Vous êtes sur la page 1sur 222

Sommaire

Préambule...........................................................................................................................................

CHAPITRE 1.  Hygiène, sécurité et outillage.................................................................................

CHAPITRE 2.  Le béton ...........................................................................................................................


CHAPITRE 3.  Le trait de niveau + 1,00 m ...................................................................................
.

5
12
75
CHAPITRE 4. Le coffrage ......................................................................................................................
.

94
52
8:1
.24
CHAPITRE 5.  Le béton . armé ..............................................................................................................

36
4.1
.15
60
CHAPITRE 6. La vibration des bétons ............................................................................................
.
4:1
35
41
88

CHAPITRE 7. Les poteaux. en BA ....................................................................................................


8:8
83
77
97

CHAPITRE 8. Les poutres et linteaux


. en BA .............................................................................
:95
TA
US
:R

CHAPITRE 9. Les banches .................................................................................................................


.
om
x.c
rvo
ola

CHAPITRE 10. L’élingage .......................................................................................................................


.
ch
l.s
na
tio
na

  .
er
int

  .

  .

Table des matières

Préambule......................................................................................................................................... XV

CHAPITRE 1.  Hygiène, sécurité et outillage......................................................................... 1


1.1 La sécurité..................................................................................................................................... 1
1.1.1 L’analyse des risques et prévention....................................................................................... 1
1.1.1.1 Les engagements santé et sécurité au travail de l’apprenti........................................... 1

5
12
75
1.1.1.2 Démarche du maître d’apprentissage........................................................................ 1

94
52
1.1.1.3 Les principaux risques du métier.............................................................................. 2

8:1
.24
1.1.2 Les équipements de protection individuelle (EPI)................................................................ 3

36
4.1
1.1.2.1 Règles générales de sécurité....................................................................................... 3

.15
60
1.1.2.2 Hygiène................................................................................................................. 3
4:1
35
1.1.2.3 Prévention des chutes de hauteur : « le garde-corps ».................................................. 4
41
88

1.1.2.4 Les échelles............................................................................................................. 5


8:8
83

1.1.2.5 L’ordre sur le chantier et aux postes de travail........................................................... 5


77
97

1.1.2.6 Circulation et accès sur le chantier........................................................................... 6


:95
TA

1.1.2.7 Manutention manuelle........................................................................................... 6


US
:R

1.1.2.8 Risques électriques.................................................................................................. 6


om
x.c

1.1.3 Identifier les risques et les prévenir....................................................................................... 7


rvo
ola
ch

1.2 L’outillage....................................................................................................................................... 9
l.s
na
tio

1.2.1 Les outils de traçage et de mesure........................................................................................ 9


na
er

1.2.2 Les outils de maçon et de coffreur........................................................................................ 10


int

1.2.3 Le matériel collectif............................................................................................................. 11


1.3 La terminologie............................................................................................................................ 14

  .

.

.

VIII Table des matières

.

.
.
.

  .

  .

CHAPITRE 2.  Le béton....................................................................................................................... 49


2.1 Les composants du béton.......................................................................................................... 49
2.1.1 Les granulats........................................................................................................................ 49
2.1.2 Les ciments.......................................................................................................................... 50
2.1.3 L’eau.................................................................................................................................... 51
2.1.3.1 Gâcher le béton à la main....................................................................................... 52
2.1.3.2 Gâcher le béton à la bétonnière............................................................................... 53
2.2 Calcul des quantités des composants du béton..................................................................... 54
2.2.1 Les dosages et quantités....................................................................................................... 54
2.2.1.1 Les granulats (le mélangé)....................................................................................... 54
2.2.1.2 Classe de résistance................................................................................................. 57
Table des matières IX

Pour en savoir plus

Nature des granulats.................................................................................................................. 59

Les autres composants du béton............................................................................................. 65


Le ciment.......................................................................................................................... 65
L’eau (définition : norme NF EN 1008)............................................................................ 66
L’air................................................................................................................................... 68
Les adjuvants (définition : norme NF EN 934-2).............................................................. 68
Abaque de Dreux........................................................................................................................ 74

5
12
Correction de la composition des granulats en fonction de l’humidité............................. 76

75
94
52
8:1
Le béton suivant la norme NF EN 206-1................................................................................. 79

.24
36
La norme NF EN 206-1.................................................................................................... 80

4.1
.15
Les pathologies des bétons................................................................................................. 85

60
4:1
Bétonnage par temps chaud............................................................................................... 85
35
41

Bétonnage par temps froid................................................................................................ 86


88
8:8

Béton prêt à l’emploi (BPE).............................................................................................. 86


83
77
97
:95

CHAPITRE 3.  Le trait de niveau + 1,00 m............................................................................. 89


TA
US
:R
om

3.1 Le laser........................................................................................................................................... 92
x.c
rvo
ola
ch

Pour en savoir plus


l.s
na
tio
na

Le nivellement............................................................................................................................. 94
er
int

Exemple............................................................................................................................ 94
L’altitude....................................................................................................................................... 94
Exemple............................................................................................................................ 95
La lunette de chantier................................................................................................................ 96

La lecture...................................................................................................................................... 97
Exemple............................................................................................................................ 97
Mise en station.................................................................................................................. 97
Nivellement direct....................................................................................................................... 98
Exemple 1......................................................................................................................... 98
Exemple 2......................................................................................................................... 99
Lecture par rayonnement.......................................................................................................... 100

Lecture par cheminement......................................................................................................... 102


Exemple de feuille de nivellement par cheminement......................................................... 103
X Table des matières

CHAPITRE 4.  Le coffrage................................................................................................................... 109


4.1 Les bases du coffrage traditionnel............................................................................................. 109
4.1.1 Les bois............................................................................................................................... 111
4.1.2 Le stockage.......................................................................................................................... 111
4.1.3 La résistance des bois........................................................................................................... 112
4.1.4 Le marteau de coffreur......................................................................................................... 113
4.1.5 La scie à bûche..................................................................................................................... 113
4.1.6 Les pointes........................................................................................................................... 115
4.1.7 Le choix des bois de coffrage................................................................................................ 117
4.2 Les coffrages extérieurs et intérieurs......................................................................................... 118

5
12
75
4.2.1 Coffrage extérieur................................................................................................................ 119

94
52
4.2.2 Coffrage intérieur................................................................................................................ 119

8:1
.24
36
Pour en savoir plus

4.1
.15
60
4:1
Le coffrage.................................................................................................................................... 125
35
41

Fonctions et qualités exigées d’un coffrage......................................................................... 125


88
8:8

Éléments du calcul d’un coffrage....................................................................................... 126


83
77
97

Poussée du béton frais....................................................................................................... 126


:95
TA

Les contreplaqués.............................................................................................................. 131


US
:R
om

Coffrage dalle pleine.................................................................................................................. 136


x.c
rvo

Lecture des abaques........................................................................................................... 137


ola
ch

Calcul de la capacité portante des étais.............................................................................. 138


l.s
na

Coffrage standard d’un poteau 20 x 20.............................................................................. 139


tio
na
er
int

CHAPITRE 5.  Le béton armé.......................................................................................................... 147


5.1 But visé par l’association ciment-acier..................................................................................... 147
5.1.1 L’adhérence.......................................................................................................................... 148
5.1.2 L’enrobage........................................................................................................................... 150
5.1.3 Le positionnement des aciers............................................................................................... 150
5.1.3.1 Les efforts subis par le béton.................................................................................... 150
5.1.3.2 Remède à tous ces efforts subis.................................................................................. 153
5.1.3.3 Autres cas............................................................................................................... 153
5.1.4 Les armatures....................................................................................................................... 154
5.1.5 Les chaînages....................................................................................................................... 154
5.1.6 Façonnage............................................................................................................................ 156
5.2 Le béton précontraint.................................................................................................................. 158
Table des matières XI

Pour en savoir plus

Les aciers...................................................................................................................................... 163


Les ronds lisses (Ø)............................................................................................................ 163
Les armatures à haute adhérence (HA).............................................................................. 163
Les treillis soudés (TS)....................................................................................................... 163
Chaînages horizontaux (CH)..................................................................................................... 163

Chaînages verticaux (CV)........................................................................................................... 165

La poutre...................................................................................................................................... 166

5
12
75
Les poteaux.................................................................................................................................. 167

94
52
8:1
.24
Les dalles...................................................................................................................................... 168

36
4.1
.15
60
En fondation................................................................................................................................ 170
4:1
35
Les semelles de fondations................................................................................................. 170
41
88

Les massifs......................................................................................................................... 170


8:8
83

Les longrines..................................................................................................................... 170


77
97
:95

Le radier............................................................................................................................ 171
TA

Les voiles........................................................................................................................... 171


US
:R

Chaînages verticaux (CV).................................................................................................. 172


om
x.c

Chaînages horizontaux (CH)............................................................................................. 172


rvo
ola

Façonnage......................................................................................................................... 172
ch
l.s

Scellement......................................................................................................................... 173
na
tio
na
er
int

CHAPITRE 6.  La vibration des bétons...................................................................................... 175


6.1 Introduction................................................................................................................................... 175

6.2 Déroulement en pratique........................................................................................................... 175

6.3 Précautions à observer................................................................................................................ 177

CHAPITRE 7.   Les poteaux en BA............................................................................................... 179


7.1 La terminologie............................................................................................................................ 179

7.2 Mode opératoire pour la réalisation d’un poteau................................................................... 182

7.3 Autres renseignements............................................................................................................... 186


7.3.1 Le flambage des poteaux...................................................................................................... 186
7.3.2 L’armature des poteaux........................................................................................................ 186
XII Table des matières

CHAPITRE 8.   Les poutres et linteaux en BA...................................................................... 189


8.1 La poutre en BA............................................................................................................................ 189
8.1.1 L’armature d’une poutre....................................................................................................... 189
8.1.2 Mode opératoire pour la réalisation d’une poutre................................................................. 191
8.2 Le linteau en BA........................................................................................................................... 193
8.2.1 Caractéristiques................................................................................................................... 193
8.2.2 Habillages............................................................................................................................ 194
8.2.3 Longueur d’appui................................................................................................................ 194
Pour en savoir plus

5
12
75
94
Mode opératoire pour la pose de poutres préfabriquées.................................................... 197

52
8:1
.24
36
Les poutres « coffrées sur place »............................................................................................. 200

4.1
.15
60
L’armature d’une poutre............................................................................................................ 203
4:1
35
41
88

Armatures transversales des poutres....................................................................................... 203


8:8
83
77
97
:95

CHAPITRE 9.   Les banches............................................................................................................. 207


TA
US
:R
om

9.1 Les accessoires............................................................................................................................. 210


x.c
rvo
ola

9.1.1 Stabilisation......................................................................................................................... 210


ch
l.s

9.1.2 Terminologie....................................................................................................................... 212


na
tio
na

9.2 Terminologie d’un voile béton................................................................................................... 212


er
int

9.3 L’instabilité..................................................................................................................................... 213

9.4 La stabilisation.............................................................................................................................. 214


9.4.1 Banches avec compas........................................................................................................... 216
9.5 Déchargement.............................................................................................................................. 219

9.6 Mise en service............................................................................................................................. 220

9.7 Manipulation................................................................................................................................. 221

9.8 Préparation.................................................................................................................................... 222


9.8.1 Préparation de la première face............................................................................................ 224
9.8.1.1 Plombage de la première face................................................................................... 226
9.8.1.2 Alignement de la première face................................................................................ 227
9.8.1.3 Traçage de la première face...................................................................................... 228
9.8.1.4 Coffrage de la première face..................................................................................... 229
Table des matières XIII

9.9 Armatures de voile BA................................................................................................................. 230

9.10 Fermeture de la banche............................................................................................................. 231

9.11 Bétonnage.................................................................................................................................... 232


9.11.1 Vérifications après coulage................................................................................................. 233
9.11.2 Décoffrage du voile BA...................................................................................................... 233
9.11.3 Coffrage contre mur.......................................................................................................... 234
9.11.4 Relever une banche en superposition................................................................................. 235

CHAPITRE 10.  L’élingage................................................................................................................... 239

5
12
75
10.1 Une opération à risque............................................................................................................... 239

94
52
8:1
.24
10.2 Terminologie................................................................................................................................. 240

36
4.1
.15
60
10.3 Marquage...................................................................................................................................... 242
4:1
35
41

10.4 Accessoires d’extrémité et boucles........................................................................................... 243


88
8:8
83
77

10.5 Mode d’emploi............................................................................................................................. 243


97
:95
TA

10.5.1 Avant la mise en service....................................................................................................... 243


US
:R

10.5.2 Dix règles pour élinguer en toute sécurité............................................................................ 243


om
x.c
rvo

10.6 Lecture des tableaux fournisseurs............................................................................................. 248


ola
ch
l.s
na

10.7 Calcul des forces sur les élingues.............................................................................................. 252


tio
na
er
int

10.8 Les signaux de levage des charges............................................................................................ 254


Chapitre 1
Hygiène, sécurité et outillage

1.1 La sécurité
1.1.1 L’analyse des risques et prévention
1.1.1.1 Les engagements santé et sécurité au travail de l’apprenti

5
12
75
94
52
Je n’oublie pas que si mon employeur a des obligations envers moi, je suis responsable de ma sécurité et aussi de

8:1
.24
celle des autres. Ainsi, j’adopte les comportements suivants :

36
4.1
• je repère les dangers existants et ceux liés à mon activité, tant pour moi que pour les autres ;

.15
60
• j’analyse la situation avant d’intervenir ;
4:1
35
• je respecte les consignes que l’on me donne ;
41
88
8:8

• si je constate que la situation est dangereuse, j’alerte immédiatement mon responsable ;


83
77

• quand je ne sais pas, je demande des explications ;


97
:95

• je prends soin du matériel que j’utilise et, s’il est défectueux, je préviens mon responsable ;
TA
US

• je réduis mes efforts physiques en utilisant les moyens de manutention ou en me faisant aider ;
:R
om

• si je dois utiliser un produit dangereux, je lis l’étiquette et respecte les consignes indiquées ;
x.c
rvo
ola

• j’utilise les protections collectives et les laisse en place ;


ch
l.s

• je porte les vêtements de travail et les protections individuelles adaptés mis à ma disposition ;
na
tio

• je me change et me lave les mains avant de manger. Je respecte les installations d’hygiène mises à ma dispo-
na
er
int

sition ;
• lors de la visite médicale, je signale au médecin du travail les particularités de mon poste de travail.

1.1.1.2 Démarche du maître d’apprentissage


En complément de la «  charte de l’alternance BTP  », cette fiche d’accueil constitue un support pour
informer l’apprenti sur les risques professionnels et lui expliquer les mesures de prévention à mettre en œuvre.
En préalable à cette démarche, il faut :
• évaluer les risques, afin de les transcrire dans le document unique ;
• repérer les situations dangereuses ;
• comparer ce qui est fait dans l’entreprise avec les bonnes pratiques ;
• corriger en priorité les situations dangereuses.
Trois étapes pour accueillir l’apprenti en matière de prévention :
• Présenter son contexte de travail : organiser une visite des lieux, présenter l’équipe et les situations de travail.
• L’informer sur les risques et les mesures de prévention, à partir de la fiche d’accueil « apprenti » ci-dessus.
• L’accompagner dans la durée  : pour chaque tâche confiée à l’apprenti, vérifier s’il a repéré les situations
dangereuses, s’il sait mettre en œuvre les mesures de prévention définies par l’entreprise. Le responsabiliser
et lui permettre de s’approprier les bonnes pratiques de l’entreprise.
2 Hygiène, sécurité et outillage

1.1.1.3 Les principaux risques du métier


• Mauvaises conditions d’hygiène : absence d’installations d’hygiène, milieu insalubre ou infecté.
• Chutes d’échafaudage : de personnes, de matériel, renversement.
• Chutes de plain-pied : accès, circulation sur chantier.
• Chutes d’échelle : glissade, renversement.
• Liés à l’utilisation d’engins : heurt, renversement, chute de charge.
• Risques électriques : électrisation, électrocution.
• Liés à la manutention manuelle : blessures (coupures, écorchures), TMS (troubles musculo-squelettiques).
• Risques chimiques : irritations, brûlures, intoxications.
• Chutes de hauteur : rive d’ouvrage, trémies.

5
12
Cette liste n’est pas exhaustive et doit être complétée selon les spécificités des travaux.

75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

1 2 3 4 5

6 7 8 9 10

11 12 13 14 15

16 17 18 19 20
La sécurité 3

1.1.2 Les équipements de protection individuelle (EPI)


1 - Vêtements de travail
2 - Casque de chantier
2 4
3 3 - Chaussure et botte de sécurité
4 - Gants
5 - Lunettes de protection
1 6 - Protection des oreilles (antibruit)
7 7 - Masque antipoussière

9 8 - Baudriers
9 - Harnais de sécurité

5
12
75
94
5

52
8:1
8

.24
36
6

4.1
.15
60
4:1
35
41
88

La prévention : toutes ces protections sont indispensables pour votre sécurité.


8:8
83

Les EPI sont obligatoires, mais ne remplacent pas les protections collectives.
77
97
:95

1.1.2.1 Règles générales de sécurité


TA
US
:R
om

• Respectez le règlement de l’entreprise.


x.c
rvo

• Signalez toute situation dangereuse à votre responsable hiérarchique.


ola
ch

• Utilisez les équipements de protection individuelle.


l.s
na
tio

• Respectez les consignes de sécurité.


na
er

Respectez les dispositifs de protection collective.


int


• Respectez les interdictions de fumer.
• Respectez les interdictions de consommer des boissons alcoolisées ou substances illicites sur le chantier ou à
l’atelier.
• Utilisez le matériel uniquement pour l’usage pour lequel il est prévu.

1.1.2.2 Hygiène
Utilisez, respectez et maintenez propres :
• les réfectoires,
• les vestiaires (armoires…),
• les sanitaires (W-C, lave-mains…),
• les vêtements de travail.
4 Hygiène, sécurité et outillage

Potelet

Main courante   

Fixations
Lisse intermédiaire Mi-hauteur

Plinthe  

5
12
75
94
52
Fourreaux

8:1
.24
36
4.1
1.1.2.3 Prévention des chutes de hauteur : « le garde-corps »
.15
60
4:1
35
• N’improvisez pas des plates-formes de travail : sur celles-ci ou sur un échafaudage, il faut mettre en place un
41
88

garde-corps, quelle que soit la hauteur du plancher de travail.


8:8
83

• Mettez en place les protections au pourtour de la plate-forme de travail et face au maçon.


77
97

Ne surchargez pas la plate-forme.


:95


TA

Pour éviter des chutes d’objets, mettez en place toutes les plinthes.
US


:R
om

• Réglez les plates-formes à la bonne hauteur. Pas de surélévation bricolée !


x.c
rvo

–– La main courante de 1,00 à 1,10 m ;


ola
ch

–– la lisse intermédiaire à mi-hauteur ;


l.s
na
tio

–– la plinthe de 10 à 15 cm.
na
er
int

• Toutes les ouvertures dans les planchers doivent être protégées.


• Les baies doivent également être protégées.
La sécurité 5

1.1.2.4 Les échelles


Les échelles ne doivent pas être utilisées comme poste de travail, elles ne servent que
de moyen d’accès à un niveau différent à condition qu’elles soient fixées en bas et en

m
1,00
haut et qu’elles dépassent du niveau supérieur de 1 m minimum. Leur rapport d’angle
doit être de 1 d en pied /4 d en hauteur.
Pour éviter qu’elles ne basculent ou ne glissent, les échelles doivent être bien
positionnées et fixées en haut et au sol.
Descendez toujours face à l’échelle. 4d

NON OUI

5
12
75
NON

94
52
1d

8:1
.24
36
4.1
NON

.15
60
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97

ASTUCE
:95
TA
US

Placez-vous au pied de l’échelle, les bras tendus affleurant les montants, et celle-ci sera bien positionnée.
:R
om

1.1.2.5 L’ordre sur le chantier et aux postes de travail


x.c
rvo
ola
ch

• Rangez et nettoyez votre poste de travail.


l.s
na

Dégagez les chemins de circulation…


tio


na
er

• Nettoyez le sol pour éviter les glissades, les chutes, les piqûres…
int

• Le stockage du matériel et des matériaux (bois, armatures, palettes) doit être parfaitement signalé et aligné
(hauteur maxi : 1,50 m). Ne stockez pas n’importe comment, mais sur une aire horizontale et résistante, avec
un empilement de deux palettes maximum. N’utilisez pas les palettes comme plates-formes de travail.
• Ne nettoyez pas n’importe comment. Attention aux personnes qui sont en dessous !
• Ne décoffrez que sur ordre de votre hiérarchie. Démontez proprement les assemblages et dépointez immé-
diatement les bois. Pour décoffrer, travaillez à la bonne hauteur.
• Nettoyez les traces de béton sur les bois avant réemploi : sinon, les lames de scies s’abîmeront très vite au
contact du béton durci.
• Préparez les cheminements. La plate-forme de cheminement doit être suffisamment large, résistante et
stable.
• Faites attention aux chutes éventuelles d’objets, protégez le dessus des passages.
• Chargez correctement la brouette et tenez compte des dimensions de passage.
6 Hygiène, sécurité et outillage

1.1.2.6 Circulation et accès sur le chantier


• Empruntez les voies d’accès.
• Utilisez les passerelles pour circuler sur le chantier.
• Veillez à ce que les accès soient correctement éclairés et munis de protections.
• Faites attention aux risques de heurts avec des objets en mouvement (grue, engin de chantier).
• Sur les planchers à entrevous (hourdis), évitez de marcher directement sur les entrevous. Mettez des chemins
de planches pour éviter les risques de rupture.
• Un blindage doit être présent lorsqu’une tranchée est réalisée à plus de 1,30 m.

 
 

5
12
75
94
52
8:1
.24
  

36
4.1
.15
60
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c

1.1.2.7 Manutention manuelle


rvo
ola
ch
l.s

Portez vos protections individuelles et adoptez une bonne position pour éviter :

na
tio

les blessures aux mains, aux pieds, à la tête,


na


er
int

• les lésions de la colonne vertébrale (mal de dos…).

1.1.2.8 Risques électriques


• Respectez le matériel électrique, ne « bricolez » pas.
• Ne tirez pas sur le fil, mais sur la fiche.
• N’utilisez pas les outils électriques portatifs en cas de forte pluie.
• Attention aux lignes aériennes.
• Utilisez des baladeuses électriques réglementaires.
La sécurité 7

1.1.3 Identifier les risques et les prévenir


Dans le tableau ci-après, l’objectif est de savoir identifier les risques pour chaque poste de travail et de trouver
les moyens de prévention qui réduiront ou élimineront les situations dangereuses.
Risques et mesures de prévention

Risques identifiés Messages et actions


Situations dangereuses de prévention

Donner accès aux W-C, vestiaires, eau potable, douches si


nécessaire.
Mauvaises conditions d’hygiène
Hygiène - Santé Entretenir les installations sanitaires.
Travail en milieu insalubre ou infecté
Respecter les préconisations en matière d’hygiène corporelle et

5
12
vestimentaire. Éliminer les déchets.

75
94
52
Chutes de plain-pied Ranger, nettoyer et dégager les zones de travail et de circulation.

8:1
Circulation dans des zones de travail Réserver une zone au stockage et à la livraison.

.24
36
Ordre et circulation encombrées

4.1
.15
60
Heurt, renversement, chute de charge La conduite d’engins est réservée au personnel formé et autorisé.
4:1
Travaux avec ou à proximité d’engins 35
41
88

Organiser le poste afin de limiter le port de charges (utilisation de


8:8

Manutention Liés à la manutention manuelle


83

matériel, préparation des colisages…).


77

manuelle et Port de charges et mauvaises postures


97

Respecter les bons gestes.


mécanique
:95

de travail
Porter les EPI (gants, chaussures).
TA
US
:R

Chutes, renversement Réserver la conduite de nacelles et de chariots élévateurs au


om
x.c

Utilisation d’appareils de levage de personnel formé et autorisé


rvo

personnes
ola
ch
l.s

Protéger les trémies et les rives d’ouvrage. Mettre en place des filets
na
tio

Accès et circulation Chutes de hauteur de protection sous les couvertures fragiles et des platelages de
na
er

en hauteur Chutes d’échelle circulation. Respecter les règles d’utilisation des harnais.
int

Accès et travaux en hauteur Ne pas utiliser l’échelle comme poste de travail (elle doit être fixée
et dépasser de 1 m).

Chutes d’échafaudages Vérifier la conformité des échafaudages (ils doivent être stables,
Travaux sur échafaudages protégés et montés par du personnel formé).

Protéger les réseaux.


Risques électriques
Réseaux et matériels Respecter les distances de sécurité (3 ou 5 m).
Travaux à proximité de lignes
électriques Utiliser du matériel isolé en bon état et protégé par un disjoncteur
électriques
différentiel (30 mA).

Respecter les prescriptions de l’étiquetage et des FDS (stockage,


Risques chimiques
Produits dangereux utilisation, moyens de protection). Respecter les procédures
Manipulation de produits dangereux
spécifiques (ventilation, conditionnement des déchets, dépose…).
8 Hygiène, sécurité et outillage

Exercice
Hygiène et sécurité
Questions
1) On doit utiliser un marteau-piqueur pour démolir un mur intérieur d’une habitation en agglomérés
de ciment. Barrer dans le tableau ci-dessous les équipements de protection individuelle inutiles à la tâche.

Vêtements de travail Casque Chaussures de sécurité

5
12
Gants Lunettes de protection Baudrier

75
94
52
Masque antipoussière Protection auditive Harnais de sécurité

8:1
.24
36
4.1
2) Indiquer sur l’image ci-dessous les cotes manquantes : hauteur de plinthe A, lisse intermédiaire B et

.15
60
main courante C.
4:1
35
41
88

Potelet
8:8
83
77

Main courante   


C
97
:95
TA
US
:R

Fixations
om
x.c

Lisse intermédiaire B Mi-hauteur


rvo
ola
ch
l.s
na
tio

Plinthe A  
na
er
int

Fourreaux

3) Indiquer sur l’image ci-dessous les cotes manquantes : largeur passage A, plinthe B et profondeur
minimale de la fouille C.
 

A   B

  
C
L’outillage 9

4) Indiquer sur l’image ci-dessous dans quels cas l’échelle est utilisable (entourer le ou les n°).

c
a d e

5
12
75
94
52
8:1
.24
3

36
4.1
.15
60
2
4:1
35
41
88
8:8
83

1
77
97
:95
TA
US

Réponses
:R
om
x.c
rvo

1) Équipement à barrer : baudrier et harnais de sécurité.


ola
ch

2) Hauteur de plinthe A : 15 cm ; lisse intermédiaire B : 0,50 à 0,55 m ; main courante C : 1,00 à
l.s
na

1,10 m.
tio
na
er

3) Largeur passage A : 40 cm ; plinthe B : 15 cm ; profondeur minimale de la fouille C : 1,30 m.
int

4) L’échelle est utilisable dans le cas 1.

1.2 L’outillage
1.2.1 Les outils de traçage et de mesure
Dans notre métier, il est indispensable de mesurer et de tracer. C’est pourquoi cet outillage nous est nécessaire.
10 Hygiène, sécurité et outillage

1 - Mètre et crayons
2 - Équerre
2 3 3 - Traceur, poudre bleue
4 4 - Règle alu
1
5 - Niveau à bulle
5
6 - Fil à plomb
7 - Double décamètre
8 - Fil à plomb d’axe
6
9 - Laser
7 10 - Lunette de chantier

5
12
75
94
9

52
10

8:1
8

.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41

Le crayon de charpentier (rouge) sert au traçage sur bois. Le vert (mine dure) trace sur la pierre et le béton.
88
8:8
83

! IMPORTANT
77
97
:95

Les mines des crayons doivent être taillées régulièrement afin d’avoir un traçage des plus précis
TA

OUI NON
US

possible. Le trait ne doit pas excéder 1  mm, voire moins lors d’un coffrage précis. Ces traits
:R
om

doivent être repérés pour qu’on puisse les retrouver facilement.


x.c
rvo

Lors d’un traçage avec le plomb d’axe (pointu), le trait doit être dans le sens du cordeau (ficelle).
ola
ch
l.s
na

1.2.2 Les outils de maçon et de coffreur


tio
na
er
int

1 - Taloche
3
4 2 - Talochon
6 3 - Truelle
1
4 - Cordeau
2 5
5 - Martelet
7
6 - Massette
7 - Ciseau à brique, ciseau et pointerolles
9 10 8 - Langue de chat
8 11 9 - Fer à joint
12
10 - Fer à boudin (nez de marche)
11 - Patte à coulisse
13 17 12 - Brosse métallique
13 - Pince à ferrailler
15
14 - Griffe à ferrailler
18 15 - Arrache-clous
14 16 16 - Ceinture à outils
17 - Scie à bûche
18 - Scie égoïne
L’outillage 11

Les outils coûtent cher, mais il est primordial d’en avoir de bonne qualité. C’est pourquoi on doit en prendre
grand soin. Le nettoyage des outils s’effectue tous les jours, car le béton est très difficile à supprimer dès qu’il a
durci.

} Les scies
• La scie à bûche pour les planches, les Scie circulaire
chevrons, et les bastings.
Scie à métaux
• La scie égoïne pour le contreplaqué.
• La scie à métaux pour le PVC et le
métal.
• La scie sauteuse pour les arcs. Scie à bûche

5
12
Certaines scies sont spécifiques, comme

75
94
52
pour le béton cellulaire ou la brique Scie égoïne

8:1
.24
creuse.

36
4.1
.15
60
4:1
35
41
88
8:8
83

Scie sur table


77
97
:95
TA

Scie sauteuse
US
:R
om
x.c
rvo
ola

1.2.3 Le matériel collectif


ch
l.s
na
tio
na
er
int

1 - Bétonnière
1 2 2 - Brouette
4
3 - Seau
6 7 4 - Auge
5 - Pioche
3 6 - Racloir
5 7 - Pelle
8 14
8 - Étai
11 9 - Serre-joint
9
13 10 - Tige de serrage
15 11 - Barre à mine
12 - Tréteau
13 - Masse
10 14 - Balai de cantonnier
16
15 - Cisaille (coupe boulon)
12 16 - Rateaux
12 Hygiène, sécurité et outillage

Les PIRL (plates-formes individuelles roulantes) sont obligatoires pour


travailler en hauteur.

5
12
75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41
88

Vibreur et aiguilles vibrantes


8:8
83
77
97
:95
TA
US

Exercice
:R
om
x.c
rvo
ola
ch

Outillage et matériel
l.s
na
tio
na
er
int

Questions
1) Sur l’image ci-dessous, indiquer les outils utilisés pour mesurer l’horizontalité (entourer les réponses).

1 - Mètre et crayons
2 3 2 - Équerre
3 - Traceur, poudre bleue
4 4 - Règle alu
1
5 5 - Niveau à bulle
6 - Fil à plomb
6 7 - Double décamètre
8 - Fil à plomb d’axe
7 9 - Laser
10 - Lunette de chantier

8 10
L’outillage 13

2) Vous devez réaliser et approvisionner vers l’intérieur du bâtiment 500 litres de chape. Indiquer sur
l’image ci-dessous le matériel à utiliser (entourer les noms).

1 - Bétonnière
1
2 2 - Brouette
4 3 - Seau
7
6 4 - Auge
3 5 - Pioche
5 14 6 - Racloir
8 7 - Pelle
11
8 - Étai
9
13 9 - Serre-joint

5
15

12
10 - Tige de serrage

75
94
11 - Barre à mine

52
8:1
10 12 - Tréteau
16

.24
13 - Masse

36
4.1
12 14 - Balai de cantonnier

.15
60
15 - Cisaille (coupe boulon)
4:1
35
16 - Rateaux
41
88
8:8
83

3) On doit réaliser les joints horizontaux et verticaux d’une maçonnerie de bloc ciment. Indiquer sur
77
97

l’image ci-dessous le matériel à utiliser (entourer les noms).


:95
TA
US
:R

1 - Taloche
om

3 4
x.c

2 - Talochon
rvo

6
ola

3 - Truelle
ch

1
l.s

2 5 4 - Cordeau
na
tio

7 5 - Martelet
na
er

6 - Massette
int

9 10 7 - Ciseau à brique, ciseau et pointerolles


8 11
12 8 - Langue de chat
9 - Fer à joint
17 10 - Fer à boudin (nez de marche)
13 11 - Patte à coulisse
12 - Brosse métallique
15
18 13 - Pince à ferrailler
16 14 - Griffe à ferrailler
14
15 - Arrache-clous
16 - Ceinture à outils
17 - Scie à bûche
18 - Scie égoïne

Réponses
1) Matériel à entourer : niveau à bulle, laser, lunette de chantier.
2) Matériel à utiliser : bétonnière, seau, brouette, pelle, racloir, balai, râteau (éventuellement).
3) Matériel à utiliser : talochon, truelles, fer à joint (éventuellement).
14 Hygiène, sécurité et outillage

1.3 La terminologie
Sur les croquis suivants, vous trouverez quelques termes employés couramment dans le bâtiment.

19 11 9 10
8

18

13

5
20

12
75
94
52
8:1
.24
36
14

4.1
.15
60
4:1
35
16
41

4
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US

Maison
3
:R
om

15
x.c

6 17
rvo

12
ola
ch

5
l.s
na

2
tio
na
er

1
int

c
a
b

1 - Fondation 6 - Mur de refend 14 - Cloisons


a - Béton de propreté 7 - Plancher 15 - Menuiserie de baies
b - Semelle filante 8 - Conduit de fumée 16 - Enduit
c - Planelle 9 - Charpente 17 - Linteau
2 - Mur de soubassement 10 - Couverture 18 - Lucarne
3 - Dallage 11 - Plafond 19 - Faîtage
4 - Mur de façade 12 - Isolation des murs 20 - Gouttière
5 - Murs pignons 13 - Isolation des combles
La terminologie 15

Détail corniche

Détail mur pignon

Détails chaînage

5
12
75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41

Maison
88
8:8
83
77
97
:95

1 - Pignon 8 - Trumeau 15 - Seuil 22 - Chaînage horizontal


TA
US

2 - Corniche 9 - Appui 16 - Linteau B.A. 23 - Chaînage en rampant


:R
om

3 - Balcon 10 - Allège 17 - Semelle isolée 24 - Chaîne d’angle


x.c
rvo

4 - Plein mur 11 - Tableau 18 - Poteau B.A. 25 - Dallage


ola
ch

5 - Dalle 12 - Semelle filante 19 - Poutre B.A. 26 - Forme ou hérisson


l.s
na

6 - Jambage 13 - Chaînage vertical 20 - Mur de soutènement 27 - Mur de soubassement


tio
na

7 - Meneau 14 - Trémie 21 - Tablette couvertine 28 - Drainage


er
int

Poutre Plancher
1 - Les sections
2 - L’arase
3 - La hauteur de la poutre
4 - La portée de la poutre
5 - La retombée
6 - La hauteur sous poutre
7 - La longueur d’appui
8 - Le clavetage
9 - L’épaisseur du plancher
10 - La sous-face du plancher

Poteau
Ossature « poteaux - poutres »
16 Hygiène, sécurité et outillage

7
5 6 8

3 4 11
9

5
12
10

75
94
2

52
8:1
.24
1

36
4.1
.15
60
4:1
35
12
41
88
8:8
83
77
97

Ossature en béton armé


:95
TA
US

1 - Semelle avec chaînage 5 - Nappe inférieure de la dalle 9 - Poutre


:R
om

2 - Aciers en attente 6 - Chevêtre (poutre de la trémie) 10 - Poteau


x.c
rvo

3 - Mur banché 7 - Chapeaux nappe supérieure de la dalle 11 - Chaînage vertical


ola
ch

4 - Linteau 8 - Chaînage horizontal 12 - Longrine poutre de fondation


l.s
na
tio
na
er
int
La terminologie 17

Exercice
Terminologie
1) Ajouter les numéros correspondants devant le nom de chaque élément dans le tableau ci-dessous.
Détail corniche

Détail mur pignon

5
12
75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
Détails chaînage

60
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola

Maison
ch
l.s
na
tio
na
er
int

___ - Allège ___ - Trémie ___ - Dalle


___ - Linteau B.A. ___ - Semelle isolée ___ - Poutre B.A.
___ - Balcon ___ - Poteau B.A. ___ - Chaînage horizontal
___ - Pignon

Pour le corrigé, voir page 15.


2) Indiquer sur le dessin ci-dessous le numéro ou la lettre correspondant au mur de soubassement et au
béton de propreté (entourer les réponses).

4 3

1
d
b a 5

Pour le corrigé, voir page 14.


Chapitre 2
Le béton
Le béton est le matériau le plus utilisé dans le monde et le plus économique.
Il est façonnable à volonté et à température ambiante. Il ne nécessite pas de cuisson. Il est accessible à tous. Il a
une grande longévité.
Il peut être coulé sur place ou préfabriqué.
Il présente un bilan environnemental favorable au développement durable. C’est un matériau très bien adapté
aux réglementations thermiques.

3
50
75
94
5.1 Les composants du béton

52
8:1
.24
36
4.1
.15
Le béton est composé de sable et de gravier, de ciment, le tout mélangé et mouillé avec de l’eau.

60
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo

Sable Gravier Ciment Eau


ola
ch
l.s
na

Ce mélange nécessite de respecter quelques règles et principes de base. Il ne s’effectue pas au hasard ou à la seule
tio
na

vue de l’aspect. L’eau est nécessaire pour l’hydratation du ciment ; elle facilite également la maniabilité et la mise
er
int

en œuvre.

5.1.1 Les granulats


} Définition
On appelle granulats les matériaux d’origine minérale (gravillons, sable, sablons) entrant dans la composition
des bétons. Les granulats doivent êtres propres et comporter des éléments fins, moyens et gros. L’essai de propreté
consiste donc à déterminer les pourcentages d’éléments < 0,5 mm, conformément à la norme P 18-591, que ces
éléments soient simplement mélangés ou adhérant à la surface des grains.

Gravillons concassés Gravillons roulés Sable


50 Le béton

Avec plus de 70 % ≤ 0,063 mm


Fillers et plus de 85 % ≤ 0,125 mm D = Diamètre maximal du grain
d = Diamètre minimal du grain

Sables D ≤ 4 mm
d = 0,mm Exemple : 5/25 5 mm et 25 mm

4 ≤ D ≤ 63 mm
Gravillons
d ≥ 4 mm

Granulométrie

Les granulats les plus utilisés dans la confection d’un béton sont les sables 0/5 plus les graviers 5/15, 5/20 ou
5/25.
Ils peuvent provenir d’un concassage – ils sont alors dits « concassés » (carrière) – ou être alluvionnaires – ils sont

3
50
alors dits « roulés » (cours d’eau). Ils ne doivent contenir ni terre ni argile pour une bonne adhérence au ciment.

75
94
52
Ils sont spécifiés dans la norme XP P 18-545 Granulats.

8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo

5.1.2 Les ciments


ola
ch
l.s
na
tio
na

Le ciment est fabriqué à partir de produits naturels : à 80 % de calcaire et à 20 % d’argile.
er
int

Calcaire : 80  %

Argile : 20  %

Les ciments les plus utilisés pour les bétons ordinaires sont nommés CEM II. Ils sont constitués principalement
de clinker. Ils sont assortis d’une classe de résistance, 32,5, 42,5 ou 52,5, exprimée en MégaPascal (MPa), et
dotés d’une appellation : N pour prise normale, R pour prise rapide et L pour prise lente.
Les composants du béton 51

Calcaire 80% Concassage Mélange et Stockage


Argile 20% +Broyage Homogénéisation

Four rotatif
Clinker Refroidissement
horizontal Préchauffage
1450° C 800° C

Ajouts divers
Ajouts Broyage Ciment en sacs
gypse < 5% ou en vrac

3
50
75
5.1.3 L’eau

94
52
8:1
.24
36
L’eau potable convient pour la fabrication du béton, elle ne nécessite aucun essai. Toutes les eaux de forage, de

4.1
.15
ruissellement, et les eaux recyclées doivent faire l’objet d’essais. Les eaux de mer et les eaux usées sont interdites

60
4:1
pour tous les bétons. 35
41

Le rôle de l’eau dans le béton est de permettre l’hydratation de la pâte du ciment, de mouiller les granulats, de
88
8:8

favoriser la maniabilité (mise en œuvre) du béton.


83
77
97

Pour hydrater 100 kg de ciment, il suffit de 25 litres d’eau.


:95
TA
US
:R
om

Le rapport eau (potable)/liant (ciment) influe sur :


x.c
rvo

–– la résistance mécanique,
ola
ch

–– la porosité,
l.s
na
tio

–– le retrait.
na
er
int

(eau) C(ciment) = 2
Rapport E = 0,5 Bétons courants
C(ciment) E(eau)

} En résumé
La quantité d’eau de gâchage est égale à environ le poids du ciment divisé par deux. Une modification du dosage
en eau par rapport à la quantité optimale a une incidence importante sur les résistances mécaniques : 10 l d’eau
en plus = 6 % de résistance en moins.

STOP
aux rajouts d’eau

Un phénomène de ségrégation/ressuage/fissuration du béton dû à un excès d’eau.


52 Le béton

5.1.3.1 Gâcher le béton à la main


1. Préparez une aire de gâchage propre.
2. Déposez sur cette aire la quantité de mélange voulue et versez la quantité de ciment nécessaire.
3. Mélangez ensuite à l’aide d’une pelle le ciment plus le mélange, et déplacer le tas en le mélangeant deux ou
trois fois à sec (➀ et ➁).
4. Creusez un cratère dans le tas, puis verser les 2/3 d’eau nécessaires (➂).
5. Faire tomber peu à peu les bords du cratère (➃ et ➄). dans l’eau pour mouiller le béton sec, jusqu’au
moment où l’eau n’est plus visible (➅).

! ATTENTION

3
50
L’eau ne doit pas s’échapper.

75
94
52
6. Mélangez le tas afin de répartir l’eau.

8:1
.24
7. Déplacez le tas, en prenant les pelles bien en dessous du tas, deux ou trois fois en coupant le béton en retour-

36
4.1
nant la pelle et en remouillant avec le creux de la main trempée dans un seau d’eau, si nécessaire.

.15
60
Un béton bien dosé en eau ne doit pas s’étaler, mais rester en tas arrondi.
4:1
35

! ATTENTION
41
88
8:8
83

Un excès d’eau ou un mauvais mélange peut réduire considérablement le dosage du ciment. En effet, lorsque l’eau
77
97

s’écoule vers l’extérieur, elle entraîne avec elle une quantité de ciment non négligeable.
:95
TA
US
:R
om

1 2 3
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

4 5 6
Les composants du béton 53

5.1.3.2 Gâcher le béton à la bétonnière

3
50
75
94
52
Une bétonnière doit être placée de façon à ce que ses roues soient dirigées vers le tas de mélangé contenant sable

8:1
.24
et gravier, appelé « gravier paveur » dans certaines régions, ou de sable et calée sur ses pieds.

36
4.1
Après avoir mis la bétonnière en route,

.15
60
1. Versez les 2/3 d’eau désirée dans la cuve, puis versez une dizaine de pelles de mélangé et laissez tourner
4:1
35
quelques secondes afin de bien tremper l’ensemble.
41
88
8:8

2. Ajoutez ensuite tout le ciment nécessaire et laisser tourner pour répartir uniformément le ciment dans l’eau
83
77

et sur le mélangé. Cela évitera les grumeaux de ciment, et l’ensemble collera moins dans les pales et sur les
97
:95

parois de la bétonnière.
TA
US

3. Chargez le restant du mélangé et laissez tourner une à deux minutes (remettre de l’eau si nécessaire suivant
:R
om

la consistance voulue sans dépasser le dosage prévu).


x.c
rvo
ola

Le béton doit être onctueux mais jamais mou. Il doit être humide en surface.
ch
l.s

1. Versez le béton dans les brouettes préalablement mouillées.


na
tio
na

2. Afin de ne pas encrasser la bétonnière, mettez toujours l’eau désirée une fois celle-ci vidée en laissant tourner
er
int

quelques secondes.
3. Une fois le travail terminé, nettoyez la bétonnière en mettant de l’eau dans la cuve et en y plaçant quelques
pelles de gravier.
4. Laissez tourner, puis videz dans une brouette et recommencez autant de fois que nécessaire. Une fois propre,
la cuve doit se trouver en position baissée afin de laisser s’écouler le surplus d’eau.

À SAVOIR
La bétonnière doit être soigneusement nettoyée après chaque utilisation, et un graissage régulier de la couronne est
impératif pour son bon fonctionnement.
54 Le béton

5.2 Calcul des quantités des composants du béton


5.2.1 Les dosages et quantités

} Rappel de calcul
Volume = surface de base × hauteur
Surface = longueur × largeur Hauteur

Largeur Surface

3
de base

50
ur

75
ue
ng

94
Lo

52
8:1
.24
36
Exemple :

4.1
.15


60
4:1
Volume = (surface)       
35
41
88

   (hauteur)     


8:8
83
77
97


:95
TA
US

Calcul du volume d’une pièce en béton


:R
om
x.c
rvo

Pour toutes les quantités des composants du béton, il faut, dans un premier temps, calculer le volume de l’ou-
ola
ch

vrage à couler.
l.s
na

Comment calculer ce volume ?


tio
na
er

L’unité de volume est le m3.


int

Le volume de la pièce est égal à : longueur (m) × largeur (m) × épaisseur ou hauteur (m) = volume (m3)
Exemple :
L = 0,50 m ; l = 0,20 m ; H = 2,00 m. Le volume est égal à : 0,50 m × 0,20 m × 2,00 m = 0,200 m3.

! ATTENTION
Trois chiffres après la virgule ! Pour transformer les mètres cubes en litres, il suffit de supprimer la virgule : 200 litres.

Pour tous nos calculs de base, nous prendrons les dosages simplifiés ci-dessous.

5.2.1.1 Les granulats (le mélangé)


En réalité, les granulats se composeront d’environ 40 % de sable pour 60 % de gravier.

2/3 de gravier 1/3 de sable


Calcul des quantités des composants du béton 55

Exercice pratique
Vérifier la quantité de volume de béton à préparer pour un volume de 30 l

Verser 30 litres d’eau dans un bidon translucide de préférence. ×3


Tracer le niveau atteint par l’eau.

3
Niveau atteint

50
75
avec 30 litres d’eau

94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
Dans une brouette, verser 6 seaux de 10 litres de mélangé sec (sable-gravier).

60
4:1
Soit 60 litres. 35
41
88

Contenance d’une brouette : 60 litres.


8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo

Faire tamiser le mélange afin d’obtenir des graviers d’un côté et du sable de
ola
ch

l’autre.
l.s
na
tio

Remplir deux seaux de 10 litres de gravier et un seau de 10 litres de sable.


na

10 + 10 + 10
er
int

Faire réaliser le béton en mélangeant les 30 litres de granulats avec les ¾ d’un Béton réalisé avec
seau de ciment (10 kg) et 5 litres d’eau. 30 litres de mélangé

10 kg 5l

Remplir le bidon avec le béton réalisé. Vibrer le béton. Verser tout le béton
Nettoyer et indiquer le niveau atteint. On s’aperçoit qu’il manque du béton
pour arriver au niveau des 30 litres.
Puis vibrer
Ce manque correspond à l’air contenu dans le mélangé (sable, graviers).
Environ 20 % d’air (vides dans le sable et les graviers).
Niveau atteint
avec le béton
56 Le béton

Faire remélanger le béton en ajoutant :


2 × 2 litres de gravier et 2 litres de sable
2l + 2l + 2l
Refaire le béton en ajoutant
6 litre de mélangé

Le niveau du béton versé dans le bidon correspond maintenant au niveau des Verser tout le béton
30 litres indiqué au départ.

Puis vibrer
Conclusion

3
50
75
Pour réaliser un volume précis de béton, il faut ajouter au volume du mélangé

94
52
Niveau atteint
20 % correspondant à l’air contenu dans les granulats.

8:1
avec le béton

.24
36
Soit : mélangé = volume du béton × 1,2.

4.1
.15
Quantité des granulats = volume du béton à couler × 1,2, ce qui représente

60
4:1
le volume des granulats + les 20 % de manque remplacé par l’air. 35
41
88
8:8
83

Le sable
77
97
:95

Quantité de sable = granulats : 3.


TA
US

Les graviers
:R
om

Quantité des graviers = sable × 2.


x.c
rvo
ola

Les ciments
ch
l.s

Quantité de ciment = dosage × volume du béton à couler.


na
tio
na

L’eau
er
int

Quantité d’eau = ciment : 2.


Béton fabriqué sur le chantier : dosages empiriques

Types de travaux à exécuter Quantité de ciment Gravier 15/25 Sable 0/5 Quantité d’eau

Béton de fondation 200 à 250 kg 850 litres 350 litres 115 litres

Béton faiblement ferraillé 300 kg 820 litres 380 litres 150 litres

Béton armé poutres, poteaux, etc. 350 kg 800 litres 400 litres 175 litres

Béton de préfabrication 450 à 500 kg 750 litres 450 litres 240 litres

Dans un béton, plus la quantité de ciment est importante, plus le béton est résistant.
EXCÈS d’eau = CHUTE de la résistance.
Le dosage en ciment donne au béton sa résistance. La quantité d’eau et les ajouts lui donnent sa maniabilité, le
volume de graviers sa solidité et le sable son homogénéité.
Calcul des quantités des composants du béton 57

5.2.1.2 Classe de résistance


Le béton commence sa prise 90 minutes (1 h 30) après sa fabrication. Il atteint sa maturation (résistance désirée)
à 28 jours et continue de durcir légèrement dans le temps.

Court terme Long terme


Résistance

Moyen terme

3
50
Béton frais

75
94
52
8:1
Temps

.24
36
Début de prise

4.1
         

.15
60
4:1
35
41

Le calcul de la résistance à la compression d’un béton se réalise à 28 jours.


88
8:8
83
77
97
:95
TA

Exercice
US
:R
om
x.c
rvo
ola

Le béton
ch
l.s
na
tio
na

Questions
er
int

1) Indiquer sur l’image ci-dessous les éléments composant les granulats (entourer les réponses).
20 % air

Sable Gravier Ciment Eau


58 Le béton

2) Indiquer sur l’image ci-dessous le pourcentage des éléments composant le ciment (entourer les réponses).

Calcaire : 80 % 20 %

Argile : 80 % 20 %

3) D’après le texte ci-dessous, quelle quantité d’eau est nécessaire pour confectionner 100 litres de béton

3
50
réalisé avec 30 kg de ciment ?

75
94
52
8:1
(eau) C(ciment) = 2
Rapport E

.24
= 0,5 Bétons courants

36
C(ciment) E(eau)

4.1
.15
60
4:1
4) En vous aidant des quantités citées plus haut, calculer les quantités nécessaires de tous les composants
35
41

du béton à réaliser soit : 0,100 m3 de béton dosé à 350 kg de ciment par m3.
88
8:8

1. Mélangé.
83
77

2. Sable.
97
:95

3. Gravier.
TA
US

4. Ciment.
:R
om

5. Eau.
x.c
rvo
ola

Réponses
ch
l.s
na
tio
na

1) Entourer : sable et gravier.


er
int

2) Entourer : 80 % pour le calcaire et 20 % pour l’argile.


3) Calculer : 30 kg de ciment × 0,5 = 15 kg d’eau, soit 15 litres d’eau.
4) Calculer :
1. Mélangé : 0,100 m� × 1,2 = 1,120 m�, soit 120 litres.
2. Sable : 0,120 m� : 3 = 0,040 m�, soit 40 litres.
3. Gravier seul : 0,120 m� × 2/3 = 0,080 m�, soit 80 litres.
4. Ciment : 0,120 m� × 350 kg/m� = 42 kg.
5. Eau : 42 kg × 0,5 = 21 kg, soit 21 litres.
Calcul des quantités des composants du béton 59

POU R EN SAVOI R PLUS

Nature des granulats


Types de roches Roches

Silices (les plus utilisées)


Meubles
Mixtes silico-calcaires

Basaltes
Granits
Éruptives
Porphyres

3
50
75
Diorites

94
52
8:1
Quartzites

.24
Métamorphiques Schistes

36
4.1
Marbres et gneiss

.15
60
4:1
35
La masse volumique réelle de ces granulats est comprise entre 2,5 et 2,9 g/cm3.
41
88

La norme prohibe les impuretés telles que le charbon, les scories, le mâchefer, les déchets de bois, les brindilles, les feuilles
8:8
83

mortes, les débris végétaux, les débris de plastique, les algues, dont le pourcentage doit être inférieur à 0,1 %. De même,
77
97
:95

les granulats ne doivent pas contenir d’hydrocarbures, d’huiles végétales ou de matières organiques. Pour la propreté des
TA

gravillons, il convient d’éviter surtout la présence de la gangue argileuse ou de poussières, qui risquent de compromettre
US
:R

l’adhérence du mortier sur les graviers et, par voie de conséquence, de diminuer la résistance.
om
x.c
rvo
ola

Eau Floculat Sable


ch
l.s
na
tio
na

Rapport ES = 100 pour le sable pur (h1 = h2) Rapport ESV (visuel) = 100 × h1/h2
er
int

h2 = 13,7
h2 = 9,3
h2 = 7,8

h1 = 7,3
h1 = 7,3
h1 = 7,3

ES = 100 × 7,3/7,8 = 93 ES = 100 × 7,3/9,3 = 78 ES = 100 × 7,3/13,7 = 53


Sable très propre > 85 Sable propre > 75 < 85 Sable pollué < à 65

Essai normalisé appelé équivalent de sable

Le module de finesse d’un granulat (Mf) est une valeur qui détermine s’il peut être utilisé facilement et si sa courbe granu-
lométrique peut être employée telle quelle.
60 Le béton

A Préférentiel
Mod finesse 2,6 à 3,2

B Trop fin
Mod finesse 2,2 à 2,6

C Trop grossier
Mod finesse 3,2 à 3,6

Exemples :
• Sable fin MF 2,2
• Sable normal MF 2,8
• Sable grossier MF 3,4

3
50
75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
Le module de finesse (Mf) d’un sable est égal à 1/100 de la somme des refus cumulés, exprimé en pourcentage sur les tamis
35
41

suivant : 0,125 ; 0,25 ; 0,5 ; 1 ; 2 ; 4.


88
8:8
83
77
97

Refus : ce qui reste sur un tamis


Refus
:95

Tamis Tamisat : ce qui passe au travers du tamis


TA

D=5 D = 2,5
US
:R
om

0  % 8 %
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na

Tamisat 100  % 92 %


er
int

D = 1,25 D = 0,63 D = 0,315 D = 0,16


27 % 57 % 81 % 93 %

73  % 43 % 19  % 7 %

Analyse granulométrique d’un sable

Le module de finesse est plus particulièrement appliqué aux sables, dont il est une caractéristique importante. Par exemple,
le sable dont la courbe est tracée sur la figure ci-dessous a pour module de finesse Mf = 2,95, calculé ainsi :
Calcul des quantités des composants du béton 61

REFUS en %

D = 4 = 3 %
D = 2 = 9 %
D = 1 = 37 %
D = 0,5 = 68 %
D = 0,25 = 84 %
D = 0,125  = 94 %
295
Mf : Module de finesse
1/100 × 295 = 2,95

20 % d’éléments fins


55 % d’éléments moyens
25 % d’éléments gros

3
50
75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
La courbe correspondant à un sable normal est représentée sur le graphique ci-après, sur lequel ont été également portées
35
41

les courbes de sables très fins et grossiers ainsi que celles de graviers. La forme des courbes granulométriques apporte les
88
8:8

renseignements suivants :
83
77
97

• les limites d et D du granulat en question. Par exemple, sable 0/5 avec 0 mm pour la plus petite dimension (d) et 5 mm
:95
TA

pour la plus grande (D) ;


US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int
62 Le béton

• la plus ou moins grande proportion d’éléments fins. Par exemple, la courbe située au-dessus de celle du sable normal
correspond à un sable à majorité de grains fins, et c’est l’inverse pour celle située en dessous. En effet, ces trois sables
sont des sables 0/5 mm, mais les proportions de grains fins (0,5 mm, par exemple) sont pour chacun d’eux : 25 %,
45 % et 60 % ;
• la continuité ou la discontinuité de la granularité. Par exemple, les courbes des sables sont continues, mais la courbe
du gravier 5/31,5 présente une discontinuité. En effet, le palier s’étendant de 10 à 20 mm, cela signifie que le granulat
en question ne contient pas de grains compris entre 10 et 20 mm.

3
50
75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s

} Influence du rapport massique G/S (dans la formulation des bétons courants)


na
tio
na

(G = % de gravillons > 4 mm et S = % de sable passant à 4 mm).


er
int

Le G/S influe sur :


• la compacité : légèrement plus élevée pour G/S  > 1,2 ;
• la résistance à la compression : meilleure pour G/S > 1,2 ;
• l’ouvrabilité : un peu moins bonne pour G/S > 1,2.
Dans une formule de composition de béton pour 1 m3, il est plus logique d’indiquer les quantités de composants d’après
leur masse en kilogrammes (plutôt que des poids), car il faut la même masse pour faire 1 m3 de béton quels que soient le
lieu et l’accélération qui s’y produit (sur la Lune ou sur la Terre, par exemple), alors que pour ce même mètre cube le poids
de composants dépend, par contre, de l’accélération de la pesanteur.
Pour nos calculs, nous prendrons la densité apparente ou la masse volumique et non pas la densité absolue ou la masse
spécifique.

} Tracé de la courbe granulaire de référence


Sur un graphique d’analyse granulométrique type AFNOR (linéaire en module et logarithmique en dimension des granulats),
on trace une composition granulaire de référence 0-A-B. Le point B (à l’ordonnée 100 %) correspond à la dimension D du
plus gros granulat, et le point de brisure A à des coordonnées ainsi définies : en abscisse (à partir de la dimension D tamis).
Si D ≤ 20 mm, l’abscisse est D/2. Si D > 20 mm, l’abscisse est située au milieu du « segment gravier » limité par le module
38 (5 mm) et le module correspondant à D, en ordonnée.
Calcul des quantités des composants du béton 63

Y = 50 – D + K. K est un terme correcteur qui dépend du dosage en ciment, de l’efficacité du serrage de la forme des granu-
lats roulés ou concassés (c’est surtout le sable dont l’influence est ici prépondérante) et également du module de finesse du
sable. K = 0 pour un béton courant dosé en ciment à 350 kg/m3 composé de granulats roulés, le module de finesse du sable
étant de 2,5 et le serrage étant effectué avec une vibration normale.

3
50
75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R

} Autres granulats
om
x.c
rvo

Légers : argile expansée, pouzzolane, billes de verre.


ola
ch
l.s

Lourds : barytes, hématites, laitiers.


na
tio
na

Matériaux de recyclage : granulats à base de matériaux recyclés (bétons, briques…).


er
int

Leur potentiel est important aux abords des grandes villes.


Cependant, l’offre possible de granulats recyclés ne pourra jamais satisfaire tous les besoins des marchés.

} Autres constituants non minéraux


Polystyrène, copeaux de bois.
64 Le béton

Exercice
Les granulats
Questions
1) D’après les refus suivant les tamis ci-dessous, tracez la courbe granulométrique.
Sable n° 1
Tamis Refus
D=5 D = 2,5

3
50
0  % 10 %

75
94
52
8:1
.24
36
4.1
Tamisat 100  % 90 %

.15
D = 1,25 D = 0,63 D = 0,315 D = 0,16

60
4:1
30 % 40 % 80 % 35
41 90 %
88
8:8
83
77
97
:95

70  % 60 % 20  % 10 %
TA
US
:R
om

2) Indiquez sur le graphique les pourcentages d’éléments fins, moyens et gros.


x.c
rvo

3) Quel est le module de finesse de ce sable ? Qu’en déduisez-vous ?


ola
ch
l.s
na

Réponses
tio
na
er
int

1 et 2)
Calcul des quantités des composants du béton 65

Pourcentages d’éléments (indiqués par les flèches bleues sur le graphique)


20 % d’éléments fins
50 % d’éléments moyens (70 % - 20 %)
30 % d’éléments gros (100 % - 70 %)
3) Calcul du module de finesse :
Mf = (3 + 16 + 33 +51 + 83 + 93) : 100 = 2,79
Ce sable peut être utilisé tel quel.

Les autres composants du béton


Le ciment

3
50
75
94
Ciment Norme NF EN 197-1 des ciments courants

52
8:1
.24
CEM I : ≥ 95 % de clinker + constituants

36
4.1
CEM II / A : de 80 à 95 % de clinker + constituants

.15
CEM II / B : de 65 à 79 % de clinker + constituants

60
Types CEM III / A : de 35 à 64 % de clinker + constituants
4:1
35
CEM III / B : de 20 à 34 % de clinker + constituants
41

CEM III / C : de 5 à 19 % de clinker + constituants


88
8:8

CEM V / A ou B : 20 à 64 % de clinker + constituants


83
77
97
:95

Classe de 32,5 N ou R (normal ou rapide)


TA

résistance 42,5 N ou R (normal ou rapide)


US

52,5 N ou R (normal ou rapide)


:R
om

52,5 L (lent)
x.c
rvo

Les ciments les plus couramment utilisés en France


ola
ch
l.s
na

} CEM I
tio
na
er
int

Béton armé, en général coulé sur place ou préfabriqué.


• Béton précontraint.
• Décoffrage rapide, mise en service rapide (de préférence classe R).
• Bétonnage jusqu’à une température extérieure entre 5 et 10 °C.
• Béton étuvé ou auto-étuvé.

} CEM II / A ou B
Ces ciments sont les plus couramment utilisés.
• CEM II/A ou B classe R : travaux nécessitant une résistance initiale élevée (décoffrage rapide, par exemple).
• Béton en élévation, armé ou non, d’ouvrages courants.
• Fondations ou travaux souterrains en milieux non agressifs.
• En milieux agressifs, des CEM II de qualité PM-ES peuvent être utilisés.
• Dallages, sols industriels.
• Maçonneries.
• Stabilisation des sols.
66 Le béton

} CEM III / A,B ou C - CEM V / A ou B


Travaux souterrains en milieux agressifs (terrains gypseux, eaux d’égouts, eaux industrielles…).
Ouvrages en milieux sulfatés : les ciments utilisés sont tous ES, ciments pour travaux en eaux à haute teneur en sulfates,
conformes à la norme NF P 15-319.
Maçonneries et chapes : les CEM III/A et CEM V/A peuvent être utilisés.
Travaux à la mer : les ciments utilisés sont tous PM, ciments pour travaux à la mer, conformes à la norme NF P 15-317.
Bétons de masse.
Travaux en béton armé ou non, hydrauliques et souterrains (fondations).
Travaux nécessitant une faible chaleur d’hydratation. Stabilisation des sols.

} Ciment prompt (NF P15-314)

3
50
75
94
Résistance aux eaux séléniteuses et eaux acides.

52

8:1
.24
• Travaux de réparation, de colmatage, travaux à la mer.

36
4.1
• Bétons projetés, travaux souterrains.

.15
60
} Ciment alumineux fondu (NF P15-315) 35
41
4:1
88

• Par temps froid jusqu’à – 10 °C.


8:8
83

• Pour les bétons réfractaires jusqu’à 1 300 °C.


77
97
:95

Obtention dans un délai très court de résistances mécaniques élevées.


TA
US

Sols résistant aux chocs, au trafic élevé (réparation de pistes d’aéroport, de routes, etc.).
:R
om

} Ciment à maçonner (NF P15-307)


x.c
rvo
ola
ch

Mortiers pour travaux généraux de bâtiment.


l.s
na

Sous-classe de résistance (résistance minimum à 2 jours exprimée en MPa) : N : normal ; R : rapide ; L : lent
tio
na
er
int

L’eau (définition : norme NF EN 1008)


} Le rapport E/C : un rapport important dans la formulation
Le rapport eau (potable)/ciment influe sur :
• la résistance mécanique ;
• la porosité du béton ;
• le retrait.
Exemple
E / C = 0,3 > BHP (Bétons Hautes Performances) OU BUHP (Bétons Ultra Hautes Performances)
E / C = 0,5 > Bétons courants
E / C > 0,65 > Béton hors normes

Le rapport E/C doit être compris entre 0,4 et 0,6, où la quantité d’eau de gâchage est égale environ au poids du ciment divisé
par 2.
L’hydratation s’accompagne d’un dégagement de chaleur.
Calcul des quantités des composants du béton 67

} Illustration de l’incidence du dosage en eau


Une modification du dosage en eau par rapport à la quantité optimale entraîne une incidence importante sur les résistances
mécaniques.

10 litres d’eau en plus / m 3 =


6 % de résistance en moins

 

– 20 % d’eau en trop =


STOP
aux rajouts d’eau
–
30 % de résistance en moins

– 33 % d’eau en plus =


50 % de résistance en moins
–

3
Résistance %

50
75
– 60 % d’eau en plus =

94
70 % de résistance en moins

52
8:1
– 100 % d’eau en plus =

.24
– 80 % de résistance en moins

36
4.1
.15
–

60
4:1
– 35
41

Ajout d’eau
88

–
8:8

Quantité            
83

optimale
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na

Phénomène de ségrégation/ressuage/fissuration
tio
na

du béton dû à l’excès d’eau


er
int

} Les cendres volantes


On peut également ajouter au béton des cendres volantes. Ces ajouts permettent de réduire le coût en ciment.
À raison de 40 à 100 kg par m3 de béton, les cendres volantes permettent de réduire la quantité d’eau nécessaire à sa fabri-
cation.
Les avantages :
• une ouvrabilité améliorée ;
• une ségrégation réduite ;
• une réduction du ressuage et une diminution du retrait au séchage ;
• une perméabilité réduite ;
• une augmentation de la résistance des bétons.
Au ciment, on peut ajouter des fumées de silice. Celles-ci améliorent la cohésion des bétons frais. Au bout d’un mois, la
résistance à la flexion et à la compression des bétons obtenus s’en trouvera accrue.
68 Le béton

Granulats
1 800 kg
Ciment Air
250 à 450 kg 1à6%

Additions Adjuvants
25 à 150 kg 0,5 à 5 kg

Eau
150 à 220 litres

3
50
75
Composants du béton

94
52
8:1
.24
L’air

36
4.1
.15
L’air se divise en deux catégories :
60
l’air occlus se trouvant naturellement présent lors du malaxage ; 4:1
35

41
88

• l’air entraîné ajouté volontairement en utilisant des adjuvants entraîneurs d’air.


8:8
83

L’air entraîné peut être contrôlé en quantité (4 à 8 %) et en qualité (50 à 100 µm1).
77
97
:95

Pour la taille des bulles avec un espacement entre elles inférieur à 400 µm, cet entraîneur d’air permet d’améliorer la résis-
TA
US

tance des bétons au gel/dégel et aux sels de déverglaçage.


:R
om

Les adjuvants (définition : norme NF EN 934-2)


x.c
rvo
ola
ch

L’adjuvant est un produit incorporé au moment du malaxage du béton à un dosage inférieur ou égal à 5 % en masse de la
l.s
na

teneur en ciment du béton, pour modifier les propriétés du mélange à l’état frais et/ou à l’état durci.
tio
na
er

Chaque adjuvant est défini par une fonction principale et une seule. Un adjuvant peut présenter une ou plusieurs fonctions
int

secondaires.

} Catégories
Adjuvants modificateurs de la rhéologie du béton
• Plastifiants - Réducteurs d’eau.
• Superplastifiants - Hauts réducteurs d’eau.
Adjuvants modificateurs de prise et de durcissement du béton
• Accélérateurs de prise.
• Accélérateurs de durcissement.
• Retardateurs de prise.
Autres catégories normalisées d’adjuvants
• Hydrofuges de masse.
• Entraîneurs d’air.

1 Micromètre.
Calcul des quantités des composants du béton 69

Classe Dosage Introduction habituelle

Plastifiants 0,15 % à 1,2 % Eau de gâchage

Superplastifiants 0,6 % à 2,5 % Eau de gâchage ou différé

Accélérateurs de prise 1 % à 3 % Eau de gâchage

Accélérateurs de durcissement 0,8 % à 2 % Eau de gâchage

Retardateurs de prise 0,2 % à 0,8 % Eau de gâchage

Hydrofuges 0,5 % à 2 % Eau de gâchage

Entraîneurs d’air 0,05 % à 0,3 % Eau de gâchage

3
50
75
94
} Plastifiants – Réducteurs d’eau

52
8:1
.24
Sans modifier la consistance, ces adjuvants permettent de réduire la teneur en eau du béton donné (réducteur d’eau), ou,

36
4.1
sans modifier la teneur en eau, en augmentent l’affaissement/l’étalement (plastifiant), ou encore produisent les deux effets à

.15
60
la fois.
4:1
35
Effets sur le béton frais
41
88
8:8

• Amélioration et maintien de l’ouvrabilité.


83
77

• Diminution du ressuage.
97
:95

• Diminution de la ségrégation.
TA
US

• Amélioration de la pompabilité des bétons.


:R
om
x.c

• Réduction du retrait hydraulique.


rvo
ola

• Effets secondaires possibles à fort dosage : retard de prise et/ou entraînement d’air.


ch
l.s

Effets sur le béton durci


na
tio
na

• Amélioration des performances mécaniques à court et long terme.


er
int

• Diminution de la porosité.
• Augmentation de la durabilité.
• Amélioration de la cohésion ciment/granulats.
• Amélioration de la liaison béton/armatures.

} Superplastifiants – Hauts réducteurs d’eau (ancienne appellation : « Fluidifiants »)


Ces adjuvants, sans modifier la consistance, permettent de réduire fortement la teneur en eau du béton donné
(haut réducteur d’eau), ou, sans modifier la teneur en eau, en augmentent considérablement
l’affaissement/l’étalement, ou encore produisent les deux effets à la fois.
Effets sur le béton frais
• Diminution de la teneur en eau.
• Amélioration de l’ouvrabilité.
• Maintien de l’ouvrabilité dans le temps (jusqu’à 2 h 30-3 h 00 à 20 °C).
• Diminution du ressuage.
• Diminution de la ségrégation.
• Amélioration de la pompabilité des bétons.
• Réduction du retrait hydraulique.
70 Le béton

Effets sur le béton durci


• Amélioration des résistances mécaniques à court et long terme.
• Diminution du retrait (due à la réduction du rapport E/L et à l’augmentation du rapport granulats/liant).
• Amélioration de la compacité.
• Amélioration de la liaison béton/armatures.
• Réduction de la porosité capillaire de la pâte.
• Diminution du coefficient de perméabilité.

} Accélérateurs de prise
Accélérateur

3
50
75
de prise

94
52
8:1
.24
Béton

36
Résistance

4.1
normalisé

.15
60
4:1
Fin de prise
35
41
Début de prise
88
8:8

Début de prise
83

Fin de prise
77
97
:95
TA
US

          Temps
:R

   
om
x.c
rvo

Principe d’action d’un accélérateur de prise


ola
ch
l.s
na

Ces adjuvants abaissent le temps de début de prise du béton.


tio
na
er

État de l’hydratation à 3 h 30 à 20 °C.


int

Effets sur le béton


• Accélération de la prise du béton.
• Amélioration des résistances à court terme.
• Augmentation de la chaleur d’hydratation.
Domaines d’applications
• Le bétonnage par temps froid.
• Le béton manufacturé (préfabrication).
• Le béton prêt à l’emploi (accroissement des cadences de production sur chantier).
• Le béton à hautes résistances initiales.
• Le béton pour travaux en zones de marnage (cycle des marées).
Calcul des quantités des composants du béton 71

} Accélérateurs de durcissement
Accélérateur
de durcissement

Béton
normalisé
Résistance

Début de prise Fin de prise

3
50
75
94
52
8:1
           Temps

.24
36
Principe d’action d’un accélérateur de durcissement

4.1
.15
60
4:1
Ce sont des adjuvants qui augmentent la vitesse de développement des résistances initiales du béton, avec ou sans modi-
35
41

fication du temps de prise.


88
8:8

Effets sur le béton


83
77
97

• Accroissement de la vitesse de montée en résistance du béton.


:95
TA

• Amélioration des résistances à court terme.


US
:R
om

Domaines d’applications
x.c
rvo

• Tous les bétons nécessitant une résistance à court terme.


ola
ch

• Les bétons pour décoffrages rapides.


l.s
na

• Les bétons précontraints.


tio
na
er

} Retardateurs de prise
int

Béton
normalisé

Retardateur
de prise
Résistance

Fin de prise

Début de prise
Début de prise Fin de prise

         Temps

Principe d’action d’un retardateur de prise

Ces adjuvants retardent le début de prise du béton.


72 Le béton

Effets sur le béton


• Augmentation du temps de début et de fin de prise.
• Maintien de l’ouvrabilité du béton.
• Régulation de la chaleur d’hydratation.
• Amélioration des résistances à long terme.
Domaines d’applications
• Le bétonnage par temps chaud.
• Le transport sur longues distances.
• Les bétons pompés.
• Les bétons pour ouvrages de masse.

3
• Le coulage du béton en continu

50
75
94
} Hydrofuges de masse

52
8:1
.24
Adjuvants qui permettent de limiter la pénétration de l’eau dans les pores et les capillaires du béton, sans altérer ses qualités

36
4.1
plastiques et esthétiques.

.15
60
4:1
Effets sur le béton 35
41

• Obturation du réseau capillaire du béton.


88
8:8

• Limitation de la pénétration de l’eau.


83
77
97

• Augmentation de la durabilité.
:95
TA

• Réduction des efflorescences1.


US
:R
om
x.c
rvo

Domaines d’applications
ola
ch

• Les bétons de fondation.


l.s
na

• Les bétons de radier.


tio
na
er

• Les bétons de réservoir.


int

• Les bétons manufacturés : bordures, pavés.

1 Efflorescences : phénomène visible : apparition de taches blanchâtres à la surface du béton, dues à la transformation de la chaux libre
libérée lors de l’hydratation du ciment (qui migre vers la surface, car soluble dans l’eau), et qui se trouve transformée à la surface du béton
sous l’action du dioxyde de carbone de l’air : Ca(OH)2 + CO2 → CaCO3 + H2O.
Calcul des quantités des composants du béton 73

} Autres adjuvants
Entraîneurs d’air Autres adjuvants

Effets sur le béton Rétenteurs d’eau


• Protection contre les cycles de gel/dégel, sel de déverglaçage. Adjuvant qui réduit la perte d’eau en diminuant le ressuage. À différencier des
• Amélioration de l’ouvrabilité grâce aux bulles d’air. agents de cohésion, plus couramment utilisés dans les BAP/BAN.
• Diminution de la ségrégation (moins de ressuage). • Bétons horizontaux : dallages industriels, préfabrication, etc.
• Mise en place facilitée. • Dalles décoratives.
• Amélioration de l’aspect du béton au décoffrage.
• Amélioration de la cohésion du béton. Agents de cohésion
ATTENTION : l’air entraîné doit être contrôlé régulièrement, car un excès peut Produits dont l’incorporation dans le béton, mortier ou coulis permet de
entraîner des baisses de résistance. limiter la ségrégation et le ressuage (en optimisant la cohésion du béton

3
frais).

50
75
Domaines d’applications • BAP (bétons autoplaçants horizontaux et verticaux).

94
52
• Les bétons d’ouvrages d’art exposés aux cycles gel/dégel (de préférence • Bétons coulés sous l’eau.

8:1
associés à un superplastifiant).

.24
36
• Les bétons extrudés (apportent de la cohésion et une facilité d’extrusion des Agents moussants

4.1
bétons secs : GBA sur autoroutes). Additifs entraîneurs d’air permettant de fabriquer des bétons allégés (densité

.15
60
• Les bétons routiers (caniveaux). de 0,8 à < 2) ou des bétons de remblais.
4:1
• Les matériaux autocompactants (tranchées). 35
Forte réduction de la densité du béton par un entraînement d’air de 15 à 50 %
41

• Les bétons manufacturés exposés au gel (dalles, pavés). en moyenne.


88
8:8

(Diminution du poids de la structure.)


83
77
97

AUTRES PRODUITS
:95
TA
US

Les fibres Les pigments


:R
om
x.c

Fibres de synthèse (polypropylène, polyéthylène, polyacrylonitrile, etc.) ou Additifs à base d’oxydes métalliques (fer, titane, chrome, cobalt, etc.) destinés
rvo

métalliques ajoutées au béton frais. à colorer les bétons dans la masse.


ola
ch

On en distingue deux catégories : Disponibles en version poudre, liquide ou granulés.


l.s
na

• les microfibres : de 6 à 20 mm de longueur et de faible section (quelques Produits incorporés dans le béton frais à raison de 0,5 à 6 % du poids du
tio
na

dizaines de microns) ; ciment.


er
int

• les macrofibres : de 40 à 60 mm de longueur et de plus forte section. Depuis 2005, les pigments sont régis par la norme NF EN 12-878. De plus, le
Produits ajoutés directement dans le béton frais ou sur les granulats. marquage CE pour les pigments de coloration béton est devenu obligatoire en
Dosage indicatif selon la destination du béton durci : janvier 2008.
• de 0,6 à 0,9 kg/m3 pour les microfibres (plus élevé pour la résistance au feu,
i.e. 1,2 à 2 kg/m3) ; Effets sur le béton
• de 2 kg à 6 kg/m3 pour les macrofibres synthétiques ; • Apportent une teinte uniforme dans la masse du béton dès lors que l’on
• de 10 à 50 kg/m3 pour les métalliques. conserve un E/C constant et des temps de cure en coffrage identiques.
• Ne modifient pas les propriétés du béton à l’état frais comme à l’état durci.
Domaines d’applications • Les oxydes synthétiques ne s’altèrent pas avec le temps, mais les teintes du
• dallages béton ; béton peuvent varier dans le temps selon les conditions d’exposition,
• éléments préfabriqués ; particulièrement sur les surfaces non protégées (pluie, pollution,
• bétons désactivés/colorés ; ensoleillement).
• bétons projetés.
74 Le béton

Abaque de Dreux
L’abaque de Dreux permet, en une seule opération, de nous donner les quantités nécessaires des composants du béton : le
dosage en ciment, la quantité de sable, la quantité de gravier et le dosage en eau pour 1 m3 de béton mis en place.

3
50
75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US

Pour remplir un abaque de Dreux, il nous faut connaître :


:R
om

1. la plasticité du béton ;
x.c
rvo

2. la résistance voulue en MPa ;


ola
ch
l.s

3. l’ajout ou non de plastifiant ;


na
tio
na

4. l’humidité estimée des granulats.


er
int

} Exemples d’application
Cas d’un béton D = 16 mm.
On désire :
• un béton plastique (affaissement : 6 cm) ;
• une résistance moyenne : 30 MPa (environ).
On suppose que les granulats sont « mouillés ».
Calcul des quantités des composants du béton 75

D’après l’abaque, on trouve pour 1 m3 de béton mis en place :

3
50
75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41
88
8:8
83
77

En partant de la plasticité désirée (1), tracer verticalement une ligne jusqu’à la résistance voulue (2). Tracer l’horizontale vers
97
:95

la droite en coupant le ciment (3), le sable (4), le gravier (5).


TA
US

Nous lisons pour le ciment (classe 32.5) : 380 kg/m3.


:R
om
x.c

Descendre la verticale pour la lecture Sable 0/5 mm : 575 l.


rvo
ola

Descendre la verticale pour la lecture Gravillons 5/16 mm : 745 l.


ch
l.s
na

Tracer la verticale en partant de la plasticité jusqu’au dosage en eau (6), puis l’horizontale jusqu’aux granulats mouillés (7).
tio
na

Lire la quantité d’eau (8).


er
int

Eau (sur granulats mouillés) : 72 l (environ).


76 Le béton

Cas d’un béton normal D = 20 mm.


On désire :
• un béton très plastique (affaissement : 11 cm) ;
• une résistance élevée : 35 MPa (environ).
On suppose que les granulats sont simplement « humides ».
D’après l’abaque n° 2, on trouve pour 1 m3 de béton mis en place :
Eau (sur granulats humides) : 105 l (environ) avec adjuvant, 122 sans adjuvant.
Ciment (classe 32.5) : 430 kg/m3 + adjuvant.
Sable 0/5 mm : 435 l.
Gravier 5/25 mm : 795 l.

3
50
75
Correction de la composition des granulats en fonction

94
52
8:1
de l’humidité

.24
36
4.1
.15
La densité des granulats se situe entre 1,6 et 1,8. La modification du dosage en eau s’opérera suivant le pourcentage d’humi-
60
dité des granulats. 4:1
35
41
88

Exemple : pour 6 m3 de béton d’affaissement 9, d’une résistance de 25 MPa, avec des granulats humides, suivant l’abaque
8:8
83

ci-dessus, nous trouvons 330 kg de ciment, 530 l de sable, 730 l de gravier, 115 l eau/m3.
77
97
:95

Densité prise en compte : 1,6. Humidité : 8 % pour le sable et 5 % pour le gravier.
TA
US

Corriger la composition du béton en fonction de la teneur en eau W % des granulats :


:R
om

Teneur en eau = poids des granulats × W %.


x.c
rvo
ola

Pour ce faire, il faut transformer le volume des granulats en poids, c’est-à-dire multiplier le volume par la densité que l’on
ch
l.s

nous donne (dans le cas ci-dessous : 1,6).


na
tio
na

Puis nous allons calculer le pourcentage de poids de l’eau se trouvant dans les granulats.
er
int

Sachant que la densité de l’eau est de 1, nous en déduisons que le poids de l’eau contenue dans les granulats doit être :
• remplacé par ces mêmes granulats ;
• déduit de la quantité d’eau nécessaire à la fabrication.
Pour la correction de la composition, nous faisons donc les opérations suivantes :
Poids du sable + Quantité d’eau trouvée par rapport au %
Poids du gravier + Quantité d’eau trouvée par rapport au %
Enfin, pour la quantité d’eau, nous déduisons la quantité d’eau présente dans les granulats de la quantité d’eau trouvée sur
l’abaque.

NOTA
La quantité de ciment ne varie pas.
Calcul des quantités des composants du béton 77

Quantité Quantité Correction Correction


Masse d’eau contenue
pour 1 m3 pour 6,00 m3 W % pour 1 m3 pour 6,00 m3
dans les matériaux
(en kg) (en kg) (en kg) (en kg)

Ciment 330 1 980 1 m3 6 m3 330 1 980

Sable 530 × 1,6 = 848 5 088 5 % 848 × 5 % = 42,40 kg 254,40 890,40 5 342,40

Gravillons 730 × 1,6 = 1 168 7 008 3 % 116 × 3 % = 35,04 kg 210,24 1 203,04 7 218,24

Eau 115 690 77,44 464,64 37,56 225,36

2461 14 766 2 461 14 766

3
50
75
Exercice

94
52
8:1
.24
36
4.1
Utilisation de l’abaque de Dreux
.15
60
4:1
35
41

Questions
88
8:8
83
77

1) D’après l’abaque ci-dessous, calculer les composants du béton affaissement 8 cm sans adjuvant.
97
:95
TA

Résistance de 30 MPa, granulats humides.


US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

2) Calculer la correction de la composition des granulats en fonction de leur teneur en eau.


Indépendamment des résultats trouvés sur l’abaque ci-dessus, apporter les corrections en sable, gravier et
eau pour 1 m3 et pour 8 m3 en sachant que :
• humidité du sable = 3 %, du gravier = 1,5 % ;
• densité des granulats = 1,7 ;
• et que les quantités pour 1 m3 sont : 370 kg de ciment, 490 de sable, 765 l de gravier, 125 l d’eau.
78 Le béton

Quantité Quantité Masse d’eau contenue Correction Correction


pour 1 m3 pour 8,00 m3 W% dans le poids des matériaux pour 1 m3 pour 8,00 m3
(en kg) (en kg) (en kg) (en kg) (en kg)

Ciment

Sable 3%

Gravillons 1,5 %

Eau

3
50
Réponses

75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

1) Correction de l’abaque
Sable = 500 l/m3
Gravier = 760 l/m3
Ciment = 365 kg/m3
Eau = 110 l/m3
Calcul des quantités des composants du béton 79

2) Correction de la composition des granulats en fonction de leur teneur en eau

Quantité Quantité Masse d’eau contenue Correction Correction


pour 1 m3 pour 8,00 m3 W% dans le poids des matériaux pour 1 m3 pour 8,00 m3
(en kg) (en kg) (en kg) (en kg) (en kg)

Ciment 370 2 960 1 m3 8 m3 370 2 960

490 × 1,7 = 6 664 3% 833 × 3 % = 333,20 874,65 6 997,20


Sable
833 41,65

765 × 1,7 = 10 404 1,5 % 765 × 1,5 % 91,80 1 311,98 10 495,84


Gravillons
1 300,50 = 11,48

Eau 125 1 000 53,13 425,04 71,87 574,96

3
50
75
94
2 628,50 21 028 2 628,50 21 028

52
8:1
.24
36
Le béton suivant la norme NF EN 206-1

4.1
.15
60
Le béton est le matériau le plus utilisé dans le monde et le plus économique. 4:1
35
41
88

• Façonnable à volonté et à température ambiante.


8:8
83

• Ne nécessite pas de cuisson.


77
97

• Accessible à tous.
:95
TA

• Une grande longévité.


US
:R
om

Il peut être coulé sur place ou préfabriqué.


x.c
rvo

Il répond aux exigences d’une démarche de développement durable :


ola
ch

• bilan environnemental favorable au développement durable ;


l.s
na
tio

• matériau très bien adapté aux futures réglementations thermiques : bâtiments à basse consommation.
na
er
int

Formuler un béton consiste à intégrer des paramètres essentiels tels que :


• la qualité des matériaux disponibles ;
• la nature du projet à réaliser ;
• les moyens de mise en œuvre disponibles sur le site ;
• la qualité de l’environnement dans lequel va « vivre » l’ouvrage à réaliser ;
• les conditions de mise en œuvre (besoin d’ouvrabilité, résistance à jeune âge…) ;
• les conditions climatiques (température, hygrométrie, vent, etc.) ;
• les délais de réalisation.
En vue de satisfaire aux objectifs :
• de durabilité ;
• d’esthétique ;
• de résistances mécaniques ;
• d’étanchéité ;
• d’isolation thermique (été comme hiver) ;
• d’isolation phonique ;
• environnementaux (développement durable).
80 Le béton

Mode et durée de mélange : dans tous les cas, le béton est mélangé environ 1 à 2 min, mais son transport s’effectue dans
une durée de 5 min à 2 h, d’où des contraintes différentes.
Le Béton Prêt à l’Emploi (BPE) : le besoin de maintien d’ouvrabilité est nécessaire, car le transport en toupie peut être long.
Le besoin de résistances mécaniques est nécessaire au décoffrage (de 16 à 24 h).
Le béton en préfabrication : le besoin de maintien d’ouvrabilité est faible, car le coulage s’effectue en général dans les 15 à
30 min. En revanche, le besoin de performances mécaniques est très élevé à jeune âge : de 6 à 15 h, en général ; il est
associé parfois à un étuvage.
Le béton sur chantier : situation combinée des deux exemples précédents.

La norme NF EN 206-1
La norme NF EN 206-1 s’applique à tous les bétons de structure, qu’ils soient des bétons prêts à l’emploi, des bétons

3
50
réalisés sur chantier ou des bétons destinés à la préfabrication de produits en béton.

75
94
52
Elle contient des règles précises concernant la spécification, la fabrication, la livraison et le contrôle de la conformité des

8:1
.24
bétons.

36
4.1
• Les règles du jeu concernant le matériau béton et sa mise en œuvre ont changé.

.15
60
4:1
En effet, le DTU 21, autrement dit le « DTU exécution des ouvrages en béton », a été révisé, afin d’être en adéquation
35
41

avec la norme européenne NF EN 206-1 Béton et de annexe nationale.


88
8:8

• La logique de moyens va progressivement laisser la place à la logique de performances imposée par l’Europe, ce qui
83
77

modifie considérablement un certain nombre de pratiques, mais clarifie les responsabilités du prescripteur, du produc-
97
:95

teur et de l’utilisateur, et ce quel que soit le volume de béton !


TA
US

• La norme NF EN 206-1 s’applique au béton destiné aussi bien aux structures coulées en place qu’aux structures préfa-
:R
om

briquées, et ce depuis le 20 avril 2004.


x.c
rvo

Le béton peut être du béton fabriqué sur chantier, du béton prêt à l’emploi ou du béton destiné à la préfabrication.
ola
ch
l.s

• Une sémantique à assimiler en trois points :


na
tio
na

} Point n° 1 : la résistance du béton


er
int

Court terme Long terme


Résistance

Moyen terme
Béton frais

Temps
Début de prise
         

Lorsque le béton durcit dans le temps, sa résistance augmente rapidement.


Le calcul de la résistance à la compression d’un béton se réalise à 28 jours. Cette résistance est exprimée en MPa (méga-
pascals) par cm2 : 1 MPa = 10 bars = 10 kg/cm2.
Calcul des quantités des composants du béton 81

Les nouvelles classes de résistance se substituent aux anciennes désignations B25, B30, etc., et sont devenues C25/30,
C30/35, etc., lesquelles désormais correspondent aux résistances mesurées sur cylindre pour la première valeur et sur cube
pour la seconde.

France Exemple : C 25/30


Désignations
C compression
C12/15
25 = MgPa/cm2 sur cylindre 16 × 32
C16/20

C20/25 30 = MgPa/cm2 sur cube 100 mm

C25/30
Europe

3
C30/37

50
75
94
52
8:1
Il ne faut pas perdre de vue que cette norme est européenne et que l’utilisation du cylindre 16 × 32 concurrence le cube de

.24
36
100 mm chez d’autres partenaires européens.

4.1
.15
60
4:1
1 3 35
4
41
88
8:8
83
77

2
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio

Écrasement des éprouvettes cylindriques (➀ et ➂) ou cubiques (➁) à 28 jours (essai à la compression). Écrasement des
na
er

éprouvettes cylindriques par fendage (essai à la traction) (➃).


int

} Point n° 2 : la consistance du béton


Si les classes de résistance évoluent, la norme NF EN  206-1 définit également l’exigence des classes de consistance.
Initialement, il existait quatre classes de consistance, à savoir : F (Ferme), P (Plastique), TP (Très Plastique) et Fl (Fluide).
Désormais, il existe cinq classes de consistance : S1, S2, S3, S4, S5 (S pour slump). La correspondance entre les nouvelles
et les anciennes classes de consistance est précisée dans le tableau ci-dessous.

Classe de consistance Affaissement au cône d’Abrams (en mm) Ancienne classe

S1 10-40 F (Ferme)

S2 50-90 P (Plastique)

S3 100-150 TP (Très Plastique)

S4 160-210 Fl (Fluide)

S5 > 222
82 Le béton

Portique de mesure
Tige de
Moule piquage
tronconique

30 cm
Béton

Remplissage en 3 Arasement Soulèvement Mesure de l’affaissement


couches, serrage du moule dans la minute qui suit
par piquage le démoulage

Cône d’Abrams. Mesure d’affaissement avant la mise en œuvre du béton.

3
50
75
Les bétons autoplaçants (verticaux ou horizontaux), de rhéologie hyperfluide et utilisés pour des semelles filantes, des

94
52
8:1
planchers ou des dallages ont une consistance qui se mesure en France au moyen de l’essai d’étalement. La norme euro-

.24
péenne distingue six classes d’étalement : FI, F2, F3, F4, F5 et F6. Les diamètres des galettes sont les suivants :

36
4.1
.15
60
Classe d’étalement Diamètre de la galette
4:1
35
NF EN 206-1 (en mm)
41
88
8:8

F1 < 340
83
77
97

F2 De 350 à 410
:95
TA
US

F3 De 420 à 480
:R
om

F4 De 490 à 550
x.c
rvo
ola

F5 De 560 à 620
ch
l.s
na

F6 > 630
tio
na
er
int

} Point n° 3 : la classe d’exposition


La norme NF EN 206-1 définit également l’exigence des classes d’exposition (anciennement appelées « classes d’environ-
nement »).
Une meilleure durabilité de l’ouvrage en béton passe inéluctablement par une meilleure adaptation du béton aux agressions
dont il risque d’être l’objet. Dans la précédente norme BPE, il était question de classes d’environnement ; désormais, la
nouvelle norme considère des classes d’exposition. Ces classes d’exposition sont au nombre de six. Les risques de corro-
sion des armatures, de gel/dégel et d’agressivité chimique sont les trois principaux risques de désagrégation des bétons.
Calcul des quantités des composants du béton 83

Concernant le risque de corrosion des armatures induit par carbonatation du béton, la norme européenne distingue :
Tableau des classes d’exposition courantes et particulières

Classe d’exposition
Type d’environnement Exemple
NF EN 206-1

XO Très sec Béton non armé

XC1 - XC2 Humide, rarement sec Fondations superficielles courantes.

XC3 - XC4 Humidité modérée Fondations superficielles courantes.

XF1 - XF2 Gel faible à modéré Avec ou sans agent de déverglaçage

XF3 - XF4 Gel sévère Avec ou sans agent de déverglaçage

3
50
75
94
XA1 - XA2 – XA3 Risque d’agressivité chimique Une fumière

52
8:1
.24
XD - XS Environnements riches en chlorures Piscines et bord de mer

36
4.1
.15
Tableaux des risques principaux en fonction de la classe d’exposition

60
4:1
35
41
Classe d’exposition Risques
88
8:8
83

XO Aucun risque de corrosion ni d’attaque


77
97
:95

XC Corrosion induite par carbonatation


TA
US

XD Corrosion induite par les chlorures ayant une origine autre que marine
:R
om
x.c

XS Corrosion induite par les chlorures présents dans l’eau de mer


rvo
ola
ch

XF Attaque gel/dégel avec ou sans sel de déverglaçage


l.s
na
tio

XA Attaque chimique
na
er
int

Pour les bétons ne subissant aucune agression, non armés ou


faiblement armés et avec un enrobage d’au moins 5 cm X0
Voile extérieur

Non protégé XF1 ou + Planchers


Protégé de l’humidité Dalle pleine
XC1 ou prédalle
XC1
Voile intérieur

Protégé de l’humidité
XC1
Dallage extérieur
XF1 ou +
Fondations armées

XC2, XC1 ou XA

Repérage des zones de béton dans un bâtiment


84 Le béton

À chaque emplacement du béton dans un bâtiment correspond une classe d’exposition spécifique qui va donner une formu-
lation finale à ce béton.

3
50
75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c

Carte de France donnant les zones de gel


rvo
ola
ch

} Classes de chlorures
l.s
na
tio
na

Quatre classes de chlorures sont définies dans la norme NF EN 206-1 : 0,20, 0,40, 0,65 et 1,0. Ce rapport correspond à la
er
int

teneur maximale en ions Cl rapportée à la masse de ciment.


De plus, le fascicule 65 précise : « La classe Cl 0,40 est retenue pour le béton armé non soumis à une exposition fréquente
à des sels de déverglaçage ou d’origine marine. Dans le cas contraire, la classe Cl 0,20 est retenue pour le béton armé. »
Classes des chlorures à respecter en fonction de l’utilisation du béton

Teneur maxi en
Utilisation du béton Classe de chlorure
ions chlorure (CI)

Contenant des armatures de précontrainte en acier Cl-0,20 0,20 %

Contenant des armatures en acier ou des pièces métalliques noyées Cl-0,40 0,40 %

Contenant des armatures et formulés avec des ciments CM III Cl-0,65 0,65 %

Ne contenant pas d’armatures en acier ni de pièces métalliques noyées Cl-1,0 1 %


Calcul des quantités des composants du béton 85

Les pathologies des bétons


} Attaque de chlorures
Il y a apparition de chlorures en relation avec :
• des constituants : granulats de mer non lavés, béton gâché à l’eau de mer, adjuvants contenant des chlorures…
• l’environnement : proximité de la mer, sels de déverglaçage…
Le seuil limite en chlorures totaux des constituants d’un béton est de 0,65 % du poids de ciment (norme NF P 18-011).
Effets indésirables : la dépassivation des armatures entraîne leur corrosion.

} Attaque sulfatique
Les sulfates sous forme gazeuse ou liquide proviennent des pollutions industrielles ou urbaines.

3
50
75
94
Il y a une réaction de ces sulfates avec les aluminates présents dans le béton et une production de l’ettringite secondaire, ou

52
8:1
sel de Candlot.

.24
36
Effets indésirables : il y a un gonflement du béton et des fissurations organisées en un réseau de mailles (faïençage).

4.1
.15
} L’alcali-réaction
60
4:1
35
41

Réaction entre les granulats du béton et les alcalins de la pâte du ciment.


88
8:8

Pour cela, il faut trois conditions :


83
77
97

• des granulats réactifs (silices) ;


:95
TA

• une humidité relative supérieure à 80 % ;


US
:R

• une concentration des alcalins dans le ciment dépassant le seuil critique.


om
x.c
rvo

Effets indésirables : il y a un faïençage ou un éclatement du béton, ces désordres apparaissant après plusieurs dizaines
ola

d’années.
ch
l.s
na

} Les cycles de gel-dégel et la gélivité


tio
na
er
int

La gélivité d’un béton peut être due à une sensibilité au gel des granulats et/ou de la pâte de ciment.
La gélivité des granulats dépend de leur taille, de leur porosité et de leur perméabilité.
La porosité de la pâte de ciment est une association de bulles et de capillaires. La longueur des capillaires doit rester faible
pour permettre la création de la glace dans les bulles.
Effets indésirables : il y a une fissuration interne et écaillage, concernant essentiellement les structures horizontales.

} La carbonatation
La carbonatation est la lente diffusion de carbone contenu dans l’air. Cette transformation s’accompagne d’une diminution
du pH (de 13 à 9).
Elle engendre une porosité du béton et permet donc à l’air d’être au contact des aciers avec un risque de corrosion.
Effets indésirables : il y a des épaufrures laissant apparaître des armatures oxydées.

Bétonnage par temps chaud


On parle de bétonnage par temps chaud lorsque la température extérieure est comprise entre 25 et 35 °C environ.
Choix des matériaux : ciment à prise lente et/ou à faible chaleur d’hydratation ainsi qu’une protection des ouvrages par un
produit de cure aux premiers âges.
86 Le béton

Adjuvants à utiliser :
• retardateur de prise ;
• plastifiant. Réducteur d’eau ;
• superplastifiant. Haut réducteur d’eau.

Bétonnage par temps froid


On parle de bétonnage par temps froid lorsque la température du béton descend en dessous du seuil critique de 5 °C.
Choix des matériaux : ciment à prise rapide dégageant beaucoup de chaleur d’hydratation. Étuvage.
Adjuvants à utiliser :
• accélérateur de prise ;

3
• accélérateur de durcissement ;

50
75
• plastifiant. Réducteur d’eau ;

94
52
8:1
• superplastifiants. Haut réducteur d’eau ;

.24
36
• entraîneur d’air.

4.1
.15
Béton prêt à l’emploi (BPE)
60
4:1
35
41

Le Béton à Composition Prescrite stricto sensu (BCP) et le Béton à Composition Prescrite dans une norme.
88


8:8

En France, cette norme est la norme NF P 18-201 - DTU 21. Concernant le BPE, c’est le Béton à Propriétés Spécifiées
83


77

(BPS) qui est proposé.


97
:95
TA

} Dénominations des bétons


US
:R
om

Béton à Propriétés Spécifiées (BPS) : c’est le prescripteur qui donne au producteur les propriétés requises et les caractéris-
x.c
rvo

tiques supplémentaires de ce béton.


ola
ch
l.s

Béton à Composition Prescrite (BCP), anciennement appelé Béton à Caractère Spécifié (BCS) : c’est le prescripteur qui
na
tio

donne au producteur la composition et les constituants de ce béton.


na
er
int

Béton Hautes Performances (BHP) : il est appelé ainsi en raison de sa résistance à la compression supérieure à 60 MPa.
Béton Ultra Hautes Performances (BUHP) : il est appelé ainsi en raison de sa résistance à la compression pouvant aller de
130 MPa jusqu’à 200 MPa.
Béton Auto-Plaçant (BAP) : c’est un béton qui ne nécessite pas de vibration lors de sa mise en œuvre. L’appellation béton
auto-nivelant pour les bétons coulés à l’horizontale tend à disparaître.

} Exemple d’une désignation d’un béton


Un client, Ent BOGOLIN, dont le chantier se situe à Blénod-lès-Pont-à-Mousson, commande à la centrale « Béton Max »
6 m3 de béton, dont les caractéristiques sont les suivantes :
XF1 Environnement (classe d’exposition)
C 25/30 Résistance mécanique 25 MPa/cm2
Dmax 22,4 Dimension maximale des granulats
S3 Consistance (ouvrabilité)
Cl 0,4 Teneur en chlorure < à 0,40 % du poids du ciment
On retrouve sur le bon de livraison suivant tous les renseignements nécessaires.
Calcul des quantités des composants du béton 87

Heure (1)
Centrale de : Dieulouard 1re gachée 7h00
Béton MAX Bon n° 4225 Arrivée chan�er 6
2 rue du dc vrail Camion n° 331 Convenue 7h30
54700 Pont à Mousson Volume m³ 6 10 Réelle 7h25
Tél : 03 83 81 25 32 Date : 23/01/2011 Début déchargement 7h35
Fin déchargement 8h00

Client : Bogolin Référence commande


Chan�er : 15, rue du treffle 54700 Blénod les Pont à Mousson

Classe Résistance
9 8
Cer�fica�on Classe Type et classe Type Dosage (4) Type
Désigna�on d’exposi�on caractéris�que Consistance Dmax
ou A�esta�on chlorure du ciment addi�on (C+kA) kg/m³ adjuvant
(2) (3)
BPS NF EN 206-1
1 NF XF1
2 0,4 C25/30
3 CEM I 52,5 N V S4
4 20 PRE
ou

3
BCP NF EN 206-1 NF CEMII/A L 42,5R PM P1 350 20

50
75
94
5

52
Produit spécial ou référence

8:1
.24
Conseils de sécurité
Appela�on commerciale xi:irritant

36
En aucun cas nos produits ne

4.1
Propriétés par�culières Dosage minimal si spécifié par le client, en BPS et dosage nominal en BCP
doivent rentrer en contact avec la

.15
peau ou les muqueuses au risque
spécifiées

60
de provoquer des allergies, des
Livraison récep�onnée, le client 7 Ajout d’eau sur le chan�er (6) Demandeur rougeur ou des brûlures.

4:1
(signature) Type et quan�té 000 litres 35 signature
41
88

Bon de livraison
8:8
83
77
97

1. BPS : béton à propriétés spécifiées.


:95
TA

2. Classe d’exposition XF1 (voile extérieur non protégé).


US
:R
om

3. La classe de résistance est C25/30 (25 MPa sur cylindres et 30 MPa sur cubes).
x.c
rvo

4. La classe de consistance est S4 (béton fluide).


ola
ch

5. Dosage en ciment.
l.s
na
tio

6. Sauf disposition particulières le béton doit être mis en œuvre 2 heures après la fabrication de la gâchée.
na
er
int

7. Tout ajout d’eau sur le chantier non prévu rend le béton NON CONFORME à la norme.
8. Adjuvant PRE (plastifiant réducteur d’eau.
9. Dmax Diamètre maximal des granulats.
10. Sauf dispositions particulières, la quantité est donnée en m3.
88 Le béton

Exercice
Le bon de livraison
Questions
Pour la réalisation de voiles béton, le cahier des charges nous donne les caractéristiques suivantes : XC1,
C25/30, Dmax 22,4, S3 et CI 0,4.
1) Que veulent dire ces termes ?
XC1 :

3
50
C25/30 :

75
94
Dmax 22,4 :

52
8:1
S3 :

.24
36
CI 0,4 :

4.1
.15
2) Qu’est-ce qu’un BPE ?
60
3) Que veulent dire BPS et BCP ? 4:1
35
41
88

4) Qu’est-ce qu’un adjuvant ?


8:8
83
77

5) Quels sont les adjuvants utilisés par temps chaud ?


97
:95

6) Quels sont les adjuvants utilisés par temps froid ?


TA
US

7) Pour un ciment, que veut dire « 42,5 L » ?


:R
om
x.c

8) Qu’est-ce que le rapport E/C ? Et quelle est la valeur moyenne de ce rapport ?


rvo
ola
ch

Réponses
l.s
na
tio
na
er

1) C’est la classe d’exposition. XC1 est donné pour un béton qui se trouve à l’intérieur d’un bâtiment et
int

qui est protégé des intempéries.


C25/30 désigne la résistance à la compression d’un béton à 28 jours. Le premier chiffre est donné pour
une éprouvette cylindrique (25 MPa), le second, pour une éprouvette cubique (30 MPa).
Dmax = 22,4 est le diamètre maximal des granulats utilisés dans ce béton.
S3 désigne la consistance du béton. Elle correspond à un affaissement au cone d’Abrams de 100 à 150
mm et à un béton très plastique.
CI 0,4 désigne le pourcentage de la teneur en chlorure par rapport au poids du ciment.
2) BPE veut dire Béton Prêt à l’Emploi.
3) BPS veut dire Béton à Propriétés Spécifiées et BCP, Béton à Composition Prescrite.
4) Un adjuvant est un produit incoporé au béton pour modifier ses propriétés.
5) Par temps chaud, on utilise principalement un retardateur de prise.
6) Par temps froid, on utilise principalement un accélérateur de prise ou un antigel.
7) Pour un ciment, 42,5 donne la résistance à la compression à 28 jours et s’exprime en MPa. La lettre L
indique que le ciment aura un temps de prise un peu plus long.
8) E/C désigne le rapport entre la quantité d’eau et le ciment. Sa valeur moyenne est de 0,5.
Chapitre 3
Le trait de niveau + 1,00 m
Sur les plans, les cotes d’altitude sont données en + ou en –. Elles sont appelées cotes de niveau et sont représen-
tées par une flèche verticale avec sa cote de niveau.
Les cotes de niveau sont données par rapport à la cote ± 000 représentant le sol fini du RdC.
Les cotes en + se trouvent au-dessus du point ± 000 et les cotes en – se trouvent en dessous du point ± 000.
Niveau arase

3
Niveau sous linteau

50
75
94
52
8:1
Niveau allège

.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
Revêtement
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R

Chape
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s

Isolant
na
tio

Dalle brute
na
er
int

Pour des raisons pratiques, nous représentons le trait de référence à une altitude de + 1,00 m. Ce trait de niveau
(trait d’emprunt) doit être reporté par le maçon dans toutes les pièces et couloirs de chaque étage.
Ce trait, généralement une ligne bleue, est tiré à une altitude de + 1,00 mètre par rapport au sol FINI, c’est-à-
dire carrelage, moquette ou revêtements divers posés.
Ce trait de niveau est reporté par rapport au point zéro (± 000) fourni par les plans.
90 Le trait de niveau + 1,00 m

Finition : béton lissé, surfacé


Joint de retrait ou
de fractionnement
± 0,000

Dalle béton

Finition : revêtement sur chape

3
Revêtement Chape

50
± 0,000

75
- 0,010

94
52
- 0,060

8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41

Dalle béton
88
8:8
83

Finition : plancher chauffant


77
97
:95

Revêtement Chauffage au sol


TA

Chape
US

± 0,000 Isolant
:R
om
x.c

- 0,120
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

Dalle béton

Sur tous vos plans, vous aurez des cotes d’altitude, comme ci-dessus. Il devient donc nécessaire de reporter le
trait de niveau de + 1,00 m sur votre maçonnerie et de prendre toutes les cotes d’altitude par rapport à celui-ci
et jamais par rapport au sol (celui-ci étant souvent brut).
 91

+ 2,51

+ 2,10

+ 1,30

+ 1,00

0,000
– 0,05

3
50
75
94
52
8:1
Toutes les cotes supérieures au mètre, comme sur l’exemple ci-dessus (la cote d’arase à + 2,51 par rapport au

.24
36
point 0,000), se calculeront par rapport au trait d’emprunt + 1,00 m. Soit 2,51 m – 1,00 m = 1,51 m. On

4.1
.15
mesurera donc 1,51 m au-dessus du trait de niveau +1,00 m.
60
4:1
35
La sous-face du linteau se mesurera toujours par rapport au trait + 1,00 m, soit 2,10 – 1,00 = 1,10 m. Nous
41
88

mesurerons donc 1,10 m au-dessus du trait bleu.


8:8
83

De la même façon, toutes les cotes inférieures au mètre seront déduites comme dans l’exemple de la dalle brute
77
97

à moins 0,05. Soit 1,00 m + 0,05 = 1,05. On mesurera donc 105 cm en dessous du trait de niveau.
:95
TA
US

Autre exemple : une chape à – 0,01 (Le maçon devra laisser une réserve de 1 cm, nécessaire au collage d’une
:R
om

finition telle : carrelage, sol plastique, parquet etc.). Cette cote de niveau de – 0,01 sera mesurée par rapport au
x.c
rvo

trait d’emprunt. Soit 1,00 m + 0,01 m = 1,01 m. On mesurera donc 1,01 en dessous du trait de niveau. On
ola

obtient la hauteur finie de la chape.


ch
l.s
na

De la même façon, toutes les cotes inférieures au mètre seront déduites si elles sont au-dessus du point zéro ou
tio
na
er

ajoutées si elles sont en dessous du point zéro.


int

Autre exemple : une réservation à + 0,20. Soit 1,00 – 0,20 = 0,80. On mesure 80 cm en dessous du trait de
1,00 m.

} Exemple d’un palier d’escalier + 0,86. + 0,86

1,00 m – 0,86 = 0,14.


Étant donné que le point zéro n’est pas matérialisé, on mesurera donc
14 cm en dessous du trait de niveau. ± 0,000
– 1,20

} Exemple d’un dallage à – 0,12. + 0,86

1,00 m + 0,12 = 1,12.


Env ,12
1,00

Étant donné que le point zéro n’est pas matérialisé, on tracera donc 1,12 en
dessous du trait de niveau. ± 0,000
– 1,20
92 Le trait de niveau + 1,00 m

6.1 Le laser

3
50
75
94
52
8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95

Descendre Monter
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

Monter ou descendre
le récepteur Monter ou
descendre
la mire

Point de référence

Pour reporter un point identique à celui de référence, il suffit de mettre en station le laser. Dès que le laser est
en position de fonctionner, il tourne à l’intérieur.
Poser la mire, ou pige, sur le point de référence. Fixer et régler le récepteur sur celle-ci à l’aide des flèches de
réglage. Dès que le bip sonne en continu, un trait horizontal apparaît sur l’écran. L’appareil est réglé pour cette
altitude.
Visser le récepteur à fond contre la mire. Déplacer la mire sur un point voulu ; monter ou descendre la mire
jusqu’au bip continu.
Tracer sous la mire ou planter un piquet sous celle-ci.
Le laser 93

Exercice
Trait de 1,00 m
Questions
1) Indiquer sur l’image ci-dessous les cotes manquantes A et B.

Trait + 1,00 m 

3
50
75

94
52
8:1
.24
 Chape 4 cm Sol fini ± 0,000

36
4.1
.15

60
Isolant 8 cm
4:1
35
41
88
8:8
83

Dalle brute – 0,120


77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola

2) Indiquer sur l’image ci-dessous la cote manquante X.


ch
l.s
na
tio
na
er

Longueur 6,00 m
int

  



Pente 1 %

Réponses
1) Les cotes manquantes sont : A = 1,20 m et B = 1,00 m.
2) La cote manquante est : X = 1,00 m + (6,00 × 1/100) = 1,06 m.
94 Le trait de niveau + 1,00 m

POU R EN SAVOI R PLUS

Le nivellement
} Définition
Le nivellement est l’ensemble des opérations qui permettent de déterminer des altitudes et des dénivelés (différences d’alti-
tudes).

Exemple
Si deux points A et B sont peu éloignés l’un de l’autre, on peut définir deux plans horizontaux parallèles (DH) passant par A

3
50
75
et B, qui sont perpendiculaires aux verticales (VA et VB) et elles-mêmes parallèles entre elles.

94
52
8:1
.24
VA VB

36
4.1
.15
Horizontale B

60
4:1
35
41
88
8:8

DH
83
77
97
:95
TA
US

A
:R
om
x.c
rvo

Le nivellement s’effectue par visées horizontales avec, comme matériel, un trépied télescopique, une lunette de chantier et
ola
ch

une mire. Dans certains cas, comme le report de points, nous pourrons également utiliser le laser.
l.s
na
tio

L’altitude
na
er
int

} Définition
Dans le langage commun, l’altitude exprime l’éloignement d’un objet par rapport au niveau moyen de la mer.
Elle exprime également une réalité physique : l’eau s’écoule du point d’altitude le plus élevé vers le point d’altitude le plus
faible. Ce qu’on appelle une pente.

} NGF : niveau général de la France


Ne pas confondre le niveau NGF, qui est utilisé dans le TP et sur les chantiers de grande importance, et les niveaux en relatif
utilisés sur les petits chantiers de moindre importance, telle une maison individuelle. Dans ce cas, une correspondance se
matérialise par un point de référence donné en général sur le plan de masse.
Le laser 95

Coupe longitudinale



Point Zéro
Chaque point répertorié MARSEILLE
est connu en altitude :  
le z



 





Point Zéro
MARSEILLE
Altitude 0,000 NGF Les altitudes sont indiquées en mètre

3
50
75
94
Le système NGF

52
8:1
.24
36
Exemple

4.1
.15
60
4:1
La borne sur le plan de masse indique + 211,00 (NGF) correspondant au point de niveau – 0,20 de la construction. Le point
35
41

± 0,000 sera 20 cm au-dessus du point NGF de référence, soit 211,00 + 0.20 = 211,20.
88
8:8
83
77

+ 211,00 ± 0,000
97
:95

211,00
TA
US

– 0,020
:R
om

+ 211,00
x.c
rvo
ola

Point de référence NGF


ch
l.s
na
tio
na
er
int
96 Le trait de niveau + 1,00 m

La lunette de chantier
La mire

Le trépied

3
50
75
94
52
Le boîtier

8:1
.24
36
4.1
.15
60
4:1
La lunette
35
41
88
8:8

Le matériel
83
77
97
:95

Viseur
TA
US

Glace Réglage vision


:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio

Bulle du niveau
na
er
int

Vis de calage
Réglage optique
Plaque de fixation
au trépied
La lunette

 
  1,00 1 cm
 
 

  1 cm
1 cm
5 cm

 
 

 
  1 cm
 

 
1 cm
10 cm

 
12  

1,20 m
Règle graduée que l’on
maintient verticalement
sur un point.
11 1,00

1,10 m

La mire
Le laser 97

La lecture

Fil stadimétrique
16 1 supérieur L3   Lecture 1 (ligne de lecture)
Ligne de  
lecture
2 L1 Lecture 12  
 

3 L3 Lecture 3 (ligne stadimétrique sup.)


15  
L2 Lecture 2 (ligne stadimétrique inf.)
 
11
1 : 1,605 ; 2 : 1,570 ; 3 : 1,531. L2 Lecture Lecture 3 + lecture 2/2 = lecture 1
Ligne de Fil stadimétrique  

3
verticalité inférieur L1

50
75
94
Lecture 3 – lecture 2 × 100 = longueur de visée.

52
8:1
La vue dans la lunette viseur La lecture

.24
36
4.1
L’opération consiste à déchiffrer sur la mire la lecture de la hauteur entre le point désiré et la hauteur de la visée de l’opéra-

.15
60
teur. La mire (règle graduée) est positionnée verticalement et tenue par un porte-mire sur les différents points. L’opérateur,
4:1
35
dans la lunette de niveau, va lire sur la mire une hauteur sur le premier point, puis lira à chaque fois la lecture sur les points
41
88
8:8

suivants au fur et à mesure que la mire sera déplacée par le porte-mire sur les différents points indiqués.
83
77

Exemple
97
:95
TA
US
:R
om

POINT 1 ± 0,000 POINT 2 POINT 3


x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

10 36
06

1,04 3,692 0,658

Mise en station
Le trépied sera réglé de sorte que le support de lunette se
trouve à hauteur du menton de l’opérateur et le plus hori-
zontalement possible.
La lunette se fixera à l’aide de la vis et sera réglée parfaite-
ment de niveau à l’aide des trois vis de réglage, la bulle d’air
doit se situer dans le petit cercle prévu à cet effet (image
ci-dessous).
98 Le trait de niveau + 1,00 m

La position de la station dépendra de la distance entre les points à relever. Il faudra toujours essayer de se positionner à peu
près à égale distance entre ces points.

Nivellement direct
} Définition VB

Le nivellement direct, ou nivellement géométrique,


consiste à mesurer la différence d’altitude à partir de visées VA
horizontales.
Mire
Cette opération s’effectue à l’aide d’un niveau permettant
de matérialiser une ligne de visée horizontale et d’une

0
règle graduée verticale appelée « mire ».

30
LAR Niveau LAV

02
07
Supposons l’altitude du point A connue, en notant LAr

53
9:1
(lecture arrière) et LAv (lecture avant) les lectures sur les

14
.4.
deux mires. L’altitude du point B s’obtient comme suit :

.68
B

54
Alt B = Alt A + LAr – LAv 35
4:1 DH
41

A
88
8:8
83
77
97

Exemple 1
:95
TA
US
:R

12

Lecture du point A : 1,52 m.


om
x.c

Lecture du point B : 1,75 m.


11
rvo
ola
ch

La différence entre les deux points est : 1,52 – 1,75 = 23 cm.


12
l.s
na

Donc, le point B se trouve plus bas que le point A.


tio

1,75
12 11
na

1,52
er

Le point A étant le point 0,000, le niveau du point B est à – 0,23.


int

11

La distance entre le point de visée et la mise en station se calcule 12

comme suit : 12 11

(L3 – L2) × 100 = longueur de visée 11

Nous pouvons avec les lectures des lignes stadimétriques contrôler la 12

lunette. 11

Lecture 3 (ligne stadimétrique sup.) + Lecture 2 (ligne stadimétrique


inf). : 2 = Lecture 1. 12
1,52 12

– 1,75
11 = – 0,23 11

± 0,00
0,23

– 0,23
Point A
± 0,00

Point B

Lecture Point A Lecture Point B


Le laser 99

Exemple 2 12

12

Lecture du point A : 1,52 m. 12


11

11

Lecture du point B : 1,75 m. 1,52 1,75 1,40


11

Lecture du point C : 1,40 m. 12

12

11

12
11

11

12

1,52 1,52
– 1,75 – 1,40
12
11

= – 0,23 = + 0,12

0
30
11

12

02
07
53
11

9:1
+ 0,12

14
.4.
12

8
0,12

4.6
± 0,00

:15
11

0,35
54
Point C
3
0,2341

+ 0,12
88
8:8

Point A – 0,23
83

± 0,00
77
97
:95
TA
US

Point B
:R

– 0,23
om
x.c
rvo
ola

Reprenons la formule Lecture arrière – Lecture avant.


ch
l.s
na

Le point B se trouve à : 1,52 – 1,75 = – 23 cm, donc plus bas de 23 cm que le point A.
tio
na

Le point C se trouve à : 1,52 – 1,40 = 12, soit plus haut de 12 cm que le point A.
er
int

La différence de niveau des points B et C est de : 0,12 + 0,23 = 0,35 m.


Le point B est plus bas de 35 cm par rapport au point C.
100 Le trait de niveau + 1,00 m

Lecture par rayonnement


L’opérateur se mettra en station de façon à faire le maximum de visées sans se déplacer et à peu près à égale distance entre
chaque point.

Visée n° 1 - Point 0,000


Lecture 1,60 m

Référence

Visée n° 2 - Plateforme
Visée n° 5 - Dessus mur Lecture 1,95 m
Lecture 1,35 m

0
30
02
07
53
9:1
14
.4.
Visée n° 3 - Fond de fouille

.68
Lecture 2,60 m

54
4:1
35
41
88
8:8
83

Visée n° 4 - Hauteur béton


77

Lecture 2,45 m
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na

FEUILLE DE NIVELLEMENT
er
int

Altitude de Visée arrière Visée avant Différences en Altitude


Repère Observations
référence LAr LAv + − finale

PT 1 ± 0,000 1,600 ± 0,000 LAr − LAv

PT 2 1,950 − 0,350 − 0,350 1,60 − 1,95 = − 0,35

PT 3 2,600 − 1,000 − 1,000 1,60 − 2,60 = − 1,00

PT 4 2,450 − 0,850 − 0,850 1,60 − 2,45 = − 0,85

PT 5 1,350 + 0,250 + 0,250 1,60 − 1,35 = + 0,25

Sur l’image ci-dessus, le point zéro (lecture visée n° 1) est à 1,60 m.
La plateforme est (lecture visée n° 2) 1,95 m, soit 1,60 – 1,95 = – 0,35.
Le terrassement de la fouille est (lecture visée n° 3) 2,60 m, soit 1,60 – 2,60 = – 1,00 m.
La hauteur du dessus de la semelle béton est (lecture visée n° 4) 2,45 m, soit 1,60 – 2,45 = – 0,85 m.
L’arase du mur de soubassement est (lecture visée n° 5) 1,35 m, soit 1,60 – 1,35 = + 0,25.
Le laser 101

Exercice
Le nivellement
Questions
1) Sur la feuille de nivellement ci-après,
quel est le point le plus bas ?
quel est le point le plus haut ?
quelle est la différence de hauteur entre ces deux points ?

0
30
02
07
Différences

53
9:1
Points LAr LAv Altitude

14
+ –

.4.
.68
54
1 1,525 ± 0,000
4:1
35
41

2 1,78 0,255 -0,255


88
8:8
83

3 1,00 0,525 +0,525


77
97
:95

4 1,32 0,205 +0,205


TA
US
:R

5 1,855 0,33 -0,33


om
x.c
rvo
ola

2) Effectuer les lectures L2 et L3 sur les deux points suivants, PT5 et PT6.
ch
l.s
na
tio
na
er
int

PT5 PT6

3) Calculer la distance entre les deux points PT5 et PT6.


102 Le trait de niveau + 1,00 m

Réponses
1) Le point le plus bas est le point 5, le point le plus haut est le point 3, la différence entre ces deux points
est : 0,525 m + 0,33 m = 0,855 m.
2) PT5 : Lecture L2 = 1,44 Lecture L3 = 1,49
PT6 : Lecture L2 = 1,575 Lecture L3 = 1,62
3) Distance de la station au point 5 : (1,49 – 1,44) × 100 = 5,00 m
Distance de la station au point 6 : (1,62 – 1,575) × 100 = 4,50 m
Distance entre les deux points 5 et 6 : 5,00 m + 4,50 m = 9,50 m

Pour transformer des altitudes NGF en relatif, ou vice et versa :

0
30
• si le point ± 0,000 a une altitude NGF de 215,00 (sous-entendu, 215,00 m) ;

02
07
• les autres points relatifs seront déduits ou ajoutés de l’altitude NGF de référence.

53
9:1
14
Par exemple, pour des points Pt1 situé à – 2,50 m sous le niveau NGF et Pt2 situé à + 1,20 m du niveau NGF :

.4.
.68
Pt1 – 2,500, soit 215,00 – 2,50 = NGF 212,50.
54
4:1
35
Pt2 + 1,200, soit 215,00 + 1,20 = NGF 216,20.
41
88
8:8

Lecture par cheminement


83
77
97
:95

Cette méthode s’effectue par visées arrière et visées avant en changeant de station entre chaque série de points et en repre-
TA
US

nant la lecture arrière sur le point précédent.


:R
om

Station 1 : LAr PT1 LAv PT2.


x.c
rvo
ola

Station 2 : LAr PT2 LAv PT3.


ch
l.s

Station 3 : LAr PT3 LAv PT4.


na
tio
na

Le point de départ doit toujours être connu en altitude afin de pouvoir relever les altitudes des autres points.
er
int

Afin de pouvoir se contrôler, il est important de fermer le cheminement (revenir sur le point de départ) ou de fermer sur un
point d’une altitude connue.

Visée arrière Visée avant

Visée arrière Visée avant


Visée arrière Visée avant
Visée arrière Visée avant


 Point 3 
Point 5
 Point 4
Point 2
Point 1

Création d’un profil


Le laser 103

Exemple de feuille de nivellement par cheminement


EXERCICE PRATIQUE SUR LA PLATEFORME

Différences
Stations Points LAr LAv Altitude
+ –

1 1,418 ± 0,000
1
2 1,685 0,267 – 0,267

2 1,655
2
3 1,208 0,447 + 0,18

0
30
02
3 1,083

07
3

53
9:1
4 1,548 0,465 – 0,285

14
.4.
.68
4 1,76

54
4
4:1
35
1 1,475 0,285 ± 0,000
41
88
8:8

Somme 5,916 4,441 0,732 0,732


83

5,916
77
97
:95
TA

Reprenons la formule Lecture arrière – Lecture avant, et trouvons les différences positives ou négatives (inscrites en rouge
US
:R

dans le tableau).
om
x.c
rvo

Dans un cheminement fermé, la somme des lectures avant doit correspondre à la somme des lectures arrière, ainsi que la
ola

somme des différences + et la somme des différences – (en vert dans le tableau, 5,916 m).
ch
l.s
na

Pour trouver l’altimétrie des points, nous faisons le comparatif entre chaque point connu (en bleu dans le tableau).
tio
na
er
int

Le point 2 est plus bas que le point 1 de 0,267, soit 0,000 – 0,267 = – 0,267 (différence négative).
Le point 3 est plus haut que le point 2 de 0,447, soit – 0,267 + 0,447 = + 0,18 (différence positive), etc.
Lorsqu’on se demande quelle lecture on doit faire sur un point, il suffit de calculer la différence des sommes des lectures
(arrière et avant).

On recherche la lecture sur le point 1 en station 4.


La somme des lectures avant (sans la LAv PT1) = 4,441.
5,916 – 4,441 = 1,475 (en rouge dans le tableau). Nous pouvons également réaliser la différence grâce aux altimétries.
Le point 4 est de + 0,285, le point 1 est à 0,000, soit une différence positive de 0,285. Donc 1,76 (lAr) – 0,285 = 1,475.
104 Le trait de niveau + 1,00 m

Exercice
Lecture par rayonnement
Questions
1) Inscrire les trois lectures de mire.

0
30
02
07
53
9:1
36

14
10

.4.
06

.68
54
4:1
35
41
88
8:8
83

LECTURE : ___ LECTURE : __ LECTURE : ___


77
97
:95
TA

Reporter les lectures dans le tableau ci-dessous et calculer les différences par :
US
:R

Lecture arrière – Lecture avant


om
x.c
rvo
ola

Lectures Différences
ch

Points Altitude NGF


l.s
na

LAr LAv + -
tio
na
er
int

Trouver les NGF des points 2 et 3.


2) Suivant le plan ci-dessous, remplir le tableau du cheminement pour installer le point P4 0,000 sous
une chaise. Les lectures sont déjà inscrites dans le tableau.

P1

Terrain

P2 Construction

P4 Cote de référence

P3 Alignement de référence
Le laser 105

Station Points LAr LAv Différence + Différence - Altimétrie

1 1,638 195,26
Station 1
2 1,788

2 1,611
Station 2
3 1,731

3 1,845
Station 3
4 1,425

Inscrire les points NGF manquants.

0
30
02
3) Compléter les cotes NGF manquantes sur le schéma suivant.

07
53
9:1
14
.4.
0,000 = NGF 196,00

.68
54
4:1
35
41
88
8:8

19
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
25

rvo
ola
ch
l.s
na

90
tio

NGF = ?
na

± 0,000
er
int

20

1,00 m du sol fini sous sol


1,85

1,00

NGF = ?
12
60

NGF = ?
30
106 Le trait de niveau + 1,00 m

Réponses
1)

Lectures Différences
Points Altitude NGF
LAr LAv + -

1 1,04 + 0,260 215,26

2 1,692 1,04 – 1,692 = – 0,652 0,26 – 0,652 = – 0,392 215,26 – 0,652 = 214,608

3 0,658 1,04 – 0,658 = + 0,382 0,26 + 0,382 = – 0,642 215,26 + 0,382 = 215,642

0
2)

30
02
07
53
9:1
Station Points LAr LAv Différence + Différence - Altimétrie

14
.4.
.68
1 1,638 195,26

54
Station 1
2 1,788 4:1 0,15
35
41
88
8:8

2 1,611
83

Station 2
77

3 1,731 0,12
97
:95
TA

3 1,845
US

Station 3
:R
om

4 1,425 0,42
x.c
rvo
ola
ch

Le point P4 ± 0,000 se trouve à + 195,41 NGF.


l.s
na
tio
na
er
int
Le laser 107

3)

0,000 = NGF 196,00

19

25

0
30
02
90

07
NGF = 196,65

53
9:1
± 0,000

.14
8.4
4.6
:15
20 1354
4
88
8:8
83

1,00 m du sol fini sous sol


77
97
1,85

:95
TA
US

1,00
:R
om
x.c

NGF = 194,80
rvo
ola
ch
l.s
na
tio

12
na
er
int

60

NGF = 193,78
30
Chapitre 4
Le coffrage

7.1 Les bases du coffrage traditionnel


Le coffrage est un ouvrage en bois ou en métal qui sert de moule et donne la forme au béton frais, jusqu’au
durcissement de celui-ci.
Le coffrage doit respecter les cotes en restant suffisamment stable, étanche, solide, démontable et réutilisable.

0
30
Le coffrage traditionnel est constitué d’éléments en bois pour le moule tels que :

02
07
53
9:1
14
.4.
.68
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97

Planche Basting
:95
TA
US

Chevron
:R

Latte ou
om
x.c

liteau
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

Manuportable (bois et métal)


Contreplaqué

Il comporte des éléments comme :


1. des fonds de moule en planches (brut de décoffrage) ou en contreplaqué (net de décoffrage) ;
2. des joues, formées de panneaux et de raidisseurs primaires et secondaires ;
3. des éléments de serrage : serre-joints, tiges filetées, butées, buttons ;
4. des éléments d’étaiement pour maintenir à la bonne hauteur : étais, tours d’étaiement.
110 Le coffrage

0
30
02
07
53
9:1
Avant de coffrer, on doit se poser trois questions.

14
.4.
.68
1. Avec quoi je coffre ?

54
2. Comment je coffre ? 4:1
35
41

3. Comment je décoffre ?
88
8:8
83
77

} 1. Avec quoi je coffre ?


97
:95
TA

Cette question nous donnera la possibilité de réaliser :


US
:R
om

• le choix des bois suivant la finition du béton (net ou brut de décoffrage) ;


x.c
rvo

• les calculs des cotes ;


ola
ch

• le débit du bois.
l.s
na
tio
na

} 2. Comment je coffre ?
er
int

Cette question nous donnera la façon de :


• assembler les panneaux ;
• positionner les raidisseurs ;
• maintenir le coffrage.

} 3. Comment je décoffre ?
Cette question nous donnera la possibilité de :
• réfléchir sur l’assemblage (buttons, pointes enfoncées ou non) ;
• découper certains panneaux pour pouvoir décoffrer ;
• réaliser un fruit pour les mannequins ;
• pouvoir réemployer les coffrages ;
• gagner du temps et du matériel.
Les bases du coffrage traditionnel 111

7.1.1 Les bois


Section des bois courants utilisés en coffrage traditionnel (cotes en mm)

Basting 65 165 à 180

Chevron 65 70 à 80

Planche 27 10 à 30

0
Latte 27 40

30
02
07
53
9:1
14
.4.
7.1.2 Le stockage
.68
54
4:1
35
41

Afin de perdre le moins de temps possible, il est important de classer les bois par catégorie et par longueur.
88
8:8

Suivant la météo, le bois travaille et se déforme. C’est pourquoi il est utile de le stocker à l’abri de la pluie et du
83
77

soleil, en laissant passer de l’air entre chaque couche de planches afin d’éviter le pourrissement.
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

! ATTENTION
Il est important de maintenir et de renforcer la partie basse des coffrages, car c’est en bas que la pression du béton
frais s’exerce principalement sur les joues de coffrage. Plus le coffrage est haut, plus cette pression en partie basse est
importante.
112 Le coffrage

7.1.3 La résistance des bois


Le contreplaqué de 15 mm doit être renforcé tous les 20 cm environ par des raidisseurs primaires.
La planche de 27 mm utilisée en raidisseur primaire doit être renforcée tous les 40 cm environ par des raidisseurs
secondaires.

Raidisseurs secondaires

Poussée du béton

0
30
02
07
Poussée

53
du béton

9:1
14
.4.
.68
54
4:1
35
Raidisseurs primaires
41
88
8:8
83
77

Le chevron doit toujours être positionné de chant (8 cm). Sous la poussée du béton de 0 à 90 cm, le chevron
97
:95

résiste. Au-delà de 90 cm, le chevron plie sous la pression. Le chevron de chant doit être renforcé, afin que celui-
TA
US

ci ne plie pas sous la poussée du béton.


:R
om
x.c

Poussée du béton
rvo
ola
ch
l.s
na
tio

Moyen de
na
er

serrage
int

Poussée du béton

Chevron
Les bases du coffrage traditionnel 113

7.1.4 Le marteau de coffreur


Le marteau de coffreur, dit « marteau arrache-clou », doit toujours être à la portée du compagnon (ceinture de
coffreur), au même titre que le mètre et le crayon.
1. Le marteau doit toujours avoir sa face à frapper propre et lisse. 2
2. Il ne doit pas y avoir de jeu entre le marteau et le manche (tremper dans l’eau
en été pour les manches en bois).
3. Les dents doivent être propres afin de pouvoir sortir les pointes usagées.
1
Le marteau se tient en bas du manche pour avoir plus de force et de précision. 3

ASTUCE

0
30
Pour éviter de se taper sur les doigts, le marteau doit être dans le prolongement de la pointe ; frapper bien au milieu

02
07
de la tête. Toujours se positionner en conséquence.

53
9:1
14
.4.
Les lattes sont fragiles, il arrive qu’elles

.68
se cassent lorsqu’on enfonce une pointe.

54
4:1
35
Pour limiter ce phénomène :
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US

2
:R
om

1 bien positionner la pointe au


x.c

écraser le pic de la pointe


rvo

milieu et pas trop au bord


ola
ch
l.s
na

7.1.5 La scie à bûche


tio
na
er
int

Comme le marteau, la scie est un outil indispensable au métier. Elle doit être en parfait état de marche et bien
entretenue. Elle ne doit pas être stockée n’importe où, afin d’éviter que ses dents ne s’abîment et que sa lame ne
rouille sous l’humidité.
La lame doit avoir de la voie, c’est-à-dire que les dents doivent être écar- Voie de la lame
tées en quinconce pour pouvoir coulisser dans la coupe. Si ce n’est pas le
cas, écarter les dents à l’aide d’une pointe ou d’une pince à dévoyer.
OUI NON

NON OUI

Angle de coupe
Faible La position de la scie par rapport à la planche doit avoir
Trop grand un angle très faible.
114 Le coffrage

Lors de la coupe, il faut utiliser la plus grande longueur de lame en


va-et-vient lents et réguliers, afin que la lame de scie ne chauffe pas et ne
se distende sous l’effet de la chaleur. Ce qui aurait pour conséquence
une coupe non rectiligne et irrégulière.

Avant de couper une planche, il faut toujours la tracer d’équerre, et


vérifier la cote.

0
30
Pour parvenir à une grande précision, il ne faut pas tracer plusieurs

02
07
coupes sur la même planche, car les épaisseurs de coupe donneront un

53
9:1
manque de quelques millimètres, ni tracer à l’aide d’une planche déjà

14
.4.
coupée. Reprendre son mètre.

.68
54
4:1
35
Le poste de travail doit être adapté.
41
88

La lame se coince
8:8

Le morceau de planche à couper doit toujours être dans le vide,


83
77

ce qui permet d’ouvrir la coupe quand celui-ci descend. Dans le


97
:95

cas contraire, la planche descend, ferme la coupe, et la lame se NON


TA

NON
US

coince.
:R
om

La lame est libre


x.c
rvo
ola
ch

OUI
l.s
na

OUI
tio
na
er
int

Le compagnon doit toujours être en équilibre et choisir un plan NON


de travail adapté. Peu ou pas
d’équilibre

OUI

Support
plus stable

Coupe au
Position plus près
du genou du support

Pour démarrer la coupe, il faut coincer la


planche sur le support avec le genou, puis
positionner le pouce sur la lame sans
appuyer, pour rester sur le trait de coupe.
Les bases du coffrage traditionnel 115

En fin de coupe, passer son bras entre la


scie et la lame pour récupérer le morceau
à couper, afin que celui-ci ne se casse pas
en tombant.

7.1.6 Les pointes

0
30
Les pointes servent à assembler les différents éléments d’un

02
CISAILLEMENT

07
coffrage et évitent la déformation des panneaux assemblés, lors

53
9:1
de leur déplacement et du coulage du béton. Elles travaillent à

14
.4.
l’arrachement (peu de résistance), mais surtout au cisaillement,

.68
54
suivant la façon dont elles sont situées. ARRACHEMENT
4:1
35
Tête plate
41
88
8:8

Tête d’homme
83
77
97
:95

Les pointes les plus utilisées dans le coffrage traditionnel sont les pointes à tête plate de 55 et 70  mm de
TA
US

longueur, d’un diamètre d’environ 1,6 mm. Toutefois, nous utilisons des pointes à tête d’homme pour posi-
:R
om

tionner une baguette d’angle ou une goutte d’eau (larmier).


x.c
rvo
ola
ch

Pointe avec une réserve Pointe enfoncée à fond, elle Pointe de 70 utilisée pour
l.s

de décoffrage, elle pénètre ne dépasse que de 1 mm assembler deux chevrons


na
tio

suffisamment
na
er
int

Pointe de 55 mm utilisée
le plus souvent en coffrage

On se servira également de pointes d’acier pour le blocage de certaines


Pointes d’acier pour
planches dans le béton durci. Mais attention : de grands efforts fournis fixation dans le béton
sur ces pointes peuvent engendrer leur arrachement.
116 Le coffrage

Lors du coffrage, il faut que les planches soient maintenues, mais il est inutile de placer trop de pointes. Celles-ci
servent pour l’assemblage et non pas pour le maintien, ni le serrage. Deux pointes par planches à assembler
suffisent. Elles seront disposées en quinconce.
Pointe restant dans le béton
Les pointes en contact avec le béton doivent être enfoncées totalement. au décoffrage

0
30
02
07
53
9:1
14
.4.
Pour faciliter le décoffrage, il suffit, dans certains cas,

.68
54
de laisser dépasser les pointes de quelques milli-
4:1
35
1
mètres pour le passage des dents du marteau ou de
41

2
88

l’arrache-clou, ce qui facilitera son extraction lors du


8:8
83

décoffrage. Veiller à bien prendre appui sur le bois


77
97
:95

afin de faire levier, pour sortir les pointes.


TA
US

Pour enlever des pointes récalcitrantes, il suffit de


:R
om

placer le marteau arrache-clou sur le côté et de faire


x.c
rvo

levier à droite et à gauche.


ola
ch
l.s
na

3
tio
na
er
int

Les pointes servent également de maintien provisoire pour positionner, seul, deux planches avant de les serrer.

1. Mesurer la hauteur à régler (A).


2. Clouer deux pointes sur cette hauteur sans les enfoncer entièrement.
Les bases du coffrage traditionnel 117

3. Procéder à l’identique sur la deuxième face.


4. Poser les planches sur l’emplacement désiré. Celles-ci sont maintenues provisoirement.
5. Poser vos serre-joints, régler à la bonne hauteur.
6. Retirer les pointes.
Les pointes sont utiles pour indiquer une hauteur de coulage. Hauteur du béton
1. Dès que le coffrage est réglé, il suffit de tracer à la ligne bleue la
hauteur d’arase voulue.
2. Clouer des pointes sur cette ligne sans les enfoncer entièrement Pointes de repérage
tous les 50 cm environ. tous les 50 cm environ

3. Couler le béton (les pointes vous indiqueront la hauteur désirée).

0
30
4. Une fois le béton coulé et arasé, enlever les pointes.

02
07
Trait de hauteur

53
d’arase

9:1
14
.4.
.68
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA

7.1.7 Le choix des bois de coffrage


US
:R
om
x.c
rvo

Lors du montage des panneaux en coffrage traditionnel, il faut veiller à choisir ses bois. Toutes les planches
ola
ch

doivent être propres et ne pas comporter de nœuds, de vides et autres flaches qui pourraient nuire au parement
l.s
na

du béton. Le mauvais côté des bois doit se trouver sur l’extérieur du coffrage.
tio
na
er
int

Face propre côté béton

Nœud
épaufrure
flache

Face abîmée
côté montage
118 Le coffrage

Il faut également veiller à utiliser des bois de même section et à éviter les bois cintrés.

Bois cintré
Bois hors
norme

0
30
7.2 Les coffrages extérieurs et intérieurs

02
07
53
9:1
14
.4.
Il existe deux sortes de coffrages :

.68
Coffrage

54
–– le coffrage extérieur, que l’on remplit de béton  : poutre, intérieur
4:1
35
poteau, semelle, massif, etc. ;
41
88

–– le coffrage intérieur en cotes bloquées  : d’une réservation,


8:8
83

d’un mannequin, d’un négatif, etc.


77
97
:95

Dans les deux cas, le calcul des cotes sera différent.


TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola

Coffrage
ch

extérieur
l.s
na
tio
na
er

Le coffrage extérieur, que l’on remplit de béton, Butées


int

Tiges filetées
nécessite obligatoirement un moyen de serrage (serre-
joints ou tiges filetées).
Béton
Les butées se posent à l’inverse du serrage. Celles-ci
empêchent les panneaux transversaux de reculer sous la
pression du béton (surtout en partie basse).
Le coffrage intérieur nécessite un blocage : le moule
(réservation) que l’on ne doit pas remplir (mannequin,
réservation, négatif, etc.).
La façon de coffrer sera donc différente dans les deux
cas.

Panneaux
manuportables
Raidisseurs incorporés
Les coffrages extérieurs et intérieurs 119

7.2.1 Coffrage extérieur


Les parois coffrantes sont assemblées et constituées de :
• deux panneaux A d’une longueur égale à la largeur du béton à réaliser (sauf pour les poutres : un seul, appelé
« fond de moule ») ;
• deux panneaux B d’une longueur minimale égale à la longueur du béton à réaliser en ajoutant les épaisseurs
du coffrage des panneaux A plus l’épaisseur des butons.

Épaisseur joue Panneau A


+ buton 40
Longueur Buton
= béton
Épaisseur joue

0
+ buton

30
02
07
53
9:1
Longueur Panneau B

14
40 – 2 × 2,7 Panneau B

.4.
= béton
40 – 2 × 2,7

.68
54
4:1
35
41
88
8:8
83

40
77
97

Panneau A
:95
TA

Débit des joues de coffrage Réservation 40 × 40


US
:R
om

Longueur panneau A = largeur semelle


x.c

Longueur panneau B = longueur semelle + 2 épaisseurs joues A + 2 largeurs butons


rvo
ola
ch
l.s

7.2.2 Coffrage intérieur


na
tio
na
er
int

Le coffrage d’une réservation s’effectue avec :


• deux panneaux A de la longueur de la réservation ;
• deux panneaux B de la longueur de la réservation moins les deux épaisseurs des panneaux A.
Dans ce cas :
• il n’y a pas de moyen de serrage,
• il faut penser au décoffrage.
120 Le coffrage

} Pour un décoffrage facile


1) Confectionner plusieurs clés de décoffrage : exemple, cotes bloquées. Tous les panneaux sont coupés en leur
moitié, avec une coupe à 45°. Blocage par renforts et butons.

Réservation Décoffrage facile


Buton

Renforts

Clés de décoffrage

0
30
02
07
53
2) Fruit de décoffrage : biais réalisé sur l’ensemble de la réservation verticale (mur) ou horizontale (dalle).

9:1
14
.4.
.68
C = cote demandée

54
4:1
C
35
C + 2 × 1 cm
41
88
8:8

C
83
77

C + 2 × 1 cm
97
:95
TA
US
:R
om
x.c

Traçage des fruits de décoffrage


rvo

C + 2 cm
ola

1/2 C + 1 cm 1/2 C + 1 cm
ch
l.s
na
tio
na
er
int

2 cm C 1/2 C
1 cm 1/2 C
1 cm

3) Réaliser une clé de décoffrage : pièce de l’assemblage que l’on peut enlever facilement.

3
Système avec une clé
de décoffrage

1
Les coffrages extérieurs et intérieurs 121

Mise en pratique
Exemple de réalisation
Serrage par
serre-joints

0
2 panneaux plus

30
02
grands que la

07
2 panneaux

53
longueur du massif

9:1
de la largeur

14
du massif

.4.
.68
54
Comment je coffre ?
4:1
35
41
88

En coffrage, il est important de calculer Tracer les axes des panneaux


8:8
83

ses cotes par rapport aux axes. Cela évite


77
97

les erreurs. Les millimètres se tracent.


:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er

33 : 2 = 16,5
int

Comment être le plus précis lors d’un


traçage ? Par exemple, pour tracer 20 cm
par rapport à un axe.
1. Éviter de prendre l’extrémité du
mètre.
2. Tailler le crayon pour réaliser de traits
fins.
3. Posotionner le mètre en décalé de
10 cm.
4. Tracer 10 cm à droite de l’axe.
5. Tracer 10 cm à gauche de l’axe.
122 Le coffrage

Après avoir réalisé le débit du bois.


Épaisseur d’une planche = 27 mm
Soit deux épaisseurs de planches = 5,4 cm

0
30
02
07
53
9:1
Coffrage avant assemblage

14
.4.
.68
54
4:1
1 Pose des deux planches jointives 35
41

4 Pose des raidisseurs


88

2 Maintenir ces planches à l’aide


8:8
83

de serre-joints
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola

3 Traçage des raidisseurs 5 Clouage en quinconce


ch
l.s
na
tio
na
er

Fabrication d’un panneau


int

En partant de l’axe,
tracer le béton

Reculer de l’épaisseur
du panneau en retour

Clouer les butées

Traçage de l’autre face

Pour être aux cotes précisément, il est préférable de couper certains panneaux 2 mm plus court que la cote
demandée. Par exemple, pour 60 cm, couper à 59,8 cm, ce qui permettra de pouvoir ajuster les panneaux. Si la
cote est plus grande pour une raison quelconque (par exemple, coupe pas droite ou pas d’équerre), il sera impos-
sible d’avoir la cote demandée.
Les coffrages extérieurs et intérieurs 123

Exercice
Le coffrage
Questions
1) Indiquer, sur l’image ci-dessous, le ou les numéros (rouges) des pointes correctement enfoncées (entourer
la réponse).

0
30
02
07
53
9:1
14
.4.
.68
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na

2) D’après l’image ci-dessus, indiquer les numéros (verts) des éléments suivants :
er
int

___ - Fond de moule


___ - Raidisseurs secondaires
___ - Peau coffrante
___ - Butée
___ - Raidisseurs primaires
124 Le coffrage

3) Indiquer, sur l’image ci-dessous, les cotes maximales d’espacement suivant la résistance des bois de
coffrage A, B et C.

Contreplaqué de 15 mm

Planche de 27 mm

0
30
02
07
53
Chevron de chant 75 à 80 mm

9:1
14
.4.
.68
54
4:1
35
Serre-joint
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

4) Indiquer, sur l’image ci-dessous, les cotes manquantes A et B.

40

80 50
40

Coffrage avant assemblage

Épaisseur d’une
planche 27 mm 5,4
Les coffrages extérieurs et intérieurs 125

5) Indiquer, sur l’image ci-dessous, les cotes manquantes A et B.

B Lattes B

0
30
02
07
53
A

9:1
14
.4.
Réservation 45 × 45

.68
54
4:1
35

Réponses
41
88
8:8
83

1) Il faut entourer 1 et 4.


77
97
:95

2)
TA
US

7 - Fond de moule 5 - Peau coffrante 9 - Raidisseurs primaires


:R
om

6 - Raidisseurs secondaires 8 - Butée


x.c
rvo
ola
ch

3) Cote A = 20 cm ; cote B = 40 cm ; cote C = 90 cm


l.s
na

4) Cote A = > 110 cm ; cote B = 50 cm


tio
na
er

5) Cote A = 45 cm ; cote B = 45 cm – (2 × 2,7) = 39,6 cm


int

POU R EN SAVOI R PLUS

Le coffrage
Fonctions et qualités exigées d’un coffrage
Donner la forme définitive au béton coulé à l’intérieur constitue la fonction principale d’un coffrage, qui est donc le moule.
1. Il faut qu’il soit indéformable et rigide avant, pendant et après le coulage du béton. Cela implique qu’il doit résister à la
manutention, aux charges, à la poussée du béton et à la vibration. Tout cela sans gauchir, sans se déplacer, en conser-
vant ses dimensions initiales conformes aux plans.
2. Il doit être étanche afin d’éviter les pertes de laitance et des éléments fins du béton qui réduiraient l’homogénéité et la
résistance de celui-ci.
3. Il doit être également facile à assembler et à décoffrer, afin de réduire le coût (temps d’exécution et réemplois).
4. Il doit permettre la mise en place aisée des armatures, la réalisation du parement désiré et un entretien facile et rapide.
126 Le coffrage

L’exécution d’un coffrage peut représenter jusqu’à 50  % du prix de revient d’un béton armé. C’est pourquoi on utilise
aujourd’hui des coffrages métalliques qui imposent un moyen de levage.
Dans certains cas, on utilise des coffrages traditionnels, mais cela implique des connaissances techniques et des compé-
tences approfondies afin de pouvoir décider du choix des épaisseurs des bois à utiliser, des raidisseurs à mettre en place et
du moyen de serrage.
Pour concevoir un coffrage traditionnel, il faut suivre certains principes.
1. Le coffrage doit être considéré comme un outil, comme un matériel, afin de pouvoir amortir son coût.
2. Il faut trouver la meilleure méthode (dimensions et assemblage) pour pouvoir donner à ce moule de nombreux réem-
plois.
3. La réalisation du coffrage exige un calcul en fonction des charges et poussées qu’il subit.
4. Le choix des bois utilisés se fera en visant l’économie.

0
30
02
07
Éléments du calcul d’un coffrage

53
9:1
14
.4.
La poussée exercée par le béton frais sur les parois latérales du moule varie suivant plusieurs

.68
54
paramètres qui sont :
4:1
35
1. la consistance du béton. Plus celui-ci est mou, plus la pression est importante. Le béton
41
88

d’un voile mince, nécessairement coulé très plastique, exercera une poussée plus impor-
8:8
83

tante qu’un béton plus sec, pour voile d’un mur banché armé normal ;
77
97
:95

2. la masse volumique du béton, qui varie avec la nature des granulats (lourds ou légers) ;
TA
US

3. le temps de début de prise du béton ;


:R
om
x.c

4. la vitesse de remplissage du moule, qui influe sur la hauteur de béton frais. Les poussées
rvo

sur les panneaux d’un poteau ne sont pas identiques à celles exercées sur un voile épais ;
ola
ch
l.s

5. le mode de serrage agit également sur la pression exercée sur les parois ;
na
tio
na

6. la température ambiante accélère ou ralentit la prise du béton.


er
int

Poussée du béton frais


La plupart du temps, la mise en œuvre des coffrages verticaux industriels permet de garantir la stabilité du coffrage par
rapport à la poussée du béton. Parfois, il est nécessaire de dimensionner les ancrages du coffrage afin de reprendre cette
poussée. Il devient alors nécessaire de la connaître.
Comment le béton frais agit-il sur le coffrage ? Que vaut la pression exercée par le béton ?
Le comportement du béton plastique se situe entre celui d’un liquide et celui d’un solide.
La poussée hydrostatique est due à la plasticité du béton, à la stabilisation de l’affaissement du béton et à l’effet de voûte à
sa base.

} La poussée hydrostatique
Le béton pousse le coffrage à l’horizontal. L’intensité de cette poussée est égale à la pression exercée par la masse du béton.
Soit 25 kN/m2. La poussée hydrostatique est directement proportionnelle à la hauteur du béton à couler, h.
Au sommet du coffrage, elle est nulle. Puis elle croît proportionnellement à la profondeur du coffrage pour atteindre sa valeur
maximale à 3,50 m, en fond de coffrage, soit 3,5 × 25 = 87,5 kN/m.
Les coffrages extérieurs et intérieurs 127

La poussée du béton agit comme un liquide, mais est limitée par la plasticité du béton 3,50 m

(cohésion des grains entre eux). En effet, si l’on décoffrait immédiatement, on s’aperce-
vrait que le béton ne s’étale pas entièrement mais s’affaisse uniquement en fonction de sa
plasticité (cône d’Abrams). Ce qui veut dire que plus le béton est plastique, plus la pres-

2,60
sion augmente.

Hauteur du coffrage
À partir d’une profondeur de 2,60 m, le béton ne se comporte plus comme un liquide : il
s’étale moins et s’affaisse moins pour former une voûte qui exerce une pression régulière
sur le coffrage de 65 kN.
65 kN
La vitesse de coulage influe également sur la poussée. Plus la vitesse de coulage est
rapide, plus le béton se comportera comme un liquide ; la pression sera donc plus forte.

0,90
0
30
02
07
Pression du béton en KN

53
9:1
14
.4.
3,50 m kN/m

.68
54
4:1
150 35 Épaisseur de la
pièce bétonnée
41
88

50 mm
8:8

40 mm
83

30 mm
77
97
Hauteur du coffrage

100 20 mm
:95

15 mm
TA
US
:R
om
x.c
rvo

50
ola
ch
l.s
na
tio

10
na

Vitesse de levée
87,5 kN
er
int

Pression du béton en KN 2 5 10 15 20 (m/h)

Pression du béton en fonction de la vitesse de coulage

D’autre part, plus le coffrage est large, plus le béton s’étale, ce qui réduit la poussée. L’effet de voûte limite la poussée en
pied de coffrage. À partir de 2,60 m, le béton ne se comporte plus comme un liquide.

} Vitesse de levée
Les voiles de 0,40 m d’épaisseur sont coulés par tranche de 11,25 m. Le béton est coulé par benne de 1,25 m3. La benne
est vidée de façon répartie sur la longueur du coffrage, en moyenne en quatre minutes. Elle est donc vidée sur une surface
de 11,25 × 0,40 = 4,50 m2. La levée du coulage par benne vaut donc : 1,25 / 4,50 = 0,30 m. La vitesse de levée vaut :
0,30 / 4 = 0,075 m/minute, soit : 0,075 × 60 = 4,5 m/h.
Un voile de 0,20 m d’épaisseur est coulé par tranche de 3,50 m. Le béton est coulé par benne de 0,350 m3. La benne est
vidée de façon répartie sur la longueur du coffrage, en moyenne en six minutes. Elle est donc vidée sur une surface de
3,50  ×  0,20  =  0,70  m2. La levée du coulage par benne vaut donc  : 0,350  /  0,70  =  0,50  m. La vitesse de levée vaut  :
0,50 / 6 = 0,083 m/minute, soit : 0,083 × 60 = 5 m/h.
Les effets produits par la plasticité du béton n’ont de conséquences significatives que sur les éléments de grande hauteur (à
partir de 3 m) ou sur des éléments coulés très lentement. En dehors de cela, le béton frais se comporte comme un liquide.
128 Le coffrage

} Poussée sur une bande de coffrage de 1 m de large


La poussée est la somme de chaque poussée ponctuelle. Autrement dit, c’est la surface des poussées ponctuelles. Cette
surface est décomposée par un triangle et un rectangle.
La surface du triangle vaut : 2,6 × 65 / 2 = 84,5kN.
La surface du rectangle vaut : 0,9 × 65 = 58,5 kN.
La poussée globale vaut : 84,5 + 58,5 = 143 kN.
La poussée s’applique au centre de gravité des forces. C’est la composition du centre de gravité du triangle affecté d’une
force de 84,5 kN et de celui du rectangle affecté d’une force de 58,5 kN.
En se repérant par rapport à la base du coffrage, le centre de gravité du triangle se situe à : 1/3 × 2,6 + 0,9 = 1,77 m.
De même, le centre de gravité du rectangle se situe à : 0,9 / 2 = 0,45 m.

0
30
Le centre de gravité global se situe à : (1, 77 × 84,5 + 0,45 × 58,5) / (143) = 1,23 m.

02
07
53
REMARQUE

9:1
14
.4.
Pour un voile classique, la poussée globale du béton frais sur une bande de 1 m de large 3,50 m

.68
54
vaut : 40 à 78 kN. Suivant plusieurs critères : la vitesse de bétonnage, la fluidité du béton
4:1
35
et la granulométrie
41
88
8:8

Cela représente une masse de 4 à 8 tonnes pour une largeur de 1 m ! Cela montre l’impor-
83
77

tance du problème de la stabilité des coffrages par rapport à cette poussée.


97
:95

Quels effets cette poussée produit-elle sur le coffrage ?


TA
US

La charge est horizontale et sa résultante ne s’applique pas en pied de coffrage. La poussée


:R

P = 143 kN
om

produit donc deux effets.


x.c
rvo
ola

Elle pousse le coffrage horizontalement, ce qui peut provoquer une translation horizontale

1,23
ch
l.s

du coffrage.
na
tio

Comme la résultante n’est pas en pied de coffrage, la poussée tend à faire basculer le
na
er
int

coffrage. Elle produit un moment sur le coffrage.


La stabilité du coffrage est obtenue lorsque les ancrages compensent la poussée horizontale et le basculement du coffrage.
1 Newton = 0,102 kg, nous arrondirons à 0,100 kg

Tableau des conversions arrondies

1 N = 0,100 kg

1 daN = 10 N = 1,00 kg

0,1 kN = 10 daN = 100 N 10,00 kg

1 kN = 100 daN = 1 000 N = 100,00 kg

10 kN = 1000 daN = 10 000 N = 1 000,00 kg

1 kg = 10 N = 1 daN = 0,01 kN

10 kg = 100 N = 10 daN = 0,1 kN

100 kg = 1000 N = 100 daN = 1 kN

1 000 kg = 10000 N = 1 000  daN = 10 kN

10 000 kg = 100 000 N = 10 000 daN = 100 kN


Les coffrages extérieurs et intérieurs 129

Les unités utilisées :


V = vitesse en mètres par heure ;
θ = température ambiante ;
T = temps en heures ;
P = pression du béton frais en daN/m2 ;
d = masse volumique du béton = 2 400 kg/m3.
Pression latérale du béton sur le coffrage vertical

Hauteur h de béton frais, en mètres (1)


Type de béton
0,10 0,25 0,50 1,00 1,50 2,00 2,50 3,00 3,50 4,00

0
30
Béton vibré 250 675 1 250 2 600 2 775 2 950 3 125 3 300 3 475 3 650

02
07
53
Béton fluide 180 450 900 1 800 2 700 3 600 4 500 5 400 6 300 7 200

9:1
14
.4.
1) La hauteur h de béton frais est mesurée :

.68
54
– dans le cas d’un coffrage de dalle, par la distance verticale entre la surface du béton et le coffrage;
4:1
– dans le cas du béton banché, par la distance verticale entre la surface du béton et le centre de la partie du panneau inférieur en contact avec le béton frais.
35
41
88
8:8

p (pression) = h × d (densité) ou P = a + bV
83
77
97

On retiendra toujours la plus petite valeur.


:95
TA
US

Tableau de valeurs a + bV (coefficient X vitesse de coulage)


:R
om
x.c

θ température °C V ≤ 2 m/h V > 2 m/h


rvo
ola
ch

a bV a bV
l.s
na
tio

θ≤5 2 + 1,25.V 4,1 + 0,2.V


na
er
int

θ = 15 2 + 1,00.V 3,6 + 0,2.V

θ ≥ 25 2 + 0,85.V 3,3 + 0,2.V

NOTA
Les valeurs fournies ci-dessus seraient à réduire de 1 % par degré Celsius pour θ > 15 ° et à augmenter de 2 % par degré
pour θ < 5 ° (θ : température du béton dans le coffrage).
130 Le coffrage

On multiplie par 1 000 pour obtenir le résultat en daN, ou bien on utilise le tableau ci-dessous.

Hauteur du Vitesse de bétonnage (mètres par heure)


béton frais
(en m) 3,00 m 1,80 m 1,20 m 0,60 m 0,30 m

0,30 800 800 800 800 800


0,60 1 600 1 600 1 600 1 600 1 600
0,90 2 600 2 600 2 600 2 500 2 200
1,50 3 400 3 400 3 300 3 200
1,80 3 800 3 700 3 600 2 800
2,10 4 000 3 900 3 500
2,40 4 100 3 700 3 000
2,70 4 000

0
30
3,00 3 800

02
07
3,30 3 600

53
9:1
Les cellules vides correspondent à une zone de béton non pris en compte car considéré comme durci.

14
.4.
.68
54
4:1
Valeurs mesurées pour une température ambiante de 15 °C. 35
41
88

Exemple n° 1
8:8
83
77

On veut couler un voile d’une épaisseur de 20 cm et d’une hauteur de 2,20 m.


97
:95

La température est d’environ 15 °C et V = 1,80 m/h


TA
US

1er cas : P = 2 400 × 2,20 = 5 280 daN


:R
om
x.c

2e cas : P = 2 + (1,00 × 1,80) = 3,8, soit 3 800 daN


rvo
ola

On retiendra la plus faible valeur, soit : 3 800 daN, ou 38 kN.


ch
l.s
na
tio

Exemple n° 2
na
er
int

La température est d’environ 15 °C et V = 2,50 m/h


1er cas : p = 2 400 × 2,20 = 5 280 daN
2e cas : p = 3,6 + (0,2 × 2,50) = 4,1, soit 4 100 daN
On retiendra 4 100 daN.
Au-delà de 2,50 m de haut, on prend pour valeur constante P = 6 000 daN.

Exemple n° 3
Poteau : 40 × 20 ; hauteur : 2,50 m ; béton vibré ; V : 8,00 m/h ; θ : 15 °C
1er cas : P = 2 400 × 2,50 = 6 000 daN
2e cas : P = 3,6 + (0,2 × 8,00) = 5,2, soit 5 200 daN
On retiendra 5 200 daN.
Conclusion
Plus la vitesse de levée est rapide, moins le béton parvient à se maintenir seul ; plus il se comporte comme un liquide et
plus il pousse sur le coffrage.
Pour la même vitesse de levée, plus l’ouvrabilité est grande, plus la valeur de la poussée est grande. Cela signifie que moins
le béton est plastique, moins il se maintient seul et plus il exerce de pression sur le coffrage.
Les coffrages extérieurs et intérieurs 131

Comme pour la plasticité, plus la vitesse de levée est rapide, moins l’effet de voûte se produit et plus le comportement du
béton se rapproche de celui d’un liquide. Il en est de même pour l’incidence de l’épaisseur de la pièce bétonnée. Plus elle
est épaisse, moins l’effet se produit.

} Pression du béton sur le coffrage horizontal


Sont pris en compte :
• l’épaisseur de la dalle en cm ;
• le poids du béton 2 400 daN/m3, soit 2 400/1 × épaisseur du béton, soit 24 daN/m2 ;
• les charges dynamiques dues au déversement du béton en % de la charge ;
• les charges de service (main-d’œuvre) entre 150 et 300 daN/m2 ;
• l’étaiement (poids du coffrage et raidisseur) au m2.

0
30
P = 24 daN × ep (en cm) + charges dynamiques + charges de service + poids du coffrage

02
07
53
} Exemple

9:1
14
.4.
On veut couler une dalle d’une épaisseur de 20 cm, avec une charge dynamique de 10 %, une charge de service de 250 daN

.68
54
et un étaiement de 50 daN/m2.
4:1
35
41

0,20 × 2 400/1 ou 20 × 24 = 480 daN.


88
8:8

480 × 10 / 100 = 48 daN


83
77
97

Charge de service 250 daN


:95
TA

Étaiement 50 daN
US
:R
om

Total 828 daN ou 8,28 kN


x.c
rvo

Les contreplaqués
ola
ch
l.s
na

Il s’agit d’un matériau amélioré aux propriétés mécaniques élevées dans tous les sens. Il est constitué de plis successifs avec
tio
na

des fils contrariés (fils en long et fils en travers). On distingue deux sortes de contreplaqué : le CTB O, valable pour une
er
int

quinzaine de réemplois, et le CTB X, réutilisable une quarantaine de fois. Les contreplaqués peuvent être bakélisés, c’est-à-
dire avoir reçu un revêtement à base de résine sur les deux faces et sur les chants, ce qui les rend plus étanches. Les pointes
doivent être adaptées à l’épaisseur du CP : tous les 15 cm pour le mince, et 25 à 30 cm pour les épaisseurs ≥ à 15 mm. En
rive, les pointes doivent être positionnées à 5 Ø de la pointe et à 7 cm environ des angles.
Panneaux standard : 122 × 250 ou 150 × 3,00.
Épaisseurs les plus courantes (en mm) : 5, 7, 10, 12, 15, 18, 20 et plus.
Tableau des rayons de cintrage du contreplaqué

Épaisseurs 5 mm 7 mm 10 mm 15 mm

Fils en travers 0,52 m 1,00 m 1,50 m 3,00 m

Fils en long 1,00 m 1,50 m 2,00 m 3,60 m

} Le choix de la peau coffrante


Elle dépend de la finition voulue. Exemple : brut de décoffrage = planches de coffrage ; net de décoffrage = contreplaqué. On
doit donc tenir compte de la finition recherchée, de sa capacité à des réemplois successifs ainsi que de l’épaisseur du
panneau en fonction du système d’étaiement adopté et de la pression du béton contre le coffrage.
132 Le coffrage

} Le stockage
Il s’effectuera sur une surface plane à l’écart de l’eau stagnante et de la boue, en évitant tout risque de contact avec les engins
de chantier.
• On évitera le stockage dans des endroits chauds et secs, susceptibles d’entraîner le gauchissement des panneaux.
• On empilera les panneaux contreplaqués sur une surface plane, dégagée, après s’être assuré qu’aucun corps étranger
de type pointe, ferraille, gravier ou particule de béton ne s’est interposé entre les panneaux.
• Les panneaux seront stockés à l’abri (soleil et pluie), espacés par des tasseaux ou baguettes, afin d’assurer une bonne
ventilation et de réduire les phénomènes de déformation. Attention de ne pas abîmer les chants ni les angles, pour un
meilleur jointoiement.
Pour les coupes et le sciage, on utilisera des scies à fines dentures. Les parties coupées ne devront pas être positionnées
en jointure, mais en extérieur contre les murs.

0
30
02
} Les huiles ou agents démoulants

07
53
9:1
14
Ils jouent un rôle très important dans la réalisation des ouvrages. Ils permettent des décoffrages ou des démoulages faciles.

.4.
.68
On consultera les fournisseurs de ces produits pour la sélection de la référence la plus appropriée. Une huile de décoffrage

54
4:1
de bonne qualité, à l’exclusion des huiles de récupération, sera appliquée à la brosse ou au balai. La surface du coffrage doit
35
41

être propre et conserver seulement un contact gras au toucher. Au besoin, on procédera à un ressuyage.
88
8:8

} L’assemblage
83
77
97
:95

L’assemblage bord à bord des panneaux permettra d’obtenir une bonne qualité de surface. Le raccordement s’effectuera aux
TA
US

extrémités sur un appui continu (raidisseur). Les joints devront être remplis d’un matériau souple ou revêtus d’une bande de
:R
om

pontage adhésive pour obtenir la meilleure qualité de surface.


x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

Abaque de l’épaisseur de contreplaqué avec la flèche admissible et la pression du béton sur la peau
Les coffrages extérieurs et intérieurs 133

Mise en application
Utilisation de l’abaque de l’épaisseur de contreplaqué

} Exemple n° 1
Pression : 3 800 daN/m2, soit 38 kN/m2 ; flèche : 1/300 ; CP : 19 mm. Nous utiliserons du 20 mm.

Abaque reliant : Épaisseur du contreplaqué


* la pression du béton • de 0 à 2,50 m de hauteur de béton frais CP de 15 mm au moins
* Espacement des appuis • au-delà de 2,50 m de hauteur CP de 19 mm
* Épaisseur du contreplaqué

0
30
02
07
Flèche

53
9:1
L/

L/4
L/5

L/6
L/

L/3

14
15
L/

20

00
00
0
10

00
00

.4.
0
0

.68
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om

Épaisseur du contreplaqué
19
x.c
rvo
ola

15
ch
l.s
na

10
tio

8
na
er

5
int

38 KN

70 60 50 40 30 20 10 0 0,5 1 2 3 4 5 6 7 8
24 cm
Écartement entre nus des appuis en cm Pression du béton en tonnes par m 2

Les raidisseurs primaires (chevrons 6 × 8) seront donc espacés de


24 cm. 24 24
Calcul de la valeur à prendre en compte pour la poussée du béton
en bas du coffrage, soit 12  (entraxe) +  6 (épaisseur
chevron) + 12 (entraxe) = 30 cm.
38 kN × 0,30 m = 11,4 kN/m
12 6 12
Échelle de cet abaque : 1 cm pour 10 cm de hauteur et 1 cm par
kN/m.
134 Le coffrage

20 m

1,05

6,25
Espacement à lire sur
l’abaque ossature
88

0
30

02

Espace = 30 cm 10,5

07

13

53
le 1/5 ème : 30 / 5 = 6 cm
11,4

9:1
14
Le 1/5 ème de l’espacement maximum 2,5 5 7,5 10 12,5

.4.
.68
Position de la première série Position des autres séries
54
de raidisseurs secondaires. 4:1 de raidisseurs secondaires (serrage).
35
41
88
8:8

2e série : pression 10,5 kN/m


83
77
97

lecture 88 cm.
:95
TA

3e série : pression 6,25 kN/m


US
:R
om

lecture 1,05 m.
x.c
rvo

Nous nous apercevons que les renforts devront être plus


ola
ch

rapprochés en partie basse et que la valeur est nulle en haut du


l.s
na

coffrage.
tio
na
er
int

} Exemple n° 2
Poteau : 40 × 20 ; hauteur : 2,20 m ; béton vibré ; V : 4,00 m/h ; θ : 18 °C.
Définissez le coffrage avec contreplaqué de 15 mm, raidi par des planches de 10 × 27 mm et des chevrons 6 × 8 ; flèche
admissible : 1/300.
1er cas : P = 2 400 × 2,50 = 5 280 daN/m2.
2e cas : P = 3,6 + (0,2 × 4,00) = 4,4, soit 4 400 daN/m2.
On retiendra 4 400 daNm2, soit 44 kN/m2.
Les coffrages extérieurs et intérieurs 135

0
30
02
07
53
9:1
14
.4.
.68
54
Lecture de l’abaque contreplaqué 15 mm
4:1
35
41
88

Espacement 18 cm pour les raidisseurs primaires :


8:8
83

9 + 10 + 9 = 28 cm  
77
97
:95

44 × 0,28 = 12,32 kN/m


TA


US

Position des premiers raidisseurs secondaires :


:R
om


x.c

28/5 = 5,6, soit 5 cm


rvo


ola

5 + 6 + 1 = 12 pression à 16 = 11,6 kN/m  


ch
l.s
na

Pression de 11,6 kN/m, esp. 42 cm + 12 cm = 54 cm


tio
na
er

Pression 9,3 kN/m, esp. 50 cm + 54 cm = 1,04 cm



int

Pression 6,5 kN/m, esp. 72 cm + 1,04 cm = 1,76 cm


Pression 2,5 kN/m   
      


 


 


              
    

Position des axes des raidisseurs à 12, 42, 50, 72 cm pour la réalisation de ce coffrage.
136 Le coffrage

0
30
02
07
53
9:1
14
.4.
.68
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch

Coffrage dalle pleine


l.s
na
tio
na
er

La réalisation du coffrage d’un plancher traditionnel repose nécessairement sur un étaiement afin de couler la dalle à la
int

bonne hauteur. Cet étaiement doit être obligatoirement contreventé. Le travail débutera par la pose des protections collec-
tives au niveau supérieur.

Solives
Traçage joint
de plaques
Les coffrages extérieurs et intérieurs 137

! ATTENTION
Les coffrages comportent un risque d’effondrement pendant la mise en œuvre. Les étais simples doivent être équipés de
trépieds et contreventés. Les poutres primaires doivent être bloquées sur les fourches pour éviter leur renversement. Les
poutres secondaires sont posées et fixées sur les primaires par en dessous à l’aide d’un échafaudage si nécessaire.

Lecture des abaques


Pour le contreplaqué et les espaces, nous prendrons l’abaque cité plus haut. Pour les poutrelles primaires, il est aujourd’hui
important de les resserrer afin de pouvoir être en sécurité. Les secondaires et les étais sont positionnés suivant un abaque
du fournisseur. Exemple : poutrelles bois PERI 16 cm de haut.
Pour une dalle de 20 cm dont la charge est de 8,28 kN, l’abaque contreplaqué de 20 mm nous indique un espacement des
poutrelles secondaires de 40 cm.

0
30
Sur la colonne 2 de l’abaque ci-contre, nous repérons une charge immédiatement supérieure à 8,28 kN soit 8,4 kN (ligne 9).

02
07
Sur la colonne 3, nous repérons l’écartement de 0,40 m pour les poutres secondaires.

53
9:1
14
Au croisement de la ligne 9 (8,4  kN) et de la colonne 3 (0,40  m), nous lisons 2,35  m, qui correspond à l’écartement

.4.
.68
maximum pour les poutres principales. Nous recherchons la cote inférieure la plus proche de 2,35 m en haut du tableau,
54
4:1
soit 2,25 m. 35
41

Au croisement de la ligne 9 et de la colonne 12, nous trouvons 0,87 m, qui sera l’écartement maximum des étais pour
88
8:8

2,36 m.
83
77
97

Abaque poutrelle « PERI VT 16 »


:95
TA
US
:R

Écartement poutres Écartement des poutres principales (m)


om

secondaires (m) POUTRELLES VT 16


x.c
rvo

Épaisseur Charge q
ola

0,40 0,50 0,625 0,75 1,00 1,25 1,50 1,75 2,00 2,25 2,50 3,00
ch

de la dalle (kN/m2)
l.s
na

Portée admissible Portée admissible des poutres principales (m)


tio
na

des poutres secondaires (m) = écartement des étais


er
int

10 4,5 3,14 2,92 2,71 2,55 2,32 2,15 2,02 1,89 1,56 1,44 1,35 1,23

12 5,0 2,98 2,77 2,57 2,42 2,20 2,04 1,92 1,59 1,45 1,35 1,27 1,13

14 5,5 2,85 2,64 2,45 2,31 2,10 1,95 1,66 1,49 1,37 1,28 1,22 1,03

16 6,1 2,73 2,54 2,36 2,22 2,01 1,87 1,54 1,39 1,29 1,22 1,11 0,93

18 8,8 2,64 2,45 2,27 2,14 1,94 1,66 1,46 1,33 1,24 1,14 1,03 0,86

20 7,1 2,55 2,37 2,20 2,07 1,88 1,58 1,40 1,28 1,20 1,06 0,96 0,80

22 7,6 2,48 2,30 2,14 2,01 1,83 1,50 1,34 1,23 1,12 0,99 0,89 0,75

24 8,1 2,41 2,24 2,08 1,96 1,68 1,44 1,29 1,20 1,05 0,93 0,84 0,70

25 8,4 2,35 2,18 2,03 1,91 1,60 1,38 1,25 1,12 0,98 0,87 0,78 0,65

28 9,2 2,30 2,13 1,98 1,86 1,54 1,33 1,21 1,06 0,92 0,82 0,74 0,62

30 9,8 2,25 2,09 1,94 1,82 1,47 1,29 1,16 0,99 0,87 0,77 0,69 0,58

40 12,9 2,05 1,90 1,77 1,66 1,25 1,05 0,88 0,75 0,66 0,59 0,53 0,44

50 16 1,91 1,77 1,64 1,42 1,06 0,85 0,71 0,61 0,53 0,47 0,43 0,35
138 Le coffrage

En résumé :
• les poutres secondaires (ous la peau de coffrage) seront espacées de 0,40 m ;
• les poutres principales seront espacées de 2,35 m ;
• les étais seront espacés de 0,85 m.

Calcul de la capacité portante des étais


Surface maximale reprise par un étai : espacement des étais × espacement des poutres primaires = 0,850 × 2,350 = 1,997 m²,
soit 2,00 m2.
Charge maximale reprise par un étai : surface × (charge de béton + surcharges) = 2,00 m2 × 8,28 kN/m² = 16,56 kN.
L’étai choisi doit avoir une capacité portante supérieure à 1,7 tonne.

0
30
  

02
07
  filetage protégé

53
Classe

9:1
Type    filetage apparent Type 

14
.4.
filetage apparent Extension en dm filetage protégé

.68
54
Identification d’un étai
4:1
35
41
88

Les étais classe A correspondent dans certains cas seulement : A25T jusqu’à une hauteur de 2,10 m, A30T de 2,30 m, A35T
8:8
83

de 2,50 m, A40T de 2,70 m.


77
97
:95
TA

COMPOSANTS (mm)
US
:R
om

Classe Poids (kg) Ø Fût Ø Coulisse Ø Broche Platine


x.c
rvo

A 25 T 13,5
ola
ch

A 30 T 15,0
l.s
na

Ø 57 Ø 48.3 Ø 14 120 × 120 × 6


tio

A 35 T 16,5
na
er
int

A 40 T 18,2

Charge d’utilisation en daN


Coeficient de sécurité : 1,65 selon Eurocode 3
Classe
A 25 T A 30 T A 35 T A 40 T
Extension De 1,6 à 2,5 De 1,8 à 3,0 De 2,1 à 3,5 De 2,3 à 4,0
1,6 et 1,7 2666
1,8 2385 2666
1,9 2141 2569
2,0 1932 2318
2,1 1752 2103 2453
2,2 1597 1916 2235
2,3 1461 1753 2045 2337
2,4 1342 1610 1878 2146
2,5 1236 1484 1731 1978
Les coffrages extérieurs et intérieurs 139

2,6 1372 1600 1829


2,7 1272 1484 1696
2,8 1183 1380 1577
2,9 1103 1286 1470
3,0 1030 1202 1374
3,1 1126 1287
3,2 1056 1207
3,3 993 1135
3,4 935 1070
3,5 883 1009

0
30
02
07
3,6 954

53
9:1
3,7 903

14
.4.
.68
3,8 856

54
4:1
3,9 35 812
41
88

4,0 772
8:8
83

Référence ENA250T ENA300T ENA350T ENA400T


77
97
:95
TA

Coffrage standard d’un poteau 20 x 20


US
:R
om
x.c
rvo
ola

Cas n° 1
ch
l.s
na

Cas n° 2
tio
na
er
int

Coffrage par deux 1/2 coquilles


140 Le coffrage

} 1er cas
Coffrage poteau 20 × 20 sur une hauteur de 2,30 m, soit 0,100m3.
Peau coffrante CP de 15 mm raidie par des chevrons verticaux 6 × 8 et des chevrons horizontaux de 6 × 8 en secondaires
fixés par des serre-joints.
Vitesse de coulage : 10 litres (0,010 m3) par minute.
Surface de base : 0,2 × 0,2 = 0,04 m2.
0,01/0,04 = 0,25.
0,25 × 60 = 15 m/H.
Pression sur le coffrage :
P = 2,3 × 2 400 = 5 520 daN ;

0
30
02
P = 3,6 + (0,2 × 15) = 6,6, soit 6 600 daN.

07
53
9:1
Espacements sur CP (lecture abaque) 1/300 :

14
.4.
E = 0,16

.68
54
4:1
0,08 + 0,08 + 0,08 = 0,24 × 55,2 kN = 13,25 kN de pression à la base du coffrage 35
41

0,24 : 5 = 5 cm position du 1er chevron 5 + 6 = 11.


88
8:8
83

Pression : 12,75 kN.
77
97

Espace 2e chevron : 72 cm.


:95
TA
US

Pression : 8,5 kN.
:R
om

Espace 3e chevron : 93 cm.


x.c
rvo

Pression : 3,2 kN.
ola
ch
l.s

} 2e cas
na
tio
na
er

Coffrage poteau 20 × 20 sur une hauteur de 2,30 m, soit 0,100 m3.


int

Peau coffrante CP de 15 mm raidie par des planches de 10 horizontales et des chevrons de 6 x 8 en secondaires fixés par
des serre-joints.
Vitesse de coulage : 10 litres (0,010 m3) par minute.
Surface de base : 0,2 × 0,2 = 0,04 m2.
0,01/0,04 = 0,25.
0,25 × 60 = 15 m/H.
Pression sur le coffrage au plus défavorable :
P = 2,3 × 2 400 = 5 520 daN ;
P = 3,6 + (0,2 × 15) = 6,6, soit 6 600 daN.
Espacements sur CP (lecture abaque) 1/300 :
E = 0,16
0,08 + 0,10 + 0,08 = 0,26 × 55,2 kN = 14,35 kN de pression à la base du coffrage
0,26 : 5 = 5 cm ; position de la 1re planche 5 + 10 = 15.
Pression 13,5 kN.
Espace entre nus de la 2e planche : 25 cm (15 + 25 + 10 = 50 cm).
Les coffrages extérieurs et intérieurs 141

Pression 11,3 kN.
Espace entre nus de la 3e planche : 27 cm (50 + 27 +10 = 87).
Pression 8,9 kN.
Espace entre nus de la 4e planche : 30 cm (77 + 30 + 10 = 1,17).
Pression 7,2 kN.
Espace entre nus de la 5e planche : 33 cm (1,17 + 33 +10 = 1,60).
Pression 4,3 kN.
Espace entre nus de la 6e planche : 37 cm (1,60 + 37 + 10 = 2,07).
Espaces des serre-joints sur chevrons (raidisseurs secondaires) :
6 cm + 67 cm = 73 cm + 90 cm = 1,63.

0
30
02
07
53
9:1
Exercice
14
.4.
.68
54
4:1
35

Coffrage de voile
41
88
8:8
83
77

Questions
97
:95
TA
US

1) Vous avez la charge de coffrer traditionnellement le voile F (en cotes bloquées) à l’aide d’un
:R
om

contreplaqué de 15 mm d’épaisseur raidi par des chevrons de 6 × 8. Hauteur d’arase : 2,50 m. Calculez
x.c
rvo

le volume du béton à mettre en place.


ola
ch
l.s
na

6,00
tio
na
er
int

5,60
2,10

2,50
6,00

5,60

Voile F
3,50

2,45
Voile C

2,85 3,15

Croquis du voile à coffrer


142 Le coffrage

2) Calculez la vitesse de bétonnage sachant que le coulage se fait avec une benne de 350 litres et que celle-
ci est coulée en 12,5 minutes (moyenne).
Tableau des valeurs de vitesse de coulage

temp. °C V ≤ 2 m/h V > 2 m/h

a bV a bV

≤5 2+ 1,25.V 4,1 + 0,2.V

15 + 1,00.V 3,6 + 0,2.V

≥ 25 2+ 0,85.V 3,3 + 0,2.V

0
30
On multiplie par 1 000 pour obtenir le résultat en daN.

02
07
3) Quelle est la pression sur le coffrage en prenant comme densité du béton 2 500 kg et une température

53
9:1
de 15 °C ?

14
.4.
.68
4) À partir de l’abaque ci-après, déterminez l’espacement des raidisseurs sur le CP avec une flèche
54
4:1
admissible de 1/200. 35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

Abaque de l’espacement des


raidisseurs primaires suivant
l’épaisseur du contreplaqué avec
la flèche admissible et la pression
du béton sur la peau.

5) Déterminer la pression en pied de coffrage.


6) Déterminez la position des premiers raidisseurs (chevrons 6 × 8) et tracer sur l’abaque de calcul des
hauteurs des raidisseurs la pression à ce niveau.
7) Donner les hauteurs cumulées des entraxes des raidisseurs.
8) Déterminer les entraxes horizontalement pour les trous de tiges (argumenter).
9) Faire le débit exact du matériel de coffrage.
Les coffrages extérieurs et intérieurs 143

 



0
30
02
07
53
9:1
14

      
.4.
.68
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95

              
TA

    
US
:R

Abaque 1 Abaque 2
om
x.c
rvo
ola
ch

Réponses
l.s
na
tio
na

1) Volume de béton : 2,10 m × 2,50 m × 0,20 m = 1,050 m3


er
int

2) Vitesse de bétonnage.
La benne est vidée sur une surface de 2,10 m × 0,20 m = 0,42 m2.
Levée du coulage par benne : 0,350 m3 / 0,42 m2 = 0,833 m.
Vitesse de levée : 0,833 m / 12,5 minutes = 0,06 m/minute, soit 0,06 m/minute × 60 minutes = 4 m/h.
3) Calcul de la pression sur le coffrage.
1er cas : 2,5 m × 2 500 kg/m3 = 6 250 kN/m2
2e cas : 36 + (0,2 × 4,00 m/h) × 1 000 = 4 400 daN/m2 ou 44 kN/m2
On retiendra 4 400 daN/m2 ou 44 kN/m2
144 Le coffrage

4) Espacement des raidisseurs.

0
30
02
07
53
9:1
14
.4.
.68
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola

44
ch
l.s
na

Abaque de l’espacement des raidisseurs primaires suivant l’épaisseur du contreplaqué


tio

avec la flèche admissible et la pression du béton sur la peau.


na
er
int

L’espacement des nus est de 20 cm.


5) Pression en pied de coffrage.
Calcul de la valeur à prendre en compte pour la poussée du béton en bas de coffrage :
10 (entreaxe) + 6 (épaisseur chevrons) + 10 (entreaxe) = 26 cm
44 kN/m2 × 0,26 m = 11,44 kN/m
6) Calcul des espacements.
1re série
Distance du sol : 0,26 m : 5 = 0,05 m, soit 5 cm
Sur l’abaque 2, on lit une pression de 11 kN/m ou 1 100 daN/m
On reporte 1 100 daN/m sur l’abaque 1 et on lit 82 cm.
2e série
Espace entre nus : 82 cm
Pression exercée à 87 cm (82 cm + 5 cm) : 7,8 kN/m
On reporte 780 daN/m sur l’abaque 1 et on lit 95 cm.
Les coffrages extérieurs et intérieurs 145

3e série
Espace entre nus : 95 cm
Pression exercée à 182 cm (5 cm + 82 cm + 95 cm) : 3,4 kN/m.

 

0
30
02
07
53


9:1
 

14


.4.
.68
54
4:1


35
41
88
8:8
83

      
77

 
97


1100
:95
TA
US

780

:R
om
x.c
rvo

 
ola


ch

              
l.s

82 95
na

      
tio
na
er

Abaque 1 Abaque 2
int

7) Hauteurs cumulées des entraxes des raidisseurs.


12 cm ; 94 cm ; 193 cm
8) Entraxes horizontaux pour les trous de tiges.
Il faut prendre le même écartement, aussi bien en horizontal qu’en vertical pour la pression de 11 kN/m,
soit 82 cm.
9) Débit du matériel de coffrage.
CP 15 mm : 2 plaques de 2,50 m × 1,20 m + 2 plaques de 2,50 m × 0,90 m
Chevrons 6 × 8 (raidisseurs primaires verticaux) (2× 8) = 16 longueurs de 2,50 m
Chevrons 6 × 8 (raidisseurs secondaires horizontaux) (2× 6) = 16 longueurs de 2,08 m
9 tiges filetées + 18 plaques + 18 papillons
Chapitre 5
Le béton armé

0
30
02
07
53
9:1
La première réalisation en béton armé : Pont bi-poutre de Chazelet, 1875,

14
Barque, de Joseph Louis Lambot, 1849. Joseph Monier.

.4.
.68
Musée de Brignoles.

54
4:1
35
41

Le béton armé, dénommé « BA », est l’association de deux matériaux : le béton et l’acier.
88
8:8

L’association de ces deux matériaux est possible, car ils ont à peu près le même taux de dilatation. La dilatation
83
77
97

est la différence de longueur que subit un matériau sous l’effet du chaud ou du froid.
:95
TA
US

Rétrécissement Longueur normale Allongement


:R
om

au froid à la chaleur
x.c
rvo
ola

Il y a donc possibilité d’adhérence.


ch
l.s
na
tio
na

Compression
er
int

Extension

8.1 But visé par l’association ciment-acier


Le béton armé permet aux ouvrages de supporter des charges plus importantes et de résister aux efforts variés
que les bétons ordinaires ne supporteraient pas.
Les bétons simples résistent très bien à la compression mais très mal aux efforts de traction ou d’extension.
L’acier, quant à lui, est doué d’élasticité et peut supporter et résister aux efforts de traction ou d’extension.
Pour que cette union soit parfaite, trois conditions doivent obligatoirement être respectées :
1) l’adhérence ;
2) l’enrobage ;
3) la position des aciers.
Chapitre 8
Le béton armé

2
93
22
24
53
9:1
La première réalisation en béton armé : Pont bi-poutre de Chazelet, 1875,

2.2
Barque, de Joseph Louis Lambot, 1849. Joseph Monier.

3.3
.23
Musée de Brignoles.

54
4:1
35
41

Le béton armé, dénommé « BA », est l’association de deux matériaux : le béton et l’acier.
88
8:8

L’association de ces deux matériaux est possible, car ils ont à peu près le même taux de dilatation. La dilatation
83
77

est la différence de longueur que subit un matériau sous l’effet du chaud ou du froid.
97
:95
TA
US

Rétrécissement Longueur normale Allongement


:R

au froid à la chaleur
om
x.c
rvo
ola

Il y a donc possibilité d’adhérence.


ch
l.s
na
tio

Compression
na
er
int

Extension

8.1 But visé par l’association ciment-acier


Le béton armé permet aux ouvrages de supporter des charges plus importantes et de résister aux efforts variés
que les bétons ordinaires ne supporteraient pas.
Les bétons simples résistent très bien à la compression mais très mal aux efforts de traction ou d’extension.
L’acier, quant à lui, est doué d’élasticité et peut supporter et résister aux efforts de traction ou d’extension.
Pour que cette union soit parfaite, trois conditions doivent obligatoirement être respectées :
1) l’adhérence ;
2) l’enrobage ;
3) la position des aciers.
148 Le béton armé

8.1.1 L’adhérence
Il s’agit du phénomène dû à l’action provoquée par le serrage du béton, qui comprime, enrobe les aciers.

Mais il s’agit également de la réaction chimique qui se produit lors de la prise du béton au contact des oxydes de
fer, qui forment alors un oxyde salin, protégeant les aciers de la corrosion.

2
93
22
On constate, en démolissant un élément de béton armé, que l’acier est propre, net, sans trace de rouille.

24
53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

Aciers non rouillés lors d’une démolition de béton

« Adhérence » est le mot clé du béton armé. L’adhérence est le moyen de transfert d’efforts entre le béton et les
aciers. Elle est renforcée par le nervurage et le relief des aciers à haute adhérence (HA).

Aciers haute adhérance (HA)

Lors de leur emploi, il faut également veiller à la propreté de toutes les armatures : pas de terre collée, pas de
projections d’huile ou de graisse, pas de blocs de rouille.
Il faut enfin respecter les recouvrements. Pour que deux barres continues soient considérées comme une seule
barre, il faut un recouvrement égal à 50 fois le diamètre de la barre.
But visé par l’association ciment-acier 149

Recouvrement de barres droites

Pour les treillis soudés, le recouvrement est de trois soudures dans le sens porteur (deux mailles et demie) et deux
soudures dans le sens de la répartition (une maille et demie).

2
93
22
24
53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo

Treillis soudés
ola
ch
l.s
na

Recouvrement des fils porteurs Recouvrement des fils de répartition associés


tio
na

Solution A
er
int

Solution B

Coupes sur treillis soudés

2 mailles et demie 1 maille et demie

Sens porteur Sens non porteur

Vue en plan de treillis soudés


150 Le béton armé

8.1.2 L’enrobage c = enrobage

Afin que l’adhérence soit parfaite, il est donc primordial d’enrober correcte-
ment les aciers dans le moule. L’enrobage concerne la distance entre les aciers
et les parois coffrantes, mais également la distance entre les barres.
En règle générale, cet enrobage est de 3 cm en milieu sain exposé aux intempé-
ries et aux condensations normales.
Les aciers doivent être protégés des agressions extérieures et ne doivent pas
c
gêner le remplissage du béton.
c
NOTA
Cette distance d’enrobage est indiquée sur les plans.

2
c

93
22
24
53
L’enrobage peut être moins important dans les locaux couverts non exposés. Il sera au minimum de 1 cm, mais

9:1
2.2
de :

3.3
.23
• 3 cm en milieu urbain ;

54
4:1
• 4 cm dans les milieux humides, comme les fondations ; 35
41

• 5 cm au bord de la mer et dans les milieux agressifs. Dans ce cas, le dosage sera alors renforcé à 400 kg/m3
88
8:8

au minimum et on utilisera un ciment adéquat.


83
77
97

8.1.3 Le positionnement des aciers


:95
TA
US
:R
om

Dans une construction, il y a de nombreuses contraintes. C’est le bon positionnement et l’adhérence parfaite de
x.c
rvo

l’armature qui résorbent les efforts de traction, de flexion. Sans ces deux conditions, le béton se déformerait
ola
ch

(fissures importantes), puis se briserait. Dans les zones tendues du béton, il existe tout de même des fissures.
l.s
na

Celles-ci ne sont pas nuisibles tant qu’elles ne dépassent pas l’épaisseur de 1/10 de millimètre. D’où l’importance
tio
na
er

de l’enrobage.
int

8.1.3.1 Les efforts subis par le béton


L’association béton armé doit permettre de résister à toutes les contraintes rencontrées dans la construction. Il
suffit que l’armature soit positionnée aux endroits où il faut résorber des efforts dus aux contraintes :
• d’extension,
• de flexion,
• de cisaillement,
• de gonflement,
• de flambage,
• de torsion.
Grâce au phénomène d’adhérence, le transfert s’opère du béton à l’acier, et réciproquement.
But visé par l’association ciment-acier 151

Sous l’effet
il y a déformation
des charges,

Poutre ou dalle sur appuis simples La partie supérieure se raccourcit


La partie inférieure s’allonge

Sous l’effet
il y a déformation Zone comprimée Zone comprimée
des charges,

2
93
22
24
53
9:1
Jusqu’à la rupture Zone tendue

2.2
=

3.3
extension, flexion

.23
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R

Dans une poutre encastrée Les parties supérieures


om

sur 2 appuis se raccourcissent


x.c
rvo

Les parties inférieures s’allongent


ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

Zones
comprimées

Déformation Zones tendues = extension, flexion


Jusqu’à la rupture

Sous l’effet des charges des Efforts tranchants vers appuis


efforts tranchants vers l’appuis =
cisaillement
152 Le béton armé

Charges

2
93
22
24
53
9:1
2.2
Poteau normal Gonflement Torsion et flambage

3.3
.23
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95

1er lit inférieur 1er lit inférieur


TA
US

2 e lit inférieur
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

1er lit inférieur 1er lit inférieur


2 e lit inférieur 2 e lit inférieur
Lit supérieur ; les chapeaux Lits supérieurs ; les chapeaux
Les cadres seront rapprochés
vers les appuis
But visé par l’association ciment-acier 153

8.1.3.2 Remède à tous ces efforts subis


Il réside dans le bon positionnement des armatures (aciers porteurs et renforts) aux endroits fragilisés. Voyons
comment.

1
5
1 - Treillis soudé
2 - Barre porteuse
3 - Barre de répartition
4 - Écarteur de nappes
5 - Cale d’enrobage

2
4

93
22
24
53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
35
2
41
88

3
8:8
83
77
97
:95

Le béton résiste bien à la compression mais mal à l’extension. Les barres


TA

porteuses viendront renforcer les zones tendues, et les cadres et étriers


US
:R

Pour éviter le phénomène


éviteront le gonflement, le cisaillement. Afin de bien respecter le bon
om

du flambage,
x.c

emplacement, nous utiliserons des écarteurs de nappes et des cales d’en-


rvo
ola

robage. les cadres et les épingles


ch
l.s

serviront de ceinture.
na
tio
na
er
int

Poutres en coupe

Poteau

8.1.3.3 Autres cas


Charge Remède : barres en partie haute et
prolongées dans la dalle de même
longueur que le porte-à-faux

Le balcon Cisaillement par


porte-à-faux
154 Le béton armé

Murs enterrés Murs enterrés


Soutènement de terre Mur sous-sol Soutènement de terre Déformations Mur sous-sol

Poussée Poussée Poussée Poussée

Cisaillement Extension

2
93
Murs enterrés

22
24
Soutènement de terre Remèdes Mur sous-sol

53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
Poussée Poussée 35 Aciers porteurs
dans la zone
41
88

tendue
8:8

Aciers porteurs
83

côté poussée
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo

8.1.4 Les armatures


ola
ch
l.s
na
tio

Les plans d’armatures définissent les différents fers (appelés aussi « aciers » ou « barres ») constituant l’armature
na
er
int

des différents ouvrages en béton armé (BA). Ils doivent préciser directement sur le plan ou en tableau :
• un repère, indiqué pour chaque barre ;
4 HA 12 L 1,40
• le type d’acier (la nuance) ;
• le nombre de barres identiques ; 15 15
• le diamètre ;
110
• le façonnage avec ses dimensions.

8.1.5 Les chaînages


Où trouve-t-on les chaînages dans une construction de blocs ?
1. Dans les semelles de fondation.
2. Dans tous les angles verticaux de la construction.
3. À la hauteur de chaque plancher et aux couronnements horizontaux des murs.
4. Dans les pentes supérieures des pignons.
But visé par l’association ciment-acier 155

Chaînage en rampant – CR

Chaînage horizontal – CH

2
93
22
24
53
9:1
2.2
3.3
.23
Semelle de fondation

54
Chaînage vertical – CV 4:1
35
41
88
8:8
83
77

} Les chaînages horizontaux – verticaux – en rampant


97
:95
TA

Les chaînages horizontaux ceinturent à chaque niveau de plancher ainsi qu’au niveau
US
:R

du couronnement la maçonnerie porteuse des murs. Ils relient les murs de façade et
om
x.c

les murs de refend. Ils sont en béton armé et peuvent être réalisés avec des éléments
rvo
ola

préfabriqués, tels les blocs en U.


ch
l.s
na

L’armature sera composée de deux barres de diamètre 10 (minimum).


tio
na
er
int

Maçonnerie
Chaînage horizontal 2 barres de 10

Planelle

Plancher

Chaînage vertical 2 barres de 10

Vue en élévation Vue de dessus

Chaînages en rampant : la constitution des armatures réalisée en acier HA


doit être, comme pour les autres chaînages, de deux barres de diamètre 10.
Les armatures doivent respecter les normes (recouvrements, ancrages).
L’épaisseur de ce chaînage doit être égale à deux enrobages et un diamètre
d’acier, soit environ 7 cm. Même réglementation pour ces chaînages que
les horizontaux au niveau des façades.
156 Le béton armé

La liaison des chaînages verticaux et horizontaux s’effectue avec des équerres avec un recouvrement de
50 diamètres.

8.1.6 Façonnage

2
93
22
24
53
Pour le façonnage, les longueurs des crochets sont normalisées

9:1
 

2.2
suivant les croquis ci-contre.

3.3


.23
54
4:1
35
41
88


8:8
83
77
97

Cadre Étrier Épingle


:95
TA
US
:R

La longueur développée d’un cadre est égale à la longueur de la pièce béton moins
om
x.c

deux enrobages, plus la largeur de la pièce béton, moins deux enrobages, plus deux
rvo

fois dix diamètres.


ola
ch
l.s

Par exemple, voici le calcul de la longueur d’un cadre HA6 :


na
tio
na

2 × [(20 – 6) + (30 – 6)] + (2 × 10 × 0,6) = 88 cm


er
int

Barres de montage

Cadres

Chapeaux

Barres de renfort

Aciers porteurs
Le poteau La poutre
But visé par l’association ciment-acier 157

Barres
d’attente Chapeau Acier de
répartition

Barres
de chaînage Barres porteuses

Barres Acier porteur Écarteur


de montage de nappes
La semelle La dalle

Exemples de quelques armatures

2
93
22
24
53
On peut également trouver la longueur d’un cadre à l’aide du tableau suivant, qui donne directement les

9:1
2.2
longueurs des crochets à rajouter aux cadres et celles des crochets à rajouter aux barres droites.

3.3
.23
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int
158 Le béton armé

8.2 Le béton précontraint


Plus la charge augmente, plus la cambrure diminue.
Plus la charge augmente, plus la compression dans
la partie inférieure de la poutre diminue.

2
93
22
24
53
9:1
2.2
3.3
.23
Aussi longtemps qu’il subsiste une compression dans la

54
4:1
partie inférieure de la poutre, aucune fissure n’apparaît.
35
41
88

Comme le béton armé, le béton précontraint associe béton et armatures. La différence réside dans le principe.
8:8
83
77

Nous avons vu que, par nature, le béton résistait très bien à la compression mais peu à la traction. Dans la
97
:95

précontrainte, le béton est soumis, lors de sa fabrication, à des contraintes préalables permanentes de compres-
TA
US

sion. Ce gain en compression va s’opposer aux contraintes de traction créées par les charges appliquées à l’ou-
:R
om

vrage (poids propre, charge d’exploitation, charge climatique, etc.).


x.c
rvo

C’est en 1928 qu’Eugène Freyssinet eut l’idée géniale qui révolutionna le monde de la construction en permet-
ola
ch

tant au béton de ne travailler qu’en compression. Il venait d’inventer le béton précontraint.


l.s
na
tio

La précontrainte peut être appliquée au béton :


na
er
int

• soit par pré-tension : mise en tension des aciers avant coulage du béton (en préfabrication) ;
• soit par post-tension : mise en tension de câbles après durcissement du béton (en génie civil).
Les armatures de précontrainte sont enfilées dans des coffrages dans les zones tendues, et sont positionnées grâce
à des gabarits métalliques percés faisant également office de coffrages d’about.

} Précontrainte par post-tension


Les armatures de précontrainte (fils ou torons) sont tendues avant bétonnage
(dans des bancs de précontrainte) à l’aide de vérins entre deux massifs d’ancrage.
Le béton frais est coulé au contact des armatures. Lorsqu’il a acquis une résis-
tance suffisante (la montée en résistance peut être accélérée par traitement ther-
mique), on libère la tension des fils (par relâchement des vérins), qui se transmet
au béton par adhérence et engendre par réaction sa mise en compression (les fils
détendus veulent reprendre leur longueur initiale, mais leur adhérence au béton
empêche ce raccourcissement, et l’effort qu’il a fallu exercer pour les tendre se
transmet au béton).
Le béton précontraint 159

} Précontrainte par pré-tension


Cette technique est uniquement appliquée à la préfabrication : elle permet de réaliser des poutrelles, des poteaux,
des poutres, des dalles alvéolées, des prédalles, etc.

1 2
Les fils sont placés en partie basse et ne sont pas tendus. Mise en tension des fils

2
93
22
24
53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
35
41

3 4
88
8:8

Coulage et vibration de la prédalle Les aciers tendus sont bien en partie basse de la prédalle.
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch

5 6
l.s
na

Au décoffrage, les aciers sont desserrés. Les aciers se raccourcissent et compriment la partie basse
tio
na

de la prédalle (en bleu). La partie supérieure de la prédalle se tend (en rouge).


er
int

7 8
Une contreflèche apparaît. Toute amplitude de la flèche casserait la prédalle.
Le stockage ou le levage s’effectuera à environ 50 cm des extrémités.

Principe d’une prédalle précontrainte


160 Le béton armé

Exercice
Notions de base
Questions
1) Par rapport à l’image ci-dessous, inscrire à côté de chaque élément de la liste le numéro correspondant.

3 2 1
Chevêtre
6
(poutre de la trémie)

2
93
22
24
53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
6 35
9
41
88

Mur banché
8:8
83
77
97

4
:95
TA
US
:R
om
x.c

7
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na

Longrine
er
int

___ - Aciers en attente ___ - Linteau ___ - Poteau


___ - Poutre ___ - Chaînage vertical ___ - Semelle
___ - Chapeau ___ - Armature dalle ___ - Chaînage horizontal

2) Indiquer d’après l’image ci-dessous les longueurs de recouvrement des barres suivant leur diamètre
(entourer les réponses).

Recouvrement en barres droites


Le béton précontraint 161

3) Indiquer par un trait fort, sur l’image ci-dessous, l’emplacement de l’armature principale.

Sous l’effet
il y a déformation
des charges,

Poutre ou dalle sur appuis simples La partie supérieure se raccourcit


La partie inférieure s’allonge

4) Indiquer par un trait fort, sur l’image ci-dessous, l’emplacement de l’armature principale de ce balcon.

2
Sous l’effet

93
il y a déformation Zone comprimée Zone comprimée

22
des charges, Charge

24
53
9:1
2.2
3.3
.23
Jusqu’à la rupture Zone tendue

54
=
4:1
35
extension, flexion
41
88
8:8

Le balcon Cisaillement par


83
77

porte-à-faux
97
:95
TA
US
:R

5) Indiquer, sur l’image ci-dessous, les diamètres des barres des chaînages A et B.
om
x.c
rvo
ola

Maçonnerie Maçonnerie Maçonnerie Maçonnerie


ch
l.s

Chaînage Chaînage Chaînage Chaînage


na
tio
na
er

Planelle Planelle
int

A B
2 barres de 10 2 barres de 10 3 barres de 8 3 barres de 8

Enduit Enduit

6) D’après l’image ci-dessous, indiquer le nom des éléments correspondants aux numéros.

Barres
4
d’attente

Barres
2 1
Barres porteuses
de chaînage

Barres
3
de montage
162 Le béton armé

7) Par rapport à l’image ci-dessous, calculer la longueur développée de la barre de diamètre 6, afin de
réaliser le cadre.

20 Cadre HA Ø6
Enrobage 3 cm
10 Ø
Linteau 20 × 20

20
3
Longueur développée

Réponses

2
93
22
24
53
1) Aciers en attente n° 7 ; linteau n° 6 ; poteau n° 4 ; poutre n° 9 ; chaînage vertical n° 1 ; semelle

9:1
2.2
n° 8 ; chapeau n° 3 ; armature dalle n° 5 ; chaînage horizontal n° 2.

3.3
.23
2) Il faut entourer ∅10 50 cm et ∅16 80 cm.
54
3) Il faut dessiner : 4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo

Poutre ou dalle sur appuis simples


ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

4) Il faut dessiner :

5) Réponse A : 2 HA 10 ; réponse B : 3 HA 8.


6) 1 : aciers principaux ; 2 : aciers de chaînage ; 3 : aciers de montage ; 4 : aciers en attente.
7) On trouve : 2 × [(20 – 6) + (20 – 6)] + [2 × (10 × 0,6)] = 68 cm.
Le béton précontraint 163

POU R EN SAVOI R PLUS

Les aciers
Le matériau acier est un alliage fer et carbone en faible pourcentage. Les aciers utilisés en BA sont ceux de nuance douce
(0,15 à 0,25 % de carbone) et ceux de nuance mi-dure et dure (0,25 à 0,40 % de carbone).

Les ronds lisses (Ø)


Ce sont des aciers doux, laminés à chaud et de surface lisse, ne présentant aucune aspérité. Les nuances utilisées sont les
Fe E 215 et Fe E 235.

2
Les armatures à haute adhérence (HA)

93
22
24
53
9:1
Elles sont obtenues par laminage à chaud d’un acier naturellement dur. Ces armatures ont une surface marquée par des

2.2
crénelures de formes diverses de façon à assurer une meilleure adhérence avec le béton. Ces aciers existent dans les

3.3
.23
nuances Fe E 400 et Fe E 500.
54
4:1
35
Les treillis soudés (TS)
41
88
8:8
83

Si les autres types se présentent en barres, ces derniers sont soit en rouleaux soit en panneaux aux dimensions normalisées.
77
97

Leur largeur standard est de 2,40 m, la longueur des rouleaux est de 50 m et celle des panneaux est de 4,80 m ou de 6 m.
:95
TA

Les treillis soudés sont constitués par des fils se croisant perpendiculairement et soudés électriquement à leur croisement.
US
:R

On distingue les treillis soudés à fils tréfilés, dits TSL, et les treillis soudés à fils à haute adhérence, dits TSHA.
om
x.c
rvo

Chaînages horizontaux (CH)


ola
ch
l.s
na

Les chaînages horizontaux sont en béton armé. Ils doivent régner sur les 3/5 de l’épaisseur des murs ≥ à 30 cm et aux 2/3
tio
na
er

de l’épaisseur des murs des autres parois.


int

Maçonnerie Maçonnerie
Chaînage Chaînage

Planelle
2 barres de 10 3 barres de 8

Enduit
164 Le béton armé

La hauteur du chaînage horizontal en façade ne doit pas excéder l’épaisseur de la dalle à laquelle Plancher bois
il est associé. En cas de plancher autre que de béton (exemple, solivage en bois ou en métal), ce
chaînage peut être plat.
La section des armatures réalisées en acier HA doit être :
≥ 3 cm2 pour la nuance Fe E 22 ;
≥ 1,57 cm2 pour la nuance Fe E 40 (limite d’élasticité : 42 kgf/mm²) ; Chaînage plat
≥ 1,50 cm2 pour la nuance Fe E 50 (limite d’élasticité : 50 kgf/mm²).
Pour le chaînage périphérique d’un plancher-terrasse, cette section doit être ≥ 3,85 cm2 pour la
nuance Fe E 40 (l’équivalent de deux barres de 12 et de deux barres de 10).
Les armatures doivent respecter les normes (recouvrements, ancrages).

2
93
22
24
53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch

Recouvrement de CH sur un mur de refend. Recouvrement de CH dans un angle.


l.s
na
tio
na

Une prescription particulière est prévue afin d’éviter toute fissuration horizontale qui se produirait sous l’appui du plancher
er
int

ou sous le dernier rang de bloc. Cette fissure proviendrait de la rotation de la dalle.

Chaînage vertical

Joint de dilatation

Mur de refend

Pour réduire ce risque, nous utilisons en rive une planelle du même matériau que la maçonnerie, ou bien nous plaçons un
grillage dans l’enduit reprenant la maçonnerie sur au moins 15 cm en partie basse sous le chaînage et 15 cm en partie haute
au-dessus du chaînage.
Le béton précontraint 165

Chaînages verticaux (CV)


Les chaînages verticaux sont présents dans tous les angles saillants et rentrants d’une maison individuelle et aux jonctions
des murs de façade et de refend. Leurs fonctions sont de ceinturer la maçonnerie en liaison avec les chaînages horizontaux
et d’empêcher le soulèvement des dalles en béton dans les angles.

2
93
22
Chaînages verticaux dans les blocs d’angle

24
53
9:1
2.2
Une alvéole carrée de 10 cm de côté ou un diamètre de 10 cm pour les réservations circulaires sont suffisants pour permettre

3.3
.23
la mise en place correcte du béton. Les blocs utilisés de préférence sont dits « blocs d’angle ou de chaînage ».
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch

Boîtes d’attente pour reprise de murs ou de dalles


l.s
na
tio
na

Dans un voile béton, on utilisera des boîtes d’attentes pour la reprise des murs en retour d’équerre. À l’intérieur, on viendra
er
int

y placer deux barres HA de diamètre 10.


Les chaînages s’étendant sur toute l’épaisseur du mur, sans bloc d’angle, sont interdits. Ils ne sont admis qu’en cas d’isola-
tion par l’extérieur (partie gauche de la figure ci-dessous).

Correct
166 Le béton armé

La poutre
Les poutres sont des ouvrages horizontaux qui reposent sur des appuis. Il est donc primordial que ces éléments aient de
bonnes armatures.

2
93
Exemples d’armatures

22
24
53
9:1
Les barres de gros diamètre se situeront en partie basse sur toute la longueur de la poutre ; elles seront présentes en un ou

2.2
3.3
deux lits et en partie haute aux extrémités, mais sur une plus petite longueur. Ces barres se nomment « chapeaux ». Des

.23
54
barres de montage servent à maintenir les cadres et étriers. Comme pour les poteaux, ce sont les cadres qui donnent la
4:1
35
forme aux poutres (en général, rectangulaires).
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

Plan d’armatures d’une poutre

Coupe AA sur les armatures d’une poutre Armatures d’une poutre avant coulage
Le béton précontraint 167

Les poteaux
Les poteaux comportent des aciers porteurs dans le sens longitudinal (vertical) et des cadres placés sur le pourtour qui
donne la forme au poteau, et des étriers ou épingles quand le poteau est rectangulaire.

2
93
22
24
53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

Plan d’armatures d’un poteau

Dans les poteaux ronds, les cadres sont remplacés par des Étrier
cerces ou des frettes, qui ont la même fonction que les cadres et
étriers.

Cerce

Frette (ferraillage d’une seule pièce)


168 Le béton armé

Les poteaux seront reliés aux fondations ou aux ouvrages


Crosse Cabochon
inférieurs par des aciers de reprise appelés «  attentes  ».

R = recouvrement
Celles-ci doivent impérativement avoir le recouvrement
nécessaire indiqué sur les plans, avec un retour d’équerre en
partie basse afin de garantir l’ancrage. En partie haute, elles
doivent être protégées par des cabochons ou être façonnées
en crosse afin d’éviter les blessures par percement en cas de
chute de plain-pied.

Les dalles
Leur armature est souvent constituée par des treillis soudés de gros diamètre. L’encastrement sur les appuis (les 2/3 de

2
93
l’épaisseur du mur) nécessite des chapeaux.

22
24
53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na

Sens de portée du plancher


tio
na
er
int

Le sens de portée du plancher se situe toujours dans la plus petite dimension.

Nappe Nappe supérieure


inférieure (chapeaux)

Chaînage horizontal

Croquis d’aciers dans une dalle pleine


Le béton précontraint 169

Les aciers porteurs sont placés en zone tendue, c’est-à-dire en partie basse de la dalle (nappe inférieure) parallèlement au
petit côté du premier lit et au-dessus des appuis de rive et intermédiaires en chapeaux (nappe supérieure). Leurs espace-
ments ne doivent pas dépasser trois fois l’épaisseur de la dalle ou 33 cm. La longueur des chapeaux est comprise entre le
1/4 et le 1/5 de la portée. L’enrobage est de 3 cm pour les ouvrages courants.

2
93
22
24
53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo

Plan d’armatures d’une dalle


ola
ch
l.s
na

Les aciers de répartition sont parallèles au grand côté et s’appuient sur les porteurs. Leurs espacements ne doivent pas
tio
na

dépasser quatre fois l’épaisseur de la dalle ou 45 cm. Leur diamètre est au minimum égal au 1/4 des aciers porteurs.
er
int

1 - Acier porteur
2, 5 et 6 - Aciers de répartition
3 et 4 - Aciers chapeaux

Coupe sur une dalle pleine

} Appui des planchers


Maçonnerie
Comme les chaînages horizontaux, les planchers béton doivent régner sur les 3/5 de
l’épaisseur des murs ≥ à 30 cm et aux 2/3 de l’épaisseur des murs des autres parois.
Planelle

2/3 de l’épaisseur
170 Le béton armé

En fondation
Les semelles de fondations
Les semelles filantes ou continues sous les murs peuvent ne pas comporter d’acier transversal si le mur a une charge verti-
cale centrée et uniforme et si la hauteur de la semelle est au moins égale à deux débords.
Les aciers de chaînage d’une semelle de fondation se trouvent juste sous le mur. Ces aciers sont reliés aux semelles sur les
aciers principaux et aux chaînages verticaux par des aciers de reprise appelés « aciers en attente » ou « attentes ».

2
93
22
24
53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
35
41
88

Les massifs
8:8
83
77
97

L’armature est appelée « massif », « fût » ou « panier ».


:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

Les longrines
La longrine est une poutre de fondation qui repose sur deux appuis comme des massifs ou têtes de pieux. Les aciers de
liaison se nomment des « cheveux » ; ils sont positionnés dans les massifs en attente de liaison avec les longrines. Les têtes
de pieux ou de puits comportent des massifs pour être reliés entre eux par les longrines.
Le béton précontraint 171

Le radier
Le radier n’est pas une dalle, mais une fondation à part entière. Il pourra servir de sol bétonné en sous-sol, par exemple.
Comme nous pouvons le constater, les efforts subis par le béton sont à l’inverse d’une dalle ; l’armature devra être posi-
tionnée suivant les zones tendues (en rouge).

Zones tendues Barres Barres de répartition


porteuses

2
93
22
24
53
9:1
2.2
Pression Nappes inférieures

3.3
.23
54
4:1
Les voiles
35
41
88
8:8

Ils comportent leur propre armature, bien souvent du treillis soudé (TS) pour les murs courants.
83
77
97

Qu’il y ait une ou deux nappes, les aciers porteurs sont dans le sens vertical, les aciers de réparti-
:95
TA

tion sont dans le sens horizontal.


US
:R

Les aciers porteurs se situent toujours vers les parois extérieures.


om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int

Le recouvrement du treillis soudé est de deux mailles et demie dans le sens porteur et d’une maille et demie dans le sens
non porteur.

2 mailles et demie 1 maille et demie

Sens porteur Sens non porteur


172 Le béton armé

Dans un voile en béton armé, à chaque ouverture, l’armature comprend : un


linteau sur la partie supérieure de l’ouverture; des barres de renfort en partie
basse (RH) et latéralement sur les deux côtés de l’ouverture (RV). Autour de
chaque réservation dans une dalle, il faudra y placer au pourtour des barres
de renfort 1 ou 2 barres de diamètre 8,10 ou 12 suivant le plan. 20
20

Barres de renfort
Chaînages verticaux (CV)
Ils peuvent comporter deux barres, trois barres ou quatre barres. Leur
diamètre peut être du 8, 10 ou 12.

2
93
22
24
53
9:1
2.2
Chaînages horizontaux (CH)

3.3
.23
54
Des aciers de liaison peuvent être façonnés avec des barres en forme de U ou avec trois équerres comme les chaînages, avec
4:1
35
un recouvrement minimum de cinquante fois le diamètre.
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na

Angle de mur de façade Angle de mur de refend


tio
na
er
int

Façonnage
R =   acier doux R = rayon de courbure Autre exemple  
R =   acier HA
 
 r 
Crosse Angle 45°


L  
R  R
    
avec R       

Double courbe Retour d’équerre

R  

R
R

Le diamètre des aciers influe sur le façonnage.


Le béton précontraint 173

Scellement
} Barres droites
Pour ancrer correctement une barre dans du béton, il faut une longueur
égale à au moins 44 fois le diamètre de la barre. F
Pour les scellements, on emploie soit des mortiers sans retrait, soit
un scellement chimique.

} Barres courbes

2
Limite de recouvrement

93
22
D

24
Le crochet de 135° à l’extrémité d’une barre permet l’ancrage sur un r 

53
9:1
appui inférieur à la distance règlementaire d’un scellement droit (44

2.2
3.3
diamètres) exemple : mur ou poteau. C Crochet à 135

.23
54

4:1
35

41
88
8:8
83

B
77

A 40 cm suffit
97
:95

Crochet à 135°
TA
US
:R

Exercice
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s

Béton armé
na
tio
na
er
int

Questions
1) Pourquoi peut-on associer l’acier au béton ?
2) Comment sont appelées les zones soumises aux efforts de traction ou d’extension ?
3) Hormis la compression et l’extension (traction), quels sont les autres efforts qu’une pièce en béton peut
subir ? Citez-en trois autres.
4) Quels sont les trois conditions à respecter pour une bonne union acien-béton ?
5) Dans quelles zones les armatures principales doivent-elles être situées ?
6) Citez les trois chaînages existant dans une construction traditionnelle ?
7) Où se situent les chaînages verticaux ?
8) Quelle est la section minimale des armatures réalisée en acier HA pour un chaînage horizontal ?
a) Pour la nuance Fe E 40
b) Pour la nuance Fe E 50
9) Les armatures doivent respecter les normes de recouvrement, ancrage. Quelle est la valeur de ce
recouvrement ?
10) Quelle est l’épaisseur minimale d’un chaînage horizontal ? Pourquoi ? Argumenter.
174 Le béton armé

Réponses
1) L’acier et le béton ont le même coefficient de dilatation.
2) On les appelle les zones tendues.
3) On peut citer : flexion, cisaillement, gonflement, flambage, torsion.
4) Il faut une bonne adhérence, un bon enrobage et une bonne position des aciers.
5) Les armatures principales se situent dans les zones tendues.
6) Les trois chaînages sont : chaînage vertical (CV), chaînage horizontal (CH) et chaînage rampant.
7) Les chaînages verticaux se situent à chaque angle d’une construction et aux jonctions murs de façade et
murs de refend.

2
8) a) Pour la nuance Fe E 40 : ≥ 1,57 cm2 ; b) pour la nuance Fe E 50 : ≥ 1,50 cm2.

93
22
24
9) La longueur de recouvrement est de 50 fois le diamètre de la barre.

53
9:1
10) Un chaînage horizontal doit reposer d’au moins les 3/5 de l’épaisseur d’un mur supérieur à 30 cm et

2.2
3.3
d’au moins les 2/3 de l’épaisseur d’un mur inférieur à 30 cm.

.23
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US
:R
om
x.c
rvo
ola
ch
l.s
na
tio
na
er
int
Chapitre 6
La vibration des bétons

9.1 Introduction
La vibration est l’action qui permet de serrer le béton. C’est une nécessité absolue qui permet le tassement des
matériaux, favorise l’adhérence sur les armatures et diminue la teneur en air (bullage).

2
93
22
24
Air Air

53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97
:95
TA
US

9.2 Déroulement en pratique


:R
om
x.c
rvo
ola
ch

Cette vibration est effectuée à l’aide d’une aiguille vibrante plongée directement dans le béton. Elle opère par
l.s
na

couches de 50 à 60 cm, et l’aiguille ne doit pas redescendre de plus de 10 cm dans la couche précédemment
tio
na

vibrée. On remonte doucement cette dernière lorsque les grosses bulles d’air cessent d’apparaître en surface. Les
er
int

petites bulles collées aux faces coffrantes remontent avec elle.


Même pour de petits éléments comme un linteau ou une poutre de faible portée, la vibration externe à l’aide
d’un marteau est à éviter, car le serrage serait moins efficace que la vibration à l’aiguille.
L’aiguille se déplace dans le coffrage de huit fois son diamètre.
Exemple : une aiguille de 32 se déplacera de 8 × 32 = 24, soit tous les 25 cm environ. Une aiguille de 60 se
déplacera de 60 × 8 = 48, donc tous les 50 cm environ.

e = 8 × le diamètre
de l’aiguille


 


Ø 60 Ø 32
OUI NON



Mur peu ferraillé Mur très ferraillé


176 La vibration des bétons
50 cm
50 cm 50 cm

Les bulles d’air Elles se collent


fuient l’aiguille aux parois
50 cm

2
93
22
24
53
9:1
2.2
3.3
.23
54
4:1
35
41
88
8:8
83
77
97

Les bulles Les bulles


:95

restent sur remontent


TA
US

les parois en surface


:R
om
x.c
rvo

Lors d’une vibration autour d’un mannequin (fenêtre), le béton doit être placé d’un côté, vibré, afin qu’il puisse
ola