Vous êtes sur la page 1sur 11

Solvants de nettoyage.

Extraction du limonene

Thème du programme Sous-thème


habitat Entretien et rénovation dans l'habitat

Titre
Solvants de nettoyage. Extraction du limonène

Type d'activité Activité expérimentale


Durée : 1 H (activité documentaire) et 2 H (activité expérimentale)
Acquis : Mélanges homogène et hétérogène (collège).
L’eau, solvant. (collège)
Conditions de Formules développées et semi-développées. (seconde)
mise en œuvre Solution : solvant, soluté, dissolution d’une espèce moléculaire ou
ionique.(seconde)
Espèces chimiques naturelles et synthétiques. (seconde)
Extraction, séparation et identification d’espèces chimiques. (seconde)
Liaisons covalents simple et double ( 1ère STL-STi2D)
Partie concernée du programme

Notions et contenus
Capacités exigibles

Choisir un solvant pour éliminer une espèce chimique à


Solubilisation. partir de données sur sa solubilité ou à partir d'une
Solvants de nettoyage. démarche expérimentale.

- Mettre en œuvre un protocole expérimental en respectant les règles de sécurité.


- Mobiliser ses connaissances, rechercher, extraire et organiser l'information utile fournie
Compétences par une situation, une expérience ou un document.
transversales - Utiliser les TIC
- Travailler en équipe

Mots clés de
Solvant, extraction.
recherche

Sciences physiques.

Rigolet Emmanuel

Lycée Louis Armand


Auteur

73000 Chambéry Académie de Grenoble


Présentation du matériel nécessaire

- dispositifs pour Hydrodistillation.

Au moins un dispositif pourra être installé et lancé 1H00 avant l’arrivée des élèves.

Ballon B bicol de préférence


D
C : Chauffe-ballon ;
D : réfrigérant à eau et tête de colonne
B
E E : becher 50mL

 Becher 50mL
 Eprouvette graduée 10 mL
 ampoules à décanter installée sur support en bois
 spatule
 cristallisoir ou boite de Pétri
 1 cuve à chromatographie ou pôt de confiture pour chromato + couvercle
 Capillaires ou à défaut pics-olives
 plaques à chromato
 papier filtre
 Eau distillée
 Petite bouteille de permanganate de potassium à 0.02mol.L-1 en milieu basique
 Gants + lunettes
 Sulfate de magnésium anhydre
 Chlorure de sodium
 Cyclohexane
 acétone
 Limonène = 2 gouttes dans 4mL de cyclohexane
 Huiles essentielles et extraits ( orange)
 Eprouvette 100 mL

Eventuellement
 Lampe UV chromato + lunettes
 Diiode + spatule

 Déroulement de la séquence pédagogique

Fiche professeur

La première partie est expérimentale. L'activité expérimentale, menée dans l'environnement du laboratoire,
conduit notamment l'élève à s'approprier la problématique du travail à effectuer, à maîtriser l'environnement
matériel, à mettre en œuvre un protocole expérimental (hydrodistillation) en respectant les règles de sécurité,
à justifier ou à proposer un protocole (chromatographie). Des éléments de réponses pourront être
régulièrement apportés aux élèves. (Voir document chromatographie…)

Une seconde partie est basée sur l’extraction d’information à partir de documents.

Fiche toxicologique du limonène : http://www.inrs.fr/accueil/produits/bdd/doc/fichetox.html?refINRS=FT%20227


Solvants de nettoyage. Extraction du limonene
Partie A.

Situation déclenchante. Le d-limonène est un hydrocarbure liquide.

Il est produit naturellement par divers végétaux, notamment les agrumes et représente le constituant principal
des huiles extraites des pelures de ces fruits.
Utilisé depuis cinquante ans comme arôme, il prend maintenant depuis quelques années une importance
croissante comme nettoyant et dégraissant. Il peut remplacer l’essence de térébenthine. On le retrouve dans
de nombreuses applications, notamment dans l'entretien mécanique, la fabrication de produits métalliques, le
nettoyage du fuselage des avions et le nettoyage des modules de circuits imprimés. Rarement utilisé pur, il est
souvent formulé en mélange avec un ou plusieurs autres solvants. http://www.irsst.qc.ca/files/documents/PubIRSST/B-057.pdf
Le limonène peut être extrait de l’écorce d’orange. Il est présent dans la composition de nombreux produits de
nettoyages

Données physico-chimiques :

Solubilité*
fus. (°C)
M vap. (°C) (g pour 100 mL)
Nom courant d sous 1,013
(g.mol-1) sous 1,013 bar Eau
bar eau propanone C6H12
salée

Limonène 136,2 0,842 -74 177 i   i

Cyclohexane i
84 0,775 6.5 80,3 i  
C6H12

Propanone 58 0,792 -95.6 56,5    s

Eau salée 1.1

*i : insoluble, s : soluble,  : soluble en toutes proportions


Mission :

Vous devrez réaliser l’hydrodistillation, suivie d’une extraction par solvant organique et d’une décantation, afin
d’extraire le limonène de pelures d’orange.

Vous disposez de pelures d’orange et de toute verrerie nécessaire.


Vous représentez le schéma du montage d’hydrodistillation en le légendant puis mettrez en œuvre le
protocole.(Appeler le professeur pour validation)

Aides expérimentales

Aide 1 : Découper en très petits morceaux l’écorce d’une orange. Ajouter 150 mL d’eau tiède et laisser
macérer. Broyer ensuite au mixer (cette préparation est faite à l’avance).

Aide 2 : Schéma de montage d’hydodistillation.


D

B
E
C

Aide 3 :
- Verser la macération d’écorces d’orange dans un ballon puis adapter une tête de distillation avec
thermomètre et réfrigérant droit.
- Noter la température de distillation du mélange.
- Distiller et recueillir le distillat dans une éprouvette graduée de 50 mL.
- Arrêter le chauffage quand le volume d’eau a diminué de moitié.

Suite de la séance expérimentale

Séparation des phases = Fin de l’extraction.

- Dans un petit bécher, ajouter une spatule de NaCl solide : C’est le relargage
- Verser le distillat dans une ampoule à décanter. Ajouter 3 mL de cyclohexane.
- Expliquer le choix de ce solvant plutôt que celui de la propanone (acétone).
- Eliminer la phase aqueuse (à repérer par un raisonnement sur les densités) et recueillir la phase
organique dans un erlenmeyer bouché. La sécher avec du sulfate de magnésium anhydre.

Caractérisation des espèces par chromatographie sur couche mince.

Afin d’identifier les constituants de l’huile extraite, proposer un protocole pour réaliser une chromatographie sur
couche mince (CCM). Vous disposez du matériel nécessaire avec une solution diluée de permanganate de
potassium et de limonène. Vous pouvez vous aider de schémas. (En cas de besoin demander à consulter
l’aide technique).
Aide technique 1

Principe de la chromatographie sur couche mince (C.C.M.).

La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur la différence d'affinité d'un corps pur vis à vis de deux phases,
l'une de ces phases étant stationnaire, l'autre mobile.

La chromatographie sur couche mince, ou C.C.M. est essentiellement une technique par adsorption (L'adsorption est la fixation plus
ou moins énergique d'un gaz, d'un liquide ou d'un soluté sur une surface solide). La phase stationnaire est un solide adsorbant, la silice
ou l’alumine, fixé sur un support de matière plastique ou d'aluminium. La phase mobile est un solvant liquide ou un mélange de
plusieurs solvants, nommé éluant.

La séparation est basée sur l'adsorption sélective des constituants du mélange à la surface de la phase fixe balayée par la phase mobile.
Plus une substance est soluble dans la phase mobile, plus elle est entraînée par cette phase ; une substance peu soluble dans la phase
mobile migre peu.

La phase mobile, c'est à dire l'éluant, s'élève par capillarité le long de la couche de silice en entraînant avec elle les constituants du
mélange à analyser ; c'est le phénomène d'élution.

L'élution terminée, on détermine pour chaque constituant le taux de déplacement Rf, appelée rapport frontal (en fait, Rf signifie au
départ rate of flow, taux de migration).

front de l'éluant

constituant

Rapport frontal = yC / yE
yE

yC

ligne de dépôt

Rf est caractéristique d'une substance pour un éluant déterminé sur une phase fixe donnée.
Rf est le même, que la substance soit pure ou en mélange avec d'autres substances.
Rf ne dépend pas de la concentration du constituant dans le mélange.
La chromatographie permet donc :
- de vérifier qu'une substance est pure.
- d'analyser un mélange.
- de reconnaître les substances constituant un mélange par comparaison.

1) Préparation de la plaque de chromatographie sur couche mince.

- Utiliser un morceau de feuille d'aluminium recouvert de silice de 6 cm sur 4 cm.


- Tracer une ligne horizontale à 1,5 cm du bas, au crayon à papier et y repérer 4 emplacements de dépôt placés à 1 cm du bord de la
plaque et distant environ 1cm.
- Déposer à l’aide d’un capillaire ou d’un pique en bois les échantillons à analyser.
2) Développement (ou élution) du chromatogramme

- Introduire délicatement la plaque dans la cuve contenant l'éluant en la maintenant presque verticale.
- Fermer la cuve pour éviter l'évaporation de l'éluant.
- Laisser monter l'éluant jusqu'à 1 cm du haut de la plaque.
- Sortir la plaque, repérer le front de l'éluant (en le marquant au crayon de papier) et sécher la plaque à l'air libre ou au sèche-cheveux.
3) Révélation du chromatogramme Révéler consiste à faire apparaître la position des substances entraînées par l'éluant
dans sa progression. On peut utiliser, dans cette expérience, un révélateur chimique, en l'occurrence une solution de permanganate de
potassium de concentration 3 g.L-1, soit 0,02 mol.L-1.

- Plonger la plaque séchée dans un bécher contenant la solution de permanganate et la retirer rapidement.
- Laisser égoutter quelques secondes et sécher.
- Les tâches apparaissent en marron (MnO2) sur fond rose ; les deux substances, citral et limonène, étant des réducteurs, elles
subissent l'oxydation par les ions permanganate.
4) Interprétation et conclusion Faire un schéma à l'échelle 1 de la plaque de chromatographie et interpréter
Aide technique 2

Critères de choix d’un solvant extracteur

- Les critères de choix du cyclohexane comme solvant extracteur d'espèces chimiques présentes dans l'eau
- Le critère de la solubilité des espèces à extraire :
les espèces chimiques à extraire sont plus solubles dans le solvant extracteur que dans l'eau.
- Le critère de la minimisation des dangers pour l’expérimentateur :
Il faut prendre en compte la toxicité et l’inflammabilité du solvant.
- Le critère de la volatilité du solvant :
Le solvant choisi est plus volatil que l'eau et plus volatil que les espèces chimiques à extraire
(L’extrait peut ainsi être récupéré suite à la vaporisation du solvant)
- Le critère de la non-miscibilité du solvant avec l’eau
- Le solvant extracteur n'est pas miscible avec l'eau pour être ensuite séparé de l'eau.

Critères Descriptions Exemple du cyclohexane

Les espèces chimiques à extraire sont plus


solubles dans le solvant extracteur que dans
Solubilité des espèces à l'eau : en agitant, ces espèces passeront de L'huile essentielle est beaucoup plus soluble dans le
extraire l'eau vers le solvant extracteur. cyclohexane que dans l'eau.

Minimisation des Il s'agit de comparer la toxicité et Considérons deux solvants organiques : le cyclohexane
dangers l'inflammabilité des solvants pouvant être et le toluène. Les deux sont inflammables mais le
utilisés pour choisir le moins dangereux. cyclohexane est moins toxique que le toluène.

Le solvant choisi est plus volatil que l'eau et T éb (cyclohexane) = 80,3° C, inférieure à 100°C :
plus volatil que les espèces chimiques à
Volatilité du solvant extraire (l’extrait peut ainsi être récupéré le cyclohexane est plus volatil que l'eau et plus volatil
suite à la vaporisation du solvant) que les espèces à extraire.

Le cyclohexane et l'eau ne sont pas miscibles.

Non-miscibilité du Le solvant extracteur n'est pas miscible avec Par contre la propanone est miscible avec l’eau.
solvant avec l'eau l'eau pour être ensuite séparé de l'eau.
Le professeur pourra poursuivre par un travail à la maison ou en poursuivant la séance s’il a suffisamment de
temps, à partir du questionnaire suivant.

Questions

1. Donner la signification des pictogrammes de sécurité liés au limonène.


2. Donner la formule semi-développée du limonène.
3. Hydrodistillation.
a. Dessiner le montage de l'hydrodistillation et le légender ; faire apparaitre les mots : Thermomètre,
ballon, chauffe-ballon, mélange à distiller, support élévateur, sortie d'eau, arrivée d'eau froide,
pierre ponce (ou billes), condenseur (ou réfrigérant), distillat, phase organique, phase aqueuse.
b. Justifier la température d’ébullition relevée.
c. Donner le rôle de la pierre ponce.
d. Justifier le terme d'hydrodistillation. Quel est le solvant extracteur ?
3. Extraction de l'huile essentielle.
a. Dessiner l'ampoule à décanter après décantation ; légender le schéma en faisant apparaitre la
phase organique et la phase aqueuse.
b. Quelles sont les espèces chimiques présentes dans la phase organique ?
c. Quelles sont les espèces chimiques présentes dans la phase aqueuse ?
d. Justifier la position de la phase organique.
e. En quoi consiste le relargage ? Quel en est l'intérêt ?
f. Pourquoi ajoute-t-on du sulfate de magnésium anhydre à la phase organique obtenue ?
4. Chromatographie.
a. justifiez le choix de l’éluant
b. Interprétez votre chromatogramme.

Solvants de nettoyage. Extraction du limonene


Partie B.

Informations: http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=25684

Les solvants sont des composés chimiques essentiels dans de nombreux secteurs industriels.
On les trouve en particulier dans les produits de nettoyage et dégraissants.
L'eau est le solvant le plus utilisé, mais les solvants organiques facilitent l’élimination de taches de graisses.

On distingue ainsi deux grandes familles de solvants : les solvants polaires et les solvants apolaires.
Les premiers sont constitués de molécules au sein desquelles les charges électriques positives et négatives
sont, dans leur ensemble, nettement dissociées : elles se comportent ainsi comme de petits dipôles
électriques.
Les seconds ne présentent pas une telle dissymétrie de charges.
Comme l’eau, le méthanol et l'éthanol sont, eux aussi, des solvants polaires.
À l'inverse, l'hexane et le benzène, qui contiennent uniquement des atomes d'hydrogène et de carbone,
sont pratiquement apolaires, et les huiles et les graisses, dotées d'une longue chaîne hydrocarbonée, sont
très peu polaires. Dans la famille des solvants polaires, on distingue aussi les solvants « protiques », qui
peuvent établir des liaisons hydrogène. De nature électrostatique, ces liaisons se forment entre des
atomes d'hydrogène présentant un déficit d'électron et des atomes tels que l'azote et l'oxygène
La majorité des solvants organiques s'évaporent en effet à température ambiante. Cette grande volatilité
est un atout lorsqu'il s'agit d'éliminer le solvant après son utilisation, mais elle constitue un réel danger dès
lors qu'elle favorise l'inhalation des molécules toxiques et leur pénétration dans l'organisme.
Les propriétés dégraissantes des solvants facilitent aussi leur absorption cutanée, car ils dissolvent le film
lipidique qui protège l'épiderme. Pour la plupart, ils traversent aussi la barrière placentaire, créant un
risque supplémentaire pour le foetus. Il n'est pas surprenant, par conséquent, que les solvants soient
soumis aux dispositions du Code du travail pour la prévention des risques chimiques.
En tête de liste des solvants cancérigènes, il y a le benzène qui attaque la moelle osseuse et les cellules
sanguines, entraînant ainsi des risques de leucémie.
Tous les solvants ne présentent pas la même toxicité. Mieux vaut toutefois les conserver dans des
récipients hermétiques et éviter leur manipulation en atmosphère confinée. D'autant que la majorité
d'entre eux sont inflammables, et que leurs vapeurs forment avec l'air des mélanges détonants.
Le recyclage des solvants s'effectue par distillation, lorsqu'ils sont liquides ou après piégeage sur des
charbons actifs, s'ils sont sous forme de vapeurs.
Les solvants non recyclables sont incinérés dans des centres spécialisés, ou revalorisés par des procédés
thermiques dans les fours de cimenteries agréées. Le recours aux déchets combustibles permet ainsi de
préserver la biomasse. Les températures élevées, qui atteignent 1 400 °C, garantissent leur destruction
totale, et les cendres de combustion sont intégrées au ciment. Les solvants chlorés, dont l'incinération
dégage du chlorure d'hydrogène, un gaz toxique, subissent pour leur part un traitement particulier.
Coups de pouces :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Solvant
 Un solvant est un liquide qui a la propriété de dissoudre et de diluer d’autres substances
sans les modifier chimiquement et sans lui-même se modifier.
 La molécule d’eau forme un angle voisin de 104,5 ° au niveau de l’atome d’oxygène entre
les deux liaisons avec les atomes d’hydrogène.
L’atome d’oxygène a une charge partielle négative δ-, alors que les atomes d’hydrogène
ont une charge partielle positive δ+. Une molécule avec une telle différence de charge est
appelée un dipôle (molécule polaire).
Cette polarité fait que les molécules d’eau s’attirent les unes les autres. Un tel lien
électrique entre deux molécules s’appelle une liaison hydrogène.
Cette polarisation permet aussi à la molécule d’eau de dissoudre les corps polaires et les
corps ioniques, en particulier les sels, en entourant chaque ion d’une coque de molécules
d’eau par un phénomène de solvatation.

Document 1. Des produits chimiques qui ne sont jamais inoffensifs.


http://www.inrs.fr

Nettoyage des métaux ou des textiles, application ou élimination des peintures,


fabrication des parfums… de nombreux travailleurs sont en contact, parfois sans le
savoir, avec des solvants. Une exposition régulière, même à faible dose, peut
entraîner à plus ou moins long terme des atteintes à la santé, dont certaines sont
irréversibles. Priorité à la substitution des solvants dangereux.

Il existe quelques milliers de solvants, dont une centaine couramment utilisés. Selon ses propriétés, un solvant
peut être utilisé comme dégraissant, adjuvant, diluant, décapant ou encore purifiant. L’industrie des
peintures et des revêtements est la plus grosse utilisatrice de solvants mais on les rencontre dans de
nombreuses autres activités : chimie et plasturgie, nettoyage, métallurgie, agroalimentaire, agriculture… Ils
sont également présents dans de nombreux produits d’usage courant.
De nombreuses substances organiques sont utilisées comme solvant.
Document 2. Utilisation du savon pour dissoudre une tache de graisse. (d’après www.labolycee.org )
Le savon est un composé détergent constitué d’ions carboxylate RCOO- et d’ions potassium K+. R désigne un
groupe alkyle à longue chaine carbonée (par exemple C17H33). Les ions carboxylate peuvent être modélisés
des deux façons suivantes:

ou

1. A partir du document 1, rechercher les définitions de dégraissant, adjuvant, diluant, décapant,


purifiant.
2. Proposer quelques précautions à suivre lors de l’utilisation de solvants et de produits de nettoyages à
usages courants. Une recherche informatique complémentaire rapide peut être envisagée.
3. Document 2.
a. Reproduire l’un des schémas de l’ion carboxylate et légender chaque partie à l'aide du vocabulaire
suivant : hydrophile, hydrophobe, lipophile, lipophobe.
b. Préciser la propriété de chacune des deux parties de l’ion carboxylate modélisé.
c. Choisir en justifiant parmi les schémas a et b ci-dessous celui qui peut expliquer le mode d'action
d'un savon.

graisse eau graisse eau

tissu tissu

Schéma a Schéma b

d. Représenter quelques molécules d’eau liées par liaison hydrogène.

4. Une bulle de savon est un globe formé d’un mince film d’eau savonneuse rempli d’air qui flotte dans
l’atmosphère.
Retrouver, parmi les quatre schémas placés ci-dessous, celui qui convient le mieux à la description du film
d’eau savonneuse d’une bulle de savon en justifiant.

Air ambiant Eau Air emprisonné Air ambiant Eau Air emprisonné

Réponse A Réponse B

Air emprisonné Air ambiant Eau Air emprisonné


Air ambiant Eau

Réponse C Réponse D
5. A propos des informations : Sous forme de questionnement oral avec possibilité de discussions et de vidéo
projection des questions qui permettront de voir si les élèves se sont appropriés les informations.
a. Préciser les formules semi-développées du méthanol, de l’éthanol, de l’hexane et du benzène.
b. Pourquoi l’eau et l’éthanol se mélangent-ils très bien ?
c. Quel solvant dissout le mieux les graisses : l’eau ou l’hexane ? Argumenter la réponse.
d. Le sucre C12H22O11 a la formule topologique suivante :

Une tache sucrée se retire facilement à l’eau. Expliquer pourquoi


e. Quels avantages et inconvénients présente la volatilité d’un solvant ?
f. Pourquoi le recyclage d’un solvant organique est-il nécessaire ?

Eléments de réponses

CH2 CH2 CH2


Partie A. H3C C CH C
Hydrodistillation CH CH2 CH3
Lors du chauffage d'un mélange non miscible, ici eau et molécules organiques, l'ébullition intervient a une
Température ( 96 à 98°C) inferieure à la température d'ébullition du corps pur le plus volatil du mélange (ici,
l'eau).
En se vaporisant, l'eau entraine avec elle les huiles essentielles contenues dans le produit brut (ici, les zestes
d'orange). L’eau est donc le solvant extracteur.
La condensation des vapeurs permet de récupérer un mélange liquide appelé distillat. Ici, ce mélange est
hétérogène, il contient une phase organique et une phase aqueuse.

La pierre ponce permet la régulation de l’ébullition par la formation de bulles de vapeur de faibles dimensions.

Par chauffage, on obtient l’ébullition de l’eau. La vapeur d’eau ainsi créée entraîne les substances les plus
volatiles du produit utilisé, les essences aussi appelées huiles essentielles.
Il s'agit bien d'une extraction par solvant où le solvant est l'eau à l'état de vapeur.

Extraction de l'huile essentielle.

La phase aqueuse (eau + chlore de sodium et très peu de limonène) plus dense est en dessous de la phase
organique (cyclohexane et limonène)

le relargage est une opération qui consiste à rendre encore moins soluble dans l’eau salée le limonène
(moléculaire) en y ajoutant un corps ionique tel NaCl.

Le sulfate de magnésium anhydre permet d’éliminer des traces d’eau éventuellement présentes dans la phase
organique

Chromatographie : Le limonène est une espèce incolore ; après avoir migrées sur la plaque, les espèces
restent invisibles, il faut donc les faire apparaitre à l’aide d’une solution de permanganate de potassium ou
d’un réactif coloré ou sous une lampe UV …
Le document ci-après pourra être distribué en partie ou en entier (en aide) aux élèves qui en feront la
demande.

Partie B.
Lors de la manipulation d’un solvant, il faut penser à :
 Lire l’étiquette
 Ne pas transvaser un solvant dans un flacon ayant contenu un autre produit chimique
 Limiter les pertes dues à l'évaporation (fermer les contenants…)
 Effectuer en système clos toute opération qui s'y prête
 Limiter les quantités de solvants entreposées au poste de travail aux quantités nécessaires au travail d’une
journée
 Ne jamais se laver les mains avec un solvant
 Conserver les déchets dans des récipients spécialement prévus à cet effet
 Éviter tout déversement vers l'égout

Partie 1 : chaîne carbonée (R -) lipophile et hydrophobe, elle s'accroche à la graisse et évite l'eau.
Partie 2 (- COO–) : lipophobe et hydrophile, elle évite la graisse et reste dans l'eau.
La partie lipophile (ou hydrophobe) du savon peut se dissoudre dans la graisse, tandis que la partie hydrophile (ou
lipophobe) s’oriente vers l’eau. Il se forme ainsi une micelle qui emprisonne la graisse et l’emporte dans l’eau de lavage.
Le mode d’action du savon correspond au schéma a.
Dans le film d’eau savonneuse, les parties hydrophiles (têtes) du savon sont en « contact » interactif avec les molécules
d’eau (réponse c).
Mode d’action d’un savon
http://www.larecherche.fr

C'est parce qu'ils sont tous deux polaires que l'eau et l'éthanol se mélangent très bien, contrairement à l'eau et à
l'hexane. Celui-ci, en revanche, dissout beaucoup mieux les graisses que l'eau. L’eau est lipophobe, contrairement à
l’hexane qui est lipophile.

L'existence de liaisons hydrogène explique pourquoi l'eau et le sucre, ou encore l'eau et l'éthanol, se mélangent aussi
bien.