Vous êtes sur la page 1sur 22

tests

et matériels
Orthophonie

Rééducation de l’aphasie
Fiches d’exercices

Anne Dalrymple • Sarah Stanfield • Belinda Walker


Traduit de l’anglais par Cécile Joffrin

70 fiches pour
travailler tous les
types d’aphasie
Rééducation
de l’aphasie
FICHES D’EXERCICES

Anne Dalrymple, Sarah Stanfield
et Belinda Walker

Traduit de l’anglais par Cécile Joffrin


De Boeck Supérieur
4, rue de la Michodière
75002 Paris
Tél. : 01.72.36.41.60

Pour toute information sur notre fonds et les nouveautés dans votre domaine de spécialisation,
consultez notre site web :

www.deboecksuperieur.com

© Anne Dalrymple, 2013. This translation of Aphasia Resource Book, first published in 2013,
is published by arrangement with Speechmark Publishing Ltd.

© De Boeck Supérieur SA, 2016


Fond Jean-Pâques 4, B1348 Louvain-la-Neuve

Tous droits réservés pour tous pays.


Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou tota-
lement le présent ouvrage, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public, sous quelque forme
ou de quelque manière que ce soit.

Imprimé en Belgique

Dépôt légal :
Bibliothèque nationale, Paris : mars 2016
ISBN : 978-2-35327-316-4
Sommaire

Remerciements V

Introduction 1

Comment utiliser ce cahier d’exercices de façon optimale 3

CHAPITRE 1
Compréhension 5

CHAPITRE 2
Logique oui/non 41

CHAPITRE 3
Mémoire visuelle 69

CHAPITRE 4
Aptitude à la lecture 77

CHAPITRE 5
Mémoire auditive et de travail 109

CHAPITRE 6
Sémantique (stock lexical) 151

CHAPITRE 7
Techniques d’indiçage en situation de dénomination 187

CHAPITRE 8
Dénomination 189

CHAPITRE 9
Couleurs 197

Sommaire III
CHAPITRE 10
Prépositions et adverbes de lieu 203

CHAPITRE 11
Chiffres et nombres 205

CHAPITRE 12
Verbes 221

CHAPITRE 13
Mimes 237

CHAPITRE 14
Dessin 257

IV Rééducation de l’aphasie
Remerciements

Nous souhaitons remercier l’East Kent Hospitals NHS Foundation Trust et, tout particulièrement
Deirdre Pacey, notre ancienne directrice, qui nous a encouragées à entreprendre ce projet. Nous remer-
cions également Sue Davies, notre secrétaire, qui a tapé d’innombrables versions corrigées, ainsi que nos
assistants et étudiants et les bénévoles qui nous ont aidées, pour leur précieuse contribution.

Remerciements de la traductrice
Je remercie chaleureusement M. David-Étienne Bouchard, du Département de linguistique de l’univer-
sité McGill de Montréal, Stéphanie Klebetsanis et Vincent Deligne pour leur aide précieuse en français
québécois, suisse et belge.

Remerciements V
Introduction

Ce manuel est né à la demande de nos bénévoles, assistants et étudiants à la recherche d’idées pra-
tiques pour aider les personnes aphasiques. Les exercices décrits ici sont également utiles aux ortho-
phonistes/logopèdes et phoniatres qui demandent à leurs patients aphasiques de s’entraîner à domicile.
L’aphasie est un trouble général de la communication, qui touche tous les versants du langage (com-
préhension, lecture, écriture et expression orale). Elle est souvent secondaire à un AVC, mais les patients
présentant un traumatisme crânien, une tumeur au cerveau ou d’autres troubles neurologiques
peuvent également être aphasiques.
Notre expérience nous a montré que ce trouble peut s’avérer le handicap le plus frustrant et le plus
persistant après un AVC. L’aphasie est plus ou moins sévère : de légères difficultés à trouver ses mots à
une déficience sévère qui peut totalement empêcher la personne concernée de communiquer. Les
exercices présentés dans ce manuel ne sont pas exhaustifs, mais sont conçus pour proposer un modèle
de base que l’utilisateur pourra continuer à développer.
Nous avons limité autant que possible le recours à des termes techniques et ceux qui sont utilisés sont
expliqués dans le texte. Nous avons essayé de classer les exercices lorsque c’était possible, de manière à
suivre une progression logique. Veuillez noter que certains d’entre eux pourraient appartenir à plusieurs
rubriques. Nous les avons placés là où ils nous semblent le plus adaptés.
Nous espérons que ce manuel vous sera utile. Merci de nous faire parvenir toute suggestion de modi-
fications ou d’ajouts que nous intégrerons volontiers aux éditions ultérieures.
Anne Dalrymple, Sarah Stanfield et Belinda Walker
Speech and Language Therapy Department
Elizabeth Browne Unit
William Harvey Hospital
Ashford, Kent, TN24 0LZ, Royaume-Uni

Introduction 1
Comment utiliser ce cahier d’exercices
de façon optimale

L’objectif ultime de la rééducation de l’aphasie n’est pas nécessairement de restaurer la parole, mais
plutôt d’améliorer la capacité à communiquer de la personne aphasique. Il peut s’agir d’enseigner des
compétences ou de renforcer les moins endommagées, telles que le mime, le dessin ou l’écriture. Pour
utiliser ce manuel de manière optimale, suivez les recommandations suivantes :

 contactez tout orthophoniste/logopède ou phoniatre connaissant la personne aphasique ;

 déterminez les domaines dans lesquels la personne aphasique rencontre encore des difficultés et
travaillez-les sérieusement. Inutile d’utiliser ce cahier d’exercices du début à la fin. Les différentes
rubriques concernent différents types de personnes aphasiques ;

 laissez la personne aphasique diriger la séance. Respectez son rythme et son niveau d’apprentis-
sage ;

 essayez d’utiliser des éléments qui éveillent l’intérêt de la personne aphasique. Toutefois, si les
exercices ne vous semblent pas pertinents, assurez-vous de bien en comprendre les fondements,
afin de pouvoir les lui exposer, si nécessaire. Certains exercices, a priori ennuyeux et non pertinents,
posent souvent les bases indispensables à une compétence donnée ;

 il est important d’accorder suffisamment de temps à la personne aphasique, pour que la séance
soit constructive et se déroule sans incident ;

 les exemples donnés constituent un modèle à partir duquel travailler. Notre intention est que vous
les utilisiez pour élaborer vos propres exercices complémentaires ;

 les ressources proposées sont indiquées aux fins d’illustration uniquement. Si vous n’avez pas accès
à un équipement particulier, improvisez, en veillant à choisir un substitut de nature similaire (par
exemple, remplacez une brique par une pierre, plutôt que par une poupée) ;

 pour votre propre sécurité, restez vigilant(e). Il est possible que la personne aphasique soit frustrée
ou en colère si une tâche la met en difficulté. Évitez les objets potentiellement dangereux ;

 faites attention à ne pas adopter un ton condescendant pour vous adresser à la personne apha-
sique, à ne pas utiliser des ressources que l’on pourrait considérer comme trop puériles ou à ne
recourir ni à un langage ni à un ton infantilisant ;

Comment utiliser ce cahier d’exercices de façon optimale 3


 essayez de réduire au minimum les distractions, au risque de détourner l’attention de la personne
aphasique de l’exercice en cours ;

 essayez de distiller les informations de manière structurée. Faites attention à ne pas noyer la per-
sonne aphasique sous des informations alors qu’elle est déjà en difficulté ;

 tentez de terminer votre séance sur une note positive, en veillant à ce que la personne aphasique
réussisse la dernière tâche, même si vous devez, pour ce faire, revenir en arrière ;

 si vous éprouvez des difficultés avec une personne aphasique en particulier, demandez conseil. La
majorité des orthophonistes/logopèdes et phoniatres travaillant avec des adultes seront heureux
de vous aider. Essayez de contacter l’hôpital local ou le centre régional ;

 si le suivi orthophonique/logopédique ou phoniatrique de la personne aphasique est en cours, il


est conseillé de conserver une trace écrite de ses résultats en fonction des exercices réalisés. Ceci
permettra à l’orthophoniste/au logopède ou au phoniatre d’évaluer sa progression.

4 Rééducation de l’aphasie
CHAPITRE 1
Compréhension

Fondement
Certaines personnes aphasiques éprouvent des difficultés particulières à comprendre la langue parlée.
Les noms d’objets sont catégorisés comme des noms et donnent le sens des phrases. Ils peuvent com-
poser une phrase à part entière ; par exemple « Café ? ». En accroissant le nombre de noms compris par
la personne aphasique, il est possible d’améliorer sa faculté de communication globale. On ignore
encore en partie la manière dont les noms sont mémorisés, mais il semblerait qu’ils le soient par caté-
gorie. Toutefois, les éléments constitutifs d’une catégorie peuvent se superposer à d’autres de diffé-
rentes manières, en fonction de leurs caractéristiques. Par exemple, « pichet » peut être confondu avec
« arrosoir », car les deux objets partagent le fait de contenir des liquides, d’être dotés d’une anse et
d’être utilisés pour verser.

Exercice Objectif
1 Association d’objets identiques Évaluer et rééduquer la faculté de la personne aphasique à
reconnaître visuellement des objets ou images identiques
ou
ou similaires, pour déceler ou écarter tout problème de
2 Association d’images identiques vue.
3 Association d’objets similaires Évaluer et rééduquer la faculté de la personne apha­sique à
associer des objets identiques, mais d’apparence différente
(par exemple, un grand pichet rose et un petit pichet
blanc sont en réalité deux objets iden­tiques : des pichets).
4 Association d’un objet et d’une photo Évaluer et rééduquer la faculté de la personne aphasique à
associer des images similaires d’un objet.
5 Association d’un objet et d’une photo
représentant un objet similaire

6 Association d’une photo et d’un dessin

7 Association d’objets à des images d’objets


en cours d’utilisation
8 Association d’un mime et d’un objet Évaluer et rééduquer la faculté d’une personne aphasique
à associer un mime à une image ou un objet (par exemple,
9 Association d’un mime et d’une image association du geste d’une personne qui écrit et d’un
stylo).
10 Association d’un mime et d’un mot écrit

Compréhension 5
1 Exercice Objectif

Compréhension auditive et écrite d’un seul mot à une phrase courte


1 Association d’un mot oralisé et d’un objet Évaluer et rééduquer la faculté de la personne aphasique à
sélectionner un objet nommé.
2 Décrire l’utilisation d’objets Évaluer et rééduquer la faculté de la personne aphasique à
identifier un objet à partir de la description de son uti­
lisation.
3 Association d’un objet et d’un mot écrit Évaluer et rééduquer la faculté de la personne aphasique à
associer le mot écrit à l’objet correspondant.
4 Association de la fonction d’un objet (à l’écrit) Évaluer et rééduquer la faculté de la personne aphasique à
et de l’objet correspondant (objet physique associer des objets étroitement liés (objets utilisés par
ou image) paire, comme « chaussure » et « lacet », et mots rassemblés
en groupe, comme « légumes ») et à réacquérir cette com­
pétence.

6 Rééducation de l’aphasie
Association visuelle d’objets 1
1.  Montrer quelque chose du doigt
Avant de commencer cette rubrique, il convient d’évaluer la capacité de la personne aphasique à mon-
trer quelque chose du doigt. Il est parfois difficile, lorsqu’on lui demande de montrer du doigt la
réponse à une question et qu’elle échoue, de savoir si cet échec est dû au fait qu’elle ignore la réponse
ou si sa capacité à montrer quelque chose du doigt est limitée par une apraxie idéomotrice. Il s’agit d’un
trouble du contrôle volontaire des membres. La personne aphasique sait ce qu’elle doit faire physique-
ment, mais ne peut pas exécuter les mouvements requis lorsqu’elle y est invitée. Il est, cependant,
possible qu’elle soit capable de montrer spontanément quelque chose du doigt. La déficience n’est
évidente que lorsqu’on lui demande de le faire. Dans ce cas, les étapes suivantes vous aideront peut-être
à déterminer si la personne aphasique peut réapprendre à montrer quelque chose du doigt, si elle peut
utiliser une autre méthode pour manifester son choix ou si elle ne connaît pas la réponse en raison de
son aphasie.

1. Montrez quelque chose du doigt et demandez à la personne aphasique de vous imiter.


2. En cas d’échec, après lui en avoir demandé l’autorisation, prenez sa main non paralysée et
positionnez-la de manière à ce qu’elle montre quelque chose du doigt.
3. Placez un objet sur la table devant elle (par exemple, une brique issue d’un jeu de construction).
4. Guidez son doigt jusqu’à ce qu’il touche délicatement l’objet, en lui disant quelque chose comme :
« Voici comment l’on montre quelque chose du doigt. » (Évitez d’adopter un ton condescendant.)
5. Recommencez l’exercice jusqu’à ce qu’elle soit capable de faire ce geste seule.

Si, après plusieurs tentatives, elle échoue encore, essayez ce qui suit :
1. Demandez-lui de poser un jeton sur l’objet.
2. Si elle est capable de s’exécuter, retirez le jeton et demandez-lui de faire semblant de le poser sur
l’objet.
3. Utilisez ce mouvement « factice » comme geste de désignation.

Vous pouvez également essayer la technique suivante : utilisez une autre partie du corps, comme le
coude, le poing ou le pouce pour désigner un objet. Vous pouvez aussi demander à la personne apha-
sique de regarder l’objet cible. Assurez-vous que les différents objets utilisés sont suffisamment espacés
pour vous permettre de bien identifier celui qu’elle regarde.
Si aucune de ces techniques n’est efficace et si vous avez l’impression que le problème est physique (et
non dû à l’aphasie), demandez conseil à l’orthophoniste/au logopède, au phoniatre ou à l’ergothéra-
peute local.

Compréhension 7
13 Fiche Expressions du visage 2
Marche à suivre : 1. Lisez chaque énoncé (ou laissez la personne aphasique le lire,
si elle le peut) et demandez à la personne aphasique de produire l’expression du visage
qui convient ; 2. Si c’est plus simple, elle peut utiliser les images représentant
des expressions du visage de la fiche Expressions du visage 1.

1. On vient de vous apprendre que votre chien adoré


est mort.

2. Vous avez gagné au loto !

3. Votre voisin vient de percuter votre nouvelle


voiture.

4. Un cobra s’est introduit dans la pièce !

5. Vous n’avez rien à faire et cela dure depuis


des heures.

6. Quelqu’un que vous trouvez très bête vous parle


depuis trois heures.

7. Un chariot pour faire les courses vous roule sur


le pied.

8. Vous voyagez depuis dix heures sans pause.

9. Vous recevez un courrier insensé.

254 Rééducation de l’aphasie


10. Le bus quitte l’arrêt au moment où vous arrivez. 13
11. Le Parti des monstres en folie vient d’être élu
au gouvernement.

12. Vous essayez de résoudre des mots croisés


complexes.

13. Vous échouez à quelque chose que vous étiez


déterminé(e) à réaliser dans votre vie.

14. Vous venez de terminer votre travail avant


de longues vacances.

15. Votre dentifrice est mauvais.

16. Votre bébé s’est réveillé six fois la nuit dernière.

17. Un ami perdu de vue depuis longtemps frappe


à la porte.

18. Vous devez visionner en famille un film que vous


n’aimez pas.

N’hésitez pas à construire vos propres énoncés afin qu’ils soient plus pertinents
pour la personne concernée. Essayez toutefois d’être sensible à son état
émotionnel.

Mimes 255
CHAPITRE 14
Dessin

Fondement
Chez certaines personnes aphasiques, le dessin peut être un mode de communication qui complète et
remplace le discours. Améliorer son aptitude au dessin peut atténuer la frustration.
Il est probable que de nombreuses personnes aphasiques doivent utiliser leur main non dominante
pour dessiner, ce qui entraîne un contrôle moindre du stylo. Elles auront sans doute besoin de s’entraî-
ner fréquemment et d’être encouragées, tout particulièrement pendant les premières phases du déve-
loppement de leur aptitude au dessin. Si la personne aphasique est capable d’utiliser sa main dominante,
encouragez-la. Elle doit faire preuve d’une compréhension adéquate et de bonnes aptitudes visuelles
pour réaliser les exercices suivants. N’oubliez pas que certaines personnes sont naturellement meil-
leures en dessin et en devinettes que d’autres et que certaines autres ne développeront jamais cette
aptitude à un niveau suffisant pour leur permettre de communiquer efficacement.
Plusieurs compétences seront nécessaires pour que la personne aphasique utilise le dessin comme
mode de communication efficace, notamment :
 copier des formes simples (par exemple, carrés, lignes et cercles) ;
 copier des formes plus complexes (par exemple, étoiles et fleurs) ;
 capacité à transmettre visuellement une idée qui peut être comprise par autrui.
N.B. Les personnes souffrant d’une apraxie des membres et ayant des difficultés à mouvoir leur main
sur commande risquent de ne pas être capables de réaliser cet exercice.

Marche à suivre
1. Dessinez des formes très simples sur une feuille de papier (par exemple, carrés et triangles). Donnez
à la personne aphasique un stylo ou un crayon et demandez-lui de les recopier. Si elle y parvient,
encouragez-la à recopier des formes plus complexes (par exemple, étoiles). Si elle échoue, avec son
autorisation, prenez-lui la main et montrez-lui comment tracer la forme, puis demandez-lui de le
faire seul(e) ou donnez-lui la forme en pointillés. Continuez jusqu’à ce qu’elle réussisse à tracer ces
formes ou jusqu’à ce qu’il devienne évident que l’exercice est trop difficile.
2. Si elle réussit l’exercice, passez à la copie d’objets simples (par exemple, maison, fleur et tasse). À
nouveau, si elle échoue, guidez sa main ou utilisez des images en pointillés sur lesquelles elle doit
repasser.
3. Lorsque la personne aphasique réussit, donnez-lui quelques images représentant des objets
simples. Demandez-lui de regarder l’image, puis, sans vous la montrer, de dessiner ce qu’elle repré-
sente afin que vous le deviniez.

Dessin 257
14 4. Posez-lui ensuite des questions simples ou donnez-lui des consignes auxquelles il est possible de
répondre en dessinant (par exemple : « Dessinez la plus grande attraction touristique de Paris. »).
Les dessins doivent être reconnaissables, pas exacts à 100 %.
5. Encouragez la personne aphasique à utiliser le dessin pour faciliter sa communication, particulière-
ment lorsqu’elle « perd ses mots ».

258 Rééducation de l’aphasie


Rééducation de l’aphasie
Fiches d’exercices

L’aphasie est un trouble général de la communication, qui touche tous


les versants du langage (compréhension, lecture, écriture et expression
orale). Elle est souvent secondaire à un accident vasculaire cérébral, mais
les patients présentant un traumatisme crânien, une tumeur au cerveau
ou d’autres troubles neurologiques peuvent également être aphasiques.
En France, on estime que 300 000 personnes seraient concernées par
ce trouble.

Rééducation de l’aphasie est un recueil de fiches qui vise à améliorer


les facultés de communication de la personne aphasique et à renforcer
les moins endommagées. Chaque fiche cible les compétences travaillées
(compréhension, lexique, mémoire auditive…), rappelle les troubles
fréquemment rencontrés et explique en détails comment remédier aux
éventuelles difficultés.

Publics :
Orthophonistes/logopèdes
Neuropsychologues et psychologues
cliniciens
Ergothérapeutes

www.deboecksuperieur.com
ISBN : 978-2-35327-316-4

9 782353 273164
DALRYMPLE