Vous êtes sur la page 1sur 3

Rob de sureau 18/11/2018 05:46

Connaissez vous le Rob de sureau ?


Bien sûr tout le monde a entendu parler ou même a
eu l'occasion un jour de goûter le Pétillant de fleurs
de sureau ou la Gelée de fleurs ou de baies de
sureau. Mais le Rob de sureau...savez vous ce
qu'est le rob de sureau ? avez vous déjà essayé,
goûté ou même entendu parler de cela ?

Déjà les 3 lettres, par leur laconisme, sont


empreintes d'un certain mystère : pas d'origine
visible botanique, aucun rappel d'étymologie latine
en vue, rob de sureau kézako ?

Eh bien je commencerai tout de go par vous


proposer un bon moyen mnémotechnique : répétez
donc 10 fois après moi :

rob de sureau
rhubbes de cerbbeau... … …

Voilà qui est déjà plus clair ! Rob en langue


probablement très ancienne, veut dire "suc". Mais
soyons plus pragmatiques et lisons ces quelques
extraits de conseils médicinaux trouvés sur le web
ou dans les livres :

"Le rob, entendez le concentré du jus des baies de


sureau, est reconnu pour ses propriétés
sudorifiques, idéal donc pour soigner grippe,
bronchite et autres toux rebelles"
" Pour soigner les maladies avec fièvre, les propriétés sudorifiques des baies sont bien utiles. On
consommera de 4 à 8 grammes de concentré de jus (recette plus bas, le "rob") par jour. A plus forte dose,
il devient purgatif." plantainpissenlit.free.fr
" Pour soigner grippe, bronchite et autres maladies fébriles, les propriétés sudorifiques du rob de sureau
(concentré de jus) ont été longtemps mises à contribution. L'efficacité du produit est certaine et reconnue
par l'ensemble du corps médical : dose de 4 à 8 g par prise à renouveler si nécessaire ; au delà de ce
dosage il devient purgatif "
Bernard Bertrand Sous la protection du sureau.

Soigner donc. Soigner certes, le sureau en est capable, et cela efficacement qu'on utilise feuilles, fleurs,
écorce ou baies. Mais vous ne trouverez guère dans les livres, comme sur internet d'ailleurs, plus de
détails sur les usages du rob de sureau. Et moi, ce dont je veux vous parler aujourd'hui c'est de son usage
préventif. Il ne s'agit donc pas de soigner, mais d'empêcher la maladie de s'installer.

Êtes vous prêt à faire une expérience ? Elle est simple, sans douleur et sans toxicité, elle ne demande
qu'un peu d'habitude et d'entêtement ! Il vous suffira de prendre une cuillérée à café de Rob de sureau par
jour pendant un an. En prime, c'est bon ! Bien meilleur que la gelée ! L'hiver précédant la cure vous aurez
noté scrupuleusement les dates et la durée de vos divers rhumes, grippes, angines, bronchites et autres
coryzas. Au bout de 3 mois de prise journalière de Rob commencez à noter à nouveau les dates et durées
http://eauvivante31.free.fr/passegraines/presentation/rob.html Page 1 sur 3
Rob de sureau 18/11/2018 05:46

de vos nouveaux rhumes et autres problèmes bronchiques. Vous pourrez alors quelques mois plus tard
vérifier la différence. Ce n'est pas un remède miracle et vous ne vous débarrasserez pas de tous vos
rhumes. Mais je peux vous dire que vous remarquerez à peine les quelques rhumes ou bronchites qui
passeront, de par leur moindre virulence d'abord, de par leur très courte durée d'autre part, et enfin à cause
de leur extrême rareté désormais.

Dans les extraits cités plus haut qui concernent le rob de sureau il manque une donnée essentielle : la
durée. Vous pouvez toujours essayer de consommer 4 à 8 g par jour de rob, de l'instant ou vous ne le ferez
que lorsque le rhume sera déclaré, vous ne noterez que peu d'effet. Il est facile ensuite de jeter aux orties
ces "vieux remèdes de charlatans" ou ces "potions de grand-mères" ! Mais essayez l'expérience que je
vous propose et rendez vous l'année prochaine !

Nous avons quant à nous pratiqué cette méthode pendant plus de 4 ans. Non seulement nos rhumes sont
devenus rarissimes, nos grippes inexistantes, nos accès de toux d'une brièveté record (3-4 jours) mais
aussi tous nos problèmes d'inflammations buccales ont disparu : plus d'aphtes, plus de douleurs dentaires
ni d'abcès, plus d'inflammation des dents de sagesse. En revanche dès que nous cessions plus d'un mois la
prise de rob, alors revenaient immédiatement la kyrielle des infections en tous genres…

Mais je vous entend bien …la recette…la recette…

Eh bien la voici, elle n'est pas très compliquée mais demande du temps, une fois par an, à la saison de la
récolte (Aout-début septembre):

ROB DE SUREAU
Cueillir un seau de baies de sureau avec leur corymbe (la tige se termine en ombelle appelée
corymbe).
Égrener les baies à la fourchette ou à la main.
Les laver et les mettre dans une casserole sur feu moyen pour les faire éclater.
Passer le jus obtenu.
Passer au moulin à légumes ou presser dans un chinois ou une passoire fine la pulpe restante
jusqu’à ce que plus rien ne puisse être exprimé (ceci est très important, l'omission de cette phase
une année a enlevé beaucoup d'efficacité au produit).
Mélanger le jus clair et le jus plus épais obtenu par pressage.
Peser une casserole puis y verser le jus. Faire réduire à feu doux environ de moitié. Peser le liquide
restant.
Y ajouter le sucre : les 2/3 du poids du jus.
Continuer à cuire pour faire fondre le sucre comme pour une gelée. C'est prêt quand on obtient une
consistance légèrement sirupeuse.
Mettre en pots à couvercle à vis alors que la préparation est encore bouillante.

Post scriptum : Avant de terminer cet article, je veux tout de même vous faire part de quelques données
scientifiques récentes :

" En 1999, l'Organisation Mondiale de la Santé reconnaissait les usages traditionnels des fleurs de sureau
comme diaphorétique (qui provoque la sudation) et expectorant. Ces deux organismes rapportaient que
des essais in vitro et sur des animaux permettaient d'établir que les fleurs avaient une action anti-
inflammatoire, diurétique et sudorifique.

http://eauvivante31.free.fr/passegraines/presentation/rob.html Page 2 sur 3


Rob de sureau 18/11/2018 05:46

Les résultats d'un essai à double insu avec placebo mené dans un kibboutz israélien au cours d'une
épidémie de grippe ont démontré qu'un extrait de baies de sureau (Sambucol®) était nettement supérieur
au placebo pour le soulagement des symptômes de la grippe. Au bout de deux jours, 93,3 % des sujets
traités au sureau voyaient déjà un soulagement significatif de leurs symptômes, tandis qu'il a fallu attendre
six jours pour que 91,7 % des personnes du groupe placebo montrent une amélioration similaire.
Antérieurement, on avait réussi, grâce à cette préparation, à inhiber, in vitro, le développement du virus de
l'Influenza pour de nombreuses souches de types A et B1. Deux études in vitro aussi menées en Israël
indiquent que cet extrait a un effet immunostimulant."

http://eauvivante31.free.fr/passegraines/presentation/rob.html Page 3 sur 3