Vous êtes sur la page 1sur 44

Annexe Technique N°T1 Dossier Technique ICPE

Diagnostic Technique Site de Longvic


Bâtiment K

Annexe technique n°T1


Diagnostic Technique Bâtiment K

Le bâtiment K a été construit en 2010 (sous l’ancien propriétaire) et nous ne disposons pas
du dossier des ouvrages exécutés.

Le but de ce document est de réaliser un diagnostic technique de l’ouvrage à partir d’observations et


de différentes hypothèses plausibles (l’hypothèse qu’il s’agit de produit courant dont les
caractéristiques sont connues sera appliquée).

Le bâtiment K est un bâtiment industriel à un seul niveau, la structure principale est en béton, le sol
est en béton, les parois extérieures sont en bardage métallique double peau avec isolant, les parois
intérieures sont en béton (parois préfabriquées). La toiture est en bac acier avec isolant et étanchéité
bitume auto protégée. Les ouvertures des murs en béton sont équipées de porte coupe-feu simple
vantail ou de porte automatique coulissante coupe-feu.

Structure béton, sol béton et murs préfabriqué béton


· le matériau utilisé (béton) mis en place dans le respect des règles de l’art permet d’obtenir
une résistance au feu de 2h.

Portes coulissantes coupe-feu


· « MALERBA Ref 12D1C » CF 2h PF 2h

1
Annexe Technique N°T1 Dossier Technique ICPE
Diagnostic Technique Site de Longvic
Bâtiment K

Photos prises sur site

Les portes sont équipées de commandes manuelles permettant la fermeture et l’ouverture des
portes. La maintenance des portes est réalisée tous les ans par une entreprise certifiée.

2
Annexe Technique N°T1 Dossier Technique ICPE
Diagnostic Technique Site de Longvic
Bâtiment K

Portes Issues de Secours un vantail


· « MALERBA Ref 1201B » CF 2h PF 2h

Photo prises sur site

3
Annexe Technique N°T1 Dossier Technique ICPE
Diagnostic Technique Site de Longvic
Bâtiment K

Panneaux bardage vertical métallique double peau


A ce jour, il n’a pas été possible d’analyser avec précision quel est le type exact de bardage
métallique installé.

Epaisseur complexe complet : 100 mm


Identification bardage sur base similitude technique : bardage métallique double peau avec isolation
laine de verre.
Exemple commun : Système bardage double peau isolé de la marque ISOVER SAINT GOBAIN

1. Plateau de bardage
2. Cladipan 32
3. Isobardage 32
4. Fixation SKRB
5. Ossatures secondaires
6. Fixation entretoise SDRT2
7. Bac acier de bardage

Source : https://www.isover.fr/systemes/applications/solutions/isolation-thermique-renforcee-des-
bardages-double-peau

Isolation Cladipan 32 : « Panneau de laine de verre semi-rigide à haut pouvoir isolant revêtu d'un
voile de verre sur sa face extérieure et doté d'une incision latérale pour mise en œuvre sur les
plateaux de bardage. »
Certificat ACERMI 06/018/428 : Classement au feu A2, s1, d0

4
Annexe Technique N°T1 Dossier Technique ICPE
Diagnostic Technique Site de Longvic
Bâtiment K

Source : https://www.isover.fr/produits/catalogue/cladipan-32

Isolation Isobardage 32 : « Panneau à dérouler de laine de verre semi-rigide revêtu d'un voile de
verre sur sa surface extérieure. Complément d'isolation aux systèmes Cladisol. » Pas nécessairement
installé mais présence possible.
Certificat ACERMI 06/018/428 : Classement au feu A1

Plateaux de bardage et bac acier : comportement au feu stable A1

Source : https://www.isover.fr/produits/catalogue/isobardage-32

5
Annexe Technique N°T1 Dossier Technique ICPE
Diagnostic Technique Site de Longvic
Bâtiment K

Couverture bac acier avec isolant et étanchéité bitume auto


protégée
A ce jour, il n’a pas été possible d’analyser avec précision quel est le type exact de bac acier, d’isolant
et d’étanchéité.

Identification couverture sur base similitude technique: bac acier avec isolation et étanchéité bitume
(système retrouvé couramment en toiture industrielle et cohérent avec nos observations) :

Bac acier nervuré, type « Parasteel 42 » ou « Hacierco C » ou équivalent : comportement au feu


stable A1

Isolant, type laine de verre : comportement au feu stable A1 ou A2

Etanchéité bitume auto protégée, type « Gamme Paracier Siplast » ou équivalent


Broof T3 (avec Paradienne FM + Paradier G)

Source : http://www.siplast.fr/documents/toitures-terrasses-autoprotegee-acier-fascicule.pdf

6
Annexe Technique N°T2 Dossier Technique ICPE
Détection Incendie Site de Longvic

Annexe technique n°T2


Détection Incendie

Ce projet a pour but d’améliorer la sécurité incendie du site via une extension de
l’installation de détection automatique d’incendie.
Il est prévu dans cette extension d’équiper les bâtiments A, B, D et K.
Tous les détecteurs seront reliés à une centrale de détection incendie. La centrale de détection
incendie se situe dans le bâtiment Laboratoire d’Essai (voir plan ci-après).
Un tableau de report d’alarme est situé au RDC du bâtiment B (au plus près des équipes de
production présent en 2x8h 5j/7j). Ce report d’alarme sera relié au système de télésurveillance du
site.
Selon les zones à protéger, les détecteurs posés seront des détecteurs optiques de fumée ou des
détecteurs multi ponctuels par aspiration.

L’installation suivra les principes généraux et règles de l’art suivantes :

· C 15.100 : Installations électriques


· Code du travail R4216-1 à Article R4216-30, article R4227-1 à Article R4227-41
· APSAD R7 : Détection automatique d’incendie.

Les travaux seront confiés à une entreprises certifiée APSAD pour les activités suivantes :

· Service d’installation et maintenance de systèmes de détection incendie

Conformément aux règles APSAD une maintenance régulière et des vérifications périodiques seront
effectuées par une entreprise certifiée (2 visites par an).

1
Annexe Technique N°T2 Dossier Technique ICPE
Détection Incendie Site de Longvic

2
Annexe Technique N°T2 Dossier Technique ICPE
Détection Incendie Site de Longvic

Schématisation du système global


La détection incendie vient se greffer au système élargi comprenant les alarmes (commandes
manuelles) ainsi que les détecteurs existants sur les portes coupe-feu coulissantes automatiques (ou
encore la détection existante dans le bâtiment administratif).

3
Annexe Technique N°T3 Dossier Technique ICPE
Disconnecteurs Site de Longvic

Annexe technique n°T3


Disconnecteurs

Afin de respecter la réglementation ICPE, il est prévu d’installer deux nouveaux disconnecteurs sur
les deux arrivées d’eau de ville du site. Grâce à ce type d’installation, aucun phénomène de retour
d’eau et donc de pollution du réseau public d’eau potable n’est possible.

Ces disconnecteurs seront installés conformément aux règles de l’art :

· hauteur comprise entre 0,5 m et 1,5 m (afin de faciliter les opérations de maintenance
notamment)
· présence de vannes amont et aval du disconnecteur
· présence d’un robinet de rinçage et de vidange

Les disconnecteurs seront contrôlés une fois par an par une entreprise (ou organisme de contrôle)
certifiée.

Photo disconnecteur installé sur EV1 – Disconnecteur avec compteur

1
Annexe Technique N°T3 Dossier Technique ICPE
Disconnecteurs Site de Longvic

2
Annexe Technique N°T4 Dossier Technique ICPE
Ecran CF Bat K Site de Longvic

Annexe technique n°T4


Ecran coupe-feu k

Le but de ce projet est de créer une cloison écran coupe-feu sur les parois extérieures du
bâtiment K. (On précise qu’une séparation mur coupe-feu 2h existe déjà entre le bâtiment B et le
bâtiment K).

Il est donc prévu de venir créer un écran supplémentaire coupe-feu en plaque de Placoplatre, en
murs béton cellulaire (SIPOREX) ou en bardage laine de roche au droit des surfaces verticales en
matériaux non coupe-feu (bardage existant, parties des châssis vitrées et bardage métallique).

Cet écran permet ainsi de contenir les effets d’un incendie se déclarant dans le bâtiment K.

L’écran coupe-feu sera donc composé de matériaux disposant de PV attestant de leur degré coupe-
feu de 2 heures.

1
Annexe Technique N°T4 Dossier Technique ICPE
Ecran CF Bat K Site de Longvic

2
Annexe Technique N°T4 Dossier Technique ICPE
Ecran CF Bat K Site de Longvic

3
Annexe Technique N°T5 Dossier Technique ICPE
Ecran CF L ABD Site de Longvic

Annexe technique n°T5


Compartimentage coupe-feu L / ABD

Le but de ce projet est de créer une séparation coupe-feu entre les bâtiments de production
(A, B et D) et le bâtiment de logistique (C et L). (On précise qu’une séparation mur coupe-feu 2h
existe déjà entre le bâtiment B et le bâtiment K).

Il est donc prévu de venir créer un écran supplémentaire coupe-feu en plaque de Placoplatre ou en
murs béton cellulaire (SIPOREX) ou en bardage CF 2h au droit des surfaces verticales en matériaux
non coupe-feu (bardage existant, châssis vitrés et bardage métallique), ainsi que de mettre en place
deux portes coupe-feu automatiques coulissantes au droit des deux ouvertures de la paroi. Cet écran
couplé aux portes coupe-feu permet donc d’interdire la propagation horizontale du feu entre la zone
stockage/logistique et la partie production du site.

L’écran coupe-feu sera donc composé de matériaux disposant de PV attestant de leur degré coupe-
feu de 2 heures.

Les portes coulissantes automatiques de caractéristiques C112 EI120 (CF 2h) seront équipées d’une
protection grillagée, d’une détection autonome de fumée et disposeront de procès-verbaux attestant
de leur degré coupe-feu de 2h. Une commande manuelle permet d’actionner la fermeture ou
l’ouverture de la porte.

Ces portes seront contrôlées une fois par an par une entreprise certifiée.

1
Annexe Technique N°T5 Dossier Technique ICPE
Ecran CF L ABD Site de Longvic

2
Annexe Technique N°T5 Dossier Technique ICPE
Ecran CF L ABD Site de Longvic

3
Annexe Technique N°T6 Dossier Technique ICPE
Désenfumage Site de Longvic

Annexe technique n°T6


Mise en conformité désenfumage
L’objectif de ce projet est donc de mettre en conformité l’installation de désenfumage de ces
bâtiments.

La mise au norme de l’installation suivra les principes généraux et règles de l’art suivantes :

· Le code du travail
· La réglementation ICPE
· APSAD R17 : Règles d’installation Exutoires de Fumées et de Chaleur

Les travaux seront confiés à une entreprises certifiée APSAD pour les activités suivantes :

· Service d’installation et maintenance de systèmes de désenfumage naturel

Pour les bâtiments A, B et D soumis au régime de la déclaration au titre de la rubrique ICPE n°2661, la
surface de désenfumage sera portée à 2% de surface géométrique d’évacuation par rapport à la
surface au sol des bâtiments.

Pour les bâtiments C et L soumis au régime de la déclaration au titre de la rubrique ICPE n°2663, la
surface de désenfumage sera portée à 2% de surface géométrique d’évacuation par rapport à la
surface au sol des bâtiments.

Pour le bâtiment K soumis au régime de l’enregistrement au titre de la rubrique ICPE n°2662, la


surface de désenfumage sera portée à 2% de surface utile d’évacuation au sol des bâtiments.

Des écrans de cantonnements seront ajoutés en particulier dans les bâtiments C et K afin de
respecter la réglementation et disposer de cantons de surfaces inférieurs à 1600 m².

Egalement, afin de respecter la réglementation, des amenées d’air frais seront créés en particulier
dans les bâtiments A et K.

1
Annexe Technique N°T6 Dossier Tec
Désenfumage Site de L

Le matériel installé sera conforme aux normes en vigueurs :

· Exutoires de fumées norme EN 1201-2 relative aux DENFC (dispositifs d'évacuation naturelle
de fumée et de chaleur)

L’asservissement des exutoires est automatique via un dispositif thermo fusible et est réalisé par des
commandes pneumatiques (cartouches C02).

Exemple DENFC :

La maintenance à réaliser une fois par an sera confiée à une entreprise certifiée

2
Annexe Technique N°T6 Dossier Technique ICPE
Désenfumage Site de Longvic

Figure 1 : Installation existante

3
Annexe Technique N°T6 Dossier Technique ICPE
Désenfumage Site de Longvic

Figure 2 : Plan Avant-Projet Sommaire

4
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Annexe technique n°T7


Mesures compensatoires relatives aux non-
infiltrations d’EEI dans le sol

Dans le cadre de la réglementation ICPE il est prévu de mettre en place des bassins de
rétention permettant de récupérer les eaux d’extinction incendie et donc d’empêcher toute pollution
de la nappe phréatique via des entrées dans les puits d’infiltration. Dans l’attente de la mise en place
de ces bassins, il est nécessaire de mettre en place une stratégie afin de ne pas déverser les eaux
d’extinction incendie dans les puits d’infiltration, pour cela plusieurs mesures compensatoires
doivent être mises en place.

Elles sont décrites sur les schémas ci-après.

1
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Figure 1 Plan repérage global puits infiltrations

2
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Puits n°6

Figure 2 Schéma fonctionnement Zone Puits n°6

3
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Figure 3 Coupe Schéma Fonctionnement Zone Puits n°6

Ce puit récupère uniquement les EP de la zone en enrobés entre le bâtiment K et la cuve réservoir eau Sprinklage.
Des eaux d’extinction incendie pourraient donc être déversées dans ce puit lors d’un éventuel incendie du bâtiment K.
Voici le plan d’actions proposé :

- Mise à disposition d’un obturateur mécanique pour grille d’évacuation, seule source alimentant le puits n°6 (obturateur tapis magnétique par
exemple)

4
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Figure 4 Photo obturateur grille

- Mise à disposition de boudin anti-inondation


- Pose de bordure et muret en périphérie du parking afin d’atteindre la côte de 227,05 m
- Mise à disposition d’un second obturateur sur la grille en extrémité Sud du parking, grille reliée au puit d’infiltration situé à l’extérieur du site côté
Sud.

Ainsi dès lors qu’un incendie est avéré sur la zone, une personne est en charge de boucher les deux grilles avec les obturateurs puis de placer les boudins à
l’entrée du 1er parking en surface gravillonnée.
Un responsable sera nommé pour réaliser ces tâches, la durée estimée pour mettre en place les deux obturateurs de grilles et les boudins est de 5 minutes.
Ainsi l’eau ruisselle en direction du parking chaussée en enrobé qui constitue ainsi une zone de rétention d’environ 200 m3 (hypothèse 0,15 m x 1400 m²).
Un test d’efficacité et de volume stocké est prévu afin de valider cette stratégie (mise en eau de la zone après réalisation du plan d’actions).
Si nécessaire la capacité de rétention peut être revue à la hausse dans le cas où le premier parking en chaussée gravillonnée est rénové en chaussée en
enrobé (estimation + 40 m3 disponible)

5
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Figure 5 Schéma fonctionnement zone puits 7-8-9-13

6
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Puits n°7

Ce puit récupère uniquement les EP du bâtiment K.


Des eaux d’extinction incendie pourrait donc être déversées dans ce puit lors d’un éventuel incendie du bâtiment K.
Voici le plan d’actions proposé :

- Mettre en place un « Y » avec une vanne au droit de la descente d’eau

Selon la position de la vanne, deux modes d’évacuation sont possibles : mode normal évacuation vers le puit et mode « incendie » : une personne vient
actionner la vanne afin que l’eau s’évacue directement sur la chaussée enrobée entre le bâtiment et la cuve réservoir d’eau. Combiné avec les actions
décrites avec le puit n°6, l’eau s’évacue en direction de la zone rétention du parking.
Un responsable sera nommé pour réaliser cette opération qui ne prend que quelques secondes à mettre en place.

Figure 6 Schéma fonctionnement Zone Puits n°7

7
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Puit n°8

Ce puit récupère les EP du bâtiment F ainsi que les EP correspondant à la zone en chaussée en enrobés entre le bâtiment F et le bâtiment B.

Des eaux d’extinction incendie pourraient donc être déversées dans ce puits lors d’un éventuel incendie du bâtiment F ou B.

Voici le plan d’action proposé :

- Mise en place d’un kit complet à proximité du puit, pour mise en place en cas d’incendie d’un obturateur pneumatique manuel ; Kit comprenant
l’obturateur pneumatique préformé, le matériel nécessaire à la mise en place de l’obturateur dans le puit, le flexible de gonflage, la poignée de
gonflage et les bouteilles d’air comprimé (ou ici possibilité de disposer à proximité du compresseur dans la chaufferie).

Un responsable sera nommé pour réaliser l’opération du bouchage du puits en cas d’alarme incendie. La durée de l’opération complète est estimée à 10
minutes et nécessite une seule personne (poids obturateur : 16 kg, pression de gonflage 2,50 bars).

Combiné avec les actions décrites avec le puit n°6, l’eau s’évacue en direction de la zone rétention du parking.

Figure 8 Poignée de gonflage sécurisée

Figure 2 Principe obturateur préformé

8
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Puits n°9

Ce puit récupère les EP des bâtiments B, D et A.


Des eaux d’extinction incendie pourraient donc être déversées dans ce puit lors d’un éventuel incendie du bâtiment B, D ou A.
Voici le plan d’actions proposé :

- Mettre en place un « Y » avec une vanne à l’aplomb des descentes d’eau à proximité de la rampe d’accès aux caves
- Boucher les trous d’infiltration et d’évacuation situés à la cave du bâtiment A et bâtiment B

Figure 9 Schéma fonctionnement vannes Zone Puits n°9

Selon la position de la vanne, deux modes d’évacuation sont possibles : mode normal évacuation vers le puit et mode « incendie » : une personne vient
actionner la vanne afin que l’eau s’évacue dans les caves des bâtiments A et B.

Un responsable sera nommé pour réaliser cette opération qui ne prend que quelques secondes à mettre en place.

9
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Puits n°13

Ce puit récupère les EP zone chaussée en enrobé à proximité du bâtiment A ainsi que les EP du bâtiment A.
Des eaux d’extinction incendie pourraient donc être déversées dans ce puit lors d’un éventuel incendie du bâtiment A.
Voici le plan d’actions proposé :

- Mise en place d’un kit complet à proximité du puit, pour mise en place en cas d’incendie d’un obturateur pneumatique manuel ; Kit comprenant
l’obturateur pneumatique préformé, le matériel nécessaire à la mise en place de l’obturateur dans le puit, le flexible de gonflage, la poignée de
gonflage et les bouteilles d’air comprimé

Un responsable sera nommé pour réaliser l’opération du bouchage du puit en cas d’alarme incendie. La durée de l’opération complète est estimée à 10
minutes.
Combiner au plan d’actions prévu pour les puits 14 et 15, l’eau ruisselle vers la zone de rétention à proximité des quais.

10
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Puits n°14 et n°15

Figure 3 Schéma fonctionnement zone puits n° 14 et 15 – Solution 2

11
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Le puit n°14 récupère les EP zone chaussée en enrobé à proximité du bâtiment A/L ainsi que les EP du bâtiment L, ainsi que le trop plein en cas de
saturation d’une grande partie des puits du site.

Le puit n°15 récupère les EP zone chaussée enrobé à proximité du bâtiment A/L ainsi que les EP du bâtiment L.

Des eaux d’extinction incendie pourraient donc être déversées dans ces deux puits lors d’un éventuel incendie du bâtiment A ou L.

Voici le plan d’actions proposé :

- Création d’un regard déporté où viennent se rejoindre les EP en provenance des grilles du quai du bâtiment C ainsi que les EP de toitures du
bâtiment L. Ce regard permet ensuite d’évacuer l’eau vers le puit n°14. Le puit n°15 est conservé uniquement en évacuation par la grille en surface.
- Mise en place d’un kit complet à proximité du puit, pour mise en place en cas d’incendie d’un obturateur pneumatique manuel ; Kit comprenant
l’obturateur pneumatique préformé, le matériel nécessaire à la mise en place de l’obturateur dans le puit, le flexible de gonflage, la poignée de
gonflage et les bouteilles d’air comprimé.
- Mise à disposition d’un obturateur mécanique pour grille d’évacuation, afin de pouvoir boucher la grille/puit évacuation n°15.
- Pose de bordure à proximité du puit du forage, afin d’atteindre la cote de 228,2 m altitude ;
- Réalisation d’une pente entre le puit et la logistique, point haut de la pente 228,2 m altitude.

Le résultat est le même que pour la solution 1, hormis qu’en mode de fonctionnement normal, il est toujours possible de bénéficier de la capacité
d’évacuation du puit n°15.

Un responsable sera nommé pour réaliser l’opération du bouchage du puits en cas d’alarme incendie ainsi que de la pose de l’obturateur sur la grille. La
durée de l’opération complète est estimée à 10 minutes.

12
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Figure 4 Coupe Schéma fonctionnement zone puits n° 14 et 15 - Solution 2

13
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Puits n°16 :

Ce puit récupère les EP toiture du bâtiment C.


Des eaux d’extinction incendie pourraient donc être déversées dans ce puit lors d’un éventuel incendie du bâtiment C.
Voici le plan d’actions proposé :

- Mise en place d’une vanne en amont du puits.

Un responsable sera nommé pour fermer la vanne en cas d’incendie, l’opération ne prend que quelques secondes.

Figure 5 Traitement puits n°16

14
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

SYNTHESE PLAN D’ACTIONS GLOBAL

Figure 6 Synthèse puits et surfaces traités

15
Annexe Technique N°T7 Dossier Technique ICPE
Puits Infiltrations Site de Longvic

Au vu de l’ensemble des opérations à effectuer dans le cadre de ce plan de mesures compensatoires, 4 responsables seront nécessaires pour réaliser les
actions avec un délai inférieur ou égal à 10 minutes. Ce plan d’actions sera réalisé uniquement sous ordre du responsable des pompiers.

Responsable A : Responsable des actions à mener dans la zone


du puit n°6 et puit n°16 (deux obturateurs plaques/grilles
évacuations, 15 ml de boudin et 1 vanne à actionner).

Responsable B : Responsable des actions à mener dans la zone


des puits n° 7-8-9 (3 vannes à actionner et un obturateur
pneumatique préformé à mettre en place et à gonfler).

Responsable C : Responsable des actions à mener dans la zone


du puit n°13 (un obturateur pneumatique préformé à mettre
en place et à gonfler).

Responsable D : Responsable des actions à mener dans la zone


des puits n°14 et 15 (un obturateur de plaque grille
d’évacuation et un obturateur pneumatique préformé à mettre
en place et à gonfler).

Afin de garantir l’efficacité et les temps de mise en place, une


formation et des essais sont bien sûr à prévoir.
Figure 7 Synthèse Zones et responsables

16
Annexe Technique N°T10 Dossier Technique ICPE
RIA Site de Longvic

Annexe technique n°T10


RIA

Le projet a donc pour but d’installer un réseau complet de RIA (Robinet Incendie Armé) au
RDC de la partie Production et Logistique/Stockage du site.

L’installation a été dimensionnée et sera posée selon les règles APSAD R5 (Règle d'installation de
Robinets Incendie Armés et Postes Incendie Additivés).

Les travaux seront donc confiés à une entreprises certifiée APSAD pour les activités suivantes :

· APSAD J5 : Validation d'installations de Robinets Incendie Armés,


· APSAD F5 : Maintenance d'installations de Robinets Incendie Armés,

La formation du personnel est prévue dans la prestation d’installation (formation exploitation et


opérations de surveillance trimestrielles de l’installation)

L’installation a été dimensionnée afin que 4 RIA puissent fonctionner en simultané pendant 20
minutes. (règle APSAD R5).

Toujours selon la règle APSAD R5, l’activité du site a été classée de la façon suivante : « R/ Magasins,
dépôts et chantier divers » et avec une catégorie de risque: 2 (potentiel calorifique au-dessus de 900
MJ/m²). C’est pourquoi les RIA installés seront de type : DN33/30 m (Diamètre tuyau: 33 mm ;
Longueur de tuyau 30 m).

Afin que chaque point de la surface des bâtiments soit atteint par au minimum deux RIA, au
minimum 28 RIA seront installés sur le site.

1
Annexe Technique N°T10 Dossier Technique ICPE
RIA Site de Longvic

2
Annexe Technique N°T11 Dossier Technique ICPE
AVP Bassin Rétention Site de Longvic

Annexe technique n°T11


Avant-Projet Sommaire Bassin Rétention

Sur une vision à plus long terme, il est prévu d’équiper le site d’une installation complète de
traitement des eaux de rétention avec un séparateur d’hydrocarbures et un bassin de rétention.

Aujourd’hui nous en sommes au stade d’avant-projet sommaire, une prestation du CNPP est en cours
pour le dimensionnement de la capacité de rétention calcul D9. Une pré-étude donne un volume de
1 256 m3 à atteindre.

Le séparateur d’hydrocarbures associé au bassin de rétention permet d’éliminer tout risque de


pollution des sols et de la nappe phréatique conformément à la réglementation ICPE.

Il a été évoqué également pendant cette pré-étude sommaire d’utiliser les sous-sols des bâtiments A
et B comme bassin de rétention (importante capacité disponible).

Cette installation nous permet donc de traiter :

· Les eaux pluviales de toitures


· Les eaux pluviales des surfaces en enrobé parking (divers ruissellements)
· Les eaux d’extinction incendie
· La problématique des puits d’infiltrations (avec la suppression de ces puits)

Voici ci-après le schéma de principe de l’installation.

Les regards de dérivation permettent ainsi de passer d’un mode de fonctionnement normal à un
mode accidentel où le bassin de rétention joue pleinement son rôle.

1
Annexe Technique N°T11 Dossier Technique ICPE
AVP Bassin Rétention Site de Longvic

2
Annexe Technique N°T12 Dossier Technique ICPE
Poteaux Incendie Site de Longvic

Annexe technique n°T12


Poteaux Incendie

1
Annexe Technique N°T12 Dossier Technique ICPE
Poteaux Incendie Site de Longvic

Le système de poteaux incendie du site est composé de 3 poteaux utilisant comme source
d’alimentation en eau le forage du site. En effet deux pompes placées dans un puit (forage)
permettent ainsi de puiser l’eau de la nappe phréatique et ainsi alimenter les poteaux. Par
observations depuis maintenant plusieurs années ce forage nous assure une alimentation en eau
fiable (été comme hiver). Les pompes sont alimentées électriquement de façon autonome par un
groupe électrogène.

L’implantation des poteaux permet une bonne couverture du site.

Cette installation permet d’obtenir le débit et la pression minimum requise sur deux poteaux en
simultané (120 m3/h). Un PV de réception de l’installation avec les mesures de débit et de pression
attestera de la conformité du système de poteaux incendie. Des essais de débit et de pression seront
effectués de nouveau lors des opérations de maintenance annuelle.

Une maintenance régulière de l’installation est prévue avec notamment :

· tous les quinze jours, sur le groupe électrogène la vérification du niveau d'huile, d'eau et de
combustible, du dispositif de réchauffage du moteur et de l'état de la batterie utilisée pour le
démarrage ;
· tous les mois, un essai de démarrage automatique (ouverture poteau) avec une charge
minimale de 50 % de la puissance du groupe et fonctionnement avec cette charge pendant
une durée minimale de trente minutes.

Le site disposera de réservoir de carburant externe situé à proximité du groupe électrogène et dans
un espace protégé par une clôture. Ainsi il sera possible de compléter dès que nécessaire le réservoir
du groupe électrogène.

Une entreprise spécialisée sera en charge des opérations de maintenance sur le groupe électrogène.
Il est à noter que pendant les opérations de maintenance du groupe électrogène il sera possible de
basculer en alimentation TGBT usine via un basculeur manuel sécurisé.

Un poteau incendie public situé à 77 m de l’entrée du site complète le dispositif et pourra également
être utilisé par les pompiers. La compagnie des eaux certifie un débit de 150 m3/h sur ce poteau.

2
Annexe Technique N°T15 Dossier Technique ICPE
Synthèse Sécurité Incendie Site Site de Longvic

Annexe technique n°T15


Synthèse Sécurité Incendie Site