Vous êtes sur la page 1sur 36

www.acteursdusport.

fr

s
t da ns le s te rr it oi re
Dé ve lo pp er le sp or

n°  204 Décembre


2018

DOSSIER P.9

Le marché global
de performance  :
un effet de mode  ?

ÉQUIPEMENT INITIATIVES FÉDÉRALES GESTION


Les piscines Le handball pense Tour de France :
se chauffent au bois le coup d’après Dole offre ses process
© Crédit

Mensuel - Prix au numéro : 14 € - ISSN : 1962-5960


Votre revue feuilletable
sur ordinateur
Compris
dans votre
abonnement

JE SUIS ABONNÉ

Ma revue numérique

JE CONSULTE
Rendez-vous vite sur www.acteursdusport.fr
sur votre espace abonné
Sommaire

COMITÉ DE RÉDACTION
Associations et groupements professionnels :

04 ACTUS
Stéphane Pottier, délégué général de l’ESMA
(European stadium manager association) •
Jacques Vergnes-Carles, président de Sports
et territoires • Nicolas Verdon, président du
groupement national profession sport et loisirs •
INFOGRAPHIE
rançais satisfaits
Jean-Philippe Acensi, délégué général de l’Agence
de l’éducation par le sport
Avocats : Éric de Fenoyl 06 Les F
l’offre sportive des mun
icipalités
Universitaires : Gérard Baslé, université d’Orsay • de
Alain Loret, université de Rouen
Mouvement sportif : Bernard Amsalem, vice-
président du CNOSF • Véronique Moreira,
présidente de l’USEP GESTION
Programmistes et architectes : Michel Rochereau,  de France :
07 Touroff
ISC • Jean-Luc Briane, IPK • Jean-François Périnet,
architecte • Nicolas Chabanne, architecte re ses process
Dole

204
DOSSIER 04

rmance :
Décembre 09 Le m arché global de perfo
n° 2018 un effet de mode ?
Mensuel édité par Territorial,
SAS au capital de 1 259 907 euros ÉQUIPEMENT se chauffent au bois
Siège social : Antony Parc 2, 10 place du Gal de
Gaulle, La Croix de Berny, BP 20156, 92186 Antony 15 Les piscines chaufferie bois couvre
Cedex. Bureaux : 58 cours Becquart-Castelbon,
38500 Voiron 19 Saint-Bsrèbes,solains thermiques
Site internet : www.acteursdusport.fr
RCS Nanterre : 404 926 958
75 % de
N° SIRET : 404 926 958 00020 - Code APE : 5813Z de la piscine 09
N° TVA intracommunautaire : FR 28 404 926 958
ISSN 1962-5960 - Dépôt légal à parution. Commission
paritaire 0116T78443 - RIB : CIC Crédit Industriel et
Commercial - Code Banque : 30066 - Code guichet : JURIDIQUE bilité des MNS
10949 - Compte n° 00020062001 - Clé RIB : 26
IBAN  : FR76 3006 6109 4900 0200 6200 126 20 La re sponsa
cas de faute d’inattentio
n
Bank identification code (BIC) : CMCIFRPP - Principal en
actionnaire : Info Services Holding
s
Présidente et directrice de publication : Isabelle André
Directeur des rédactions : Guillaume Doyen
21 Questions/Réponse
DÉRALE S
RÉDACTION
INITIATIVES FÉpe ès
ball nse le coup d’apr
Directeur de la rédaction : Laurent Thoviste
15
Coordination éditoriale : Patrick Bayeux
(patrick-bayeux@orange.fr) 2 2 
Le  ha nd
Assistante de rédaction : Aurélie Niemaz
S
Tél. : 04 76 93 12 32
RÉALISATION POLITIQUES SPe,ORleTIspVEort
Rédacteur en chef technique : Laurent Brugièregarde
Première secrétaire de rédaction : Véronique Garcia 24 En Occita ni
aussi des métiers
Maquettiste : Stéphane Mimouni ce sont
Chef de fabrication : Hervé Charras
DIFFUSION
Directeur de la diffusion : Guillaume de Corbière
MÉTIER dans
ité femmes-hommes
Responsable de diffusion : Maëlle Pénelon
EMPLOI ET ANNONCES CLASSÉES (01 79 06...) 2 9 « L’égal
ment
Directeur commercial : ­Clément Suplice (73.65)
Directeur des opérations : Christian Fehr (73.71)
reprise peut passer égale
l’ent 22
t »
Équipe commerciale (73.33) : Anne Vignier, Guillaume
Lebre • Directeurs de clientèle : Laurence Leroy (73.68),
par les valeurs du spor
Mira Marchard (73.69)
Fax : 01 79 06 79 87
PUBLICITÉ REVUE DE PRESSE
Directeur de clientèle : Gilles Dubois, 01 79 06 79 67 ou
30 Qui es-tu bénévole ?
06 67 15 78 67
ming en France?
ABONNEMENT  Quel poids du na
quiétudes
Astreintes : entre in
Tél. : 04 76 65 93 78, Fax : 04 76 05 01 63
Email : abonnement@territorial.fr
Prix au numéro : 14 € - Abonnement administratif (1 an
soit 10 nos + accès web) : 129 € - Abonnement personnel
et vigilances
(1 an soit 10 nos + accès web) : 85 € ou prélèvement 24

mensuel : 7,15 € par mois (sur 12 mois)
IMPRESSION 
Imprimerie du Pont-de-Claix, ZAE Les Bauches,
9 chemin de la Plaine, 38460 Claix
Origine du papier : Allemagne Bulletin d’abourenn ement p. 28 obe.com
: ©illustrez-vous - stock.ad
Ce papier provient de forêts gérées durablement Crédit photo de couvert
et ne contient pas de fibres recyclées.
Certification : PEFC
Impact sur l’eau (P tot) : 0,016 kg/tonne

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 3


Actus
du mois Un guide pour faciliter
la prescription de sport
Les chiffres
sur ordonnance
La Haute autorité de santé vient de publier un guide pour faciliter la prescrip-
du CNDS tion de sport sur ordonnance pour des patients malades chroniques, y compris
cardiaques ou diabétiques. Il détaille des recommandations précises pour six
• Au titre du plan Héritage 2024 : maladies : surpoids et obésité, diabète de type 2, hypertension artérielle, bron-
- 10 M€ pour près de 500 équi- cho-pneumopathie chronique obstructive, maladie coronaire stable et acci-
pements de proximité en accès dents vasculaires cérébraux. La loi de modernisation du système de santé de
libre ; 2016 prévoit la prescription de séances d’activité physique par les médecins
- 2 M€ pour 400 actions éduca- traitants à leurs patients. Une soixantaine de villes fédérées dans le réseau
tives et promotion de la journée des villes santé de l’OMS met en œuvre des politiques incitatives. Le médecin
olympique ; a désormais des outils pratiques comme un questionnaire d’aptitude ou une
- 4 M€ pour la « Génération 2024 » grille d’évaluation des risques et de la condition physique.
pour 66 projets et 59 fédérations > www.has-sante.fr
accompagnés.

• Au titre de la part territoriale  :


- 136,5  M€ de subventions pour
des associations sportives ;
- 18 081 associations financées ;
©xixinxing - adobestock

- 46,5 M€ au soutien de près de


5 300 emplois ;
- 1 0,2 M€ consacrés à la promo-
tion du sport-santé ;
- 20 M€ alloués à la féminisation
du sport.

• Au titre des subventions


Les enceintes connectées :
équipements sportifs : un nouveau modèle économique
- 26 M€ au bénéfice des territoires
carencés (22 piscines dont 15 pour le sport ?
dans les quartiers de la politique
Une étude sur les enceintes connectées a été réalisée à la demande du minis-
de la ville) ;
tère des Sports, de la Fédération française de football, de l’Association natio-
- 13 M€ pour le plan de dévelop- nale des sports professionnels et des ligues professionnelles de basket-ball,
pement Outre-mer et Corse, soit football, handball et rugby. Elle est composée de trois cahiers. Le premier porte
20 % des investissements ; sur le cadre, les enjeux et les objectifs, le second sur le programme fonctionnel
- 2  M€ consacrés à la mise en et le dernier est consacré à la conduite du projet. L’étude vise à montrer que le
accessibilité pour les personnes numérique peut aider les stades et salles à se transformer en lieux de spectacle
en situation de handicap. modernes, et que le sport peut générer une activité économique viable et auto-
nome, à l’instar de ce que l’on constate ailleurs en Europe.
• Au titre des subventions > https://www.enceintes-sportives-connectees.fr
nationales
- 18 grands événements sportifs
internationaux (GESI) organisés
en 2017 soutenus ;
- Part innovation  : 23 associations
financées ;
- Fonds de soutien à la produc-
“ Je ne serai ni le Père Noël
tion audiovisuelle : 943 000 €
pour le soutien à la production
ni le Père Fouettard
audiovisuelle de disciplines non
médiatisées.
des fédérations.”
> bit.ly/2Dv4IRL Claude Onesta,
à propos de son rôle de chargé de la haute performance du sport
français au sein de la future agence de financement du sport créée
DR

dans le cadre de la nouvelle gouvernance.

4 Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018


Les Jeux 2024
et les enfants alors Toulouse : une piscine
dans la Garonne à l’étude
Un ouvrage qui aborde à travers cinq thèmes que sont la médaille olympique, Un projet de piscine flottante
le spectacle sportif olympique, les JOP une histoire d’argent, olympisme et directement installée , en plein
centre-ville, dans les eaux de la
laïcité, JOP et éducation la problématique de l’héritage des Jeux pour les jeunes.
Garonne via une zone de baignade
Chaque thème propose une analyse et avance quelques pistes de réflexion pour délimitée avec des pontons flottants
nos enfants. La lecture permet une prise de recul nécessaire pour mieux appré- sécurisée et surveillée est à l’étude.
hender la complexité du phénomène sportif tant au niveau de l’enfant, de l’édu- Le coût est évalué à 1,5 million d’euros.
cateur et des institutions. Une analyse de la qualité des eaux
de la Garonne est en cours.
> enfantsetjeux2024@gmail.com

Un nouveau championnat
3X3 de basket
La Fédération française de basket-
ball (FFBB) a lancé le 1er novembre
un nouveau championnat de basket
3 contre 3, pour l’instant seulement
à l’échelon départemental.
La FFBB entend assurer son
développement sur cette formule
de jeu en profitant de son entrée au
programme olympique à Tokyo en
2020 (lire « Basket-ball : le Club 3.0 »
dans Acteurs du sport n° 202
d’octobre 2018).

Dans le Lot une caravane


propose des séances
de remise en forme
Christian Meunier, atteint
de plusieurs pathologies respiratoires
et chroniques, met son expérience
et son vécu au service des autres.

6,7 M€
Une initiative privée et non
subventionnée. Dans la caravane
du sport, tapis, vélos, rameurs et

d’excédent autres matériels sont utilisés par les


habitants à raison de deux séances
pour le GIP de 60 minutes chacune par semaine.
Coût annuel de l’adhésion : 50 euros.
Paris 2024
Le GIP Paris 2024, qui a conduit le dossier
de candidature pour l’organisation des
JO à Paris, a été dissous. Le GIP disposait
Gouvernance du sport :
d’un budget de 60 millions d’euros, 2019 sera une année
avec 30 millions venant de ses partenaires de transition
publics (État, ville de Paris, région
Au Salon des maires, la ministre des
Ile-de-France) et 30 millions des sponsors. 
sports a confirmé la création d’une
« Les 6,7 millions d’euros seront redistribués
Agence nationale de financement du
aux membres fondateurs », c’est-à-dire
sport début 2019 en remplacement du
les partenaires publics, « qui avaient
CNDS. L’année 2019 sera « une année
participé au financement du comité
de transition », a-t-elle annoncé. « Des
de candidature Paris 2024. L’intégralité
©BillionPhotos.com - stock.adobe.com

expérimentations seront menées dans


de ces sommes sera consacrée
plusieurs territoires. Mais on ne peut
au financement d’actions en faveur
pas passer du tout au tout ». Il s’agit
du développement de la pratique sportive »,
d’expérimenter le fonctionnement
a indiqué le Comité d’organisation
des conférences des financeurs.
des Jeux olympiques dans un communiqué,
La généralisation de la nouvelle
après l’assemblée générale de dissolution.
gouvernance est prévue en 2020.

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 5


Infographie

Les Français satisfaits
de l’offre sportive
des municipalités

75
DES FRANÇAIS SONT SATISFAITS
%
DE L’OFFRE SPORTIVE PROPOSÉE
PAR LEUR MUNICIPALITÉ

Cette satisfaction est toutefois plus importante en milieu urbain

80% 61%
dans les communes en milieu
de plus de rural
20 000 habitants

L’usage des nouvelles technologies se développe

162

6527

40% 162 20%


6527

des Français des Français


utilisent au moins partagent
un objet connecté leurs performances
pour la pratique sur les réseaux
sportive sociaux

Une donnée à prendre en compte dans les futurs aménagements.

Source : sondage BVA réalisé du 15 au 18 octobre 2018 auprès d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

6 Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018


Gestion

Tour de France  :
Dole offre ses process
L’agglomération du Grand Dole a accueilli un départ du Tour de France
en juillet 2017. Pour répondre aux exigences d’ASO, le service des sports
a mis en place des process et des fiches d’organisation qu’il se propose
de partager.

«
 Le Tour de France ? C’est une
machine de guerre qui se déploie
chaque jour dans les villes  ! » Dans
cette phrase d’Alain Hamida, directeur
des sports de la communauté d’agglo-
mération du Grand Dole (Jura), point
de critique. Juste un constat qui vise à
mettre en évidence « une forme de désé-
quilibre qui se crée d’emblée, dans la
relation entre le représentant d’une col-
lectivité, petite, moyenne ou grande, et
Amaury Sport Organisation (ASO) », l’or-

© Service communication - Ville de Dole


ganisateur, parfaitement rodé, pointil-
leux et exigeant.

Rien de très précis


Dole a accueilli le départ de la 8e étape du
Tour de France 2017, précisément le 8 juil-
let. « Face à l’immensité de la tâche et les
inconnues qui nous attendaient, j’ai solli-
cité des collègues pour obtenir des infor- citant une anecdote. « Le départ était fallu le traduire en un langage fonction-
mations », se souvient-il. «  Mais au final, je initialement programmé à 12  h  03, ce qui nel pour nos agents et nos bénévoles,
n’ai rien obtenu de très précis ». D’où cette est déjà précis. Puis un jour, nous avons histoire d’éviter les erreurs et les pertes
idée de mettre à disposition aujourd’hui, reçu un correctif. ASO évoquant une de temps ». Au niveau, par exemple, de la
des confrères, tous les documents de « grosse erreur » de leur part puisque le disposition des barrières où il est toléré
travail et le process établi en interne. départ était fixé à 12 h… 05 ! Ce genre de une marge de manœuvre de… 5 cm. Ou
« Nous devons répondre avec efficacité message met vraiment la pression. » celle des panneaux de signalisation.
à l’exigence extrême d’ASO », reprend-il, Des films vidéo avec capture d’écran
Langage fonctionnel comprenant des images incrustées
Dole a toutefois rapidement pris la roue des panneaux, ont ainsi été réalisés.
des organisateurs. Un travail est lancé « Chaque agent savait précisément où
Configuration
pour recruter 250 bénévoles, avec les disposer et dans quel sens… » Zonage
« Tour de France » autant de fiches de poste réalisées. D’une des différentes composantes (parkings,
« Désormais, quand on organise une manière générale, les réunions ont espaces VIP,  etc.), fiches de poste pour
manifestation sportive qui se déroule commencé six mois avant le jour J. « Effi- les agents et les bénévoles, rétroplan-
sur un parcours déterminé, nous nous
mettons en configuration ‘‘Tour de
cacité recherchée au maximum : pas ning reprenant les attentes d’ASO, etc.,
France’’. C’est ce que nous avons fait plus d’une heure et travail en commis- Alain Hamida propose de mettre à
cette année pour l’organisation de sions avec restitution », reprend-il. disposition tous les documents internes
notre marathon et d’autres courses L’équipe travaille sur la base du susceptibles de servir de base de travail.
cyclistes. Mobilisation des agents, roadbook, un document de 250 pages Alors prêts pour le tour ?
des bénévoles, organisation interne :
nous dupliquons la méthode utilisée
transmis par ASO qui « répertorie toutes
David Picot | david1picot@yahoo.fr
pour l’accueil du Tour, en l’adaptant à les tâches à effectuer et à quel moment
l’événement », précise Alain Hamida. précis les réaliser les mois précédant la
course, et surtout le jour J. Mais il nous a Contact : alain.hamida@grand-dole.fr

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 7


Pour vos AAPC
(gestion en DSP, construction d’un équipement…)
choisissez un spécialiste,
choisissez Acteurs du sport
Le mensuel
net
Le site inter
ÉQUIPEMENT
Les vestiaires modulaires
r

conjuguent rapidité et
www.acteursdusport.f

adaptabilité P. 15
INITIATIVES FÉDÉRALES
La pétanque veut faire
évoluer son image P. 24
s
dans les territoire
Développ er le sport

n° 190 Juin-juillet
2017

DOSSIER P.9

Salles de fitness :
quel rôle pour
la collectivité ?
© skynesher - istock

Mensuel - Prix au numéro : 12 € - ISSN : 1962-5960

33 000 pages
•ADS190.indb 1 06/06/17 16:10

vues
4 125 exemplaires mensuelles

20 000 lecteurs 14 000 newsletter hebdo


abonnés à la

Avec Acteurs du sport, optez pour une visibilité maximale


* Source : étude IPSOS Audience des collectivités locales - 2015

Votre AAPC dans Acteurs du sport, c’est Votre AAPC dans Acteurs du sport, c’est
beaucoup plus qu’une simple publication : une visibilité maximale avec une paru-
• Une parution dans un titre à forte audience tion sur le site acteursdusport.fr et dans
la newsletter hebdomadaire dédiée :
• L’assurance d’être vu par le lectorat concerné :
15 % des lecteurs sont des équipementiers et/ou • Format bannière et/ou mégabannière
des délégataires • Logo cliquable pour renvoi vers le texte
• Votre AAPC mis en valeur par notre studio gra- de l’AAPC au format dématérialisé
phique (présence de votre logo et mise en page
attractive)
Contact : 06 67 15 78 67
01 79 06 79 67 Devis gratuit sous 24 heures
Dossier

Le marché global
de performance  :
un effet de mode  ?
Les marchés publics globaux, particulièrement ceux à visée
de performance, ont le vent en poupe. En matière d’équipements sportifs,
ils ont remplacé les contrats de partenariat et profité du vide laissé
par les partenariats public-privé. Gestion du calendrier de réalisation,
visibilité sur les coûts… leurs avantages pour les acteurs publics comme
privés sont régulièrement mis en avant. Avec le recul, certaines mises
en garde, juridiques notamment, commencent aussi à émerger.

L
a réforme des marchés publics de juillet 2015 leur a
offert une seconde vie. Jadis critiqués et peu plébisci-
tés de par leurs conditions restrictives et leurs risques
• Le marché public global contentieux, les contrats globaux ont vu leur régime juridique
de performance (MPGP) assoupli. Les enjeux figuraient d’ailleurs noir sur blanc dans
est un outil juridique très la fiche d’impact relative à ce qui était alors le projet d’ordon-
utilisé dans la réalisation nance sur les marchés publics du 23 juillet 2015  : « L’objectif est
d’équipements sportifs d’améliorer le régime des contrats globaux afin de les rendre
comme les centres plus attractifs pour les personnes publiques, notamment
aquatiques. pour les projets de faible montant pour lesquels le recours au
contrat de partenariat ne serait pas adapté ». Il était également
• Pour la collectivité, ajouté  : « Ces mesures devraient avoir pour impact d’augmen-
il permet notamment d’avoir ter le nombre de marchés globaux de performance passés par
une meilleure visibilité les personnes publiques et de limiter la « fuite » vers le contrat
sur les coûts, notamment de partenariat ».
de maintenance, à moyen/
long terme. Le candidat s’engage
Trois ans et demi plus tard, le législateur avait-il vu juste ? La
• Sa mise en place reléguerait réponse est oui, à en croire Me Éric de Fenoyl, avocat associé
les considérations au cabinet TAJ. « À ma connaissance, il n’existe pas de statis-
architecturales au second tiques. Mais le marché public global de performance est effec-
plan. tivement très en vogue, à tel point qu’il est en train de rempla-
cer le marché de partenariat. Notamment car les opérateurs
privés le trouvent plus souple ». Son confrère Yves Pons (cabi-
net Astoria) est du même avis. Et pour cause, « pour y recou-
rir avant l’ordonnance de juillet 2015, il fallait démontrer des
complexités techniques tellement particulières, qu’on ne les
rencontrait jamais ». Au-delà de cet assouplissement juridique, •••
Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 9
Dossier

o ba l de p e r for m a nce
L e m a rché g l

••• les MPGP auraient également bénéficié, selon M Pons, « de la e


réalisation du centre aquatique Sainte-Victoire à Venelles :
vague de dénigrement des partenariats public-privé (PPP), ces 4  500 m² de surface, 3 bassins, une aire de jeux d’enfants et un
dernières années. Défendre un PPP aujourd’hui face à un élu espace dédié au haut niveau. « Nous souhaitions notamment
est devenu très compliqué ». garantir des objectifs en termes de fluides et de qualités intrin-
Dans ce contexte, le MPGP a ainsi succédé aux CREM (marchés sèques du bâti (acoustique, qualité d’air, d’eau, etc.) », comme
de conception, de réalisation, d’exploitation ou maintenance) l’a précisé Thomas Horvilleur, chargé d’opérations à la direc-
et aux REM (marchés de réalisation et d’exploitation ou main- tion adjointe de la maîtrise d’ou-
tenance) prévus par l’ancien article 73 du code des marchés vrage, lors d’un atelier technique
publics. « L’essentiel du contrat est dans la formulation  : c’est sa réalisé durant le Salon des maires Associer
globalité », poursuit Me Éric de Fenoyl. Dans les faits, le candi- et des collectivités locales 2017. Le l'exploitant
dat s’engage donc sur un certain nombre d’indicateurs de groupement s’était ainsi engagé à dès la
performance  : niveaux d’activité, qualité de service ou encore hauteur de 3 300 kWh/h/m² pour
engagements sur l’efficacité énergétique… Le groupement qui la partie énergétique et à 90 litres conception
répond au marché s’engage, lui, sur des consommations. Il n’at- pour l’eau. Sur la première année est un point
teint pas ses engagements ? Des dispositifs de pénalisation d’exploitation, les résultats ont été très important
se mettent alors en place, selon des grilles préétablies par les très proches : 3 070 kWh/h/m² et 91
acteurs du contrat. En revanche, si le groupement va au-delà de litres d’eau par baigneur !
ses préconisations, il bénéficie de mécanismes d’intérêt avec À Paris, le MPGP est en quelque sorte
un partage également négocié au préalable. expérimenté à travers deux projets de piscines neuves, dans
les 14e et 20e arrondissements. « Auparavant, nous étions classi-
Garantir des objectifs quement sur des lois MOP avec une exploitation en régie ou en
Sur le plan énergétique, le groupement qui répond au marché délégation », resitue Mathias Galerne, chef du pôle pilotage et
s’engage ainsi sur des consommations. Illustration à la métro- expertise au service de l’équipement de la direction jeunesse
pole d’Aix-Marseille (Bouches-du-Rhône), dans le cadre de la et sports. Les élus ont décidé de venir au MPGP pour deux
raisons techniques principales : un, viser des performances
énergétiques mais aussi de services, d’autant plus que nous
aurons un équipement qui sera ouvert sept jours sur sept. Et
Mauvaise passe pour les PPP deux, associer l’exploitant dès la conception. Ceci constituant
Dans un partenariat public-privé, la collectivité territoriale un point très important.
confie à un tiers, pour une période déterminée en fonction
de la durée d’amortissement des investissements ou des Des économies sur la durée
modalités de financement retenues, une mission globale Sur le plan du montage, les représentants des collectivités font
ayant pour objet la construction ou la transformation,
toutefois part d’une certaine « complexité » sinon « lourdeur »
l’entretien, la maintenance, l’exploitation ou la gestion de
l’équipement. En mars 2018, la Cour des comptes européenne des dossiers. À Montauban (lire p. 13), la ville a mis sur pied une
a publié un rapport très sévère sur ces PPP (1). Ses juristes équipe pluridisciplinaire interne pour accompagner les parte-
avaient à examiner douze contrats de ce type, cofinancés naires qui interviennent sur le projet de réhabilitation du Palais
par l’Union européenne, en France, en Grèce, en Irlande et en des sports Georges-Pompidou. « Mais en contrepartie, nous
Espagne. Et ce dans des domaines comme le transport routier
aurons une sécurité contractuelle en matière d’énergie. Et une
et les technologies de l’information et des communications.
Ce qu’il en ressortait : « la majorité des PPP audités ont pâti visibilité sur les coûts à trente ans », glisse Frédéric Faragou, en
d’un manque considérable d’efficience, qui s’est traduit par charge du développement sportif. Et Mathias Galerne (Paris)
des retards de construction et par une forte augmentation de compléter : « S’adjoindre une assistance à maîtrise d’ou-
des coûts ». Par ailleurs, les auteurs ont pointé une vrage (AMO) et/ou un programmiste est quasiment indispen-
« répartition des risques entre les partenaires publics
sable. Et même si nous n’avons pas fait le calcul, en termes de
et privés souvent inappropriée, incohérente et inefficace,
tandis que les taux de rémunération élevés (jusqu’à 14 %) moyens déployés par les équipes et de temps passé, les coûts
du capital-risque du partenaire privé ne reflétaient pas de conception des MPGP doivent être plus élevés que les MOP
toujours les risques supportés par celui-ci. » classiques. Mais nous aurons effectivement une économie sur
la durée car nous nous sommes donné les garanties d’avoir un
(1) Les partenariats public-privé dans l’UE : de multiples insuffisances et des
avantages limités, la Cour des comptes européenne : bit.ly/2HiJrgt équipement plus fiable sur le terme ».  À Aix-Marseille, le calcul
a été réalisé : la métropole a constaté un surcoût réalisation

10 Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018


e  : un e ffet de mo de   ?
© illustrez-vous - AdobeStock

de 1,4 % par rapport aux contrats précédents pour le même pour être en mesure de s’atteler à pareil dossier, susceptible
type d’équipement sur le territoire. « Pas si important », selon de s’étaler sur neuf mois à un an. En conséquence, la porte
Thomas Horvilleur, qui a par ailleurs observé une fréquenta-
tion plus importante que celle estimée (+ 25 %).
Sur le plan juridique, si Me Éric de Fenoyl met en garde contre
Les performances doivent être mesurables
quelques écueils possibles, son confrère, Yves Pons, retient
surtout deux principaux avantages pour l’acteur public, liés Défini à l’article 34 de la fameuse ordonnance du 23 juillet
au calendrier et aux coûts : « le marché global permet de 2015, le MPGP permet donc à l’acheteur d’associer
réduire les interfaces, sources de contentieux, entre concep- l’exploitation ou la maintenance à la réalisation ou
à la conception-réalisation de prestations (de travaux,
teur et constructeur puis entre constructeur et mainteneur.
de fournitures ou de services), afin de remplir des objectifs
Le gain de temps est donc réel. Deux, étant donné que le chiffrés de performance. L’outil peut s’avérer utile
mainteneur est présent dès la conception, il peut intervenir à l’acheteur pour satisfaire à ses obligations en termes
d’emblée sur les choix de matériaux, etc. Avec des répercus- de préoccupations environnementales. Mais pas seulement.
sions potentiellement à la baisse, en termes de coûts, sur la Il peut aussi être utilisé pour viser tout objectif
de performance mesurable. « Il peut s’agir notamment
durée ».
d’objectifs définis en termes de niveau d’activité,
de qualité de service, d’efficacité énergétique (donc)
L’architecture au second plan ou d’incidence écologique. Ces objectifs peuvent
La lourdeur de la procédure impacte aussi les cabinets d’ar- naturellement se cumuler », précise, sur son site internet,
chitecture. Sur la phase du concours, Arnaud Bouet, BVL la direction des affaires juridiques du ministère de l’Économie
et des Finances. Quant à la rémunération des prestations
Architecture, « apprécie le fait d’être poussé dans (ses) retran-
d’exploitation ou de maintenance, elle « doit être liée à
chements si bien que nous parvenons toujours à améliorer l’atteinte des engagements de performances mesurables
les projets ». En revanche, à ses yeux, l’accès à la commande fixées par le marché public pour toute sa durée ».
apparaît compliqué. « Il faut avoir un cabinet bien structuré •••
Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 11
Dossier

o ba l de p e r for m a nce
L e m a rché g l
••• est fermée aux architectes de qualité qui n’ont pas encore de
référence », poursuit celui qui concède « être du bon côté de
Louis Berthomieu n’est en effet pas loin de le penser. « Les
prochains changements de municipalités seront importants.
la barrière ». Son confrère Jean-Louis Berthomieu, BBM Archi- Une analyse de ces contrats sera effectuée et cela peut faire
tectes, acquiesce. « Par rapport à une loi MOP, ce sont les main- bouger les lignes ». Quant à Me Pons, il y voit carrément un
teneurs qui dictent le choix des équipes. Du coup, ce choix s’ef- « effet de mode. C’est aussi et surtout une question de finan-
fectue par rapport à des liens existants et à des considérations cements. Le PPP proposait cette faculté d’étaler le paiement
économiques. Autrement dit, la qualité architecturale est relé- sur plusieurs années ». Et de conclure : « de toutes les façons,
guée en arrière-plan. Ce qui est contraire à l’esprit d’ouverture quand on déroule l’histoire des montages contractuels de ces
des marchés publics qui prévaut dans la loi MOP.  Et par consé- vingt dernières années, tous les quatre-cinq ans, nous obser-
quent, pour le maître d’ouvrage, cela limite clairement l’ouver- vons du mouvement. Avec l’apparition de nouveaux modèles
ture à un choix d’architectes ». ou le retour d’anciennes formules… ».
Très installés aujourd’hui, ces marchés globaux de perfor-
mance auront-ils un destin semblable à ceux des PPP ? Jean- David Picot | david1picot@yahoo.fr

Éric de Fenoyl
« Le MPGP n'est peut-être pas aussi engageant sur le plan
juridique que le libellé peut le laisser penser »
Sur le plan juridique, Quels seraient les points Quels conseils
quel est le principal de vigilance pour l’acteur pourriez-vous donner
avantage du MPGP ? public ? aux collectivités pour
éviter cet écueil ?
DR

La caractéristique essentielle Dans la réalité, le modèle


Avocat associé du contrat est dans le libellé : global n’est peut-être pas aussi Le droit est en ce domaine
au cabinet TAJ la globalité. C’est-à-dire qu’au-delà engageant sur le plan juridique, assez contraignant en imposant
d’avoir la conception-réalisation, que le libellé peut le laisser penser. le paiement du prix au fur
on intègre l’entretien-maintenance Le groupement titulaire du contrat et à mesure des travaux.
et on impose au groupement ne sera pas réellement solidaire. Les opérateurs sont en outre
des considérations diverses Il proposera, le cas échéant, aujourd’hui en mesure de faire
(énergétiques, etc.), dès la un mandataire solidaire qui obstacle à une vraie solidarité
conception. Le concepteur pourra utiliser l’astuce consistant juridique qui serait la seule clé
comme le constructeur les à changer de mandataire en de voûte de l’approche globale
prennent en compte. Un exemple : cours de contrat : c’est-à-dire le responsabilisant l’ensemble
dans une piscine, l’architecte va constructeur pendant la phase de la chaîne conception,
faire en sorte que les éléments de construction et le mainteneur construction, maintenance.
à renouveler soient facilement pendant celle de la maintenance. Il faut faire preuve d’imagination
accessibles, sans avoir besoin D’où la difficulté potentielle de pour trouver des clauses
de casser une dalle. En tant que sanctionner, lorsque l’on bascule de garanties, d’intéressement/
juristes, nous sommes assez en phase de maintenance, des pénalités en période de
persuadés que le contrat global dysfonctionnements importants maintenance permettant
constitue une bonne approche, de construction. D’autant plus que d’inciter le constructeur
imposant aux gens qui n’ont pas le mécanisme de paiement des à prendre en compte les enjeux
spontanément envie de travailler travaux « au fil de l’eau » en phase d’entretien-maintenance à long
ensemble, de le faire. de réalisation limite le niveau terme.
de risque effectivement pris par
le groupement. Par rapport au
PPP, la prise de risque est moins
importante pour l’opérateur privé.

12 Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018


e  : un e ffet de mo de   ?
Initiative

À Montauban, un marché global


pour réhabiliter le Palais des sports
Entamée en avril 2018, la réhabilitation du Palais des sports Georges-Pompidou
de Montauban sera achevée en septembre 2019. Ce projet s’appuie sur un marché global
de performance à travers lequel la ville gardera la main sur la gestion du site.

«
  C’est un dossier si complexe  qu’au de l’infrastructure. Elle sera assurée des contreparties financières sont en
début nous ne savions même pas durant quatre ans (plus quatre renou- effet prévues en cas de non-respect des
si nous devions réhabiliter l’exis- velables) par le titulaire du marché, Vinci performances contractuelles, notam-
tant ou le raser pour reconstruire », lance Facilities. Avec des objectifs en matière ment si les engagements relatifs aux
Frédéric Faragou, en charge du dévelop- de dépenses énergétiques, de confort consommations de gaz, d’électricité
pement sportif à la ville de Montauban (température des salles, hygrométrie, et au recours aux énergies renouve-
(Tarn-et-Garonne). Autrefois dénommé acoustique, éclairage…), de fonctionne- lables ne sont pas atteints. En revanche,
« Stade de la Fobio », le complexe spor- ment des équipements (vidéo, sonori- si des économies sont réalisées au-delà
tif Georges-Pompidou a été érigé dans sation, contrôle d’accès, traitement de des engagements contractualisés, elles
les années 1960. Équipement emblé- l’air, de l’eau…), de réactivité et de qualité seront partagées entre le titulaire du
matique du territoire, il est situé au sein de la maintenance. Mais aussi de dispo- marché et la collectivité.
du quartier prioritaire Médiathèque-­ nibilité des salles durant les périodes David Picot | david1picot@yahoo.fr
Chambord. Sa transformation vise à d’ouverture.
créer un ensemble sportif de 10  000 m2
de surface bâtie, implantée sur un site de La ville veut garder la main
© Groupement d’entreprises coordonné par Bourdarios SAS

près de 3 hectares. Le projet prévoit donc Un aspect où le mainteneur sera appelé


la reconstruction totale d’équipements à travailler en étroite collaboration avec
existants (gymnases G1, G2 et G3) et la la ville « qui continuera à gérer les plan-
construction de 3 500 m2 d’infrastruc- nings avec tout ce qui concerne la mise
tures nouvelles. à disposition des scolaires, des centres
de loisirs et des associations », reprend
Une construction express le technicien. « Nous assurerons égale-
« Nous avons été parmi les premiers ment l’accueil, la surveillance du site et le
à nous lancer dans le marché global nettoyage quotidien des installations ».
de performance, qui nous est apparu Sans oublier, « le contrôle des perfor-
comme l’outil le plus adapté à ce projet », mances contractualisées entre la ville et
poursuit Frédéric Faragou. En termes de le titulaire du marché ». De quelle façon  ? Un chantier à 16,2 M€
livraison tout d’abord. Elle est prévue « Tout cela reste à caler. Toutefois, cet
au 1er septembre 2019, soit dix-huit mois équipement sera livré avec tous les C’est le groupement Bourdarios SAS-
seulement après le lancement du chan- éléments de contrôle (sondes, capteurs, BVL Architecture-Pegot Ogier-TPF
Ingénierie-Julie Poirel-Vinci Facilities-
tier. Et ce, à la faveur d'un contrat de contrôle d’accès, compteur énergie…) Fauché qui a été retenu pour cette
conception-réalisation qui engage les permettant d’analyser le plus objective- réhabilitation montalbanaise. Le coût
entreprises. « En maîtrise d’ouvrage ment tous les engagements du titulaire ». total du projet s’élève 16 177 760 euros
publique (MOP) classique, nous n’au- TTC (toutes dépenses incluses). Les
rions pas pu nous engager sur un tel Contreparties financières financeurs sont la ville de Montauban
et la communauté d’agglomération du
délai ». Sans compter que la ville a aussi Le technicien s’attend « à des relations Grand Montauban, la région Occitanie,
négocié un maintien de toutes les acti- sans doute difficiles avec le mainteneur le conseil départemental de Tarn-et-
vités existantes sur le site, pendant les s’il arrive que des objectifs de perfor- Garonne et le Centre national pour le
travaux. Outre la conception et la réali- mances ne soient pas atteints ». Comme développement du sport.
sation, le MPGP associe la maintenance il est habituel dans ce type de contrat,

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 13


Vous êtes un professionnel du secteur : abonnez-vous et
suivez toutes les actu et événements qui vous concernent.

Acteurs Techni.Cités
du sport Le magazine de référence
Développer le sport des cadres techniques
dans les territoires de la fonction publique

• L’actualité et l’évolution • Des articles sur les enjeux


de la réglementation d’efficacité énergétique,
• Les relations entre les acteurs d’accessibilité, de santé
du sport et les collectivités locales dans les piscines
• La gestion des équipements • Des retours d’expérience
(dont les piscines) : comment de techniciens et ingénieurs
optimiser les coûts tout en en charge des piscines
protégeant l’environnement dans les collectivités
• Les politiques sportives : leur • Des fiches techniques pour
évolution, les défis auxquelles approfondir un sujet précis
elles sont confrontées.

Jetez-vous à l’eau et profitez d’une offre découverte vous permettant de consulter


un numéro gratuit en version numérique par mail : info@territorial.fr

Pour vous abonner : www.acteursdusport.fr ou www.clubtechnicites.fr


Équipement
© Aleks Kend - adobestock

Les piscines
se chauffent au bois
Le bois est aujourd’hui l’énergie la moins chère
pour le chauffage. Logiquement, les équipements sportifs
et notamment les piscines se tournent vers cette ressource
qui a, de plus, souvent l’avantage d’être locale. Les avancées
techniques, de maintenance, de gestion centralisée
et automatisée en font un système intéressant financièrement
et écologiquement pour peu qu’il soit bien dimensionné.

«
 Depuis quelques années, on constate des besoins électriques (éclairage, fluides, etc.). Et globa-
avancées technologiques dans le fonctionne- lement, le passage à un système bois permet d’éco-
ment des chaudières au bois », note Vincent nomiser de 50 à 60 % en coût de fonctionnement
Trolle, ingénieur et gérant de KEO ingénierie qui par rapport à un système au gaz ou au fuel, qui repré-
souligne que « l’installation d’une chaudière bois sente souvent un budget de plusieurs centaines de
est plus particulièrement indiquée pour les équipe- milliers d’euros par an, pour une piscine.
ments les plus énergivores, comme les piscines ». En
effet, la consommation énergétique globale d’une Bien dimensionner ne signifie pas
piscine, qui se mesure en mètres carrés de bassin, se surdimensionner
situe aux environs de 250 à 300 euros/m² pour un « Le bon dimensionnement d’une chaudière au
bassin en extérieur, et 100 à 150 euros/m² pour un bois est un point absolument essentiel, souligne

•••
bassin couvert. Ces consommations sont dues pour toutefois l’ingénieur. L’analyse des besoins doit
moitié aux besoins thermiques, et pour m ­ oitié aux donc permettre de dimensionner la puissance

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 15


Équipement

••• ­nécessaire pour chauffer le bâtiment, l’eau chaude ment. Les filières bois sont encore trop peu déve-
sanitaire, et dans le cas d’une piscine, l’eau des loppées de façon homogène sur tout le territoire,
bassins, et son renouvellement ». Mais attention, et parfois les compétences manquent encore, d’où
« bien dimensionner ne signifie pas surdimen- des soucis constatés lors de la mise en route des
sionner », prévient Vncent Trolle, qui cite le cas de installations, et sur les premiers mois d’exploita-
chaudières d’une puissance de 800 kW, mais qui tion. « On mise sur l’humain, sur la formation des
fonctionnent de façon très réduite à 200 kW. « Cela techniciens locaux, indispensable. Par ailleurs, ce
signifie des surcoûts à l’installation, mais aussi des sont des emplois non délocalisables, avec en géné-
problèmes de fonctionnement et de maintenance ». ral un fort impact sur la filière locale, depuis l’extrac-
En effet, une chaudière bois (dont la durée de vie tion du bois en forêt, à sa transformation, à la livrai-
est identique aux autres systèmes) est cependant son », précise Vincent Trolle.
moins flexible qu’une chaudière gaz ou fuel, et fonc-
tionne mieux à plein régime, et surtout, avec une Réseaux de chaleur
régularité constante. La puissance de la chaudière À Modane (Savoie), l’intercommunalité puis la
a par ailleurs une inci- commune se sont lancées... il y a plus de dix ans
dence sur la consom- dans une politique de transition énergétique, profi-
mation de combustible, tant de la « fin de vie » de plusieurs de ses instal-
sur sa typologie, et donc La puissance de lations au fuel ou au gaz. L’intercommunalité s’est
sur la taille du silo de la chaudière a donc tournée vers la filière bois, mettant en avant
­stockage, la fréquence une incidence les importantes ressources de son territoire de
d’approvisionnement montagne. Le premier réseau, installé en 2005,
et l’architecture même sur la taille du alimentait un gymnase et un bâtiment abritant les
des bâtiments. Il faut en silo de stockage locaux de la maison cantonale de Modane. « La
effet prévoir une place commune avait dès le départ fait le choix de la
suffisante pour un silo filière courte, et de la production de plaquettes, en
efficient, mais aussi, la contractant avec l’ONF », explique Natacha Bois,
rotation des camions d’approvisionnement. Ces chargée de projets à la communauté de communes
deux points constituent un frein au développe- Haute Maurienne Vanoise (CCHMV), qui a repris ce
ment des chaudières au bois dans des zones trop dossier en charge. Depuis, plusieurs petits réseaux
denses, comme les villes, ou des villages difficiles
d’accès.

Un surcoût amorti sur 5 à 7 ans


Aux Arcs 1800 (Savoie), la chaudière de la piscine
installée en 2014 ne fonctionne que sur la période
hivernale. Et pendant cette période, elle n’est abso-
lument pas accessible par la route. L’ensemble de
l’installation (la chaudière et le silo) est donc dimen-
sionné en conséquence. Pour limiter au maximum
la consommation et assurer un meilleur rende-
ment, le programmiste a choisi un système à granu-
lés. Les livraisons de début de saison permettent
de faire face aux six mois d’ouverture de la piscine  !
C’e st bien sûr un cas extrême, mais qui illustre
la relative malléabilité des chaudières au bois.
Par ailleurs, même si ce n’est pas obligatoire, les
bureaux d’études préconisent souvent l’installa-
tion d’une deuxième chaudière (de secours ou
d’appoint). Elles peuvent fonctionner aux énergies
fossiles ou, comme à Courchevel pour le gymnase,
au bois, avec des granulés. Mais certaines installa-
tions, comme la salle multisport de Mézieux par
exemple, fonctionnent sans système parallèle
de secours, et sont 100 % bois. L’ensemble de ces
différentes installations représente un surcoût par
rapport à une chaudière au fuel ou au gaz natu-
rel qui est en moyenne amorti sur cinq à sept ans.
En revanche, la maintenance, l’entretien et le suivi
HENADZY

nécessitent des compétences particulières, qui ont


aussi une répercussion sur le coût de fonctionne-

16 Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018


de chaleur ont été créés, alimentant chacun trois beaucoup ­d’automatisme », détaille encore Nata-
ou quatre bâtiments, tous communaux. Dernière cha Bois. Ce système s’avère rentable à plusieurs
livraison, livrée cet été, la chaudière à bois déchi- niveaux : pour les finances de la communauté de
queté qui alimente à la fois la piscine et trois bâti- communes, puisqu’il y a une relative maîtrise du
ments dont un local du stade de foot. La chauffe- process (hormis notamment la phase de déchi-
rie du réseau de chaleur, un local indépendant de quetage du bois), pour la valorisation et l’entretien
217 m², est équipée d’un quai d’approvisionnement des forêts locales, via les coupes, et cela consti-
pour la livraison du bois déchiqueté ; celles-ci sont tue en outre un débouché non négligeable pour
stockées dans trois bennes de 30 m³ disposées sur l’ONF, gestionnaire des forêts communales. En
une plateforme. La chaudière, de fabrication fran- effet, chaque année la communauté de communes
çaise, développe 440 kW, et est entièrement auto- achète un volume de bois, qui est ensuite broyé,
matisée, avec un rendement très performant, peu grâce à une broyeuse itinérante postée au niveau
de cendres résiduelles et des émissions dans l’at- de la station d’épuration intercommunale, le bois
mosphère filtrées, inférieures à la norme en vigueur. déchiquetté étant ensuite livré par camions à
L’ensemble de ce réseau de chaleur représente un chacun des quais d’approvisionnement des diffé-
investissement de 900 000 euros HT, dont plus de rentes chaufferies. Ce système a aussi l’avantage
la moitié est financée par des subventions croisées d’utiliser du bois impossible à vendre autrement.
(agence régionale de l’Ademe, conseil régional, État Plusieurs autres projets de réseaux de chaleur en
et conseil départemental). filière courte sont en cours dans les communes
de la vallée, pour alimenter une école et un boulo-
Filière courte drome.
La particularité du système tient aussi dans son
mode de gestion, en grande partie par la CCHMV, Aides ciblées
depuis la valorisation et la transformation du En ce qui concerne les chaudières (hors réseau
bois en plaquettes, jusqu’à l’entretien, la mainte- de chaleur), il n’existe pas de politique globale à
nance, les vérifications, par du personnel de la l’échelle du territoire. Mais souvent les aides sont
communauté de communes. « Il y a eu bien sûr plutôt ciblées vers les très grandes installations, et
une période de rodage, car il fallait notamment plus spécifiquement vers les réseaux de chaleur au
connaître cette nouvelle chaudière, équipée de bois : ainsi l’Ademe Ile-de-France, principal parte-
naire des collectivités en ce qui concerne les éner-
gies renouvelables, a fixé le seuil minimal pour
Plaquettes ses subventions au-dessus de 1 200 Mwh/an. Et
ou granulés ? très souvent ce seuil et cette politique d’aides sont
Parce qu’il y a une
suivis par les autres collectivités, les conseils régio-
différence de coût naux et les conseils départementaux. Malgré tout,
substantielle entre les certains territoires suivent une ligne plus macro-­
plaquettes et les granulés, économique, au plus près des besoins des collecti-
les applications ne sont pas vités, comme dans la région Auvergne Rhône-Alpes
les mêmes. « L’utilisation
de plaquettes, moins
par exemple, où on note plusieurs projets de chau-
chères, est plus indiquée dières bois, ainsi que des petits réseaux de chaleur
pour un projet gros reliant deux ou trois bâtiments seulement. Le coût
consommateur. Mais la d’investissement, la maintenance, l’approvisionne-
chaufferie doit aussi être ment expliquent cependant que même si ce n’est
facilement accessible pour
l’approvisionnement par pas contre-indiqué, l’installation d’un système bois
les camions », précise est rarement employée dans de simples gymnases,
Vincent Trolle. ou salles de sport de faibles superficies.
Le système à plaquettes
implique aussi un silo plus
important pour stocker Sylvie Roman | sylroman@yahoo.fr
la ressource, et limiter
au mieux les rotations
des camions de livraison,
et assurer un minimum
d’autonomie. De plus,
le pouvoir calorifique
inférieur, PCI (qui
« mesure » l’efficience
d’un combustible),
est sans équivoque : 1 m³
de granulés équivaut à
5 à 6 m³ de plaquettes.

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 17


Acteurs du sport
prend de l’élan
sur Twitter !

Rejoignez-nous pour être constamment informé


de l’actualité du sport dans les collectivités
#acteurs_dusport

www.acteursdusport.fr
Équipement du mois

Saint-Brès, la chaufferie bois


couvre 75 % des besoins
thermiques de la piscine
Premier équipement sportif de la métropole de Montpellier
à être doté d’une chaufferie bois, la piscine de Saint-Brès,
inaugurée en septembre, s’affiche comme résolument tournée
vers l’environnement. Performances certifiées.

L’
installation de la chaufferie chaufferie, et intégré au bâtiment, le
bois de la piscine de Saint-Brès programme comprend aussi un silo à En chiffres
(Hérault) s’inscrit dans un projet bois de plaquettes enterré, en raison de
plus global de M­ ontpellier Méditerranée ses dimensions assez conséquentes, -M aître d’ouvrage : Montpellier
métropole et de la ville, garantissant à la 87 m³. Ce silo est relié à la chaufferie Méditerranée Métropole.
-M aître d’œuvre : Coste Architecture.
fois l’intégration des nouveaux équipe- proprement dite par un système auto-
- Coût
 global piscine : 11,4 M€.
ments sportifs dans l’environnement, matisé d’approvisionnement. L’en- - Chaufferie
 bois : 280 K€.
ainsi qu’un mode de consommation semble de l’installation de chauffage/ - Puissance
 production : 700 MWh,
énergétique répondant aux principes ventilation bénéficie d’une gestion tech- sortie chaudière.
du développement durable. « Recourir nique centralisée, et d’une télégestion à - Chaudière
 d’appoint gaz : 630 kW.
-C onsommation annuelle bois :
à cette technologie démontre un enga- distance, grâce à l’utilisation de régula-
220 tonnes.
gement de la métropole et de la ville de teurs web-communicants. L’alimenta-
Saint-Brès sur les questions de l’écologie tion de la chaufferie bois, qui couvrira
et de l’environnement », souligne ainsi le 75 % des besoins thermiques de la struc- nance par la société SPIE, titulaire du
maire et vice-président de la métropole, ture, nécessite une livraison par camion contrat de « maintenance pour l’année
Laurent Jaoul. tous les treize jours, ramenée à huit jours de parfait achèvement ».
en période hivernale froide. Aussi, l’ar-
Un silo de 87 m3 chitecte a prévu une zone d’approvision- Labels certifiants
Une chaufferie bois implique un nement spécifique, avec une plateforme Les cendres émises par la combustion
certain nombre de contraintes à l’ins- pour la rotation des camions. des plaquettes seront évacuées par
tallation et à l’utilisation. Ainsi, outre l’entreprise en charge de leur approvi-
le local technique de 75 m2 dédié à la Un technicien dédié sionnement. Le traitement des fumées
Dans un projet bois, « l’approvisionne- rejetées (normalement non soumises
ment, la ressource et les savoir-faire à la réglementation au titre des ICPE)
sont primordiaux », comme le souligne est, à la demande de l’Ademe, inférieur
l’architecte du projet, Hervé Marjoux. à un seuil d’émission de poussière de
Aussi un technicien du service énergie 50 mg/Nm³, pour un plus grand confort
de la métropole, associé au programme des habitants. Le bâtiment, conçu par
dès la phase projet en tant qu’assistant Coste Architecture, s’inscrit dans les
à maîtrise d’ouvrage pour tous les lots démarches de labellisation Certivea et
techniques, est à présent chargé du suivi NF HQE, « correspondant à des perfor-
de la maintenance et de la mise au point mances exigeantes en termes d’éco-
des installations de génie climatique. construction, d’écogestion, de confort
Par ailleurs, ce technicien a aussi suivi d’utilisation et de santé, à la fois pour les
une formation spécifique « construc- usagers et bien sûr, pour les employés »,
teur » (entreprise Froling) pour le suivi précise encore le maire. Des labels certi-
du fonctionnement de la chaudière bois, fiants d’ordinaire peu souvent attribués
et il vient régulièrement sur le site, une aux bâtiments sportifs.
à deux fois par semaine, pour accom-
pagner la prise en charge de la mainte- Sylvie Roman | sylroman@yahoo.fr
DR

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 19


Juridique

La responsabilité des MNS


en cas de faute d’inattention
Deux affaires récentes rappellent que les maîtres-nageurs sauveteurs
doivent assurer une surveillance constante, exclusive, vigilante et
active des bassins et que leur responsabilité peut être engagée si leur
attention est détournée par l’usage du portable ou des discussions.

D
ans la première affaire (1), une enfant de 4 ans et demi se la surveillance depuis un poste spécialement aménagé face à la
noie alors que sa mère s’est éloignée quelques instants zone critique que constitue la jonction du petit bassin fréquenté
d’elle pour récupérer sa serviette de l’autre côté d’un par les enfants et la partie profonde attenante du grand bassin,
grand bain. Quatre maîtres-nageurs sauveteurs (MNS) étaient elle démontre que cette mission n’a pas été effectuée de façon
de service autour des bassins lorsque l’accident s’est produit. constante, exclusive, vigilante et active. Selon le tribunal, l’at-
tention des deux prévenus a été durablement détournée
Pas de portable au bord des bassins… par l’usage à titre privé du téléphone portable dont ils étaient
Le premier se trouvait devant le poste de secours et régulait les porteurs. Il s’agit d’une faute caractérisée.
flux des personnes qui rejoignaient les vestiaires tout en surveil-
lant le petit bassin. À aucun moment il n’a utilisé son téléphone …Ni de discussion privée détournant l’attention
durant la période ayant conduit à la noyade. Le second était allé Dans l’autre affaire (2), un jeune de 16 ans venu à la piscine en
se désaltérer au moment de l’accident. Il avait certes utilisé son groupe dans le cadre d’un centre de vacances pour adoles-
téléphone mais était en pause au moment où l’enfant est tombé cents en difficultés sociales et mentales s’est noyé par épuise-
dans le grand bassin. Quant aux deux autres MNS, la chute s’est ment physique après avoir plongé dans le grand bain. L’ana-
produite face au poste fixe de surveillance. Les investigations lyse des caméras de surveillance révèle que les deux maîtres
de téléphonie font apparaître que l’un avait envoyé ou reçu nageurs discutaient au poste de surveillance avec un individu
97 messages entre 16 h 25 et 18 h 12, 13 entre 18 h 04 et 18 h 12. depuis presque 10 minutes et qu’après avoir péniblement nagé
L’autre a utilisé 7 fois son portable entre 18 heures et 18 h 13, un jusqu’au milieu du bassin, le garçon s’était trouvé en difficulté
appel sortant de 54 secondes a été passé à 18 h 05. En outre, alors que les deux maîtres nageurs étaient toujours en pleine
des connexions internet ont été enregistrées entre 18 h 12 est discussion avec la même personne. Alors que la victime était
18 h 17. Selon le tribunal, cette double constatation est acca- en train de se débattre, un des maîtres nageurs était parti placer
blante et caractérise une faute des deux prévenus. Chargés de une ligne d’eau au petit bassin, le second poursuivait sa discus-
sion alors que l’adolescent coulait et s’immobilisait au fond. Il
était finalement alerté par les baigneurs 46 secondes plus tard
et plongeait pour le secourir. Le maître-nageur connaissait
pourtant les spécificités du public handicapé pour avoir fait
un mémoire sur le sujet. Il exerçait la profession depuis près de
vingt ans. Il aurait suffi d’un coup d’œil de quelques secondes
pour que le maître nageur comprenne que le jeune adoles-
cent était en détresse en plein milieu de la piscine. Le tribu-
nal conclut à une faute grossière de négligence et d’inattention
Patrick Bayeux | patrick-bayeux@orange.fr

(1) Tribunal correctionnel de Marseille du 12 juin 2018.


(2) Tribunal correctionnel de Béziers du 6 juillet 2018.

Un degré de gravité suffisamment élevé


Une simple faute d’inattention de la part d’un maître nageur
ou l’oubli d’une consigne par un chef de bassin, au sens des
articles 221-6 et 222-19 et suivants du code pénal, ne suffisent
plus pour motiver une condamnation pénale. Il faut établir,
en application de l’article 121-3 du code pénal, qu’ils revêtent,
au regard des circonstances de l’espèce, un degré de gravité
suffisamment élevé pour être détachés de la faute ordinaire.

20 Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018


Juridique

Questions/Réponses Damien Aymard

L’Agence française Accident de Turnfly en présence


de lutte contre le d’un employé de la mairie :
dopage manque- la commune est-elle responsable ?
t-elle d’impartialité
lorsqu’elle condamne OUI Alors qu’elle était sous la garde du « service enfance jeunesse »
relevant de la commune de Nieul-sur-Mer (Charente-Maritime),
un kickboxer CA, alors âgée de 11 ans, avait chuté d’une structure dénommée Turnfly instal-
lée au sein d’une aire collective de jeux située sur le territoire de la commune. 
contrôlé positif aux Le Turnfly est un équipement de remise en forme consistant en une balan-
çoire rotative mise en mouvement par deux personnes accrochées chacune
cannabinoïdes et à une extrémité d’un bras métallique tournant autour d’un axe vertical. Il est
aux anabolisants ? conçu par son fabricant pour un public âgé de plus de 12 ans. Cette limite
d’âge était d’ailleurs bien signalée à proximité du lieu de l’accident par deux
panneaux : l’un réservait l’usage de l’aire de jeux dans son ensemble aux

NON Dans cette affaire, M. B,


licencié de la Fédéra-
tion française de kickboxing, muay thaï,
enfants de plus de 12 ans et l’autre indiquait le mode et les restrictions d’em-
ploi du Turnfly lui-même. Mais, en autorisant CA à utiliser cet équipement
alors qu’elle n’était âgée que de 11 ans, son accompagnateur a commis une
avait fait l’objet d’un contrôle antido- faute d’imprudence qui révèle un défaut dans le fonctionnement du service,
page à l’occasion d’une manifestation et est de nature à engager la responsabilité de la commune de Nieul-sur-Mer.
sportive à Saint-Étienne. Source : cour administrative d’appel de Bordeaux, 11 octobre 2018.
Or, l’analyse effectuée avait fait ressor-
tir la présence dans ses urines de diffé-
rentes substances appartenant à la
classe des cannabinoïdes ou des agents
anabolisants. L’Agence française de lutte
Si un enfant se blesse en utilisant
contre le dopage (AFLD) l’avait alors un Body Dips installé dans un jardin
condamné à une interdiction de compé-
tition de quatre ans, et à 2000 euros public, le maire est-il responsable ?
d’amende. Mais M. B avait alors intenté
un recours devant le Conseil d’État. Il
soutenait que  les dispositions réglemen-
taires du code du sport n’assureraient
OUI, si aucun panneau d’affichage n’indique les risques de cet appa-
reil pour les enfants. Un enfant de 11 ans a été victime d’un acci-
dent alors qu’il utilisait un appareil dénommé Body Dips installé dans l’aire
pas une séparation des autorités de de remise en forme du parc communal Watteau à Nogent-sur-Marne (Val-
poursuite, d’instruction et de sanction de-Marne). Le Body Dips consiste en un appareillage de barres métalliques
de nature à assurer le respect du prin- scellées au sol permettant à l’utilisateur de faire travailler, par des mouve-
cipe d’impartialité. Plus précisément, la ments de flexion, les muscles du bras. Or, la notice de
possibilité donnée à l’AFLD de pronon- l’appareil indique qu’il est « destiné aux adultes mesu-
cer des sanctions méconnaîtrait les prin- rant plus de 1,40 mètre » et qu’il ne saurait être regardé
cipes d’indépendance et d’impartia- comme un équipement de jeux pour enfants. Dès lors,
lité. Mais le Conseil d’État, après avoir le panneau d’affichage qui se bornait à indiquer que l’uti-
rappelé la procédure de sanction et les lisateur devait mesurer plus de 1,40 mètre sans faire état
garanties qu’elle contient en termes de d’une condition d’âge était insuffisant. La responsabilité
protection des droits, conclut que l’AFLD du maire est donc engagée pour défaut d’entretien nor-
ne saurait être jugée impartiale. mal de l’ouvrage public. Depuis l’accident, le maire de
Source : Conseil d’État, 12 octobre 2018. Nogent-sur-Marne a modifié les mentions du panneau
©Alen Ajan - stock.adobe.com

d’affichage qui précise désormais que l’appareil est inter-


dit aux mineurs de 14 ans. Dans d’autres communes, les
maires ont fait apposer des panneaux avec une mention
identique.
Source : cour administrative d’appel de Paris, 25 septembre 2018.

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 21


Initiatives fédérales

Le handball pense
le coup d’après
Victoires sportives, hausse du nombre de licenciés,
et maintenant nouveau siège. À la Fédération française
de handball, tous les indicateurs sont au vert.
Mais les responsables veulent faire encore plus pour préparer
l’avenir. Leur nouveau siège concrétise ces ambitions.

D
ès l’entrée dans la maison du handball, ce qui marque Anticiper
c’est d’abord sa fonctionnalité. Rien de luxueux dans De fait, depuis la victoire des Chiffres clés
cet ensemble de 14 000 m2 où chaque espace a sa « Barjots » en 1995, le handball,
- 550 000 licenciés en 2017
destination, voire plusieurs car reconfigurable en fonction masculin et féminin, nous a
(210 000 en 2000).
des besoins. habitués aux sommets. Paral- - 2 400 clubs.
lèlement, les effectifs de licen- - Pratiques handball :
Irriguer ciés ont plus que doublé babyhand, hand 1er pas,
Pour le président de la Fédération française de handball (207 000 en 1995 – 550 000 minihand, hand à 4, hand
à 7, handfit, handensemble,
(FFHB), Joël Delplanque, « la maison du handball est dédiée à en 2017). À quoi peut-on aspirer
sandball, beach handball,
la communauté du handball. Ce n’est pas seulement un centre quand on semble tout avoir ? hand loisir.
technique ou un siège administratif. Y viendront aussi toutes La réponse pourrait bien être - Maison du handball :
les handballeuses et tous les handballeurs pour se former ou dans cette capacité de la fédéra- 14 000 m2 bâtis, 2 terrains
accéder à l’espace muséographique, la presse, nos partenaires tion à penser « le coup d’après ». couverts d’entraînement
et de compétition, 144 lits,
qui bénéficieront d’espaces pour développer leurs activités ». L’augmentation du nombre des
2 restaurants et des
Un programme qui diffère d’autres centres fédéraux comme licenciés ? « Nous devons anti- espaces de détente
Clairefontaine (football) ou Marcoussis (rugby). « Nous avons ciper une probable inflexion privatisables, 1 auditorium
douze équipes nationales qui tournent 60 jours par an dans le de la courbe de croissance de de 300 places, de nombreux
monde entier. Nous essayerons d’être le plus souvent possible nos effectifs, ne serait-ce qu’à espaces de réunion
modulables, un espace
dans la maison du handball, mais nous ne pouvions tout y cause de la saturation des équi-
muséographique et
concentrer et cela ne correspondait pas à notre vision  du haut pements », analyse ­Nathalie de documentation, des
niveau. L’excellence sportive handball doit être partout et irri- Delord, chargée de mission bureaux qui permettent
guer tous les territoires », justifie Philippe Bana, le directeur développement. « Pour cela, de rassembler l’ensemble
technique national, ajoutant « si la maison du handball a une nous devons être capables de des services fédéraux.
- Fédération française
envergure nationale et internationale, elle s’inscrit aussi dans parler handball avec tous les
de handball, 1 rue Daniel
son territoire. Ainsi pour le médical, nous avons tenu compte publics et sortir des gymnases Constantini, 94046 Créteil,
de la proximité de l’hôpital Henri-Mondor et du service médi- et des terrains standardisés ». 01 56 70 72 72,
cal de l’Insep pour calibrer nos installations médicales ». Comme d’autres fédérations, la www.ff-handball.org
FFHB s’est ainsi engagée dans
une déclinaison de ses activi-
tés en fonction des publics et/ou des enjeux. Mais « en respec-
tant les fondamentaux du handball  : jouer sur deux buts, viser
une cible, alterner rapidement des situations d’attaque et de
« Le sport ne peut pas défense » dont le handball à 4 est une bonne illustration.

être partout et nulle Éduquer


part. Le club doit rester Au handball, la dimension éducative n’est pas seulement
un argument marketing. En témoigne l’organisation début
la cellule de base. » novembre d’un colloque « Élève handballeur, citoyen 2024 »
©Studio JCD

Joël Delplanque, président de la Fédération ouvert à tous les acteurs du handball à l’école avec pour objec-
française de handball tif de définir un parcours de formation intégrant la pratique du

22 Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018


©Dziurek - stock.adobe.com

handball en milieu scolaire contribuant à la formation du qu’elle sait qui elle est, où elle est et où elle veut aller, la FFHB
citoyen de demain. «  Au-delà de la volonté d’être plus perfor- semble prête à assumer ces nouveaux défis.
mant dans les compétitions dans lesquelles nous sommes
engagés, notre ambition est de contribuer à la formation Denis Cheminade | denischeminade@gmail.com
de jeunes citoyens capables d’exercer leur esprit critique »,
indique Pascale Jeannin, membre du CA. Autre exemple
avec le babyhand (3 à 5 ans). Les parents sont invités à venir
jouer avec leurs enfants. Ce « faire ensemble » participe à la La maison du handball
construction de l’enfant et au resserrement des liens fami-
liaux autour d’un programme éducatif qui dépasse la seule La maison du handball est installée à Créteil sur un terrain
mis à disposition par la ville dans le cadre d’un bail emphytéotique.
motricité. Handicap, socialisation, santé, loisir, tous les enjeux La construction a été confiée à Eiffage Construction et ses
du sport sont développés dans les mêmes perspectives spor- deux cocontractants : ID Verde (voiries et réseaux) et Dalkia
tives et éducatives. Avec un objectif déclaré : les 700 000 (maintenance des bâtiments). Après appel d’offres, la gestion
licenciés, puis le million. Cible prioritaire  : les jeunes qui font de la partie hébergement (144 lits, 2 restaurants) a été confiée
du handball le premier sport scolaire avec 205 000 licen- à Eurest. « Cette méthode nous permet de bénéficier
de l’expérience des contractants habitués de cette gestion
ciés UNSS. 7 sur 7 et de tenir les coûts. Et comme nous bénéficions
des retours d’expérience de Marcoussis et Clairefontaine,
Innover cela nous permet d’être toujours en anticipation »,
En marge de l’Euro féminin de handball de décembre 2018 qui explique Michel Jacquet, directeur général de la fédération.
aura lieu à Paris, la maison du handball accueillera l’école inter- L’équipement abrite un pôle administratif avec les sièges
de la fédération et de la ligue Ile-de-France, un pôle formation
nationale des entraîneurs, « l’université pensante, permanente et emploi pour l’institut de formation du handball et le pôle
du handball mondial ». Pendant quatre jours, 300 encadrants sportif d’excellence francilien, un pôle congrès et séminaire,
bénévoles comme professionnels pourront se construire un et un pôle sportif/santé autour de la performance sportive.
parcours de formation sur mesure en participant à des sémi- Il regroupe tout ce qui se fait de mieux en matière de captation
naires, conférences, tables rondes, témoignages, entraîne- audio et vidéo avec ses caméras HD, sa salle d’analyse vidéo,
des équipements dernière génération pour les salles de réunion,
ments autour des thématiques « innovation », « spectacle », des écrans géants dans les salles de sport et notamment
« performance ». L’édition 2018 innove pour répondre à une « un écran led de 10 m x 3 m, de haute définition, pouvant recevoir
nouvelle demande autour de la dimension économique trois flux vidéo simultanés dans l’auditorium dont il n’existe que
du handball et des pratiques innovantes dans le sport. Elle deux exemplaires en France », selon Michel Jacquet. Construit
permettra de mettre en relation les fournisseurs et les parte- dans le cadre d’une démarche environnementale et sociale, le
bâtiment sobre énergétiquement (- 12 % par rapport à la RT 2012),
naires du handball avec les clubs et fédérations étrangères matériaux responsables produits localement, toiture végétalisée
autour de multiples thématiques : événementiel, santé, inno- et traitement des eaux de pluies sur le principe du « zéro rejet »,
vations technologiques, équipements… « Au moment où tout 12 000 heures travaillées dans le cadre de dispositifs d’insertion.
bouge dans le sport, les fédérations doivent montrer qu’elles La maison du handball est le premier équipement sportif à avoir
sont capables de gérer leur sport. On a beau avoir coché toutes été récompensé d’un BIM d’or. Pour le directeur, « la maquette
numérique est très utile pour tout ce qui concerne la visualisation
les cases, on doit toujours faire plus », conclut le DTN qui en phase de conception. Cela n’a pas toujours permis d’anticiper
partage les préoccupations de son président. «  Le sport ne peut les problèmes », en particulier parce que toutes les entreprises
pas être partout et nulle part. Le club doit rester la cellule de ont des niveaux différents variés de maîtrise des outils
base », soulignant ainsi les dangers d’une gouvernance éparse et des nouvelles méthodes de conduite des chantiers.
et éclatée et d’un affaiblissement du modèle associatif. Parce

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 23


Politiques sportives

En Occitanie, le sport
ce sont aussi des métiers
Les régions tâtonnent parfois pour trouver leur place
dans le sport. L’Occitanie a choisi d’en faire un axe de travail
prioritaire en lien avec deux compétences « lourdes » :
le développement économique et la formation. C’est ainsi
qu’est né en septembre 2018 le CFA Sport-Occitanie.

U
nique en son genre, Sport Occitanie est le fruit de la actuellement vingt sites. À terme, il faut imaginer que chaque
fusion du CFA sport de Toulouse, créé en 1999 et porté territoire aura son propre CFA, particulièrement là où se trouve
par le Creps de Toulouse, et du CFA sport Méditerra- un potentiel d’emplois. Des formations pourront par exemple
née, créé en 2008 à l’initiative du Creps de Montpellier et du être créées sur les départements pyrénéens pour permettre
monde sportif. Le nouveau venu se positionne désormais au aux jeunes de s’insérer dans la vie active comme accompa-
troisième rang, sur dix-neuf, des CFA des métiers du sport et de gnateurs de moyenne montagne. Car dans l’esprit des promo-
l’animation en France. Surtout, il permet de placer le sport au teurs du CFA Sport Occitanie, qui dit apprentissage dit emploi  !
cœur de la double ambition du conseil régional  : le développe-
ment de l’apprentissage et de l’économie touristique. Les Creps au cœur du dispositif
Pour nourrir cette ambition, le conseil régional a choisi de s’ap-
Une croissance annuelle de 8 % puyer en priorité sur des ressources locales en exploitant par
En termes d’apprentissage, l’Occitanie affichait au 1er janvier exemple des bâtiments communaux en partenariat avec les
dernier un effectif de 36 500 apprentis, toutes filières confon- municipalités, à l’image de ce qu’il réalise déjà avec l’école régio-
dues, pour une croissance annuelle de 8 %, le tout avec un nale du numérique. Mais les Creps, qui en 2017 accueillaient les
budget de 143 millions d’euros. Dans ce paysage, le sport contri- deux tiers des effectifs des apprentis aux métiers du sport en
bue largement à la dynamique. Les effectifs cumulés des deux Occitanie, demeurent bien évidemment au cœur du disposi-
CFA de Toulouse et Montpellier atteignaient 232 apprentis en tif. Alors qu’une partie de la gestion de ces centres est déléguée
2016 puis 312 en 2017. Ils s’établissent désormais à 450 au sein aux régions depuis 2017, l’Occitanie a été l’une des premières à
de la nouvelle structure. Quant aux heures de formation, elles prendre le tournant même si cela allait coûter cher alors que
sont passées de 72 000 en 2016, à 100 000 en 2017, et ont l’État n’avait peut-être pas joué pleinement son rôle en termes
atteint cette année 140 000, soit un doublement en deux ans. d’investissements dans les infrastructures depuis plusieurs
Le développement économique de la filière des métiers du années. La région a donc immédiatement mis la main à la
sport touche d’abord le tourisme, deuxième secteur écono- poche. À Toulouse, en quelques semaines seulement, un
mique de la région. Ici, ce sont les activités de pleine nature plan d’investissement de 10 millions d’euros a été validé pour
qui sont visées, tant en montagne qu’en bord de mer, mais
aussi les nouvelles pratiques liées au sport-santé. Des besoins
ont ainsi été identifiés et reliés au potentiel de la région. Là où Chiffres clés
existaient des vocations, le conseil régional a mis sur pied les
formations manquantes. Ce sont plus de cinquante cursus, - Budget sport de la région (et part dans le budget global) :
tous niveaux de diplômes confondus, qui sont aujourd’hui 23 M€ en 2018 (1 % du budget global).
-N  ombre d’agents du service sport de la région : 19.
proposés aux apprentis. -B  udget dédié au CFA du sport : près de 730 000 €.
-N  ombre de sites dédiés au CFA du sport : 20 sites.
Mailler les treize départements - Nombre de stagiaires accueillis (dernier exercice connu) :
L’une des particularités du développement du CFA Sport près de 140 000 heures de formation dispensées à
Occitanie réside en outre dans le déploiement d’une offre de 450 apprentis par an (3e CFA des métiers du sport et de
l’animation de France, qui en compte 19).
nouvelles formations sur tout le territoire. L’un des objectifs - Nombre de diplômes préparés : près de 60 formations
est en effet de mailler les treize départements et de former les ouvertes à l’apprentissage pour former aux métiers du sport
gens là où ils se trouvent. Alors que les formations sont restées et de l’animation en Occitanie.
longtemps très concentrées dans les deux métropoles, il existe

24 Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018


moderniser l’offre d’hébergement du Creps. Et en l’espace d’un Pour y parvenir, un important travail de communication a
an, l’investissement atteignait 20 millions pour les sites de Font été entrepris. La région met désormais en avant la capacité
Romeu et Toulouse. des Creps à former, à accompagner et à accueillir. Les trois
centres jouent ainsi la cohérence et ont, pour la première fois,
Une seule porte d’entrée créé une documentation partagée. Plus globalement, la créa-
Les Creps jouent donc plus que jamais un rôle essentiel : tion d’un seul CFA du sport en Occitanie permet de proposer
préparer et accompagner le travail réalisé sur la forma- une seule porte d’entrée, une seule boîte à outils et une seule
tion grâce à une expertise développée au contact direct du banque de ressources aux personnes qui recherchent une
mouvement sportif et des athlètes. Ils constituent un pôle formation. Cela a aussi un impact symbolique fort qui contri-
ressources pour la région avec laquelle ils travaillent main bue à marquer les contours d’une région qui compte à peine
dans la main. Cette efficacité se met aujourd’hui au service trois ans d’existence.
d’un objectif porté par le vice-président chargé du sport :
doubler le nombre d’apprentis dans les métiers du sport. Jean Damien Lesay

3 questions à ...

Kamel Chibli,
vice-président
de la région Occitanie,
chargé de l’éducation,
du sport et
©E.Grimault

de la jeunesse

«Nous ne sommes
pas sur une logique
de court terme »
© ©Africa Studio - stock.adobe.com

Dès l’attribution des Jeux


olympiques 2024 à Paris,
l’Occitanie a affiché son
ambition d’accueillir des
délégations en préparation.
Pourquoi ?
Notre ambition est de participer à la recensé les sites potentiels, discipline par en soi. Nous voulons profiter
grande fête du sport qui aura lieu en France discipline, en précisant à chaque fois s’ils de cette opportunité pour valoriser
en 2024, en démontrant que la grande doivent être améliorés ou développés. et améliorer nos infrastructures
région Occitanie est une terre propice à la Il n’y aura pas de création sauf dans les cas dans les treize départements de la région
préparation olympique et à la formation où des projets antérieurs existaient, comme pour la pratique du sport par nos jeunes
des sportifs. Il s’agit aussi de préparer la à Nîmes avec la création d’une énormissime les plus performants. Cela va de pair
génération 2024. Nos atouts sont d’abord [sic] salle de sport de combat. Parmi avec l’amélioration de la formation
nos athlètes, qui sont de véritables les sites déjà identifiés : le pôle France et de l’encadrement dans nos structures.
ambassadeurs, à l’image de Martin d’escrime, à Tarbes, qui a marqué ce sport Nous rechercherons donc la labellisation
Fourcade, Perrine Laffont et même Kevin au plan mondial ; le tir à l’arc, à Nîmes, du Cojo [comité d’organisation des Jeux
Mayer, désormais installé à Montpellier, où s’entraîne un médaillé olympique ; olympiques], en complément d’un grand
mais aussi nos sites que l’on améliore, que l’escalade autour de Millau, en Aveyron ; projet d’accompagnement des sites que
l’on modernise et qui répondent à l’attente La Grande-Motte pour la voile ; et bien sûr l’on aura identifiés. Et bien entendu,
des sportifs. un nouveau bassin olympique ainsi qu’une l’accompagnement de la région sera
piste d’athlétisme qui sera totalement significatif.
Quel dispositif avez-vous rénovée à Font Romeu.
mis en place pour proposer
la meilleure offre aux L’opération Occitanie
délégations ? Ambition 2024 s’intègre-t-elle
Nous travaillons avec les départements, dans un plan plus large ?
les agglomérations et les métropoles pour Oui, nous ne sommes pas sur une logique
unir nos forces. Depuis un an, nous avons de court terme. Les JO ne sont pas une fin

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 25


Collection
PRESSES UNIVERSITAIRES DU SPORT • Une collection qui vise à renforcer les compétences

Sport Santé Bien-Être


Enjeux et pratiques pour les territoires
Par Frédéric Depiesse, praticien hospitalier au CHU de Martinique, spécialiste en Médecine physique et réadaptation
et en médecine du sport
Marie-Cécile Doha, cheffe adjointe du Pôle Sport de la DRDJSCS Auvergne-Rhône-Alpes
Bruno Taiana, président délégué de Sports et Territoires, directeur des sports de la Ville de Bourgoin-Jallieu

Les projets Sport Santé Bien Être se développent de


plus en plus au sein des collectivités territoriales. Les
bienfaits d’une activité physique régulière, adaptée,
sécurisée et progressive concernent tous les publics sur
tous les territoires.
Cet ouvrage s’adresse aux collectivités et à tous les ceux
qui souhaitent agir pour la santé via l’activité physique
et sportive. Il donne tous les éléments à prendre en
compte dans le montage de projets sport santé bien-
être pour optimiser la mise en œuvre sur le terrain. Basé
sur des retours d’expériences, il permet de mettre la
dimension Sport santé bien-être au cœur d’un véritable
Nouveau projet de développement local.

Un guide opérationnel pour mettre


en place des projets Sport Santé Bien-Être

De nombreux retours d’expériences


issus de collectivités

Réf. PUS 90 Nos engagements Commande Contact


Parution septembre 2018 • Envoi en colissimo suivi • Courrier : • Tél. : 04 76 65 87 17
• Version papier : • Commande expédiée sous 48 h Territorial Editions (du lundi au vendredi
45 € TTC • Paiement en ligne sécurisé CS 40215 de 9 h à 12 h et
• Version numérique (PDF) : • Possibilités de paiement : 38516 Voiron Cedex de 13 h 30 à 17 h 30)
35 € TTC (à commander sur - réservé aux administrations • Fax : 04 76 05 01 63 • SAV : service-client-
www.lagazetteboutique.fr) et collectivités : mandat • Email : vpc@territorial.fr editions@territorial.fr
TVA en vigueur administratif • Web : www.lagazetteboutique.fr • Rejoignez-nous sur
- pour les particuliers : facebook.com/
carte bancaire, chèque… territorial.editions

www.territorial-editions.fr
des acteurs du sport en partageant ses savoir-faire, les bonnes pratiques, les actions innovantes…
©panya7 - stock.adobe.com

Interview de Bruno Taiana,


président délégué de Sports et Territoires, directeur des sports
de la ville de Bourgoin-Jallieu, co-auteur de Sport Santé Bien-Être.

On ne se bouge pas comme il faut, quel que soit l’âge


Quels sont les principaux enjeux faut pouvoir compter sur des personnes disponibles et
du sport santé bien-être ? intéressées, faire circuler l’information, assurer la mise
en œuvre du projet.
Toutes les études montrent les bienfaits d’une
pratique régulière et durable sur la santé. Or, nous Que répondre aux critiques qui en font
sommes passés à moins d’une heure d’activité un outil idéologique de productivité
physique hebdomadaire contre plus de 10 au début et d’efficacité d’une société libérale ?
des années 50 ! Les capacités cardiaques des jeunes
diminuent, le temps passé devant les écrans augmente, L’une des difficultés réside dans les évaluations. Nous
le nombre de personnes en surpoids s’accroît. La France sommes d’ailleurs en réflexion pour envisager de revenir
a l’une des plus grandes espérances de vie d’Europe vers les contributeurs de l’ouvrage afin de faire un point
mais quand on parle d’espérance de vie sans incapacité, en toute objectivité. Certaines expériences ont déjà bien
on redescend dans le classement. On sait donc mais on pensé l’évaluation. Pour d’autres, cela reste encore à
ne se bouge pas comme il faut et ce quel que soit l’âge. creuser. L’outil « Roue de Deming » (planifier, développer,
contrôler, ajuster) me semble intéressant. Il faut aussi
Quel peut être le rôle des territoires ? se poser la question de la pérennisation à moyen et
long terme des actions. Quant aux critiques, je renvoie
Il faut d’abord un partenariat avec le monde de la santé à la définition même de la santé qui vise le physique,
afin de créer les passerelles favorables à la mise en le mental et le social. Il paraît réducteur de qualifier le
œuvre d’actions promouvant les APS auprès des publics. SSBE d’outil idéologique. Évidemment, l’activité physique
Mais cela ne suffit pas : le partenariat doit se construire n’est pas la seule à favoriser la santé de la population.
en cohérence avec le projet du territoire, ses enjeux et Il ne s’agit pas de laisser tomber le reste (l’ergonomie,
ses objectifs, les publics visés. Il faut être capable de l’alimentation...). Les collectivités sont d’ailleurs souvent
travailler en transversal : le service des sports, le CCAS, vigilantes à lier leurs actions à un objectif de réduction
le service communication, les services techniques (voirie des inégalités de santé et pour ce faire ciblent des
par exemple)... doivent se fédérer. Ce n’est pas facile. Il publics fragilisés socialement.

www.territorial-editions.fr
Appréhendez les évolutions
et les politiques sportives

• Les nouvelles tendances en matière d’équipements sportifs, les aménagement in et outdoor, les solutions,
pour gérer mieux et à moindre coût

• Les politiques sportives, les partenariats entre les milieux sportifs et les collectivités, les nouvelles pratiques,
pour vous aider à développer le sport dans vos territoires

• Le point sur la réglementation, les subventions aux clubs, les normes et agréments
pour approfondir vos connaissances

Votre mensuel de référence L’accès à l’intégralité du site La newsletter hebdomadaire


aux formats papier mis à jour pour une compilation
et numérique quotidiennement de l’actu

PZ170125
BULLETIN D’ABONNEMENT À RETOURNER À :
Territorial – 58 cours Becquart-Castelbon - CS 40215 - 38516 Voiron Cedex Abonnez-vous en ligne sur
www.acteursdusport.fr
Tél. : 04 76 65 93 78 - Fax : 04 76 05 01 63 - abonnement@territorial.fr

Oui je souhaite m’abonner à Acteurs du sport pendant Nom : .....................................................................................


1 an et profiter de l’accès aux services en ligne Prénom : ...............................................................................
■ Abonnement administratif et sociétés Collectivité : .........................................................................
privées : 129 E Fonction : ..............................................................................
■ Abonnement personnel (chèque joint) : 85 E Adresse : ...............................................................................
.................................................................................................
Code postal : ........................................................................
Ville : ......................................................................................
Participation aux frais d’expédition en sus pour les DOM-TOM et l’étranger : Tél. : ........................................................................................
10 E
E-mail : ..................................................................................
*Offre valable jusqu’au 31/01/2019

Règlement, en faveur de Territorial SAS, par chèque bancaire (obligatoire pour les accès en ligne)
ou mandat administratif après réception de la facture.
RIB : CIC Crédit Industriel et Commercial - Code banque : 30066 -
Code guichet : 10949 - N° compte : 00020062001 - Clé RIB :
26 - Cachet et
IBAN : FR76 3006 6109 4900 0200 6200 126 - BIC (Bank signature
Identifier Code) : CMCIFRPP - N° SIRET : 404 926 958 00020 - (obligatoire)
Code APE : 5813Z
Métier

DR
« L’égalité femmes-hommes dans l’entreprise
peut également passer par les valeurs du sport »
Quels sont les principaux Carole Depuis 2016 : conseillère technique
fédérale de la Ligue Grand Est. dans les chaînes d’hôtels, auprès des
attendus de votre fonction  ? Bretteville, 2011-2016 : représentante CNOSF
femmes de chambres, des formations
European Women and Sport (EWS).
conseillère
La Fédération française du sport d’entre- technique fédérale 2009-2017 : présidente de la au réveil musculaire avant leur prise
du sport en commission femmes et sport FFSE.
prise (FFSE) a pour objectif d’assurer un de poste. L’idée est de transférer des
entreprise 2013-2017 : représentante EWS à
ancrage territorial des structures décon- APES (Conseil de l’Europe). compétences du sport dans le domaine
centrées, ligues et comités départemen- 2014 : présidente de Femix Sport de l’entreprise pour la recherche de la
Alsace.
taux, comme acteur du sport en entre- 2005 : élue au CDSE67, vice- performance à tous les niveaux. J’ap-
prise. J’ai pour mission d’accompagner présidente de la Ligue Alsace FFSE. porte également mon soutien à toute
la structuration fédérale au niveau local, manifestation sportive susceptible de
régional ou départemental, par la mise Comment cela se concrétise-t-il contribuer au développement et à la
en œuvre de la politique fédérale. Le au quotidien  ? structure territoriale de la fédération.
conseiller technique œuvre particuliè- J’interviens auprès des comités dépar-
rement pour rapprocher du sport d’en- tementaux ou des amicales sportives Cela s’inscrit-il dans le cadre
treprise les publics qui sont le plus éloi- d’entreprises de la région Grand Est pour d’une mission nationale sur le
gnés de la pratique  (jeunes en recherche les aider à mettre en place des actions. sport féminin en entreprise  ?
d’emploi et en quartier prioritaire, popu- Le dispositif « Les Fées du sport », par La dimension nationale consiste à
lations féminines…). Il s’appuie pour cela exemple, vise à favoriser et encoura- fédérer les ligues et les comités dans
sur le plan de la féminisation, le disposi- ger des pratiques sportives féminines la conduite d’une politique d’approche
tif fédéral « Courons vers l’emploi », et la adaptées dans le cadre périprofession- intégrée du genre. Je les aide à identi-
qualité de vie au travail par la pratique nel, dans un esprit de tolérance et de fier des futures dirigeantes en adaptant
des activités physiques et sportives. Il proximité. Je peux aussi intervenir dans leur offre de pratique sportive aux sala-
anime un réseau de référents territo- la formation d’acteurs territoriaux ou riées. L’égalité femmes-hommes dans
riaux aux statuts divers (salariés, béné- de salariés d’entreprises. Je suis ainsi l’entreprise peut passer également par
voles, volontaires, stagiaires) et inter- intervenue auprès de commerciaux les valeurs du sport, outils de perfor-
vient en coordination avec l’ensemble d’AG2R La Mondiale pour les former mance collective par la mixité.
des salariés de la fédération et le réseau sur un discours novateur auprès des
des partenaires. salariés, ou encore pour développer Jacques Vergnes | jvergnes@maregionsud.fr

LA FORCE DU RÉSEAU
Bulletin d’adhésion
L’association « Sports et Territoires » re- Je soussigné(e) :
groupe des professionnels du sport et des Nom : ................................................................................................ Prénom : ......................................................................
collectivités locales qui veulent réfléchir Adresse : ..................................................................................................................................................................................................
ensemble à leurs pratiques et partager des Code postal : ............................................ Ville : ................................................................................................................
expériences innovantes. Tél. : .............................................................................. E-mail : ...............................................................................................
L’adhésion (gratuite) permet de participer à Déclare vouloir adhérer à l’association Sports et Territoires.
des journées thématiques et de bénéficier de
l’expertise du réseau. Fait à : ....................... le : ............................................ Signature
 
Bulletin à renvoyer par email à sports.territoires@gmail.com ou par courrier à :
Pour nous contacter : sports.territoires@gmail.com Sports et territoires, Direction des sports, 2 rue Saint-Urbain, 67000 Strasbourg.

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 29


La revue de presse Chers lecteurs, chaque mois, nous vous proposons un supplément de 4 pages, composé
de Territorial d’articles sélectionnés dans les autres titres du Groupe Territorial. Notre objectif :
vous être toujours plus utile, en vous faisant découvrir la richesse de tous nos magazines.

Qui es-tu bénévole ?


La dernière étude sur le bénévolat associatif, réalisée par un universitaire
de Nantes, a le mérite d’aller au-delà d’un simple comptage.
Si quasiment un Français sur deux est concerné, le niveau d’engagement
est très différent selon la durée, le niveau d’étude et la catégorie
socioprofessionnelle. L’enquête relativise aussi les discours sur la « crise »
du bénévolat et la prédominance des « nouvelles formes d’engagement ».

L
a statistique publique ne s’est il n’en demeure pas moins que le lieu Groupe sélectif
pas beaucoup penchée sur le privilégié de l’action bénévole reste Qu’est-ce qui fait un bénévole ? L’héritage
bénévolat. Les deux dernières l’association. Plus de 90 % des béné- d’abord : « La propension à participer au
enquêtes menées sur le sujet l’ont été voles exercent en effet leurs activités bénévolat est plus forte chez celles et
par l’Insee en 2002 et par la Direction dans une association, qu’ils en soient ceux qui, lorsqu’ils étaient adolescents,
de la recherche, des études, de l’éva- membres ou non. Ce chiffre est moins avaient un parent au moins bénévole »
luation et des statistiques du minis- massif lorsqu’on regarde non plus le explique Lionel Prouteau. Sans atavisme
tère des Affaires sociales et de la Santé nombre de bénévoles, mais le nombre familial, on ne compte que 37 % de béné-
en 2010. Le centre de recherche sur de participations bénévoles, selon que voles ; avec, on monte à 59 % ! « Ce résul-
les associations apporte donc, avec le celles-ci sont régulières ou occasion- tat, précise le chercheur, met l’accent
concours de l’institut de sondage CSA, nelles. 52 % des participations béné- sur l’importance de la socialisation fami-
un regard plus récent sur le phéno- voles sont en effet déclarées comme liale dans la propension à s’engager. »
mène, puisque l’enquête a été menée étant occasionnelles. C’est le cas de Un phénomène qui se conjugue avec
en juin 2017 sur un échantillon repré- 80 % des participations de personnes les origines socioprofessionnelles des
sentatif de 5 039 personnes de 18 ans non adhérentes à une association ou personnes. Et c’est sans doute là que le
et plus. réalisées dans un organisme non asso- bât blesse et que le monde associatif
ciatif. Dans une association, en tant doit se sentir vivement interrogé. Corro-
43 % des Français qu’adhérent, elles tombent à 40 %. Logi- borant les chiffres récents de Viviane
Comme toute bonne étude sur le quement, les participations régulières Tchernonog­qui montrent une accentua-
sujet, Lionel Prouteau a d’abord voulu sont à peine de 20 % hors associations tion de la fracture sociale dans le bénévo-
évaluer le nombre de bénévoles en et de presque 60 % lorsqu’on est adhé- lat, ceux de Lionel Prouteau enfoncent
France. D’après ses résultats, le béné- rent d’une association. le clou : 36 % des personnes non diplô-
volat touche 43 % des Français, un
chiffre en forte hausse par rapport
aux enquêtes précédentes puisqu’il
n’était que de 28 % selon l’enquête de
2002 et de 32 % selon celle de 2010.
On serait ainsi passé de 12,5 millions
de bénévoles il y a 15 ans à presque
22 millions aujourd’hui. Une progres-
sion de + 43 % en 15 ans (soit + 2,8 %
chaque année) qui n’a rien d’aberrant
puisque, dans sa dernière enquête
sur le Paysage associatif français,
Viviane Tchernonog note pour sa
part une progression, au cours des
six dernières années seulement, de
+ 4 %. Confirmation est donc donnée :
contrairement à une idée reçue, le
bénévolat se porte plutôt bien et
séduit de plus en plus de personnes.

L’association d’abord
Si le bénévolat peut se vivre de
manière informelle et non organisée,

30 Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018


Article extrait de la revue
AME
n° 203 - Novembre 2018

mées ou détentrices d’un CAP ou d’un (membres du bureau des associations). dit le chercheur en pointant que 45 %
BEP s’engagent, contre 46 % des bache- « Les bénévoles exerçant des respon- des participations bénévoles ont au
liers et 55 % des diplômés de l’enseigne- sabilités constituent un groupe sélec- moins cinq ans d’ancienneté et plus
ment supérieur. La règle se vérifie dans tif. On constate, tout particulièrement d’un quart au minimum dix ans. « Si
tous les secteurs à l’exception des béné- pour les présidents, une surreprésen- l’on ajoute à cela que les participations
volats sportifs et de loisirs, plus égali- tation des hommes (61 %), des seniors ont une durée annuelle moyenne plus
taires. Cette inégalité s’accentue lors- (63 % ont plus de 55 ans) mais aussi des élevée lorsqu’elles ont une ancienneté
qu’on s’intéresse aux seuls responsables cadres supérieurs et des indépendants de cinq ans et plus, on conviendra que
non agricoles. » « l’engagement timbre » n’a pas disparu. »
Une manière de relativiser des discours
Durées de bénévolat : Post-it et timbre récurrents sur la « crise » du bénévo-
quelques chiffres clés L’étude montre néanmoins une grande lat et la prédominance des « nouvelles
diversité de types d’engagement qui, formes d’engagement ».
• 34,3 % des bénévoles s’engagent plus selon le chercheur, ne permet guère
de 90 heures par an et assurent à eux
de dresser le portrait-robot du béné- Michel Lulek
seuls 82,5 %
du volume de bénévolat. vole. « À l’instar du Français moyen, très En savoir plus :
• 36,3 % des bénévoles s’engagent peu parmi les intéressés s’y reconnaî- « Le bénévolat en France en 2017,
moins de 18 heures par an traient. » De même, il relativise la dicho- état des lieux et tendances », dirigé
et ne réalisent que 2,7 % tomie souvent mise en avant entre un par Lionel Prouteau, octobre 2018,
du volume de bénévolat. consultable sur le site fonda.asso.fr
bénévolat « post-it » ponctuel et volatil,
• 25,7 % des bénévoles s’engagent
moins de 6 heures et 11,4 % plus de et un « engagement timbre » de longue
144 heures. durée. « Le bénévolat post-it est une
réalité mais il n’est pas hégémonique »

Stéphanie Andrieux, fondatrice et directrice de Benenova


Le bénévolat peut faire peur »
©Benenova

Y a-t-il une « fracture sociale » Comment lutter contre ? Y a-t-il d’autres facteurs
au sein du bénévolat ? Nous avons par exemple mis en excluants ?
Oui, c’est une réalité palpable et qui est œuvre des programmes spécifiques Oui, le bénévolat peut faire peur : peur de ne
inquiétante : l’engagement bénévole est pour faciliter et accompagner pas avoir le temps pour un engagement, peur
à notre avis un outil sans pareil pour l’engagement de personnes dites de ne pas avoir les compétences, peur de ne
« faire société », c’est-à-dire rassembler « éloignées de l’engagement », pas être accepté dans une équipe. Il nous paraît
des personnes d’horizons différents notamment en raison de leur situation important de continuer à travailler sur tout ce
autour d’enjeux communs pour œuvrer sociale. Nous travaillons avec des qui facilite le premier pas vers l’engagement… en
ensemble à un avenir meilleur. Réduire centres d’hébergement qui nous faisant en sorte que ce premier pas soit tellement
cette fracture sociale de l’engagement ont contactés car les personnes réussi que le nouveau bénévole n’ait qu’une
est un véritable enjeu de société. C’est accueillies souhaitaient devenir hâte : recommencer. Cependant, alors qu’il est
pour cela que Benenova ne propose bénévoles, afin de retrouver une demandé de plus en plus de professionalisation
que des actions solidaires collectives. posture de « participant ». Il s’agit des associations et donc de leurs bénévoles,
C’est un point essentiel du format d’informer, de mettre en place des l’objectif d’inclusion citoyenne peut passer au
d’engagement que nous développons. formations à l’outil numérique, d’être second rang des préoccupations des acteurs
En effet, au-delà de l’impact généré par présents pour rassurer et accueillir associatifs, soumis à des enjeux d’« efficacité ».
l’engagement des bénévoles les nouveaux bénévoles. Les résultats Nous travaillons donc sur des programmes
(x colis alimentaires confectionnés, des accompagnements mis en place qui facilitent l’engagement des personnes qui
x personnes âgées ayant participé à sont impressionnants et porteurs pourraient être exclues dans un premier temps,
un atelier…), nous sommes convaincus d’espoir : changement de regard de notamment les personnes en situation de
que la rencontre entre des citoyens très la personne sur elle-même grâce au handicap.
différents mais mobilisés par une même changement de regard porté par les
cause est génératrice d’innombrables autres, lutte contre les préjugés, gain
externalités positives. de compétences et de confiance en soi, En savoir plus 
meilleure inclusion… www.benenova.fr

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 31


La revue de presse
de Territorial
Article extrait de la revue
Techni.Cités
n° 313 - Mai 2018

Astreintes  : entre inquiétudes


et vigilances
Le 21 février dernier, la Cour de Justice de l’Union européenne a
rendu un arrêt susceptible, à terme, de remettre en cause ou de
compliquer l’utilisation des astreintes par les employeurs français.

A
u regard des enjeux, il paraît nus moins de quinze jours avant. Bien évidemment que ces périodes sont exclu-
important de bien comprendre évidemment, lorsque l’agent est amené sives l’une de l’autre.
le raisonnement juridique qu’elle à intervenir dans le cadre d’une astreinte, Dans son arrêt du 21 février dernier, la
a suivi pour anticiper et se prémunir le temps passé en intervention est bien CJUE a considéré que si la collectivité
contre les risques de requalification que du temps de travail effectif qui doit être imposait à l’agent des restrictions très signi-
pourraient courir nos collectivités. Avant payé ou récupéré mais également pris ficatives pour les activités personnelles
toute chose, il est essentiel de bien définir en compte dans le décompte des repos pouvant être réalisées au cours d’une
les termes et de ne pas confondre travail de sécurité. Dans les services techniques, période d’astreinte, celle-ci devait être
effectif, permanences et astreintes. Pour les astreintes sont utilisées notamment considérée comme du temps de travail.
autant, la définition du travail n’est pas pour la gestion des réseaux, voirie assai- Dès lors, si une collectivité impose des
rigoureusement équivalente dans le droit nissement, transports publics, propreté contraintes spécifiques et draconiennes
européen et dans le droit français. urbaine, mais également pour assurer la à ses agents placés en astreinte, elle prend
L’article 2 de la directive européenne continuité du service dans les bâtiments le risque de voir requalifier cette période
2003/88 du 4 novembre 2003 définit publics. d’astreinte en temps de travail avec toutes
le temps de travail comme « la période Enfin, dans le cadre d’une permanence, les conséquences induites en termes de
durant laquelle le travailleur est au travail l’agent est non seulement à la disposition décompte du temps de travail, de rémuné-
ou à la disposition de l’employeur et dans de la collectivité mais également sur site et ration, de versement d’éventuelles heures
l’exercice de son activité ou de ses fonc- non à domicile. Durant cette permanence, supplémentaires, ou de prise en compte
tions ». l’agent peut ne pas produire du travail des repos de sécurité (1). Si la vigilance
En France, le régime juridique des effectif et la rémunération peut donc être est de mise, il convient toutefois de rester
astreintes est fixé par l’article L.3121-9 du différente de celle versée dans le cadre serein.
code du travail : « la période d’astreinte d’un travail effectif.
est une période durant laquelle le sala- Conséquences immédiates
rié, sans être sur son lieu de travail, est à Remise en cause du régime limitées
la disposition permanente et immédiate des astreintes  ? L’arrêt de la Cour portait sur l’interpréta-
de son employeur pour être en mesure L’arrêt de la Cour de Justice de l’Union tion d’une question précise posée par un
d’intervenir pour accomplir un travail européenne (CJUE) porte sur une ques- tribunal belge. L’arrêt va donc être utilisé
ou un service dans l’entreprise ». Dans tion préjudicielle posée dans le cadre dans le cadre du contentieux soulevé
le cadre d’une astreinte, l’agent n’est pas de l’article 67 du traité de fonctionne- en Belgique mais il n’a pas vocation à
sur son lieu de travail mais il doit rester, ment de l’Union européenne. La CJUE venir immédiatement modifier les droits
à domicile ou à proximité, joignable et rappelle tout d’abord que la qualification internes nationaux. En revanche, en cas
mobilisable à tout moment sur appel de de travailleur, au sens du droit européen de contentieux en France, les tribunaux
la collectivité. En contrepartie de cette telle qu’elle est inscrite dans la directive saisis d’une question identique devront
disponibilité, l’agent est rémunéré dans le du 4 novembre 2003, s’applique même naturellement tenir compte de l’inter-
respect des textes réglementaires. Dans pour des sapeurs-pompiers volontaires. prétation et de la réponse apportée par
la filière technique, il convient de distin- Bien évidemment, pour des astreintes la CJUE.
guer astreintes d’exploitation, astreintes réalisées par des agents publics, la quali- Par ailleurs, autre élément positif, la Cour
de sécurité et astreintes de décision qui fication de travailleurs est encore plus rappelle que la qualification de temps de
concernent en général l’encadrement. Le évidente. La CJUE s’est ensuite interro- travail de la période d’astreinte n’a pas de
montant de l’indemnisation des astreintes gée sur la caractérisation juridique du conséquence sur le niveau de rémuné-
de sécurité et d’exploitation est majoré de temps passé en astreinte  : temps de travail ration. Chaque État reste libre de fixer un
50 % si les agents mobilisables sont préve- ou période de repos étant précisé bien niveau de rémunération différent pour le

32 Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018


La revue de presse
de Territorial
Article extrait de la revue
La Lettre du cadre
n° 521 - Octobre 2018

ON DESSINE POUR VOUS

QUEL POIDS DU NAMING EN FRANCE ?

LE NAMING SE DÉVELOPPE EN FRANCE LES PRINCIPALES ENCEINTES NAMÉES EN FRANCE


montant annuel et durée des contrats

2 0 0 7 2 0 1 7 stades arénas

1er contrat 12 contrats


10 ANS 8 ANS
1 000 000 € 1 800 000 €
2 0 1 7 2 0 1 5

LYON paris
9 ANS 10 ANS
3 500 000 € 3 250 000 €

OÙ EN EST-ON PAR RAPPORT


AUX AUTRES PAYS ?
2 0 1 6 2 0 1 2
EN FRANCE
12 ENCEINTES namées pour des marseille rouen
contrats sur huit ans en moyenne 10 ANS 10 ANS
2 700 000 € 460 000 €
pour 1,8 million d’euros annuels.

EN ALLEMAGNE
49 CONTRATS actifs sur 16 ans et
3 millions d’euros annuels en moyenne.
2 0 1 5 2 0 1 7

EN EUROPE bordeaux montpellier


200 CONTRATS en cours en moyenne 10 ANS 15 ANS
2 000 000 € 330 000 €
sur 11 ans pour 4 millions d’euros
annuels concernant les stades et
sur 13 ans pour 1 à 1,5 million d’euros
concernant les arenas.

2 0 1 5
AUX USA 2 0 1 2

27 DES 30 FRANCHISES de basket charleville-


nice mézières
en nba jouent dans des salles portant
10 ANS
le nom d’une marque. 1 800 000 €
5 ANS
330 000 €

QUELLES MARQUES PAYENT ?


2 0 1 5

orchies
34% 10% 9% 5 ANS
banques et télécom- 130 000 €
assurances munications énergie

Acteurs du sport |  N° 204 | Décembre 2018 33


Et si on partageait plus
qu’un magazine ?
Rejoignez-nous sur Facebook

@Associations.mode.d.emploi
Votre solution de recrutement

Pour diffuser vos offres d’emploi, contactez notre équipe dédiée :


recrutement.gazette@infopro-digital.com

Réussissez votre concours de la fonction publique

FILIÈRE
SPORTIVE
© highwaystarz - Fotolia.com

Préparations en ligne et à distance – stages en présentiel


ouvrages – annales – services complémentaires

Toutes nos solutions sur www.carrieres-publiques.com


À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE !ENFANTS
CERTAINS À TABLEAIMERAIENT
! À TABLE !ENTENDREÀ TABLE !ÇAÀ TABLE AU MOINS ! À UNE
TABLE FOIS!
À3 0TABLE
0 0 0 0 0 !DÀ’ ETABLE
N F A N T S! MÀETABLE
U R E N T !C À
H ATABLE
Q U E A N!NÀÉ ETABLE
D E M A L! NÀU TABLE
T R I T I O N!

À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !


À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
POUR QU'AUCUN E NFA N T NE GR A NDIS SE SEUL

www.sosve.org
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !
À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE ! À TABLE !