Vous êtes sur la page 1sur 22

BÂTIR POUR

LA PLANÈTE

FÉDÉRATION FRANÇAISE DU BÂTIMENT

n
3e éditio

Les 100 mots


de la
construction
durable

www.batirpourlaplanete.fr
Avant-propos
Bâtir pour la planète, c’est pour les adhérents
de la Fédération Française du Bâtiment inscrire
l’activité de la construction dans une démarche de
long terme répondant aux objectifs de la transition
énergétique et écologique.

Nos clients attendent des travaux de qualité afin


d’améliorer leur confort. Les entreprises et les
principaux acteurs de la construction sont prêts
à s’engager dans cette voie. La prise en compte
des impacts environnementaux doit devenir
systématique.

Encore faut-il savoir de quoi l’on parle, se


comprendre et ne pas se contenter de « verdir »
des offres commerciales sans fondement sérieux. 3

Car, en la matière, rien n’est simple. Les critères


d’appréciation de la qualité environnementale
sont nombreux et les raccourcis souvent
trompeurs.

Il nous faut parler vrai, sans recourir aux


autoproclamations dans lesquelles beaucoup se
complaisent.

C’est l’esprit de ces 100 mots qui sont autant


d’occasions de préciser les concepts, les
méthodes et les outils de la construction durable :
un nouveau langage avec lequel nous allons nous
familiariser pour « Bâtir pour la planète ».

Jean Passini
Président de la Commission environnement
et construction durable

Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr


Accessibilité (du cadre bâti) sources en eau et de l’assainissement, à la gestion de
Est considéré comme accessible tout bâtiment ou l’agriculture et des déchets. Ce terme est également
aménagement permettant, dans des conditions nor- utilisé par les collectivités territoriales, entreprises,
males de fonctionnement, à des personnes en situa- associations… qui mettent en place un programme
tion de handicap de circuler, d’accéder aux locaux, d’action lié au développement durable.
d’utiliser les équipements, de se repérer, de se repo-
ser, de communiquer et de bénéficier des prestations Analyse du cycle de vie
en vue desquelles l’établissement ou l’installation ont Voir ACV
été conçus, avec la plus grande autonomie possible.
ANC – Assainissement non collectif
ACV – Analyse du cycle de vie Système de traitement des eaux usées, principale-
L’ACV permet d’évaluer les impacts d’un produit ou ment dans les zones d’habitat diffus.
d’un ouvrage sur l’environnement tout au long de son
cycle de vie : extraction, transformation, transport, uti- Approche globale
lisation, élimination. Il s’agit d’une analyse multicritère Approche technique multimétier intégrant notamment
qui prend en compte des catégories d’impact comme le caractère transversal de la performance énergé-
l’épuisement des ressources, les impacts écologiques, tique d’un bâtiment, la maîtrise de la mise en œuvre
l’impact sur la santé, le changement climatique, etc. des travaux et la gestion des interfaces métiers. L’ap-
C’est la méthode retenue pour la réalisation des fiches proche client fait également partie de l’approche glo-
4 de déclaration environnementale et sanitaire (FDES) bale. 5
des produits de construction.
Audit énergétique
Adaptabilité des bâtiments (au changement d’usage) Bilan énergétique d’un bâtiment réalisé selon un cahier
Un bâtiment construit aujourd’hui suppose de pouvoir des charges avec une méthode de calcul convention-
répondre aux usages d’aujourd’hui… et de demain. nelle. L’audit comprend des préconisations de travaux
Le concept de bâtiment adaptable se conçoit dès le pour diminuer les consommations énergétiques. Obli-
début d’un projet pour permettre au cours de sa vie gatoire dans les copropriétés de plus de 50 lots (arrêté
de changer d’usage. Par exemple, un immeuble de du 28 février 2013). Obligatoire aussi dans les entre-
bureaux pourra se transformer sans grandes prises de plus de 250 salariés, ou de plus de 50 M€ de
contraintes en logement, ou un logement standard chiffre d’affaires ou de plus de 43 M€ de total de bilan
pourra être rendu aisément accessible aux personnes (arrêté du 24 novembre 2014).
handicapées.
Autoconsommation électrique
Agenda 21 (ou Action 21) Fait de consommer directement l’énergie électrique
Programme d’action pour le XXIe siècle élaboré à que l’on produit soi-même, par exemple au moyen
l’occasion du Sommet de la Terre à Rio, en 1992, afin de panneaux photovoltaïques ou de systèmes
d’orienter les États participants vers un développe- hybrides.
ment durable de la planète. Les recommandations de
l’Agenda 21 sont liées à la santé, au logement, à la pol- Bâtiment à énergie positive
lution de l’air, à la gestion des mers, des forêts et des Voir Bepos
montagnes, à la désertification, à la gestion des res-
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
Bâtiment passif tier ou pour toute l’activité générée sur une année par
Bâtiment qui est quasiment autonome pour ses be- l’entreprise.
soins en chauffage. Il utilise les apports gratuits (so-
laires, métaboliques, d’équipements…) et présente BIM – Building Information ModelingLa Fédération Française du Bâtiment
vous accompagne dans votre transition BIM

une bonne isolation thermique, le chauffage deve- Méthode de travail basée sur la
nant un simple appoint. La référence allemande est collaboration autour d’une ma-
appelée Passivhaus. quette numérique associée à
une base de données. Dans un
BBC – Bâtiment à basse consommation processus BIM, chaque acteur de
Bâtiment qui consomme, pour le chauffage, l’eau la construction crée, renseigne et Retrouvez-nous sur www.FFBIM.fr

chaude sanitaire, l’éclairage, les auxiliaires et la clima- utilise cette maquette, et en tire les informations dont
tisation, 50 kWh/(m2.an) en énergie primaire (m² de il a besoin pour son métier. En retour, il alimente la
SRT modulé selon la zone climatique et l’altitude). Ce maquette de nouvelles informations pour aboutir à un
terme désigne globalement le niveau de performance objet virtuel complet, représentatif de la construction,
de la RT 2012 appliqué aux constructions neuves. de ses caractéristiques géométriques et des propriétés
de comportement. ► www.ffbim.fr
BBC-rénovation
Le label BBC-rénovation peut être délivré pour des Bioclimatique
rénovations énergétiques très performantes. Pour Une conception bioclimatique d’un bâtiment vise à
6 les bâtiments résidentiels, cela correspond à une optimiser l’utilisation des apports solaires et de la cir- 7
consommation de 80 kWhEP/m².an (modulée selon culation naturelle de l’air, limitant ainsi le recours au
la zone climatique et l’altitude). Pour les bâtiments chauffage et à la climatisation. Elle valorise les avan-
tertiaires, cela correspond à une consommation infé- tages du terrain (orientation du bâtiment), l’orientation
rieure de 40 % à la consommation de référence de la des pièces, les surfaces vitrées, l’inertie du bâtiment…
réglementation thermique globale.
Biodiversité
Bepos – Bâtiment à énergie positive La diversité biologique, ou biodiversité, représente
Bâtiment qui produit plus d’énergie qu’il n’en l’ensemble des espèces vivantes présentes sur la
consomme. Terre (plantes, animaux, micro-organismes, etc.), les
communautés formées par ces espèces et les habi-
Béton de chanvre tats dans lesquels ils vivent. Le bâtiment peut jouer
Mélange chaux-chanvre qui permet de réaliser des un rôle positif sur la biodiversité, par exemple grâce à
murs sans isolation complémentaire. Peut être appli- la mise en œuvre d’une toiture ou d’un mur végétalisé
qué par projection ou coulé dans des banches. (voir Toiture-terrasse végétalisée).

Bilan carbone Biomasse


Le bilan carbone est une évaluation des émissions de Dans le domaine de la production de chaleur, la bio-
gaz à effet de serre, directes ou indirectes, générées masse désigne les combustibles d’origine animale ou
par une activité professionnelle, économique ou non. végétale, comme le bois déchiqueté, les granulés de
La FFB a élaboré un outil spécifique au secteur du Bâti- bois ou encore le biogaz.
ment qui permet de faire le calcul à l’échelle du chan-
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
Biosourcé met d’identifier les compétences d’une entreprise
Voir Matériau biosourcé dans un domaine spécifique (les énergies renouve-
lables ou le respect d’un référentiel lors d’une opéra-
Bordereau de suivi des déchets tion de construction, par exemple). Un audit réalisé par
Document administratif qui clarifie les responsabilités un tiers y est généralement associé.
de chaque acteur : producteur de déchets, collecteur Exemple : HQE TM Bâtiment durable, BREEAM,
et éliminateur final. Ce bordereau précise notamment ISO 14001…
la provenance, les caractéristiques, la destination, les
modalités prévues pour les opérations intermédiaires Certification « Rénovation énergétique »
de collecte, de transport, de stockage et d’élimination Voir Qualification
des déchets, et l’identité des entreprises concernées
par ces opérations. Il constitue la preuve pour l’Admi- Certificat d’économies d’énergie (CEE)
nistration de la bonne élimination du déchet et en as- Le dispositif des CEE a pour objectif d’inciter les
sure la traçabilité. maîtres d’ouvrage à réaliser des travaux de rénovation
Ce bordereau est obligatoire pour les déchets dan- énergétique. L’incitation, entièrement assurée par les
gereux ; on parle de BSDD (bordereau de suivi des fournisseurs d’énergie et distributeurs de carburant,
déchets dangereux) et de BSDA (bordereau de suivi peut prendre diverses formes : primes, bons d’achat,
des déchets amiantés). Ces bordereaux sont téléchar- prêts bonifiés, etc.
geables sur le site : Ce dispositif peut donc représenter un levier financier
8 ► www.dechets-chantier.ffbatiment.fr intéressant pour déclencher des travaux d’économies 9
d’énergie. Depuis le 1er juillet 2015, les travaux en rési-
BREEAM – Building Research Establishment Envi- dentiel éligibles aux CEE doivent être réalisés par des
ronmental Assessment Method entreprises RGE.
D’origine anglaise, BREEAM est une « méthode d’éva-
luation de la performance environnementale des bâti- CESI – Chauffe-eau solaire individuel
ments ». Équivalent à la certification HQE en France, Système qui utilise l’énergie solaire pour chauffer l’eau
BREEAM reste le standard de certification le plus chaude sanitaire. Couvrant de 60 à 70 % des besoins,
répandu à travers le monde. il nécessite obligatoirement un appoint énergétique.

BSDA Changement climatique


Voir Bordereau de suivi des déchets Désigne les changements de climat qui sont attribués
directement ou indirectement à l’activité humaine,
BSDD altérant la composition de l’atmosphère de la planète et
Voir Bordereau de suivi des déchets qui viennent s’ajouter à la variabilité naturelle du climat
observée au cours de périodes comparables. On parle
CEE aussi de dérèglement ou de réchauffement climatiques.
Voir Certificat d’économies d’énergie
Chantier propre, ou chantier à faibles nuisances, ou
Certification (d’entreprise ou de projet) chantier vert
La certification d’entreprise ou de projet est délivrée Les chantiers propres ou à faibles nuisances visent
par des autorités ou organismes accrédités. Elle per- à maîtriser les impacts et nuisances éventuels du
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
chantier sur l’environnement nique (électricité). À l’échelle du bâtiment, la micro-
et le voisinage. Il s’agit, pour
ADOPTONS
LES BONS GES
TES !
cogénération peut être une solution intéressante.
les entreprises, de mettre en
Protégeons la nature
• Protection des troncs contre les chocs
• Aucun stockage de matériels proche
des espaces verts
• Attention aux racines et aux branches
• Respect des espèces protégées

place la meilleure organisation Gérons les déchets


Limitons le bruit
• Utilisation de talkies-walkies
• Respect des plages horaires
pour les tâches bruyantes
Conductivité thermique
possible pour la gestion des La conductivité d’un matériau ( ) correspond au flux de
• Tri des déchets selon signalétique • Information des riverains
et consignes
• Utilisation de bordereaux de suivi
• Bennes couvertes pour
éviter les envols
• Aucun brûlage ni enfouissement
de déchets

déchets, de limiter les nui- chaleur traversant un mètre d’épaisseur de ce dernier


Evitons
le gaspillage
des ressources
• Gare aux fuites d’eau
• Arrêt des moteurs dès que possible
• Limitation de la vitesse des engins
• Extinction des lumières et
des équipements en l’absence
de personnel

Donnons
sances sonores et les pous- Prévenons les pollutions
de l’eau et du sol
• Stockage des produits dangereux sur bacs
de rétention
• Vérification de l’étiquetage des produits
pour une différence d’un degré entre ses deux faces.
sières, de ne pas rejeter de Elle est exprimée en W/m.K (watt par mètre et par kel-
une belle image • Utilisation de bacs de décantation pour le
du chantier nettoyage des cuves et bennes à béton
• Aucun déversement de produit toxique
• Entretien des palissades Réduisons dans les réseaux publics
• Nettoyage régulier du
chantier et de ses abords les émissions • Utilisation d’un kit antipollution en cas
de rejet accidentel
• Lavage des roues des engins dans l’air
• Respect des voies de • Humidification des matériaux et
circulation et des zones voies de circulation par temps sec
FFB 2014/171 - Février 2015

de livraison • Bennes et camions bâchés pour


éviter les envols

produits nocifs dans le sol et vin).


• Entretien des matériels et véhicules
• Coupure des moteurs en cas
d’arrêt prolongé

La FFB vous accompagne dans la mise en place de bonnes pratiques environnementales.


Contactez
on

l’eau… Certains maîtres d’ou-


votre fédérati
locale !
www.ffbatiment.fr

vrage souhaitent o b t e n i r l ’ e n g a g e m e n t d e s Conférence environnementale


entreprises sur cet objectif. Conférence annuelle entre les pouvoirs publics, les
organisations professionnelles (employeurs et sala-
CITE – Crédit d’impôt pour la transition énergétique riés), les organisations non gouvernementales et les
Il permet aux ménages de déduire de leur impôt sur collectivités locales, sur les décisions à prendre et les
le revenu, ou de se faire rembourser, une partie des actions à mettre en œuvre en matière d’environne-
dépenses liées à certains travaux d’amélioration éner- ment et de développement durable. Cette conférence
gétique de leur résidence principale. Depuis le 1er jan- succède au Grenelle de l’environnement depuis 2013.
vier 2015, seules les factures émises par des entre-
10 prises qualifiées RGE permettent d’en bénéficier. Conférence des parties (COP) 11
Conférence mondiale annuelle sur le climat réunissant
CMR l’ensemble des États signataires de la Convention-
Désigne des produits cancérogènes, mutagènes et cadre des Nations unies sur les changements clima-
toxiques pour la reproduction. Les substances CMR tiques. C’est l’instance qui fixe les objectifs mondiaux
sont repérées sur les produits chimiques grâce aux sur le climat ainsi que les décisions pour les respecter.
pictogrammes et mentions de danger portés sur l’éti- La COP 21 qui s’est tenue à Paris a permis d’aboutir à
quette des produits. un accord entre les pays.

CO2 Consommation énergétique conventionnelle


Symbole chimique du gaz carbonique ou dioxyde de Consommation d’énergie d’un logement dans le cas
carbone. C’est un gaz à effet de serre. Les émissions d’un scénario d’occupation et d’utilisation standard
de CO2 résultent principalement de l’utilisation de (le même pour tous les logements). Différente de la
combustibles fossiles pour la production d’énergie, de consommation réelle.
chaleur et de carburant pour le transport. Les émis-
sions de gaz à effet de serre sont mesurées en « équi- Construction durable
valent CO2 ». Notion utilisée pour toute construction qui, tout en assu-
rant confort et santé des occupants, limite au mieux
Cogénération les impacts sur l’environnement, en cherchant à s’inté-
Opération qui consiste, à partir d’une source d’énergie, grer le plus respectueusement possible dans un milieu
à produire en même temps et dans la même installation et en utilisant le plus possible les ressources naturelles
de l’énergie thermique (chaleur) et de l’énergie méca- et locales. On parle encore d’écoconstruction.
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
Contrat de performance énergétique (CPE) Déchets inertes
Contrat entre deux parties (par exemple entre un Déchets qui ne subissent aucune modifi-
maître d’ouvrage et une entreprise de travaux) qui ga- cation physique, chimique ou biologique
rantit sur une période un niveau de performance éner- importante, qui ne se décomposent pas,
gétique en fonction des investissements réalisés (W, ne brûlent pas et ne détériorent pas les
exploitation, maintenance). matières avec lesquelles ils entrent en contact d’une
manière susceptible d’entraîner des atteintes à l’envi-
COV – Composés organiques volatils ronnement ou à la santé. Ils représentent environ 3/4
Désignent des substances qui s’évaporent dans les des déchets du bâtiment. Ce sont, par exemple, les
conditions normales de température et de pression. matériaux de terrassement, les bétons, les briques,
Ils sont toujours composés de l’élément carbone et les tuiles ou les céramiques.
d’autres éléments tels que l’hydrogène, les halogènes,
l’oxygène et le soufre. Ces composés, parfois très Déchets non dangereux non inertes
odorants, ont de multiples usages : solvant, dégrais- (anciennement DIB)
sant, conservateur, agent de nettoyage (exemple : Déchets qui, par opposition aux déchets
benzène, toluène, méthanol, éthanol…). Les COV sont inertes, peuvent brûler, produire des
nocifs pour la santé de l’homme et il est demandé aux réactions chimiques, physiques ou biolo-
fabricants de matériaux ou pro- giques, mais sans présenter de caractère dangereux
duits d’en limiter l’usage. ou toxique pour l’environnement ou la santé. Il s’agit
12 L’étiquette réglementaire per- des déchets « banals » des entreprises. Ils repré- 13
met d’identifier les produits et sentent environ 1/4 des déchets du bâtiment.
matériaux les moins émissifs. Ce sont, par exemple, les métaux, les plastiques, les
bois bruts ou les isolants.
DEA – Déchets d’éléments d’ameublement
Déchets issus des meubles utilisés par les particuliers Déchets ultimes
et les professionnels, tous matériaux confondus. Ces Déchets qui ne sont plus susceptibles d’être traités
déchets doivent être triés pour être traités par une dans les conditions techniques et économiques du
filière spécifique (voir REP). moment, notamment par extraction de la part valori-
sable ou par réduction de leur caractère polluant ou
Déchets dangereux dangereux. À ce titre, ils sont réglementairement les
Déchets qui représentent un risque pour la seuls à pouvoir être stockés (enfouis) dans une instal-
santé ou l’environnement. Ils nécessitent lation de stockage pour déchets.
un traitement adapté et sont soumis à une
législation très stricte. Ils représentent Déconstruction
environ 1,5 % des déchets du bâtiment. Ce sont, par Démontage sélectif d’installations techniques et d’élé-
exemple, les bois traités, les peintures solvantées, les ments d’ouvrage afin d’augmenter le taux de valori-
vernis, les solvants ou les dalles vinyle-amiante. sation des matériaux récupérés. Les techniques de
déconstruction des bâtiments peuvent s’avérer plus
performantes, plus simples et globalement moins coû-
teuses que la réalisation d’un tri complet après démoli-
tion traditionnelle dans un centre de tri adapté.
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
DEEE – Déchets d’équipements élec- DTA – Dossier technique amiante
triques et électroniques Le dossier technique amiante, pour un bâtiment donné
Déchets issus des équipements fonction- (parties communes des immeubles collectifs d’habita-
nant grâce à des courants électriques ou tion et immeubles bâtis tels que bureaux, écoles…),
à des champs électromagnétiques, ainsi réunit des documents permettant d’identifier les
que les équipements de production, de transfert et de matériaux et produits apparents qui contiennent de
mesure de ces courants et champs, conçus pour être l’amiante et apportant des informations et recomman-
utilisés à une tension donnée Ces déchets doivent dations aux occupants ou aux personnes chargées
être triés pour être traités par une filière spécifique d’organiser ou d’effectuer des travaux.
(voir REP).
DTI – Diagnostics techniques immobiliers
Développement durable Regroupe l’ensemble des diagnostics exigibles
Terme désignant les actions (ou un mode de dévelop- (amiante, plomb, termites, sécurité gaz, DPE, risques
pement) conciliant développement économique, respect naturels et technologiques, assainissement et sécurité
de l’environnement, renouvellement des ressources, électrique) qui doivent être désormais réunis dans un
exploitation rationnelle et développement socialement document unique appelé dossier de diagnostic tech-
équitable. Ce mode de développement « répond aux nique (DDT).
besoins du présent sans compromettre la capacité des
générations futures à répondre à leurs propres besoins ». Écoconception
14 L’écoconception vise à produire des biens de consom- 15
Diagnostic mation ou matériaux conçus, dès l’amont de la chaîne
Voir DPE et DTI de fabrication, en limitant leurs impacts environne-
mentaux (énergie, eau, air…), dans les conditions
DPE – Diagnostic de performance énergétique techniques et économiques du moment. C’est une
État des lieux énergétique d’un bâtiment. Il prend en démarche préventive qui prend en compte l’analyse
compte les éléments de l’enveloppe et les équipe- du cycle de vie du produit, depuis l’extraction des
ments techniques et donne lieu à un classement en matières premières jusqu’à son élimination en fin de vie
termes de consommation énergétique et d’émission (voir aussi Économie circulaire).
de gaz à effet de serre conventionnelles. Ce classe-
ment figure sur les étiquettes énergie et climat. Il est Écoconditionnalité (des aides)
obligatoire pour les bâtiments neufs et pour toute tran- Principe de recourir obligatoirement à une entreprise
saction immobilière (location et vente). qualifiée RGE pour pouvoir bénéficier des aides en
faveur de la rénovation énergétique.
Droit à construire
Potentiel constructible d’un terrain, au vu des règles Écoconstruction
d’urbanisme qui y sont applicables (règles de hauteur, Voir Construction durable
de gabarit, de volume, d’emprise au sol, d’implanta-
tion par rapport aux limites séparatives…). Écocontribution
Ce terme est apparu lors de la mise en place de la
filière de traitement des déchets d’équipements élec-
triques et électroniques (DEEE). Il s’agit de la part du
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
prix d’un produit mis sur le marché qui financera le trai- ou d’un produit sur l’environnement. Le bénéficiaire
tement des produits équivalents en fin de vie. Cette doit donc pouvoir justifier d’un progrès au regard de
contribution est prélevée et redistribuée par des « éco- l’existant, dit « moins » respectueux de l’environne-
organismes » privés agréés par les pouvoirs publics et ment.
mis en place par les filières concernées (voir REP).
Éco-prêt à taux zéro
Écolabel Dispositif permettant, sous certaines conditions,
Label européen attribuable à tout produit (en d’emprunter de 20 000 à 30 000 € pour financer des
dehors des denrées alimentaires, boissons, travaux d’amélioration énergétique d’un bâtiment
appareils médicaux et produits pharmaceu- existant. Il s’applique soit en réalisant un bouquet de
tiques) ou service, à la condition que l’ana- travaux sélectionnés dans une liste prédéfinie, soit en
lyse de son cycle de vie (ACV) corresponde réalisant des travaux permettant d’atteindre une per-
aux critères déterminés par le Comité de l’Union euro- formance énergétique globale. Il peut aussi concer-
péenne pour l’écolabel. Ce comité regroupe des in- ner des travaux d’assainissement non collectif.
dustriels, des associations de consommateurs et des
groupes de protection de l’environnement. Par abus Écoquartier
de langage, l’expression « écolabel » est utilisée pour Principes d’urbanisme et de construction prenant en
d’autres produits, services ou démarches, sans pour compte tous les impacts environnementaux d’une
autant disposer des mêmes garanties. Les produits et zone urbaine ou rurale. Parmi les objectifs visés
16 services labellisés sont identifiés par le logo ci-contre. peuvent figurer la faible consommation d’énergie des 17
► www.ecolabel.com logements, l’utilisation d’énergies renouvelables,
l’optimisation des déplacements (modes doux comme
Écomatériau le vélo, transports publics), la faible consommation des
Terme couramment utilisé, mais qui ne dispose pas de éclairages publics, la perméabilité des chaussées, la
définition officielle ou normative. Matériau dont l’im- récupération des eaux pluviales…
pact sur l’environnement est supposé limité au cours
de son cycle de vie. Exemple : matériau biosourcé, Effet de serre
terre crue, matériau recyclé… Phénomène climatique naturel qui permet la vie sur
Terre, en réchauffant l’atmosphère. L’augmentation
Économie circulaire de la teneur en gaz carbonique de l’atmo-sphère, due
Modèle axé sur une absence de gaspillage et une aug- aux activités humaines, accentue cet effet de serre,
mentation de l’intensité de l’utilisation des ressources ce qui se traduit par l’augmentation de la température
locales tout en diminuant les impacts environnemen- moyenne à la surface du globe (voir Gaz à effet de
taux. On parle couramment des trois R qui résument les serre).
principes de l’économie circulaire : réduire la consomma-
tion des ressources et la production de déchets, réutiliser Efficacité énergétique
et recycler les matières et les produits. C’est le rapport entre l’énergie directement utilisée
(dite énergie utile) et l’énergie consommée (en géné-
Éco-prêt ral supérieure du fait des pertes). L’efficacité énergé-
Prêt à taux préférentiel affecté à des opérations per- tique s’applique en règle générale à un équipement
mettant de limiter l’impact d’une activité, d’un service énergétique, par exemple la chaudière.
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
Empreinte écologique
L’empreinte écologique compare la consommation en Relation entre énergie primaire et énergie finale
ressources renouvelables d’un individu avec la capa- • Pour l’électricité, Eélect primaire = 2,58 Eélect finale.
cité de production biologique de la planète. Elle déter- Cela signifie que pour que le consommateur uti-
mine, pour un individu, la surface nécessaire pour pro- lise 100 kWh d’électricité, il est nécessaire de
duire les principales ressources consommées par cet consommer 258 kWh d’énergie primaire.
individu et pour absorber ses déchets. Chaque année, • Pour le bois énergie, le coefficient est 1.
Global Footprint Network indique la date à laquelle la • Pour les autres sources d’énergie (gaz, fioul…),
population humaine a consommé l’ensemble des res- Eprimaire = Efinale.
sources que la planète peut renouveler en une année.
Énergie renouvelable
Énergie finale Techniques de production d’énergie dont la mise en
L’énergie finale ou disponible est l’énergie livrée au œuvre n’entraîne pas l’épuisement de la ressource ini-
consommateur pour sa consommation finale (essence tiale. La source d’énergie est renouvelable en perma-
à la pompe, électricité au compteur, fioul domestique nence à l’échelle humaine (vent, soleil, sol, biomasse,
à la cuve...). hydraulique). À noter que l’énergie contenue dans le
sol superficiel (géothermie) est une forme de stoc-
Énergie grise kage de l’énergie solaire.
L’énergie grise est l’énergie nécessaire à assurer l’éla-
18 boration d’un produit, depuis l’extraction des maté- Étiquette climat 19
riaux, leur traitement, leur transformation, jusqu’à la L’étiquette climat donne le niveau des émissions de
mise en œuvre du produit ainsi que les transports suc- GES (en kgCO2/m2.an) et classe les bâtiments de A,
cessifs qu’aura nécessités cette mise en œuvre. pour les moins émissifs, à G, pour les plus polluants.
Le DPE reprend également l’étiquette climat pour qua-
Énergie primaire (renouvelable et non renouve- lifier les émissions de GES du bien immobilier.
lable)
L’énergie primaire est l’ensemble des produits éner- Étiquette COV
gétiques n’ayant subi aucune conversion, exploités Voir COV
directement ou importés. Pour l’énergie primaire
non renouvelable, on peut citer le pétrole brut, les Étiquette énergie
schistes bitumineux, le gaz naturel… et, par extension, L’étiquette énergie donne le
l’électricité dite « primaire » provenant des centrales niveau de classification éner-
nucléaires. Pour l’énergie primaire renouvelable : la gétique des bâtiments de
bio-masse, le rayonnement solaire, l’énergie hydrau- A (les plus économes) à G
lique, l’énergie du vent, la géothermie et, par exten- (les plus énergivores), voire I
sion, l’électricité dite « primaire » qui provient de pour le tertiaire. Le DPE, obli-
centrales hydrauliques, de systèmes photovoltaïques, gatoire pour toute vente et
d’éoliennes de centrales géothermiques. location, reprend également
l’étiquette énergie pour qualifier la performance éner-
gétique (ou la non-performance énergétique) du bien
immobilier.
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
Étude thermique FDS – Fiche de données de sécurité
Calcul de la performance énergétique selon une La fiche de données de sécurité d’un produit a pour
méthode de calcul conventionnelle, qui permet de objectif de fournir aux utilisateurs professionnels de
justifier le respect de la réglementation thermique produits chimiques les informations nécessaires pour
(réalisé par un bureau d’études thermiques). Obliga- prévenir les risques pour la santé, la sécurité et l’envi-
toire dans le cadre de la réglementation des bâtiments ronnement. Seize points réglementaires sont obliga-
neufs (RT 2012) et pour certains bâtiments existants toires, comme l’identification des dangers et la com-
de plus de 1 000 m² (RT existant globale). position du produit, les premiers soins d’urgence ou
encore les précautions de stockage et de manipula-
Excédent de chantier tion. La FDS est fournie par le fabricant.
Terme utilisé dans le domaine des travaux publics pour
désigner les déblais de terrain (matériaux inertes ou FEE Bat – Formation aux économies
terres) en distinction des déchets de production du d’énergie pour les entreprises et arti-
secteur. À noter qu’à ce jour la réglementation ne sans du bâtiment
prend pas en compte cette spécificité du secteur et Dispositif de formations dédiées aux éco-
assimile ces excédents à des déchets de chantier. nomies d’énergie et dispensées aux arti-
sans et entreprises du bâtiment. Ces for-
+ –
Expérimentation E C mations sont prises en charge financièrement dans le
Période pendant laquelle est expérimenté un réfé- cadre des certificats d’économies d’énergie (CEE)
20 rentiel dont l’objectif est de construire des bâtiments depuis le 1er janvier 2008. FEE Bat est une des exi- 21
neufs à énergie positive et à bas carbone. Un label gences pour accéder à la qualification RGE.
+ –
dédié E C peut-être attribué par un organisme de cer- ► www.feebat.org
tification (voir page 36).
Garantie de performance énergétique intrinsèque
Facteur 4 (GPEI)
Objectif de division par quatre des émissions de gaz Garantie contractuelle des consommations éner-
à effet de serre (GES) à l’horizon 2050 (année de gétiques à la réception d’un bâtiment. Calculée au
référence : 1990). Selon le GIEC, le facteur 4 est moyen d’un logiciel, elle comprend les cinq postes
nécessaire si nous voulons maîtriser le réchauffe- de consommation de la réglementation thermique
ment climatique tout en limitant l’augmentation (chauffage, refroidissement, production d’ECS, éclai-
prévisionnelle de la température de 1,8 à 4 °C d’ici rage et auxiliaires).
à l’an 2100.
Garantie de résultat énergétique (GRE)
FDES – Fiche de déclaration environnementale et Garantie contractuelle des consommations éner-
sanitaire gétiques en phase exploitation d’un bâtiment. Les
La fiche de déclaration environnementale et sani- consommations garanties sont comparées avec les
taire définit et caractérise, sur la base d’une ACV, les consommations réelles mesurées. Le contrat précise
impacts d’un matériau sur l’environnement et la santé. les conditions d’utilisation du bâtiment et la durée de
Il existe des fiches équivalentes pour les équipements la garantie.
techniques appelées Profil environnemental Produit
(PEP) ► www.inies.org
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
Garantie de résultat solaire (GRS) ISD – Installation de stockage de déchets
Contrat qui peut garantir les résultats d’une installation Centre de stockage qui ne reçoit que des déchets
d’eau chaude sanitaire. ultimes. Il s’agit des anciennes décharges, auparavant
appelées CET (centres d’enfouissement technique) et
Gaz à effet de serre (GES) maintenant ISD. Il existe trois types d’ISD pour les dif-
La Terre, réchauffée par le soleil, renvoie vers le ciel férentes catégories de déchets : ISDI pour les déchets
une partie de l’énergie sous forme de rayons infra- inertes, ISDND pour les déchets non dangereux et
rouges, porteurs de chaleur. Les gaz à effet de serre ISDD pour les déchets dangereux.
vont empêcher une partie de ces rayons émis de
rejoindre l’atmosphère. C’est ainsi que la Terre garde ISO 14001
une partie de sa chaleur et reste à une température La série des normes ISO 14000 concerne le manage-
moyenne de 15 °C. Exemple de GES issus de l’activité ment environnemental. La plus utilisée est la norme
humaine : CO2, méthane, oxyde d’azote. ISO 14001, qui constitue le référentiel de base pour la
certification du même nom. L’ISO 14001 est attribuée
Géothermie à la suite d’un audit externe réalisé par un organisme
Système qui permet d’utiliser l’énergie contenue dans accrédité. Qualibat propose une certification envi-
le sol et le sous-sol comme source de chaleur pour ronnementale par étapes, basée sur les principes de
servir de chauffage. On distingue la géothermie super- l’ISO 14001, mais spécifique au secteur du bâtiment
ficielle, semi-profonde et profonde. En moyenne, la et adaptée aux petites entreprises.
22 température du sous-sol s’élève de 3 °C par 100 mètres 23
de profondeur. Isolation thermique
Procédé qui limite les transferts thermiques entre un
HQE TM Bâtiment durable milieu chaud et un milieu froid.
Le cadre de référence du bâtiment durable HQE  TM

concerne tous les acteurs du bâtiment et de l’immo- Isolation thermique répartie


bilier qui souhaitent entrer dans une démarche de Système dont l’isolation est assurée par la structure
progrès en faveur de la qualité de vie, du respect de porteuse elle-même (exemple : le monomur).
l’environnement et de la performance économique.
Il s’applique à tous les types de bâtiments neufs, en ITE – Isolation thermique par l’extérieur
rénovation ou en exploitation. La certification HQE TM Système qui positionne l’isolant à l’extérieur de la
est délivrée par trois organismes : Certivéa pour le ter- structure porteuse, permettant de limiter très nette-
tiaire, Cerqual et Céquami pour le logement. ment les ponts thermiques et d’augmenter l’inertie
thermique du bâtiment.
Inertie thermique
L’inertie thermique d’un bâtiment dépend de la capa- ITI – Isolation thermique par l’intérieur
cité qu’ont ses composants (murs, planchers, toitures, Système qui positionne l’isolant à l’intérieur de la
cloisons…) à emmagasiner de la chaleur, le jour, et de structure porteuse.
la fraîcheur, la nuit, pour les restituer ensuite dans un
laps de temps donné. Ce principe permet de limiter
les surchauffes dans les bâtiments et de réduire les
consommations d’énergie.
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
kWhcumac Mémoire environnemental
Unité d’évaluation utilisée dans le cadre des certifi- Voir Notice environnementale
cats d’économies d’énergie. Cumac signifie cumulé
et actualisé sur la durée de vie de l’opération réalisée. Mention « Économies d’énergie »
L’organisme de qualification Qualibat délivre une men-
Loi de transition énergétique (LTE) tion « Économies d’énergie », en complément d’une
Loi du 17 août 2015 qui fixe les objectifs de la transi- qualification de métiers, pour identifier une compé-
tion énergétique pour la croissance verte. Les émis- tence spécifique de l’entreprise dans le domaine de la
sions de gaz à effet de serre devront être réduites rénovation énergétique (voir Qualification).
de 40 % à l’horizon 2030 et divisées par quatre d’ici à
2050. La consommation énergétique finale sera divi- Minergie ®
sée par deux en 2050 par rapport à 2012 et la part des Le label Minergie ® est une démarche suisse de qua-
énergies renouvelables sera portée à 32 % en 2030. lité énergétique qui permet d’optimiser la conception,
Le texte met l’accent sur la rénovation thermique des la réalisation, l’utilisation et le coût d’un bâtiment à
bâtiments, la construction de bâtiments à haute per- faible consommation. Le premier niveau d’exigence,
formance énergétique et environnementale et l’éco- Minergie ® - Standard, impose une performance en
monie circulaire. énergie primaire de 42 kWh/m2.an dans le neuf et de
80 kWh m2.an en rénovation (chauffage et eau chaude
Management environnemental sanitaire).
24 Méthode de gestion et d’organisation d’une entreprise 25
visant à prendre en compte les impacts sur l’environ- MOB – Maison à ossature bois
nement dus à son activité. L’entreprise doit identifier, On parle aussi de COB (construction à ossature bois).
analyser, évaluer et réduire ses impacts environne-
mentaux en s’inscrivant dans un processus d’amé- Mur végétal
lioration continue intégrant les contraintes réglemen- Mur recouvert de végétaux jouant un rôle thermique,
taires, techniques et économiques. La FFB propose hydrique et écologique.
par ailleurs des outils simplifiés pour accompagner
les artisans et PME au management environnemental Notice environnementale ou mémoire environne-
(voir ISO 14001). mental
Il s’agit d’un document exigé dans certains marchés
Maquette numérique de travaux de type HQE TM. Ces marchés de travaux
Représentation graphique de la base de données mettant en avant des objectifs environnementaux.
numériques, généralement en 3D, portant l’ensemble L’entreprise qui soumissionne est alors amenée à four-
des informations et des propriétés du projet (voir BIM). nir une notice dans laquelle sont décrits les impacts de
son activité sur l’environnement et les mesures prises
Matériau biosourcé pour les limiter (exemple : le non-mélange des déchets
Matériau issu de la biomasse. Dans le bâtiment, les sur le chantier et leur évacuation vers des filières de
matériaux biosourcés les plus utilisés sont le bois, la valorisation). La FFB propose aux entrepreneurs et arti-
paille, la chènevotte (chanvre), la ouate de cellulose, le sans une trame de notice environnementale.
liège, le lin et la laine de mouton. On parle parfois aussi
de biomatériaux ou d’agro-ressources.
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
Offre globale PACTE – Programme d’action pour
Le principe de l’offre globale est de regrouper plu- la qualité de la construction et la
sieurs corps de métiers afin d’offrir une prestation transition énergétique
« clé en main ». Cette offre est faite par un inter- Ce programme, qui est la poursuite de RAGE, vise à
locuteur unique chargé de réaliser tout ou partie des renforcer la qualité dans la construction et les travaux
travaux et de coordonner l’ensemble des prestations de rénovation pour assurer leur efficacité énergétique.
liées au chantier (suivi, réalisation et réception des tra- ► www.programmepacte.fr (téléchargement gratuit
vaux). Il pourra proposer aux clients des solutions de de guides, calepins et recommandations profession-
financement, des contrats d’entretien et de mainte- nelles).
nance ou encore les conseiller sur la bonne utilisation
du bâtiment. L’offre globale est parfaitement adaptée PAE – Plan assurance environnement
aux travaux de rénovation énergétique. Voir Notice environnementale
À ne pas confondre avec l’approche globale, qui
consiste à analyser le bâtiment dans son ensemble Panneau photovoltaïque
pour optimiser l’efficacité des offres de travaux (par- Panneau composé de cellules, à base de silicium, qui
tielles ou globales) contribuant à sa performance. permettent de transformer l’énergie solaire en éner-
L’approche globale n’aboutit pas systématiquement gie électrique (10 m2 de capteur bien orienté fournit
à l’offre globale. environ 1 kWcrête, le kilowatt crête correspondant à la
puissance du panneau dans les conditions optimales
26 OPATB – Opération programmée pour l’améliora- de fonctionnement). 27
tion thermique des bâtiments
Appel à projets qui vise l’amélioration thermique et Passivhaus
énergétique des bâtiments résidentiels et tertiaires. Label d’origine allemande basé sur trois critères :
Les collectivités ont, par les OPATB, l’occasion de –besoins en chauffage et en rafraîchissement infé-
montrer qu’elles jouent un rôle important pour la maî- rieurs à 15 kWhEP/(m².an) ;
trise de l’énergie et la lutte contre l’effet de serre. – étanchéité à l’air inférieure à 0,6 volume/heure ;
– consommation totale du bâtiment inférieure à
OREBAT 120 kWhEP/(m².an).
Logiciel d’évaluation de la performance énergétique
(et des émissions de gaz à effet de serre) des tra- PEP – Profil environnemental Produit
vaux réalisés dans un logement, conçu par la FFB avec Voir FDES
le Costic. L’outil comprend à la fois une méthode de
calcul dite comportementale et une méthode régle- Performance énergétique
mentaire (TH-C-E ex). Indicateur qui traduit la quantité d’énergie, calculée
ou mesurée, nécessaire pour répondre aux besoins
PAC – Pompe à chaleur énergétiques liés à une utilisation normale du bâti-
Système qui permet, suivant une source d’énergie ment. Elle inclut notamment l’énergie utilisée pour le
donnée, de produire de la chaleur ou du froid. Il existe chauffage des locaux, l’eau chaude sanitaire, le refroi-
plusieurs types de PAC selon la source et le mode de dissement éventuel, la ventilation et l’éclairage. Plus
restitution de l’énergie (air-air, air-eau, eau-eau…). la quantité d’énergie est faible et plus la performance
énergétique est bonne.
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
Plateforme locale de la rénovation énergétique PPE – Programmation pluriannuelle de l’énergie
Clé de voûte du service public de la rénovation La programmation pluriannuelle de l’énergie fixe les
énergétique, qui s’appuie déjà sur le Numéro Azur priorités d’action et les moyens mis en œuvre pour
0808 800 700, sur le site www.renovation-info-service. atteindre les objectifs de la loi de transition énergé-
gouv.fr et sur les points rénovation info service (PRIS). tique, notamment en matière de production d’éner-
Ces plateformes se déploient dans le cadre d’appels à gie, de maîtrise de la consommation d’énergie et de
manifestation d’intérêt portés par les délégations ré- développement des solutions de stockage. Il s’agit du
gionales de l’Ademe et les régions. Elles proposent un principal outil de pilotage de la transition énergétique
accompagnement technique, administratif et financier, avec la stratégie nationale bas carbone, qui porte
personnalisé et spécifique à chaque projet, pouvant al- sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
ler au-delà des services offerts par les PRIS. L’objectif
est de faciliter le passage à l’acte du maître d’ouvrage Précarité énergétique
en l’aidant dans la définition, la programmation et le Est en situation de précarité énergétique toute per-
financement de son projet de rénovation. sonne qui éprouve des difficultés à satisfaire ses be-
soins en énergie, en raison de l’inadaptation de ses
Pont thermique ressources ou de ses conditions d’habitat. Suivant
Un pont thermique est une partie de l’enveloppe du l’indicateur, on estime que 3,5 à 5 millions de ménages
bâtiment où la résistance thermique, par ailleurs sont concernés en France.
considérée comme uniforme, est modifiée de façon
28 sensible par : PRIS – Point rénovation info service 29
– la pénétration totale ou partielle de l’enveloppe du Ces guichets d’information répartis sur l’ensemble du
bâtiment par des matériaux ayant une conductivité territoire (450 en France) ont une mission d’accueil,
thermique différente (par exemple, les systèmes d’at- d’information et de conseil du consommateur. Ce
taches métalliques qui traversent une couche isolante) ; réseau complète celui des espaces info-énergie lancé
– une différence d’épaisseur des matériaux se tradui- par l’Ademe en 2001. Les PRIS fournissent au deman-
sant par un changement local de la résistance ther- deur les informations techniques, financières, fiscales
mique ; et réglementaires nécessaires à l’élaboration de son
– une différence entre les aires des surfaces inté- projet de rénovation. Les PRIS sont, avec le Numéro
rieures et extérieures, comme il s’en produit aux liai- Azur 0810 140 240 et le site www.renovation-info-ser-
sons entre parois. vice.gouv.fr, l’un des éléments incontournables qui
composent le service public de la rénovation énergé-
Porte soufflante tique mis en place depuis fin 2013.
Couramment appelé Blower Door, même s’il s’agit
d’une marque, le test de la porte soufflante permet Pros de la performance énergétique ®
de mesurer la perméabilité à l’air d’un bâtiment. Le La qualification 8621 - Pros de la perfor-
principe consiste à mettre en dépression (ou surpres- mance énergétique, disponible auprès de
sion) le bâtiment grâce à un ventilateur et à mesurer l’organisme de qualification Qualibat, est
la différence de pression entre l’intérieur et l’extérieur une qualification RGE dite transversale. Elle
afin d’obtenir une série de couples débit/dépression. permet aux entreprises d’être qualifiées
La RT 2012 impose un résultat de 0,6 m3/m².h à l’issue RGE sur plusieurs catégories de travaux.
du test pour les maisons individuelles.
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
Puits canadien ou provençal gage commun » pour décrire la qualité environnemen-
Système de préchauffage l’hiver et de rafraîchisse- tale d’un bâtiment.
ment l’été utilisant de l’air qui passe dans un système
de canalisations, bien dimensionnées, enterrées à en- Radon
viron 1,50 m dans le sol. Il est généralement couplé à Gaz radioactif, d’origine naturelle, issu de la désinté-
une VMC double flux. gration du radium. Sa présence dans le bâtiment est
majoritairement liée à un transfert depuis le sol. Il peut
Qualification également être présent dans certains matériaux de
Reconnaissance de l’aptitude d’une entreprise, en construction (granit notamment). Il est classé comme
fonction de critères définis, à réaliser les travaux qui « cancérigène certain pour l’homme » par le Centre
lui sont confiés. Pour le maître d’ouvrage, la qualifi- international de recherche sur le cancer depuis 1987.
cation est un outil de sélection de ses prestataires. Des techniques de remédiation permettent de limiter
Pour la construction, les deux organismes de qualifi- les concentrations de radon dans le bâtiment.
cations sont Qualibat et Qualifelec. Ils délivrent une
mention « Économie d’énergie » pour distinguer les RAGE
entreprises et artisans formés dans le domaine de la Programme « Règles de l’art Grenelle Environne-
rénovation énergétique. Qualibat délivre, par ailleurs, ment » qui consiste à réviser les règles de l’art en neuf
une certification « Rénovation énergétique » dans le et en rénovation pour intégrer la performance éner-
cadre d’une offre globale de travaux. gétique. Les recommandations professionnelles du
30 programme RAGE sont reconnues par les assureurs 31
Qualité de l’air intérieur (QAI) (voir PACTE).
La qualité de l’air intérieur est un enjeu majeur de
santé publique. Nous passons en moyenne 80 % de Réchauffement climatique
notre temps en espace clos ou semi-clos. Pour de Voir Changement climatique
nombreux polluants (COV, radon, particules…), les
concentrations à l’intérieur des bâtiments sont sou- Recyclage
vent plus élevées qu’à l’extérieur. Le choix de maté- Procédé de traitement des déchets et de réintroduc-
riaux ou produits peu émissifs et des techniques de tion des matériaux qui en sont issus dans le cycle
mise en œuvre appropriées contribuent à garantir une de production d’autres produits équivalents ou diffé-
bonne QAI des bâtiments. rents. Le recyclage permet de réduire les volumes de
déchets, et donc leur pollution, et de préserver les
Qualité environnementale du bâtiment ressources naturelles en réutilisant des matières pre-
La qualité environnementale d’un bâtiment est « l’apti- mières déjà extraites (exemple : le béton issu d’une
tude de l’ensemble des caractéristiques intrinsèques déconstruction peut être concassé et traité pour servir
du bâtiment, des équipements et de la parcelle à satis- à la construction des routes).
faire les exigences liées à la maîtrise des impacts sur
l’environnement extérieur et la création d’un environ- Réemploi ou réutilisation
nement intérieur confortable et sain ». Cette définition Le réemploi permet de réutiliser un produit tel quel,
issue de la norme NF P01-020-1 ne définit pas les c’est-à-dire sans transformation préalable (pour l’usage
niveaux de qualité à atteindre, mais permet à l’en- pour lequel il était initialement prévu ou pour un autre
semble des acteurs du bâtiment d’adopter un « lan- usage). Contrairement au recyclage, dans le cadre du
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
réemploi, le produit garde son statut de produit et ne RT 2012
devient à aucun moment un déchet. Réglementation thermique appli-
cable aux bâtiments neufs depuis
Réglementation thermique le 1er janvier 2013. Succède à la
Voir RT 2012 et RT existant RT 2005. La consommation énergé-
tique moyenne est 50 kWhEP/m²SRT/
REP – Responsabilité élargie du producteur an (modulée selon la zone clima-
Le principe de la REP découle de celui du pollueur- tique et le type de bâtiment). La
payeur : les fabricants nationaux, les importateurs brochure FFB L’essentiel de la RT 2012 pour les entre-
de produits et les distributeurs pour les produits de prises de bâtiment résume les points essentiels.
leurs propres marques doivent prendre en charge,
notamment financièrement, la collecte sélective puis RT existant
le recyclage ou le traitement des déchets issus de Réglementation thermique applicable aux travaux de
ces produits. Ils peuvent répondre à cette obligation, rénovation depuis 2007. On distingue la « RT existant
par exemple, en adhérant à un éco-organisme. Les élément par élément » (arrêté du 3 mai 2007), qui s’ap-
déchets électriques et les déchets d’ameublement plique à des travaux lot par lot, de la « RT existant glo-
sont notamment soumis à la REP (voir DEA, DEEE et bale » (arrêté du 13 juin 2008), qui s’applique aux réha-
Écocontribution). bilitations de plus de 1 000 m² de SHON. La brochure
FFB Rénovation des bâtiments existants : l’essentiel
32 Résistance thermique de la réglementation thermique en présente les princi- 33
La résistance thermique R d’un matériau tient compte pales dispositions.
de deux paramètres : la conductivité thermique
(plus est faible, plus le matériau est isolant) et l’épais- Smart grid ou réseau électrique intelligent
seur du matériau e. Réseau électrique intelligent qui gère de manière
La résistance R du matériau est donnée par la relation : optimisée la production, la distribution et la consom-
mation d’énergie en fonction des besoins de chaque
R = e consommateur. Il permet de mieux utiliser localement

les énergies renouvelables (intermittentes). Le smart
grid s’appuie sur des technologies informatiques poin-
RGE – Reconnu garant
tues : compteurs intelligents, pilotage, contrôle à dis-
de l’environnement
tance. Pour les réseaux de chaleur et de froid, on parle
Dispositif de qualification mis en
de smart thermal grid.
place par les pouvoirs publics pour per-
mettre aux maîtres d’ouvrage d’identi-
SOGED – Schéma d’organisation de la gestion et
fier les entreprises compétentes en
de l’élimination des déchets de chantier
matière d’efficacité énergétique et/ou d’énergies re-
Il constitue le document de référence pour tous les
nouvelables. En résidentiel, recourir à une entreprises
intervenants de l’acte de construire (du maître d’ou-
qualifiée RGE est indispensable pour pouvoir bénéfi-
vrage à l’entreprise) traitant spécifiquement de la ges-
cier des aides en faveur de la rénovation énergétique
tion des déchets de chantier. Ce document est de plus
(CITE, éco-prêt à taux zéro et CEE). C’est ce que l’on
en plus demandé dans les appels d’offres intégrant la
appelle l’écoconditionnalité des aides.
qualité environnementale.
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
On parle aussi de SOSED. La FFB propose aux entre- efficace de toutes les ressources (énergie, eau, ma-
preneurs et artisans une trame de SOGED. tières premières…) et une capacité d’adaptation face
aux aléas climatiques pour les territoires, les procédés
SOSED – Schéma d’organisation, de suivi et d’éli- industriels et agricoles, les biens et les services (voir
mination des déchets de chantier Transition énergétique).
Voir SOGED
Transition énergétique
SPANC – Service public d’assainissement non col- La transition énergétique est un volet essentiel de
lectif la transition écologique. Elle désigne le passage du
Service public chargé du contrôle des installations système énergétique actuel utilisant des ressources
d’ANC pour le compte des communes non renouvelables (énergies fossiles) vers un bouquet
énergétique basé principalement sur des ressources
SSC – Système solaire combiné renouvelables.
Installation solaire thermique assurant, en partie, les
besoins de chauffage et d’eau chaude sanitaire. VMC double flux
Le principe de la ventilation mécanique contrôlée
Stratégie nationale bas carbone (SNBC) double-flux est d’utiliser l’énergie stockée dans l’air
Instaurée par la loi de transition énergétique pour la vicié (flux sortant) pour réchauffer l’air neuf (flux
croissance verte, elle définit les objectifs sectoriels à entrant). Cette technique permet ainsi de préchauffer
34 atteindre en matière de réduction des émissions de l’air intérieur des bâtiments, diminuant ainsi le besoin 35
gaz à effet de serre. de chauffage.

TEPOS Zone climatique (selon les réglementations ther-


Territoires à énergie positive qui cherchent à atteindre miques)
l’autonomie énergétique en améliorant l’efficacité Les réglementations thermiques divisent la France
énergétique et en développant l’utilisation des éner- métropolitaine en huit zones climatiques permettant
gies renouvelables. d’adapter les exigences de consommation et de tem-
pérature intérieure de confort selon la situation géogra-
Toiture-terrasse végétalisée (TTV) phique du bâtiment.
Principe de recouvrement d’une toiture par des végé-
taux jouant ainsi un rôle thermique, hydrique, acous-
tique et écologique. Il existe deux types de cultures,
dites extensive ou intensive, la première étant de
faible hauteur, peu coûteuse et nécessitant peu d’en-
tretien. La deuxième peut être également appelée
toiture-jardin.

Transition écologique
L’objectif de la transition écologique est de permettre
le développement durable ou soutenable. La transi-
tion écologique implique une utilisation rationnelle et
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
Organismes de certification dans l’habitat, qui promeut plus largement un habitat
adapté, économe et respectueux de l’environnement.
d’ouvrages Sa filiale Promotelec Services délivre les labels pour la
performance des logements neufs et existants.
Principaux certificateurs dans le domaine de la construc- ► www.promotelec.com
tion durable (certifications HQE  TM
, labels de perfor-
mance énergétique et environnementale…).
Organismes de qualification
Céquami (maisons individuelles) d’entreprises
Organisme de certification qui
délivre notamment les labels NF Qualibat
Habitat et NF Habitat HQE TM pour Qualibat est l’organisme chargé en
les maisons individuelles neuves et France de la qualification et de la certifi-
rénovées. ► www.cequami.fr cation des entreprises de la construction.
Créé en 1949 à l’initiative du ministre de
Cerqual (logements collectifs) la Construction et d’organisations professionnelles
Organisme de certification du d’entrepreneurs, d’architectes et de maîtres d’ou-
groupe Qualitel qui délivre notam- vrage, Qualibat apporte aux prescripteurs et donneurs
ment les labels NF Habitat et NF Habitat HQE TM pour d’ordre, qu’ils soient privés ou publics, les informa-
36 les logements collectifs neufs et rénovés. tions nécessaires pour apprécier et sélectionner, en 37
► www.qualite-logement.org toute indépendance, les entreprises les mieux adap-
tées à leurs projets. ► www.qualibat.com
Certivéa (tertiaire)
Organisme certificateur du label Qualifelec
Haute Qualité Environnementale À l’instar de Qualibat, Qualifelec est l’or-
(HQE TM), pour les bâtiments tertiaires neufs ou réno- ganisme chargé en France de la qualifica-
vés. Ce label est décliné selon les différentes typo- tion des entreprises d’électricité.
logies de bâtiments tertiaires. ► www.certivea.fr ► www.qualifelec.fr

Prestaterre (logements) Qualit’EnR


Organisme certificateur du label Créée en 2006 par les organi-
« Bâtiment Énergie Environne- sations professionnelles à la
ment » pour les logements indivi- demande de l’Ademe, Qualit’EnR
duels ou collectifs neufs. Ses objectifs sont d’assurer intervient pour la promotion de
une faible empreinte écologique du bâtiment ainsi que la qualité des prestations des professionnels du bâti-
le confort et la santé de l’occupant. ment et gère les qualifications Qualisol, Qualibois,
► www.prestaterre.eu QualiPV et QualiPAC.
► www.qualit-enr.org
Promotelec (logements)
Association pour la promotion de la
sécurité et du confort électriques
Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr
Organismes divers BBCA – Association pour le déve-
loppement du bâtiment bas car-
ADEME – Agence de l’environne- bone
ment et de la maîtrise de l’énergie Association créée en 2015, qui a pour
Établissement public à caractère objectif de promouvoir les bâtiments
industriel et commercial placé sous à faible empreinte carbone.
la tutelle du ministère de l’Écologie. Le label BBCA est délivré par trois organismes de cer-
Son rôle est notamment d’animer, de tification : Certivéa, Cerqual-Qualitel et Promotelec
coordonner et/ou de faciliter la réalisation d’opérations Services. ► www.batimentbascarbone.org
ayant pour objet la protection de l’environnement et la
maîtrise de l’énergie. ► www.ademe.fr CAUE – Conseil d’architecture, d’urbanisme et
d’environnement
Alliance HQE GBC FranceM Le CAUE apporte une aide aux particuliers qui désirent
L’Alliance HQE – GBC est l’alliance construire ou faire construire, transformer ou amé-
des professionnels pour un cadre nager un bâtiment (habitation, local professionnel,
de vie durable. Elle réunit syndi- annexe…) Des architectes conseillers assurent des
cats, fédérations professionnels, permanences gratuites dans la plupart des départe-
sociétés, collectivités et profes- ments.
sionnels à titre individuel. Bâtiment, aménagement ► www.fncaue.com
38 et infrastructures à toutes les étapes de leur cycle de 39
vie – construction, exploitation, rénovation – sont au Effinergie ®
cœur de ses missions dans une vision transversale Association dont l’objectif est de
alliant qualité de vie, respect de l’environnement, per- développer, sur le marché de la
formance économique et management responsable. construction neuve et rénovée,
► www.hqegbc.org une véritable dynamique afin de
générer des bâtiments confor-
AQC – Agence Qualité Construction tables et performants d’un point de vue énergétique.
Association dont l’objectif est de pré- Les moyens mis en œuvre par l’association : déve-
venir la sinistralité et de garantir la qua- lopper des labels et des outils ; fédérer les acteurs ;
lité des constructions. Elle regroupe mettre en avant les dynamiques régionales ; assurer
42 organisations professionnelles de la coordination entre les pouvoirs publics et les initia-
la construction, dont la FFB. Une com- tives régionales ; démontrer la faisabilité technico-éco-
mission spéciale appelée C2P a pour mission d’iden- nomique de la basse énergie par la mise en place du
tifier les techniques pouvant générer des risques de retour d’expérience.
sinistres. Dans ce cadre, Effinergie a développé plusieurs labels
► www.qualiteconstruction.com visant à identifier les bâtiments dont les performances
énergétiques vont au-delà de la réglementation : Effi-
nergie+, Bepos-Effinergie et BBC-rénovation.
► www.effinergie.org

Les 100 mots de la construction durable www.batirpourlaplanete.fr


Institut de l’économie circulaire POUR RÉUSSIR
Créé en 2013, cet institut a pour objectif de promou-
voir le concept d’économie circulaire comme une LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE
solution alternative au système d’économie linéaire utilisez La caisse à outils
« extraire, fabriquer, consommer, jeter ». « Bâtir pour la planète »
► www.institut-economie-circulaire.fr

GIEC – Groupe d’experts intergouvernemental sur


l’évolution du climat
Ce groupe d’experts a été créé en 1988 en vue
de fournir des évaluations détaillées de l’état des
connaissances scientifiques, techniques et socio-
économiques sur les changements climatiques, leurs
causes, leurs répercussions potentielles et les straté-
gies de parade.
► www.ipcc.ch/home_languages_main_french.shtml

OQAI – Observatoire
de la qualité de l’air
40 intérieur
L’Observatoire de la
qualité de l’air intérieur
(OQAI) a été créé en juil-
let 2001 à l’initiative du ministère du Logement pour
pallier la méconnaissance des expositions de la popu-
lation à la pollution de l’air intérieur des bâtiments et
des facteurs de risque associés.
► www.oqai.fr

Réseau BEEP – Réseau


des centres de res-
sources Bâti Environ-
nement Espace Pro.
Dans la plupart des
régions de France, la FFB participe activement à l’ani-
mation de ces centres de ressources regroupant les
acteurs de la filière construction et dont le principal
objet est la promotion de la qualité environnementale.
► www.reseau beep.fr

Les 100 mots de la construction durable www.ffbatiment.fr/lacaisseatoutils


Les 100 mots
de la
construction durable

PACTE
FFB MAI 2017-004 • © M.Studio Fotolia • Imprimé sur papier certifié PEFC avec des encres végétales

33 avenue Kléber - 75784 Paris Cedex 16


www.ffbatiment.fr
@FFBatiment