Vous êtes sur la page 1sur 1

Arrêté préfectoral :

ouverture des commerces le dimanche


Monsieur le Préfet,

L'UNSA 44 a pris connaissance avec stupéfaction de l'arrêté que vous avez pris
concernant l'ouverture des commerces le dimanche.

Outre le fond, la méthode de prise d'une telle décision témoigne du mépris total que le
gouvernement et les représentants de l'Etat portent sur les corps intermédiaires (dans le
cas présent les organisations syndicales de salariés et d'employeurs). Mais il y a encore
plus grave car au delà de nos organisations, ce sont aussi les élus du territoire que vous
insultez.

En effet, votre arrêté autorisant l'ouverture de tous les commerces durant tous les
dimanches de décembre vient contredire un accord territorial négocié depuis des années
entre les partenaires sociaux et soutenus par l'ensemble des maires de la métropole
nantaise. Cet accord équilibré et concerté est le fruit de négociations denses et
respectueuses de l'intérêt général.
Votre décision sans aucune concertation détruit les équilibres trouvés sur cette question.
C'est totalement incompréhensible et inacceptable.

Dans le contexte particulier de "révolte populaire" incarné par les mouvements en cours,
j'attire votre attention sur le caractère provocateur de votre décision. Des centaines de
salariés vont voir leur vie de famille perturbée par l'obligation qui leur sera faîte de
travailler tous les dimanches de décembre et ce pour une compensation relativement
minime. Je crains que ceci ne renforce que plus, leur sentiment d'abandon et d'injustice
et alimente leurs colères.

En tant que syndicaliste responsable, je me tiens à votre disposition pour traiter de cette
question et vous demande de revenir sur votre décision en annulant votre arrêté.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l'assurance de ma considération

Pascal PRIOU
Secrétaire départemental UNSA 44