Vous êtes sur la page 1sur 23

Traductions

MaüÍice Btranchot

Maarice Blanchot maitrisair parfaitement la lan*ae allemandz et lisait directernent ler texte§
oiginaux auant même lat, po*tiin e:n frarça;t. No*sZoons retrouué dans les archiues de I'atte*r de
trài nombreux documazn iac4'lographiét ottestant notamment ses lecfitres de Heidrgex Hi)lderlin,
Rithe et Kafha Buber o Bmjamin.- Bknchot tilisdit íiéquemment ses proprcs traductions dans ses

l« L'homrne habite eru poàte ,, de Martin Heideggerl

q1 p,-ànê qrr cÊercê:'rn 1lêrrlIôher tsriiE


i1ühst ntt ôsr
= Sê!1ê l" -.ôs16 relss€ 1ê sájnur ô:'ê ur sól^ür.

=qúsna re rô.p.rt 'r€ áJtrrsê ônr_. 1,h ê: le 1!ryq4ê s€ rêrverse, l'h


rêv6ruô uôron di.rp!os31ôh, 1ê trma
À dsí6n1l úôXê! itê cr.sa 1. l,4Aá4. ql1 pnrlê
qlthêntldênên), À pe!1.. quê ponr sutMt qur1l ?á-
á. 4út sôn 1n!e$ê113tloE. RópÕns. qrl êst e.
!.nd iu 1áp.qê, ên,"..n.r.
i,".0.j o.".";" .s.. o.:"iô.
d^ch.!ohtê-l ch, r.hne:
=tê3 nê.lie. rtà, on cr1t1Yút
n!áDrlge._ ôe3 s.n sélôür. c'é3: qu. cultlvêr .t éalflêr,
dD 3 lrur.r

1â r.és!ê nê dé.Ps.€
á'âbllt |h 3ur :.'rc, 1. fslt e1n3r 3érõuh6!.
= !a D.ésrê êh 1. Dênsôê !ê rêsiô.r .técl
'rérê.t.. 43 1" r1!ê. vlr.nt 1e n6rê, D.13 1.
úár. ". ô.^r.hr r átuê.s- ),s.p.
du .Íe_!..' -qs".rolé .€ nÀrê. L€ ddT

rú!ô dar Lbên, âln lens.h


r!11 rch iüch 1{Â. d!. lrêundrlc),kêIl rôch
Nlobt unrrncklrch dêr )r.nsch slcn
Ilt dor cctirhêrt. rst unb.k.út G.ôt!
ssl 6? ôrtênhÊr

!€Trlêíâchqul
r.!! lch so kÂnnlê, srs
'â"ên

1€lné3,
qu. fât1Ê 1,hôm.
'., vàrs 1. tuút êt dl,6:
à!
lê 'ôqrrFlâ êtrê
.u. r,.d'tá

Frur:ôt c.c1, c'.sj |h. P1êln ato rárrr.Er


c'.s: roáitqr€í6nt 1'h séjôur€ sur cê:tê iêFê. àt8!B
ns'- 1.' :' .'êoi.". orrô. r,.rt D." DrpI',J:"1 l.
lnPqs d3 Ia /'vlrt!à,
i ê-!-1r sü

34
n Dichterisch wohner der Mensch... »

(t t \t tupu-i tt ,t ,t, rn,tÁt flr .t Jül:na t en compr b: alút,iatiotL, dt Bknchot. S,..rlu


t les üntcs
-oj1,t..?
'-., t\ a ,t '.. .o.',ec, ,', . u4t t?r' t t t p, I at ,'1- ,\ ,-

i-erLe parole csr emprunrée au poime qri co,Írmencc : "ln lieblicher B1àut blüher nrit dcm rnerel,
:nen l)ache dcr Kilchturm.."

= Srule la poésie laissc le séjour êre un séjour: Dichten ist clas ei.qenrliche srohnenh-ssen. Mais par
:Lroi pan ieneon à l'habitarion ? Durch ctlrr Bauen. Poésie lat donc un Bâuen.

= h rapporr L1c mairrise enirc i'h er le langage se m1€rsq l'h tombc en d'érranges laçons
:: lirire. l)evenu mor-cn d'expression, lc lureage s ibjissc à ,:lo.enir moven dc prcssion. iar c cst 1e
-Qlrand
:ngagc qui parle authcutiquement- Iihomme ne cornnrencc à p;uler que pour: aurarr qu iL repond
:: leogagc, en écoruant son interyellation. Róporxe qui esr ce dilc qui parle-ds 1élimenr àe la pàésic.
Yoll \'erdiensr, dc,ch clichrerisch. iv,:lhnct
Der Merxch auf diescr Elde

= Lrs méÍites qu€ s'acquiert l'h, cn cukivarr cr cn so€nrrr .r rcrLc ricprLisenr pr ltsscnce de son
, - ,,ur C'est que culriver et édiÊer les deLL\ scn\ Jc áaiez nr .onr qrr une suia dc J o,cnce du sléljour
. ron pas cc quila fàrde.

= rur.«retcnc:leloe'icnrrLtp;sep:retnesunolepaslaterrc.nnisaucontraircérablitl'hsur
a re rari .ln\r rctôurncí

= p,t'ic cr 1.r ptnsee ne \c r<n(onrr€nr que lorsqicllcs


L resrent décirliment dans la distincrion de
- .§€n.e. F. Lc\ \ Lsinr
le mcmc, mais le rirênre n; .o"lnnd pa, n'.. 1. pareit ou i'iclcntique. t.e
.le est l app.rncn.uce corrmunc du disrinct rasscmblé ". de par h diffirence même. Lc meme n.
sc
.,r dire que si lc dilIérenr est pcrró.

Dar+,r'ennlauuerirÍuhedas Libc!..nr lÍens.h


,{uÂchaucn, und sasen: so
§rilli.h ch sclr ?lx. so l3n8e.lie ti, cundti.htetr .ô.ll
,\h tIeze., die ltnr, datreÍt.,nlsser
Nicht unelü.klich dú Men!.h si.h
Mtr.ltr Gottheir. lsr uDb.kún Gor:
lsr.r oÊ-enbâÍ ivle d.r Hinhel I Di€ses
Glaúb'i.h ehe,i Des \{cns.hen Mrass isr's
\blL \.{dien§t. dôcl, di.hÍ.iis.h, rlohncr
l )cr M.ns.-l r dieser l,Idc. Do.h Eine.
hr !l.hr de.s.hatren der Nichr múd€n Srcrn.D.
\ítnn ich so s:Sen kij.nrc, als
De. Illcns.h. .1e. h€nser eln llil.l.l.r (;.rle;

Gieht ds âuíEd.! einMâas: l-s giebr

Si La vie n e« quc frLigue.l honme


ptu iL lmds bir+asl rcsr.ler L- haur cr dirc :
"ers

3a
isr eiffi que ie rcudEis êtÍe asi ? Oui. Acsi lslps
qE l'úitié pmisre pl]JÚô. [mors bitrô] ds le {:@!
l,h E se msúne PA d,me Ifuiêre núthtrG ãB
la divitritá D e$-il inomu ? Est-il mifeste ohine
le ciel ? Je dois plüôr e.i. C'qr la neúe de I lL Pteid de hérire, i«t poétiqumenr ceperdor que Ih séjoume sur

lbmbre tnôts biÍI6l de le nuit avrc le émÍ* n er pa ptú pure, si je poueà párler aimi, qú fh. qü s,appele inâse de
Ia divitriré.
Ya-çí su toe me nesm ? X Íy en a p6.."

=,Ce riesr que-ds le domaine de la simple fatigue que l'h de[f]force à des "rnérites". Il s,occupe là
pleinemenr. Mais il esr égalemenr donné à l'h de iegarder vers les céle"res. Ce reeard vers le haur
mesure I enrrel-Jdeux du ciel et de la rerre. Cet enrÍe-ãeu e\i accordé au sêiour deih. Cecre mesure
pâr laquelle s'ou!.re l'entre,.delx du ciel et de ta tene c es! ce que nous aDDelors la dimension. Ceci
n'esr pas une eflension de lespace habituelJemenr représenré. car tout sparial a déià besoin de tr
dimension. csd de cela en quoi iJ est reçu eingelas"en.

= Lessence de Ia dimension est la propoaion Zumessung éclairée et mesurable de llentre-deur : de ce


qui s'áêve vers le ciel comme de ce qü s abúse vers la tere. D'apres les paroles de H, l,h parcourr en
la mesuranr la dimension, Endis qu il se mesure aux célestes. Cêt ds úe telfie] Durch messen que
l h est h. Il peur l'arrêrer. la raccourcir ou la déformer, mú non s y dérober : HÀmme, Jih Jest tjn
d'éjà
mesuré à qu úose et alrc qu chose de céleste. la divinité est 'la mesuní'

= Mesure qú t'est pas une science. Lâ mesure mesuÍe fentredeux qü condüt l'un à l,autre les detx,
ciel et terre. Cetce mesure a sa métrique proprc.

= Crne mesrue de llêtre humain sur la dimerxion qui lü est proportionnêe inroduir le sejour ds son
plan fondamental Grundriss. Eüe est l'áément quiganntit lã séjour humain. Elle est le poétique du
séjour DichteÍr ist ein Messen. Doch heisst Messen i

= Sans doute la poesie est-elle une m€sure p,ãr excellence. Il faut dire plus. C'est ds la po&ie que
s'accornplir ce qui fonde toute mesure. I-a pôésie est au serx strict die vÀtandene M""s úúme
IaqueJJe l h commencr à recevoir la mesure pour l érendue de son àre.
iar

= Dieu esr en tant qull esr inconnu pour H., mais iest en talt qu'inconnu qüil est précisément Ia
mesure du poàe. Mais comment ce qü reste incoÍmu selon sa ;ature peut-il deverú mesure ? D
esr mconnu el cependr mesure. Dâvrnulge : le Dieu restarr inconn[u . doir, rardir qu iJ ,e monrre
comme celui qu.ll esr. appar;alitre comme le demeuranr inlonnu. Lâ rnanifesúdon de Dieu n'elr pas
moins mlsterieuse que Lui.

:_+I:c! qú esr mesure ? le ciel ? le c.aractàre manifeste du ciel ? Non. La mesure consiste [mors
I
biÍIesl ds la.mariàre dr le dleu dlejmeuranr inconnu esr en lanr que rel maniÍesré par le ciel. La
lpl
p[a]rition de Dieu par le ciel consiste ds un devoilement qui laisie voir ce q,ri ,. ia.he, mais nj.
laisse pas voir par cel[a] qu'il úerche à aracher ce qui se ciche à son obscurité, mais seulement en
Ie gatdant ds son acte de se cacher Le dieu inconnu apparàit incoflnu par le câracràre manifeste
du cJeJ. Cene appaririron est lâ mesure à quoi l h se meiure.

= en parcourant peÍ sâ mesure le tur la terre" et le "sous le ciel". Ce "sur,, et ce ..sous" ont
Ijh #journe
corún_une appaftenrnce. H. dir ds un fragment: Immer, Liebes ! gehet/ die Ende und der Himmel
hdh "Tjrs Ja terre va er le ciel rienr." Parce que I'h esg pour auiant qdil sourient lâ dimension,

36
,,!\teht, son esscnce doit ôtre chaquc lois ncsuLéc. Pour ccla, il a besoin dirne mesure qui concerne
: Jimension entiàrc. Rcgadc ccttc rncsure, 1a nesurer et la prendre poLlr mesure. cela s'appelle porLr
: :lrràte: dichten.

= L:sence de la rnesure pàs plus que l'esscncc du chiffrc cst ut quarturn. On peur calculeL avec des
í. n ;' r^r pJ, J,(. 1.,..r.,J.^.h9r.r.
1r'esr-ce que la rnesLrre pour lâ poisic ? La diviriti : donc Dicu ? Qui est Dieu ? Question trop dilli-
: : pouL I'homme et pê prénratLrrée. demandons donc, non pâs \Itr mais §ras isr Gorr ? La réponse
.:. H,

\X/as ist Cott ? unbckannt. dennoch.


\/oll Hig.nschilicn ni dis Áng.si.hr.
l)e\ Himmelsrof ihD. Dic Uliv. n.! ich.
DeÍ 7.m sind eines Gorres.le mehr isrci,,s
msi.htbai s.hi.ket sich in l.e.nles.

-: :st cc que Dieu ? Inconnu, pourtanr plein de qudités esr l'aspect qre le ciel noLrs donnc cle lui.
:, ::hirs, cad 1a co1àrc sonr d'un dieu. I'lus une chose esr invisible, plus elle s'arlaptc r.. rlLi csr
,
: ::::ge|'

: : i: qLri restc atrnngcr à clieu, 1es aspects du ciel, cela est làmilier à I'h. l)s ce tlui est firrrilier à
::r.rnqer à D, l'incomru se destine, [mors illisihles] pour,v resrer gardé coinme inconnu. Mais
: :t.- ne décrit pas la sitrple apparence du ciel et de la terre, mais il appelle ds lcs aspccts du
.
: : -:i.r rlui lahse apparaitrc cr ce qui se dévoile ce qui se cache er tanr qu'il se cache. Le poêrc
: i: ds les apparitions lamiliàres l'óranger comne cela en quoi l'inr.isible se de'rirr< porrr
.: :: ie qu'il est : inconnu.

= : :rr. poétique rassemble clané et son, Hall, dcs appalitiois du ciel alec l'obscurité er le silence de
. ::rqer : Par de tels Àspects Dieu bcfrcmdct, s iüange. Ds une telle étmgeté il annonce sâ consrrnte

=.-ielnestpi:-sseulementlumiàre:l'éclârdcsahautcurcsrcnsoil'obscurdesonérenduequicache
. Le bleu der lieblichen Blaüe est la coLrlcur clc la profonclcur:

. -.::oósic ncst pas une Bauen au sens d'édifrer et d'instâuret m:Lis (jn tânr quc mesure aurhenriqre
:. Jincnsion du séjour, elle esr le bâtir initial, l'origirrel V,rhnenlasscn. L,r bâtir auúentique s'ac
::-:.ritlrll pour autart qu'il v a des poêres. ceux qu; pren nen r memre poLrr I'architccro quc, fLrrdas
::.iigc dcs \íohrers. Ds la lertre du 12 mars I804. H. écrit : "La fible, la vuc poétiquc cic i'lis-
: :: de l'ârchitc.tonique du ciel m occupe maintenant princip:rlement, en pârti.ulicr 1r narioncl,
: . rcsLrrc oü i1 di1Êre des Grecs."

:: lilour ne peut êtrc urdichrerisú que parce que le séjour est dans son essence poétiqüe. Norre
, : r: ;cruellement non poétique, son impuissarce à prendre mesure pourrair bien renir d'Lrn iiber-
:-, J une sLrrabc,nlrllaLnlce din cxcàs de mesure de!€nue folle.

= lLr.rlnld er pour combien de temps v a t il poósic authcntique ? Amsi lgrps que ia pure ernitié
(i'est le nroL qrec Karis : âussi lgtps qLrc.lurc ccrtc anivee de 1a grâce, ru-ssi lgqx
:..rssit à se rnesurer avec la divinité.. Si cetc mcsurc s'accompiit, 1'h poétise de par l'essence du
- qLrc. Si le poérique iaccompiit, l'h habitc poótiqucncnt sur cene rerre er comme le dit H. dens
.r.rnicr poême 'd:s Leben der Nlenschen' cst un 'iohrcnd Lcben..."

37
Ex'rnarts oe lst.tnss or Karra À Feucr.

;;;;.;;;: ;;ii;;" i ,* a".*. r"; óbriL"r): n.trsú! à


.êr., i'ên y,ênr a ã;"i*.. t" .êul1 rê mit' tt 1âi5sê'
, ""i.i."" a t""r, nê prm fiên é.dre et .ohlrêr dà la nor_écriitrê p1nt6i
qtrG its cê qli 3!écrtí.
. os rs rus. i€ tmhai Àosst!6i ds ú des íéi.LB úé "oltrrrê' €Dcorc À'6'2
tréq.."(..n j"."..-*,. ú nroDrê rntríilitr'(2i:r0) 60
- r. '* ."*'.". Íotrd de-p§rs tirs à ê.sê"er i'!'rj'ê êL l'
nlos sotrrênr, à échda.' Íêi. si l' bré.ri?Àiô DL.. ôlÚ J' reô{êmrê .étcDdt
tt .o plE d'ê!re J'i; d.hôr. (cGo ds lB uérMôEt ," '-i
nâraE auá i"-soi..., ii n'ta riêtr êú ro, qDj êtr rcsdd dê r'é'$'ur F 3ot'
ari; * ..ri" êL âaDêrfltr êtr bon.6m.. vÊEe Ia pên3éê d€ ?otrs êsü eb rêtr'o'
*;" r,é.-r"".. .áre ra lê roormêÍ! d€ v.strês d€ r,r.ri(uê rc dé-
têlilm. ê! slr@.nL dâ ub€ ""o..
pÉrrodP d écriLlre rÀtletrÉê iê !'drai3 Jear' êr
lê coo'.4 dê úG lâ sêtisrectioD qrê vs domô têl DE i'cl
úorcêêu ã'ócrlitrrê rrest riên facê à lréteúêtlê désôlàiior, itê êô!tô qüe
Íi'*_#+xr-Eirê 1à fôlieuê à'lndr!tr. oiêu é! Plu3 .larrênênL ds
cê qEi êst é.rrt ouê .. due l'otr ?oodrail tmí§.rj.ê. (Ê7,
- !ê rêaiinêntr IêEreu dr6i.ê ds !e chel,rê illhôiêrr souflle Arunêisontirênt le plü3
rIó i úe êdÂtêncê nolYêrlê, úon üsé., détêmiaéê pl rê hê11lêur
r.ssiblô têndúê. .ê @i ti dê nânê nrê.t e.E dotriê riê! d'rêut.ê qurün désé'
.tôssé dê r!i{ârê qEi t.ôuYê sÀ iEên3 !lô.. its ce f.oid imbeàu dlnnê
"oir
chúbE il!àôtêr. tl
telEiiÍ@ênt íi à reil sÀin' ú.id oe trre3t' pa3 facírê nt r!
côeür üuáiD dê rótisíêr:r 1o nórú.o1iê de ls ,aüYêi.é écritüe cdme Àu
;;;;";;; i" iô.* éc.ture;"ci "s coÊidári.z .otr racD.É à r'é"ri.ê; rr n
plus "xis6 üiI ziôltr, oêss.e .t lilite: t! tôiàrês'ê huôii
nok;e e r.tr,rc d€! limilê§ à !ou!. N. dois-i. p$ nretrgru.r
non écrih.ê né sott rtê., êt cêrtaimêni jê nê riú
eIs làbs o 1@ôbr.) i êtr..r?üq_
'
-."nlP;ü rênê !i "" * li,-.rà*,t r." .ioo"., v {áh..-u-rr d'aotre§zíriá rê DrÊ
J@r, d'edrê,/"hâr quê"í'a.cdDlr. l'inpoBriblê' dê r€ disbêrser â"c
ioriê6 âêá torcês.i ile Ée 4.3.úblo. rYec 1ê! r6r.s fôrcêê? ?s
= ire nê s.t. .i vs ys rêpréêêliêz josímênt Da rtê êt .o'ceÍêt à pÀ.êir de 1
6À scBibirLr,é qui ê!{ nên4"./f,1 rjtr dis.odb,ê. Éj6 c@ê oar êtrcr'.ot6
pêui au.ài biên
- JMêi. je n'autut ü! ênrtni! celn €3í ênco.e Dt{3 sor q[ê- ({is jê nê Yd
p.B dprúê. tmtilàênt u plus erdd úalL@r) 12
= Dê 1ê ltlêncê de la mti' crê.i c@e 6i rês úois .êcdstêli Be plIB sà.
clôtté..rst Jê !ê viE qtrê !Í úôi ú ites indi?fé.eníà on dês hsbii{ér dd€!
Âs!i!iêni. q;i Dsr reDr indi?f;rêncê rê!Í [êbittrdê m ldrs fÔ..es Yií"teg
![?rrêá!í À;ôn,snq!ê, €ncorê iraleÍçr. nôir si iê chêrch

38
: J] \ I)i, LET-I.RF-S DI K{}iKA À M]L!,NÂ

ü! t.be
, ) - t u ^ t *, q *++ r q! .--r4 { tq+h ç "L ü ^.0' ;e, *' " ^ -- "\' -, t-rj
c-c-aqtq.*tÁ 6,.*; a la- ar a1A-,-.Lb r<.at'^.;
L1.'&1 'r *íü cÀ.r-4
ô1u- c. o,l ..r du,éd.o!,D, 16 6si. oüc, pour 4.s.ntr À d.b!.
b1.D port"!t, l. u,a1 bê!óta quc dê epo!.r À tr yólrEé d,ú..sDàc. !âr.
tlolrà!ê dô -.po!, ou, .1 on l. conlrdàr. ârLE.dé.r, drm. ês!ac. pá-ilê!
11a!. d'âbs.nc. d. r.pô!.
** to r*".qo..
rêút-êt!. qu. ilcprL! qu.lqu.s EuIt. J. D. dô.! 9as. C'..r
.trp1@êni r'1rsÉsoi3!.'. Cr.st !é.lleênt quclqu. cho.., @1 eiôr. tôut.
rôton!é, E Jêtt. d.-c1 d. 1à à .ô! gró, J. E c@à1. pluú !! hêut nl ba.
d d!ô1t. ú1 Âeôb.. En outr, &À! tês atôúlaBs 1.tti!5 !. nô1â1ânr
ilu @ tmls iderduê. qut ú. !ándrldt hcur6ú, ná1. pd1lgnt s.n16E.!t
46r.!pé!óú..t )le?.E, c.. c. qú. tu at. À c! !uJ.t, p.!!uád. lsltôt
lDt.lllAôDcê, co.u-.t c.ro., ú"tB r.lcl un. plu! D-ôf.!d. r-q:êursl^n, l.
Et.D cqmÉ1. pêr '1. lt.u. .t c.11.-ct ú..1fôste..U n. pdt E '+a o.r.u.
d.r!^.!É! pu1!, J6 q,!1 .!ç1 p..!.nn., !êáôôú. qE. rr.!Â.tss.. c-Lspé! 'Lru
.D r"c. d. 1'suEr.,qiõtâ"r@lo!. à Ersv.rE têr !,IL!.tcàtiê
"i..t pourta.t pia ron aÀsotg§ê p.lvó. - .I]c lr..L ru6s1 .t "nsoLi!.
L.-rlbl.!ê!t.
E.ts c'.st dJiõEllô L'úgot5!. d. tout. croyúc. dêplr Ldl{E ( c..ü.
ú8ÕÍ!§. 1ul sp!é..Àt o@lte@út c.t e!.u. ri ni..t 6ur@ ar.! hú$B).
* r"oor poo" 16s DoDadl6u (ú r@sn d. chá!1.s-!@1! ,b111irp.1,
l. úã EoL
!ál! Auêr. 1cB ll-o lour trlnstúr. ü'.âE u. d.ux1êD. p.Ltio sôutf-úc..
1.,. pu!. P8s 1tE .L c.16 b. Erdfl!A. pá. pàrtlou-tlê!.donr, cr.su .âu1(
o6L uh. hpô6slD11il,ó Dou! EôI. UD Ârând óúusê!1t d. ld (Jud.n!E. cb.l
.nEE, áêI.ênLe, tu sràú IIrrê\.§E À 1I-., t'l r. !-..!. pTosqu. dêlÀZr
lrol. {-e.te c@.n.é. ÂuJould'hut. u lcu. póài. oispportê .5 Dôà8.; àd
pu!ádú 8lqlxlda.latr rt bâauo@p d. pêA.!, J. urrá E. orru1 'or À !ôu-
( .áfuuoh, §as dout.).
"e8u âveê iql., cÔfuc Eê rol! dólà
** cooc at[ L%ÁlEEdru d.
1. E.r 1t À,9 â !!ru pá. 1ã pru! poLrr.
clâc. qul nó sJb!.sê oonÊLmênL 1ê p1u! fôi.|. p..i31o^, 1l .n.!L d. E6D(
e!prà8 4!ô toI, nalú tdi. autr. il. ..t u.o bootr.t.! 3oú1àÍG 1. côêr?,
Jú!+i1or jê põnla1s quô j. .. pouváls súpÍ,ô!i.! 1ê v1., Dl ].s ôtEs .t
Jr.E r étâls h@tôux, Eri! tu n conflrE.s iab!.asút qu., c. qúl rô s.ô-
blrlt 1E3uppo.tablo, c. n,é:â1t p.s te 11ê. Ul
* tr crc .ú. qu. l,lú d. tôi
l. n. pul. pe. vlr-ê t46.nt q:'.n r.lsút
§-úÍan.úÍnÍ;-au la -T .@
4..11 Ê6oht r.b.ú c@Dlêttu.nE à liú4otÊ... .n lul falreü dr-ôfE sliína,

d.*-.p-rarai-iu !ul.a d. ba contr-t!. à rtomci úsr! .116 êrr ên c;ta ré.1


I.ú.nr éi..án8., 1c ia couare os! !.. 1o1! InLàrl.urc, l. !. côuats ou.
6. ú.ID qut .. c,..r ré.l1.tun! I.. Dtq! r.rrtbI. cboÊa d.
J,at Jmál! réêd. ou put.!. 'IrF (!@11mó1. iL .nrt.@.. ré.u18. Dêur-6Lrê .
nálai@úE úerlé! toú I.. d.r. Lô! à úot À !!ao;
,i.c 1'úaols.. .t qu. iu r,.s p.s s.ul. á i.^,..^.a. dé. +. ó"!rá;...
** s'tl
i {1. E.rL d. ltr ú'sld.. cr.!L ]'mÕu! d. 1,h@. rtch. ôour tâ Dtui
té( tl y c or.I1r! ôho.é d. ê.La dM. tê6 -.1a!ionô sv6c ú"11. J. E. !uI.
.éêU.ú.nt qu. la 6ôur16 d.n. l. rArêel t$t! d. nallci, ê.11. à @1 oD
p.u! À 1e !'lgu.u! ar !.m.rrt!. ú. fô1r pa! qn, d. lr,Eslr c@!1! 6ur 1.
t.'i! ]1b-óú.nE. t-:"l§&,r"+
x,1! o. nrôsr pâ. .!car. 1. p.tnL Iê !Iu6 óúômqht, r. p1u6 éEoúúr. c'..
ou. !l tu vóulol. ÉLtêr !.16 @1. rl tu ,ou1s16/alà§1 Éb .10m.! l. Àmd.
.Ehl.! p6ur d.6Ç.dr. r.,. EôL, aê. @. r.11. o&foftt.ü! oufàâ'r?vorrart
Dlu! !t.n d.-rêl. tI t. f drâ1t. rdF .tL6ltrdr. §. but - élr.na.- átr.ur
.õD ..ut.nôD1 t,aafonê.t- d,1t iIá1.t.r d,ür. nÊhlàr ÃrFhuírthi!íu-d..sü'
d. to!. .u-d.rsô it. tôI; .1 rori.d.!' qr. tu d.vr.l! p.ut-at!. tri déaldl

39
Lt Mtsacn a,tsuotquz or, MartrN Busep

Ce terÍe ta?üsctit a àté rcrhxnsoit m prmant m compte les aWaiaions dz Bhnchot Seula ltsfaates
de fappe ont été conigées ; elles sont signaléa darc b texte par des cmchets. La trad.uct;on dz Bknchot
prouiat d* litn dz Martiz fiáer Die chassidisch e BotschaÍt (éditiln UeTlag Inmbert Srhnàdza 1)J2).
A ce joux cc li ne n'esr pas traduit en frança i.

Ilexistence symbolique ds le monde de la prophétie


Il n appartient pas à I'essence du symbole de planer intemporellt au dessus des réalités concràtes.
lr s),rnbole tire sa durée de qu chose qü passe. Certarnemt, il appartient au monde de notre
vie de reconnaitre que tt ce qui passe nest quun symbole ; mais si ns vivons en ce monde, ns
apprenons que seul ce qui passe peut devenir q,rnbole.

= Tt s).,mbole est tirs en denger de deveÍrit âu üeu d un signe réel envoyé ds la vie, une Êgure
spiriruelle, incapable de ns lier j et tt seo€meÍrt, au lieu d'un événement, Vorgang, corporel enúe
haut et en bas, une plate erlebnis sur Ie plan de la religion.

= Dans le Timée (72 b), Platon distingue les devins, ceux qu atteint ure "divination inspirée et
véridique" en raison de l'inÊrmité de leur raison, entrâvée pâr le sommeil ou Ia maladie ou deviée
par qu espêce d'enthousiasme, les êtres en état de transe dont ce nest pas le rôle de juger de ce
qu'ils ont proléré, et 'la classe des prophêtes qui des oracles inspirés st les juges supérieurs. Platon
précise qu on ne doit pas les appeler devins, car ils st seult les interpràtes [mot bifft] des paroles et
des visions énigmatiques, de sorte que le nom qui leur conviendrait 1e mieu serait : lrophàtes
des révélations divinatoires", chargés qu ils st de tradúre ds [e langage humain la paróle secrêre
et encore iúumâifie.

De même, Pindare (Fgt 150), qud il attribue à la Muse la divination et au poàte la manifes-
ration : elle lui donne le bruir originel, Urklang, il le saisit en parole et en vers ; elle ne s'expdme
pas elle-même [mots bi-ffés], mais elle exprime le dieu dont, P1úie surhumaine, elle est possédée,
le Seigneur Apollon. trqueJ, comme il le conierse ú B.hyle. Eumênides I7 ne [.Lir que servir.
comme prophàre et devin. Lrn plus haut que lü, Zeus qui l'a doué du pouvoir de révélation :
il dit la "nouvelle" mais celui que son dire saisit, Muse ou PJ'thie, celui-là ne détient pas une
parole, seult un seqet, qriil expúe sans le prof.r.r, ju"qüà ce que l'homme câpâble d'entendre,
l'interpràte "prophétique", l'annonce en6n.

La diünaúon, chez les Grecs, nest pas Ie discours âchevé : fmot biflé] produite, elle reste
inaccessible à I'h non prophétique, seul le prophête la saisit et l'élàve au logos. Lr prophête
traduit, mais d'urre langue qú n en est pas eÍcore urle. Pafois, il esr vrai, le même homme réunit
Ies deux fonctions, mais il faut alors qu il se tra-nsforme, la dualité subsiste.

= Autre est le Núi


biblique. D'abord, il riy a de nabi que ds Ie rappon entre la divinité et fhumanite,
il poneur de la parole àla venicalg non seú [mots bifÊs] haut en bas,
est Ie médiateur du langage, le
comme messager de la revélation divine, mú de bas en haut, lorsqtiil s'entrema aupràs de Dieu.

= Ds Exode 7, Dieu dit à Mose : "vois, je te donne au Pharaon pour que ú sois âupràs de
lui un Elohim, et Aaron, ton frêre, sera ton Nabi." Elohim, l'essence inspirant€, et Nebi l'êúe
parlant ds leur face à face. "Qu il parle pr toi au peuple, qu il soit pr toi une bouche et tu lui seras
un Elohim." (IV 16) Le Nabi d'un Elohim est sa "bouche", : sa bouche, non son porte-voix;

40

.!ü
rÉfl
''liHM
ffi
, .::r nc porte pas unc parolc achevée c1u'orr pourrait enrendre, il fororult plutôt une parole
. ,ccràre, laquelle au scns humain n'esc pas encore parole, mais au scns divin est la farole
: .--:. Palrlole silencicusc, laudose Rede.

:
i-..nic. Dieu dit :Tu dois rlcvcnir conrrae m.r bourhe. lcr le mor irnpurrrnr csr ie perir mot
rDieunesesertpasdc1abouch<lrrLm.Linicunrnredel.r'iennlp,opr.rc'eirtourela
: :. rtc l'existence humairc qui doir êrre pr lui conme une bouche.
= : : rondc biblique, lmots biffésl ils ne sr pas deux à êtrc cn face du l)ieu, l'Lrn immédiaremt,
:: réilirtcmt,le même entend ct pa]ie, parlanr avec ft son êüe er rre sa vie. la voix secLete qui
. : : rnvcls de lui. "le silencc tlisparaissanr' (l . Rois XD( 12) ,\,Iax Vreber lc rcmarque : "lci, ia
: :r le poitc-pÊtre qui l'interprétait nétaient p:rs séperós,le prophàre d'lsr:Lôl ótair les deux en
, -::-:rc pclsonne." C'est qLre 1a paroie commençrüre rr la parole achevée st iclcntiques, randis
, : ::; les grccs, la parole de I'extasc n'esr qu un balbuticmt qu'il laut d'abord trarscriie ds l ordre
,:ours. Parolc_ parlan re, rythméc, objecrive- Clependânr, non séparable de cclui qui parle.
, ::: s;risit la ruú ne balbutic pas avanr de parler: aussitôt il parle une parolc ryrhmqueire,,r
- ::.l:. quoirpc crnporrée p.rr h plénitude de f imtant.
. ::ronse de I'oracie est la prédiction d'un avenir qui nc saurair chaneer : l'irrrncnoorl
:r:re signihe la puissance de L inst.Lnr, oü tt esr errcorç rnrhcr, ., n., ir r: !e décidcr. Le
- : .unonce le sccret d'un avenir qui nesr pas encore écrit, scult encore possiblc
. . -i:rodote lmot bi*él (i 2I ) lâ P),rhic ré\êie que même lc dicu ne saurait échapper au desrin
.i ilcret. Mais Jonas ns rappelle qu'apràs iquel ia parolc prophétique eut annon.- qu. d,
: .: lorLrs Ninive serait clitruite, ninive iétant conl,errie. DieLr lui aussi se conr.errjt. Cetri róci-
. .t: Ie "conversion' a éré 1€ sens secret, inconnu des prophàtcs cLx-mêmes de leur messagc.

. .:.,.1r, la parole exprimée ne suÍfir pas à la puissance de décision de l'instant. 11 faut


. .r :oir complétée par la puissance de I'action er de l'attitudc mimique" qLri do.icnlt
: : a. r'esr pas le mot scul qui intenicnr.Lr la realire, 'cL,lr tr proJe drrp"iélel dans la
:: :: ric l'cxiste[n]ce hrrmainc, apparais.:nr rn r11.. t:ccomprgn,ln r jLLsquaubout.
. ..t cc que te 'iigne" cls le langage bibliquc I Moite demande: "Qui suis,le pr aller chcz 1e
.:. ,n ct conduire les Íils d'lsrailhors d'Ég1'pte ?" Dicu lLri répond: "lh bicn, je seiai présent pràs
: : :r ceci scr'a pr ro; le signe quc je t'envoie : lorsque tu aura.s con,:1Lrir lc pcuple hors d'Égvpre,
: :-r cerre mfolnragne que vs scn ilez Dieu." Ici il nc s'agir pas d'une preuvc. C'est que lJsigne
- : qu chosc d'autLe : incarnation r 1'h bibliclue et le Dicu biblique désirent quc llsprir srex-
::: rlLrs parfaitemenr, plus rLuhcnriquemr que ds un mot, q il s iircarne. Dcmrnder im signe,
::rrrnder quc le message prennc iorme phr.siquement, matériellemt. Et Dicu lLri-rnême veut
dcsirIc Jt lLLi 1\nc: rn.rrion Jr 1 csprit. Lenvoi:\ lllo[ilsc à partir du buisson ardent s'incarne
iene. pui'quc lr peuple \nrii d'E$ pre esr arrir,é à ia montaere ardenre (Le jcLr clc mors. lmor
: s:ne, buisson ct Siruf]l).

. , :ne n'est 1râs üaduisihle ni renrplaçablc par un mot, mais la parole exprimée s'acconplir en
: . Lolsqu elle s incarnc.

:.:ophétic du Nabi qui n'cst pas dir.ination nais son conrraire vise un ér,-énemenr dont lrc
::plisscmtounondépentlduOubienOubienclcfinsranr.Untelévénementneselaissebicn
, : -r.ncr que par un autre I'vénement en fornc de signe. l)'oü les actiors en fànne de signc clcs
i :hires.
4t

..= +:itE&
+w
rii,if-i"
C'est une action sacrée d urr sérietrx terrible, ur véritable drame sacramentel (Osê). k Nabi vit
en forme de signe. Ce n est pas ce qu il fait qú est signe, mais en le faisant, il est lui-même signe'

I-lexistence sacrammtelle dans le monde du hassidisrne. -

k hassidisme a esquissé un nouveau Pansacramenralisme. Non pas qr-re la [mot biffé] substance
sacramentelle soit;résente et disponible ds Ia cotalité des choies, mais elle est à eveiller et à
sauver ds chaque âction et ds chúue obiet, non par [mot bifft] quque méúode qu'on pour-
rair .rcquérir. mai" par la pre.ence àe I ho-me qui s. donne tolJeml Par son exisren«' meme
d*.nui .r.r"-.n,à|.. Là haside n exerce pas une puis'ance' mais un "ervice : il se donne en
service. cad à chaoue instant. À I'h de l'exisience sacramentelle ne servent à rien rê81es et rites,
n[u]l savoir, n[u]t'pouvoir, car il a tjrs à nouveau à soútenir l[']instant imprévrr, imprevisible pr
.ámolir ds .eiinitant le salur, la plénitude de la chose ou de l'êue qúil rencontre ll n y a rien
qú soii profane, it n'y a que qu choie qui n est pas encore sacré, qu il ãoit précisément sanctiÊer

= On entend sénêralemr le hassidrsm€ comme la révolte du sentiment cont[re] le rationalisme


religieux qui a"6gé h doctrine de la ulans]cendânce diüne, et contre un ritualisme qui a pétriÊé
la oratioue des commandrlsl.
Dirs c..tte oppositioo. il ne s agir pas de sentiment, mais d un désir passionné de la totalité et de
l'élan d une vision .ruúenrique de l'uniré.

= Le hassidisme ria pas combattu la Kabbale, comme il a combattu le rabbinisme,


il a voulu
la continuer et l'acÉever. Même la pratique üéurgique d inÂuence kabbalistique émerge à
olusieurs reoriser ds I'histoire du has"idisme, parfoisl'une maniàre élonnamrnl ânaóronique'
il*oenldanil le"orit e't n .rurre. La Kabbale esr un êsotérisme. Ce qu'elle dir cache qu chose
qrà|.'n. dj, pr,, reserve ) linirié. Voilà ce que le H. ne suPPofle pas' il ne veut pa" Íeire de
distinction ; di la Êaternité des 6les du Pàre, ts ou personne doivent avoir accà au secret, pr ts
ou oersonne s ourre le cceur de l'eterniré. Ce qui e"i dérobé au 'imple ne peur px er re la vêriré
üvinre. La légende hassidique exalre sur un ton d errraordinaire amirie l homme simple'

D autre parr, la IGbbale est uoe Gnose, et à la difftrence des autres une gnose antidualiste liori-
sine de àut enose est la quesdon qui ds Ie monde âtteint l'intemité du désespoir : comment la
Lnrradi.rioniéprourée à chaque iÀtant de lavie comme insurmontúlq de l'essence malheu-
reuse de l'""istence d" 1" monãe p"ut se coo"ilier avec l'être de Dieu. C'est une quescion Post_
rest:rnerraire : ft enose authenlique rurqir ds une rêgion de cuJrure qu a touchée IA-ncien
lestamenr. üexpéíence biblique àe tunilé t ncontte i..périence de la conLradiction venue
des profondeur" douloureu.es - la determinarion de ce qui apparai comme conlrâdic(ion ou
conire-sens esr la limite indépas.able de la , onnaissance (ob; ou à pressentir ds le mystàre ''écu
de la soufÊance (Deutero-Isare) ; la souffrance devienr sacrement. Mais IApocalJpse dEsra ne
connait olus le rapport avec le secrec, seulemt la soumission sans approche, re[onceme[t au
mond.. ici, utilis#r les pierres dlels dêbrh giganresques det vieilJes religion' orientales' inrer-
rient la onose. Elle intelpràte la problém;Lúue du monde comme une problémacique de la
diviniLé '.ioit ou au dieu bon s oppose Lrr priniipe négaú[. soir que du dieu bon proviennenr des
orri""unces Êrsil"s qui to-b"n,'d" la dLrmalit àmedu monde ponenr le desrin de la
"phàre
iorrrradi.tiooí*q,ià .e quils puisseotà nouveau s'élever. Ainsi tte Snose présuppose l'eístence
delAutre.fur.cecomme'espace,deIombreerdlulüde
_l'Autre N.rlencinr :cesl [à conrre puissance'
le contre-monde. Enlever à son independance, l'attirer à nouveau ds Ia dynamique de
l'unité divine, iest l'entreprise de la Kabbale.

42
r:bbàle, r.rrilisarr dcs schómâs gnosti.lues er néophroniciens. trensl;rm€ et clíligurc une
: :r nlc talmudiquc : cc1le dcs attributs divins de la sér'érité et de la grâcc ct dc lcur rapport
:...tiquc ds lcqucl lc dIâmc dc lâ procession du monde apparait comme intra clinn.

= lucls changemtns le lmot biftél hassidisme fait-il subiL à la K. Il s'élivc contrc la schémati-
,)n du nri'stêre. C'esr le propre de la K comrne de tte gnose que de r.ouloir transpcrcer. Jmot
'.r. la contradiction de l'être er de s en déchar.eer. Pr le h.. ce qui csr ccntral c'cst de soutenir
: :,rntradiction er de la sauver eile-mêne. La K esquisse unc carrc d'état mâjo. des invstà.es
::r:iers sur laquelle les origines de 1a contLadiction ont lcur placc. Le H peut bien conserr-er
:::: irrage drr monde supérieur. mais ce qui lui impotc cc rcst pas la connaissance formu-
:: :. schérnarisabflle, c'est lacre vital de connaitrc c1s 1a riciprocité d un rapport avec I)ieu.
' : srstêrne de La K est dérerminé par le principe d'unc scrculiti <1ui tc trenble pas et n'hésite
:,\lorsLluelapiétéhasidiqueasavieproprerls"lasainrcitccrtitudc".Delàsonrmorrrpr
:rorani'. t',r.'s sommes envovés ds le mondc clc 1a conuadicrior : lorsrlue ns iui échappons en
, :1i*ant ds ies sphàres oir 1a contradicrion ns semble rrânsprrente, ns ns dérobons à I'envoi. La
: : ::rL:rdicrion m est donnée pL la soutcnir avcc ma vic : soutcnir et sLrpporrer le contre-sens est
. :.u1 sens que je puisse saisir.

= :..rrre tlillrcnce : 1e h ioppose à cc qui rransformc lc nvstàrc cn nagic. Magic n'cst pas 1a
.rncc cn l'action trarsccnclantalc tlc lh lmot billél c11c cst à l intéricLrr dc ccttc tbi l'idée qu'il
r iits actiorls uaditionncllcs, dctcnninócs, clont l'accomplisscmcnt róalisc 1'cllct attcndLr. Ds
:rosc, c'csr le pendant au pouvoir clc transpcrccr la contradictiot dc l'ôtrc : 1c pouvoir d'en-
:.'Lr lcs moyens de suspen,:lre cette conrradicrion. Ds la K. ccs móthodcs magiqucs sr ccrtcs
: i.1uées avcc clcs activités vivnntcs, lcs intcntions, les Karvrvanot. [,t le H connait bien la
:::inedesintentions.clespossibilitéscleméditerhéritéesdelatraditionenrapportaveclirmrsdcpe
:.. .nrcs. Mais la néthoclc nc peur plus êrre l'cssenriel : Dicu et l'instant st imprévisfilbles. échap-
. : ) n savoir su :\ l'avalcc, c'cst pourquoi ns pouvons tjrs ns prépàrer âu Tàt, mlis ns ne pourons
. :'rjparer lui-nrême. Tt veLrt être sanctifié, tt ce qui est du monde ds sa mondan re, er rr en
.,::nr ldansl le monde.

: :' .rce du hassldisme ds l'histoire des religions

r.l.rrs hifl-éd Un élàr.e du Maggid de Mesritsch s'en allanr arrir-a à Minuit à Karlin oü il r.oulut
-::1 Lrn rutre élêve du r\laggid, Rabbi,A.aron : il tiappa à sa fenêrre éclairée. "Qui es-m ?'
:::-..rnda-r-on de l'intérieur Le voyageur répondir, pensanr avoir éré reconnu à sa voix : "lnot
: n.i lmor blrfel {prês quoi il nenrendir plus rien, er la pone ne iouvrir pas. malgr'é
ort\-ed"uhle.. \la5ri.rir: \"-on. t,nurquor 1,.? \l"n 'ir ,.e.re
. r,r: : "{mots biffésl Quei lesrl l'honune asscz audacicux pouL diLc tr4oi, ce qui rappartictt
Dicu." Lc volagcur sc dir aiors : "Jc lois bicn quc jc rrai pas lini d'apprctdrc." Et il rctourna
. L \Iagg .

:: récit ns est connu clcs écrirs rl'une secte sorrfi, ds L'rnrhologie rlu poàtc DschelaL el Din
: , : Urr homme lrappe:\ la porte de son ami. Celui-ci : 'Qui est 1à ?". Il répond : "Moi".
::::i le renroie. Une rnnée passe ds le chrgrin de la séparation ; puis le voilà reienLr. il írappe à
: reau. f"l(lui e*lài" "Toi" F.t eussitôr lmors hiÊlésl s'ouvre la chambre oir il n'v a pas place
:: deur "N4oi". N1ais ce mot vient d Lrne plus lointirine source. Massignon la rapporte à une
::: :nce du manyre mvstirlue al-Hrllâdsch, citée par Solarni. L[à] aLrssi DieLr rejette le fidêle qui
' rd:C'esc moi ;nraisil I'accueille quand la réponse est : Non, c'esr roi, Seigneur

43
Qu il y ait eu infuence directe par l'intermédiaire de la Turqúe au temps du sabbatianisme,
c'e[s]t possible, mais sans preuve. C'est que ns trouvons des récits parallêles non seult ds la
mystique indoue du Bhakti et ds le mysticisme rhénan du M. ,4. mais ds un systême mystique,
âpparemmt lmot biffél d'orientation tout autre, puisque ron rhéiste, le Bouddhifs]me Zen
chinois. Un moine d'une autre secte vint sur les conseils d'un moine Zen fmot biffe] le
rejoindre darrs son monastêre oü il s'enfonça ú la méditation. À l'aube, il ertend une fllü]
te, tombe ds le ravissemt, court à la cellule de l'autre moine, Gappe à sa porte. "Qui est-ce ?"
"Moi". Lautre l'apostrophe : "Espêcr d'ivrogne qui passe ses núts ds les ruelles." Le matin
suivâÍrt, le moine a trouvé l'attitude convenable et l'exprime ds ses vers : "Maintenant je n ai
plus sur l'oreiller de vains rêves, je laisse souffler le joueur de fliite, quelque air qúil veuille."
Il a donc dépasser le stade du Moi.

= Narutellement, rien de plus commun ds la mystique que cette tendance à lmot biffél
suspendre la séparation entre Moi et Toi. Mais il y a d'autres rapprochements *ec Ie Zrt,
particuliêremt evec uÍre secte à l'intérieur du Múayana qui se tena[i]t le plus loin de ts
élémen* úéistes. Le Zen a développé la doctrine qu on ne doit pâs penser l'Absolu comme
tel, errmre moins l'exprimer : "Concepts et jugemts st suspendus les uns aux autres, ils ne
p€uveÍrt dirc Ia plus haüte réâlité." Cele coÍespond à Lâo-tse : "k Tao qu on peut dire n est
pas l'étemel Tao." Ds Lrn ancien texte Zen : "Le plus haute vérité n est pas difr6cile, à condition
qu'elle rejette le choii', cad la contrainte Íaúonnell€ de déclarer comme védté ou a ou non a et
non le[s] deux ensemble. Le Zen renvoie tjrs au récit d'aprês lequel Bouddha, lorsquil voulut
prêcher la doctrine parfaite, éleva une feur et sourit en se taisant. Seul son disciple Kassapa le
comprit et soudt eussitôt. Recours au concret. NoÍr pâs co[templetion solitaire, mais établis-
sements de compagnons travaillant en commun. Un petrifiche, lo$que des moines viennenr
lui demander de leur exposer la véÍité secràte, les envoie au champ, leur promettant de leur
parler au retour. Lorsqu ils reúennent, il va à leur rencontre, ouvre les bras et les désigne eux-
mêmes silencieusemt.

= Ds la littérarure hassidique, le caractêre symbolique est fortemt accentué, ds le récit Zen, il


reste caché.

= Apràs la mort du Rabbi Mosche de Kobryn le Rabbi de Kozk demanda à l'un de ses élàves
quel était pr son ancien Maitre la chose principale r "Tjrs cela dont il était en train de s'oc-
cuper." Un des prem[i]ers patriarches zens a dit ; il y a une sentence qui bien comprise étein-
drait les erreurs d'innombrables millénaires. On demarda à un abbé Zen quelle [est] cette
sente[ce. Il Íépo[d : ious ton nez ;" ; Dans les der:x cas, la dé de la vérité est la plus proche
acriviré.

= Rabbi Mendel de Rymanov avait couturne de dire que c'est âvec ts ses gestes qu€ le Râbbi
Eümenech lui avait appris le Thorâ. Un mâltre Zen, lorsque son élêve qui le sert, se plaint de
n avoir pas été introduit ds Ia sagesse, Iui répond: "Depuis le jour de ton arrivée je nai pas
cessé de denseigner la sagesse." "Commt cela, Mâiúe ?" "Quand tu rn as apporté une tasse
de úé, ne l'ai[-]je pas prise I Qud tu t'inclines devlant] moi, ne fai-je pas rendu ton salut."
Llélêve baisse la tête ? et le maiúe ajoute : "Si tu veux voir, regarde directement la chose :
si tu essaies de ruminer, tu as depuis lgtps dépassé le but." Ds un chant Zen de l'an 700 se
trouve ce vers : "N'as-tu jamars vu un homme qui soit la vérité même ?" C'est l'idéal du chef
religieun hassidique, devenu lui-même la Tora. Lun dit qu il est dangereur de "savoir trop de
ha-ssidisme" Et un maltre Zen reproche à son élàve "d'avoir trop de Zen'. "Quand on parle du
Zen, le dégoiit me vient,"

44
. .:!porr du Zen et de I'arr. Le hassid ne peut pas pcindrc, rnais i1 darsc.

.:rilencenestpas1ebutulrime.H:'Àpprcnclsàtctairc,aÍindcsavoirpaLlcr."EtZcn:"Lt
: i esr une nrjure, le silence est ure rromperie. Par clc1à parolc ct silcncc conciuit un itroit
.,:rn." Ds les deux cas, les maitrcs cntrcricnncnt volonticrs dcs cotvcrsâtion[sl banales qui
.:, r enr l'étranger.

. ::onancc des rapporrs cntre trahres ct élàves. Ds lc Zen, c'est l'unique objer : ds le hassi-
: , :::. c'est le commencemr d'une plus grânde fratemité. Chez l'un et chez I'autre, la vériré n'est
' :ir .hose qu'on possàde et <1ui a rrn contenu, mais lmot biflêl mais appàrâir comme humaine
: , jr.e cr nouvcmt c[r]c {llcs géniratiors. Ce mouvcmr d ôtre en être chcz les hassidim
: :: don <1u'on remet Ubcrgabe et c1s le Zen stimLrlànt. Anregung.

. : :iie deTschuang-Tse et le papillon. Or ds le hassidisme on trouve une réponse. Un zaddik


:: interrogé par son fils / : "S il v a des morrs clui enrranr ds le monde de la conlusion
:::sinent clu ils continuent leur r.ie habituelle, peut-être est-ce que moi aussi je deraeure ds le
: :: de la conlusion." Le pêre Iui réplique : "Si un homme est appelé ds la maison de La priêre
::rdre parr à la lecrure de la'l-hora devanr l'arche sainte, c'est pr lui un signe qLiil n'est pas
- eronde de l'erreur" La l hora est la mesure de la réaliré.

: : :.rpport positif au concrer a un sens différent cls 1es deux doctrnres. Chez 1e Zen, le
:r aux choses est destiné à détourner de 1a pensée discursive : il ne s agit pas tant des
: ::. que de leur non'conceptualiré, comme s.r'mbole de l'ahsolu sup lélrieur à rour concept.
. rassirl, les choses st objet cl'une saisie rcligicusc, e11es st les derneures de l'étinceile
.. r cllcs nc st pas inportanrcs cornmc rcpréscntation tlc la virité non conccpmcllc, mais
::::; l eril dc la sagcssc divinc. Lc róalismc du Zet est tlialcctiquc, i1 sigri6e abolition : lc
, :re hassicliclue est nessianique, il signific acconplissemcnt. Le hassidismc cst I'uni<1uc
,: ,iue oü le tenrps est sanctifié | pàr lâ révélation, liée au passé, par la rédemptlon 1iée à

: -.2e, Sabbarai Zrvi er le lmot billél Baalschem

::::-rrois ans, avrnt la naixancc du Baal Schcm mouraiert à peu d'intenaite deux juili consi-
:::ies, ts derrx associés à la catastrophc cie l'exil, l'un Spinoza, banni de la svnagogie, l'aurre lc
.rre Sabbata'i Zrvi, converti à 1'Iíam.
. : erand fait d'lsraêl n'est pas d avoir enscignó l'unique l)ieu, mals montré comme réelle la
: ,,:biliré de lui parler, de lui dire Tu, de se tenir avec lui face à Íàce. d avoir commerce avec lui.
: :r:s religions, il v a eu des rapports avec la diviniré. par la priêre. le sacrillcc, rnars ce ,resr
.: ds lsraêl que la vie a été comprise plulis vécuc comme le fait d'êrre interpclli er de pouvoir
::'.ondre, et aussi d'adresser la parole et de recevoir ulc réponse. Dieu est esscnticllt celui qui
:.:le. la créarion est parole. Áppel ds Ie néant et Éponse des choses par leur surgic, 1a parole
:::arrice continuant ds la vic des créatures, la vie de cellc ci ctanr dialoeue, le nronde vcrbc : tcllc
-,. la Lévélatíon d'lslraltl.

':.inoza osa retirer à Dieu son droir à ôtrc interpellé. ilveut ie puriÊcr clc ce qui lui sernble être
r; tâche. Celui à qui l'on peur pâr1cr n:esr pxs xssez pur, pas assez divin. Dire roi à l)ieLr est lmot
-t!l diraison ou un rnauvais lvrisrnc. La rendance de l'esprit occidcnral à la vie molologLre s'cn
:,r rrour,ée accentuée d'une maniêre décisivr.

45
= C'est ds le monde que se prodút le réel coÍÍmerce [mot biffé] avec Dieu. Dieu parle aux
hommes ds les choses quil leur envoie : l'homme répond par son action ds les choses. C'est là
la doctrine hassidique. Tt le service divin nest qúe le préperation renolrvelée à ce rappoÍt avec
Dieu ds le monde. Ce rapport doit êúe totel €t vi nt, non pas spécialisé, ni pétriÊé ou rendu
formel. Le danger des dangers est en ce sens Ia reJigion. Ou encore Ia préférence donnée aux
circonstances spirituelles, intérieures de ce rapport, la ferveur, le ravissemt. Lâme seule veut avoir
affaire avec Dieu, et elle s'écarte du monde comme d'urr obstacle.

= Les choses et les êtres ds lesquels demeurent des étincelles du divin st offerts à l'h pr que ds leur
rappon avec eui{, il délivre rer érincelles.

= Ds la vie hassidique, manger est devenu ainsi un véritable service sacramentel. Tt ce qü est
accordé en usage à la personne humaine, animal, arbre, champ, ustensile, cache des étincelles
que l'h doit élever, sancú6er. Plus de partage ente profane et sâcré. Ce que ns nommons le mal
nest que la chute sans úrection des étincelles, énergie qü nest mauvaise que par son manque
d'orientation, son indécision l,a tache est ici celle de tte la création et non de l'homme seul. Il ne
s'agit pas d'une rébellior, mâis d'un mouvement nonchalant, d inertie.

= La concrête intervention de l'h ds la puissance reste le noyeu de Iâ vie religieuse. La création


de cette créature pa-rticüliêre quest l'h signiÊe I'épargne mystérieuse d'une force codétermi-
nante, d'un point de départ d événement, d'un commencement. Dieu pr achever sa création
veut metúe l'h à I'Gu!Te, il â besoin de son cuvre : ds l'histoire qui s'eccompüt, Dieu est en
etteflte de l'homme. De là l'exil. Cet exil de Dieu peut panltre un étrafige mystàre, mâis pâs plüs
mystérieux qu[e] son existence,. et lmot biffé] que Dieu [soi même] sera tjrs moins mystérieux
que Ie fait que je suis.

= finstant vécu de l'h se tient en védté entre création et rédemption, associé à Ia création quand
il agit, et à la rédemption ds sa püssance même d'agir D'oü le pouvoir de I'instant qui riest pas
url mystique Present surtemPorel.

= Ir hassidisme s'est débarassé dett le monstrueux aplp]areil kabbalistique : pr agir sur le salut,
il n'y a pas uneaction magique déterminée, ce qú importe iest la sancd6cation indifférente de
tte action, c'est en sauvant le quotidien que s'accompl[i]t la constance quotidienne du salur Telle
a été la replique de l'hassidisme à la catastrophe de Sabbatai Zwi-

= C'est une ereur de croire que le messianisme juifs'épuise ds la foi eÍr un événement uniqu€
frnal et en un être unique comme médiateur de cet événement. La frn des temps est insépa-
rable de la vie présente, et du mouvement des générations. Ds les générations humaines, D
est €n attente d€ celui en qui le mouvement essentiel de le créâture [mot biffé] âcquerrcrâ lâ
force décisive. Cependt avec l'exil tt s'e[fonce ds l'obscurité d[']une soúffreflce pe$o[fielle
dont personne ne sait plus rien. Mais plus souffrant devient le destin du monde que Dieu qui
habite avec les hommes soufÊe âvec eüx, plus agissante et dche de seÍs devient aussi la vie d€
ces hommes. Ils ne st plus des précurseü$, mâis eÍr eux üne messianité quotidienne ànricip€
celle de la fin des temps. "k Messie, Êls de Joseph, apparait de générations en générations."
Ce mystêre messianique reste qrché, non pas maintenlr secret, mais ds une occultation liée à
l'existence ordinaire obligée de vivre séparée et dissimulée. C'est le Messie anonyme. Ou la
force rnessianique est privée de nom, comme le Prophàte sarrs nom dont le christianisme a mis
ds la bouche du Christ les paroles souffrantes. Le fait d'être caché appartient essentiellt à cette
souÍfrance. Quand ds l'explosion messianique de S Zwi se déchire, se brise l'occultation, iest
la messianité fmot bifft] elle-même qui éclate et s'abime. Avec lui, ds cette crise douloureuse,

46
: l,rrronr...i,lr'i,m.. ll :un r-i. or..rr, l-omle r( r,e, , Dé\ (n p.,r. ,uliF. ,..o.l pl:r
."rr.
u rdu v'ur. qu: irLombe rrre l\unr"n re J. n erre qr.. ,,e
"crionJ.i. Jeren.r ,.,i",r
r:..sirnique.

-: (-ornmcncements

.. Z rlddikrn des cinq premiêres générarrons lormenr un ensembLe de personnalrrés religieuscs


: rr r-italiré,
d'une puissance spiriruclle. d Lrn. .rigi rrl,rc mu riple .umme on
: :n un-si.courr temps ds l'histoire de. relgLons. tc ptus in1;rrrDr en <ur rsr que châcun
.,.ourlel d'unc corlmunauré, viianr d'Lrne r it fLarerncile, nne-soercre rerir.rblc r ir-anr sa fôi.

c
. quel<ha*id
prs 'men..ign r(pJ.u re..,(curied.Jo..rn.. ,r,i.Je ie.rurr..^ur.ep.in
.onmissàn.e (,r s; legcnJc. qui constitue comnc le rexre, la lirtlélraturc rhéoiiqLrc
:-.int pllrs qu'ur commentaire. l)'oü la nr.r*c rnfnje dcs recrrs. c. qni po,,rr. 1.,,ar.atiu
:: jne conrrainrc inrérieurc donr Ia natnre err .qLlc de l: , ie hrssidiq,r., dLi lien vilart enr lcl
i.rl.r .omm
r. ec ,1ue iri<
^ ',.ir. dr.ri"r , n.-,(iltcu.e..,t,,nder r.,.,, qu.rr.;".
inoüi le Rabhi ne pouvair s'exprirner qLrc ds la langue du miracle De'plLrs
'ir.L
I'r.. ,Lr\ ,/.,,1, iki r'l,e...r,o.rpJ.^r,.:1,p,,,.",,, ., ,;". rr"d.,ior-brer,p...,.,n,ierrri,"r
r ..r,d.Lrre.onrrri.,'ir lori_in. rrrdiri,,nrel.d,...l-i.rorr<,. nr. i. L. qur era,r r...ur re
::r oaralss r nr norns spontané ni moins i.r:i : .Lu conrr.rire. À nuurcau qu c[oic de três ancien
. ::procluisair, aflirmanr la co.rinuité, la crpaeite a s:ee omplir cnrur" un. 1,,, d. l'érérr.rrr.,,,
::uisablc.

r..
' rcn.olrreJ.,Di.u ,.. l.,.rcpe.r. *,,ir. orr:r. mr ieuJ. Lr pu.çrande irr.prr,re.
., f(n\(eou r(ndJi, f,(.ur. r e,irablel"ppar r.orr Jer,/ui.
= -tLLt ds lc monde ,1. l ac-,mpirssemr rr puisse devenir chemin, r.oie, cela ne peut ôtre bien saisi
üs I lrrcnte me\yJntquc.

f':ir'rLirrre,reur pouseÍ flu\ lo.rr l: ,ir.l,r'on .,rr:,rroprro.rF r.i.\.rre I,r l.,p"l"fi(.1,


',".,iJi.'t,(
',,ie. m".,l,i.G' r .,,lLnt,rti.r.,.r,.rgieur. .ruprur.J. ir loi. l.r"r.t,'i.. t.
.
: u\í l<s LonseqLlenrrs. nr.ris pour rcjeter ou du moin; repousser la.enmrio. rrcssianiqLre.
§.\en n..r o-. lcVe..i...orl,eun.ne,rl.r.,her.rc,lu,.rlrrr.nr"i,.eli,Junerrrorrrr,n Le
..r drr Ê,rmr le' hisruues rluc quand Ji Mexic viendra, il sera. rclenant, lc lsraêl bcn !.lieser.
: J \ rur drr( que \.r prcmiêrc app.rririun n'esr pas messiani<1ue : il n csr encore l\{cssie : seul
fas
: :rrour Peut l'êrre

-( errcs les lbndareurs clu mour.emr étaicnr des chcls, mais conduirc c érait ti,abord éduquer.

= , un Je leun trens rr,rcteristiqucs esr L muftipLicité des Zacldikirr. au contrâirc du prércndanr


. rr...irni,rne:Jíl n.rrr,ie,rc,.r {r,,.,.hê,..,rJ(pi, , (,{,r.r,.h,re. l< I ne.e r:<rrjr r:i.
-.ur unique. Ccltes il arrive qrre lcs hassitlim penseniquln rldrors dc leur Rrbbi il n,v cí a pas
rre\ Jr rrolJ(. rr.r . ..rre <r.rg.-rrion ..r côn.rJ,-ee.,n,n e iJ, llrrique , ,r d.ir nri.e:
. . - R.rbbi e., puur r'ur,. .e qu i , , dF ,r.i e.r-.-
= lrioh Fr.uk:r.rrr«,LLturrrc de dire qu i] érait rur 'Am haarez", un ignoranr. ll se gloriÍie clc son
rnur.ln.e, nurquc, .irr-rt üe sou ctcrtJon, parcc qu'ellc le libêre dc ne entrale : lié à la.fhc,ra par
::rl savoir, nc connaissant flus le poicis diriin dc la responsabilitó humainc Lhol:l;c simplc que

17
glori6e aussi la légende hassidique est pur de tt senúmeot de lui-même, il ria pas été choisi ; il
n est pas savant, mais accomplit sa tâche quotidienne avec zêÍe, se réjouissant en tt ce qu'il fait. Le
Rabbi Israêl de Kosnitz, lorsqu on lui reprochait de consacrer tt son temps atrx simples, disait :
"Moi - ts mes eÊorts et tt mon üavail vont à devenir ldevenirl simple, et etrx sont simples."

= Jacob Frad<: "Ts les chefs doivent être sans religion."

= La conception hxsidique n est qu une transformation de la foi traditionnelle que c,est par
l'intermédiaire de l'h que Dieu veut conquérir le monde qu il a créé.

= Pr Jacob Fr il s'agit de sf']approprier le feu étranger, Ie feu du péché pr pouvoir l'oÊ'rir à Dieu :
il faut donc pénétrer ds Edom oü les actions éüanges, insolites, (héritages du Sabbatianisme)
gouvernent ouvertemt - et non plus secrêtemr comme ds IsraêI. O! dit-il, la grande forteresse ne
sera jamais forcée aussi lgtps qu un Am-haarez n'aura pas pénétré par les égouts pr s'en emparer.

Ds le hassidisme, cette doctrine devient celle des pensées étrangêres. I,es étincelles du feu divin
aspirent anxieusement ds leur plus profond oril que ns appelons le Md à Ia libération. Elles
viennent. chargêe leurs coquilles desquelles elles ne peuvent se sépare! comme "pensées éúâÍr-
gêres", comme convoitises à tt heure, mais de préférence au-.r heures de priêre, car il leur faut agir
en commlun] avec les Klipot, les coquilles, lesquelles nont qüun désir, ns faire tomber lorsque
ns ns torúnons vers Dieu, et les étincelles de sainteté ne désirent rien tant que noue acdon
lorsqu elle est chargée de la plus grande puissance de salut. C'est donc à la grandeur de Ia tenta-
tion qu une âme reconnait combien elle est sâinte ds sa racine. Limagination est la force en Írous
qui se tient en mpport avec les apparitions des étincelles, et parce que ces apparitions viennent
d'un mélange de bien et de mal, on peut dire d'elle qtielle est l'arbre de la connaissance du bien
et du mal. Jérémie : "Du lointain, le Seigneur m'esr apparu." Plus l'apparirion esr lointaine, plus
elle est essentielle, ns devons donc l'accueillir er non la rejeter, er ds la sphêre de noue phantaisie
libérer la pure passion de l'objet qú la limite et Ia diriger sur l'illimité.

= Aucun renoncemt n'est recommandé. On mànge d5 la consé(rarion, la table esr un autel. On


travaille et on élàve les étincelles qui se cachent ds les outils. On danse.. .

= farnour enue I'homme et la femme est ds la K un haut principe de l'être, les saintes funes qui
n'ont pas encore accompli leur migrarion terr[e]stre attendent de s'incameÍ per eÍrgendrcmt et
naissarrce et de descendre dç le monde.

= Il ne s'agit pas d'ignorer mais pluót que de savoir seult la Thora, de la vivre. Lutte contre les
privilégiés du Savoir. Nuveté, vitalité, simplicité, immédiateté forment le noyau de l'existence
personnelle.

- La crise du Sabbatianisme était avant toln une c se de doctrine. La Thora, la doctrine d'is-
raêl est une doctrine de la distinction : comme la ctéatioÍr €st fondée sur la séparation de -
l'espace, entre les eaun supérieures et les earx d'en bas entre jour et nuit, et à1a Ên se tient
l'homme, séparé en homme et femme, de même, ds la révélation, il est commandé à l'h de
distinguer entre Dieu et idoles, entre vrâis et faux prophêtes, entre pur et impur, bien et mal,
saint et profane. Pr une multiplicité indéterminée, il ny a pas de place, seul régit le principe
de la dualité polaire. Seult autres que les séparations cosmiques, dont les deux p[ô]les contien-
[ent la même glorieuse afÊrmation, st les séparations de la révélation, oü Ie Oui et le Non
donnent un caractêre éthique à ce qui est distingué. Et le destin de l'homme dépend alors de
la juste distinction. Or les ordres de la création et cetrx de la révélation ne coincident plus.

48
ilu premier pt de vue, Dicu â donné à l'h la vie et lc bicn la morr er le mal qui .,pp.LtL(n
. . ,r l ordre saint des choses sacrées, mais st donnés par la révélarion .n,"",i c. iiu il lour
, .:r.. Lc pour.oir de décic1cr, dc tlisrnrguer, esr le pouvoir fordamental de l'h.

: ,qud st rlóveloppe le rroisiàmc clonaine. celui de la 6n riLr jour, lrnot biíIll se pose 1r
'1:nre dc savoir si la distincrion imposée à l'h reste iaiablc. S'il laur attendre ur rccom
,,.menr nessianique de la créarion, rccom pli ftsemer tl oü 1'h lui-rnême sacconrplit, il
:::: e qu'il n'y ait plus de place pr lcs sópârarions Íixées par la Thora. Âuüemr dir. il ne
, : plus de disctinction érhique, l'ordrc dc 1a rér'élarion prend fin, il n'v a plus que l'ordre
l création oü tt s'allilrne pareilleorenr sacré. Lh lui,même sere sacri, ainsi quitt ce rlu il

= -. Coctrine d kralõ11 signilie que se Írperposc cr s'accorde la disrürction c1u Bien et du Mel
, :.:lsrincrion du Sacri cr du Prof.ine. Or. ds la doctrhe du Seb. le teu du sacré a consumé l.r
...hique.\i.roi...lrr r. rg'erx.u-1, \lor.rl r.; ,rnr ,e., r-..r r r( i .,..ru .....\.;r
. ;..úmpl«enlr .rpFÍ,rh<, de sorte clue lorscpc f illLrsion aura été percéc à jour, le principe
: -:ur prérenduint vuinqucur ielfàndrera sans pourrant resreurer le princiIp]c órhique quil
ir.r,.
í-e l. 'err r'i\ li m. r.l eierrr.
. )rr nconrc <1u'à l'époque du Baal Schem un homnre Était dclcnu célàbre pr les <1rralitr:
:::-:illeuses dc sor eryrir I "Est ce ur vrai Zaddik i lui dcmandàrent ses élêres. Et à quoi
: :raairre c1u'ii cn est un i" l.e Baai Schrm rep"ndlr : DcmrnJtz 1Lu conrnr.rrl v prcndri pr
:,.:r les pcnsées étrangêres, et si1 r'ous d"nne urr .on,<ii rintz 1e pour ur húm;c dc ricn.
:: : est le servicc dc l'homme ds le monde que de lu«er jusclu'à la Êl pr libérer l'insolitc cr le
r -!Ànner en la rraic vie."

- -: Chekhina embrassc lcs deux, le Bien cr lc \{al, meis le lvÍal nor conune substance inclé
.,r:nre, mais commc 1c drrône lrrônel du Bicn, comme le degré le plus bas du Bien intégral,
:lnc la làrce égarée qui a besoin de retrouvcr 1a clirecrion veri D;eLr pour de"enir bonne. I c
,,on doir brüler pr révólcr Dieu. Le Hassidiyrc continue bien à distingucr Ma1 er Bien, rnais
;LLrs comrne des qurlitélsl ,:lifférenres. mais commc ce qui n a pas de fôrmc ct ce qui a Íànne,
: ionme 1a gauche et la ciroire, mais commc le bas er 1e haur. cômrue le buisson er I'ardeur dLr
.. C csr à I'h qu'il revient cle làire pénétrer le buisson de lardeur er du 1iLr.
= : péché est 1égarenrent dc la Àrce, mais la íorce égaróc cst de Dieu. t-e forot bi*éi Sab avait
:sion ,1u'on peut racherer le Mal, en le iriqrnr r .onJruun .le ne p.rs l< |r r< cn ranr que
:r C'est unc illusion, car ct ce que lair lh r.asit sur son ;m<, rnimc qud il eruir qu'clle plane
: -J:ssus de l'action. Face à cela, le hassidisrne alÍinre qLr'on pcLrt orienrer r.ers la riritó laloLce
:::r directior qui éclate ds le désí, qu'or peur rendre \oyânte 1a firrce aleu.ele. C'eslrl 1a subli-
:::.rion de la psvcharalrre.

= .)e la doctrine Inot billél des étincellcs dc la K rardive, Baal,Schen Torv a fàir une doctrinc
. rique.l)s une coquille narérielle (écorcc), un minéral, une pl,rnte, un anirnal. ll'lérincelle est
:::hée, lieure complàtc à ressemblance humairc, recroquelillée sut soi, 1a têre sur les cuisses,
..:' pouvoir remuer picds ri mains, embrlonnairc. Seul 1'hoarme peut lâ sxlrvcr.

= Tout cc que ra main trouvc à fàire, fàisle ds ta forcc." Ceia veut dire : tt cc quc l'h lair. il
ir le laire ar.cc 1a toraliré de son ôtre ; ainsi disait,on dLr Baal-S que ce L1u'il fais.rit, il le fàisair
.,

:: ec ts scs membres. Puis r1u'il doit 1e fàire ds l intention de réunir l)ieu et sa Chckhina. Donc
-r une intenrior d'Lulité. I e péché csr ce qu'on ne ftir pâs âve. rr son êrre.
.i9
= Buber pretend qu il y eut ds le judarsme deux revolta duÁm-haarea celui du premier úristia-
nisme qui s'en sépara en forçart ses portes. Puis le hassidisme qui est resté ds les limires d'Israill.

= C'est que le hassidisme na fait que transformer et rcndre nouveau le vieux principe de la
responsabilité de l'h pr le destin de Dieu ds le monde : respoosabfité non ds un sens moral, Ínais
inconditionné, traiscendant ; valeur inépuisable de faction humaine, influence de l'homme
agissant ds le destin du tout. "Irs justes eccroissent Ia puissaÍrce de la souveraineté d'en haut." {
Se développant conceptuellt ds mâintes Gnoses, restée üvante ds les remaniements de la religio-
sité iradenne, c'est la conception de l'âme de Dieu prisonniàe de la matiàre et âtte[dent d'être
sauvée. C'est Ia Sophia, Ia lumiêre tombê ds les ténàbres, la "Màre" qú doit passer par ttes
Ies soufftances, tj$ un êúe âbendonné et cependt divin, séparé de son origine et cepeÍrdt non
séparé, car la séparation s'eppelle temps et la réunion éternité. Pr la K., le destin de la présence
de Dieu, l'inhabitation de la Chek, Iui üent non de puissances contraires, rnais de la nécessité de
la volonré originelJe : c'e.r le (ens de là creaiion.

Comment le monde est-il possible ? C'est Ia question fondamenmle de la K. Commt le monde


peut-il être puisqüil y a Dieu ? Elle répond ; Dieu s'est limité pr le monde. Mais Dieu na pas,
sans destin, fait un monde livré au destin : lú-même s'est eflveloppé ds le monde, l'habite et en
partage le sort.

= Ds d'autres doctrines, l'âme divine, tombée sur Iâ terre est reppelée par le ciel : il n y a qu une
seule direction, de haut en bas. Mais ds la doctrine jüve, fondée sur uÍ rapport de réciprocité,
d'un dialogue entre le Moi de I'homme et le Toi diün, d'une rencorú€, l'h misérable reste l'au-
xiliaire de Dieu. irs spheres st séparées pr que l'h les rapproche. La créature est en attente de l'h,
comme Dieu même. C'est d en bas que doit venir l'impulsion au salut.

= Tte eschatologie est toujours en danger de confondre des catégories de l'absolu avec des care-
gories histodques, suÍtout à úÍIe époque oü la vision est remplacée par une construction.

= Le hassidisme a déschématisé le mystêre (en le vulgarisant). Il ne s'agit plus que d'une rencontre
religieuse.

= Aprês Ia mort de sa femme, Ie Baal-Schem ne voulut pâs se larsser consoler et dit : "J'avais
espéré faire route vers le ciel dans la temp&e comme Elie, mais cet espoir niest ôté, car je ne suis
encore que Ia moitié d'un corps." On ne doit pas se mortiÂer : "Qui cause Un dommage à son
corps, endommâge son âme." Un Zaddik rappelait le mot d un sage talmudiste : "ks chemins
du ciel st pr moi aussi éclairés que les rue de la ville de Nehardea." Il le transformlalit ainsi :
["]Les rues de la ville doivent briller comme les voies du ciel, cár on ne peut pes eller à Dieu
autremtqueparla nature._ Renoch êrait un cordon n ier. À óaq ue coup de son âlàne q ui cou:Jt
ensemble le cuir et la semelle, il réunissait Dieu et sa CheLhina."

= "Qu est-ce c:ela ? disait un Z[a]ddik caché en parlant des rabbins qui "disent la Thord', cad
interpràtent les mots écrits. "Qu est-ce que dire la Thora i Chacun doit faire en sorte que sa
cnndúte soit ure Thora et lui-mêm€ une Thom."

= Pr les religions de sallit, lâ rédemption est un fait, transcendant, mais cependt localisé. Pr le
judarsme, iest une pure perspective. Pr les premiàres, l'histoire comporte rrne césure, un ceflúe
absolu. Pr le judar'sme, il riy a pas de point central : le courant, le fleuve ne s'aÍrête nüIl€ pârt.
Ou bien I'on doit dire que l'événement décisifs'accomplit à chaque irxtant : ici et maintenant,
de sorte que l'horizon de la 6n s'estompe. le Zaddik n est pas un prêtre qú renouvelle l'Guvre

50
(,r|hommequi
âl€cprltsdcconcenrradonqueresaurrcs
....::j:lllllilL*l:!con,plL€.ir
Jr. fe \Jru'J'rr qui .or,L Ie ru .er rnur r\r ,rr.(
::T: Llr.
I ' a(L\e. r tu t. rr,,1dF .roLr1. \Fr. .on <p(llLtr B ,..;.-.',",l|., i,
r l,l
rô1.Irnr uriqin.. il nu-r.,r hir .r i. riu]r d.ll
,.ii vers le halu cr réciproquemt.

l::r"'.' <\r, r.re.rD",\rn,,.


rI rn.n'n\
o'u, i nuorr.rlr !lu.,'t ,rse. 1.,r.. qrr. ,etui .r .ç.r.e... nruhite, ., rJ .
rt r; de ,:r"r,. il ..nrnpt r l. n",r,.,rrenr de.i.,r
drlrr,,n,l.. l.
.n.c\vnr e. t. r'in.ir,. tr rie Jt /. . t t; .e .r\\ernDtF t. p,o....r_, rlr .1.,.r,.r
l,i:1.,,:l.l
rÍet.t. t.nrr.del/rbr,rJr....d.nr ,r"ur .iel.r .rerriu.r .,rr rerrr.L-. lno rrn e -e.rli.e
Lrniré cle Dicl "irk,,

.,,,1"::'r:Xll;l:.tes
perotes dc t.r doctrine. \t parlez si bien.,, , .À.anr
de bien parter,

= I-cs rrois cercles ds lesqueis s'afiirme l,arrrour JLr I : la nrasse d. ccux qui vrerrnenr cherchcr
11::-:,,r**o ;'1e cerclc des é1êrcs. L, .-",l**,i" ..irir,*, ,1,"" ,, .i. .*..
rJe
-,11.-..
.. er úpno. t^n /\e. l. .omt,Irr.jrr.leg I n<. ",a,,.
r.erp.rier.e,mr.riqu ,'ü.r.r..( eq i npôr.L
\r e.(o.r.,rLL
iLr(rr rr trur.rllq. ,lFtrJLrlle,lr M"i qui e1,ror,r<,.J. 1..,1.."1,,,u,e.rbo- lr.
.1.-11:lli!,'r r.rir n.,ri1 re..,r.rurqu<.,r.,,,,.,.,.,,;,,.,..';..;.;.;,.:1,
(,,ro eq,, ,,,e.o_,.,ie,,...r.p.r*.rl"i e.r..,rre...prr.,,i,,r de,t m,rres
,,":.']::,
(,r\ crre( qr IeIr U e trôloIde í.re,rr, de..rr..ir , .,, ,;,
.iu.r.i.,.,,,et"bj .

d. Il1.,,.,,"

.:,Lapl,oLr JrL .ulet « ctc i,objer, aucun n,est pr l,autrc


],ll:j,:.:.-:: ^.1:
. rurIrL(.'L(lledr\4ui un sirrple
ir.lrT,,r n,I er uJrr J l: .r i1 ro.ir.J. l.rrr.,.,p1,orr,. tli.uobjet.
p.,r
' ..r.el..o,olr. i'ne.r p.r,'c t":.. iie,r ....Lrqr.r .err.nr .n ,r.c d< I l,"n,nF. ( e.,.r-.<r-e
u.1,iun q',e se fond. Le d(sir J *,i"n. I . M"i .1,i
: ..F_nrre
reta plus 1bi rr ais le i\{oi absolu.
.y,riq;.,,;.,;.r,..".,#.,, ôi.lr, ,r";
,.".*..-à. ,iftdlàdsch, il r a
moi er roi, .ii,
|.le, ,.r-rlerre. .A r. . rle,c lvr ,^,r -iF. ,:\-"..
"1.^
ll. ,ri
j: re--mv\riquc nr mcf nr\ en oLresri.n le n.r le Ur. J .-r . rr",r. o".Lr
câractêre personnel c1u.,jc suis,,di"n. ,.f" iapp.ite;..
-\on...., roi'ou
-",,N1.,,;l :i;.,;;.;'"; 'i. .,',' j,r,....,
:l:Hj]L.r*rr
'rr: r \..1 'ui .\l lu 1a\-t\.1 LtmJ,(: L (,rm.,i.
1: ,,"..,
. cpendant, le mysrique ds ce rapport leut daiarrage. Cc qurl reut,
\,Í{pfo,l..e'rri qr.i e. n",, J. l.r re!rior',,.. l..re,,ee., . ...-,
!_...,r
csr euc En rapporr âlcc
i.'.,,",,,., ,., a.
p.lrhrLe ôr u,r1te avcc la rlilinité. non avcc Dicu. .,DieLr
:1.'llT,.T.l,,. L um,!.trç c,(J (r /J. tcrre ' ll n,1. a Dieu que poLrr lc monde. Le
er la Diviniré sr
-:ll.:l-:irl*^,q,. quànLr n i pas .le nonde, Dieu déclevienr,
: y
dii.in d§.ient DieLr
,:(Kir.rrr : LrcLr"il:lr
-'J:i"::l?.1:,: eütlvid. l),oü la parol;
úe\ r(nr er.es,L de rtcvenir', Ici l,énigme de l,uniré cst seult tr:nsporréi cn la
:irírité. Et pose la question : pourquoi Dierr er,,it a.rà, p".r"",r.)
la Krépond en rrour-ant ds Ia divinité cle qLrilarr.lrr sun plril cÊit que
ds l.acrion dc Dieu : 1a
:onti. La di'inité vcut s. d,,n,,.. pu. i,o,,tJ er.11. , b.,";á; ,r;;;,;li.*,I"
\laggid de Mesritsch dir : "On nê rcçoit ta luni.,.. .1, ,"l.it ..i.. r,-*". r.
.i',i..'ú;"..-J
.,.rr.-r r,or in L,,r;.,i,..",".'i".i',;a*". .ci,*i
:1J.,.:l:,].
q
^.i,r.t.ré;dr.., ;,,;,,,"_u.r,",,,
.:,j1. ra en s., ,,ne p.rso rt ei la bonté person nelte, re loutoir_clon
::.-";:lll:^.: il
: Jrrn que re rnund( pur\!( .rrtrLeilir ce quellc'eur donner, la dir.i'itó devientnerpr'ellc_nrême persoJnel I
Die*. 'Au commenccmr Dieu créa,,a";, *
r1,.., n,.,",À.'., firl'i,i" óiliill'C.n*a, *r.,,
lLri se comrnunique, cc n est pas le Dieu qui ;*,
t,1 ,,,.-. i,-iii'""'.tí, i.. ."'1"^"", ,,r,_
51
à la création, l'Elohim, mais la divinité originelle sans li-rnites. I-a communicarion se sert pr ses
voies de la limitation, jusqúà ce qu elle aneigne, Iibre de la contrailn]re de la limiution, le vrai
réceptacle, mais ce qú se communique m elle n est pas limité, ne s'est pas rrànsformé, sans une
trace de monde en soi. Celui qui reçoit JIIWH est produit par Elohim, mais iest bien JÉI\7H a
qú le güde jusqu'à ce qu ilpússe le recevoir, et cette mâniêre de le guild]er n'est que la commu-
nicarion d abord irdirecre. puis rjn plus direcre.

FÁc-srMrLÉ - o Ls uessece russrDreuE » DE MARTIN BUBER

i,,.xlstênc.sfnh.r1r... râ.r.rrnéÍ.,.

I
Manuscrits sur Rilke et HÕlderlin
' :.1.|i. 1.*rt*
^ r:r\
Lrl
14
tyC-r
-' - ,Í-- , - L hr Aa Ç4_ r.. ; !< t /.- .<. d -."-4
4+'t-!-\^.h>-:b 1. r-.Àu b % l-..\ * bta.J.'h1"t 4,;s)rai;/rq I rtCL
*J ,a{ã '- ai !}a , L r' ,j , ,t<4 q^, .*l^L
^ 1.4aôr-------------..1^*.ç.í,i{ri.L.'-.,4rlrLs'
- ,J\ .l-. ,i.a rs ! 4Lt : : {-.a t/..\, .! ^ ,+a .
- La.a- rk\ iraa.4,4.t Í brÀr tunr J + /.^í . i ta-rÀ n-.tÁ"rl -- ...u L.
*. ^ ^ --1" .'a J-^..1^.h *:L t i.^ .\4{,.4* a. et
"tL "ta
*e^!.
l+ rr , r. - "!\<n+ ^:+\ :-@9. t ,-r^,
^
q4
rq l-t. \ . t,-.a\4t:-l " -'O4t "+t d.A.4 d. sa-T.! )^ -;,rraa --
:Ã,rA a n n- io{p J '- + *25. í-tu'Aa t*ana.:-a-4 à4 V.t , álEit
- 4^-,da1>tt {§1., -Jr -z C) -.-*- @ + r.d. ar . .aJ 4
trtl ^..4t
d.t--, .^,t-.t-ru.'.
- -A / 4..
a,4; _tql_ !..t Lt-À- |
-
^L ú- -;a
a! ^4&*- É| pú\a.,
,a <ls t .tLa I 4 -/n Ã
1 ,- L aL a *f a i.,<- -t^. ba\ a"a-
.
1&^q 4A..
- *,i- : .lu"a. - q!- - t .,^ Á ,, ,I b ,"tq 2<;E. h"J,t +;L',
*' t.+Ê.4ül^/ :')r'.qr u:rr.^:,-'
]. ^a q aj P- \ I '"qrt^t- a.a;azr-t^ a+
.*. ) ,L-"4 4'^44 t.tq-r i..th i I a ,.). -,\!4 4§
^-L.4 ek..t--4*
d Ét \s-,1- t L l"a a r.rÇL d a.-
-.+q1 tüa .a; a -.u.,f ^ i,^e' 4,G^*' ^f--J-
-- À r+ ,íEÀ ,,."h. ./^..!!*,.h - a ^ d d -4- ).
--JÁ$ tr,/n4 ({.;i ^41 . e-a_ Lç)r' au .t õa aaa a-,^ )a ,-a^, \ <
-,; r",À i*+r. ail'a^.Y-; rt,r,;:,,. - -n aA'\ 1A !,t- | . 4.q i .^a{ar c. r+ .
a /5..L|\.õt* L/e ^ - ti Au.qC,a-t * -_r_, '.a-.^"^,
L 4_r r qrlji -.r,+- /rã, ,/a. ^-t a/.4-^ ^-u,r L^ 4p ú^ t
-.râ§,^ . o. * +- n í s r q. -rí- . t/<LCA c. fu,ra):4..,_._L-. .,a
- -! 1 ?tr- a,L ;, ',1!- , a "Nr- t4-4 . !\. t a

ê-+ .{ \Àa-
/r, hq.4 4. h4 a A.11t" .L L a /_ .a< L h,,,.,'l. !t;rk\
ã r r'.!hr í,qrÉ r. u-_ o L^ ,, t.-.r *
-:.*,.*,!-É.r., F-_í. r. . ,i* :.r-". . .1^..i
Le'(tzLttJ\ee ttL!t7t
'-<- a d.lal, 2.r.
,-. afç,t1.:.1**,.qr1 ú4; ,
,-
- [u.- du^.r. I í- (_r Á t -L-,ç ,r têY.
2!.,* ,t,,tÃ\ ,t ,- @. t6g, lu t^i* , .t àta *'!: <d-qi fÂ-r. Ê!^.Í.r! -.tut-
t"
; ,' r rrlq *-, r' q.-.r
Í-.q,J . ,a < .<.,4 ç
t)r * t:! q.al t-
ài+-.^- la€, , &- .L hLa.rt .
ÁÀ a -h " t -. r, t _ * d"<*
lA
f 1 .-r.r \.,/r | É; , q. u,.& e4* a. t4 ,aq. i l,(., *. I ""
*.ía /^ a r-..
.à- '-.i*.a.ir
8-i
..r.L.".tL ,.4.8 1 a '* t'r1ra - I I*++ d4 ,t ,rq ) - t.t^_t-i,t. t,r
,ru-a y*i, ner a ru ,a+&ih .E - ,lA j^ b, ^
.i4.àtLt Á"_ n^^t\aÉ - a F,-+t' Zda.
.l- r, + +a 1 .- , 4,1^ I ---lu t.t.: ú t
- '- L*/.- {-, À,-J!,r Á +a.M 'al ,"t ,
t \Á * <, À 4- |,- \r!; rà í r"a, . L-q t4 i-
- -tE b ,^a,,.,*)n"a. t .;L G.h','á , íac. \trr. Fa.. rô
:t* r 'r 'a-l L.; -i I t .a, ^&- b tr,4- - -1.h f (a* *u4
"L
aa-ta, utt4 L ü*l? o14 t; Lrt ,+ " , t"4-
t ^r, ú.k_ a,4a.
\ . ., \r.( *Eír, - -4 *A . LGi^ d- ç t-,;r -Le,)t.d^ pr,tl C. !a-, r.!..Aí...,,.,{h à;
,.(_kÉ< , t f \ F{-J l- 4 Àç L ll4\-. ,: tt t\,
*4 o+ ttq r a.a u.ní, aau*-r ,ts _jt"-,-r * t.JLLt,r:Lç ú. Éi.1, st I

-.t^\ t vLE Ltoj- < ç ,.;x Éi_,t tt c a., -9.(a,'a,.Áa* |4;.- ).*J- ia"qh
' ,:J.* -: .,.4. - ê 4 *-4,r^- 1,'k. t{.
*_a h t a.,D *4 -La-aÂu. 4 \.--l ,k-r r^or.a; ,._t, q L_
,
^.
. à-n. Jt 6 ..+^ &s\ .r. úriqa Í..i,**"-;.' jl]"- LÍl-
PoÊve oe Hôr-oenuN - TruouctroN rNÉnrre

W'as ist Gon ? unbeLamt, dennoch


Voll Eiçnschúen ist das Ângesicht
Des Himmels von ihm. Die Blize nemlich
Der Zorn sind eines Cotres. Jemeher ist eins
Unsichtbar, schihet es sich in lremdes.

Qui est Dieu ? inconnu, poortârrt


riche de particularités est l'aspect
que le, iel nou' offre de lui. le' êclain vrrinenr.
colêre d'un dieu. Et d'autant plus
invisible ce qui iajuste (au desrin) à I'étranger (àla chose étrangêre)

Qu'est-ce que dieu ? nrconnu de lui, pourtart


fuche de scs quaiités cst l'aspcct
Du ciel : les éclairs c'est à dire
la colàrc sont de Dieu. Il nest pas plus invisible
ce qui se délêgue en chose éúângàre.

,,/,^ trz- a(UUqú, úrd4


^
v/ r.l&,Á4râ a d+ l*ktLç
a {...,4 h ,r- - bn 4'43. rrcró
ol- 2^t' i-r r,,À dôr4 J'*t" à
e'4

r(hÀ.r'r.lAr r,L!{ . t'A i\ Ttua+ '


ú@&,
{!.'1 Nr- | l&r'+
-,t- t t,lnÇd[\e "í- trFa
*4
í- { J 6 ,)q "r. . 'rL^
?" (^ t

ü!^'r^d.LTa'-'^tL'
i(rrh d t* rír1 i44âri:t'E-*mlleu4-/
c.
? 4."l' À4 2 ,.À&
ÁLrfÀr,a
ar- à !^ Pdq' 'a I HrÀ
f11."
t
,""-','ê$^
l.^. ras 1- 64
- "lffi
^&QrL5<L^'-+'
--. licHE DU t'RADLrc't EuR, §TAL|FR BtNl^\ÍtN

r1 rcxr, :.u d,' -nt:u,:.oe-on,,tll aetttt,rt .not,c"i -.,- àt--rtt,,\ tt..p\t.r,.tc\ru,ttpt?b


n,io4.d" Bk.t,l \,,1,, ?.,t,..,t,pnDl"ntu :,e onR.c..h,.""t,.",;t...ar,. , ;kpn,
, .tt)chcts.

l.a tâche du rnducteur, \\l Benianin

= lLredit Lrne.eurre lirreraire ? TLcs peu.r quilecomprend. Son róle essenriel n,est ni de coinmuni-
. ''' drnoncer. I nL ltrdu!r.on !u, ,e reUt .umtnutlL lunr..omnr..riqJeOu,.l:rrar.,m',i"n.
ile'.<nriel.t e.r l. rr,'rJ. l: nu.lr.ri* r'rdr.rinr.,lrr evc,e,,rr.nri.,,"n d rrr ..rrren.rlre-
. ::el.

= -: rraduction esr forme, er il existe des,rulres qui, par leur esscncc mêiüc, réclament tle
-.o -. r< rrr-duire' a. oui rre .rgnii. p.r, qu ii .iiLJen, e n .lle. qr on le. rrrJ,r *.
i .irrpr< l.,i.r. ou on I'ui.r IL. u.,duire e,,prirre rrr< ,rg.,ir...ri"r deierrrin* .,11",r.
.lo-igin-1. Il 1 r Jon. rrre e,ror,e. -e . 'o. . r ,r e ,r1....i.i-.,,
^r-el.r.."n er r , .id .,. ,
,rr plU. riS"Jreu.(.,1r clle..r,rrr- .igrrri.rrion Inr.r I u iB:|l"t r o iet-rion q.r it r.,,.r
r,rderir"l. lrqu 'pp.r.r,..en .e. rr:d'r.rio r,qu ,oiel l, u. qr.e oe\ 1..n,n:,.ion,,
: rut que, dans sa qqlg, une euvre ait arreinr l'âge dê la gloire.'l.a tr:rducrion
csr noins aLr
::r ic-c cLe 1a gloire qu'elle ne lui doit d'exisrer, pai cet incãssant renouveau qui cst 1a vie dc
::,eina1.

= -.r rraducdon nc tcnd à,exprimer,que lc r:pporr lc plus rnrime cltre deLrx l.rngues. : ellc ne peut
- :ter ceftc mrsrérieusc relation, ni 1a restinrer se conrcnr.ut de L L.pL<senrer en irrualisanr sJr un
,Je inchoaúou intcntionnel. Cette relariun signiíre quc
deLu lanques, abstracron laite clc tout
^rrrri'.orique.,.rputent.n,,rrr.,l.rureerri.aminequett..ie.rterrdir..
. i.irluc.rrorder<.,,.nhL.*:únpeurpru,nerqu.rr..Lnerr:du.riorrre.rp"*rhte,i <lJ.,r.e.
,iel ,lJre.\errtl"r.er ori;inal. r ;r11...r..lnie q.re\r ul,r r"r-l"iÍrrnJ,. rr odifir...LrI.
,:s que la parole de l'écrirain sunit ds son propre lang.rgc,
- la meilleurc orductiin sc r.ide de sa r.aleur
:rcsure que progrese la lurgue ds laquelle átte i:st écriie.-

.rhnirê.'.rn' L.sserrhl-rn.. r-eq',i ;u-delà de l'hisroire, app.rrente les la,gues est que chacu,c
. o, prisc ds sr rotalirc, rrse l; rnimc réaliré quc 1es autres, ,"r,li que c.ti. réalité- qui esr lc
','s( r ler.l pr.r -
l\r.i.\.êrre dr.{!rn.e f..-.rrr,r.re d, ..r.irgul:r'i . o or,-e ..,i, .,.iquen r

rn re.^nrp cmenr.lrr de rre' lcrrrs ri'ee, inrl ri".,n.ll(.. I rr di,rnr Br"r.r p.,.n, on ,i..
: nênc réalicé, mais non sur le mêmc mode. Ds lcs l;ngucs ou ils fig,rr(nr, le, rnocles de viséc
:rienncnr complénenraires. Prises unc à_une, les langue.s st incomplãtes, ne permetrant j.rmais
-: saisir 1a chose visée ds unc relative indêperrdancc,'mai, J, un p'erp.tu.l àeve,rir, jusqu,à ce
:u enlin, de i'harmonie de ts ces modes de \.i\ee. pur\se rur:ú l.r'1.rrgrre r L êr-rr pur Sorre de
. ,re nc*i:ni,t:e o.L lon ."rr - "n6nrr renri. ..i -nr., . I,nh.arr de r
' lu.rL,n. àre\rrnr l".rinre.roi..rn.e.re. l:rgr.e,. "r,r rid.. ),ig,g..
loin q.r. .o r Je,r plei r" i..h ,o. e
.re'e .1r i. i1e, re.<1. r'r er ,i .r e l" .<rr irrdi de .c. re d i,r
,rrc.. rn...
Tr rrerrrni, .1,ror.,"ir. de.(-ne\..rer-!e\r r, .. r"r .^r derr"r p.r
rrrdr..r.orre.rdon,
.''r. veri. b"rrr J..e',aJi.t.r.r.e. rnrrr.ui.. d. r"dr rorloier.rl -,r,r,-L
orr neptr.r
.. r"rtelle. ui..rr,. ' il .ee\. r..lLJ unearrro.pl,er.. I,lr,.l,.rure.. plu.,,,,r.
55
= Iiessenc€ nudáie de la traduction est ce qú, en elle, est à son tou[r] intraduúible. On peur exuaire
pr les úa&rift ts les élém€Írts cnmmunicâbles qfon voudra, il restera tjis un nolau inco fm]municable
celú-là que vise le vrai traducteur. Bien qfici l'intransferable se manifesre auuemt que ds l'original
: au niveâu de Ia cràtiorr, fünité est de même g?e que celle du fruit et de sa coque ; au stade de la
traduction, le langage enveloppe ce qiil
veut signifier, renvoyant à un auue langage plus élevé que
lú-même, jamais donc à Ia mesure de mn contenu, gardant tjrs qu chose de forcé et d éuanger.

= I-es romanúques st les premieÍs à evoir compris ce que signiÊe la vie des ceuvres dt l'art de la traduc-
tion est l'éminent Émoin. De là leur destinée de traducteurs.

= La tâche du traducteur consiste à decour.rir, ponant sur le lângu€ même du traducteur, une vi#e
intentionnelle capable dweiller en elle l'écho de lloriginal. Thrail dt J'écrivain ria aucune idee, lú qú
est au ceur même de ce massifforestier que constitue pr lui sa propre langue, taldis que le traducteur
reste au-dehon, face à la forêt.

= Áinsi visée I ) porte sur un autre objet que celle de liécriein (cad sur une laague tt entiêre à partir
sa
d une seule ceuvre écrite elle-même ds un auue langage) 2) elle est d'une autre natu-re : dérivé derniêre,
nourrie d idees, celle du crâteur na[i]ve, primitive nourri dintütions.

= Son dessein grandiose : intégrer une pluralité de largage ds urre largue unique qui serait la r,raie :
langue o\ s:ns qu'il y ait acrord entre les phrases et les ceuvre§, les langues opéÍeraient leur joncdon,
en se complétant et se réconciüant, gárr à I'unité de leur mode de üsée. langue de vérité (Mallarmé :
"ks langues imparfaites en cela que plusieurs[,] marque l[a] suprême.."

= Âu lieu de s'identiÊer âu sens du texte, lâ tÍâduction doit, par un mouvement d âmour qui iétend
au détail, ircorporer ds sa propre langue le mode de visée qú était celú de l'original. Et le plus grand
mérite d une traduction riest aucunemt de foumir l'impression d une ceur.re originaie éaite ds sa
propre langue. mais d o<primer sa gde nostalgie de voir per[flectionner sa propre largue. La véritable
traducdon esr ransparente, n off*quant pas Jioriginal, mais laisant tomber sur lü, renforcee par sa
médiadon, Ia lumiêre [du] laagage à Jlétat pur. Ds ce langage à Jiéat pur, qui ne vise plus rien, nex-
prime plus rien, mú esr cela même qtiau-delà de tte exprcssion viseflt ttes les langues, à titre de verbe
créateur, il riest communication, sens ni visê qui rre touche finâIemt à ce terme qú est de s'effâceÍ
Ce langage pur était captifds une langue étrarrgàre ; Ie rôle du traducteur est de le übáer en le faisant
pâsser ds sa propÍe langue. Par amour pr ce langage pur, Luther, Voss, Hôlderlin, George brisent les
cadres de leur langue maternelle.

= RudolfPamwiz : 'Nos r,.ersions parteot d un faux principe : elles prétendent germaniser le sanscrit,
le grec, llanglais, au lieu de sarucritiser l'allemand, de l'helléniser, de l'angliciser.. I-erreur fondamen-
tale du traducteur est de f:ger l'etat oü se trouve par hasard sa propre langue, au lieu de la soumeme à
I impLrl'Jon üolenre d Lrn l,ngage éúânger.."

= Ds les traductions de Sophode par Hôlderlin, L[har]monie est si profonde entre les deur langues
que le souEe du langage riefleure Ie sens que comme le vent fait vibrer la langue hx éoJienne. Ces
uaductions st de r.reis archéqpes : sur elles rôde fimmerse danger que court dà l'origine tte tradrrc-
tion : la porte dune langue si élargê risque de retomber sur le tuducteur et de le muter ds le silence.
Ses versions de Sophocle furent l'<ruvre ultime de H. En elles, on voit le sens s'effondrer d ebtne err
abtme jusqu à risquer de se perdre ds les gouffies sars fond du langage.

56