Vous êtes sur la page 1sur 2

La démocratie

Sommaire
I- Définition
II- La démocratie athénienne
II- Typologie des démocraties
1- Démocratie directe
2- Démocratie indirecte / représentative
3- Démocratie libérale
4- Démocratie participative
5- Démocratie délibérative
6- Cyberdémocratie
Définition
Le terme démocratie (du grec ancien dēmokratía, « souveraineté du peuple », combinaison de dêmos, « peuple » et
krátos, « pouvoir », « souveraineté » ou encore kratein, « commander »), est le régime politique dans lequel le peuple est
souverain. (Avec la distinction à faire entre la notion de «peuple» et celle plus restrictive de « citoyens » : En effet la
citoyenneté n'est pas forcément accordée à l'ensemble de la population).
Selon la célèbre formule d'Abraham Lincoln (16e président des États-Unis de 1860 à 1865), la démocratie est « le
gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ».
De façon générale, un gouvernement est dit démocratique par opposition aux systèmes monarchiques d'une part, où le
pouvoir est détenu par un seul, et d'autre part aux systèmes oligarchiques, où le pouvoir est détenu par un groupe restreint
d'individus. Néanmoins, ces oppositions, héritées de la philosophie grecque (notamment de la classification d'Aristote)
sont aujourd'hui équivoques de par l'existence de monarchies parlementaires.
D'autres, dont Karl Popper notamment, définissent la démocratie par opposition à la dictature ou la tyrannie, considérant
qu'elle permet au peuple de contrôler ses dirigeants, et de les évincer sans recourir à une révolution.
Par ailleurs, le terme de démocratie ne se réfère pas uniquement à des formes de gouvernements, mais peut aussi désigner
une forme de société ayant pour valeur la liberté et l'égalité.
La démocratie athénienne
L’idéal démocratique émerge et se développe à Athènes du VIe au IVe siècle avant J.-C. Les Athéniens expérimentent
alors un système inédit de gouvernement, fondé sur l’ouverture de la participation politique au plus grand nombre, qui se
distingue de la monarchie ou de la tyrannie. Le peuple s’assemble régulièrement sur l’agora (place publique) pour décider
des affaires publiques et choisir les magistrats. Selon le concept d’isonomia, chacun est à égale distance de la loi et selon
celui isegoria, chacun est à égale distance de la parole.
La démocratie athénienne est directe. Chaque citoyen est libre d’assister aux délibérations et de prendre la parole. Le
système de sélection des dirigeants est fondé sur le tirage au sort, modalité de dévolution du pouvoir jugé plus
démocratique que l’élection, mode aristocratique de sélection des «meilleurs». Le tirage au sort est fondé sur l’idée que
chacun est digne de gouverner (à la différence du vote, le tirage au sort n’implique pas le consentement des citoyens).La
démocratie athénienne est aussi fondée sur le principe de la rotation des charges et sur l’idée que tout citoyen doit
pouvoir accéder aux différentes positions. Les citoyens doivent pouvoir être, tour à tour, gouvernés et gouvernants,
alterner obéissance et commandement car on obéit mieux à un citoyen dont on prendra plus tard la place. Le pouvoir ne
doit pas par ailleurs être concentré trop longtemps entre les mêmes mains.
Typologie des démocraties
La démocratie est devenue un système politique (et non plus un simple régime) dans lequel la souveraineté est attribuée
au peuple qui l'exerce de façon : directe lorsque le régime dans lequel le peuple adopte lui-même les lois et décisions
importantes et choisit lui-même les agents d'exécution, généralement révocables. On parle alors de démocratie directe ;
indirecte lorsque le régime dans lequel des représentants sont tirés au sort ou élus par les citoyens, pour un mandat à
durée limitée, durant lesquels ils ne sont généralement pas révocables par les citoyens. On parle alors de démocratie
représentative ; semi-directe dans le cas de démocraties indirectes dans laquelle le peuple est cependant appelé à statuer
lui-même sur certaines lois, par les référendums.
Démocraties directe
Dans la démocratie directe, le pouvoir est exercé directement par les citoyens, sans l'intermédiaire d'organes
représentatifs. L'idée de démocratie directe se rapporte selon les penseurs à différentes conceptions de l'exercice direct de
la souveraineté par le peuple. De même, selon les lieux et les époques, la démocratie directe a désigné différentes formes
de gouvernements ou d'associations politiques, dans lesquels la population décide des lois. Si aujourd'hui le terme de
démocratie renvoie généralement à l'idée de gouvernement représentatif, il fut longtemps associé à celle de démocratie
directe, notamment en référence à la démocratie athénienne : les citoyens réunis en assemblée y décidaient des lois.
Démocratie indirecte ou représentative
Dans une démocratie indirecte, les citoyens élisent des représentants qui seront alors chargés d'établir les lois et/ou de les
exécuter, raison pour laquelle ce système politique est aussi désigné sous le terme de démocratie représentative.
Concrètement et pratiquement, le gouvernement populaire n'est possible, dans le cadre d’un État, que si la démocratie
devient représentative. Il s’agit de confier à un petit nombre d’hommes avisés la responsabilité du gouvernement. Dans un
«État représentatif», le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants.
Elle est devenue au fil du temps, dans le langage courant, synonyme du terme de démocratie tout court. Cela est
notamment dû au fait qu'il s'agit de la forme de démocratie aujourd'hui la plus répandue dans le monde. Pour la même
raison, démocratie représentative et démocratie tout court sont aussi souvent assimilées à la démocratie libérale et à la
démocratie parlementaire.
Démocratie libérale
La démocratie libérale est une forme de gouvernement dans laquelle la démocratie représentative fonctionne selon les
principes du libéralisme, à savoir la protection des droits des minorités et, en particulier, l'individu. Elle est caractérisée
par des élections entre plusieurs partis politiques de sensibilités distinctes, une séparation des pouvoirs, la primauté du
droit et une égale protection de droits de l'homme, des droits civils et des libertés individuelles. En pratique, les
démocraties libérales sont souvent basées sur une constitution. La démocratie libérale est devenue le système politique
prédominant dans le monde. Une démocratie libérale peut prendre diverses formes constitutionnelles. Elle peut reposer sur
une république, comme en France, en Allemagne, en Inde, en Irlande, en Italie, ou aux États-Unis, ou une monarchie
comme au Japon, en Espagne, au Pays-Bas, au Canada, ou au Royaume-Uni. Les démocraties libérales reposent
généralement sur le suffrage universel, c'est-à-dire l'octroi à tous les citoyens adultes du droit de vote, sans distinction de
race, de sexe ou de ressources.
Démocratie participative
La démocratie participative est une forme de partage et d'exercice du pouvoir, fondée sur le renforcement de la
participation des citoyens à la prise de décision politique. La démocratie participative peut prendre plusieurs formes,
mais elle s'est d'abord instaurée sur le terrain de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme, avant de s'étendre dans les
champs de l'environnement. Dans ces cadres, les associations jouent un rôle central en tant qu'interlocuteurs pour les
autorités publiques.
Démocratie participative et Internet
Le développement de l'internet offre une possibilité de développement pour les outils de la participation.Barack Obama,
président des États-Unis depuis 2008, a saisi cette occasion en créant les conditions, durant sa campagne, d'une « e-
mobilisation » puis, une fois élu, d'un e-gouvernement participatif. Durant la campagne présidentielle américaine, son
équipe a mené à une échelle inédite l'utilisation des technologies de l'information et de la communication pour optimiser
la complémentarité des mobilisations en ligne et hors ligne.
Internet (avec notamment my.barackobama.com) a été un outil efficace d'information en temps réel, de contact entre les
militants et leur candidat mais aussi des militants entre eux et de quadrillage dynamique du terrain. Une performance
organisationnelle qui s'inscrit également dans une culture plus participative. Par la suite, la Maison-Blanche a fait du web
un vecteur de transparence de l'action publique.
Démocratie délibérative
Dans ce modèle, la décision légitime n’est pas la volonté de tous mais celle qui résulte de la délibération de tous.
Les procédures délibératives sont conçues comme un moyen de promouvoir un échange public d’arguments entre des
individus intéressés par une même question.
Les promoteurs du modèle délibératif tablent sur le fait que les citoyens peuvent être éclairés par le débat. Il s'agit dès lors
de créer les conditions théoriques et pratiques d’un échange ouvert et informé.
Cyberdémocratie
La cyberdémocratie (ou e-démocratie) consiste en l'utilisation d'Internet pour développer la démocratie, en se servant
de sites web comme support des informations, des débats voire des processus de décisions démocratiques. La
cyberdémocratie cherche à répondre à l'idéal démocratique dans lequel tous les citoyens seraient des participants égaux
aux propositions, aux créations et à la mise en œuvre des lois.
La démocratie électronique a l'avantage de plaire à la jeunesse, et donc d'augmenter leur participation aux élections et
leurs prises de conscience politique. Avec l'augmentation constante du taux d'abstention chez les jeunes, la
cyberdémocratie et un système de vote électronique peuvent aider à renverser cette tendance.

Vous aimerez peut-être aussi