Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 2: La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA)

Préoccupés par le faible niveau du commerce intra-africain, les dirigeants africains ont examiné en
2012 les réalisations et les défis qui se posent dans la mise en œuvre des différents programmes et
projets en vue d’améliorer le développement socio-économique du continent. A cet effet, ces
dirigeants avaient pour but plusieurs aspirations, parmi elles l aspiration d une intégration
économique. Cette derniere, a menee a la création d’une Zone de libre-échange continentale.

site: https://ghanachamber.org/biat18/index.php/fr/zleca/la-zone-de-libre-echange-continentale-
africaine-zleca

Section 1: creation et objectifs d une zone de libre echange continentale

Paragraphe1: Presentation de la zone de libre echange continentale

En janvier 2012, l’Union africaine a décidé d’accélérer l’établissement de la Zone de libre-échange


continentale (ZLEC) dans le but de stimuler le commerce intra-africain1 . La ZLEC se présente ainsi
comme une première étape vers l’objectif à long terme d’une communauté économique africaine2 .
Depuis l’accès à l’indépendance, les dirigeants africains répètent que l’intégration est un élément
essentiel de leurs stratégies de développement.3 Les négociations ont été lancées en juillet 2015 et
la première phase devrait s’achever en octobre 2017 . On envisage la création d’un marché unique
avec la libre circulation des marchandises, des services, du capital et des personnes, de sorte que la
ZLEC devrait promouvoir le développement social et économique en Afrique5 . Sa réalisation se
traduirait par l’élimination des droits de douane et des barrières non tarifaires sur la plupart des
marchandises entre pays africains, de sorte que les 55 pays du continent, dont la population totale
est de plus de 1 milliard, se trouveraient réunis, leur produit intérieur brut global dépassant 1 200
milliards de dollars

Les négociations couvrent un large ensemble de questions et comprennent deux phases. La première
traite du commerce des marchandises et du commerce des services. Les questions faisant l’objet des
négociations concernent la réduction des droits de douane sur les marchandises, les barrières non
tarifaires, les règles d’origine, la coopération douanière, les mesures commerciales correctrices, les
normes et barrières techniques au commerce. L’investissement serait renvoyé à une deuxième phase
des négociations, qui traiterait aussi d’autres questions telles que la politique de la concurrence, la
défense des droits de propriété intellectuelle et la liberté de circulation des hommes et femmes
d’affaires (les opérateurs économiques). La priorité de la ZLEC est d’élargir l’espace économique et le
marché. On compte d’autres priorités telles que l’élimination des contraintes pesant du côté de
l’offre, la faible capacité productive et les goulets d’étranglement infrastructurels. En fait, nombreux
sont ceux qui considèrent la ZLEC comme beaucoup plus qu’un simple accord de libre-échange. Elle
se présente comme une instance susceptible de faciliter l’avènement d’une transformation
structurelle inclusive des pays africains, contribuant ainsi à l’idée maîtresse de l’Agenda 2063 et
aidant l’Afrique à progresser vers la réalisation des objectifs de développement durable7 . Si elle est
bien conçue, la ZLEC sera une occasion unique de faire bénéficier des millions d’Africains des
bienfaits de la croissance et d’un élargissement de leurs possibilités.

La ZLEC peut aider les pays africains à s’émanciper dans leurs relations commerciales. Au fil des ans,
les accords commerciaux sont progressivement passés du niveau de l’Organisation mondiale du
commerce à celui des accords bilatéraux et méga-régionaux. Ce changement risque de se traduire
pour l’Afrique par une exclusion des décisions importantes qui encadrent le commerce international,
car l’Afrique n’est partie qu’à très peu de ces accords méga-régionaux. La ZLEC offre au continent
africain la perspective de remédier aux facteurs de vulnérabilité qui pèsent sur les économies
africaines dans l’ordre économique mondial, qui se manifestent et qui sont aggravés par les
déséquilibres des accords de l’OMC et des autres accords multilatéraux et bilatéraux8 . Elle peut
donc grandement contribuer à renforcer l’intégration, à lutter contre la pauvreté et à réaliser les
objectifs de développement des pays africains. Pour mieux comprendre le potentiel que recèle la
ZLEC, il y a lieu d’examiner les possibilités, les perspectives et les problèmes actuels qui sont liés au
commerce et à l’investissement en Afrique.

Site https://library.fes.de/pdf-files/bueros/genf/13746.pdf

Paragraphe2: objectifs ZLECA

La ZLECA a plusieurs objectifs, on peut citer:

•Créer un marché continental unique pour les biens et services avec la liberté de circulation

des hommes et femmes d’affaires et des investissements, pour faciliter l’établissement de

l’Union douanière continentale et de l’Union douanière africaine.

• Développer le commerce intra-africain par l’harmonisation et la coordination des échanges,

leur libéralisation et la création de régimes de facilitation et d’instruments appliqués dans les

différentes CER et dans le continent en général.

• Résoudre les difficultés de l’appartenance à plusieurs organisations régionales et accélérer

l’intégration régionale et continentale.

• Améliorer la compétitivité au niveau de l’industrie et de l’entreprise en tirant avantage des

possibilités d’une production à grande échelle, d’un accès aux marchés de tout le continent et

d’une meilleure allocation des ressources.

site: https://library.fes.de/pdf-files/bueros/genf/13746.pdf

Section2: defis et reussite de la Zleca

Paragraphe1: defis Zleca

Naturellement, le projet ambitieux de la creation de la ZLECA,ne vas pas sans certaines


difficultés. Parmi ses contraintes majeures :La première se situe au niveau des infrastructures car
il faut savoir qu’en Afrique, elles sont de type colonial. Ce qui manque actuellement ce sont des
infrastructures d’interconnexion entre les pays. Selon les estimations faites dans le cadre de la
ZLEC, il faut 90 milliards de dollars par an pour combler ce déficit d’infrastructures. Pour le
moment, c’est la moitié soit 45 milliards qui sont alloués aux infrastructures sur le continent.

La deuxième contrainte à lever c’est l’inflation qui existe en termes de réglementations entre les
Etats et entre les zones économiques. Chaque communauté économique régionale a sa
réglementation et il faudra une harmonisation. C’est un problème juridique qu’il faudra résoudre à
côté de la question des infrastructures. La troisième contrainte, c’est un équilibre à trouver entre
les économies qui sont très hétérogènes sur le continent. Si vous prenez par exemple, le Nigeria,
l’Afrique du Sud et l’Egypte, ces trois pays représentent 50% du produit intérieur brut du
continent. Les différences restent énormes entre les Pib des pays

Le Nigeria a un problème par rapport à la ZLEC, parce qu’elle a une économie de rente, qui
dépend du pétrole. Quand le baril a chuté jusqu’à 30 dollars, ce pays a connu d’énormes
difficultés. En ce moment, le Nigeria est conscient du fait qu’il doit diversifier son économie. Il
est en train de tirer son économie vers d’autres axes porteurs de développement comme l’industrie
et l’agriculture.

Que ça soit la ZLEC ou encore l’entrée du Maroc dans la Communauté économique des Etats de
l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Nigeria y voit une menace à son projet de construction d’une
économie solide et inclusive. Maintenant pour la ZLEC, le Nigeria a des réticences vis-à-vis du
délai à cause des inquiétudes de son secteur privé. Ce même secteur qui refuse aussi l’entrée du
Maroc dans la CEDEAO. Le Nigeria est en train de construire une économie hors pétrole et il faut
aussi qu’on lui donne le temps d’y arriver. Ce pays va rejoindre la ZLEC. Ce qui se passe, c’est
juste des négociations, sur les zones faibles de son économie qu’il faut protéger.

Avec la ZLEC, ce sera l’ouverture des frontières et la chute des barrières et c’est quelque chose
qui fait peur au Nigeria. Le Nigeria et l’Angola ont des économies au fond très fragiles, car
dépendantes des matières premières. Ces pays aujourd’hui veulent mettre à coté le pétrole et
construire une économie à partir de la production interne, en se basant sur des secteurs comme
l’agriculture et l’industrie.

Le Bénin aussi tourne le dos à la ZLEC. Ce pays subit l’influence de son grand voisin le Nigeria.
En effet, 75% du commerce au Bénin passe par le Nigeria, qui est son premier partenaire
économique. En juin 2016, le Nigeria avait dévalué sa monnaie de 30%, à cause de la chute des
recettes pétrolières. Le Bénin, qui est dans la zone Franc, en avait beaucoup souffert. C’est aussi
la malédiction du Franc CFA. Maintenant, les Béninois sont à l’écoute de leur principal partenaire
commercial. Le Bénin ne peut pas partir sans le Nigeria.
Site https://www.ouestaf.com/deficit-dinfrastructures-et-disparites-economiques-ces-freins-a-la-
realisation-de-la-zlec/

Paragraphe2: PERSPECTIVES DE LA ZLECA

Comme dans les autres zones de libre-échange, le principal risque est de se retrouver
avec à une économie à deux vitesses, comme en Europe. Il faudra alors trouver des
mécanismes d’équilibre et de concurrence qui ne crée pas plus de distorsions
qu’aujourd’hui.

Il est aussi difficile qui seront les gagnants et les perdants de la création d’une telle zone.
Les autres zones de libre-échange viennent ainsi formaliser des zones où le flux des
échanges est déjà présent. Ici, nous partons du principe que cela va stimuler les
échanges. On part pratiquement de zéro..

Ce traité est aussi une opportunité incroyable pour favoriser les industries locales, les
filières agro-alimentaires ou même l’économie numérique qui fait déjà dans certains pays
des bonds de géant.

Pour y arriver, il faudrait aussi que d’immenses projets d’infrastructures transnationales


soient menés à bien : de nouvelles routes, des voies ferrées, des axes fluviaux, ce qui
suppose aussi une électrification. Il y a là un immense chantier d’avenir pour le
deuxième quart de siècle qui s’annonce.

En définitive, ce traité mérite tout l’enthousiasme qu’il suscite car il représente une
véritable révolution pour le continent africain. Mais pourra-t-il seulement être ratifié? Il y a
beaucoup d’argent en jeu, des acteurs historiques du continent se sentiront forcément
menacés… Assez pour le mettre en péril? L’avenir nous le dira…

Site https://accesstudents.com/zone-libre-echange-challenges-defis-historiques-afrique/