Vous êtes sur la page 1sur 2

M é thode colorim é trique pour la d é termination des sucres et des substances apparent é es

MICHEL DUBOIS, K. A. GILLES, J. K. HAMILTON, P. A. REBERS, and FRED SMITH

Division de biochimie, Universit é du Minnesota, St. Paul, Minn.

Les sucres simples, les oligosaccharides, les polysaccharides et leurs dérivés, y compris les méthyléthers avec des groupes réducteurs libres ou potentiellement libres, donnent une couleur jaune orangé lorsqu'ils sont traités au phénol et à l'acide sulfurique concentré. La réaction est sensible et la couleur est stable. En utilisant cette réaction phénol-acide sulfurique, une méthode a été mise au point pour déterminer les quantités submicro de sucres et de substances apparentées. En conjonction avec la chromatographie de partage sur papier, le procédé est utile pour déterminer la composition des polysaccharides et de leurs dérivés méthylés.

Les tests COLORI METRIC pour la réduction des sucres et Les polysaccharides sont connus depuis longtemps. Les réactifs tels que le 1-naphtol (33) pour les glucides en général; benzidine pour les pentoses et les acides uroniques (27, 49, 50); naphto-résorcinol pour les acides uroniques (51); et le résorcinol (43), le naphthore-sorcinol (39) et l'acide résorcinol- disulfonique (31) pour les cétoses sont des exemples bien connus de tests colorimétriques pouvant être réalisés en solution acide. De tels tests et leurs modifications utilisant des amines aromatiques et des phénols (4, 22, 38) ont récemment acquis une importance accrue depuis le développement important de la chromatographie de partage pour la séparation et la caractérisation de quantités infimes de sucres et de leurs dérivés (1, 4, 8, 11, 12, 17, 18, 2123, 26, 36, 39, 47). Les polyols et les glucides avec un groupe réducteur peuvent être détectés par le réactif d’argent de Tollens (39, 52), qui est peut- être l’un des meilleurs réactifs de l’art de la chromatographie. Les sucres réducteurs sont également décelables à l'acide picrique (7, 17), à l'acide 3,4-dinitrobenzoïque (5), à l'acide 3,5- dinitro-salicylique (6, 32, 48), à l'o-dinitrobenzène (17, 40) et bleu de méthylène (54), tandis que le diazouracile est considéré comme spécifique du saccharose ainsi que des oligosaccharides et des polysaccharides contenant le résidu de saccharose (42).

Les procédures volumétriques impliquant l’utilisation de ferriCyanure de potassium (19), de sulfate cérique (45), de sulfate de cuivre (16, 44) et d’hypoïodite de sodium (20) s’appliquent à la détermination de petites quantités de sucres réducteurs après séparation par chromatographie de séparation. Cependant, l'expérience montre que ceux-ci. Les méthodes nécessitent une habileté considérable et prennent beaucoup de temps et sont sensibles à de légères variations dans les conditions.

Les réactifs anthrone (13, 14, 28, 34, 35, 53) et l- naphtolsulfonate (10) sont excellents pour les solutions de sucre standard (34), mais, lorsqu'ils sont appliqués à l'analyse des sucres séparés par chromatographie de partage, des traces de révélateur solvant résiduel peuvent les rendre inutiles. La plupart des sucres peuvent être séparés sur du papier filtre par

un solvant phénol-eau (39), mais ils ne peuvent alors pas être déterminés par le réactif anthrone, car le phénome`re résiduel maintenu fermement dans le papier interfère avec la couleur verte produite par le réactif anthrone. De plus, le réactif anthrone est coûteux et ses solutions dans l'acide sulfurique ne sont pas stables (30, 34). La méthode à l'anthrone présente également l'inconvénient d'être satisfaisante pour les sucres libres et leurs glycosides, son utilisation est limitée pour les sucres méthylés et les pentoses. Bien que l'acide butanol- propionique-eau soit un excellent solvant pour séparer les disaccharides (4), l'acide propionique résiduel interfère avec le procédé au 1-naphtolsulfonate.Le phtalate d’anine (38) et le trichloroacétate d’aniline (17) ont été utilisés pour la détermination colorimétrique des sucres et de leurs dérivés (2, 3); ces réactifs, cependant, ne sont pas satisfaisants pour les cétoses.

Le phénol en présence d'acide sulfurique peut être utilisé pour la microdétermination colorimétrique quantitative des sucres et de leurs dérivés méthyliques, des oligosaccharides et des polysaccharides (15). Cette méthode est particulièrement utile pour la détermination de petites quantités de sucres séparés par chromatographie de partage sur papier avec le solvant phénol-eau, ainsi que pour les sucres séparés avec des solvants volatils, tels que butanol-éthanol-eau (39), acétate d'éthyle- acétique. acide-eau (26), ou méthyléthylcétone-eau (4, 39). La méthode est simple, rapide et sensible, et donne des résultats reproductibles. Le réactif est peu coûteux et stable, et une solution donnée nécessite une seule courbe standard pour chaque sucre. La couleur produite est permanente et il est inutile de porter une attention particulière au contrôle des conditions.

DÉTERMINATION DE LA CONCENTRATION DE SUCRE PURSOLUTIONS

Réactifs et appareils. Acide sulfurique, qualité de réactif 95,5%, conforme aux spécifications ACS, densité 1,84.Phénol à 80% en poids, préparé en ajoutant 20 grammes d’eau distillée dans du verre à 80 grammes de phénol redistillé de qualité réactif. Ce mélange forme un liquide blanc qui se pipette facilement. On sait que certaines préparations restent blanchies à l’eau après une année de conservation, alors que d’autres deviennent jaune pâle en 3 ou 4 mois. La couleur jaune pâle qui se développe parfois n'interfère pas dans la détermination, dans la mesure où un blanc est inclus.Coleman Junior, Evelyn, Klett-Summerson ou Beckman Spectrophotomètres DU. Tous ont été utilisés avec satisfaisante résultats dans cette enquête.

Traduit par: Mekahlia Oussama
Traduit par: Mekahlia Oussama

Traduit par: Mekahlia Oussama