Vous êtes sur la page 1sur 46

DROIT CIVIL

Section 2. Éléments de Droit Civil

Intitulé : Droit Civil


Code 71 32 01 U 32 D2 - Dom 703
Sujet :
Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes
Chargé de cours :
Serge Clerbois clerbois.serge@skynet.be www.clerbois-serge.be
Scope :
EPS - Section "Gradué en Secrétariat"
Contenu :
Partie 2 : Éléments de Droit des Personnes

Partie 3 : Biens et obligations

Partie 4 : Responsabilité et contrats

A. Table des matières

1 LE DROIT DES PERSONNES...........................................................................................................................1


1.1 OBJET DU DROIT CIVIL ....................................................................................................................................1
1.2 LA PERSONNALITE JURIDIQUE ...........................................................................................................................1
1.2.1 Les personnes physiques..........................................................................................................................1
1.2.2 Les personnes morales.............................................................................................................................1
1.2.2.1 Définition ........................................................................................................................................................1
1.2.2.2 La société commerciale ....................................................................................................................................2
2 DROIT DES PERSONNES PHYSIQUES..........................................................................................................2
2.1 LE NOM...........................................................................................................................................................2
2.2 LE DOMICILE ...................................................................................................................................................2
2.3 L'ETAT CIVIL ...................................................................................................................................................3
2.4 LA NATIONALITE .............................................................................................................................................3
2.4.1 Attribution de la nationalité belge ...........................................................................................................3
2.4.1.1 Du fait de l'un des auteurs ................................................................................................................................3
2.4.1.2 Du fait d'une adoption ......................................................................................................................................3
2.4.1.3 Du fait de la naissance en Belgique ..................................................................................................................3
2.4.1.4 Du fait d'une déclaration de nationalité.............................................................................................................4
2.4.1.5 Du fait d'une option..........................................................................................................................................4
2.4.1.6 Du fait du mariage avec un conjoint belge ........................................................................................................4
2.4.1.7 Dufait de la naturalisation ................................................................................................................................5
2.4.2 Perte de la nationalité belge....................................................................................................................6
2.4.2.1 Par acquisition d'une autre nationalité ..............................................................................................................6
2.4.2.2 Par déchéance ..................................................................................................................................................6
2.5 LE MARIAGE ....................................................................................................................................................7
2.5.1 Les caractéristiques du mariage ..............................................................................................................7
2.5.2 Les conditions requises pour pouvoir se marier .......................................................................................7
2.5.3 Les effets du mariage...............................................................................................................................7
2.5.3.1 Les devoirs réciproques des époux....................................................................................................................7
2.5.3.2 Les droits réciproques des époux ......................................................................................................................7
2.5.4 Les régimes matrimoniaux,......................................................................................................................8
2.5.4.1 Le régime légal ................................................................................................................................................8
2.5.4.2 La dissolution du régime légal..........................................................................................................................9
2.5.4.3 Les régimes établis par contrat de mariage .......................................................................................................9
2.5.4.3.1 Définition .....................................................................................................................................................9
2.5.4.3.2 Contenu d'un contrat de mariage ?.................................................................................................................9
2.5.4.4 La communauté universelle ............................................................................................................................ 20
2.5.4.5 La séparation de biens.................................................................................................................................... 20
2.5.5 La séparation ........................................................................................................................................20
2.5.6 Le divorce .............................................................................................................................................20
2.5.7 Le contrat de vie commune ....................................................................................................................20

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 1
2.5.7.1 Principe de liberté.......................................................................................................................................... 20
2.5.7.2 Limitations à cette liberté............................................................................................................................... 20
2.5.7.3 Forme des conventions de cohabitation légale................................................................................................. 21
2.6 LA FAMILLE ..................................................................................................................................................22
2.7 LA CAPACITE .................................................................................................................................................22
2.7.1 Notion de capacité civile .......................................................................................................................22
2.7.2 Composantes .........................................................................................................................................22
2.7.3 Capacité et pouvoir de disposer ............................................................................................................22
2.7.4 L'incapacité juridique............................................................................................................................23
2.7.4.1 Les enfants mineurs ....................................................................................................................................... 23
2.7.4.2 La mise sous minorité prolongée .................................................................................................................... 23
2.7.4.3 La mise sous administration provisoire........................................................................................................... 23
2.7.4.4 Les malades mentaux ..................................................................................................................................... 23
3 LES BIENS........................................................................................................................................................24
3.1 LES DROITS REELS PRINCIPAUX : .....................................................................................................................24
3.1.1 le droit de propriété ..............................................................................................................................24
3.1.1.1 Définition ...................................................................................................................................................... 24
3.1.1.2 Les modes d'acquisition de la propriété........................................................................................................... 24
3.1.2 l'usufruit................................................................................................................................................25
3.1.2.1 Les modes d'acquisition de l'usufruit............................................................................................................... 25
3.1.2.2 L'extinction de l'usufruit ................................................................................................................................. 25
3.1.3 l'habitation............................................................................................................................................26
3.1.4 l'emphytéose..........................................................................................................................................26
3.1.5 les servitudes.........................................................................................................................................26
3.2 LES DROITS REELS ACCESSOIRES :...................................................................................................................27
3.2.1 le nantissement (gage)...........................................................................................................................27
3.2.2 l'hypothèque ..........................................................................................................................................27
4 LES OBLIGATIONS :......................................................................................................................................28
4.1 LES SOURCES DES OBLIGATIONS .....................................................................................................................28
4.2 LES MODALITES DES OBLIGATIONS .................................................................................................................29
4.2.1 Le terme et la condition.........................................................................................................................29
4.2.2 Les obligations conjointes, solidaires et indivisibles..............................................................................29
4.3 LES EFFETS DES OBLIGATIONS ........................................................................................................................29
4.4 L'EXTINCTION DES OBLIGATIONS ....................................................................................................................30
4.4.1 Le paiement...........................................................................................................................................30
4.4.2 La novation ...........................................................................................................................................30
4.4.3 La compensation ...................................................................................................................................30
4.4.4 La confusion..........................................................................................................................................31
4.4.5 La remise de dette .................................................................................................................................31
5 LA RESPONSABILITE : .................................................................................................................................32
5.1 LA RESPONSABILITE DU FAIT PERSONNEL ........................................................................................................32
5.2 LA RESPONSABILITE DU FAIT D'AUTRUI ...........................................................................................................32
5.2.1 les parents.............................................................................................................................................32
5.2.2 les instituteurs et les artisans.................................................................................................................33
5.2.3 les maîtres et les commettants ...............................................................................................................33
5.3 LA RESPONSABILITE DU FAIT DES CHOSES ........................................................................................................33
5.4 LES RESPONSABILITES OBJECTIVES .................................................................................................................33
6 LES CONTRATS ..............................................................................................................................................34
6.1 LA VENTE ......................................................................................................................................................34
6.2 LE BAIL .........................................................................................................................................................36
6.2.1 Bail écrit ou bail verbal ?......................................................................................................................36
6.2.2 L'enregistrement du bail ........................................................................................................................36
6.2.3 L'état de la chose louée .........................................................................................................................37
6.2.4 La durée de la location..........................................................................................................................38
6.2.5 Le loyer.................................................................................................................................................38
6.2.6 L'indexation du loyer.............................................................................................................................38
6.2.7 Les charges ...........................................................................................................................................39
6.2.8 Le précompte immobilier.......................................................................................................................39

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 2
6.2.9 La fin du bail.........................................................................................................................................39
6.2.10 La résiliation par le bailleur ..............................................................................................................39
6.2.10.1 L'occupation personnelle ................................................................................................................................ 39
6.2.10.2 La réalisation de travaux ................................................................................................................................ 40
6.2.10.3 La résiliation sans motif moyennant une indemnité......................................................................................... 40
6.2.10.4 La résiliation par le preneur ........................................................................................................................... 40
6.2.10.5 La résiliation de commun accord .................................................................................................................... 41
6.2.11 La résolution du bail..........................................................................................................................41
6.2.12 Le bail de courte durée ......................................................................................................................41
6.3 LE CONTRAT D'ENTREPRISE ............................................................................................................................41
6.3.1 Le contrat avec l'architecte ...................................................................................................................42
6.3.2 Le contrat avec l'entrepreneur...............................................................................................................42
6.4 LE PRET .........................................................................................................................................................43
6.5 LE DEPOT ......................................................................................................................................................43
6.6 LE MANDAT ...................................................................................................................................................43

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 3
1 Le Droit des personnes

1.1 Objet du Droit Civil


Le Droit Civil est une matière très vaste qui couvre notamment :

1. Le droit des personnes :


e.a. la personnalité juridique, le mariage, les régimes matrimoniaux, la séparation, le divorce, la filiation, les
successions, etc.

2. Les biens : la propriété, l'usufruit, les servitudes, etc.

3. Les obligations :
appelé "droit commun" car cette matière comprend les règles de base de notre droit civil
(e.a. comment naissent les obligations, quelles sont leurs modalités, comment peuvent-elles disparaître …?).

4. La responsabilité :
responsabilité personnelle, responsabilité du fait des choses, responsabilité du fait d'autrui, responsabilité
sans faute, etc.

5. Les contrats spéciaux : la vente, le bail, le contrat d'entreprise, le prêt, le dépôt, le mandat, etc.

1.2 La personnalité juridique


Une personne juridique est un être capable d'avoir des droits et des obligations.

Il existe deux types de personnes :

1. les personnes physiques

2. les personnes morales.

1.2.1 Les personnes physiques

Ce sont tous les individus nés vivants et viables.

Elles sont caractérisées par les éléments suivants :

1. Le nom
2. Le domicile
3. L'état civil
4. La nationalité

1.2.2 Les personnes morales

1.2.2.1 Définition

Une personne morale est un groupement de personnes physiques auquel le législateur a conféré une personnalité
juridique indépendante de celle de ses membres.

On distingue les personnes morales :

1. de droit privé (sociétés, associations, syndicats…)


2. de droit public (Etat, entités fédérées, pouvoirs locaux…)

Les personnes morales exercent leurs droits et exécutent leurs obligations par l'intermédiaire de personnes physiques
(ses organes) qui agissent en leur nom et pour leur compte.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 1
1.2.2.2 La société commerciale

La société commerciale est issue d'un "contrat" par lequel "des" personnes décident de mettre quelque chose en
commun en vue d'une activité (objet social) et de partager le bénéfice qui pourra en résulter

Ainsi, toute société commerciale possède une existence propre, indépendante de celle de ses associés :

1) elle possède une personnalité juridique différente de celle des associés

2) elle dispose d'un patrimoine qui lui est propre

3) ses dettes ne sont pas celles de ses associés et inversément

Cette "convention" suppose donc :

1. une mise en commun de certaines choses : chaque associé doit contribuer à la formation du fonds social
par un apport en biens meubles ou immeubles, corporels ou incorporels

2. l'intention de réaliser des bénéfices à partager entre les associés

3. l'intention de contribuer ensemble au succès de l'entreprise ("Affectio societatis")

Les "statuts" de la la société doivent respecter le Droit (des sociétés) et traiter de :

1) la constitution de la société

2) l'identification de la société

3) le capital de la société

4) les titres de la société

5) le fonctionnement de la société

2 Droit des personnes physiques


Dans ce chapitre, seront abordés :

1. Le mariage (régimes matrimoniaux, séparation, divorce…)


2. La filiation
3. Les successions

2.1 Le nom
1. Il sert à identifier les personnes.

2. Il est fixe et il ne peut être cédé.

3. Le nom est acquis par le seul fait de la filiation.

4. La femme mariée conserve toujours son nom de jeune fille même si, en pratique, elle utilise souvent
celui de son mari.

5. Un changement de nom doit nécessairement être autorisé par le Roi.

2.2 Le domicile
C'est le lieu du principal établissement de la personne.

Il n'est évidemment pas interdit de posséder plusieurs résidences, mais le domicile reste quant à lui unique.

Il est cependant possible de faire élection de domicile (il s'agit alors d'un domicile fictif choisi spécialement pour
l'exécution de certains actes juridiques).

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 2
2.3 L'état civil
Il reflète la situation familiale de la personne.

Les actes de l'état civil sont dressés par les officiers de l'état civil (bourgmestre ou délégué).

Ce sont des actes authentiques qui ont une valeur juridique spéciale.

Les actes les plus importants sont les suivants :

1. Les actes de naissance : il s'agit de préciser la date et le lieu de naissance de la personne ainsi que l'identité
de ses père et mère.

2. Les actes de mariage : l'officier de l'état civil qui reçoit le consentement des époux en dresse un acte
reprenant la date du mariage et l'identité des conjoints et de leurs témoins.

3. Les actes de décès : il s'agit de déterminer la date et le lieu du décès de la personne.

2.4 La nationalité
La nationalité peut être définie comme le lien entre un individu et une nation générant des droits et des devoirs pour
chacun.

La Loi décide de l'attribution et de la perte de la nationalité : Les articles infra reprennet la Circulaire de 25 avril 2000
concernant la loi du 1er mars 2000 modifiant certaines dispositions relatives à la nationalité belge (2000-05-06)

2.4.1 Attribution de la nationalité belge

2.4.1.1 Du fait de l'un des auteurs

Sont Belges:

1° l'enfant né en Belgique d'un auteur belge;

2° l'enfant né à l'étranger:

1. d'un auteur belge né en Belgique ou dans des territoires soumis à la souveraineté belge ou confiés à
l'administration de la Belgique;
2. d'un auteur belge ayant fait dans un délai de cinq ans à dater de la naissance une déclaration réclamant, pour
son enfant, l'attribution de la nationalité belge;
3. d'un auteur belge, à condition que l'enfant ne possède pas, ou ne conserve pas jusqu'à l'âge de dix-huit ans
ou de son émancipation avant cet âge, une autre nationalité.

2.4.1.2 Du fait d'une adoption


Art. 9.
Devient Belge à la date à laquelle l'adoption produit ses effets, s'il n'a pas à cette date atteint l'âge de dix-huit ans ou
n'est pas émancipé:

1° l'enfant né en Belgique et adopté par un Belge;

2° l'enfant né à l'étranger et adopté:

• par un Belge né en Belgique ou dans des territoires soumis à la souveraineté belge ou confiés à
l'administration de la Belgique;
• par un Belge ayant fait, dans un délai de cinq ans à partir de la date à laquelle l'adoption produit ses effets,
une déclaration réclamant l'attribution de la nationalité belge pour son enfant adoptif qui n'a pas atteint l'âge
de dix-huit ans ou n'est pas émancipé avant cet âge;
• par un Belge, à condition que l'enfant ne possède pas une autre nationalité.

2.4.1.3 Du fait de la naissance en Belgique


Art. 10.
Est Belge, l'enfant né en Belgique et qui, à un moment quelconque avant l'âge de dix-huit ans ou l'émancipation
antérieure à cet âge, serait apatride s'il n'avait cette nationalité.

L'enfant nouveau- trouvé en Belgique est présumé, jusqu'à preuve du contraire, être né en Belgique.
Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois
EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 3
L'enfant auquel la nationalité belge a été attribuée en vertu du présent article conserve cette nationalité tant qu'il n'a
pas été établi, avant qu'il n'ait atteint l'âge de dix-huit ans ou n'ait été émancipé avant cet âge, qu'il possède une
nationalité étrangère.

2.4.1.4 Du fait d'une déclaration de nationalité


Art. 12bis.
§ 1er. Peuvent acquérir la nationalité belge en faisant une déclaration conformément au § 2 du présent article, s'ils ont
atteint l'âge de dix-huit ans :

1° l'étranger né en Belgique et y ayant sa résidence principale depuis sa naissance;

2° l'étranger né à l'étranger dont l'un des auteurs possède la nationalité belge au moment de la déclaration;

3° l'étranger qui a fixé sa résidence principale en Belgique depuis au moins sept ans, et qui, au moment de la
déclaration, a été admis ou autorisé à séjourner pour une durée illimitée dans le Royaume, ou a été autorisé à s'y
établir.

2.4.1.5 Du fait d'une option


Art. 13.
Peuvent acquérir la nationalité belge par option, dans les conditions et suivants les formes déterminées par les articles
14 et 15:

1° l'enfant né en Belgique;

2° l'enfant né à l'étranger dont l'un des adoptants possède la nationalité belge au moment de la déclaration;

3° l'enfant né à l'étranger et dont, au moment de cette naissance, l'un des auteurs ou adoptants était ou avait été
Belge;

4° l'enfant qui, pendant au moins un an avant l'âge de six ans, a eu sa résidence principale en Belgique avec une
personne à l'autorité de laquelle il était légalement soumis.

Art. 14.
Celui qui fait une déclaration d'option doit, au moment de celle-ci:

1° être âgé de dix-huit ans et avoir moins de vingt-deux ans;

2° avoir au sa résidence principale en Belgique durant les douze mois qui précèdent;

3° avoir eu sa résidence principale en Belgique depuis l'âge de quatorze ans jusqu'à l'âge de dix-huit ans, ou pendant
neuf ans au moins.

Cette dernière condition n'est pas requise si, au moment de la naissance du déclarant, l'un de ses auteurs ou
adoptants était ou avait été Belge.

2.4.1.6 Du fait du mariage avec un conjoint belge

L'acquisition de la nationalité belge peut être acquise par un étranger s'il devient le conjoint d'une personne belge

"Art. 16.
§ 1er. Le mariage n'exerce de plein droit aucun effet sur la nationalité.

§ 2.
1° L'étranger qui contracte mariage avec un conjoint de nationalité belge ou dont le conjoint acquiert la nationalité
belge au cours du mariage, peut, si les époux ont résidé ensemble en Belgique pendant au moins trois ans et tant que
dure la vie commune en Belgique, acquérir la nationalité belge par déclaration faite conformément à l'article 15.

2° L'étranger qui contracte mariage avec un conjoint de nationalité belge ou dont le conjoint acquiert la nationalité
belge au cours du mariage, peut, si les époux ont résidé ensemble en Belgique pendant au moins six mois et tant que
dure la vie commune en Belgique, acquérir la nationalité belge par déclaration faite conformément à l'article 15, à
condition qu'au moment de la déclaration, il ait été autorisé ou admis, depuis au moins trois ans, à séjourner plus de
trois mois ou à s'établir dans le Royaume.

3° (. . .)

4° Peut être assimilée à la vie commune en Belgique, la vie commune en pays étranger lorsque le déclarant prouve
qu'il a acquis des attaches véritables avec la Belgique.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 4
2.4.1.7 Dufait de la naturalisation
Art. 18.
La naturalisation confère la nationalité belge.

Art. 19.
Pour pouvoir demander la naturalisation, il faut être âgé de dix-huit ans accomplis et avoir fixé sa résidence principale
en Belgique depuis au moins trois ans; ce délai est réduit à deux ans pour celui dont la qualité de réfugié ou d'apatride
a été reconnue en Belgique en vertu des conventions internationales qui y sont en vigueur ou pour celui qui a été
assimilé au réfugié en vertu de l'ancien article 57 de la loi du 15 décembre 1980 sur l'accès au territoire, le séjour,
l'établissement et l'éloignement des étrangers, tel qu'il était en vigueur jusqu'au 15 décembre 1996.

Peut être assimilée à la résidence en Belgique, la résidence à l'étranger lorsque le demandeur prouve qu'il a eu,
pendant la durée requise, des attaches véritables avec la Belgique.

Art. 20.
(...)

Art. 21.
§ 1er. La demande de naturalisation est adressée à l'officier de l'état civil du lieu où l'intéressé a sa résidence
principale ou à la Chambre des représentants.

Si l'intéressé a sa résidence principale à l'étranger, sa demande sera transmise au chef de la mission diplomatique ou
du poste consulaire belge de cette résidence; celui-ci la communique à la Chambre des représentants. Les formulaires
de demande, dont le contenu est fixé par le Roi sur la proposition du Ministre de la Justice, pourront être obtenus dans
les administrations communales ou dans chaque mission diplomatique ou poste consulaire belges.

Le Roi, sur la proposition du Ministre de la Justice, détermine les actes et justificatifs à joindre à la demande pour
apporter la preuve que les conditions prévues à l'article 19 sont réunies. Le demandeur pourra joindre à sa demande
tous les documents qu'il juge utiles pour justifier celle-ci.

Le formulaire de demande est signé par le demandeur qui fera précéder sa signature de la mention manuscrite "Je
déclare vouloir acquérir la nationalité belge et me soumettre à la Constitution, aux lois du peuple belge et à la
Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ".

§ 2. La demande de naturalisation devient caduque si, après son introduction, son auteur cesse d'avoir sa résidence
principale en Belgique ou perd les attaches visées à l'article 19, deuxième alinéa.

§ 3. Si la demande de naturalisation est adressée à l'officier de l'état civil, celui-ci transmet la demande de
naturalisation ainsi que les pièces visées au § 1er, alinéa 3, qui lui ont été communiquées, à la Chambre des
représentants dans le délai de quinze jours suivant la réception de la demande de naturalisation.

Lorsque le dossier du demandeur est complet, la Chambre des représentants transmet la demande de naturalisation
au parquet du tribunal de première instance de la résidence principale du demandeur, à l'Office des étrangers et au
service de Sûreté de l'Etat, pour avis à fournir dans un délai d'un mois, sur les critères prévus à l'article 19 et les
circonstances prévues à l'article 15, § 2, ainsi que sur tout autre élément dont la Chambre souhaite être informée. Si
l'intéressé a sa résidence principale à l'étranger, la demande d'avis est adressée au parquet près le tribunal de
première instance de Bruxelles.

Les instances visées à l'alinéa 2 transmettent sans délai un accusé de réception.

A défaut d'observations dans le mois suivant la date des accusés de réception, l'avis est réputé favorable.

La Chambre des représentants statue sur l'octroi de la naturalisation selon les modalités déterminées dans son
règlement.

§ 4. Lorsque le demandeur a fait, conformément aux articles 12bis et 15, une déclaration de nationalité faisant l'objet
d'un avis négatif du procureur du Roi, la Chambre des représentants statue sur l'octroi de la naturalisation.

La Chambre des représentants peut inviter le demandeur, s'il ne l'a pas fait d'office, à déposer un mémoire en réponse
à l'avis négatif. Dans ce cas, la Chambre des représentants peut charger les instances visées au § 3 de procéder dans
les deux mois à une enquête complémentaire sur les motifs qui ont fondé l'avis négatif et sur les éléments invoqués
par le demandeur dans son mémoire en réponse. A l'expiration du délai de deux mois ou lorsque le demandeur n'a pas
déposé de mémoire en réponse dans ce délai, la procédure se poursuit.

§ 5. L'acte de naturalisation, adopté par la Chambre des représentants et sanctionné par le Roi sur la proposition du
Ministre de la Justice, sera publié au Moniteur belge. Cet acte sortira ses effets à compter du jour de cette publication.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 5
2.4.2 Perte de la nationalité belge

2.4.2.1 Par acquisition d'une autre nationalité

Art. 22.
§ 1er. Perdent la qualité de Belge:

1° celui qui, ayant atteint l'âge de dix-huit ans, acquiert volontairement une nationalité étrangère;

2° celui qui, ayant atteint l'âge de dix-huit ans, déclare renoncer à la nationalité belge; cette déclaration ne peut être
faite que si le déclarant prouve qu'il possède une nationalité étrangère ou qu'il l'acquiert ou la recouvre par l'effet de la
déclaration;

3° l'enfant non émancipé n'ayant pas atteint l'âge de dix-huit ans et soumis à l'autorité d'un seul auteur ou adoptant,
lorsque celui-ci perd la nationalité belge par l'effet du 1° ou du 2°, à la condition que la nationalité étrangère de l'auteur
ou de l'adoptant soit conférée à cet enfant ou que celui-ci la possède déjà; lorsque l'autorité sur l'enfant est exercée par
les père et mère ou par les adoptants, l'enfant non émancipé n'ayant pas atteint l'âge de dix-huit ans ne perd pas la
nationalité belge tant que l'un d'eux la possède encore; il la perd lorsque cet auteur ou adoptant vient lui-même à la
perdre, à la condition que cet enfant acquière la nationalité d'un de ses auteurs ou adoptants ou qu'il la possède déjà;
la même règle s'applique au cas où l'autorité sur l'enfant est exercée par le père ou la mère et son conjoint adoptant;

4° l'enfant non émancipé n'ayant pas atteint l'âge de dix-huit ans, adopté par un étranger ou par des étrangers, à la
condition que la nationalité de l'adoptant ou de l'un d'eux lui soit acquise par l'effet de l'adoption ou qu'il possède déjà
cette nationalité; il ne perd pas la nationalité belge si l'un des adoptants est Belge ou si l'auteur conjoint de l'adoptant
étranger est Belge;

2.4.2.2 Par déchéance

Art. 23.
§ 1er. Les Belges qui ne tiennent pas leur nationalité d'un auteur belge au jour de leur naissance et les Belges qui ne
se sont pas vu attribuer leur nationalité en vertu de l'article 11, peuvent, s'ils manquent gravement à leurs devoirs, de
citoyen belge, être déchus de la nationalité belge.

§ 2. La déchéance est poursuivie par le ministère public. Les manquements reprochés sont spécifiés dans l'exploit de
citation.

§ 3. L'action en déchéance se poursuit devant la Cour d'appel de la résidence principale en Belgique du défendeur ou,
à défaut, devant la Cour d'appel de Bruxelles.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 6
2.5 Le mariage
Le mariage est l'acte par lequel deux personnes (p.e. un homme et une femme) établissent entre eux une communauté
de vie que la loi protège et qu'ils ne peuvent pas rompre à leur gré.

2.5.1 Les caractéristiques du mariage

o c'est un acte solennel : il est soumis à certaines formalités indispensables (la célébration devant
l'officier de l'état civil).

o c'est un acte laïc : le mariage civil est le seul à être pris en considération (il doit d'ailleurs être
célébré avant la cérémonie litigieuse ...).

2.5.2 Les conditions requises pour pouvoir se marier

1) les conditions d'aptitude naturelle présentes dans l'ancienne loi sont levées

Ainsi, les époux ne doivent plus être de sexe différent (Loi du 13/02/2003, modifiant le Code Civil).

Ils doivent avoir atteint l'âge de 18 ans : une dispense peut exceptionnellement être accordée par le Tribunal de la
Jeunesse pour des motifs graves (le consentement des parents est par ailleurs requis dans cette hypothèse).

2) le consentement des époux

Cela va de soi : il n'y aura pas de mariage si les époux ne donnent pas leur consentement.

3) les prohibitions

Le mariage entre les ascendants et les descendants est interdit.

C'est aussi le cas du mariage entre les frères et les sœurs, les tantes et les neveux, les oncles et les nièces.

Le mariage entre les alliés (sauf en cas de décès du conjoint à l'origine de l'alliance).

4) l'interdiction de la bigamie

Il est impossible de se marier en Belgique si l'on est déjà marié avec une autre personne.

2.5.3 Les effets du mariage

2.5.3.1 Les devoirs réciproques des époux

1) le devoir de cohabitation (les époux doivent habiter ensemble)

2) le devoir de fidélité

3) le devoir de secours (chaque époux doit contribuer aux charges du mariage selon ses revenus)

4) le devoir d'assistance (il comprend les soins physiques et moraux au conjoint).

2.5.3.2 Les droits réciproques des époux

1. un époux ne peut sans l'accord de son conjoint disposer de ses droits dans la résidence conjugale (le mari ne
peut p.e. pas vendre la maison constituant le domicile de la famille sans l'autorisation de son épouse).

2. un époux ne peut sans l'accord de son conjoint disposer des meubles garnissant la résidence conjugale.

3. chaque époux peut exercer la profession de son choix.

4. un époux ne peut utiliser le nom de son conjoint sans l'accord de celui-ci.

5. chaque époux perçoit seul ses revenus mais il doit les affecter en priorité à sa contribution aux charges du
mariage et ce "selon sa capacité".

6. Chaque époux peut ouvrir un compte en banque ou louer un coffre et assumer seul la gestion de ceux-ci.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 7
2.5.4 Les régimes matrimoniaux,

2.5.4.1 Le régime légal

Si les époux n'ont pas signé de contrat de mariage, c'est le régime légal qui s'applique.

On opère alors une distinction entre trois patrimoines :

1. le patrimoine propre de la femme

2. le patrimoine propre de l'homme

3. le patrimoine commun des époux.

Les patrimoines propres de chacun des époux

1° l'actif

Chacun des époux reste seul propriétaire de :

- l'ensemble de ses biens et de ses créances au jour du mariage

- les biens et les créances acquises pendant le mariage par donation ou par succession

- ses effets personnels

- ses droits à la réparation d'un préjudice personnel

- ses droits de propriété artistique, littéraire ou industrielle

- les pensions et les rentes dont il est le seul titulaire

2° le passif

On y retrouve :

- les dettes antérieures au mariage

- les dettes résultant d'une condamnation pénale

3° la gestion

Chaque époux conserve la gestion exclusive de son patrimoine propre.

Le patrimoine commun des époux

1° l'actif

Tous les biens sont communs, sauf ceux dont le caractère propre est prouvé.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 8
Les revenus de l'activité professionnelle des époux sont, par exemple, communs.

2° le passif

Les époux sont notamment tenus de payer :

- les dettes contractées conjointement

- les dettes contractées par l'un des époux dans l'intérêt de la famille

- les dettes contractées dans l'intérêt du patrimoine commun

3° la gestion

Le législateur a adopté le régime de la gestion concurrente du patrimoine commun : chaque époux peut gérer le
patrimoine commun à la condition de respecter les actes de gestion accomplis par son conjoint.

Le consentement des deux époux est cependant requis pour les actes les plus importants.

C'est le cas notamment pour :

- acquérir ou vendre des biens immobiliers

- acquérir, céder ou donner en gage un fonds de commerce

- conclure, renouveler ou résilier un bail de plus de 9 ans, un bail commercial ou un bail à ferme

Si un époux estime que l'acte de gestion accompli par son conjoint lui cause un préjudice, il peut solliciter l'annulation
de cet acte devant le Tribunal de première instance.

2.5.4.2 La dissolution du régime légal

La communauté légale prend fin par décès, par divorce ou par séparation.

Elle peut également prendre fin lorsque les époux décident d'adopter un autre régime matrimonial.

La dissolution engendre une liquidation de la communauté légale et un partage de l'actif après paiement des dettes.

A cette occasion, on établit un compte de récompenses : il s'agit de déterminer les sommes dues par chaque époux au
patrimoine commun et inversement.

2.5.4.3 Les régimes établis par contrat de mariage

2.5.4.3.1 Définition

Le contrat de mariage a pour objet d'organiser la vie en commun pendant le mariage, mais seulement dans ses effets
"patrimoniaux" (financiers et économiques).

2.5.4.3.2 Contenu d'un contrat de mariage ?

La loi édicte des règles; si ces règles ne plaisent pas aux futurs époux, ils peuvent en adopter d'autres par
consentement mutuel. Mais quelques-unes des règles légales sont obligatoires et les époux ne peuvent donc y
déroger, par exemple :

a) ni le mari ni la femme ne peuvent résilier le bail de la maison qu'ils occupent ensemble sans leur accord à tous
deux, même si le bail a été signé par un seul d'entre eux avant le mariage. Si l'un d'eux est propriétaire du logis
familial, il ne peut le vendre sans l'accord de l'autre;

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 9
b) le mari et la femme doivent choisir ensemble le lieu où ils résideront (domicile conjugal), et à défaut d'accord, le
juge de paix tranchera;

c) le mari ou la femme ne peuvent se porter caution d'un ami sans l'accord de l'autre : celui qui n'a pas signé la caution
pourrait contester cet engagement.

Ces règles s'imposent donc à tous, même s'il y avait un contrat de mariage. Elles ne peuvent être modifiées par celui-
ci. Elles sont applicables quel que soit le contrat de mariage que les époux pourraient adopter.

Par contre les règles qui suivent ne s'appliquent qu'aux époux mariés sous le régime de patrimoine commun (régime
légal). Elles ne sont pas d'application aux personnes mariées sous le régime de la séparation de biens :

a) le mari, comme la femme, ne peuvent faire un emprunt à la banque sans l'accord de l'autre époux;

b) l'argent que le mari ou la femme possède sur son compte à la banque est présumé appartenir pour moitié à chacun
des époux;

c) l'argent que la femme (ou le mari) gagne par son travail appartient aux deux époux chacun pour moitié, comme les
économies du ménage;

d) si l'un des époux "fait des dettes", tous les biens communs aux deux époux peuvent être "saisis" par le créancier.

Que peut-on régler par contrat de mariage ?

Le contrat de mariage peut régler :

i. les rapports économiques et financiers entre les époux pendant le mariage;


ii. la manière dont les époux peuvent gérer leurs biens;
iii. leurs obligations financières l'un à l'égard de l'autre,
- la manière dont ils participeront aux charges du mariage et le partage des économies.

Le contrat n'a pas - en principe et sauf exception - pour objet:

- de régler la manière dont les époux vivront (interdiction de fumer..., de boire..., de sortir le dimanche ou le vendredi
..., engagement d'élever les enfants de telle manière...)
- de régler le sort des biens au décès d'un des époux ou lors de la dissolution du mariage (par exemple en cas de
divorce).

Lors de la dissolution du mariage (décès ou divorce) chacun :

- reste propriétaire de ce qui lui appartient,


- et ce qui appartient aux deux époux est partagé de la manière réglée par le contrat de mariage.
Si rien n'est prévu, le partage se fait de manière égale.

La loi permet cependant aux époux mariés en communauté d'organiser librement le partage des biens qui leur
appartiendront ensemble (c'est-à-dire en communauté) mais seulement pour le cas où la communauté est dissoute par
décès.

C'est une exception importante, et, dans certaines régions, il est d'usage d'utiliser cette exception dans le contrat de
mariage.

Dans d'autres régions, cette technique n'est pas du tout utilisée en raison de son caractère définitif. Il est impossible,
en cas de dispute entre époux, de modifier les règles ainsi adoptées, sauf commun accord des deux époux.

Et les donations entre époux ?

Dans le contrat de mariage, mais aussi à tout moment après le mariage, il est possible de réaliser des donations entre
époux, c'est-à-dire d'inclure une clause par laquelle le mari s'engage à instituer sa femme comme héritière, et,
réciproquement, la femme s'engage à instituer son mari comme héritier. C'est ce que, dans le langage populaire, on
appelle "Au dernier vivant les biens".

Ces dispositions peuvent porter :

- soit sur tous les biens


- soit sur une partie de ceux-ci.

Différence importante en fonction du moment où cette disposition est faite :

- si la donation entre époux est conclue dans le contrat de mariage, elle ne peut être modifiée qu'avec l'accord des
deux époux;
Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois
EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 10
- si elle est faite pendant le mariage par un acte autre qu'un contrat de mariage, chacun peut librement l'annuler.

Dans le contrat de mariage, par exemple, il est d'usage dans certaines régions de prévoir qu'en cas de décès et s'il n'y
a pas d'enfant, le conjoint survivant héritera de tous les biens.

La clause selon laquelle l'époux survivant aurait l'usufruit de tous les biens ne présente plus beaucoup d'intérêt puisque
la loi prévoit automatiquement ce droit pour le survivant.

L'usufruit accordé au survivant par la loi est cependant différent de celui qui peut être prévu dans un contrat de
mariage : l'usufruit légal n'est accordé au conjoint survivant que s'il n'a pas été déshérité par testament et qu'il n'y a
pas eu divorce entre les époux.

Observation :

On considère souvent qu'instituer un héritier relève de la liberté fondamentale de la personne humaine : il est donc
essentiel de pouvoir modifier ces dispositions en cas de mésentente dans le ménage.

Inclure dans le contrat de mariage une clause testamentaire irrévocable (c'est-à-dire ne pouvant être modifiée en cas
de dispute) relève d'un choix personnel dont il convient d'apprécier les risques et les avantages... avant de l'adopter.

LES DEUX GRANDES FAMILLES DE CONTRATS DE MARIAGE

Il existe deux types d'organisations "familiales" - fondamentalement différentes - et entre lesquelles les futurs époux
doivent choisir !

LA SEPARATION DE BIENS

La première solution (appelée : séparation de biens) est le maintien de la situation que les futurs époux connaissaient
avant le mariage.

Ceux qui ont habité ensemble, pendant un temps relativement long, ont vécu comme s'ils étaient mariés sous le
régime de la séparation de biens.

Exemple : Mademoiselle X et Monsieur Y ont cohabité pendant deux ans. Ils ont pris l'habitude d'avoir chacun leur
compte à la banque et ont considéré que ce qui se trouvait sur le compte personnel de chacun lui appartenait.

Comme ils aimaient avoir également une caisse commune, ils ont pris un compte aux deux noms "Monsieur Y et
Mademoiselle X" et sur ce compte, ils ont mis l'argent qui leur appartenait ensemble, c'est à dire chacun pour moitié.
Tout simplement, leur économies, ou une partie de celles-ci !

Ils ont vécu pendant deux ans en ayant le droit, lorsqu'ils voulaient acheter une voiture par exemple, d'aller seul
conclure un financement à la banque sans avoir besoin de l'autorisation de l'autre.

Chacun était seul responsable de ses dettes et seul responsable de ses engagements. Chacun pouvait utiliser ses
revenus sans demander un avis à l'autre.

En bref, ils étaient indépendants l'un de l'autre et ce qu'ils faisaient ensemble, ils le faisaient parce qu'ils étaient
d'accord de le faire, ils étaient libres.

Est-ce bien ? Est-ce un mal ? Ce n'est pas à nous d'en juger.

Mais les futurs époux peuvent maintenir cette situation, continuer ce mode de vie, en adoptant le régime de la
séparation de biens.

La qualification "séparation de biens" est malheureuse. Elle fait penser à une solution égoïste ou individualiste. C'est
évidemment faux : c'est un régime basé sur la liberté des deux époux.
Cette liberté a toutefois des limites : c'est ainsi, par exemple, que même dans le régime de séparation de bien, chacun
des époux doit participer aux charges du ménage en proportion de ses revenus.

ET LE REGIME A PATRIMOINE COMMUN ?

Le régime à patrimoine commun, ou régime de communauté, est caractérisé par un principe tout différent.

Qu'il s'agisse de :
Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois
EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 11
- la communauté d'acquêts ancienne ou de la communauté légale actuelle,
- la communauté ancienne,
- la communauté universelle,
le principe est le même :
"Tout ce que les époux posséderont pendant le mariage, à un moment donné, est présumé leur appartenir chacun pour
moitié".

Ce qui caractérise le régime de communauté est donc la présomption que :


- tout ce qui existe
- compte financier,
- tout bien acquis,
- tout acte posé
l'est pour le compte des deux époux.

Dès lors, dans le régime basé sur la communauté, on aura les mêmes règles de base, à savoir :

- tous les biens acquis pendant le mariage (terrains, maisons, meubles, voitures) sont présumés appartenir pour une
moitié à chacun des époux, c'est-à-dire dépendre du patrimoine commun;

- tous les comptes financiers, qu'ils soient ouverts au nom de Monsieur, ouverts au nom de Madame ou au nom des
deux époux sont présumés appartenir pour moitié à chacun des époux.

Pour cette raison, lors du décès de l'un des époux, on additionnera tout ce qui se trouve sur les comptes et livrets des
deux époux, et le tout sera, en principe, partagé en deux parts égales.
Lorsque les époux empruntent, ils empruntent pour compte des deux et doivent donc signer ensemble le contrat
d'emprunt.
Les optimistes seront favorables au régime de communauté. Ils observeront qu'il s'agit d'un régime de solidarité
normale et que, dès l'instant où l'on est marié, ce doit être pour le meilleur et pour le pire, que si un des époux fait de
mauvaises affaires, il est normal que tous les deux supportent les conséquences de cet acte.

Mais d'autres, moins optimistes ou moins favorables au régime de communauté, diront - à tort ou à raison - que :

- le régime de communauté est plus un enchaînement qu'une solidarité;


- il est inhumain, en régime de communauté, que l'on ne puisse plus avoir un compte bancaire personnel et propre à
soi (sauf à tenir une comptabilité professionnelle) et qu'obliger son épouse ou son mari à supporter les conséquences
d'une faillite commerciale est un manque de véritable solidarité.

Pour y voir plus clair, essayons d'entrer dans quelques détails de ces règles.

Nous verrons ensuite quelques régimes qui tendent à résoudre les difficultés en puisant des éléments dans chacun
d'eux.

Mais préalablement observons qu'il n'y a pas de régime matrimonial parfait : chacun présente des avantages et des
inconvénients.

Le choix doit s'effectuer non a priori, mais en fonction de la manière dont les époux veulent gérer leurs biens.

A. - LE REGIME LEGAL

1. LA COMMUNAUTE

Aujourd'hui les époux qui adoptent le régime légal, comme ceux qui ne concluent pas de contrat de mariage avant leur
mariage, sont mariés sous le régime dit "à patrimoine commun". Ce régime était anciennement appelé "communauté
réduite aux acquêts".

Ils peuvent d'ailleurs conclure un contrat de mariage adoptant ce régime pour différents motifs dont nous parlerons
ultérieurement : il s'agira chaque fois d'ajouter quelque chose au régime légal. Le principe de ce régime reflète la
conception la plus générale de la vie en communauté : c'est la raison pour laquelle il a été choisi comme régime légal
en 1976. Mais dans d'autres pays des solutions plus individualistes ont été adoptées.

Nous pouvons le caractériser comme suit :

- tout ce que les époux possèdent au moment de leur mariage (livret d'épargne, mobilier, etc,) ainsi que tout ce qu'ils
vont hériter par la suite ou recevoir à titre gratuit de leurs parents (donation) leur reste propre.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 12
- par contre, tout ce qu'ils réaliseront pendant le mariage (tout ce qu'ils achètent, tous les comptes qu'ils ouvrent dans
une banque ou un établissement financier, tous les emprunts qu'ils contractent) sera fait pour le compte des deux
époux.

Si l'un d'eux ouvre un commerce pendant le mariage, et que le commerce prospère, même s'il est à son nom, il
appartiendra aux deux époux. Les actions de la société constituée pendant le mariage appartiendront aussi aux deux
conjoints.

Présenté sous cette forme, le principe de la communauté légale est presque unanimement approuvé et la première
réaction de le plupart des futurs époux est d'approuver le choix de ce régime.

Il convient donc d'entrer dans plus de détails pour en voir le fonctionnement et également d'en apprécier les
problèmes.

LA PRIMAUTE DE LA COMMUNAUTE.

Pour aboutir à l'objectif donné ci-avant, la loi édicte deux règles d'équilibre :

A. LA PRESOMPTION DE COMMUNAUTE

Lors de la liquidation de la communauté, c'est-à-dire au décès du premier mourant des époux ou lorsqu'il faudra
liquider les comptes suite à une séparation ou à un divorce, tous les biens qui seront retrouvés seront considérés
comme "communs", sauf à prouver le contraire.

Le bon de caisse qui se trouve dans un tiroir de la commode, l'action qui se trouve dans un coffre à la banque (même
si le coffre est au nom du mari seul), les comptes à la banque au nom de Monsieur comme les comptes à la banque et
le livret au nom de Madame, et évidemment aussi les comptes aux deux noms, le mobilier comme les immeubles :
tout est considéré comme commun.

Donc, tout bien est présumé commun, qu'il soit inscrit à un seul nom ou aux deux noms.

Ensuite, chacun peut faire valoir ce qui lui appartient en propre en établissant la preuve que tel objet mobilier a été
hérité de ses parents, tel bon de caisse a été reçu de sa tante Amélie, etc.

Il ne suffit pas d'être propriétaire d'un bon de caisse (pour l'avoir reçu ou bien pour en avoir été propriétaire avant le
mariage)! Il faut être capable d'établir que c'est vrai... en faire la preuve.

B. ET LE DROIT DE FAIRE RETABLIR LES COMPTES...

La loi édicte également un mécanisme de rétablissement de comptes.

En effet, pendant le mariage, le mari ou la femme peut avoir vendu un terrain qui lui appartenait en propre. Ils peuvent
avoir hérité de leurs parents une somme d'argent. Et le prix de vente ou la somme héritée peut avoir été utilisé pour
acheter une maison au nom des deux époux, pour payer des dépenses communes, etc.

La loi organise donc un mécanisme de rétablissement des comptes de manière à ce que celui qui a apporté, dans la
communauté, de l'argent qui lui était propre puisse récupérer cet argent.

C'est le mécanisme des récompenses qui permet à celui qui peut établir qu'il a enrichi la caisse commune, c'est-à-dire,
qu'il a fait entrer dans la communauté de l'argent qui lui était propre, de reprendre cet argent.

La loi organise même un mécanisme d'indexation de l'argent propre qui est entré dans le patrimoine commun dans le
cas où l'on peut établir que cet argent a servi à un achat qui est revalorisé.

Il n'est pas possible d'entrer ici dans le détail de ces mécanismes mais on observera que ceux-ci sont une garantie qui
assure un juste équilibre entre l'intérêt individuel de chacun des époux et leur intérêt commun.

REFLEXIONS POUR UNE APPRECIATION SOMMAIRE

Le régime légal de communauté est un régime simple. Il garantit une répartition automatique des bénéfices. Il
fonctionne dès l'instant où les époux ont peu de biens propres. Ou encore, s'ils en ont beaucoup, dans la mesure où ils
sont capables de tenir une comptabilité minimale des opérations entre leur patrimoine propre et le patrimoine commun.

Par rapport au régime de séparation de bien (qui sera examiné ci-après) , il présente l'avantage de prévoir un
mécanisme automatique de rétablissement de comptes entre le patrimoine des époux lorsque l'un d'eux s'est enrichi
au moyen de fonds appartenant à un autre patrimoine.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 13
Il présente cependant deux faiblesses, qui sont le revers de ces avantages

a. Difficulté d'établir qu'un bien est propre ...

Si les époux ne peuvent établir l'origine des biens qui leur sont propres, ces biens seront présumés communs.

Le fait, pour le mari ou pour la femme, d'avoir un livret à une caisse d'épargne ou un dépôt de bon de caisse sur lequel
il y a un million, ne lui accorde aucune propriété sur ce dépôt. Cet argent, ce bon de caisse appartiennent pour une
moitié aux deux époux s'il ne peut établir une preuve certaine que cet argent ou ce bon de caisse vient de sa famille ou
lui est propre pour un autre motif.

Toutes les économies qui ont été faites pendant le mariage étant communes et profitant aux deux époux, l'affirmation
selon laquelle l'argent qui se trouve sur le compte provient des revenus de Monsieur ou de Madame est sans effet,
puisque justement, ce serait la preuve qu'il est commun.

b. Permanence de la communauté.

Le second inconvénient est que le régime de communauté subsiste jusqu'au divorce. Si les époux ne s'entendent plus
ou qu'ils vont habiter chacun de leur côté, ou même s'il y a une simple mésentente dans le ménage, l'obligation de
partager les économies subsiste de la même façon.

En cas de séparation, la vie devient presque impossible puisque pour pouvoir faire un prêt personnel, pour acheter un
immeuble, pour emprunter, etc, il faut l'accord de l'autre époux.

On rencontre ainsi des personnes qui sont mariées en communauté, mais qui vivent séparées depuis 5 ans, voire 10
ou 20 ans et qui s'étonnent qu'on leur dise que tout ce qu'ils possèdent chez eux, leur compte à la banque, leur
voiture, ne leur appartiennent que pour moitié, l'autre moitié appartenant au conjoint dont ils sont séparés depuis très
longtemps.

c. Les dettes sont communes

Si tous les revenus sont communs, les dettes contractées pendant le mariage sont à charge des deux conjoints.
Ainsi, si un des époux tombe en faillite ou en déconfiture, ses créanciers pourront saisir tous les biens de la
communauté et même ... la partie saisissable du salaire de l'autre !

2. LES CONTRATS DE COMMUNAUTE : Modifications possibles ?

On peut tout d'abord s'interroger sur la raison de faire un contrat de mariage si l'on considère le régime légal comme
une bonne solution.

Mais plus généralement on peut s'interroger sur les modifications qu'il est possible d'apporter à ce régime dans un
contrat de mariage.

Dans la présente brochure, nous n'examinerons que quelques cas, ceux qui se rencontrent le plus fréquemment.

Il existe des dizaines, voire des centaines de modifications possibles au régime légal. Pour chaque cas particulier, seul
un notaire peut vous conseiller utilement.

Les deux catégories de modifications le plus fréquemment rencontrées concernent :

a. la modification dans la composition des patrimoines, c'est-à-dire soit un élargissement de ce qui est considéré
comme commun, soit éventuellement une restriction à cette catégorie;

b. les clauses de partage des biens communs.

Cette dernière catégorie concerne la manière dont les biens communs qui appartiennent pendant le mariage aux deux
époux seront partagés et répartis lors du décès de l'un des époux.

1. Les clauses de modification dans la composition de la communauté

- Exemple : l'apport d'un bien à la communauté.

Une des modifications les plus fréquentes dans la composition des biens communs consiste à prévoir que tel bien qui
appartient en propre à l'un des époux avant son mariage sera commun.

On rencontre fréquemment des situations où l'un des deux futurs époux a déjà acheté une maison ou possède un
terrain à bâtir. Eventuellement, il a également contracté un prêt hypothécaire pour acheter cette maison.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 14
Les futurs époux souhaitent souvent que cet immeuble leur appartienne à tous les deux et que le remboursement du
prêt soit effectué en commun par les deux époux, comme si l'immeuble avait été acheté pendant le mariage.

Cette clause d'apport au patrimoine commun qui élargit la composition de la communauté peut être aisément réalisée
par contrat de mariage.

- Mais d'autres formes de modifications du patrimoine commun sont possibles.

On peut ainsi prévoir que tous les biens que les époux possèdent au moment de leur mariage, appartiendront à la
communauté et que seuls seront propres les biens dont ils hériteront à l'avenir.

L'inverse pourrait également être prévu.

A la limite, les époux peuvent déroger aux règles du patrimoine propre en prévoyant que tous leurs biens dépendront
du patrimoine commun : c'est la clause de communauté universelle. Elle est cependant rarement adoptée par de
jeunes époux. Dans l'ignorance de l'avenir, il est difficile de conseiller une telle clause.

Par contre, ce type de contrat est plus fréquemment adopté par des époux mariés depuis 40, 50, voire 60 ans et qui
veulent qu'au décès du prémourant, tous les biens soient considérés comme communs.
Ces époux adaptent, à ce moment, leur contrat de mariage par une modification de celui-ci (voir in fine).

2. Les clauses de partage de la communauté

Partage égal des biens ?

En principe, lors du décès de l'un des époux comme lors du divorce, tout ce qui appartient à la communauté est
partagé en deux parts égales : l'une pour le mari et ses héritiers et l'autre pour la femme et ses héritiers.

En cas de décès, la part du défunt est répartie selon les règles du droit successoral. Nous renvoyons à la brochure
consacrée à ce sujet mais nous rappellerons simplement que normalement, le conjoint survivant a l'usufruit de tous les
biens et que, s'il n'y a pas de descendants, il hérite également de la propriété de la part de communauté du défunt.

Ou partage inégal ?

Il est possible de prévoir dans le contrat de mariage que le patrimoine commun ne se partagera pas par moitié mais
selon d'autres règles.

Les modifications les plus souvent réalisées sont, à ce égard:

- soit prévoir que le patrimoine commun appartiendra en totalité à l'époux survivant,

- soit prévoir qu'il se partagera selon des règles différentes, par exemple deux/tiers au survivant et un/tiers à la
succession du prédécédé.

Ce sont là des exemples, car il y a de très nombreuses clauses possibles.

Par exemple encore, on peut prévoir qu'avant de partager les biens communs, l'époux survivant recevra "en préciput"
(c'est-à-dire en cadeau avant partage) la maison d'habitation et les meubles qui la garnissent.

Pratiquement, toutes les manières de partager le patrimoine sont possibles; il ne faut cependant pas perdre de vue que
l'avenir est difficile à prévoir pour de jeunes époux.

Ce type de clause modifiant le partage de la communauté est surtout adopté par des contrats modificatifs réalisés
pendant le mariage par des époux plus âgés. Ce qu'il est possible de prévoir à 60 ans est difficile à prévoir à vingt ans
et présente des dangers à cet âge.

LA GESTION DE LA COMMUNAUTE

Nous avons parlé jusqu'à présent de ce qui appartient au patrimoine commun et de ce qui restera propre à chacun des
époux.
Chacun des époux mariés en communauté peut gérer ses biens propres librement. Par contre, les biens qui leur
appartiennent ensemble et en communauté sont soumis au pouvoir de gestion des deux époux. Par exemple pour
acheter un immeuble et emprunter, la loi exige le consentement des deux époux.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 15
Une seule exception a la nécessité du consentement des deux époux pour les actes importants : il s'agit des actes
nécessaires à l'exercice de la profession d'un époux. Dans le cadre de sa profession, la femme, comme le mari peut
acheter à crédit ou contracter des emprunts sans l'accord de son conjoint.

Enfin, au niveau de la gestion, signalons que le domicile conjugal, c'est-à-dire la demeure où habitent les deux époux,
fait l'objet d'une protection particulière et que tout ce qui concerne la gestion de cet immeuble nécessite le
consentement des deux époux, même si l'immeuble est propre à l'un des époux.

B. - LA SEPARATION DE BIENS

Nous avons caractérisé le régime de la séparation de biens au début de cette brochure en indiquant qu'il s'agissait en
fait de la continuation de la situation que les futurs époux connaissaient avant leur mariage s'ils avaient vécu
ensemble.

Il est inexact et imprécis de dire que le régime de séparation de biens est un régime égoïste et individualiste. Mais il
est exact que le régime de séparation de biens n'organise pas des mécanismes automatiques de solidarité.

Il peut à cet égard présenter des dangers graves si l'un des époux s'occupe seul de la gestion et prend la direction du
ménage en mains, sans consulter l'autre, et sans se soucier des intérêts de l'autre.

Dans le régime de séparation de biens chacun est seul responsable de ses biens comme de ses revenus et chacun
peut acheter, emprunter ou donner sans l'accord de l'autre.

Le régime de séparation de biens est la situation qui existerait s'il n'existait pas de loi sur les régimes matrimoniaux. En
séparation de biens, les époux étant seuls maîtres de la gestion de leurs biens et de la disposition de leurs revenus,
comme de leurs autres biens, le partage des économies relève de leur libre volonté.

Le mariage se conçoit difficilement sans un partage des économies; bien peu de mariages résisteraient à
l'individualisme qui consisterait pour l'époux qui a les revenus les plus élevés à ne pas partager avec l'autre.

La plupart considèrent que, vécu de cette manière, un mariage ne vaut plus la peine d'exister et conduit directement à
un divorce. Cette règle ne peut être prise de manière absolue, mais il faut reconnaître que l'absence d'obligation de
partage des économies constitue le point faible du régime de séparation de biens.

Cette liberté de gestion et de disposition est limitée par l'existence, depuis 1976, de règles impératives pour tous les
époux mariés. Ces règles qui sont dénommées "régime primaire" ont tendance à protéger les époux dans tous les cas
contre des abus.

Ces règles sont contenues dans les articles 212 à 224 du Code civil. Elles sont importantes mais sont peu nombreuses
:

a) les époux sont égaux, le mariage ne modifie pas leur capacité;

b) le domicile conjugal, qu'il soit pris en location ou qu'il appartienne en propre à l'un des époux est obligatoirement
soumis, pendant le mariage, à la gestion des deux époux. Le bail ne peut être annulé par un seul des époux. Si un seul
des époux est propriétaire de l'immeuble servant de domicile conjugal, il ne peut ni le vendre, ni l'hypothéquer, ni
même le louer sans l'accord de l'autre;

c) chacun des époux peut seul percevoir ses revenus et gérer les comptes en banque ouverts à son nom. Le contrat de
mariage ne pourrait prévoir de dispositions contraires;

d) les dettes contractées pour les besoins du ménage, comme pour l'éducation des enfants, engagent obligatoirement
les deux époux;

e) si un époux s'est porté caution à l'égard d'un tiers, ou a fait une donation, même à un enfant, et que cette caution ou
cette donation met en péril les intérêts de la famille, l'autre époux peut en demander la nullité. En vertu de cette règle,
les banquiers demandent généralement l'intervention de l'autre époux lorsque l'un d'eux se porte caution;

f.) chaque époux est libre d'effectuer le travail professionnel qu'il désire.

Voilà sommairement les quelques règles qui s'imposent à tous et qui devraient d'ailleurs être nuancées car, décrites
comme elles le sont ci-avant, elles ne reflètent pas entièrement la vérité. Les époux mariés en séparation de biens
restent, en dehors de ces règles, seuls maîtres de leurs revenus comme de leurs biens.

Etant cependant mariés, ils doivent contribuer aux charges du mariage et, en principe, y contribuent chacun selon leurs
revenus, mais le contrat de mariage de séparation de biens pourrait prévoir d'autres règles de contribution.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 16
Dans la vie pratique, les contrats de mariage de séparation de biens sont généralement courts et ne contiennent qu'un
rappel des principales règles d'autonomie.

Les points forts du contrat de séparation de biens sont d'abord :

- l'indépendance au point de vue des dettes. Plus précisément, le fait que les engagements d'un des époux n'entraînent
pas d'effets négatifs et n'obligent pas l'autre époux. Si j'emprunte, si je tombe en faillite, mon conjoint n'en subira pas
les effets directs,

- l'autonomie juridique de chacun des époux qui leur permet en cas de dispute les amenant à vivre séparément de
continuer à le faire sans devoir recourir à l'intervention de l'autre.

- la clarté au point de vue des comptes de chacun.

Le second point fort du régime de séparation de biens est la possibilité pour chacun de séparer aisément ce qui lui est
propre et ce qui est "commun" (= indivis) aux deux époux.

Ce qui est "commun" aux deux époux est ce que les époux mettent, inscrivent aux deux noms (compte bancaire aux
deux noms, dépôt de titres ou de bons de caisse aux deux noms, souscription de bons de caisse aux deux noms, achat
de maison ou de meubles aux deux noms). Le régime est très simple puisque c'est l'immatriculation qui détermine la
propriété sauf preuve contraire.

Cet avantage apparent est également son point faible.

Si un des époux a de l'argent qui lui est personnel et qu'il le prête à l'autre époux ou si les époux achètent ensemble
chacun pour moitié une maison qui est payée entièrement par l'un des époux, en cas de divorce ou de dispute, aucun
mécanisme ne permet un rétablissement des comptes contrairement à ce qui se passe en communauté.

Le régime de séparation de bien ne se développe harmonieusement que s'il est basé sur une gestion juste et libre. Il
résiste mal à l'incorrection, à l'égoïsme.

QUELQUES REFLEXIONS SUR DES CONTRATS SPECIAUX.

De nombreux essais ont été faits pour trouver une solution garantissant aux époux :

- la souplesse de gestion et l'indépendance à l'égard des dettes faites par l'un d'eux (avantage de la séparation de
biens)

- et la solidarité (valeur du régime de communauté).

Des solutions sont possibles, mais il s'agit toujours de solutions techniques relativement compliquées.

Les uns considèrent que ces solutions cumulent les avantages des deux régimes mais les autres considèrent que ces
solutions cumulent les inconvénients de ceux-ci.

Deux solutions principales existent :

- la séparation de biens avec société (d'acquêts);

- la séparation de biens avec clause de participation aux acquêts.

Voyons-en quelques caractéristiques :

La séparation de bien avec société

Il est possible de modérer le régime de séparation de biens en prévoyant à côté des règles d'autonomie et de
souplesse de la séparation de biens, certaines règles d'obligation destinées à apporter à une société d'acquêts tout ou
partie des économies, des revenus ou de certaines catégories de ceux-ci.

De nombreux contrats de ce type ont été créés.

Un problème existe cependant car, pour respecter l'autonomie et la souplesse de la séparation de biens, il convient de
ne pas créer de mécanismes automatiques. Il n'est donc pas possible de présumer que tous les biens seront
communs. Certains le prévoient mais il n'y a plus guère d'avantages.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 17
Le "poids" du régime de communauté est la présomption que tout est commun et c'est celle-ci que l'on veut
généralement supprimer pour retrouver la souplesse.

Mais en supprimant la présomption de communauté, on supprime également toutes les garanties d'une véritable
solidarité entre les époux.

Le régime de séparation de biens avec société d'acquêts est surtout utilisé par des époux qui désirent adjoindre à leur
contrat de séparation de biens une société limitée comprenant par exemple, l'immeuble d'habitation. Ce type de clause
permet, tout en gardant la souplesse et l'indépendance de la séparation de biens, de rendre "commun" un immeuble
qui appartenait en propre à l'un des époux avant le mariage sans devoir adopter l'ensemble des règles de la
communauté.

La séparation de biens avec clause de participation aux acquêts

Une autre solution pour combiner l'avantage des deux régimes est d'adjoindre au régime de séparation de biens une
clause de partage des économies lors de la dissolution du mariage.

Certains pays européens connaissent le régime de la communauté différée .

Pendant le mariage chacun des époux agit librement et n'engage pas l'autre époux par les dettes qu'il contracte.

Pendant le mariage, les règles de la séparation de biens sont applicables.

Lors du décès, on liquide les comptes comme si l'on avait été marié en communauté. C'est le principe de la
communauté différée.

En Belgique, cet objectif peut être réalisé sous forme d'un contrat de séparation de biens avec clause de participation
aux acquêts, comme cela se fait également en France ou dans les pays nordiques.

Les époux :

- adoptent le régime de la séparation de bien,

- mais s'engagent, lors du décès ou lors de la séparation (divorce), à partager les économies réalisées par chacun
d'eux de manière égale ou éventuellement selon un autre critère.

Ce type de clause peut être également utile dans certains cas.

EST-CE UTILE DE FAIRE UN INVENTAIRE ?

Dans un régime de séparation de biens, comme dans un régime légal de communauté, chaque époux reste
propriétaire de tous les biens qu'il possède avant le mariage.

Le mariage n'a pas d'incidence sur la propriété des objets, des comptes financiers ou encore des bons de caisse que
chacun des époux possède au moment de son mariage.

Que les époux ne fassent pas de contrat de mariage ou qu'ils adoptent un régime de séparation de biens, l'inventaire
des biens dans le contrat de mariage ne présente, en principe, pas d'utilité apparente puisque le mariage ne change
pas la propriété des biens.

Cependant, l'établissement d'un inventaire des biens meubles ou des comptes bancaires ou financiers peut être utile,
dans certains cas au moins.

Il faut ici distinguer selon le contrat de mariage.

- En séparation de bien ?

Dans un contrat de mariage de séparation de biens, rien ne sera modifié dans les rapports entre les époux par le
mariage.

Si j'inventorie dans le contrat de mariage les biens de chacun, j'indiquerai par exemple :

Le futur époux déclare posséder :

- une somme de 500.000 francs sur son compte à la banque n°999-9999999-99,

- les objets mobiliers suivants :


Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois
EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 18
une garde-robe Louis XVII,
une collection de ...
une voiture de marque ..., année ...

Ces déclarations ont-elles un effet juridique ?

Oui pour les objets mobiliers mais pratiquement aucun pour le compte financier.

En effet, si le lendemain du mariage, le mari retire la somme de 500.000 francs de son compte, soit pour la dépenser,
soit pour la jouer au jeu, soit pour la donner à son épouse, la déclaration qu'il aura faite dans le contrat de mariage
sera mise à néant.

Chacun étant seul responsable de la gestion de ses biens, la déclaration que l'on possède un compte bancaire bien
alimenté n'a aucun effet.

De même, la déclaration relative à la possession d'une maison ou d'une voiture automobile. Ce sont des faits qui
peuvent se prouver d'autre manière. La propriété de ces biens est établie par des documents autonomes et ces biens
ne restent propres à leur propriétaire (le mari ou la femme) qu'aussi longtemps qu'ils existent matériellement. En cas
de cession la déclaration dans le contrat de mariage n'aura rien apporté, sauf de rares exceptions.

Il existe cependant, en séparation de biens, une catégorie de biens qu'il peut être utile d'inventorier si l'on n'a pas de
preuves de sa propriété. Il s'agit des objets, des meubles meublants.
Exemple : supposons que je possède un tableau de valeur (soit que je l'ai acheté chez un antiquaire, soit que je l'ai
reçu). Très probablement, je n'ai aucune facture justifiant que ce tableau est à moi.
Si je suis marié en régime de séparation de biens, ce tableau reste ma propriété.

Mais comment pourrais-je établir qu'il est à moi si un créancier de mon conjoint veut le saisir ?
Vis-à-vis de mon conjoint, je pourrai, sans doute, en cas de dispute établir (par témoignage) que ce tableau
m'appartient. Encore, ce n'est pas certain ! Mais vis-à-vis des créanciers de mon conjoint, si celui-ci fait faillite par
exemple, le problème sera différent. Je devrai avoir une preuve.

En effet, en cas de faillite de l'un des deux époux, il sera présumé que tous les objets, pour lesquels il n'y a pas une
facture probante, appartiennent pour moitié à chacun d'eux.
D'une manière générale, les créanciers de chacun des époux considèrent que les objets mobiliers appartiennent aux
deux époux, si l'on ne peut établir la preuve du contraire.

C'est donc principalement vis-à-vis des créanciers qu'il peut être utile d'établir une liste des objets mobiliers qui sont
propres au moment du mariage, et cela pour autant que ceux-ci en valent la peine.

- Et en régime de communauté ?

En régime de communauté, l'établissement d'un inventaire des biens propres a beaucoup plus d'importance.

En effet, en communauté existe sans doute le même motif qu'en séparation de biens, mais en outre, cette raison est
renforcée par la règle que tous ce que les époux possèdent est présumé commun.

En régime de communauté, nous avons indiqué que l'argent qui se trouve sur les comptes bancaires est présumé
appartenir aux deux époux non à celui au nom de qui le compte est ouvert.

Dès lors, si les époux adoptent un régime de communauté, ils ont intérêt à prévoir un inventaire reprenant :
- non seulement les objets mobiliers pour lesquels ils veulent se constituer une preuve de propriété,
- mais également les sommes d'argent et valeurs qui leur appartiennent.

Si, pour des raisons de discrétion, les époux ne veulent pas établir une liste reprenant des sommes d'argent et des
valeurs qui leur appartiennent, ils ont à leur disposition une solution un peu compliquée, mais efficace : ils doivent,
avant le mariage, déposer en banque ou dans un établissement financier quelconque, les valeurs et les sommes
d'argent qu'ils possèdent et garder le document justifiant qu'au jour du mariage, ils étaient propriétaires des dites
sommes et valeurs.

Ce document est probant et servira ultérieurement à un rétablissement de compte correct.

En conclusion, on observera que l'inventaire des biens n'est jamais une obligation, mais qu'il est souvent utile pour
clarifier la situation et simplifier les comptes ultérieurs et, surtout, protéger celui qui est propriétaire de biens meubles
contre le recours des créanciers de l'autre époux.

CHANGER SON CONTRAT DE MARIAGE


Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois
EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 19
ou EN FAIRE UN PENDANT LE MARIAGE ?

Depuis 1976, il est permis - moyennant autorisation du Tribunal - de faire un contrat de mariage ou de modifier le
contrat de mariage alors que l'on est déjà marié. De même, il est possible de conclure un contrat de mariage si aucun
contrat n'avait été signé avant le mariage.

Cette procédure est toujours possible, mais elle varie selon l'importance des modifications qui doivent être apportées
au régime matrimonial ou au contrat de mariage préexistant.

En cas de changement complet de régime matrimonial, une procédure relativement longue et coûteuse est
malheureusement nécessaire, en vertu de la loi. Elle comporte dans ce cas, l'établissement d'un inventaire de tous les
biens préalable au changement de contrat de mariage, la publication au Moniteur Belge du projet de contrat de
mariage suivie d'une procédure judiciaire d'homologation.

De plus en plus nombreux sont les citoyens qui souhaitent modifier leur situation durant leur mariage, soit pour passer
à un régime de communauté universelle favorisant l'époux survivant, soit pour passer à un régime de séparation de
biens. Ce dernier choix s'effectue surtout lorsque l'un des époux est amené à prendre des risques professionnels (par
exemple le désir de devenir commerçant).

La procédure est simplifiée lorsque les époux mariés en communauté veulent simplement modifier les conditions dans
lesquelles le patrimoine commun sera partagé au décès du prémourant. Dans le cadre de cette procédure simplifiée,
ils peuvent entre autres, prévoir que tous les biens appartiendront à l'époux survivant sans aucune exception ou
organiser un régime de partage différent.

2.5.4.4 La communauté universelle

Le patrimoine commun comprend tous les biens présents et futurs des époux, à l'exclusion de ceux qui présente un
caractère strictement personnel ou des droits attachés à leur personne.

2.5.4.5 La séparation de biens

Chaque époux conserve la propriété et la gestion de ses biens et de ses revenus.

2.5.5 La séparation

2.5.6 Le divorce

2.5.7 Le contrat de vie commune

2.5.7.1 Principe de liberté

Les cohabitants peuvent régler leur vie commune comme ils le souhaitent, et de la manière qui les arrange le mieux.

2.5.7.2 Limitations à cette liberté

Il faut cependant que les clauses des contrats de vie commune ne soient pas contraires à la loi. Ainsi, ils ne peuvent
pas déroger aux dispositions suivantes:

1. les mesures minimales de protection légale (protection du logement familial, participation financière aux
charges de la vie commune,...). Ils peuvent cependant prendre des dispositions étendant ces protections

2. l'ordre public et les bonnes mœurs. Par exemple, le contrat de cohabitation ne peut pas imposer aux
cohabitants une obligation de fidélité, éventuellement assortie de sanction pour celui qui serait devenu
infidèle.

3. les règles relatives à l'autorité parentale.

4. les règles déterminant l'ordre des successions. Le contrat de vie commune ne peut pas prévoir des droits pour
la cohabitant survivant. Si les cohabitants désirent s'avantager mutuellement en cas de décès de l'un ou de
l'autre, ils devront le faire par testament et non pas par une convention.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 20
2.5.7.3 Forme des conventions de cohabitation légale

La convention doit être passée devant notaire, et elle sera mentionnée dans les registres de l'État-Civil, en même
temps que la déclaration de cohabitation.

Un simple contrat signé entre deux cohabitants ne suffit donc pas. Il faut un acte notarié: cette solution a été choisie
par la loi parce que l'acte notarié donne plus de sécurité à ceux qui le signent, et parce que le notaire peut vérifier la
légalité des dispositions qu'il contient. A la différence du contrat de mariage, cet acte peut être reçu par un notaire seul,
sans témoins.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 21
2.6 La Famille
Au sens du Code civil stricto sensu la famille comporte les époux et leurs enfants légitimes ou adoptés.

Le champ social et fiscal va au-delà du cadre strict de la famille légitime.

La famille au sens large s'étend aux autres membres avec qui il existe un lieu de parenté. Les alliés étant les époux ou
épouses de parents aux sens large

Les parents consanguins sont les parents paternels: les parents utérins sont les parents maternels.

Les parents germains sont les parents maternels et paternels (deux frères issus de la même mère et du même père
sont germains).

Dans la parenté, il convient de distinguer la ligne et le degré.

1. La ligne directe est droite et part des descendants pour remonter aux ascendants;

2. la ligne collatérale est un angle. partant de la personne concernée pour remonter à un ascendant
commun et redescendre a la personne vis-à-vis de laquelle il s'agit d'établir la parenté collatérale.

3. Le degré consiste en un nombre de générations

En matière successorale. Une personne n'a plus la qualité d'héritier au-delà du 4ème degré

2.7 La capacité
2.7.1 Notion de capacité civile

La capacité civile est l’aptitude reconnue par le Droit à certaines entités (les personnes) d’être sujet de droits et
d’obligations et de produire par leurs actes des effets juridiques.

Cette aptitude vaut en principe pour tous les domaines (contrats, actes de disposition, actes illicites, procédures qui
leur sont liées) régis par le droit privé, sous réserve de certaines capacités spéciales définies relativement à quelques
actes déterminés (mariage : capacité matrimoniale ; testament : capacité testamentaire).

2.7.2 Composantes

La capacité civile recouvre deux notions distinctes :

a. la capacité civile passive, ou jouissance des droits civils est l’aptitude à se voir attribuer des droits et
des obligations

b. la capacité civile active, ou exercice des droits civils est la faculté de produire des effets juridiques par
ses propres actes

2.7.3 Capacité et pouvoir de disposer

Un acte de disposition est un acte par lequel une personne aliène un droit dont elle est titulaire

Par exemple, une personne vend, donne ou détruit une chose qui lui appartient, c’est-à-dire transfère son droit de
propriété à autrui ou met fin à son droit de propriété.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 22
2.7.4 L'incapacité juridique

Certaines personnes ne sont pas encore capables ou plus capables, ou ne seront jamais capables de de gérer ou de
disposer de leurs biens. Ce sont, par exemple:

1. les enfants mineurs

2. les personnes atteintes de maladies mentales

3. certaines personnes handicapées mentales.

4. des personnes âgées qui ont perdu certaines facultés

5. toutes les autres personnes qui n'ont plus leur capacité

Toutes ces personnes, dites "incapables" peuvent posséder des biens, mais ne peuvent pas les gérer ou en disposer
(vendre, donner, ...) sans autorisation, sans assistance ou sans représentation.

2.7.4.1 Les enfants mineurs

"Article 388 du Code Civil: Le mineur est l'individu de l'un et de l'autre sexe qui n'a pas encore atteint l'âge de dix-huit
ans accomplis. "

Toutefois, à partir de 15 ans, l'enfant mineur peut être émancipé par jugement du tribunal de la jeunesse.

Tant que les père et mère sont en vie, ils représentent leur enfant mineur en vertu de l'autorité parentale et de
l'administration légale des biens de leur enfant. Si l'enfant mineur perd ses père et mère, il y aura ouverture de la
tutelle.

2.7.4.2 La mise sous minorité prolongée

La mise sous minorité prolongée est destinée à protéger ceux qui sont incapables de gérer leurs biens et leur personne
en raison de leur arriération mentale,

2.7.4.3 La mise sous administration provisoire

Les personnes totalement ou partiellement incapables d'assumer la gestion de leurs biens en raison de leur état
physique ou mental peuvent être protégées par une mesure de mise sous administration provisoire.

2.7.4.4 Les malades mentaux

Les malades mentaux sont protégés par une loi qui organise soit le traitement en milieu hospitalier, soit les soins en
milieu familial.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 23
3 Les biens
Un bien est "une chose (res) servant à l'usage de l'homme".

Le terme "bien" désigne le droit portant sur la chose (celle-ci n'ayant une utilité que parce qu'un droit peut être exercé
sur elle).

Le Code civil définit les biens comme les droits réels s'exerçant directement sur une chose.

Il existe deux catégories de droits réels :

a. le droit de suite : il permet au titulaire du droit réel de suivre le bien sur lequel il porte (ex : le propriétaire d'un
bien peut revendiquer celui-ci et exiger sa restitution à tout détenteur; le titulaire d'une servitude de passage
peut l'exercer quel que soit le propriétaire du fonds servant; etc.)

b. le droit de préférence : il permet au titulaire d'un droit réel sur une chose d'être préféré au titulaire d'un droit
personnel sur la même chose (ex : le créancier hypothécaire sera préféré aux autres créanciers si l'immeuble
sur lequel l'hypothèque a été constituée est mis en vente).

3.1 les droits réels principaux :


1. le droit de propriété

2. l'usufruit

3. l'usage

4. l'habitation

5. l'emphytéose

6. les servitudes

3.1.1 le droit de propriété

3.1.1.1 Définition
La propriété peut se définir comme le droit de jouir et de disposer d'une chose de la manière la plus absolue pourvu
que l'on n'en fasse pas un usage prohibé par la loi ou par les règlements (article 544 du Code civil).

Ce droit comporte trois attributs :

a. le droit d'utiliser la chose

b. le droit d'en percevoir les fruits (ex : recevoir les loyers d'un immeuble donné en location)

c. le droit de disposer de la chose (ex : transformer, détruire, vendre, donner, mettre en gage, etc.).

3.1.1.2 Les modes d'acquisition de la propriété

1. le contrat : on peut naturellement acquérir la propriété d'un bien par l'effet d'un contrat tel que la
vente, l'échange ou la donation.

2. la succession : on peut devenir propriétaire d'un bien ou d'un ensemble de biens lorsque l'on
hérite d'une personne.

3. l'occupation : on peut aussi devenir propriétaire d'un bien n'appartenant à personne par le seul
fait de la prise de possession de ce bien (ex : coquillages dans la mer, choses abandonnées
dans une poubelle, etc.).

4. l'invention : on désigne sous ce vocable l'acquisition de la propriété d'un bien enfoui dans le sol
et dont le propriétaire est inconnu par le seul fait de sa découverte (on parle juridiquement de
"trésor").

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 24
5. l'accession : il s'agit du mode d'acquisition de la propriété des choses produites par un bien dont
on est déjà le propriétaire (ex : les fruits d'un verger, les intérêts d'une somme d'argent, etc.) ou
des choses qui s'incorporent à un bien dont on est le propriétaire, soit naturellement (ex :
plantations), soit artificiellement (ex : les transformations faites par un locataire qui quitte les
lieux à la fin du bail).

6. la prescription acquisitive : une personne peut devenir propriétaire d'un bien par le seul
écoulement du temps lorsque sa possession est paisible, continue et non équivoque.

La prescription acquisitive est de :

a. 30 ans pour le possesseur d'un bien immeuble, même s'il est de mauvaise foi.

b. 20 ans pour le possesseur de bonne foi d'un immeuble pourvu qu'il dispose d'un juste titre (ex : une
personne achète une maison à une autre qui n'est pas le véritable propriétaire de ce bien : l'acheteur
de bonne foi détient un juste titre).

c. 10 ans pour le possesseur de bonne foi d'un immeuble s'il dispose d'un juste titre et si le véritable
propriétaire de ce bien se trouve dans le ressort de la cour d'appel où se trouve l'immeuble.

d. 3 ans pour le possesseur de bonne foi d'une chose mobilière qui a été volée.

Elle est instantanée pour le possesseur de bonne foi d'une chose mobilière qui n'a pas été soustraite frauduleusement
à son propriétaire (celui qui revendique la propriété d'un meuble vis-à-vis du possesseur doit donc prouver qu'il est le
véritable propriétaire (ex : ce bien a été prêté au possesseur).

3.1.2 l'usufruit

L'usufruit peut se définir comme le droit de jouir d'une chose appartenant à autrui à la condition de conserver cette
chose.

Le bénéficiaire de l'usufruit est appelé l'usufruitier.

Le propriétaire d'un bien faisant l'objet d'un usufruit est appelé le nu-propriétaire.

L'usufruit peut être consenti pour une période déterminée ou à vie.

3.1.2.1 Les modes d'acquisition de l'usufruit

L'usufruit peut résulter de la volonté humaine (contrat, testament) ou de la volonté du législateur (ex : l'usufruit légal du
conjoint survivant sur les biens de l'époux prédécédé).

L'usufruitier a le droit d'user de la chose (ex : il peut habiter l'immeuble faisant l'objet de son usufruit) et il peut en
percevoir les fruits (ex : percevoir les loyers de cet immeuble).

Il est tenu de :

a. faire l'inventaire des biens avant l'entrée en jouissance

b. fournir caution de jouir en bon père de famille (sauf dispense)

c. user de la chose en bon père de famille

d. entretenir le bien à l'exclusion des grosses réparations

e. supporter les charges annuelles de la chose (ex : précompte immobilier).

Le nu-propriétaire peut disposer de la chose mais il ne peut aliéner que le nue-propriété.

Il n'a en principe aucune obligation vis-à-vis de l'usufruitier, si ce n'est de ne pas troubler ce dernier dans l'exercice de
son droit.

3.1.2.2 L'extinction de l'usufruit

1. la mort de l'usufruitier

2. l'échéance du terme

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 25
3. la confusion (c'est-à-dire la réunion de l'usufruit et de la nue-propriété sur la tête de la même
personne)

4. la prescription extinctive (= le non-usage du droit pendant 30 ans)

5. la perte totale de la chose

6. la prescription acquisitive du droit par un tiers

7. la déchéance de l'usufruit pour abus de jouissance lorsque l'usufruitier n'exécute pas ses
obligations.

8. la renonciation au droit par l'usufruitier.

3.1.3 l'habitation

3.1.4 l'emphytéose

3.1.5 les servitudes

Une servitude est une charge imposée à un bien (le fonds servant) pour l’usage d’un autre bien (le fonds dominant)
appartenant à une autre personne.

Elle n’est pas liée à une personne mais à une chose : la servitude ne s’efface donc pas lorsque le bien change de
propriétaire.

Les servitudes peuvent naître de la situation des lieux (exemple : le fonds inférieur est tenu de recevoir les eaux qui
s’écoulent naturellement du fonds supérieur).

Elle peuvent aussi être établies par la loi (exemple : la personne qui occupe un fonds enclavé a le droit de passer sur le
fonds voisin pour rejoindre la voie publique).

Les servitudes peuvent enfin résulter de la volonté de l’homme (exemple : X concède un droit de passage au
propriétaire du fonds voisin afin de lui éviter un long détour pour atteindre la voie publique).

Les servitudes continues et apparentes (exemple : l’écoulement de l’eau par une canalisation traversant le terrain
voisin) peuvent s’acquérir par titre (convention) ou par prescription de 30 ans.

Les autres servitudes (exemple : le droit de passage) ne peuvent s’acquérir que par titre (convention ou décision de
justice).

Elles disparaissent soit par le non-usage pendant 30 ans, soit par la réunion des fonds en une seule main.

En cas de conflit portant sur une servitude, c’est le Juge de Paix qui est le seul compétent pour régler le problème.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 26
3.2 les droits réels accessoires :
1. le nantissement (gage)

2. l'hypothèque

3.2.1 le nantissement (gage)

3.2.2 l'hypothèque

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 27
4 Les obligations :
c'est ce que l'on appelle couramment "le droit commun" car cette matière comprend les règles de base de notre
droit civil (comment naissent les obligations, quelles sont leurs modalités, comment peuvent-elles disparaître ?).

L'obligation peut se définir de manière générale comme le lien de droit obligeant une personne à donner, faire ou ne
pas faire une chose :

- Donner : X doit réparer le dommage causé à Y par sa faute (il doit donc donner une indemnité).

- Faire : X s'est engagé à construire la maison de Y (il doit donc faire quelque chose).

- Ne pas faire : X s'est engagé à ne pas se fournir ailleurs que chez Y (il est donc tenu de ne pas faire quelque chose).

4.1 Les sources des obligations

1. le contrat : c'est l'acte par lequel une ou plusieurs personnes s'engagent envers une ou plusieurs autres personnes à
donner, faire ou ne pas faire quelque chose.

2. le quasi-contrat : le déséquilibre injuste et anormal entre 2 patrimoines peut être générateur d'obligations alors qu'il
n'y a aucun accord de volontés.

Il existe plusieurs types de quasi-contrat :

La gestion d'affaires : une personne accomplit dans l'intérêt et pour le compte d'une autre personne un acte matériel ou
juridique en dehors de toute obligation légale ou conventionnelle.

Le bénéficiaire de cette intervention va devoir rembourser les dépenses utiles et nécessaires qui ont été consenties
dans son intérêt.

Exemple : votre voisin est en vacances à l'étranger lorsqu'une fuite d'eau se produit dans son appartement.

Vous faites venir le plombier : votre voisin est tenu de vous rembourser.

Le paiement de l'indû : une personne paie une somme par erreur à une autre.

Le bénéficiaire de ce paiement indû va devoir rembourser cette somme.

Exemple : vous payez une facture alors que votre conjoint l'a déjà payée 2 jours plus tôt.

Le bénéficiaire de ce double paiement va devoir vous restituer ce que vous lui avez versé à tort.

L'enrichissement sans cause : une personne bénéficie d'un enrichissement au détriment d'un tiers sans que cela
résulte d'une obligation conventionnelle ou légale.

La personne qui en bénéficie va devoir indemniser l'appauvri dans le mesure de son enrichissement.

Exemple : un généalogiste permet à l'un de ses clients de revendiquer une part dans la succession d'une personne
dont ce dernier ignorait l'existence.

Ce généalogiste a le droit de réclamer une rémunération sur base de l'enrichissement sans cause.

3. le délit : on entend ici par délit tout acte réprimé par la loi pénale.

Celui qui commet un délit doit réparer le préjudice causé à la victime.

Nous vous invitons à cliquer ici si vous voulez aborder la lecture de nos pages consacrées au droit pénal.

4. le quasi-délit : celui qui cause un dommage à autrui par sa faute a l'obligation de réparer le préjudice ainsi causé.

On parle en ce cas de quasi-délit ou de responsabilité civile.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 28
Nous vous invitons à cliquer ici si vous voulez approfondir cette matière.

5. la loi : le législateur peut naturellement nous imposer le respect de l'une ou l'autre obligation (et il ne s'en prive
d'ailleurs pas) : obligation de voter, de payer ses impôts, etc.

4.2 Les modalités des obligations


Nous examinerons ici les modalités affectant la naissance, l'exigibilité ou l'extinction des obligations (le terme et la
condition) ainsi que les obligations à sujets multiples (les obligations conjointes, solidaires et indivisibles).

4.2.1 Le terme et la condition

Le terme peut se définir comme un événement futur et certain qui a pour effet de suspendre l'exigibilité d'une obligation
(vente à crédit, prêt à tempérament, etc.).

La condition est un événement futur et incertain qui a pour effet de suspendre la naissance d'une obligation (condition
suspensive) ou de provoquer l'extinction d'une obligation en cas de réalisation (condition résolutoire).

Exemple 1 : X achète une maison au prix de 100.000 € s'il obtient dans les quatre mois de la signature du compromis
de vente un prêt du même montant.

Exemple 2 : X achète une voiture de marque Z au prix de 20.000 € sauf s'il obtient un meilleur prix chez un autre
concessionnaire dans un délai de 15 jours.

4.2.2 Les obligations conjointes, solidaires et indivisibles

L'obligation conjointe est une obligation qui se divise entre plusieurs créanciers et/ou débiteurs.

Exemple : X et Y contractent ensemble un prêt de 25.000 €.

Il s'agit d'une obligation conjointe qui se divise entre eux : chacun est tenu de rembourser la moitié de la dette.

L'obligation solidaire est une obligation dont le créancier peut exiger le paiement intégral à chacun de ses débiteurs.

Exemple : X et Y contractent ensemble un prêt de 25.000 € mais il est stipulé dans le contrat que la dette est solidaire.

Le prêteur pourra exiger de chacun d'eux qu'il rembourse seul la totalité des mensualités du prêt.

Celui qui aura ainsi supporté seul le remboursement de l'emprunt pourra toutefois se retourner contre son codébiteur
afin que celui-ci paie sa part.

L'obligation indivisible est une obligation qui par sa nature ou par son objet ne peut être exécutée partiellement.

Exemple : X et Y vendent leur cheval à Z.

Il va de soi qu'ils devront livrer ensemble le cheval et non pas chacun une moitié de l'animal ...

4.3 Les effets des obligations


L'effet de toute obligation est de pouvoir contraindre le débiteur à donner, à faire ou à ne pas faire quelques chose.

Si le débiteur n'exécute pas volontairement son obligation, le créancier peut le forcer à le faire.

Pour procéder à l'exécution forcée d'une obligation, il faut tout d'abord mettre son débiteur en demeure d'exécuter cette
obligation (sauf si les parties ont préalablement convenu que l'échéance du terme vaut mise en demeure ou s'il s'agit
d'une obligation de ne pas faire).

Il faut ensuite obtenir à charge de ce débiteur une décision de justice le condamnant à exécuter ladite obligation (sauf
si l'obligation est constatée par un acte notarié, auquel cas il est possible de poursuivre l'exécution forcée sans
introduire une procédure en justice).

En principe, les obligations doivent être exécutée en nature.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 29
Ce n'est cependant pas toujours possible.

Dans ce cas, le créancier devra se contenter d'une exécution par équivalent sous la forme de dommages et intérêts (ex
: votre entrepreneur refuse de continuer les travaux que vous lui avez confiés : vous pourrez lui réclamer une
indemnité).

4.4 L'extinction des obligations


Les obligations peuvent s'éteindre de plusieurs manières :

1. le paiement

2. la novation

3. la compensation

4. la confusion

5. la remise de dette

4.4.1 Le paiement

Le paiement, au sens juridique du terme, désigne de manière générale l'exécution de l'obligation par le débiteur, quel
qu'en soit l'objet.

Exemple : le vendeur paie sa dette en livrant la chose vendue à l'acheteur.

C'est le mode normal d'extinction des obligations.

4.4.2 La novation

La novation est une convention par laquelle les parties remplacent une obligation par une autre, ce qui provoque
indirectement l'extinction de la dette initiale.

Exemple : X vend sa voiture à Y au prix de 10.000 €.

Par la suite Y propose à X de remplacer ce prix de 10.000 € par sa propre voiture et un montant complémentaire de
2.500 €.

X accepte cette proposition de Y.

Il y a novation par changement d'objet : l'obligation initiale de Y (le paiement d'un prix de 10.000 €) est remplacée par
une nouvelle obligation (la livraison de sa propre voiture et le paiement d'une somme de 2.500 €).

La dette initiale de Y est donc éteinte.

4.4.3 La compensation

La compensation peut se définir comme l'extinction de deux obligations qui existent entre deux personnes à
concurrence de la dette la moins élevée.

Exemple : X a confié à son garagiste le soin de réparer son véhicule.

Le garagiste envoie une facture de 2.000 € à X.

Il apparaît cependant que les réparations n'ont pas été correctement effectuées.

Les parties décident de soumettre la question au Tribunal compétent pour trancher le litige.

Après expertise du véhicule, le Tribunal condamne le garagiste à payer une indemnité de 1.200 € à X pour le préjudice
subi par celui-ci à cause de la mauvaise réalisation des travaux de réparation.

Il y aura en l'espèce une compensation entre la facture de 2.000 € et l'indemnité de 1.200 € en telle sorte que X ne
devra plus payer que 800 €.

Bref, la dette du garagiste envers X est éteinte, de même que celle de X envers le garagiste à concurrence de 1.200 €.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 30
4.4.4 La confusion

Il y a confusion lorsqu'il y a réunion de la qualité de créancier et de débiteur sur la tête de la même personne.

Exemple : le locataire d'un immeuble rachète celui-ci à son bailleur.

4.4.5 La remise de dette

La remise de dette est l'acte par lequel un créancier renonce volontairement à faire valoir ses droits à l'encontre de son
débiteur.

Exemple : X a emprunté une somme de 1.000 € à son ami Y.

Y renonce à lui réclamer le remboursement de ce montant car X l'a beaucoup aidé à surmonter une pénible maladie.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 31
5 La responsabilité :

Celui qui cause un dommage à autrui par sa faute doit indemniser la victime de cette faute.

Il n'est cependant pas toujours facile de prouver la faute commise par l'auteur du préjudice : c'est la raison pour
laquelle le législateur a prévu que certaines personnes sont présumées en faute dans certains cas.

Il existe aussi dans notre droit certains cas de responsabilité sans faute.

Il faut dès lors opérer une distinction entre :

1. la responsabilité pour faute personnelle

2. les présomptions de faute ou de responsabilité

3. les responsabilités objectives (sans faute)

5.1 La responsabilité du fait personnel


Si vous causez un dommage à autrui par votre propre faute, vous êtes responsable du préjudice ainsi causé et vous
devez indemniser la ou le(s) victime(s) de votre négligence ou de votre imprudence.

Il faut donc trois conditions pour engager votre responsabilité :

1. une faute : vous ne vous êtes pas comporté en "bon père de famille" car vous n'avez pas agi comme une
personne normalement prudente et diligente placée dans les mêmes circonstances.

2. un dommage (matériel ou moral)

3. un lien de causalité entre votre faute et le dommage subi par le(s) tiers.

Si ces trois conditions sont conjointement réunies, vous devrez réparer le préjudice que vous avez causé par votre
faute.

Il faut insister sur le fait que l'on ne peut engager votre responsabilité si l'on ne peut vous reprocher une faute : ce n'est
pas parce que vous avez causé un dommage à autrui que vous serez nécessairement responsable et que vous devrez
indemniser la victime de votre acte.

Cette réparation se fait normalement en nature mais, si cela n'est pas possible, vous devrez réparer le dommage par
équivalent (somme d'argent).

Il nous paraît également utile de préciser que vous n'obtiendrez jamais une indemnisation supérieure au préjudice qui
vous a été.

Les présomptions de faute ou de responsabilité

Vous n'êtes pas seulement responsable de vos propres fautes : vous êtes également responsable de tous les
dommages causés par certaines personnes dont vous répondez ou par certaines choses dont vous avez la garde.

5.2 La responsabilité du fait d'autrui


5.2.1 les parents

Les parents sont responsables des actes posés par leurs enfants mineurs

Exemple :

Un enfant jette un caillou sur son copain Nicolas et le blesse à l'oeil : ses parents sont présumés en faute.

Ils peuvent cependant renverser cette présomption en prouvant qu'ils ont bien éduqué leur enfant et qu'ils n'ont pas
manqué à leur devoir de surveillance.
Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois
EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 32
5.2.2 les instituteurs et les artisans

Les instituteurs sont responsables des actes posés par leurs élèves.

Les artisans sont responsables des actes posés par leurs apprentis.

Ils peuvent toutefois renverser cette présomption de faute en prouvant qu'ils n'ont pas manqué à leur devoir de
surveillance.

5.2.3 les maîtres et les commettants

Les maîtres et les commettants sont responsables des actes posés par leurs préposés.

Il faut :

a. un lien de subordination entre le préposé et le civilement responsable

b. une faute du préposé commise à l'occasion de ses fonctions.

Les maîtres et les commettants ne sont pas autorisés à renverser cette présomption de responsabilité.

5.3 La responsabilité du fait des choses


De manière générale, vous êtes responsable de tous les dommages causés par le vice d'une chose placée sous votre
garde.

Une chose est entachée d'un vice chaque fois qu'elle présente une caractéristique anormale susceptible de causer un
dommage à autrui.

Exemple :

le dispositif de retenue du pot de fleur que vous avez placé sur le bord de la fenêtre de votre maison au 2ème étage
cède à cause du vent et le pot tombe sur la tête de votre voisine : vous êtes responsable du dommage.

Il n'est pas possible de renverser cette présomption de responsabilité, sauf si vous parvenez à prouver que le préjudice
ne résulte pas du vice de la chose mais d'une cause étrangère.

De manière plus particulière, le Code civil vous rend responsable de tous les dommages causés par la ruine d'un
bâtiment dont vous êtes propriétaire si cette ruine résulte d'un manque d'entretien ou d'un vice de construction.

Vous ne pourrez pas non plus renverser cette présomption de responsabilité.

De même, vous êtes responsables de tous les dommages causés par un animal placé sous votre garde, même si cet
animal ne vous appartient pas.

5.4 Les responsabilités objectives


La responsabilité suppose normalement une faute à l'origine du dommage (cette faute peut être présumée).

Il existe cependant quelques exceptions à ce principe : c'est ce que l'on appelle la responsabilité objective.

Elle s'explique par la volonté du législateur de favoriser l'indemnisation des victimes dans certaines hypothèses.

Exemples :

L'employeur est objectivement responsable de tous les dommages subis par ses travailleurs à la suite d'un accident du
travail ou d'un accident sur le chemin du travail, même s'il n'a pas commis la moindre faute.

La loi prévoit que l'employeur doit être obligatoirement assuré contre ce risque.

Le fabricant d'un produit défectueux présentant un degré de sécurité insuffisant est responsable des dommages qui en
résultent pour les consommateurs.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 33
De même, le transporteur ou l'exploitant d'un aéronef est responsable de tous les dommages causés aux voyageurs ou
aux biens situés à la surface du sol.

Le concessionnaire est également responsable de tous les dommages causés aux particuliers par l'installation et la
distribution d''énergie (gaz, électricité, eau ...)

6 Les contrats
la vente, le bail, le contrat d'entreprise, le prêt, le dépôt, le mandat, etc.

Le contrat est un accord de volontés entre plusieurs parties.

Un écrit n'est en principe pas nécessaire pour que le contrat puisse sortir ses effets.

Les principaux contrats de la vie courante sont :

1. la vente

2. le bail

3. le contrat d'entreprise

4. le prêt

5. le dépôt

6. le mandat

6.1 la vente
Il y a contrat de vente dès que l'acheteur et le vendeur sont d'accord sur la chose et sur le prix : un écrit n'est donc pas
nécessaire.

L'échange des consentements est donc suffisant ... mais il est vrai que la preuve de l'existence et du contenu du
contrat sera plus difficile à rapporter à défaut d'écrit.

Sachez toutefois que la preuve par écrit n'est pas requise lorsque le prix de la chose est inférieur à 15.000 Fb : vous
pourrez ainsi établir l'existence et les modalités de la vente par toutes voies de droit (témoignages, présomptions, etc.).

La preuve écrite est par contre obligatoire dès que l'enjeu est supérieur à ce montant de 15.000 Fb (mais la preuve par
toutes voies de droit reste possible s'il y a eu un commencement de preuve par écrit ou impossibilité de se constituer
une preuve par écrit).

Dès qu'il y a un accord entre les parties sur le prix et sur la chose, plus personne ne peut reculer et renoncer à
l'exécution du contrat (sauf si l'autre partie accepte elle aussi de renoncer à la vente ou à l'achat).

Il est cependant possible, dans certains cas, de renoncer à la vente à condition de respecter le délai de réflexion prévu
par la loi : vous disposez en effet de 7 jours ouvrables à dater du jour suivant celui de la signature du bon de
commande en cas de vente à l'extérieur de l'entreprise du vendeur (ex : vente à domicile, vente pour un prix supérieur
à 8.600 Fb dans une foire ou un salon, vente par correspondance).

Notons à ce propos que si le recto du bon de commande ne mentionne pas votre faculté de renoncer à l'achat et la
procédure à suivre pour ce faire, le contrat sera considéré comme nul.

Lorsque le vendeur mentionne un prix à la vitrine de son magasin, il est tenu de vendre sa marchandise au prix indiqué
à toute personne prête à l'acquérir (il y a en effet un accord entre les parties sur le prix et l'objet de la vente en pareil
cas) : il ne peut dès lors refuser de vendre le bien que s'il est de bonne foi et que l'erreur est manifeste (ex: voiture
neuve à vendre pour un prix de 2.500 €).

Lorsque la chose vendue n'est pas immédiatement disponible, le vendeur exige souvent la signature d'un bon de
commande de manière à établir l'existence de l'échange de consentements sur la chose et le prix.

C'est une pratique parfaitement normale que l'on ne saurait trop conseiller à chacune des parties si elles souhaitent
éviter de futurs problèmes (elle est même obligatoire lorsque l'acheteur paie un acompte) ...

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 34
La plupart du temps, le bon de commande reprend les conditions générales du vendeur.

Les clauses qui figurent sur ces conditions générales font partie du contrat.

Elles précisent le plus souvent les conditions de la garantie et les sanctions applicables au cas où l'une des parties ne
respectent pas ses obligations contractuelles (clause pénale, intérêts de retard, juridiction compétente, etc.).

Attention : c'est au vendeur à prouver que ses conditions générales ont été portées à la connaissance de l'acheteur au
plus tard au moment de la conclusion du contrat.

Très souvent, les vendeurs se bornent à mentionner ces conditions générales de vente dans leurs factures : c'est trop
tard !

Les mauvais payeurs en profitent habilement pour soutenir avec succès que ces conditions ne leur sont pas
opposables et qu'elles ne peuvent dès lors pas être appliquées.

On conseillera donc aux vendeurs de se ménager la preuve de la connaissance préalable des conditions générales de
vente par l'acheteur (ex : par la signature du bon de commande).

Inversément, on conseillera aux acheteurs de prendre le temps de lire ces conditions générales qui, parfois, sont
abusives.

Il est ainsi admis, aujourd'hui, que les clauses pénales et les intérêts de retard doivent avoir un caractère indemnitaire :
il s'agit de réparer le préjudice causé au vendeur par l'acheteur négligent.

Si ces clauses ont pour effet de placer le vendeur dans une meilleure situation en cas de non respect du contrat par
l'acheteur qu'en cas d'exécution de celui-ci, elles perdent leur caractère indemnitaire et sont donc nulles (ex : clause
pénale équivalente à 20 % du montant de la vente et intérêts de retard de 15 % par an).

Il est donc indispensable de rédiger correctement ses conditions générales.

Nous vous signalons à ce propos que nous sommes à votre disposition pour établir vos conditions générales de vente
: pour de plus amples informations à ce sujet, nous vous prions de consulter notre chapitre "services" !

Que se passe-t-il si la chose livrée n'est pas conforme à ce que vous avez commandé au vendeur ?

L'acheteur doit tout simplement refuser la livraison !

Vous devez en tous les cas réagir dès réception de la chose.

Idéalement, vous devez indiquer votre motif de refus dans une lettre recommandée et mettre le vendeur en demeure de
vous livrer une choses conforme à celle que vous avez commandée.

Si vous subissez un préjudice, vous pourrez en outre réclamer des dommages et intérêts.

Par contre, si vous ne réagissez pas immédiatement et si vous utilisez la chose livrée sans formuler la moindre
protestation, vous ne pourrez plus exiger son remplacement, sauf s'il s'agit de vices cachés, c'est-à-dire de défauts qui
rendent la chose impropre à son usage et qui ne pouvaient pas être décelés au moment de la livraison par un examen
attentif de bon père de famille.

Dans cette dernière hypothèse, il faut absolument réagir à bref délai à partir de la découverte du vice caché, soit pour
demander l'annulation de la vente, soit pour demander une diminution du prix de vente.

Pour le reste, la vente d'un immeuble est un acte spécial qui doit nécessairement être passé devant un notaire.

Contrairement à ce que l'on pense, la vente ne se réalise pas au moment de la passation de l'acte authentique, mais
dès la signature du compromis de vente !

L'acheteur est donc propriétaire de l'immeuble dès qu'il a signé ce compromis de vente.

Il est cependant vrai que, la plupart du temps, la vente est affectée de la condition suspensive de l'obtention d'un prêt :
elle ne se réalisera dès lors que si l'acheteur obtient un financement pour l'acquisition du bien.

En règle générale, on laisse à l'acheteur un délai de 4 mois (délai endéans lequel le compromis doit être enregistré),
mais ce n'est pas toujours le cas.

Il est important de préciser que l'acheteur doit accomplir les démarches nécessaires pour l'obtention de son prêt : il ne
peut provoquer lui-même la défaillance de la condition suspensive en restant passif !

Il est tenu de faire le nécessaire pour obtenir le prêt et il doit, au besoin, s'adresser à plusieurs banques.
Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois
EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 35
S'il n'obtient pas son prêt malgré ces démarches, la vente ne se réalise pas et l'acompte doit être restitué.

S'il n'obtient pas son prêt parce qu'il n'a rien fait pour l'obtenir, le vendeur peut poursuivre l'exécution forcée de la vente
ou la résolution du contrat aux torts de l'acquéreur : dans les deux cas, ce dernier risque naturellement de perdre
l'acompte qu'il a versé au moment de la signature du compromise de vente.

6.2 le bail
Le bail est un contrat par lequel le bailleur cède au locataire la jouissance d'une chose contre le paiement d'un loyer.

Nous nous bornerons ici à examiner les règles applicables à la location de maisons ou appartements.

Le bail commercial est développé dans le cadre du cours de Droit Commercial.

1. bail écrit ou bail verbal ?


2. l'enregistrement du bail
3. l'état de la chose louée
4. la durée de la location
5. le loyer
6. les charges
7. la fin du bail
8. le bail de courte durée

6.2.1 Bail écrit ou bail verbal ?

Un bail peut être écrit ou verbal.

En principe, le bail écrit doit, pour être valable, être rédigé en autant d'exemplaires qu'il y a de parties à la convention
et chaque exemplaire doit normalement mentionner le nombre d'originaux rédigés et signés par les parties (un
exemplaire supplémentaire paraît en outre nécessaire pour l'enregistrement)..

Si ces conditions ne sont pas remplies, le bail est verbal.

Le bail verbal est aussi valable que le bail écrit.

Il subsiste cependant trois différences entre l'écrit et l'oral :

- si le bail verbal est conclu après le 31 mai 1997, il ne peut pas être indexé chaque année

- le bail écrit est obligatoire pour la location de courte durée (moins de 3 ans) ou pour la location de longue durée
(plus de 9 ans) car la loi présume que le bail verbal est conclu pour une durée de 9 ans

- un bail verbal ne peut être enregistré (la protection est donc moindre en cas de vente de la chose louée).

Nous vous conseillons vivement de recourir systématiquement à l'écrit car il est beaucoup plus difficile de prouver le
contenu exact d'un bail verbal en cas de contestation entre locataire et bailleur.

6.2.2 L'enregistrement du bail

En principe, le bail doit être enregistré dans les 4 mois de sa signature (une amende est prévue en cas de violation de
cette obligation).

Il s'agit d'une formalité obligatoire prévue par le droit fiscal.

En pratique, les originaux de la convention de bail sont présentés au bureau du receveur de l'enregistrement du ressort
dans lequel l'immeuble est situé.

Un timbre fiscal de 5 € doit être apposé sur les exemplaires destinés au bailleur et au(x) locataire(s) avant leur
présentation au receveur de l'enregistrement, lequel apposera un cachet attestant la date de l'enregistrement et le
paiement des droits relatifs à cet enregistrement.

La loi ne précise pas qui doit accomplir la formalité de l'enregistrement.

Très souvent, le contrat impose les frais de l'enregistrement au locataire, mais ce n'est pas obligatoirement le cas.

Si le contrat ne précise rien à ce propos, les frais sont partagés par moitié entre le bailleur et le preneur.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 36
Si le bail n'est pas enregistré (ce qui n'est pas rare), il reste naturellement valable et les parties sont tenues de le
respecter.

Il est toutefois utile de procéder à l'enregistrement pour conférer à la convention de bail une date certaine, ce qui oblige
les tiers (on pense surtout à celui qui achète le bien loué) à respecter le contrat.

Un bail verbal ne pouvant, comme nous l'avons vu, faire l'objet d'un enregistrement, il n'aura jamais une date certaine
(ce qui permet à l'acquéreur de la chose louée de se comporter comme si le bail n'existait pas, sous certaines
réserves).

6.2.3 L'état de la chose louée

Lorsque la location porte sur la résidence principale du locataire, les lieux loués doivent impérativement répondre aux
exigences élémentaires de sécurité, de salubrité et d'habitabilité (sauf s'il s'agit d'un bail de rénovation).

Les conditions minimales auxquelles le logement doit répondre concernent principalement :

- les fonctions du logement

- les exigences structurelles et de stabilité

- l'humidité du logement

- l'éclairage naturel et l'aération

- l'équipement du logement

- l'accès au logement et la circulation dans l'immeuble

Si le bien ne répond pas à ces exigences, le locataire peut demander la résolution du bail aux torts du bailleur avec, le
cas échéant, l'octroi de dommages et intérêts ou exiger l'exécution de travaux de nature à remettre le bien dans un état
convenable au niveau de la sécurité, de la salubrité et de l'habitabilité (le loyer peut être réduit par le Juge pendant la
période des travaux).

Très souvent, les parties établissent un état des lieux à l'entrée : il s'agit d'un document contenant une description
précise et détaillée de l'état de l'immeuble au moment de l'entrée du locataire dans les lieux.

Il n'est pas nécessaire de faire appel à un expert, mais cela s'avère souvent utile.

Pour être valable, l'état des lieux doit remplir certaines conditions :

- il doit être contradictoire (il doit être réalisé en présence du locataire et du bailleur)

- il doit être daté et signé par le locataire et le bailleur (un état des lieux établi unilatéralement par une seule des
parties ou par un expert désigné par une seule des parties peut toujours être contesté)

- il doit être précis et détaillé (une clause de style telle que : «L’immeuble est en bon état et bien connu des parties»
ne répond pas à cette exigence).

Si l'une des parties refuse de procéder à un état des lieux à l'entrée, l'autre partie peut exiger qu'il en soit dressé un
avant que le bien loué soit occupé par le locataire, pendant les 15 premiers jours d’occupation si la durée du bail est
inférieure à un an) ou pendant le premier mois d’occupation (si la durée du bail est égale ou supérieure à un an).

Si la partie adverse persiste à refuser la réalisation de cet état des lieux, il faut introduire une demande devant le Juge
de Paix avant l'expiration des 15 premiers jours d'occupation ou avant la fin du premier mois d'occupation que la durée
du bail est inférieure ou supérieure à un an.

A la fin du bail, il faut opérer une distinction :

- S'il n'y a pas eu d'état des lieux au moment de l'entrée du locataire, ce dernier présumé avoir reçu le bien loué dans
le même état que celui dans lequel il se trouve à la fin de la location.

- S'il y a eu un état des lieux à l'entrée, le locataire doit rendre le bien loué dans l'état dans lequel il l'a reçu (sauf si
les dégradations résultent de la vétusté ou de l'usure normale de la chose louée).

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 37
6.2.4 La durée de la location

En principe, le bail est conclu pour une durée de 9 ans.

Ce sera non seulement le cas non seulement si le contrat mentionne expressément cette durée, mais aussi lorsque le
bail est verbal, s'il est conclu sans indication de durée ou lorsque sa durée est comprise entre 3 et 9 ans (un bail de 6
ans n'est donc pas possible).

Il est cependant possible, à la condition de le prévoir dans le contrat, de conclure un bail de courte durée (moins de 3
ans), un bail de longue durée (plus de 9 ans) ou un bail à vie.

Reste à savoir à partir de quelle date il faudra calculer la durée de la location !

La date de l'entrée en vigueur est celle qui est prévue dans le contrat (s'il est écrit) ou celle à partir de laquelle le
locataire peut entrer dans les lieux loués (s'il est verbal).

6.2.5 Le loyer

Les parties fixent librement le montant du loyer.

En principe, celui-ci ne peut pas être modifié en cours de bail.

Cette règle n'est cependant pas absolue : il est en effet possible, sous certaines conditions prévues pas la loi, de
modifier le loyer à la fin de chaque triennat, pour autant que la demande de révision soit adressée entre le 9ème et le
6ème mois précédant l'expiration de ce triennat.

Si l'une des parties formule cette demande dans le délai légal, plusieurs solutions sont possibles :

- il y a accord sur la révision et le montant du nouveau loyer : il n'y a en ce cas aucun problème.

- il n'y a aucun accord entre les parties : le demandeur doit alors saisir le Juge de Paix entre le 6ème et le 3ème mois
précédant l'expiration du triennat.

Le Juge de Paix peut accorder la révision dans 2 hypothèses :

1) le demandeur prouve que, par le fait de circonstances nouvelles, la valeur locative normale du bien loué est
supérieure ou inférieure de 20 % au moins du loyer payé au moment de la demande de révision.

2) le demandeur établit que la valeur locative normale de la chose louée est supérieure de 10 % au moins au loyer
payé au moment de l'introduction de la demande en raison de travaux qu'il a effectués à ses frais dans les lieux loués.

Le loyer ne peut cependant pas être augmenté pendant 9 ans (à l'exception de l'indexation annuelle) lorsqu'il s'agit de
baux de courte durée successifs, de baux conclus avec un nouveau locataire ou de baux conclus à la suite d'un congé
donné par le bailleur.

6.2.6 L'indexation du loyer

Le loyer peut toujours être indexé, une fois par an, à la date anniversaire de l'entrée en vigueur du bail, même si le
contrat ne le prévoit pas (sauf si le contrat précise expressément que le loyer ne sera pas indexé).

L'indexation n'est cependant pas automatique : le bailleur doit le demander par écrit au locataire et il ne peut remonter
plus de 3 mois en arrière.

Il doit par ailleurs agir dans l'année car l'action en paiement de l'indexation est prescrite après un an.

L’indice des prix à la consommation est publié chaque mois par le Ministère des Affaires Économiques.

Nous vous invitons à cliquer ici si vous voulez prendre connaissance de cet indice.

Si le locataire ne paie pas ses loyers et/ou ses charges, le bailleur ne peut procéder lui-même à son expulsion

Il doit mettre son locataire en demeure de payer les arriérés de loyers et de charges (une lettre recommandée est
suffisante).

Si le preneur fait la sourde oreille, il doit déposer une requête devant le Juge de Paix pour réclamer la résolution du bail
aux torts du locataire et sa condamnation à payer les arriérés.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 38
Il convient de préciser à ce propos que l’action du bailleur tendant à obtenir le paiement des loyers est prescrite après
5 ans à compter de la date d'échéance de ces loyers.

6.2.7 Les charges

Les charges doivent faire l'objet d'un compte distinct du loyer, même si elles sont fixées forfaitairement.

Si les charges sont forfaitaires, elles ne peuvent en principe pas être modifiées unilatéralement par les parties pour
tenir compte des charges réelles.

Le bailleur et le locataire ont toutefois la possibilité de saisir le Juge de Paix pour lui demander la révision du forfait ou
la conversion en charges réelles (le magistrat cantonal statue en se fondant sur l'évolution des dépenses réelles).

Si les charges n'ont pas été fixées forfaitairement, elles doivent correspondre à la réalité (la charge de la preuve pèse
sur le bailleur qui doit dès lors produire l'ensemble des pièces justificatives).

6.2.8 Le précompte immobilier

Le précompte immobilier relatif à l'immeuble loué ne peut jamais être mis à la charge du locataire.

Il est par ailleurs réduit de 10 % par enfant à charge ou de 20 % par personne handicapée à charge lorsque l'immeuble
est occupé par un locataire qui est le chef d'une famille comptant au moins deux enfants en vie ou une personne
handicapée.

C'est le bailleur qui doit demander au fisc le bénéfice de cette réduction mais, étant donné que c'est la situation de
famille du locataire qui justifie cette réduction, c'est le locataire qui doit profiter de cet avantage.

C'est la raison pour laquelle le locataire peut déduire de son loyer cette réduction du précompte immobilier, même si le
contrat le lui interdit.

6.2.9 La fin du bail

La location prend normalement fin à l'expiration du terme convenu entre les parties.

Il convient toutefois de donner un congé à l'autre partie au moins 6 mois avant l'échéance pour éviter une tacite
reconduction.

Dans le cas contraire, le bail est prolongé pour une période de 3 ans aux mêmes conditions (et chacun aura alors la
possibilité de mettre fin à ce bail prorogé, tous les 3 ans, sans motif et sans devoir payer d'indemnité.

Il est cependant possible pour chacune des parties de mettre fin anticipativement à la convention de bail moyennant le
respect de certaines conditions :

6.2.10 La résiliation par le bailleur

Le bailleur a la possibilité de mettre fin au bail avant l'échéance de son terme sous certaines conditions :

1. l'occupation personnelle

2. la réalisation de travaux

3. la résiliation avec indemnité

De manière générale, le preneur peut quitter les lieux loués avant l'expiration du délai de préavis en adressant un
"contre-préavis" au bailleur.

6.2.10.1 L'occupation personnelle

Le bailleur peut mettre fin au bail à tout moment, pour occupation personnelle, à la condition de notifier un congé de 6
mois.

Ce congé, pour être valable, doit mentionner le motif invoqué et l'identité de la personne qui occupera personnellement
et effectivement le bien loué.

Ill peut s'agir du bailleur lui-même, de son conjoint, de ses enfants, petits-enfants ou enfants adoptifs et de ceux de son
conjoint, de ses ascendants (père, mère, grands-parents) et de ceux de son conjoint ou de ses frères et soeurs, oncles
et tantes, neveux et nièces, et de ceux de son conjoint.

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 39
Le bailleur ne pourra plus mettre fin au bail en vue de l'occupation personnelle par des membres de sa famille au 3ème
degré pendant les 3 premières années du bail si le bail a été conclu ou renouvelé après le 31 mai 1997.

Le locataire peut exiger du bailleur la preuve du lien de parenté et ce dernier est tenu de prouver ce lien dans les 2
mois de la demande.

S'il ne le fait pas, le locataire peut déposer une requête en nullité du congé dans les deux mois précédant la fin du
délai de préavis.

La loi prévoit que l'occupation personnelle des lieux par le bailleur ou l'un de ses proches doit avoir lieu dans l'année
qui suit l'échéance du préavis donné, ou en cas de prolongation, après restitution des lieux par le locataire, et se
prolonger de façon effective et continue pendant deux ans au moins.

Si ces conditions ne sont pas réalisées, le locataire peut réclamer une indemnité égale à 18 mois de loyers (sauf
circonstance exceptionnelle invoquée par le bailleur).

6.2.10.2 La réalisation de travaux

Le bailleur peut également mettre fin au bail à l'expiration de chaque triennat et moyennant un préavis de 6 mois s'il
envisage de procéder à des travaux de reconstruction, transformation ou rénovation du bien loué.

Le congé doit préciser le motif invoqué et respecter 4 conditions :

1. Il faut annexer à cet acte une copie du permis de bâtir (si les travaux envisagés requièrent un tel permis), un devis
détaillé, une description des travaux avec une estimation détaillée de leur coût (si le bailleur a l'intention de réaliser lui-
même les travaux) ou un contrat d'entreprise.

2. Le bailleur doit prouver que les travaux envisagés respectent les règles urbanistiques en vigueur.

3. Il doit également établir que les travaux affecteront le corps du logement occupé par le locataire.

4. Le coût des travaux doit être supérieur à trois années de loyers (si l'immeuble dans lequel est situé le bien loué
comprend plusieurs logements loués appartenant au même bailleur et affectés par les travaux, il suffit que le coût
global des travaux dépasse deux années de loyer de l'ensemble de ces logements).

En outre, en vue d'assurer le bon déroulement des travaux, le bailleur peut à tout moment mettre un terme au bail de
chaque logement concerné moyennant un préavis de 6 mois mais ce bail ne peut pas être résilié pendant la première
année.

La loi prévoit que les travaux doivent être commencés dans les 6 mois et être terminés dans les 24 mois qui suivent
l'échéance du préavis donné, ou en cas de prorogation, après restitution des lieux par le locataire.

Le locataire peut demander au bailleur de lui communiquer tous les documents (factures, photographies, ... )
permettant de prouver que les travaux projetés ont été réalisés dans les conditions et les délais prévus par la loi.

Si le bailleur ne réalise pas les travaux dans les conditions et les délais prévus, le locataire a droit à une indemnité
égale à 18 mois de loyers (sauf circonstance exceptionnelle).

6.2.10.3 La résiliation sans motif moyennant une indemnité

Le bailleur peut mettre fin au bail à l'expiration de chaque triennant sans founir le moindre motif mais à la condition de
respecter un préavis de de 6 mois et de verser au locataire une indemnité égale à 9 mois de loyers si le congé est
notifié à la fin du premier triennat ou 6 mois de loyers si le congé est notifié à la fin du deuxième triennat.

6.2.10.4 La résiliation par le preneur

Le locataire peut mettre fin au bail à tout moment à la condition de notifier au bailleur un congé de 3 mois.

Il n'est jamais tenu de motiver son congé.

S'il quitte les lieux loués pendant le premier triennat, il doit payer au bailleur une indemnité égale à 3 mois de loyers s'il
part au cours de la lère année, 2 mois de loyers s'il part au cours de la 2ème année ou 1 mois de loyer s'il quitte
l'immeuble au cours de la 3ème année.

En outre, si le bailleur notifie au locataire un préavis de 6 mois pour occuper les lieux personnellement, exécuter des
travaux ou moyennant une indemnité, évoquer de motif, le locataire peut à son tour notifier un préavis de 1 mois sans
devoir payer la moindre indemnité, même si le congé intervient pendant le premier triennat (si le congé du bailleur est
notifié après le 31 mai 1997).

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 40
ATTENTION : ces règles ne sont valables que pour les baux de 9 ans (situation la plus fréquente). Il n'est pas possible
de mettre fin anticipativement à un bail de courte durée (3 ans ou moins) sans l'accord de l'autre partie, sauf si le
contrat prévoit expressément cette possibilité (voir plus bas sur cette page) !

6.2.10.5 La résiliation de commun accord

Les parties peuvent toujours mettre fin au bail anticipativement de commun accord.

6.2.11 La résolution du bail

Lorsque le locataire (ou le bailleur) n'exécute pas ses obligations, l'autre partie peut poursuivre l'exécution forcée de la
convention de bail ou solliciter la résolution de cette dernier avec l'octroi de dommages et intérêts.

6.2.12 Le bail de courte durée

Les parties peuvent conclure un bail de courte durée (moins de 3 ans) si elles le souhaitent (ou plusieurs contrats pour
une durée totale inférieure à 3 ans).

Ce contrat doit toutefois faire l'objet d'un écrit (nous avons vu plus haut que le bail verbal est toujours conclu pour une
durée de 9 ans).

Il n'est pas possible de mettre fin anticipativement à un bail de courte durée.

Si le bail est conclu, renouvelé ou prorogé après le 31 mai 1997, les règles suivantes sont par ailleurs applicables :

- Le bail de courte durée ne peut être prorogé aux mêmes conditions qu'une seule fois et seulement par écrit pour
une durée totale qui ne peut excéder 3 ans.

- La durée de ces contrats successifs ne doit pas nécessairement être la même (il est par exemple possible de
conclure un bail de 6 mois et de le proroger pour 1 an).

- Il n'est possible de mettre fin au bail de courte durée que si le contrat le prévoit de manière expresse.

- Le bail prend fin moyennant un congé notifié au moins 3 mois avant l'échéance du terme convenu : si aucun congé
n'a été donné dans ce délai ou si le locataire a continué à occuper les lieux loués après la durée convenue sans que le
bailleur s'y oppose (même avec un nouveau contrat), le bail initial se poursuit aux mêmes conditions, mais il est
supposé avoir été conclu dès le départ pour une période normale de 9 ans.

Enfin, si le bailleur conclut un nouveau bail de courte durée avec un nouveau locataire, le nouveau loyer de base ne
peut excéder le loyer de base du locataire précédent (indexé).

6.3 le contrat d'entreprise


Le contrat d'entreprise est un contrat par lequel une partie s'engage à effectuer un travail au profit d'une autre personne
contre une rémunération, mais sans être placée sous l'autorité du bénéficiaire de la prestation (il y aurait en ce cas un
contrat de travail).

La prestation peut être :

- matérielle (ex : construire une maison)

- intellectuelle (ex : la défense de vos intérêts par un avocat)

La matière est immense : il n’est évidemment pas possible de la développer entièrement ici.

Nous nous bornerons donc à l'effleurer en examinant surtout les règles essentielles qui régissent le contrat d'entreprise
dans le cadre de la construction d'un bien immeuble.

C'est en effet souvent à cette matière que l'on pense lorsque l'on parle de contrat d'entreprise.

Il faut cependant attirer votre attention sur le fait que le contrat d'entreprise n'est pas seulement celui que vous signez
avec un ou plusieurs entrepreneur(s) de construction, mais aussi celui que vous signez avec votre architecte (lequel
effectue pour vous un travail intellectuel de conception).

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 41
6.3.1 Le contrat avec l'architecte

Vous êtes tenu de faire appel à un architecte dès que les travaux envisagés nécessitent un permis de bâtir (ce qui est
très souvent le cas).

Les obligations de l'architecte sont les suivantes :

la conception : il doit naturellement concevoir l'ouvrage en tenant compte de vos souhaits (plans, cahier des charges,
etc.)

le devoir de conseil : il doit vous assister dans toutes vos démarches administratives tendant à l'obtention du permis de
bâtir, vous conseiller sur le budget de la construction, vous donner son avis sur la qualité des matériaux, vous assister
lors de la signature du contrat d'entreprise avec le(s) entrepreneur(s), etc.

la surveillance : il doit vérifier si l'entrepreneur respecte les plans, les cahiers des charges et, de manière générale, les
règles de l'art.

6.3.2 Le contrat avec l'entrepreneur

Vous n'êtes pas obligé de faire appel à un entrepreneur, même si les travaux nécessitent un permis de bâtir.

Vous êtes libre de le choisir, sauf si vous faites appel à un promoteur qui vous livrera une maison "clé sur porte".

En principe, l'entrepreneur qui accepte la mission de construire doit respecter les plans et les cahiers des charges
établis par l'architecte.

Il est conseillé de prévoir de manière expresse le délai endéans lequel les travaux devront être réalisés et la sanction
applicable en cas de dépassement de ce délai.

Le prix n'est pas un élément essentiel du contrat d'entreprise : l'entrepreneur peut donc commencer les travaux, même
si le prix n'a pas encore été fixé.

Pour vous éviter de mauvaises surprises, il faut donc exiger un devis avant le commencement des travaux.

Attention : vous devez absolument exiger que l'entrepreneur vous donne la preuve de son enregistrement car, s'il ne
l'est pas, vous devrez payer à sa place une série de frais (cotisations sociales, TVA).

L'entrepreneur de construction est naturellement responsable de tous les vices de construction affectant l'immeuble
qu'il a construit, transformé ou rénové.

Il faut toutefois opérer une distinction entre :

1) les vices apparents : ce sont ceux qui sont facilement décelables par un examen attentif de bon père de famille.

Vous devez absolument les mentionner sur les PV de chantier et sur le PV de réception provisoire établi à la fin des
travaux : si vous ne le faites pas, vous serez présumé les avoir acceptés tels quels sans indemnité (sauf les vices qui
affectent la solidité de l'immeuble qui sont couverts par la garantie décennale).

2) les vices cachés : ce sont naturellement ceux qui n'apparaissent pas tout de suite, malgré un examen attentif de
l'ouvrage.

Vous devez les signaler à bref délai pour ne pas perdre vos droits à la réparation du préjudice causé par ces défauts

Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois


EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 42
6.4 le prêt
Le prêt est un contrat par lequel une personne remet une chose à une autre personne afin que celle-ci puisse s'en
servir temporairement.

Contrairement à ce que l'on croit généralement, le prêt est un contrat qui est par nature gratuit (s'il ne l'est pas, il s'agit
d'un bail).

Il existe toutefois un forme de prêt très répandue qui n'est pas un prêt à usage mais un prêt à consommation : lorsque
la chose prêtée se consomme par l'usage que l'on en fait avec impossibilité de restituer exactement la même chose
mais seulement une chose semblable (argent), on parle de prêt à consommation et ce type prêt, contrairement au prêt
à usage, peut être conclu à titre onéreux (c'est le prêt à intérêt).

6.5 le dépôt
Le dépôt est un contrat par lequel une personne remet une chose à une autre personne afin que celle-ci la garde
temporairement et la restitue à première demande.

Exemples :

Vous laissez votre voiture sur un parking payant.

Vous laissez votre manteau au vestiaire.

Le dépôt est en principe gratuit mais il n'est pas interdit de prévoir une rémunération en faveur du dépositaire (rien ne
pourra par contre être réclamé si rien n'est stipulé dans le contrat qui peut être verbal).

Il est très important de préciser que le dépositaire ne peut utiliser la chose faisant l'objet du dépôt : il ne peut que la
garder.

Il est naturellement tenu de la restituer dans le même état : il engage sa responsabilité s'il ne le fait pas (ex : la chose a
été volée ou détruite) sauf en cas de force majeure.

Signalons enfin que, contrairement à ce que l'on pourrait croire, les dépôts sur un compte en banque ne sont pas de
véritables dépôts : ils obéissent à des règles spécifiques qu'il n'est pas possible de développer sur cette page.

6.6 le mandat
Le mandat est un contrat par lequel une personne accomplit au nom et pour le compte d'une autre personne un acte de
nature juridique.

Le mandat peut être verbal mais il est utile de prévoir un écrit pour éviter toute contestation : cet écrit porte le nom de
procuration.

L'acte que le mandataire pose au nom et pour le compte de son mandant engage directement ce dernier et non le
mandataire.

Exemple 1 : l'agence immobilière X signe un compromis de vente avec Y au nom et pour le compte de son client Z.

Le contrat se noue entre Y et Z et non entre X et Y.

Si une contestation surgit à propos de l'application de la convention, il ne servira à rien de lancer une procédure à
l'encontre de l'agence immobilière X qui sera considérée comme un tiers par rapport à ce contrat dont elle n'est pas
une partie puisqu'elle ne s'est pas engagée personnellement.

Il va cependant de soi que le mandataire doit rendre compte au mandant : il ne peut agir que dans le cadre de son
mandat.

Exemple 2 : l'avocat est le mandataire de son client (il n'est d'ailleurs pas tenu de le prouver avec une procuration : il
lui suffit de dire qu'il est consulté pour que l'on considère qu'il est le représentant de son client - voir à ce propos notre
chapitre consacré à cette profession).

Les actes qu'il pose au nom et pour le compte de son client sont donc présumés être accomplis par le client lui-même
(citation, conclusions, correspondance, etc.).
Droit Civil : Éléments de Droit des Personnes Serge Clerbois
EPS - Section "Gradué en Secrétariat" Page 43