Vous êtes sur la page 1sur 2

Le Laboureur et ses enfants

Travaillez, prenez de la peine :


C’est le fonds qui manque le moins.
Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût.
Creusez, fouillez, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse.
Le père mort, les fils vous retournent le champ
Deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an
Il en rapporta davantage.
D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.

Jean de La Fontaine

Jean de La Fontaine (né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry, et mort le 13 avril 1695 à Paris) est un
poète français de grande renommée, principalement pour ses Fables et dans une moindre mesure
ses contes licencieux. On lui doit également des poèmes divers, des pièces de théâtre et des livrets
d'opéra qui confirment son ambition de moraliste.

Proche de Nicolas Fouquet, Jean de La Fontaine reste à l'écart de la cour royale mais fréquente les
salons comme celui de Madame de La Sablière et malgré des oppositions, il est reçu à l'Académie
française en 1684. Mêlé aux débats de l'époque, il se range dans le parti des Anciens dans la fameuse
Querelle des Anciens et des Modernes.

C'est en effet en s'inspirant des fabulistes de l'Antiquité gréco-latine et en particulier d'Ésope, qu'il
écrit les Fables qui font sa renommée. Le premier recueil qui correspond aux livres I à VI des éditions
actuelles est publié en 1668, le deuxième (livres VII à XI) en 1678, et le dernier (livre XII actuel) est
daté de 1694. Le brillant maniement des vers et la visée morale des textes, parfois plus complexes
qu'il n'y paraît à la première lecture, ont déterminé le succès de cette œuvre à part et les Fables de
La Fontaine sont toujours considérées comme un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature
française. Le fabuliste a éclipsé le conteur d'autant que le souci moralisant a mis dans l’ombre les
contes licencieux publiés entre 1665 et 1674.

Biographie

Jean de La Fontaine passe ses premières années à Château-Thierry dans l'hôtel particulier que ses
parents, Charles de La Fontaine, Maître des Eaux et Forêts et Capitaine des Chasses du duché de
Château-Thierry, et Françoise Pidoux de la Maduère, fille du bailli de Coulommiers, ont acheté en
1617 au moment de leur mariage. Le poète gardera cette maison jusqu'en 1676. Classée monument
historique en 1887, la demeure du fabuliste abrite aujourd’hui le musée Jean de La Fontaine1.

Jean de la fontaine, grand auteur du 18ème siècle, appartenant au classicisme, est connu pour ses
Fables. Lesfables sont de courts récits distrayant, cependant ils possèdent une visée didactique. Le
Laboureur et ses enfants que nous allons analyser met en scène un père invente une histoire de
trésor afin depousser au travail ses enfants. Comment Jean de la fontaine tente-il d'inculquer les
valeurs du travail à ses enfants? Nous répondrons a cette question en traitants les attitudes des
personnages puisl'efficacité de l'argumentation de Jean de La Fontaine.

Dans cette fable, le père mourant et ses fils sont mis en scène. Ces différents personnages ont une
attitude différente. Le père, mourant,semble très attaché à sa terre et donc souhaite absolument la
protéger : « Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage » vers 5. Ensuite il veut inciter ses fils a
travailler, on peut s'en apercevoird'un champ lexical du travail : « travail, bêchez, creusez ... ». Le
Laboureur instaure une stratégie afin que ses fils travaillent et ne vendent pas ses terres une fois qu'il
sera décédé. Il décidede mettre en place une histoire de trésor pour appâter ses fils « Un trésor est
caché dedans » vers 7. Nous retrouvons donc une champs lexical de l'argent « trésor, argent,
héritage.. ». Les filsréagissent promptement a l'appât du gain, puisque dès la mort du père ils se
mettent a travailler la terre. Comme le prouve l'accumulation « deçà, delà, partout » les fils
travaillent d'arrache pied afin« d'inventer le trésor ». les vers 14 et 15 « si bien qu'au bout de l'an il
en rapporta davantage » nous prouve que les fils ont réellement cru a l'histoire du trésor, mais de
cette manière il estpossible qu'ils aient compris l'importance du travail.

Tout au long de sa fable, Jean de La Fontaine argumente en faveur de travail. Il interpellent le lecteur
à l'aide des pronoms « vous » (qui...