Vous êtes sur la page 1sur 3

www.next-up.org/news/restricted/Repeteur_Hertzien.

html

Les liaisons par Faisceaux Hertziens en GHz sont conditionnées par l’optimisation
du ou des bonds radioélectriques entre stations de bases d’antennes relais.
La multiplicité des bonds augmente la pollution environnementale radiative
nocive pour la santé et rend les zones impactées accidentogènes.
NEXT-UP ORGANISATION 27 12 2013

Faisceaux Hertziens : c’est un nouvel outil informatique appelé "La feuille de route Microwave" (Micro-ondes)
qui permet une simulation logicielle par ordinateur du profil, des réflexions et de la diffraction (dispersions)
des FH, ainsi que des interférences par rapport de l’état de la couverture en FH de la zone.

La réalité de la problématique : Les Faisceaux Hertziens issus des Répéteurs Hertziens implantés sur les sites d’antennes
relais de la Téléphonie Mobile permettent à l’opérateur de s’affranchir des liaisons filaires non irradiantes pour le
maillage entre Stations de Bases d’antennes relais ceci par soucis d’économies.
Ils sont maintenant installés en masses depuis seulement ces dernières années, c’est une nouvelle pollution
environnementale de vaste ampleur en très hautes fréquences (GHz) radiatives micro-ondes dont il n’a été réalisé
aucun étude d’impact ni avant, ni après leurs déploiement massif, cet état est révélateur de l’échec du Grenelle de
l’Environnement.
Dans peu de temps cette pollution sera globalement d’une nocivité supérieure à celle des antennes relais, il est même
déjà possible de constater sur certains sites de bases de téléphonie mobile que leurs nombres est supérieur à celui des
d’antenne relais, voir sur certains toits d’agglomérations, il est carrément difficile de les compter.
En fonction des non réponses aux dossiers et rapports transmis aux autorités de santé, mais aussi au Premier Ministre
il est possible d’affirmer qu’à ce jour ce sujet sensible qui dérange est tabou.

Le rayonnement du Faisceau Hertzien est en très haute fréquence millimétrique continue soit SHF (Super High
Frequency) jusqu’à ≤ 30 GHz ou EHF (Extremely High Frequency) à partir de ≥ 30 GHz.
Ces bandes d’ondes font partie du spectre artificiel (qui n’existe pas à l’état naturel), hautement énergétique des micro-
ondes, stationner quelques secondes dans leurs faisceaux peut engendrer des lésions irréversibles.
Leurs valeurs de puissances radiatives sont constantes en unité de surface, de plus elles sont focalisées en un faisceau,
ceci sans affaiblissement par rapport à la distance qui peut être de quelques centaines de mètres à plus de
cent kilomètres.
Ce type de liaison très fiable avec une disponibilité supérieure à 99 % nécessite une ingénierie rigoureuse.

Les risques de perturbations et dommages causés par la propagation des irradiations diffractées ou réfléchies issues de
rayonnements électromagnétiques à hautes énergies en fréquences GHz de Faisceaux Hertziens, par rapport à la non-
conformité aux normes de la Compatibilité ElectroMagnétique des équipements impactés, ceci même à des dizaines de
kilomètres des sites de bases d’antennes relais sont réels, notamment pour les aéronefs.
Les interférences par rapport au niveau EM du signal radiatif du Faisceau Hertzien pouvant non seulement brouiller ou
perturber les communications des aéronefs, mais aussi leurs systèmes électroniques notamment par une aggravation
due aux réflexions dans une zone regorgeant de cours d’eau, de surfaces miroitantes ou de nuages denses.
Les défauts de propagations pouvant être rencontrés :
- La diffraction : est le comportement des rayonnements des faisceaux Hertziens lorsqu’ils rencontrent un obstacle, le
phénomène se manifeste par le fait qu'après la rencontre, l’homogénéité radiative du faisceau n’est plus conservée.
Sur le plan économique on a intérêt à ce que le FH n’est qu’un minimum de diffraction sur les obstacles éventuels afin
que les pertes radiatives du signal radioélectrique soient négligeables.
Sur le plan de la santé et de l’environnement, la diffraction engendre une pollution environnementale radiative micro-
ondes excessivement dangereuse (destructrice du vivant et du végétatif), de plus elle est difficilement décelable
(compréhensible pour la population) car elle peut avoir sa source d’émission située à plusieurs kilomètres.
Les études sur la diffraction montrent que la puissance radiative qui impacte la zone de l’obstacle varie en fonction
de la distance du Faisceau Hertzien à l'obstacle, son dégagement de tout obstacle est une notion fondamentale
d’optimisation elle est caractérisé par une équation.

- La réflexion : est un phénomène qui est à l’origine d’évanouissements, plus ou moins profonds par interférences,
notamment sur une zone où il existe de nombreux cours d’eaux ou des eaux calmes miroitantes, soit entre le faisceau
radiatif direct et un faisceau réfléchi, le maximum de coefficient de réflexion est généré lorsqu’ils tendent à être en
opposition de phase. La profondeur (taux) de l'évanouissement est le rapport exprimé en décibels entre la puissance
radiative reçue calculée dans un espace libre et la puissance effective reçue au moment de l'évanouissement.
L’évanouissement qui est un phénomène fluctuant peut suivant la conjonction de certains éléments provoquer des
apports de flux électromagnétiques très importants à des endroits totalement inusités (exemple un aéronef peut être
impacté en survolant à très basse altitude une étendue d’eau calme).
La réflexion peut être aussi multifactorielle car elle peut se conjurer avec des phénomène météorologiques comme les
nuages de forte densité en basses altitudes, du brouillard, etc …

- La réfraction : est un phénomène qui créé une courbe de faisceau, son indice est surtout mis en évidence dans les
premières couches atmosphériques, donc la variation de son indice dit de gradient vertical peut être considéré de
façon simple liée à une fonction linéaire par rapport à l'altitude du Faisceau Hertzien. Le problème est qu’elle est
statistiquement variante au cours du temps, néanmoins les physiciens ont établi une formule de calcul très complexe
en fonction des observations de la localisation et de façon statistique par rapport au temps.

L’ingénierie de la création d’une liaison par Faisceau Hertzien par un Répéteur Hertzien exige l’établissement par
ordinateur dit "d’Une feuille de route Microwave" (worksheet), elle est maintenant absolument indispensable
en fonction du nombre incroyable de Faisceaux Hertziens, ceci afin que le nouveau faisceau radiatif soit déployé dans
les règles de l'art (meilleures conditions), car un nombre considérable de paramètres sont à prendre en compte et être
respecté. Après avoir rentré les données dans le programme, l’outil "Microwave" sélectionne les valeurs exploitables,
calcule le débit total des interférences générées sur la liaison, réalise une simulation logicielle avec une ellipsoïde dite
de Fresnel du faisceau qui permet de voir que les rayonnements directs entre les répéteurs Hertziens ne percutent pas
une élévation quelconque. Le logiciel trace les courbes du trajet du ou des faisceaux des liaisons hertziennes en fonction
des réseaux présents sur zone.
Les spécialistes pensent d’ailleurs qu’en quelques années le seuil de saturation du spectre a été atteint, que les
interférences ne vont que croitre, comme dans le cas du brouillage que subissent des millions de personnes dans la
réception de la TNT en fréquence MHz avec les fréquences proches allouées à la 4G, ceci notamment en fonction des
conditions météorologiques et du trafic de la Téléphonie Mobile.

- La détermination de la fréquence micro-ondes du faisceau en GHz est évidemment une opération complémentaire
fondamentale. La "stabilité" de la liaison (une bonne qualité) va en dépendre par rapport aux risques d’interférences
avec les autres liaisons Hertziennes de la zone, ceci étant d’autant plus complexe à définir que les Faisceaux Hertziens
ne s’arrêtent pas aux Répéteurs Hertziens, mais ils continuent dans l’espace ou s’impactent sur un obstacle, ce qui
engendre une multitudes de possibilités de calculs pour la qualité de la liaison Hertzienne, mais qui élargissent aussi
considérablement le risque d’impacter des zones habitées et de circulation où les personnes ne sont pas protégées.

Beaucoup de personnes se posent la question sur le pourquoi des différents diamètres des Répéteurs Hertziens.
En fonction de la distance à couvrir en directe ou soit par bonds, des débits souhaités et des conditions de propagation
de la zone, un choix judicieux de fréquences sera effectué afin de garantir une bonne qualité de la liaison hertzienne.
De la corrélation de ces paramètres va dépendre le diamètre du Répéteur Hertzien.
La relation linéaire étant que plus la fréquence est basse (de 4 à 11 GHz) et plus de diamètre sera important (pouvant
atteindre plusieurs mètres) pour des grandes distances (moyennes 50 km) et inversement, plus la fréquence sera élevée
(≥ 38 GHz) ≥ plus de le diamètre sera réduit (exemple 30 cm) avec des distances de quelques centaines de mètres à ± 3
km.
Les faisceaux en haut débit, nécessitant des "basses fréquences" de 2 à 8 GHz, les bonds sont nécessairement diminués
ceci est d’autant plus d’actualité avec la 4G ou la 5G, en agglomération leurs nombre est entrain d’exploser.
Bonds ?
Pour éviter un obstacle ou des zones de perturbation un Faisceau Hertzien peut-être redirigé par une liaison dite par
bonds de tronçons, soit vers un réflecteur puis vers un autre Répéteur Hertzien ou plus couramment par Répéteurs
Hertziens successifs.

Les bonds une nouvelle catastrophe écologique majeure.

- Cas d’une liaison par faisceau Hertzien à un bond : dans ce cas précis la distance entre les deux sites d’antennes relais
ne devra pas excéder 40 km afin de maintenir une certaine stabilité de la liaison. Si les deux sites d’antennes relais sont
donc assez rapprochés, alors un seul bond sera utilisé. C’est une tendance dont le fort développement est constaté
actuellement avec la multiplicité des sites d’antennes relais par rapport au trafic et aux évolutions technologiques
chroniques actuellement 4G, très prochainement 5G, ...

- Cas d’une liaison par faisceau Hertzien à plusieurs bonds : S'il advient que les conditions de terrain ou alors les réalités
de déploiement nécessitent un contournement d'obstacle ou l’opérateur décide un maillage inter station de bases,
alors plusieurs bonds seront nécessaires pour assurer la liaison entre les sites de bases d’antennes relais, il est constaté
que cette option qui se généralise actuellement génère évidemment une multitude de faisceaux Hertziens radiatifs
pour au final une seule liaison, elle connait une croissance exponentielle.
En l’absence de réglementation, les opérateurs ont abandonné les liaisons filaires entre les stations de bases et se
sont littéralement engouffrés dans cette course effrénée au tout Hertzien qui génère la pire des pollutions radiatives
non-ionisante.

Les 5 plus importants contributeurs de la plus grande pollution environnementale du territoire Français sont
les Sociétés Anonymes Bouygues Telecom, EDF, Free, Orange et SFR.
Dans le cadre du Grenelle de l’environnement il aurait été très facile d’interdire les liaisons hertziennes en les réservant
seulement comme elles existaient, c’est-à-dire aux stations de montagne d’accès difficiles ou au service public de France
Telecom [zoom], mais les acteurs de cette mascarade ont sous couvert d’écologie fait exactement l’inverse, ils ont
accentué la pollution environnementale avec moult décisions, comme celle de la généralisation de la pire de saloperie
que sont les LFC.
Résultat : En l’absence de décision les opérateurs ont entrepris systématiquement depuis quelques années la
déconnection filaire non irradiante du maillage des dizaines de milliers de stations de bases d’antennes relais
pour la remplacer par des liaisons hertziennes.
De ce fait l’environnement aérien de la basse couche atmosphérique est en plein bouleversement, il est presque
comparable à un four micro-ondes à ciel ouvert qui impacte évidemment la molécule d’eau avec les conséquences qui
commencent à être perceptibles sur l’accentuation du changement climatique avec notamment l’apparition chronique
de phénomènes climatologiques amplifiés.

Le pire étant que la caste des oligarques au pouvoir notamment à l’ANFR ne peut et ne cherche pas à comprendre
qu’un faisceau hertzien en réalité pollue deux fois par le principe de la liaison Half-Duplex ou Full-Duplex qui est
systématiquement utilisée par les opérateurs. D’un côté du premier Répéteur Hertzien, car évidemment le faisceau
continue sa trajectoire on ne sait où la plupart du temps, mais c’est exactement pareil pour l’autre Répéteur Hertzien.
Donc lorsqu’on parle d’un seul Faisceau Hertzien il faut multiplier par deux l’impact radiatif (pour une antenne relais,
l’impact du faisceau n’est que dans un sens)

Dans le cas courant d’une liaison Hertzienne effectuée par bonds, il faut donc multiplier l’impact radiatif du faisceau
non seulement par deux, mais aussi par le nombre de bonds qui génèrent chacun un faisceaux radiatif !

Le silence assourdissant de l’impact sur la santé de cette nouvelle pollution environnementale radiative issue des
Faisceaux Hertziens est à la hauteur de la problématique et des enjeux, c’est un scandale sanitaire.

Les industriels peuvent être tranquilles en recherchant la rentabilité maximum en irradiant encore et encore plus la
population surtout avec des personnages profanes et irresponsables au pouvoir comme Fleur Pellerin qui est
totalement inféodée à leur business.

Dans ces conditions l’augmentation multifactorielle du nombre de cancers ne peut que perdurer.