Vous êtes sur la page 1sur 56

LES ENJEUX DE LA SECURITE INCENDIE

Définition :

"LA PREVENTION DE L’INCENDIE EST UNE DISCIPLINE SCIENTIFIQUE


DONT LA FINALITE EST LA PROTECTION DE LA VIE DES ETRES HUMAINS
ET LA SAUVEGARDE DE LEURS BIENS"
PROTECTION DES ENGAGEMENT DES
PERSONNES PROTECTIONS DES SECOURS
BIENS
 DEGAGEMENTS SUFFISANTS  CONSTRUCTION  IMPLANTATION
NOMBRE, LARGEUR, BIEN REPARTIS, MATERIAUX UTILISES,
LIBRES COMPARTIMENTAGE, VOIRIE D’ACCES
DISPOSITION DES LOCAUX,
ECLAIRAGE VENTILATION, DESENFUMAGE
FACADES
NORMAL, DE SECURITE,
DE REMPLACEMENT INSTALLATIONS TECHNIQUES
CONFORMITE AUX NORMES ET AUX BAIES
DESENFUMAGE DES LOCAUX DTU

VERIFICATIONS TECHNIQUES
ALARME
CHOIX DES MOYENS DE SECOURS

CONSIGNES DE SECURITE
ADAPTEES
La philosophie de la réglementation

=> Réduire les pertes de vies humaines


=> Eviter de nouveaux sinistres
  => Tenir compte des risques nouveaux
=> Obtenir une cohérence sur le territoire national.
Le but des différentes réglementations
La sauvegarde des personnes : LʼEVACUATION

Bâtiment Principe retenu Référence


réglementaire
Lieux Les bâtiments et les locaux doivent être conçus et réalisés de
manière à permettre en cas de sinistre lʼévacuation rapide de
de travail la totalité des occupants dans les conditions de sécurité Article R 235-4
maximale
La construction doit permettre aux occupants, en cas
Habitation dʼincendie soit de quitter lʼimmeuble sans secours extérieur, Article R 111 - 13
soit de recevoir un tel secours
La construction doit permettre lʼévacuation rapide et en bon Article R 123-4
ERP ordre de la totalité des occupants
- vaincre le feu avant qu'il n'ait atteint une dangereuse
extension Article R-122-9
- assurer la mise en sécurité des occupants des
IGH compartiments atteints ou menacés
- permettre la continuation de la vie normale dans le reste de
l'immeuble
Le règlement de sécurité précise la manière de répondre
aux principes dont lʼapplication est rendue obligatoire
par le CCH

=> En lʼabsence de règlement, de normes ou de règles


contractuelles, les documents techniques unifiés (DTU)
servent de référence.
LES PRINCIPAUX ACTEURS DE LA PREVENTION.
LE CORPS PREFECTORAL

LES MAIRES (qui sont aussi des exploitants)

LES RAPPORTEURS ET SECRETARIATS (DDSIS - SIDPC)

LES AUTRES ACTEURS (police - gendarmerie - DDE …)

LES PROPRIETAIRES, CONSTRUCTEURS, INSTALLATEURS

LES EXPLOITANTS ET FONCTIONNAIRES DESIGNES

LES CONTROLEURS TECHNIQUES

LES TECHNICIENS COMPETENTS

LʼINSPECTEUR DU TRAVAIL

LʼINSPECTEUR DES ICPE.


RESPONSABILITES DES CONSTRUCTEURS
PROPRIETAIRES ET EXPLOITANTS
RESPONSABLES DE LA SAUVEGARDE DU PUBLIC DONC DE L'APPLICATION DU CCH (R 123-3 ) ILS
DOIVENT :

=> FOURNIR UN DOSSIER DE SECURITE (notice descriptive et plans) (R 123-24)


- LORS DE LA DEMANDE DE P.C
- LORS DE TRAVAUX NON SOUMIS A P.C
=> FOURNIR LES PLANS DE DETAIL DES INSTALLATIONS TECHNIQUES (R123-25)
=> S'ASSURER DU COMPORTEMENT AU FEU DES MATERIAUX UTILISES ET POUVOIR
LE JUSTIFIER (R 123-5)

=> FAIRE VERIFIER LE RESPECT DES REGLES DE SECURITE PAR UN ORGANISME AGREE
(R 123-43)

=> DEMANDER L'AUTORISATION D'OUVERTURE (R 123-45)

=> MAINTENIR EN ETAT ET FAIRE VERIFIER LES INSTALLATIONS (R 123-43, 44)

=> TENIR A JOUR UN REGISTRE DE SECURITE (R 123-51)

=> ASSISTER OU SE FAIRE REPRESENTER LORS DES VISITES DES COMMISSIONS


DE SECURITE (R 123-49).
LES PRINCIPES SECURITE INCENDIE
SECURITE CONTRE L’INCENDIE DANS

LES E.R.P

Classement des établissements


DEFINITION D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

....tous bâtiments, locaux ou enceintes dans lesquels des personnes


sont admises soit librement, soit moyennant une rétribution ou une
participation quelconque, ou dans lesquels sont tenues des réunions
ouvertes à tout venant ou sur invitations payantes ou non

Sont considérés comme faisant partie du public toutes les personnes


admises dans lʼétablissement à quelque titre que ce soit en plus du
personnel

Cette définition est à la fois simple et complexe.


LES PRINCIPES DE SECURITE (1)

=> MESURES PARTICULIERES A DEFINIR PAR LE REGLEMENT DE SECURITE DES LA


PRESENCE DANS L'ETABLISSEMENT D'UN CERTAIN EFFECTIF DE PERSONNES
HANDICAPEES CIRCULANT EN FAUTEUIL ROULANT (art. R. 123-3)

=> CONSTRUCTIONS PERMETTANT L'EVACUATION RAPIDE ET EN BON ORDRE DE LA


TOTALITE DES OCCUPANTS (art R. 123-4)

=> FACADES ACCESSIBLES ET SUFFISANTES POUR PERMETTRE L'EVACUATION DU


PUBLIC ET LA MISE EN OEUVRE DES MOYENS DE SECOURS (art. R. 123-4)

=> COMPORTEMENT AU FEU DES MATERIAUX, ADAPTE AUX RISQUES (REACTION ET


RESISTANCE AU FEU, TOXICITE (art. R. 123-5)
=> AMENAGEMENT DES LOCAUX NE FAISANT PAS COURIR DE RISQUES AUX OCCUPANTS
ET AUX VOISINS (art. R. 123-6)
=> SORTIES ET DEGAGEMENTS INTERIEURS SUFFISAMMENT NOMBREUX ET BIEN
REPARTIS POUR ASSURER L'EVACUATION RAPIDE ET SURE (art. R. 123-7).
LES PRINCIPES DE SECURITE (2)

=> ECLAIRAGE ELECTRIQUE, SECOURU PAR UN ECLAIRAGE DE SECURITE POUR


FACILITER L'EVACUATION (art. R. 123-8)
=> EXCLUSION DES MATIERES DANGEREUSES, EXPLOSIVES, TOXIQUES, LIQUIDES
PARTICULIEREMENT INFLAMMABLES ET INFLAMMABLES DE 1ére CATEGORIE, SAUF
DISPOSITIONS CONTRAIRES (art. R. 123-9)

=> INSTALLATIONS TECHNIQUES SURES NE CREANT PAS DE RISQUES POUR LE PUBLIC


(art. R. 123-10).
LE CLASSEMENT DES ERP

Double classement
=> En types (selon la nature de l'exploitation) soumis :
- à des dispositions générales communes ET
- à des dispositions particulières propres à chaque activité

=> En catégories, selon l'effectif du public et du personnel (*)


déterminé suivant des règles précisées pour chaque type

(*) Pour les 4 premières catégories seulement. Dans la 5ème catégorie (PE) il n'est pas tenu
compte de l'effectif du personnel pour le classement.
Les différents types
=> ETABLISSEMENTS INSTALLES DANS UN BATIMENT
J : Structures dʼaccueil pour personnes âgées ou personnes handicapées
L : Salles d'audition, de conférences, cinémas, théâtres, salles polyvalentes ...
M : Magasins de vente, Centres commerciaux
N : Restaurants, débits de boisson
O : Hôtels, pensions de famille
P : Salles de danse, salle de jeux
R : Etablissements d'enseignement, Colonies de vacances
S : Bibliothèques et centres de documentation
T : Salles d'expositions
U : Etablissements sanitaires
V : Etablissements de culte
W : Administrations, banques, bureaux
X : Etablissements sportifs couverts
Y : Musées.
=> ETABLISSEMENTS SPECIAUX
PA : Etablissements de plein air
CTS : Chapiteaux, tentes et structures itinérants ou fixes
SG : Structures gonflables
OA : Hôtels-restaurants d'altitude
REF : Refuges de montagne
PS : Parcs de stationnement couverts
GA : Gares accessibles au public
EF : Etablissements flottants.
CATEGORIES

1501 PERSONNES 1 ère


ET PLUS CATEGORIE

1500

2 ème
CATEGORIE
701
3 ème
CATEGORIE
301
4 ème
CATEGORIE
VARIABLE
5 ème
CATEGORIE
Comment déterminer lʼeffectif du public ?
Soit :.

• Le nombre de places assises


• La surface réservée au public
• La déclaration contrôlée du chef d’établissement
• L’ensemble de ces éléments.
SECURITE CONTRE L’INCENDIE DANS

I.G.H

Classement des bâtiments


R 122-2
DEFINITION D’ UN I G H
CONSTITUE UN IMMEUBLE DE GRANDE HAUTEUR :
TOUT CORPS DE BATIMENT DONT LE
PLANCHER BAS DU DERNIER NIVEAU
EST SITUE PAR RAPPORT AU
NIVEAU DU SOL LE PLUS HAUT
ACCESSIBLE AUX ENGINS DE
SAPEURS POMPIERS :

- A PLUS DE 50 m POUR LES IMMEUBLES


A USAGE D ' HABITATION . I G H
- A PLUS DE 28 m POUR TOUS LES AUTRES.
HAUTEUR
R 122-5
Classement des IGH.
G.H.A. : immeubles à usage d'habitation
G.H.O. : immeubles à usage d'hôtel
G.H.R. : immeubles à usage d'enseignement
G.H.S. : immeubles à usage de dépôts d'archives
G.H.U. : immeubles à usage sanitaire
G.H.W.1 : immeubles à usage de bureaux, répondant aux conditions
fixées par le règlement prévu à l'article R.122-4 et dont la hauteur du
plancher bas tel qu'il est défini à l'article R.122-2 est comprise entre 28 et
50 mètres
G.H.W.2 : immeubles à usage de bureaux dont la hauteur du plancher
bas tel qu'il est défini ci-dessus est supérieure à 50 mètres
G.H.Z. : immeubles à usage mixte.
R 122-9 LES PRINCIPES DE SECURITE.
=> LA MAITRISE DU FEU avant toute EXTENSION DANGEREUSE
* Compartimentage - 2 heures
* Limitation du potentiel calorifique
* Matériaux pouvant propager rapidement le feu interdits
=> LES DISPOSITIONS APPROPRIEES empêchant la PROPAGATION des fumées
=> LES COMMUNICATIONS (compartiments, escaliers) par DISPOSITIFS
ETANCHES AUX FUMEES permettant l'élimination des fumées
=> L’EVACUATION assurée par 2 ESCALIERS au moins par compartiment
( Sauf cas particulier GH W 1)
=> LES ACCES DES ASCENSEURS INTERDIT dans le compartiment sinistré
=> LA DESSERTE MAINTENUE des autres niveaux ou compartiments par les
ascenseurs et ascenseurs de charge
=> LA PRESENCE d'une ou plusieurs SOURCES AUTONOMES D'ELECTRICITE
=> LE SYSTEME D'ALARME efficace
=> LES MOYENS DE LUTTE à disposition des occupants et des SECOURS EXTERIEURS.
SECURITE CONTRE L’INCENDIE DANS

LES BATIMENTS D’HABITATION

Classement des bâtiments


Buts et principes de la réglementation
4 grands principes :

a) La disposition des locaux, les structures, les matériaux et lʼéquipement des


bâtiments dʼhabitation doivent permettre la protection des habitants
contre lʼincendie
b) Les logements doivent être isolés des locaux qui peuvent constituer un
danger dʼincendie ou dʼasphyxie

c) La construction doit permettre aux occupants, en cas dʼincendie, de quitter


lʼimmeuble sans secours extérieur ou de recevoir un tel secours

d) Obligation dʼune maintenance préventive des installations concourant à


la sécurité et tenue dʼun registre de sécurité
ARRETE DU 31 JANVIER 1986
modifié le 18 août 1986
Les bâtiments dʼhabitation sont classés en quatre familles

1ère famille
Habitations individuelles :

* à un étage sur rez-de-chaussée,


isolées, jumelées ou groupées en
bande si les structures de chaque
habitation sont indépendantes,

* à rez-de-chaussée groupées en
bande
2ème famille

* de plus dʼun étage sur rez-de-


chaussée, isolées ou jumelées,

  * à un étage sur rez-de-chaussée,


groupées en bande, si les structures de
chaque habitation ne sont pas
indépendantes,

* de plus dʼun étage sur rez-de-


chaussée, groupées en bande.

- Habitations collectives comportant


au plus 3 étages sur rez-de-chaussée.
Dans ce cas, si le plancher bas du
logement le plus haut est à plus de 8
mètres du sol, les escaliers doivent être
encloisonnés.

- Logements en superposition
3ème famille
 - Habitations dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-
dessus du sol utilement accessible aux engins des services de secours et de lutte contre
lʼincendie

On distingue :

3ème famille A :

Habitations répondant à lʼensemble des prescriptions suivantes :

- comporter au plus sept étages sur rez-de-chaussée ET

- comporter des circulations horizontales telles que la distance entre la porte palière de
logement la plus éloignée et lʼaccès à lʼescalier soit au plus égale à sept mètres

- être implantées de telle sorte quʼau rez-de-chaussée les accès aux escaliers soient atteints
par une voie échelles

NOTA : Cet accès doit coïncider soit directement, soit en vue directe avec lʼadresse postale
3ème famille B
Habitations ne satisfaisant pas à lʼune des conditions précédentes
- La cage dʼescalier doit être située à moins de 50 mètres dʼune voie publique (adresse
postale)

- Les circulations horizontales ne doivent pas excéder 15 mètres et seront soit


désenfumées, soit à lʼair libre. (Une circulation à lʼair libre doit être limitée à 25 mètres maximum)
- Les bâtiments de plus de 7 étages seront équipés de colonnes sèches

Toutefois :

Si les services de secours et de lutte contre lʼincendie sont dotés dʼéchelles de hauteur suffisante, les
bâtiments classés en 3ème famille B peuvent être soumis, sur décision du Maire, aux seules
prescriptions fixées pour les bâtiments classés en 3ème famille A. Dans ce cas, la hauteur du plancher
bas du logement le plus haut doit correspondre à la hauteur susceptible dʼêtre atteinte par les échelles et
chaque logement doit pouvoir être atteint soit directement, soit par un parcours sûr. (balcons, terrasse,
coursives...)

Les bâtiments classés en 3ème famille B soumis aux seules prescriptions fixées pour les bâtiments
classés en 3ème famille A et comportant plus de 7 étages sur rez-de-chaussée, doivent être équipés de
colonnes sèches conformes à la NF S 61.750

Le classement en 3ème famille B oblige à respecter en tous points les dispositions applicables à cette
catégorie
4ème famille
Habitations dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à plus de
28 mètres et à 50 mètres au plus au-dessus du niveau du sol utilement
accessible aux engins des services de secours et de lutte contre lʼincendie

Ces habitations doivent être implantées de telle sorte que les accès aux
escaliers protégés (les logements nʼétant plus accessibles par les échelles, les
circulations horizontales et verticales sont spécialement adaptées pour
permettre, en toutes circonstances, aux occupants de gagner les issues en
sécurité) soient situés à moins de 50 mètres dʼune voie ouverte à la circulation

Lorsquʼun immeuble de la 4ème famille doit contenir des locaux à usage autre
que lʼhabitation, cet immeuble est susceptible dʼêtre rangé dans la catégorie
des immeubles de grande hauteur. (IGH)
SECURITE CONTRE L’INCENDIE DANS

LES IMMEUBLES DE BUREAUX


CODE DU TRAVAIL.
LIVRE II

REGLEMENTATION DU TRAVAIL

HYGIENE et SECURITE

- Décret n° 92-332 du 31 mars 1992 (J.O du 1er avril 1992)


- Décret n° 92-333 du 31 mars 1992 (J.O du 1er avril 1992)
- Arrêté du 5 août 1992 (J.O du 12 août 1992)
- Circulaire DRT n° 95-07 du 14 avril 1995 (non parue au J.O)
- Décret n° 2008-244 du 7 mars 2008 titres I et II (J.O du 12 mars 2008)
PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION.
Le Chef d'établissement met en œuvre les mesures suffisantes et nécessaires à garantir la sécurité et
la santé de ses salariés, sur la base des principes généraux suivants :

1) Eviter les risques

2) Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités

3) Combattre les risques à la source

4) Adapter le travail à lʼHomme

5) Tenir compte de l'état d'évolution de la technique

6) Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n'est pas dangereux ou par ce qui est moins
dangereux

7) Planifier la prévention en y intégrant dans un ensemble cohérent, la technique,


l'organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l'influence des
facteurs ambiants

8) Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les
mesures de protection individuelle

9) Donner les instructions appropriées aux travailleurs


LES REGLES TECHNIQUES
CONCERNANT LES ERP
Chapitres abréviations

dispositions applicables à tous les établissements - GéNéralités GN


dispositions applicables aux 4 premières catégories (1er groupe = Grands GE
Etablissements)
COnstruction : conception, desserte, isolement par rapport aux tiers, structure, façades, CO
toitures, locaux à risques, dégagements
AMénagement intérieur, décoration, mobilier AM
DésenFumage DF
CHauffage, ventilation, réfrigération, conditionnement dʼair, production de vapeur et CH
dʼeau chaude sanitaire
installation de GaZ combustibles et hydrocarbures liquéfiés GZ
installations ELectriques EL
EClairage EC
AScenseurs, escaliers mécaniques et trottoirs roulants AS
installations dʼappareils de cuisson destinés à la restauration (Grandes Cuisines) GC
Moyens de Secours et de lutte contre lʼincendie MS
dispositions applicables aux Petits Etablissements (5ème catégorie) PE
Instructions Techniques relatives au désenfumage, aux façades, aux atriums ... IT
CO 1 (§3)
DESSERTE DES BATIMENTS

h>8m

h
<
8m
LA NOTION DE VOIE.

IMMEUBLE

IMMEUBLE
VOIE

8 m mini 12 m exigible

Trottoir Trottoir

Largeur utilisable

LES BANDES DE STATIONNEMENT SONT EXCLUES DE LA V.E.


3 m ou 6 m

CHAUSSEE = VOIE ENGINS


3 m ou 6 m
CO 2 (§1)
CARACTERISTIQUES DE LA VOIE ENGINS.
La VE permet aux engins d’accéder depuis la voie publique sous conditions :

Surlargeur
L
S

R
Rayon intérieur R R

Surcharge : 160 kN. Résistance au


Poinçonnement : 80 N/cm2 sur 0,20 m2 L
•L≥3m
L
• R ≥ 11 m SAPEURS POMPIERS DEPARIS

18
15
S = --- si R < 50 m A
S

R
P
E
U
R
S
-
P
O
M

• H ≥ 3,50 m
P
I
E

90 kN 90 kN
• P ≤ 15 % 3,60 m
CO 2 (§2)

VOIE ECHELLES

ERP ACCES CAGE


D ’ESCALIER
(adresse postale)
1m<d<8m

4m VOIE
ECHELLES

3m

VOIE ENGINS
CO 3 (§3)
BAIES ACCESSIBLES
TOUTE BAIE OUVRANTE PERMETTANT
D’ACCÉDER À UN NIVEAU RECEVANT DU
PUBLIC ET PRÉSENTANT LES
DIMENSIONS MINIMALES :

0,90m

1,30
m
FACADE ACCESSIBLE AVEUGLE
(SANS BAIES OU LES BAIES NE
LIBERENT PAS 1,30 m X 0,90 m)

10,00 < D < 20,00


ACCESSIBLES ET
OUVERTURE DE
LʼEXTÉRIEUR ET
DE LʼINTÉRIEUR
4,00 4,00

1,80 10,00 < D < 20,00


0,90

AISÉMENT REPÉRABLES
DE LʼEXTÉRIEUR PAR LES
SERVICES DE SECOURS
10,00 < D < 20,00

ZONE D ʼISOLEMENT DʼUN ACCES


Demander ouverture à la française PAR RAPPORT A UN AUTRE
ACCES POMPIERS
ISOLEMENT LATERAL ENTRE ERP ET TIERS CONTIGUS

E.R.P. TIERS

CF° 2 h ou 3 h*
* si un des bâtiments abrite une exploitation à risques particuliers d ’incendie.

Les structures de chaque bâtiment doivent être conçues de manière que


l ’effondrement de l’un n ’entraîne pas l ’effondrement de l ’autre
ISOLEMENT LATERAL ENTRE ERP ET TIERS CONTIGUS
La façade d ’un bâtiment domine la toiture de l’autre.

CF°
2h

E.R.P.

SOIT PF°
8
2h
m

TIERS

CF° 2 h ou 3 h*
* si un des bâtiments abrite une exploitation à risques particuliers d ’incendie.
ISOLEMENT LATERAL ENTRE ERP ET TIERS CONTIGUS

** OU PF° 1 h ET 8
m SI
UN DES BATIMENS A
RISQUES PARTICULIERS

E.R.P.
PF°
½ h (**)
SOIT
4m

TIERS

CF° 2 h ou 3 h*

* si un des bâtiments abrite une exploitation à risques particuliers d ’incendie.


CO 24§1
CLOISONNEMENT TRADITIONNEL
Niveau cloisonné traditionnellement (bâtiment SF° 1 h (*)
CO 23
COMPARTIMENTS
Paroi ° CF = SF structure bâtiment
avec un minimum de ½ h
Parois verticales,
Dispositif de communication
aucune exigence de
PPF = °CF paroi ou
résistance au feu
sas avec PPF = ° CF/2

2 maxi
sur circ principales

Au moins 2 compartiments par niveau


capacité d’accueil du même ordre de grandeur
CLASSIFICATION DES LOCAUX
LOCAUX A RISQUES IMPORTANTS Ce sont, par exemple :
- les chaufferies dont la puissance est supérieure à 70 kW
- les locaux des groupes électrogènes
- les postes de livraison et de transformation électriques
- les cellules à haute tension
- les locaux réceptacles des vide-ordures
- les locaux importants d'emballages et de déchets
- les cages de scène (à l'italienne) et les dépôts de décors dans les théâtres
- les réserves centrales des grands magasins
- les dépôts de 401 à 1000 L de liquides inflammables de 1ère catégorie dans le type « R »
- les locaux des installations frigorifiques dans les établissements sportifs
- les ateliers d'imprimerie

LOCAUX A RISQUES MOYENS Ce sont, par exemple :


- les locaux d'implantation des générateurs de chaleur dont 30 S P S 70 kW
- les machineries d'ascenseurs
- les locaux d'extraction de ventilation mécanique contrôlée (VMC) inversée
- les grandes cuisines collectives (GC) si P > 20 kW (appareils de cuisson seulement)
- les lingeries et blanchisseries
- les loges collectives et les foyers des machinistes et des techniciens dans les théâtres
- les bagageries dans les hôtels
- les locaux de réserve de liquides inflammables de 1ère catégorie : essence, alcools titrant plus de
60° Gay-Lussac (entre 150 et 400 L) dans les établissements d'enseignement et dans les bureaux
- les locaux porte habits et les locaux contenant les produits de désinfection des eaux des piscines
- les ateliers d'entretien, de maintenance et de réparation
- de nombreux dépôts et réserves de produits inflammables
CONCEPTION DES DEGAGEMENTS
LA NOTION DE CUL-DE-SAC

Les portes des locaux accessibles au public donnant sur des dégagements
en cul-de-sac ne doivent pas être à plus de 10 m du débouché du cul-de-sac.

LOCAL
RECEVANT
DU
PUBLIC
10 m MAXIMUM

LOCAL RECEVANT
DU PUBLIC
LARGEURS DES DEGAGEMENTS
Chaque dégagement doit avoir une largeur minimale de passage
proportionnée au nombre total de personnes appelées à lʼemprunter

LʼUNITE DE PASSAGE (UP)


VALEUR NORMALE : 0,60 m

DEGAGEMENT DʼUNE UP
1 UP SEULE = 0,90 m

DEGAGEMENT DE DEUX UP
2 UP = 1,40 m

AU-DELA DE DEUX UP (X UP)


X UP = X x 0,60 m
LARGEURS DES DEGAGEMENTS

1 UP 2 UP 3 UP n UP
0,90m 1,40m 1,80m n x 0,60m

1,10m

0,80 m 1,20 m 1,60 m Etc …

0,10m 0,10m
CALCUL DES DEGAGEMENTS
EFFECTIF NOMBRE DE SORTIES ou LARGEUR
A DʼESCALIERS et Rappel : 1 UP = 0,90 m
EVACUER DEGAGEMENTS ACCESSOIRES 2 UP = 1,40 m
1 à 19 1 UP
Dégagement : 1 UP
RDC : 2
Dégagement accessoire
Étages H ≤ 8 m : 1 E E dʼune UP
Étages H > 8 m
20 à 50
1 E + 1 dégagement accessoire E dʼune UP
S/sol : 1 E + 1 dég. Accessoire Dégagement accessoire

Bâtiment compartimenté : E dʼune UP


1 E + 1 dégagement accessoire Dégagement accessoire

51 à 100 2
Dégagements de 1 UP OU
Dégagement de 2 UP + 1 dégagement accessoire

Arrondir effectif à la centaine supérieure


101 à 500 2
Chiffre centaine + 1 = Nb dʼUP
Arrondir effectif à la centaine supérieure
+ 500 1 par 500 (ou fraction de 500) + 1
Chiffre centaine = Nb dʼUP
CALCUL DES DEGAGEMENTS

175 personnes
2 sorties et escaliers totalisants 3 UP

200 personnes
12 UP
UP Sorties : 2 sorties 3 UP 3 UP2 UP
Escaliers : 200 + 175 = 375 => 2 esc 5 UP

385 personnes
2 UP Sorties : 2 sorties 5 UP 3 UP
Escaliers : 385 + 375 = 760 => 3 esc 8 UP

3 UP
2 UP
940 personnes 3 UP
940 + 760 = 1700 => 5 sorties totalisant 17 UP

4 UP 5 UP

LOGIQUE ARCHITECTURALE
CO 49 (§2)
REPARTITION DES ESCALIERS ET DISTANCES
MAXIMALES A PARCOURIR
A PARTIR D’UN POINT QUELCONQUE D’UN LOCAL
pour gagner un escalier protégé ou une circulation horizontale protégée
dont toutes les portes sont munies d’un ferme porte.

NE FORMANT PAS DE CUL-DE-SAC

ETAGES et
SOUS-SOL

FORMANT CUL-DE-SAC
CO 53 (§1)

ESCALIERS ET ASCENSEURS ENCLOISONNES

LE VOLUME D’ENCLOISONNEMENT
DES ESCALIERS DESSERVANT LES
SOUS SOLS NE DOIT PAS ÊTRE EN
COMMUNICATION DIRECTE AVEC LE
VOLUME D’ENCLOISONNEMENT
DESSERVANT LES ÉTAGES.

Vous aimerez peut-être aussi