Vous êtes sur la page 1sur 3

LA PARODIE DANS CANDIDE

-INTRODUCTION

Candide est sous-titré l’Optimisme. Voilà un détail révélateur des préoccupations de Voltaire : le philosophe
a voulu se moquer d’un optimisme irraisonné. En la personne de Pangloss qui répète mécaniquement et hors de propos :
“Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles”, il a voulu ridiculiser ceux qui ne considèrent pas avec
sérieux et respect le problème du mal. Voltaire attaque les enseignements de ses contemporains, ou plutôt il attaque la
philosophie de Leibniz. Donc Quelle est la définition de la parodie? Sur quoi la philosophie de Leibniz était basée ?
quelles sont les genres littéraire parodies dans Candide ? Et pourquoi Voltaire a écrit Candide de manière parodique ?

-I La parodie et les genres littéraires parodies par Voltaire

1- La définition de la parodie

La parodie est une forme d'humour qui utilise le cadre, les personnages, le style et le
fonctionnement d'une œuvre ou une institution pour s'en moquer. Elle se fonde entre autres sur l'inversion et l'exagération
des caractéristiques appartenant au sujet parodié. Selon Dominique Maingueneau, un linguiste de vingtième siècle la
parodie constitue une « stratégie de réinvestissement d'un texte ou d'un genre de discours dans d'autres ».

2- Les genres littéraires parodiés par Voltaire

Candide parodie plusieurs genres littéraires, comme le roman picaresque et le conte.


Comme dans un conte, les personnages survivent à toutes les aventures et ne meurent pas, mais contrairement à un conte
où le monde est en général merveilleux et où tout tourne vers le bien, ici le monde n'est pas bienveillant et tout tourne
très vite au pire, dans toutes les situations. Le genre picaresque, dans lequel le lecteur suit les aventures décousues d'un
héros débrouillard est aussi parodié : le seul fil conducteur des aventures du récit est le voyage de Candide, ce héros
absolument dénoué de ressources et tout sauf débrouillard. La bible est également parodiée, notamment dans le passage
dans lequel les héros rendent une visite au paradis terrestre. On peut aussi y voir une parodie des romans galants de cette
époque, en commençant par l'épisode du début et Candide et Cunégonde derrière le paravent, et avec la quête du héros
pour retrouver son aimée.

-II La philosophie de Leibniz et la raison pour laquelle


Voltaire a écrit Candide de manière parodique

1- La philosophie de Leibniz

Wilhelm Gottfried Leibniz, philosophe et savant allemande, connu pour sa philosophie


d’optimisme. Cette dernière désignant ici la conception selon laquelle le monde est le meilleur des mondes
possibles : entre une infinité de mondes possibles, il y a le meilleur de tous et c’est le vrai monde actuel.

-Leibniz répond que toute douleur ou inquiétude sont les conditions mêmes du plaisir et du
bonheur,
-Le plaisir, en effet, ne procède pas d’un cours uniforme, lequel enfanterait l’ennui.

-Le plaisir, ce sentiment de perfection et cet avancement vers le bonheur, provient d’une victoire
sur quantité de demi-douleurs qu’on finit par apaiser en satisfaisant son désir.

-Quant au bonheur, il ne consiste jamais dans une pleine jouissance, où il n’y aurait plus rien à
désirer, mais dans un progrès perpétuel vers de nouveaux plaisirs et de nouvelles perfections.

-Le mal, la douleur, l’inquiétude, autant de conditions du bien, autant de raccourcis vers une
plus grande perfection.

2- La raison pour laquelle Voltaire a écrit Candide de manière parodique

Voltaire déteste l’optimisme et son créateur, le philosophe allemand Leibniz, qui est incarné et
parodié au travers du personnage de Pangloss. L’optimisme de Pangloss est une position philosophique que l’on peut
résumer comme ceci :
– Dieu est parfait

– Dieu a créé le monde

– Un être parfait créerait un monde parfait, donc le monde est parfait.

En outre, un être parfait créerait tout ce qui pourrait être créé, par conséquent tout ce qui pourrait exister existe
en fait.
Par conséquent, ce monde est le meilleur des mondes possibles et tout est pour le mieux.Voltaire montre le
chemin intellectuel de Candide, qui est celui d’une désillusion : l’optimisme, dit Candide, c’est la manie de
dire que les choses sont bien quand on est en enfer. En effet, Candide apprend que la quantité de bien est bien
inférieure à celle du mal.

C’est le fameux tremblement de terre de Lisbonne, en 1755, qui semble être à l’origine de refus de l’optimisme chez
Voltaire. Voltaire se demande si Dieu est vraiment bon, ou bien s’il est vraiment tout-puissant. Candide sera la traduction
de ce questionnement religieux et métaphysique.

-CONCLUSION

Candide brosse un portrait de notre humanité assez ricanant. Voltaire se sauve finalement du désespoir et du
pessimisme par l’action. Il faut reconnaître pourtant qu’il traite le sujet avec une certaine désinvolture. Plus qu’une
véritable réflexion sur un sujet essentiel, son roman est plutôt un règlement de comptes endiablé, un jeu de l’esprit
passablement ironique et irrévérencieux. Il pourrait nous faire croire que la pensée de Leibniz, grand philosophe et
mathématicien du XVIIe siècle, est d’une stupidité affligeante. Il n’en est rien. Voltaire est très injuste, il feint de ne pas
comprendre la position de l’auteur de la Théodicée, il s’amuse et nous amuse. Loin d’émouvoir notre sensibilité, Voltaire
préfère toucher notre intelligence, il ne dénonce pas l’horreur mais l’absurdité. Candide, en fin de compte, est une œuvre
séduisante beaucoup plus par ses simplifications, ses partis pris, ses rancunes, ses polémiques, sa virtuosité que par son
contenu philosophique.