Vous êtes sur la page 1sur 4

Loi

de finances
Loi de finances : représente le support juridique du budget de l’état. Elle est l’acte juridique par
lequel le parlement autorise l’exécution des dépenses et la perception des recettes.
La loi de finances détermine, pour chaque année budgétaire, la nature, le montant et
l’affectation de l’ensemble des ressources et des charges de l’état, ainsi que l’équilibre
budgétaire et financier qui en résulte. Elle tient compte de la conjoncture économique et sociale
qui prévaut au moment de sa préparation, ainsi que des objectifs et des résultats des
programmes qu’elle détermine.
Il existe 3 types de loi de finances :
- Loi de finances de l’année : prévoit, évalue, énonce et autorise, pour chaque année
budgétaire, l’ensemble des ressources et des charges de l’état.

Préparation de la loi de finances de l’année :
• Elaboration d’une esquisse des agrégats de recettes et de dépenses du PLF, en prenant
compte des indicateurs macroéconomiques et des possibilités de financement ;
• Présentation de l’esquisse au conseil du gouvernement avant le 1er Mai : Lettres de
cadrage fixant les enveloppes budgétaires allouées aux départements ;
• Examen des propositions des administrations en commissions budgétaires : en cas de
litige, arbitrage du ministre des finances et du ministre concerné, s’ils sont en désaccord,
arbitrage du chef de gouvernement.
Adoption de la loi de finances de l’année : L’adoption de la loi de finances se fait au
parlement, elle est votée par article.
• Dépôt du P.L.F sur le bureau de la chambre des représentants au plus tard, le 20 octobre
de l’année budgétaire en cours, accompagné de 13 documents dont la note de
présentation, le rapport économique et financier, le rapport sur les EEP, le rapport sur les
SEGMA, le rapport sur les CST, …
• La loi de finances est examinée successivement par les deux chambres :
La chambre des représentants se prononce sur le P.L.F dans un délai de 30 jours ;
Le gouvernement saisit la chambre des conseillers, dès le vote ou l’expiration du délai, du
texte adopté ou modifié par les amendements de la chambre des représentants et accepté
par lui.
La chambre des conseillers se prononce sur le projet dans un délai de 22 jours suivant la
saisine ;
La chambre des représentants examine les amendements votés par la chambre des
conseillers et adopte en dernier ressort le projet de loi de finances dans un délai n’excédant
pas 6 jours.

- Loi de finance rectificative : peut exclusivement modifier en cours d’exercice les dispositions
de la loi de finances de l’année. Les lois de finances rectificatives sont présentées dans les
mêmes formes que la loi de finances de l'année. Le projet de loi de finances rectificative est
voté par le Parlement dans un délai n’excédant pas 15 jours après son dépôt par le
Gouvernement sur le bureau de la Chambre des Représentants.
- Loi de finance de règlement : Loi de finances qui a pour objet de constater et arrêter le
montant définitif des recettes encaissées, des dépenses dont les ordonnances sont visées, se
rapportant à une même année budgétaire, d’approuver le compte de résultat de l’année et
d’affecter au bilan le résultat comptable de l’exercice.
Elle est réalisée annuellement et déposée au parlement en N+2 avant la fin du 1er trimestre.

Le Budget de l’état
Le budget de l’état : représente l’ensemble des prévisions de recettes et de dépenses. Il est arrêté
par le parlement dans la LF.

Les ressources de l’état :


- Les impôts et taxes ;
- Le produit des amendes ;
- Les rémunérations des services rendus et les redevances ;
- Les revenus domaniaux ;
- Les fonds de concours ;
- Les dons et legs ;
- …
Les charges de l’état :
- Les dépenses du budget général ;
- Les dépenses des services de l’état géré de manière autonome ;
- Les dépenses des comptes spéciaux du trésor.

Le budget de l’état est scindé en trois parties :


- Budget général : il retrace toutes les recettes et les dépenses de l’état à l’exception de celles
retracées au niveau des budgets des SEGMA et des CST.
- SEGMA : Ce sont des services de l'Etat, non dotés de la personnalité morale, dont l'activité
doit tendre essentiellement à produire des biens ou à rendre des services donnant lieu à
rémunération.
- CST : les comptes spéciaux du trésor ont pour objet :
Soit de décrire des opérations qui, en raison de leur spécialisation ou d'un lien de cause à
effet réciproque, entre la recette et la dépense, ne peuvent être commodément incluses
dans le cadre du budget général;
Soit de décrire des opérations en conservant leur spécificité et en assurant leur continuité
d'une année budgétaire sur l'autre;
Soit de garder trace, sans distinction d'année budgétaire, d'opérations qui se poursuivent
pendant plus d'une année.

Il existe 5 types de CST :
Les comptes d’affectation ; Les comptes d’adhésion aux organismes internationaux ; Les
comptes de financement ; Les comptes d’opération monétaire ; Les comptes de dépense sur
dotation.




LOF N 130-13
La loi organique relative à la loi de finances est le texte déterminant le cadre juridique qui encadre le
processus de préparation et d’exécution de la loi de finances. Le soubassement juridique.

Objectifs :
- Le renforcement du rôle de la LF qui constituera à terme le principal outil de mise en œuvre
des politiques publiques et des stratégies sectorielles ;
- L’amélioration de l’efficacité, de l’efficience et de la qualité du service public fourni au
citoyen ;
- L’amélioration de la soutenabilité et de la transparence des finances publiques ;
- Le renforcement du rôle du parlement dans le débat budgétaire et dans l’évaluation des
politiques publiques.

Calendrier de mise en œuvre : les dispositions de la loi organique sont entrées en vigueur le 1er
janvier 2016, sous réserve du calendrier suivant :
- 2017 : Application du caractère limitatif des crédits de personnel ouverts au niveau de la loi
de finances.
- 2018 : La nouvelle nomenclature budgétaire ;
Institution de la comptabilité générale ;
Dépôt des projets de performance au niveau des commissions parlementaires concernées,
en accompagnement des projets de budgets ministériels.
- 2019 : Mise en oeuvre de la programmation budgétaire triennale.
- 2020 : Intégration des cotisations patronales au titre de la prévoyance sociale et de la
retraite dans le chapitre des dépenses de personnel;
Introduction de la comptabilité d’analyse des coûts ;
Certification de la régularité et de la sincérité des comptes de l’Etat par la Cour des Comptes;
Accompagnement du projet de règlement de la loi de finances notamment par le rapport
annuel de performance et le rapport d’audit de performance.

AUTRES
L’état tient Trois Comptabilités :
- Comptabilité budgétaire : suivi de l’exécution du budget ;
- Comptabilité générale : d’exercice ;
- Comptabilité analytique : analyse des coûts.

Les crédits de paiement : Ils représentent le montant de dépenses pouvant faire l’objet
d’engagement et de paiement au cours de l’année budgétaire considérée.
Les crédits d’engagement : consistent dans les montants des dépenses qui peuvent être engagées au
cours de ladite année et des années ultérieures. Ils concernent uniquement les crédits relatifs aux
dépenses d’investissement et sont fixés, notamment, sur la base des prévisions des plans et des
programmes pluriannuels.

Marché Public : est un contrat à titre onéreux conclu entre, d'une part, un maître d'ouvrage et,
d'autre part, une personne physique ou morale appelée prestataire ayant pour objet l'exécution de
travaux, la livraison de fournitures ou la réalisation de prestations de services.

Les types de marché :


- Marché cadre : concerne les prestations qui répondent à un besoin prévisible et permanent,
mais dont les quantités et le rythme d’exécution ne sont pas connues d’avance. Le MC fixe le
minimum et le maximum de la prestation à commander durant l’année en cours et en
détermine les spécifications et le prix. Le MC est reconductible d’année en année. Annexe 2 du
décret = la liste des prestations.
- Marché reconductible : concerne les prestations qui répondent à un besoin prévisible, répétitif,
permanent et quantifiable avec exactitude. Le MR détermine les spécifications, la consistance,
les rythmes d’exécution et les prix des prestations à réaliser dans l’année en cours de leur
passation. Il est reconduit tacitement d’année en année. Annexe 3 du décret = la liste des
prestations.
- Marché à tranche conditionnelle : est un marché pour lequel il est prévu une tranche ferme
couverte par les crédits disponibles et que le titulaire est certain de réaliser, et une ou plusieurs
tranches conditionnelles dont l'exécution est subordonnée, d'une part, à la disponibilité des
crédits et, d'autre part, à la notification d'un ou plusieurs ordres de service prescrivant son (ou
leur) exécution, dans les délais prévus par le marché.
Le MTC détermine pour chaque tranche les spécifications, la consistance, le prix et les modalités
d’exécution ;
Le MTC peut prévoir une «indemnité de dédit» au profit du titulaire si le MO n’émet pas l’ordre
de service dans les délais prescrits ou renonce à la réalisation d’une ou plusieurs tranches.
- Marché alloti : Les travaux, fournitures ou services peuvent faire l'objet d'un marché unique ou
d'un marché alloti.
Le marché alloti est approprié lorsque le MO entend encourager la PME.
Le MO peut le cas échéant, limiter le nombre de lots pouvant être attribués à un même
concurrent pour des considérations liées à la sécurité de l’approvisionnement, la capacité des
prestataires, les délais d’exécution ;
Le règlement de consultation peut prévoir soit: Le dépôt des offres au titre de chaque lot et leur
attribution lot par lot dans l’ordre de leur énumération, soit le dépôt des offres pour l’ensemble
des lots et leur attribution au concurrent dont l’offre globale est la plus avantageuse pour
l’ensemble des lots.
- Marché de conception-réalisation : dit marché clé en main, un marché unique passé avec un
prestataire ou un groupement de prestataires et qui porte à la fois sur la conception du projet et
son exécution. Le MCR est approprié lorsqu’il s’agit d’un projet dont la réalisation requiert des
procédés spéciaux et des processus de fabrication intégrés associant la conception et la
réalisation. Il est passé par voie de concours après autorisation du chef du gouvernement après
avis de la commission des marchés.

Les modes de passation :


- L’appel d’offres : Appel d’offre ouvert, restreint ou avec preselction.
- Le concours ;
- La procédure négociée.