Vous êtes sur la page 1sur 28

N°25

LE RAYON
DE SOLEIL
LE JOURNAL DU SYNCHROTRON

Lumière sur les enjeux


du XXIe siècle
04 LA RECHERCHE À SOLEIL 12 SAVOIR FAIRE
Intégration des nano- Bibliothèque et
28 DU SOLEIL
DANS NOTRE VIE
aimants : étude de Bureau des Utilisateurs Lumière
l’aimantation en surface de SOLEIL vers le Primaire
02 SOMMAIRE
Le magazine du Synchrotron SOLEIL_N°25 décembre 2015

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •

04
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •



























































• LA RECHERCHE






















••
••
























































































































À SOLEIL

































••
••
••








































































































• Intégration des nano-






















••
••
























































































































aimants : étude de

































••
••
••








































































































• l’aimantation en surface






















••
••






























• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •

07
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •




























































Photoémission à






















••
••

























































































• pression proche de






















••
••






























• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •




























































l’ambiante et sciences






















••
••

























































































• de l’environnement






















••
••






























• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •

06
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •

09 l’édito
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •



























































• SAVOIR FAIRE






















••
••





























• Jean Daillant










































































































Le Laboratoire Hautes

















••
••
••













































Directeur Général



























































• Pressions






















••
••






























• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••






























2015, Année Internationale de la Lumière sur

15 décision de l’ONU, fut l’occasion de nombreux


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••






























événements dont SOLEIL a été l’acteur, comme, par






























































































DOSSIER





























••
••
••













































exemple, la conférence de Sylvain Ravy, « Comment



























































• Lumière






















••
••





























• la lumière est devenue une onde » en juin, ou la fête
sur les enjeux
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
de la Science en octobre. En parallèle, en
09
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
partenariat avec le Rectorat de l’Académie de
du XXI siècle
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • e
•• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••






























Versailles, SOLEIL est allé à la rencontre des écoles


















































































••
••





























• primaires en créant le projet Lumière(s) Primaire(s),
22
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••





























• pour susciter des vocations scientifiques chez les
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • • plus jeunes et attiser leur esprit d’investigation. Nous
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • INNOVATIONS
• • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •




























































• • •
L’insertion
• • •
















••
••





























• les retrouverons peut-être, un jour, en tant
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •




























































• • • •
professionnelle
• • • •














••
••






























qu’utilisateurs ou scientifiques sur nos lignes de







































































































des jeunes diplômés




















••
••
••













































lumière… Des lignes qui sont cette année encore




























































• • • • •
dans l’industrie :
• • • • •












••
••





























• plus nombreuses à accueillir des communautés
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
un enjeu stratégique
• • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • • utilisatrices : avec ROCK et NANOSCOPIUM, elles sont
15
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •




























































• • •
pour SOLEIL
• • •
















••
••





























• à présent 27. Quant à la ligne HERMÈS, dont la
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••






























station XPEEM (X-ray PhotoEmission Electron
Microscopy) est ouverte depuis l’été, elle a tout
24
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••





























• récemment mis en route son nouvel instrument de
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •




























































LA SCIENCE ENSEMBLE






















••
••






























microscopie X à balayage en transmission



























































• Une nouvelle année






















••
••





























• (Scanning Transmission X-ray Microscope, STXM) et
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •




























































d’animation






















••
••






























les performances, en particulier la résolution



























































• scientifique à SOLEIL






















••
••





























• spatiale, sont extrêmement prometteuses. La station
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••





























• a ainsi pu accueillir avec succès ses premiers
26
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••






























utilisateurs.

24
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •



























































• LES COLLOQUES






















••
••





























• Cette année 2015 a également été décisive pour le
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••





























• climat, avec la tenue de la COP21 à Paris, et nous
28
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••





























• avons choisi de vous montrer comment la recherche
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • • à SOLEIL, qu’elle soit mise en œuvre par nos
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • DU SOLEIL
• • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
utilisateurs ou par nos chercheurs, contribue à



























































• DANS NOTRE VIE






















••
••


























































































• • • • • •
Lumière vers le Primaire
• • • • • •










••
••






























apporter des réponses aux problématiques



























































































































••
••
••













































sociétales actuelles. C’est l’objectif de notre dossier


















































































••
••





























• « Lumière sur les enjeux du XXIe siècle », qui vous

C
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••






























donnera un panorama – non exhaustif - des


















































































••
••





























• techniques et équipements développés à SOLEIL
28 Pour vous
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••






























dans le cadre de ces thématiques. Ce potentiel sera
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
encore enrichi en 2016 puisque ce sera au tour de la
abonner
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •


















































































••
••





























• ligne ANATOMIX d’accueillir ses premiers utilisateurs,
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •





























































• au Rayon de SOLEIL




















••
••






























suivie en 2017 par PUMA.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • rendez-vous sur
• • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •






























































www.synchrotron-soleil.fr




















••
••






























Je vous souhaite une très belle année 2016.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •• • • • • • • • • • • • • • • •
L’ESSENTIEL DE SOLEIL
Le magazine du Synchrotron SOLEIL_N°25 décembre 2015
03

EN BREF
C
FEMTO-SLICING CLIMAT

Une étape supplémentaire En cette


année

franchie sur CRISTAL cruciale


pour le
climat,
avec la
Une partie des COP21
acteurs de la à Paris,
réussite de cette SOLEIL a
étape, reunis favorisé
dans la cabine les discussions sur
d’expériences cette thématique en
de CRISTAL. accueillant notamment
les 150 participants
du colloque
scientifique « Objectif
climat » organisé le
12 novembre par
l’Université Paris-Saclay.
Ce fut l’occasion de
revenir en poster sur les
travaux menés à SOLEIL
Un pas de plus a été fait vers les études de dynamiques structurales dans ce domaine. En
ultrarapides à SOLEIL. Après la première interaction entre une soirée, un débat public
impulsion laser femto-seconde et l’un des paquets d’électrons animé par Valérie
circulant dans l’anneau de stockage, observée fin 2014, les premières Masson-Delmotte (LSCE,
impulsions ultra-courtes de rayons X ont été détectées sur la ligne CEA Saclay) a permis
CRISTAL le 5 octobre 2015. Contrairement aux autres installations de de faire connaître le
femto-slicing existant dans le monde, le dispositif de SOLEIL fournira potentiel scientifique
des impulsions de rayons X femtosecondes à plusieurs lignes, de interdisciplinaire
façon à couvrir la gamme d’énergie des photons X. Après CRISTAL existant autour de la
viendra bientôt le tour de TEMPO. problématique du
climat.

26 ET 27 ! C LIVRE

Premiers La technique de
photoémission permet

utilisateurs d’étudier les propriétés


physicochimiques
Aline Passos, de
l’Unesp de sur ROCK et et électroniques des
surfaces, en donnant
Araraquara
(Brésil), première
utilisatrice
Nanoscopium accès à la structure
de bande des
matériaux. Antonio
officielle de En mars 2015, la ligne ROCK (Rocking Tejeda, chercheur
ROCK, en mars Optics for Chemical Kinetics), dédiée au LPS (Orsay) et
2015. à l’étude des processus cinétiques associé à SOLEIL (ligne
rapides sur des nanomatériaux CASSIOPEE) est co-
utilisés principalement dans le auteur avec Daniel
domaine de la catalyse et des Malterre (IJL, Univ.
batteries, a été la 26e ligne de SOLEIL De Lorraine), du livre
à ouvrir ses portes à ses premiers « Photoémission dans
utilisateurs extérieurs. Au total, 15 projets auront été accueillis cette les solides. Concepts
année. Puis en juin ce fut le tour de Nanoscopium. Grâce à des et applications » (EDP
expériences de micro- et nano-sondes X à balayage avec une Sciences), qui cible
résolution spatiale de 30 nm à 1 µm, cette ligne offre des possibilités un public allant des
de recherches uniques basées sur l’analyse élémentaire qualitative, étudiants de licence
chimique et structurale 2D/3D. Les domaines d’étude sont multiples : aux chercheurs
microélectronique, matériaux, environnement, sciences spécialistes de la
biomédicales et géo-biologiques. technique.
04 LA RECHERCHE À SOLEIL
Le magazine du Synchrotron SOLEIL_N°25 décembre 2015

DEIMOS

Intégration
des nano-aimants :
étude de l’aimantation en surface
À l’échelle du nanomètre, la matière se réinvente et de nouvelles propriétés
apparaissent. Dans le domaine du magnétisme, l’effet de taille associé à
des effets de forme ont fait du nanomagnétisme une discipline fascinante à
de nombreux niveaux. Cependant, plus la taille des nano-objets diminue,
et plus leur caractérisation devient difficile. Ligne de lumière à la pointe
dans ce domaine, DEIMOS offre des techniques de mesures magnétiques
basées sur l’absorption des rayons X polarisés permettant ce type d’études.

l’information. Cependant, les tech- données et basés sur l’électronique de


niques standard de magnétométrie spin (réf.2). Cependant, si ces effets
donnent des informations « macros- ont pu être observés dans le cas de
copiques » sur les systèmes étudiés. poudres de SMM, pour parvenir à de
Il leur est ainsi difficile de distinguer telles applications technologiques il
la contribution de chaque élément faut pouvoir démontrer que leurs
dans un alliage ou de détecter des propriétés persistent lorsqu’on isole
quantités infimes de matière telles les molécules sur une surface. En 2009
que rencontrées dans les nano-struc- grâce à une collaboration entre le
tures. C’est pour toutes ces raisons groupe de R. Sessoli (Département de
que les méthodes de mesures magné- Chimie, Université de Florence, Italie)
tiques basées sur l’absorption des et Ph. Sainctavit (IMPMC-CNRS, Uni-
rayons X polarisés (circulaires et li- versité Pierre et Marie Curie, France
néaires ; cf. encadré) sont devenues et associé à la ligne DEIMOS), cet effet
indispensables à la progression de « mémoire » à l’échelle d’une molécule
Figure 1. Courbes d’aimantation (aimantation de l’échantillon cette discipline. a pu être mesuré pour la première fois
en fonction du champ magnétique appliqué) de molécules (réf.3).
aimant de type Fe4 isolées sur un monocristal d’or et Molécules aimants
mesurées par magnétométrie microSQUID (avec une vitesse Les SMM, Single Molecular Magnets Cette étape essentielle vers l’application
de balayage du champ magnétique de 0,017 Tesla/s et à des (« molécules aimant ») sont parmi les technologique d’une mémoire molé-
températures ≤ 1 Kelvin). La présence de courbes d’hystérésis plus petits assemblages magnétiques culaire n’avait rien d’évident. La molé-
montre la bistabilité magnétique des Fe4 à des températures connus. Composée d’un petit nombre cule, un cluster de 4 atomes de Fer (III)
≤ 1 K ; la forme en « marches d’escalier » de ces courbes d’atomes dont quelques ions parama- doté d’une structure de type hélice
prouve que la dynamique de spin est dominée par les effets gnétiques, cette nouvelle classe « d’ai- d’avion, a dû être fonctionnalisée par
quantiques [réf.1]. mants » fournit une opportunité unique une chaine carbonée pour permettre
d’observer la coexistence de propriétés à la molécule de s’attacher à la surface
classiques et quantiques (cf. fig. 1 ; du substrat, ici un monocristal d’or.
réf.1). En effet, bien que certaines Puis il a fallu l’extrême sensibilité de

A
ujourd’hui on retrouve les molécules dans leur état fondamental surface et la sélectivité chimique de
nanoparticules magnétiques soient magnétiques, elles peuvent dans l’XMCD (cf. encadré) pour réussir à
dans des applications variées, certains cas présenter des effets tunnel mesurer cette infime quantité de
de l’environnement aux thérapies quantique de l’aimantation, faisant matière répartie dans une mono-
contre le cancer, mais aussi dans le d’elles de sérieuses concurrentes dans couche. Et fait remarquable, comme
développement des futures générations la course vers les nouvelles générations les mesures XMCD peuvent être réa-
de dispositifs pour le stockage de de dispositifs dédiés au stockage de lisées à des températures inférieures
05

Edwige Otero,
scientifique de
ligne sur DEIMOS,
au pied de la
station expéri-
mentale CroMag.

à 1 Kelvin, il a aussi été possible d’ob- optimisées de manière à être intégrées de manière à favoriser son organisation
server les phénomènes quantiques, à des dispositifs électroniques. à la surface du substrat, ici du silicium
mesurés jusqu’ici uniquement sur des (cf fig. 2-a). Une augmentation impor-
poudres. Vers des bits quantiques tante et inattendue de la stabilité
et memristance magnétique de la molécule ainsi isolée
Dans la continuité de ces travaux, des moléculaire en monocouche a alors été mesurée
mesures en XNLD (dichroïsme naturel Aussi, grâce à la sélectivité chimique (cf fig. 2-b ; réf.5), très certainement
linéaire des rayons X) ont été faites des spectroscopies d’absorption de due à la proximité du silicium. Grâce
pour corréler la longueur de la chaîne rayons-X utilisées, il a également été à ces travaux, les scientifiques sont
carbonée avec l’agencement structurel possible d’étudier les interactions entre ainsi parvenus à transférer leur com-
des molécules adsorbées à la surface les molécules et le substrat (or, cuivre, préhension de phénomènes fonda-
du monocristal d’or. Les chercheurs nickel, silicium), information capitale mentaux en applications technolo-
sont ainsi parvenus à démontrer que en vue d’une application technologique. giques, dont certaines très anticipées
les chaînes courtes favorisent la crois- Ainsi, des molécules de type « sand- telles que les bits quantiques.
sance de films ordonnés (réf.4). En wich » à base de lanthanides, ici TbPc2
outre, ces molécules d’ordre structurel (une famille de SMM dans laquelle un Un autre exemple de recherches menées
élevé, présentent alors des températures atome de terbium est pris entre deux dans le but de réaliser des dispositifs
d’anisotropie magnétique plus impor- cycles de phtalocyanine) ont été étu- de taille nanométrique destinés au
tantes. Ces résultats exceptionnels diées sur la ligne DEIMOS. À nouveau stockage de l’information est le premier
démontrent que les SMM peuvent être la molécule TbPc2 a été fonctionnalisée prototype de memristance moléculaire,
06 LA RECHERCHE À SOLEIL
Le magazine du Synchrotron SOLEIL_N°25 décembre 2015

Figure 2. recherches menées sur la ligne DEIMOS molécule (réf.6). En ajoutant ainsi une
a - Représentation par des chercheurs de l’Institut de fonctionnalité de spin aux interrupteurs
schématique de Physique et Chimie des Matériaux de moléculaires ils sont parvenus à démon-
molécules de Strasbourg (IPCMS) et de L’Institut trer la faisabilité d’appareils moléculaires
TbPc2(OC11H21)8 Technologique de Karlsruhe (KIT). Les pour la spintronique.
adsorbées sur chercheurs ont mesuré par XMCD
silicium par des l’alternance entre un état haut-spin/ E Contact :
chaînes de 11 haute conduction et un état bas-spin/ edwige.otero@synchrotron-soleil.fr
atomes de basse conduction à l’échelle d’une
carbone.
b - Courbes
d’aimantation Références :
1- A. Cornia et al. 2008. Inorganica Chimica Acta 2008, Vol. 361, p 3481-3488.
XMCD d’une 2- D . Gatteschi & R. Sessoli 2003. Angewandte Chemie Int. Ed. 2003, Vol. 42,
monocouche de No. 3 p 243.
molécules de 3- M . Mannini et al. 2009. Nature Materials 2009, 8, p 194.
TbPc2(OC11H21)8 4- M . Mannini et al. 2010. Nature 2010, 468, No. 7322, p 417.
5- M . Mannini et al. 2014. Nature Communications 2014, 5, No. 5582.
assemblées sur
6- T. Miyamachi et al. 2012. Nature Communications, 3, N° 938.
silicium www.synchrotron-soleil.fr/Recherche/LignesLumiere/DEIMOS
(enregistrées au
seuil M5 du
terbium et avec
une vitesse de
balayage du
champ
magnétique de
0,05 Tesla/s) Le dichroïsme magnétique monde ont des lignes de lumière un facteur clé pour une ligne
[réf.5]. circulaire des rayons X (XMCD en dédiées à l’XMCD. À SOLEIL, la XMCD de pointe, telle que
anglais) a été observé pour la ligne DEIMOS a été optimisée DEIMOS. De plus,
première fois en 1986 (un an pour réaliser des études XMCD l’environnement échantillon sur
après sa prédiction théorique). Il dans la gamme des rayons X DEIMOS a été conçu
repose sur l’absorption mous (350eV-2500eV). En spécifiquement pour des études
préférentielle par des matériaux analysant uniquement les en nano-magnétisme : il offre la
magnétiques de rayons X premiers nm de la matière, cette possibilité d’appliquer un champ
polarisés circulairement à gauche technique s’est fait une place externe atteignant 7 Tesla, un
ou à droite. Lié à l’état de spin des dans la communauté des porte échantillon refroidi jusqu’à
atomes absorbants, il permet de nanomatériaux magnétiques, 1,5K et des conditions de
sonder la structure magnétique dont font partie les aimants préparation similaires à celles
de ces atomes. D’autre part, moléculaires. d’un laboratoire de recherche,
l’absorption des rayons X étant incluant une boîte à gants, une
dépendante de l’énergie, le Les spectres XMCD sont obtenus chambre d’épitaxie par jet
XMCD renseigne aussi sur la par la différence entre deux moléculaire (MBE) avec des
configuration électronique de spectres d’absorption X ayant le cellules d’évaporation pour
chaque atome présent dans la vecteur de polarisation circulaire métaux et molécules, et plusieurs
matière sondée (on parle alors de orienté soit parallèlement soit outils de caractérisation en
sélectivité chimique). Dans antiparallèlement au champ ultravide in situ (ex : un
certains cas, l’XMCD peut magnétique extérieur. Ainsi cette microscope à effet tunnel (STM) à
également permettre de technique est très sensible à la température variable, une
distinguer entre les différentes stabilité du faisceau (en énergie, optique de diffraction des
contributions à l’aimantation, en flux et en polarisation) et la électrons lents (LEED), un
comme le moment magnétique reproductibilité (capacité de analyseur Auger).
de spin et d’orbite. Aujourd’hui, répéter les mêmes scans XMCD
presque tous les synchrotrons du sans modification du signal) est
07

TEMPO

Photoémission à
pression proche de
l’ambiante et sciences
de l’environnement
Où vont les ions à l’interface vapeur-solution ?
Grâce à un équipement développé sur la ligne TEMPO par l’équipe
« Surfaces fonctionnelles et environnementales » du Laboratoire de Chimie
Physique Matière et Rayonnement (UPMC, Paris), il est possible de faire des
mesures de photoémission induite par rayons X à des pressions beaucoup
plus élevées que celles de l’ultra vide (10 -10 mbar), et pouvant atteindre 20
mbar. De quoi se rapprocher des conditions de la « vie réelle », et permettre
par exemple des applications en sciences de l’environnement.

L orsque des rayons X monochro-


matiques sont envoyés sur un
échantillon, des électrons sont
émis dans le vide. La mesure de leur
énergie cinétique permet, par conser-
rendant impossible l’étude des inter-
faces gaz/matière condensée. Toutefois,
une véritable percée technologique a
permis de porter la pression maximale
d’utilisation dans la gamme des 20
Figure 1.
Gouttelettes
d’eau formées sur
une surface d’or
dans la chambre
vation de l’énergie, de mesurer l’éner- mbars (~pression de vapeur de l’eau, d’analyse
gie d’ionisation des niveaux électro- à t° ambiante). Ainsi le fossé de pression pendant
niques dont ils proviennent. La distri- entre l’ultravide et les surfaces de la « l’acquisition (P = 8
bution en énergie des photoélectrons, vie réelle », celles de la catalyse ou de mbar, T = 278 K).
mesurée à haute résolution (< 1 eV), la chimie environnementale, peut-il Les rayons X
fournit de précieuses informations sur être enfin franchi. mous de la ligne
les espèces atomiques présentes mais photoélectrons émis depuis la surface TEMPO arrivent
aussi sur leur environnement chimique. Pour que la pression de l’échantillon sont récoltés à travers par la droite. La
Cette découverte a valu à Kai Siegbahn monte… un orifice d’environ 0,3 mm de diamètre buse conique,
le prix Nobel de Physique en 1981. La Dans les nouveaux spectromètres percé dans une « buse » conique (Fig. percée d’un
technique, appelée X-ray Photoemission fonctionnant à pression proche de 1). Les contraintes géométriques (dis- orifice de 0,3 mm
Spectroscopy (XPS), est devenue l’un l’ambiante (near ambient pressure tance surface/échantillon, diamètre et pointant sur la
des outils majeurs d’étude des surfaces. XPS, NAP-XPS), la distance entre la de l’orifice) imposent que le spot X soit gouttelette, est
En effet, dans la matière condensée, surface à étudier et l’analyseur est de de petite taille pour que le maximum approchée à une
le parcours moyen inélastique des l’ordre de 1mm seulement, afin de d’électrons soit récolté : le diamètre de distance de 1 mm
photoélectrons λ, qui détermine la minimiser la diffusion inélastique des faisceau de 0,1 mm, obtenu sur la 2e [réf.1].
profondeur sondée, peut être très court électrons par la phase gazeuse. Il faut branche de la ligne TEMPO, répond à
(pour une énergie cinétique entre 50 aussi assurer un pompage très efficace cette demande. En outre, le grand flux
et 100 eV, λ est de quelques couches des lentilles d’entrée de l’analyseur, de photons compense l’atténuation
atomiques). Le caractère accordable pour passer très rapidement de 20 du signal par la phase gazeuse. Le
du rayonnement synchrotron, joint à mbar dans la chambre d’analyse à 10-8 fonctionnement de la NAP-XPS est
son intensité, en font la source de choix mbar au niveau de la détection. Une donc optimisé sur synchrotron et la
des études de photoémission. exploitation ingénieuse de l’optique ligne TEMPO, par sa stabilité position-
Jusqu’à une date récente, la XPS a été électronique, c’est-à-dire de ses points nelle, sa gamme énergétique (50 à
limitée à des études de surface en focaux, permet de diviser la lentille en 1500 eV) et son flux, est parfaitement
conditions d’ultra vide (<10-8mbar) trois compartiments de pompage. Les adaptée à ce type d’expérience.
08 LA RECHERCHE À SOLEIL
Le magazine du Synchrotron SOLEIL_N°25 décembre 2015

Un équipement Reproduction d’aérosols


spécifique et unique marins sur TEMPO
L’une des spécificités de l’équipement Pendant longtemps, les surfaces des
du Laboratoire de Chimie Physique, solutions électrolytiques ont été vues
Matière et Rayonnement (LCPMR) comme des surfaces appauvries en Figure 2. Spectres XPS Na 2p and O 2s
installé sur TEMPO réside dans un ions, proches de celle de l’eau pure d’une solution de NaI saturée, mesurés
dispositif d’introduction du faisceau (modèle d’Onsager-Samaras). Cepen- à différentes énergies de photons. Le
dit « sans-fenêtre » isolant la chambre dant, ces dix dernières années la théo- substrat d’or est polarisé à −40 V (pour
d’analyse de la ligne de lumière, qui rie et les expériences en ont donné une éliminer la composante O 2s de l’eau
doit rester sous ultra-haut vide. En image très différente, avec une sépa- vapeur). L’humidité relative est de 95%
effet, le faisceau X de la ligne passe par ration des ions à la surface de l’eau, les (P = 8 mbar, T = 278 K). Les spectres sont
Référence : une série de compartiments pompés « gros » ions halogènes tendant à normalisés par rapport à l’intensité du
Tissot, H. et al. de façon différentielle. Le flux de pho- s’accumuler à l’interface liquide/vapeur. pic O 2s, et un déplacement vertical
(2015) tons incident n’est alors pas atténué Cette observation est très pertinente (en intensité) est ajouté pour rendre la
Journal of
par les seuils d’absorption des éléments dans les systèmes environnementaux : figure plus lisible. L’énergie de liaison
Physical
Chemistry C, constitutifs des membranes de nitrure la ségrégation des ions à la surface des est rapportée au niveau de Fermi du
119 (17), 9253. de silicium ou d’aluminium. L’optique aérosols marins a un impact très fort substrat d’or. (1) hv = 200 eV, λ ≈ 13 Å;
électronique de la détection, spécia- en chimie atmosphérique. Comme il (2) hv = 400 eV, λ ≈ 17 Å; (3) hv = 600 eV,
http://www. lement conçue pour la NAP-XPS, est s’agit d’étudier la surface de solutions λ ≈ 20 Å; (4) hv = 800 eV, λ ≈ 23 Å; (5) hv
synchrotron-
soleil.fr/ caractérisée par des résolutions en salines, de l’eau liquide est condensée = 1000 eV, λ ≈ 33 Å; et (6) hv = 1200 eV, λ
Recherche/ angle et en énergie comparables à à la surface d’un substrat d’or sur lequel ≈ 50 Å. Les valeurs de λ sont
LignesLumiere/ celles d’un dispositif ultra-vide « clas- un sel est déposé. L’échantillon est déterminées théoriquement pour l’eau
TEMPO sique ». L’une des applications princi- refroidi à 8°C. Lorsque la vapeur d’eau liquide pure.
pales de l’équipement est l’étude de est introduite dans la station expéri-
réactions catalytiques à des pressions mentale sous une pression de 8 mbar,
comparables à celles utilisées dans les on observe une déliquescence des Na + à proximité de la surface de la
réacteurs réels. Toutefois, l’exemple cristaux de sels jusqu’à ce que des solution NaI. Cette observation est
décrit ci-dessous correspond à une gouttelettes liquides se forment (fig 1). également vraie pour la solution NaBr,
application originale en chimie envi- La solution est prête à être étudiée. Il mais pas pour la solution NaCl. Les
ronnementale. est alors possible d’obtenir des infor- résultats de dynamique moléculaire
mations sur le profil de distribution montrent que, pour des anions très
des ions, depuis la surface de l’eau polarisables (comme les « gros » anions
jusqu’aux couches plus profondes, en brome et iode), un plan de cations
jouant avec l’énergie cinétique des vient se former derrière celui de l’anion,
électrons (déterminée par l’énergie près de la surface du liquide, afin de
d’excitation hλ des photons), et donc recréer l’électroneutralité de la solution.
avec leur libre parcours moyen inélas- Ceci est en excellent accord avec l’ex-
tique λ. Ce procédé, utilisé classique- périence qui montre qu’une double
ment pour déterminer un profil ato- couche d’anions/cations ne se forme
mique dans un solide, peut ainsi être que pour NaI et NaBr. C’est la première
facilement appliqué aux solutions. La fois qu’une mesure de XPS démontre
figure 2 présente la fenêtre énergétique la validité des calculs de dynamique
des orbitales Na 2p / O 2s. Il est ainsi moléculaire. Si l’on s’intéresse main-
possible d’identifier les électrons tenant aux orbitales de cœur des ions
provenant des atomes de sodium et halogènes Cl− et I− (fig. 3), on observe
ceux provenant de l’oxygène de l’eau. clairement deux environnement
Une série de mesures est faite en chimiques différents. La composante
changeant l’énergie des photons (l’éner- dite de surface (à énergie de liaison
Figure 3. (a) spectres Cl 2p d’une surface de solution saturée gie cinétique des électrons émis). Plus plus grande) voit son poids spectral
de NaCl (6M) ; (b) spectres d’une surface de solution saturée l’énergie cinétique des photoélectrons augmenter en condition de grande «
de NaI (11M), mesurés pour 2 énergies de photon, à un taux est élevée, plus la profondeur sondée sensibilité » à la surface. Ceci prouve
d’humidité de 95% (P = 8 mbar, T = 278 K). L’énergie de liaison est grande. On observe alors que le que les anions à la surface ont une
est indiquée en référence au niveau de Fermi mesuré sur le rapport d’intensité des niveaux Na 2p couche de coordination aqueuse dif-
substrat d’or. Les parcours inélastiques moyens (λ) sont et O 2s varie avec l’augmentation de férente de celle qu’ils ont à l’intérieur
déterminés théoriquement pour l’eau liquide pure. l’énergie cinétique des photoélectrons. de la solution.
Après avoir pris en compte les variations
de section efficace de photoémission, E Contacts :
les données montrent que ce change- francois.rochet@upmc.fr
ment d’intensité relative résulte essen- jean-jacques.gallet@upmc.fr
tiellement de l’accumulation d’ions
SAVOIR FAIRE
Le magazine du Synchrotron SOLEIL_N°25 décembre 2015
09
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • •

ZOOM SUR

Le Laboratoire Hautes Pressions


Diamants et expertise au service des scientifiques

O
uvert aux utilisateurs SMIS, GALAXIES, PSICHE et
depuis maintenant quatre AILES. Au total, 10 lignes ont déjà
ans, le Laboratoire Hautes fait appel au LHP, pour leur
Pressions (LHP) fournit, comme recherche interne aussi bien que
son nom l’indique, le matériel pour leurs utilisateurs. En
nécessaire à la réalisation d’études moyenne, deux expériences hautes
dans des conditions de pression pressions se déroulent à SOLEIL
extrême, ainsi que l’expertise toutes les semaines.
associée. Sa spécialité : les cellules La demande de support varie selon
hautes pressions. Dans ces cellules, les scientifiques ; sur les lignes, les
l’échantillon à étudier est placé responsables sont à présent plus
entre deux diamants dont la pointe autonomes. Signe de
plane a un diamètre de 100 à 400 reconnaissance de la qualité du
microns. Entre ces deux pointes est laboratoire, il a été choisi pour
placée la chambre expérimentale, accueillir la session 2014 de la
formée d’un joint en acier inox ou formation donnée tous les deux ans
en rhénium (suivant le domaine de par le réseau hautes pressions du
pression à explorer), percé par CNRS. Mais, même si les
micro-électroérosion sur un chercheurs deviennent ainsi plus
diamètre de 50 à 200 microns. On y opérationnels, le LHP reste
place ensuite l’échantillon, qui cependant à leur service pour
pourra, de plus, être soumis à un préparer leur expérience, et et des températures de 2000°C, soit Alain Polian (à
rayon laser pour une montée en notamment l’étape délicate de les conditions de pression extrêmes gauche) et
température, ainsi qu’un rubis pour chargement du « milieu des couches profondes de la Terre. Jean-Paul Itié,
la mesure de la pression et un fluide transmetteur de pression » : il s’agit Le Laboratoire Hautes Pressions responsables du
transmetteur de pression. Quand la d’introduire du néon ou de l’hélium cherche aujourd’hui à repousser les Laboratoire
mesure de fluorescence du rubis ne dans la cellule, et ce sous une limites des expériences Hautes Pressions,
convient plus pour déterminer la pression de 1 300 bars. L’équipe du disponibles, à travers divers projets s’assurent sous
pression exercée sur l’échantillon LHP est aussi de bon conseil pour la d’instrumentation. Un système de binoculaire du
(valeurs supérieures à 100 GPa), la maintenance des équipements, et perçage laser des joints, destiné à bon alignement
spectrométrie Raman de l’enclume est toujours prête à déceler les remplacer l’électroérosion pour de la chambre
diamant – équipement également signes avant-coureurs d’un diminuer la taille de la chambre expérimentale
fourni par le LHP- peut prendre le éventuel problème en cours expérimentale à moins de 50 entre les deux
relais, ou bien la diffraction X d’un d’expérience. microns, est actuellement en diamants.
étalon (or, platine, argent par développement. Il servira
exemple) préalablement mélangé à Pression mais aussi également à la découpe
l’échantillon, dont le volume en température d’échantillons toujours plus petits.
fonction de la pression est connu. Le LHP propose par ailleurs de Le développement d’un système de
coupler ces études hautes pressions four sous vide plus performant
à des conditions extrêmes en pour les cellules enclumes-diamant
Support, et formation température. Deux cryostats sont est aussi à l’étude. Il doit permettre
Depuis ses débuts, beaucoup de disponibles pour descendre à 5K de s’affranchir de la barrière des
choses ont évolué : le laboratoire a (-268°C), et des manchons 800°C à partir de laquelle le
déménagé pour se retrouver chauffants placés autour des diamant se retransforme en
aujourd’hui à proximité des lignes cellules d’expérience permettent de graphite.
qui en ont le plus besoin, à savoir monter jusqu’à 500°C. Pour des
celles réalisant de l’absorption ou échantillons de « gros volume » E Contacts :
de la diffraction X ou encore de la (quelques millilitres) le LHP jean-paul.itie@synchrotron-soleil.fr
spectroscopie infrarouge. Ainsi, le dispose aussi d’une presse multi- alain.polian@synchrotron-soleil.fr
LHP compte parmi ses utilisateurs enclumes, permettant d’atteindre
réguliers les lignes ODE, CRISTAL, des pressions supérieures à 30 GPa
10 SAVOIR FAIRE
Le magazine du Synchrotron SOLEIL_N°25 décembre 2015
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

PORTRAIT D’EXPERT

Marie LABAT,
chercheur dans le groupe Diagnostics Machine
Qu’elles soient lasers ou synchrotrons, les sources de
lumière sont au cœur des travaux de recherche de Marie.
Et, depuis sa thèse, l’une de ces sources est SOLEIL.

Marie-Emmanuelle Couprie, qui mais le Groupe Diagnostics était à


était à l’époque au CEA. La partie la recherche d’un profil de
expérimentale de ma thèse se chercheur physicien/ingénieur
partageait entre des travaux sur le orienté sources de lumière
synchrotron UVSOR au Japon, et nouvelles générations : une
sur le projet de LEL SPARC en aubaine. J’ai donc intégré SOLEIL
Italie. Puis Marie-Emmanuelle est en 2010.
partie travailler à SOLEIL, où je l’ai
rejointe en 2007 pour ma dernière En quoi consiste
année de thèse. votre travail ?
Le fait d’être basée à SOLEIL, m’a Le Groupe Diagnostics a pour
permis de m’impliquer mission de caractériser le faisceau
progressivement dans l’activité du d’électrons dans le Linac et
Groupe Diagnostics de la Division l’anneau de stockage de SOLEIL.
Sources à SOLEIL, notamment en Dans le groupe, qui compte six
participant à la mise en place d’une personnes, chacun a sa spécialité.
streak camera pour la mesure de la La mienne, ce sont les diagnostics
durée des paquets d’électrons dans optiques, c’est-à-dire les
l’anneau de stockage. diagnostics qui utilisent le
À la fin de ma thèse, le module rayonnement produit par les
expérimental que j’avais réalisé électrons pour en mesurer les
pour le projet SPARC n’était propriétés, et non les électrons
toujours pas installé… Il attendait directement comme c’est le cas des
sagement dans une caisse la fin de diagnostics électroniques. C’est à
la construction de l’accélérateur, la fois un travail d’ingénieur et de
retardée de plus d’un an pour des chercheur, ce que j’apprécie
raisons diverses. Pour pouvoir particulièrement.
finaliser ce que j’avais commencé, Je suis également impliquée dans
je suis donc partie pour un an de le projet femto-slicing (cf. Rayon de
post-doctorat à Frascati en Italie. SOLEIL n° 24, p 20) dont le but est
Marie dans le Quel est votre J’ai alors eu la chance d’être très de fournir des impulsions X
laboratoire parcours ? impliquée dans le commissioning femtosecondes à plusieurs lignes
Diagnostics, Lorsque j’ai commencé mon cursus du LEL SPARC. Mais à l’issue de la de lumière de SOLEIL, pour l’étude
à SOLEIL. d’élève ingénieure à l’École première année, mon module de phénomènes ultrarapides. J’ai
Centrale, les programmes de n’était toujours pas en place… Au mis en place les diagnostics pour la
physique m’ont laissée sur ma vu des retards accumulés, de partie « machine » du projet, puis
faim. J’ai donc décidé de les guerre lasse, j’ai préféré quitter le participé (et participe toujours…)
compléter en suivant, en cours du projet et me suis mise en quête au commissionning. Là encore, on
soir, le Master de Physique d’un nouveau post-doctorat, de se trouve à l’interface entre la
Fondamentale proposé par préférence en France. physique et l’ingénierie.
l’Université Paris Sud d’Orsay. Enfin, je mène en parallèle une
Master qui a débouché sur un DEA Par chance, à ce moment s’ouvrait activité davantage axée
Grands Instruments en dernière à SOLEIL un poste dans le groupe « recherche », dans le cadre du
année d’École. En 2005, j’ai entamé Diagnostics, alors dirigé par Jean- projet LUNEX51, conduit par M.E.
une thèse sur les lasers à électrons Claude Denard. Je n’avais dans ce Couprie. C’est un projet original de
libres (LEL) sous la direction de domaine que peu d’expérience, source de quatrième et cinquième
11
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

génération. Le but est de fournir commissioning sur la ligne lignes Nanoscopium et


des impulsions sub-picosecondes CRISTAL. D’ailleurs une étape ANATOMIX. Du fait de l’angle
de haute brillance dans la région importante a été franchie tout existant entre leurs onduleurs
des X mous avec un LEL alimenté récemment : le 5 octobre dernier les respectifs, le rayonnement
par un accélérateur radiofréquence premiers faisceaux X slicés par le synchrotron est en effet divisé en
traditionnel (un linac), et de mettre laser ont été enregistrés par le deux à son arrivée sur leur tête de
en œuvre le premier LEL alimenté détecteur situé dans la cabane ligne commune. Il fallait donc
par un accélérateur plasma. Il y a expérimentale de CRISTAL, concevoir un XBPM « bicéphale »…
deux ans, une bourse ERC nous a première ligne de SOLEIL à utiliser Les pinhole cameras donnent
permis de lancer le programme le slicing ! (cf p.3) quant à elles une mesure des
COXINEL2, qui devrait nous Le commissioning démarre dimensions transverses du
permettre de réaliser un prototype également doucement sur la ligne faisceau, via (toujours) une mesure
de LEL sur accélérateur plasma au TEMPO, une autre ligne utilisatrice du rayonnement X produit par les
LOA. Les premières expériences du slicing, mais il est pour le électrons. Si l’on dispose de deux
sont prévues pour début 2016. Mon moment plus complexe. En effet, dispositifs de ce type, on a par
travail pour LUNEX5 est sur CRISTAL, seul le diaphragme a ailleurs accès à la dispersion, qui
essentiellement un travail de dû être modifié de façon à capter le est un paramètre important de la
simulation de la génération du rayonnement émis par les paquets machine. Jusqu’à maintenant seule
rayonnement. Mais sur COXINEL, slicés hors axe « classique ». Dans le une pinhole caméra était
je suis également en charge de la cas de TEMPO, il faut faire des fonctionnelle ; nous prévoyons d’en
réalisation des diagnostics modifications plus en amont, en installer une seconde, début 2016.
photons. Et mes collègues du ajoutant des aimants dans
groupe sont en charge de la l’anneau, pour aider les paquets Quel moment fort
réalisation des diagnostics slicés à prendre l’axe adéquat pour retiendrez-vous
électrons. entrer dans la tête de ligne. De de ces années à
Ce sujet de recherche est en premiers essais ont été faits, qui ont SOLEIL ?
quelque sorte un prolongement de notamment permis d’améliorer les L’obtention des premiers faisceaux
mon travail de thèse, dont le volet outils de diagnostics. On espère slicés dans l’anneau reste un grand
théorique portait sur le projet de obtenir les premiers faisceaux moment, que l’on attendait depuis
source de lumière de 4e génération slicés début 2016. plusieurs mois et pour lequel il a
« Arc en ciel » qui n’a finalement fallu fournir un travail acharné
pas vu le jour. Synchrotrons et LEL Et côté détecteurs pour pendant près de deux ans. Le début
sont complémentaires ; les LEL l’anneau de stockage ? de mon congé maternité approchait
actuellement opérationnels sont Mon travail porte sur deux types à grands pas : il fallait que ça 1
LUNEX5 : Laser
submergés de demandes d’équipement principalement : les marche avant mon départ, je tenais à électrons
libres Utilisant
d’utilisateurs, et il est important XBPM (X ray Beam Position absolument à être présente pour ne un Nouvel
que la France se dote d’un tel Monitor) et les pinhole cameras pas rater ce moment-là ! Le accélérateur
équipement. (PHC). Les premiers consistent en 29 septembre 2014, nous avions pour
des lames de métal sensibles aux tous les yeux rivés sur l’écran de l’exploitation
du
À SOLEIL, j’ai donc la possibilité de RX, placées au tout début des lignes l’oscilloscope, à scruter le signal rayonnement X
me plonger dans du « très de lumière (encore dans le tunnel provenant du bolomètre qui nous de 5e
théorique » mais aussi de passer à de l’anneau). Les lames permettent prouverait qu’il y a bien interaction génération
l’action, en installant les de détecter la position du entre le laser « sliceur » et les 2
COXINEL :
équipements que j’ai conçus. C’est rayonnement émis par les dipôles paquets d’électrons. Lorsque le COherent Xray
exactement ce que j’attends de mon et les onduleurs au niveau des têtes signal est enfin apparu, ce fut un source INferred
métier. de lignes. Ils fournissent ainsi, grand cri de joie, suivi d’un from Electrons
indirectement, une information immense soulagement. Le « bolo » accelerated by
Où en est votre travail supplémentaire sur la position et était sous les projecteurs. Si bien Laser.
sur le slicing ? l’angle des paquets d’électrons au que, pour plaisanter, mes collègues
Le projet a démarré en 2012. En niveau des points sources de m’ont suggéré « Bolo » comme
2013 nous avons essentiellement l’anneau. L’anneau était déjà prénom pour mon futur enfant… Je
installé les équipements, et en 2014 équipé de plusieurs XBPM quand je n’en ai gardé que le son en « o » !
travaillé au transport du laser suis arrivée. Mais j’ai ensuite pris le
jusque dans l’anneau de stockage. relai de Jean-Claude Denard, avec E Contact :
En septembre 2014, nous avons Nicolas Hubert, pour le design et la marie.labat@synchrotron-soleil.fr
obtenu la première interaction mise en place des nouveaux XBPM.
entre laser et électrons. Et nous en Nous avons notamment développé
sommes à présent au un XBPM spécial, double, pour les
12 SAVOIR FAIRE
Le magazine du Synchrotron SOLEIL_N°25 décembre 2015
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

POINT FORT

Bibliothèque et Bureau
des Utilisateurs de SOLEIL :
un groupe, trois activités
Cinq personnels permanents, dont quatre travaillant à temps plein, aidés par deux jeunes apprenti(e)s :
au sein de la « Division Expériences » le BBUS, dirigé par Frédérique Fraissard, assure des missions
indispensables qui suivent et rythment la vie scientifique de SOLEIL.

l’édition des recueils des


contributions soumises aux
différents colloques organisés par
le groupe. C’est par exemple le cas
du recueil du Colloque annuel des
Utilisateurs de SOLEIL (SOLEIL
Users’ Meeting), évènement majeur
qui rassemble chaque année plus
de 300 participants.

Les Evènements
scientifiques
Le Users’ meeting n’est pas le seul
évènement scientifique géré par le
groupe. Chaque année est ponctuée
par près d’une dizaine de colloques
scientifiques, de dimension
nationale ou internationale,
organisés par la Division
Expériences, via le BBUS.
À l’issue d’une campagne annuelle
de candidatures, qui se tient de la
mi-septembre à la mi-octobre, les
évènements à organiser sont
sélectionnés par la Direction
Scientifique. Le choix est une
question d’équilibre entre les
thématiques traitées, et également
de ressources humaines
disponibles. Les évènements à
organiser constituent alors autant

L
L’équipe du BBUS. SOLEIL, soit environ 500 par an. de projets qu’il faut planifier et
De gauche à a Bibliothèque Des articles qu’il faut bien sûr répartir entre les gestionnaires
droite : Anaïs Au-delà de la gestion de répertorier et classer en fonction, Sylvie Koguc, Sylvie Pavan et
Humblot, l’ensemble des opérations liées des lignes de lumière et autres France Pochard. Face au nombre
Jean-Marc à la documentation, (une groupes de SOLEIL concernés. Cet croissant d’évènements à organiser,
Lucacchioni, cinquantaine de revues, en version énorme travail est une véritable le BBUS a également dû solliciter le
Sylvie Koguc, électronique et/ou imprimée mises « quête» auprès des scientifiques de concours de Jacqueline Lassagne,
Sylvie Pavan, à disposition par la bibliothèque), SOLEIL et des utilisateurs qui se assistante des Directeurs
Frédérique Jean-Marc Lucacchioni, traduit également par une Scientifiques.
Fraissard et documentaliste, est chargé de recherche bibliographique Dès l’acceptation d’un événement,
France Pochard. compiler toutes les publications minutieuse. il faut enchaîner toutes les actions
résultant d’expériences menées à Jean-Marc intervient aussi dans de logistique, communication,
13
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

gestion, indispensables à leur bon Grands Instruments (tous les deux


déroulement. Ces différentes étapes ans).
et leur mise en œuvre ont évolué au
fil des ans vers plus de Les relations avec les
standardisation et de structuration, utilisateurs de SOLEIL :
afin de gagner en temps, en le Bureau des Utilisateurs
efficacité et simplifier le travail des SOLEIL reçoit plus de 4 000 « visites
groupes supports qui travaillent en d’utilisateurs » annuelles – un
interaction avec le BBUS. même utilisateur pouvant venir
Après bientôt dix années de plusieurs fois par an, cela
fonctionnement et un retour très représente environ 2 200
positif des comités scientifiques chercheurs différents chaque
d’organisation avec lesquels le année. Ces utilisateurs effectuent
BBUS a collaboré, son travail leurs expériences sur les lignes de
rencontre un vif succès. Les lumière (26 disponibles en 2015, 29
demandes proviennent désormais d’ici 2017), mais aussi dans l’un des
également de scientifiques 5 laboratoires support de SOLEIL
extérieurs (en collaboration avec (biologie, chimie, surfaces, hautes
des scientifiques de SOLEIL) qui pressions, matériaux anciens,
souhaitent utiliser l’expertise de la microfluidique). Pour 680
Cellule Evènements du BBUS. expériences réalisées sur une
Ces évènements peuvent être année, ce sont plus de 1200 projets
localisés à SOLEIL ou à l’extérieur. qui sont déposés. Le dépôt de
Parmi les évènements scientifiques projets se fait par internet sur
récurrents, le BBUS – et l’espace dédié « SUN » (SOLEIL
principalement Sylvie Pavan – Users Net), à partir de l’outil SUN
organise donc l’un des rendez-vous Set ( http://sunset.synchrotron-
incontournables de SOLEIL, le soleil.fr/sun/), qui inclut le guide
Colloque annuel des Utilisateurs. général des utilisateurs. Les dates
La 11e édition aura lieu les 21 & de clôture des dépôts de projets
22 janvier 2016. Il permet de faire le sont les 15 février et 15 septembre.
point sur l’année écoulée, de Le SUN Set est l’élément central,
présenter les projets en cours ou à portail d’entrée unique, pour la
venir, mais surtout pour les gestion des projets de recherche
utilisateurs d’échanger avec les déposés à SOLEIL. Afin Depuis, c’est également via cet outil L’équipe du BBUS
scientifiques de ligne et des d’homogénéiser autant que que se font l’évaluation de ces mobilisée pour
laboratoires support, les équipes possible les procédures en vigueur projets et la planification des l’accueil des
des Sources ainsi que la Direction entre les synchrotrons, et ainsi expériences, la gestion des participants au
de SOLEIL. Son programme est faciliter les démarches des comptes-rendus d’expérience et des Users’ meeting
élaboré par l’ORGanisation des utilisateurs, le but initial était de enquêtes de satisfaction, la de SOLEIL, en
UtilisatEurs de SOLEIL (ORGUES partir d’un outil existant, tout en y déclaration des participants à janvier 2015.
- Comité Utilisateurs), en accord intégrant les besoins spécifiques de l’expérience, la prise en compte des
avec la Direction de SOLEIL. SOLEIL. demandes pour utiliser un
L’interface est assurée par le BBUS Après un recensement de besoins et laboratoire support (l’une des
lors de 4 réunions annuelles. spécifications effectué par spécificités de SOLEIL), le
Certaines de ces réunions visent Frédérique Fraissard, le SUN Set a rattachement des articles
également, tous les deux ans, à été développé en interne par le scientifiques soumis pour
préparer et valider le groupe Intégration des Systèmes de publication au projet dont ils sont
renouvellement par moitié des Gestion (ISG) de la Division issus… C’est donc un outil en
membres de l’ORGUES. Informatique de SOLEIL constante évolution. Les attentes
Dans le cadre de ses actions de (principalement Angélique Prevost des utilisateurs sont également
formation, SOLEIL est par ailleurs et Idrissou Chado) à partir d’un prises en compte et, pour cela,
impliqué dans l’organisation outil utilisé au SLS, le DUO. Ses Frédérique s’appuie sur les
d’Ecoles ou de cours récurrents potentialités ont régulièrement été membres de l’ORGUES, mis à
comme HERCULES (Higher enrichies depuis l’ouverture de contribution pour tester et valider
European Research Course for SOLEIL aux utilisateurs extérieurs les « nouveautés » offertes par le
Users of Large Experimental (2008). SUN Set avant qu’elles soient à
Systems) chaque année ou la Au départ, le SUN Set servait disposition des autres scientifiques.
Formation Cristallographie des uniquement à déposer les projets.
14 SAVOIR FAIRE
Le magazine du Synchrotron SOLEIL_N°25 décembre 2015
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Parmi les nouvelles fonctionnalités Frédérique Fraissard et validée par planification des expériences
sont déjà prévus le pilotage des la Direction scientifique, tient acceptées, notifiée aux
expériences et le traitement des compte de multiples facteurs responsables des projets retenus.
données à distance (remote access) (opérations de commissionning et Ces derniers effectuent ensuite des
ou la traçabilité des échantillons de formations, périodes avec des formalités préalables à leur venue à
– autant d’ajouts successifs qui modes « exotiques » de remplissage SOLEIL puis, une fois l’expérience
suivent les besoins identifiés du de l’anneau qui ne conviennent pas terminée, remplissent un
côté des lignes. à toutes les expériences…). De quoi questionnaire de satisfaction
Une fois déposés dans le SUN set, tourner au casse-tête ! (« end of run report ») et rédigent un
les projets suivent toute une Ensuite, le temps de faisceau dédié compte-rendu d’expérience. Enfin,
procédure : ils sont évalués aux CP (au moins 65%) est réparti ils doivent communiquer les
techniquement par les entre eux en fonction de la références des publications issues
responsables de ligne, puis répartis demande et après avis des des résultats de leurs expériences.
selon leur sujet, sous le contrôle de responsables de ligne sur Pour les assister dans ces
la Direction de SOLEIL, entre les l’adéquation entre temps de différentes démarches, en amont et
six comités de programmes1 (CP) faisceau demandé et projet. en aval de l’expérience, les
qui les évaluent scientifiquement. Ce volume/quota de temps de utilisateurs peuvent faire appel aux
Les décisions sont prises lors de faisceau par CP est communiqué deux gestionnaires scientifiques,
réunions organisées à SOLEIL par aux membres des CP avant les Sylvie Pavan et France Pochard, qui
le Bureau des Utilisateurs, puis réunions, qui ont lieu en avril et suivent tous les projets. Sylvie et
immédiatement enregistrées en novembre. France se répartissent la gestion
séance dans le SUN Set. des projets en fonction des lignes et
C’est ensuite au groupe Sécurité La Direction de SOLEIL peut laboratoires de SOLEIL dont elles
d’attribuer un niveau de décider de donner aux CP, avant ont la charge.
dangerosité à chaque projet (de vert évaluation, les 5% de temps de
à noir – noir empêchant faisceau dont elle dispose. Garante du respect des règles
l’expérience d’avoir lieu, tout au Le temps réservé aux accès payants élaborées par la Direction en
moins sans modification), données est fixé quant à lui après collaboration avec ORGUES,
aussi enregistrées dans le SUN Set. consultation du Groupe Relations l’équipe du bureau des utilisateurs
La répartition du temps de faisceau Industrielles et Valorisation. fait en sorte de diminuer les
(figure 1), Après la tenue des CP les résultats, contraintes des scientifiques
établie dont la validation finale revient à la venant travailler au synchrotron, et
par 5% Direction de SOLEIL, sont publiés de leur en simplifier l’accès.
sur le SUN Set et communiqués
10% aux utilisateurs mi-mai et E Contact :
mi-décembre. frederique.fraissard@synchrotron-soleil.fr
Les responsables de ligne
Figure 1 : effectuent alors la
répartition du
temps de
faisceau.
20%
65%

Temps CP
Recherche interne
Accès payant
Alloué par la Direction de SOLEIL

1
Les comités de programmes (CP) sont au nombre de 6 : Matière diluée ; Propriétés électroniques et magnétiques de la matière -
Surfaces et Interfaces ; Propriétés de la matière et des matériaux : Structure, Organisation, Caractérisation, Elaboration ; Chimie et
physico-chimie - Réactivité in situ - Matière molle ; Biologie – Santé ; Matériaux anciens - Terre et Environnement.
Les membres des CP sont nommés par la Direction de SOLEIL pour une période de deux ans renouvelable. – c’est le BBUS qui a en
charge d’organiser le renouvellement des membres des CP. Chaque CP comprend entre 9 et 11 membres, qui couvrent l’ensemble
des sous-domaines de la discipline.
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••

DOSSIER



























•••••••••••••••••••••••••••••••••••••
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••
15
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Lumière
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
• • • • • • • • • •••••••••••••••••••••••••••••••••••••

sur les enjeux


• • • • • • • • • ••••••••••••••••••••••••••••••