Vous êtes sur la page 1sur 18

CHAPITRE III

INSTALLATIONS DE PUISSANCE

Dans ce chapitre les cycles de puissances seront étudiés. Ce sont des cycles qui
convertissent de l’énergie issue d’une source en travail d’une manière continue.

Source d’énergie :
- Energie chimique contenue dans un combustible
- Energie atomique
- Energie solaire
Réservoir de chaleur
TH
Puits de chaleur :
QH
- Rivières
- Océans Système de
Lacs
conversion W
- d’énergie
- Atmosphère
QB

Réservoir de chaleur
TB

Installation de Puissance

Le fluide décrivant le cycle est dit fluide moteur.

Si au cours du cycle, le fluide moteur subit un changement de phase, on parlera


de cycle de puissance à vapeur.

Si à chaque instant, au cours du cycle, le fluide est à l’état gazeux, l’installation


est dite cycle à gaz.

Cycles de puissance à Vapeur

1- Cycle de Rankine Simple

C’est le cycle idéal correspondant à une centrale thermique élémentaire. Les


évolutions qui composent ce cycle sont :
- Apport de chaleur à pression constante, intérieurement réversible.
- Détente adiabatique réversible.
- Rejet de chaleur à pression constante.
- Compression adiabatique réversible.

1
2
4
Wturbine
4

Turbine T
4

3
1’
Chaudière

4
2
QH 4
4
4
5 4
6
4 4
4
1 4 4
4

4 3
1 4 4

4 4
4
4
Condenseur
4
WPompe Pompe 4
a b s
4 4
4
4
4 4
4
QB

Remarques :

La longueur du segment 4-1 est très faible : la compression isentropique de l’eau


à 25 °C, depuis la pression de 3 KPa jusqu’à la pression de 29400 KPa (300 bars)
entraine une élévation de température ne dépassant pas 1 °C.

L’isobare 1-1’ est presque confondue avec la ligne du liquide saturé.

L’apport de chaleur (QH) ⇔aire a-1-2-b-a

Le rejet de chaleur (QB) ⇔ aire a-4-3-b-a

Le travail net (QH + QB) ⇔ aire 4-1-2-3-4

Considérons une température Tm2, telle que la surface correspondant à l’apport


de chaleur soit égale à la surface sous la ligne horizontale (voir figure), soit :

Tm2 (s6-s5) = |qH|

Tm2 est appelée température moyenne d’apport de chaleur.

De la mêle manière nous définissons la température moyenne de rejet de


chaleur par :

Tm1 (s3-s4) = |qB|

2
Calcul de performance

A le rendement thermodynamique :

Les hypothèses suivantes sont généralement adoptées lors du calcul des


performances des cycles à vapeur :
- Ecoulement en régime permanent
- Variation des énergies cinétiques et potentielles sont négligeables.
- Turbine adiabatique
En appliquant le premier principe à chacun des éléments de l’installation, on
obtient pour un kilogramme de vapeur :

- L’apport de chaleur :
qH = h2 –h1
- Le rejet de chaleur :
qB=h4 – h3
- Le travail de la turbine :
wt=h2-h3
- Le travail de la pompe :
wp = h4-h 1= v4 (P4-P1)

Le rendement thermodynamique :

𝒘𝒏𝒆𝒕 𝒉𝟐 − 𝒉𝟑 − (𝒉𝟏 − 𝒉𝟒 )
𝜼𝒕𝒉 = =
𝒒𝑯 (𝒉𝟐 − 𝒉𝟏 )

En utilisant les températures moyennes, on obtient :

𝒘𝒏𝒆𝒕 𝒒𝑩 𝑻𝒎𝟏 (𝒔𝟑 − 𝒔𝟒 )


𝜼𝒕𝒉 = =𝟏− =𝟏−
𝒒𝑯 𝒒𝑯 𝑻𝒎𝟐 (𝒔𝟔 − 𝒔𝟓 )

Comme: s6=s3 et s5=s4 :


𝑻𝒎𝟏
𝜼𝒕𝒉 = 𝟏 −
𝑻𝒎𝟐

L e rendement du cycle de Rankine est inférieur au rendement du cycle de


Carnot fonctionnant entre les mêmes températures limites :

T m1 = T1
⟹ 𝜂𝑐𝑎𝑟𝑛𝑜𝑡 > 𝜂𝑅𝑎𝑛𝑘𝑖𝑛𝑒
Tm2 < T2

3
B- la consommation spécifique :

Par définition, la consommation spécifique est le débit de vapeur circulant dans


l’installation par unité de puissance délivrée.

𝑚 1
𝐶. 𝑆 = =
𝑊𝑛𝑒𝑡 𝑤𝑛𝑒𝑡

L’unité utilisée en pratique pour la consommation spécifique est le Kg/KWh

𝟑𝟔𝟎𝟎
𝑪. 𝑺𝑲𝒈/𝑲𝑾𝒉 =
𝒘𝒏𝒆𝒕( 𝑲𝑱 )
𝑲𝒈

Plus grande est la consommation spécifique, plus grandes sont les dimensions des
éléments de l’installation.

Exemple 1

Un cycle de Rankine simple utilisant de l’eau comme fluide moteur, fonctionne


entre les pressions limites de 10 KPa et 4 MPa. Trouver le rendement
thermodynamique et la consommation spécifique.

Solution :
T
𝑤𝑛𝑒𝑡 𝑤𝑡 + 𝑤𝑝 4

𝜂𝑡ℎ = = 4

𝑞𝐻 𝑞𝐻
2
4

V.C ≡ turbine 4

1
4

wt=h2-h3
4

4 3
Etat 2 4 4

4 4
s
4

h2=hg 4MPa = 2801.4 KPa 4

Etat 3 : P3 = 10 KPa et s3= s2=sg 4 MPa = 6.0701

x3= (s3-sf)/sfg = 0.7226

d’où

h3= 1920.86 KJ/Kg

Etat 4
h4=191.8 kJ/kg v4=0.00101 m3/kg

4
wt=2801.4-1920.86=880.54 KJ/KG

V.C ≡ pompe

wp=h4-h1≈v4(P4-P1)=
-0.00101 (4000-10)=-4.029 KJ/Kg

V.C ≡ chaudière
qH = h2-h1

Etat 1
h1=h4-wp=191.8+4.029=195.85

qH= 2801.4 -195.85=2605.55 KJ/Kg

880.54 − 4.029
𝜂𝑡ℎ = = 33.6%
2605.55

En utilisant les températures moyennes :

𝑇𝑚1
𝜂𝑡ℎ = 1 −
𝑇𝑚2

𝑞𝐵 ℎ3 − ℎ4 1920.86 − 191.8
𝑇𝑚1 = = = = 𝑇𝑠𝑎𝑡 10𝐾𝑃𝑎 = 45.81 + 273.15 = 319𝐾
𝑠3 − 𝑠4 𝑠3 − 𝑠4 6.0701 − 0.6493

𝑞𝐻 2605.55
𝑇𝑚2 = = = 480.66𝐾
𝑠2 − 𝑠1 6.0701 − 0.6493

319.0
𝜂𝑡ℎ = 1 − = 33.6%
480.66

La consommation spécifique

3600 3600
𝐶. 𝑆𝐾𝑔/𝐾𝑊ℎ = = = 4.10 𝐾𝑔/𝐾𝑊ℎ
𝑤𝑛𝑒𝑡 876.51

Remarques :

1- wp<<wt

2-
𝑇𝑠𝑎𝑡 4𝑀𝑃𝑎 − 𝑇𝑠𝑎𝑡 10𝐾𝑃𝑎 250.40 − 45.81
𝜂𝑐𝑎𝑟 = = = 39.0%
𝑇𝑠𝑎𝑡 4𝑀𝑃𝑎 250.40 + 273.15

5
2 Cycle de Rankine avec Surchauffe (Cycle de Hirn)

Un des défauts majeurs du cycle de Rankine simple est la teneur en eau élevée à

la sortie de la turbine. Un des moyens utilisés pour élever le titre à la sortie de

la turbine est de surchauffer la vapeur à la sortie de la chaudière. Cette

surchauffe est réalisée dans un organe spéciale de la chaudière appelé

surchauffeur. Dans cet organe la température de l’eau est portée à une

température supérieure à la température de saturation à la pression de la

chaudière.

2
4
Wturbine T
4
4
Turbine 4

2
4

4
3
Chaudière

QH 4 1
4

4 3
4 4

1 4 4

4 Condenseur
s
4 4
WPompe Pompe 4 4

QB

Notons que la surchauffe permet aussi d’élever la température moyenne d’apport


de chaleur, entrainant ainsi une augmentation du rendement thermodynamique.

 L’apport de chaleur : qH=h2-h1

 Le rejet de chaleur : qB= h4-h3

 Travail de la turbine : wt=h2-h3

 Travail de la pompe : wp = h4-h 1≈ v4 (P4-P1)

 Le rendement thermodynamique :

ℎ2 − ℎ3 − (ℎ1 − ℎ4 )
𝜂𝑡ℎ =
ℎ2 − ℎ1

6
La consommation spécifique :

3600 3600
𝐶. 𝑆𝐾𝑔/𝐾𝑊ℎ = =
𝑤𝑛𝑒𝑡 ℎ2 − ℎ3 − (ℎ1 − ℎ4 )

3- Effets de la température et de la Pression sur le rendement du Cycle


de Rankine

3-1 effets de la pression (température) d’échappement

(thermodynamique technique page 422 P1= 16670 KPa et T1=550°C)

T
Pour les mêmes paramètres initiaux T2 4

et P2, la diminution de la pression au


2
4

1 4

condenseur entraine une diminution de


4

1’ 4

4
4 3
la température au condenseur 4 4

4
4

4’ 3’
(changement de phase), de ce fait la 4 4

4 4

température moyenne de rejet de


s

chaleur se trouve elle aussi diminuée


4

4
La surface 1’-2-3’-4’-1’ supérieure à la surface1-
2-3-4-1

, entrainant ainsi une augmentation du rendement thermodynamique du cycle.

Lorsque la pression d’échappement diminue, le titre à la sortie de la turbine

diminue lui aussi.

3-2 Effet de la température de surchauffe.


T
En maintenant les pressions au
4 2’
4
4 2
4
4

condenseur et à la chaudière fixes, on 4

cherche à déterminer l’effet de la 1


4

température de surchauffe sur le


4 3 3’
rendement thermodynamique du cycle.
4 4 4

4 4 4

La surface 1-2’-3’-4-1 supérieure à la surface1-2- s 4


3-4-1 4

7
Le rendement thermodynamique augmente en augmentant la température de

surchauffe. Ce ci découle du fait que l’augmentation de la température de

surchauffe entraine une élévation de la température moyenne d’apport de

chaleur.

Comme :
𝑇𝑚1
𝜂𝑡ℎ = 1 −
𝑇𝑚2

Le rendement thermodynamique 𝜂𝑡ℎ ↗ lorsque 𝑇𝑚2 ↗

Remarque :

Lorsque la température de surchauffe augmente, le titre à la sortie de la turbine

augmente aussi. Ce ci est favorable au fonctionnement de la turbine.

3-3 Effet de la Pression de Surchauffe

La pression au condenseur et la T
4

température à l’entrée de la turbine 2’


4

4 2
4 4

sont maintenues fixes. En augmentant la 4

1'
pression à la chaudière, le travail net 4

14

augmente d’une quantité correspondant


4

4 4 3’ 3
4 4 4

à la surface hachurée et diminue d’une


4 4 4

quantité correspondant à la surface


s
4

doublement hachurée.

Par conséquent le travail net total tend à rester constant, mais la chaleur

rejetée décroît, ce qui entraine une amélioration du rendement thermodynamique

du cycle.

Notons enfin que l’augmentation de la pression de surchauffe entraine une

diminution du titre à la sortie de la turbine ; ce qui est défavorable à son

fonctionnement.

8
Conclusion :

Le rendement du cycle de Rankine augmente lorsque :

- La pression d’échappement diminue

- La pression et la température à l’entrée de la turbine augmentent

Le titre à la sortie de la turbine diminue lorsque :

- La pression d’échappement diminue

- La température de surchauffe diminue

- La pression de surchauffe augmente.

Exemple 2

Dans un cycle de Rankine la vapeur entre dans la turbine à 4MPa et 400°C. la


pression au condenseur est de 10 KPa. Trouver le rendement thermodynamique et
la consommation spécifique.

Solution :
𝑤𝑛𝑒𝑡 𝑤𝑡 + 𝑤𝑝
𝜂𝑡ℎ = =
𝑞𝐻 𝑞𝐻
V.C.≡ turbine

Wt=h2-h3 avec

Etat 2
P2=4MPa, T2=400oC. ⟹Vapeur surchauffée ⟹ d’après les tables de
l’eau h2=3213.6, s2=6.7690

Etat 3 :
P3 = 10 KPa et s3=s2=6.7690 ⟹ état de mélange de liquide
vapeur⟹x3=0.8159 et h3=hf10KPa +x3 hfg 10 KPa =2144.1 KJ/Kg

wt=h2-h3 = 3213.6-2144.1=1069.5 KJ/Kg

V.C.≡ pompe
wp=h4-h 1≈ v4 (P4-P1)=-0.00101 (4000-10)= - 4.0 KJ/Kg
Wnet= 1069.5-4.0=10.65.5
Etat 4 :
h4=191.8 v4=0.00104

9
Etat 1 :
h1=h4-wp=191.8+4=195.8KJ/Kg

V.C.≡ chaudière
qH=h2-h1

qH=3213.6-195.4=3017.8 KJ/Kg

𝑤𝑛𝑒𝑡 1065.5
𝜂𝑡ℎ = = = 35.3%
𝑞𝐻 3017.8

La consommation spécifique :

3600 3600
𝐶. 𝑆𝐾𝑔/𝐾𝑊ℎ = = = 3.38 𝐾𝑔/𝐾𝑊ℎ
𝑤𝑛𝑒𝑡 1065.5

4- Cycle à Resurchauffe

Un faible titre de vapeur en écoulement dans la turbine exerce une influence

néfaste sur la tenue des aubes et sur le rendement de la turbine.

Il a été montré au paragraphe précédent qu’un des moyens utilisé pour

augmenter le titre à la sortie de la turbine consistait à surchauffer la vapeur. La

surchauffe augmente le rendement et élève le titre à la sortie de la turbine. En

outre, il a été vu, que pour la même valeur de la température de surchauffe,

l’emploi d’une pression plus élevée augmentait le rendement du cycle, mais

engendré en même temps une diminution du titre à la sortie de la turbine. Pour

élever le titre à la sortie de la turbine, il serait judicieux d’augmenter davantage

la température de surchauffe. Cependant, cette augmentation est limitée par les

propriétés mécaniques des matériaux employés pour la construction et elle n’est

pas justifiée économiquement vu les coûts supplémentaires qu’elle entrainerait.

Le cycle à resurchauffe a été développé pour prendre avantage de

l’accroissement du rendement par des pressions plus élevées et en même temps

éviter les faibles titres à la sortie de la turbine.

10
2
T
4
Turbine Turbine 2
HP BP 4

4 4
4
Resurchauffeur

4
Chaudière

4 5 1
3 4 4 3
4
4 4
4

6 5
4 4

4 4

1 Condenseur
4 6
4 4 s
4
Pompe 4
4

La vapeur est détendue dans le corps haute pression de la turbine jusqu’à une

pression intermédiaire, ensuite elle est resurchauffée à pression constante dans

le resurchauffeur après quoi, elle est admise dans la turbine basse pression et

détendue jusqu’à la pression d’échappement.

L’apport de chaleur est réalisé dans :

- La chaudière (évolution 1-2)

- Le resurchauffeur (évolution 3-4)

Le travail est fourni par :

- La turbine haute pression (évolution 2-3)

- La turbine basse pression (évolution 4-5)

qH= (h2-h1)+(h4-h3)

wt= (h2-h3)+(h4-h5)

qB=h6-h5

wp=h6-h1≈v6(P6-P1)

11
Le rendement thermodynamique :

𝑤𝑛𝑒𝑡 ℎ2 − ℎ3 + ℎ4 − ℎ5 − (ℎ1 − ℎ6 )
𝜂𝑡ℎ == =
𝑞𝐻 (ℎ2 − ℎ1 ) + (ℎ4 − ℎ3 )

La consommation spécifique :

3600 3600
𝐶. 𝑆𝐾𝑔/𝐾𝑊ℎ = =
𝑤𝑛𝑒𝑡 ℎ2 − ℎ3 + ℎ4 − ℎ5 − (ℎ1 − ℎ6 )

Exemple 3

Dans un cycle à vapeur d’eau à resurchauffe, la vapeur entre dans la turbine à


4MPa et 400 °C. Après une détente dans la turbine haute pression jusqu’à
400KPa, la vapeur est resurchauffée jusqu’à 400 °C, puis elle est détendu dans la
turbine basse pression jusqu’à 10 KPa. Déterminer le rendement du cycle et la
consommation spécifique.

Solution :
𝑤𝑛𝑒𝑡 𝑤𝑡 + 𝑤𝑝
𝜂𝑡ℎ = =
𝑞𝐻 𝑞𝐻
V.C.≡ turbine
wt=(h2-h3 )+(h4-h5)
Etat 2
h2= 3213.6 et s2=6.7690

Etat 3
P3=400 KPa et s3=s2=6.7690⟹x3=0.9752⟹h3=2685.7

Etat 4
h4=3273.4 et s4= 7.8985

Etat 5
P5=10 KPa et s5=s4=7.8985⟹x5=0.9664⟹h5=2504.4

Travail spécifique de le turbine :


wt=(3213.6-2685.7)+(3273.4-2504.4)=1296.9 kJ/kg

Etat 6
h6=191.8
v6=0.00101 m3/kg

12
V.C.≡ pompe
wp=h6-h1≈ -v6 (P1-P6)=-0.00101 (4000-10)= - 4.0 KJ/Kg

Etat 1
h1=h6-wp=191.8+4=195.8

V.C.≡ chaudière
qH=(h2-h1) + (h4-h3) =3605.5KJ/Kg d’où

𝑤𝑛𝑒𝑡 1296.9 − 4
𝜼𝒕𝒉 = = = 𝟑𝟓. 𝟗%
𝑞𝐻 3605.5

La consommation spécifique :

3600 3600
𝑪. 𝑺𝐾𝑔/𝐾𝑊ℎ = = = 𝟐. 𝟕𝟖 𝑲𝒈/𝑲𝑾𝒉
𝑤𝑛𝑒𝑡 1292.9

5 Cycles à Soutirage (Régénération)

L’objectif est de faire participer une fraction de la vapeur en écoulement dans la


turbine dans l’apport de chaleur au fluide moteur.
Cet apport de chaleur est réalisé dans un ou plusieurs échangeurs de chaleur
appelés réchauffeurs d’eau d’alimentation.

5-1 Cycle à un seul Soutirage

Le cycle pratique consiste à soutirer une partie de la vapeur après une détente
partielle dans la turbine et à utiliser un réchauffeur d’eau d’alimentation.

2 𝑀

Turbine T 2
4
4

3 4
4 1
Chaudière

4 4
4
74 3
𝑚 m
Condenseur

6 4

Mélangeur 5 4
4 4

1
𝑀−𝑚 4 4

𝑀 6
4
7 5 s
4
4 4
Pompe 1 Pompe 2 4 4

13
Soit𝑀 : le débit massique d’eau entrant dans la turbine, et 𝑚 : le débit de
soutirage.

Le rendement thermodynamique :

𝑄𝐻 = 𝑀 ℎ2 − ℎ1

𝑊𝑡 = 𝑀 ℎ2 – ℎ3 + (𝑀 − 𝑚 )(ℎ3 − ℎ4 )

𝑄𝐵 = (𝑀 − 𝑚 )(ℎ5 − ℎ4 )

𝑊𝑝 = 𝑊𝑝1 + 𝑊𝑝2 = 𝑀 − 𝑚 ℎ5 − ℎ6 + 𝑀(ℎ7 − ℎ1 )

𝑀 ℎ2 − ℎ3 + 𝑀 − 𝑚 ℎ3 − ℎ4 + 𝑀 − 𝑚 ℎ5 − ℎ6 + 𝑀(ℎ7 − ℎ1 )
𝜂𝑡ℎ =
𝑀 (ℎ2 − ℎ1 )

La consommation spécifique :

3600 3600
𝐶. 𝑆𝐾𝑔/𝐾𝑊ℎ = =
𝑤𝑛𝑒𝑡 𝑤𝑡 + 𝑤𝑝
Remarques :

1- Pour déterminer le débit de soutirage 𝑚 , considérer un volume de


contrôle autour du réchauffeur et appliquer le principe de la conservation
d’énergie, soit :

ℎ7 − ℎ6
𝑚 ℎ3 + 𝑴 − 𝑚 ℎ6 = 𝑀 ℎ7 ⟹ 𝑚 = 𝑀
ℎ3 − ℎ6

2- Si la pression de soutirage est donnée, le débit de soutirage est calculé de


manière à ce que l’eau à la sortie du réchauffeur soit à l’état de liquide
saturé.

14
5-2 Cycle à trois soutirages

𝑀 2
4

Turbine

6
3 4 4

4 𝑚3 4 𝑚4 5
4
𝑚5 4

4 4 4

Condenseur
Mélangeur 2

Mélangeur 3
Mélangeur 1

Pompe 1 Pompe 1
Chaudière
1
4
13 12 11 10 9 8 7
4 4 4
4 4 4

4 4 4
4 4

Pompe 1 Pompe 2 Pompe 3 Pompe 4


Pompe 1 Pompe 1 Pompe 1 Pompe 1

𝑊𝑡 = 𝑀 ℎ2 − ℎ3 + 𝑀 − 𝑚3 ℎ3 − ℎ4 T
2
+ 𝑀 − 𝑚3 − 𝑚4 ℎ4 − ℎ5
𝑀
+ 𝑀 − 𝑚3 − 𝑚4 − 𝑚5 (ℎ5 − ℎ6 ) 1
𝑚3 3
13
𝑊𝑝1 = 𝑀(ℎ13 − ℎ1 )
12
𝑚4
11
𝑊𝑝2 = 𝑀 − 𝑚3 ℎ11 − ℎ12 10
4

𝑚5
9 1
𝑊𝑝3 = 𝑀 − 𝑚3 − 𝑚4 ℎ9 − ℎ10 5
8
7
6
𝑊𝑝4 = 𝑀 − 𝑚3 − 𝑚4 − 𝑚5 ℎ7 − ℎ8

s
4

Exemple 4 4

Dans un cycle à vapeur d’eau à soutirage, la vapeur entre dans la turbine à 4MPa
et 400 °C. Après une détente jusqu’à une pression de 400KPa, une partie de la
vapeur est extraite de la turbine afin de chauffer l’eau d’alimentation dans un
réchauffeur à mélange. La pression dans le réchauffeur est de 400 KPa et l’eau
qui en sort est à l’état de liquide saturé à 400 KPa. La vapeur non extraite se
détend jusqu’à 10 KPa. Déterminer le rendement du cycle et la consommation
spécifique.

15
Solution :

Etat 2
T 2
400°C et 4MPa⟹h2=3213.6 et s2=6.769
4
4

1
Etat 3 74
4

3
4

6 4

400 KPa et s2=s3=6.769⟹état de 4

mélange liquide vapeur 5


4
4
4

s3=sf + x3 sfg⟹6.769=1.7766+x3 4 4

5.1193⟹x3=0.975
s
D’où h3=604.74+0.975. 2133.8=2685.195 4

T3=Tsat 400kPa =143.63°C


4

Etat 4

P4=10 KPa et s3=s4=6.769⟹ état de mélange liquide vapeur ⟹ T4 = 45.81°C ⟹


s4=0.6493+x4.7.5009
D’où x4=0.815 et h4=191.83+0.815 * 2392.8=2141.96

Etat 5
Liquide saturé à 10 KPa⟹T4=T5=45.81°C, h5=hf=191.8 et v5=0.00101

Etat 7
Liquide saturé à 400 KPa⟹T7=T3=143.63°C, h7=hf=604.74 et v7=0.001084

Etat1
Le calcul de l’enthalpie à l’état 1, passe par le calcul du travail de la pompe 1
wp1=(h7-h1) ⟹h1=h7-wp1
wp1=-v7(P1-P7)=-0.001084*(4000-400)=-3.9 KJ/Kg (travail par kilogramme d’eau
entrant dans la turbine)

D’où h1 = 604.74+3.9=608.6 KJ/Kg

Etat 6
Le calcul de l’enthalpie à l’état 6passe par le calcul du travail de la pompe 2
wp2=(h5-h6) ⟹h6=h5-wp2

wp2=-v5(P6-P5)=-0.00101*(10-400)=-0.4 KJ/Kg

16
D’où h6= 191.8+04=192.2 KJ/Kg

Calcul de la fraction de débit soutiré.

Pour cela considérer un volume de contrôle autour du réchauffeur et appliquer le


premier principe :
𝑀ℎ7 = 𝑚ℎ3 + 𝑀 − 𝑚 ℎ6
𝑀 ℎ7 − ℎ6 = 𝑚 ℎ3 − ℎ6
𝑚 ℎ7 − ℎ6
= = 0.1654
𝑀 ℎ3 − ℎ6

Calcul des travaux (turbine et pompes) par unité de débit entrant dans la turbine
a- pompes
𝑊𝑝 𝑚
𝑊𝑝 = 𝑊𝑝1 + 𝑊𝑝2 = 𝑀𝑤𝑝1 + 𝑀 − 𝑚 𝑤𝑝2 ⟹ = 𝑤𝑝1 + (1 − )𝑤𝑝2
𝑀 𝑀

𝑊𝑝
= −3.9 − 1 − 0.1654 0.4 = −4.234 𝐾𝐽/𝐾𝑔
𝑀
b- turbine
Un volume de contrôle autour de la turbine

𝑊𝑡 = 𝑀(ℎ2 − ℎ3 ) + 𝑀 − 𝑚 (ℎ3 − ℎ4 )
𝑊𝑡 𝑚
= ℎ2 − ℎ3 − ℎ3 − ℎ4 = 979.9 𝐾𝐽/𝐾𝑔
𝑀 𝑀

c- Travail net par unité de débit entrant :

𝑊𝑛𝑒𝑡 𝑊𝑡 𝑊𝑝
= + = 975.57𝐾𝐽/𝐾𝑔
𝑀 𝑀 𝑀

Calcul de l’apport de chaleur par unité de débit entrant dans la turbine.

Volume de contrôle ≡chaudière

𝑄𝐻
= ℎ2 − ℎ1 = 3213.6 − 608.6 = 2605.0𝐾𝐽/𝐾𝑔
𝑀

Le rendement thermodynamique :

𝑊𝑛𝑒𝑡
𝑀 975.57
𝜂𝑡ℎ = = = 0.374 = 37.4%
𝑄𝐻 2605.0
𝑀

17
La consommation spécifique :

3600 3600
𝐶. 𝑆𝐾𝑔/𝐾𝑊ℎ = = = 3.69 𝐾𝑔/𝐾𝑊ℎ
𝑊𝑛𝑒𝑡 975.57
𝑀

Comparaison des résultats relatifs aux exemples 1,2,3 et 4

Haute pression : 4MPa Basse pression : 10 kPa


Température de surchauffe=température de resurchauffe=400°C
Pression de soutirage : 400 kPA

Titre à la sortie de
Apport de chaleur

thermodynamique
Travail net en KJ
par Kg de vapeur
entrant dans la

Consommation
Rendement

Spécifique
KJ par Kg

la turbine
Kg/KWh
turbine

Exemple1
876.51 2605.55 33.6% 4.088 0.7226
Rankine idéal
Exemple 2
Rankine avec 1065.47 3017.8 35.3% 3.37 0.8159
surchauffe
Exemple 3
Rankine avec
1292.9 3605 .5 35.9% 2.78 0.9664
resurchauffe

Exemple 4 :
Rankine avec 975.57 2605 37.4% 3.689 0.815
un soutirage

Remarques :
Le rendement peut être amélioré en utilisant plusieurs soutirages
La teneur en eau à la sortie de la turbine dans l’exemple 4 peut être élevée en
prévoyant une resurchauffe.

18

Vous aimerez peut-être aussi