Vous êtes sur la page 1sur 59

Notions fondamentales 2

2.1 STRUCTURE ÉLECTRONIQUE

2.1.1 MODÈLE PROBABILISTIQUE DE L'ATOME

Objectifs intermédiaires

- Caractériser la radiation électromagnétique par sa longueur d’onde, sa fréquence et sa


vitesse de propagation. 
- Définir le concept de quantification. 
- Expliquer ce que signifie la quantification de l'énergie dans le modèle de Bohr. 
- Calculer l'énergie de l'électron sur différentes orbites dans le modèle de Bohr. 
- Calculer l'énergie des radiations absorbées ou émises par un atome d'hydrogène selon le
modèle de Bohr. 
- Établir le lien entre le spectre d'émission de l’hydrogène et le modèle de Bohr. 
- Expliquer pourquoi on a introduit la notion de probabilité dans un modèle atomique. 
- Énumérer les 4 paramètres quantifiés dans le modèle probabilistique. 
- Donner les valeurs permises des 4 nombres quantiques. 
- Définir orbitale atomique. 
- Relier nombre quantique, orbitale atomique, état de l'électron. 

Lumière et spectre électromagnétique

La lumière est constituée d’ondes électromagnétiques. On entend par onde


électromagnétique la propagation d’un champ électrique et d’un champ magnétique selon
un mouvement de vibration ondulatoire. Pour simplifier, on considérera seulement les
caractéristiques de la composante électrique de la lumière.

400 700

10-3 10-1 10 103 105 107 109 1011 1013

Rayons Rayons X Ultra- Visible Infrarouge Micro-ondes Ondes radio


gamma violet
36 Notions fondamentales 2

longueur d’onde en nm ()

Figure 2.1: Spectre électromagnétique

La figure 2.2 illustre les principales caractéristiques d’une onde électromagnétique.

λ 1 cycle
c
a)

λ
c
b)

Figure 2.2: Ondes

Vitesse de la lumière, c

C’est la vitesse à laquelle tout rayonnement électromagnétique se propage dans le


vide. Les deux ondes de la figure 2.2 se déplacent à la même vitesse, soit:

c = 3 x 108 m/s

Longueur d’onde,  (lambda)

C’est la distance séparant deux maximums ou deux minimums consécutifs. Souvent,


on exprime la longueur d’onde en nanomètres (nm), 1 nm = 10-9m. Dans la figure 2.2,
la longueur de l’onde a est plus grande que celle de l’onde b.

Fréquence,  (nu)

C’est le nombre de longueurs d’onde (ou cycles) passant en un point repère à chaque
seconde. L’unité de fréquence est le hertz (Hz), 1 Hz = 1 cycle/s = 1 s-1.

L’expression mathématique qui relie ces trois paramètres est:

 = c

Structure électronique 37

Quantification de l'énergie

L’idée de quantification de l'énergie a été introduite en 1900, par le physicien


allemand Max Planck. Il l’utilisa pour expliquer le spectre d'émission thermique des corps
noirs. En étudiant les radiations émises par un métal chauffé au rouge, il constata que la
matière émet de l'énergie d'une façon discontinue, c'est-à-dire par «paquets» appelés
quanta d'énergie. Selon Planck, chaque «paquet» ou quantum d’énergie équivaut à h où
h est une constante de proportionnalité et  est la fréquence de la radiation émise ou
absorbée.

E = h

E = énergie de la radiation en joule


 = fréquence de la radiation en seconde-1
h = constante de Planck = 6,63 x 10-34 jouleseconde

La quantité d’énergie qui peut être transférée est toujours un multiple entier de
h : 1h, 2h 3h, etc. On dit alors que l’énergie est quantifiée, c’est-à-dire qu’elle ne
peut être échangée en n’importe quelle quantité.

En 1905, Albert Einstein suggéra que l’énergie lumineuse est également quantifiée.
Elle est formée d'un flux de «particules», appelées photons, dont l'énergie est:

hc
E = hí =
photon ë

Par conséquent, on peut calculer l’énergie d’un photon de lumière aussi bien à partir
de sa fréquence que de sa longueur d’onde.

Les travaux d’Einstein montrent que la lumière, à laquelle on n’accordait que des
propriétés ondulatoires est également dotée de caractéristiques corpusculaires. C’est
pourquoi on parle de la double nature de la lumière.
38 Notions fondamentales 2

Modèle atomique de Bohr

En 1913, le physicien danois Niels Bohr élabora un modèle de l’atome d’hydrogène


basé sur la quantification de l’énergie. Dans le modèle de Bohr, la quantification de
l'énergie prend la signification suivante: l'électron de l'atome d'hydrogène ne peut se
déplacer que sur certaines orbites circulaires autour du noyau. Pour chaque orbite,
l’électron possède une quantité d’énergie déterminée et aucune énergie intermédiaire n’est
possible. L'énergie d'une orbite est donnée par:

E = -B2 B2
-18
B =(constante) 2,1810 joule
n n
n = niveau de l'orbite = 1, 2, 3, …, 4

Dans cette équation, le signe négatif signifie simplement que l’énergie de l’électron
est plus faible à proximité du noyau qu’à une distance infinie, où, en l’absence de toute
interaction, l’énergie est nulle.

Lorsque l’électron de l’hydrogène occupe l’orbite de plus basse énergie (n =1), on dit
qu’il est à l’état fondamental. Toutes les autres orbites correspondent à des états excités.
L’orbite n = 4 correspond à un électron qui a été arraché de l’atome (état ionisé).

E = 0J n = État ionisé

n = 4
État excité
n = 3
n = 2
E1 = - 2,18 x 10 -18 J n = 1 État fondamental
noyau

Figure 2.3: États de l’électron dans l’atome de Bohr

Dans l’atome, l’électron peut passer d’une orbite à une autre en absorbant ou en
émettant une quantité d'énergie qui correspond à la différence d’énergie entre les deux
niveaux. La quantité d’énergie associée à cette transition est donnée par la relation:

 E = E f  Ei
Structure électronique 39

 1 - 1
 E = -B  n2 n2 
 f i

ni = niveau initial
nf = niveau final

Lorsque l’électron passe d’un niveau d’énergie supérieur à un niveau d’énergie


inférieur, il émet de l’énergie. Par convention, on dit que cette énergie est négative. À
l’inverse, lorsque l’électron passe d’un niveau d’énergie inférieur à un niveau d’énergie
supérieur, l’énergie est absorbée et possède une valeur positive.

Énergie absorbée Énergie émise

E3 E3
E1 E1
∆E = hν ∆E = -hν

∆E = E3 - E1 ∆E = E1 - E3

Figure 2.4: Transitions de l’électron dans l’atome de Bohr

La nécessité d'introduire la notion de quantification dans le modèle atomique de


l'hydrogène découlait des difficultés d'interprétation de son spectre d'émission. Le spectre
d'émission de l'hydrogène (figure 2.5) est obtenu lorsque l'électron, préalablement excité,
émet de l'énergie sous forme de radiation lumineuse en passant d'une orbite d'énergie
supérieure à une orbite d'énergie inférieure. Chaque raie apparaissant sur le spectre
d’émission de l’hydrogène correspond à une transition de l’électron entre deux niveaux
d’énergie de l’atome. La différence d’énergie entre ces deux niveaux est égale à l’énergie
de la radiation lumineuse émise lors de la transition.

 E = h

Cette relation nous permet de déterminer la fréquence de la radiation émise et la


relation  = c/ nous permet de déterminer sa longueur d’onde.
40 Notions fondamentales 2

Spectre d'émission de l'hydrogène* Modèle atomique de Bohr


(spectre discontinu)

Violet
410,2 nm

a b c d

Rouge Bleu Indigo


656.3 nm 486,1 nm 434,0 nm

6
5
4
3
d
2
1
c

*région du visible seulement

Figure 2.5: Relation entre le spectre d’émission de l’hydrogène


et le modèle atomique de Bohr

Exercice 2.1: Vérifier si les raies apparaissant sur le spectre d'émission de l'hydrogène
correspondent bien aux transitions indiquées sur le modèle atomique de la
figure 2.5.
Structure électronique 41

Les valeurs des niveaux d’énergie calculées par Bohr correspondent parfaitement à
celles du spectre d’émission de l’hydrogène. Cependant, le modèle de Bohr présente de
sérieuses lacunes. Par exemple, quand on tente de l’appliquer à d’autres atomes que
l’hydrogène, rien ne va plus. Le modèle de Bohr ne fonctionne que pour les espèces
chimiques contenant un seul électron! Après diverses tentatives infructueuses pour tenter
de l’améliorer, on a dû admettre qu’il n’y avait rien à faire: le modèle de Bohr était
fondamentalement erroné.

Modèle probabilistique

Ce modèle est basé sur la probabilité de présence de l'électron autour du noyau.


C'est un modèle mathématique complexe élaboré par le physicien autrichien Erwin
Schrödinger, en 1926. Fondé sur le comportement ondulatoire de l'électron, ce modèle,
une fois traité mathématiquement, nous donne la probabilité de présence de l'électron dans
un espace entourant le noyau. De plus, ce modèle nous permet de déterminer les différents
niveaux d'énergie de l'électron.

Pourquoi parle-t-on de probabilité de présence de l'électron? Principalement à cause


du principe d'incertitude de Heisenberg.

Principe d’incertitude de Heisenberg: Il est impossible de connaître simultanément la


quantité de mouvement (mv) et la position
exactes de l'électron.

La conséquence de ce principe est qu'on ne peut attribuer une trajectoire précise


(orbite) à l'électron comme l'a fait Bohr. Devant cette impossibilité, on parlera de
probabilité de présence de l'électron autour du noyau (modèle probabilistique).

MODÈLE DE BOHR MODÈLE PROBABILISTIQUE


(Déterministe)

orbite: trajectoire définie orbitale: région de l'espace

Figure 2.6: Comparaison des deux modèles de l’atome


42 Notions fondamentales 2

Nombres quantiques

Comme le modèle de Bohr, le modèle probabilistique tient compte de la


quantification de l'énergie. En effet, l'électron et d'autres particules subatomiques
obéissent à une mécanique dite quantique. Cependant, alors qu’un seul nombre quantique
(n) suffisait à décrire l’état de l’électron dans le modèle de Bohr, il faut quatre nombres
quantiques pour définir complètement l’état de l’électron dans le modèle probabilistique.

Modèle Probabilistique
Modèle de Bohr

1 seul nombre quantique 4 nombres quantiques

n : nous renseigne sur l'énergie n : nous renseigne sur les


de l'électron. différentes valeurs de l'énergie
Énergie de l'électron.
Énergie
l : nous renseigne sur les
différentes formes des orbitales
que décrit l'électron.
Forme du nuage électronique

m : nous renseigne sur les


différentes orientations des
orbitales.
Orientation du nuage

s : spin de l'électron.
Rotation de l'électron

Valeurs permises des nombres quantiques

Les nombres quantiques ne peuvent prendre que certaines valeurs déterminées. Ces
valeurs ont été déduites:

- de l'expérience, c'est-à-dire à partir de l'étude des spectres d'émission;


- de la théorie, c'est-à-dire qu'elles découlent de la résolution mathématique du
modèle probabilistique.
Structure électronique 43

Nombre quantique principal, n

Il désigne le niveau d'énergie principal de l'électron par rapport au noyau. Plus la


valeur de n sera grande, plus l'énergie de l'électron sera grande et plus la distance séparant
l'électron du noyau sera grande car la taille de l’orbitale augmente.

Les valeurs que peut prendre n sont les valeurs entières égales ou supérieures à 1.

n = 1, 2, 3, …, 

Nombre quantique secondaire au azimutal, l

Le nombre quantique l est nécessaire car les électrons d'un même niveau principal
peuvent occuper des niveaux d'énergie légèrement différents appelés sous-niveaux.

Le nombre de sous-niveaux ou le nombre de valeurs que l'on attribue à l dépend de


la valeur de n.

Les valeurs que prend l sont les valeurs entières comprises entre 0 et n-1, incluant
ces deux valeurs.

l = 0, 1, 2, …, n-1

Par conséquent, plus la valeur de n sera grande et plus on aura de sous-niveaux


d’énergie. À chaque valeur de l correspond une forme d’orbitale différente. Les formes
des orbitales seront décrites un peu plus loin.

Nombre quantique magnétique, m

Le nombre quantique m est nécessaire car les orbitales d'un même sous-niveau ne
sont pas orientées dans une même direction par rapport au noyau.

Les valeurs que prend m sont les valeurs entières allant de +l à 0 à -l.

m = +l, ... ,0, ... , -l

À chaque valeur de m correspond une orientation différente de l’orbitale. Les


électrons ayant les mêmes valeurs de n et de l mais des valeurs de m différentes ont la
même énergie.
44 Notions fondamentales 2

Nombre quantique de spin, s

Le nombre quantique s représente la rotation de l'électron autour de son axe.

Les valeurs que prend s sont +1/2 et -1/2. Contrairement à l et à m les valeurs de s
ne dépendent pas de celles des autres nombres quantiques.

s = +1/2 ou !1/2

Exercice 2.2: a) Donner les valeurs permises de l quand n = 5


b) Donner les valeurs permises de m quand l = 4
c) Donner les valeurs permises de l et de m quand n = 4

Nombres quantiques et orbitales atomiques

Pour identifier l'orbitale associée à un électron, on utilise les trois nombres


quantiques n, l, m. Chaque combinaison possible de ces trois nombres quantiques décrit
une orbitale différente.

Orbitale atomique: région de l'espace, entourant le noyau, où l'on a une certaine


probabilité de trouver l'électron.

On représente l’orbitale associée à un électron par la notation suivante:

- un chiffre dont la valeur est celle de n

- une lettre représentant la valeur de l

Valeur de l Lettre correspondante

l=0 s

l=1 p

l=2 d

l=3 f

- un indice représentant la valeur de m


Structure électronique 45

Exemple 1: Quelles sont les valeurs de n, l et m pour un électron associée à l’orbitale


notée 3p+1?

Réponse: 3 indique la valeur de n d'où n = 3


p représente la valeur 1 pour l d'où l = 1
+1 représente la valeur de m d'où m = + 1

Exemple 2: Écrire la notation de l'orbitale associée à un électron dont les nombres


quantiques sont n = 4, l = 3 et m = -2.

Réponse: 4f-2

Exercice 2.3: Une orbitale notée 1p+1 peut-elle exister?


Début de solution: les valeurs de n, 1 et m seraient pour cette orbitale
n = 1, l = 1, m = +1.

Exercice 2.4: Parmi les orbitales suivantes dites celles qui ne peuvent exister:
3s0, 2d0, 5p-1, 3f+2, 3p+1

Remarque: Le nombre d'orbitales de la même forme pour un niveau d'énergie est donné
par le nombre de valeurs que peut prendre le nombre quantique m.

Exemple 3: Quel est le nombre d'orbitales 1s?

Réponse: Pour l’orbitale 1s, n = 1, l = 0 et m = 0


Puisque m prend une seule valeur, il y a seulement une orbitale 1s.

Exemple 4: Quel est le nombre d'orbitales 2p?

Réponse: Pour l’orbitale 2p, n = 2, l = 1 et m = +1, 0, -1


Puisque m prend 3 valeurs, il y a 3 orbitales 2p soit 2p+1, 2p0, 2p-1

La description de l’état quantique de l'électron est incomplète si on donne seulement


la valeur des trois nombres quantiques n, l et m. Il nous faut également spécifier la valeur
du nombre quantique s.

Un électron peut avoir un spin de +1/2 ou -1/2. Un trait au-dessus de la notation de


l'orbitale indique un spin de -1/2. L'absence de trait indique un spin de +1/2.

Exemple 5: La notation 4f+2 correspond, pour un électron, aux valeurs suivantes:


n = 4, l = 3, m = +2, s = +1/2
46 Notions fondamentales 2

2.1.2 ORBITALES ATOMIQUES ET ORDRE DE REMPLISSAGE DES


ATOMES À PLUSIEURS ÉLECTRONS

Objectifs intermédiaires

- Déterminer la forme et l'orientation dans l'espace des orbitales s, p et d. 


- Représenter le diagramme d'énergie des orbitales de l’atome d'hydrogène. 
- Représenter le diagramme d'énergie des orbitales des atomes polyélectroniques. 
- Représenter, par un diagramme, l'ordre de remplissage des orbitales atomiques. 
- Énoncer le principe du aufbau, la règle de Hund et le principe d’exclusion de Pauli. 
- Utiliser le principe du aufbau, la règle de Hund et le principe d’exclusion de Pauli pour
représenter la configuration électronique des éléments à l’aide des cases quantiques. 
- Définir symétrie sphérique. 
- Reconnaître les atomes ou ions ayant une symétrie sphérique. 

Les orbitales s

Ayant toutes la même valeur de l ( l = 0), les orbitales s (1s, 2s, 3s, ...) sont
caractérisées par la même forme sphérique. On dit qu'elles sont de symétrie sphérique car
la probabilité de présence de l'électron est la même dans toutes les directions autour du
noyau. La taille de ces orbitales augmente avec la valeur de n.

zone nodale
probabilité

1s
probabilité

2s
1s 2s
distance distance

Figure 2.7: Caractéristiques des orbitales s

Les orbitales p

Les orbitales p correspondent à la valeur l = 1. Elles sont de forme bilobée. Puisque


pour l = 1, le nombre quantique m prend trois valeurs distinctes (m = +1, 0, -1), il y a trois
orientations possibles pour les orbitales p. Les axes de référence xyz sont utilisés pour les
identifier. La taille des orbitales p augmente avec la valeur de n.
Structure électronique 47
z z z

y y y

x x x

2px 2py 2pz

Figure 2.8: Les orbitales p

Les orbitales d

Les orbitales pour lesquelles l = 2 sont désignées orbitales d. Puisque cinq valeurs
sont permises pour m (m = +2, +1, 0, -1, -2), il existe cinq orientations différentes pour les
orbitales d. Les orbitales d existent sous deux formes de base: quatre des cinq orbitales d
ont quatre lobes orientés selon les axes indiqués (dxz, dyz, dxy et dx2-y2). La cinquième
orbitale,dz2 a une forme particulière: deux lobes sont orientés selon l’axe des z, de part et
d’autre d’un anneau. Encore une fois, la taille des orbitales d augmente avec la valeur de n.

z z z z z

y y y y y

x x x x x

dxz dyz dxy dx2-y2 dz2

Figure 2.9: Les orbitales d


48 Notions fondamentales 2

Dans l’atome d’hydrogène, l’énergie d’une orbitale ne dépend que de sa valeur de n.


Donc, toutes les orbitales qui possèdent la même valeur de n possèdent la même énergie.

5s
énergie 4s 4p 4d 4f
croissante 3s 3p 3d
2s 2p
1s (état fondamental)

Figure 2.10: Diagramme d'énergie des orbitales de l'atome d'hydrogène

Atomes à plusieurs électrons

Tout ce qui a été dit précédemment concernait l'atome d'hydrogène (un seul
électron). Pour les atomes à plusieurs électrons (polyélectroniques), on utilise, par
approximation, les mêmes orbitales atomiques que pour l’hydrogène.

Ordre de remplissage des orbitales atomiques

Pour donner la configuration électronique des atomes à leur état fondamental, on se


base sur trois principes et règle: le principe du aufbau, le principe d’exclusion de Pauli et
la règle de Hund.

Principe du aufbau
: À l'état fondamental, les électrons d'un atome occupent les
orbitales de plus faible énergie en premier.

Dans les atomes à plusieurs électrons, à cause de l’interaction entre les électrons,
l’énergie des orbitales dépend non seulement du nombre quantique n mais aussi du nombre
quantique l.

3d
4s
Énergie croissante 3p
3s
2p
2s
1s

Figure 2.11: Diagramme d'énergie des orbitales des atomes à plusieurs électrons
Structure électronique 49

Sur le diagramme d'énergie de la figure 2.11, on observe une inversion de niveau


entre les niveaux 4s et 3d. Il en existe d'autres et pour les identifier, on procède selon les
deux règles suivantes:

1L'ordre de remplissage se fait selon n+l croissant.

Exemple: orbitales n+l


4s 4+0=4
3d 3+2=5

Donc, l'orbitale 4s est remplie avant 3d.

2Lorsque la somme de n et l est la même pour plusieurs orbitales, on respecte l'ordre de


remplissage selon n croissant.

Exemple: orbitales n+l


3p 3+1=4
4s 4+0=4

Donc, l'orbitale 3p est remplie avant 4s.

Le diagramme présenté à la figure 2.12 permet de mémoriser cet ordre de


remplissage.

6s

5f 5d 5p 5s

Pour mémoriser l'ordre de


remplissage, on peut 4f 4d 4p 4s
utiliser le schéma ci-
contre:
3d 3p 3s

2p 2s

1s

Figure 2.12: Ordre de remplissage des orbitales atomiques


50 Notions fondamentales 2

Exercice 2.5: Compléter le tableau suivant:

n l n+l orbitale
1 0 1 1s
2 0 2 2s
2 1 3 2p
3 0 ____ ____
____ ____ ____ ____

… … … …

6 1 7 6p

Ordre de remplissage: 1s, 2s, 2p, ...

Principe de Pauli: Dans un atome, il ne peut y avoir deux électrons ayant leurs quatre
nombres quantiques identiques. Par conséquent, une orbitale peut
contenir, au maximum, deux électrons ayant comme valeurs de spin
+1/2 et -1/2.

Exemple: À l'aide des cases quantiques, donner la configuration électronique des atomes
suivants:
a) Hydrogène
b) Lithium

Réponse: a) Hydrogène (1 électron)

L'électron occupera l'orbitale 1s (selon le principe du aufbau).

ls  indique un spin de +1/2

 indique un spin de -1/2


case quantique

configuration: 1s1

b) Lithium (3 électrons)

1s 2s configuration: 1s2 2s1


Structure électronique 51

Exercice 2.6: Pour chaque électron du lithium, donner les valeurs des quatre nombres
quantiques.

Règles de Hund: Les électrons occupent toutes les orbitales de même type avant d'en
saturer une. De plus, les électrons commencent par occuper les orbitales
caractérisées par la plus grande valeur de m.

Exemple: À l'aide des cases quantiques, donner la configuration électronique du carbone.

Réponse: Carbone (6 électrons)

1s 2s 2p
1s2 2s2 2p2
+1 0 -1

et non

1s 2s 2p

Exercice 2.7: À l'aide des cases quantiques, donner la configuration électronique de


l'oxygène, de l'azote, de l'aluminium et du chlore.
52 Notions fondamentales 2

Symétrie sphérique

Les règles qui viennent d'être énoncées expliquent d'une façon satisfaisante la
configuration électronique des éléments. Mais, bien entendu, il y a des exceptions.
Certains éléments, comme le chrome, ne suivent pas ces règles. Au lieu d'avoir une
configuration électronique 1s2 ... 3p6 4s2 3d4, il adopte la configuration 1s2 ... 3p6 4s1 3d5.

1s2 3p6 4s2 3d4


1s2 3p6 4s1 3d5


On explique ceci en disant qu'un atome (ou un ion) possédant son dernier sous-
niveau à demi ou complètement rempli est plus stable car ceci correspond à une symétrie
sphérique.

Exercice 2.8: a) Donner, selon les principes et règle déjà énoncés, la configuration
électronique du cuivre.

b) Quelle configuration correspondrait à une symétrie sphérique?


Structure électronique 53

2.1.3 LE TABLEAU PÉRIODIQUE ET LES PROPRIÉTÉS PÉRIODIQUES

Objectifs intermédiaires

- Énoncer la loi périodique. 


- Distinguer période et groupe. 
- Identifier les gaz rares, les éléments représentatifs et les éléments de transition. 
- Différencier électrons de coeur et électrons de valence. 
- Définir énergie d'ionisation, affinité électronique, rayon atomique, électronégativité et
montrer comment ces propriétés varient à l'intérieur du tableau périodique. 
- Déterminer si une liaison est ionique, covalente ou covalente polaire.
- Énoncer la règle de l'octet. 
- Définir état d'oxydation. 
- Déterminer l'état d'oxydation d'un élément dans une molécule ou dans un ion
polyatomique. 

Loi périodique

Énoncé: Les propriétés physiques et chimiques des éléments sont des fonctions
périodiques de leur numéro atomique.

Vers 1870, le chimiste russe Dimitri Ivanovitch Mendeleïev proposa un tableau


périodique dans lequel les éléments étaient classés selon l’ordre croissant de leur masse
atomique. Ce tableau, semblable à celui qu'on utilise actuellement, comportait cependant
certaines irrégularités au niveau des masses atomiques.

Le tableau périodique actuel est donc basé sur une classification selon un ordre
croissant des numéros atomiques au lieu des masses atomiques.
54 Notions fondamentales 2

Tableau périodique des éléments


Gaz rares
1 18
IA VIII
1 2 Alcalino-terreux 13 14 15 16 17 2
H IIA IIIA IVA VA VIA VIIA He
3 4 5 6 7 8 9 10
Li Be B C N O F Ne
11 12 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
IIIB IVB VB VIB VIIB VIIIB IB IIB Al Si P S Cl Ar
Na Mg
19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36
K Ca Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54
Rb Sr Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
55 56 57 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86
Cs Ba La Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
87 88 89 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116
Fr Ra Ac Rf Db Sg Bh Hs Mt Uun Uuu Uub Uuq Uuh
Halogènes
Lanthanides
Alcalins 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71
Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu
90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103
Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr
Actinides
Métaux A bloc s et p
Métalloïdes B bloc d et f (éléments de transitions)
Non-métaux

Groupes, périodes

Groupes: Les éléments d'une même colonne font partie d'un même groupe ou famille
chimique. Les éléments d’un même groupe possèdent des propriétés chimiques
similaires parce que leurs configurations électroniques se terminent de la
même façon.

Exemple: Groupe I A Groupe VII A

Li : [He] 2s1 F : [He] 2s2 2p5

Na : [Ne] 3s1 Cl : [Ne] 3s2 3p5

K: [Ar] 4s1 Br : [Ar] 4s2 4p5


Structure électronique 55

Périodes: Les rangées horizontales du tableau périodique constituent les périodes. Il y a


sept périodes contenant respectivement 2, 8, 8, 18, 18, 32 éléments et, pour la
septième période, une possibilité de 32 éléments (la septième période étant
incomplète). Les périodes sont numérotées de haut en bas. Leur numéro
correspond au dernier niveau n rempli par les électrons au cours de la période.
Le tableau ci-dessous indique les niveaux n remplis au cours des quatre
premières périodes.

___________________________________________
période 1 période 2 période 3 période 4
___________________________________________

1s 2s 2p 3s 3p 4s 3d 4p
2 éléments 8 éléments 8 éléments 18 éléments
___________________________________________

s2
2
s1 He
1
1
H s2 s2p1 s2p2 s2p3 s2p4 s2p5 s2p6
3 4 5 6 7 8 9 10
2
Li Be B C N O F Ne
11 12 13 14 15 16 17 18
3
Na Mg Al Si P S Cl Ar
19 20 31 32 33 34 35 36
4 Éléments de transition
K Ca Ga Ge As Se Br Kr
37 38 49 50 51 52 53 54
5 Éléments de transition
Rb Sr In Sn Sb Te I Xe

Les gaz rares, les éléments représentatifs, les éléments de transition

Remarque: Le tableau périodique de la compagnie Sargent-Welch est basé sur une


nouvelle convention concernant la dénomination des groupes. Comme la
plupart des volumes suivent l'ancienne convention, on apportera certaines
modifications à ce tableau.

Gaz rares (Groupe VIII)

Ces éléments sont caractérisés par des sous-niveaux s et p complètement remplis.


Comme on le verra plus loin, cette configuration particulière leur confère une grande
stabilité.

Exemple: Ne : 1s2 2s2 2p6


56 Notions fondamentales 2

Éléments représentatifs (Groupes A)

Il y a sept groupes représentatifs (IA à VIIA). La configuration électronique de ces


éléments se termine toujours sur un sous-niveau s ou p.

Exemple: Na : [Ne] 3s1

S: [Ne] 3s2 3p4

Éléments de transition (Groupes B)

La configuration électronique de ces éléments se termine sur un sous-niveau d ou f.


Les premiers sont appelés éléments de transition d et les seconds, éléments de transition f
ou de transition interne. Ces derniers renferment les terres-rares, c'est-à-dire la série des
lanthanides et des actinides.

Exemple: transition d: Fe: [Ar] 3d6 4s2

transition f: Nd: [Xe] 4f4 6s2

Électrons de valence et électrons de coeur

Électrons de valence

Ce sont les électrons les moins bien liés au noyau car ils sont situés à une plus
grande distance du noyau. Ce sont ces électrons qui interviennent lors des réactions
chimiques.

Le numéro de la période où se situe l’élément indique, pour les éléments


représentatifs, le niveau d'énergie n de ces électrons. Leur nombre est donné par le numéro
du groupe.

Électrons de coeur

Ce sont les électrons situés entre le noyau et les électrons de valence.


Structure électronique 57

Exemple: Potassium

K : 1s2 2s2 2p6 3s2 3p6 | 4s1


électrons de | électron de
coeur | valence

Groupe: 1A 1 électron de valence

Période:4 situé sur le niveau 4

Phosphore

P : 1s2 2s2 2p6 | 3s2 3p3


électrons de | électrons de
coeur | valence
|

Groupe: 5A 5 électrons de valence


Période:3 situés sur le niveau 3

Propriétés périodiques

Énergie d'ionisation

Définition: L'énergie de première ionisation d'un atome X est l'énergie nécessaire pour
extraire un électron de cet atome pris isolément à l'état gazeux.

X(g) + Ei X+ + e-

On pourrait définir l'énergie de deuxième, troisième, etc., ionisation comme étant


l’énergie nécessaire pour extraire un deuxième, un troisième, etc., électron de l’atome.
Ainsi, l'énergie de deuxième ionisation correspondrait à l'équation:

X+ + Ei2 X2+ + e-
58 Notions fondamentales 2

1312 2370
H He
518 899 798 1087 1400 1313 1680 2077
Li Be B C N O F Ne
493 736 577 786 1099 999 1254 1517
Na Mg Al Si P S Cl Ar
418 590
Éléments de transition
K Ca
401 549
Éléments de transition
Rb Sr
376 503
Éléments de transition
Cs Ba

Énergie en kJ/mol à 0°C

Figure 2.13: Variation de l’énergie d’ionisation dans le tableau périodique

Pour expliquer l'évolution de l'énergie d'ionisation des éléments à l'intérieur d'un


groupe ou d'une période, il faut tenir compte principalement de deux facteurs:

1 La charge du noyau:

Une augmentation de la charge nucléaire est généralement responsable d'une


augmentation de l'énergie d'ionisation à cause d'une plus forte attraction du noyau
envers les électrons.

é é
1+ 2+
charge du noyau charge du noyau

Figure 2.14: Influence de la charge du noyau sur les électrons


Structure électronique 59

2 L'effet d'écran:

Les électrons de coeur agissent comme un «écran» entre le noyau et les électrons de
valence. Par conséquent, les électrons de valence seront de moins en moins attirés par le
noyau lorsque le nombre d'électrons de coeur augmentera. Il en résulte une diminution de
l'énergie d'ionisation.

électrons électron
de coeur de valence

é
3+ é
é
charge du noyau

écran
les 2 électrons masquent
le noyau

Figure 2.15: Effet d'écran

De ces deux facteurs, on peut retenir que:

À l’intérieur d'une période: L'énergie d’ionisation augmente du groupe IA au groupe


VIII à cause de l'augmentation de la charge du noyau. À
l'intérieur d'une période l'effet d'écran est le même puisque
le nombre d’électrons de cœur ne varie pas.

À l’intérieur d'un groupe: L'énergie d’ionisation diminue de n = 1 à n = 7 à cause de


l’augmentation de l'effet d'écran.

Remarque: Les éléments des groupes IIA et VA ont une énergie d'ionisation
anormalement élevée à cause de leur symétrie sphérique. Celle-ci leur
procure une plus grande stabilité.
60 Notions fondamentales 2

Affinité électronique

Définition: On définit l'affinité électronique d'un atome X comme étant l'énergie dégagée
lorsque cet atome, pris isolément à l'état gazeux, capte un électron pour
devenir un ion de charge -1.

X(g) + e- X-(g) + affinité électronique

L'affinité électronique n’est connue avec précision que pour un petit nombre
d'éléments. Toutefois, on peut dire que les halogènes sont les éléments qui ont les affinités
électroniques les plus élevées, ce qui implique qu'ils ont une grande tendance à passer sous
la forme de X-.

-72,8
H
-60 241 -26,7 -122 0 -141 -328
Na Mg B C N O F
-53 230 -43 -134 -72 -200 -349
Li Be Al Si P S Cl
-48
Éléments de transition
K

Figure 2.16: Variation de l'affinité électronique dans le tableau périodique

Rayon atomique

Selon le modèle probabilistique, il est assez difficile de donner une valeur précise au
rayon d’un atome. On considère que le rayon atomique d’un élément est la moitié de la
distance qui sépare les noyaux de deux atomes identiques dans une molécule (la distance
entre les deux noyaux correspond à la longueur de liaison). Ce rayon atomique est aussi
appelé rayon de covalence.

longueur
de liaison

rayon de
covalence

Figure 2.17: Rayon atomique de l’atome d’hydrogène


Structure électronique 61

À l’intérieur d’une période: Le rayon atomique diminue progressivement à mesure que le


numéro atomique augmente. Cette variation peut s’expliquer
par l’augmentation de la charge nucléaire qui exerce une
force d’attraction de plus en plus grande sur les électrons, ce
qui entraîne une diminution de la taille de l’atome.

À l’intérieur d’un groupe: Le rayon atomique augmente au fur et à mesure que le


numéro atomique augmente. Cette variation est causée par
l’augmentation de l’effet d’écran qui a pour effet de diminuer
l’attraction entre le noyau et les électrons de valence.

Diminution

H He

B C N O F Ne
Li Be

Na
Diminution

Rb

Cs

Figure 2.18: Variation du rayon atomique de quelques éléments représentatifs

Dans le cas des rayons ioniques, le cation est toujours plus petit que l’atome
correspondant. Le fait d’enlever un électron diminue la répulsion électronique ce qui
entraîne une compression du nuage électronique. Pour une même élément, plus la charge
positive est grande, plus le rayon ionique est petit.

Exemple: Cu: 0,122 nm Cu+: 0,096 nm Cu2+: 0,072 nm


62 Notions fondamentales 2

Li Li+ + 1é-

Figure 2.19: Rayon du cation

Dans le cas de l’anion, la situation est inversée: le rayon de l’anion est plus gros
que celui de l’atome correspondant.

F + 1é- F-

Figure 2.20: Rayon de l’anion

Électronégativité

Définition: C'est la tendance qu'a un atome d'une molécule d'attirer vers lui le doublet
d'électrons qui l'unit à un autre atome.

Il existe plusieurs échelles de mesure pour l'électronégativité. Celle qui apparaît sur
le tableau périodique est l'échelle de Pauling.

À l’intérieur d’une période: L'électronégativité augmente du groupe I A au groupe VIIA,


ceci à cause de l'augmentation de la charge nucléaire.

À l’intérieur d’un groupe: L'électronégativité diminue de n = 1 à n = 7 à cause de


l’augmentation de l'effet d'écran.

2,10
H
0,98 1,57 2,04 2,55 3,04 3,44 3,98
Li Mg B C N O F
0,93 1,31 1,61 1,90 2,19 2,58 3,16
Na Be Al Si P S Cl
0,82 1,00
Éléments de transition
K Ca
0,82 0,95
Éléments de transition
Rb Sr
0,79 0,89
Éléments de transition
Cs Ba

Figure 2.21: Variation de l’électronégativité dans le tableau périodique


Structure électronique 63

L'électronégativité est une des notions les plus importantes en chimie. Elle nous
permet de connaître la nature de la liaison qui unit deux atomes et par conséquent, nous
renseigne sur les propriétés chimiques et physiques des molécules.

Liaison covalente, liaison ionique, liaison covalente polaire

Le type de liaison assurant la cohésion des atomes dans une molécule dépend en
grande partie de l'électronégativité de chaque atome formant cette molécule. De façon
générale, on peut définir une liaison chimique comme étant un ensemble de forces retenant
ensemble deux atomes. Celles-ci proviennent de la mise en commun d'électrons
célibataires.

Liaison covalente non polaire


: Lorsque la différence d'électronégativité entre les deux
atomes est nulle ou inférieure à 0,7, la liaison est
covalente non polaire.

Exemple 1: La molécule d'hydrogène H2

La configuration électronique de l'hydrogène est la suivante:

1s
H:

H:

La molécule de H2 se forme par la mise en commun de deux électrons (doublet). On


représente la molécule de la façon suivante:

H..H ou H:H ou H-H

Comme chaque atome possède la même électronégativité, le doublet d'électrons ne


sera pas attiré plus par l'un que par l'autre. On dit alors que la liaison est covalente pure ou
covalente non polaire.
64 Notions fondamentales 2

Exemple 2: La molécule d'oxygène O2

1s 2s 2p
O:

O:

O O ou O O

Cette fois-ci, la liaison s'établit grâce à la mise en commun de deux doublets


d'électrons. La liaison est aussi covalente pure ou covalente non-polaire.

Liaison ionique:Lorsque la différence d'électronégativité est très grande (  à 1,7) la


liaison est appelée ionique.

Exemple: Na Cl
3s
Na: [Ne] 3p

Cl: [Ne]

Na Cl

Le chlore, étant beaucoup plus électronégatif que le sodium, attire vers lui le doublet
de la liaison. La différence d'électronégativité étant de 2,23 donc supérieure à 1,7 on
considère que la liaison est ionique. De plus, le chlore, ayant dans son entourage immédiat
un électron de plus, devient chargé négativement tandis que le sodium, ayant un électron
en moins, devient chargé positivement.

Na+ Cl-

Il est à remarquer qu'il n'y a pas de liaison ionique pure.


Structure électronique 65

Liaison covalente polaire: Lorsque la différence d'électronégativité est intermédiaire


(0,7<  < 1,7) la liaison est covalente polaire.

Exemple: HCl
1s

H :
3s 3p
Cl : [Ne]

..
.. ..
H : Cl

La différence d'électronégativité est de 1,06. La liaison sera covalente polaire. Le


doublet d'électrons est plus près du chlore que de l'hydrogène, rendant ainsi le chlore
légèrement négatif et l'hydrogène légèrement positif.

+ -
H Cl + : charge partielle positive
- : charge partielle négative

La notion de charge partielle sera étudiée dans le chapitre 4.

Règle de l'octet, état d'oxydation

Les éléments d'un même groupe ou famille chimique sont caractérisés par une
réactivité chimique semblable. On verra ici une règle qui nous permettra de prévoir
comment les éléments des différents groupes réagiront. Cette règle est la règle de l'octet.

Règle de l'octet: Tous les éléments ont tendance à acquérir, par réaction chimique, la
configuration stable à huit électrons périphériques du gaz rare le plus
proche.

État d'oxydation: On appelle état d'oxydation le nombre d'électrons qu'un élément met
en jeu lors de sa combinaison avec un ou plusieurs autres éléments.

L'état d'oxydation d'un élément sera positif si, en se combinant avec un autre
élément, sa densité électronique diminue et négatif si sa densité électronique
augmente.

L'état d'oxydation est symbolisé par +n ou !n, où n est le nombre d’électrons mis en
jeu.
66 Notions fondamentales 2

Les exemples qui suivent illustrent la relation qui existe entre le groupe, la règle de
l'octet et l’état d'oxydation principal des éléments.

Exemple 1: Soit le sodium, Na, appartenant au groupe IA

Configuration électronique: [Ne] 3s1

Selon la règle de l'octet, pour obtenir la configuration électronique du gaz rare


le plus proche (le néon), le sodium aura tendance à «céder» un électron
(diminuer sa densité électronique). Par exemple, dans le chlorure de sodium,
NaCl, le sodium formera une liaison avec le chlore en lui cédant un électron.

Sa configuration devient alors: [Ne]

L'état d'oxydation du sodium est +1 (diminution de la densité électronique de 1


électron).

On peut généraliser en disant que tous les éléments du groupe IA auront un état
d'oxydation de +1 dans les composés. Il en est de même pour les éléments du groupe IIA
dont l’état d'oxydation est +2 et les éléments du groupe IIIA dont état d'oxydation est +3.

Exercice 2.9: Soit le Ca dans CaCl2

a) Identifier le groupe du Ca.

b) Donner la configuration électronique du Ca.

c) Quel est le gaz rare le plus proche du Ca?

d) De combien d'électrons le Ca devra-t-il diminuer sa densité


électronique pour acquérir la configuration du gaz rare trouvé en c?

e) Quel est l'état d'oxydation du calcium?

Exercice 2.10: Mêmes questions pour Al dans AlCl3


Structure électronique 67

Exemple 2: Soit le carbone, C, appartenant au groupe IVA

Configuration électronique: [He] 2s2 2p2

Le carbone peut donc diminuer sa densité électronique de 4 électrons pour


obtenir [He] ou augmenter sa densité électronique de 4 électrons pour obtenir
[Ne].

Pour déterminer quel sera l’état d’oxydation du carbone, il faut faire intervenir
la notion d'électronégativité.

Prenons les molécules de CH4 et CCl4.

Indices d'électronégativité:H : 2,10


C : 2,55
Cl : 3,16

Dans CH4, le carbone a un état d'oxydation de -4 parce qu’il est plus


électronégatif que H.

Dans CCl4, le carbone a un état d'oxydation de +4 parce qu’il est moins


électronégatif que H.

Donc l’état d’oxydation du carbone -4 ou +4, dépendamment de


l’électronégativité de l’élément auquel il est lié. À cause de leur faible indice
d'électronégativité, les autres éléments du groupe IVA ont un état d'oxydation
de +4.

Exemple 3 : Soit l'oxygène, O, appartenant au groupe VIA

Configuration électronique [He] 2s2 2p4

L'oxygène a tendance à augmenter sa densité électronique de 2 électrons pour


obtenir la configuration du néon.

Dans H2O, l'oxygène attire vers lui un électron de chaque atome d'hydrogène.
L'état d'oxydation de l'oxygène est donc de -2.

Pour les éléments des groupes VA, VIA et VIIA, les états d'oxydation principaux
sont respectivement de -3, -2 et -1.
68 Notions fondamentales 2

Détermination de l'état d'oxydation d'un élément dans une molécule ou un ion


polyatomique

On vient de voir les états d'oxydation principaux des éléments en fonction des
groupes auxquels ils appartiennent. Plusieurs éléments ont, en plus de ces états
d'oxydation, des états d'oxydation secondaires. Les règles qui vont suivre nous permettent
de déterminer l'état d'oxydation que prend un élément dans une molécule ou un ion
polyatomique.

Règles:

1. Les états d’oxydation des éléments des groupes IA, IIA et IIIA sont toujours
respectivement de +1, +2 et +3.

2. Une molécule est électriquement neutre, c'est-à-dire que la somme des états
d'oxydation de chaque atome formant la molécule est égale à 0.

Exemple: Pour HCl:

(état d'oxydation de H) + (état d'oxydation de Cl) = 0


(+1) + (!1) = 0

3. Les éléments à l'état libre ont un état d'oxydation de 0

Exemple: Fe : 0
H2 : H a un état d'oxydation de 0, pourquoi?

4. Pour un ion polyatomique, la somme des états d'oxydation des atomes est égale à la
charge de l'ion.

Exemple: Pour NH4+ charge = +1

(état d'oxydation de N) + 4 (état d'oxydation de H) = +1


(!3) + 4 (+1) = +1

Pour SO4 2- charge = !2

(état d'oxydation de S) + 4 (état d'oxydation de O) = !2

5. L'état d'oxydation de l'hydrogène est toujours de +1 sauf dans le cas des hydrures
métalliques tels que LiH et CaH2, dans lesquels il apparaît avec un nombre
d'oxydation de!1.
Structure électronique 69

6. L'état d'oxydation de l'oxygène est toujours de !2 sauf dans le cas des peroxydes tels
que H2O2 et Na2O2 dans lesquels il apparaît avec un état d'oxydation de !1 (car
l'espèce ionique est O22-) et dans F2O où l'état d'oxydation est +2.

Exemple 1: Quel est l'état d'oxydation de S dans H2SO4 ?

Selon la règle 4: H = +1

Selon la règle 5: O = !2

Selon la règle 1: 2(+1) + S + 4(!2) = 0


2+S!8=0
S = +6

Exemple 2: Quel est l’état d’oxydation de Cl dans ClO4! ?

Selon la règle 5: O = !2

Selon la règle 3: Cl + 4(!2) = !1

Cl ! 8 = !1

Cl = +7

Remarque: Dans les composés formés de deux éléments halogènes, le plus


électronégatif garde son état d'oxydation principal.

Exemple 3: Dans ClF


F = !1
Cl = +1

Dans ICl3
Cl = !1
I = +3
70 Notions fondamentales 2

Exercice 2.11: Quel est l'état d'oxydation de:

a) S dans H2S g) Cl dans C1O3!

b) S dans H2SO3 h) Cl dans Ca (ClO)2

c) N dans NO i) N dans NO3!

d) Br dans BrO4! j) N dans NH4+

e) Cr dans K2Cr2O7 k) Cl dans Cl2

f) Cu dans CuCl2 l) S dans SO42!

2.1.4 BALANCEMENT DES ÉQUATIONS CHIMIQUES

Objectif intermédiaire

- Balancer des équations chimiques par la méthode de tâtonnement et la méthode


électronique. 

Une équation est balancée ou équilibrée en plaçant des coefficients devant les
formules jusqu'à ce que le nombre d'atomes de chaque sorte soit le même, d'un côté
comme de l'autre de l'équation.

Il existe plusieurs méthodes pour balancer une équation chimique. On se contentera


d'en étudier deux, soit la méthode de «tâtonnement» et la méthode électronique. La
méthode des coefficients indéterminés est montrée dans le volume de Chimie sans
douleur, 2e édition, page 107.

Méthode de «tâtonnement»

Exemple 1: Équilibrer l'équation suivante:

Al2S3 + H2O Al(OH)3 + H2S

Lorsque c'est possible, on commence avec un atome qui apparaît dans


seulement une formule de chaque côté de l'équation.
Structure électronique 71

Commençons avec Al:

Al2S3 + H2O 2Al(OH)3 + H2S

Balançons maintenant pour S:

Al2S3 + H2O 2Al(OH)3 + 3H2S

Balançons pour O:

Al2S3 + 6H2O 2Al(OH)3 + 3H2S

L'hydrogène est déjà balancé: 6 x 2 = 12 du côté des réactifs


(2 x 3) + (3 x 2) = 12 du côté des produits.

Dans plusieurs équations, on termine le balancement avec l'hydrogène ou l'oxygène.

Exemple 2: Équilibrer l'équation suivante:

FeS2 + O2 Fe2O3 + SO2

1. 2FeS2 + O2 Fe2O3 + SO2

2. FeS2 + O2 Fe2O3 + 4SO2

3. 2FeS2 + 11/ O Fe2O3 + 4SO2


2 2

Cette équation est balancée. Il faut cependant tenir compte des deux règles suivantes:

1 Habituellement on élimine les coefficients fractionnaires.


2 Les coefficients doivent être des entiers aussi petits que possible.

L'équation devient donc:

4FeS2 + 11O2 2Fe2O3 + 8SO2


72 Notions fondamentales 2

Méthode électronique

Cette méthode est basée sur les règles suivantes:

1. On écrit, au-dessus de chaque atome de l'équation, leur état d'oxydation.

2. On identifie les substances oxydées et réduites et on écrit les demi-réactions


d'oxydation et de réduction.

3. On balance les atomes dans chaque demi-réaction.

4. On balance ensuite les charges électriques dans chaque demi-réaction en faisant


intervenir les électrons impliqués.

5. On multiplie par le plus petit facteur approprié pour que le nombre d'électrons soit le
même dans les deux demi-réactions.

6. On additionne les deux demi-réactions.

7. On replace les coefficients dans l'équation initiale.

Exemple 1: Équilibrer l'équation suivante par la méthode électronique:

SiO2 + Al Si + Al2O3

1. Si4+O22- + Alo Sio + Al23+O32-

2. Si4+ Sio réduction

Alo Al+3 oxydation

3. Si4+ Sio

2Alo 2Al3+

4. Si4+ + 4é Sio

2Alo 2Al3+ + 6é

5. 3Si4+ + 12é 3Sio

4Alo 4Al3+ + 12é


Structure électronique 73

6. 3Si4+ + 4Alo 3Si + 4Al3+

7. 3SiO2 + 4Al 3Si + 2Al2O3

Exemple 2: Balancer l'équation suivante par la méthode électronique:

KMnO4 + HCl MnCl2 + Cl2 + KCl + H2O

1. K1+Mn7+O42- + H1+Cl1- Mn2+Cl21- + Cl20 + K1+Cl1- + H21+O2-

2. Mn7+ Mn2+ réduction

Cl1- Cl20 oxydation

3. Mn7+ Mn2+

2Cl1- Cl2

4. Mn7+ + 5é Mn2+

2Cl1- Cl20 + 2é

5. 2Mn7+ + l0é 2Mn2+

10Cl1- 5Cl2 + 10é

6. La somme des deux demi-réactions:

2Mn7+ + 10Cl1- 2Mn2+ + 5Cl2

7. On écrit la réaction en tenant compte des coefficients trouvés en 6.

2KMnO4 + l0HCl 2MnCl2 + 5Cl2 + KCl + H2O

L'équation n'est toutefois pas balancée. On termine le balancement pour


la méthode de «tâtonnement».

Pour K:
2KMnO4 + l0HCl 2MnCl2 + 5Cl2 + 2KCl + H2O
74 Notions fondamentales 2

Pour Cl:
2KMnO4 + 16HCl 2MnCl2 + 5Cl2 + 2KCl + H2O

Pour O :
2KMnO4 + 16HCl 2MnCl2 + 5Cl2 + 2KCl + 8H2O

Exercice 2.12: Balancer les équations suivantes:

a) C4H10 + O2 CO2 + H2O

b) Al + H2SO4 H2 + Al2(SO4)3

c) Cu + H2SO4 CuSO4 + SO2 + H2O

d) H2O2 + HI I2 + H2O

e) HNO3 + C CO2 + NO2 + H2O

f) Cu + HNO3 Cu(NO3) 2 + NO + H2O

2.2 NOMENCLATURE

Objectifs intermédiaires

- Nommer quelques composés chimiques usuels connaissant leur formule chimique. 


- Écrire la formule chimique de quelques composés connaissant leur nom. 

La formule d'un composé comprend le symbole de chaque élément constituant la


molécule. Un chiffre, en bas à droite de l'élément, indique le nombre d'atomes de cet
élément contenus dans une molécule.

Exemple: H2O contient 2 atomes d'hydrogène et 1 atome d'oxygène.

Al2O3 contient 2 atomes d'aluminium et 3 atomes d'oxygène.

Disposition des symboles dans une formule

Le symbole du cation (ion positif) précède celui de l'anion (ion négatif) ou le


symbole de l'élément le moins électronégatif précède celui de l'élément le plus
électronégatif. Cependant, on lit le nom selon l'ordre inverse.
Nomenclature 75

Exemple: NaCl (et non ClNa)


chlorure de sodium

I Cl (et non ClI)


chlorure d'iode

Exercice 2.13: Écrire la formule des composés suivants.

Remarque: N'oubliez pas qu'une molécule est neutre, c'est-à-dire que la somme des
états d'oxydation des atomes doit être égale à zéro.

a) cyanure de sodium

b) carbonate d'aluminium

c) nitrite d'ammonium

d) hydrure de calcium.

Préfixe multiplicateur

Le préfixe multiplicateur s'emploie lorsqu'un élément, autre qu'un métal de


transition, forme plus d'un composé avec un même autre élément. Ces préfixes sont
surtout utilisés en chimie organique.

Nombre d'atomes Préfixe Exemple

1 mono CO, monoxyde de carbone

2 di CO2, dioxyde de carbone

3 tri PCl3, trichlorure de phosphore

4 tétra CCl4, tétrachlorure de carbone

5 penta SbCl5, pentachlorure d'antimoine


76 Notions fondamentales 2

Métaux ayant plus d'un état d'oxydation (métaux de transition)

On fait suivre le nom du composé d'un chiffre romain entre parenthèses, indiquant
l'état d'oxydation du métal. On a tendance à ne plus utiliser les suffixes eux et ique.

Exemple: FeCl2 chlorure de fer (II) ou ferreux


FeCl3 chlorure de fer (III) ou ferrique

Exercice 2.14: Donner le nom des composés suivants:

a) Mn2O3 d) Ni2S3

b) TiCl4 e) V2O3

c) CuBr

Hydracides

Les hydracides sont des composés qui ne contiennent que de l'hydrogène et un


élément non-métallique. On les nomme en ajoutant au mot «acide» une abréviation du
nom de l'élément non-métallique suivie de la terminaison hydrique. Il est à noter que le
terme acide est employé lorsque le composé est en solution aqueuse. Lorsque ces
composés sont à l'état pur, on fait suivre le nom de l'élément non-métallique de la
terminaison ure et on ajoute le mot hydrogène.

Exemple: HCl(g) chlorure d'hydrogène

HCl(aq) acide chlorhydrique

Oxacides

Les oxacides sont des composés contenant de l'hydrogène, de l'oxygène et un autre


élément. Ils se nomment en faisant suivre le terme «acide» du nom du radical dont la
terminaison ate ou ite a été changée en ique ou eux.

Exemple: H2SO4 acide sulfurique (exception)


2-
(SO4 ion sulfate)

H3PO4 acide phosphorique (exception)

HNO3 acide nitrique

HNO2 acide nitreux


Nomenclature 77

Exercice 2.15: Nommer les composés suivants:

a) Ca3(PO4)2 e) H2CO3

b) Mg(NO2)2 f) PCl5

c) KClO g) NH4NO3

d) HF(g) h) Fe2O3

Nomenclature systématique

Pour nommer les composés avec la nomenclature systématique, il suffit d'indiquer le


nombre de chacun des éléments qui composent la molécule.

Exemple: NaClO4 tétraoxochlorate de sodium

Mg(NO3)2 bis (trioxonitrate) de magnésium

Désavantages de la nomenclature systématique

Tout en étant plus facile, cette méthode n'est pas utilisée dans l'industrie, ni dans le
commerce ni en science appliquée. On ne pourra pas acheter du «tétraoxosulfate de
dihydrogène» mais plutôt de l'acide sulfurique. Il est donc recommandé d'apprendre la
nomenclature qui servira nos besoins.
78 Notions fondamentales 2

IONS ET RADICAUX LES PLUS COURANTS


_______________________________________________________________________
Ion du Nom de l'ion Exemple de Nom du composé
radical ou du radical composé
_______________________________________________________________________

S2- Sulfure CdS Sulfure de cadmium

NH4+ Ammonium NH4Cl Chlorure d'ammonium

N3- Nitrure K3N Nitrure de potassium

B3- Borure AlB Borure d'aluminium

H- Hydrure NaH Hydrure de sodium

C4- Carbure Ca2C Carbure de calcium

HSO4- Sulfate acide NaHSO4 Sulfate acide de sodium

HSO3- Sulfite acide KHSO3 Sulfite acide de potassium

HCO3- Carbonate acide NaHCO3 Carbonate acide de sodium.

Cu+ Cuivre (I) CuNO3 Nitrate de cuivre (I) ou cuivreux

Cu2+ Cuivre (II) Cu(NO3)2 Nitrate de cuivre (II) ou cuivrique

Fe2+ Fer (II) Fe(SO4) Sulfate de fer (II) ou ferreux

Fe3+ Fer (III) Fe2(SO4)3 Sulfate de fer (III) ou ferrique

Hg+ Mercure (I) HgNO2 Nitrite de mercure (I) ou mercureux

Hg2+ Mercure (II) HgSO4 Sulfate de mercure (II) ou mercurique

O2- Oxyde MgO Oxyde de magnésium


Nomenclature 79

IONS ET RADICAUX LES PLUS COURANTS


_______________________________________________________________________
Radical Nom du Exemple de Nom du composé
radical composé
_______________________________________________________________________

F- Fluorure NaF Fluorure de sodium

I- Iodure KI Iodure de potassium

Br- Bromure NaBr Bromure de sodium

Cl- Chlorure NaCl Chlorure de sodium

OH- Hydroxyle KOH Hydroxyde de potassium

NO3- Nitrate Mg(NO3)2 Nitrate de magnésium

NO2- Nitrite Ba(NO2)2 Nitrite de baryum

NO+ Nitrosyle NOBr Bromure de nitrosyle

NO2+ Nitryle C6H5NO2 Nitrobenzène

CN- Cyanure HCN Cyanure d'hydrogène

ClO- Hypochlorite NaClO Hypochlorite de sodium

ClO2- Chlorite Ca(ClO2)2 Chlorite de calcium

ClO3- Chlorate RbClO3 Chlorate de rubidium

ClO4- Perchlorate Pb(ClO4)2 Perchlorate de plomb

MnO4- Permanganate KMnO4 Permanganate de potassium

SCN- Thiocyanate KSCN Thiocyanate de potassium


80 Notions fondamentales 2

IONS ET RADICAUX LES PLUS COURANTS


_______________________________________________________________________
Radical Nom du Exemple de Nom du composé
radical composé
_______________________________________________________________________

C2H3O2- Acétate NaC2H3O2 Acétate de sodium

CO32- Carbonate MgCO3 Carbonate de magnésium

SO42- Sulfate BaSO4 Sulfate de baryum

SO32- Sulfite Na2SO3 Sulfite de sodium

CrO42- Chromate K2CrO4 Chromate de potassium

Cr2O72- Dichromate K2Cr2O7 Dichromate de potassium

C2O42- Oxalate Na2C2O4 Oxalate de sodium

S2O32- Thiosulfate ZnS2O3 Thiosulfate de zinc

PO43- Phosphate Na3PO4 Phosphate de sodium


Réponses aux exercices 81

Réponses aux exercices

2.1 raie a, de n = 3 à n = 2 656 nm


raie b, de n = 4 à n = 2 486 nm
raie c, de n = 5 à n = 2 434 nm
raie d, de n = 6 à n = 2 410 nm

2.2 a) n = 5 l = 0, 1, 2, 3, 4
b) l = 4 m = +4, +3, +2, +1, 0, -1, -2, -3, -4
c) n = 4 l = 0, 1, 2, 3
l=0 m=0
l = 1 m = +1, 0, -1
l = 2 m = +2, +1, 0, -1, -2
l = 3 m = +3, +2, +1, 0, -1, -2, -3

2.3 Non car lorsque n = 1, l ne peut valoir 1.

2.4 2do , 3f+2

2.5 3 0 3 3s
3 1 4 3p
3 2 5 3d
4 0 4 4s
4 1 5 4p
4 2 6 4d
4 3 7 4f
etc.

Ordre de remplissage: 1s, 2s, 2p, 3s, 3p, 4s, 3d, etc.

2.6 1er électron n = 1 l=0 m=0 s = + 1/2


2e électron n = 1 l=0 m=0 s = - 1/2
3e électron n = 2 l=0 m=0 s = + 1/2

2.7 Oxygène (8e) 1s 2s 2p

Azote (7e) 1s 2s 2p
82 Notions fondamentales 2

Aluminium (13e)1s 2s 2p 3s 3p

Chlore (17e) 1s 2s 2p 3s 3p

2.8 a)Cuivre (29e)

1s 3p 4s 3d
...

b) 1s 3p 4s 3d
...

2.9 a) II A
b) [Ar] 4s2
c) Ar
d) 2 électrons
e) +2

2.10 Al

a) III A
b) [Ne] 3s2 p1
c) Ne
d) 3 électrons
e) 3

2.11 a) -2 g) +5
b) +4 h) +1
c) +2 i) +5
d) +7 j) -3
e) +6 k) 0
f) +2 l) +6

2.12 a) 2, 13, 8, 10
b) 2, 3, 3,1
c) 1, 2, 1, 1, 2
d) 1, 2, 1, 2
e) 4, 1, 1, 4, 2
f) 3, 8, 3, 2, 4

2.13 a) NaCN
Réponses aux exercices 83

b) A12(CO3)3
c) nitrite d'ammonium: NH4NO2
d) hydrure de calcium: CaH2

2.14 a) oxyde de manganèse (III)


b) chlorure de titane (IV)
c) bromure de cuivre (I)
d) sulfure de nickel (III)
e) oxyde de vanadium (III)

2.15 a) phosphate de calcium


b) nitrite de magnésium
c) hypochlorite de potassium
d) fluorure d'hydrogène
e) acide carbonique
f) pentachlorure de phosphore
g) nitrate d'ammonium
h) oxyde de fer (III)
84 Notions fondamentales 2

Exercices supplémentaires

2.16 a) Tous les photons lumineux de la lumière blanche transportent-ils la même


quantité d'énergie?
b) Tous les photons d'une lumière monochromatique transportent-ils la même
quantité d'énergie?

Réponse: a) non
b) oui

2.17 Les trois longueurs d'onde 200 nm, 500 nm et 900 nm apparaissent respectivement
dans l'ultraviolet, le visible et l'infrarouge.

a) Quelle est la fréquence de chacune?


b) Calculer l'énergie de chacune en joule.

Réponse: a) 1,5 x 1015 Hz, 6,0 x 1014 Hz, 3,33 x 1014 Hz


b) 9,94 x 10-19J, 3,98 x 10-19 J, 2,21 x 10-19J

2.18 Calculer l'énergie qu'il faut fournir pour faire passer l'électron de l’atome
d’hydrogène de l'orbite 3 à l'orbite 4.

Réponse: 1,07 x 10-19 J

2.19 Calculer la longueur d'onde de la radiation émise lorsque l'électron de l'hydrogène


passe de l'orbite 2 à l'orbite 1.

Réponse: 120 nm

2.20 L’œil humain serait capable de détecter un rayonnement dont l’énergie est aussi
faible que 3,12 x 10-18 J pour une longueur d’onde de 510 nm (couleur verte).
Calculer le nombre de photons détectés par cet œil.

Réponse:8 photons

2.21 L’électron d’un atome d’hydrogène occupe l’orbite 5. Déterminer à quelle orbite il
doit retomber s’il émet un rayonnement dont la longueur d’onde égale
1,283x106m.

Réponse:n = 3
Exercices supplémentaires 85

2.22 Des ondes radio ont une longueur d'onde de 104 m. Sont-elles plus ou moins
énergétiques que des rayons UV dont la longueur d'onde est 10 nm?

Réponse: Les rayons UV sont plus énergétiques.

2.23 Donner les valeurs possibles de n, l, m et s

a) pour un électron 2s
b) pour un électron 3p
c) pour un électron 4f

Réponse: a) n = 2 l = 0 m = 0 s = +1/2 , -1/2


b) n = 3 l = 1 m = +1, 0, - 1 s = + 1/2, - 1/2
c) n = 4 l = 3 m = +3, +2, +1, 0, -1, - 2, - 3 s = + 1/2, - 1/2

2.24 Parmi les combinaisons suivantes des 4 nombres quantiques déterminer celles qui
sont impossibles.

n l m s
a) 3 0 +1 -1/2
b) 5 2 +2 +1/2
c) 1 0 0 0
d) 2 1 0 +1/2
e) 4 4 -4 +1/2

Réponse: a, c, e

2.25 Peut-on avoir dans un atome 2 électrons ayant les 3 mêmes nombres quantiques n, l
et m?

Réponse: oui

2.26 a) Combien y a-t-il de sous-niveaux d’énergie sur le niveau n = 3?


b) Quel est le nombre maximum d’électrons qu’on peut placer dans les orbitales 3d?
c) Quelle est la plus grande valeur de l permise sur le niveau n = 3?
d) Combien y a-t-il d’orbitales sur le niveau n = 3?

Réponses: a) 3
b) 10
c) 2
d) 9
86 Notions fondamentales 2

2.27 Lesquelles parmi les configurations électroniques suivantes correspondent à des


atomes dans leur état excité

a) 1s2 2s2 2p6 3s1


b) 1s2 2s2 2p5 3p1
c) 1s2 2s2
d) 1s2 3s1
e) 1s2 2s2 3s1

Réponse: b, d, e

2.28 Imaginez un univers où tous les nombres quantiques sont identiques à ceux de notre
monde sauf s (spin). Si ses valeurs permise pour s sont +1/2, 0, -1/2 et le principe de
Pauli est valable, quelle est la nouvelle configuration électronique de l'azote?

Réponse: 1s3 2s3 2p1

2.29 Indiquer si chacune des configurations électroniques suivantes, à l’état fondamental


est vraie ou fausse. Dans ce dernier cas, écrire la bonne configuration.

a) 1s2 2s2 2p6 3p5


b) [Kr] 5s2 5p4
c) [Ar] 4s2 3d3
d) 1s2 2s1 2p3

Réponse: La configuration c est exacte.

a) 1s2 2s2 2p6 3s2 3p3


b) [Kr] 5s1 4d5
d) 1s2 2s2 2p2

2.30 Combien existe-t-il d'orbitales 3d? 1s? 2p? 2d?

Réponse: 5 orbitales 3d
1 orbitale 1s
3 orbitales 2p
0 orbitale 2d
Exercices supplémentaires 87

2.31 À l'aide des cases quantiques, donner la configuration électronique des atomes ou
ions suivants:

Cl3-
S2+
Br-
Ar
Mg2+

Réponse: Cl3-
1s 2s 2p 3s 3p 4s

S2+
1s 2s 2p 3s 3p

Br-
1s 2s 2p 3s 3p 4s 3d

4p

Ar
1s 2s 2p 3s 3p

Mg2+
1s 2s 2p
88 Notions fondamentales 2

2.32 Un ion de charge +3 possède la configuration électronique suivante:


1s2 2s22p6 3s2 3p2

Quel est le symbole de cet ion?

Réponse: Cl3+

2.33 Dans l’atome de nickel, écrire les quatre nombres quantiques du 28e électron.

Réponse: n=3 l=2 m=0 s = -1/2

2.34 Quel est le nombre total…

a) D’électrons p dans un atome d’azote?


b) D’électrons s dans un atome de silicium?
c) D’électrons 3d dans un atome de soufre?

Réponse: a) 3
b) 6
c) 0

2.35 Dans un atome, quel est le nombre maximum d’électrons pouvant être caractérisés
par les nombres quantiques suivants?

a) n=2 s = +1/2
b) n=4 m = +1
c) n=3 l=2
d) n=2 l = 0 s = -1/2
e) n=4 l = 3 m = -2

Réponse: a) 4
b) 6
c) 10
d) 1
e) 2

2.36 Donnez le numéro et le nom du groupe auquel appartiennent les atomes suivants:

Na, F, Ar, Mg

Réponse: Na: groupe IA, métaux alcalins


F: groupe VIIA, halogènes
Ar: groupe VIII, gaz rares ou gaz inertes
Mg: groupe IIA, métaux alcalino-terreux
Exercices supplémentaires 89

2.37 Lesquels parmi les suivants sont des éléments de transition?

K, Mo, In, Ar, Y

Réponse: Mo, Y

2.38 À quelle période appartiennent les éléments suivants:

Li, C, Te

Réponse: Li: période 2


C: période 2
Te: période 5

2.39 Donner le nombre d'électrons de valence et le niveau où ils sont situés pour les
atomes suivants:

Na, Si, F

Réponse: Na: 1 électrons de valence, niveau 3


Si: 4 électrons de valence, niveau 3
F: 7 électrons de valence, niveau 2

2.40 Classer les atomes suivants par ordre décroissant de leurs rayons atomiques:

Na, O, Al, B, K.

Réponse: K > Na > Al > B > O

2.41 Pourquoi le rayon d’un atome de lithium est-il beaucoup plus grand que celui d’un
atome d’hydrogène?

2.42 Deux atomes ont les configurations électroniques suivantes: 1s2 2s2 2p6 et
1s22s22p63s1. L’énergie de première ionisation de l’un d’eux est de 2080 kJ/mol et
celle de l’autre est de 496 kJ/mol. Associez chacune de ces énergies à l’une des
configurations données.

Réponse: 2080 kJ/mol est pour 1s2 2s2 2p6


90 Notions fondamentales 2

2.43 Lequel des éléments suivants a la plus grande affinité électronique?


He, K, Co, S, Cl

Réponse: Cl

2.44 Quel est l'élément le plus électronégatif du tableau périodique?

Réponse:F

2.45 Quel type de liaison retrouve-t-on dans les molécules suivantes?

a) Na-Br
b) Cl-Cl
c)
H
H C H
H
d)
O C O

e)
H C N

Réponse: a)  E = 2,03; liaison ionique


b)  E = 0; liaison covalente pure
c)  E = 0,45; 4 liaisons covalentes non polaires
d)  E = 0,89; 4 liaisons covalentes polaires
e)  E H-C = 0,45; liaison H-C covalente non polaire
 E C-N = 0,49; liaison C-N covalente non polaire

2.46 Quel est l'état d'oxydation de:

a) S dans Ag2SO4
b) Sn dans Na2SnO3
c) Al dans NaAlO2
d) Cr dans K2CrO4
e) O dans F2O

Réponse: a) S6+
b) Sn4+
c) Al3+
d) Cr6+
e) O2+
Exercices supplémentaires 91

2.47 Nommer les composés suivants

a) (NH4)3PO4
b) CrCl3
c) Pb(NO3)2
d) PCl3

Réponse: a) phosphate d'ammonium


b) chlorure de chrome (III)
c) nitrate de plomb (II)
d) trichlorure de phosphore

2.48 Écrire la formule correspondant aux composés suivants:

a) hydroxyde d'ammonium
b) cyanure de cuivre (II)
c) sulfate de fer (III)
d) acide sulfureux

Réponse: a) NH4OH
b) Cu(CN)2
c) Fe2(SO4)3
d) H2SO3

2.49 Balancer les équations suivantes (par la méthode électronique s'il y a lieu):

a) SiO2 + HF Si F4 + H2O
b) Fe2O3 + HCl FeCl3 + H2O
c) H2O2 H2O + O2
d) Ca(OH)2 + H3PO4 Ca3 (PO4)2 + 6H2O

Réponse: a) 1, 4, 1, 2
b) 1, 6, 2, 3
c) 2, 2, 1
d) 3, 2, 1, 6
92 Notions fondamentales 2