Vous êtes sur la page 1sur 12

MAFP 212 Compte rendu : TP rhéologie

INTRODUCTION
.

La rhéologie, mot inventée par Bingham en 1929 a partir du verbe grec REO
qui veut dire couler ), est l'étude des écoulements et des déformations. Devant
l'impuissance de la théorie de l'élasticité et de la mécanique des fluides (théories
élaborées au 19e siècle) a décrire et a expliquer les propriétés de matériaux aux
comportements mal définis et intermédiaires entre celui du solide élastique
parfait (ou les contraintes sont proportionnelles aux déformations) et celui du
fluide newtonien (ou les contraintes sont proportionnelles aux vitesses de
déformation), il est apparu nécessaire d'élaborer cette nouvelle discipline. Les
études expérimentales s'attachent a mesurer les propriétés de l'écoulement des
matériaux tandis que les approches théoriques cherchent les équations
constitutives reliant contraintes et déformations.
Dans le domaine pétrolier la rhéologie est d’une importance capitale vu sa
liaison avec les fluides de forage avec lesquels ont parvient a forer un puits en
toute sécurité et bien contrôlé ,et pour pouvoir assurer cette sécurité et ce control
la rhéologie ,nous permet la bonne maitrise et suivi de ces derniers .

LE BUT DU TP

Détermination des caractéristiques rhéologiques de deux solutions de


Bentonite à différents concentration (5% et 10%).

-Modélisation de la courbe d’écoulent.

-Appréciation de la thixotropie.

Réalisé par :HALIT Cherif


MAFP 212 Compte rendu : TP rhéologie

III.NOTIONS THEORIQUES :

III.1.Ecoulement de boues de forage:


Les boues de forage utilisées dans l'exploitation pétrolifère sont des suspensions
concentrées de particules solides. Leur comportement rhéologique est non newtonien et leur
hémogramme (caractéristique contrainte - gradient de vitesse) met en évidence l'existence
d'une contrainte seuil, en dessous de laquelle le fluide ne s'écoule pas. Au delà de la contrainte
seuil, on peut représenter le comportement du fluide soit par une relation linéaire (fluide de
Bingham), soit par des relations plus réalistes (comme celle du fluide de Casson).

III.2. La bantonite :
Les bentonites sont généralement un produit d’altération de roches éruptives,
quelquefois de cendres volcaniques. C’est un minéral assez répandu, on en exploite en
Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Etats-Unis, France, Italie Russie et dans divers autres
pays.

Dans le cas des boues de foragee, les bentonites constituent le produit de base le plus
répandu pour les boues à base d’eau . Du fait de leurs propiétés de gonflement elles conférent
les caractéristiues rhéologiques, thixotropiques et de filtration.

III.3. Les caractéristiques rhéologiques :


Dans les conditions de température et de pression données le fluide est caractérisé par :

1. Son comportement en régime transitoire représenté par le temps de réponse aux


modifications d’écoulement. (ce point n’été pas étudié dans ce TP).

2. Son comportement en régime laminaire, caractérisé par sa courbe d’écoulement


expérimental ou rhéogramme. Et les paramètres rhéologique c'est-à-dire les
coefficients constants de l’équation d’écoulement.

L’équation d’écoulement permet d’exprimer la contrainte de cisaillement ζ, en


fonction de taux de cisaillement .
𝑑𝑣 𝐷𝑖𝑓𝑓é𝑟𝑒𝑛𝑐𝑒𝑑𝑒𝑣𝑖𝑡𝑒𝑠𝑠𝑒𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒𝑑𝑒𝑢𝑥𝑙𝑎𝑚𝑒𝑠𝑣𝑜𝑖𝑠𝑖𝑛𝑠
Le taux de cisaillement : = 𝑑𝑟 = 𝐷𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒𝑙𝑒𝑠𝑑𝑒𝑢𝑥𝑙𝑎𝑚𝑒𝑠

( s’exprimer en s-1 ).

Réalisé par :HALIT Cherif


MAFP 212 Compte rendu : TP rhéologie

La contraint de cisaillement : c’est la force par l’unité de surface de la lame qui provoque le
cisaillement. Exprimer en lb/100ft2 pour un taux de cisaillement spécifié, on définit la
viscosité apparente µa telle que :
ζ
µa = (exprimer en poise (Po), ou centipoise (cpo))

3. Son comportement au repos, en évaluant sa gélification en fonction de temps, c'est-à-


dire vérifier sa thixotropie.

III.4.Classification des fluides :

1. Fluide Newtonien :
Ils des fluide caractériser par une tension de cisaillement directement proportionnelle
au taux de cisaillement, l’expérience a montré qu’il n’existe pas de fluide de forage classe
dans cette catégorie, mais dans la catégorie des fluides non-newtonien.

Rheogramme d’un fluide newtonien

2. Fluides non-Newtonien :
Les fluides non-Newtonien les plus fréquemment rencontré dans les boues de forage et
les laitiers de ciments sont :

- Les fluides Binghamiens.

-Les fluides « en puissance ».

Réalisé par :HALIT Cherif


MAFP 212 Compte rendu : TP rhéologie

Les fluides Binghamiens Les fluides « en puissance »


la tension de cisaillement varie linéairement ils se mettent en mouvement dés qu'on leur
avec le taux de cisaillement mais il est applique une force de cisaillement aussi
nécessaire d'appliquer une force minimale faible soit-elle, mais la tension de
pour mettre le fluide en mouvement.qui cisaillement est proportionnelle à la puissance
correspond à la tension limite de neme du taux de cisaillement
cisaillement ou yield value ou yield point.

. ζ =ζ0+µp* ζ =K* n
- ζ0 : tension limite. -K : indice de consistance
- µp : viscosité plastique. -n : indice de comportement rhéologique

3.La viscosite dynamique :


Il faut exercer un effort tangentiel pour maintenir la paroi en mouvement et à une
vitesse constante UP.
L’intensité τP de la densité surfacique d’effort associée est proportionnelle à l’intensité
du taux de cisaillement :

Réalisé par :HALIT Cherif


MAFP 212 Compte rendu : TP rhéologie

IV.La thixotropie :

C’est un phénomène réversible, et en d’un fluide qu’il est thixotrope si ce


dernier se transformer en gel au repos (un repos après agitation), et retrouver sa
forme initial après agitation.

Réalisé par :HALIT Cherif


MAFP 212 Compte rendu : TP rhéologie

PATRTIE PRATIQUE :
1.Dispositif expérimental :

Le viscosimétre de Fann :
C’est un appareil à cylindre coaxiaux normaliser par l’API, le model utilisé dans notre
labo : constituer d’un rotor entrainer par un moteur électrique, et comporte six vitesses
(600, 300, 200, 100, 6, 3 tr/min).

Il permet de déterminer la tension de cisaillement (contrainte), pour un taux de


cisaillement imposé au fluide.

 Les dimensions de l’appareil :

Re= 1.842 cm

Ri =1.725 cm

H = 3.8 cm

Réalisé par :HALIT Cherif


MAFP 212 Compte rendu : TP rhéologie

Viscosimètre fann

2.Les relations utilisées :


Dans cette appareil on détermine le taux de cisaillement à partir de la vitesse de rotation,
et la tension du cisaillement à partir de la lecture de graduation

 Le Taux de cisaillement Ɣ’ =1.7 N tq N : nbr de tour /min


 la tension de cisaillement

En unité CGS : 𝝉 = 𝟓. 𝟏𝟎 𝜽 (𝐛𝐚𝐫𝐲𝐞𝐬)


𝒍𝒃
En unité Anglosacson : 𝝉 = 𝜽 (𝟏𝟎𝟎𝒇𝒕𝟐) tq θ : la lecture de graduation

 Déterminer la viscosité apparente :


La norme API définit, pour les fluides de forage et le laitiers de ciment, la viscosité
apparente µa dans des conditions expérimentales correspondant à un taux de cisaillement de
1020 s-1 c'est-à-dire une vitesse de rotor de 600 tr/min. d’où :
5.10∗Θ600
µa = (po).
1020

µa= 0.5 * Θ600 (cpo).


𝛕 𝟓.𝟏𝟎𝛉
La viscosité apparente 𝛍𝐚 = 𝛄′ = (poises)
𝟏.𝟕𝐍

Pour un fluide Binghamien

𝝉 = 𝝉𝒐 + 𝝁𝒑𝜸′

La viscosité plastique : μp = (τ1020 − τ510)/(1020 − 510)

τo = (μa − μp)γ′

Pour un fluide Ostwald

𝝉 = 𝒌𝜸′^𝒏

Réalisé par :HALIT Cherif


MAFP 212 Compte rendu : TP rhéologie

𝜏 𝜃
𝜏′ 𝜃′
𝑛 = 𝑙𝑜𝑔 ( 𝛾 ) = 𝑙𝑜𝑔 ( 2 ) si 𝛾 ′ = 2𝛾′" et k= 𝜏/𝛾′^𝑛
𝛾′∙

3.Le mode d’emploi :


 -Agiter la solution de bentonite pendant 5 min à l’aide d’un agitateur.
 -Remplir le godet du viscosimètre, et immerger les cylindres coaxiaux jusqu’à ce que
le trait repère du rotor affleure la surface du fluide.
 Actionner le rotor à 600 tr/mn à l’aide de l’interrupteur, puis lire la graduation sur la
lunette.
 -Sans arrêter le mouvement de rotor, régler la vitesse de rotation à 300 tr/mn, et lire la
graduation.
 -Faire la même chose pour les autres vitesses.

 Déterminer la thixotropie :
La thixotropie peut être estimée par l'évolution du gel en fonction du temps.

Le gel 0 :faire tourner le rotor à 600 tr/min pendant 10 s puis stopper le moteur, attendre 10 s
puis l'actionner à une vitesse de 3 tr/min. et lire la déviation maximum sur le cardan.

Le gel 10: faire tourner le rotor à 600 tr/min pendant 10 s puis attendre 10min sans toucher la
boue, et actionner le moteur à une vitesse de 3 tr/min et lire la déviation maximum.

4.Les resultats obtenus :


 Pour la solution de concertation 10 ٪
N (tr/min) 600 300 200 100 6 3

ɣ’ (s_1) 1020 510 340 170 10 5

θ 61 49 44 40 33 32.5
(lb/100ft2)
ζ ( barye) 311.1 249.9 224,4 204 168.3 165.75

Réalisé par :HALIT Cherif


MAFP 212 Compte rendu : TP rhéologie

ζ ( barye) rheogramme pour 10%


350

300

250

200

150

100

50

0
0 200 400 600 800 1000 1200

ɣ' (s_1)

 Interprétation des résultats :


On remarque que le graphe est presque une droite a cause des incertitudes expérimentales ,
donc on constate que notre fluide est du type a seuil donc fluide de BENGHAM

Telle que son équation est de type :

𝝉 = 𝝉𝟎 + µ𝒑 . 𝜸̇

 Détermination de 𝜇𝑎 (la viscosité apparente)

5.1 θ 5.1 × 61
𝜇𝑎 = = = 0.305 (poises)
1.7 N 1020

 Détermination de 𝜇𝑝 𝑒𝑡 𝑑𝑒 τo:

311.1−249.9
µp = (τ1020 − τ510)/(1020 − 510) = = 0.12 (poises)
1020−510

Réalisé par :HALIT Cherif


MAFP 212 Compte rendu : TP rhéologie

τo = (μa − μp)γ′ = (0.305 − 0.12)1020 = 188.7 (baryes)

𝝁𝒂 = 𝟎. 𝟑𝟎𝟓 𝒑𝒐𝒊𝒔𝒆

𝝁𝒑 = 𝟎. 𝟏𝟐 𝒑𝒐𝒊𝒔𝒆 𝝉𝒐 = 𝟏𝟖𝟖. 𝟕 𝒃𝒂𝒓𝒚𝒆𝒔

 Pour la solution de concertation 5%

N (tr/min) 600 300 200 100 6 3

ɣ’ (s-1) 1020 510 340 170 10 5

θ 50 35 28 22.5 18.5 18
lb/100ft2)
ζ ( barye) 255 178.5 142.8 114.75 94.35 91.8

rheogramme pour 5%
300

250

200

150

100

50
ɣ' (s_1)

0
0 100 200 300 400 500 600 700

 Interprétation des résultats :


De même pour ce deuxième graphe ,on remarque que le graphe est presque une droite a
cause des incertitudes expérimentales , donc on constate que notre fluide est du type a seuil
donc fluide de BENGHAM

Telle que son équation est de type :

Réalisé par :HALIT Cherif


MAFP 212 Compte rendu : TP rhéologie

𝝉 = 𝝉𝟎 + µ𝒑 . 𝜸̇

 Détermination de 𝜇𝑎 (la viscosité apparente)


5.1 θ 5.1 × 50
𝜇𝑎 = = = 0.25 (poises)
1.7 N 1020

 Détermination de 𝜇𝑝 𝑒𝑡 𝑑𝑒 τo:

255−178.5
μp = (τ1020 − τ510)/(1020 − 510) = = 0.15 (poises)
1020−510
τo = (μa − μp)γ′ = (0.25 − 0.15)1020 = 102 (baryes)

𝝁𝒂 = 𝟎. 𝟐𝟓 𝒑𝒐𝒊𝒔𝒆𝒔
𝛍𝐩 = 𝟎. 𝟏𝟓 𝐩𝐨𝐢𝐬𝐞𝐬
𝛕𝐨 = 𝟏𝟎𝟐 𝐛𝐚𝐫𝐲𝐞𝐬

 La détermination de la thixotropie :
le gel (0) apres30s de repos
le gel (10) pour 10 minutes de repos

La concentration de 10 ٪ La concentration de 5 ٪

θ ( lb/100ft2) τ (barye) θ (lb/100ft2) τ (barye)

Gel (0) 42 214.2 26 132.6

Gel (10) 60 306 48 244.8

Interprétation :
On remarque d’après le tableau que le tension de cisaillement est
proportionnel au temps ,et que au repos donc après 10 minutes de repos le
fluide se gélifie, ce qui veut dire que la viscosité augumente.
Le Gel 10 et le Gel 0 est défirent pour les concentration 5% et 10%,
ceux de 10% sont plus élevés par rapport à ceux de 5%

« On constate que notre fluide est un fluide thixotrope. »

Réalisé par :HALIT Cherif


MAFP 212 Compte rendu : TP rhéologie

Conclusion
A partir du travail fait dans ce TP on est arrivé à :

 Se familiariser aves les équipements utilisé sur chantier de forage pour la


détermination et le suivi de la rhéologie des fluides de forage pour avoir
une bonne maitrise . dans notre cas nous avons opéré avec un
viscosimètre FANN qui est simple à utilisé et qui nous informe sur le
comportement rhéologique du fluide utilisé.

 Le fluide bentonitique et un fluide thixotrope ,vu l’utilisation courante de


ce type de fluide sur les chantiers de forage il es important de savoir son
comportement, nous sommes arriver à ca à l’aides des résultats obtenus
par le viscosimètre FANN ,puis le traçage des rheogrammes par les quels
on a constaté que notre fluide est un fluide de bingham thixotropique.

 Et enfin on a constaté aussi que la concentration du fluide n’influe pas sur


la nature rhéologique du fluide.

Réalisé par :HALIT Cherif