Vous êtes sur la page 1sur 5

Bonjour

tout le monde, bienvenu dans votre émission « Parole libre »,qui vous fait découvrir
les dévers point de vues sur de divers sujet d’actualité, Quand vous entendez parler
d’expérimentation des animaux à quoi pensez-vous ?
Probablement à des lapins qu’on oblige à fumer, ou à des hamsters aux yeux desquelles on
verse des produits cosmétiques, tous cela afin de prouver l’iniquité de ces produits pour le
genre humain, ou leur utilité pour le progrès de la médecine, le génie génétique et la
recherche fondamentale en particulier. Alors un vaste débat presque polémique
évidemment, nous avons invité des personnalités bien informés pour pouvoir intervenir sur
ce sujet il y a INSSAF EL JAZOULI chef de laboratoire internationale, bonjour INSSAF allez
bien ? ….(très bien) alors INSSAF est , merci d’avoir accepté notre invitation, de l’autre côté
il y a Salma el GHILANI vous êtes-vous êtes journaliste défenseuse de la cause animale
depuis les années 90,chaymae ED-DOUIRI vous êtes historienne spécialiste des relations
homme-animale, vous avez publié plusieurs ouvrages sur cette problématique comme
« l’animal un homme comme les autres » , et finalement hamza el HARMOUDI Un
enseignant chercheur de la faculté de médecine et de pharmacie merci d’êtes avec nous .
L'usage d'animaux à des fins de recherche scientifique a toujours suscité, à juste
un intense débat moral et philosophique. Avant de commencer, je vais vous
présenter le résultat d’un sondage qu’on ainsi qu’une vidéo qui contient des
opinions fait à ce propos.

Maintenant à vous la parole mes chers invités,

• Pour (Inssaff) :sans l’expérience animale, nous serions encore très éloignés
de la compréhension actuelle que nous avons de la biologie .des acquisitions
importantes n’ont pu etre obtenues que grâce aux expériences sur animaux
,elles ont par exemple été déterminantes dans les domaines suivent :les
processus fondamentaux concernant le fonctionnement de l’œil pour la
vision,le fonctionnement du cerveau et des nerfs dans le processus de la
pensée, les antibiotiques, le diabète, les vaccins contre la diphtérie, la
fièvre jaune et la poliomyélite, la rage, la transplantation d'organes, la
recherche sur le cancer, la machine coeur-pumons et bien d'autres choses
encore,.

• Contre (CHAMA 1) Contre! Assurément contre! De quel droit les humains se


croient supérieurs au animaux ? De quel droit se permet-on d'utiliser des
animaux pour mener à bien nos expériences ? Bien sûr certains "Pour"
pourraient apporter un argument de valeur (d'après eux): "Cela permet de
sauver des vies.". Mais quelles vies ? Celles d'humains, de ces humains qui
n'hésitent pas à tuer des millions de leurs semblables, et, pire, à sacrifier des
animaux pour leurs besoin personnels. Au commencement, l'homme et les
animaux étaient égaux. Mais cette égalité a été bouleversée dès que l'homme
n'a plus eu aucun prédateur, dès que l'homme s'est fait prédateur de toutes
les races vivantes en ce monde. Alors l'humain s'est cru le maître. L'humain a
commencé à utiliser des animaux pour sa propre survie, sans rien leur offrir en
retour. Il y a une sorte de continuité entre l’humain et l’animal depuis Darwin.
Hamza : l’animal est humain comme les autes ?

• Pour (HAMZA1) : Non aucun vivant n’est comme les autres, je voudrai faire l’avocat
non pas d’une similitude de tous les espèces mais d’une singularité radicale de chaque
branche de la vie, mais l’utilisation des animaux est indispensable pour le progrès
scientifique , d’abord La recherche animale a contribué au développement des
vaccins modernes comme ceux contre la Polio, la Tuberculose, la Méningite, le
Papillomavirus humain responsable du Cancer du col de l’Utérus et plus
récemment un vaccin contre Ébola est en cours de développement à partir d’un
virus atténué de chimpanzé et une Protéine du virus de l’Ebola , donc sans
expérimentation animal, on pourra pas avancer dans le demaine de la médecine et
la recherche scientifique.

Contre (SALMA 1) : Mêmes les pédophiles, les meutriers ne sont pas aussi maltraités que
ces créatures innocentes et vulnérables. Comment pouvez-vous, en 2018 encore fermer
les yeux? Je ne comprends pas comment il est possible de préférer son propre plaisir en
participant à une séance de torture massive…Expliquez-moi comment vous pouvez
fermer les yeux, nier cette souffrance pour pouvoir appliquer un font de teint dernier cri
sans penser à toute cette douleur subie… Chaque année, des milliards de dollars et
d’euros sont investis dans la recherche médicale ou le tests d’ingrédients cosmétiques
avec tests sur animaux. Ces milliards d’euros pourraient être investis à trouver des
alternatives qui ne font pas appel à la souffrance animale. Ou au développement de
produits cosmétiques sains et ne nécessitant pas de tests. Il est à savoir que des
alternatives existent.
Voici quelques exemples de coûts de tests:

ü irritation des yeux: 2.200 euros pour l’injection de la substance sur 1 seul lapin.
ü irritation des yeux: 1.600 pour l’injection de la substances sur 1 cornée bovine: 1.400 euros
ü corrosion de la peau: 2.200 euros //////////////pour l’injection de substances corrosives sur un seul
lapin

Mais juste pour réorganiser le débat un peux, éloignez vous du domaine du


cosmétique parce qu’il n’est pas le seul domaine ou la seule branche de rechreche
ou nous utilisation les animaux comme des cobayes

Pour (innsaf 2) vous et sans doute parmi celles qui aiment un bon steak ou d’autres
viandes , mais seulement 5 millions des animaux ont été utilisé pour des
expérimentation animales en Europe en 2011 alors que l’industrie alimentaire a produit
44 million de tonnes de viande animale pour la consommation

Mais la vous etes vous etes entrain de prendre un jugement de valeurs …


Essayer d’avancer vos argument …..
§ Contre (salma 2) : les animaux ne sont pas des humains puisqu’il existe des déférences entre
les hommes et les animaux , leur métabolisme n’est pas le même leur réactions à diverses
substances sont différentes des substances comme les vernis , le bitume , la silicone , les
lubérifiants industriel son injectés au moyen d’un tuyau dans les estomac des ras pendant
des mois,sans que cela permet d’avoir bcp d’indication sur les effats que ces substances
peuvent avoir chez l’homme, cela fait longtemps que la comparabilité supposé des résultats
a été réfuté, et cependant on ne cesse de procéder à des nouvelle expérimentations sur des
animaux toujours dans la même manière Sans compter qu’on ne prend pas en compte les
facteurs génétiques, socio-économiques, psychologiques et les expériences personnelles qui
peuvent amener au développement où à la contraction d’un grand nombre de maladies.

Hamza 2: c pas tt a fait vrai , puisque nous partageons 95% de nos gènes avec la
souris, ce qui en fait un modèle efficace pour la recherche. En fait Les animaux et les
humains sont très similaires; nous avons les mêmes organes qui effectuent les
mêmes tâches plus ou moins de la même façon,Les animaux souffrent de maladies
semblables à celle de l’homme, y compris les cancers, la tuberculose, la grippe et
l’asthme. En outre , le modèle animale est indispensable il reste le modèle d’étude le
plus adapté de la complexité de la physiologie humaine et permet à la recherche de
déchiffrer les mécanisme du vivant

Contre (CHAMA 2): je pense qu’il y a d’autres moyens pour faire des tests en laboratoire
que d’utiliser les animaux et surtout dans les conditions que cela se fait donc stop a tout
ça,Parce que les recherches SANS les animaux seraient plus rentables. On peut faire
des expériences sur des cellules et tissus humains (connues sous le nom de méthode in
vitro), des techniques avancées de modélisation par ordinateur (méthode d’étude in
silico) et des études à l’aide de sujets humains volontaires. Ces diverses méthodes non-
animales ne sont pas parasitées par les différences entre espèces qui rend les
expériences réalisées sur les animaux difficiles ou impossibles à transposer aux
humains, et elles sont généralement plus rapides et moins coûteuses à mettre en
œuvre.

Pour : INSSAF 3 : mais ces modèles simplifiés ne permettent que l’étude du phénomène
simple, aucun système informatique, aucune éprouvette ne peut reproduire la
complexité d’un organisme complet l’interaction de différents systèmes physiologiques,
les animaux permettent une richesse de réponse impossible à atteindre par d’autres
moyens. Il est possible par exemple de faire des découvertes fortuites grâce aux
animaux car les exp avec eux donnent souvent des résultats complètement inattendus ,

Les méthodes alternatifs peuvent être très utiles dans les premiers stades de la
recherche mais sont complémentaire de l’étude sur l’animale et ne peuvent s’y
substituer .

Passant maintenant au côté réglementaire, que disent les autorités à ce propos ?


• Pour (hamza 3)Tout chercheur, projet ou laboratoire en relation avec la
recherche animale doit recevoir une autorisation par les organismes de
réglementation nationaux.Il existe des comités d’éthique qui s’assurent
que les bénéfices potentiels de la recherche l’emportent sur toute
souffrance animale. Le bien-être animal est sous-tendu par trois
principes : remplacer les animaux par des alternatives si possibles, affiner
les techniques expérimentales et réduire le nombre d’animaux utilisés
dans la recherche.

Contre (CHAMA) : les autorités compétentes ne vérifient que le respect


des formalités jamais la pertinence de l’approche en matière de
recherche. Et le progres de la medecine est une chose importante pour le
progres scientifique mais les expérimentations sur les animaux ne sont
pas le bonne méthode

Alors cher audience , merci calme et vote attention

Vous aimerez peut-être aussi