Vous êtes sur la page 1sur 4

De la mesure @ la métrologie

De la mesure @ la métrologie Le processus de mesure 1. Un processus comme les autres

Le processus de mesure

1. Un processus comme les autres

Le processus de mesure est comme tous les processus, il transforme des données d’entrée en données de sortie.

Données d’entrée

Données de sortie

1.

Définition

 

du mesurande

2.

Étendue

Processus

de mesure

 

3.

Incertitude

cible

1. Résultat

de mesure

et incertitude

2. Éventuellement

une décision

(conformité )

2. Éventuellement une décision (conformité ) Les données d’entrée du processus de mesure sont : ■

Les données d’entrée du processus de mesure sont :

la définition précise du mesurande, c’est à dire la grandeur que l’on veut mesurer, ainsi que les conditions d’observation de ce mesurande, par exemple la température à laquelle la mesure sera pratiquée… l’étendue de mesure c’est le domaine dans lequel peut varier la grandeur que l’on veut mesurer, cette information est importante pour choisir la méthode de mesure et l’instru- ment que l’on va utiliser ; l’incertitude cible, c’est l’incertitude que l’on cherche à atteindre sur le résultat de mesure. Cette donnée conditionne grandement le choix de la méthode et de l’instrumen- tation.

Les données de sortie du processus de mesure sont :

un résultat de mesure, c’est à dire une valeur numérique, une référence par exemple une unité de mesure et l’incertitude sur le résultat ; parfois le processus de mesure peut conduire à une décision. Un exemple, si le résul- tat de mesure est utilisé pour déclarer la conformité d’un produit à une spécification.

2. Du mesurande au résultat de mesure

Le processus de mesure va mettre en œuvre :

un ou des opérateurs (main d’œuvre) ; une méthode de mesure (méthode) ; un instrument de mesure, des étalons (moyens) ; un environnement, température, humidité… (milieu) ; un produit ou un phénomène dont on veut mesurer une propriété (matière).

Marc Priel

Trop souvent, on focalise son attention sur l’instrument de mesure, mais en fait, il y a bien d’autres facteurs qui sont mis en action pour obtenir un résultat de mesure.

On représente schématiquement le processus de mesure par un diagramme que l’on désigne par le diagramme des 5 M.

1

Main d’œuvre

Moyens

Matière

Méthode

Milieu

De la mesure @ la métrologie

Matière Méthode Milieu De la mesure @ la métrologie 3. Le schéma des 5 M Résultat

3. Le schéma des 5 M

Résultat

de mesure

Mesurande

Examinons maintenant la contribution des Moyens, Matière, Main d’œuvre, Milieu et Méthode.

3.1. Les moyens

Dans tout processus de mesurage nous allons utiliser des instruments de mesure, ou des systèmes de mesure.

Pour choisir un instrument de mesure, il faudra prendre en compte :

son étendue de mesure, sa résolution, l’incertitude instrumentale, ou son erreur maximale tolérée, les variations de ses performances en fonction des grandeurs d’influence comme par exemple la température.

Afin d’assurer la traçabilité métrologique, l’instrument devra être étalonné par rapport à des étalons (traçables aux unités du Système International SI).

On appliquera des corrections aux indications de l’instrument pour compenser les erreurs de justesse qui ont été relevée lors de l’étalonnage.

Si on décide de ne pas appliquer de correction, l’incertitude sur le résultat de mesure sera élargie.

3.2. Le milieu

Tout processus de mesure, se déroule dans un milieu qui est caractérisé par différents para- mètres tels que la température, l’humidité, la pression atmosphérique…

Certaines de ces grandeurs ont une influence sur le processus de mesure :

on peut parfois en corriger les effets, pour les mesures dimensionnelles, on applique des corrections de dilatation, pour exprimer les valeurs des longueurs à la température de 20,0°C (c’est d’ailleurs la norme ISO 1 qui fixe la valeur de la température de référence ; certains instruments de mesure sont sensibles à la température, les fabricants in- diquent dans leurs notices des "coefficient de température" à appliquer pour corriger les résultats ; certaines grandeurs d’influence, puisque c’est ainsi que l’on les appelle, agissent sur le processus, mais sans que l’on en connaisse l’effet sous forme d’une loi, comme la loi de la dilatation. Généralement l’effet de ces grandeurs d’influence consistera à augmen- ter l’incertitude de la mesure.

Marc Priel

2

De la mesure @ la métrologie

De la mesure @ la métrologie 3.3. La main d’oeuvre La main d’œuvre est essentielle dans

3.3. La main d’oeuvre

La main d’œuvre est essentielle dans tout processus de mesure. Les opérateurs et les tech- niciens interviennent :

à la conception du processus ; à sa mise en œuvre ; pendant son exploitation ; pendant les phases d’étalonnage ; pendant les phases de surveillance.

Quelles sont les qualités que l’on attend d’un métrologue ?

rigueur ; honnêteté scientifique ; esprit curieux ; humilité.

3.4. La méthode

La méthode de mesure devra faire l’objet d’une description précise dans une procédure de mesure.

Il existe différentes méthodes de mesure que l’on peut classer :

méthode de mesure par substitution ; méthode de mesure différentielle (par exemple lorsque l’on compare la longueur de deux cales étalons à l’aide d’un comparateur électronique, on ne mesure en fait que la très petite différence de longueur entre les deux cales) ; méthode de mesure par zéro( dans un pont de wheastone pour comparer deux résis- tances électrique, on utilisera un détecteur de zéro pour chercher l’équilibre entre les deux branches du pont de mesure).

D’autres classifications sont possibles :

méthode de mesure directe : l’instrument et la méthode fournissent directement une valeur de la grandeur mesurée dans les unités de la grandeur que l’on souhaite mesurer (exemple mesure d’une tension électrique avec un voltmètre numérique ; méthode de mesure indirecte : On mesure différentes grandeurs, puis on calcule la valeur de la grandeur que l’on veut mesurer. Par exemple pour mesurer la masse sur- facique d’un papier, on mesurera successivement la masse d’une certaine surface, par exemple un carré d’un mètre de coté, puis l’aire de cette surface et pour obtenir la masse surfacique on fera le quotient de la masse par l’aire.

3.5. La matière

L’objet mesuré a une grande importance dans le processus de mesure. Généralement on ne passe pas suffisamment de temps à définir avec précision le mesurande, la grandeur que l’on veut à mesurer :

on devra préciser les conditions d’observation du mesurande, par exemple ; la température ; la position de l’objet ; pour des prélèvements de sol, le lieux exact, la date…

Il faut être conscient que plus l’instrument d’observation est "précis", plus les conditions d’ob- servation du mesurande devront être précises.

Marc Priel

3

De la mesure @ la métrologie

De la mesure @ la métrologie Par exemple, si l’on mesure une cale étalon avec un

Par exemple, si l’on mesure une cale étalon avec un pied à coulisse, la position de la cale dans l’espace n’a aucune importance et n’a pas besoin d’être précisée. Par contre si l’on mesure cette même cale avec un interféromètre la position de la cale devient importante, en effet sous l’effet de son propre poids, la cale est plus courte lorsqu’elle est positionnée verticalement que lorsque nous la plaçons horizontalement. La différence de longueur est de quelques cen- tièmes de micromètre, c’est également l’ordre de grandeur de l’incertitude des mesures par interférométrie.

4. Le modèle de mesure

Il est essentiel que tout processus de mesure fasse l’objet d’une modélisation.

Le modèle de mesure est une relation mathématique entre toutes les grandeurs qui inter- viennent dans un mesurage.

Le modèle de mesure s’exprime souvent par une fonction de mesure : y = ƒ (X 1 , X 2

Y représente le mesurande et X 1 , X 2 représente les différentes informations qui interviennent dans le processus de mesure, les indications de l’instrument ou leur moyenne, les corrections d’étalonnage, les corrections d’environnement….

Le modèle de mesure servira également à évaluer l’incertitude sur le résultat de mesure Y.

X n )

5. Exemple de modèle de mesure, masse volumique d’une

céramique

Définition du mesurande : masse volumique d’une sphère de céramique à 20 °C.

Analyse du processus de mesure : mesure indirecte par mesure de la masse et du volume de la sphère.

Identification des facteurs d’incertitude :

facteurs d’incertitude pour les mesures de diamètres : justesse de l’instrument, fidélité de l’instrument, quantification, défaut de sphéricité, répétabilité de la méthode, écrase- ment des touches de l’instrument sur la sphère, dilatation de la sphère, dilatation des instruments, effet de l’opérateur ; facteur d’incertitude pour la mesure de la masse : Justesse de la balance, dérive de la balance, fidélité de la balance (moyen + opérateur), dérive des masses étalons, poussée de l’air (incertitude sur la correction de poussée différentielle).

M M : masse de la sphère

Modèle de mesure :

ρ=

4

3

π

R

3

où :

R : rayon de la sphère

ρ : masse volumique

6. Ce qu’il faut retenir

Un processus de mesure, comme tout processus, transforme des données d’entrée en don- nées de sortie.

On utilise la méthode des 5M (procédé mnémotechnique) pour décrire et analyser un proces- sus de mesure.

Marc Priel

4

Powered by Ingenium