.ç xc").~,, de CaI~clI et provoquait l'indiln.UoD d'AkJad)'DoI qui, Ju.le •
TT~ 'Upcx1d aç) sur les r elatioas de Grégoire. Il constata que ce moment, lut admis' présenter lU patriucbe et lU 11Dode le
Palamas ava il passé quatre mois dans l'isolement complet et ne Rapport que DOUI citons souveat et qui .u"~re lU patriarche une
signala da ns son rappo rt au cune activité suspecte de Palamas. version des tait. propre • faciliter lOD retournement d~ID'U'
Il ramena ea suit e Grégoire" Co nstantinople et le conduisit direc~ contre Palamu u. En avril ou mai IS·U. ceJuiooCi fut enfermé,
tcntent au pa lais d eva nt un e assemblée présidée par )'impéra- ainsi que son disciple Dorotbf:e. daa. la prtaoa du palais ta, ou
trice. Les ar cho nt es c ivils, a yant entendu Je rapport de Scouta- se trouvaient tOUI les advernirel politiques du 80unrnemeat ••.
riotès, déclarère nt Pala mas innocent, mals Calécas, après leur N'ayant pu été perlODDellemeat coadama' pour la lb~logie. le
rtr part. le nt enfermer da ns un mo nastère. Grégoire protesta ,1, docleur bélychaste tut louml • • ua r6Pme politique, Calb.
auprcs du mé~Rd u e Apocaueos et ce dernier fit partir les soldatJ: ayant r~usai • persuader le gouveraemeat de l'arr~ter. Mai. en
que le I)atriarchc AVIl it places po ur le garder. C'est alors vnisem- qualit~ de d~teDu politique, Palama. Je trouvait bo ... de la jurl~
1
bl ~ blel1lent truc Palamas écriv it sa Lellre ri Gabrn' (cf. {"Ira. diction directe du patriarche el on De l'em~ha aucuaemeDt
Il. 3 5 7-J;;~U . C .. lécas nt ulors tranllofél'cr le docteur hésychaste 1
, d'exposer sa doctrine el d'aUaquer par écrU ses advenaires, avec
cl~ ns un mo nastère plus p roc he d e sa r ésidence et lui interdit J'aide de Dorothée qui lui lervait de uer'taire -. Le 10uverDe.
luute ("omruu nica t io n a v('(' l'ex térieur. L'un de ces deux monas- ment d'AnDe De partageait pa., eD efret. ta pr6diiecUoD toute
Il-res. "rail'oCIIll! la bl clIl cnt le second, cst celui. du Christ-In com- 1 nouvelle de CaMus pour la tb~lo",e aDUpaiamite.
pré hens ibl e (T'OÙ ' ,\)(ClTClÀljftTOU) SI. Palamas n'y resta pas long-
"'lIl p lO : ,::rfu~ e aux sy mp athi es perlo nnelles dont il contin uail .. 1
,
, Cal~ca. el Akindllno.. Aprù le retoar lord de P.lam.a
JUl li r ;'1 1.. ('our, il pur sc r endre ;\ Saintc·Sophie et y Ilro Hler
1 , • CoDslalatlDople, le patriarche use
~C I H I :lIlt deux mois , avec seize de lies disciples, du droit de
ref u ~c . en réclamant vainement qu'un nouveau concile se
1 utiliser pleinement AldndynO&. En aulo.ae tU2. 11 admet' &a
rl~ un is llj; e st. l..rs troubles que ne manqua I)as de pro voquer leur 1 communion Je moine cODdama' eu Ioll tUI el lui pei met d.
pr'·,c llt'(.' ,Ia ns !" 'll'lise fur cllt mè mc l'oc'l':lliion d'un 1fP6au.YJ'4 rédiger des Iraités th~108iquea colltre PaI8m ..... Akind)'DClI
, s'en réjouit dans ses lettrel et coaArme que jusqu'.lon lucua.
im pèrial, d~ t é d e m ars 1343, confirmant le droit de refuse •
s'1 Inl c-Sol)hie, m ais précisant que les intéressés doivent éviter de .clivité ne lui était pollible .f.
A Nol! lU2 dualt avoir lin
,c:jo urncr du ns le temple lui-même, ruais sc ca ntonner dans lei , le sâere d'Isidore au .l••e de MODemblSAe, "lia Callen lui tilt
locaux tradit ionn ellement désignés pour les réfugiés 4•• JI est , lubir un affront public: il exlle de lui uae coadamDUoa du
d H8c iie de dire si cette d écision était destinée .. proteger palamisme dal1l la cODlell'oD de loi qui pdc'de le sacre. De~.DI
l' al:lmas et ses amis o u si clle senÎt de prétexte juridique' leur
expulsion . ~ous sa,'ons, en tout cas, qu'ils durent finalement
1
li. À&1l'f DTl'fOI , "nppor'. p. Il : d . lur ce mOnllll!r, R. J"' I'I Il'f, lAI ,to,"'pltte
l'l'c U • .• .,. " 'I·!ilO. L" c llvlle .nllp.t'lnlte d, Calk•• 'D
autOlUn, IS42 el'
fplemcn l .lllIa lt e pa r l, cbronlque .non,.me publlh par 8 . GorJano .. : d.n.
lu Jou ... q u i prfdcUrt'lIt le tremblement de terre du Il oclobre, le: pairlarcM
.".U pro nonce d e no mbreulet ucomll1unlc.llon. (';,OpIO')l-W" 'IIo}.).w .. ulivotW'W
T:lf i 1'0';; -:::0.-=" *1.° .. . Vh . "um ., Il. 1II4', p . 2&5. lime tl1). Il De M'mble pa.
cependaQt que P.l.mu ,It ite ..ullement uco mmunl. db 1:U2; l, chronlqu.
,ulI~,e. p l ' .on contexte. qu'lI l·a,..aaJ! de Pluurea poUllq...u (d. IlIIhl ••
,
IIsne Hf). ,
I;"O-x."" ,
• . nfOn::.,. "'y.... ~l -='. '!::u)."IO':' 1I:hr... i l itu ia... u~
<:lIa 1' ~ i( 4lU l;'lIi(. o~( ' l ll:u é ~œ1'O" .in: "PlVll( 1lld lIl )1'O( ",roihf,yov i, Il.o"
•.2,.,..
lU .• ' . P .. , .... "' ... . I .dlrl' " .. r AI'''lnll .... ('." i# tif. (.11 17S \. : ,~O '1~:lup~
,_t
iU'l1'fW( ilhi·
if"t-i!,
i pde .... f .u ( I,i1.olol( i .. ~ .;. ~i,. ':0 :1 HI ",~ G""i:l: i.",""}UfI "lI ~, . ' 0" i'lll UIÀl~ ~..."l.
111("'"".,,, ,lM "aIr. d·A","oclt~. Cil" ' . H. fol . HI Y.
-4 0. )hAL.,UiIC. el MDLLU. l, p. 232·233.


10 1
-
1
LA l't' RSONNALITt: Dt: GReGOI/ΠP<lL<I/ilAS
1 LA GUERRE CIVILt: 13U-,,47
Ir: rdus de l'bèque-élu, il rduse de lui imposer les main. et de 1
du gouvernement " . La vie de Sabbas que Pblloth~e t~diGea pu
co ncé lébre r avec lui . a, Le fait qu'Isidore, pal.mite déclaré, ait , 1. suite le pr~aenle comme palamite, mals l'auteur dfrend .isl·
pu jouir s i longtemps de ses pravHèges d'évéque~lu conslitue. , blemenl une Ih~se que beaucoup de leS lecteurs ne putale.ieal
C(' I.c ndanl: ,une I.rc uvc complé m e ntaire du caractèr e polilique, •• piS" et ne rapporte aucun 'ait concret pour illustrer le « pal. -
d non reh glcux, des p ou r~uit es dont Palamas etaill'objet. 1 Disme ~ de S.bbas qui, pourtant, ...U rait partie de 1. délécation
C'~st ,éE::a leme nt l'l'm t offin e d e 1342 qui vil l'échec complet de
,

1 athonite • ConstAntinople, dont noul a.onl remarqué l'actlvilé,


la ml SS to n d es Ath o nilcs il Co ns tunlin oplc. Leu n; (e nlolives de 1 el qui, ens uile, al:journ8 dans la capUale dunna toule la période
rcta bli r 1. paix. le ra pport ecri t qu'ils adress èrent . Ann e l c et cruci.le 1342-tS47. nanl laD ElOIe de Pa.ama., le mfme Phi-
..tr ('1 n n't'u n ' n l :111(' 1111 ' U('Cl'!\. C.. l i'(,~I S r l' nssit më mc i. diviser 1 lolh« rp conle cnfin fluc, apru noir ~t6: .Dtipal.mit~, l'hé,,)'·
la tiell'ga l lO li : Il num lll a Maca ire, l'hi.:o um ène de Lun • • 1. c hute de Valopédi ,'est CGnerti mluculeusemeat .. J'orthe.-
m étro po le d e T hessa lon iq ue et 6t ain si de lui un a nUe.nl.cu- doxi e n . En 1347, il tut le premier CAndidat de Cantacudae au
zé nis te. C'était là l'op ërali o n qu'il n'avait pas r~u"ie nec , patriarcat.
Pa la mas et Isid or e. Maca ire fut même en voyé comme ambassa- •
deu r (O n Sel'hic, o ù il euayn de co n vaincre Cnnla cuzène de se
l'cn drc :,u. Il ne fut p onrtl.lnt pas aoUpalamite comme on a pu 1.:(J c flult~ L'appui total que le patriarche Jella
d'Ak1ndllfto •.
,1
l'ccrirc 41 : 1~~ Aut eu rs »t1la mites mentio nnent son nom avec , Calka. dODoa ea automne 1342 à
l' l'~ I ICt'l :'i :! ct ~ll i'clts Uni t, sc m ble-I-il, par le d èposc r en 1345, 1
GréGOire Akindynos eul pour consbtuence UDe Douvelle reprise
p our le rempl ace r par li n ak indy nist e acha rn é, Hyacinthe n. Le 1
des discussion. théololiquel que le prélat prétendait vouloir
('a~ de Macaire ill us tre encore le car a ct ~ re surtout po litique de éviter. A la différe nce de Calk•• , Ak..iod)'DOI accordait unc
r .lllihHlc du pa t riarchl·. Les autres m embres de ta d ëlé/l:ntloR importance primordiale aux question. doctrin. les, Après ..oir
alh o ll;(c qlli ltcrcnt la capitale, il l'exccption de Sabltas, le graod voulu, jusqu'en juio 1341. jouer le rôle d'arbitre entre Bulalu n
cl Palam as, il acquit la conviction, incontestablement s incère,
;1" ' \'It' cie- Vnl o pt' o i, qui fut mis en r':5ictc nce nu monnst!rc d e
que le tl oclcur hésyc hasle s'61 ait lui·mèmc écarté de la vr. ie Coi.
t :III'l"a d l'lI l1lll1l1 ;1 ;'1 Mlulcuir C:llll ôu'uû' !H' ~ I . l'ôll' cUlllrc sa posi-
Il s'opposa donc à lui, tout en Icllnan. de rejclcr également le
ti o n dan s la c ontro vene th éologiquc fut réscr\'ée : il refusa de
b3rlaamis me. En rait, nous avons vu qu'il n'y .vail pas désaccord
pre lllire p nrli pour P 3I:m1(IS, el Akindynos lu i éc r it trois IcUres
rondamcntal entre Uarlaam et Akindyno5, En dccembre 1341, ce
po ur l'cn fclic Her; scion Ic chef d es a nlil,a lamitclO, l'altitude de
SlIlJltas rendit possiblc l'approbatio n d onnée fin alement :i la ,,
1 dernier écrivait encore " Georges Lapithe, qui de Chypre lui
dcmandait de lui expUquer la situation à Constantinople, 'I lle
('nmlôllunation du docteur hi'sychastc p:u' Annc clics membres
,1 Barlum n'est pas tombé dan. J'erreur aussi profond ément (lue
Palamas 01, Dès celle d:.le, Aldndynos ne prétendait donc plu s
- -- 1

III \ ;'a... ir.i 'Hj~"I:O'; 0;1.; II-IP),Tj; i .... Â.... , ;:a.; ",i ),l.ovu .ÎN 'ij",iv i.poupyl tv. ,
1~,r,1i.;'I":1 r.UT.; -::- :a. po·~n,c d.; .0Mw,. "I:WV T' ..... ;.iw.. t.~ XplO"tO~ 'tll.ou~_" .. 1
. \ ::: 1 . 'ô '.:1'; T ÎI ~ ~ /"W" '% ol.. i _, ~ '.ov il • .;.P;( IV '" l'n1) "I: ~ ' En), 'l.i, • :a.p:a.nluu ",i'I/W"
'%P<'; ":f." ilpoup,,:, :.z ... ~ ~" (VOJ ''''p • .z, ::IO' .. u.z; :a. l' i vo",. l'j),),oy 51 ,. i pi ".,~ ",o1:O: f l ( .
'. ~,,' ;r.'1",.,.:'~ 1 u ·U ;'ll' I.:II (,~Tlnu iTY~ l, W( u [ lil :l pp ~''''w o: ~d ..... , -Ij ri,(
",fil -:. ... ';.., ,:Ii i,;'w; :lpr..'1'Y: 1; h:::1 " ::", AI(lIf11Y" U" , C.lfl/rt PU/tllll tI • • VI , .W",'ltl r. pr o
!, S$. ('U Il'if''I'] ô_loi 't'f,~ ..f,( .id ~,~ T,. vxlo:e "'.11' 'C I\OÔ( ilU~)J+...., ri,( ,o,i~
,h l1l,o.'\'I · ou Ti l' o.",,,, Tf,( ri" li"l1 ~c~. "",u rlI" n ,c lil .... o:'"i,. l'-ilu "I: ~~ 1:O '~
Ouo'C o. 'CG u h •• ot ou tlli'" t ooj o h.o",~", ..ol 1llu ,14 , xou. tl·~u 'C ~" 'CO·~ ,!",,',,:uo"l:i"l:ol,l
. pw"I:OO'd>:i"ou, "'....,u . plo 'C olÎ1:w.. rlI" t oij ..4,",. cipi" ol,l l''T<Îl.ou Iou.. t..; 'I i..,." • • "
2:.t:I. fol . J:> J v.·J:'lj d . Oü: I/lrlfl/utl du . n l//Utlo m ltu tll U 47. PO, CL. 180 c. TIW~O: I u'toi t f.( .o.po~, 1i.... I'1VY"1'I:a.ç . I~ dl hio" OI ~I , Ltu,.. .4nuh 'C.f
~ ~ . P UIl f1T Ur... l '(t d~ Sffb b." p . 324 ; cf, C.U~.GO". I, li b' .. XII , 14, ~ . 800n, '). 0YII, ' t .:i 66 ". M.n:. gr, 1$6, (01 . 41; d , Letlnl IIU nlèrua. Il, " " .. " ".-"
1
Il . (,2 •. 1 ~u '."c ur de In. l rel h lc.tll lDealloll tle ce Aoyq.i( UCc..: .,,1tC
u lal S!.bu.,JI tle
; U, C" "T". C:'tt:.. ' . 1/ (., .• JlI, :1:', :'2, &1. Uo ll n, Il, 212, 30'- 30'. Valo pedl, re.ma~uc r nollalRlIlCRI .. dùl'''âlioD co • • e , ~)'Chu'l ' (' " '(1,(
~ I . P . J O. )('10 l·. lA "I~ dt I lil lIt Germalll t'lIl1glorllt, !b..a A II.lte l. BolI.,,- 1 ri ( .id ri( f."Xlo..c ...) : cr. nol.. lulunac..
d lftl lft , L XX, p. 47. '~. n 't" 4~'IO{o..c T." lu),0:6oÜ( . ,., IO~ '10.1. .v.....t" .ttolÎtn;~ U l( o....'1't.....,iO\(.
S:r. l ' III &.OTlII~ • • lin ('o /ll lo". ('01. ~ 7' C.
SJ, J o .eph C. I O lh ~ l o . IU(' lIl1o nll~ cUn • • a d ia tribe adru~e l CaUcal la
) 0:1),' o~ . 0:",,160)..1<1(, O:At ' ,"o:y..,oO 'Ct'<lO( • •,t 'CO.. 4,th ),ôyoy, p. SM ; l 'l " 'O l h~
cite dea dl.ICoun de Sabt.1 ea 1.'''1__1 . _ ' " dtaU-I l hal IOnt f. Uu
d r lto lltlOIi (o u Il n ll,lcane nt la cond lol nlnallon 1') d 'un hfquc d l T he .... lonlque
que le p:l lda r" h e . " . 11 lu l . m.~ ttlc lIo lllllle ( t (." 0 ,f , ,oCY1:1 f OI .p.j..T,. &l'(TOU
1 .i.. ...,.. 1I:O\ij 1: W( (p. SU)," ta
57. e .. co.. ' .... col , .It B.
dI."p-."
terta'pn .........- .

',1/'11""
W;.:II Il :1 '( .:11+',1"6,,,,:.:11 . H I ~ u i.o·;..,.;1 et rult !'i l~e d e l 'é,'~que har le h0'1I;Yld,ft0"
"'u ';::: 1 ; 1) p~;,,~ ::1 .":(1 ... l'. t. gr. 70". fot. 1.. ' v., , Phtl ol hH .I,n.le l'iut. "acalre
l'II I lIIorl l Th" u :l lo tllquc {F.llt'o m l oll, ~i t Cl , mab ne parlt pal d e •• dépo-
Y . "0 fi "'.... lJo:pl.o.:.i"" 1"1:1 ..,.h
.t. lo:...... 1.,).0,., ~X 010" I l no:\o.lt-k .l< d ôOy ~'Ca , lIan:.
d.le dl cette leUH Ht ~n" ".r Palem .. quJ. \II eU. nec IncU",.UOD ;
, 5&, ,r. 'fil .
"'1'1 rl,~ c':",!'Yù1d ,,, ... 1 hto:-. Ikl!,-'"
Ge: hl

. JlIOII, qU'Ir. mo l• • prh le CODeUI d'•• o.l (c."a,.. ...


tl.tI,,, ... VI, 1, C.bl.. " ,
~ " CA.:. TAc t,;, b _, UIII .. III, ' S, éd.. BoDD, 213. ,

f ol. 1S1 ,..), Ba 1141, .DrilutaDt \II kttn . . h'._I.
üLDd,aol dirD ' " '

107
106 1
,•
1
1•.1. l'EHSONN ALlTt DE GRtGOIRE PALA MAS LA GUERRE CIVILE ""./347

(' n C:üt su ivre un e uia m edia e ntre le Calabrais el les hésychlilstes, meation des ho nn eurs dont les chels bésychules lurenl l'o bj ~t
mais penchait ne tte ment du cùté de Bnrl nam. SOD conservatisme a pr ~1 le concile et oc se r~";re pu • la situation polilique. 1..
Corme l, les eilali ons pa tristique. d ont Il r emplissait scs In termi- thèse du Rapport lut adoptie pa r Calku comme y e r S i O D o ro-
nables traUb th ~ l ogl qu es donn aient cependant une fauue delle d es 6véa erncnts et Aldodynos reçut du patriarche 1. nlis-
impreuio n d e sécurité doctrinale e t a paisa ie nt la conscie nce de sio n de r H uler 1. théologie pal.lUite G . U le at ca publia nt de
Calecas, préocc u p~ d e questions politi qu es et for t indifférent aux 134 2 • 13-44 se))t Jongs traités contre Palama•• tous adreués il
problèmes doctrinau x do nt la solution a ll.i t dé terminer pou r Calécas, et plusieurs écrHs de moindre importaace • • ans cdmllte r
longtemps les desti nées du christia nisme byzantin. les nombreuses lettres qu'il adres.•• s ur le mfrne sujet i. cli ver'
Théologien méd ioC'rC". Aki nci y nos p ossé d~it d t' no mbre uses l,c l'sonn ugcs. A la mêm e tJ ale, le p atriarche tr_osCè re un Mm i
n ' l:.I lion s il Cnu!lol:lI1tinup lc. NOII!( :I\'o ns vu le r ôle important qu'il d 'Ak lnd y nos, 1 ·. r c b e v ~qu e de Cos, Hyacinthe, • 1. métropole d e
a joué, J;1'lÎce à clics, lors de III pr ~ paratl o n du conci le de Corinthe u.
j uin 13H. SA c Ofl'e ~l)ondance nOli S fo urnit de nombre ux re nsei· , Palamas. de son c61é, ne reste pas i nactif dans sa prison.
,
gneme nts s ur sa puissn nce politiqu e en lre 13.2 e t 13.6: non
seul e ment il l'tait cn rela tions intimcs avec le pa tria r c h e ct
,
1 Jusqu'cn 1344, le gouvern ement d'ADDe De lOuUent pu, e D elfel.
le pa tri arcb e da ns ses te ntativea de pr~se nter le docteur h é .. )"-
comptnit pa rmi ses corresponda nts rie nombreux ecclés iasti ques , c has le conllue un h ereUelue. Un pulamile a"" i Doloire clu'l s idul'c
cl c h ~ nl r:lIl J.: . nUli!lo il ItO U\·:tÎ t a ussi s ':ulr('ssc.'r .lirl·(·f('llI e nl II U
co ntinue a sié.er au syn od e ca qu. JiU: d'évêque-élu de MODem -
lIIi· ~: l dtU· Apuc:.lu(·os :.:1 cl rccolluna udcr ses pro tégés a u mysticos
ba sie el, bien que Calécns aU réussi .. retarder 100 sacre,
Ci n:lmo.» pour les fnire e nlrer a u secré taria t impéria l M, Ses
letl r,·" conti e nnent ('('pe nda nt ASSCI veu d'all usions lÀ Ca ntacu- , il s'occupe des a traires de lOa diocbe" . .... d~bioa de livrer
~~n(" ("t so n t presque toutes d estin ées n soute n ir la lutt e pur em e nt
au reu les ounases de Palama. ne Hmble pe, ."oir eu de Irendes
doc tr in ale tlU'i l m en ait con lrt' Palamas. Ses a û versai res lui conséque nces: jamais le docteur b",eh·,te o'6crl"U autant que
rt'p rochent, d'au tre pa rt , d'a voi r large mc nt recours ' la con c us· ,, duraat cel deux. aooéel, de 1142 • 1344. A cM' de lettres.
, aûresst!cs ;\ diverses personaes .. ConstanUDople et CD province.
.. ion. ~I":kt' nux fonci s lIIis Il SOt disposit io n l'llr lu r ic h iss ime
E lll u~ h' ChOUIIIIlU" ''' . , il rédigea ses tep' traUa Confr. Al1.d,no., quJ. r6poadalellt aua
sept aaUrrhétiquCl de SOD adnnaln.

,
S(J " Rapport Aprb avoir décid é, en automne
au p<llriarch e, 13.2, d e S'Appuyer ou vert eme nt lU I"
Akindynos, le p a triarc he, en mars-
:1\'ril 1:143, acc C"l' ta d t' lui l,' ROIJpo rt qui co ntie nt l'Întc rl)ré tation
:1I.. ind) ui .. tc d c~ é\'é nclllc nt s qui sc !Iou nt déroulés de pui s le dHlUt
li e 1341. Le pat r ia r c h e connai ssait évidemment lui -m êm e les
faits, mais il ava it besoi n d'Akindy n os pou r lu i fo urnir une jus ti-
fi catio n religieuse d es mes ures p olitiqu es prises con Ire P alam as.

Alindynos le sati s fa it h a bilc ment : le Rapport insis te s ur la juste
co ndamnatio n de Ba rl la m e t sur lcs r epu~ n a n ces d e Calécas
d e\'ant toule CS I.CCC d c co ntro VCI"Sl' clogIll3 Iiqu<, ; il sc tl' I'mine pur
unf.' c unfess ion de foi traditio nnelle; Ak indy n os y o met toute
,,
1
, a , w.lr
I",ul clll re meQt q u'ent re &rl .a m cl le d lKteur
(.,ù ~l,,, : .... ~ n, pi.:d.., u ! .:pI)t",I'0" J/,tllfII".
hbydl • • te, Il prHtre hrl....
(Ir. U:J, (01, st • . ; ct, lU'" , 7

.. " liL5" ••
. . . ..

Cd'"'''' '~III, ,"(I' . l , Ibid ., (01, II I) .


, r.,Nt.
$'. ~tI ..t · 11-::-:, 1:, [o , !.,,( ,JlM". (Ir. as, ( 01.
U . LtUrt Tf, ", i. r.:.' f,i.. ' 1. ,'/..01)0' 1'00', . Ibid .•
41 ... - ,'.
( 0 1• • 5 • •-71 .. .
,1 1.1.......
. 1• ' -, '.....- i ' . .., ' • . . • 1
, " J ; "'. JP'tUf LO". W:' Il"'~( ,J' .... '::I 'Il""'~'O'O ... ~ ~ " .;. ~1l1':"''' .. ' '' .. ' .'" " fL'O<;
..
n:~'f1oOt'. '" Il l! . f"~,, , "\' w" " J ~t'u ,;.,(,,1.....
1.", -:,,' "~''I' ":1. ' l'T'''I'!!;I.. 'IU tt'I'I.'.',
,
0"-' ·..... ~I "'J I ":1.... T. 1 p6't't ...·• l yoK.U·" J osa.. u C ",. O .... ITO I. COII'n
M., d , , r . Il, ( 0 1. 32 v. ; cf, '''Ira , p. 125- 12• .
A",,.4,.... , Il,

,
108

,
-
1
1.1. /IIWSO,.,'NAUTÊ nJ~ (;IlI~r.(JlJlJc: PALA.AfAS
,,
LA GUERRE CIVII.E IHI.UI1
,1 te ear5lctère i Ja rois poliliclUC ct religieux des mesures dont
Excommunication C'cst :1 la fin lIc t:tH tlue la situa- Palamas cl Isidore rUl'cnt l'objet en 13•• ne uutail donc faire cie
de Palamol . lion subit de nOIl\'caux develop- doute. Pour donner plus d'autorité' ces melUtes, Cal~cu le~ fit
Il l'lllCnls. Après des pourparlers ,,, contresigner par deux patriarches orientaux. tOUI deux tlroi-
inrructueux avec Cantacuzène qui eurent lieu en septembre", lement dtpeadantl de lui: celui de Unualem 1'0 d celui d'An-
le r;ou\'crnement de Constnntinople procéda ~ un raidissement de tioche; Ignace d'Anliochc "uist. lul-m~me lU synode avec
sa politique contre ses lld,·crsnircs. En novembre, on prodir;ua d'autres évêque. de son patti.rCllt Tl et publia une décl:.ralion
des I:ugesses aux anticanl:l("u~l-nistcs connus 0tI. I.c • du m~me contre Palamas et une autre contre bidore. Encore plus que son
moi.\.. ("';lll'('a~ iii IH' Ulltlll('l'" 11111' Mill synudc 1:1 lIél)U~itiun , collègue de Jéru~ulem. Il él3it l'obligé de Calêcas: Arménien
d'Isidore Oi ct l'excommunication de Palamas. Pour ce dernier, converti " l'orthodoxie, il etait venu JI Constantinople en ete
des motifs religicux etaient invoques: lu1 et ses partisaus 1344 pour raire confirmer sa digniUl patriarcale", La signature
donnllient lIne rausse interprétation du Tome de 1341 (b!qojJ.ivou( de ces pr~lats orientaux, devenus • client. _ du patriarche
Tœ i ... ~(-;. T6jJ.t;1 )(1~œ -:+, ... t./m:. ... ~'rrr,(Jw) ct ne menlionnllient pas le œcum~nique. n'lVait donc pas beaucoup de poids. Plu. impor-
nOIll clu IlatrillrC'he :H" offices u. Palamas était déJ:. cn llrison tanl pour Calecas ~tait le np6aT«Y1IA imp~rial qui vint conftrmer
(lOllr dCl<> I· .. ison:r. lIolilillues l't on n'avait donc pas besoin tle , Ics mesures synodales l:J. Si J'on en croit les sources palamitcs,
mentionner son cantacuzénisme. Quant • la condamnation le patriarche etait alors au raile de son pouvoir religieux et poli-
d'Isidore, qui occupait cncore une place en vue en siéseant au
:r.yl1ollc, l'Ile i-I:lit moti\'ëc pal' dcs raisons politiqucs aussi bien
llilC di:r.cqllin :lirclo : Ishlnre gou\'crnait son dioc èse salls être 7t. Ce tait ut .11"aI6 pu Aklndyuo. dln. une lettu odrtute • atoUblcu :
encorc ë \'èflue, il interprëlnit le Tome comme Palamas, muis sur- .~'t't ..." .",,,...... ,,,,u,,II'I""''' :J:Î.r'I"'" (<Alk. . ) _ ! 'l"w... il).w" ·U.'I",12PXW", '1"0<:' H
tout c il ne nourris.~:liI p!lS unc vraic bienveillance cn ... ers la ' \"'1:I01.'!II( lA,,:,...II! 'I:O~ '!cPOClO}.YI'-W"" «1. Lo&.....n. p. 101 . Deux candldo"
»e dl'llulalellt Ilorl le tr6no de Jtrua.olem, le pUNler tlu ..... ure. tUllt ."1111.
1II.IJl·,ll· iIllPl' I"Ï:lll' l't l'Iall l'al' li,Hll .Ie (':llIoslal d dll I)'rlln G' » . rlitOre wu. Androulc III, rlllre e:onflrmer Ion tloc:tlon • COII"hllllhl"I,I ...
Comme Il th.n tovonblo .. C.nlatultuc, Catbl promo de la ,,,"rl dc
l'enlpereur pour r.lu tUrc Ion coBeurrent. Gtn.II_. LalOre qultt. ('. 010.-
Ilnltuople • • prt. que Cant.cudne toit re\'cnll .. Dldymallque l , c·ut."-dlre
b:•. (: .",u, l' " ~tl. lIid . • Ill. .1 .....1. n""II, Il, 4l7 - 111i ; rt. R lit' WUM"I .• • "Il.-tl IS4S. L·.Pll ..... bollon Ilc la C'Onclamnoll~ de l'oh,,mlll c:. 1 cC'rl:li",·-
,.: ..." ,J .. rllru"II<J'·UI"li,· "I1;""a"r. 1. :'\1:;; 1.. UU ~ III"" , l'ir ri mu,.I. 1'. -4 :17. 1IIC'1I1 vellue Ile t:én.lhllc Il:'''IoIT,,CUll,..., lU., .. IV, H. loi . !JoUIi. III . ~1 -':t :
GG. Jr"IIll ChouOln ol. slr.11ollrd,uqu(' ";,:... 1I-0·,Gl: 2r.:ii.i ....·/ct Crhed 'lri:ne-EuIOlle d . M. c.."'.uIlo. L,Ure d. lullon Jlollle Nlhlr U . III JUIl VI. dan. lu A'uln/ ..,
C.h"ullOl1o". prlndl .... 1 ~flll'kli d,o. 11"lnd)' nltotn don. la CIIII\tolc (voir "1/"11. d, I·In.m., or'u'al d, 10 Foe.IU d" I.tUr" d·AI,er. 111. 1t31, p . "-30, 42 Sl( .I.
l' .:! ~, - I:!Iil, r.·" .. 11 1\ r ... '" ,1:110' UII(' ,1t'I/"lluli .. II 1.. ,.,.... cl 11111'1 nllte l" lr lUI Stloll Gr"'oro •• 1, , Ilrlo.h!c·tllM"lIr 1 de La.... re était, en eITet, IlntlJlulnllllle
""0'1:."111111,, , l,· J"UII , . \ .\'/n tfr "/lÎlullll'u n . "'1. \\'. 1\ 0:/01" .• ll.. KUIITI. tl tllld. • XXV. 4. M . 001111. III, nI.
Il. :' ''''''11'''' . , ' /: . l·r""10 :!II Iltll :ll. SUp tll. , II- Il. JI. 21· 23; ,·r. l' . Ik·h.r..ut. Atu 11 . Ill1pO't'toc .Ih~ ..al Toi" 'A.,.tl0xc!a( ..ait lil.,.....,. Ii.u....;,.. Î'Iuu.h ......, A"'/IIIl''''tI~ _
rlCA Sch.,:l.nmIllUA dfl IIcUI,'A Hcr,n. MUllch.. n, 1'-4', 11-': G. OSTKOIIOIIS.U,
"OU,. l' hill" lrt dt 1ft Iloda/fll . p . 122-123).
''''d. p . III.
n . Pcl:unll. Uril. cn tITt·t : "iZI"( !itou 0' ri,v 'It ..'tI'\III'X....T.... oit!œv 1"'lt0f'1u<l".,1t.I"
I,i. \ ' oit 1... tll r .. d nll! d e l',,c lc de d~polllloll d'hldo re d:lll. G. WIflCAT •• T. KwYG'TCIVt '\lQlÎ1tol.1( ll:it. utÏ( i'lll.Clu1:1J1 'ltClP'f'fVr,• .n l'l.ol (dtl}!ll.. 1)41), Ilifltlali ..n
• "u/{ ; l r . JI '__.,,') - "_ 0 '.
" dw pa'r. d ·Anlfoc:he. ColIl.'911. /01. 141; d . los.,.. c..l.OT.nu.. Con're C.Ure"
' G' . 1", tu;lf' unll ,I ••t,' d,' 1-.. ~conuIiUllkatiO Il de l'olelma l, publlt par AllaUu •• 1:i : h ,r'llOI( 'IIlpt 1:0Û it ·Ap".....t..... 'Av'noxuOl(, 1; ". , 'IIp61:lpoV 1I.ut.·, "ir.lI,
f'.t r .. praduH tl:lll. 1'1•• C':L., AI;;I U-a04 A. G. WtreaU, qui public un cOIIIIlUmeul 'l"PlfW"', ,ru owrr."'OI' •...oç 1:t~ ';,l',dp;o """::"1:'&1:, 'l"WV .;.ux.';'''' Î1I:"II"~T,O' 1:., CI ·~"I:'.'.o
, III 1,' :\ 1" tl ':lpri'/i 1.. t/ llrllrr . lit. 2'J1 {.\' oll:lr. p . lOS), rOlillolhe le documellt OtCeI(; l'al. U". 'CH. / .., . 1,0/11 v. 1/ tJ.,.le d 'lIl1lru c"""plrll ('''Ilh:mIH •."I". ,10-
(',,"Ulllr l''''''''' rlrlrr /\ Cli • . par"r '1" ' 11 )' r ... 1 r:olt IIItllllOIl du rdu. II/Ir ici Ilolllhlllllon. oux .Il'Icl orlr!lhtU"- orcomplla • CCIIn.tooUQople : pllr .,Ie,uI,le
..... l;uIIII ... d" 1l1I'1I11111111,-r Ir p:olrl:or.· h .. /II h. liturgie. Or. c'ut 1/\ IItIiIlUr"Ic.lIlCllt ceUe de Warc tJ'AlIl1oche Cil 1:111 (voir C ....... kALO.... I:II. AnUoch, d.na le
unc I,ro:u,' d l' ru flue C:al~clu Itlllt rnco re Cil t Ollctlo na 10nqu'II publl .. Dte, . d 'IIIIt. " d, G~OfIr. 'ccl .. 111, col. 6S1). •
I·txcommunlcllllon. lIa. JUGl c dllte ccl acte de Il.' •• ur Il 101 d'une IMllllon . n. 1I1i ....'!"CI.~" œÎ.o'l"or( (AUI clOrere"n) oi.1:0(. 0 .. j't't ...v è....}."'II' ....·IO( 'ri,( ito~ ·~.
'1"'C'n rait 1, l'tu)rl ,le T u"" d'Anèll' de T)· t : ICI t.,tnemelll. &.le thrler 1'47 , ItClf'lO(, OYI'1l1l10<, lloif 'l"UI; 1:w... VI' eI-j't;"" ù.ro~_ W< U,"v c"","'t .. , n i. , ..,
c clille nt encorr tu pr/pltr.tJoll " ('1"0/. ..... ;: . i'tl ".IM";"' .... ......,. Vollc. II'r. US5. ';'no. i .. CI,a n ll·k 'to( llœl ci.' œÎ.o''t' 'r,( ito""!3( ,.b.\w'I"".ç, ht( .FI'"",(. llil. ";f,
/ 01. 1) loutlue Co lkoS r'((onlll\unio le doclrur ht.lychute. Cclt, Indication 'J.,i,O( irxupuJjd'lO( ,~( 'E....l."II.ICI(, )Uoi'n)( 'ltp6( '1"0(,( "" 1.1,lIt" 'xo'l'tel~ n
esl pourtanl huurfllOnl, pou r ~Iobllr III d.te du document. Celte dale apparoU C"Ï!"'I"PCI 1:~" ~.Il..i::.C. "011" W... 1.!lt "pomTl/..'1I h.OIL!1II1:O, lllll 'It«pé"7.1 U';''';<.I(
clalnmtnt Il l'on comp~:t.re le tcxte .",e: l'encycllqllc de <Alécal, publlte !!"'d '1";"" iCl~to~ 'l«t' 'fi,,';'... i"Iô,c\ll~1 lft"'I" .......- .ml ,,~'I"O~C ".t, .ùlkjLi'Otl'-l(
• la 1111 dt' 1:111 <.l U a" llol' hllt ,If' I l ' ;;, r t oû l'1l11ol1II 0 1 u t l;tltlrm ell t .cculé 1').~ 'ltPO"~T'''''l. P.u ........ ~Id,. leUn .. "'.telln. OH,I. Il, (Dl. lM ; "f
tle 111111 IlIlo:rprC:ter le TUUle ,1.. 1;\ /1 t::a ~(PI.n.,",:iovto, ... 'to '~ "; Ul'ou 1..,,111 ,r de C.'LIkAl. EncvrUqu,. PG. Cl.., "3 A: Gataoa"s. Hill .• XV. 7, «1 . 801'1', Il.
"
dbobtlr '" l'Eglhe (l "'~-::o,,;h,,;,~. -::pt.; ";t,'" 'E~"';."I. !~" 1r.0V'to., l'G, CL., .92 D) . 1G1. Le Tome de lin upllque cn eITet qll& Catb •• 0 trompt. Anne ralt.olt'l(\lC
JI .'.!(I l ef'rtllinemelii ,le drll~ 0('1f'1. t'nlltrmporahu du I,.trlllrcile. et nOUI -nW,lIltl Uea membru du I)'node), en r.hant Ie.blo"t de poun"lvre
..,. '1 tr xltl de la comb,unaUOIi d · I.ldore Ile noui est pa. reatt. n .. 11 lu
dtcliJonl .~ nodales qui le conccr"olr" t IOnt nprllcs par III dkloroUoli qu,
(>al~nlO' IloOur lu r.ltonl ludltlu~, plui Mllt 1 (le. sy .... p.thlu pOlir CloIII .. -
cUltn,). )(.I:LOIICK et MOu.atl, " 241, Le ""'"CIlIl& de 1344 Icroble ttro le aelll
If' patrlarcbe d'Alltloc:hc publia '" cc tte ocu.lon, Id. G . •""CIoTI, Nolhl" document onUpal.mlte qu'AnDe aU J... II .Ipi, d . GdGOa"., 11111 .. XV. t.
p . I H-200; ct • • 1.1111 C... Ltcu. Ez"lIt.,'olI du Tom«. PG, CL, lOs AB. teL BoDO, Il, 711.

110 III

-
I.A PERSONNALI Te DE GR eGOIR E PALAMAS LA GUERRE CIVILE IJU-ut?

ti tlue. Habitant le palais impéria l de prHér e nce ... u pa triarcat u,


il régissa it pra ticlu e rn ent c omme bon lui sem bl ait les . tfal res d e
l'Empire. 11 o btint ainsi que Je gouvernement d'Ann e soutie nne
,1

Conflit du patriarche
auec Anne de Sauoie.
L'imp~ratrice
enU~re .'oppos~rent
Anne et J. cour lo ut
r~solument lÀ
o fficielle m e nt sa p o litiqu e r e ligieuu. L'aclion de Ca lécas n 'était cet .cte : le patriarche pouvait agir
pas, cepend a nt, dénu ée d e prudence : il h Ua n ota mme nt 1 com m e il lui pla isait d'DS l'administration de I·EgU.e, mai s Il
ne d e vait pas enrreindre une d~isioD prise .ous Andronic III.
d 'cn voyer à l'Athos le le xte de J'excommu n icati o n de p . la mas TI
e t sc co nt e nta de co nse rve r d ans SO D dossier la le Ure conda mna nt
,1 c ·es t· iI·dire ig n o r e r III c ondamnation rormelle d'Akindynos Mü .
Grégoire qu'il lI\'a il o bt e nue d'Ignace d'Anllochc et qu e Je d oc-- •, Comm e en 1342. Ale xis Apoc aucos prit ouvertement lA fIH(' n \c

leur hésY(' ha~ l c lu i-lIl l' lII c Il e connn!!r:.! Clue ph u. I:u'tl c l c1" nd c~­ • tic PI,l a llia s ct , 'o PIIosa vig()urcuacmenl • Calce as '". Un vi·",I:thle
ri n clUent "". Q u a nt au ),. m o ines du Mont-Athos , qu i ve n aie nt connU éclata e ntre Je pa triarche et la cour " : la souve r a ine
d 'écr ire li. )'j mpê ratrice et au patriarche pour p rendre la d tfen se r e rus a de recoRDaitre l'ordinatioD diacooale que le prélat avait
de Palama s, ils reçurent de l'un e com m e d e l'a utre un e ftn d e fini par imposer au théologien aoUpalamite malgré l'interdiction
non-reccvoi r Ti . Le d octe ur hésychaste adresse lu i· m ~ m e A ce
1, qu'elle lui avait sigDiOée • trois reprisa Il. AkiodyDOI rut même
moment un e se ric d e lettres il l'Athos diplora nt et e xpli q uant arrèté a-4. Le bruit courut que le patriarche avait été déposé pour
l'inulililê d c l'i nt e rve nti o n d es Hnj:;ioriles ( L eUre ci Philoth ie. IIvoir OI'd o nné un hérétique "".
/.. ellrt ail A lh u Il ite• • Pum ière lellre d Macaire ).
,• "\.'1: 0", "'",ba _ Tv". Pro/" d. To .. ~, G .....c·n. Nofu.", p. III. cl.......
, le T"m~ d, 13. 1. MlltLOUc. et .. Ou.... 1. J'" leMp" C.le*-to. . . . . . Ie q ....
Ordination d ·AI.:indynol. Son s ucch momentanl: in c ita pour t.clliler le. cblue •• ü'od7aoa M .. dlt7a 1.. s 'v .. d • •,... . . r-ke ...
Calicas • a lle r plus loin e ncore , meDt COD .. crh ptor Calas : l .. : o~ 'l:w... 'fIÎ_ h :ur.nw .. ""-' .\.'CljO ..."Iç ..... voc
6l..fTOt( 1:I.t.. ';PfVfK& fo~( , ~ 4trI,iO' ..Y'l:o ••l _~..,...., .~. ,"," i''''';;'4*.
pour affermir sa p ositi o n, En 134 t. il ava it lui-même fait pro. • L,Ure" Sa""••. Antel, Ir. M. '01, 117 't'.
10. ' H j!aon ).((, X. nO( 1.. WO"1I:.p .... ndi 't"w... .. .,t .~" J':o,,",," ,,_,. ...~'C.c
clnnlC'r t'fue 5e ub 1 (' $ l'vèques, fi é posi t nl r e. du m ac i s t ~ re apost o-- .,., ," '.~! ~f\d,, :r"l" ~,l~U'l:lf fHt" _.,!!,."""h ....... ),iT.EL •• ;,..... 'CO; ·A~~ · 'C.
1itllle. IlvlIÎe nl le ,h' uit cl 'enseigner le~ d oglU e. d e 1 · t::~IÎlle. Or. l e~ ••

l"' ~ " Tf1 ...... 11: ""'II .... 1'1:. 1fOl. , ' -,.-.... • ""C:,.,
"". [(, i ll fno1tol , tlll ~ 'l:O~1:0l( W( i.,.c'C.' "' . 'I:... 'CI
h"".~ ~~.;.
.r6 ..... 't" ••v'u'Ca
c irCODJita n ces l'obligl rent • ii'appuy e r, daos sa lutte contre
.....h'~ r-tovoSC, W( ,...tt r-Y~ 'xw, Il C' .r.. "'_' ,.~ ~".c ' .. .v.....
Pahun:ls, s ur un simple moine t héolog ie n . Aklndynos. Ce dernier, , r-r idia""' Ot;, wc TI- '"' 1t,." I~, __ d-cp.ac.c
,_pi."" .""'M( t, .Tl.... ~ a:..-c••,Ii't"" , . t
il ""-., st""t.(. lçg • C...... los, iAlln"
dans ses éc rits poléJUiques. reco nnaissait .. plus ieurs reprises
c e poin t fai ble de s a position; parrois m ë m e il r éc usait la d éci· •
S obbG., AII,d. ,r....
t .. (, l' o t Urou 0&._"0"'1"0(

S,colld, I,ltr • .. 11_',.,. ''''4,; AI,•..". "'il'


'01. lU, en .... • 77111 .... o"'s fi
c.",z,.'.... tH c.I.l. ,el.....
.... _ ..

don de 13"1 e t a ffirmait que les laies peuvent eu x aussi discuter • ce dernl~ r teJlt. d. hl......... IIUD" . . . nt ....rl.
de ques tio ns th éologiques 11; peut-é tre i ns Inuait-il a insi que son
o r di n a t ion s e rait profitable à la bo nn e c ause, CaMcas d~cida
• 1II0t • mot d .... 1. TolQO S,..".!a' do .,47. ",aLO'IC:. .. MO" •••
M. " ... 1. ( DTe, XI, J. col , 1717), "01 t'n . . . . . .
qu ' en 134'; "1. dao"UOD " ' _all... s
·üJ..,... ,"an" 14'. 50'_

t ".ueta T ..... In . . . nu
ft .a..
lI1 e ll~lIt eeUe onJh.. Uon en rc"Uon ."M .. und' 7.UOD ........,. ... d.
l,lor" d 'cle vc r Aldndynos il l'épiscopa t 11. ".1 ....1:11.en nOf'emhro U44. dOaut,.. part,. .d •• Pal71l1U, .o_:rcU,,,. que ..

,
,1 pntdnehe pubUn nu dibu. d • • SlS ('t'oll' la,,.. po US) "'11 "'UMe • J ' .......
l'ordination (',h iv0511VO( h cipdwc .t.!7,.1110( .CX....... ~...... 1 Gd, Mi ~ ..t.;;;_

,
lU'n""".
'l: O~ .. O:' 'I:.. 1lœ'l:~ XJH O"rI ........, laIX, lp,!1l' T,.a,-,
fui . IH).
4. 0114 " c ...,. ".


III . -A lit 111'4< . ':'d .. i !o'' '.(
IicMoE i ·Ad........oc ... ,.", kr,ç ri" ."",,.'I;CIw(
ôuf)...u ~, tr\wnij 'I:,,...id... 10.... C.......... "'4•• ,.,. "1 't'.
'P'.. 'P,..M..
,,•
1
• IJ , Lo d ...oalqu. pu'Ule PlI' ("..rJ . . . . . .

c'"
1·4poq ... d. IN" .......... H' ..
p,
_ ....
.ro. . . C"orMaTOa. ,.,4. •. 1.'"
CF" '
couar.... "c.llle..ee d·... c_all _Ire A. . . . ... IJH.
't'.
Il, ..... P. 1 '1
' In 1. . . . .,.111 Il

a.. Selon Palamu" Il'1 eul un. dëebd. .

i ut +T,IIpOC wr-1.-4.. ...,


•• .:., ... ~ "'"
....,r ,.h .._.,
iIl1".r.,. '1:1 .........
1 i'
'ob !"'_ lU
""=1.'''' ....
,.",.. .. Il.nal,... CMlIi. tt, foL ". 1
r...1 1.,.( illl.1Icnt<p .•
c.tI.. ,.a.
j 1"47, '.'4. 4. Cn"eg. N.

••
1
~r:.!r·ii~~:!.~~~~t ~~I;"!::t~~':tll~ ~;~c:i t:'~';?%N~
;
,

".
113

LA GU/;I/I//; CIVILI! IlU-I.'H
J,'an Caléc:llo l'luit (.'c pcnd:lnt n!!ose! fort, pour braver l'ampé-
r~lI·ict'. Akindynos, ëdlapp:mt ~ la colère d'Anne". fut anale- Celle lettre est datée de novembre 1344 et semble immédiatement
mcnt ordonné prêtre III cl plusieurs antipalamitcs furent sacres postêrieure .. Ja condamnation de PalamlS et d'Isidore 112 : eHe
évêquu en 134.4-1345. La nomination la plus retentissante fut demande aux Athonitel d'obtenir de PalamlS sa soumission. En
celle de Jacques Koukounarès • la métropole de Monembasie, rait, li 1'00 en croit PalamlS", le patriarche n'annonça pu
destinée • extirper l'innllcn ce d'Isidore dans le Péloponnhe. immMiatement aux moine. de l'Athos l'excommunication de
Jacques rut investi de cette mission en récompense de son l~le leur porte-parole, La leltre ne rut donc .dressu .. lei destina-
anUpa llmite Il, Akindynos devint apparemment tout-puissant: taires qu'au bout d'un certala temps, peut~tre pour Justifier
l'ordinatioD d'Akiodynos,
c'cst lui qui rccommnndait au patriarche les candidats' l'épis-
copa t .~. qui n ô c101n1J el obti nt des sauetions disciplinaires contre 2- Une encyclique oil Il annonce et JusUae l'excommunication
de Palamas ' •.
le moine Marc, puree que ce disciple de Grésoire le Sinaïte
a\'ait osé, de S3 rctruitc il Chios, prendre la défense de Ptalamas 3- Une Explication du Tome de 1341, sorte de communiqué
donnant l'interprétation oracielle de ce doeumeat controversé .~.
dans des Icttres retentissantes adressées • Jean V et au
patri;lrchc VI.'. La position du patriarche est simple; selon lui, le Tome de
1341 se borne" condamner B.rl.am sur deux pointl : SI. doc-
Devant le mécontentement que suscitent ces mesures de co.rac-
trine de II lumière thaborlque et les attiques contre la prièrc.
1ère rC'lit;:iellx, Culêcas publie une série dc documents destinh
c NOliS ne voulons, ni n'acceptons de rien entendre en dehors
il jillolilicr l\o n utlilutlc :
de ces deux chapitres », proclame-t-i1 H • PalamlS, en continu .. nt
1 ~ Une lettre auX lUoine~ tlu Mont-Athos qui êt .. icnl intervenus
6. lcrire, en interprétant le Tome en faveur de I l théologie, a
:.: plusieurs reprises en Ca"cur de Palamas en écrivant à AnnC',
enfreint l'interdiction, prononcée par le Tome, de continuer ..
aux hauls Conctionnairc5 rle Constantinople et au patriarche '1.
débattre des problemes dogmatiques. Lorsque lui, CaléclS, voulut
le persuader de plodifier sa conduite, 11 s'enfuit" Héraclée. Celte
argumentation du patriarche tend" Justifier l'ordinalion d'Akin-
dynos en iE;norant sa condtamnation en lIoOt 1341 el en pass;lIIt
sous silence le contexte politique de J'cxcommunication ep,'il
lançtl con Ire Palamas. Nous avons d~j' montr~ combien cettc
interprétation s'écartait de la réalité. Grégoire Palamas, rl:ln~ la
Rtfu/alioll de CaUcas et dans les leUres qu'il adressc en 1:145
à ses amis de l'Athos, n'a pas trop de peine" rétablir les taits.
Il raut noter, également, comme un aq;ument supplément:lire en
Caveur de la thèse plillamite, le rait que Calécas ail tardé jusflu'en
1344 pour ,condamner formellement Palamas et présenter unc
version tendancieuse des événements antérieurs li. l'ordination
d'Akindynos : ce n'est que progressivement qu'il en est arrivé
li. adopter cette version et i épouser entièrement la position du
théologien antipalamÎtc. Cette posilion ne Cut cependant jal11~ds

onMl'TlIv ir'lô.... ~ t~ lIcn~ .pô( '.[êoen., · t ..... Y~' Gd ty,( GI'-':'pJI( rày:h:.,~ '-dp
i"' ..... YI"p"'l'-i_ 1'll1Q'';I,I},ui_., tiJtlÇ ,~ 'u'pdpX"l 11«1 n; ~~~MVOI,tITIj u t
,'oi( (., ~I').il ",po~I)'.i6ovto' 'II<lpl"IQ'f<l'f lvtlr....., oi 1(o"",pol "'0.&' it~w"" .'w-r-"IH'~
'~lIre Il Mo~"re, Cobl. "',/01. 111 't'.; d .• ".d R~(.'QIIOfi cl. polr. d'Anl/odll,
IfJld., (01. H7).
t2. IIIUtt.OlICIi cl 11101' ", l, 231-2.1.
IS. cr. '''Pf'll, p. 112.
t • . l'G, CL. III c-&O. C. o. •• ,. IU(.'.".... dc ce documcnt, r.laRUl.
Il,nale qu'II lut p"bll4 pour JUIU.cr l'.rdlnatlo• . d'Alr.ln~yno. hi, .. i.·
(01. 117; d . • uu( ,.1.
'A ... ~.,o~ 'l:olitol,t 1..lpo1;0lf\ca.. "'III, ~( .... t 1(~ "tO~<lV'<I lPIl,,~'f, Cohl. '9,

'5. rG, CL. 108 B·SIl 8 .


ni).

!G. EzpllcQII()ft ct .. r.me, toi. "2 C; cl. LtI'rc ••& A.I"•• U", p. 241;
EllclI'cU•• e, col. 1112 B.

lU 115
LA GUERRE CIVILE Ut/ -U47
LA P ERSONNALITt DE GR tGOIR E PALAMAS
co nrormes à I·o rthodo :oc:ie r ejoignaient. de plus e n plus
(.' OIl101C
totale m e nt admise par l'impérat rice Anne et un d ésacco rd très nomb r e ux, le camp de Ca ntac uzène 101. En 1345, ce d ern ier rem-
n et e xi s t era entre elle et le patriarche à parti r d e novembre 1344. portait u ne série d e s uccès et . surtout a près la mort d 'Apocaucos
Ce d ésaccord eut I"occasion de se m a nifester de n ou veau à la (11 jui n), sa v icto ire deven a it certa ine.
fin d e 1345. lorsque Calécas. ma lgré l'oppositi o n de l"imp ératrice.
ct â la f:lvc ur du r ctnhlisscrncnt de l'a uto rit é d es Zélot es ù Thes-
sa lo n iqu c, d c pos a Mn c nirc, !'nnc ic:- n h igoum èn e d e Lnvra. du R éac tion palamite. Au cours de l'abn~e 1346, les dif-
siege Illct rop o litain d e ce tte ville et y fit élire un akindynis te férents gro upes qui, .. Con5tanti-
f:1rotlche. le Chypri o te Hyacinte. moi n e du m o nas tère de l'Hodi - nople, con stitu a ie nt la coa liti o n anticantacuzéniste che r ch ent ..
shitrht U7 . Akind y n os :1nllQnç a l'arrivée prochaine du nouvel ti rer leur épin gle du jeu . L"impératrice Anne prend tout à fa it
évêque aux n o ta bilit és de Thessaloniqu e et r évéla que le but de con scie nce d e l'er reur qu'elle a commise en laissant le patr i arch e
sa n omina ti o n était d e déraciner Je palamis m e 88. Hyadnthe s'y 1•
•• ut iliser l'antipala mism e d 'Akindynos .. des tins politiques. E n
employa 8" ec zèle : les palamites gard èrent le souvenir d es per- 1 janvier d e cette ann ée, les Athonites lui adressent deux Tra ité.
sécutio n s qu ' il lan ç a contre eux e t qui entraient dans le cadre dogmatiqueI, rédi gês par Philothée Kokkinos, pour lui d é m o n-
de la rêactio n zélote à Thessaloniq ue 89. trer q ue c le prêtre de Die u. Gregoire, ne venère pas plusie urs
La poli tiqu e d e for ce, dont Thessalo n iqu e ne fut certainement di vinités, comme l'affirme son accusateur 102 Jo. Anne cherch e ,.
pa s seule :\ êtrc le th câtrc, ne )lrofita pas à Cal éclls. P ersonne, • s'inro rmer s ur Je conte nu m êm e d e la discussion tb~olo g i que
1 en cours. E lle r eçoit tout un dossier anUpalamite de la p art
d'autre pa rt, n 'était c o nvaincu par ses explications au sujet du
1 du p a triarc h e 103. Sur sa demande, Palamas lui-m~me lui adresse
Tome de 1341, auquel il pretendait d em e urer fidèle 100. Les par-
li S:1ns du Go u "e rn em e nt d'Apocaucos et d e Calecas n'avaient p lus 1 un Rappo rt où Tt rMute les accusations de ses adversaires, cn
invoqua nt 1. m é mo ire d'Andronic III qui l'••ailsoutenu en 1341,
tI 'autn: pussih ilite qu e d'mlopter l'anti.palami s me orfi c iel et ceu x !
• ct cherche à c onfirmer l' impératrice dans ses con.icliona anti-
d·t. nlrc l' UX: qui co n si deraient le pala m is me ct le Tom e de 1341 1 akindynistes ,0-4. La souveraine demande également .. un uva nt
---_._- ,\ moine, David Dishypatos. disciple de Grégoire le SinaUe .. Paro-
~;. T~ .... ... ,o ; ;, f):J. V1 l "7~ O;, ;, T;'.:;; !,O~ ;,:;; ot.'''','''''' p ·o ô"'j"':'"'l;pi""5 •. ' u tI,",o·" ",os. L~ U r.
c1 J aC"tIU". ri t '\/llIItIII /'/l6It. t'd , LtIIt:'< Knn. p . 9 1 : 0 '"Il K u1tpou HU O'Il)..oV"."Il'l( . 1
ria. de lui exposer l'histoire de .a
controverse entre Barlaam et
P 3lamas et d'expliquer la part qu'y a prise Aklndynos. David
J . CA L II T " ItTOS . Co nfl·t C ol ~C'(u, l ' at. gr. iO .&, / 0 1. 1511 " . ; '0 fhcl"l:l"lll.o....: "Il'l( •
·r ~\O t.Jj o ; . ;. i .. "' '':;;:00'' il' ''~ -;:+..... I~ ,p ... :::ivr,..... ['UA .UT. ",", O,",VMa. Vat, II r. 32 •• j
• r é p o nd à son désir et fait accompagner 10D r~clt d'UD florilège
/ul. 1:'9 v . G. toh: r c.. il a, l e prcmlrr, Iisnolé l c bref tplscopat de c e p r tdt- • patristique ravorable au palamlsme .-. Anne s'adresse aussi à
Cl:llstllr IH' U eO llnu de l 'nlum:ls ou slèse de Thessa lonique (NoUde . p. 21 t: 1 Nicé phore prégoras qui était rest~ l l'écart de la controverse
d , "uut , ', I ..... t; l'E""T . I. n U.t .. ~ /,ls c:" p(f l t du II/n odleon de T/II·ua lo nlque.
,I:... ~ I:rI",. ,l'Uri,'I'' . X:\XII • • !I:I: I. 1' . :103-3U'l). Aklndynos, dlllli u?e l e tt ~e r mal gr é les appels d'Akindynos '01, mais le philosophe sc déclare
à t;.·.. q .:,· 1 1.n I,lI h ... l' a rt .. d l' SU II lire( l'Ij.>u r l T he ssul o n ltlue (0 ~ ~œ)'.u( l
l '~';"'~ 1: "1 -, ' ': i~ i •.•.; , r,O' : "l ... ~ H ' :I"CJ:J. i.o~I"':"'~ ~1o~1 1,'1 tln llo n ce sn m o r t l u b l'e ; ~
0.1 ;'111 lu ;I,,\ me l ettre. Il' appreluJ .. son corrl.'spo ndaut les dommages CQ ust . l 1
l'absid e de Sa lnte · Sop h le par le trem bl e m e nt de t e rre du 19 ma l t 346 (M . •
t.:!IO .. r::>'SItIl . Slnodi". p . 76); les deux t v l! n e ment, l o nt d o n c contempo r::t.l n,. 101 . C'elt ce que eon.tate Palama. _ tSfoS ••n . . . preiidUe lettre' . . .
r.n llllIH' . plfr ulllrur .... H Ylldn the cu l le t e m ps de dl!p l oyer une gr a n de a eU,,1t1!
à 'n ...""·,Io. ,, I' III'· il 1II~' p :, r :oil p r" lIalrlr ti lle Still t' h 'cllun 10 Il hlee lit lu a n de
rrbe Maealre ("\"or:.~ (1.0'0'" «\'"1'" o'' '·.·u< ",d~ 't"~.. "lO'.Vont" aaO· i.~,"'"
'?Oll .... pwd pll.... ' U dp·IIII"' .... (lI"x,upod poUC tl"'"',, . .... 11< fr. .pôuf'O'" ....... ("..,.,. - .
I :I~:> . 1>"uIII' .. sltI~1I \l ' ,\III1C lit n ·I.le "'lccll~ 1I .cs\ . Ilgllul ~e p a.r iii TO~~l e IYII~)(lal JI". 171 .... -.77) .
d t 13 17 : ,;, • ..) . .. x:J. ... i H l:7:7 :J. /.O";>lr•.; lK "Il /..r.O' ~;tI 7.Pl : ;tI .... u7..t "!I: pO!OPO Il, 0 51 l cr.L "O'n "h ov.. 0\0 . .Ui( "Il"pin'ü" W'nl"la( ...• ô "10'.1 At.o . ' " r""y4poA<,
tCA loT"'" -;:': ; ,>~ ",, ;'r.!t J " ·.h :·...: "'·m ~ n ,; .o·' v.r."y-f,:;aov i.r. OI~CI":J. "' O •. ~i.œ ~o;:, O'~ "f ~ ?TO w.; ;,. h l ivo\l -.cl.! "t"i,( ';;..~O • .«~ fT,ft "Il'll"l"ll: If .,. Il.. tT . • r. 5IQ, (.". , . ; M'r r~
"Ili;.:" " -:''; : ·~ :I" l:1. , : :J.~ , : ;; l p ... ~~ ;;F",0''; '''t'r. ~ \0. 3: : IH •• ",I';I O' ''' J "f·'l Ii;tl" '"),.:" 1(O "),. I ~ ovuol1;n document., "'01 .. p. ·n c.
-: i,v " :J.'-:~ ::. f-/ r:, "I• .:J. : ;; J ? l \"<! ,;,:,., "\"O t" ::"'w~ i;;QO' y'i oll l l ... t ;'i..,,;. éd . P O R .... V....
t.:5 PR:OO!lO t:. II. p. 71S- 71 'l). • • .. . ."
103. PHILOTRta. Bneo..,'o.. , ln B: ce doa,ler ..t db"t _ .... 11
Tome de 1347 (M, Po..... ",. .... UIl'AMlIIltl. p. 7H-721; MI.LORca .. lllou.a". l,
"n. le
!.lA. -12 ;; ji,:.... 0" If-;,,.. h := :. : \O.:J. ! !u'p:l" "'0:' ... li "";:T,V T::J. ),:J. )i.i ,T I~ Il'lu).,, O';tI \ TT,' 111\1"\"0 ~ p . 250· 2$2). Le IMtrl.r<"be , .ttaqu.lt _ ...ertel IDt 1a .... trl . . . . . . . . ... ane-
_ : 'n ; t:,. - oF P,,,- :;i - toI '''''-0', ' .t /lre ft 1',o",tll ." (lgi_ lro •• èd . L OESF.I'ITZ. p , t7, IDtme. III. Julie erolt que. daa. ce i lLaetl .. t .......leat ... lia •• pUe
;·r~ut~e leitr e /1. • UI~ o.no'lIy~e. l b Id •• p. 9.: A , 'ar chfJla Crt 8rllennlo •• ''''d., .aonrlDu pubh6n par AII.nua • (PG. C..........71'. Ce ...... n" ' . r. ut
p . 91-93. A • 1 A ' . . . le u. de l, A,.l.at~ (col, ........7) . ., . .t ....U .... ,.. • 1141 : te , .111-
9'). l'tUl. OT II I. ': f:ll wmi" " . col. 611 1~1 2 A; ... ?"v ".I 1..JTu.b .... t"ll"o . '10 IV .... , - . - ... 0- ml.me , eat p~aeDtf, co....... trio , _.. (III Dt et Pal' au •• ", '...
., : ...:) "Il .;o. -;: 1 -:'~"I ·i-:-: ·.:I" -":oi;;",·' ":J. ~ -;:':0 [:~i ..:J.I3~:,', x d "Oi~.':1 i~p'~.... 'tw~ x..;o.).~r'lr.'ÎI' , (1. . C).
::"' ! 'TÔ"-':"'~ -:T'" ;;'il'. "1 :1"';")·' ... ... :., .., -;:o~, ]O~'1 '.1-(0'" ~;tI Otl.t',,,; T,!.lW~ ( '!I, h Ullle III,
1.... I~ ~IT1t ... ,", O ,", '\" ~It , , 'a l . gr . ;I:! t. ( o t . 2:>'l '1 .
t OO. G r illo ras l ul -m i nie _ r t t',·ldclllln ell t t ou. le i ~~I.mltea - pIIrle dune


,l
104. Voir ... ,,.., p. S74.
115. cr. III. CouDA'" On,._
XV. IN', p. n ... 1. el...".. . . .IL
'flHl"'• ... ,sr. ziluo, ••• Or. c,? ....
on nubtlo ll du Torno s par Ca liell.s (;, -;:0':0 -;:O\lO'" Kll T':J. ..."'CU; . "',, •• XV, 7, 6cL
Boll n . H, 7f1S) . l 1'" hbli ....... lAt," • Q,o .,1.... E..... 11'. ,.., .,.

"••
/1 6 •
·1
-1
1.,1. l'EIISONNAUre DE GReGOIRE PALAMAS LA GUERRE CIVILI! uu·un
opposê :\ Palamas el, à 1. nn de l'année, commence" écrire Le patriarche voyait tondre repldemeat le nombre de ses puti-
conlre 1. théologie du docteur hbych8Ste lOT, uni. Six h~ques. pumi leaquels Matthieu d'Ephhe et Athanue
nien, cependant, ne pouvait plus arrêter le cours lies événe- de Cyr.ique. que CaI~etI. lenail k.rté. de toute activité
ments. I ~c 21 mai 1346. le patriarche Laure de Urus.lem cou- (ot xse.:t~, n TOi'Ç KC)JJCM.( ~ iKOXCX>.w:r..,fwu) adre"drenl, en
ronna solennellement Clmlr\culène AI Andrinople; d'autre part, un septembre 1346. une supplique" l'impératrice Anne cn l'edam:Jo'
concile d'hèques de Thr:ICC ct de m clropolitcs 3yAni rui Cons- la mise cn jugement du patriarche; il, l'accusaient de ~imonic.
tantin ople, réuni dnns 13 mème "iIle à l'occasion du couronne- de sacril~ge et d'hérésie. tout en conOrmant le chd d'ac~u'\3hnn
ment, prononça la déposHio n de Jean Calécas pour ordination qui avait été élevé contre lui par le concHe d'Andrinolllc : C:llcc:',
d'héri-tiqllcs co nd :"\lné ~ III~, Cnlé(,:l~ n'él :lil donc Illtl~ co nsidcré. \ onJonoail la la prêlrlse dei hérétiques condamnés 113.
d ans Ic ca mp insu r gé, co mmc patriarchc légitime ct Loure de
Jérus:tlem était in,'cs ti par Cantacu'l~ne d'une sorle d'intérim,
Un aulre coup sévère "int e nnn, juste il ce moment, rrapper le 1 Sa d~podtion . En jaD.ler 1.347. l'impératrice
parti antipalnmite : ln mort prémnlurée de Hyacinthe de Thes- 1 décida de réunir un concile pOlir
,
salo nique 101. Ilcl)Q~e r Cnlc(·us. Elle espc"uÎl ail1~i ufTcrmir .0 position cn ril(:C
de Cuntacuz~ne qui se trouvait déjil SOUI les murs de la capitalc :
Rcu;rcmcnl de Cnltcas. Voyant qu'il avait fait Causse route seuls des évêques anlicantacudnistel particip~rent au concile,
e n couda mnant les palamites. Jean alors que Palamas et les partisans déclar~s du prétendant se
Cutêcns tenta de se r éconcilier avec eux. Deux lettres d'Akin- trouvaient toujours arrêtës 114. Annt la réunion. CaU'c"~ reçut
l'ordre de ne pas bouger de ses appartements au palais tHi, L'as-
dynos qui lui ~on' aclr c~sces nOliS al'prenent, en erret, que Calécas
uu:\. .Ihois s'clnit dèlourné de lui e n 1346 et le chd des anUpala- semblée se tint Je 2 Cévrier, en son absence, sous la prèsidence
mitc!. ':ait êclater Ionie son indiftnalion devant cette incrali- dc l'impératrice et de Jean V. en présence des 6vëques, du pl'Ut05
t"cll- I HI . A (lul'l(IUeS Illois de sn c hute, le prélat montrait ainsi athonite. de nombreux moines el de fonctionnaires civils 1Ia. On
une n o uvelle Co is quel maigfc prix il attachait è. sa propre sicna- procéda à la lecture du Tome de 1341. puis à. l'examen du dossier
turc lo rsque son intén:t politique ét3it en jeu. Sa manœuvre de lotipalamite que CII~c .. avait présent~ il Anne et qui contennit
dl'rnicre heure ne sen'il d'nilleurs il rien . Anne avait définitive- l'interpr~tltion InUpallmite des évinements de 1341. Caléeas fut

ment décidé de s'appuye r sur les palamites 111. Les agents de condamn~ et le Tome synodal de 1341 solennellement conflrmi :
C:lntaculcne s'opposaient il tou te réhabilitation du patriarche les ~vèques qui n'avaient pIS signé la condamnation rle narlaam
et Pal:1I1I:IS ct sc~ p:lrtisans n'avaie nt, évidemmen t, aucun intèrêt durent le Caire avant de venir il la séance du concile. le 2 Cévrier
il tli,r"ndrc une personnalité aussi compromise quc CalécQs Il!'! 1347 lIl. '
Dé posé li. lu Cois par le concile cantacuzéniste d'Andrinople cl
-
l ';' . (;"".""\1, IIbl . , X\', i, &1 . Il.ol1n, Il, 7G!I-770 . par le synode de Constantinople. Calécas cesse alors d'ètre un
108. Tlttllt dt Ill i . Id . POII""\',,a UI ...:-llO: lI, p. 'HI i Dlcrtt de Cnn lac utlne, obstade pour la paix entre les deux camps en prése nce. I.e
T"'G. C I .. iil 0; C.. :<'T.\Cl.'lbll, 11111 •• III, n, Id. Hcum. Il, liG4-5ft5; GI: tGOI!.U, so ir même du 2 rcvrier, Cnntacux~ne rait son entrée ù:,"s la
" , ., .. , ,', 5 , n i . ni''''', 11i~.
Ilt'J. ' · .. Ir ~ lIllrn , /Iule '7 .
lI U. ·.' ';';1 :: ,:·.1·~ 1 ; :.';'; i·J.(, tJ -: b :: PÔ::r',I:: ÔY :J OU 11;<11 i r tvf.ll'l" 'U'f:xporl'-illO( ... 'f<l1;,'f~
;v::1 ':.:.-. ::., ... ~..:. .• i'u:Yo.... ' 11;;11( "111.,;'.. O::!o1 ( ).6':"..... ~ ;t l ' 'fo':l Oc.10'f-7'f0" ~0'1l.iW( lUIIl tU. l'G. CLI. 7G7_770.
':n.', la:..,;,::,: -, ,:"!, ': ;" oi. ,,''','d,.!', ; ).:.Î #:YO'''; r~ :.'f.lI ';"".1 ,:",~ ,l, 'fO O~(fIY 1~1),;2{j.cCl'
.. . ! ":1):'( il, 0:.1; "',roc t " . t',:U " ', lI; 1I.po1lf·IO·"~ .<11 oJ. ..... p:ltOu "'fOpy.,<; Ma N'. g r . 1 0'' '"
1 U . 'F:yi"'O'VfO' l'ilt è.. ~O'tl.&:o~( o'i illC.ulI." .....l.&uoVo-r,c f'a;onMÔO< , 11 ), ' ,"
, 'fw.. 00-0\ itoCl.. ,1Il"'p~ toi: KClVfCl\tO'vf;"IYO\! t~ OClcnl.iW( ';, P""IloliYOI ' it" 'f01 yJo ,
l !'o;i, f .. l . U .... ; t r.
fuI . • , .. ._~.o. ,;...,pd ~ tOI " 0"."'''10'' .Clu.MlO'Vfo, CA ..TAcud ..... )1I.t .• III ••• !do Bonn, Il . tiCW .
111. (. n'~tl r.1I r.u·""l e lui ,"\lui hl ...ollr-r:1ce de C.lk. I, loul tn .rarm.nl
qu'Aline I t str~1t mile en col~re conlre le p.trl.rche, parce l'Ju'\I lut con.tllI.1t
1

l1 S. GlltçoJlAS,l',., .. XV. 1. fd . 80 ••• 71t. 71S.
t If. Tome, .h.l.Os tc .. et MOl.UIII. t. p . 2<11-25' .
de r. l re 1. rolx IIH·t CanIIlClu;~lIe ri 'lu'tllt; se ,c",1t t nurnt'e ... ers Palllllm •• 117. SI" hkJueli nlll 1I11111ê • • 1. 1:;' IndIction. ( ts41- tS47l uu 1\1~tlt
C'l i r _,Ii'r ;l ut rllirr ,I r .. d ~n/l nliit , U b , .. X". 4. 7, t'tl. nOllll, 760-761. 1G7 -1G&) . co.GrmaQt le To .... de 1341. ( L.r.••lloa, C.1.t . . .~. Il, p. 1.21-121.; d . G. MaIlColoTI .
I ll. 1::11'11\ 110' ih'li 1I~,' lIh tI.' C. mlm·ul:'\ u c t'lil . 1!tll llleC 1,lIr A" t ne d e Tyr:
'U Kr.-:U.OU;T;.o, ... .... ." Z2·.' :; i Z ~i, ,:o 1:rr.o Cl t( 0'11:100( ';':;,( 'fWIt 'ltQ'Mw" IhO' I l.tuo~(
• !'iolhfc, p . 206-297). Cinq d'tatre tua Gluren, q.ltmtbl parmt lu .I,natalru
du Tome de (ê .. rler 1347, .... Hule .I,_t... r. _aq ......I. e.t Cent de Mëtroph.ne
ir"' 1I; -;i" ,:"/vr,'f:ll u.i ': f Î ,1 Io'; ;:, ~ h:.o,: o'l 'ft," ~ n ll.t ! CI" 'lt0: +,0'"')'l:11 . l:vYI?w" Sl W< de P.lra., aommi • ce .Itae pu Cat~ •• pri. 1144 (cf • • • 10Mll" d e P.lr..
-::?v:"J ClÏô,h~ 'tO.. ; O''::2.L I! l'i'• .; 'K;t';'pl ';PZT,; ilt"rij '::0';" Ip6...,,,, 'fGil; 1I1,l dit .lln.nt 1. condamll.Uon d"sldore le 4 no~mb" 1'44; MR"I~TI . /II,,'h/t.
11 2'),lII l' i .. O'" lI'II: p ... oi( 'fIi .u l . Il :?' ~ 1: I'),'1Ô'l'I' rc t;'," 'f"'lyt ...... ~ 'f2. 1"0'('),'; ' , rl, .. l'T,dp<a p . 2121. cl qui, blcn qu'lI .H .11"" le libelle. _ dut pa. t tro euhnl . . . .u.
';' ....~ .,.~., Ih O'llc~"VfIk; , 'i1 1 'f'I!, ; " ':l 'H : , : ':~; u tlll Û-:: 1j~ Tt \tClI to:~ 'K 2tf.I ·:Py'OU opwf'CIÏ·
0""-::'(. r:1 DOUCII" i l/, ~iO' "u '1:" .. lC ~tp'. ..; P)'." .. 'Ko , ilO'lII~ z t , Pn.Je' ilc "u",~. l'fit.
2.J~, fG/ . 1.
,r. •• scmblt.e. de (h'rler. Cc. Ilirurm.tions permettent de eomplHer d dt ror-
nier 1. Il.le iplKopale de Patras doanfe par D.
,rtC' de Norle, Il, p . 21'.
 . l.&"T~.OOIl, L. Dupe,.t

IH 119
I.A P ER SO .' i NALlTE DE GR EGO IRE PALAMAS LA GUERRE CIVILE 13+1·1347

r:t pil :t lc. l.'impératrice An ne ne cap itule cep e ndant IHIS en core : qui l'e ntouraie nt ; les enquê tes que provoquè rent ses e n nemis
t'Ile "c ba rri cade dnn s son palais ct che l'c he û o bt e nir d es r c nro l'ls u'ont jamais pu prouve r qu'il ait e u d es r ela tion s clandestines
dt, l'cx lêr Îc ur. Dcs n i'j.!oc ialiolls tlirnri lcs, do nt n ons n c co unnis- avec la rébellion. De so n côté, le gou vernement d'Ann e, loul ,"n
sun ... l' ôlS Inu s le s :"-C:Ù ll'S. s 'cn g :l ~c nl l' nl re Ics d eux p urtis. P our- reconnaissa nt e n lui UD adve r sai re pOlitique, n 'tHa it IHIS unti-
ci ll oi Cn nta c u7.c nc e nv oie-l-il comme a mba$Osa dcl1r auprès d'Anne palamite sur le p la n doctri nal.
tin par tisa n ac h:lrné d e Calëcns. Neoph yte. m cll'opoti Lc d c Phi- C'cst donc le p atri a r ch e Jea n Calécas qui porte la responsfI-
liP llcs, aCl:olll pa g:n c du sOI c cll:th'c Cabnsi las l Ui? P eu t-ê tr e c r o it-il bililé de la crise religieuse sub ie pa r l'Eglise by nntin e a u CCHII "S
e ncor e il la to ut e-pui ss an ce du patriarch e el espèr e-t-il e n tr e r en de la guerre civile. San s le patria r c h e, Akindynos serait re<i.l é
("onlad :1\" ('(' Illi. Anl1 (' r r fu se (' n tOIlL (,.'H~ 11{' r cc('\'oir ses p rnp n- s ilenc ie ux nprès sa condamnati o n e n 1341. N'ai ma nt p liS pr'"llIh-c
:-.itiun:-.. Cl' Il 'cs t tlll C Sil l' l'inlcrvc nHOIl de Jeun V, âgé olo l's d e parti lorsque les questi ons doctrinales étaient d iscutées pour
15 ans, qu' cll e cn voic clle-mème une am bassad e à so n advcrsaire, elles-mêmes, obli ge de co nsta te r , en 134t , la vic toir e des hêsy-
('1 son n1n hassadl'u r n'('s l autre qlle Grcgoi r e P ala mas lui-mëm e, chastes, Ca lécas pe nsa qu 'en ren iant sa signa ture il a rre r mirait sa
accolllpaJ.!llê d' :\nd ro ni c As en, beau-père d e Ca ntac uzèn e; tous position dans l'Etat. E n dehors de toute consid ér a tion m orale ou
deux ont e té Iib cl'és tte priso n à l'occasion de cette a mbassa de lUI. théologique, ce lut là u ne Ca ute p olitiqu e d e sa part. Un e gra n de
1.(' cloc ll'l11' ll(:'s ~"t' ha s l e t'nt ainsi l'occasio n d e r epre ndre la tâ ch e major itc d es Dyu ntin s, i ndé pe nda mme nt du camp po lit i( tue

:"1 l;u lt/(' lI c il ,I\"ai( ('c h o ué cn 13"11 : l e I"c ta blisselllent d e la paix auqucl ils app ar tc naie nt, a vaient e n efTe t ap pro uvé le co nci le
en t re les d eux pa r ti s qui d échiraient ce qui r estait d e l'Empire, d e 1341 et considér a ie nt la doctrine p al.mite comme co nCor me à
Il y n:' II~s il n' Il e fo is pleinement. Ca nt ac uzène et Jea n V Cure nl l'orthodoxie. E n écriva nt ven 1343 ses Antirrhétique. , Akin-
recon n us coe mp (' l"c urs c t o n r evint, CD Cait , au r êg ime p olitique dy nos reco DD ait qu'A; cette d a te e ncor e, a u mome nt où Calécas
:1I11 ê rÎl'\ II' ÎI l'a ut o mn e 1341- est a u raite d e son p ouvoir, beaucoup d'antipala mltes ont p eur
, o u h o nte d e manUester leur opinion, parce qu'elle est contruire
il l'étnt d 'esprit gén ér al 12 1. Il fa ut Dote r également que C."I Cca~
1." "y:ltll/ i lle
!HII"iéll: 1... t H"' l"in " ,~
hu ul l'use 'tli C nous n'a j'lln:l is osé co nvoque r un vérita ble co ncile pour eundamm'r
{flCI' li lu CO lllro u c1'!le. veno ns de d écrire nOli s Il montré P a la mas, et la simple dkision de la c oUwo3o( M~ " Ilu i
u n rt s p ect très cara c té ri stique de exco mmunia Grégoire et Isidore en novembre 1344 et qui n'ohtint
la p e r s onn;l1i1 é d e Pn!;lIll:ls : son intf' rê t pour 1('s :lrr:lirc~ du la co nfirmation d e l'impératrice que pour quelques Jours , n e p e ut
1I III ,"h'. D"s k di' blll, il ," tOlJll' une p os iti on p o tili llu e t,'ès cl:lil"c ê tre compa r ée a ux grandes asse mblées pa'amites de 1:\41. 13-t7
1' 1 il :o.'y th' nl ,I\"t'(' UIl(' ind ëf('ctib l(' fil1 ('lité: « .Jusqu'nu hout, et 135 1, qui Cure nt parro is le théAtre de manifestations popu ln irr!i
'""I"I"il Call1 :u"UÛ" UI', 1II:II :,: ri' k ~ ll o lllhl"(, II Sl'S inrorhllH's qu'il cut :1 viole nl es, d ont sc plaign ent Akind,.nos ct Nicëphore Gri-"u ru~,
S III'I'III"1IT l'tltlr hl jus lin' l'I la ,"('.-i li', il ne s 'est l"clH lu coupahle Dura nt 1.. p é ni odc de guerre civile, Akindynos étuit pres'Iuc scul
II',Hll'l' lI t! lwsst'ss l' l' n nclîon ou e n p a r o le 120, • Il n'ultô:lchnit il com poser d es traités de théologie dirigés contre Palamas; cc
pas ccpe nd a nt b. ce c ho ix une valcu r absolue et gardait toujours n'est q u'e n 1347 qu'il fut soutenu par les Premier. Antirrhétique.
conscie n ce d e la primaute de la doctrin e chré tienne sur toute de Grécoras. Du côté p ala mite. lU contraire. on .olt panUre ..
('ollsidi'r" fj o ll polili<iu~: COlllllle n Olis l' a von,; vu, il d cm('u r a cette é poque toute une litt~rature: David Dishypatol . JO'icph
10):11 :1 l ' il11lll~ r a lr i cc Ann e c t nux di gnitaires alltic:.uHac u zén istes Cnlothe tos , Isid ore de Monembasie, Phllothée. Mare Kurtos et
plusi eurs an o nymes publient des r~futations d'Akindynos It:l.
Ce rtaiDs hauts diGnitaires, tel Nicolas Matarangos, c JUGe gé né.
11S" CAlCTACI.l! i;.... r;:. l/(sI ". lit, !l!!. éd " Boll n. H. 60!! ; N éo phyte. qu i ne I ICllera rai., qui possédait Il Byzance une grande autorU~ morale _ e n
pas III d i-po, itlu ll du rwll"ln rd lr J r:lII . lI (' r:I 11I1·11I ~ lIIe d é posé en aoi. t 1347
( \ l. lr IlI f rn . p " 1:1:' 1" SI II' :<:u,'".-I1al ."(' dolt l Il !';'a ~1t Ici lI'étnlt ilult"e ' lue Nleoln" 1337, seul des quatre c jutes génkaux ~ de l'Empire. il fut trouvé
Cnb:ulltu, ln cotU p oliUoll d e l'n mb nl s... d e l'el(pllquernlt : CQ ntne u d:l\e Qu call innocent lors d'un grand scandale de corruptioD. - apportait un
,-ou lu que ln delll( ('nm pl Cil pré' enee r s o lrnt r CI)rc!sen lb "
••
lU" I bId". p . 011-0n , L"lnt,"r nnllon de Jean " •• Igna lée p ar Cantaeudne,
trou.e connrmaUo n d :l1I s u ne lellre d ' Akilldynoi qu i Iigna ie en 13.,,' lea
,,"mpalhlrll [l nln lll ll r s d u jcu n r r mp r r r ll r (''\i ,Ài Y"lI l 0 6: ltll:nc lt.Jll. ,n ,,-,OlvOC
~lI CI'I l..!-j" ;,.. O"~ lt i"O t~'I'\:: lI "' h : " JI "~ ";"r,::., j!.JI~ ti,!-jI:"'" «th,'. b :.o .. aic civt ' 1X; 1"fl'J
~ 'J. ,n li, Y", t l.OUZ"'Qt" i 'ltli '"' ; Ih~";" -,. ";"'J. " ~i";"n ~'" ";" ;. ~ ; T. (tOzi", 1"Y :J1""r,C Cl V1"OUç ltlX l
Glt'J.: ,;-rl"j1"oc" , ;..lIrr " J. "..,I Cnl, ftI "(" l1urf"" !l ' "" 1:':-," r..'"~oIl ) : d" !lus!>1 le 1" lII olgnn::I'
flf' l ':lh ll,, a~. 111/"' , p " 110. Il " III.
110" c... !(TAccdl'ir:. Il'''". 11 1. 100. éd , Bonn, Il,6 14 "

120


I.A PERSO.v.vAUT~ nE GR~GOIRE PALAMAS LA GUBRRB CIVIUI "tI·"+7

''l'IUli ~nlier :w docleur hesyeh:.slc ID, Au coura des quatre en dehon de Constantinople. probablement dan, soa diocbe 1_;
'mncu qu'il a pass~es dans la prison du palail, Palamas chercha, en novembre 1344, sa si,nalure ne ftpre pas sous la condam-
d'lmtre part, tie~ nppui~ (1:1ns Ie:s milieux les plui divers : Il eut nation d'Isidore, mais en anil 1345, noul le 'YOyons sié.er au ,
nnlalUnlcnt des contotcls rcpét~s avec les Génois de Gatala et Iynode de Cal« .. 1", et Akindynos lui ferU pour le 'fUciler
~nyo,)a !;es œul'rCS au Grand Mailre des Hospitaliers' Rhodes de son .nUpalamlsme 111; eD U47, cependant. il .era parmi les
pour exposer aux Occidcnl.au,; la doctrine qu'il dUendait 12', premiers li,na'alres de la dépolition de Cal~eu; en 1351, enRn,
t:cs (.' uul:.d.s, qui .sem l :'1 ICIclh'c ell l'arnllêlc Ilyec les tenhatives il compte pumi les meilleurs eoUaborateurs du patriarche Cal·
que Rt Jean Cantncuzène, en 1355, puis en 1367, pour eXll1iquer liste lU, mais adopte une aUltude critique au Irand concile fll1l ...
hl thi'OlnJ:ic p:llnl1lilt, :1 P:u ll , li'J::l1 Ilu Impe Urhain V, Ilruuveut mile Ul. I.e lOéGlldllc Apoeaucos lui-même était surtout intcrcl'io,é
tlue 1'111:1IIIas cl ~Cl> discil,lcs n'avaient j.amais eu envers Ics Latins par les aspects politiques de la situaUOD et s'ab,te.aU de toute
une .lII\'ersion systématique cl qu'ils ne manquaient pas de bOliDe prise de position anUpa.amite Il•. Ea U.. nt Ja correspondance
volonté Jlour ('n,:::a~er n\'('c eux un dialoJl:ue Ihèoloj:;iquc, d'Akindynos, nous appreaon. qu'un haut 'onction.aire, Isaris
- probablement Geor.es "ari., éparque, qui ane Nicola, C.ba-
silas participera • une enqufte au Mont-Athos en 1350 III -
I .e. inrlêc-i., Parmi les grands dignitaires de 1 a souffert dans sa carri~re pour 10D palamisme et prérf:ra
• changer d'opinion 13', Deux Thessa.onldens connus, Constantin
l'E ~ lise et de la cour byuntinc, un
~":""I nlllllll"t, ~(' ~al'd(,rt'nl dt, prenclre o U\'l'rICIIH'ul pllrlÎ (1:11I~ 1 tlarmenopoulos el Thofllu Magistros ont, eux aussi, vari~ dans
la \'III1I"u\'cr,\C Ih éolutlifille ou chancèrcnt si souvent d'avis <lue 1 leur altitude, lIarruenopoulos, « jUle sf:nf:ra. de Thessaloniqtle _,

"nn Pl'ut rni1;Onnahll'lUent clouter qu'ils aicnt cu des convictions ,• a commcncé I)ar proclamer son anlipalamisme en 1345 ou 1346 ;
prorolllJe'i :1 cc sujet. Le doct~ur hC:'syc h:l.!te mentionnc ces 4: neu- 1 eepcnd.anl, il publia un fcrit, en aUaquant, avec une égale vio-
tntl"Il''' .; il s'indigne conll'e eux 12' et Akindynos rait e".cte- lcnce, Palama.! et Akindynos, les accusant tous deux de Jloly-
IIwnl .Ic' 111t~lIIe 1 :!11, Un c('rlain Il om hre .l'év\'.'IUCS ont ccl'lai ncmcnt théisme UT. Thom.as MaGistros, célèbre lettr~ et philosophe, ét:lit
;!1'11;lrlt' lIl1 ;'1 ccllc clltc!;oric : :Iinsi Joseph d'Andrinoplc, Is~.ac , lui aussi, comme beaucoup d'humaDlstes, 0PP0U: • la théologie
,Ic ~Iacl ,\ tl' ct Paul dc Xanthe si.::nè!rent succeuivcment ln d~po­
silion d'Isidore e n nO\'C'lUbre 1344 et celle de Jean Cnl~cas en
1:11; 1:: 7 , JaCtIIH,'" Koul..ollltll!'('lIlui-mi'lI1e, qui rut nommé, en 1345, 1
I::.rr Clllêcll" IIU Sil'{.lC dt, l\tunembasic pour y remplaccr Isidore, 1
li Clllpresscr.a, cu 1347, dc Caire amende honorable dcvant ce 1
mêmc Isidore, dc\'cnu )lalriarche 12'. Plus complexe est le cas de
M;IC:lirl' c.h ryso cl~ph:l ll' cil' Phil;ulclphie : cn 1342, il sc trouvait
,•

••

l .Ji
123
,,
,
I.A PERSO.\'NA LITt DE GRtGOIR E PALA MAS , LA GUERRE CIVILE UU-1JI7
,
des moines UI. E n 13"5, cepen da nt , Akindynos IUt écrit pour lui
nnnonC'er l'.rrh·éc prochaine l T h essa lonique 4111 nouveau métro- Iole. anlipa lamite. . A côté de nombreux a utres in déci,:;
polite Hyacinthe ct il constale.que T h ol11 as a vait cessé d' attaquer qui ch. ngèrent assez r.cHement
le pallmisme U', Parmi les partisa ns les plus enthous iastes de leun co n victions avec les nuctuation. politico-religi euses s u bies
c... ntacuzène, on trouYe ~galement des parti sa ns et d es a dver- l'or l'Empire by za ntin ' celte ~ poqu e , nos sources signa lent r l,,-
saires de Palamas, Illais aussi tics hés ilanhl . A ce tte de rnière sieurs pe rso nn nses plu s rermes. A Consta ntin opl e. A ki nd lno~
ca tégorie semblent apparteni r à ce Ue époqu e les deu x amis t rouva, dès l'or igin e de sa controverse avec P alamas. un appu i
intime.!> ctu Grnncl DOn1C''\tiquc. Démét ri us C:ydonès et Ni cola s con~ t ant a up rès d 'Irè ne Choumnos, fill e du sa vant Niecp hure
<..:.. IJ11,il:l5, unis IIlors non seuleme nt p a r d es li e ns Po liti tlues . mais , Choumnos ct veu ve d u d espote J ea n Pa léolo gue. devenue mo n iale
aussi par un intérêt commun cOYe r! les études profan es que sous le nom d 'Eulogie H I. An cienne nUe s pirituelle de Th ~ ol e pt e
Cantacuzène aimait patronner. Démé tri us ne fait aucune allu sio n , de Philade lphie et ne d ~ d a i g n . nt pas, . pr~s 1. mort de c e d er-
1
3 t. controverse thcologique da ns ses lettres datan t de c ette • ni er, la pratiqu e d e la spiritu. lité hésych. ste, &Ous 1. directio n
époque ; plus tard, l'anlipalamisme s'aJoutera. ses sympathies 1 d 'un nou veau pèr e s pirituel 1", n·. y. nt pas toujours eu d es r ela -

pour l'ÛcCÎ,I('nl lalin, mai!i, ('n 1346, il écrit une lettre amicale tio ns raciles avec le patria rche Jean Ca lée.. 141, Eulogie .urait dù.
• se mbl e-t-i1, rejoindre le camp palamite. App.rtenant • l'une d es
il Isidore, son ancien pré-cepteur, el, e n 1347· 1349, i1 entretient 1
encore avec ce dernie r, de\'enu patri arche palamite. des relations bmiUes a ristoc ratiqu es les plus riches de D,unce, elle .urail dû
étroi les 140. Quant à Nicolas Cabasilas, qui, au contraire d e Démé- égalem ent être cant.cuzéniste. l'U est u.t que 1. guerre civile
lriu", dC\'iendra plus tard palamite co nvain cu. il p.oratt hésit er la d e 134(·1347 n'était qu'un produit de 1. lutte soci.le entre les
1'1-'I'O<jIlC Ile 1;1 ~lIrrrc cÎ\' Ue; nOliS voyons. en cfTet, Akin tly nos classes pauvres et l'a ris tocratie_ Et nous IIvonl aussi que, tout en
.. olli(·jler sn bienveillance HI et O.ov id Dishypatos lu i ndresser un diri gea nt" Co ns ta ntinople un counnt de moni.les. lr6ae-Eulogie
Inn:.: InlÎlt' pOlir Illi (':'I:pIÎCJllrr 1:. t11(',:;e l,al:lmite : le 10 11 cie ce
n'avait abandonné ni l'admin1ltr.Uon des ImmensQ dom.ine~
'lue lui :avaient légu és son père. son m.ri et IOn rr~re lU, ni la
11';111,'· LtÎ"" ,ul'I'IIM'r 1(11(' Ni"ulas Ile p a rl :ll::e p:lS l'II COI' l' le poi nt
tll' \tll' d('s moines 142,
vie politique; eHe continuait. en effet,' se r.ire .ppeler Pccnl.laoL
Dès 1342. nous la trouvons .u centre du cl.n anticantacudniste
de la cour ct c 'est grûce • sa protection et • celle de .. r.mille
qu'Akindynos trouve de DQUYe.U .ccu .u paJaia impéri.l 1u•
Dans so n couvent, 00 la voit entourH d'une foule de parents. de
LlIC. 'ur -, hlUlUl, MlIgllllros, \olr III 1I1.111c:e d é tllll il h de n . GU l u . AMn, Co rrtl - tluemandeurs et de clients qui 1. comblent de 10U.Dlu et IIIS-
''''''''''' .... d,. .\'lrrp'wr,. Grt'g"I'Iu, p, l UI-l;)3, Sa m o rt , que l' olt Il pu d a t e r de citent le mécontentement de IOn direcleur Iplrituel l • l • Aprb
1;1.111 ... ·r~1 .'u 1"111 ru. J':'" :lIIh',.lr" ..... 1l17. N .. ,,~ I.w"~c'>t l oll ,, . 0'11 dr.. l. , I ~ lui
...... 1,'II.r a " "",; ,,,, Ilirr.. I I .. -,· '1,,1 rurrr" I" .. ,. I"I! """ Ielllell i !!vcc. /I. " llIoI.,n o . ,
lIvoir été condamné en aoüt 1341, Akindynol se trouve pIInlll ces

,.,,1 Il,,nl;,UI .Un'Iue le palall1l1ulle (éd.. E. MAIl1l1'II, AIf.ctllan t4 Culanl, Nllano, •, derniers, éch.ppe .iD.i .n pounuitea et .emble ••olr habité
l'Iltl. p. I.l:'-'",ij. l>'nulr~ part, plu.leurs d oeumenh da Il n t d e 13U -IS47 par lent dans son couvent. celui du Sau.eur·PhUanthrope, au moln.
dUlI : •• ,;..;; :ü';I ':fCl;, pcnolhlnllti !r~s connue de T b uu lonlque, q ue " on ,1
,1",1 r,·,-loIillC'n'l'lI! Iol ... nllner W'I"C Thoillft,. Akilldyuoi le ci te nota m me n l, v e rs •
1
iusqu'en 13•• 1.... Le théologien aDUpal.mite f.1t IOD 'loge, CD
111.1-1:111. dn'II UII~ I ht~ de T h ~ .... nlo ll ic ie n. IJl1l1pll lamltu : ' I&t <f w i l lI. CI! ô
l' I.H: "; \1 ) ,:,'~pr.:; u : ;, a~f '~ ~. ,, ~.:tv~( u ~ ô tlpO( lt~ ' .llIioe IV i l ~o l'- l)'oI.ir..o~;;
~I~" ) ., ' , : - . : ', : ' " (j:,,-::za.l)u I, :r :r'il u,"'<f:r.:" l'-O''~ t i)" "put,,, l'-t't l....,. or\N 0'(
1
1
" ;."::- 7:". ';n :r. ·"f .. À:r.; I:p .. , ......... ~ , ' . ellre 4 .11 ano " Jlm ~, l'd. Lo"M IJKTI.,
l'. Illti· III;.
I:I~I Ih"illt~; ;:r,ooj'r.:r. ~~:I~O" ltCI;! CI':r.,?i~e 1I:11tM.V'll'-i"O., i:ti':;u~œ; Id"
Il), • .,;. . 'I~·• .:;, 0'.. 11. 0:';' or, .. ; , ; Ih; ' ''!':'''lCl':r.;. id . Lor.:MI!IlTt, p. 15 PhlfolhH
,1.. ""'I~ 1"lJrl~ I ~ 1II('lI lInlille lui n unl comme pa la m lte; en pl tfant d ' un Jeune
hl"".~u '', .. _ .\1"'01'11"', .II;O'U ...... II I I''' k l ~uIY IIO!<o . Il .ec,., 1 ; 'Avu).':':'I! ' ;,''1:1' lI. :d ;.
\. '''.J''.; l7,t. ,,' ,. ,
..,; CI., '.:':w; P (U,O~ ; .,&" :J.:l0' \.,. ;:i).).. 11.:11 i., t Cl!; 't'w" 1:1;,:.,.).6"'101"
. . . . o.... !' o'e lI.CI :I...... œ"1:0 e. 1:W 1:1 .o .... t ':J1:W
-::~:r~.''':.' J ;. to'r' 0'1:-.0\: ":0:; 1
- ,
\1 ) "'.~'.;. '::':' \J " :/" :':'.'~ i,,:,. :,:. ~o,,:i \1 ~ i;np':t <f ~ i .. ' A, t-: IJ: ).{:le • wp!, "ll'--Î""!t .:1"
1
~,;•.; ' ,": " "'.':J:',' l'",,,..
\" ' J :': ',"-". O ; " ''''lur, flr, x.G, (vI . 3''''' , ,
I l'. 1 "" lt r~ !I 4l f't I II de l'I d . n .-J. LoIUfUT. , Studf r tutl, n8, Cut" dd
\" .. 11('111110. U:.6 , p . i i_il, tt a- t :.!o, 1
1. " . I...·tl re U' Iro uH,nt n u Mf!rc. ,r. 155, (01. 4' . ..
-41 ct publlH par
,. ~ I \ ,' , , ... u, ,\'1"0110 111 {;l'Ibl'llflCl" f'or ru p ondan cr , OZ, 47 (113"), p . ::'3, n . • .
I l :!. \ '"Ir '''(r(f , p . "13.
-
1 ",
1 III
1
, os ,

LA GUERItI:: CIVILE IJU-I.l+l


I.A PIORSO.YNALITt. De GRt.GOIRe PALAMAS
ln doctrine h~syehlS'e el I.. pithe rldice lul-m~me dc" ëcrih
;1I'lsl:ml :1II.!I .. i bien l'>ur l'>3 richesse: 'llIC sur son ÎlItellit;ence : il la
compare à la rois à Cresus et' S~miramis lM. Pour les palamites, contre: Palamu 1".
En analynnt le. œuvres de Gr~,olre Palamas DOUS rencon-
Eulogie est au contraire une Jb~bel qui distribue son arRent
à plelnel m:!ins. et les :Ikind:ynisles c mansent • 53 I:1ble ~ comme , trerons d'aulres exemple. d'anUpalamiies. Dh malntenant on
les raux prophètes 1$1 . Elle est leur c impératrice propre ~ lU: 1 peut dire cependant que le parti d'Akindynos le recrutait dans
que Pala mas OppOl'>t' :'1 Anne (lui :1pparaÏl IOlljoul"S dans ses ~crits 1 des milieux trh divers. mais surtout puml les humAni"le". On
1 ne trouve encore parmi eux aucun c latinophrone ~ ouvert ou
ct d :111S c cux d e scs luni:!. comme orthodoxe. EuloCie prétend
ensei s ne r les d OJ: mes d e I·ECli:o.e. en imitant Théodora qui rètablit déguis~ : bien au contraire, Akindynos, adepte d'une Ihénlogie:
1
l'O!'lholln, h' a .. ri· ... la l' I' ;~l' ;ronnC'!:ll'>lc : PalrU1Il1S li'illlliJ:l1e conlrc , form:aliste et scolaire. fait très souvent profession Il'anti-
ccll e pn: l cntlOll l ' Il rajlpl'la l1l (IU'clle n'n j:lRulis etc impératrice lalinismel~; Georges Lapilhe r~dise des tr.i1~s polémiques
r ég nante et qu'après la mo rt de son mari elle ne conserva aucune contre les Latin." 161 el Grésoras ne nourrit. leur égard aucune
pn:'rop::tlh-e imperi ale l U. 1 sympathie 161.
Cil !l utre anlipal:uuite co n\'3i ncu nous e:st nssez bien connu en 1
, Rappelons enfin qu'il serail lotslernent inulct de croire (lue
ln II crl'> unn e du l' ic h e humani s te chypriote Georges Lapithe, ami le p8f'ti anHpalamite se trouvait tout entier dlns le camp des
d'lr"lI c-Eulogie Ch oumnos I :I ~ et correspondanl de Nicéphore ,1 adversaires de Cantacuzène. L'atlitude de Dém~lrius Cydonès et
(;n:'p:,w :1 s . IIrlll' inlhl' , ' 1 Ak i ndynos. Cc dernier lui euyole cel·tnins de Nicolas Cabasilas est inléreuante • cet égard, dans la mesure
Otl\'I'a t;cs d e P III"mu s Rccompagnes de ses propres rHuto.Uons de où elle nous révèle comment deux hommes. de (ormation huma-
niste (ort semblable. provenant du mf:me milieu uistocratique
1I I.(''' /!I''''~' VII . ~ . f:" I ~I. '1 . / 0 1. liU - lAt ". I.e e .. "I" .. le (" r . / .. /,... noIe HiS) thessalonicien où se: ree:rutaie:nt ICI meilleurs amis de ûntacu-
" .. •.. 1'.- ... ,, ' ...·....,"1 <fI'" " 10 1."'0;0. I,,, rl,' 1I·1"'-'" .,..I::.o.II O(io::; .~" yv-!.... .. ~
I; I/;'....:I j ·"o·~ ,: \ .. i -t·....","U! r . 1ld' ;'.:"~'" iwi,,"u'l . IAll re li IIrl<!ne .!o1 .. d~lf. éc rUo "n
.1". zène. purent hésiter' soutenir. en 1341-1347, le renouveau de
1:1/:!. (;(1 ''''. " . /", . 12:' Y.
spiritualité monAstique et anUburnaniste. et adoptèrent ensuite
1 '~, 1\ 1; i . II (.,"),-. "I: I H. fl u ' ......... . i. h.' ·t e, "; .11",.),eto" ' ''T.:&u" • .J.......
~'" ;: .I , . i..; .~. " .; ,.:.-. 11 1I ..... ,·. l.tir ..... T, ... i~ '10; i;cutcrou . ........ ~ " '." , ........ aIÎ ~
","'1
': Io~ ~ , '~Ih . ~ t:.!C ;W,;f';'" ":'....... ' Io ~ ~tO.C i; i !'-...loc . ... " .. t"" , ,...... N s .. i -.:l .. ole
oof; o~Y ;.': ':0" i. ô Kt o!. o: i-.:l ,:0' : Y1 1\1'<l0":" Y! :!:, ~ i, <I 'u c .. {, R. 6... ~ . LAure
'f , ... ,./th,.. t'tl . Tn . u .....•.. ~ .. u . .>t;;. n ..itll.·. p . 77. NIC ~JlI ... re (ôr~or.. rou Inl t~,. Toulu "CI l .. rO"01l1l1o". no'u ....t rouMllu "or 10 ('C) .. rrJpall lbll~
.... ".1 ~ .... ~ I ..",. III ... u.,· d .. ..vu . .. II ". I .. III ' .I1 ~ III., .• XXIX. J I -2 1. Id. lSnllll, d'''klndynol : LeI/ru" OrlflO,..•• 1I0re. fr. lU. (.t . • 7. "'. 7'- 7. Id. I~rl/r ...
III. :tJ1 _:U O .
de wpftll~ " Or#"o,..... Or~fI .• "b,.. 4111. Boan. 1. UX-LX. XCI-XCIII) ; I . rltra
1;; 1. 1 111 11 Ro b . X\'II I. l '. EII .. OI1 f1 l1 r.t1lt noto mme"! .011.1 ce nom c"",,, "o"o".mf. H . Loc""UIn:. p . 1O~ - 1"; LAI/ru" lA~ftllf.llore. flr. 1 5~ . rr. 51 Y. "
J .....·I'h r.., I .. lhrl ... ' luI. cv",n~ 1\ 1.. dit lul . n.t' mo ( V., . • r. 71' . /01 . 151), dbl l .. e
55 Y•• 17 .......' ..... Mo ...e. Ir. 22', 11" • • y.-$ .... (Id.. U...... IIIU. S,,,OftIIe. p . 7:'-771 .
I.",~ .. ~ l,r .. I"""" I.II·. ,h' 110, cu" lr" .... rK l,or d e. p.eüdoll)''''''''' (ce proa(,dê
1I11,·r.lrf .. !"U lit 10 " .. >ti c . u XI\" . 1t~ le . e(. nol.l1l1nel11 1" Flon"lIo. d" PIolom'u t'On"." celte eo.. rc.pondonu cl roado .ur dl" KI rirul.tlo", "'Akl,,-
(;rl'Jt.. r:u\ : ' . iI ;.I 1; . i . i, i.,. : 1,: . 1 .,,, ..", 4i1,n ,,1. :; Fr':'pO'll (lui . Ir.7. ); o" t Ô( (üo lc:c:n ) dyno. (Co,,'re 1I1e/"d."o• • VI, 2, Cob'. ", 1". 15'- 15' Y.' . Le • • mb h" mOl-
-:' :: : :J~'. :J . "" ",""' l ori. i n :i..... ;i" ? I i "'0 1. ", ..1, ë.t; T!,- UlI lU":Io t ..... ·" Sl d_ 1 AI "'';'" nbl". de Loplth. olmolenl .. 1. eompor"r .. Aehlll",: U lurnOllt 1,,1 ... t
r. ' l ..·. ",!
(1 1;.. 1."'111 1 r ...... ~ p '.f ~ ·,.... (At. ... lp' O>oJ 1.I.I.I U !...., oi "T0'01' C t ~ S 1l: c(" , oppllqu' p.r Aklndyno. (MolT • • r . 15S. (01. 17 y.) ,,1 l'or l'ouleur onOIl)'I01O lin
IcUrn du Chote. Pa".,h . IS7 (lT . 215 ..... nt) qui ,'odrclle • u .. Ch )' prlott'.
1t~)r. I ; :: 1 ·.>:1" i 'h u ·. ).(;T";,o:. ,..; :. 0'00(. -::;: 0.,.".': 1: . ô1I: on 6M", .01 0.011( il.M", 1
" ••1. , :.; \ .,. 1... ' II kl ", I ~ I1 I.,I ~ . (1111 ,·"., I(' lIIen l d o!ll~ n "'s IIln, 1 pll r l',,u le u r PIII.",lto .ml de tAplthe. Ce dernier pourrait blrQ 'Ire ")'Klnlhe, le rulur .rehut q uo
•1.... 1.-11 ' .·.. '<11011.\ 11".... , 1" (:I",lr 1·...... fl lI . Ir.7 : .l''t. , :arc!" t ~ 1 11:c ~lI." ·h~ ,;r.cl. ... . 01 , d" Tbu.. tonlque : nou. "YOn •• "n c",el, qu'lI tt,n ehyprlole (yo lr .upro •
. .. " '':',..-: : ; _ .; ,: :.: .....-:" ti." h~t':'" ,:";.r. .. ",,,. f<l' . ":è<7 v.
I .;!. 1,,: . ·;1 .. , ., ; ·,~ , . It:-'j ·... " .. i o n ~ ' . ", " i ~ .. ". }Jc I;;io . 1",0' ~( ... 1 a,' f)v
1

p . 11 11 el 'IU'II 1", ..... ,,11 1'''l'lthe ,1,,", le elulIl' . nllp .. lnl1'II .. ( 1'4:''' 11( Ti l- '1..,
"0,(0 1l:zl o':'t" 1I:s! 6 .... 0 "OU 0\011:110 ... tot. 1I:ftn . 1I: fOe ·U ... iCf o.. · f J "" "lJo..
h ·H·'''''. ':1; : ::I ~ 'IJ 1 ( ;', ),011"''''';;0'''''' d ." ;,;,,~ i n ri.,
C.... 'r.. "Und"n"• • 1. 1. (;(1 /" . 08, /CI I . 29 ... Le \J1re de p.... l.:, "II IbO",l. L:.oo
f,n,!; f ' liro,."" . 'U·' ",! :i"l:oc. n d,.)L'I". ' wc ooj ....i'. 'A.I-.6û..oOl ,.oe.:... h d ...... . "u... ",,"o•• Lelin" Or#flor....
A/flrc . • r . US. (01. 78 .... ); er. le eorrupond.nt a_!\Iym" du l"tt .... dlol Clto lc: •
.. ~ I :' /' 1'"'1'''' il Eu l" lt l,·. ,, 1..... " " .. .... Il l<" ,r.\.T<t~ IO t :a el d" 4 i . ll <tw:a ".1111 rt'I c ryh "."/lflh . 15 7 (6.dt .. ou .. o "'01 .. 1).. ·Ax.'),)" . 1I: ~ Ôç . :..,. ... 0)': 10" ",o.l.d< • .. 1... p ....... .
.. 1'j '''I'l· ..... lrl l· C r,·It" .. "l c A n ne . i.,.,;,.. fIs"'2 ... 1 "0,"< til.l.OIl( Î1I:IO.. -Ij)lO·'"c. (.1. 21S.,:, : ou .. Lapllhe . .. "Ir
1...1 .. \/.1.' ip! :: i. ; T. J HI'T:'" ;: ..1;:".. ':t... '"oO'n ,l. Ac oa.:.p ... ~ d .c IUiS"'""'I' NI(;û •• Ga,tooa, ... Ht.t .• XXV. 1-14. M . Boan, UI. 27-31; cr. la n o l le. d e
1I:' oc"""f),"-:T, " ~,,,; ~,, :,, n·,..· ... ". ""',,,"wIII
h. r,. II ·.. l'ni pr,\~ lf"\ le \ ' \1' eOIlc: II,·. III" .
1',·..... , ... '1111 C:" II " ' ~ '" ,; • .,,,r,,,, ,lr,· .... ,l' 'rll ,rr I..·.. c: 1.. I··è h.: Il e rOr lhod .. al e ,h.·
.... 1 rn ·' I",·.. t .. d .. " . Ih c h ...,.. " I".·.. ..t I ,,~ Il '~loI ru d,' ~ cOlldl(', ) 7.111 cf "'c ci),)...,
,,:1 ,1
R. GUII.U,.O, Corr... ,,.,,"a,,u d. N . Gr'ro"" , p . "'4-"'1.
Ut. AiZ.tfWl' .. it "{w.. 'tlw" 1I:od,.... ô. ..... I... w< 1I:,....t.........e. Co,,'re PoIClm .. V1 •
M."oc:. Ir. 22'. '01. 277 Y. ; l.CUI", ...i\ di1l:"''"I. Ib,d .• (.1. 271. dc:. ; d . "' pr • •
7.1 ': '.';""'," JIJ':,,, ?o"'! ;;on... ': .... ""01 2':1) 0,(..... ; 'A),l.· b ",~.v 0' ...... 6c :~u .0.1 " ~f
!' Y.':"IoI ,;C".. 11 ; ".:; ... ; ".'.~ ••.•• •., ;: ... , ;., "';." ai ., 11: .J'tu .. i 1I:'J. fi: O·A ",,, _(0"" ' 0" te .01
':" ....... T i Ti f' '!T.'~. ô·""·"'':·;: ,:,..... i1l:l;~ .. 1..;" ,.l':i O"1..1 0","u n : 1; 1I: Ot l, <I so l'not.
, •
p . 2t-Sl ; M. luOl •• Pa'omlle (CCI"tro"e ..... ) • .,.1. Il.3.
157. A01l: lOY!y... OU ,.6....... "{.~ "~. 1121...1'-:1 1I:ol.uh t, Ii"-.'!""'!". H U ",.:al "', ~ ....
A::I1:I_ .. i'c61j')... '11..:1; ' 00, .. .,(, "'0' ..... I..... to... ....1 ,..,-r"f ""0<'f 01 ",..'Cdt "1:0.11"1. ...( ,. ........
: .... ÎII:"i. ' .I'}li... ~ .. t oj ", · :;i ,:o~: d .• ~ ::I '\;..r: :o:, 11: :0:: ' ,:. to .. o ~ l"" tl " :O: I. .. ; n ol.l..oj l'
. 1 ti r " ::I I or ! )'i-:-w t ... :.'n... f . ?o::l l Jo'I ':i t i. ~ u lliW( i",tlWl ?o ...oill( . Ôo ...l.l, ""y ......
rtrt""l,......, l.6;'01. AI..,.o",.os. l.eUre " Gr.,..•. 1II0re:. .... 1$5, '01. • • .
ni. Voir,. I"Ure UI. M . n. Gun.LoI.... O. p . 2H~2:r.7; eommc Akhltlyno-,. r.rl'-_
.
.:...: ï .",,;,c ' .. IO'),C:.6.." ..... .i ti. 1;' ... 1" 11;;/10/" ""$ . \ Il . r,. 1;' ,,. / . !lM. 1"', 111$.
t ,H . A klndy n Oi lu i Ir. n, nld Uil SIIl ul de .a part . L dtra " LAplfh~. 4<1.
T" . U'''.'''''''''. S"flodl A:. p . 77.
,, coras ftl)I'O<.I .. 1I lUS: palontlles de r .. yorhcr la 'hêololl" I.Une ( l·uIIAl"" a.
CCln'r~ GrlfoN6. IV, PG. CU. c:ol. l3t D).
,
126 127
I .A PE /l SO XXALITt DE G/ltGOI/lE PA LAMA S
,•
.1" .. altilUt ll'S clu(' lrin:1lcs OPllosécs. I.cu r C:1S, joi nl :'1 d'autres
t
1
"M' mplcs de ca nl acuzé nldes antipalamites (Nidphor e Gr égoras )
l'I cI':1ntica nt acu ze ni s les Acceptn nt la théologie p a lnmite ( Al ex is 1
.'!lOCUllens), no us prouve comhien Il serait i n exact d' I.d e n tifl e r
h.I ;llclllcn l 1::1 cO lltro vcrs c r cli f.l icu sc de cette cpoque a vec la l u tte
,
1

tlue li ' T:l IIn c p:1rti c ri e ln nobl cue Céorla lc. gr o upée au tour d e
ClIlIl lu.' uxènc, ro nt re le gou\'c rn c mcn t d 'A n n e d e Savo ie. Nou s
rc\' iendrons d'a ille urs s ur ce pro blème da ns le c h a pitre s u iva nt. .'•
l'n Il:Ii~nn a \'cc l'n llilud c Il e Grego ire PaJaml'lS en vers les 7.élo lcs
cie Tht"ssa lo nÎq u e. l CHAPITR E CIHQUlhE
,

••• GREGomE PALAMAS



ARCIIEVe:QUE DE THESSALONIQUE
1
, •

Le Tome de 13n. I.cs premier. mois qui aui.lrent la


On de la pene elYDe furent eacore
• auez Iroubles pour l'Eglise b)'uaUae. Lorsque, le • f"rler 1347,
f:a nl rlcu zè n e ni SOli cntri.oc au pala ia Imperial, l'ex.,.lrlarcho
J C ~ III Ca lccas s 'y trouvAit 10uJours. reclus dlas ses appartemenla

p a r l'im pé'ratri ce Anne '. Il refusait de reconnaltre la sentence
porlee co ntre lui en son absence. Un aou'l'eau syaode .. Unt au

palai s. e n pr~sence des empereurs, de plusieurs Hoateurs et de
moines, muis le patriarche, eon.oqut!: lui au..', reIn'. de s'y
• I>rcse nt er :l. On pubUa contre lui UD DOU'I'eau Tome qui eDr.
g is lrail, comme celui. de 1341. les dKuiou de dcu2. coDciles.
,


ce lui du 2 février. présidf pal' ADne, et celui qui le UDt • uae
dale inconnue du même mois IOUI J. prhldeace conJolate d'Aaae
• et de c.ntacul.~ne 1. Ce document le prhente comme uae eoa .....
,, mation du Tome de 1341 (~ bJl'rp lh ... . . ·,.aL CI. d ..... ) et
fail tomber C.l~eas IOUS le coup de la coademaaUoa qui a. . lt
frappé Bul.a m. Akindynos esl lui ..."t e2.COlllmuD16 4: ble. qu'li

-- - -
1. Scion Gr'vr..
'.Ire
a'.bale••al ca.
0-.' ,
1. . . . rol..
d. 1o..... _,. .....1.... . . . ' ..

• • u pe.lr"-ra,t .. 7777h2 7.t Il .n.....l t ' ..
qui ,..1_1 pe..... __ln lai cn..,.. IV, ..
2. CA""4Cv ab .. '.14., IS; T_ . . . .,,..
u....... s.u. p. mô ""r"_"_ 4~
, . Le T 2 2 . . "Ia'_. _ ell"et. ft
pl ••&e.r. rc ........ la
,11I1L.l.OS'Cft et a.
leT, . . . . .
le 1 'inl_.



1.,\ l'I: IISU.\'.'·.I/./l·É m: GRÉGOIRE PAU.MAS ARCHEVEQUB DE THESSALONIQUE
ail 4Ii-j:, ,~ Iê )'ohjrl cf'une prcmièn' sC'ntcnce synodale ••. Le Tome mence (lue J'élection était internDue .ous la pression du pouvoir
uc fCHier 1347 fui primitivement siJ.:né par on~c évë{lues, ceux chilll, ce qui est hidemment contesté par les sources offt-
cilli sc Irou"nicnl :\ Constantinople ml moment de J'cntrée de cieHes 12. Cantacul~ne rapporte que Palam .. lui-mlme était le
Cant:tcut.ènc fi. En mars, cc dernier publia un 1I'p60T«yt.L« conflr- candidat le plus populaire' ctluse de .. nrtu, mals plus encore
In:.nt la décision synodale 0. Quelques semaines plus lard. arri- • cause de SIl posilion politique durant la guerre civile IJ. Le f:1it
vcrenl les hê(luC's Cfui avnÎcnl pri,; pnrl nu concile d'Andrinople; que ('empereur invoque surlout des motifs de celte sorte esl
Ils avaient li. leur têle le patriarche de Jérusalem. Lazare; on tint caractéristique; nOUI .avons, en efTe', par ailleurs, qu'av:1nt de
de noun!a u ('oocile, celte fois cfans tC's tribunes de Sninlr-Sophie,
choisir l!'lidore, il u lonGtemps prié Su"bas de Vatopccli d'ucccpter
luujutlr ... "U pn",st'IIC'" Il'AlIl1l', ,l,' J(':1II V l':tll' nICl~"c t'I d" J,':III VI
Je patriarcat: Sabbas apparaissait comme une sorte de e can-
c.:IlllaclIJ:èllc; \'il11::1 é"ëqucs signèrent une confirmation des deux
Tomes. celui de 1341 et celui de 1347 (01 ùnip c:uoc:8dCll; ~ü didat d'union» entre Cantacuz~ne et l'opposition If. Nous avons
vu que cet asc~te de l'Athos, indHectiblement Odèle' c.ntacul~ne
Tlf'I.(o)~iTt.u év IC:FO!-'O'tth.ol.l; xi)p rFl')YOP(ou TOÜ IIClÀCI~i xCll 'TW't oV't ClVr(fl
~CY~«Xw" r.pot;civ:-c:r; T6~o ~ c:uoc:tctr; ';( xd '~crtTO( do,,,. ) et cette confir- (c'était l'
l'essentiel pour l'empereur), ly.iI été, lU moins pen-
mati o n fut ndjointe nu Tome d e février T. Trois synodes cn tout dant une certaine période, Issez critique envera la théolo~le
sc tinrc nt don c ;'1 C:olIsl:lI1linoplc, cn fllIChlll"" sCll1nÎncs, pour pa la mite. Ce n'est qu'aprb le refus de Slbba! que l'on s'arrèla
('unlirI1H'r lc pldnmisllIc ". sur le nom d'Isidore, dont les liens Ivec certains amis trh
proches de Cantacuz~ne, notamment Dimitriu! Cydon~s, ren-
daient la CAndidature acceptable.
Elr'clioll ri'lndore Can tacuzènc ('ntreprit, d'outre port, Immédiatement aprh J'~leotion, Isidore procéda au sacre de
au patriarcat. la difficile tâche de trouvcr un suc- trente-deux nouveaux évêques 11; un certain nombre d'entre eux
cesseur a Jean Calécas. Ce fut flna- sign~rent le Tome de f~vrier db leur nomination 11_ Grégoire
lernenl isidor" Boukhnris, oncicn ~ \'êque-élll de Monembasie, qui P:1lamas lui-meme faisait partie de cette promotion: il rnl sacré
ohlinl 1(' ~ii· /o!I.' p:llri:lrC'l1l. le 17 llIai 1347 ' ct reçut la consecration
clli Scul':lle des mains de )'archcvêque de Cyzique, Athanase 10.
Les hl'ques qui s'opposèrent a ce choix proclament avec véhé-
•.
11 . TG,", du _tf"".'"lt~ PG, CL. col. "1 AB.
It. TG,"' conlre ileUM,. d ' I!phh" Mo Po.P.Til. U....,.... II. p. 7'2 ; Grf-
... h :"';·_ ôi ... , k:a::'(O' 'I:: ~U '(I -:'O" ..,r.ro; llr.W( ... 1t:a:'to1OUl2oti'l't:a: 'Il2t .;,ç 'P,.cr.IO'I Ion •• lui Don plu .. ne "In.le rien d'aDOrmal dan. 1. procidure de l'ilectlon,
;t'I:li.~ ...a '(of 't ; U.,:J'),IO'" .doi ... ~h .. LOSICft et MOu.. ". J. 253. IllAli eOD.~te .Implement 1• • Ictolre de. palaatHe•• Hui., XV. 10. id. Bonn,
. r•. Uu lIulc~. j·.. b .... n('c du dl:,lIlIturu de M.tthleu d ·Ephbc. de M.calre de U, 7at.
Chrlllhml,oll" .. t dl" IlIjlNllhk- dl" Lnrndlon (Id. l'o ... rll't''. Usr.l'f""u, p . 7U; IS. /llIt .• IV, S. id. Bonn, ur, 25; G.'oo ... (Ibid.) ; le Tom, .nUlMt"m",
rr. 1''')01''':' Il' 11 . \'1. 1. (,21 '1111 ,"' .. lrllt adfTsM'. "VI'Ç Iroll lIulr~. l ... lIIUCI. IIl1e de IlH (col. UI BC) et la Dlctandlotl "'AtlUocA. d. 1170 (Joi. 1) eonftrmellt
.UI'I,' IoI'I<· " 1 · IIIllh~n.lrlcl· A'IIIe' Cil l C' plC:Ulb~ 13'0: le dernier de cu troll
prrllab .I,"c:ra Il ul .rlll, le Tome tn m~me I~mp, que le patriarche de
que la eandJdalure de Pallm.,. a ite po."'.
Jtru .. lc:m : qua'nt rIII ),Ialt hlc:u d·Ephhe. Il de.lc:ndre blc:nt6t l'un du che" du U . '[.. II ... ....1"'_['1 it 1UI.flqapWt; i,' .'" 'lift '(Wv 11"'11'(,,'1 cr.Vtol 'li .«! PlH\l.l(,~
T'urt! :.ntll".! :unlll". n .. mnrtluo"". rllnn. 'Iu ' un mallu.crlt ancien du Tome po rte
o tlfoi'(IO'(O( où6C1,...W~ clxo't, i ... t 'lb't b:Ju,u'd!'t i .. r'tO't Li6cz't '.... '(Olflpol.lG'l.. r.uott
.4...U( '(.t~ 0/11'011(. PUII .IITUtUt . Vf~ d· hl"" rfI . p . IIf; cr. "'.. dt .'0"/'/'<01'. (1 . :lU...:....I.
tH" •• 1.. ",;.· ..... ~1 ~ ":tI"C'C'. r,·!1.· ,' · IlIIt',,'·... il """"..;." r('\' I'tll .111 IIh'e tJ'I''tl''I"C'-elllI
.10' M"""111 Il,, .1(' 1 ;, ~ ::I 'IIU,,,,. ; ::'.l<lfij" IU( \1 """ "1';:a:.:CI,, . " O(l;N:. CI<;' • III Uft. 147,
u eandldlllu~ de SablHl. au pa(rlllrea' Cil Il47 _ candld.. ture .cceptie l'III"
tou •• J comprh lei palamUu - .urnt • npllquer l'Int~r~t qu· ••• n Phl1oth~.
~ . XI \' . /.,1 . 21:1 v.l.
G. Ni . CI.I . 'fi,-.a.
7. 1'''"''11 . l 'M· L ..... .. U Il', 71:,) l'II dunllC' 1('. p r"UII .. n Inoll : le Tome de 1J!i t
l rid1lcr toute une Vit de Sabbl. pour prounr .on pal.mhrne de touJour..
,Q r.l .. nt oublier .e. h~,lt.llon. durant la pirtode de luerre cI.Ue.

1.. d l .. l'lu" 1""!!""""'!!1 l"Ii. 1: 1.1. i:l!l ARI . 15. rMILOTKt.. Vit d'hldorc , p . lIl, qui spietDe qu'lI .·.,h .. 1l surtout de
JI . I·'",';';'o ,,:..j ':;"u l ,~f) i Y":" ; 'y;,f OI( O\l\llX; \ U ~(. 1I · w'((I't "h i ... ,(Qr( 1i1<~1 '(~ rournlr des tllulalre • • du '.tc:his .acanla; c·lt.1l notamment le c •• de la
0UfIt· O'l'r.!)I·'C.., ~;\I:'" ,VYdo,..·•. ,,:ni '(.~ O J O, : O:.l; T,'t~ • .1'),1~lo"'. 1Ir-o;a~,~ç~ JU"'l( .... m~Iropole de Thc ..alonlque, dcpUh Il mort de HJacinthe; Alr.tnd)'no. le plal-
'( ~ 'C:;O'(I CI 'Il :a: ! t 'f.c f) ul::~ ( f ')~ c ""').;')0; It:a:! '(0" I fIU !" ... '(i'(OIl \I: ~" 2 .. '(t,( 'Il21 In.1t de cette . .canee ...... plthe db 13.1 : O'j5cl~ ysp .~'lIt,,<; , .... i"'l't 4"Clp'(j II'2.t
:fT!"" JI :a: ~nM"'; ;.:" ~'" X :.l·ql'~ l",i'NO:J ':tI" Il:a:).::lIIo').o'''Ou. h:I I'(::I 'Il~l ,., '(9 r'r01/U!, 'fil't .6)','1 O:fX"foC\H; . r:.rl,( ",,,,,.,,,OW.Uch,I tid. TL U.... I'IS11.II. p. 71) . lA connll
i .. ~ ot( U':'f.l. o:J\l.f lll(; -:"C ·J.crib,<; i1tltlT,:-Îcr. •. "C:2 f dY":''''t It::ll " ': 01t2~IÇOIl{_ 1l«1 entre Anne ct le patrluche rendait, _ cll'ct. Impohlblc. lu nomlnatllUU
.,
'(.:... 1t~ ...-: :,,'t,..;" "lI l ,, :-d;,,-:j'( ...... ,, !, .~ :a: ~ 'to1ttCl'tci · ..'t. O:~ w,...'Jt::l.: t ,'" 'tc 1t21 . :j ,...-
.."....""'.•~ .. It~ ! r:'1 ~;·':'~2't"~ ;: , -:;,'1/'.; ° h ~" 7.". :j " ,:, .. "lT,( 7r1:a:( ~If:'''. Tontt t'OlIIr,
d·~.~uel quI dCnMlndalcnt "accord de. deUil pou.olra. Quant au .. e"'ktun.
partl •• n. de Calk••• Il ne JIoemble 11ft. que l'on aU IIIlK!i-d~ lieur Il'''1''''''"'111
"""II I, i .. " ," I:·,./II·~". ~ I . l'I''U' III '"1 l ' .;'·fl ... •...t ... . r. i30-7:U. ."'lIlIt aoo.t 13-47. l'Iu.leur. d'cllIre cu ... ct nun de. n.olndre. (Tolr nUbllllllK'lIt
,. Voi r V. LA U It .~ T. 1, ,/ rltrtfm,lfI!J(t du pnlr(nrc h t~ de Con"nnlln0l"t dt III l'cxemple de Jacquel de )(onemba,le, )(n(LOtle. d '}IOu...... 1. 271-272) ••• Ient
ftrtmltre ,"01111 dll XIV' ,lId .. , dftn, ntlliit d~, lIuriu bvzantlnu, \'U, J, d·.Uleur. raonnu hldore. Par contre, H)'adntbe de Corinthe .emble a.olr fli
p . I,H - I;;;;. d~po" pour .. Ddillt' l Aklndyno. : cc dcrala- lui eo.ole une Idtre de
10. Vo ir 1. Chronlquc publlk p:lr 8 . GOIUA.!fO •. dan. Vit. Vrcm., n,lin.
p . 1", 1Jpe 2.l.
conaolatiOD (Jiarc. '1". 115. '01. .1 ...1 ...).
Il. Ed. Po ..... UIP_GII, p. 7H.

130
131
I.À l'ë I/ SO.V,\ "M . / l'E Vë GI/ ÉGVll/ë l'AI.AMAS ARCIIBvtQUB DB THESSALONIQUB

:lrC'hc\'èquc de Thessalonique. C'est proba blement t\ ce lle Occa- en 134.1 s'était désolidarisé de BIIrl.. m, lout ta reprenant la
sion que des formul es de la th~ologie pala m ile fur ent a joutées mèmes arguments contre Pal.m.. U.
il la confession de Coi exigée des évêques lors de leur sacre n. CeUe opposition de plusfeun ~Y~e1. en 1347, semble n'oir
eu des motifs multiples, parmi lesqueb J'éMmenl doctrinal n'était
pIS Je principal: eux-mimes ID.Jlteat surtout, dans leur prote.
L'opposition , C ne o pposition importa nte se m a- talion, sur Ja nominaUon d'Isidore lU patrlucal 140. CaRt.culène
nifesta it cependa nt co nt re l'élec- signale, pour •• part, que trois membres du synode étaient fayo-
tion d'Is idore et les m esures qui l'accompagnè rent. J ea n Calécas ra bles • C.léus tG, d'autres lU contnlre bisaient nloir des
nt' rt'('nlllwiS~:1i t totlj o nr!! p :'!1 I l'S sent e nces don t il nva it été litres politiques pour accéder eult-mémes lU patriarcat : ils
l'objetl'l lJubliait tl ne Apol ogi e I S. Il Cut, Jlour un e courte pé ri ode. a vaient eté tout aussi ra vorables • c.nt.culène que Palamas
!t ou Isidore, el enient souffert comme eux. ". Les trois premiers
exile :'1 Dicty mo ti q ue, o u il to mba malade. Ra mené l Co nsta nti-
no pl (', il y mo urut le 29 déce mbre 13"7 et refusa jusqu'a u bout l' 1 peuvent étre idenliOé. d'après le Tome qui décrit leur depo-.
l'amni slic politi que que Cn nt :tc u z ~n e lui offra it 20. Ak indy nos, de 1 silion : il s'asit de Néophyte de Phllippea, de Joseph de Ganos
," et de Métrophane de Patns n, Les autres a .. ient • leur t~te le
';011 C'ùt c, :l\':.i t fui 1:t cn pit:ll e. Au d ébut de 1348 il adressa 1\ ses ,
lli :-.C' ipl es. de Co nst:l nl i noille une so rte de tes t:l mcnt nux nccc nts vieux métropolite MaUhleu d'Eph~se qui, au cours de 1. "lierre
l~ lII n U\': llIts tlui re ni' le tnul 1(" dr:llllc de cet homlll e in contesta- civile, était resté dans son diocke sous l'occupation lurc)ue;
" "'lIlent sincèrc ct fo ncièrem e nt co nvai ncu d'ët re un défenseur