Vous êtes sur la page 1sur 9

béton autoplaçant

Le béton autoplaçant (BAP) est un béton de ciment capable, sous le seul effet de la pesanteur, de se
mettre en place dans les coffrages même les plus complexes et très encombrés sans nécessiter pour
autant des moyens de vibration afin de consolider le mélange avec comme résultat un produit très
homogène. Ce type de béton doit être apte à passer à travers les armatures les plus serrées avec,
cependant, une vitesse dépendante de la viscosité du mélange. Pour remplir cette condition, le béton doit
être très fluide, c'est-à-dire très déformable. Or ceci n'est possible que si le rapport eau/ciment est élevé ou
si le béton contient unsuperplastifiant.

Seulement, la fluidité n'est pas la seule propriété recherchée, car il faut bien s'assurer de l’homogénéité de
l'ensemble pâte-granulats. De façon corollaire, le mélange du BAP doit être très cohésif et très stable lors
de la mise en place et cela jusqu’à son durcissement. Ceci implique que le BAP doit présenter le minimum
de tassement et de sédimentation des particules solides et éviter de présenter un ressuage trop fort, car
cela génère une hétérogénéité des propriétés mécaniques, telle qu’une chute d'adhérence des armatures
en partie supérieure des levées par rapport à celles situées en zone inférieure lors du coulage.

Une bonne stabilité liée, entre autres, à la viscosité du mortier et de son seuil de cisaillement nécessite soit
l'ajout d'un agent de viscosité afin d'améliorer la cohésion de l'ensemble, soit d’augmenter la teneur en
matière cimentaire et de réduire la teneur en eau libre. Aussi une bonne stabilité peut être liée à une
optimisation de la compacité granulaire. Or, l’augmentation de la teneur en liant n'est pas sans
conséquence sur la durabilité, vu le dégagement de chaleur d'une part, et d'autre part, le risque de nuire à
la capacité de remplissage, propriété très recherchée pour ce genre de béton.

Cette complexité amène à combiner différents paramètres pour obtenir le niveau désiré en termes de
résistance à la compression. Mais avant d'atteindre cette étape, il est indispensable de s'assurer d'une part
de la bonne capacité de remplissage de ces bétons, donc une déformabilité supérieure à celle des bétons
ordinaires. D'autre part, il faut s'assurer de la stabilité du mélange et éviter, par conséquent, la ségrégation.
Très souvent, la satisfaction de ces deux exigences entraîne un compromis. En clair, en plus de garantir un
étalement compris entre 500 et 700 mm et d’assurer une très bonne capacité de remplissage, il faut que
l'agent de viscosité introduit pour améliorer la viscosité n’abîme pas la déformabilité du béton.

Le béton autoplaçant, aussi nommé béton auto-nivelant (BAN) ou bien béton auto-
compactant, est un béton se différenciant des autres par son importante fluidité. Une
caractéristique ayant longtemps été recherchée dans le domaine de la construction afin
de faciliter la mise en œuvre du béton sur les chantiers. Il était fréquent de rajouter de
l’eau au mélange afin d’obtenir un béton plus fluide mais cela le fragilisait. C’est
pourquoi le BAP est une véritable révolution. Apparu dans les années 1980 au Japon,
il s’est développé en France à la fin des années 1990. Si le béton autoplaçant possède
une telle fluidité, c’est grâce aux divers adjuvants superplastifiants qui le
composent. Ceci a rendu les constructions plus sûres et a grandement facilité les
méthodes de mise en œuvre du béton.
Caractéristiques du BAP
Le béton autoplaçant facilite grandement la tâche des ouvriers lors de la mise en place
du béton. Ce type de béton peut s’écouler et se compacter simplement par l’effet de la
gravité qui est exercé sur lui. L’hyperfluidité facilite ainsi le remplissage des
coffrages et l’enrobage des éventuelles armatures, tout en conservant une
homogénéité.
Si on observe le tableau des classes de consistance, le BAP se situerait dans les
classesS4 ou S5. Autrement dit, c’est un béton extrêmement fluide. C’est ce qui rend
ce béton si révolutionnaire dans le monde de la construction ! Avec le béton
autoplaçant,plus besoin de système de vibration pour le mettre en place. Même sans
vibration, le béton auto-nivelant enrobe parfaitement le treillis soudé disposé au fond
du coffrage (aussi appelé “armature”, servant à armer le béton pour le rendre plus
résistant).
Une fois coulé dans le coffrage, le béton autonivelant offre, comme tout liquide, une
planéité idéale. De ce fait, il n’est pas nécessaire d’araser le béton, c’est-à-dire de
lisser sa surface au moyen d’une règle de maçon, d’une taloche à la main ou encore
d’un aplanissoir (les aplanissoirs sur perche vous permettent de lisser le béton
traditionnel en hauteur sur une grande longueur).

Avantages et inconvénients

Avantages Inconvénients

 Absence de vibration pour sa mise en place


 Facilité et rapidité de la mise en œuvre
 Amélioration des conditions de travail suite à
l’absence de nuisances sonores
 Comme c’est un béton très fluide, le temps de séchage est plus
élevé que pour un béton ordinaire
 Excellent remplissage des coffrages
 Béton de qualité et surface plane, régulière
 Possibilité de bétonner des formes complexes

Pour quels usages ?


Le BAP est majoritairement retrouvé dans les constructions au sol. Il est employé dans
de nombreuses applications :

 Dalles
 Radiers
 Plancher chauffant
 Poteaux, poutres, voiles
 Fondations superficielles

Le BAP est régulièrement utilisé dans ces applications car il se met en place aisément
et sans vibration, tout en ayant une excellente qualité.

Le saviez-vous ?
Le béton autoplaçant ne s’adapte pas à tout type de chantier, il convient donc de vous
renseigner en amont ! Sa consistance liquide le rend par exemple impossible à utiliser
pour un coffrage en pente (allée de garage, par exemple). Ici, on préférera à l’inverse
du béton de consistance S2 voie S1, plus épais que le béton traditionnel et qui tient
donc plus en place.

Dalle de béton - © Eléonore H, Fotolia

Composition
Le béton léger se caractérise par un volume de pâte élevé. En effet, les quantités en
matériau ajoutées au mélange sont plus importantes que dans un béton ordinaire. Ce
volume important de pâte va éloigner les granulats présents dans la composition
etréduire les éventuels frottements. Ceci permet donc au mélange d’être plus fluide,
ce qui facilite le remplissage des coffrages.
Le béton a pour principal rôle d’être solide. C’est pourquoi on ajoute des fines
(minéraux millimétriques) en quantité supérieure à celle des bétons classiques, cela
afin de garantir une certaine maniabilité au BAP.
Les adjuvants sont essentiels dans la composition des BAP. Les adjuvants utilisés lors
de la composition du BAP sont les superplastifiants. Ces derniers permettent
d’obtenir un mélange très fluide.

Exemple de dosage :

Béton autoplaçant

Ciment 350 kg

Sable 800 kg

Gravillons 900 kg

Adjuvants 21 kg

Fines 200 kg

Eau de gâchage 180 L

Dosage du béton autoplaçant - ©

Mise en oeuvre
Béton fluide pour fondation - © photo 5000, Fotolia

Le BAP se fabrique et se fait livrer de la même manière que le béton ordinaire.


Cependant, il y a quelques précautions à prendre lors de sa mise en œuvre :
Précautions lors des utilisations courantes :

 La vitesse de coulage du béton ne doit pas être excessive afin d’éliminer les
excédents en air
 Ne pas ajouter d’eau (voir les risques d'ajout d'eau dans le béton)
 Prévoir des coffrages étanches et qui résisteront à la poussée du BAP
 Limiter la hauteur de chute du béton lors du coulage
 Protéger le béton lorsqu’il est encore frais à l’aide de cures. Cela permettra
d’empêcher l’eau de s’évaporer trop rapidement et de créer des fissures.
La petite histoire :
Le coffrage cède sous la pression du béton.
Monsieur Savina souhaite réaliser une terrasse de 30 m² dans son jardin. Pour cela, un
ami lui recommande d’utiliser du béton autoplaçant pour sa facilité et rapidité
d’application. Avant de passer commande auprès de la centrale, Monsieur Savina s’est
donc occupé de la préparation du terrain de la future terrasse et de son coffrage.
Une fois cette étape terminée, c’est donc le moment de passer au coulage du béton. Le
camion toupie arrive et débute la livraison. Mais quelques heures après le déversage
complet de la cuve, le coffrage cède et le béton se répand dans le jardin… Monsieur
Savina n’avait pas pris en compte que le BAP exerce une pression plus forte sur le
coffrage que le béton ordinaire.
Morale de l’histoire : Lorsque vous souhaitez appliquer du béton autoplaçant que ce
soit pour une dalle ou un voile, il faut absolument prévoir un coffrage suffisamment
résistant à la pression exercée par le BAP.

Quelques estimations de prix pour le béton


autonivelant
Le béton autonivelant a un coût qui est, en toute logique, plus élevé que celui du béton
traditionnel. Comptez généralement entre 100 et 200 € supplémentaires par m³ livré.

Le béton autoplaçant (BAP) est un béton capable, sous l'unique effet de lapesanteur, de se mettre
en place dans les coffrages même les plus complexes et particulièrement encombrés sans nécessiter
pour tout autant des moyens de vibration pour consolider le mélange avec comme résultat un
produit particulièrement homogène. Ce type de béton doit être apte à passer à travers les
armatures les plus serrées avec, cependant, une vitesse dépendante de la viscosité du mélange.
Pour remplir cette condition, le béton doit être particulièrement fluide, c'est-à-dire
particulièrement déformable. Or ceci n'est envisageable que si le rapport eau/ciment est élevé ou si
le béton contient un superplastifiant.

Uniquement, la fluidité n'est pas l'unique propriété recherchée, car il faut bien s'assurer de
l'homogénéité de la totalité pâte-granulats. De façon corollaire, le mélange du BAP doit être
particulièrement cohésif et particulièrement stable lors de la mise en place et cela jusqu'à son
durcissement. Ceci implique que le BAP doit présenter le minimum de tassement et de
sédimentation des particules solides et éviter de présenter un ressuage trop fort, car cela génère
une hétérogénéité des propriétés mécaniques, telle qu'une chute d'adhérence des armatures en
partie supérieure des levées comparé à celles localisées en zone inférieure lors du coulage.

Une bonne stabilité liée, entre autres, à la viscosité du mortier et de son seuil de cisaillement
nécessite soit l'ajout d'un agent de viscosité afin de perfectionner la cohésion de la totalité, soit
d'augmenter la teneur en matière cimentaire et de diminuer la teneur en eau libre. Aussi une bonne
stabilité peut être liée à une optimisation de la compacité granulaire. Or, l'augmentation de la
teneur en liant n'est pas sans conséquence sur la durabilité, vu le dégagement de chaleur d'une
part, et d'autre part, le risque de nuire à la capacité de remplissage, propriété particulièrement
recherchée pour ce genre de béton.

Cette complexité amène à combiner différents paramètres pour obtenir le niveau désiré en termes
de résistance à la compression. Mais avant d'atteindre cette étape, il est indispensable de s'assurer
d'une part de la bonne capacité de remplissage de ces bétons, par conséquent une déformabilité
supérieure à celle des bétons ordinaires. D'autre part, il faut s'assurer de la stabilité du mélange et
éviter, donc, la ségrégation. Fréquemment, la satisfaction de ces deux exigences entraîne un
compromis. En clair, en plus de garantir un étalement compris entre 500 et 700 mm et d'assurer une
très bonne capacité de remplissage, il faut que l'agent de viscosité introduit pour perfectionner la
viscosité n'abîme pas la déformabilité du béton.

Le béton autoplaçant, ou BAP, est généralement employé dans la construction en béton


armé. Il s'agit d'un béton suffisamment fluide pour pouvoir remplir complètement l'espace
entre les banches lors du coulage, mais également en enrobant parfaitement les ferraillages et
armatures.

Pourquoi utiliser un béton autoplaçant ?


Dès lors que l'on a commencé à couler du béton dans des coffrages, on a toujours été
confronté au problème du parfait remplissage de ces coffrages par le béton. Il suffit qu'une
bulle se crée lors du coulage du béton pour qu'un vide surgisse dans la structure ce qui
diminue sa solidité et notamment sa résistance à la compression.

Il est facile de noyer d'un peu trop d'eau son ciment pour que le mélange soit très fluide pour
bien remplir un coffrage. Or, un béton trop humide sèche mal, irrégulièrement et trop
lentement avec un retrait bien trop important pour envisager de l'employer autrement qu'en
laitier de cimentation.

On a partiellement résolu le problème du remplissage par le béton des coffrages, banches et


enrobage des fers à béton, des structures en béton armé en lui appliquant des vibrations. Le
béton vibré est un béton dans lequel on plonge une aiguille vibrante durant son coulage et
avant sa prise. Toutefois, l'emploi de l'aiguille vibrante réclame que du personnel qualifié
manie la machine sans pour cela écarter le risque d'un défaut de remplissage toujours
possible.

Faire du béton

Article

Lire l'article Ooreka


Caractéristiques
C'est en ajoutant au béton classique des adjuvants (super-plastifiants, agents de viscosité...)
qu'on a réussi à concevoir le béton autoplaçant. Il s'agit d'un béton suffisamment fluide pour
pénétrer seul par gravité dans tous les interstices et notamment dans les maillages fins de fers,
semelles, treillis et ferraillages divers, mais n'ayant pas perdu ses capacités de résistance à la
compression que certains adjuvants élastiques auraient pu obérer.

Ainsi, l'usage du béton autoplaçant dans la construction en béton banché et armé permet un
gain de productivité en limitant le nombre d'intervenants sur le chantier (pas d'aiguille
vibrante), le temps de travail (le BAP se place de lui-même) et le confort et la sécurité des
ouvriers (plus besoin de se poser à cheval sur des banches pour vibrer le béton). De plus, de
par sa texture fine et d'apparence légèrement plastifiée, le BAP assure un rendu bien plus
esthétique que le BPE (béton prêt à l'emploi) classique.

Désormais, le BAP est quasiment le standard dans la construction en béton armé, c'est-à-dire
la grande majorité des édifices hors maisons individuelles (souvent maçonnées) et
constructions alternatives (maison bois, maison à ossature bois, chalet, fuste...).

Précision : on qualifie parfois de béton autoplaçant des bétons autonivelants (BAN)


qui sont plutôt employés pour couler des chapes et dalles immédiatement
horizontales sans ragréage ultérieur nécessaire (chape fluide). Toutefois, il existe
des différences entre les bétons destinés à des constructions verticales et ceux
destinés à des ouvrages horizontaux.

Employer du béton autoplaçant : précautions


Si un particulier a la possibilité de se faire livrer du BAN (béton autonivelant) pour couler une
dalle plane, il lui sera bien plus difficile d'acquérir du BAP pour une construction verticale.
Malgré tout, si on emploie du BAP pour couler une dalle plane, il faut connaître les règles
d'emploi et de pose.

Étanchéité

L'étanchéité du coffrage doit être parfaite afin que le béton liquide ne coule pas au-dehors par
de petits interstices.

Support

Le béton autoplaçant même fibré (contenant des fibres polymères de renfort) doit
obligatoirement être coulé sur treillis ferraillés en zones de construction parasismique.

Main-d'œuvre

Il est indispensable de disposer de 3 personnes au moins sur le chantier de coulage d'une dalle
en BAP ou BAN en raison des phases à réaliser : passage de la barre de répartition du béton
sur la zone de coulage, lissage au balai anti-bulles et pulvérisation du produit de finition.
Accès au chantier

Le BAP et le BAN étant préparés en centrale, il est indispensable de vérifier à l'avance que les
camions toupies et l'éventuelle pompe à béton pourront accéder aisément au lieu de livraison
du béton.

Conseil : en règle générale, à moins d'être un habitué des bétons et du coulage de


dalles en particulier, il vaut mieux faire appel à une entreprise de maçonnerie ou à un
chapiste pour obtenir une dalle en BAN ou édifier une structure même modeste en
BAP.

Prix du béton autoplaçant


Les bétons autoplaçant et autonivelant s'achètent directement auprès d'une centrale à
bétonentre 110 et 130 €/m³ hors livraison. Avec la livraison par camion toupie sans pompe à
béton, il est courant de devoir y ajouter 50 à 100 €/m³, voire plus encore en cas de nécessité
d'employer une pompe à béton ou un camion tapis.

Prix béton

Article