Vous êtes sur la page 1sur 154

Ministère de l'économie, du Contrat de services dans le

Plan, de l’aménagement du cadre des actions extérieures


territoire et de l’intégration de l’Union Européenne
financées par le Fed

Direction Générale de la Coordination, des


Programmes et Projets en Coopération République du Congo
Direction des Programmes
avec l’Union Européenne

Etude de faisabilité pour la réhabilitation du Port


de Brazzaville
Contrat n° EuropeAid/128245/D/SER/CG – Contrat de services n° 2010/246-039

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES


PARTICULIERES (CCTP)
- Travaux de réhabilitation du port de Brazzaville

Version 1

Octobre 2011
Egis International Erreur ! Il n'y a pas de texte répondant à ce style dans ce document.

Informations qualité du document


Informations générales

Auteur(s) Yvan Bruneau


Titre du projet Etude de réhabilitation du port de Brazzaville
Titre du document Cahier des Clauses Techniques Particulières
TRAVAUX DE REHABILITATION DU PORT DE BRAZZAVILLE
Date Octobre 2011
Référence COG090603X

Destinataires

Envoyé à :
Nom Organisme Envoyé le :
Monsieur Michel Elenga- Directeur Général, Remis en mains
Ekobo 1er Ordonnateur National Suppléant FED propres

Copie à :
Nom Organisme Envoyé le :

Historique modifications

Version Date Rédigé par Visé par :


Yvan Bruneau
François Xavier Gazagnes
V0 juillet 2011 Nicolas Liegeois Philippe Lemoine
Daniel Cieniewski
Frédéric Davanture
V1 Octobre 2011 idem Philippe Lemoine

Etude de faisabilité pour la réhabilitation du Port de Brazzaville Page 3


Version 1
Egis International Erreur ! Il n'y a pas de texte répondant à ce style dans ce document.

Etude de faisabilité pour la réhabilitation du Port de Brazzaville Page 4


Version 1
Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

REHABILITATION DU PORT DE BRAZZAVILLE

Travaux de génie civil

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES


PARTICULIERES (CCTP)

Octobre 2011

C.C.T.P. page 1/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

C.C.T.P. page 2/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

TABLE DES MATIERES


________

CHAPITRE 1. DISPOSITIONS GENERALES ET DESCRIPTION DES OUVRAGES ........ 7


Article 1.01 - OBJET DU MARCHE.............................................................................................. 7
Article 1.02 - CONSISTANCE DES TRAVAUX............................................................................ 8
Article 1.03 - VARIANTE .............................................................................................................. 9
Article 1.04 - DESCRIPTION DES TRAVAUX ............................................................................. 9
Article 1.05 - NORMES ET REGLEMENTS ............................................................................... 24
Article 1.06 - DONNEES ET HYPOTHESES.............................................................................. 27
Article 1.07 - HYPOTHESES RELATIVES AUX MATERIAUX .................................................. 29
Article 1.08 - VALEURS REPRESENTATIVES DES ACTIONS ................................................ 30
Article 1.09 - PRESENTATION DES NOTES DE CALCUL ....................................................... 33
Article 1.10 - PRESENTATION DES PLANS ............................................................................. 33
Article 1.11 - RESPONSABILITES DE L’ENTREPRENEUR..................................................... 33
Article 1.12 - SERVICES POUR L’INGENIEUR ......................................................................... 34
Article 1.13 - CONTRAINTES GENERALES DES TRAVAUX................................................... 35
Article 1.14 - CONTRAINTES PARTICULIERES DU SITE ET DU PROJET ............................ 40
Article 1.15 - CONDITONS DU CONTROLE DE L’EXECUTION (F 65 Chap. 2) ...................... 43
CHAPITRE 2. PROVENANCE ET QUALITE DES MATERIAUX ET PRODUITS ........... 48
Article 2.01 - GENERALITES ..................................................................................................... 48
Article 2.02 - PRESCRIPTIONS GENERALES .......................................................................... 48
Article 2.03 - MOUVEMENT DE TERRES.................................................................................. 50
Article 2.04 - REMBLAIS DE FOUILLE ET REMBLAIS CONTIGUS AUX OUVRAGES .......... 50
Article 2.05 - GEOTEXTILE ........................................................................................................ 50
Article 2.06 - ENROCHEMENTS ................................................................................................ 50
Article 2.07 - TUBES METALLIQUES........................................................................................ 51
Article 2.08 - REVETEMENT ANTI-CORROSION ..................................................................... 54
Article 2.09 - CHARPENTE METALLIQUE ................................................................................ 55
Article 2.10 - BADIGEON POUR PAREMENT ENTERRE......................................................... 57
Article 2.11 - BETONS ET MORTIERS HYDRAULIQUES ........................................................ 57
Article 2.12 - COFFRAGES ........................................................................................................ 68
Article 2.13 - ACIERS POUR BETON ARME............................................................................. 68
Article 2.14 - ELEMENTS DE STRUCTURE PREFABRIQUES EN BETON ARME ................. 69
Article 2.15 - DEFENSES D’ACCOSTAGE................................................................................ 70
Article 2.16 - BOLLARDS........................................................................................................... 70
Article 2.17 - ECHELLES DE QUAI............................................................................................ 70
Article 2.18 - TRAVAUX DE TRANCHEES POUR RESEAUX .................................................. 70

C.C.T.P. page 3/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Article 2.19 - MATERIAUX POUR RESEAUX D’EAU ET D’INCENDIE ET OUVRAGES


ASSOCIES .................................................................................................................................. 72
Article 2.20 - MATERIAUX POUR RESEAU D’EAUX USEES .................................................. 80
Article 2.21 - MATERIAUX POUR VOIES DE GRUES .............................................................. 82
Article 2.22 - TRAVAUX DE VOIES DE CHEMIN DE FER ........................................................ 87
Article 2.23 - TERRASSEMENTS ET REVETEMENTS ............................................................ 89
Article 2.24 - PERRES ................................................................................................................ 92
Article 2.25 - TRAVAUX ELECTRIQUES................................................................................... 92
Article 2.26 - MATERIAUX ET PRODUITS DIVERS.................................................................. 96
Article 2.27 - LIVRAISON ET RECEPTION DU MATERIEL ...................................................... 96
CHAPITRE 3. EXECUTION DES TRAVAUX.................................................................... 98
Article 3.01 - DOCUMENT A FOUNIR PAR L’ENTREPRISE.................................................... 98
Article 3.02 - ETUDES D’EXECUTION..................................................................................... 102
Article 3.03 - ETUDES D’EXECUTION DES RESEAUX.......................................................... 105
Article 3.04 - PROGRAMME D’EXECUTION DES TRAVAUX ................................................ 105
Article 3.05 - PROJET DES INSTALLATIONS DE CHANTIER............................................... 106
Article 3.06 - DOE : DOSSIER DES OUVRAGES EXECUTES ............................................... 106
Article 3.07 - SIGNALISATION DU CHANTIER....................................................................... 107
Article 3.08 - IMPLANTATION –PIQUETAGE ......................................................................... 107
Article 3.09 - ELIMINATION DES DECHETS........................................................................... 108
Article 3.10 - ECOULEMENT DES EAUX – EPUISEMENTS .................................................. 108
Article 3.11 - CAMPAGNE GEOTECHNIQUE.......................................................................... 108
Article 3.12 - REMBLAIEMENT................................................................................................ 111
Article 3.13 - RECONNAISSANCE DES STRUCTURES EXISTANTES DES QUAIS ............ 111
Article 3.14 - REALISATION DE PIEUX métalliques.............................................................. 112
Article 3.15 - PROTECTION PAR PEINTURE ......................................................................... 115
Article 3.16 - BADIGEON POUR PAREMENT ENTERRE....................................................... 116
Article 3.17 - COFFRAGES ...................................................................................................... 116
Article 3.18 - MISE EN OEUVRE DES ARMATURES POUR BETON ARME......................... 118
Article 3.19 - MISE EN OEUVRE DES BETONS ..................................................................... 119
ARTICLE 3.20 - FABRICATION ET MISE EN OEUVRE D’ELEMENTS PREFABRIQUES (F 65 –
CHAP 9) ..................................................................................................................................... 124
Article 3.21 - LIAISON EN CERTAINES PARTIES D’OUVRAGES EN BETON ..................... 125
Article 3.22 - TRAVAUX DE REHABILITATION DU BETON ARME (QUAI CERETTI, QUAI
LOURD ET QUAI AMONT) ....................................................................................................... 126
Article 3.23 - IMPLANTATION ET POSE DES EQUIPEMENTS ............................................. 127
Article 3.24 - IMPLANTATION ET POSE DES EQUIPEMENTS ............................................. 127
Article 3.25 - EXECUTION DES TRAVAUX D’ENROCHEMENT ............................................ 127

C.C.T.P. page 4/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Article 3.26 - GEOTEXTILES.................................................................................................... 128


Article 3.27 - FOUILLES EN TRANCHEE ................................................................................ 129
Article 3.28 - REMBLAIEMENT DES TRANCHEES ................................................................ 131
Article 3.29 - TOLERANCES FINALES – ACHEVEMENT DES OUVRAGES ........................ 132
Article 3.30 - EXECUTION DES OUVRAGES HYDRAULIQUES ............................................ 132
Article 3.31 - EXECUTION DES TRAVAUX DE VOIES DE GRUES ....................................... 137
Article 3.32 - EXECUTION DES TRAVAUX DE REVETEMENT ............................................. 138
Article 3.33 - EXECUTION DES TRAVAUX DE REHABILITATION DE PERRE MAÇONNE. 140
Article 3.34 - TRAVAUX ELECTRIQUES................................................................................. 140
CHAPITRE 4. CONTROLES ET ESSAIS AVANT RECEPTION .................................... 143
Article 4.01 - CONTROLE DES RESEAUX HUMIDES ET CANIVEAUX ................................ 143
Article 4.02 - CONTROLES ET ESSAIS DES EQUIPEMENTS............................................... 144
Article 4.03 - NETTOYAGE ET DESINFECTION DES CONDUITES ...................................... 148
Article 4.04 - CONTROLE ET ESSAI D’ETANCHEITE DES OUVRAGE HYDRAULIQUE..... 148

C.C.T.P. page 5/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

C.C.T.P. page 6/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

CHAPITRE 1.

DISPOSITIONS GENERALES
ET DESCRIPTION DES OUVRAGES

ARTICLE 1.01 - OBJET DU MARCHE


Le présent C.C.T.P. définit les prescriptions et les spécifications techniques relatives à la réhabilitation du
port de Brazzaville.
Les travaux concerneront :
 Le port fluvial
 Le port de Yoro
 Le port passagers
Les travaux sont présentés sommairement ci-après :

POUR LE PORT PUBLIC


 Les travaux sur les quais :
o Réhabilitation du quai Ceretti (longueur 360 m) et remplacement des rails de grue de 6
tonnes aux endroits ou cela est nécessaire (à définir conjointement avec l’Ingénieur après
inspection détaillée)
o Construction d’un quai lourd sur pieux pour grues de 40 t à l’emplacement du quai Wellman
(longueur 69 m)
o Réhabilitation du quai lourd et construction de voies de grues pour grues de 40t (150 m)
o Réhabilitation du quai amont en palplanches (longueur 196 m)

 La construction de deux blocs sanitaires à l’intérieur du port


 Les travaux sur les réseaux :
o La réhabilitation du réseau de drainage des eaux pluviales
o La construction d’un réseau d’assainissement pour les blocs sanitaires à construire
o La reconstruction d’un réseau incendie
o La reconstruction du réseau d’eau potable
o L’amélioration de l’éclairage des terre-pleins par l’installation de nouveaux mats d’éclairage
o La construction d’un réseau d’alimentation et distribution de l’électricité aux nouveaux
équipements qui seront mis en œuvre dans le cadre du projet : Deux grues de 40 tonnes,
nouveaux mats d’éclairage.
o La réhabilitation du système électrique d’alimentation des grues de 30 tonnes comprenant la
mise en œuvre de nouveaux câbles entre la sous-station d’alimentation existante et la fosse
d’alimentation électrique.
o L’adaptation du réseau électrique d’alimentation de 2 ou 3 grues de 6 tonnes.
o La reconstruction et l’amélioration du réseau de voie ferrée à l’intérieur du port. Une seule
voie en bord à quai sera conservée pour permettre le transbordement direct wagon-barge
de colis lourds

C.C.T.P. page 7/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 La reprise intégrale des terre-pleins avec exécution du cops de chaussée et du revêtement du type
pavés béton
 L’amélioration de la clôture du port
 La réhabilitation de la structure du poste pétrolier

POUR LE TERMINAL PASSAGERS :


 La réhabilitation des perrés
 La réparation et l’élargissement de la rampe Ro-Ro
 Le revêtement des terre-pleins
 La vérification des caissons du ponton flottant

POUR LE PORT DE YORO


 Le Nettoyage de la zone portuaire
 La construction d’un hangar de 30 m x 15 m comprenant :
o Une partie couverte mais ouverte sur les cotés destinée au stockage temporaire des
marchandises déchargées des embarcations
o Trois pièces fermées (destinées aux associations)
o De l’éclairage, des points d’eau
 Un revêtement léger sera mis en œuvre autour du hangar
 La construction d’un bloc sanitaire
 La construction d’une nouvelle guérite à proximité de l’entrée située le long de la route d’accès

Le marché inclut tous les travaux nécessaires au parfait achèvement des ouvrages tels que définis dans le
dossier de plans et dans le présent C.C.T.P.

ARTICLE 1.02 - CONSISTANCE DES TRAVAUX


L'Entrepreneur devra réaliser tous les travaux indispensables au parfait achèvement des ouvrages, quand
bien même ils ne seraient pas expressément mentionnés dans son offre, dès lors qu'ils sont nécessaires au
travail requis dans les règles de l'art.
En conséquence, l'Entrepreneur ne pourra jamais arguer que des erreurs ou omissions aux plans et devis,
ou discordance entre les documents prévus le dispensent d'exécuter les travaux sans faire l'objet d'une
demande de supplément de prix étant entendu qu'il s'est personnellement rendu compte des travaux à
exécuter, de leur importance, de leur nature, et qu'il aura suppléé par ses connaissances professionnelles,
aux détails qui auraient pu être omis dans le présent C.C.T.P. et ses annexes et dans le carnet de plans.

1.02.1 - Travaux non compris dans l’Entreprise


Les travaux suivants ne sont pas compris dans l’Entreprise et sont à la charge du Maître d’Ouvrage :
 la mise à disposition des emprises de travaux,
 la mise à disposition des zones d’installation de chantier.

1.02.2 - Travaux compris dans l’Entreprise


Tous les travaux autres que ceux énumérés dans les travaux non compris sont à la charge de l’Entreprise.
L’ensemble des travaux à mener sont décrits dans le C.C.T.P. et les plans indicatifs du présent dossier.
Les travaux objets du présent projet comprendront notamment :

C.C.T.P. page 8/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 les installations générales de chantier et leur fonctionnement durant toute la durée des travaux
(installations de chantier, raccordements aux divers réseaux pour les besoins du chantier, frais de
fonctionnement, abonnements, etc.) y compris les bureaux de l’Ingénieur
 l’installation d’une aire de stockage provisoire pour les matériaux mis en œuvre dans le cadre du
marché,
 l’installation d’une aire de stockage provisoire pour les déblais faisant l’objet d’un réemploi dans le
cadre du marché,
 les reconnaissances détaillées des ouvrages à réhabiliter (structures de quais, réseaux, etc.)
 l’installation d’une aire de préfabrication,
 l’amenée et le repli de tous les matériels terrestres ou nautiques nécessaires pour la réalisation des
travaux quels que soient le nombre de phases et d’interventions.
 l'établissement des études d’exécution des ouvrages provisoires ou définitifs et des réseaux divers
(notes de calculs et plans) et de tout mémoire technique (P.A.Q., P.P.S.P.S., …) relatif aux
méthodes et aux produits utilisés pour l'exécution des ouvrages, y compris toutes sujétions liées à
l’approbation du Maître d’Œuvre et aux éventuelles reprises,
 les implantations générales et particulières du chantier et des ouvrages,
 la coordination entre les différentes parties techniques (Génie Civil, réseaux, terrassements …) et
entre les sous-traitants spécifiques (contrôles, etc.),
 la reconnaissance des réseaux existants,
 les protections, accès, gardiennage et clôtures le long du chantier pour la réalisation des travaux,
 la fourniture, la mise en place, l’entretien et la dépose de la signalisation nécessaire pendant toute la
durée du chantier,
 la maintenance de la viabilité des voies d’accès y compris le nettoyage des voies publiques
empruntées pendant la durée des travaux,
 les accès aux travaux et les plateformes de travail et leur entretien quel que soient le nombre de
phases et le nombre d’interventions en fonction des contraintes liées au site,
 l’exploitation en sécurité des accès du chantier, les dispositifs de protection des ouvrages, des
voiries et des tiers,
Ainsi que :
 L’ensemble des travaux présentés en détail dans le chapitre donnant la description des travaux et
figurant dans le dossier de plans

ARTICLE 1.03 - VARIANTE


L’Entreprise pourra proposer une variante dérogeant aux dispositions du présent Cahier des Clauses
Techniques Particulières pour ce qui concerne la structure des voies de roulement sur pieux et la structure
du nouveau quai Wellman ou des défenses d’accostage dans la mesure où :
- les hypothèses du présent C.C.T.P. sont respectées,
- la géométrie des quais (magistrale, profondeur en pied de quai, espacement entre voies de
roulement...) soir respectée
Toute variante n’étant pas justifiée par une note de calcul et explicitée par des plans de principe sera
écartée.

ARTICLE 1.04 - DESCRIPTION DES TRAVAUX


1.04.1 - Dossier de plans
Les coupes types sur ouvrages sont présentées dans le dossier de plans joint au présent C.C.T.P. (Pièce
n°7).

C.C.T.P. page 9/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

1.04.2 - Travaux préparatoires


Ces travaux consistent à réaliser les travaux suivants :
 les reconnaissances de l’ensemble des réseaux sur les sites d’installations de chantier, et sur les
itinéraires empruntés, et leur protection,
 une reconnaissance géotechnique permettant de déterminer :
o la portance des pieux
o un module de réaction de sol par couche de sol pour valider le comportement horizontal des
structures sur pieux
o des essais en laboratoire du sol déterminant l’angle de frottement et la cohésion du sol pour
valider la stabilité au grand glissement du talus (pente 2/3) du quai Wellman
 la reconnaissance des structures existantes du quai selon les prescriptions du présent CCTP.
 les accès à la zone de travaux, et aux zones d’installations de chantier, l’entretien de ces accès et leur
remise en état en fin de chantier,
 le nettoyage des zones d’installation de chantier. Les détritus seront envoyés à la décharge,
 la réalisation et l’entretien des installations de chantier
 les clôtures du chantier et de ses installations,
 la signalisation aquatique et terrestre,
 l’aménagement d’une aire pour le stockage provisoire des matériaux mis en œuvre dans le cadre du
présent marché,
 l’aménagement d’une aire pour le stockage provisoire des déblais extraits le cadre du présent marché,
 l’aménagement d’une aire de préfabrication,
 la mise en œuvre d’un barrage anti-pollution pour toutes les opérations en contact avec l’eau,
 l’aménagement d’une aire de ressuyage pour les déblais de terrain extraits sous eau,
 les ouvrages de récupération et de traitement avant rejet des eaux de ressuyage.

1.04.3 - Campagne de reconnaissance géotechnique

Une campagne de reconnaissance géotechnique a été réalisée dans le cadre des études du projet.
Une nouvelle campagne plus complète sera à réaliser dans le cadre du marché (cf. liste des travaux
préparatoires ci-dessus).
Des sondages carottés seront réalisés :
 Sur l’axe des nouvelles lignes de pieu à construire le long du quai lourd pour les grues de 30 tonnes
 Sur l’emprise du nouveau quai Wellman qui recevra les grues de 40 tonnes
 Sous l’emprise de la bâche à eau pour le réseau à incendie
 Sous l’emprise des deux blocs sanitaires
 Sur les terre-pleins à reconstruire (surtout le terre-plein à grumes)
Des essais à la plaque seront réalisés sur l’ensemble du terre-plein portuaire
Des essais de laboratoire seront effectués sur les échantillons de sol prélevés lors des essais
Un rapport de présentation des résultats sera établit.
Ce rapport apportera notamment les éléments décisifs concernant :
o la portance des pieux

C.C.T.P. page 10/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

o un module de réaction de sol par couche de sol pour valider le comportement horizontal des
structures sur pieux
o des essais en laboratoire du sol déterminant l’angle de frottement et la cohésion du sol pour
valider la stabilité au grand glissement du talus (pente 2/3) du quai Wellman
o le dimensionnement du revêtement du terre-plein
o tous les éléments géotechniques qui pourraient s’avérer nécessaires dans le cadre de ce projet

Ce rapport sera présenté à l’approbation du Maître d’Œuvre et sera utilisé par l’Entreprise dans le cadre de
la préparation de son dossier d’exécution des ouvrages.

1.04.4 - Réhabilitation du quai Ceretti (longueur 360 m)


Les travaux comprennent :
 Les travaux de réhabilitation de la poutre bord à quai, des poutres et de la sous face de la dalle du quai
existant : décapage et curage, passivation des aciers, scellement d’aciers, ragréage,
 Les travaux de réhabilitation des pieux bétons du quai existant : décapage et curage, passivation des
aciers, scellement d’aciers, ragréage,
 la mise en place de défenses en bois tous les 3,95 m composé de 2 poutres en bois imputrescible de
type azobé (dimension 25x25 cm) fixés sur les pieux ou sur la palplanche.
 Le remplacement des rails de grue de 6 tonnes dans les zones où l’utilisation des rails actuels n’est plus
possible (sur la base de la reconnaissance détaillée à effectuer en début de travaux).

1.04.5 - Construction d’un quai lourd sur pieux pour grues de 40 t à


l’emplacement du quai Wellman (longueur 69 m)
Les travaux comprennent :
 la démolition du quai existant et l’évacuation des matériaux détruits,
 les terrassements et la réalisation d’un talus de pente 2/3 avec une protection en enrochement de 1 m
d’épaisseur et un filtre en géotextile,
 la construction d’une nouvelle structure de quai sur pieux composée :
o 4 files de 18 pieux (espacées de 4m) de diamètre 1016 mm (épaisseur 20 mm) ancrés à -18 m de
profondeur et encastrés de 3 diamètres dans le substratum de grès,
o 38 poutres béton transversales de dimensions 120x100 cm,
o Une poutre béton longitudinale bord à quai de dimension 100x80 cm,
o 2 poutres béton longitudinales sous rail de grue de dimension 80x80 cm,
o 2 poutres béton longitudinales de 60 x80 cm,
o Une dalle béton de 40 cm d’épaisseur avec une surépaisseur localisée de 20 cm sous les rails de la
voie de chemin de fer,
- la mise en place de défenses en bois tous les 3,95 m composé de 2 poutres en bois imputrescible de type
azobé (dimension 25x25 cm) fixés sur les pieux,

- la mise en place de bollard de 20 t tous les 16 m sur la poutre bord à quai,

- la mise en place d’une échelle métallique de secours au milieu du quai Wellman.

C.C.T.P. page 11/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

1.04.6 - Réhabilitation du quai lourd et construction de voies de grues pour


grues de 40t (150 m)
Pour reprendre les charges des nouvelles grues de 40 T, une nouvelle structure sur pieux est à réaliser.
Cette structure comprend les éléments suivants :

 Une file de 39 pieux ancrés de 3 diamètres dans le grès, supportant la poutre sous la voie de circulation
côté fleuve. Les nouveaux pieux métalliques Ø813 (épaisseur 16 mm) de cette file seront réalisés en
perçant au droit de chaque nouvelle file de pieux la dalle qui forme le caisson du quai. La poutre sous la
voie de circulation avant sera réalisée dans le caisson existant sans liaison avec celui-ci.
 Une file de 39 pieux de diamètre 813 mm (épaisseur 16mm) ancrés de 3 diamètres dans le grès,
supportant la poutre sous la voie de circulation arrière.
 2 poutres longitudinales de (dimensions : 120 cm x 90 cm) encastrées sur le pieux et désolidarisés du
caisson existant
La nouvelle structure sera indépendante de la structure existante afin que les efforts d’accostage repris par
la structure existante ne soient pas transférés à la nouvelle structure.
Pour rendre indépendant la nouvelle structure de la structure existante, des joints sont à prévoir. Ceux-ci
seront recouverts par des couvre-joints métalliques.
Les travaux comprennent aussi :
 Les cavités visibles et zone d’effondrements sous la structure existante du quai sur pieux seront
stabilisés à l’avant par un béton maigre avec une pente de 60° maxi. De plus dans les zones de vides
visible, il sera injecté du béton maigre.
 Les travaux de réhabilitation de la poutre bord à quai, des poutres et de la sous-face de la dalle du quai
existant : décapage et curage, passivation des aciers, scellement d’aciers, ragréage.
 La fermeture des trous de palplanches par des plats métalliques,
 Le traitement de la face avant des palplanches, des pieux par un revêtement anti-corrosion entre les
poutres de couronnement et le niveau des plus basses eaux.
 La mise en place de défenses en bois tous les 3,95 m composé de 2 poutres en bois imputrescible de
type azobé (dimension 25x25 cm) fixés sur les pieux ou sur la palplanche.
L’actuelle voie avant de grue de 30 tonnes sera réhabilitée. La réhabilitation de la voie avant pour grue de 30
tonnes consistera en :
 La dépose l’actuel rail double de 46 kg/m et des systèmes de fixation de ce rail à la poutre en béton
armé
 Le recépage de la partie supérieure de la poutre pour atteindre le béton sain
 La mise en œuvre d’un ferraillage qui sera scellé dans le béton de la poutre
 Le coulage du béton jusqu’à une cote inférieure à quelques centimètres à celle de la platine du rail
 A noter que le béton armé reconstruit en tête de poutre pourra avoir une largeur supérieure à l’actuelle
poutre si l’enrobage latéral de béton armé ne s’avère pas suffisant pour la résistance des tiges
d’ancrages de la platine.
 La fixation des tiges d’ancrage,
 La pose d’un rail simple de type GCR108 fixé sur platine avec clips en remplacement du rail double de
46 kg
 La mise en œuvre d’un mortier de calage sous le rail et sur les bords de celui-ci.

1.04.7 - Réhabilitation du quai amont en palplanches (longueur 196 m)


Les travaux comprennent :
 Les travaux de réhabilitation de la poutre de couronnement du quai existant : décapage et curage,
passivation des aciers, scellement d’aciers, ragréage,

C.C.T.P. page 12/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 La fermeture des trous de palplanches par des plats métalliques,


 Le traitement de la face avant des palplanches par un revêtement anti-corrosion entre la poutre de
couronnement et le niveau des plus basses eaux,
 La mise en place de défenses en bois tous les 3,95 m composé de 2 poutres en bois imputrescible de
type azobé (dimension 25x25 cm) fixés sur la palplanche.

1.04.8 - Réhabilitation du poste pétrolier


Les travaux comprennent :
 Les travaux de réhabilitation de la poutre de couronnement, des poutres et de la sous face de la dalle du
poste pétrolier : décapage et curage, passivation des aciers, scellement d’aciers, ragréage,
 Les travaux de réhabilitation des pieux du poste pétrolier : décapage et curage, passivation des aciers,
scellement d’aciers, ragréage,
 La mise en place de 2 défenses en bois composé de 2 poutres en bois imputrescible de type azobé
(dimension 25x25 cm) fixés sur l’ouvrage,

1.04.9 - La construction de deux blocs sanitaires à l’intérieur du port

1.04.9.1 - Dispositions générales


Le bâtiment qu'il est prévu de construire a pour dimensions extérieures 6,30x 4,65m. et une hauteur libre
sous plafond de 2,50m.
Il comporte :
 6 WC
 6 urinoirs
 2 lave-mains

1.04.9.2 - Mode général de construction


Le projet comporte les plans ci-après :
 Vue en plan
 Elévations
Le mode général de construction comporte :
 les fondations, semelles de fondations, poteaux, longrines périphériques de soutien des murs
 les dalles en béton armé (plancher et toiture)
 les éléments porteurs verticaux constitués par des poteaux en béton armé
 les maçonneries en agglomérés de béton creux ou pleins.
 l’étanchéité et l’isolation thermique de la toiture
 les travaux intérieurs tous corps d’état

1.04.9.3 - Surcharges
Les surcharges à prendre en compte pour les calculs des différents ouvrages sont les suivantes :
 Plancher rez-de-chaussée : 250 kg/m²
 Toit : 250 kg/m²2

C.C.T.P. page 13/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 Vent : 160 km/h suivant NV 65


 Force portante du sol : 15t/m² (à vérifier par l’Entrepreneur)

1.04.9.4 - Fondations
Les fouilles pour fondations seront creusées à partir du niveau du terre-plein à l’emplacement du bâtiment.
Le bâtiment sera fondé sur des semelles et longrines en béton armé sur pieux ou puits également en béton
armé. Les fondations des poteaux, les longrines et les massifs de fondation, en béton armé dosé à 350 kg
reposeront sur un béton de propreté de 0,10m d’épaisseur coulé en fond de fouilles.

1.04.9.5 - Structure
L’ossature sera en béton armé avec remplissage en agglomérés pleins ou creux. Tous les éléments de
l’ossature principale seront en béton armé dosé à 350 kg.
Le plancher sera soit en dalle pleine de béton armé soit en corps creux sur poutrelles en béton armé et
dalles de compression laissant un vide sanitaire de 0,30m au minimum.
Le cloisonnement intérieur sera constitué de carreaux de plâtre de 0,10m d’épaisseur.

1.04.9.6 - Couverture
La couverture sera constituée par une dalle en béton armé avec débord de 1,50m sur les 4 cotés et
bandeau périphérique de 0,40m de hauteur.
Elle sera prévue avec relevés sur acrotère, béton de pente, étanchéité multicouche avec protection par
gravillons roulés, ventilations. Une isolation thermique sera prévue.

1.04.9.7 - Evacuation des eaux pluviales


Les eaux de pluie sont récupérées en terrasse dans des moignons tronconiques en plomb avec platine, le
moignon dépassant d’au moins 0,2 sous la dalle. Ces eaux sont ensuite évacuées par une descente en PVC
Ø 150 posées sur colliers avec dauphin de protection en partie basse, de 1,50m de hauteur, en fonte ou en
acier galvanisé ; puis elles seront dirigées par une conduite Ø 400 vers le réseau d'assainissement principal.
Des barbacanes en PVC de diamètre 80 mm seront installées dans l’acrotère au-dessus de chaque
moignon, à 5 cm au-dessus du niveau de la terrasse.
Les ventilations d’appareils sanitaires seront également raccordées à l’étanchéité par des platines et des
moignons. Une manchette en plomb avec collier de serrage sur la ventilation assurera l’étanchéité entre
tuyau et moignon.

1.04.9.8 - Evacuation des eaux usées - eaux vannes


Il est prévu des chutes séparatives pour les eaux usées et les eaux vannes.
L'écoulement des eaux vannes des WC et urinoirs se fera vers une fosse septique calculée pour 30
personnes à construire à l'extérieur du bâtiment. Ces eaux seront collectées dans une canalisation en PVC
puis dirigés vers le regard d’entrée de la fosse septique. Elles sont ensuite évacuées par une conduite Ø
400 vers un lit d’épandage.
Les eaux usées en provenance des lavabos sont collectées à la sortie de chaque appareil dans une
canalisation en PVC, dirigées vers un regard dégraisseur puis vers le regard de sortie de la fosse septique.
En horizontale jusqu’à la sortie du bâtiment, les tuyaux seront en PVC. Au-delà, ils seront en béton de
diamètre approprié.

1.04.9.9 - Alimentation en eau potable


Un piquetage sera prévu sur le réseau principal. Il servira à alimenter les appareils sanitaires. Les travaux
comprennent la fourniture et la mise en place des canalisations à l'intérieur du bâtiment depuis le point de
piquage.

C.C.T.P. page 14/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Il sera notamment prévu :


 1 compteur général avec robinet d'arrêt pour l’ensemble du bâtiment
 l’alimentation des appareils sanitaires

1.04.9.10 - Menuiserie métallique


Les menuiseries extérieures (portes et fenêtres) seront en aluminium anodisé :
 6 châssis type Naco de 1,20 x 0,50 m
 1 porte extérieure de 0,80 x 2,10m

1.04.9.11 - Menuiserie en bois


 6 portes 0,70 x 2,10m pour les WC

1.04.9.12 - Revêtement des sols et murs


Sols
 carreaux de grès cérame fin vitrifié 250 x 250 x8mm anti-dérapant et plinthes de 200 x 100 x 8mm
Murs
Seront enduits et peints tous les murs, poteaux, en façade et à l’intérieur du bâtiment.
 peinture glycérophtalique brillante sur murs et plafonds des sanitaires au-dessus de 2,10m
 peinture acrylique à la pliolite sur toutes les façades
Les murs des blocs sanitaires recevront des carreaux de faïence 150 x 150 sur 2,10m de hauteur.

1.04.9.13 - Equipement des blocs sanitaires


Il sera prévu :
 6 WC
 6 urinoirs
 2 lave-mains
 1 robinet de puisage

1.04.9.14 - Eclairage
L'éclairage des locaux sera assuré au moyen de luminaires étanches équipés d'optiques à haut rendement
lumineux et de lampes fluorescentes. L'éclairement moyen sera de l'ordre de 50 lux à la mise en service.
Eclairage intérieur
L'éclairage sera réalisé au moyen de luminaires de la gamme Gondola 200 de PHILIPS équipés d'une
lampe 18 w ou équivalent avec allumage instantané (lampes à incandescence, halogène ou fluo compacte
électronique)
L'éclairage sera commandé à partir d'interrupteurs situés à l'entrée du local.

Eclairage extérieur
L'éclairage extérieur en façade et en pignon sera réalisé au moyen de luminaires Gondola 200 de PHILIPS
ou équivalent équipés de lampes 18 w
Prises de courant
2 prises de courant

C.C.T.P. page 15/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les appareillages seront de marque LEGRAND, gamme Plexo 45 ou équivalent.

SANITAIRES luminaire prise interrupt.


Gondola 220V
200
10/16 A
local 8 2 7
extérieur 3 1
Total 11 2 8

Equipement électrique du bloc sanitaire

1.04.10 - La réhabilitation du réseau de drainage des eaux pluviales


Les travaux objets du présent point consistent notamment en :

 La dépose des anciens caniveaux et fossés sur la longueur du port de Brazzaville ;

 Le terrassement et la réalisation des nouveaux caniveaux en béton armés coulés en place, y


compris la réalisation et la mise en place des dalles ajourées;

 La reconstruction des regards de connexion entre les nouveaux caniveaux et les conduites
exutoires.

1.04.11 - La construction d’un réseau incendie

Les travaux objets du présent point consistent notamment en :

 La réalisation de la bâche de surpression ainsi que la fourniture et mise en place de son équipement
tel que défini sur les plans ;

 La fourniture et mise en place du groupe électrogène de secours du système de surpression, ainsi


que la réalisation de l’abri et des prestations associées;

 La fourniture et mise en place du réseau de canalisation incendie ;

 La fourniture et la mise en place de tous les équipements du réseau de canalisation incendie (point
haut, point bas, vannes de sectionnement…) ;

 La fourniture et la mise en place des bouches incendies.

1.04.12 - La construction du réseau d’eau potable


Les travaux objets du présent point consistent notamment en :

 La fourniture et la mise en place du réseau de distribution d’eau potable raccordant les sanitaires, le
réservoir incendie et un hangar de stockage ;

 La fourniture et la mise en place de tous les équipements associés.

C.C.T.P. page 16/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

1.04.13 - Travaux d’éclairage des terre-pleins

1.04.13.1 - Description générale


L’éclairage du port assuré par des mats de 20 m sera complété par l’installation de mats de 35 mètres de
haut.
La position des Mâts de 35 m figurant dans le dossier de plans est à prendre en compte pour le calcul de
l’éclairement qui sera à réaliser par l’entrepreneur.
Les mâts M1 – M2 – M3 – M4 auront une hauteur de 35m pour assurer l’éclairage sur les zones
d’entreposage.
Pour le calcul 2 zones sont considérées:

Zone 1 – Mâts M1 – M2 – M3
Les Mâts seront à couronne mobile et équipés comme suit
 Mât M1 – 8 Projecteurs MHN-LA 2000W/842 – 400V
 Mât M2 – 6 Projecteurs MHN-LA 2000W/842 – 400V
 Mât M3 – 7 Projecteurs MHN-LA 2000W/842 – 400V
Zone 2 – Mâts M3 – M4
Les Mâts seront à couronne mobile et équipés comme suit :
 Mât M3 – 7 Projecteurs MHN-LA 2000W/842 – 400V
 Mât M4 – 8 Projecteurs MHN-LA 2000W/842 – 400V

Une armoire de commande sera placée en pieds de Mât, l’allumage sera réalisé par cellules.
En Armoire un commutateur pourra assurer une marche forcée pour permettre d’assurer la maintenance.
Dans le cadre de la préparation du dossier d’exécution, l’entrepreneur réalisera une étude d’éclairement de
façon à déterminer précisément la position et l’orientation de chaque projecteur sur la couronne.

1.04.13.2 - Signalisation
La proximité de l’Aéroport impose le respect de l’application des règles au niveau du balisage des
obstacles à la navigation aérienne, règles définies par l’organisation Civile Internationale (OACI) annexe 14
du Volume 3éme Edition de juillet 1999. Ces feux d’obstacles à basse intensité à Leeds BA15 seront fixés à
une hauteur comprise entre 1,5 et 3 mètres au dessus du sommet.
Ces feux seront alimentés depuis un boîtier de connexions comprenant un interrupteur crépusculaire. En
fonction des Directives qui s’appliquent au niveau du site, l’installation de feux doubles, fonctionnant en
redondance (maître/esclave) et en mode fonctionnement encouru peut être envisagé.
Ces feux pourront être de marque THORN, LOZAC, OBSTA etc.
L’entrepreneur s’assurera que ces règles s’appliquent à l’ensemble des Mâts de hauteur 35 mètres et à
l’existant.

1.04.13.3 - Eclairage par mâts existants


Les projecteurs existant seront à déposer et remplacés par 8 projecteurs confort vision avec 1SON –
1000W inclinaison 60°.
Une vérification des organes de protection et de la section des câbles d’alimentation de cet éclairage est à
effectuer pour s’assurer de leur compatibilité avec les nouveaux projecteurs.

C.C.T.P. page 17/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

1.04.14 - Réseau d’alimentation et de distribution de l’électricité


Les travaux concernant le réseau d’alimentation électrique du port de Brazzaville comprendront :
 La construction d’une sous-station à proximité de la sous-station électrique amont destinée à
l’alimentation des nouveaux équipements mis en œuvre dans le cadre du projet (grues de 40 tonnes)
 La reconstruction complète de la ligne d’alimentation électrique des grues de 30 tonnes (entre la sous-
station amont existante et la fosse électrique d’alimentation des grues de 30 tonnes à reconstruire par
ailleurs)
 La construction de la ligne d’alimentation des grues de 40 tonnes entre la nouvelle sous-station et la
fosse électrique d’alimentation des grues de 40 tonnes à construire par ailleurs.
 La construction des lignes d’alimentation électrique entre les nouveaux mats d’éclairage, les pompes de
la bâche à eau du réseau incendie et la sous station existante.
 La fourniture et l’installation des équipements électriques requis pour l’alimentation des nouveaux mats
d’éclairage et des pompes incendie dans la sous-station amont existante.
 L’adaptation du système d’alimentation électrique existant pour l’alimentation de 2 ou 3 grues de 6
tonnes neuves.
 La construction de nouveaux mats d’éclairage

1.04.14.1 - Réhabilitation du réseau d’alimentation électrique des grues de 30 tonnes


Les travaux comprennent la dépose de la ligne d’alimentation électrique existante des grues de 30 tonnes et
la construction d’une ligne neuve entre la sous-station existante et la fosse électrique d’alimentation des
grues de 30 tonnes située le long de la voie de roulement.
Deux nouveaux câbles seront installés dans de nouveaux fourreaux. Ces câbles relieront la sous-station
amont existante à la fosse d’alimentation électrique des grues de 30 tonnes qui sera reconstruite à
l’emplacement même de la fosse existante, selon les dimensions indiquées dans le dossier de plans. L’axe
du nouveau caniveau à câbles sera le même que le caniveau à câbles existant. Sa distance vis à vis du rail
arrière de la grue de 30 tonnes sera vérifiée sur le terrain par l’Entrepreneur.
Eléments à prendre en compte pour le dimensionnement des câbles d’alimentation :
 Tensions : 410 V ( grues 30 t)
 Base de la puissance transmise : 130 KW . Cette puissance correspond aux mouvements L + O + R
Les longueurs prise en compte pour le calcul des câbles sont les suivantes. Ces longueurs seront à vérifier
par l’Entrepreneurs dans le cadre de la préparation de son dossier d’exécution :
 Poste – Fosse centrale des Grues de 30T : 320m
 Fosse centrale – Grues de 30T : 120m
Longueur totale prise en compte pour le calcul : 440m
L’alimentation en 410V de chaque Grue sera réalisée par un câble U1000R2V protégé par un fourreau
janoléne de Ø110 mm.
 Conducteur de Phase : 2 câbles 1 x 150²
 Conducteur PE :1 câble 16² Cuivre nu
La fourniture et la pose des fosses de tirage, ces fosses seront implantées tous 90m et à chaque
changement de direction.

1.04.14.2 - Aménagement du poste d’alimentation existant


Les travaux d’aménagement à l’intérieur du poste d’alimentation amont existant auront pour objet :
 D’adapter le système d’alimentation des grues de 30 tonnes afin de le rendre compatible avec les
nouveaux câbles d’alimentation des grues de 30 tonnes qui seront installés.

C.C.T.P. page 18/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 De fournir et mettre en œuvre les équipements et réaliser les travaux de génie civil nécessaire à
l’alimentation électrique des nouveaux mats d’éclairage et l’alimentation des pompes électriques du
réseau incendie.
Les travaux d’aménagement à l’intérieur du poste électrique existant consisteront donc en :
 La dépose des 2 disjoncteurs existants alimentant les grues de 30 tonnes
 La fourniture et la pose de 1 armoire Prisma P hauteur 2050 – largeur 650 Profondeur 400
équipée comme suit :
- 2 Disjoncteurs NSX400F - 320A Micrologic 1.3M pour l’alimentation des Grues de 30T.
- les disjoncteurs nécessaires aux protections des transformateurs.
- 4 disjoncteurs C60L – 4P pour l’alimentation des nouveaux mâts d’éclairage.
En séparé, la fourniture et la pose de 1 armoire de compensation d’énergie Automatique d’environ 100
KVAR de dimensions H= 800 mm L= 500 P=275

Le réseau incendie est doté de 3 pompes d’une puissance de 30 KW.


L’alimentation de ces pompes est réalisée depuis le nouveau T.G.B.T situé dans le poste Amont.
Un disjoncteur du type NSX250F – 4P – Micrologic 2.2 équipé d’un Vigi MH assurera la protection des
câbles d’alimentation des pompes incendie qui auront une section de :
 Câble RO2V Cuivre 2 x (1x150²) par phase.
 Câble RO2V Cuivre 2 x (1x150²) pour le Neutre.
 Câble 1 x 16² pour le conducteur PE.

Pour le calcul, il sera considéré que le démarrage des pompes est réalisé par l’intermédiaire de démarreurs
progressifs implantés dans l’armoire de commande installée dans le périmètre d’implantation des pompes.
Un contacteur de shuntage de chaque démarreur sera également prévu dans l’armoire.

1.04.14.3 - Aménagement du nouveau poste d’alimentation des grues de 40 tonnes


Un nouveau poste électrique situé en amont du port à proximité du poste amont existant sera construit. Ce
poste alimentera les deux nouvelles grues de 40 tonnes.
Les éléments à prendre en compte pour le dimensionnement des câbles d’alimentation de ces grues : Par
Grue de 40 tonnes - base de la puissance transmise : 1.000 kVA – tension 5,5 kV
Les travaux d’aménagement électriques à l’intérieur du nouveau poste à construire consisteront en la
fourniture et la pose de :
 1 Cellule d’arrivée IM
 1 Cellule CM
 1 Cellule DM2
 2 Cellules QM
 2 Transfos 1 250kVA – 20kV / 5,5kV
Les schémas unifilaires du poste existant n’existent pas. Les équipements définis ci-dessus pourront donc
être complétés et modifiés au besoin par l’Entrepreneur sur la base de la reconnaissance détaillée des
installations à effectuer au début des travaux, notamment en ce qui concerne les équipements N/S et les
connexions au groupe GE 1 200kVA existant.
Pour être associées, les cellules doivent être du même type que les cellules du poste existant.

C.C.T.P. page 19/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

1.04.14.4 - Construction du réseau d’alimentation des grues de 40T


Les travaux comprennent la construction du réseau d’alimentation des grues de 40 tonnes consistant en la
fourniture et la pose de 2 lignes d’alimentation électrique en enterré
Les longueurs à prendre en compte pour le calcul du câble sont (Ces longueurs seront à vérifier par
l’Entrepreneurs dans le cadre de la préparation de son dossier d’exécution) :
 Distance entre Poste – Fosse centrale des Grues de 40 t : 320 m
 Distance entre Fosse centrale – Grue de 40 t : 200 m
Longueur totale prise en compte pour le calcul : 520 m
L’alimentation en 5,5 kV de chaque Grue sera réalisée par un câble Tripolaire à champ radial (polyéthylène
réticulé) – section 70² - protégé par un fourreau janolène de Ø110 mm.

1.04.14.5 - Adaptation du réseau d’alimentation des grues de 6 tonnes


Deux ou trois grues de 6 tonnes de capacité seront acquises dans le cadre d’un autre marché.
Le présent marché comprend les travaux d’adaptation du réseau électrique d’alimentation existant pour
alimenter ces nouvelles grues comprenant notamment :
 Le remplacement des disjoncteurs de protection du départ situés dans le poste électrique aval du
port. Ces cellules sont définies au stade préliminaire ci-dessous
 Le remplacement des câbles électriques entre le poste électrique et les fosses d’alimentation
électriques des grues de 6 tonnes. Ces câbles sont définis au stade préliminaire ci-dessous ?
L’alimentation électrique des nouvelles grues de 6 tonne se fera depuis les fosses électriques existantes
conformément aux plans du dossier. Le déplacement possible de chaque grue sera de 140,00m soit 70,00m
de part et d’autre de chaque fosse.
Puissances prises en compte par Grue:
Il est supposé qu’après positionnement des grues, la translation ne sera plus sollicitée
Les paramètres relatifs aux caractéristiques des grues de 6 tonnes pris en compte dans ces calculs
préliminaires sont les suivants. Ces calculs seront à valider et ajuster au besoin en fonction des
caractéristiques finales des grues qui seront finalement mises en place au port de Brazzaville.
Paramètres :
 Levage : 2 x 55KW = 110KW
 Orientation : 1 x 22KW = 22KW
 Besoin en Puissance : 132KW
 Tension d’alimentation : 410 Volts
 Id / In : 2,5
Synthèse des calculs préliminaires de justification des disjoncteurs de protection du départ et des câbles
d’alimentation de chaque grue.
Alimentation Grue N°1
 Disjoncteur de protection du départ :
o NSX400F Déclencheur Micrologic 2.3
 Longueur des câbles d’alimentation S/Station aval - Fosse N°1 :200m
 Section des Câbles d’alimentation :
o Phases et Neutre : 1 x 300²
o PE : 1 x 25²
Alimentation Grue N°2
 Disjoncteur de protection du départ :

C.C.T.P. page 20/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

o NSX400F Déclencheur Micrologic 2.3


 Longueur des câbles d’alimentation S/Station aval - Fosse N°2 : 225m
 Section des Câbles d’alimentation
o Phases et Neutre : 1 x 300²
o PE : 1 x 25²

Alimentation Grue N°3


 Disjoncteur de protection du départ :
o NSX400F Déclencheur Micrologic 2.3
 Longueur des câbles d’alimentation S/Station aval - Fosse N°3 : 336m
 Section des Câbles d’alimentation
o Phases et Neutre : 1 x 300²
o PE : 1 x 25²

1.04.15 - Travaux sur voies de chemin de fer

Les travaux de réhabilitation des voies ferroviaires du Port Fluvial de Brazzaville devront se réaliser selon les
Règles de l’Art en appliquant les différentes spécifications techniques décrites dans ce CCTP et en
respectant les réglementations en vigueur au Congo, notamment celles édictées par le Chemin de Fer
Congo-Océan (CFCO).
Ces travaux devront aussi être réalisés par différentes phases de manière à interrompre le moins longtemps
possible les services de desserte ferroviaire du Port. Il est préconisé de conserver au moins une voie
disponible.
L’entreprise qui réalisera les travaux devra contacter les services concernés du CFCO afin de s’accorder sur
la réalisation de ceux-ci.
De manière générale, les travaux ferroviaires consistent à
 démonter les installations ferroviaires existantes (voies),
 préparer les plateformes qui accueilleront les nouvelles voies (terrassements),
 construire les nouvelles voies selon deux types :
 voies classiques sur ballast avec des rails Vignole,
 voies sur dalle avec des rails à gorge dans les zones de circulation de véhicules routiers,
 lorsque les sections de voies seront mises en place, des opérations de bourrage du ballast, de
nivellement de la voie et de meulage des rails devront être réalisés.
Les différentes sections de voie ferrée devront être disposées selon le Plan Masse joint au présent dossier.
Les caractéristiques suivantes sont à respecter pour la pose des voies :
 écartement intérieur des rails : 1067 mm, tolérance : – 5 mm et + 33 mm
 rayon minimal en courbe : 150 m
 charge maximale par essieu : 21 tonnes
 rampe maximale : 15‰
 entraxe minimum absolu entre deux voies contiguës : 3,60
 entraxe minimum préconisé entre deux voies contiguës : 4,00

C.C.T.P. page 21/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

1.04.16 - Construction du revêtement de terre-plein

D’après les peu d’informations qu’il a été possible de recueillir au port (plan « constitution des chaussées et
des terre-pleins du port » du 10-4-1976), les revêtements originels du port consistaient en :
 Pour la zone de circulation et stockage lourd à un revêtement bicouche surmontant une sous couche
de 20 cm.
 Pour les terre-pleins de manutention des grumes sur barges à une couche de tout-venant 0/50 de 20
cm d’épaisseur
 Pour la route et la zone de stockage léger à un bicouche superficiel
Les terre-pleins actuellement utilisés pour le stockage des grumes est en très mauvais état, le revêtement
ayant complètement disparu.
Le revêtement dans les autres zones n’est pas très abimé mais ne pourra pas recevoir de charges lourdes
(grumes ou conteneurs), ces revêtements n’étant pas conçus pour ce type de trafic (voir détail des
structures plus haut).
Il est proposé de reprendre l’ensemble des chaussées, en distinguant les chaussées lourdes suivantes :
 zones bord à quai le long du quai lourd
 terre-pleins destinés aux grumes et conteneurs
et les chaussées semi-lourdes :
 bord à quai le long du quai Ceretti,
 voies de circulation

1.04.16.1 - Chaussées lourdes


La structure des chaussées lourdes consistera en (de haut en bas) :
 Pavés autobloquants de 8 cm d’épaisseur
 Couche de sable de pose de 3 cm
 Couche de base en matériaux concassés de 0-31,5 mm de 20 cm d’épaisseur
 Couche de fondation en sable limoneux de 30 cm d’épaisseur
Le revêtement existant et le sol seront préalablement décaissés et le fond de forme profilé à la cote et aux
pentes requises et compacté avant la mise en œuvre de la couche de fondation.
Dans le cadre des études d’exécution, l’entrepreneur devra réaliser les calculs l’épaisseur des couches de
base et de fondation, sur la base des résultats de la campagne géotechnique détaillée à réaliser au
lancement des travaux et des charges d’exploitation prévues. Ce dimensionnement sera soumis à
l’approbation du Maître d’Œuvre.

1.04.16.2 - Chaussées semi-lourdes


Pavés autobloquants de 8 cm d’épaisseur
 Couche de sable de pose de 3 cm
 Couche de base en matériaux concassés de 0-31,5 mm de 20 cm d’épaisseur
 Couche de fondation en sable limoneux de 20 cm d’épaisseur
Le revêtement existant et le sol seront préalablement décaissés et le fond de forme profilé à la cote et aux
pentes requises et compacté avant la mise en œuvre de la couche de fondation.
Les zones concernées par chaque type de revêtement sont présentées dans le dossier de plan.

C.C.T.P. page 22/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Dans le cadre des études d’exécution, l’entrepreneur devra réaliser les calculs d’épaisseur des couches de
base et de fondation, sur la base des résultats de la campagne géotechnique détaillée à réaliser au
lancement des travaux et des charges d’exploitation prévues. Ce dimensionnement sera soumis à
l’approbation du Maître d’Œuvre.

1.04.17 - L’amélioration de la clôture du port


Les clôtures existantes donnant sur l’avenue surplombant le port sont érigées en maçonnerie, ou en murets
surmontés d’une clôture en ferronnerie.
Il s’agira pour ces clôtures de les rendre les moins perméables possibles en y adaptant des systèmes
pouvant décourager les tentatives de franchissement : Rouleaux de concertina en partie supérieure si cela
est possible et/ou dépose en pieds de clôture côté intérieur de plusieurs rangs de concertina interdisant
toute progression d’un individu sur une largeur suffisante.
Les rouleaux de concertina seront fixés sur des cornières métalliques peintes soudées à intervalles réguliers
en tête de la structure métallique de la clôture existante (cf. schéma ci-après). Les corniers supports seront
soudés aux poteaux métalliques existant tous les 2 mètres environ.

On procèdera également à l’installation du coté intérieur de la clôture à m’installation d’un grillage serré en
mailles fines le long des panneaux de ferronnerie interdisant leur usage en appui ou en accrochage (cf.
photo ci-après). Les mailles du grillage devront avoir un entraxe inférieur à 100 mm.

1.04.18 - Travaux à la gare passagers

Les travaux consisteront en la reconstruction du caniveau de drainage superficiel et en particulier des dalles
en béton armé le recouvrant, les dalles existantes étant cassées pour la plupart car ayant une épaisseur trop
faible.
Le caniveau sera recouvert de dalles amovibles ajourées pour permettre à l’eau de rentrer dans le caniveau.
Le caniveau sera construit en béton armé.
La hauteur du caniveau sera ajustée en fonction du débit prévisionnel à drainer ainsi qu’en fonction du
niveau du terre-plein.

C.C.T.P. page 23/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les travaux consisteront également en la dépose de la conduite enterrée reliant l’extrémité du caniveau à
l’évacuation vers le fleuve passant à travers le perré maçonné et en sa reconstruction.
En l’absence de détail concernant le diamètre de la conduite actuelle (absence de plans)
Le projet consistera également en la démolition du revêtement existant et en la construction d’un revêtement
bitumineux.
Les travaux consisteront en la réhabilitation du perré dans les zones où il est en très mauvais état. Cette
construction consistant en la construction d’un perré en béton armé.
La rampe roro sera reconstruite et consistera en une dalle béton armé inclinée et deux murs latéraux de
hauteur variable en béton armé. La rampe aura une largeur intérieure de 12 mètres.

1.04.19 - Travaux au port de Yoro


Les travaux de la zone du port traditionnel de Yoro auront pour d’améliorer les conditions de travail sur le
port.
Les travaux consisteront en :
 Le Nettoyage de la zone portuaire
 La construction d’un hangar de 30 m x 15 m comprenant :
o Une partie couverte mais ouverte sur les cotés destinée au stockage temporaire des
marchandises déchargées des embarcations
o Trois pièces fermées (destinées aux associations)
o De l’éclairage, des points d’eau
 Un revêtement léger sera mis en œuvre autour du hangar
 La construction d’un bloc sanitaire et d’une fosse septique et lit d’épandage
 La construction d’une nouvelle guérite à proximité de l’entrée située le long de la route d’accès

1.04.20 - Devenir des produits de démolition et des déblais de terrain


Les produits de démolition et (béton armé, revêtement de chaussée, résidus de démolition, acier, rails …) et
les déblais seront évacués, à la charge de l’Entrepreneur, dans une décharge agréée par le Maître d’Œuvre.

ARTICLE 1.05 - NORMES ET REGLEMENTS

1.05.1 - Conformité aux normes


L’ensemble des matériels et matériaux, ainsi que les essais de convenance afférents devront être en
conformité avec les normes françaises en vigueur.

1.05.2 - Textes généraux


 Circulaire n°79.25 du 13 mars 1979 : instruction technique sur les directives communes de 1979
relatives au calcul des constructions,
 L’ensemble des C.C.T.G. sont applicables et notamment :
 Fascicule 2 : terrassements généraux,
 Fascicule 4 titre I : armatures pour béton armé,
 Fascicule 4 titre III : aciers laminés pour construction métallique,

C.C.T.P. page 24/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 Fascicule 61 titre V : conception et calcul des ponts et construction métalliques en acier,


 Fascicule 62 titre I : BAEL 91 révisé 99,
 Fascicule 62 titre V : conception et calcul des fondations des ouvrages de génie civil,
 Fascicule 65: exécution des ouvrages de génie civil en béton armé ou précontraint,
 Fascicule 68 : exécution des travaux de fondation de génie civil,
 Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali réaction (M.E.T.T. juin 1994)

1.05.3 - Règles relatives aux fondations


 Fascicule 62 titre V : «Règles techniques de conception et de calcul des fondations des ouvrages de
génie civil".

1.05.4 - Règles relatives aux ouvrages en béton armé


Fascicule 62 titre I section 1 du C.C.T.G. : règles techniques de conception et des calculs des ouvrages en
béton armé suivant la méthode des états limites (BAEL 91 révisé 99).
Les pièces en béton armé sont justifiées en considérant que la fissuration est très préjudiciable et que les
ouvrages en cause sont particulièrement exposés en site aquatique. L'enrobage des aciers sera supérieur
ou égal à 5 cm suivant l'article A.7.1 du BAEL 91.
Les imperfections géométriques des pièces en béton armé sont celles du BAEL, article A.4.4.3. Les
déformations seront évaluées comme indiqué pour les cas courants (BAEL - article 4.4.3.2).

1.05.5 - Règles relatives aux pièces métalliques


 Fascicule 56 : Protection des ouvrages métalliques contre la corrosion,

 Fascicule 61 titre V : conception et calcul des ponts et construction métalliques en acier,


 Fascicule 66 du C.C.T.G "Exécution des ouvrages de génie civil à ossature en acier",
 Eurocode 3 : règles de calcul des constructions en acier,
 Eurocode 9 – règles de calcul des constructions en aluminium,

1.05.6 - Règles relatives à l'action du vent


 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures,

1.05.7 - Recommandations relatives aux ouvrages aquatiques


 Recommandations pour le calcul des ouvrages maritimes aux états limites édités par le CETMEF-
CD ROM ROSA 2000,
 Notice STC PM n°86.4 : Conception des quais sur pieux

1.05.8 - Textes relatifs aux travaux de canalisations divers


En complément des textes précisés au § 1.05.2 -du présent C.C.T.P. :

 Fascicule 70 titre I et II : Ouvrages d’assainissement / Réseaux et Ouvrages de recueil, de restitution


et de stockage des eaux pluviales.

 Fascicule 71 : Fourniture et pose de conduites d’adduction et de distribution d’eau.

 Les guides techniques du SETRA – LCPC.

C.C.T.P. page 25/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

1.05.9 - Textes relatifs aux travaux électriques ou d’éclairages


Il sera fait usage du guide des recommandations pour la distribution électrique dans les marinas et les ports
de plaisance. Les normes de constructions électriques particulières suivantes :

NF C 14 100 Installations à branchement basse tension

C 15 100 Installations électriques à basse tension et particulièrement la section 703

Installations électriques à basse tension : Choix des matériels électriques


C 15 103
en fonctions des influences externes
Installations électriques à basse tension : Détermination des sections de
C 15 105
conducteurs et choix des dispositifs de protection
Installations électriques à basse tension et à haute tension : Section des
C 15 106 conducteurs de protection, des conducteurs de terre et des conducteurs de
liaison équipotentielle
Installations électriques à basse tension : Détermination des
C 15 107 caractéristiques des canalisations préfabriquées et choix des dispositifs de
protection
Installations électriques à basse tension : Alimentation sans interruption de
C 15 402
type statique - Règles d'installation
Installations électriques à basse tension : Sectionnement, Commande,
C 15 476
Coupure
Installations électriques à basse tension : Canalisations - mode de pose,
C 15 520
connexions
Installations électriques à basse tension : Choix et mise en œuvre des
C 15 523
câbles de catégorie C1 sans halogène

C 32 210 Câbles isolés à âme aluminium

C 33 321 Câbles isolés à âme cuivre

C 33 209 Câblette de mise à la terre

Sécurité des machines - Équipement électrique des machines industrielles -


NF EN 60204-1
1ère partie - prescriptions générales
Compatibilité électromagnétique - Normes génériques, immunité pour les
NF EN 61000-6-2
environnements industriels.
Compatibilité électromagnétique - Normes génériques, émission pour les
NF EN 61000-6-4
environnements industriels.

L’ensemble des matériels électriques intégrés doit être conforme aux recommandations CEM. Les matériels
employés devront être CE.
Les directives européennes suivantes sont applicables sur les appareillages électriques : La directive
« Basse Tension » 73/23/CE, La directive « Compatibilité Electromagnétique » 89/336/CE
Agréments : Les entreprises d’électricité devront être agréées par EDF.

1.05.10 - Normes relatives aux voies de chemin de fer

Les normes suivantes sont préconisées pour la réalisation des travaux ferroviaires :

 la Norme européenne EN 13230 :

C.C.T.P. page 26/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

o elle définit les critères techniques et les procédures de contrôle auxquels doivent satisfaire
les matériaux constitutifs et les produits finis en béton, c'est-à-dire les traverses en béton
préfabriqué, les supports pour les appareils de voie, ainsi que les supports particuliers
destinés aux voies ferrées telles que les dalles ;

o la principale prescription relative aux traverses et supports en béton concerne la


transmission des charges verticales, latérales et longitudinales depuis les rails jusqu'au
ballast ou à tout autre support ;

o lors de l'utilisation ils sont aussi exposés à des dommages dus à l'humidité, ceci peut
conduire à des détériorations par réactions chimiques au sein des éléments en béton ;

o dans la présente norme, des essais mécaniques sont définis pour fournir l'assurance que
les traverses et supports ont la capacité de résister à des charges répétitives et ont une
durabilité suffisante ;

o de plus, des contrôles sont mis en place dans les processus de fabrication ainsi que des
essais pour s'assurer que le béton ne subira pas de dégradations en service dues à des
réactions chimiques ;

 la Norme européenne EN 13450 :

o elle spécifie les caractéristiques des granulats obtenus par traitement de matériaux naturels
ou artificiels ou de granulats recyclés concassés utilisés dans la construction de voies
ferrées ;

o pour les besoins de la présente norme, les granulats sont appelés ballasts de voies ferrées ;

o elle fournit l'évaluation de conformité des produits ;

 les normes de l’UIC pour les séries 70, 71 et 72.

ARTICLE 1.06 - DONNEES ET HYPOTHESES

1.06.1 - Situation actuelle du port de Brazzaville


On se réfèrera au chapitre « Etat actuel du port – diagnostic» des Pièces facilitant l’intelligence du projet
figurant au présent dossier pour plus de détails sur l’état actuel du port de Brazzaville.

1.06.2 - Repères de références


Les coordonnées altimétriques et les coordonnées planimétriques figurant sur les coupes et plans du dossier
sont exprimées dans le système d’altitude mentionné dans le rapport topographique et bathymétrique
figurant dans le dossier facilitant l’intelligence du projet.
On se réfèrera au chapitre « Rapport topographique et bathymétrique » des Pièces facilitant l’intelligence du
projet figurant au présent dossier pour plus de détails.

1.06.3 - Bathymétrie
Le plan bathymétrique de la zone et figurant dans le dossier de plans du présent dossier a été réalisé par le
SCEVN en juillet 2010.

C.C.T.P. page 27/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

On se réfèrera au chapitre « Rapport topographique et bathymétrique » des Pièces facilitant l’intelligence du


projet figurant au présent dossier pour plus de détails sur la bathymétrie dans la zone du port de Brazzaville.

1.06.4 - Variation du niveau du fleuve


On se réfèrera au chapitre « Hydrologie – Hydraulique» des Pièces facilitant l’intelligence du projet figurant
au présent dossier pour plus de détails sur les variations du niveau du fleuve.

1.06.5 - Pluviométrie
Les données relatives à la pluviométrie figurent dans le rapport « Hydrologie – Hydraulique» des Pièces
facilitant l’intelligence du projet figurant au présent dossier

1.06.6 - Géologie et Géotechnique


On se réfèrera au chapitre « Dossier géotechnique» des Pièces facilitant l’intelligence du projet figurant au
présent dossier pour plus de détails sur les conditions géotechniques dans la zone du projet.
Une nouvelle reconnaissance à la charge de l’entreprise permettra de compléter les hypothèses pour le
calcul des renforcements et nouvelles structures sur pieux tel que décrit au présent CCTP.

1.06.7 - Séisme
Brazzaville n’est pas situé en zone sismique.

1.06.8 - Charges d’exploitation des quais et terre-plein

1.06.8.1 - Charges uniformément réparties


La charge UR prise en compte pour le dimensionnement de l’actuel quai lourd n’est pas connue.
La charge à prendre en compte pour le dimensionnement du nouveau quai dit « Wellmann » sera de 4
tonnes/m²
La charge uniformément répartie à prendre en compte pour le dimensionnement du terre-plein sera de 6
tonnes/m².

1.06.8.2 - Charges sous engins de manutention

Les charges sous essieux avant de chariot frontal seront prises en compte pour le dimensionnement du
revêtement du terre-plein lourd et du nouveau quai Wellman.
Cette charge est de 100 tonnes sous l’essieu avant du chariot frontal et distribué comme suit:
 Charge répartie selon deux empreintes semblables de 50 tonnes chacune
 Dimensions de chaque empreinte : 0.80 m (selon l’axe de l’essieu) x 0.50 m
 Distance entre le centre de chaque empreinte: 3 m

1.06.8.3 - Charge sous grues existantes de 30 tonnes


La descente de charge sous les 2 grues de 30 tonnes n’est pas connue avec certitude.
On estime cependant ces charges à environ 32 tonnes par galet.
Les principales dimensions des grues de 30 tonnes sont les suivantes :
 Entre axe entre voie avant et voie arrière: 12 mètres
 Entre axe articulation train de galets : 7,50 m

C.C.T.P. page 28/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 Nombre de galets par train : 3


Sur chaque train de galet, le galet central est situé dans l’axe d’articulation. Les autres galets sont situés à
0,80 m du galet central

1.06.8.4 - Charges sous nouvelles grues de 40 tonnes.


Les dimensions et charges à prendre en compte pour le dimensionnement de la voie de grue sont les
suivantes :
Entre axe entre voie avant et voie arrière: 16 mètres
Entre axe articulation train de galets : 12,00 m
Nombre de galets par train de galets : 7
Sur chaque train de galets, le galet central est situé dans l’axe d’articulation. Les autres galets sont situés à
1.00 m du galet central.
Charge verticale maximale par galet en service : 30 tonnes.
Charge verticale maximum sous chaque galet dans cas exceptionnel (tests de charge, tempête
exceptionnelle) : 39 tonnes.
Par défaut on considèrera une charge horizontale par galet égale à 10% de la charge verticale.

1.06.8.5 - Charges sur voies ferrées


Les charges à considérer le long des voies de chemin de fer sont les suivantes :

 Charge par essieu : 21 T


 espacement entre les essieux : 1,50 m

1.06.8.6 - Barges
Les barges les plus grosses accostant au port de Brazzaville ont les caractéristiques suivantes :
 Longueur : de l’ordre de 70 mètres
 Largeur : de l’ordre de 12 mètres
 Tirant d’eau maximum : de l’ordre de 2,5 m
 Tonnage : de l’ordre de 1500 tonnes

1.06.8.7 - Bollards
Compte-tenu des dimensions des barges, on retiendra la capacité et l’espacement suivant pour les bollards :
 Capacité : 20 tonnes
 Espacement : 15 mètres

ARTICLE 1.07 - HYPOTHESES RELATIVES AUX MATERIAUX

1.07.1.1 - Béton armé

En considérant la norme NF EN 206-1 relative aux bétons (spécification, performances, production et


conformité) :
 la classe d’environnement XS3

C.C.T.P. page 29/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 le niveau de prévention vis-à-vis de l’alcali-réaction est le niveau B au sens du guide du SETRA


pour la prévention des désordres dus à l’alcali-réaction.

La mention de la classe d’exposition implique le respect des clauses de formulation du tableau NA.F.1 et
correspond à une durabilité estimée à 50 ans au sens de la norme NF EN 206-1 et implicitement de 100 ans
au sens du fascicule 65.
Les bétons devront respecter la spécification complémentaire suivante : classe de résistance minimale
C35/45.
Les aciers pour béton armé haute adhérence auront la nuance HA Fe E 500.
Les ronds lisses auront la nuance Fe E 235.

1.07.1.2 - Tubes métalliques


Les pieux qui seront dimensionnés pour le renforcement du quai lourd et la reconstruction du quai Wellman
seront de nuance S 460 ou X70.

1.07.1.3 - Corrosion
Une épaisseur sacrificielle à la corrosion sera prise en compte. Les épaisseurs à retenir sont :
- Face intérieure :
o 1 mm sur toute la hauteur du tube non protégée par du béton,
o 0 mm sur la hauteur bétonnée,
- Face exposée :
o 3.75 mm dans la zone d’attaque élevée (éclaboussures, marnage, basses eaux),
o 1.75 mm dans la zone d’immersion permanente jusqu’à 1 m sous la cote du T.N.
o 1.2 mm dans le sol à partir de 1 m sous le T.N.

ARTICLE 1.08 - VALEURS REPRESENTATIVES DES ACTIONS

1.08.1 - Dimensionnement des quais

1.08.1.1 - Quai Wellman

1) Charges et surcharges de quai


Les charges et surcharges sur le quai sont décrites dans le paragraphe 1.06.9.

2) Amarrage
Les efforts d’amarrage à prendre en compte sont : des bollards de 20 t tous les 16 m.

3) Accostage
Les efforts d’accostage sont à considérer. Le quai wellman doit reprendre l’énergie d’accostage compte tenu
de la conception des défenses.
La vitesse d’accostage des barges sera prise en condition normale à 0,40 m/s.
L’énergie à reprendre par le quai correspondant à une barge de 1500 t maxi. L’ensemble de l’effort
d’accostage pourra être concentré sur un seul pieux.

4) Dilatation thermique et retrait


La dilatation thermique à prendre en compte se décompose en :

C.C.T.P. page 30/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

± 10 ° C de variation rapide
± 15 ° C de variation lente
Pour le retrait, on considère que le bétonnage se fera par damier et que la phase permettra de diviser de
moitié les effets du retrait.
On considère qu’il peut donc y avoir : 1,5 10-4 mm /mm à diviser par 2.

5) Gradient de température
Un gradient de température de 10 ° c entre la face supérieure de la dalle et la face inférieure de la dalle est à
considérer.

1.08.1.2 - Quai Lourd

1) Charges sous nouvelles grues de 40 tonnes.


Les charges et surcharges sur le quai sont décrites dans le paragraphe 1.06.9.

2) Dilatation thermique et retrait (T)


la dilatation thermique à prendre en compte se décompose en :
± 10 ° C de variation rapide
± 15 ° C de variation lente
Pour le retrait, on considère que le bétonnage se fera par damier et que la phase permettra de diviser de
moitié les effets du retrait.
On considère qu’il peut donc y avoir : 1,5 10-4 mm /mm à diviser par 2.

1.08.1.3 - Combinaisons d’actions


Les coefficients partiels  à prendre en compte pour les actions sont les suivants :

Actions Q service Q ultime


Poids propre 1.00 1.35
Poussée du sol 1.00 1.35
Température et retrait 1.00 1.35
Gradient 1.00 1.35
Accostage 1.00 1.50
Amarrage 1.00 1.50
Surcharges d’exploitation : 1.00 1.50
Grue, manutention, chemin
de fer,

Pour la combinaison des différentes actions nous imposons les valeurs suivantes des coefficients  :
0 1 2
Action variable de
Valeur de Valeur Quasi
base
combinaison
Fréquente permanente

Température 0.60 0.50 0

C.C.T.P. page 31/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Gradient 0.50 0.50 0


Accostage 1.00 0.50 0
Amarrage 1.00 0.20 0.20
Surcharges 0.77 0.60 0
d’exploitation : Grue,
manutention, chemin de
fer,

1.08.2 - Dimensionnement du revêtement


Les charges roulantes à prendre en compte pour le dimensionnement du revêtement sont celles sous essieu
de reach-stacker ainsi que charge roulantes sous essieu standard de camions.
Les contraintes spécifiques aux charges de stockage sous grumes et sous conteneurs seront à prendre en
compte.

1.08.3 - Dimensionnement des caniveaux de drainage

Charges permanentes et d’exploitation


Les efforts appliqués aux soutènements par le sol seront établis à partir des données du dossier
géotechnique à établir au lancement des travaux sur la base de la campagne géotechnique complémentaire.
Il y aura lieu de tenir compte de la pression exercée par l'eau en fonction des niveaux respectifs de part et
d'autre des parois et en fonction des diverses phases de terrassements.
On considère les charges permanentes suivantes :

 Charges de remblais
 Poids propre du béton = 25kN/m3
 Densité de l’eau stockée = 1,05

Surcharges d’exploitation
En phase transitoire, prise en compte d’une surcharge chantier uniformément répartie de 20kN/m² (grue à
chenille)
En service, les sollicitations du reach stacker sont à prendre en compte. La charge à l’essieu avant vaut
107,95 tonnes.
Donc la charge rapportée par une roue-double de l’essieu avant vaut 107,95 T / 2 = 0,539 M
Pour le schéma de chargement du reach stacker, la surface de contact de chaque roue unique est
représentée par un disque de rayon 305 mm et une pression de contact de 0,923 MPa.

1.08.4 - Hypothèses de dimensionnement du réseau d’adduction d’eau


Le réseau d’adduction en eau potable doit être dimensionné pour desservir :
- 2 blocs sanitaires (3 WC, 3 douches, 2 laves mains, 1 robinet de puisage) ;
- le réservoir de protection incendie (250 m3) ;
- 1 hangar.
Il est préconisé la mise en place d’un tuyau PEHD PN 16 de diamètre extérieur 63 mm.

1.08.5 - Hypothèses de dimensionnement du réseau de protection incendie


Le dispositif de lutte contre les incendies doit être dimensionné pour permettre :

C.C.T.P. page 32/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

- De garantir une pression de 5 bars minimum dans tout le réseau ;


- Le fonctionnement simultané de 2 hydrants à un débit de 60 m3/h pendant 2 heures ;
Le réseau qui sera mis en place sera un réseau en fonte pression eau potable de diamètre 200 mm.

ARTICLE 1.09 - PRESENTATION DES NOTES DE CALCUL


Les notes de calcul devront être claires et présentées de manière suffisamment détaillées, faisant apparaître
toutes les étapes des calculs effectués. Les notations devront être explicites.
Toutes les hypothèses prises en compte devront être clairement mentionnées dans une note d’hypothèses
générale préalable à tout calcul. Tous les paramètres de calcul devant être mis en évidence : facteur de
sécurité, pondération d’actions, etc…
Pour toute utilisation de logiciels de calculs, l'entreprise devra fournir sur simple demande du Maître d’Œuvre
une notice de présentation indiquant le principe de la méthode utilisée et le détail des diverses étapes des
calculs.
Toutes les hypothèses entrées par l’opérateur ou inhérentes au logiciel doivent être clairement mentionnées,
pour chacune des étapes de calcul considérées. Doivent être mis en évidence, en particulier, tous les
facteurs de sécurité, pondérations d'actions, etc... que le logiciel utilise comme "paramètres cachés" inclus
directement dans le noyau de calcul du programme.
Les listings fournis doivent être clairs pour permettre, une interprétation complète des calculs tout au long de
leur déroulement et une analyse de tous les résultats. Les notations utilisées doivent être explicites.
Chaque calcul doit, pour sa bonne compréhension, faire l'objet d'un ou plusieurs schémas récapitulant sous
forme graphique toutes les hypothèses, ainsi que les enveloppes des résultats des différentes étapes du
calcul.
En cas d'insuffisance des pièces produites, le Maître d'Œuvre pourra demander tout élément
complémentaire relatif aux calculs effectués, demande qui suspendra le délai de visa des documents
d’exécution jusqu’à fourniture de ces éléments.

ARTICLE 1.10 - PRESENTATION DES PLANS


Les coordonnées altimétriques figurant sur les coupes et plans doivent être exprimées dans le système
d’altitude utilisé à Brazzaville.
Les plans de coffrage d’exécution doivent comprendre toutes vues, les coupes et les détails nécessaires à la
bonne compréhension et à la bonne réalisation sur chantier.
Tous les plans d’armatures doivent comporter, sur les différentes vues et coupes, l’indication, au droit de
chaque repère d’armature, du nombre, du diamètre et de l’écartement des armatures. Ils doivent être
accompagnés d’une nomenclature complète récapitulant toutes les armatures du plan.
Pour chaque repère, le tableau de nomenclature doit donner la longueur totale du repère et son poids.
Un tableau récapitulatif doit donner pour chaque diamètre utilisé la longueur totale, le poids correspondant
ainsi le ratio total d’armature.

ARTICLE 1.11 - RESPONSABILITES DE L’ENTREPRENEUR

1.11.1 - Responsabilités générales de l’entrepreneur


L'Entrepreneur sera entièrement responsable des études d'exécution, des choix techniques réalisés dans ce
cadre, du mode de réalisation et de l'exécution des ouvrages.
Les règles d'exécution qui lui sont imposées, le visa par le Maître d'Œuvre des installations de chantier,
matériaux et matériels des procédés d'exécution, laisseront subsister l'entière responsabilité de
l'Entrepreneur tant en ce qui concerne l'exécution des travaux, qu'au regard des accidents ou dommages
pouvant survenir au cours des dits travaux.

C.C.T.P. page 33/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

L’Entrepreneur fournit et établit à ses frais, sous son entière responsabilité, tous les dispositifs et engins de
toute nature nécessaires à l’exécution complète des travaux.
Il doit supporter toutes les sujétions relatives à la mise en place et au fonctionnement de son matériel, sans
pouvoir réclamer aucune indemnité quelle qu’en soit la cause, sauf cas de force majeure dûment établi.
L’Entrepreneur doit satisfaire à toutes les charges de police en vigueur. Pendant l’exécution des travaux,
l’Entrepreneur doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la circulation sur les routes,
l’accès aux propriétés et pour ne pas occasionner d’accidents ou dommages aux tiers.
Dans le cas contraire, il est tenu comme entièrement responsable de tous les accidents et dommages
survenus du fait ou à l'occasion des travaux, tant sur le site que partout ailleurs sur le territoire durant le
transport ou toutes opérations ayant un lien quelconque avec les travaux.
La responsabilité de l’Entrepreneur ne fait pas obstacle à ce qu’en cas de péril, le Maître d’Œuvre puisse
ordonner et faire prendre aux frais de l’Entrepreneur immédiatement avisé, des mesures de sécurité pour
suppléer à celles qui feraient défaut.
En outre, l’Entrepreneur doit se soumettre aux conditions que certaines collectivités, administrations et leurs
concessionnaires jugeraient à propos d’imposer, tant en vue de la sécurité en général, que dans le but
d’éviter des troubles de fonctionnement des services publics.
Avant tout commencement d’exécution de son chantier, l’Entrepreneur doit aviser les autorités et services
intéressés, du début des travaux, et ceci au moins dix jours francs à l’avance.
A la fin du chantier, l’Entrepreneur procède au nettoyage du chantier, de ses abords, et de toutes les zones
mises à sa disposition.
Nonobstant l'acceptation par le Maître d’Œuvre des propositions qu'il aura présenté, nonobstant le visa sans
réserves des plans, notes de calculs, schémas d'exécution par le Maître d’Œuvre et la surveillance exercée
par lui sur la construction par ses préposés, nonobstant les essais effectués tant aux ateliers ou usines de
l'Entrepreneur, de ses sous-traitants, cotraitants ou fournisseurs, que sur le chantier même reconnus
satisfaisants, l'Entrepreneur reste seul responsable vis-à-vis du Maître d’Œuvre de la réalisation complète
des conditions du marché.
L'Entrepreneur est entièrement responsable :
 du choix du mode de réalisation et d'exécution des travaux,
 du bon déroulement de toutes les opérations de fabrication, de transport et de montage sur chantier,
 de l'organisation, de l'ordonnancement et du bon ordre, ainsi que de la conservation des biens et
des personnes quant à la sécurité, l'hygiène et la surveillance sur le chantier,
 de la conservation des terrains et des installations mis à sa disposition par le Maître d’Ouvrage,
 des nuisances concernant les transports terrestres.

ARTICLE 1.12 - SERVICES POUR L’INGENIEUR

1.12.1 - Bureaux
L’Entrepreneur prendra à sa charge la construction d’un ensemble de bureaux climatisés complètement
équipés et meublés, de surface totale de 90 m², pour le seul usage de l’Ingénieur et de son adjoint et d’une
secrétaire. Cet ensemble de bureaux devra être situé à proximité des bureaux de l’Entrepreneur.
L’Entrepreneur doit prendre à sa charge les fournitures de bureaux et consommables, les dépenses d’eau,
d’électricité, de téléphone (excepté les appels privés) ainsi que les frais de nettoyage et d’entretien jusqu’à la
réception des travaux et la délivrance du certificat du décompte général et définitif.
L’Entrepreneur doit soumettre tous les plans et les détails de construction des bureaux, du mobilier et des
équipements immédiatement après la signature du contrat. Les travaux de construction doivent commencer
dans un délai de 15 jours après l’approbation de l’Ingénieur.
Le bâtiment de bureaux doit être compartimenté de manière à avoir des bureaux, une salle de réunion, une
petite cuisine et deux toilettes comportant chacune un lavabo et une cuvette WC. L’une des toilettes sera
équipée d’une douche.

C.C.T.P. page 34/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Tous les bureaux doivent être climatisés, équipés de téléphones reliés au réseau local, et de points de
connexions au réseau informatique interne.
En complément des fournitures de bureau standard, les équipements suivants seront fournis :
Un fax, un photocopieur A3 et A4, deux meubles pour classement des plans et 5 meubles ouverts avec
étagères pour les dossiers de l’Ingénieur.
L’Entrepreneur devra fournir 4 téléphones mobiles avec appels internationaux.
L’Entrepreneur doit également fournir et entretenir un ensemble complet d’équipements informatiques
comprenant 4 Pentium IV, 2.8 GHz, RAM 512 Megabytes, disque dur 60 GigaBytes, connexion réseau
Windows NT, modem interne, UPS, onduleur avec autonomie de 10 minutes et tous les accessoires
électriques de connexion. Tous les ordinateurs seront reliés en réseau.
Les micros seront équipés des versions les plus récentes des programmes Word et Excel et d’un
programme de gestion de projet.
En complément un programme Autocad équipera l’un des micros qui sera équipé d’un écran de 22’’. Cet
ordinateur sera équipé d’un lecteur graveur de CD-ROM/DVD-ROM.
Deux des micros seront des micros portables.
Une imprimante HP LaserJet A4/A3 et une imprimante DeskJet A3/A4 reliées au réseau interne seront
fournies et installées.
Tous les équipements doivent être complètement assurés contre les accidents, pertes, vols et deviendront la
propriété de l’Entrepreneur après la fin des services du consultant.

1.12.2 - Véhicules
L’entrepreneur devra mettre à disposition de l’Ingénieur 2 véhicules 4 x4 neufs pendant la durée des
travaux.
Un véhicule sera du type Land Cruiser de Toyota ou similaire., le second sera du type pick up double cabine
du type Hilux de Toyota ou similaire.
Les véhicules seront assurés et entretenus par l’Entreprise pendant la durée des travaux.

ARTICLE 1.13 - CONTRAINTES GENERALES DES TRAVAUX

1.13.1 - Conditions d’établissement des prix


Hormis les cas exceptionnels ayant le caractère de « non prévisible » définis au C.C.A.P., l'Entrepreneur
sera responsable de tous les dommages subis aux ouvrages existants ou à construire soit causés par les
eaux (de toutes natures), soit par suite d'une rupture ou d'une insuffisance quelconque des ouvrages
provisoires.
Il est rappelé que le cas « non prévisible » parfois appelé « force majeure » s'applique à un événement
indépendant de la volonté des parties qui n'aurait pu être ni prévu, ni prévenu, ni empêché et qui rendrait
impossible l'exécution de l'obligation des parties.
Toutefois, en aucun cas (cas prévisible ou non prévisible) les dégâts constatés sur :
 les engins et les matériels de l'Entrepreneur,
 les stocks de matériels et matériaux,
qui auraient pu être conservées dans l'emprise d’une zone marnante ne seront pas pris en compte,
l'Entrepreneur ayant pour obligation de les mettre en sécurité chaque soir et les week-ends.
L’Entrepreneur devra se tenir informé des conditions météo du jour et des jours à venir de manière à
anticiper toutes conditions météorologiques défavorables au chantier (vent empêchant la manutention, fortes
pluies…)
Dans le cas de dépassement du cas « normalement prévisible tel que défini au C.C.A.P. » et ce pendant la
période d’exécution des travaux, seuls les dégâts causés aux ouvrages existants ou à construire, aux
installations de chantier, et aux matériaux mis en œuvre ne seront pas imputables à l'Entrepreneur.

C.C.T.P. page 35/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Celui-ci devra assurer les réparations et recevra pour cela une rémunération calculée par application des
prix du bordereau, des sous détails de prix et éventuellement de prix de travaux en régie, déduction faite des
marges pour imprévus, aléas et bénéfices.
Les matériels détruits et les matériaux nécessaires aux travaux emportés, seront remboursés sous réserve
que les précautions décrites ci-dessus aient été prises, et sur présentation de pièces justificatives (factures
d'achat), mais avec abattement pour vétusté et amortissement déjà réalisé si les matériels ne sont pas
neufs.

1.13.2 - Sujétions dues aux conditions d'exécution des ouvrages


L'Entrepreneur devra tenir compte lors de l'établissement des prix de toutes les sujétions entraînées par les
conditions dans lesquelles seront exécutés les ouvrages ; ces sujétions comprennent notamment :
 la réalisation de travaux en milieu fluvial
 l'exécution sous l'eau d’une partie des travaux,
 le choix de méthodes d’exécution compatibles avec la proximité d’ouvrages existants,
 la présence de réseaux divers,
 le maintien de l’exploitation du port de Brazzaville pendant la durée des travaux
 les accès provisoires aux zones de travaux,
L'appréciation de l'ensemble des sujétions est du ressort de l'Entreprise et les prix proposés dans son offre
sont réputés en tenir compte.

1.13.3 - Sécurité et police


L'Entrepreneur doit disposer du matériel de sauvetage adapté au chantier (gilets, bouées, barques, etc.) tel
que décrit dans le plan général de coordination en matière de sécurité et de protection de la santé.
Pour les interventions par voie nautique, les règles de police en vigueur doivent être respectées.
Le conducteur des engins flottants doit posséder le certificat de police adapté à l'embarcation et la
composition de l'équipage doit être conforme à la réglementation. Les documents de bord doivent être
conformes aux dispositions relatives à l'immatriculation des bateaux et aux permis de navigation en vigueur
en République du Congo.
L'ensemble de ces documents doit pouvoir être présenté en permanence avant et au cours du chantier.

1.13.4 - Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé


L'Entrepreneur prendra en compte, sans rémunération particulière, de la part du Maître d'Ouvrage, toutes
les dispositions particulières liées aux travaux spécifiques et aux contraintes liées au Plan Général de
Coordination en Matière de Sécurité et de Protection de la Santé (PGCSPS) si il est annexé au présent
marché et au Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé (P.P.S.P.S).
Notamment présence durant tous les travaux au dessus du plan d’eau ou par voie nautique d’une
embarcation de secours équipée :
 d’un moteur hors-bord possédant une puissance suffisante,
 d’une gaffe,
 de rames,
 de bouée avec ligne de jet.
Aux intersections avec la voirie publique, l'Entrepreneur installera une signalisation.
L'Entreprise interdira l'accès du public au chantier par l'implantation de la signalisation adéquate.

C.C.T.P. page 36/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

1.13.5 - Emplacements mis à la disposition de l’Entrepreneur


Le Maître d’Ouvrage indiquera à l’Entrepreneur les zones mises à sa disposition pour les installations de
chantier.
A défaut, il appartiendra à l’Entrepreneur de déterminer les surfaces dont il aura besoin pour ses installations
supplémentaires, et de faire son affaire de la maîtrise de toutes les emprises nécessaires. Il en négociera la
mise à disposition directement avec les propriétaires ou organismes gestionnaires.
Les surfaces mises à la disposition de l’Entrepreneur, ainsi que toute surface utilisée pour les installations de
chantier dont l’Entrepreneur aura fait acquisition, devront être maintenues fermées par une clôture de type
Vite-Clos® ou similaire, dont les caractéristiques sont précisées ci-après :
 hauteur totale grillagée = 2.00 m,
 grillage en acier galvanisé à mailles rectangulaires,
 potelets en tube rond d’acier galvanisé, espacés tous les 2.00 m environ,
 plots de pose des grillages en béton lesté,
 système de verrouillage anti-intrusion.
Le plan détaillé de la clôture sera soumis à l’agrément du Maître d’Œuvre avant mise en place sur le terrain.
Les installations de chantier fixes feront obligatoirement l’objet d’un gardiennage de jour comme de nuit. Les
frais de gardiennage seront à la charge de l’Entrepreneur.

1.13.6 - Permanence et gardiennage du chantier


L’Entrepreneur est tenu d’interdire l’accès au chantier par une clôture complète des emprises du chantier au
contact d’un espace ouvert au public. Conformément aux différentes phases de réalisation des ouvrages, et
les limites de chantier variant selon la phase de chantier concernée, la clôture de chantier devra s’adapter à
chaque phase de chantier.
Cette clôture, d’au moins 2 mètres de hauteur, sera maintenue fermée en permanence, l’Entrepreneur
supportant tous les frais liés au gardiennage du chantier, de jour comme de nuit.

1.13.7 - Travaux subaquatiques


Les travaux exécutés à une cote inférieure au niveau du plan d’eau, seront réalisés sous l'eau.
Il conviendra d'adopter des modalités d'exécution permettant un contrôle efficace du travail réalisé pour
chaque phase ou journée de travail. Pour ce faire, l'Entreprise prendra toutes dispositions pour rendre les
ouvrages visitables et visibles.
L’Entreprise soumettra à l'approbation du Maître d'Œuvre une méthodologie précise.
Toutes les sujétions résultant de l'exécution de travaux subaquatiques sont réputées incluses dans le
présent marché, y compris les mesures de protection de l'environnement lors de l'exécution des travaux
(respect qualitatif du milieu aquatique, notamment lors des opérations de dépose et de bétonnage etc).
Toute intervention subaquatique devra être préalablement soumise à l’accord du Maître d’Œuvre
conformément au PPSPS à réaliser qui tient lieu de Plan de Prévention.

1.13.8 - Organisation du chantier - Documents généraux - Projets


Outre les prescriptions complémentaires pouvant figurer dans le fascicule 65 et le fascicule 66 du C.C.T.G.,
les documents suivants relatifs à l’organisation du chantier sont fournis par le titulaire du marché.
 le Plan d'Assurance de la Qualité (P.A.Q.) de degré 2 au sens de l'article 34.3 du fascicule 65 et de
son additif du C.C.T.G. et les documents de suivi de contrôle interne et externe.
 le programme des études d'exécution des ouvrages définitifs et des ouvrages provisoires,
 le programme d'exécution des travaux,
 le Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé. (P.P.S.P.S.),

C.C.T.P. page 37/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 le projet des installations de chantier,


 le projet des ouvrages provisoires. (signalisation, protection du chantier, pistes, plate-forme, cintre,
échafaudage, coffrages, blindages de tranchée, batardeaux, pompage……….),
 le projet d'exécution des ouvrages définitifs (plans et note de calcul),
 le dossier des documents conformes à l'exécution (récolement),
 les documents relatifs aux ouvrages provisoires de 1ère et 2ème catégories.

1.13.9 - Délai de réalisation et phasage


L’ouvrage devra être réalisé dans les délais spécifiés dans l’acte d’engagement.
Compte tenu des contraintes listées ci-avant, un phasage précis des opérations (études et travaux) doit être
soigneusement étudié au préalable par l’Entreprise et scrupuleusement respecté pendant les travaux.
Le planning de travaux proposés par l’Entreprise dans son offre feront l’objet d’une mise au point pendant la
mise au point du marché. Le planning qui en résultera sera contractualisé.

1.13.10 - Limitation des nuisances sur l’environnement

1.13.10.1 - Généralités
En complément de l’établissement du P.A.Q. et du P.P.S.P.S., l’Entrepreneur établira un P.R.E. (Plan de
Respect de l’Environnement) qui s’appliquera aux travaux et à l’organisation interne de l’Entreprise en
matière d’environnement.
Ce P.R.E. concernera les mesures générales visant à limiter l’incidence et les nuisances dues aux chantiers.

1.13.10.2 - Incidences des travaux sur le milieu aquatique


Les ouvrages étant réalisés en site aquatique et partiellement immergés, les études d'exécution devront
prendre en compte les contraintes qui en résultent.
L'Entrepreneur devra prendre toutes les dispositions nécessaires pour éviter tout risque de nuisance ou
pollution (hydrocarbures, laitance de ciments, MES lors de terrassements, dragages…).
A ce titre, l ‘Entrepreneur veillera particulièrement à :
 recueillir et traiter les eaux usées, par un dispositif d’épuration collective réglementaire,
 stocker les hydrocarbures dans des cuves à double étanchéité,
 limiter les vidanges d’engins, de cuves et matériels divers à des zones bétonnées étanches, les
produits de vidange étant évacués vers des installations de récupération agréées,
 mettre en place un bassin de décantation pour les rejets de chantier. Les fuites de laitance de
ciment seront interdites,
 limiter les fuites de matériaux lors des nettoyages,
 limiter la quantité des matières remises en suspension lors des opérations de dragage, de
démolition et de fonçage des pieux et palplanches par l’utilisation d’un barrage anti MES dont
l’efficacité sera démontrée,
 suivre les prescriptions éventuelles concernant la surveillance de la qualité des eaux et le respect de
l’objectif de qualité défini par les Services de l’Etat.

1.13.10.3 - Horaire de travail


Les chantiers pourront être en activité conformément à la législation en vigueur sur le droit du travail. A titre
informatif, de 7 h à 20 h environ à l'exception des dimanches et jours fériés.
Toute dérogation à la règle ci-dessus devra recevoir l’accord de l’inspection du travail et du Maître d'Œuvre.

C.C.T.P. page 38/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Dans ce cas, l'Entrepreneur prendra à ses frais toutes les dispositions nécessaires afin de préserver le
voisinage de toutes nuisances pouvant être occasionnées par les engins de terrassement de levage, de
battage et en particulier tous les dispositifs de sécurité à renforcer.

1.13.11 - État des lieux et remise en état

1.13.11.1 - État des lieux


Du fait de sa soumission, l'Entrepreneur sera réputé avoir une parfaite connaissance du site et des
conditions de réalisation des travaux à réaliser.
Avant toute intervention, un état des lieux contradictoire sera réalisé entre l’Entrepreneur, le représentant du
Maître d’Œuvre et la Maîtrise d’Ouvrage.
Cette visite de déroulera en présence d’un huissier de justice (rémunéré par l’Entreprise).

1.13.11.2 - Remise en état des terrains mis à disposition de l’Entrepreneur


En fin de chantier, tous les terrains mis à la disposition de l'Entrepreneur seront remis en état, nettoyés et
rendus au Maître d'Ouvrage suivant ses exigences.
En fin de travaux, dans un délai maximum d’une semaine, les terrains ayant servi aux installations de
chantier devront être remis en état.
La remise en état sera conforme aux engagements pris avec les propriétaires concernés et le propriétaire se
verra fournir un quitus attestant la remise en état.
Aucun matériel, même inutilisable, ne devra y subsister que celui-ci soit sa propriété, celle de ses sous-
traitants éventuels, de ses fournisseurs ou de visiteurs (dont l'accès au chantier leur est en principe interdit).
Tous les restes de matériaux (produits de dépose, bétons, agrégats et autres débris) seront évacués en
décharge ou centre agréé par le Maître d’Œuvre.

1.13.11.3 - Remise en état des zones de travaux


A la fin du chantier, les terrains utilisés par l’Entrepreneur, y compris les pistes seront soigneusement remis
en état en se basant sur l’état des lieux contradictoire réalisé avant travaux.
De la même façon, un autre état des lieux par huissier (rémunéré par l’Entreprise) sera réalisé après
l’achèvement des travaux de remise en état.
L’attention de l’Entrepreneur est attirée sur la remise en état du revêtement des terre pleins comprise dans
les prix du bordereau et dont il devra s’accommoder en fonction des moyens de travaux qu’il a prévu et qui
doivent être adaptés à la nature et à la résistance des terres pleins et de leurs revêtements.

1.13.12 - Exécution de travaux non prévus


Sur l'ordre et les instructions du Maître d’Œuvre, l'Entrepreneur est tenu d'assurer l'exécution des travaux
imprévus qui pourraient survenir.

1.13.13 - Interdiction et prescriptions diverses


L’Entrepreneur prendra à ses frais toutes les mesures et les précautions utiles afin que :
 les engins utilisés ne puissent heurter les ouvrages avoisinants,
 les flèches des engins de manutention et les matériaux soulevés ne pénètrent en aucun cas des
voies de circulation quelles soit terrestre ou aquatique.

1.13.14 - Navigation et mouvements de navires


Pour tout ce qui concerne les occupations temporaires des ouvrages de la Base ou du port, l’Entrepreneur
prendra contact avec les autorités compétentes.

C.C.T.P. page 39/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

La signalisation nautique provisoire sera fournie, mise en œuvre et entretenue par le titulaire des travaux.

1.13.15 - Topographie et bathymétrie


S’il le juge nécessaire, l’Entrepreneur est libre de prévoir des reconnaissances topographiques et
bathymétriques complémentaires qui sont réputés compris dans son offre.

1.13.16 - Existence de vestiges


Au cours des travaux, l’Entrepreneur pourra rencontrer des vestiges. Il devra, dès la découverte, avertir
immédiatement, le Maître d’Ouvrage et le Maître d’Œuvre.

ARTICLE 1.14 - CONTRAINTES PARTICULIERES DU SITE ET DU PROJET


L'Entrepreneur devra tenir compte lors de l'établissement des prix de toutes les sujétions entraînées par les
conditions dans lesquelles seront exécutés les ouvrages ; ces sujétions comprennent notamment :
 les conditions d'accès,
 le fait que la position et la consistance de l’ensemble des réseaux sous-terrains existants n’est pas
ou très mal connue car les plans d’exécution des ouvrages n’existent plus
 le fait que la structure des ouvrages existant n’est pas ou très peu connue pour les parties non
visibles de l’extérieur car les plans d’exécution des ouvrages n’existent plus
 que les plans des ouvrages existants figurant dans le dossier d’appel d’offres sont basés sur des
mesures effectuées sur le terrain pour quelques sections types, en l’absence de plan de recollement
des ouvrages existants. En conséquence, la géométrie précise des ouvrages à réhabiliter et à
renforcer sera à identifier par l’entrepreneur puis les dossiers d’exécution des ouvrages à établir en
conséquence.
 Les variations du niveau du fleuve au cours de l’année (impact direct sur les travaux de réhabilitation
du quai Ceretti et du quai en palplanches).
 Les travaux dans un port en exploitation. Les contraintes spécifiques à cet aspect sont détaillées
plus bas
 Les conditions climatiques, les pluies notamment
L'appréciation de l'ensemble des sujétions est du ressort de l'Entreprise et les prix proposés dans son offre
sont réputés en tenir compte.
L’Entrepreneur est tenu de visiter les lieux avec la plus grande attention afin de prendre l'exacte mesure de
toutes les contraintes relatives au site et à l'environnement.
Aucune modification au marché n'est accordée en cas de méprise de la part de l’Entreprise sur ces
contraintes ainsi que les règlements locaux.

1.14.1 - Conditions d'accès aux sites, voiries

1.14.1.1 - Généralités
L'Entrepreneur entretiendra à ses frais et consolidera, s'il le faut, tous les chemins ou voies existants qu'il
pourrait emprunter. Il devra les restituer à la fin du chantier dans leur état d'origine, constaté en début de
chantier par un état des lieux contradictoire.
Un constat d'huissier sera réalisé par l'Entrepreneur depuis la route voisine jusqu’au chantier dont les frais
seront intégrés dans ses prix en début et fin de chantier.
L'Entrepreneur procédera à l'entretien et à la réparation des voiries et voies d'accès au port de Brazzaville
(que celles-ci soient nationales, départementales, communales ou privées pendant toute la durée des
travaux. Cet entretien sera exécuté à la convenance de l'Entrepreneur ou à la première requête du Maître
d'Œuvre.

C.C.T.P. page 40/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

En particulier, l'Entrepreneur sera responsable des conséquences du trafic exceptionnel réalisé sur les
voiries d’accès au port pour l'exécution des travaux, qu'il s'agisse de la circulation de ses propres véhicules,
de ceux de ses fournisseurs ou de ses sous-traitants. Les frais d'entretien et de réparations des routes et
chemins empruntés sont intégrés dans les prix forfaitaires du marché.
Pendant toute la durée des travaux, des panneaux de signalisation seront installés par l'Entrepreneur, afin
d'indiquer la proximité du chantier ou d'indiquer des zones abîmées par le trafic du chantier. L'Entrepreneur
se soumettra aux règles de circulation en vigueur, notamment pour ce qui concerne les engins de chantier.
A la fin des travaux, l'Entrepreneur procédera, dans le cadre des repliements de chantier, à la remise en état
de l'ensemble des accès.
Tous les travaux d'adaptation éventuelle, d'entretien et de remise en état relatifs aux voies publiques
nationales et départementales seront subordonnés à l'autorisation des Services gestionnaires de voiries,
soumis à leur contrôle et précédés de la mise en place des signalisations normalisées nécessaires.
Les conditions d'accès aux différents sites sont réputées connues de l'Entrepreneur, qui aura visité les sites
mis à sa disposition en préalable à la remise de son offre.

1.14.2 - Canalisations et supports de conducteurs des services publics


Avant le commencement des travaux, l'Entrepreneur devra transmettre la déclaration d'intention de travaux
aux Services Publiques assurant l’alimentation en eau et en électricité du Port. Il justifiera auprès du Maître
d’Œuvre qu'il a adressé à tous les concessionnaires un avis d'ouverture de chantier.
Avant tout commencement des travaux, l’Entreprise procèdera, s’il y a lieu, au piquetage des ouvrages
souterrains ou enterrés dont il aura pris connaissance auprès des services concessionnaires.
L'Entrepreneur prendra toutes les dispositions utiles pour qu'aucun dommage ne soit causé aux
canalisations ou conduites de toutes sortes rencontrées pendant l'exécution des travaux qui auront être
identifiées ou non préalablement aux travaux.
L’Entreprise est tenue au respect des poteaux de support de conducteurs électriques ou téléphoniques qui
seront à déplacer. L’Entreprise devra en temps voulu proposer les déplacements à la compagnie intéressée
.

1.14.3 - Maintien de l’exploitation du port pendant les travaux


Les activités portuaires seront maintenues pendant la réalisation des travaux.
La réalisation des travaux devra perturber au minimum les opérations portuaires.
Au sein du port, on distingue les principales zones fonctionnelles suivantes :
 Le quai Ceretti utilisé pour la manutention des marchandises diverses
 Le quai lourd utilisé pour la manutention des grumes et des conteneurs
 Le terre-plein grume situé en arrière du quai lourd pour le stockage des grumes
 Le terre-plein situé à l’arrière des hangars utilisé pour le stockage des bois débité, le stockage de
conteneurs, et pour le chargement des trains.
 La zone d’accès terrestre au port
Le planning de réalisation des travaux qui sera proposé par l’Entreprise au Maître d’Œuvre devra être
élaboré sur la base des hypothèses suivantes :
 L ‘accès terrestre au port devra être maintenu pendant toute la durée des travaux
 L’accès fluvial au port devra être maintenu pendant toute la durée des travaux
 Les travaux de réhabilitation des voies de chemin de fer devront être phasés car le port devra rester
accessible aux trains pendant la réalisation des travaux.
 Les travaux de réhabilitation des quais devront être phasés car le trafic sera maintenu à l’intérieur du
port pendant les travaux.

C.C.T.P. page 41/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 A tout moment, le quai Ceretti ne pourra pas être fermé à l’exploitation pour cause de réhabilitation
sur un linéaire excédant le tiers de sa longueur totale. Cette longueur étant celle d’un seul et même
tronçon de quai.
 Les deux sections du quai lourd (sur pieux et en palplanches) ne pourront pas être réhabilitées
simultanément pour que le trafic lourd transitant par le port ne soit pas interrompu
 Le terre-plein grumes situé en arrière du quai lourd restant ouvert à l’exploitation (soit entre le quai et
la ligne de chemin de fer) doit également rester libre de tous travaux de façon à permettre
l’évacuation des marchandises déchargées depuis le quai lourd en service vers le terre-plein de
stockage et les lignes de chemin de fer.
 A chaque instant il ne pourra pas avoir plus de 25% des surfaces de terre-plein portuaires fermées
pour cause de travaux
Les zones en cours de réhabilitation devront être clôturées par l’Entrepreneur.

1.14.4 - Adaptation du projet aux caractéristiques finales des grues neuves


qui seront installées sur les quais
Un appel d’offres relatif à la fourniture et à l’installation d’équipements de manutention sera lancé
parallèlement au présent projet de réhabilitation.
Cet appel d’offres comprend :
 L’acquisition de 2 grues de 40 tonnes de capacité
 L’acquisition de 2 ou 3 grues de 6 tonnes de capacité
 L’acquisition de chariots élévateurs de 20 et 42 tonnes

Pendant la réalisation du présent marché, l’Entrepreneur devra s’assurer auprès de l’Ingénieur que les
travaux de réhabilitation et de renforcement des quais correspondent bien aux équipements qui seront
effectivement livrés au port de Brazzaville.
Les spécifications générales de ces équipements sont définies dans les dossiers d’appel d’offres de
fourniture correspondants mais certaines composantes des travaux objets des présentes spécifications
pourront être adaptées pour correspondre parfaitement aux caractéristiques finales des futurs équipements.
Ces adaptation devront être prises en compte par l’Entrepreneur pour l’établissement du dossier d’exécution
des travaux et pourront par exemple porter sur :
 les dimensions du caniveau à câbles en fonction du diamètre et les caractéristiques des câbles
d’alimentation électrique des grues
 des recommandations éventuelles du fabricant des grues concernant les dimensions de la fosse
d’alimentation électrique des grues et les caractéristiques du système d’alimentation électrique des
grues
 des instructions éventuelles du fabricant pour la pose des rails
 des instructions éventuelles du fabricant pour l’installation de broches d’ancrages des grues
L’installation des grues sera effectuée par le fournisseur des grues à l’issue des travaux de réhabilitation des
quais.

1.14.5 - Variations du niveau du fleuve


Les niveaux du fleuve enregistrés ces dernières années au beach de Brazzaville ainsi qu’une estimation des
niveaux maxi et mini du fleuve sont inclus au chapitre « Hydrologie – Hydraulique» des Pièces facilitant
l’intelligence du projet figurant au présent dossier.
L’attention de l’Entrepreneur est attirée sur le fait que certains ouvrages qui font l’objet du projet de
réhabilitation se trouvent sous l’eau du fleuve en dehors des périodes où le fleuve se situe à son niveau le
plus bas.

C.C.T.P. page 42/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les poteaux béton armé du quai Ceretti sont à réhabiliter. L’entrepreneur effectuera les travaux de
réparation des pieux lorsque le niveau du fleuve sera bas de façon à ce que les poteaux soient réparés sur
la plus grande hauteur possible et notamment jusqu’au niveau de la jonction entre la partie cylindrique et de
la partie rectangulaire des pieux.
Les palplanches des quais situés en amont du port sont également à traiter contre la corrosion et à
repeindre. L’entrepreneur réalisera donc les travaux de peinture des palplanches quand le fleuve atteint son
niveau le plus bas de façon à traiter le rideau sur la plus grande hauteur possible.
Les variations du niveau du fleuve au cours de l’année seront prises également en compte pour la
réalisation des travaux de réhabilitation suivants :
 Pose des défenses sur le quai
 Construction des parties en béton armé dans la partie basse des ouvrages (couronnement du
nouveau quai Wellman par exemple).

1.14.6 - Contraintes météorologiques


L’Entrepreneur est tenu de s'informer auprès des services compétents des conditions météorologiques et
des niveaux du fleuve pouvant régner sur le site des travaux.
Il est réputé avoir tenu compte dans son offre, d’éventuelles difficultés d’ordre météorologique ou maritime
particulières au site.

ARTICLE 1.15 - CONDITONS DU CONTROLE DE L’EXECUTION (F 65 CHAP. 2)


Les obligations de l'Entrepreneur résultant des articles 21 et 25 du fascicule 65 du C.C.T.G. des références
françaises sont étendues à l'ensemble des fournitures et travaux du marché.

1.15.1 - Plan d'assurance qualité

1.15.1.1 - Généralités
Les travaux font l'objet d'un Plan d'Assurance Qualité (P.A.Q.).
Le P.A.Q. est soumis au visa du Maître d’Œuvre. Il sera conforme aux stipulations de l’article 34.3 du
fascicule 65 du C.C.T.G. et les documents de suivi de contrôle interne et externe.
Les prix du marché sont réputés comprendre l'ensemble des actions prévues au P.A.Q. et notamment les
contrôles internes et externes tels qu'ils résultent des spécifications du présent C.C.T.P. au titre du prix
"Etudes et plans d’exécution" ou dans le cadre des prix du bordereau.

1.15.1.2 - Degré de développement du plan d'assurance de la qualité


Le P.A.Q. à établir est de degré 2.

1.15.1.3 - Contenu du P.A.Q.


Le P.A.Q. comprend :
 une note d’organisation dont le contenu est précisée ci-après,
 des procédures d’exécution couvrant l’ensemble des travaux. Le contenu d’une procédure est
précisé ci-après,
 les documents de suivi d’exécution tels que définis dans le présent document avec possibilité pour
simplifier de regrouper par partie d’ouvrage ou pour l’ensemble de l’ouvrage, l’ensemble des
éléments du contrôle.
1) Note d’organisation générale du chantier
Elle définit tous les éléments d’organisation concourant à l’obtention de la qualité :

C.C.T.P. page 43/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 Désignation des parties concernées. Maître d’Ouvrage – Maître d’Œuvre – Entreprises, principaux
fournisseurs, bureau d’études, bureau de contrôle et Laboratoire (éventuellement).
 Moyens en personnel des entreprises et sous-traitants avec références de l’encadrement et
notamment pour les sous-traitants les responsables qui seront présents sur le chantier.
 Moyens généraux en matériel,
 Gestion des documents d’exécution,
 Liste des points d’arrêt,
 Liste des procédures d’exécution et échéancier d’établissement : Cette liste comprendra,
notamment, les procédures exigées par le Maître d’Œuvre dans le D.C.E.,

2) Conditions générales d’exercice du contrôle


 Liste des documents de suivi d’exécution et principe de gestion des non-conformités,
 Désignation du responsable de chaque tâche de contrôle,
 Rappel des conditions d’exercice du contrôle extérieur avec définition des points « critiques » et
« d’arrêt »,

3) Procédures d’exécution
Établies par nature de travaux, par phase, ou pour l’ensemble du chantier, elles en définissent tous les
éléments d’organisation concourant à l’obtention de la qualité :
 Les opérations objets de la procédure
 Les moyens en personnel et en matériel spécifiques de la tâche
 Les matériaux, fournitures et composants avec qualité – origine – marque
 Les modes opératoires – méthodologie et instructions particulières pour l’exécution
 Les liaisons entre procédures (interfaces techniques)

4) Les conditions d’exercice du contrôle :


 La liste des documents annexés ou non à la procédure et utiles à l’exécution de la tâche.

5) Documents de suivi d’exécution


Les documents de suivi d’exécution permettent de recueillir et de conserver les informations sur les
conditions réelles de l’exécution, et d’apporter la preuve de l’exercice du contrôle interne. Ils sont constitués
notamment de fiches de contrôle et de fiches de non conformité s’il y a lieu.

1.15.1.4 - Contrôle extérieur (F 65, Art. 23 – Point d’arrêt)


Le contrôle extérieur au producteur consiste à s’assurer de la convenance du P.A.Q. et de son respect par
l’Entrepreneur, à vérifier par sondages la conformité aux stipulations du marché et en particulier à exécuter
certaines épreuves prévues au marché.
Ces contrôles ne dispensent pas l’Entrepreneur de son contrôle interne. Il sera informé des résultats des
contrôles extérieurs.
En cas de défaillance de l’Entreprise et ce qui concerne son contrôle interne, le Maître d’Œuvre pourra faire
intervenir son contrôle extérieur après mise en demeure restée sans effet. Les frais correspondants seront à
la charge de l’Entrepreneur.
Au cours de l’exécution de l’ouvrage, le Maître d’Œuvre procédera à des contrôles préalablement définis
pour lesquels la poursuite des opérations par l’Entreprise est subordonnées à son acceptation prononcée
dans un délai déterminé. Ces points de contrôles sont appelés « points d’arrêt ». Ils sont associés à des
délais de préavis, délais au-delà desquels l’Entreprise peut poursuivre l’exécution en l’absence de
manifestation du Maître d’Œuvre.
Pour les points d’arrêt liés à l’acceptation par le Maître d’Œuvre des résultats d’essais de convenance,
d’éléments témoins d’épreuves d’études, les délais de préavis sont de 5 jours travaillés.

C.C.T.P. page 44/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Pour les points d’arrêt d’exécution, sauf proposition particulière de l’entreprise acceptée par le Maître
d’Œuvre ou son représentant, les délais de préavis sont de 12 heures travaillées après la remise de la
demande au contrôle extérieur.
Dans le cadre des différentes procédures d’exécution du plan d’assurance qualité, l’Entreprise récapitulera
les délais de préavis associés aux points d’arrêt.
La liste ci-après donne des points d’arrêt obligatoires à inscrire au P.A.Q. :

PHASES DE TRAVAUX POINTS D’ARRETS

Démolition de chaussée - Autorisation de démolir

- Approbation de la note des moyens et procédés d’évacuation des


produits de démolition

Déblais - Approbation de la note des moyens et procédés de mise en aire


de ressuyage des déblais meubles extraits sous eau

- Approbation de la note des moyens de contrôle de la qualité des


matériaux

- Approbation de la note des moyens et procédés de mise en


remblai des matériaux réutilisables

- Approbation de la note des moyens et procédés d’évacuation des


matériaux non réutilisés

- Réception du barrage anti-pollution

Implantations des ouvrages - Implantation générale

- Vérification du positionnement et l’alignement au fur et à mesure

Pieux métalliques - Validation du plan d’implantation des pieux

- Contrôle des entures et du refus

- Acceptation après recépage

Emploi de trépan L’emploi de trépan doit être expressément autorisé par le Maître
d’Œuvre

Protection par peinture - Réception de chaque couche

Bétonnages - Acceptation de l’épreuve de convenance

- Autorisation de bétonnage

- Réception des éléments préfabriqués

Pontons - Réception avant pose

C.C.T.P. page 45/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Tranchées pour réseaux - Approbation de la note des moyens et procédés d’évacuation des
produits de démolition

- Approbation de la note des moyens et procédés de tri,

- Approbation de la note des moyens et procédés de mise en


remblai des matériaux réutilisables

- Approbation de la note des moyens et procédés d’évacuation des


matériaux non réutilisés

Réseaux divers - Acceptation du fond de fouille avant pose

- Autorisation de remblaiement

Equipements électriques - Fourniture du certificat de conformité de l’installation électrique

Equipements -Réception des équipements avant pose

La liste des points d’arrêts et des points critiques est présentée par l’Entrepreneur dans la note
d’organisation générale du P.A.Q.

1.15.2 - Procédures d’exécution


Les procédures d’exécution sont établies par nature de travaux.
Les procédures d’exécution sont établies conformément aux prescriptions des chapitres ci-après et
définissent notamment :
 la partie des travaux faisant l’objet de la procédure considérée,
 les moyens matériels spécifiques utilisés,
 les choix de l’Entreprise en matière de matériaux, produits et composants (qualité, certification,
origine, marque et modèle exact lorsqu’il y a lieu).
 les points sensibles de l’exécution (un point sensible est un point d’exécution qui doit
particulièrement retenir l’attention en vue d’une bonne réalisation), par référence aux phases
d’exécution des travaux avec, s’il y a lieu, une description des modes opératoires et les consignes
d’exécution,
 le cas échéant, les interactions avec d’autres procédures et les conditions préalables à remplir pour
l’exécution ultérieure de certaines tâches,
 les modalités du contrôle interne ou externe.
Les documents annexés aux procédures d’exécution doivent comprendre le projet des ouvrages provisoires,
leur justification et le projet des phasages d’exécution.

1.15.3 - Plan de Respect de l’Environnement – P.R.E


L’Entrepreneur rédigera un P.R.E qui précisera comment il entend éviter de dégrader l’environnement et en
particulier :
 comment éviter les pollutions par les engins de TP,
 comment traiter les eaux de ruissellement (zone de ravitaillement des engins) avant restitution au
plan d’eau.
L’attention de l’Entrepreneur est attirée sur la nécessité d’un très strict contrôle des risques de pollution de
l’environnement et tout particulièrement des eaux (hydrocarbures, huiles, graisses, laitances de ciment,
matières en suspensions).
En particulier, en cas de pollution accidentelle par hydrocarbures ou de tout autre produit dangereux pour
l’environnement, l’Entrepreneur devra prévenir immédiatement le Maître d’Œuvre et le Maître d’Ouvrage par
oral (téléphone) puis par écrit (fax) en expliquant l’historique du déroulement de l’accident, les quantités
déversées, etc.

C.C.T.P. page 46/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les modalités d’alerte devront être précisées dans le P.A.Q. de l’Entrepreneur et affichées de manière claire
et visible dans les bureaux de chantier et sur les panneaux d’affichage extérieurs aux bungalows de
chantier.
Ces points seront développés dans le S.O.S.E.D. (Schéma d’Organisation et de Suivi de l’Élimination des
Déchets de Chantier) intégré au P.R.E.
Le P.R.E. est un document évolutif, qui doit être complété au fur et à mesure de l’avancement des travaux. Il
est établi sous la responsabilité de l’Entrepreneur mandataire pour l’ensemble des travaux confiés au
groupement. L’Entrepreneur mandataire doit s’assurer, le cas échéant, de l’homogénéité de présentation
des différents P.R.E. proposés par ses sous-traitants éventuels.

C.C.T.P. page 47/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

CHAPITRE 2.

PROVENANCE ET QUALITE
DES MATERIAUX ET PRODUITS

ARTICLE 2.01 - GENERALITES


Tous les matériaux, matières ou fournitures satisferont aux conditions précisées dans le présent C.C.T.P.,
ou dans les fascicules du C.C.T.G., ou aux normes françaises ou européennes homologuées au moment de
la signature du marché. Ils devront provenir de carrières ou d’usines agréées par le Maître d’Œuvre.
Le P.A.Q rappelle ou définit les catégories, nuances ou provenance des différents matériaux, produits ou
composants. L’Entrepreneur soumettra au visa du Maître d’Œuvre, avant tout approvisionnement du
chantier, le Plan d’Assurance Qualité (P.A.Q.) dans les conditions fixées par le C.C.T.G. (article 34 du
fascicule 65 notamment) et le présent C.C.T.P.
L’attestation de conformité à la norme et aux prescriptions complémentaires de qualité est fournie par
l’utilisation de la marque NF ou d’une marque équivalente, en tout état de cause, il appartient au
soumissionnaire d’apporter au Maître d’Ouvrage la preuve de la conformité de ses produits aux exigences
spécifiées. Toutefois des conformités à des normes étrangères en vigueur dans les états membres de l’UE
équivalentes à des normes françaises homologuées pourront être admises. Il appartient alors au
soumissionnaire de justifier l’équivalence par production d’un document attestant ladite équivalence entre les
instituts nationaux de normalisation ou des autorités administratives compétentes.
En cas de discordance entre le C.C.T.G. et le présent C.C.T.P., ce dernier sera applicable sauf dérogation
stipulée dans le présent document.
Tous les matériaux entrant dans la composition des ouvrages faisant partie du présent marché seront
fournis par l’Entrepreneur. Les modalités d’utilisation de ces matériaux sont définies dans le présent
C.C.T.P.
Les matériaux et produits divers incorporés à titre définitif dans les ouvrages devront répondre aux
conditions d'emploi et de fonctionnement auxquelles ils seront soumis, et ce, pour garantir une durée de
service des ouvrages de 50 ans au moins pour les structures, et 25 ans pour les équipements incorporés au
gros œuvre.
Tous les prélèvements pour essais seront exécutés par un laboratoire agréé par le Maître d’Œuvre et aux
frais de l’Entrepreneur au titre du contrôle externe. Les frais de contrôle et des essais seront à la charge du
titulaire du présent marché, lequel fournira également la main d’œuvre et le matériel nécessaires aux
prélèvements et aux essais nécessaires au contrôle extérieur du Maître d’Œuvre.
Il est rappelé l’obligation d’établissement de ce Plan d’Assurance Qualité (P.A.Q.) par l’Entrepreneur selon
les trois phases définies à l’article 34 du fascicule 65.

ARTICLE 2.02 - PRESCRIPTIONS GENERALES


Sauf exceptions prévues au C.C.T.P. et C.C.T.G., les matériaux devront être conformes aux normes
homologuées par l’Association Française de Normalisation (AFNOR) ou aux normes européennes en
vigueur.
Les différents matériaux, composants ou équipements mis en œuvre dans le cadre de la réalisation des
prestations sont proposés par l’Entrepreneur.
Lorsqu’elles ne sont pas fixées au marché, les modalités de présentation à l’acceptation du Maître d‘Œuvre
des différents matériaux, composants ou équipements seront définies par le Plan d’Assurance Qualité
(PAQ).
Tous les matériaux et composants devront en particulier être adaptés à une utilisation en milieu aquatique.
Les demandes d’agréments sont présentées au Maître d’Œuvre durant la période de préparation et au plus
tard une semaine avant leur mise en œuvre prévue par le calendrier contractuel.

C.C.T.P. page 48/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les matériaux indiqués ci-après auront les provenances désignées ci-dessous :

Nature Provenance

Matériaux récupérés sur site et si nécessaire carrière


Matériaux pour remblai
agréée

Sable et matériaux roulés ou concassés lavés provenant


Sable et granulats pour bétons
de carrières agrées par le Maître d’Œuvre.

Usines ou centres de production agrées par le Maître


d’Œuvre. Dans tous les cas les ciments d’une même
Liants hydrauliques
spécification proviendront d’une même usine sauf accord
du Maître d’Œuvre.

Bétons prêts à l’emploi Centrale BPE titulaire de la marque NF-BPE.

Armatures en acier pour béton armé Usines agréées par le Maître d’Œuvre

Tubes métalliques Usines ou fournisseurs agrées par le Maître d’Œuvre

Peinture et revêtement anti-corrosion Usines ou fournisseurs agrées par le Maître d’Œuvre

Equipements Fournisseurs agrées par le Maître d’Œuvre

Lieux ou carrières proposés par l'entrepreneur et agréés


Sable et granulats pour lit de pose canalisations
par le Maître d'Œuvre

Canalisations PE Fournisseurs agréés par le Maître d'Œuvre

Câbles et fourreaux TPC Fournisseurs agréés par le Maître d'Œuvre

Equipements électriques Fournisseurs agréés par le Maître d'Œuvre

Produits préfabriqués en béton pour regards Fournisseurs agrées par le Maître d’Œuvre

Grillage avertisseur Fournisseurs agréés par le Maitre d’Œuvre

Rails, platines, crapauds, ancrages Fournisseurs agréés par le Maitre d’Œuvre

Avant la mise en œuvre, l’Entrepreneur est tenu de déposer auprès du Maître d’Œuvre, un échantillon du
matériau pour chaque qualité envisagée. Ces échantillons seront appelés à subir les contrôles et essais
conformes à ceux prévus par les normes en vigueur, et les règles de la profession. Ils devront s’assurer
auprès des fabricants qu’ils acceptent les prescriptions du C.C.T.G. et du présent C.C.T.P. En ce qui
concerne, tant la qualité des matériaux et produits que les conditions de contrôle et d’essais. L’Entrepreneur
est seul responsable vis-à-vis du Maître d’Ouvrage.
Pour le marquage des produits préfabriqués, outre les indications obligatoires, ces produits porteront la date
et le lieu de fabrication.
La livraison des produits préfabriqués aura lieu à pied d’œuvre sur chantier et aux frais de l’Entrepreneur.
L’Entrepreneur remettra au Maître d’Œuvre une copie des bons de livraison sur simple demande de sa part.
Tous les matériaux devront être exempts de boue, d’argile, de terre et de débris végétaux ou autres.
D’une manière générale, les spécifications des matériaux et éléments de construction, sont conformes aux
directives du fascicule 65 du C.C.T.G.

C.C.T.P. page 49/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

ARTICLE 2.03 - MOUVEMENT DE TERRES


(Fascicule II du C.C.T.G.)
Les provenances et destinations des matériaux doivent être les suivantes :

Provenance des matériaux Destination des matériaux


- Tri, mise sur un site de stockage provisoire sur
Déblais extrait hors d’eau l’emprise du chantier
-Réutilisation en remblai
Mise en dépôt définitif dans une décharge agréée
Déblais « inutilisables » en remblai
par le Maître d’Œuvre
Mise en dépôt définitif dans une décharge agréée
Déblais excédentaires
par le Maître d’Œuvre

ARTICLE 2.04 - REMBLAIS DE FOUILLE ET REMBLAIS CONTIGUS AUX


OUVRAGES
(Fasc. 2 du C.C.T.G, norme NF P 11-300)
Les matériaux de remblai proviendront des déblais de terrain exécutés au titre du présent marché en accord
avec le Maître d’Œuvre sur la base des analyses réalisées par l’Entrepreneur.
Ils devront être pulvérulents, insensibles à l’eau, exempts de fine, de vase et de matière organique
(tolérance de 0.5 %). Ils devront présenter les caractéristiques suivantes :

 D< 100 mm,


 passant à 80 microns < 10 %,
 coefficient Los Angeles < 25,
 teneur en eau naturelle voisine de l’optimum Proctor normal (OPN) pour permettre d’obtenir le
meilleur compactage (densité > 95 % de l’OPN),
Le P.A.Q. précisera la qualité de ces matériaux.
Si l’Entreprise doit utiliser des matériaux d’apport, ils proviendront d’emprunts agrées par le Maître d’Œuvre.

ARTICLE 2.05 - GEOTEXTILE


Le géotextile utilisé comme filtre sous les enrochements ou sous la dalle béton du perré est du type
polypropylène. Sa masse surfacique doit être d’au moins 800g/m².
Les géotextiles seront soumis à l’agrément du Maître d’œuvre, l’Entrepreneur doit remettre la certification
conforme aux normes ASQUAL des géotextiles.

ARTICLE 2.06 - ENROCHEMENTS


(chap. I du fasc. 64 du CCTG)

Les prescriptions de l'article 9 du fascicule 64 du CCTG sont complétées comme suit :


Les enrochements sont destinés à être mis en place pour le talus du quai Wellman selon les plans joints au
dossier.

2.06.1 - Provenance des enrochements


Les enrochements seront des enrochements d’apport, pour assurer le maintien des talus.
Les enrochements d’apport devront parvenir de carrières proposées par l'Entrepreneur et agréées par le
Maître d’Œuvre.

C.C.T.P. page 50/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.06.2 - Morphologie
Les enrochements seront à angles marqués, de forme voisine du tétraèdre. Les blocs de formes beaucoup
plus défavorables seront rejetés. Bien que les forces exercées sur les enrochements à angles marqués
soient supérieures à celles sur ceux du type galet, le blocage des enrochements entre eux par les arêtes
reste prépondérant. Les critères de sélection des enrochements du type "anguleux-tétraédrique" définis
précédemment sont les suivants :
 moins de 25 % de pierres de longueur supérieure à 2.5 fois l'épaisseur,
 les pierres de longueur supérieure à 3 fois la largeur seront rejetées,
 les pierres et blocs dont les dimensions caractéristiques ne rentrent pas dans les limites de tolérance
seront éliminés soit au tri en carrière, soit avant la mise en place.

2.06.3 - Qualité des enrochements


Les matériaux utilisés devront être de roche saine exempte de fissures et de corps nuisibles (gangue de
terre, produits friables, etc.).
Leur résistance mécanique doit permettre d'éviter la fragmentation lors du transport, de la mise en place.
Les blocs seront propres sans inclusion de terre ou de matières organiques.
Le poids spécifique des blocs sera supérieur ou égal à 2,5 tonnes/m3.
La résistance à l'abrasion (Los Angeles) mesurée selon la norme P 18-573 est inférieure à 35.

2.06.4 - Catégories des enrochements


La catégorie des enrochements devra être justifiée par l’entreprise en fonction :
- des types de bateaux amarrés au quai,
- de la vitesse du courant du fleuve
L’entreprise fournira une note justificative au maitre d’œuvre. Cette note sera soumise à l’agrément du
maitre d’œuvre.
Cependant les enrochements seront au minimum de la catégorie 100/500 kg.
Les enrochements seront soumis à l’agrément du Maître d’œuvre.

ARTICLE 2.07 - TUBES METALLIQUES

2.07.1 - Normes
Les aciers utilisés pour la confection des pieux tubes et profilés métalliques divers nécessaires à la
construction d’équipements métalliques seront conformes au fascicule 4 –titre III du C.C.T.G., aux art 2.1 à
2.7 du fascicule 66 du CCTG et aux normes en vigueur dont une liste indicative et non exhaustive est
donnée ci-après :
 NF EN 10021 – Aciers et produits sidérurgiques – Conditions générales de livraison.
 NF EN 10027-1 – novembre 2005 : Système de désignation des aciers – Partie 1 : désignation
symbolique,
 NF EN 10027-2 – novembre 1992 : Systèmes de désignation des aciers – Partie 2 : systèmes
numériques
 NF EN 10025 – 1 à 6 – mars 2005 : Produits laminés à chaud en aciers de construction non alliés –
conditions techniques de livraison.
 NF EN 10225 de mars 2006 : Aciers de construction soudables destinés à la fabrication de structures
marines fixes – conditions de livraisons

C.C.T.P. page 51/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.07.2 - Fournitures
La fourniture des aciers sera soumise aux stipulations du Titre III du fascicule 4 du C.C.T.G. « fourniture
d’aciers laminés pour construction métallique » qui complète et précise la norme NF EN 10021.
Les pieux tubes en acier seront fabriqués par formage à froid de tôles et soudées par fusion.
Les pieux seront des pieux neufs. Les pieux tubes déclassés par l’industrie pétrolière seront autorisés sous
réserve de l’agrément du Maître d’Œuvre.
Les tubes d’occasion ne sont pas autorisés.
Tous les aciers utilisés seront contrôlés par l’usine productrice selon les modalités définies par les normes
en vigueur.
Conformément à l’article II.1 du fascicule 66 du C.C.T.G., les conditions d’exécution de l’identification à
effectuer sur les lots livrés devront être précisées dans le PAQ de l’Entrepreneur, au titre des documents
préalables à l’exécution.
Dès réception des pieux et pièces métalliques diverses sur chantier, l’Entrepreneur remettra sur simple
demande au représentant du Maître d’Œuvre une copie des bonds de livraisons.

2.07.3 - Caractéristiques géométriques et nuances


La note de calcul d’études d’exécution définira les caractéristiques géométriques des pieux à utiliser :
longueur, diamètre, épaisseur, nuance.
Les tubes « déclassés pétrole » pourront être utilisés, les aciers les constituants devront être de provenance
« Communauté Européenne ».
En cas de variation dans l’origine des pieux ou de l’une quelconque des caractéristiques ci-dessus,
l’Entrepreneur devra obtenir l’agrément préalable du Maître d’Œuvre et en tenir compte dans sa note de
calculs.
La nuance de l’acier sera repérée sur chaque pieu. Les caractéristiques seront données ainsi que la limite
élastique et de rupture.
La nuance d’acier devra être précisée par l’Entrepreneur dans sa notice technique.
Les quantités d’acier réellement mises en œuvre suite au choix des pieux qui pourront être différentes de
celles justifiées dans les études d’exécution et approuvées par le Maître d’Œuvre seront rémunérées
conformément aux stipulations du bordereau de prix.
On rappelle ci-dessous les valeurs de limites élastiques des principales nuances utilisées :

 Normalisation européenne S460 : e = 460 Mpa,


 API 5L X 70 : e = 483 Mpa.

2.07.4 - Marquage et Conditionnement


Les tubes métalliques livrés sur le chantier devront être accompagnés de fiches d’identification indiquant la
provenance, l’usine de fabrication, les caractéristiques chimiques, mécaniques, nuance, qualité, soudabilité.
A défaut, l’entreprise devra procéder à ses frais à des essais sur lots de tubes parfaitement identiques
permettant de déterminer les caractéristiques mécaniques de l’acier. Ces essais consisteront à réaliser des
essais suivants :
 Essai de traction aux soudures et hors soudures par lots,
 Essai de résilience à 0° par type de tubes
 Essai chimique par type de tubes
Chaque tube porte, inscrites à la peinture ou apposées au poinçon, les inscriptions suivantes :
 Symbole de la nuance.
 Diamètre et épaisseur du tube

C.C.T.P. page 52/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 Repère d’identification de la coulée ou du lot.


 Marque du fournisseur.
Les tubes seront approvisionnés en longueur minimale de 12 m avec extrémités chanfreinées.
Les conditions de stockage et de manutention des tues devront permettre d’éviter les dégradations avant la
mise en œuvre. Les chutes de moins de 5 m de longueur ne seront réutilisées qu’après accord du Maître
d’Œuvre.

2.07.5 - Tolérances
Les tolérances sur les dimensions sont celles définies par la norme NF 15.020, dont notamment :
 sur longueur : - 0 % / + 2 % avec un maximum de 150 mm.
 sur diamètre : 1%
 sur épaisseur : + 4 % par rapport au poids théorique de l’ensemble de la commande
 sur rectitude : déformation inférieure à 1 / 600 de la longueur de l’élément
 ovalisation : + ou – 0,75 %
Les tolérances de longueur et de poids ne sont pas cumulatives.
Les tolérances ne sont pas relatives aux sur longueurs que l’Entreprise doit prévoir pour la bonne marche de
son chantier et qui restent sa propriété après recépage.

2.07.6 - Réception
Les modalités de contrôle et de réception seront conformes aux normes NF A 35-520 et NF A 03-115 selon
le principe du contrôle non spécifique des produits : attestation de conformité à la commande, et relevé de
contrôle.
L’Entrepreneur fournira obligatoirement les certificats de conformité donnant toutes garanties sur l’origine et
la qualité des tubes.

2.07.7 - Produits d’apports pour soudages


L’Entrepreneur proposera à l’agrément du Maître d’Œuvre le type et la qualité des électrodes ou du fil fourré
à utiliser pour la soudure des différents éléments métalliques.
Les règlements à prendre en compte sont :
 Titre V du fascicule 4 du C.C.T.G.,
 art. 2.5 du fascicule 66 du C.C.T.G.
 normes EN ISO 15614-1, NF P 22470, NF P 22472, NF P 22 473, NF A 81 309, NF A 81 340, NF A
81 350, NF A 82 352.

2.07.7.1 - Choix et provenance des produits d’apport


Comme indiqué à l’article III.5.1 du Fascicule 66 du C.C.T.G., le programme de soudage précisera la
désignation normalisée, la désignation commerciale et la provenance des produits d’apport pour soudage.
Tous les produits utilisés pour le soudage, y compris les gaz et les flux solides, seront conformes aux
normes françaises homologuées.
Le P.A.Q. précisera la symbolisation, la désignation commerciale et la provenance des produits d’apport qui
devront être compatibles avec les nuances d’acier mises en œuvre. En particulier la limite élastique du métal
d’apport doit être au moins égale à celle du métal de base.
Les électrodes proviendront de lots de même nature, de même dénomination commerciale et de même
diamètre.

C.C.T.P. page 53/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.07.7.2 - Compatibilité des produits d’apport


Les produits d’apport pour soudage devront être compatibles avec les nuances d’acier mises en œuvre.
Ils seront notamment conformes aux prescriptions de l’Article III.5 du Fascicule 66 du C.C.T.G.

2.07.8 - Protection contre la corrosion


L’Entreprise proposera dans son P.A.Q., avec la définition du système de base, le procédé d’entretien à
adopter à l’agrément du Maître d’Œuvre
D’une manière générale, il sera fait référence au fascicule 56 du C.C.T.G.
Tout dommage créé sur la protection anti corrosion des éléments métalliques, en cours de transports, de
mise en œuvre de l’élément ou de travaux annexes devra faire l’objet d’une procédure de reprise à
soumettre à l’agrément du Maître d’Œuvre et sera à la charge de l’Entreprise.

Le revêtement anti-corrosion fait l’objet de l’Article 2.08 -

ARTICLE 2.08 - REVETEMENT ANTI-CORROSION


Les pieux et palplanches recevront un système de protection par peinture de type A , IM2 ANI au sens de
l’ACQPA entre les niveaux suivants :

Zone Niveau haut Niveau bas maxi

Quai Wellman : file côté fleuve + 273,75 m + 261.36 m

Quai Wellman : file centrale côté


+ 273,75 m + 265.00 m
fleuve
Pieux neufs

Quai Wellman : file centrale côté


+ 273,75 m + 269,00 m
terre plein

Quai Wellman : file côté terre


+ 273,75 m + 270.75 m
plein

Quai lourd : file côté fleuve + 274,05 m + 261.36 m

Zone Niveau

Partie à l’avant entre les


Quai lourd niveaux +274,25 m et
Palplanches
existantes

+266,65 m

Partie à l’avant entre les


Quai amont en palplanche niveaux +274,25 m et
+266,65 m
existants

Partie non enterrée et


Pieux

Quai lourd (2 files de pieux concernés) entre les niveaux


+273,00 m et +266,65 m

Les autres profilés métalliques, chapiteaux, éléments de fixations des défenses ou autres profilés
métalliques recevront le même type de revêtement anti-corrosion.

Le revêtement sera conforme aux spécifications contenues dans les textes réglementaires suivants :

C.C.T.P. page 54/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 fascicule n° 56 - Protection contre la corrosion - fascicule spécial n° 86.6 bis - Décret n° 86.290 du
25 février 1986 ;
 fascicule n° 88.4.T0 - Homologation des systèmes de peinture de type A pour la protection des
ouvrages métalliques contre la corrosion ; Circulaire interministérielle n° 88.44 du 3 mai 1988.

Il devra être certifié par l’ACQPA qui atteste de la qualité des systèmes de peinture correspondant à la
classe « haute durabilité» de la norme NF en ISO 12944-1 et destinés à la protection contre la corrosion des
ouvrages métalliques. Le logo ACQPA apparaîtra de façon indélébile sur chaque produit et/ou emballage
élémentaire suivant le cas, et sera suivi du numéro de certification du produit figurant sur la fiche du
système.
Le domaine d’application du système de peinture sera précisé dans son numéro de certification de la façon
suivante :
 Classe de certification = Im2
 Type de subjectile =A
 Type de travaux =N
 Parties vues ou non vues =I

Le revêtement en brai-epoxy sera appliqué en 3 couches minimum et ne pourra être inférieur à 450 µm
d’épaisseur totale sèche.

2.08.1 - Matériaux pour décapage


La nature des matériaux utilisés pour le décapage par projection d’abrasif Sa3 avec rugosité « moyen G »
sera compatible avec la réglementation existante concernant l’hygiène et la sécurité sur les chantiers.
Le sablage sera conduit de manière qu'il ne reste plus aucune trace de rouille ou de calamine sur la surface
à peindre. Il sera procédé à un brossage immédiatement avant l'application du revêtement, pour éliminer
toutes traces de sable.
Le sablage sera achevé deux heures avant l'application du revêtement protecteur.

2.08.2 - Origine, conditionnement livraison et stockage


Ils répondent aux prescriptions du fascicule n°56 du CCTG.

2.08.3 - Réception
Les peintures composant le système de protection anti-corrosion sont soumises à réception par le maître
d’œuvre qui procédera pour chaque lot de fabrication à un contrôle de conformité suivant les indications de
l’article 6.4.3.2 du Fascicule 56.
Les prélèvements sont effectués en présence de toutes les parties.
Les peintures ou produits jugés non-conformes par les opérations de contrôle de conformité sont à la charge
de l’Entrepreneur si le lot n’est pas admis.
La teinte de la couche de finition devra être agrée au préalable par le maître d’œuvre.

ARTICLE 2.09 - CHARPENTE METALLIQUE

2.09.1 - Nuance et qualité des aciers laminés


(art. 2.1 à 2.7 du fasc. 66 du CCTG., titre III du fasc. 4 du CCTG, normes NF EN 10-25, NF EN 10-113)

C.C.T.P. page 55/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Pour l’ossature métallique des chapiteaux ou plateaux d’appuis en tête des tubes métalliques de fondations,
ainsi que des dispositifs de couvre joints, et profilés laminés de fixation des défenses sur pieux il sera utilisé
de l’acier :
 S 355 K2G3 de la norme NF EN 10025 pour les épaisseurs inférieures ou égales à 30 mm,
 S 355 N de la norme NF EN 10113 pour les épaisseurs comprises entre 30 mm et 80 mm,
 S 355 NL de la norme NF EN 10113 pour les épaisseurs supérieures à 80 mm.
Les tôles d’épaisseur variable de la norme NFA 36.270 seront autorisées.

2.09.2 - Livraison et stockage sur chantier


Toutes les pièces transportables seront préparées en usine et arriveront sur le chantier prêtes à poser ou à
assembler.
Les tronçons de l’ossature seront coupés, percés et cintrés conformément aux plans d'exécution.
Les éléments seront stockés sur une aire bétonnée ou gravillonnée. Toutes dispositions seront prises pour
éviter les projections diverses ou autres et les détériorations pendant la phase de stockage. Les différentes
pièces métalliques prendront appui sur l'aire de stockage hors contact du sol par l'intermédiaire de madriers
ou de caoutchoucs.
Les détériorations éventuelles seront réparées par un procédé agréé par le Maître d’Œuvre.

2.09.3 - Réception des aciers laminés


La réception des aciers laminés sera effectuée par l’entrepreneur dans les conditions fixées par les normes
en vigueur et par les articles 4 et 5 du titre III du fascicule 4 du C.C.T.G.
Le contrôle extérieur effectué par le Maître d’Œuvre se limitera à l’examen de la validité des Certificats de
Contrôle des Produits par l’Usine, dont une copie lui sera transmise par l’entrepreneur dès réception.
Conformément à l’article 3 du titre III du fascicule 4 du C.C.T.G. :
 chacun des aciers utilisés devra être agréé par la commission interministérielle d’agrément et de
contrôle des aciers soudables et provenir d’une usine soumise à la procédure de vérification du
contrôle continu qu’elle doit effectuer sur cet acier,
 les profilés et laminés marchands de nuance S 355 K2G3, S 355 N ou S 355 NL devront provenir
d’une usine agréée par ladite commission, et soumise à la procédure de vérification du contrôle en
usine,
 tous les aciers utilisés seront commandés avec contrôle spécifique des produits et devront faire
l’objet d’un certificat de contrôle des produits par l’usine (CCPU),
 en dérogation aux normes, le mode de lotissement et l’unité de réception sont fixés par l’article 4 du
titre III du fascicule 4.

2.09.4 - Tolérances
Les tolérances dimensionnelles et de planéité doivent être conformes aux dispositions de la norme
NFP 22.810 “ construction métallique - ouvrage d’art - tolérances dimensionnelles ” concernant les produits
sidérurgiques.

2.09.5 - Boulons
La fourniture des boulons est soumise aux dispositions du titre IV du fascicule 4 du C.C.T.G. “ Rivets en
acier, boulonnerie à serrage contrôlé destinée à l’exécution des constructions métalliques ”, complété par les
normes françaises en vigueur.
Les boulons feront l’objet d’un contrôle spécifique par l’acheteur et donneront lieu à un procès-verbal de
réception conformément aux spécifications de la norme NFE 27.701.

C.C.T.P. page 56/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.09.6 - Soudage - Produits d'apport


(Titre V du fasc. 4 du C.C.T.G., art. 2.5 du fasc. 66 du C.C.T.G., norme NF A 81-309, NF A 81-340, NF A 81-
311, NF A 81-316, A 81-350, A 81-352)
Tous les produits utilisés pour le soudage, y compris les gaz et flux solides, seront conformes aux normes
françaises homologuées. Les flux et enrobages seront de type basique.
Les certificats de conformité aux normes des flux et électrodes, et les CCPU des fils sont présentés au
maître d’œuvre.

2.09.7 - Protection contre la corrosion


L’Entreprise proposera dans son P.A.Q., avec la définition du système de base, le procédé d’entretien à
adopter à l’agrément du Maître d’Œuvre
D’une manière générale, il sera fait référence au fascicule 56 du C.C.T.G.
Tout dommage créé sur la protection anti corrosion des éléments métalliques, en cours de transports, de
mise en œuvre de l’élément ou de travaux annexes devra faire l’objet d’une procédure de reprise à
soumettre à l’agrément du Maître d’Œuvre et sera à la charge de l’Entreprise.

Le revêtement anti-corrosion fait l’objet de l’Article 2.08 -

ARTICLE 2.10 - BADIGEON POUR PAREMENT ENTERRE


Le badigeon est constitué de goudron désacidifié, de bitume à chaud ou d'une émulsion non acide de
bitume. La composition de ce badigeon est soumise à l'acceptation préalable du Maître d’œuvre. Son
épaisseur minimale est de 1 mm.

ARTICLE 2.11 - BETONS ET MORTIERS HYDRAULIQUES

2.11.1 - Généralités
Les bétons mis en œuvre doivent faire preuve non seulement de la résistance mécanique nécessaire, mais
encore ils devront assurer une protection efficace des armatures et conduire à une teinte homogène des
parements.
A cette fin, on recherchera par le choix de la composition, des méthodes de fabrication et des
moyens de mise en œuvre, des bétons compacts, homogènes et imperméables. Les procédés de
construction seront choisis de façon à éviter la fissuration au jeune âge et à limiter le nombre des
reprises de bétonnage.
Tous les bétons doivent faire l’objet des dispositions particulières relatives à la prévention des désordres liés
à l’alcali-réaction.
Les bétons proviendront obligatoirement d’une centrale de béton prêt à l’emploi. Tout autre mode de
fabrication du béton (centrale de chantier ou bétonnière) est interdit.
Dans ce cas, ce sont donc des bétons prêts à l’emploi qui seront mis en œuvre. Ils proviendront alors d’une
usine agréée par le Maître d’Œuvre.
Les types de béton rencontrés sont des bétons NA et BA et sont à propriétés spécifiées (BPS) ou à
composition prescrite (BCP).

2.11.2 - Documents de référence


L’Entrepreneur se référera aux règlements, directives et normes spécifiques appropriés. Il appliquera, en
particulier, les normes suivantes ou similaires si certaines ont été remplacées par des normes Européennes
(EN….) :

C.C.T.P. page 57/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

NF P 15-301 Liants hydrauliques – Ciments courants – Composition, spécifications et critères de conformité

NF P 15-317 Ciment pour travaux à la mer

NF P 18-010 Bétons – Classification et désignation des bétons hydrauliques

NF P 18-011 Bétons – Classification des environnements agressifs

NF P 18-540 Granulats – Définitions, conformité, spécifications

NF EN 934-2 Adjuvants pour béton, mortier et coulis – Partie 2 : adjuvants pour bétons. Définitions et exigences

NF P 18-303 Eau de gâchage pour béton

NF P 18-305 Béton – Béton prêt à l’emploi

NF EN 206-1 Béton – Partie 1 : spécification, performances, production et conformité

NF EN 934-2 Adjuvants pour béton, mortier et coulis – Partie 2 : adjuvants pour bétons. Définitions et exigences

Adjuvants pour bétons, mortiers et coulis – Mesure du pourcentage d’air occlus dans un béton frais à
NF P 18-353
l’aéromètre à béton

NF P 18-370 Adjuvants – Produits de cure pour bétons et mortiers – Définition, spécifications et marquage

Adjuvants pour béton, mortier et coulis – Méthodes d’essai – Partie 6 : analyse infrarouge et Adjuvants pour
EN 480-68
béton, mortier et coulis – Méthodes d’essai – Partie 8 : détermination de l’extrait sec conventionnel

NF P 18-404 Bétons – Essais d’étude, de convenance et de contrôle – Confection et conservation des éprouvettes

NF P 18-405 Bétons – Essai d’information – Confection et conservation des éprouvettes

NF EN
Essai pour béton durci – Partie 3 : résistance à la compression des éprouvettes
12390-3

NF P 18-451 Bétons – Essai d’affaissement

XP P 18-540 Granulats – Définitions, conformité, spécifications

Granulats – Mesures des masses volumiques, de la porosité, du coefficient d’absorption et de la teneur en eau
NF P 18-554
des gravillons et cailloux

NF P 18-555 Granulats – Mesures des masses volumiques, coefficient d’absorption et teneur en eau des sables

2.11.3 - Définition et destination des mortiers et micro-bétons


Les mortiers et micro-bétons seront normalement utilisés pour :
 les scellements divers,
 les calages divers.
Le tableau ci-après donne les caractéristiques des mortiers et micro-bétons suivant leur destination.

C.C.T.P. page 58/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Partie Béton Consistance Granulats Dosage minimal en Caractères


d’ouvrage ciment complémen
ou
taires
mortier

Calages M35 ou Fluide 0/2 Mortier ou coulis prêt Adjuvants


e  2 cm coulis à l’emploi
Mortier
d’injection
2 cm  e  5 M35 Très 0/5 450 kg/m3 CPA- Adjuvants
cm plastique CEM I 42.5 PM

5 cm  e  MB35 Plastique 0/12 400 kg/m3 CPA- Adjuvants


10 cm CEM I 42.5 PM

Scellements MB35 Plastique 0/12 400 kg/m3 CPA- Adjuvants


des platines CEM I 52.5 R PM
d’ancrage

Les mortiers sont remplacés par des mortiers spéciaux prêts à l’emploi dans le cas de scellement
d’armatures passives dans les structures déjà réalisées.
La résistance des mortiers et micro-bétons est au moins égale à celle des bétons environnants. Ils doivent
être parfaitement compacts et imperméables.
Les mortiers et micro-bétons des scellements contiennent un adjuvant empêchant le retrait.

2.11.4 - Définition et destination des bétons à caractères spécifiés (BCS)


Les bétons à caractères spécifiés sont exclusivement utilisés pour les bétons de propreté.

Nature du
Partie d’ouvrage Classe du béton Granulats ciment Dosage minimal
en ciment
Béton de propreté et béton C20/25 0/25 CPA 250 kg
maigre

Le ciment utilisé doit résister à l’action des eaux agressives.


La composition du béton est proposée par l’entrepreneur à l’agrément du maître d’œuvre au plus tard un
mois avant la mise en œuvre des premiers BCS.

2.11.5 - Définition et destination des bétons à caractères normalisés (BCN)

Le tableau qui suit précise un certain nombre de spécifications des bétons BCN en fonction de leur
destination, en application de l’article 71.1 du F65A.
La qualité des bétons est fixée par l’environnement marin, en zone de marnage et d’embruns. La classe
d’environnement de cet usage est la classe XS3 de la norme NF EN 206-1.

C.C.T.P. page 59/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Classe D:dimension Ciment


Partie Environn Consistance du Caractères
du maximale du E/C
d’ouvrage ement
béton
béton frais
granulat Dosage minimal complémentaires

XS3 C35/45 Plastique D = 16 0.5 CPA-CEM I 42.5 PM ES Ciment Prise Mer


Béton coulé en
place 5<C<9 350kg/m3 Adjuvants
nécessaires

Béton pour XS3 C35/45 Plastique D = 20 0.5 CPA-CEM I 42.5 PM ES Ciment Prise Mer
éléments 5<C<9 350kg/m3 Adjuvants
préfabriqués nécessaires

Béton pour XS3 C35/45 Fluide D = 16 0.5 CPA-CEM I 42.5 PM ES Ciment Prise Mer
bouchons 16<C<20 350kg/m3 Adjuvants anti-
armés des délavement pour
pieux coulage immergé
X0 C25/30 Plastique D = 20 0.5 CPA-CEM I 42.5 PM ES Ciment Prise Mer
Béton pour (BPS)
béton de 5<C<9 280kg/m3 Adjuvants anti-
blocage délavement pour
coulage immergé

Les caractéristiques sont fixées après les études de composition des bétons et proposées par l’entrepreneur
à l’agrément du Maître d’œuvre.

Commentaires concernant les spécifications fournies dans le tableau précédent :


Dans le cas où le ciment prescrit pour une partie d'ouvrage est un ciment CPA, CLK, CHF, CLC, aucune
addition en substitution de ciment, tel que défini à l'article 3.6.1 de la norme XP P 18-305, n'est admise. Les
additions en substitution de ciment ne sont admises que pour les classes EA, EB et EC, et les parties
d'ouvrage où la nature du ciment n'est pas imposée. Il est alors rappelé que dans ce cas, le ciment utilisé
doit être un ciment CPA. La nature et la quantité maximale de cette addition est donnée dans le tableau
suivant (valable pour une valeur de Dmax égale à 20 mm) :
Tableau du rapport maximal A/(A+C) :

Nature de l'addition Classes d’exposition XS3


cendres volantes de houille : NF 0.15
EN 450
Fumées de silice : 0.10
NF P 18-502
laitiers moulus : 0.15
NF P 18-506
additions calcaires : 0.05
NF P 18-508
Additions siliceuses : 0.15
NF P 18-502

En cas de substitution, on notera enfin que le critère sur l'eau efficace s'applique sur la somme du ciment et
de l'addition de substitution.
Pour les bétons où le Dmax est de 20 mm, cette valeur peut être portée à 25 mm si le ferraillage prévu
permet la mise en place correcte du béton,
La caractéristique complémentaire "RAG" a la signification suivante : « Les bétons correspondants doivent
faire l'objet des dispositions particulières relatives à la prévention des désordres liés à l'alcali-réaction ».
Spécification PM : Spécification requise en présence de chlore,
Spécification ES : Spécification requise en présence de sulfate.

C.C.T.P. page 60/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.11.6 - Consistance des bétons


Pour tous les bétons, la consistance est proposée par l'Entrepreneur. L'affaissement doit être supérieur à 5
cm pour tous les bétons non préfabriqués.

Parties d'ouvrages Consistance Classe


d’affaissement
Plastique
Béton de propreté S2
5<C<9
Béton de structure Plastique
S2
(coulé en place) 5<C<9

Nota : les éléments coulés en place peuvent avoir une consistance plus fluide, avec affaissement entre 10 et
15cm (Classe S3 au sens de la norme NF EN 206-1).

Dispositions particulières pour la qualité des parements : (EQP)

La tolérance sur la consistance est inférieure à +/- 2 cm. Cette tolérance peut être augmentée si
l'Entrepreneur le justifie par une étude spécifique de la sensibilité de la variation de la consistance sur la
résistance du béton et l'aspect des parements.

2.11.7 - Constituants des bétons

2.11.7.1 - Les ciments


Le choix du ciment doit tenir compte de la classe d'exposition (notamment la classe XS3)
Les ciments seront conformes au fascicule 3 du C.C.T.G.

1) Nature et qualité des ciments


Les ciments Portland artificiels et les ciments à forte teneur en laitier devront satisfaire aux normes
énumérées ci-avant et au nouveau règlement particulier de la marque NF.VP de conformité aux normes.
Les ciments devront également figurer sur les listes publiées périodiquement par la commission permanente
des liants hydrauliques (COPLA) : « fournitures de liants hydrauliques destinés aux travaux à la mer et aux
travaux en haute teneur en sulfates ».
On utilisera pour les bétons des ciments Portland artificiels :
 CPJ - CEM II / B Classe 42,5 qualité prise mer (PM).
 CPA - CEM I Classe 42,5 qualité prise mer (PM)

2) Agréments des ciments


Tous les ciments utilisés sur le chantier seront proposés à l'agrément du Maître d’Œuvre au moment de
l'étude de composition des bétons.
Pour chacune des spécifications ci-dessus, l'agrément ne sera accordé qu'à un ciment, défini par son origine
(usine productrice), sa dénomination, sa composition et ses caractéristiques. A l'appui de ses propositions
d'agrément, l'Entrepreneur devra fournir au Maître d’Œuvre en même temps que le dossier, des études de
composition des bétons et, pour toutes les catégories de ciment utilisées sur le chantier, les résultats
statistiques mensuels et annuels des essais effectués dans le cadre de l'autocontrôle par la société ou les
sociétés cimentières retenues, et portant sur la période de 12 mois précédant la date de signature du
marché.
Le Maître d’Œuvre pourra demander à l’Entrepreneur, pour un ciment donné, de lui indiquer les limites
généralement respectées par les caractéristiques généralement contrôlées autres que celles qui figurent au
tableau des valeurs minimales garanties des résistances à la compression dans la norme NF P 15.301.

C.C.T.P. page 61/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.11.7.2 - Granulats
(art. 82.2 du fasc. 65 du C.C.T.G., normes XP P 18-540, P 18-542)

1) Généralités
Les granulats pour mortier et bétons sont des granulats de rivière ou concassés L'emploi de granulats
d'origine marine est interdit. Ils doivent être exempts de matières organiques ou argileuses et doivent
satisfaire aux conditions ci-après.
Le P.A.Q définit :
 la catégorie, la classe, la sous classe et la provenance des ciments.
 la nature, le dosage et la provenance des adjuvants.
Pour les granulats (norme XP P 18-540), le P.A.Q. indique :
 leur provenance,
 leurs caractéristiques :
 granularité,
 propreté,
 poids spécifique,
 résistance à l'usure (Micro-Deval),
 résistance au choc (Los Angeles),
 friabilité des sables
 le niveau de réactivité vis-à-vis de la réaction alcali-silice (norme P 18-542),
 la non-gélivité.
Les éléments de forme plate ou allongée (plaquettes ou aiguilles tel que le rapport de la plus grande
dimension par rapport à la plus petite soit supérieur à 3) sont exclus. Les gros éléments doivent être de
forme ramassée.
En particulier, ne sont pas admis les éléments de forme complexe ou présentant de nombreuses
anfractuosités. La mesure du coefficient d’aplatissement des granulats, selon norme P18-561, doit donner
une valeur A inférieure à 30 %.
Les fuseaux granulométriques de tolérance des granulats se référent à la norme NFP 18.304 et sont
proposés par l'Entrepreneur et agréés par le Maître d'Œuvre après l'étude de composition des bétons.
Le coefficient d’absorption d’eau des granulats moyens et gros pour bétons, déterminé selon le mode
opératoire des normes NF EN 1097-6 ne doit pas dépasser la valeur de 2,5 %.
La granularité des sables pour bétons doit être contenue dans le fuseau de tolérance proposé par
l'Entrepreneur après son étude de composition des bétons, et agréé par le Maître d’Œuvre.
 Sable pour mortier M : la proportion maximale d’éléments retenus sur le tamis de 2.5 mm doit être
inférieure à 10 %.
 Sable pour béton C 35/45 : la proportion maximale d’éléments retenus sur le tamis de 4 mm devra
être inférieure à 10 % ; le module de finesse devra être compris entre 2.2 et 2.8.
 Sable pour les autres bétons : la granularité devra être contenue dans le fuseau de tolérance
proposé par l’Entrepreneur après son étude granulométrique de composition des bétons et agréé
par le Maître d’Œuvre.

2) Dispositions particulières aux réactions d’alcali silice


Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" du LCPC de juin 1994
Tous les granulats (gravillons et sables) doivent être qualifiés vis-à-vis de l'alcali-réaction, conformément aux
prescriptions de la norme P 18-542.
Les granulats devront être qualifiés de non réactifs NR vis à vis de l’alcali réaction.

C.C.T.P. page 62/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Dans le cas de sables fillérisés, les fillers doivent être qualifiés séparément des sables vis-à-vis de l'alcali-
réaction.
En l'absence de justification de la qualification des granulats, ces derniers sont considérés comme
potentiellement réactifs (PR) et refusés.

2.11.7.3 - Eau de gâchage


On appliquera les spécifications fixées par les documents généraux, notamment à l'article 82.3 du fascicule
65 du CCTG qui fait référence à la norme NF P 18 303.
L’Entrepreneur fournira un certificat d’analyse si l’eau n’est pas potable.
L’eau de mer est interdite.

2.11.7.4 - Adjuvants
Les stipulations sont conformes à l’article 82.4 du fascicule 65 A du C.C.T.G.
Pour les bétons, l'emploi d'adjuvants (figurant sur une liste ministérielle d'agrément) pourra être autorisé. Ils
seront proposés par l'Entrepreneur à l'agrément du Maître d'Œuvre.
Le P.A.Q définit la nature, le dosage et la provenance des adjuvants.
Toute livraison d'adjuvants sur le chantier donnera lieu à la présentation d'un certificat d'origine indiquant la
date limite au-delà de laquelle ces produits devront être mis au rebut.
Les adjuvants incorporés ne devront pas avoir d’influence sur les résistances et performances des bétons et
mortiers, ne pas provoquer de phénomène de corrosion chimique des armatures ou pièces métalliques.

2.11.7.5 - Produits de cure


Les produits de cure éventuels devront figurer sur la liste ministérielle d'agrément. Ils seront proposés par
l'Entrepreneur à l'agrément du Maître d'Œuvre au moment de l'étude de composition des bétons et suivant
les stipulations de l'article 84-6 du fascicule 65.
Une cure par application d'un produit de protection temporaire imperméable pourra être autorisée à la place
d'une cure par humidification, sous réserve de résultats probants d'une épreuve de convenance (réalisation
d'un essai) relative à l'élimination du film.
Dans tous les cas, le produit de cure ne devra pas laisser de traces incompatibles avec l’aspect esthétique
des parties vues de l’ouvrage.

2.11.7.6 - Compatibilité des différents constituants :


Les stipulations sont conformes à celles de l'article 82-5 du fascicule 65 du C.C.T.G.

2.11.8 - Composition des bétons


La composition des bétons est définie par les proportions en poids des diverses catégories de granulats
secs, le poids de liant par m3 de béton en place, le volume d'eau et éventuellement, la quantité d'adjuvant à
incorporer à la quantité de mélange nécessaire pour obtenir un m3 de béton en place.
L'étude de composition des bétons est à la charge de l'Entrepreneur. Elle sera conduite conformément aux
articles 83, 84, 85 et 86 du fascicule 65 du C.C.T.G.

2.11.9 - Fabrication et transport des bétons


La fabrication et le transport s’effectueront dans les conditions définies par l’article 83 du fascicule 65 du
C.C.T.G.
Le niveau d’équipement des centrales à béton répondra aux prescriptions de l’annexe B du fascicule 65 du
C.C.T.G.
Toutes les centrales à béton auront un niveau d’équipement 3.

C.C.T.P. page 63/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.11.9.1 - Fabrication
Tous les bétons sont élaborés dans une installation de fabrication de Béton Prêt à l'Emploi, conformément
aux prescriptions de la norme NF EN 206-1.
L'Entrepreneur commande ces bétons par référence à la norme NF EN 206-1 en spécifiant les valeurs
requises dans le tableau de désignation des bétons.
Pour chaque livraison, le fabricant établit un bordereau de livraison, indiquant :
 l’usine productrice,
 le chantier destinataire,
 la classe d’environnement et le type de béton,
 la résistance du béton,
 la nature des constituants,
 nature des adjuvants éventuels,
 l’heure exacte de la première gâchée,
 l’heure limite d’utilisation.
Une copie des bordereaux de livraison est transmise au représentant du Maître d'Œuvre sur simple
demande de sa part.
Tous les constituants du béton, y compris l’eau, sont dosés et malaxés à la centrale avant le départ des
camions malaxeurs (toupies).

2.11.9.2 - Transport des bétons


Les prescriptions de l'article 83.3 du fascicule 65 sont complétées par ce qui suit.
Sauf dispositions particulières, la durée du transport ne doit pas être supérieure à 1 h 00 et la durée totale
(transport + vidange) ne doit pas excéder 1 h 30.
Il n'est employé aucun procédé de transport susceptible de donner lieu à :
 une ségrégation des constituants du béton,
 un commencement de prise avant la mise en œuvre,
 une altération des qualités du béton par les conditions atmosphériques (notamment par évaporation
excessive).
Le transport des bétons est normalement effectué dans des camions malaxeurs. Ceux-ci sont équipés d'un
tambour à deux vitesses, l'une pour l'agitation, l'autre pour le malaxage.
Aucun ajout d'eau ou autres ingrédients ne peut intervenir, sur le chantier ou durant le transport, sans
l’accord express du représentant du Maître d’Œuvre présent.

2.11.10 - Consistance des bétons et mortiers frais


La consistance du béton frais est déterminée par la méthode de l'affaissement au cône. La mesure doit être
systématique à chaque bétonnage. Elle est effectuée à l'arrivée sur le lieu du bétonnage. Les résultats sont
reportés sur les fiches de suivi.
La classe de consistance des bétons est définie à l'article 81 du fascicule 65.
Les tolérances sur la valeur requise seront celles du chapitre 8 du fascicule 65 du C.C.T.G.
Ces valeurs pourront être modifiées après épreuves de convenance des bétons, en accord avec le Maître
d'Œuvre.

C.C.T.P. page 64/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.11.11 - Assurance de la qualité des bétons

2.11.11.1 - Généralités
Parmi les documents techniques généraux, on se référera en particulier à l’article 86 du fascicule 65 du
C.C.T.G.
Les épreuves de contrôle sont à la charge de l'entreprise et seront pratiquées par un laboratoire agréé par le
Maître d'Œuvre dans le cadre du contrôle externe.
L'Entrepreneur assurera la confection des éprouvettes, leur marquage, leur conservation puis leur transport
jusqu'au laboratoire.
Les spécifications et les résistances contractuelles minimales des bétons sont regroupées dans le présent
C.C.T.P.
L'Entrepreneur a à sa charge de fournir les résultats des essais de contrôle.
Le présent C.C.T.P. fixe le nombre des éprouvettes à prélever sur site ainsi que le rythme minimal des
prélèvements.

2.11.11.2 - Études des bétons (F 65A - Art 75)


L'étude des bétons et la constitution du dossier d'études des bétons sont à la charge de l'Entreprise.
Les bétons d’études peuvent être remplacés par un dossier de référence pour des bétons issus de centrale
BPE.
Si les granulats bénéficient du droit d'usage de la marque NF-Granulats, avec qualification vis-à-vis de
l'alcali-réaction en NR, le certificat de conformité des granulats à la marque NF, et qui donne leur
qualification vis-à-vis de l'alcali-réaction, doit être annexé au dossier d'étude des bétons.
Si les granulats ne bénéficient pas du droit d'usage de la marque NF-Granulats, mais si le producteur de
granulats dispose d'un dossier carrière élaboré conformément aux prescriptions du document "Guide pour
l'élaboration du dossier carrière" du LCPC de juin 1994, et approuvé par le Maître d’Œuvre, le dossier
d'étude des bétons doit contenir les extraits du plan qualité du producteur permettant de certifier la
qualification vis-à-vis de l'alcali-réaction des granulats utilisés.
Ces documents sont accompagnés des résultats des contrôles internes effectués par le producteur de
granulats.
En l'absence de granulats titulaires de la marque NF-Granulats, et d'un dossier carrière approuvé par le
Maître d’Œuvre, l'Entrepreneur fait réaliser, à ses frais, les essais permettant la qualification des granulats
conformément aux prescriptions de la norme P 18-542. Les résultats de ces essais sont joints au dossier
d'étude des bétons.

2.11.11.3 - Les épreuves de convenance des bétons de structure


Tous les bétons de résistance caractéristique supérieure ou égale à 25 MPa sont soumis aux épreuves de
convenance.
Pour l'application de l'article 85.3 du fascicule 65, le chantier est considéré comme étant de longue durée.
Les épreuves de convenance sont à la charge de l'Entrepreneur qui a, en outre, la responsabilité de les
mener en temps utile afin de respecter ses obligations contractuelles en matière de délais d'exécution. Afin
de prévoir les délais nécessaires, les épreuves de convenance seront réalisées durant la période de
préparation ou au tout début du chantier.
En cas de modifications des constituants du béton, ou des conditions de fabrication, de transport ou de mise
en œuvre, une nouvelle épreuve de convenance devra être exécutée.
Avec l'accord du Maître d'Œuvre, elle pourra toutefois être simplifiée et le délai préalable à la mise en
fabrication du béton pourra être réduit.
L'article 85.3 du fascicule 65 du C.C.T.G. est complété par ce qui suit :
L'épreuve de convenance comportera :

C.C.T.P. page 65/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 l'exécution sur le ciment utilisé de la série complète des essais de contrôle,


 l'exécution sur trois gâchées répondant à la formule nominale, d'essais de maniabilité représentatif
du cycle de bétonnage de l’ouvrage : départ centrale, arrivée sur le chantier, fin de bétonnage.

1) Décoffrages aux jeunes âges / Préfabrication


Si pour certains ouvrages l’Entrepreneur souhaite décoffrer et charger partiellement sans attendre 28 jours
ou bien s’il souhaite préfabriquer des éléments, une procédure devra également être mise au point et
soumise au Maître d’Œuvre pour justifier les contraintes par le calcul (éléments préfabriqués à justifier en
phases provisoires : manutention, transport, pose, …) et réaliser des épreuves d’études et de convenance
sur béton plus jeune (2, 7 ou 14 jours par exemple).

2) Interprétation des résultats :


Les essais seront interprétés conformément à l'article 86.1 du fascicule 65 du C.C.T.G. avec les
compléments suivants :
 toutes les mesures de la résistance à 28 jours devront excéder la valeur minimale fixée au terme de
l'épreuve d'étude,
 toutes les mesures relatives aux autres caractères spécifiés du béton (résistance en compression et
en traction à 7 jours et aux âges de décoffrage) devront excéder la valeur minimum fixée au terme
de l'épreuve d'étude,
 tous les résultats de consistance et de maniabilité devront être dans la fourchette fixée au terme de
l'épreuve d'étude,
 enfin, l'exécution du béton témoin devra avoir été jugée satisfaisante : absence de ségrégation,
remplissage parfait du coffrage, absence de fissuration ou de faïençage ...,
En cas de mauvais résultats, l'Entrepreneur serait tenu de réaliser de nouveaux bétons témoins, jusqu'à
obtention de solutions satisfaisantes.

3) Rémunération - Délai :
On rappelle que les épreuves de convenance sont entièrement à la charge de l'Entrepreneur.
La confection des bétons témoins ne donnera pas lieu à une rémunération de la part du Maître d'Œuvre.
Les éprouvettes nécessaires aux essais de résistance ne seront pas rémunérées par le Maître d'Œuvre.
Si de mauvais résultats conduisent à recommencer les essais ou à réaliser de nouveaux bétons témoins,
ceux-ci seront à la charge complète de l'Entrepreneur.
Les épreuves de convenance seront réalisées au moins un (1) mois avant toute mise en fabrication du béton
qui sera mis en œuvre dans l'ouvrage.
Les chantiers de bétonnage réels ne pourront démarrer qu'après la réalisation de ces épreuves et après
obtention de résultats satisfaisants.
Le délai d'un mois ci-dessus est impératif, aucune dérogation ne sera consentie à l'Entreprise pour non
respect de ce délai. La clause pénalité pour retard jouera sur le délai final.

2.11.11.4 - Epreuves de contrôle

1) Généralités
Les épreuves de contrôle seront conduites conformément à l’article 86 du fascicule 65 du C.C.T.G.
Elles constituent le contrôle de conformité du béton aux spécifications du marché.
Elles sont réalisées sur des prélèvements de béton frais effectués au moment de l'utilisation du béton, au
point le plus près possible de sa mise en œuvre dans l'ouvrage, par exemple au déversement du camion
mélangeur (début et fin du déversement).
A partir de ce prélèvement, sont réalisés notamment :
 une mesure de consistance (essais d'affaissement selon norme NF P 18-451),

C.C.T.P. page 66/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 un essai de détermination des résistances à la compression.


Les épreuves de contrôle sont à la charge de l'entreprise et seront pratiquées dans le cadre de son contrôle
externe par un laboratoire agréé par le maître d'œuvre.
L'entrepreneur assurera leur marquage, leur conservation et le transport jusqu'au laboratoire d’essais des
éprouvettes.

2) Effectifs des échantillons d’épreuves et nombre d’essais de contrôle


Le tiers au moins des éprouvettes est essayé à sept jours d’âge, le reste à vingt-huit jours.
Le tableau ci-après fixe le nombre des éprouvettes à prélever de chaque échantillon et le rythme minimal
des prélèvements.

Classification des Classification Nombre d'éprouvettes essais


Rythme des prélèvements
épreuves et essais des bétons compression / prélèvement

Bétons de 3 rompues à 7 jours


Épreuves d'études 1 prélèvement par classe de béton
structures 6 rompues à 28 jours

Épreuves de Bétons de 3 rompues à 7 jours


1 prélèvement par classe de béton
convenance structures 6 rompues à 28 jours

Bétons de 3 rompues à 7 jours


Essais de contrôle 3 prélèvements par lot de béton
structures 6 rompues à 28 jours

Le P.A.Q soumettra l’ensemble des dispositions à prendre pour la conduite des opérations de contrôle à
l’agrément du Maître d’Œuvre en fonction du phasage retenu et du mode de construction choisi.
Au moment du visa du programme de bétonnage, le Maître d'Œuvre fixera, au vu des moyens de fabrication
et de contrôle du béton adopté par l'Entrepreneur, les valeurs des coefficients K1 et K2 à prendre en compte
dans les critères de conformité définis à l’article 86 du fascicule 65.
Seules feront l'objet d'un contrôle direct l'ouvrabilité du béton et sa résistance à la compression à 28 jours.
Pour chaque lot d'emploi, on procédera à trois (3) prélèvements qui constitueront l'échantillon soumis à
l'épreuve de contrôle. Chaque prélèvement donnera lieu à la confection de trois (3) éprouvettes pour
détermination de la résistance à la compression à vingt huit (28) jours, et à une mesure de consistance du
béton frais par le cône d'Abrams.

3) Critères de conformité
Consistance (Art 86-1-2-A du fasc. 65 du C.C.T.G.)
L'essai de consistance est effectué et le béton est réputé conforme si le résultat de l'essai de consistance se
trouve dans la fourchette requise.
Résistance à la compression (Art 86-1-2-B du fasc. 65 du C.C.T.G.)
Pour un ouvrage déterminé, à chaque essai relatif à un béton d'une composition donnée, trois conditions
doivent être simultanément remplies. Elles sont détaillées à l’article 86-1-2 B) du fascicule 65 du C.C.T.G.
Si l'une des trois conditions n'est pas remplie, le béton mis en œuvre est déclaré non-conforme aux
spécifications et le Maître d'Œuvre peut faire procéder par l'Entrepreneur à l'application des dispositions
suivantes :
Le contrôle systématique du béton considéré par des essais non destructifs, par des essais sur carottes
prélevées ou éventuellement en soumettant l'ouvrage à des épreuves de chargement direct.
Il appartient au Maître d'Œuvre de juger si compte tenu des résultats obtenus, de la destination de l'ouvrage
et de ses conditions de services, l'ouvrage peut être accepté, ou s'il est nécessaire de renforcer l'ouvrage
par des éléments confortatifs dont l'Entrepreneur est responsable, ces éléments ayant pour objet de rétablir

C.C.T.P. page 67/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

les conditions de sécurité initialement prévues. L’entrepreneur devra fournir à sa charge les études de
confortement éventuelles.
La démolition et la reconstruction des parties présumées défectueuses si l'insuffisance de résistance met en
péril la sécurité même de l'ouvrage sans que les dispositions précédentes puissent y remédier (article 39 du
C.C.A.G.).
Le Maître d'Œuvre peut subordonner son acceptation de l'ouvrage ou de la partie d'ouvrage en cause à une
réfaction sur le prix total (béton, coffrages, armatures), qu'il a à apprécier et qui peut atteindre vingt pour-
cent (art 41.7 du C.C.A.G.).

2.11.11.5 - Confection, conservation et transport des éprouvettes


Le laboratoire agréé par le Maître d’Œuvre assurera la confection des éprouvettes, l’Entrepreneur assurera
leur marquage, leur conservation puis leur transport jusqu'au laboratoire.
L’emploi de moules en matière plastique ou en carton, de caractéristiques préalablement fixées par le
laboratoire agréé, est seul autorisé pour la confection des cylindres de compression non soumis à un
traitement thermique.
Les éprouvettes prismatiques pour essai de traction par flexion circulaire auront une section de cent
centimètres carrés (100 cm²) et une longueur de quarante centimètres (40 cm). Les éprouvettes de traction
pourront être aussi des cylindres identiques aux éprouvettes de compression. Elles seront alors éprouvées
par fendage.
Les éprouvettes sont amenées au local de stockage dès qu'elles sont transportables.

ARTICLE 2.12 - COFFRAGES


Les prescriptions du chapitre 6 du fascicule 65 s’appliquent.
Les bois de blindages, échafaudages et supports sont choisis par l’Entrepreneur dans le cadre des
prescriptions de la norme NF B 52 001 et dans les catégories correspondant aux contraintes calculées.
Les coffrages présenteront une rigidité suffisante pour résister, sans déformation, aux charges et aux chocs
auxquels ils seront exposés. L’Entrepreneur décoffrera les ouvrages en béton armé par l’application d’efforts
purement statiques (pas de choc) et ce, seulement après que le béton ait acquis une résistance suffisante
pour reprendre, sans dommage, les efforts qui lui sont appliqués.
L’Entrepreneur soumettra à l’agrément du Maître d’Œuvre les produits de cure et les produits de décoffrage
qu’il compte utiliser dans le cadre du projet. Ils doivent présenter une totale innocuité vis à vis des coffrages
du béton, de l’aspect des parements (absence de tâches ou de farinage) et du personnel.

ARTICLE 2.13 - ACIERS POUR BETON ARME


(Art. 71 du fasc. 65 du CCTG, normes NF A 35-015, NF A 35-016-1, NF A 35-016-2, NF A 35-019-1 et NF A
35-019-2)
Si l'Entrepreneur a recours à une usine d'armatures industrielles pour le béton, celle-ci devra bénéficier d'un
certificat AFCAB précisant les catégories d'armatures concernées (sur plan, sur catalogues, spéciales ...) et
les travaux effectués (dressage, coupe, façonnage, assemblage ...).
Dans le cas où il n'existerait pas d'usine certifiée, l'usine de façonnage sera soumise à l'acceptation du
Maître d'œuvre sur les critères du Règlement de la Certification et du Contrôle des Armatures Industrielles
pour le béton de l'A.F.CA.B.
L’Entrepreneur doit tenir à disposition du maître d’œuvre, sur le chantier, dès approvisionnement des ronds
lisses et armatures à hautes adhérence, les fiches d’identification et lui remettre une copie des bonds de
livraison sur simple demande de sa part.

2.13.1 - Généralités
Toutes les armatures de béton armé utilisées sont soudables. Le recours à des armatures conformes aux
spécifications de la norme NF A 35-017 est ainsi interdit.

C.C.T.P. page 68/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Si l'entrepreneur a recours à une usine d'armatures industrielles pour le béton, celle-ci doit bénéficier de la
marque NF-Armatures.

2.13.2 - Treillis soudés


(Normes NF A 35-016-2, NF A 35-019-2)
L'utilisation de treillis soudés ou de fils tréfilés est interdite sauf pour les pièces pour lesquelles elles sont
soumises à l'acceptation préalable du maître d'œuvre.

2.13.3 - Ronds lisses


(Norme NF A 35-015)
Tous les aciers lisses utilisés sont conformes à la norme NF A 35-015. Leur utilisation est limitée aux :
- armatures de frettage,
- barres de montage,
- armatures en attente de diamètre inférieur ou égal à 16 mm exposées à un pliage suivi d'un dépliage,
- armatures de liaison des corniches.

2.13.4 - Armatures à haute adhérence


(Normes NF A 35-016-1 et A 35-019-1)
Toutes les armatures à haute adhérence sont conformes aux normes NF A 35-016-1 et NF A 35-019-1 et
sont de nuance B5OOB au sens de celles-ci.
Elles sont approvisionnées en longueur telle que toute armature transversale puisse ne pas comporter plus
de tronçons que si elle était constituée d'éléments de 12 m.

2.13.5 - Dispositifs de raboutage pour armatures de béton armé


(Normes NF A 35-020-1 et NF A 35-020-2)
Les dispositifs de raboutage éventuellement utilisés pour le raccordement des armatures de béton armé sont
admis à la marque AFCAB-Dispositifs de raboutage ou d'ancrage d'armatures du béton.

ARTICLE 2.14 - ELEMENTS DE STRUCTURE PREFABRIQUES EN BETON


ARME
Ces éléments seront réalisés dans une installation soumise à l’agrément du Maître d’Œuvre, avec le béton
étudié pour résister aux agressions du milieu fluvial et conforme aux prescriptions mentionnées à l’Article
2.11 - du présent C.C.T.P.
Les points de levage des éléments préfabriqués seront constitués d’ancres en acier rond lisse de nuance Fe
E 235. Leur nombre et leur emplacement sur la pièce préfabriquée seront déterminées dans les études
d’exécution remises par l’Entrepreneur. Les ancres non enfouies dans le coulé en place seront
soigneusement recepées et cachetées afin de leur assurer un enrobage réglementaire.
Les réservations laissées seront soigneusement repiquées et rebouchées avec un mortier sans retrait. Ce
remplissage se fera au plus tôt.
Le revêtement des éléments préfabriqués devra avoir une adhérence à la surface du support suffisante pour
assurer sa pérennité, son aspect et sa durabilité. Les fixations au support ou les produits de scellement
devront être certifiées par un avis technique et soumis à l’agrément du Maître d’Œuvre.

C.C.T.P. page 69/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

ARTICLE 2.15 - DEFENSES D’ACCOSTAGE


Ces défenses seront réalisées dans un bois imputrescible de première qualité, de type azobé ou équivalent.
Les dimensions de poutres utilisées auront pour section minimum 0,25x 0,25 m.
Les profilés laminés (UPE, HEB, PRS) et éléments de fixations métalliques (plat et raidisseurs) des
défenses en bois seront conforme aux prescriptions de l’article 2.06 et 2.07 du présent CCTP.
Une défense par pieux ou tous les 3,95m devra être mise en place.
L'entrepreneur soumettra à l'approbation du maître d'œuvre le système de défenses en bois qu'il compte
installer sur l'ouvrage. Il devra présenter une fiche technique du fournisseur précisant :
- les caractéristiques dimensionnelles détaillées de la défense ;
- les caractéristiques des matériaux constitutifs de la défense ;
- le ou les dispositifs préconisés pour sa fixation.
Les dispositifs de fixation (boulonnerie, ancrage) des défenses seront constitués d’ancrages en acier
inoxydable du type 316 L.

ARTICLE 2.16 - BOLLARDS


L'entrepreneur soumettra à l'approbation du maître d'œuvre les bollards qu'il compte installer sur l'ouvrage. Il
devra présenter une fiche technique du fournisseur précisant les caractéristiques dimensionnelles et la
résistance des bollards (résistance de 20 tonnes), ainsi que les conditions de leur protection contre la
corrosion.
Les bollards seront neuf, en acier moulé et conformes à la norme NF EN 10293. Les pièces d'ancrages
seront de nuance minimale Fe E400, selon la norme NF EN 10025.
Les bollards et leurs platines de fixation seront grenaillés et revêtus d’une couche de peinture bouche pores
(famille 1, classe 4a, selon norme NFT36-005), ainsi que d’un revêtement anti-corrosion, appliqués en usine.

ARTICLE 2.17 - ECHELLES DE QUAI


L'entrepreneur soumettra à l'approbation du maître d'œuvre les échelles en acier inoxydable du type 316 L
qu'il compte installer sur le quai.
Il devra présenter une fiche technique du fournisseur précisant :
- les caractéristiques dimensionnelles détaillées de l’échelle ;
- les caractéristiques des matériaux constitutifs de l’échelle ;
- des renseignements sur sa fabrication ;
- la conformité à une norme française ou européenne ;
- le ou les dispositifs préconisés pour sa fixation.
Les dispositifs de fixation des échelles seront également en acier inoxydable 316 L.
Le diamètre ou la largeur des barreaux des échelles sera au minimum de 25 mm et la barre la plus basse
des échelles devra descendre jusqu’à +267,33 m.

ARTICLE 2.18 - TRAVAUX DE TRANCHEES POUR RESEAUX

2.18.1 - Terrassements en tranchées


Toutes les tranchées à exécuter dans le cadre des travaux à la charge de l’Entreprise, s’entendent en terrain
de toute nature y compris rocheuse et quelles que soient les difficultés d’extraction.

C.C.T.P. page 70/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les travaux comprendront toutes sujétions d’exécution quelles qu’elles soient, nécessaires en fonction de la
nature des terrains rencontrés y compris la démolition par tous moyens de bancs de pierres ou de roches ou
d’ouvrages de toutes natures en maçonnerie ou autres éventuellement rencontrés, ainsi que l’arrachage de
toutes anciennes souches ou racines éventuelles.

Les tranchées seront réalisées à parois verticales boisées ou blindées en fonction de la réglementation en
vigueur et de la nature des sols. Toutefois l’entreprise pourra proposer d’autres modes de réalisation, qui
devront être agréés par le Maître d’Œuvre.

Les tranchées pourront être exécutées par engins mécaniques, avec finition de la fouille à la main, ou
entièrement à la main, selon le cas.

L’exécution comprendra implicitement toutes sujétions nécessaires, emploi de pic, de la masse, du marteau-
piqueur, etc.

Ce prix tient compte de tous les aléas et sujétions, en particulier de ceux occasionnés par la rencontre de
canalisations de toute nature et de ceux inhérents aux dispositions de sécurité nécessités par la présence
des fouilles.

2.18.1.1 - Parois et fonds de fouille

Les fonds de fouilles seront dressés d’une manière régulière selon la pente prévue.

Pour assurer la stabilité des parois, celles-ci seront taillées avec fruit, degré d’inclinaison à définir en fonction
de la nature des terrains rencontrés. Dans le cas où l’Entrepreneur ne prendrait pas toutes les dispositions
voulues à ce sujet, tous les frais entraînés par des éboulements éventuels lui seraient imputés.

2.18.1.2 - Evacuation des eaux de ruissellement

Pendant l’exécution des travaux, l’Entrepreneur devra préserver la bonne tenue de ses ouvrages en
assurant l’évacuation le plus vite possible des eaux de ruissellement. Pour ce faire, l’Entrepreneur prévoira
en temps utile tous les petits ouvrages provisoires tels que saignées, rigoles, fossés, etc., nécessaires pour
permettre l’écoulement gravitaire des eaux.

En cas d’impossibilité d’écoulement gravitaire, il sera tenu d’assurer le pompage de ces eaux à ses frais.

En cas d’arrivée d’eau souterraine au moment des travaux, il sera mis en place pendant la durée de ceux-ci
un drainage provisoire qui permettra une pose des canalisations à «sec ».

Ce drainage sera constitué d’un drain  100 mm, incorporé dans un massif filtrant en cailloux 20/40, lui-
même enveloppé d’un géotextile. Ce drainage sera colmaté au mortier à l’issu des travaux.

L'Entreprise veillera aux pompages systématiques dès l'apparition des eaux d'infiltration, la pose des
canalisations et le remblaiement des tranchées devront être effectués à sec.

2.18.1.3 - Blindages et étaiements

L’Entrepreneur aura à sa charge sans supplément de prix, tous les blindages et étaiements qui s’avéreraient
nécessaires.

2.18.1.4 - Evacuation des excédents de matériaux

Le devenir des déblais de terrain fait l’objet de l’Article 2.03 -

L’Entrepreneur aura à sa charge sans supplément de prix, le chargement par tout moyen et l’enlèvement
hors du chantier des matériaux de déblais après remblaiement des tranchées.

C.C.T.P. page 71/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.18.1.5 - Lit de pose et enrobage

En complément aux prescriptions du C.C.T.G., il est précisé :

Le profil en long de la fouille sera réglé suivant celui prévu par les études d’exécution avec une tolérance de
+ ou - 1 cm.

Une couche de grains de riz 2/6 de 0.10 m d'épaisseur après compression, sera mise en place sur toute la
largeur de la fouille et servira de lit de pose aux canalisations.

L'enrobage sera assuré par la mise en œuvre de grains de riz 2/6 jusqu'à 0.20 m sur la génératrice
supérieure.

2.18.1.6 - Remblaiement des tranchées

Le remblaiement des fouilles sera exécuté conformément aux prescriptions du C.C.T.G. et des stipulations
particulières notées ci-dessous :

Après vérification des pentes, les matériaux d'enrobage seront damés progressivement à la main de façon à
ne pas ébranler les canalisations.

Le remblaiement sera exécuté par couche de 0,20 m au maximum avant damage et devra s'effectuer avec
des engins vibrants de puissance et de dimensions appropriées.
Les tuyaux une fois convenablement posés et enrobés, et lorsque le Maître d’œuvre a reconnu que les
pentes prévues au projet ont été respectées, l’Entrepreneur peut procéder au remblaiement de la tranchée.

Si les produits de déblai sont réutilisables, ils seront expurgés des éléments nécessaires pour être
réemployés dans les conditions du C.C.T.G. L’Entrepreneur aura à sa charge les prélèvements et analyse
pour contrôler la qualité des matériaux extraits.

Si les déblais sont reconnus inaptes au remblaiement par le Maître d’Œuvre, ils seront remplacés par une
grave non traitée 0/20. Le compactage sera réalisé jusqu’à ce que la densité sèche par des moyens
mécaniques soit égale au moins à 90 % de l'OPN (Optimum Proctor Normal).

ARTICLE 2.19 - MATERIAUX POUR RESEAUX D’EAU ET D’INCENDIE ET


OUVRAGES ASSOCIES

2.19.1 - Tuyaux, raccords et accessoires en fonte ductile pour réseau incendie

2.19.1.1 - Cadre normatif


NF EN 545 : « Tuyaux, raccords et accessoires en fonte ductile et leurs assemblages pour
canalisations d'eau - Prescriptions et méthodes d'essai »

2.19.1.2 - Marquage
Tous les tuyaux et raccords doivent être marqués de façon lisible et durable et porter au moins les
indications suivantes :

 le nom ou la marque du fabricant ;


 l’identification de l’année de fabrication ;
 l’identification de la fonte ductile ;
 le DN ;
 l’identification de l’application (eau potable) ;

C.C.T.P. page 72/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 la référence à la norme EN598.


Les cinq premières indications ci-dessus doivent venir de la fonderie ou être estampées à froid ; les
deux autres indications peuvent être données par toute méthode, par exemple, peintes sur la pièce
ou fixée à l’emballage.

2.19.1.3 - Caractéristiques

 Joint standard et/ou verrouillé en fonction de la localisation des tuyaux (amont / aval
immédiat des pièces de raccords pour déviation angulaire autobutée).
 Les tuyaux seront adaptés à des eaux destinées à la consommation humaine.
 Revêtement intérieur : mortier de ciment centrifugé
 Revêtement extérieur :
- alliage zinc-aluminium (400g/m²)
- couche de finition constituée d’un bouche-pore époxy de couleur bleu

2.19.2 - Tuyaux, raccords et accessoires en PEHD pour réseau d’eau potable

2.19.2.1 - Cadre normatif


NF T54-063 : « Tubes en polyéthylène haute densité pour réseaux de distribution d'eau potable »
XP T54-951 : « Systèmes de canalisations en plastique pour l'alimentation en eau potable »

2.19.2.2 - Marquage
Tous les tuyaux et raccords doivent être marqués de façon lisible et durable et porter au moins les
indications suivantes :

 le nom ou la marque du fabricant ;


 l’identification de l’année de fabrication ;
 l’identification du matériau ;
 les diamètres ;
 l’identification de l’application (eau potable) ;

2.19.2.3 - Caractéristiques

 Tuyau en polyéthylène Haute Densité (PEHD) diamètre extérieur 63 mm PN 16 Bars ;


 Fourniture de préférence en touret ;
 Titulaires de la marque de qualité NF 114 : groupe 2 pour distribution d’eau potable ;
 Les tuyaux seront adaptés à des eaux destinées à la consommation humaine ;
 Tuyaux de couleur noire avec inclusion de filets de couleur bleue répartis également sur la
circonférence. Les raccordements seront réalisés par raccords mécaniques ou manchons
électrosoudés.

2.19.3 - Robinetterie

2.19.3.1 - Cadre normatif

 Conformité aux normes européennes en vigueur


 Attestation de conformité sanitaire

C.C.T.P. page 73/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 NF EN 1171 (2003-02-01) : « Robinetterie industrielle - Robinets-vannes en fonte »


 ISO 5208:2008 (2008-08-01) : « Robinetterie industrielle - Essais sous pression pour les
appareils de robinetterie métalliques »
 NF EN 671-1 : « Installations fixes de lutte contre l'incendie - Systèmes équipés de tuyaux -
Partie 1 : robinets d'incendie armés équipés de tuyaux semi-rigides »

2.19.3.2 - Robinet vanne de sectionnement


Les robinets vannes seront de type à opercule et conformes aux normes en vigueur.
Ils seront prévus pour servir au sectionnement des tronçons lors des interventions ultérieures sur le
réseau tout en limitant le nombre de poteaux d’incendie à mettre hors service. Ils vont également
permettre d’équiper les vidanges de points bas de chacun de ces tronçons.
Ces robinets vannes seront à commande manuelle par tige allonge de manœuvre sous bouche à
clefs.

 Robinet vanne à opercule


 PFA 16
 Etanchéité de catégorie A (ISO 5208-2)
 Passage intégral et direct
 Obturateur entièrement revêtu d’élastomère et guidé latéralement
 Boîte à joint démontable
 Triple étanchéité au niveau de la tige de manœuvre : 2 joints toriques au-dessus de la
collerette et un joint autoclave en dessous
 Joint cache poussière interdisant l’introduction de corps étrangers au niveau de la tige de
manœuvre
 Tige de manœuvre en acier inoxydable
 Protection anti corrosion par revêtement intérieur / extérieur époxy, 150 microns
 Boulonnerie entièrement protégée.

2.19.3.3 - Vanne murale du réservoir incendie


La vanne murale séparant les 2 compartiments du réservoir incendie sera du type vanne guillotine. Elle est
prévue afin de permettre de vider l’un des 2 compartiments pour entretient tout en permettant de conserver
l’autre rempli et de maintenir la défense incendie.

 Corps et pelle en inox 304 L


 Boulonnerie inox
 Diamètre de passage 200 mm
 Joint d’étanchéité en EPDM
 Tige de manœuvre en acier inoxydable
 Dispositif de manœuvre sous bouche à clef scellée dans la dalle.

2.19.3.4 - Bouche incendie


Les bouches incendies seront de type Hydrants (en pits) normalisés de 80/100 avec :

 raccord DSP (raccord pompier – prise Keiser ou symétrique de 100 sans bouchon selon
norme NF S 61 708),
 PFA 16
 Etanchéité de catégorie A (ISO 5208-2)

C.C.T.P. page 74/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 vanne papillon (pour l’ouverture et la fermeture de la bouche incendie),

2.19.3.5 - Ventouse triple fonction


Ces appareils, qui seront installés au droit des points hauts des conduites, doivent permettre la
réalisation automatique des opérations suivantes :

 Evacuation de l’air pendant le remplissage des canalisations (donc sans pression).


 Purge de l’air (sous pression) qui a tendance à s’accumuler aux points hauts en
fonctionnement normal.
 Admission d’air pendant la vidange de la conduite ou d’une partie de celle-ci (vidange
normale ou vidange accidentelle à la suite d’une rupture de la conduite) pour éviter la mise
en dépression de ladite conduite. Une dépression maximale de 5 m d’eau sera admise sur
la conduite.

Ces ventouses auront les caractéristiques suivantes :

 grand débit d’air,


 triple fonction,
 revêtement époxy,
 panier en inox,
 robinet d’arrêt FSH incorporé
 en fonte ductile,
 PFA 16,
 contrôleur de fonctionnement intégré,
 étanchéité catégorie A selon norme ISO 5208-2.

Ces appareils ne doivent en aucun cas provoquer de coups de bélier dans les conduites et doivent,
si nécessaire, être munis des organes de sécurité appropriés. Une surpression maximale de 5 m
d’eau sera admise.
Une vanne d’isolement (ou un robinet suivant le diamètre), indépendante ou non de la ventouse, doit
être prévue entre la conduite et la ventouse de façon à permettre le changement d’appareil pour
contrôle ou réparation sans nécessiter la vidange de la conduite.
Chaque ventouse doit être essayée individuellement à la pression voulue, précisée dans les
spécifications particulières. Dans tous les cas, l’étanchéité du corps, du chapeau, des garnitures et
clapets éventuels doit être parfaite.

2.19.3.6 - Bouche à clé


Les bouches à clés seront en Fonte GS, avec les caractéristiques suivantes :

 revêtement en peinture bitumineuse,


 collerette périphérie en tête de bouche à clé pour éviter les affaissements des têtes de
bouche à clé dans les zones à trafic intense. Cette collerette est à positionner sur la couche
de d’assise avant la couche de finition afin de répartir au mieux les efforts,
 maintien du bouchon par ergots de serrage.
 ronde pour vanne de sectionnement,
 carrée pour purge,
L’ouverture et la fermeture des vannes de sectionnement (robinets-vannes) se feront par une tige de
manœuvre et manchon dans un tube allonge en fonte.

C.C.T.P. page 75/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.19.4 - Regards de visite

2.19.4.1 - Cadre normatif

 NF EN 1917 : Regards de visite et boîtes de branchement en béton non armé, béton fibré
acier et béton armé
 NF P16-346-2 : Regards de visite et boîtes de branchement ou d'inspection en béton non
armé, béton fibré acier et béton armé - Partie 2 : Complément à NF

2.19.4.2 - Caractéristiques
Les regards de visite seront impérativement en béton préfabriqués en usine. Ils seront constitués
des éléments suivants :

 un élément de fond ;
 des éléments droits pour la cheminée ;
 une tête tronconique ;
 une rehausse sous cadre.
L’étanchéité entre éléments sera assurée par garniture (élastomère, plastomère ou autre matériau
d’étanchéité). L’objectif d’étanchéité requis sera celui de la méthode W (eau) de la norme NF EN
1610.
Les jonctions des tuyaux sur les éléments de fond ou les éléments droits seront pré percés en usine.
Le montage devra présenter une parfaite concordance avec les canalisations proposées.
Le joint d’étanchéité tuyau / élément sera un joint souple intégré en usine.

2.19.5 - Tampon de voirie

2.19.5.1 - Cadre normatif

 NF EN 124 : Dispositifs de couronnement et de fermeture pour les zones de circulation


utilisées par les piétons et les véhicules - Principes de construction, essais types,
marquage, contrôle de qualité.

2.19.5.2 - Caractéristiques

 tampons et cadres seront en fonte ductile,


 classe F 900 minimum,
 Surfaces destinées à des charges de roues particulièrement importantes,
 tampon type «à charnières »,
 dimension hors tout : à définir en fonction des têtes de regard,
 ouverture libre : 600 mm.

2.19.6 - Trappe d’accès au réservoir incendie


Les trappes d’accès au réservoir incendie seront couvertes par des éléments en aluminium ou en matériaux
composites résistants aux UVs.
Les éléments de couverture ne pourront tomber au fond de l’ouvrage et devront être munis de charnières. Ils
ne pourront se refermer inopinément (par exemple ouverture à 135°, béquille,…). Ils devront résister à une
charge de 1000 daN.
Pour prévenir toute chute dans la trappe ouverte, un dispositif de barreau de protection sera mis en place
sous tous les éléments de couverture. Ces barreaux seront distincts des cornières de renfort et auront un
espacement de 18 cm maximum. Ces barreaux seront articulés pour permettre l’extraction des équipements

C.C.T.P. page 76/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.19.7 - Echelles et crosses

2.19.7.1 - Cadre normatif

 NF EN 131-2 : Échelles - Exigences, essais, marquage


 NF E85-016 (avril 2008) : Éléments d'installations industrielles - Moyens d'accès
permanents - Échelles fixes

2.19.7.2 - Caractéristiques

 Les échelles et crosses seront en acier galvanisé.


 Elles seront fixées dans le gros œuvre soit par chevilles chimiques soit par scellement au
mortier de béton. Aucune découpe d’échelles sur chantier ne sera donc acceptée afin
d’assurer la pérennité de l’échelle (éviter la formation de rouille au niveau de la découpe).
 La boulonnerie et autres pièces accessoires seront en acier inoxydable.

2.19.8 - Surpresseur incendie

2.19.8.1 - Cadre normatif et règlementaire

 Directive Machines 98/37/CE


 Directive Compatibilité Electromagnétique 89/336/CEE mod.
 Directive basse tension 2006/95/CE
 CEI 60364 (NFC 15-100) (Installations électriques).
 NF EN 671-1 : « Installations fixes de lutte contre l'incendie - Systèmes équipés de tuyaux -
Partie 1 : robinets d'incendie armés équipés de tuyaux semi-rigides »
 EN 809 - Pompes et groupes moto-pompes pour liquides
 EN 61000-6 – 1 et EN 61000-6 – 3 ou EN 61000-6 2 et EN 61000-6 4 (Immunité /
Emission).
 EN 60204-1 (Sécurité électrique des machines)
 EN 12100-2 (Sécurité mécanique des machines)
 EN 60439-1 (Coffrets électriques et électroniques).
R.I.A. : Robinets Incendie Armés

 NF S 62-201 (Sept 2005) : matériels de lutte contre l’incendie.


 Règle R5- APSAD : Robinets Incendie Armés.

2.19.8.2 - Fonctionnement du surpresseur


Les surpresseurs « Incendie » doivent maintenir une pression mini de 5 bars en régime d’écoulement en tout
point du réseau. Ils doivent permettre le fonctionnement de deux hydrants simultanément et pour un débit de
60 m3/h sur chaque hydrant.
Le dispositif est muni de 2 pompes pour atteindre un débit de 120 m3/h en cas de besoin + 1 pompe en
secours.
Les pompes seront asservies à un pressostat, agissant sur pression forte ou faible, avec commande arrêt ou
mise en route d’une pompe ou deux pompes.
La fermeture du pressostat fait démarrer la première pompe. Si au bout d’une durée donnée le pressostat
est toujours fermé une deuxième pompe se met en marche.
Celles-ci fonctionnent pendant la durée de la temporisation réglable. Si à la fin de la période de
temporisation :

C.C.T.P. page 77/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 le pressostat est toujours fermé, les pompes continuent de fonctionner jusqu’à l’ouverture
du pressostat.
 le pressostat est ouvert : les pompes s’arrêtent.

Les pompes permutent à chaque redémarrage et en cas de défaut d’une pompe.


Sécurité :

 Sur coupure secteur:


- redémarrage automatique de la pompe après retour du courant.
- si le courant ne revient pas au bout d’une durée donnée, mise en route automatique
du groupe électrogène de secours.
 Sur manque d’eau: arrêt de la pompe en fonctionnement et report du défaut sur contact
sec.
 Sur défaut pompe : mise en route automatique de la pompe de secours et report défaut sur
contact sec

2.19.8.3 - Descriptif du surpresseur incendie


Le groupe de surpression comprend :

 3 Electropompes submersibles (2 X 60m3/h + 1 en secours) alimentation électrique sur


réseau secouru par le groupe électrogène ;
 3 jeux de barres de guidage et chaines en inox 304 L pour relever les pompes ;
 3 Vannes d’isolement à l’aspiration des pompes ;
 3 Vannes d’isolement au refoulement des pompes ;
 3 Clapets anti-retour au refoulement pompes ;
 Collecteur de refoulement ;
 1 Pressostat de commande automatique des pompes
 1 Manomètre
 1 Réservoir à vessie 8 litres – 10 bars sur collecteur ou livré séparément suivant la capacité
 1 dispositif de relevage (pied de potence + potence)
 1 sonde US ainsi qu’une poire de secours pour détection du niveau d’eau dans le réservoir.

Electricité

 1 schéma électrique - fusibles de rechange


 1 coffret étanche IP 54
 1 sectionneur général
 1 contacteur par pompe
 1 transformateur 400/24 V
 1 protection par coupe circuit à cartouche pour la commande et la signalisation
 1 report d’alarme sur bornier
 1 report marche par pompe sur bornier
 1 relais manque d’eau
 1 câblage en fils repérés
 1 commutateur 3 positions : Marche Manuelle P1, Auto, Marche Manuelle P2

C.C.T.P. page 78/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 1 voyant vert : présence tension


 1 voyant rouge : défaut moteur
 1 voyant rouge : manque d’eau
 1 temporisation pour le fonctionnement automatique
 1 relais de permutation

2.19.8.4 - Armoire alimentation électrique et contrôle commande


L’armoire d’alimentation électrique et de commande devra assurer l’automatisme intégral du surpresseur :

 Etanche, protection IP55


 Protection thermique des moteurs réglée en usine à l’intensité nominale plaquée sur les
moteurs
 Sectionneur extérieur de sécurité et de mise sous tension du module
 Fermeture par serrure à clef

Elle comprendra notamment en plus des équipements ci-avant :

 1 automate,
 1 Variateur de fréquence par pompe.

L’armoire sera équipée d’un inverseur de source automatique sur lequel sera raccordé de façon permanente
le groupe électrogène de secours. L’armoire sera positionnée dans le bâtiment du groupe électrogène.
La prestation de l’entreprise comprend notamment le raccordement de tous les équipements à l’armoire, le
raccordement de l’armoire au groupe électrogène de secours et le raccordement électrique de l’armoire
Façade de l’armoire :

 Voyant sous tension


 Voyant manque d’eau
 Voyant défaut pompe par pompe
 Voyant marche par pompe
 Commutateur par pompe à 3 positions :
- auto / arrêt / manuel (fugitif) et sectionneur général.

2.19.8.5 - Descriptif du groupe électrogène de secours


Equipement
L’alimentation électrique du groupe de surpression devra être équipée d’un groupe électrogène de secours
fixe d’une puissance minimale de l’ordre de 100 KVA.
L’entreprise établira un bilan de puissance de l’ensemble de l’installation, en configuration la plus
contraignante, et justifiera la capacité retenue pour le groupe électrogène.
Ce groupe devra comprendre :

 un automatisme de démarrage électrique sur batterie au plomb autorisant 3 tentatives,


 un tableau de commande et de contrôle automatique, monté directement sur le groupe,
 une cuve permettant une autonomie de 12 heures à pleine charge,
 un inverseur de source automatique qui sera placé en armoire dans le local électrique.

C.C.T.P. page 79/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Le groupe électrogène devra être capoté pour avoir un niveau sonore inférieur ou égal à 85 dBA à 1 mètre.
Une entrée et sortie d’air devront également être assurées.
Local pour le groupe électrogène
Le groupe électrogène sera installé à l’intérieur d’un bâtiment spécifique et fermé de 4 mètres de coté pour
une hauteur sous plafond de 2 mètre 50. Le plafond sera équipé d’un rail de guidage permettant d’extraire le
groupe électrogène.
Ce bâtiment sera positionné à proximité du réservoir incendie.
Les fondations seront à définir par l’entreprise. Le plancher sera constitué d’une dalle en béton armé. Celui-
ci sera dimensionné pour résister aux charges d’exploitation.
Les murs seront réalisés en maçonnerie, le local sera couvert par une toiture terrasse. Des extractions d’air
dimensionnées par l’entreprise en fonction du groupe électrogène proposé seront prévues dans les façades.
Ces extractions seront équipées de grilles aluminium coté extérieur et de silencieux coté intérieur du
bâtiment.
Les façades extérieures seront peintes. La teinte sera déterminée par le maître d’œuvre.
Les eaux de toiture seront envoyées par l’intermédiaire de gouttières vers un caniveau pluvial.
Un revêtement isophonique (type FIBRALITH ou équivalent) sera mis en place à l’intérieur du local, sur les
murs comme au plafond.
Il sera prévu un éclairage par néon à l’intérieur du local avec un minimum de 200 lux en tout point.
Il sera mis en place une menuiserie aluminium d’ouverture utile 1 mètre 20 avec barre anti panique au
niveau de l’entrée du local.
Les dimensions du local pourront être revues à la hausse (elles ne seront en aucun cas inférieures aux
prescriptions du CCTP) par l’entreprise en fonction de l’équipement proposé.

ARTICLE 2.20 - MATERIAUX POUR RESEAU D’EAUX USEES

2.20.1 - Tuyaux, raccords et accessoires en fonte ductile

2.20.1.1 - Cadre normatif


NF EN 545 : « Tuyaux, raccords et accessoires en fonte ductile et leurs assemblages pour
canalisations d'eau - Prescriptions et méthodes d'essai »

2.20.1.2 - Marquage
Tous les tuyaux et raccords doivent être marqués de façon lisible et durable et porter au moins les
indications suivantes :

 le nom ou la marque du fabricant ;


 l’identification de l’année de fabrication ;
 l’identification de la fonte ductile ;
 le DN ;
 l’identification de l’application ;
 la référence à la norme EN598.
Les cinq premières indications ci-dessus doivent venir de la fonderie ou être estampées à froid ; les
deux autres indications peuvent être données par toute méthode, par exemple, peintes sur la pièce
ou fixée à l’emballage.

C.C.T.P. page 80/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.20.1.3 - Caractéristiques

 Joint standard ;
 Revêtement intérieur : mortier de ciment alumineux centrifugé
 Revêtement extérieur :
- alliage zinc + peinture époxy rouge

2.20.2 - Regards de visite

2.20.2.1 - Cadre normatif

 NF EN 1917 : Regards de visite et boîtes de branchement en béton non armé, béton fibré
acier et béton armé
 NF P16-346-2 : Regards de visite et boîtes de branchement ou d'inspection en béton non
armé, béton fibré acier et béton armé - Partie 2 : Complément à NF

2.20.2.2 - Caractéristiques
Les regards de visite seront impérativement en béton préfabriqués en usine. Ils seront constitués
des éléments suivants :

 un élément de fond ;
 des éléments droits pour la cheminée ;
 une tête tronconique ;
 une rehausse sous cadre.
L’étanchéité entre éléments sera assurée par garniture (élastomère, plastomère ou autre matériau
d’étanchéité). L’objectif d’étanchéité requis sera celui de la méthode W (eau) de la norme NF EN
1610.
Les jonctions des tuyaux sur les éléments de fond ou les éléments droits seront pré percés en usine.
Le montage devra présenter une parfaite concordance avec les canalisations proposées.
Le joint d’étanchéité tuyau / élément sera un joint souple intégré en usine.

2.20.3 - Tampon de voirie

2.20.3.1 - Cadre normatif

 NF EN 124 : Dispositifs de couronnement et de fermeture pour les zones de circulation


utilisées par les piétons et les véhicules - Principes de construction, essais types,
marquage, contrôle de qualité.

2.20.3.2 - Caractéristiques

 tampons et cadres seront en fonte ductile,


 classe F 900 minimum,
 Surfaces destinées à des charges de roues particulièrement importantes,
 tampon type «à charnières »,
 dimension hors tout : à définir en fonction des têtes de regard,
 ouverture libre : 600 mm.

C.C.T.P. page 81/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.20.4 - Echelles et crosses

2.20.4.1 - Cadre normatif

 NF EN 131-2 : Échelles - Exigences, essais, marquage


 NF E85-016 (avril 2008) : Éléments d'installations industrielles - Moyens d'accès
permanents - Échelles fixes

2.20.4.2 - Caractéristiques

 Les échelles et crosses seront en acier galvanisé.


 Elles seront fixées dans le gros œuvre soit par chevilles chimiques soit par scellement au
mortier de béton. Aucune découpe d’échelles sur chantier ne sera donc acceptée afin
d’assurer la pérennité de l’échelle (éviter la formation de rouille au niveau de la découpe).
 La boulonnerie et autres pièces accessoires seront en acier inoxydable.

ARTICLE 2.21 - MATERIAUX POUR VOIES DE GRUES

2.21.1 - Objet
Ce document fournit les spécifications techniques relatives à la réalisation d’une voie de roulement à fixation
souple comprenant les composants suivants :
 Le rail ;
 L’intercalaire ;
 Les clips ;
 Les plats ;
 Les ancrages ;
 Le scellement.
Le support pour la voie de roulement est une structure continue en béton armé.

2.21.2 - Données requises pour le dimensionnement

Les données minimales nécessaires pour le dimensionnement de la voie de roulement sont précisées dans
le chapitre relatif aux données et hypothèses.
Les organes métalliques du chemin de roulement (clip, rail, tige d’ancrage) seront calculés avec un
coefficient de sécurité de 1.5 par rapport à la limite élastique du matériau utilisé.

2.21.3 - Spécifications générales

1. Le rail devra être fixé sur son support selon la technique de la fixation souple, conçue par un
fournisseur reconnu.
Cette technique comprend obligatoirement l’utilisation :
 D’un intercalaire souple sous le pied du rail ;
 De clips réglables et autobloquants avec nez en élastomère.

C.C.T.P. page 82/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2. Le rail devra être supporté de façon continue par des plats en acier scellés sur un support en béton.
3. Les fixations devront être conçues pour permettre :
 Le mouvement longitudinal du rail lors de la dilatation thermique ;
 Le contrôle des mouvements verticaux et transversaux du rail par
o l’application d’une pression verticale sur le pied du rail ;
o un système auto-bloquant limitant le mouvement latéral dû à une sollicitation cyclique ;
 De résister aux charges horizontales spécifiées ;
 De résister à des charges cycliques.
4. L’intercalaire sera conçu de façon à
 Améliorer la distribution des charges du galet afin de réduire les concentrations de charges et de
diminuer les contraintes de fatigue qui en résultent ;
 Réaliser un contact constant du rail sur les plats ;
 Offrir une stabilité latérale suffisante.

5. L’entrepreneur devra fournir les notes de calcul basées sur les normes en vigueur, les règles de l’art,
et des résultats d’essais effectués par des organismes reconnus ; ces notes devront reprendre les
données du §2 et renseigner au minimum :
 Les contraintes induites dans le rail ;
 Les pressions sur le béton de support ;
 Le dimensionnement et l’entraxe des clips ;
 Le dimensionnement et l’entraxe des ancrages.
6. Le fabricant devra justifier par des essais réalisés auprès de laboratoires indépendants officiels et
reconnus :
 Le comportement des clips à des sollicitations cycliques ;
 Le comportement de l’intercalaire comme support élastique.
7. Le fabricant devra fournir les instructions de montage accompagnées de plans, détaillant la méthode
de mise en œuvre de la voie de roulement.
8. Le fabricant devra fournir des instructions pour l’entretien, en particulier, la conception de la voie de
roulement doit permettre à tout moment le remplacement rapide et aisé des rails endommagés.
9. Si nécessaire, le fabricant devra être en mesure de superviser l’installation et en conséquence
fournir des garanties sur le produit livré.
10. Le fabricant disposera d’un système de qualité certifié selon la norme ISO 9000 depuis au moins 5
ans.
11. Toutes les notes de calculs et les dessins, y compris les révisions, devront être soumises à la
maitrise d’œuvre pour approbation avant toute mise en production.

2.21.4 - Spécification des composants

2.21.4.1 - Rails
Le rail des voies de grues de 40 tonnes sera de type A100 avec une résistance à la rupture de minimum
880 N/mm².
Le rail des voies de grues de 30 tonnes sera de type GCR108 avec une résistance à la rupture de minimum
880 N/mm
Les rails seront soudés, excepté aux points singuliers spécifiquement définis.

C.C.T.P. page 83/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

La soudure des rails se fera par une entreprise qualifiée disposant de soudeurs qualifiés, utilisant une des
procédures suivantes :
 Soudure aluminothermique ;
 Soudure à l’arc, avec des électrodes adaptées.
La qualification d’un procédé se fera sur base de (2) essais de soudure et les mesures suivantes :
 Dureté
 Inspection micro-macro
 Ultrasons
 Inspection magnétique
Le contrôle sur chantier se fera par :
 Inspection visuelle;
 Ultrasons sur au moins (20)% des soudures.
La qualification de l’entreprise de soudure et des soudeurs se fera sur base de :
 Une expérience probante des procédures de soudure ;
 Une formation auprès du fournisseur du procédé de soudure.
Les critères d’acceptation de l’inspection micro-macro seront :
 Défauts inférieurs à 5 mm en volume ;
 Pas de défaut linéaire ;
 Porosité interne inférieure à un diamètre de 5 mm ;
 Maximum 10 porosités inférieures à 5 mm, à une distance minimale de 10 mm entre elles.
Le critère d’acceptation pour l’inspection magnétique sera :
 Pas de défaut visible.
La réparation de défauts superficiels se fera par soudure à l’arc.
Toute soudure refusée sera entièrement enlevée en recoupant le rail de part et d’autre sur une longueur
minimale de :
 100 mm pour une soudure aluminothermique ;
 250 mm pour une soudure à l’arc.

La qualification générale du procédé et de l’entreprise de soudure, ainsi que la supervision du chantier,


peuvent être faites par le fournisseur sur base de :
 Procédure interne spécifique pour l’acceptation d’un procédé de soudure, comprenant au minimum
les tests mentionnés ci-dessus ;
 Procédure interne fiable pour la supervision de l’entreprise de soudure et des soudeurs ;
 Procédure interne d’enregistrement des soudures, et des caractéristiques des lots ;
 Enregistrements de rapports de supervision.

2.21.4.2 - Intercalaires
L’intercalaire sera de type GANTREX [MK6], ou équivalent, d’une épaisseur au milieu de 8 mm et sur les
bords de 6.5 mm, d’une largeur inférieure d’environ 5 mm à la largeur nominale du pied du rail et d’une
longueur nominale de 12 m.
La matière utilisée est un caoutchouc nitrile butadiène (NBR), répondant à l’état de livraison aux propriétés
suivantes :

C.C.T.P. page 84/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 Dureté shore (DIN 53505) : 70 à 80° shore A


 Résistance à la rupture (ASTM D412 C) : > 12.5 N/mm²
 Allongement (ASTM D412 C) : > 250 %
 Déformation permanente (BS 903 part A6) : <5%

Cette matière présentera en outre une haute résistance à l’usure, en particulier par friction, au cisaillement,
au poinçonnement, aux huiles et graisses, aux rayons ultraviolets, à l’ozone, à l’eau de mer, et devra résister
à des conditions de température de service entre 0°C et 60°C.
La partie supérieure de l’intercalaire devra disposer de rainures longitudinales régulières de largeur
constante, afin de réaliser une mise en compression régulière de l’intercalaire par le rail selon une courbe à
2 pentes comprenant une zone de pré-compression avec un taux minimum de 5% sous une charge de
1N/mm², l’allure de la courbe sera similaire au schéma ci-dessous :

Déflexion

Charge

L’intercalaire sera renforcé d’un feuillard métallique continu, parfaitement centré, d’épaisseur nominale 0,5
mm et d’une largeur constante de minimum égale à 60% de la largeur nominale du pied du rail. L’adhérence
avec l’élastomère de l’intercalaire sera réalisée par vulcanisation, avec une force de liaison de minimum de 7
N/mm selon ISO R813.
Toutes les coupes seront protégées pour éviter la corrosion du feuillard métallique.

2.21.4.3 - Clips et visserie

Les clips seront de type GANTREX ou équivalent, équipés d’un nez en élastomère, autobloquants sous une
charge latérale, et autorisant un réglage latéral en continu.
La matière de la partie supérieure des clips est une fonte nodulaire EN-GJS-500-7 selon EN 1563, et celle
des embases à souder est un acier forgé S355J0, selon EN10025. Les caractéristiques des deux parties
sont les suivantes :
 Résistance à la traction : > 500 N/mm²
 Contrainte à un allongement de 0,2% : > 320 N/mm²
 Allongement : >7%
 Dureté Brinell : entre 170 et 230 HB

Il doit être démontré que les clips restent stables sous une charge cyclique (au moins [1.000.000] cycles)
Les clips seront protégés contre la corrosion par galvanisation à chaud avec une épaisseur minimale de 70
m selon EN ISO 1461. Cette protection doit être ininterrompue, en particulier sous le nez en élastomère.

C.C.T.P. page 85/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Le nez est réalisé en élastomère NBR de qualité égale aux intercalaires, l’adhérence au clip étant réalisée
par vulcanisation, et un test d’adhérence doit indiquer une rupture cohésive dans le matériau. Le collage est
interdit.
Les clips sont toujours disposés par paire, l’un en face de l’autre.
La visserie sera en acier de classe 8.8 selon ISO 898-1.
La visserie sera protégée contre la corrosion par galvanisation à chaud avec une épaisseur minimale de 50
m selon EN ISO 1461.

Pour rappel, les caractéristiques des clips et de leur visserie ainsi que les entraxes, doivent être justifiées
par une note de calcul.

2.21.4.4 - Plats
Les plats devront disposer à la fabrication les découpes et accessoires nécessaires pour la fixation des clips
et les trous pour les ancrages.
Les plats seront équipés de moyens de mise à niveau avant scellement.
Les dimensions (longueur, largeur, épaisseur) seront déterminées par le fabricant et justifiées conformément
au §3.4.
Les plats seront réalisés en acier S235JR selon EN 10025.

2.21.4.5 - Ancrages
Les ancrages seront et équipés d’un écrou acier selon DIN 934, et d’une rondelle acier selon DIN 6916.
Les dimensions (diamètre, longueur) et la nuance d’acier selon ISO 898-1 devront être définies par le
fabricant et justifiées par une note de calcul conformément au §3.4.

2.21.4.6 - Mortier de calage et de scellement


Le mortier de scellement sera un mortier à retrait compensé, de type GANTREX [035] ou équivalent,
résistant chimiquement, insensible à l’eau et aux moisissures, assurant un support continu des plats, dont
les caractéristiques sont les suivantes :
 Granulométrie (moyenne) : 0 à 3.5 mm
 Résistance à 20°C :
Temps 24 h. 7 j. 28 j.
Compression
45 70 85
(N/mm²)

2.21.4.7 - Protection par peinture


Le revêtement sera de type époxydique, un primaire sera appliqué si nécessaire. Les solvants sont interdits.
L’application sera conforme aux prescriptions du fournisseur.

2.21.4.8 - Points singuliers


Pour tout point singulier, ne figurant pas dans la spécification, le fabricant devra utiliser des produits et une
technologie éprouvés, appliqués dans des situations similaires et devra pouvoir apporter des références.

C.C.T.P. page 86/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

ARTICLE 2.22 - TRAVAUX DE VOIES DE CHEMIN DE FER

2.22.1.1 - Démontage des installations existantes


Le démontage des installations existantes s’effectuera de manière à pouvoir récupérer le plus possible
d’éléments qui seraient encore utilisables : rails, traverses, appareils de voie (aiguillages). En accord avec le
CFCO, les éléments qui auront été jugées récupérables seront mis gracieusement à la disposition de ce
dernier qui en assurera le transport depuis le Port Fluvial.
Etant donné la nécessité de pouvoir continuer la desserte ferroviaire du Port dans la mesure du possible, les
travaux de démontage des installations ferroviaires devront être réalisés sans gêner la circulation des trains
sur la ou les voies qui resteront en exploitation, sauf cas exceptionnel lorsqu’il ne serait pas possible de faire
autrement.

2.22.1.2 - Pose de voie classique avec rails « Vignole »


Pour les sections de voie classique avec rails Vignole posés sur traverses et ballast, la voie devra être
réalisée de la manière suivante.

Figure 1 – Profil en travers type pour voie classique

En tenant compte que le niveau supérieur des rails devra correspondre à celui de la plate-forme portuaire, le
sol devra être excavé de manière à réaliser une sous-couche en matériaux tout-venant compacté sur une
épaisseur de 40 cm avec une pente transversale de 4%. La largeur de cette sous-couche sera de 6,70 m à
son sommet.
Des fossés bétonnés devront être réalisés et dimensionnés de manière suffisante pour assurer efficacement
l’écoulement des eaux pluviales notamment.
Après mise en place d’un géotextile, une couche de forme sera réalisée avec une épaisseur de 20 cm avec
une largeur de 6,10 m au sommet.
Le ballast devra être mis en place selon le profil en travers type indiqué ci-dessus, sa granulométrie sera
40/60. Il devra être constitué de pierres concassées au calibre demandé : quartzites, grès, calcaires,
dolomie et ayant une très forte résistance à l'abrasion.
Les traverses en bois de 1,90 m x 0,25 m x 0,13 m devront être disposées à raison de 1666 par kilomètre de
voie ferrée en respectant une épaisseur minimum de 25 cm pour le ballast (après bourrage).
Les rails de type U33 à 46 kg/m, nuance 90 devront être posées sur des selles spécialement prévues pour
ces rails. La fixation des rails sera assuré par des attaches de type Nabla avec butées.

Figure 2 – Détail de fixation de rail

C.C.T.P. page 87/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les rails seront aussi fixés entre eux avec des éclisses en assemblant deux abouts de rails en prenant appui
sous le champignon et sur la partie inclinée du patin et sont serrées par 4 boulons.

2.22.1.3 - Pose de voie avec rails à gorge


La pose de voie avec rails à gorge devra être effectuée selon le profil en travers type présenté ci-après.

Figure 3 – Profil en travers type pour voie avec rails à gorge

Le sol devra être excavé de manière à pouvoir établir la dalle en béton armé selon les dimensions
présentées ci-dessus. Les caractéristiques du béton armé devront permettre la stabilité de la voie ; elles
devront respecter les normes de l’UIC en matière de construction de voie sur dalle ainsi que la charge de
21 tonnes par essieu.
La dalle aura une épaisseur de 225 mm ; des réservations (36 cm x 25 cm) devront être prévues tous les
60 cm à l’emplacement des selles avec une profondeur de 25 mm, ainsi que des gougeons d’une longueur
utile de 100 mm : ils permettront la fixation des rails, il y en aura deux par selle : un de chaque côté du rail
dans l’axe de la selle.
Les rails à gorge de type SEI 60G nuance 90 devront être disposées sur les selles. Des entretoises en acier,
d’une longueur de 1083 mm, permettront d’assurer l’écartement de la voie, elles seront fixées aux rails avec
des boulons (voir schéma ci-dessus). La fixation des rails sera assuré par des attaches de type Nabla avec
butées.
Après fixation des rails, un béton maigre dosé à 150 kg/m3 sera coulé sur une épaisseur de 85 mm au-
dessus du niveau supérieur de la dalle en béton armé.
Ensuite, des pavés autobloquants de 8 cm d’épaisseur seront disposés sur un lit de sable compacté de 3 cm
comme pour le reste des zones ouvertes à la circulation des engins de manutention sur le Port.

C.C.T.P. page 88/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les rails seront aussi fixés entre eux avec des éclisses avec 4 boulons chacun.

2.22.1.4 - Pose des appareils de voie


Les appareils de voies seront des aiguillages à Tg 0,13, ils auront une longueur de 20,62 m pour la section
en alignement. Ils seront disposés selon les mêmes conditions que la voie, en fonction des rails envisagés :
classique de type « Vignole » ou « à gorge ».
Une attention particulière devra être apportée aux zones mobiles des appareils de voies.

2.22.1.5 - Travaux de finition


Après pose des voies et appareils de voie pour une phase donnée
 les appareils de voie et les rails consécutifs de différentes formes et dimensions devront être fixés
avec des éclisses avec 4 boulons chacun ;
 le bourrage du ballast et le nivellement de la voie devront être réalisés de manière à bien la
positionner en élévation ; il sera fait appel à une bourreuse (le terme exact est « bourreuse-
dresseuse-auto niveleuse ») servant au compactage du ballast sous les traverses ;
 les rails devront être meulés.

ARTICLE 2.23 - TERRASSEMENTS ET REVETEMENTS

2.23.1 - Terrassements
Avant de démarrer les travaux de terrassement l’Entrepreneur devra réaliser un levé topographique complet
de l’ensemble de la plateforme du futur terminal, qui servira de référence pour toutes les mesures de
quantités de déblais et de remblais. Ce relevé devra être calé sur le zéro du beach de Brazzaville.
D’une façon générale les travaux de terrassements devront se conformer aux stipulations du Fascicule 2 du
CCTG Travaux français.
L’exécution des déblais et la mise en œuvre des remblais se feront au moyen d’engins et selon des
procédures présentées par l’Entrepreneur dans son Plan d’Assurance Qualité (PAQ).
Les matériaux déblayés pourront être réutilisés en remblai s’ils offrent une portance suffisante, c’est-à-dire
s’ils présentent un module à la plaque E supérieur ou égal à 80MPa. Dans le cas contraire ces matériaux
seront évacués vers un site soumis à l’approbation préalable de l’Ingénieur.
Les matériaux de remblais provenant de l’extérieur du site devront être de type sableux, présentant un
module à la plaque E supérieur à 80 MPa et une granulométrie satisfaisant aux critères suivants :
 Dmax inférieur à 50mm.
 Tamisat à 80 microns compris entre 5% et 15%.

2.23.2 - Revêtement
Avant de commencer les travaux de revêtements l’Entrepreneur devra réaliser une campagne d’essais de
plaque in-situ du type LCPC-SETRA, selon un maillage de 30m par 30m, et devra tirer parti des résultats de
ces essais pour affiner les dimensionnements des différents types de revêtements.
D’une façon générale les travaux de revêtement devront se conformer aux stipulations du Fascicule 25 et 28
du CCTG Travaux.

2.23.2.1 - Pavés
Les pavés de béton faisant office de surface de roulement seront des pavés parallélépipédiques de 20cm de
long par 10cm de large, de 8cm d’épaisseur, disposés en arêtes de hareng avec un angle de 45° par rapport
à la direction préférentielle de la circulation des engins, conformément aux règles du guide établi par la

C.C.T.P. page 89/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

« British Pavement Association » (BPA), « The Structural Design of Heavy Duty Pavements for Ports and
other Industries (Edition 4, 2007) » :

direction préférentielle du trafic

Les pavés devront être produits en accord avec la norme européenne EN 1338 de mai 2003 « Concrete
paving blocks – Requirements and test methods », qui diffère sensiblement de la norme NFP-98-306 ne
traitant que des pavés réservés aux espaces de loisirs.
Le béton ne sera pas armé et ne comportera ni fibres ni amiante.
Les dimensions d’un bloc (longueur, largeur et épaisseur) ne devront pas s’écarter de +/- 2mm des
dimensions spécifiées.
En ce qui concerne la résistance à l’absorption d’eau, les pavés doivent présenter une résistance de Classe
2 et être testés en ce sens selon l’Annexe D de la norme européenne EN 1338 de mai 2003.
En ce qui concerne la résistance à la rupture par traction (tensile splitting strength), les pavés doivent
présenter une résistance T de 3,6 MPa testée selon l’Annexe F de la norme européenne EN 1338 de mai
2003. Aucun test individuel ne doit tomber en-dessous de 2,9 MPa, ni présenter une charge de rupture
inférieure à 250N par mm de longueur de rupture.
En ce qui concerne la résistance à l’abrasion, elle doit être déterminée selon l’Annexe G de la norme
européenne EN 1338 de mai 2003 (test de la grande roue), ou à la rigueur selon l’Annexe H de cette norme
(test de Böhme). Les abrasions mesurées à la grande roue devront toutes être inférieures à 20mm.
En ce qui concerne la résistance au glissement en surface des pavés, elle devra être vérifiée selon l’Annexe
I de la norme européenne EN 1338 de mai 2003.
En ce qui concerne l’aspect de surface, la surface supérieure des pavés ne devra pas présenter de défauts
tels que des fissures ou feuilletages, devra présenter une couleur et une texture uniforme, à vérifier par
rapport à un bloc témoin en accord avec l’Annexe J de la norme européenne EN 1338 de mai 2003.
Les nombres de tests sur pavés seront conformes aux dispositions de l’Article 6 de la norme européenne EN
1338 de mai 2003.

2.23.2.2 - Sable
Le sable qui sera mis en place pour servir de lit de pose aux pavés sera un sable de silice, sans fragments
calcaires, propre et présentant une granulométrie de 1mm de 4mm avec :
 0,5% de passant au tamis de 1mm (en masse).
 40% de passant au tamis de 2mm (en masse).
 80% de passant au tamis de 3mm (en masse).
 100% de passant au tamis de 4mm (en masse).
Avant l’approvisionnement du sable l’Entrepreneur devra fournir sa courbe granulométrique à l’approbation
de l’Ingénieur.
L’Entrepreneur devra prévoir les moyens nécessaires pour maintenir le sable à une teneur en eau
compatible avec l’obtention d’une bonne compacité (OPM supérieur à 80% - le sable ne doit pas être saturé
d’eau, il doit rester collé en bloc à la suite d’un serrage à l’intérieur de la main) ; la mise en œuvre de la
couche de sable sera interdite en cas de forte pluie.

C.C.T.P. page 90/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2.23.2.3 - Couche de base


La grave non-traitée (GNT) sera une GNT 0/31,5 satisfaisant aux normes NF-EN-13242 et XPP-18545
pour ce qui est de ses constituants, aux normes NFP 98-125 et NF-EN 13-285 pour ce qui est de sa
composition et de ses performances et à la norme NF 98-115 pour ce qui concerne sa mise en œuvre.

Granulats constituant la GNT :


0/31,5
Code GNT2
Résistance à la fragmentation LA ≤ 40
Résistance à l'usure MDE ≤ 35
UF9
Teneur en fines
LF4
Dimension maximale OC85
Fuseau de spécification GB
compacités C ≥ 97 %
Déflexion D ≤ 200

La GNT sera produite en une seule coupure et ses caractéristiques de laboratoire selon les normes NFP 98-
125 et NF-EN 13-285 devront satisfaire aux spécifications ci-après :

Catégories NF-EN 13-285

Code GNT de type 2


Dimension maximale OC85

Fuseaux de spécifications GB

Teneur maximale en fines UF9

Teneur minimale en fines LF4

2.23.2.4 - Couche de fondation


Le matériau constituant la couche de fondation consistera en du sable jaune grésifié et devra répondre aux
spécifications ci-après :
Teneur en fines f ≤ 30 %
Indice de plasticité IP ≤ 15
Proctor d≥ 1,90 KN / m3
CBR CBR ≥ 30
Compacités C ≥ 95 %

2.23.3 - Bordures et trottoir


D’une façon générale les travaux de bordures et de trottoirs devront se conformer aux stipulations des
Fascicules 31 et 32 du CCTG Travaux.
Les bordures et caniveaux seront en béton et leurs profils seront conformes à la norme NFP-98302.
Elles seront du type Mass’Roc ou équivalent avec une assise en béton et un épaulement au mortier égal au
2/3 de la hauteur.
En ligne droite les bordures seront posées avec joints au mortier sauf tous les cinq mètres où il sera réalisé
un joint de dilatation sans mortier.

C.C.T.P. page 91/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Dans les courbes les joints seront réalisés au mortier.


Lorsqu’une bordure se retourne en angle celle-ci devra être tronçonnée en biseau, tout patin béton pour
former les angles étant proscrit.
Les bordures T2 présenteront une hauteur visible finie de 14cm excepté au droit des traversées piétonnes
où la hauteur finie visible sera limitée à 2cm.
Les avaloirs seront constitués d’un regard de 80x80cm intérieur avec décantation de 30cm en béton
préfabriqué ou coulé en place. Ils recevront en tête une bouche 400kN.
La section minimum de la conduite d'évacuation sera de 300 mm.
Les regards avaloirs seront pourvus d’une bavette.

ARTICLE 2.24 - PERRES


Les perrés en blocs maçonnés seront remplacés par une dalle béton de 20 cm d’épaisseur. Le béton fait
l’objet des spécifications du paragraphe 2.11 du présent CCTP.

ARTICLE 2.25 - TRAVAUX ELECTRIQUES

2.25.1 - Documents d’étude


L’Entrepreneur devra prendre connaissance des descriptifs tous corps d’état et des plans correspondants
lors de sa soumission. Il aura étudié, de façon approfondie le dossier de consultation. Ainsi, une omission
sur un plan ou dans le Devis Descriptif ne saurait le soustraire à exécuter les ouvrages tels qu’ils sont soit
décrits, soit dessinés. Sauf stipulation contraire, le fait de devoir la pose entraînera la fourniture et le
raccordement, si nécessaire, du matériel demandé.
Il appartiendra à l’Entrepreneur de signaler en temps utile, et obligatoirement avant la remise de son offre,
les omissions, imprécisions ou contradictions qu’il aurait pu relever dans les documents fournis et de
demander les éclaircissements nécessaires.
En conséquence, l’Entrepreneur ne pourra se prévaloir d’aucune erreur ou omission susceptible d’être
relevée dans les pièces du marché pour refuser l’exécution des travaux nécessaires au complet achèvement
des installations en ordre de fonctionnement, pour prétendre ultérieurement à des suppléments au montant
de sa soumission ou pour justifier un mauvais fonctionnement.

2.25.2 - Documents à fournir par l’Entrepreneur


A la remise des offres et soumissions
L'Entrepreneur devra fournir avec son offre les documents suivants :
 descriptif des postes et de leurs bâtiments
 descriptifs des matériels et équipements
 implantation des équipements dans les postes
 définition des câbles de liaison
 calculs des câbles (thermique et chutes de tensions)
 plans de principe des foureautages et fosses de tirage

2.25.2.1 - Avant l’exécution des ouvrages


Il devra fournir un dossier technique détaillé indiquant toutes les contraintes imposées aux différents corps
d'état pour le bon fonctionnement des installations, et ce, dès l'ouverture du chantier.
Il soumettra au visa de l’Ingénieur, tous les documents et les notes de calculs qui seront nécessaires et
notamment :
 descriptif des postes et de leurs bâtiments

C.C.T.P. page 92/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 les plans intéressant le lot "Gros œuvre" (tranchées, réservations, percements, etc.) dès que la
demande lui en sera faite,
 les dispositions particulières concernant le stockage du matériel pendant la durée de son
intervention sur le chantier,
 un planning exact des besoins à l'égard des autres corps d'état, de manière à ne pas retarder la
réalisation,
 les plans généraux des installations comportant toutes les indications nécessaires à une parfaite
coordination des travaux tous corps d'état,
o tous les plans d'exécution et les schémas détaillés, notamment :
o plans d'encombrement des gaines,
o schémas des réseaux,
o plans d'implantation du matériel,
o plans de filerie,
o schémas électriques des armoires et des coffrets avec la nomenclature du matériel et plans
des borniers,
 notes de calcul définitives concernant, entre autres :
o les mâts d’éclairage,
o les sections et longueurs des conducteurs,
o les chutes de tension,
o etc.,
 l’ensemble des notices techniques des matériels.
La vérification et la mise au point avec l’Ingénieur des documents présentés par l'Entrepreneur lui en laissent
l'entière responsabilité ; cette vérification ayant pour seul objet de constater qu'ils ne seront pas contraires
aux prescriptions du devis descriptif et aux plans de définition.
Toute exécution prématurée, faute d'avoir en temps utile soumis les plans au visa de l’Ingénieur,
s'effectuerait sous la seule responsabilité de l'Entrepreneur et les modifications, qui pourraient lui être
demandées, seraient entièrement à sa charge, y compris les conséquences du retard sur le planning des
travaux.

2.25.2.2 - Avant la réception des ouvrages


Dès que possible, et obligatoirement avant la réception des ouvrages, l'Entrepreneur devra remettre à
l’Ingénieur, le dossier des ouvrages exécutés (D.O.E) qui comptera :
 les plans et schémas d'exécution "certifiés conformes" à la réalisation,
 les tableaux des points avec leur repérage physique,
 les feuilles de paramétrage des points,
 le listing de la programmation installée,
 la documentation technique complète,
 les fiches d'autocontrôle établies par l’Entrepreneur en cours de chantier,
 les consignes détaillées de fonctionnement des installations permettant à toute personne chargée de
l'utilisation et de la maintenance d'intervenir sans erreur ni omission,
 les garanties sur les différents matériels installés,
 une liste des pièces de rechange de première nécessité à approvisionner par le maître d'ouvrage,
 la nomenclature de tous les matériels mis en œuvre avec les marques et les caractéristiques, les
notices de fonctionnement et d'entretien, en langues française et anglaise, adresses des
fournisseurs, etc.,

C.C.T.P. page 93/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 l'état des interventions obligatoires à prévoir dans le contrat de maintenance avec leur périodicité,
 une proposition chiffrée d'un contrat de maintenance que l'Entrepreneur ou une société agréée
pourra assurer.

2.25.3 - Normes et règlements

2.25.3.1 - Généralités
Les installations seront réalisées conformément aux :
 textes normatifs normes, D.T.U. (cahier des charges et règles de calculs), avis technique, essais,
homologations, agréments des matériaux et des matériels],
 documents établis par les organismes officiels comme le Centre Scientifique et Technique du
Bâtiment (C.S.T.B), le Service Technique des Assurances Constructions (S.T.A.C.).
Les projets remis seront étudiés en toute connaissance de cause et seront, au minimum, conformes aux
textes réglementaires référencés ci-après.
Ne seront donc pas considérés comme travaux supplémentaires, les modifications imposées par les
organismes de contrôle et notamment en cas d'application des règlements de sécurité, normes, textes de
lois et règles de l'art, en vigueur un mois avant la date de remise de l'offre par l'Entrepreneur.
D'une manière générale, les indications données dans le présent document ne portent que sur les points
non précisés par les règlements, sur les bases à admettre pour les calculs, et en aucun cas sur les
règlements que l'Entrepreneur déclare, par le fait même qu'il soumissionne, parfaitement connaître.
Si une modification à une norme ou à un règlement intervenait après la date d'établissement de l'étude
d'appel d'offres (un mois avant la date de cet appel d'offres), il appartiendrait à l'adjudicataire, sous sa seule
responsabilité, d'en informer l’Ingénieur par écrit, éventuellement avec accusé de réception (ou sur le
compte rendu de chantier) en indiquant les conséquences techniques et financières résultant de cette
modification. L’Ingénieur soumettra la proposition, avec éventuellement l'avis motivé du bureau de contrôle,
au maître d'ouvrage, qui prendra la décision nécessaire.
Si cette décision était négative, l'Entrepreneur devra en demander la notification par écrit.
Les listes suivantes ne sont pas limitatives, elles ont simplement pour objet d'attirer l'attention de
l'Entrepreneur sur l'importance des normes, des règlements, des décrets, des arrêtés et autres documents
techniques.

2.25.3.2 - Directives
Directive machines (2006/42/CE du 29/12/09) 98/37/CE
Directive BT 2006/95/CE
Directive CEM (2004/108/CE du 01/07/07) 2004/108CE
Directives Outdoor 2000/14/CE

2.25.3.3 - Normes électriques


Protections électriques IEC 60364-4-41
Appareillages commande et coupure ISO 8528-4
Appareillages BT IEC 60947 – 1 à 3

2.25.3.4 - Normes et règlements électricité – réseaux


Les équipements (définition et qualité) ainsi que les conditions de pose (postes ou réseaux) sont déterminés
conformément aux normes suivantes :
 NF C 12 100 - Textes officiels relatifs à la protection des travailleurs dans les établissements qui
mettent en œuvre des courants électriques.

C.C.T.P. page 94/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 NF C 13 100 et 13 200 - Installations moyenne tension. Poste de livraison.


 NF C 14 100 - Installations de branchements de première catégorie comprise entre le réseau de
distribution et l'origine des installations intérieures.
 NF C 15 100 - Installations électriques à basse tension.
 UTE C 15 104 - Installations électriques à basse tension. Guide pratique. Méthode simplifiée pour la
détermination des sections de conducteurs et choix des dispositifs de protection.
 UTE C 15 105 - Méthode simplifiée pour la détermination des sections des conducteurs et le choix
des dispositifs de protection.
 UTE C 15 106 - Guide pratique. Sections des conducteurs de protection, des conducteurs de terre
et des conducteurs de liaison équipotentielle.
 UTE C 15 107 - Installations à basse tension. Guide pratique. Détermination des caractéristiques
des canalisations préfabriquées et choix des dispositifs de protection.
 NF C 46-6xx. Système de mesure et de commande.

2.25.3.5 - Règlementation
 Règlementation 1907/2006/CE concernant l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des
substances chimiques, ainsi que les restrictions applicables à ces substances (REACH)
 Doc harmonisation CENELEC HD

2.25.4 - Matériaux, composants et équipements

2.25.4.1 - Nature des matériaux


Les matériaux et matériels utilisés devront être neufs, avoir les caractéristiques correspondantes aux
influences externes auxquelles ils pourront être soumis et répondre exactement aux conditions nécessaires
à une parfaite exécution des travaux demandés et au fonctionnement des installations, la présente
spécification n'étant pas restrictive.
Aucun changement au projet retenu ne pourra être apporté en cours d'exécution sans l'autorisation expresse
et écrite de l’Ingénieur. Les frais résultant de changements non autorisés et toutes leurs conséquences,
seront à la charge de l'Entrepreneur.
L'Entrepreneur devra remettre à l’Ingénieur, tous les procès verbaux d'essais ou dossier technique et de
référence que celui-ci demandera. L’Ingénieur pourra demander, s'il le juge utile, de nouveaux essais et
restera seul juge de l'acceptation du matériel, sans que pour autant la responsabilité de l'entreprise soit
atténuée.
L'Entrepreneur déclarera qu'il a bien et dûment la propriété industrielle des systèmes, procédés ou objets
qu'il emploie et à défaut, s'engagera vis-à-vis du maître d'ouvrage, tant en ce qui concerne ses sous-traitants
que lui-même à acquérir, sous sa responsabilité et à ses frais, toutes les licences nécessaires relatives aux
brevets qui les concernent. Il garantira, en conséquence, le maître d'ouvrage contre tous recours qui
pourraient être exercés à ce sujet par des tiers au cas où lui seraient contestés, soit le droit de les employer,
s'ils sont couverts par des brevets.
Le matériel électrique installé devra être choisi dans la gamme et suivant les mêmes marques que le
matériel préconisé au présent cahier des charges et au minimum dans les conditions énoncées ci-après.
 Matériel faisant l'objet de normes U.T.E.
Tout matériel faisant l'objet de normes U.T.E. devra être conforme à celles-ci.
 Une marque de qualité existe
Lorsque, pour un matériel déterminé, les normes U.T.E. prévoient l'attribution de la marque, il ne
devra être utilisé que du matériel revêtu de la marque nationale de conformité aux normes N.F. ou
de la norme U.T.E.
 Une marque de qualité n'existe pas

C.C.T.P. page 95/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Lorsqu'il n'existe pas de marque de qualité pour un matériel faisant l'objet de normes (française ou
U.T.E) ou de recommandations de l'U.T.E., la conformité de ce matériel aux spécifications en
vigueur sera garantie par la présentation d'un procès-verbal d'essais délivré par un organisme
habilité à cet effet ou par la possession de l'estampille d'un des organismes de la C.E.E.
 Matériel ne faisant l'objet ni d'une norme ni de recommandation de l'U.T.E.
Lorsqu'il n'existe aucune norme, ou recommandation de l'U.T.E. concernant le matériel utilisé, celui-
ci devra présenter toutes les qualités de solidité, de durée, d'isolement et de bon fonctionnement
désirables. Il devra, notamment, répondre aux recommandations ou spécifications techniques
générales ou fondamentales concernant l'utilisation ou spécifications techniques générales ou
fondamentales concernant l'utilisation auquel il est destiné.

ARTICLE 2.26 - MATERIAUX ET PRODUITS DIVERS

2.26.1 - Colles et résines


Les colles et résines éventuellement destinées au collage des pièces de béton, aux bétons et mortiers de
résines et aux reprises et ragréages, aux injections de fissures ou matages devront être soumises à l’accord
du Maître d’Œuvre et être classées sur la liste des produits ayant fait l’objet des essais complets
(identification et efficacité par le L.C.P.C., liste publiée au bulletin de liaison des laboratoires des Ponts et
Chaussées) ou être admises à la marque NF. Produits spéciaux destinés aux constructions en béton
hydraulique. (NFP 18 821 - NF 18 822 - NPF 18 840 - NFP 18 870 - NFP 18 880).
Ces produits devront satisfaire en fonction de leur destination les critères figurant dans le guide L.C.P.C -
SETRA pour le choix de l’application des produits de réparation des ouvrages en béton.
L’entreprise fournira au Maître d’Œuvre, avec la procédure, la fiche technique de chaque produit et le
procès-verbal des essais mentionnés dans la fiche.

2.26.2 - Mortiers prêts à l’emploi


Ils devront :

- être soumis à l’agrément du Maître d’Œuvre.


- bénéficier de la norme NF
- avoir l’homologation du LCPC pour l’usage dont ils sont destinés.

2.26.3 - Matériaux divers non dénommés


Tous les matériaux employés par l'entreprise et non dénommés au présent C.C.T.P. seront de la meilleure
qualité, sans aucun défaut nuisible à la bonne exécution et à la bonne sécurité des ouvrages. Leur
provenance devra toujours être justifiée et ceux qui ne présenteraient pas les garanties jugées nécessaires
par le Maître d’Œuvre seront refusés.

ARTICLE 2.27 - LIVRAISON ET RECEPTION DU MATERIEL


L'Entrepreneur devra mettre son matériel en dépôt à l'emplacement du chantier. Les frais de transport
(ferroviaires, fluviaux, aériens et terrestres), de déchargement, et toutes les manutentions seront à sa
charge.
Le matériel sera réceptionné par le représentant du Maître d'Œuvre, en présence de l'Entrepreneur. Ce
dernier remettra au représentant du Maître d'Œuvre la liste complète et quantitative des " fournitures visitées
et reçues ", et signée contradictoirement par l'Entrepreneur et le surveillant qui se réserve le droit de refuser
les matériaux ou matériels qu'il jugerait non conformes.

C.C.T.P. page 96/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Cette pièce, à l'exclusion de tout autre, servira de base à l'établissement d'un décompte
d'approvisionnement si l'Entrepreneur en fait la demande. Dans le cas où un lot de fourniture serait refusé,
ce lot devra être enlevé dans les 48 heures.

C.C.T.P. page 97/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

CHAPITRE 3.

EXECUTION DES TRAVAUX

ARTICLE 3.01 - DOCUMENT A FOUNIR PAR L’ENTREPRISE

3.01.1.1 - Documents généraux - projets


Outre les prescriptions complémentaires pouvant figurer dans le fascicule 65 et dans le fascicule 66 du
CCTG, l'Entrepreneur fournira les documents explicités ci-après :
 le Plan d'Assurance de la Qualité (P.A.Q.) de degré 2 au sens de l'article 34.3 du fascicule 65 et de
son additif du C.C.T.G. et les documents de suivi de contrôle interne et externe,
 les procédures d’exécution,
 le programme des études d'exécution des ouvrages définitifs et des ouvrages provisoires,
 le projet d'exécution des ouvrages définitifs (plans et note de calcul),
 le projet des installations de chantier (implantation, nature, …),
 les documents relatifs aux ouvrages provisoires,
 les études de méthodes,
 le projet des ouvrages provisoires (signalisation, protection du chantier, pistes, coffrages…),
 le programme d'exécution des travaux,
 le programme des essais des équipements,
 les essais de convenance du béton,
 le Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé. (P.P.S.P.S.),
 le dossier des documents conformes à l'exécution (récolement),
 le dossier de gestion et de maintenance des ouvrages.

1) Travaux d’électricité
Dès le début des études, l’Entreprise doit impérativement respecter les différentes dénominations des
bâtiments, des locaux, des équipements et des liaisons existantes.
Pour ce faire, elle aura pris soin lors de la période de préparation de récupérer toutes les informations
nécessaires auprès des concessionnaires.
A la fin de son étude, l’Entrepreneur soumettra à l’approbation du Maître d’Œuvre, tous ses plans délivrés
sur support papier. On y trouvera notamment :
 les dispositions particulières concernant le passage et le stockage du matériel pendant la durée du
chantier,
 les schémas unifilaires des circuits puissance, de protection et de mesure complétés par leurs
notations caractéristiques,
 les notes de calculs électriques justifiant les dispositions adoptées,
 les vues en plan et en élévation cotées de tous les tableaux et bornes représentant la disposition de
l’appareillage en châssis et en façade,
 les plans de cheminement des câbles.
Toute exécution prématurée faute d’avoir en temps utile soumis les notes de calcul et les plans à
l’approbation, s’effectuera sous la seule responsabilité de l’Entrepreneur. Les modifications qui pourront lui

C.C.T.P. page 98/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

être demandées sont entièrement à sa charge, y compris les conséquences de retard sur le planning des
travaux.

2) Travaux des réseaux AEP

L’Entrepreneur devra notamment fournir :


 le plan d’implantation des ouvrages,
 les notes de calcul
 les plans d’exécution y compris tous les détails,
 une notice d’entretien détaillée des installations avec les documentations de fournisseurs,
 les notices et PV d’essais et agréments.

3.01.1.2 - Modalités de présentation


Les documents, plans, notes de calculs soumis au Maître d'Œuvre seront présentés en :
 trois tirages sur papier pour visa,
 quatre tirages sur papier pour le dossier des documents conformes à l’exécution,
 pour tous les documents, un exemplaire sous forme de fichier informatique : Autocad 2005, PDF,
Word et Excel.
Les frais d’établissement et de reproduction de l’ensemble des documents à fournir par l’Entrepreneur
incombent à celui-ci.

3.01.2 - Délais de production et de vérification


Tous les documents seront fournis au Maître d’Œuvre suffisamment à l’avance pour que dans la période
d’examen et d’approbation, puissent être réalisées les modifications du document éventuellement
nécessaires.
En outre, l’Entrepreneur disposant d’une période de préparation de deux mois, tous les documents devront
être, dans la mesure du possible, fournis pendant cette période de préparation.
Le tableau suivant donne une liste (non limitative) des documents à fournir et des opérations à exécuter par
l’Entrepreneur et le Maître d’Œuvre pour la préparation et l’organisation des travaux :

Les délais de production et de vérification (en jours calendaires) sont fixés dans le tableau page suivante :

C.C.T.P. page 99/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

N° Documents Délai en jours Maîtrise


Opérations Références
ordre à fournir calendaires d'œuvre

Notice technique
1 A l’appui de la soumission
justificative
2 SOPAQ A l’appui de la soumission

Projet des Art. 8.1. et 8.4 Quinze (15) jours à


Observation et visa
3 installations de C.C.A.G. Art. 35 Notes, plans compter de la date de
sous délai de 15 jours
chantier du F65 C.C.T.G notification du marché
Quinze (15) jours à
Plan de Art. 8.1 et 8.4 du Observation et visa
4 Plans compter de la date de
signalisation C.C.A.P. sous délai de 15 jours
notification du marché
Programme des Notice, planning
Art. 32, 53 et Quinze (15) jours à
études d'exécution avec tâches Observation et visa
5 Annexe A du F65 compter de la date de
et des ouvrages critiques et sous délai de 15 jours
C.C.T.G. notification du marché
provisoires enchaînements

Plan d'hygiène et Mémoire, dessins


Trente (30) jours à
de sécurité Art. 8.1. et 8.4. du justificatifs de Observation et visa
6 compter de la date de
C.C.A.P. transmission aux sous délai de 15 jours
PPSPS notification du marché
organismes
Art. 33 du F65
Programme Quinze (15) jours à
C.C.T.G. Notes techniques, Observation et visa
7 d'exécution des compter de la date de
Art. 8.1. du planning détaillé sous délai de 15 jours
travaux notification du marché
C.C.A.P.
Fiches, plans,
Trente (30) jours à
Art. 34, 65, 74, notes
Établissement du compter de l'O.S. de Observation et visa
8 810, 107 Points d'arrêt
P.A.Q. détaillé commencement des sous délai de 15 jours
F65 C.C.T.G. Liste des
travaux
procédures
Propositions Fiches
concernant les d’identification,
Trente (30) jours avant la
matériaux et Chap. 2 du notes techniques, Observation et visa
9 fin de la période de
produits : origine et C.C.T.P. PV de résultats sous délai de 10 jours
préparation
nature, usines de d’essais, certificats
fabrication de conformité
Quinze (15) jours avant le
Etude de Chap. 2 et 3 du Notes techniques, début de coulage du Observation et visa
10
convenance C.C.T.P. résultats d’essais béton des ouvrages sous délai de 10 jours
concernés
Calculs justificatifs Art. 8.2. du
Plans, notes de Trente (30) jours avant le
et dessins C.C.A.P. et Art.
11 calculs, avant- commencement des Cf. Art. 8.2. du CCAP
d'exécution des 3.02 du C.C.T.P.
métrés travaux
ouvrages et Art. 42 du F65
Mise à jour du
Tous les trente (30) jours
programme Observation et visa
12 F65 du C.C.T.G. Planning détaillé suivant avancement des
d'exécution des sous délai de 15 jours
travaux
travaux
Suivant avancement des
Évolution du Fiches, plans, Observation et visa
13 F65 du C.C.T.G. travaux et trente (30) jours
P.A.Q. notes sous délai de 15 jours
avant application
C.C.A.G. Calques, notes,
Étude conforme à Deux (2) mois après
14 C.C.T.P. tirages
l'exécution achèvement des travaux
C.C.A.P. Réductions
C.C.T.P.,
Calculs justificatifs
C.C.A.P., Plan, notes de
et plans de Trente (30) jours avant
C.C.T.G. 65 calcul Observation et visa
15 principe des réalisation des ouvrages
Chapitre 4 Descente de sous délai de 15 jours
ouvrages correspondants
Annexe II du charge
provisoires
C.C.T.P.

C.C.T.P. page 100/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

16 Piquetage Art 7 C.C.A.P. Démarrage travaux PV contradictoire

17 Battages Fiches de battages Chaque jour de travail

Dossier de plans, Vingt (20) jours à compter Observation et visa


18 DOE sous délai de 15 jours
PAQ, … de la fin du délai.

3.01.3 - Journal de chantier


Le journal de chantier sera tenu sur le chantier par l'Entrepreneur et visé régulièrement par un représentant
du Maître d'Œuvre.
Pour l'établissement de ce journal, l'Entreprise devra préciser pour chaque jour de travail un compte-rendu
de chantier sur lequel seront consignés tous les renseignements relatifs à la marche du chantier et en
particulier :
 les horaires de travail, l'effectif et la qualification du personnel,
 la nature et le nombre d'engins en fonctionnement et en panne,
 les dispositions prises et les mesures effectuées par l'Entrepreneur pour régler son matériel et
contrôler les réglages.
Dans ce journal, seront également consignés :
 les principales opérations administratives relatives à l'exécution et au règlement du marché,
 les travaux exécutés, leur nature, leur localisation,
 les conditions atmosphériques constatées et les données météo du jour et du lendemain : état
hydrique moyen, vitesse moyenne du vent, durée d’ensoleillement, de brume et de brouillard,
température, hauteur de pluie ou de neige le cas échéant, les intempéries, les niveaux des eaux, les
coefficients de marées, etc…,
 les dérogations relatives à l'exécution et au règlement telles que modifications de tous documents,
ordres de services, dessins, résultats d'essais hors chantier,
 les résultats d'essais de contrôle effectués par les laboratoires et sur le chantier,
 les réceptions de matériaux,
 tous les détails présentant quelques intérêts au point de vue de la tenue ultérieure des ouvrages, du
calcul des prix de revient et de la durée réelle des travaux.
 les incidents éventuels et leurs conséquences,
 les fiches de battage,
 des copies des carnets de plongées lorsque des opérations subaquatiques ont lieu,
 le registre journal du coordonnateur SPS.
Est joint à ce journal une copie à jour des documents d’exécution BPE et de dernier indice.
Sont également fournis par l'Entrepreneur les documents d'identification des matériaux et pièces
justificatives du contrôle interne, par catégorie de matériaux ou par nature d'opération. Le détail des
documents à fournir est explicité soit dans le fascicule du C.C.T.G. traitant du type de structure à réaliser et
tout particulièrement le F65 soit dans le présent C.C.T.P.
L'absence de remise de ces documents fait obstacle à l'exécution proprement dite des travaux.

3.01.4 - Rapports mensuels


Le rapport mensuel est un rapport de synthèse présenté la première semaine du mois suivant. Il indique :
 les avancements,
 les travaux exécutés au cours du mois écoulé,

C.C.T.P. page 101/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 les prévisions d'exécution pour le mois suivant,


 les modifications constatées ou à prévoir par rapport aux prévisions antérieures.

3.01.5 - Planning prévisionnel de travaux hebdomadaires


Le Maître d'Œuvre sera systématiquement destinataire de tous les recalages de planning hebdomadaire par
équipes et/ou lots.
Pour chaque ouvrage, l’Entrepreneur doit présenter un planning prévisionnel de réalisation mettant en
évidence :
 les interactions avec l’autre lot et les opérations de déplacement des bateaux de la Maîtrise
d’ouvrage,
 les tâches et leur enchaînement avec les cadences d’exécutions,
 pour chaque tâche, la date prévue pour son démarrage et son achèvement,
 les interventions extérieures à l’Entreprise (sous traitants, laboratoires, études, fournisseurs, essais,
etc.….
L’Entreprise devra proposer en temps utile les adjonctions ou modifications qu’il y aurait lieu d’apporter à ce
programme pendant la durée des travaux.
Il sera procédé toutes les semaines à l’examen et à la mise au point du programme dans les mêmes
conditions que celles qui ont présidés à son élaboration.

ARTICLE 3.02 - ETUDES D’EXECUTION


Les études d'exécution sont à la charge de l'Entreprise.
Le Maître d'Œuvre assurera le VISA de ces études.
Les dispositions de l’article 32 du fascicule 65 s’appliquent.

3.02.1 - Conditions et bases d'établissement des études d'exécution


Tous les plans et tous les calculs des ouvrages définitifs et provisoires sont à la charge de l'Entrepreneur.
Les études d'exécution seront réalisées en une seule phase.
Le ou les bureaux d'études auquel l'Entrepreneur confiera l'élaboration des études d'exécution génie civil, de
mécanique et d’électricité sont soumis à l'agrément du Maître d'Œuvre.
L'entreprise mandataire nommera un ingénieur responsable des études.
Cet ingénieur devra :
 coordonner l’intervention du ou des bureaux chargés d’étudier le génie civil et les divers
équipements ou réseaux,
 coordonner les études d’exécution avec les bureaux des méthodes des entreprises. Les méthodes
de réalisation du génie civil et de pose des équipements devront être parfaitement définies dès
l’établissement de la note d’hypothèses,
 de viser tous les éléments de l'étude d'exécution préalablement au visa du Maître d'Œuvre.
Les bureaux d'études et le nom de l'ingénieur responsable des études seront communiqués au Maître
d'Œuvre lors de la remise de l'offre.
Le P.A.Q. précisera dès la notification du marché le nom des ingénieurs responsables de chaque bureau
d’études intervenant dans la production des études EXE.
Les diverses entreprises utiliseront un même logiciel de dessin assisté par ordinateur qui sera précisé dans
le P.A.Q.
Les études d'exécution comprendront les éléments définis ci-dessous :

C.C.T.P. page 102/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 plans définissant les caractéristiques générales des ouvrages (implantation, coupes longitudinale et
transversale de l'ouvrage, plans de coffrage),
 plans des ouvrages provisoires et matériels spéciaux,
 principe de la cinématique de construction,
 notes de calculs de la résistance et de la stabilité en construction et en service des ouvrages
définitifs,
 notes de calculs de la résistance et de la stabilité des ouvrages provisoires éventuels,
 plans de coffrage et de ferraillages,
 plans des équipements divers (équipements des pontons, réseaux, installations électriques…).
Le Maître d’Œuvre se réserve le droit de demander tout plan de détail nécessaire selon lui à la bonne
définition des ouvrages provisoires et définitifs.

3.02.2 - Programme des études


En application du fascicule 65 du C.C.T.G. (article 33), l'Entrepreneur aura à fournir un document définissant
les bases des études d'exécution.
L'Entrepreneur devra soumettre ce document dans les délais prévus au C.C.A.P. à l'acceptation du Maître
d'Œuvre un programme d'exécution des études comprenant notamment :
 la liste prévisionnelle des notes de calculs,
 la liste prévisionnelle des plans,
 les propositions techniques éventuellement nécessaires pour compléter les indications des
documents contractuels du marché,
 la liste des méthodes de calcul qu'il est prévu d'utiliser,
 la liste des hypothèses de calcul que l'Entrepreneur aura retenues en complément de celles
indiquées au marché, en indiquant ou en rappelant la valeur des différents paramètres ou
coefficients retenus,
 la présentation des différents programmes de calculs prévus pour les études d'exécution en isolant
les différentes phases d'études,
 les méthodes de réalisation prévues (méthodes qui doivent être précisées dans l’offre des
entreprises).

3.02.3 - Calendrier prévisionnel de réalisation des documents


Le calendrier prévisionnel de réalisation des documents comprendra :
 l'échéancier d'envoi des documents,
 les dates prévues pour obtention des visas ou acceptations du Maître d'Œuvre
Il est présenté sous la forme d'un diagramme à barres faisant ressortir les chemins critiques et les marges.
Ce tableau de bord sera tenu à jour tout au long de la réalisation des études. Il permettra à tous les
intervenants (Entreprises et Maîtrise d’œuvre pour VISA) de coordonner leurs actions.
Ce calendrier sera bâti sur une unité de temps de la semaine et intègrera la coordination nécessaire entre
les études de génie Civil et les études des équipements.
Après visa du Maître d'Œuvre, les plans d'exécution d'un ouvrage ou d'une partie d'ouvrage seront notifiés à
l'Entrepreneur suffisamment tôt pour que celui-ci puisse exécuter les travaux à la date prévue, c'est à dire
conformément à l'échéancier de remise dont les deux parties seront convenues lors de la réunion de
coordination initiale.
Si le Maître d'Œuvre ne peut respecter cet échéancier, il incombe à l'Entrepreneur de lui notifier par écrit les
conséquences occasionnées par ce retard dans les 5 jours ouvrés, faute de quoi aucune réclamation liée à
ce retard ne sera prise en considération.

C.C.T.P. page 103/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Si l'Entrepreneur prend de l'avance par rapport à l'échéancier prévu initialement, il ne pourra se prévaloir
d'aucune réclamation du fait que le Maître d'Œuvre n'aura éventuellement pas été en mesure de fournir les
visas avec la même avance.

3.02.4 - Présentation des documents


L'ensemble des documents émis, constituant le dossier d'exécution, sera régulièrement tenu à jour par la
création de documents indicés.
Sur chaque pièce seront indiqués :
 le nom du bureau d'études émetteur (bureau d'études de l'Entrepreneur - bureau d'études du sous-
traitant,…),
 le nom de la personne du bureau d'études qui a élaboré la pièce,
 le nom de l’ingénieur responsable du bureau d’études émetteur du document,
 le nom de l’approbateur du document qui doit être l’ingénieur responsable des études,
 le numéro d'ordre du document,
 le titre complet,
 la date d'établissement,
 le ou les indices des modifications, avec les dates correspondantes et l'indication succincte de la
nature des modifications apportées à chaque indice,
 la ou les dates d'envoi au visa du Maître d'Œuvre,
 la date du visa définitif (bon pour exécution).

3.02.5 - Documents pour visa


Les plans d'exécution des ouvrages, leurs spécifications techniques détaillées et les notes de calculs seront
établis par l'Entrepreneur et soumis avec les métrés correspondants au Maître d’Œuvre en trois exemplaires
pour les opérations de vérifications (VISA).
Ce dernier les retournera à l'Entrepreneur, s'il y a lieu, accompagnés de ses observations dans le délai de
deux semaines (15 jours calendaires) après réception.
Les rectifications qui seraient demandées à l'Entrepreneur devront être faites dans un délai de 10 jours.
Lorsqu'il n'y a plus d'observation et que le document a le statut « Bon Pour Exécution », l'Entrepreneur
fournira trois exemplaires supplémentaires plus un exemplaire sous forme de fichier informatique au Maître
d’Œuvre et deux exemplaires au Maître d’Ouvrage.
En aucun cas, il ne pourra être admis de commencer des travaux dont les plans ne seraient pas visés.

3.02.6 - Dessins
1) Plans de coffrages
Les dessins d'exécution concernant les coffrages devront préciser en complément à l'article 43.2 du
fascicule 65 du C.C.T.G. :
 dans le cas d'éléments préfabriqués, leurs assemblages et les dispositions adoptées pour leur mise
en place,
 les tolérances d'exécution des parties coulées sur chantier,
 les tolérances d'exécution et d'implantation des pieux,
 la classe des parements,
 les reprises de bétonnages,
 les métrés correspondants

C.C.T.P. page 104/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

2) Dessins d'armatures pour béton armé


Les dessins d'exécution concernant les armatures devront préciser les points suivants en complément à
l'article 43.3 du fascicule 65 du CCTG.
 les reprises de bétonnage,
 les nomenclatures devront faire apparaître impérativement sur une même ligne les renseignements
suivants : le numéro du fer, le nombre, le type d’acier (HA ou doux), le diamètre, la longueur unitaire
du fer, le croquis du fer renseigné de ses cotes et si nécessaire la longueur de recouvrement, la
longueur totale et le poids correspondant. A défaut, le Maître d’Œuvre pourra refuser les
nomenclatures non conformes,
 les métrés correspondants.

3) Dessins des soudures


Les dessins des soudures devront préciser en distinguant soudures d'atelier et soudures de montage :
 la préparation des pièces soudées (chanfreins, lattes métalliques définitives...),
 les dimensions des gorges,
 la présence de toutes les pièces devant être soudées,
 les tolérances admises et éventuellement, les moyens utilisés pour compresser des jeux trop
importants.

ARTICLE 3.03 - ETUDES D’EXECUTION DES RESEAUX


L’Entreprise devra fournir les études d’exécution relatives à l’ensemble des équipements à mettre en place :
 équipements électriques (yc éclairage),
 bornes de distribution et logiciel de Gestion.

3.03.1 - Équipements électriques


L’Entrepreneur justifiera dans ses études d’exécution les câblages à mettre en place, les matériels choisis et
les modalités de fonctionnement prévues. Une notice sera rédigée spécifiquement sur ce dernier point.

3.03.2 - Bornes de distribution


L’Entrepreneur justifiera dans ses études d’exécution les câblages à mettre en place, les matériels choisis et
les modalités de fonctionnement prévues. Une notice sera rédigée spécifiquement sur ce dernier point.

ARTICLE 3.04 - PROGRAMME D’EXECUTION DES TRAVAUX


Dans les délais précisés au C.C.A.P., l'Entrepreneur soumettra au Maître d’Œuvre le programme détaillé de
ses travaux.
Le programme d'exécution des travaux sera établi par l'Entrepreneur conformément à l'article 33 du
fascicule 65.
Ce programme comprendra les notes techniques suivantes :
 plans d'installations de chantier (art 35 du fascicule 65),
 une note définissant plus particulièrement les moyens et les méthodes,
 une note technique particulière définira les méthodes d'exécution des ouvrages, et les moyens et
méthodes de protection du chantier contre les eaux en particulier.
 le Plan d'Assurance Qualité (P.A.Q.) relatif à l'exécution des ouvrages définitifs. Ce plan sera établi
en concertation avec le Coordinateur Santé Sécurité et les entreprises co-traitantes et sous-
traitantes, sera conforme aux préconisations du présent C.C.T.P.

C.C.T.P. page 105/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Le calendrier d'exécution des travaux sera présenté de telle sorte qu'apparaissent les tâches critiques et leur
enchaînement. Il devra mettre en évidence les cadences d'exécution, les différentes contraintes de phasage.
Il devra tenir compte des délais d'établissement et de vérification des documents d'exécution, de l'agrément
et de la fourniture des matériaux des interfaces avec l’autre lot.
Le programme des travaux tiendra compte des intempéries prévisibles.
Le programme d'exécution des travaux sera mis à jour par l'entrepreneur tous les 15 jours en tenant compte
de l'avancement réel et des dispositions arrêtées en réunion de chantier.

ARTICLE 3.05 - PROJET DES INSTALLATIONS DE CHANTIER


Toutes les installations de chantier doivent respecter les prescriptions environnementales du P.R.E. ainsi
que celles exprimées dans le P.G.C.S.P.S.
Les installations relatives à l'entretien et au nettoyage des structures et engins doivent prendre toutes les
dispositions concernant la protection des eaux : aires étanches, dispositif de collecte et de traitement des
eaux, plan d'intervention en cas d'incident ou de pollution accidentelle, mesures en matière d'élimination des
déchets. Les dispositifs mis en place peuvent être soumis en fonction de la réglementation en vigueur, à
l'approbation des services compétents (protection civile, DDAF, DDASS...).

3.05.1 - Projet d'installation de chantier


Les dispositions de l’article 35 du fascicule 65 s’appliquent.
Les installations seront clôturées ; la garde de ces installations est à la charge de l'Entreprise.

3.05.2 - Mise à disposition d'une partie des installations au profit du maître


d’œuvre
L’Entreprise mettra à la disposition exclusive du Maître d'Œuvre une salle de réunion équipée (eau,
électricité, téléphone, climatisation) en vue des réunions de chantier, de 15 m² minimum.
Les consommations d'eau, d'électricité, de téléphone sont à la charge de l'Entreprise.

3.05.3 - Alimentation en eau et en énergie du chantier


L'Entrepreneur prendra à sa charge l'alimentation en eau et en énergie électrique du chantier pour ses
besoins pendant toute la durée des travaux qui lui incombent. Il ne percevra pas, pour cela, de rémunération
particulière.

ARTICLE 3.06 - DOE : DOSSIER DES OUVRAGES EXECUTES


Conformément à l'Article 40 du C.C.A.G., tous les travaux et ouvrages définitifs devront faire l'objet en fin de
travaux d'une remise de documents et plans conformes aux ouvrages exécutés. Ces documents devront
être présentés par lots techniques et remis en fin de chantier sous la forme d'un original reproductible et de
cinq tirages.
Pour ce faire, il sera loisible à l'Entrepreneur d'utiliser les reproductibles des plans d'exécution (PEO) et de
les mettre en stricte conformité avec les ouvrages tels qu'exécutés au fur et à mesure du déroulement du
chantier, et portant toutes les modifications et compléments intervenus au cours des travaux.
En revanche, les points de coordonnées portés sur ces plans seront systématiquement recalculés à partir
des levés et visés de précision in situ.
Le DOE comprendra un plan de localisation des pieux recépés en fond de bassin.
Le dossier d'ouvrage répondant aux prescriptions de l'article 40 du C.C.A.G. comprend :
 les plans de récolement,
 tous les documents nécessaires à la réalisation de l'ouvrage,
 les résultats des contrôles, épreuves et essais divers, les documents de suivi du P.A.Q.,

C.C.T.P. page 106/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 le journal de chantier,
 les comptes rendus d'incidents,
 les constatations utiles en vue de la réception, puis de la gestion de l'ouvrage en service.
 le dossier de l'ouvrage comporte aussi :
 toutes les informations relatives aux essais et épreuves de l'ouvrage ainsi que tous les éléments
géométriques constituant l'état de référence (état zéro) de l'ouvrage,
 le calcul de récolement de l'ouvrage, en particulier pour les parties d'ouvrage dont la réalisation
effective serait trop éloignée des hypothèses initiales des premiers calculs.
L'absence de remise de ces documents entraîne l'application des pénalités prévues au C.C.A.P.

ARTICLE 3.07 - SIGNALISATION DU CHANTIER


3.07.1 - Signalisation temporaire
Elle devra correspondre en permanence aux réglementations en vigueur et aux conditions réelles de
circulation sur le site. Elle sera réalisée en conformité avec l'arrêté de circulation pris pour les travaux, après
proposition par l’Entrepreneur d’un plan de signalisation détaillé, faisant apparaître le libellé de chaque
panneau et sa localisation. Les panneaux et dispositifs mis en place ainsi que leur nombre et leur
localisation seront conformes au code de la route. L’Entrepreneur s’inspirera du Guide Technique pour la
Signalisation Temporaire du SETRA.
Pour la signalisation fluviale, les signaux mis en place seront conformes aux règles de balisage fluvial en
vigueur.
L’Entrepreneur assumera la responsabilité de la maintenance de l’ensemble de la signalisation temporaire.
Toute non-conformité de la signalisation temporaire avec celle prévue au plan agréé par le Maître d'Œuvre
entraînera l'application des pénalités prévues au C.C.A.P.

3.07.2 - Panneau de chantier


L’Entrepreneur prévoira un panneau de chantier de dimensions 4 m x 3 m à l’emplacement défini par le
Maître d’Œuvre. Les informations y figurant seront déterminées en accord avec le Maître d’Œuvre.

ARTICLE 3.08 - IMPLANTATION –PIQUETAGE

3.08.1 - Piquetage général


Avant de procéder contradictoirement avec le Maître d'Œuvre au piquetage général de l'ouvrage,
l'Entrepreneur devra mettre en place, 2 bornes de mise en station fondées solidement dans le sol,
extérieures aux emprises.
Ces bornes seront implantées à partir de la polygonale de précision existant dans le secteur et dont les
caractéristiques seront données à l'Entrepreneur durant la période de préparation.
Après leur mise en place, l'Entrepreneur remettra au Maître d'Œuvre un plan indiquant la position de ces
bornes repérées en coordonnées (x, y, z).
Le piquetage général des principaux points du projet sera établi contradictoirement par l'Entrepreneur et le
Maître d'Œuvre. Il sera matérialisé sur le terrain par des bornes repères en béton, implantées en des points
caractéristiques. La fourniture et la pose de ces bornes sont à la charge de l'Entrepreneur, ainsi que les frais
de main d'œuvre et les frais de travaux topographiques nécessaires pour ce piquetage.
L'Entrepreneur sera tenu de veiller à la conservation des bornes. Il devra les remplacer, si l'avancement des
travaux ne permet pas de les conserver à leur emplacement primitif, et donner immédiatement au Maître
d’Œuvre les coordonnées des nouvelles bornes ainsi qu'un croquis de repérage.

C.C.T.P. page 107/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

3.08.2 - Piquetage complémentaire


Toutes les opérations de piquetage, nivellement et tracé autres que celle définies au § 3.08.1 - ci-dessus,
nécessaires à l'exécution des travaux, seront effectués par l'Entrepreneur à ses frais et sous sa
responsabilité même si ces opérations sont effectuées en présence d'un représentant du Maître d’Œuvre.

3.08.3 - Contrôle topographique


L'Entrepreneur devra disposer d'un service topographique.
Ce service topographique devra comprendre des topographes confirmés, des véhicules, du matériel
d'implantation (Planimétrie, Nivellement), des moyens de calculs, des piqueteurs, des métreurs.
Ce service topographique devra effectuer les tâches suivantes :
 implantations et opérations nécessaires à la construction des ouvrages,
 levés et implantations complémentaires,
 levés précis des corps-morts après mise en œuvre,
 levés des réseaux avant et après exécution des travaux,
 levés et constats contradictoires.
Ces pistes doivent prendre en compte les accès provisoires aux zones de travaux et la nature et la
résistance des terre-pleins et de leurs revêtements.

ARTICLE 3.09 - ELIMINATION DES DECHETS


(Loi 92-646 du 13 Juillet 1992)
Les déchets incluent :

 le béton,
 les armatures,
 les produits de recépage,
 les déblais non réutilisés.

L’Entreprise procédera au tri sélectif des déchets afin d’assumer leur élimination ou leur valorisation. Elle
devra définir la méthodologie et les modes opératoires de démolition, de tri, d’élimination et de valorisation.
Elle transmettra au Maître d’Œuvre les bordereaux de suivi par nature de déchets.

ARTICLE 3.10 - ECOULEMENT DES EAUX – EPUISEMENTS


L’Entrepreneur devra, sous sa responsabilité et à ses frais, organiser ses chantiers de manière à les
débarrasser des eaux de toute nature (eaux pluviales, eau de ressuyage des déblais, eaux d’infiltration,
nappes aquifères ou eaux provenant des fuites de canalisations, etc ...), et prendre toutes les mesures utiles
pour que celles-ci ne soient pas préjudiciables aux ouvrages susceptibles d’être intéressés.
Les épuisements nécessaires font partie de l’Entreprise. L’Entrepreneur devra assurer en permanence et à
ses frais la présence sur le chantier du matériel suffisant pour permettre l’exécution de tous les ouvrages.

ARTICLE 3.11 - CAMPAGNE GEOTECHNIQUE

3.11.1 - Sondages carottés


Tous les matériels seront fournis par l’Entrepreneur.
Les qualités, caractéristiques, types, dimensions, modalités de forage, de contrôle des forages devront être
conformes aux normes homologuées ou réglementaires en vigueur au moment de la signature du marché.

C.C.T.P. page 108/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

L’Entrepreneur restera entièrement responsable, à l’égard du Maître d’Ouvrage, de l’exécution de ces


obligations. Il est réputé connaître les normes en vigueur et, en l’absence de celle-ci, devra soumettre à
l’agrément de l’Ingénieur ses propres catalogues et albums ou a défaut ceux de ces fournisseurs.
L’Entrepreneur assumera la responsabilité pleine et entière pour ses forages.
L’Entrepreneur devra prévoir toutes les installations nécessaires aux forages terrestres et au dessus de
l’eau, à partir des quais existants, y compris le matériel nécessaire à leur exécution, à l’échantillonnage, à
l’extraction de carottes. Il devra également prévoir tout le matériel de laboratoire et les locaux qui pourraient
se révéler nécessaires dans le cadre de la réalisation des essais de laboratoire et de l’évaluation des
résultats de l’étude de sol.
Tout le matériel que l’Entrepreneur se propose d’utiliser devra être moderne et dans un état excellent. Une
liste du matériel qu’il se propose d’utiliser pour exécuter les sondages devra être soumise à l’Ingénieur pour
approbation.
L’Entrepreneur fournira la plate forme fixe ou flottante nécessaire à la réalisation des forages et essais
pressiométriques.
L’Entrepreneur prendra toutes les dispositions nécessaires découlant des difficultés particulières à certains
de ces forages : grande hauteur libre, forage sous l’eau, grande profondeur des forages et garantissant la
qualité des forages.
Le diamètre des carottes sera de 116 mm pour les sondages carottés, quel que soit le nombre de
télescopages nécessaires à la réalisation du forage. Un tubage provisoire sera mis en place si le terrain le
nécessite.
Les forages pour sondages carottés continus avec prélèvement d’échantillons seront réalisés en rotation au
carottier double. Pour le prélèvement d’échantillons intacts, on utilisera impérativement le carottier triple
enveloppe ou le carottier poinçonneur, permettant d’obtenir des échantillons d’un mètre de longueur.
l’Ingénieur se réserve le droit de changer le mode ou le matériel de prélèvement si celui-ci ne lui parait pas
adapté à la nature des terrains rencontrés. Dans tous les cas, l’Entrepreneur devra disposer sur chantier de
moyens nécessaires pour mettre en œuvre chacune des techniques.
Un tubage provisoire sera mis en place si le terrain le nécessite, qui donne lieu à une plus value.
Le pourcentage de carottage devra être au moins de 80 % par passe de carottier. Dans le cas contraire le
sondage devra être repris à la charge de l’Entrepreneur.
L’Entrepreneur détachera sur le chantier le personnel spécialisé nécessaire à la réalisation des sondages,
forages, essais et mesures demandés.
Le personnel devra être dirigé en permanence par un technicien capable de diriger et d’exploiter les essais
et mesures faits sur chantier.
L’Entrepreneur aura aussi à sa charge les prestations suivantes :

 implantation des sondages et forages d’après les plans topographiques et bathymétriques remis par
l’Ingénieur,
 fourniture des boîtes à casier pour rangement des carottes et des cuttings extraits des sondages.
Ces caisses seront marquées d’une manière indélébile et porteront l’indication du numéro de
sondage, des profondeurs de manœuvre et de prise d’échantillons. Les boites seront stockées
provisoirement sur le chantier en un lieu à l’abri des intempéries et des actes de vandalises
éventuels. L’Entrepreneur aura en plus à sa charge le transport et le stockage définitif jusqu’au lieu
qui lui sera désigné par l’Ingénieur.
 conditionnement et étiquetage des échantillons prélevés,
 transport des échantillons jusqu’au laboratoire d’essai,
 fourniture d’eau, d’électricité, de boue, de combustibles et de toutes les matières et matériels
nécessaires à l’exécution des travaux,
 remise en état et nettoyage des lieux et abords immédiats des têtes de sondages après travaux.

3.11.2 - Essais préssiometriques


Les essais pressiométriques seront réalisés selon la norme NF-P 94110 tous les 1,50 mètres à 2 mètres le
long de chaque forage.

C.C.T.P. page 109/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les essais pressiométriques seront réalisés avec une sonde pressiométrique de 60 mm de diamètre ou
éventuellement avec une sonde lanternée de 44 mm placée dans un tube lanterné.
La pression d’essai sera poussée jusqu’à rupture du sol ou, si la pression de fluage n’est pas atteinte à 5
MPa, jusqu’à 8 MPa
Si l’essai n’est pas conduit jusqu’à 5 ou 8 MPa, en aucun cas le volume de la sonde ne sera inférieur à 500
cm3 pour une sonde standard et à 400 cm3 pour une sonde avec tube lanterné au moment de l’arrêt.
Il est rappelé à l’Entrepreneur que dans le cas où la réalisation d’un préforage s’impose, les essais
préssiométriques doivent être effectués par passes courtes de longueur conforme à la norme.

3.11.3 - Essais S.P.T


Ils seront réalisés selon la norme NF.P94 110.
Ils auront pour objet de tester les sols fins et grenus dont les dimensions maximales des éléments ne
dépassent pas 20 mm.

3.11.4 - Echantillons remaniés, échantillons intacts


Les cuttings, prélevés tous les mètres et au moins à chaque changement de couche et les carottes seront
placées dans des caissettes numérotées à l’extérieur et à l’intérieur, et facilement identifiables, qui seront
stockées par les soins de l’Entrepreneur dans un local fermé durant l’exécution des travaux.
Certains échantillons pourront être conservés dans des gaines étanches et paraffinées afin de maintenir une
teneur en eau constante. Les caissettes feront environ 1,00 m X 0,60 m X 0,15 m et permettront de
juxtaposer deux ou trois rangées de carottes.
Les échantillons intacts seront conservés dans des gaines étanches et paraffinées en vue de leur analyse et
essais de laboratoire, l’échantillon ayant été prélevé directement dans la gaine placée au préalable dans le
carottier. Les cotes de prélèvement seront fixées par l’Ingénieur au vu des résultats de sondages.
La charge du transport des échantillons entre le chantier et le lieu de stockage incombe à l’Entrepreneur.
Les échantillons prélevés seront conservés par l’Entrepreneur pendant une durée minimale de 2 ans.

3.11.5 - Essais de laboratoire


Les échantillons intacts devront avoir une longueur suffisante pour pouvoir y réaliser les essais de
laboratoire.
On pourra réaliser sur chaque échantillon sélectionné des essais de mécanique de sol (cisaillement, triaxial,
oedomètre) à ses essais seront systématiquement associés des essais d’identification (teneur en eau,
densité sèche, indice de plasticité, granulométrie)
Les essais mécaniques de sols (triaxial et oedométriques) seront réalisés sur les échantillons représentatifs
de la forme rencontrée. Ils seront systématiquement associés à des mesures de teneur en eau et d’indice de
plasticité pour les sols fins
Ces essais seront réalisés en conformité avec les normes en vigueur.
En pratique, le programme exact des essais sera proposé à l’agrément préalable à l’Ingénieur.

3.11.6 - Rapport d’étude


Un rapport d’étude complet sera rédigé par l’Entrepreneur. Ce rapport devra indiquer en particulier :
 le rappel des implantations précises des sondages sur le plan masse,
 les résultats des essais pressiométriques et carottés,
 les profondeurs des échantillons numérotés du sondage carotté avec leurs identifications visuelles
(photos couleur)
 les résultats de tous les essais de laboratoire réalisés,

C.C.T.P. page 110/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 les profils longitudinaux et transversaux,


Ce rapport apportera notamment les éléments décisifs concernant :
o la portance des pieux
o un module de réaction de sol par couche de sol pour valider le comportement horizontal des
structures sur pieux
o des essais en laboratoire du sol déterminant l’angle de frottement et la cohésion du sol pour
valider la stabilité au grand glissement du talus (pente 2/3) du quai Wellman
o le dimensionnement du revêtement du terre-plein
o tous les éléments géotechniques qui pourraient s’avérer nécessaires dans le cadre de ce projet

ARTICLE 3.12 - REMBLAIEMENT


Le remblaiement comprend le comblement des fouilles réalisées.
Les matériaux utilisés pour le remblaiement seront conformes à l’article Article 2.04 - du présent C.C.T.P., ils
proviendront :
- soit des matériaux nobles issus des terrassements, qui auront reconnus acceptable par le Maître
d’œuvre. Ces matériaux sont expurgés des pierres dont la plus grande dimension excède cent
millimètres.
- soit de matériaux d’apports.
Les méthodes d’exécution sont soumises à approbation du Maître d’Œuvre, elles sont établies sur la base
des prescriptions du chapitre 4 du guide technique pour la réalisation des remblais et des couches de forme
éditée par le SETRA-LCPC en septembre 1992.
Les remblais sont méthodiquement compactés conformément aux spécifications de la norme NF P 11.300 et
aux dispositions de l’article 5.8 du fascicule 2 du C.C.T.G.
Les caractéristiques des remblais doivent satisfaire aux conditions minimales suivantes :

 la densité sèche des remblais en place doit atteindre quatre vingt quinze (95) pour cent de la densité
sèche à l’Optimum Proctor Normal déterminé conformément à la norme NF P 94-093,
 essai à la plaque : EV2 supérieur à 80 MPa,
 rapport k=EV2/EV1 inférieur à 2,
 classe d’arase : AR2.
La tolérance d’exécution pour la plate forme sera de plus ou moins cinq centimètre ( 5 cm).

ARTICLE 3.13 - RECONNAISSANCE DES STRUCTURES EXISTANTES DES


QUAIS
L’entrepreneur devra avant le début des travaux faire une reconnaissance des structures existantes afin de
valider la structure supposée dans les plans joint au marché et ainsi la faisabilité des solutions de
renforcement.
Pour cela, l’entrepreneur utilisera toutes méthodes de reconnaissances qu’il souhaite :

 sondages, carottages
 méthode d’auscultation sonique
 radiographie
 ou autre méthodes

De plus, les moyens matériels prendront en compte l’environnement aquatique et topographique du site.

C.C.T.P. page 111/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

ARTICLE 3.14 - REALISATION DE PIEUX METALLIQUES

3.14.1 - Plan de mise en œuvre


L'entrepreneur devra établir avant début d’exécution des fondations, un plan de mise en œuvre détaillé des
pieux et le soumettre au visa du maître d'œuvre.
Outre l'implantation des pieux, ce plan devra préciser :

 la cote du terrain à la mise en œuvre des éléments ;


 les niveaux caractéristiques de l'eau ;
 le nombre et la position des éléments d'un même type, de même nuance d'acier et de même
longueur ;
 les dispositions prévues pour traverser les couches de grès et de matériaux rocheux,
 la cote théorique du pied des éléments, leur cote d'arase et leur longueur ;
 les dessins de détail des composants spéciaux, et des assemblages spéciaux s'il y a lieu.

3.14.2 - Programme de sciage de la dalle et renforcement de la dalle


Pour la réalisation des pieux sur le quai lourd, le programme prévoit :

 la marquage de la dalle avant sciage.


 le sciage de la dalle béton avec le matériel soumis à l’agrément du maitre d’œuvre,
 le relevé des aciers coupés et établissement d’un plan de renforcement de la dalle autour des pieux
soumis à l’agrément du maitre d’œuvre
 le renforcement de la dalle béton après recépage du pieu métallique. Le renforcement prévoit la
mise en place de renforts autour du pieux et scellement de barres dans le béton. Ce renforcement
se fera selon la méthode suivante :
 Repiquage des parements endommagés de la structure afin d’enlever le béton dégradé.
 Préparation des armatures : les armatures visibles doivent être décapées pour ne pas présenter de
particules friables ou non adhérentes.
 Protection des éventuelles armatures apparentes avec une protection anticorrosion satisfaisant à
l’art 2.29.2 du présent CCTP, application en deux couches.
 Remplacements des armatures coupés par le sciage au tour du nouveau pieux et scellement dans
les bétons existants par un produit de scellement satisfaisant à l’article 2.29.4 du présent CCTP.
 mise en place d’un coffrage de manière à reconstituer un enrobage suffisant des armatures et
coulage par le haut du quai d’un mortier de calage à retrait compensé et à hautes performance
satisfaisant à l’article 2.29.4 du présent CCTP.
 Traitement de cure pour les protéger du vent et du soleil pendant le durcissement.

L’entreprise utilisera le matériel et une méthodologie permettant de ne causer aucun désordre sur le quai
existant. La méthodologie de l’entreprise sera soumise à l’agrément du maitre d’œuvre.

3.14.3 - Programme de fonçage, de trépanage ou préforage

L'entrepreneur devra établir un programme de fonçage détaillé de tous les éléments et le soumettre au visa
du maître d'œuvre avant le commencement des travaux.
Ce programme indiquera les conditions dans lesquelles est prévue la mise en œuvre des divers éléments :
- ordre de fonçage des éléments ;
- numérotation des pieux suivant l'ordre de fonçage ;
- phases de fonçage et matériels envisagés pour chacune de ces phases et pour chaque type d'éléments
;

C.C.T.P. page 112/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

- phases de trépanage, ou de préforages et matériels envisagés pour chacune de ces phases et pour
chaque type d'éléments ;
- dispositions particulières adoptées au droit des points singuliers de l'ouvrage.

3.14.4 - Transport, manutention et stockage


Toutes les opérations de transport, de manutention et de stockage seront conduites avec soin à l'aide d'un
matériel approprié, agréé par le maître d'œuvre, de façon à n'engendrer aucune déformation permanente ni
aucune fissuration des éléments, et à éviter toute détérioration du revêtement bitumineux anticorrosion.
Le maître d'œuvre pourra exiger le remplacement ou la réparation, aux frais de l'entrepreneur, de tout tube
qui, à la suite d'un mauvais stockage ou de mauvaises manutentions, présenterait une déformation
excessive (incompatible avec le respect des tolérances ci-après ou toute autre détérioration.

3.14.5 - Dispositif de guidage


Les pieux seront guidés à leur mise en fiche et pendant toute la durée de leur fonçage par des dispositifs de
guidage horizontal à un ou plusieurs niveaux, stables et résistants quel que soit le matériel de fonçage.
Le principe de fonctionnement, la mise en place, le mode de fixation, et les dispositions de détail concernant
ces dispositifs sont à soumettre par l'entrepreneur à l'agrément du maître d'œuvre.

3.14.6 - Fonçage
Les éléments seront foncés jusqu’à ce que leur pied atteigne la cote théorique minimale prévue.
Tout élément qui s'écartera en cours de fonçage des tolérances fixées dans le CCTP sera immédiatement
arraché. L'entrepreneur devra recommencer le fonçage, voire remplacer l’élément concerné à ses frais.
Tout élément qui présentera en cours de fonçage une déformation incompatible avec son emploi ou une
amorce de rupture, fera l'objet, soit d'un remplacement après arrachage, soit de dispositions confortatives
soumises par l'entrepreneur à l'agrément du maître d'œuvre. Ces mesures seront à la charge de
l'entrepreneur.
Un suivi régulier et précis du fonçage est indispensable. A cet effet, l'entrepreneur établira et tiendra à jour
un carnet de fonçage pour les pieux. Il communiquera ce carnet de fonçage au maître d’œuvre au fur et à
mesure de l’avancement du chantier. De plus, il lui en remettra deux exemplaires complets après
achèvement des opérations de fonçage.
Le carnet de fonçage précisera, pour chaque élément foncé :
- le profil, la nuance et la longueur de l'élément mis en œuvre, et sa disposition sur le plan de fonçage ;
- le mode de fonçage,
- les caractéristiques précises des engins de fonçage utilisés (types d'engins, puissance, poids du
marteau ou du casque, hauteur de chute, fréquence de vibration...),
- les changements éventuels d'engins en cours de fonçage et la fiche approximative correspondante ;
- les arrêts et leur cause, les difficultés rencontrées, les anomalies constatées et d'une manière générale
tous les incidents qui ont pu survenir ;
- les cotes de la tête et du pied de chaque élément foncé ;
- les paramètres de suivi d'enfoncement, mesurés tout au long du fonçage : temps de vibration pour un
enfoncement donné dans le cas d’un vibrofonçage, nombre de coups par unité de longueur dans le cas
d’un battage...
Il est à noter que des paramètres de fonçage très différents pour plusieurs éléments voisins, constituent une
anomalie que l'entrepreneur doit mentionner dans le carnet de fonçage.

C.C.T.P. page 113/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

3.14.7 - Trépanage ou préforage


L’utilisation de trépan est une des méthodes envisageable pour assurer l’encastrement de 3 diamètres dans
le substratum à la base des pieux métalliques de ce projet.
Un suivi régulier et précis du trépanage est indispensable. A cet effet, l'entrepreneur complétera le carnet de
fonçage par une rubrique concernant l’utilisation du trépan, son type, ses particularités, son mode
d’utilisation, ses accessoires et toutes les opérations nécessaires à la bonne mise en œuvre des pieux dans
le terrain rencontré.
En cas d’utilisation de foreuses de diamètre équivalent à celui des pieux, ou de micro foreuses pour
scellements de barres dans le grès, un suivi régulier et précis du forage est indispensable. A cet effet,
l'entrepreneur complètera le carnet de fonçage par une rubrique concernant l’utilisation des machines de
forage, leur type, leurs particularités, leur mode d’utilisation, leurs accessoires et toutes les opérations
nécessaires à la bonne mise en œuvre des pieux ou des ancrages dans le terrain rencontré.

3.14.8 - Prescriptions particulières au battage


Pour le battage des éléments à l'aide d'un mouton, l'emploi d'un casque de battage ou d'un dispositif
analogue, éventuellement solidaire de l'engin de battage, est obligatoire.
Le casque ou équivalent doit être adapté à la section du profil à foncer, et être correctement guidé le long
des mâts ou des jumelles, selon le cas. Le martyr dont il est muni devra être remplacé le cas échéant en cas
d'écrasement irrégulier.

3.14.9 - Raboutage
Le raboutage est normalement exécuté à terre. Cependant, après demande écrite justifiée et accord
explicite du maître d'œuvre, certains pieux pourront être raboutés sur le lieu de battage.
L'attention est attirée sur l'importance que revêt la qualité des soudures pour la sécurité de l'ouvrage.
En particulier, les soudures ne devront pas former de bourrelets sur la face extérieure des pieux.
La soudure sera effectuée dans les conditions correspondant à la qualité 2 de la norme NF P 22-471.
L’entrepreneur devra retoucher les parties soudées par mise en œuvre de deux couches de peinture
bitumineuse appliquées sur un primaire.
Le mode opératoire des soudures et de leur revêtement anti-corrosion devra être soumis au visa du maître
d'œuvre.
Le contrôle des soudures sera effectué par radiographie et ressuage, selon un programme inclus dans le
PAQ de l'entreprise, et soumis à l'agrément du Maître d'œuvre.

3.14.10 - Recépage
La cote de recépage des divers éléments sera déterminée à partir des documents d'exécution établis par
l'entrepreneur, et visés par le maître d'œuvre.
Aucun recépage ne pourra être entrepris sans l'accord écrit du maître d'œuvre. Toutefois, les recépages qui
s'avéreraient nécessaires au cours du fonçage des éléments, s'ils n'ont pas pour effet de réduire de plus de
20 cm la longueur d'origine, seront dispensés de cette procédure, sous réserve que les recépages en
question soient consignés au carnet de fonçage.

3.14.11 - Essais et contrôles


Les contrôles seront constitués par l'application du critère d’arrêt, et par l’examen du carnet de fonçage.
Un relevé de fonçage complet sera obligatoirement effectué pour tous les pieux. Il comprendra, pour les
opérations de battage, la courbe de battage complète, établie à partir de la formule des Hollandais sans
coefficient de réduction.
Si un contrôle fait apparaître des anomalies, le maître d'œuvre sera habilité à exiger de l'entrepreneur le
changement de sa méthode de relevé.

C.C.T.P. page 114/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Le niveau d’arrêt résultera du projet ou du choix du maitre d’œuvre.

3.14.12 - Tolérances d’exécution


L'implantation des pieux devra être réalisée avec une tolérance en plan de + ou - 5 cm par rapport à la
position de l’élément mentionné au plan d'implantation préalablement agréé par le maître d'œuvre.
La tolérance de verticalité des pieux est fixée à 1 cm par mètre mesuré horizontalement dans les deux plans
verticaux parallèle et perpendiculaire au plan de la file.
La tolérance sur la cote finie en tête des pieux recépés est fixée à + ou - 1 cm.

ARTICLE 3.15 - PROTECTION PAR PEINTURE


En application de l’article 3.2 du Fascicule 56 du C.C.T.G., l’Entrepreneur est tenu de soumettre au visa du
Maître d’Œuvre le programme d’exécution des travaux de mise en peinture.
De même un journal de chantier est établi par l’Entrepreneur conformément aux dispositions de l’article 3.2
du Fascicule 56 du C.C.T.G.
Enfin, l’Entrepreneur est tenu de soumettre au visa du Maître d’Œuvre le Plan d’Assurance de la Qualité
(P.A.Q.), comportant les quatre rubriques suivantes:

 affectation des tâches (en relation avec la qualité),


 moyens de l’Entreprise,
 approvisionnements,
 contrôle interne à la chaîne de production.

Les spécifications concernant la préparation des surfaces sont celles figurant dans l’article 3.2.5 et ses
commentaires du Fascicule 56 du C.C.T.G.
Les spécifications concernant l’application des peintures sont celles figurant à l’article 3.2.6 du Fascicule 56
du C.C.T.G.
L’application des peintures sera effectuée :

 en atelier ou sur le chantier pour les peintures et revêtements définitifs,


 sur le chantier pour les retouches et la peinture sur les éléments existants à remettre en état.

Les produits sont appliqués suivant les modes d’application définis par les fiches d’homologation des
systèmes. Il est rappelé que les conditions limites de température et d’hygrométrie spécifiques à la fiche
d’homologation du système devront être strictement respectées.
L’Entrepreneur est tenu de placer en permanence à proximité immédiate du chantier: un thermomètre et un
hygromètre enregistreurs ayant au moins chacun une autonomie de huit (8) jours.

3.15.1 - Contrôles
Les contrôles et leurs spécifications, à effectuer, sont ceux indiqués à l’article 3.2.7 et ses commentaires du
Fascicule 56 du C.C.T.G. Ils ne dégagent en rien la responsabilité de l’Entrepreneur.
Le Maître d’Œuvre se réserve le droit de procéder à des contrôles dont le nombre et la distribution sont
laissés à son appréciation. L’Entrepreneur est tenu de fournir, de façon permanente, aux agents chargés
des contrôles, la possibilité d’accès, dans des conditions offrant toute sécurité, à toutes les surfaces de tous
les éléments de la structure.
Une couche de peinture ne peut être appliquée qu’après que la précédente ait été vérifiée et reconnue
satisfaisante par le Maître d’Œuvre et que les délais de recouvrement minimaux et maximaux mentionnés
dans la fiche d’homologation aient été respectés.

C.C.T.P. page 115/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Un procès-verbal de constatation et d’acceptation sera établi après chaque application.


Si l’application des produits est reconnue défectueuse pour certaines parties d’ouvrages, ou si des
malfaçons sont dues au matériel ou au personnel de l’Entreprise, celle-ci procédera, à ses frais, à la
réparation des surfaces correspondantes qui pourra aller jusqu’à un nouveau décapage et réfection de la
totalité du système.

3.15.1.1 - Contrôle de conformité

Les prélèvements de peinture sont effectués suivant les modalités de l’article 3.2.6.3.2 du Fascicule 56 du
C.C.T.G. et ce, quel que soit le degré d’avancement des travaux.
Au cas où l’analyse chimique complète des produits ferait apparaître que les peintures ont été modifiées,
celles-ci seraient rebutées et les travaux suspendus, l’Entrepreneur sera mis en demeure, par ordre de
service, d’enlever à ses frais les peintures défectueuses et de recommencer les travaux.
En cas de refus, il y serait pourvu d’office dans les conditions prévues à l’article 39 du C.C.A.G.

3.15.1.2 - Contrôle des épaisseurs

Les contrôles des épaisseurs seront effectués conformément à l’article 3.2.6.3.2 du Fascicule 56 du
C.C.T.G. et ses commentaires.
Le choix de l’organisme contrôleur est laissé à l’appréciation du Maître d’Œuvre.

ARTICLE 3.16 - BADIGEON POUR PAREMENT ENTERRE


(Art. 64.3 du fasc. 65 du C.C.TG)
La livraison, le transport et la manutention sont effectués en respectant les indications des articles 151.2 et
151.3 du fascicule 65 du C.C.T.G.. Les produits sont préparés et mis en œuvre conformément aux
indications de la fiche technique du fabricant.

ARTICLE 3.17 - COFFRAGES


L'utilisation de bois brut pour les coffrages est interdite.
Le projet de coffrage prévu suivant les prescriptions des Articles 61, 62, 63, 64 et 65 du fascicule 65 fera
l'objet d'un visa du Maître d'Œuvre.
Toutes les parois verticales et inclinées seront coffrées.
Les parois des coffrages seront de catégorie « parements soignés simples », définies par les spécifications
du fascicule 65.

3.17.1 - Mise en œuvre des coffrages


Les coffrages ne devront comporter aucun dispositif de fixation non prévu sur les dessins d'exécution. Les
dispositifs de fixation proposés devront assurer un aspect satisfaisant une fois l'ouvrage terminé (pas de
coulure de rouille et de laitance).
L’Entrepreneur présentera la procédure de mise en œuvre à l’agrément du Maître d’Œuvre.

3.17.2 - Parements non coffrés


L'Entrepreneur assure le réglage correct et la finition des surfaces non coffrées telle que la face supérieure
de dalle, opération qui s'effectue sans apport de mortier à quelque moment que ce soit.

3.17.3 - Arêtes vives


Les arêtes vives seront toutes chanfreinées : chanfrein de 2 x 2 centimètres.

C.C.T.P. page 116/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

3.17.4 - Réception de coffrage


L'Entrepreneur sera tenu d'avertir le Maître d’Œuvre par écrit (fax) avant toute opération de bétonnage.
Immédiatement avant la mise en place du béton, l'intérieur des coffrages sera nettoyé avec soin, de façon à
être débarrassé des poussières et débris de toute nature.
Des fenêtres à obturation mobile seront réservées en cas de besoin pour faciliter le nettoyage et l'inspection
des parties difficilement accessibles, telles que fonds et angles.
L'Entrepreneur peut être tenu d'exécuter la finition du nettoyage à l'air comprimé.
L'utilisation de produits destinés à régulariser la surface ou à faciliter le décoffrage devra être soumise à
l'approbation du Maître d’Œuvre.
Ces produits ne devront ni teinter, ni tâcher les parements. L’utilisation de ces produits devra par ailleurs
être compatible avec l’emploi des textiles de coffrage.
Il ne sera procédé au décoffrage et au décollage qu'après accord écrit du Maître d’Œuvre, pour chaque ou
partie d'ouvrage. L'opération sera pratiquée avec les soins utiles pour ne pas détériorer les ouvrages.
Le décoffrage du béton devra être effectué par effort statique, sans choc, et ne devra intervenir qu'après que
le béton ait acquis une résistance suffisante pour permettre à la partie d'ouvrage de supporter sans danger
ni dommage excessif, les chocs accidentels pouvant survenir en cours d'évacuation des éléments du
coffrage, ainsi que les actions climatiques pouvant survenir en phase de travaux.

3.17.5 - Réservations diverses


Toutes les réservations, en particulier pour tenue des coffrages, dispositifs de stabilisation en construction,
brelages provisoires, qu'elles soient apparentes ou cachées une fois les ouvrages terminés, qu'elles soient
ouvertes sur l'extérieur du béton ou internes à celui-ci une fois l'ouvrage terminé doivent être, sauf
disposition contraire du Maître d’Œuvre, systématiquement remplies par béton, mortier ou coulis pour
interdire toute accumulation d'eau susceptible de geler ou d'attaquer les armatures. Ce remplissage doit être
fait au plus tôt.
Toute réservation ne permettant pas à un moment quelconque l'évacuation gravitaire de l'eau doit être
munie à l'origine d'évents qui doivent rester fonctionnels jusqu'au moment du remplissage. Ces dispositions
doivent figurer sur les plans d'exécution.
Toute exception à ce remplissage systématique doit être proposée par l'Entrepreneur et présentée à
l'agrément du Maître d’Œuvre en étant figurée dès l'origine sur les plans d'exécution, qui précisent le cas
échéant les dispositifs permettant d'éviter ce remplissage.

3.17.6 - Coffrage pour parements fins


Les coffrages pour parements fins sont constitués de panneaux neufs. Ils sont en contre-plaqué qualité
marine de 20 mm d’épaisseur minimale, ou métalliques de 5 mm d’épaisseur.
Le nombre de réemploi des panneaux est soumis à l'acceptation du Maître d'Œuvre.
Les systèmes d'attache nécessitant un ragréage ne sont pas autorisés.
Les panneaux, s’ils sont métalliques sont décapés par sablage avant la première utilisation et enduits avec
une « barbotine » puis nettoyés. Après chaque utilisation les panneaux sont nettoyés pour retirer toute trace
d’oxydation.
Les reprises de bétonnage prévues sont traitées de la façon suivante : on laisse dans le coffrage une
baguette de manière à ce que la reprise soit rectiligne. Les dimensions de la baguette de section triangulaire
sont 15 x15 mm
Les coffrages pour parements fins ne doivent comporter aucun dispositif de fixation non prévu sur les
dessins d'exécution.

C.C.T.P. page 117/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

ARTICLE 3.18 - MISE EN OEUVRE DES ARMATURES POUR BETON ARME


La mise en œuvre des armatures pour béton armé sera réalisée conformément aux stipulations des articles
72, 73 et 74 du Fascicule 65.
Les conditions d'emplois des armatures devront satisfaire aux recommandations incluses dans leur fiche
d'identification instaurée par le titre 1 du fascicule 4 du C.C.T.G.
Il est rappelé que l'enrobage des aciers est supérieur ou égal à 5 cm.

3.18.1 - Fabrication

3.18.1.1 - Soudage des barres


Le soudage au chalumeau est admis pour les ronds lisses de la nuance Fe E 235. Il est également admis
pour les aciers des barres à haute adhérence dont la soudabilité est garantie par leurs fiches d'identification,
sous réserve des conditions particulières qui peuvent être formulées par ces fiches d'identification.
Dans tous les cas, le programme de soudage doit être soumis au visa du Maître d’Œuvre.

3.18.1.2 - Cintrage
Il sera effectué à froid avec une cintreuse à mandrin suivant les normes en vigueur.

3.18.1.3 - État de surface


Les barres d'armature devront rester propres, sans rouille non adhérente, ni traces de calamine, de terre, de
peinture, de graisse, d'huile ou autres corps étrangers risquant de nuire à l'adhérence du béton sur
l'armature.

3.18.1.4 - Aciers en attente


Les armatures laissées en attente et qui devront être pliées ou dépliées sur chantier seront en acier doux. Le
pliage ou dépliage ultérieur sur chantier des armatures à haute adhérence est interdit sauf si l’acier HA est
de nuance spéciale et si la fiche technique précise que le pliage / dépliage une fois est permis.
Les attentes verticales ou horizontales présentant des risques de blessures pour le personnel seront
équipées de « bouchons » ou tout autre système équivalent de sécurité.

3.18.1.5 - Repérage avant pose


Les aciers façonnés seront repérés par étiquettes conformément à la numérotation des nomenclatures.

3.18.2 - Mise en place des armatures


L'approvisionnement sur le chantier des armatures façonnées sera effectué avec soin. Les armatures seront
correctement stockées sur une plate-forme prévue à cet effet ; elles seront classées par nuance, longueur et
qualité.

3.18.2.1 - Rigidité
Les armatures seront convenablement ligaturées, éventuellement pointées par soudure et raidies
éventuellement par des barres disposées en diagonale, de manière à se trouver aux emplacements prévus
sur les plans et y demeurer pendant la période de bétonnage.

3.18.2.2 - Propreté
On ne versera jamais de coulis de ciment sur les armatures ; aux reprises de travail, on enlèvera
soigneusement les matières inertes et les éclaboussures de mortier qui auraient pu se déposer sur les
armatures et notamment les attentes.

C.C.T.P. page 118/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

3.18.2.3 - Enrobage, espacement et calage


Les armatures devront être munies de cales de positionnement en nombre suffisant pour permettre
d'assurer les enrobages réglementaires. Elles seront ligaturées aux armatures.
Ces cales seront en béton de même nature, texture, couleur et dosage que le béton coulé en place.

3.18.2.4 - Accessoires
Les accessoires tels que supports, ancrages, écarteurs, étriers, ligatures et tous autres dispositifs requis
pour assurer une mise en place et un positionnement correct de l'armature seront en acier à l'exception des
cales destinées à assurer l'enrobage des armatures.

3.18.2.5 - Raboutage / recouvrements


Les dispositifs en acier destinés au raboutage ou à l'ancrage d'armatures à haute adhérence ("manchons")
devront satisfaire aux dispositions des normes NF A 35-020-1 et NF A 35-020-2.
Lorsqu'il y a lieu de constituer une armature avec plusieurs barres les recouvrements seront répartis sur
toute la longueur, de telle sorte que dans une section, il y ait au plus la moitié des sections d’acier qui se
recouvrent.

3.18.3 - Contrôles
Avant le coulage de tout béton armé, l'Entrepreneur devra prévenir le Maître d’Œuvre pour lui permettre de
vérifier le nombre, les dimensions, la position, le mode de calage et l'alignement des armatures au moins
quarante huit (48) heures avant la mise en œuvre des bétons.
Ce contrôle portera sur la conformité aux plans d'exécution et sur l'application des règles de l'Art.
Pour la correction des imperfections de ferraillage, les armatures seront, au besoin, enlevées des coffrages
et replacées correctement après les dressages et renforcements nécessaires.

3.18.4 - Mesure de protection du personnel de chantier


L’Entrepreneur prend dès le stade des études toutes les mesures de prévention nécessaires contre les
risques d’empalement sur les armatures en attente :
 les aciers de moins de 20 mm sont crossés ou bien sont munis d’embouts plastiques,
 les aciers d’un diamètre supérieur sont munis d’embouts en plastique.
Les zones de circulation des piétons avant bétonnage sont renforcées (si nécessaire) et couvertes
éventuellement par un platelage.

ARTICLE 3.19 - MISE EN OEUVRE DES BETONS

3.19.1 - Dispositions générales


La mise en œuvre des bétons sera réalisée conformément aux prescriptions de l'article 84 du fascicule 65.

3.19.2 - Programme de bétonnage


Le programme de bétonnage précisera les étapes successives du transport du béton et leurs durées depuis
la centrale jusqu'aux coffrages.
Le programme de bétonnage comprend les éléments suivants :
 les phases de bétonnage,
 la position et la configuration des reprises,
 la qualité de béton mis en place par unité de temps et par formule,

C.C.T.P. page 119/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 les conditions de recouvrement des couches successives,


 la nature des coffrages d'arrêt,
 le matériel nécessaire pour la mise en œuvre (et notamment les caractéristiques et nombre des
appareils de vibration),
 les moyens d'approvisionnement y compris les moyens mis en réserve,
 l'effectif en personnel en précisant sa qualification professionnelle,
 les secours électriques éventuels,
 les dispositions prévues en cas d'arrêt d'approvisionnement du béton.
A ce programme de bétonnage sera joint une notice donnant les résistances nominales minimales à avoir
pour permettre les décoffrages.
Le ou les programmes de bétonnage seront soumis au visa du Maître d'Œuvre au plus tard quinze jours
avant tout commencement d'exécution.
L'Entrepreneur ne pourra commencer aucun bétonnage avant d'en avoir reçu l'autorisation du Maître
d’Œuvre et avant vérification des dispositions des coffrages et armatures (levée du point d'arrêt).
Les moyens de transport envisagés pour le béton ne devront pas en altérer la qualité ni provoquer la
ségrégation. Ces moyens devront être acceptés par le Maître d’Œuvre ; ils devront pouvoir assurer un débit
au moins égal à celui du malaxeur. Les éléments vus de béton armé seront coulés en prenant toutes les
précautions pour que les reprises soient aussi peu apparentes que possible.

3.19.3 - Mise en place du béton


L'Article 84 du fascicule 65 est complété par ce qui suit : les bétons de structures à caractères normalisés
seront vibrés dans la masse.
Le bétonnage ne pourra être entrepris que lorsque la réception du ferraillage aura été prononcée par le
Maître d'Œuvre ou son représentant.
La mise en œuvre des bétons à la pompe est soumise à l'agrément du Maître d’Œuvre. Aucune adjonction
d'un adjuvant fluidifiant ne sera autorisée.

3.19.4 - Pervibration du béton

3.19.4.1 - Matériels
Hormis les bétons immergés, tous les bétons seront vibrés.
Il ne sera agréé que des vibrateurs à fréquence élevée supérieur à douze mille (12 000) cycles par minute.
Les pervibrateurs devront présenter des dimensions telles qu'ils puissent pénétrer dans les coffrages et
entre les armatures de façon que, compte tenu de leur rayon d'action, ils puissent agir sur la totalité du
béton. Ils devront être présents sur la levée en nombre suffisant pour les cadences de bétonnage prévues.
L'Entreprise devra constamment posséder un nombre de pervibrateurs suffisants, en fonctionnement, pour
assurer un serrage régulier et total à la cadence de bétonnage. Elle devra tenir sur le chantier un
assortiment de diamètres de 25 mm à 100 mm permettant la pervibration dans toutes les conditions de mise
en œuvre.
Le groupe compresseur aura une capacité suffisante pour alimenter sans difficultés la totalité des engins
pneumatiques. L'Entreprise sera assurée par un personnel compétent et le Maître d'Œuvre pourra récuser
tout ouvrier qui effectuerait cette opération dans de mauvaises conditions.
L'Entreprise devra maintenir en secours sur le chantier un groupe compresseur et un jeu de 3 pervibrateurs
de 35 mm, 50 mm et 70 mm.

C.C.T.P. page 120/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

3.19.4.2 - Vibration du béton


Le pervibrateur sera tenu verticalement et déplacé suivant son axe. Il ne sera retiré du béton que lentement
de façon que son empreinte se referme lors de la remontée de l'appareil.
Lors du bétonnage d'une levée en plusieurs couches, la vibration d'une couche sera faite de telle façon que
le pervibrateur pénètre légèrement dans la couche inférieure, dont la prise n'a pas commencé, afin d'assurer
la continuité entre les couches successives. Chaque fois qu'une couche aura fait prise avant la mise en
place de la couche suivante, la surface de séparation devra être réglée et traitée comme une reprise avant
que le bétonnage ne soit poursuivi.
Toutes précautions seront prises pour que la vibration ne déplace pas les armatures. Celles qui sortent
d'une levée sont maintenues solidement de telles sortes que leur enrobage minimum soit toujours garanti
dans la levée suivante.
Tout arrêt ou insuffisance des vibrateurs rendant impossible la vibration parfaite du béton à la cadence à
laquelle il est approvisionné entraînera l'arrêt total du bétonnage.

3.19.4.3 - Vibration superficielle


La finition de radier et des éléments préfabriqués coulés à plat sera effectuée par vibration superficielle. Les
états de surface seront au moins aussi bons que ceux des parements coffrés.
L'épaisseur des couches serrées par vibration superficielle au moyen de dames ou taloches vibrantes est
limitée à 20 cm, à moins que les essais montrent la possibilité d'adopter des épaisseurs supérieures. La
vibration est poursuivie en chaque emplacement d'appareil jusqu'au reflux du mortier sur les bords et par les
jours éventuels de son plateau. Les emplacements successifs d'un appareil se chevauchent.

3.19.4.4 - Vibration des coffrages


Les prescriptions de l'article 84.2 du fascicule 65 du C.C.T.G. sont applicables.
La vibration des coffrages est interdite.

3.19.5 - Reprises de bétonnage


Elles seront réalisées conformément à l'Article 84.3 du fascicule 65. Les treillis utilisés éventuellement pour
des arrêts de bétonnage seront soigneusement enlevés dès que la prise du béton le permettra et la surface
sera alors repiquée.
Sur les surfaces de reprise, il est formellement interdit de couler des galettes de béton servant au calage des
coffrages.
Les surfaces de reprise seront soigneusement repiquées, débarrassées de tout élément (granules ou
laitance) adhérant mal au béton et nettoyées par soufflage à l'air comprimé. L'emploi de techniques de
reprises autres que celle décrite précédemment doit être soumis pour accord au Maître d’Œuvre.
Les reprises de surface ainsi nettoyées et repiquées seront soumises à l'agrément du Maître d’Œuvre. Ce
dernier pourra exiger après examen que soit appliqué un traitement de reprise. Dans ce cas, l'Entrepreneur
devra soumettre à l'agrément du Maître d’Œuvre les produits proposés pour ce traitement et la méthode de
mise en œuvre à utiliser.
Les reprises de bétonnage des parties visibles ne seront tolérées qu'à condition qu'elles se confondent
rigoureusement avec les joints de coffrage. Elles devront par ailleurs être parfaitement justifiées pour ce qui
est du ferraillage. Les différentes phases de coulage éventuelles feront l'objet d'une étude proposée par
l'Entrepreneur à l'agrément du Maître d’Œuvre.
Si certaines parties d'ouvrages nécessitent des reprises, en raison de leur volume ou des dispositions
constructives, l'Entrepreneur devra soumettre à l'agrément du Maître d’Œuvre les dispositions adoptées et
les justifications afférentes, concernant le calcul de l'ouvrage, les armatures dans la zone de reprise et
l'esthétique.
Pour les reprises délicates, l'Entrepreneur devra soumettre au Maître d’Œuvre un traitement spécialisé de la
surface de reprise.

C.C.T.P. page 121/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Avant tout traitement de reprise de bétonnage, les armatures doivent être débarrassées des coulées de
laitance ou de mortier qui pourrait les enrober ainsi que de toute autre matière qui risquerait d'en
compromettre l'adhérence.

3.19.6 - Hauteur des levées


L'exécution d'une levée est continue sur toute la surface de l'ouvrage. La hauteur maximale sera définie par
l’Entrepreneur et proposée à l’agrément du Maître d’Œuvre. Le béton sera mis en place par couches
n'excédant pas 0,50 cm d'épaisseur.
La hauteur de chute du béton ne pourra excéder 1,50 m, des goulottes ou autres aménagements étant mis
en œuvre en cas de hauteurs supérieures.

3.19.7 - Surfaces non coffrées


Elles seront réalisées conformément à l'Article 84.4 du fascicule 65.
L'état de surface devra répondre aux tolérances sur les défauts d'aspect d'un parement fin suivant l'Article
62 du fascicule 65.

3.19.8 - Bétonnage par temps froid


Dans le cadre de l'application de l'article 74 du fascicule 65 A du CCTG, quand cette température est
inférieure à cinq degrés Celsius, le bétonnage ne sera autorisé que sous réserve de l'emploi de moyens et
procédés précisés par l'Entrepreneur dans son programme de bétonnage et agréés par le Maître d'Œuvre.
Ces procédés seront employés pour maintenir la température du béton à quinze degrés Celsius au minimum
pendant sa production, son transport et sa mise en œuvre, et pendant les vingt quatre heures qui suivent sa
mise en place.
Le béton n'est pas exposé à des températures négatives avant d'avoir atteint au moins 15 MPa de
résistance de compression.
Les dispositions à prendre pour le bétonnage par temps froid sont comprises dans les prix de bétons.

3.19.9 - Bétonnage par temps chaud ou par fort vent


Les prescriptions du fascicule 65 sont applicables.
La protection des bétons courants sera assurée par humidification. Celle des bétons de structures à
caractères normalisés sera assurée par produit de cure agréé par la C.O.P.L.A. et humidification.
Si durant la période de protection le film protecteur est endommagé pour une raison quelconque,
l'Entrepreneur devra recouvrir à ses frais la zone en cause par un nouveau traitement complet.
Les dispositions à prendre pour le bétonnage par temps chaud ou par fort vent sont comprises dans les prix
de bétons.

3.19.10 - Cure du béton


Les prescriptions de l'Article 74.6 du fascicule 65 sont applicables.
Une cure très soignée, sera réalisée sur le béton de façon à éviter la fissuration, la micro-fissuration et pour
assurer une bonne hydratation de la peau.
Les dispositions à prendre pour la cure des bétons sont comprises dans les prix de bétons.
Le décoffrage, démoulage ou stockage doivent être réalisés de façon à ne pas provoquer un écart de
température entre le béton et l'ambiance de plus de :
 30° C pour les températures positives,
 15° C pour les températures négatives.

C.C.T.P. page 122/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

3.19.11 - Réfections et réparations de surfaces bétonnées


Toute réfection ou réparation non prévue au présent marché, quelle qu'en soit la cause ou la nature, est aux
frais de l'Entrepreneur et doit être effectuée à la satisfaction du Maître d’Œuvre.
Après décoffrage, les balèvres sont enlevées. Les tâches de toute nature sont enlevées soigneusement dès
leur découverte.
Lorsque des irrégularités de bétonnage seront constatées au décoffrage, elles devront être signalées
immédiatement au Maître d’Œuvre qui décidera de la façon de les traiter. En aucun cas ces irrégularités ne
devront faire l’objet d’un meulage ou d’un ragréage sans l’accord écrit du Maître d’Œuvre.
Dans le cas où le Maître d’Œuvre donne son accord pour traiter les irrégularités, elles seront reprises par
meulage ou ragréage après repiquage ou bouchardage, avec des mortiers aux résines dont la nature et la
composition devront recevoir préalablement l’accord du Maître d’Œuvre. Ces travaux seront à la charge de
l’Entreprise.
La réparation des défauts importants doit se faire strictement suivant des méthodes acceptées par le Maître
d’Œuvre, dont la responsabilité n'est en rien engagée par son acceptation. En aucun cas la pente des
raccordements, par rapport aux surfaces théoriques, ne devra dépasser 1/20.
Si des résines époxy (ou similaires) sont utilisées pour des réparations, leur mise en œuvre doit être
strictement conforme aux indications du fabricant. Tous renseignements sur la provenance du produit, la
composition du mortier et d'une façon générale toute documentation technique relative à ce produit doivent
être fournis par l'Entrepreneur au Maître d’Œuvre pour en obtenir l'autorisation. Le Maître d’Œuvre reste libre
d'imposer un produit différent, en indiquant le mode de mise en œuvre. A titre indicatif dans toutes les zones
soumises à l'action de l'eau les réparations seront en principe effectuées comme suit :
 repiquage par sablage de la surface à réparer et de ses alentours,
 nettoyage soigné au jet d'eau et d'air sous pression, de façon à éliminer de la surface toute trace de
laitance, toute poussière, matière organique, huile, graisse, etc., nuisible à l'accrochage du mortier à
liant de résine époxy ou similaire,
 après traitement de cure et durcissement du mortier, meulage de la surface.

3.19.12 - Mise en œuvre des pièces métalliques ou autres incorporées au


béton

3.19.12.1 - Scellements par ancrages


Les barres en attente dans du béton déjà exécuté doivent être forcées dans le trou de scellement rempli au
préalable de mortier aux résines sans retrait.
Elles sont strictement maintenues immobiles pendant la durée de durcissement du mortier de scellement.
La procédure de pose, ainsi que les produits utilisés devront être soumis à l'approbation du Maître d’Œuvre.

3.19.12.2 - Préscellés
La fourniture et la mise en place des préscellés ou gabarits, destinés à fixer après bétonnage de première
phase, les équipements font partie intégrante du présent marché.
Les préscellés comprennent notamment tous les organeaux nécessaires à la fixation des systèmes
d’ancrage.
La mise en place de ces pièces métalliques selon les spécifications des plans d'exécution et leur fixation au
ferraillage avant bétonnage est de la responsabilité de l’Entrepreneur qui est garant du bon positionnement
de ces inserts après bétonnage.

C.C.T.P. page 123/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

ARTICLE 3.20 - FABRICATION ET MISE EN OEUVRE D’ELEMENTS


PREFABRIQUES (F 65 – CHAP 9)
Les stipulations des articles 93 et 94 du fascicule 65 s'appliquent pour les éléments préfabriqués
L'Entrepreneur explicitera dans son P.A.Q la consistance des éléments à préfabriquer, les modalités de leur
mise en place, les moyens de manutention, le mode de réalisation des clavages entre pièces, la tolérance
de pose (en plan et en altitude).

3.20.1 - Généralités
Les éléments préfabriqués doivent faire l'objet d'une étude d'exécution spécifique venant en complément de
celles prévues à l'article "Mise en œuvre des bétons" ci-dessus.
Celle-ci est menée conformément aux prescriptions de l'article 95 du fascicule 65 du C.C.T.G. et de ses
commentaires.
Tout élément préfabriqué ayant subi une détérioration visible à l'œil nu, en particulier en cours de stockage
ou de manutention, est refusé.
Tous les éléments préfabriqués doivent être homogènes en teinte. En particulier, tout élément présentant à
l'œil nu à 3 m de distance une variation de teinte par rapport à l'élément de référence est rebuté.
Les éléments sont assemblés conformément aux prescriptions de l'article 94.2 du fascicule 65 du C.C.T.G.
ainsi qu'au calepinage établi par l'Entrepreneur et visé par le Maître d’Œuvre
Les tolérances admises pour la fabrication des éléments préfabriqués sont fixées à plus ou moins 5 mm.
Aucun désaffleurement de surface n'est toléré dans l'alignement en plan et en profil en long des éléments.
L'écart par rapport au tracé en plan théorique doit être inférieur à 5 mm sur 10 m.
Pour cela lors de la procédure de réception des éléments témoins, il doit être fabriqué au minimum trois
séries d'élément par moule. Ces éléments sont ensuite posés et alignés en usine suivant les mêmes
conditions que celles du chantier.

3.20.2 - Ancres et épingles de manutention


Dans l'hypothèse où l'Entreprise se propose d'utiliser des ancres ou des épingles de manutention, le type
d'ancre, le matériau constitutif, la position sur l'élément, les conditions de cachetage ou de protection
complémentaires vis-à-vis de la corrosion sont soumis à l'acceptation du Maître d’Œuvre dans le cadre du
P.A.Q.
Si le poids des éléments préfabriqués permet d'envisager l'utilisation d'épingles de manutention en acier
doux, celles-ci respectent les prescriptions de l'article 92.4 du F65.
Dans le cas contraire, le modèle des ancres de manutention est soumis à l'agrément du Maître d’Œuvre.
L'utilisation de douilles d'ancrage inoxydables est recommandée.
Les réservations sont bouchées conformément aux stipulations du présent C.C.T.P.

3.20.3 - Stockage
Les conditions de stockage des éléments préfabriqués sont conformes aux spécifications de l'article 93 du
fascicule 65 du C.C.T.G. et sont précisées par l'entrepreneur dans le P.A.Q.
La capacité portante de l’aire de stockage est contrôlée. Les éléments reposent sur des pièces de calage en
bois.

3.20.4 - Disposition des joints entre éléments successifs


Dans le cas d'éléments préfabriqués, les joints sont conjugués et collés. Les produits d'encollage sont
soumis à l'acceptation du Maître d’Œuvre
Les éléments reçoivent un brelage provisoire qui permet d'assurer une compression quasi uniforme de la
colle pendant sa polymérisation.

C.C.T.P. page 124/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

La conduite des opérations d'encollage fait l'objet d'un chapitre du programme d'exécution précisant les
stipulations d'utilisation du produit définies par le fournisseur.

ARTICLE 3.21 - LIAISON EN CERTAINES PARTIES D’OUVRAGES EN BETON


Pour le quai wellman et la structure pour recevoir la grue de 40 t du quai lourd, il est rappelé que la dalle de
couverture (ou les poutres) et les appuis sont mécaniquement liaisonnés : encastrements entre la dalle (ou
les poutres) et chaque pieu. Ces dispositions entraînent les prescriptions particulières ci-après,
complémentaires aux prescriptions générales ci-dessus concernant tous les ouvrages en béton armé.

3.21.1 - Bétonnage des têtes de pieux


Les encastrements pieux - dalle sont réalisés par des bouchons de pieux en béton armé.
Tous les bouchons contiendront des aciers en attente permettant la liaison mécanique avec les éléments les
poutres.

3.21.2 - Clavages entre éléments en béton armé


Toutes les poutres en béton armé, après avoir été posées sur chapiteaux métalliques soudés aux pieux, ou
sur tout autre appui, sont solidarisées entre elles et aux appuis par des clavages. Ces clavages aux nœuds
de la structure, concernent des zones sensibles, où se développent des efforts importants et où les
contraintes d’exécution sont nombreuses.
Les poutres préfabriquées devront comporter des aciers en attente compatibles avec ceux des poutres
voisines et des bouchons de pieux. Le coulage du béton dans les zones de clavages entre poutres
préfabriquées, poutre de couronnement et bouchons, devra être exécuté avec un soin tout particulier, eu
égard aux conditions particulières de mise en œuvre : forte densité de ferraillage, petites quantités mises en
place à chaque fois...
La mise en place des prédalles interviendra après la réalisation des clavages entre poutres. C’est le coulage
de la partie supérieure de la dalle, qui achèvera de constituer les liaisons mécaniques entre les éléments
des ouvrages : liaisons entre les prédalles entre elles et avec les poutres préfabriquées.

3.21.3 - Désolidarisation entre éléments existants et nouveaux éléments


Le quai lourd est renforcé par des pieux et des poutres longitudinales afin de supporter la grue de 40 t. Ces
nouveaux éléments de renforcement seront désolidarisés du quai existants au moyen de joint de 5 cm sur
les faces latérales des nouvelles poutres et sous la face inférieur de la poutre afin qu’elles ne s’appuient pas
sur la dalle béton de 30 cm existante. Les nouvelles poutres ne devront donc s’appuyer uniquement sur les
pieux existants comme le montre le schéma ci-après :

C.C.T.P. page 125/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Polystyrène 5cm
sous poutre Poutre 120 x 90 ht Dalle caisson
existante

Poutre existante
pieux
existant

Nouveau pieux battus


Ø813 ep 16
Nouveau pieux
Ø813ep 16

ARTICLE 3.22 - TRAVAUX DE REHABILITATION DU BETON ARME (QUAI


CERETTI, QUAI LOURD ET QUAI AMONT)
L’entrepreneur effectuera les travaux de réhabilitation des bétons selon la méthode suivante :
- Repiquage des parements endommagés de la structure afin d’enlever le béton dégradé.
- Préparation des armatures : les armatures doivent être décapées pour ne pas présenter de particules
friables ou non adhérentes.
- Protection des armatures apparentes avec une protection anticorrosion satisfaisant à l’art 2.29.2 du présent
CCTP, application en deux couches.
- Remplacements éventuels des armatures si besoin et scellement dans les bétons existants par un produit
de scellement satisfaisant à l’article 2.29.4 du présent CCTP.
- Pour les défauts localisés, reprofilage avec un mortier de réparation satisfaisant à l’article 2.29.5 du présent
CCTP.
- Pour les défauts généralisés, mise en place d’un coffrage de manière à reconstituer un enrobage suffisant
des armatures et coulage par le haut du quai d’un mortier de calage à retrait compensé et à hautes
performance satisfaisant à l’article 2.29.4 du présent CCTP. Si une mise hors eau ne s’avérait pas possible,
mise en place de coffrages, y compris dans l’eau.
- Traitement de cure des zones réhabilitées pour les protéger du vent et du soleil pendant le durcissement.
L’entreprise utilisera le matériel et une méthodologie permettant de ne causer aucun désordre sur le quai
existant. La méthodologie de l’entreprise sera soumise à l’agrément du maitre d’œuvre.

C.C.T.P. page 126/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

ARTICLE 3.23 - IMPLANTATION ET POSE DES EQUIPEMENTS


L'Entrepreneur proposera dans le P.A.Q. la chronologie d'exécution qu'il envisage pour les travaux
d'équipements.
Les équipements (défenses, bollards, échelles) seront mis en œuvre conformément au plan d’implantation
établi par l’Entreprise et validé par le Maître d’Œuvre.
Les systèmes de fixation seront soumis à l’agrément du Maître d’Œuvre.

ARTICLE 3.24 - IMPLANTATION ET POSE DES EQUIPEMENTS


L'Entrepreneur proposera dans le P.A.Q. la chronologie d'exécution qu'il envisage pour les travaux
d'équipements.
Les équipements (défenses, bollards, échelles) seront mis en œuvre conformément au plan d’implantation
établi par l’Entreprise et validé par le Maître d’Œuvre.
Les systèmes de fixation seront soumis à l’agrément du Maître d’Œuvre.

ARTICLE 3.25 - EXECUTION DES TRAVAUX D’ENROCHEMENT

3.25.1 - Généralités
Des d’enrochements en protection des talus et des fonds seront réalisés :
- pour la protection du talus et la protection anti-affouillement due aux moteurs d’hélice du quai wellman,
Les enrochements calibrés seront disposés sur une épaisseur théorique de 1,00 m.
Les enrochements sont constitués par des blocs de carrière agréés par le maitre d’œuvre, ou repris sur site.

3.25.2 - Tolérances
Épaisseurs minimales garanties des couches de protection : 0,90 m
Tolérance sur le niveau des fonds après mise en place des protections : -10 cm / +20 cm

3.25.3 - Pesage des matériaux - Contrôles


Compte tenu du mode de règlement des travaux, il n'est pas prévu d'installation de bascule sur le chantier.
Toutefois, l'Entrepreneur devra peser un échantillon calibré de la blocométrie en cours de mise en œuvre.
Cet échantillon sera disposé sur le chantier, clôturé et marqué distinctement.
Un contrôle visuel des enrochements livrés sera effectué, à chaque camion, par comparaison entre
l’échantillon témoin et le produit livré.

3.25.4 - Transport des matériaux


L'Entrepreneur a à sa charge et à ses frais la mise en place de la signalisation réglementaire sur la totalité
de l'itinéraire emprunté par les camions d'approvisionnement.
Les aménagements de voies rendus nécessaires pour assurer la sécurité des usagers et maintenir le niveau
de circulation initial sont à la charge et aux frais de l'Entrepreneur.
Le transport des enrochements ne pourra intervenir avant la fin de la mise en place de la signalisation et la
réalisation des travaux d'aménagements éventuels des voies.
En application de l'article 25.2 du CCAG, le maître d'œuvre se réserve le droit de procéder à la vérification
de la charge des véhicules. L'ensemble d'une cargaison transportée en surcharge ne sera pas payé, le
maître d'œuvre rémunérant seulement la fourniture et la mise en œuvre de ces matériaux aux prix résultants
du sous-détail de l’Entrepreneur.

C.C.T.P. page 127/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

3.25.5 - Mode de mise en œuvre des enrochements


Les procédés généraux de mise en place des enrochements sont soumis par l'Entrepreneur à l'agrément du
Maître d’œuvre.
L'Entrepreneur est responsable du choix du mode de mise en œuvre des protections en enrochements qu'il
prévoit et propose à l'agrément du Maître d’œuvre, pour réaliser les ouvrages prévus au marché.
Aucune indemnité ne pourra être accordée à l'Entrepreneur pour perte totale ou partielle de son matériel
nautique et terrestre.
Les profils réalisés ne devront pas s'écarter de plus de 0.20 m du gabarit du profil théorique correspondant.
Les épaisseurs des couches d'enrochements devront être comprises entre 90 et 110 % de l'épaisseur
théorique.

ARTICLE 3.26 - GEOTEXTILES

3.26.1 - Contrôles
Les contrôles comprennent la vérification de la conformité du certificat de qualification du produit livré avec
les spécifications et le contrôle de l'étiquetage de chaque rouleau livré.
Dans le cas d'un produit non certifié, le contrôle comprend la réalisation d'un essai de traction, de résistance
à la déchirure, de permittivité et de transmissivité.
Le Maître d'Œuvre se réserve le droit de faire procéder, par un laboratoire de son choix, aux contrôles des
caractéristiques des produits proposés, conformément aux procédures en vigueur. Ces essais sont réalisés
à la charge de l'Entrepreneur.

3.26.2 - Mise en œuvre


La mise en œuvre des géotextiles est réalisée suivant les recommandations du Comité Français des
Géotextiles et Géomembranes.
L'Entrepreneur soumet à l'agrément du Maître d’œuvre un plan d'assemblage des nappes qui indique au
minimum :
- le sens de la pose de chaque nappe de géotextile,
- l'emprise des recouvrements d'une nappe sur l'autre,
- le positionnement des coutures d'assemblage.
Les géotextiles sont posés manuellement par déroulement dans le cas des rouleaux ou par déploiement
dans le cas des autres formes de conditionnement (panneaux), la pose devant se faire conformément au
plan de calepinage.
L'assemblage entre bandes de géotextile sera réalisé soit par couture, soit par recouvrement. Dans le cas
d'assemblage par couture, celle-ci devra être homologuée.
Dans le cas de recouvrement, celui-ci ne devra pas être inférieur à 0.50 m. Le sens du recouvrement tiendra
compte du sens d'approvisionnement des matériaux. A la demande du maître d’œuvre, cette largeur de
recouvrement peut être augmentée en fonction de la déformabilité du sol support, de la fonction du
géotextile et de l'importance des sollicitations qu'il subit.
Pour les coutures, l'Entrepreneur soumettra à l'agrément du Maître d’œuvre le type de machine à coudre
qu'il compte utiliser et le type de fil. Les caractéristiques mécaniques du fil doivent être supérieures aux
caractéristiques mécaniques du géotextile déterminées par l'essai NGF 38014 et le fil choisi doit avoir les
propriétés mécaniques compatibles avec les valeurs d'allongement, de vieillissement, etc... du géotextile.
Avant la mise en place du géotextile, le support sera réglé et débarrassé de tous obstacles.
D'une manière générale, la pose des nappes de géotextile est réalisée avec un minimum d'avance sur la
mise en œuvre du matériau de recouvrement afin de limiter les éventuels déplacements des nappes. Des
dispositions sont prises pour assurer un ancrage de chaque nappe sur le sol immédiatement après la pose

C.C.T.P. page 128/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

(lestage avec blocs, matériaux divers) à l'exclusion de l'épinglage qui risque de provoquer des amorces de
rupture du géotextile.

ARTICLE 3.27 - FOUILLES EN TRANCHEE


Les terrassements seront faits à la main ou avec l'emploi d'engins mécaniques après découpage soigné du
revêtement de chaussée ou terre-plein quand celui-ci existe.
Les fouilles sont supposées en terrain de toute nature. Il sera réalisé, à la charge de l’Entrepreneur à chaque
traversée de réseaux existants, les sondages nécessaires pour la bonne exécution des travaux.
L'Entrepreneur devra la réalisation des fouilles nécessaires à la pose des réseaux divers ainsi que les
terrassements liés à la réalisation des différents ouvrages annexes tels que :
 chambres diverses,
 regards de branchements EP
 regards électriques
Ces travaux sont réalisés conformément aux prescriptions du :
 CCTG fascicule n° 2.
 CCTG fascicule n° 63.
 CCTG fascicule n° 64.
 CCTG fascicule n° 70.
 CCTG fascicule n° 71
Le mode de terrassement est laissé à l'initiative de l'Entrepreneur.
Les différentes opérations d’excavation devront être faites conformément au programme général établi par
l’Entrepreneur et soumises pour approbation au Maître d’Œuvre. En outre, des programmes partiels pourront
être établis par l’Entrepreneur en cours d’exécution, et présentés à l’agrément du Maître d’Œuvre.
L’Entrepreneur sera supposé avoir examiné sous sa propre responsabilité le site, les relevés de sondages,
les résultats d’essais de laboratoire et avoir, après examen, fait toutes les études qu’il pourrait désirer pour
juger par lui-même des conditions de travail.
Le matériel utilisé pour les fouilles devra avoir été agréé. Le Maître d’Œuvre se réserve le droit d’apporter
toutes modifications aux pentes et aux profondeurs des excavations s’il juge qu’il est nécessaire ou possible
de faire.
Sauf nécessité d'exécution ou comparaison de prix montrant l'intérêt d'exécuter les terrassements sur de
larges surfaces, les fouilles sont ouvertes suivant la forme des divers éléments de fondations et limitées en
projection horizontale à des périmètres enveloppant les contours de ces éléments de fondation, à une
distance maximum de 1 mètre.
L'Entrepreneur doit, de toute façon, assurer leur tenue au fur et à mesure de leur approfondissement et
jusqu'au remblaiement final.
La responsabilité de l'Entrepreneur en la matière est identique à celle indiquée dans le § 3.27.4 - du présent
C.C.T.P.

3.27.1 - Vérification des fouilles


Avant tout début de travaux de confection lit de pose, le Maître d'Œuvre inspecte le terrassement et plus
particulièrement les fonds de fouille.

3.27.2 - Purges
S’il apparaît que le fond de fouille des tranchées présente des poches de matériaux de qualité douteuse,
l’Entrepreneur procédera à la purge des matériaux sur une épaisseur suffisante pour retrouver un sol sain.
Les matériaux impropres seront évacués en décharge et remplacés par une grave non traitée 0/80.

C.C.T.P. page 129/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les matériaux de purge seront compactés par couches successives de 20 cm d’épaisseur à 100% au moins
de la densité maximale obtenue par essai Proctor normal. Les frais des essais sont à la charge de
l’Entrepreneur.
L’Entrepreneur ne pourra prétendre à aucune indemnité pour la réalisation de ces purges.

3.27.3 - Rencontre des câbles, canalisations et autres ouvrages souterrains


L'Entrepreneur doit prendre toutes dispositions utiles pour qu'aucun dommage ne soit causé aux câbles ou
canalisations de toutes sortes rencontrées pendant l'exécution des travaux et qui ne seraient pas répertoriés
sur les plans existants (réseaux croisés ou longés).
Il est précisé notamment, qu'il prend toutes les mesures nécessaires pour le soutien de ces câbles ou
canalisations, étant entendu qu'en aucun cas les dispositifs adoptés pour réaliser ce soutien ne prennent
appui sur les étrésillons des étaiements ou blindages de fouilles. L'Entrepreneur n'est pas admis à présenter
des réclamations de quelque nature que ce soit du fait que le tracé ou l'emplacement imposé pour les
ouvrages l'oblige à prendre ces mesures de soutien de canalisations, ou de câbles.
Il est précisé également qu'une distance minimum de 0,40 m en projection horizontale ou verticale, doit être
observée entre les câbles téléphoniques et les réseaux projetés. Cette distance est portée à 0,50 m pour les
lignes de transport de courant électrique Basse-Tension.
Pour les lignes de transport Haute-Tension, la distance est fixée dans chaque cas particulier.
Pour les lignes GDF, les recommandations de Gaz de France sont à suivre.
En ce qui concerne spécialement les câbles téléphoniques souterrains à grande distance : si le passage
s'effectue au-dessous du câble, un treillage ou tout autre dispositif avertisseur équivalent sera placé à
0,40 m au-dessus de celui-ci, de façon à le protéger lors des fouilles qui peuvent être faites ultérieurement
pour les travaux d'entretien de l'ouvrage.
Les canalisations électriques Basse-Tension, les canalisations d'essence, exploitées ou non, devront si elles
passent au dessus du câble, être protégées aux points de croisement par un tuyau en fonte, une dallette en
béton ou tout autre dispositif équivalent.
L'usage du feu ou d'une forte chaleur n'est pas admis à proximité du câble.
Si des troubles ou des avaries résultant des travaux étaient constatés sur les lignes téléphoniques
souterraines, l'Entrepreneur est tenu de rembourser à l'Administration des Postes, les dépenses nécessitées
par la réparation du câble (matériel et main-d’œuvre).
En cas de dommage causé accidentellement au câble, il y a lieu de prévenir d'urgence, même la nuit ou les
jours non ouvrables, le Receveur du Bureau des P.T.T. le plus voisin qui alertera les services intéressés.
Concernant le gaz, les prescriptions particulières seront recueillies au cas par cas auprès de Gaz de France.

3.27.4 - Étaiements, butonnages et blindages


L'Entrepreneur devra étayer ses fouilles par tous moyens adaptés à la nature du sol (décrit dans la suite) en
vue d'éviter tous éboulements et d'assurer la sécurité de son personnel conformément aux dispositions des
règlements en vigueur.
La responsabilité de l'Entrepreneur, en la matière, est affirmée par le décret n°65-48 du 8 Janvier 1965
portant règlement d'administration publique pour l'exécution des dispositions du titre II du code du travail
dont l'application est précisée par les circulaires du Ministère du travail en date du 29 mars 1965 (Journal
officiel du 29 Mars 1965) et du 6 Mai 1965 (Journal officiel du 21 Mai 1965).
L’exécution des terrassements devra être coordonnée avec la mise en place du butonnage, de façon à
assurer une stabilité parfaite des parois et blindage pendant toute la durée des travaux.
Le calcul des blindages tiendra compte notamment des caractéristiques des sols décrites dans les études
géotechniques données en parties A et B de la pièce n°8, et aux conditions de circulation aux abords de
l’ouvrage construit.
Le Maître d'Œuvre se réservera la possibilité d'imposer une note de calcul et des schémas justifiant les
dispositions adoptées.

C.C.T.P. page 130/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Au cours des travaux, l'Entrepreneur veillera à ce que le dépôt de déblais et la circulation des engins ne
puissent pas provoquer d'éboulements.
Les réparations des torts et dommages qui pourront résulter de l'inobservation des prescriptions impératives
de sécurité en matière de soutènement des parois des fouilles seront, quel que soit le cas, complètement à
la charge de l'Entrepreneur qu'il s'agisse d'accidents corporels ou de dégradations causées aux propriétés
riveraines des travaux.
Lorsque, par suite de la nature du sol ou de circonstances exceptionnelles, il sera nécessaire d'abandonner
dans les fouilles les dispositifs d'étaiement ou de blindage, l'Entrepreneur devra en aviser le Maître d'Œuvre
qui procédera aux constatations utiles.
Les blindages devront permettre le passage provisoire des réseaux lorsque nécessaire (réservations,..).

3.27.5 - Épuisements
L'Entrepreneur devra, sous sa responsabilité et à ses frais, organiser ses chantiers de manière à les
débarrasser des eaux de toute nature (eaux de mer, eaux pluviales, eaux d'infiltrations, eaux de drainage,
eaux de sources ou de nappes aquifères, ou provenant de fuites de canalisations, ...) quelle que soit
l’importance de la nappe aquifère et quelque soit l’ordre dans lequel les travaux sont exécutés, maintenir les
écoulements et prendre toutes les mesures utiles pour que ceux-ci ne soient pas préjudiciables aux biens de
toute nature susceptibles d'être intéressés.
L'assainissement des fouilles devra être poussé de telle façon que les ouvrages préfabriqués soient posés à
sec ou les bétons coulés hors eau et que les ouvrages soient exécutés à sec sauf emploi d'un procédé
spécial d'exécution soumis préalablement à l'accord du Maître d'Œuvre. L'Entrepreneur ne pourra réclamer
aucune indemnité ou plus-value en raison de la gêne due au travail dans l'eau, ou aux sous pressions.
Les eaux seront rassemblées et canalisées à des puisards ou à des points de déversements, établis aux
endroits indiqués par le Maître d'Œuvre ; l'Entrepreneur sera tenu d'avoir sur le chantier les moyens
d'épuisements adaptés aux débits à évacuer. Il soumettra au Maître d'Œuvre les dispositions envisagées
notamment sur le matériel à adopter.
Il doit installer à ses frais, aux endroits convenables, si les circonstances l'y obligent, les pompes et leurs
accessoires (tuyaux d'aspiration et de refoulement, canalisations ou goulottes pour l'écoulement des eaux)
nécessaires aux épuisements, à l'évacuation des eaux rencontrées ou éventuellement des effluents des
égouts en service pendant les travaux de modification ou de raccordement intéressant ces égouts (en aucun
cas, ces effluents ne devront être déversés au milieu naturel), assurer dans les mêmes conditions, leur
fonctionnement et leur entretien. Après achèvement des travaux, il les enlèvera et remettra les lieux dans
leur état primitif.
L'Entrepreneur aura la charge de creuser, curer, et entretenir les puisards et bacs de décantation et
d'assurer le fonctionnement de ses installations de pompage.
Les frais d’évacuation des produits de curage (réseau, bacs de décantation) sont implicitement compris dans
le prix de terrassement.
L'Entrepreneur ne pourra élever aucune réclamation ni prétendre à une indemnité en raison de la gêne ou
de l'interruption de travail, ou des pertes de matériaux ou tous autres dommages qui pourraient résulter des
arrivées d'eau consécutives aux phénomènes atmosphériques.
En outre, il sera responsable des entraînements de terres ou affouillements qui viendraient à se produire,
ainsi que des dommages de toute nature pouvant en résulter pour les chaussées, les ouvrages publics ou
privés et les édifices voisins.

3.27.6 - Évacuation des déblais et produits de démolition


Les matériaux extraits seront traités selon les dispositions évoquées au § 1.04.20 -

ARTICLE 3.28 - REMBLAIEMENT DES TRANCHEES


Le remblaiement des tranchées devra être conforme aux dispositions des fascicules 70 et 71.

C.C.T.P. page 131/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

3.28.1 - Enrobage
Une fois les tuyaux convenablement posés, les ouvrages coulés en place exécutés et lorsque le maître
d’œuvre a reconnu que les épreuves sont satisfaisantes et que les pentes prévues au projet ont été
respectées, l'entrepreneur peut procéder au remblaiement de la tranchée.
Un remblai d’enrobage sera mis en place avec précaution au fond de la tranchée sur l'ensemble du réseau,
jusqu'à une hauteur uniforme de 0,10 m au-dessus de la génératrice supérieure de la canalisation.
Les matériaux d’enrobage seront du sable 0/6 pour les réseaux d’eau potable.
Ce remblai sera soigneusement damé, surtout sur les flancs des tuyaux de manière à réaliser un calage
efficace de la canalisation. Il sera arrosé de façon à faciliter la mise en place.

3.28.2 - Remblaiement de la tranchée


Au-dessus de cette première couche, le remblaiement pourra s'effectuer à l'aide d'engins mécaniques.
Les déblais devront être réutilisées après tri ou bien seront évacuées et remplacées par une grave non traité
0/20 sur toute sa hauteur. Le matériau sera mis en œuvre par couches successives de 0,20 m maximum,
soigneusement compactées par des moyens mécaniques afin d’obtenir les objectifs de densification
imposés par le GTR.

3.28.3 - Grillage avertisseur


Un grillage avertisseur conforme à la norme NFT 54-080, d'une largeur de 30 cm, sera installé 0,20 à 0,30 m
au dessus de la génératrice supérieure de chaque groupe de canalisations et sur une largeur équivalente à
l’emprise extérieure des canalisations.

Les grillages avertisseurs respecteront les codes de couleur suivant:

 Bleu : Alimentation Eau Potable.


 Rouge : réseau électrique haute et basse tension.

ARTICLE 3.29 - TOLERANCES FINALES – ACHEVEMENT DES OUVRAGES

3.29.1 - Tolérances finales


Les éléments en béton armé coulés en place ou préfabriqués, ne devront pas :
- s'écarter de leur position théorique de plus de 2 cm,
- avoir un défaut de nivellement de plus de 5 cm.
- avoir un défaut d'aplomb supérieur à 1/2 (h)1/3 pour les autres éléments, le symbole h désignant la
hauteur de l'élément exprimé en cm.
Les tolérances d'exécution non citées ci-dessus seront celles précisées dans le fascicule 65 du C.C.T.G.

3.29.2 - Achèvement des ouvrages


Les prescriptions du fascicule 65 (Art. 171, 172) et du fascicule 66 et leurs commentaires concernant la
reprise des imperfections ou des non conformités éventuelles, le récolement et le nettoyage final sont
applicables.
La préparation de la visite préalable à la réception sera menée conformément aux stipulations du C.C.A.G.

ARTICLE 3.30 - EXECUTION DES OUVRAGES HYDRAULIQUES


La mise en œuvre des canalisations sera conforme aux Fascicules n°70 et 71 du C.C.T.G français.,
complété par les spécifications ci-après.

C.C.T.P. page 132/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

3.30.1 - Demandes d’agréments auprès des concessionnaires


Il appartient à l’entreprise d’effectuer en temps utile, toutes démarches et toutes demandes auprès des
concessionnaires (services publics, services locaux ou autres) pour obtenir toutes autorisations, instructions,
accords, etc. nécessaires à la réalisations des travaux.
Copies de toutes correspondances et autres documents relatifs à ces demandes et démarches devront être
transmises au Maître d’Ouvrage et au Maître d’œuvre.
Toute intervention liée aux réseaux (électriques, gaz, téléphone, éclairage, eau, rejet dans les égouts, et)
devra préalablement être signalée aux Services Publics et concessionnaires des réseaux publics concernés
afin d’obtenir leur agrément.

3.30.2 - Piquetage des ouvrages non enterrés


Le piquetage général sera effectué contradictoirement, en présence du Maître d’œuvre, par l'entrepreneur et
à ses frais (lesquels sont censés être implicitement compris dans le prix convenu), avant le commencement
des travaux.
L'Entrepreneur fournira à ses frais la main d'œuvre, les piquets et instruments nécessaires à cette opération.
Il est rappelé que le piquetage général incombe à l'Entrepreneur. Il comporte l'implantation de tous les axes,
de tous les profils, etc., nécessaires à la bonne conduite des travaux dans les conditions définies notamment
ci-après :
Pour les emprises, ce piquetage comprend la mise en place à chaque profil, de repères situés en limite de
plate-forme. Ces repères sont matérialisés par des piquets et seront rattachés en plan et en altitude aux
bornes des repères.
Il sera effectué par l'Entrepreneur, à l'origine du délai, après notification des documents d'implantation par le
Maître d'œuvre, par l'Entrepreneur et à ses frais, aussi bien pour les moyens à affecter que pour les
fournitures nécessaires (bornes, jalons, piquets, etc.).

3.30.3 - Piquetage spécial des ouvrages souterrains ou enterrés


Le piquetage spécial des ouvrages souterrains ou enterrés, tels que canalisations ou câbles situés au droit
ou au voisinage des travaux à exécuter sera effectué après le piquetage général, par l'entrepreneur et à ses
frais (censés être implicitement compris dans le prix convenu), contradictoirement avec le maître d’œuvre.
Par dérogation à l’article 27.3 du CCAG, la recherche du tracé des réseaux auprès des divers
concessionnaires du domaine public incombe à l‘Entrepreneur.

Lorsque le piquetage spécial concerne les canalisations de gaz, d'eau, de téléphone ou de câbles
électriques, l'entrepreneur doit, dix (10) jours au moins avant le début des travaux, prévenir l'exploitant des
canalisations ou câbles.

3.30.4 - Repères d’implantation


L'entrepreneur doit assurer l'établissement de repères fixes de planimétrie et de nivellement rattachés aux
systèmes qui lui sera précisé par le maître d’œuvre. Il devra faire procéder, à ses frais et sous sa
responsabilité, à la mise en place de ces repères par le géomètre.
L'entrepreneur devra assurer le maintien en bon état de ces repères pendant toute la durée du chantier. Il en
devra la lecture permanente aux autres corps d'état.
Les têtes de piquets et chaises seront rattachées en plan et en niveau.
A cet effet, elles devront porter de manière très apparente les cotes ou axes qu’elles représentent.
Les piquets complémentaires seront différents des piquets généraux. Ils seront comme les précédents,
repérés en plan et en niveau, et établis au minimum tous les 10 m, avec emplacements exacts à 1 cm près.
L’entrepreneur restera responsable de toutes les erreurs d’implantation qui pourraient être relevées
ultérieurement et il devra prendre à sa charge tous les frais de réparation de ces erreurs.
L’entrepreneur devra veiller à ce que les repères d’alignement et de nivellement de référence soient

C.C.T.P. page 133/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

absolument conservés pendant la durée du chantier et ce jusqu’à la réception des travaux.

3.30.5 - Pose des canalisations

Manutention et stockage des matériaux


Les matériaux seront manipulés et stockés conformément aux recommandations du fabricant afin d'éviter
toute détérioration, notamment aux extrémités dans le cas des éléments préfabriqués de réseau.
Les matériaux devront être stockés de manière à occuper une place aussi réduite que possible et à gêner au
minimum la circulation des véhicules et des piétons.
Toutes précautions seront prises pour éviter les accidents qui pourraient résulter de la présence des stocks.

Mise en œuvre des canalisations technique en tranchée


La pose des canalisations s'effectuera conformément aux recommandations du Fascicule 70 et 71. La coupe
éventuelle des canalisations ne se fera qu'après l'accord du maître d'œuvre et conformément aux
prescriptions du fournisseur.
Les tuyaux sont descendus soigneusement dans la tranchée et présentés en facilitant leur alignement au
moyen de cales provisoires. Tous les moyens de calage provisoire sont retirés avant remblais.
A chaque arrêt de travail, les extrémités des tuyaux non visitables en cours de pose sont provisoirement
obturées pour éviter l’introduction de corps étrangers.
Un grillage avertisseur de couleur adaptée (bleue pour l’eau potable et marron pour l’eau usée) sera mis en
place à 30 cm minimum au dessus de la génératrice supérieure de la canalisation.

Mise hors gel des canalisations eau potable et incendie


L’Entrepreneur devra prendre toutes les précautions nécessaires pour assurer la mise hors gel de toutes les
canalisations objets du marché. Il pourra s’agir soit de leur enfouissement suffisant, soit du calorifugeage
des conduites pouvant se trouver hors sol. L’ensemble des précautions nécessaires sont réputées faire
partie de l’Entreprise.

Profondeur et remblaiement des tranchées


Les profondeurs et remblaiement des tranchées respecteront l’ensemble des prescriptions du fascicule n°71
du CCTG « Fourniture et pose de conduites d’adduction et de distribution d’eau ».

Exécution de l’assise et de l’enrobage de la canalisation


Au-dessus du lit de pose et jusqu’à la hauteur du diamètre horizontal pour les tuyaux circulaires, le matériau
de remblai est poussé sous les flancs de la canalisation et damé de façon à éviter tout mouvement de la
canalisation et à lui constituer une assise efficace.
Au-dessus de l’assise, après exécution des essais s’il y a lieu, le remblai et le damage sont poursuivis, par
couches successives, systématiquement, puis uniformément, jusqu’à une hauteur de 0,10 m au-dessus de
la génératrice supérieure de l’assemblage (manchon, collerette...), de façon à parfaire l’enrobage.

Stabilité des ouvrages


La stabilité des ouvrages devra être assurée :

 dans le cas des ouvrages pleins et en état de fonctionnement normal, quel que soit le niveau de la
nappe ;
 dans le cas des ouvrages vides, terrain inondé.

Tolérances de pose
Les tolérances sur la mise en œuvre des ouvrages de canalisations sont les suivantes:

C.C.T.P. page 134/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 implantation + ou - 2 cm,
 niveau (par rapport à l’altitude théorique au droit des regards) +/- 1cm,
 pentes (par rapport à la pente théorique mesurée par tronçons de 10 m) +/- 20% (par rapport à la
pente théorique mesurée entre deux regards consécutifs) ou +/- 10 %.

3.30.6 - Réalisation des caniveaux béton

Général - bétons
Toutes les prescriptions générales concernant la réalisation et la mise en œuvre des bétons, ferraillages,
calages... sont à prendre en compte pour la réalisation de cet ouvrage.
Les bétons mis en œuvre doivent faire preuve non seulement de la résistance mécanique nécessaire, mais
ils devront également assurer une protection efficace des armatures et conduire à une teinte homogène des
parements. Ils seront conformes aux prescriptions du Fascicule 65 - Art 81 et 82.
A cette fin, on recherchera par le choix de la composition, des méthodes de fabrication et des moyens de
mise en œuvre, des bétons compacts, homogènes et imperméables. Les procédés de construction seront
choisis de façon à éviter la fissuration au jeune âge et à limiter le nombre des reprises de bétonnage.
Ces bétons prêts à l'emploi devront répondre aux préconisations des normes en vigueurs. Ils proviendront
obligatoirement d’une usine agréée par le Maître d’Ouvrage.
Tous les bétons doivent faire l'objet des dispositions particulières relatives à la prévention des désordres liés
à l'alcali réaction.
Les spécifications des bétons à employer pour la réalisation des caniveaux correspondent notamment à une
classe d’exposition XA2 / XS3 et une classe minimale de résistance à la compression C35/45.

Modalité d’exécution des caniveaux bétons


L’entrepreneur terrassera sur une largeur suffisante pour mettre en place les coffrages du caniveau (50 cm
de chaque coté du caniveau au minimum) et le blindage si nécessaire conformément aux prescriptions du
fascicule 70.
Les fouilles seront nivelées aux pentes du projet. Un béton de propreté sera ensuite mis en œuvre en fond
de fouille afin de préparer la mise en place des cales et ferraillage.
Après mise en place des ferraillages, des cales béton permettant d’obtenir un enrobage correct, et coulage
du béton, les coffrages seront déposés. Le remblayage contre l’ouvrage sera exécuté dans les règles de l’art
et effectué de façon à atteindre les objectifs souhaités.

Tolérances de pose
Les tolérances sur les caniveaux sont les suivantes:

 implantation + ou - 2 cm,
 niveau (par rapport à l’altitude théorique) +/- 1cm,
 pentes (par rapport à la pente théorique mesurée par tronçons de 10 m) +/- 20% (par rapport à la
pente théorique mesurée entre deux regards consécutifs) ou +/- 10 %.

Stabilité des ouvrages


La stabilité des ouvrages devra être assurée :

 dans le cas des ouvrages pleins et en état de fonctionnement normal, quel que soit le niveau de la
nappe ;
 dans le cas des ouvrages vides, terrain inondé.

3.30.7 - Réalisation du réservoir d’eau incendie


Toutes les prescriptions générales concernant la réalisation et la mise en œuvre des bétons (vibration,
cure…), ferraillages, calages... sont à prendre en compte pour la réalisation de cet ouvrage.

C.C.T.P. page 135/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Ce point à pour but de préciser les spécifications propres à la réalisation d’un ouvrage en béton armé
étanche dans la masse.

Généralité - bétons
Les bétons mis en œuvre doivent faire preuve non seulement de la résistance mécanique nécessaire, mais
ils devront également assurer une protection efficace des armatures et conduire à une teinte homogène des
parements. Ils seront conformes aux prescriptions du Fascicule 65 - Art 81 et 82.
A cette fin, on recherchera par le choix de la composition, des méthodes de fabrication et des moyens de
mise en œuvre, des bétons compacts, homogènes et imperméables. Les procédés de construction seront
choisis de façon à éviter la fissuration au jeune âge et à limiter le nombre des reprises de bétonnage.
Ces bétons prêts à l'emploi devront répondre aux préconisations des normes en vigueurs. Ils proviendront
obligatoirement d’une usine agréée par le Maître d’Ouvrage.
Tous les bétons doivent faire l'objet des dispositions particulières relatives à la prévention des désordres liés
à l'alcali réaction.
Les spécifications des bétons à employer pour la réalisation du réservoir correspondent notamment à une
classe d’exposition XA2 / XS3 et une classe minimale de résistance à la compression C35/45.

Etanchéité
Le réservoir incendie sera conçu sur le principe d'une étanchéité par béton étanche dans la masse. La
réception de ces ouvrages donnera lieu à un essai d'eau mené avant toute réalisation éventuelle de
revêtement.
Toutes les traversées de paroi devront être traitées soigneusement. Le béton devra jouer à la fois le rôle de
structure mécanique et celui d'étanchéité.
Les dispositions suivantes devront être appliquées :

 une étude granulométrique soignée des granulats entrant dans la composition des bétons,
 l'obtention d'un béton compact et dense,
 l'élimination de l'air occlus,
 le traitement de toutes les reprises de bétonnage et de tous les joints sera effectué, après repiquage
des faces, par application d’un produit expansif à l’eau ou similaire, soumis à l'accord du Maître
d’œuvre (cf. nota ci-après),
 la pervibration des bétons à haute fréquence,
 une étanchéité soignée des coffrages mis en œuvre pour éviter toute fuite de laitance, notamment
sur les parties basses des parois,
 la création d’une talonnette (avec joint hydrogonflant ou rigide) avec le radier au droit des pieds de
voile, afin de pouvoir y appuyer les banches de coffrages (avec joint mousse pour éviter la perte de
laitance en pied de voile).

Nota : L'étanchéité étant assurée par béton étanche dans la masse, toute reprise de bétonnage sera au
préalable soumise à l'agrément du maître d’œuvre.
Lorsque les dimensions ou les efforts dus aux ouvrages ou résultant des sollicitations qui s'y appliquent,
nécessitent de créer des coupures étanches, il sera prévu des joints assurant le déplacement des éléments
tout en assurant la pérennité de l'étanchéité au moyen de joints souples "Waterstop" ou similaire.
Les reprises de bétonnage seront limitées au strict minimum en particulier dans les zones présentant des
moments fléchissant importants. Un soin sera apporté à leur confection (attentes assurant la continuité du
ferraillage, nettoyage à vif de la surface horizontale de reprise, dépoussiérage, jonction du béton frais sur le
béton durci après rinçage et assèchement, mise en œuvre d’un joint hydrogonflant ou rigide).

Scellements et réservations
Les travaux comprennent notamment :

C.C.T.P. page 136/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 toutes les réservations de trous, encoches et sujétions de feuillures pour caillebotis, vannes,
canalisations, équipements électriques…,
 les manchettes et pièces nécessaires pour les raccordements sur les canalisations extérieures,
 tous les bétons rapportés et les mortiers de calage et de garnissage,
 toutes les obturations rebouchées étanches pour permettre les raccordements des canalisations,
 tous les calages, scellements et fichages nécessaires aux équipements électromécaniques.
Les pièces à sceller seront approvisionnées et positionnées avant coulage. Le scellement proprement dit,
ainsi que l'étanchéité seront assurés par l'entreprise. Un joint d’étanchéité sera placé au contact du béton et
de la pièce à sceller (au droit des collerettes).
Les scellements à vocation d'étanchéité feront l'objet d'un soin tout particulier :

 le pourtour de la réservation sera repiqué afin d'éliminer tous les résidus,


 les armatures seront rabattues vers la pièce à sceller,
 le parement de reprise recevra l'application d'un produit d'accrochage avec amélioration
d'adhérence,
 le garnissage se fera avec des mortiers de scellement agréés par le maître d’œuvre, soigneusement
serrés autour de la pièce et gâchés à l'aide du produit précité mélangé à l'eau.
Les pièces à sceller seront propres, débarrassées de gras, de calaminage, et aucune peinture ne sera
appliquée sur la portée du scellement.

Stabilité des ouvrages


La stabilité des ouvrages devra être assurée :

 dans le cas des ouvrages pleins et en état de fonctionnement normal, quel que soit le niveau de la
nappe ;
 dans le cas des ouvrages vides, terrain inondé.

ARTICLE 3.31 - EXECUTION DES TRAVAUX DE VOIES DE GRUES

La voie de roulement se compose de deux rails parallèles reposant sur des plats scellés dans le béton.
Les plats sont calés au mortier de scellement et fixés au béton par l’intermédiaire d’ancrages.
Les ancrages seront préscellés lors de la coulée du béton de support.
Le positionnement et le maintien des ancrages pendant le préscellement se fera au moyen de gabarits
fournis par le fabricant.
Les tolérances de positionnement des ancrages sont les suivantes :
-  2 mm sur la hauteur ;
-  1° par rapport à la verticale.
Les plats seront mis en œuvre de façon à permettre l’alignement ultérieur du rail selon les prescriptions. En
particulier, la différence de niveau entre deux plats contigus sera inférieure ou égale à 1 mm. De même,
latéralement, la différence de niveau entre les deux bords de chaque plat sera limitée aux jonctions à 1 mm.
L’intercalaire sera placé en continu sous le rail et centré entre les clips. Un arrêt devra être prévu en
extrémité des rails pour éviter le cheminement longitudinal.
Au droit des joints de dilatation ou de fabrication, des dispositions constructives particulières devront être
prévues.
La jonction des rails sera réalisée par aluminothermie ou par soudure à l’arc.
Toutes les soudures devront être à une distance minimale de 3 mètre des joints d’expansion.
Les rails doivent être alignés suivant les tolérances des recommandations VDI 3576 données en annexe 3.

C.C.T.P. page 137/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les rails sont fixés sur les plats au moyen des clips GANTREX ou équivalents.
Après calage des plats, les écrous des ancrages seront serrés selon les prescriptions du fabricant au moyen
d’une clé dynamométrique.
Après alignement final des rails, les clips seront montés, réglés et serrés selon les prescriptions du fabricant
au moyen d’une clé dynamométrique.
Le fond du caniveau sera rempli de sable jusqu’à couverture complète des clips. Une couche d’enrobé sera
ensuite coulée de part et d’autre du rail jusqu’au niveau supérieur du rail.
L’installation se fera sous la supervision du fabricant.
Un procès-verbal de réception sera fourni après réalisation de la voirie (comprenant un relevé de la
géométrie du chemin de roulement).

ARTICLE 3.32 - EXECUTION DES TRAVAUX DE REVETEMENT

3.32.1 - Mise en œuvre de la grave non traitée


La mise en œuvre de la GNT sera conforme à la norme NFP 98-115, avec un matériel et selon des
procédures présentées par l’Entrepreneur dans son Plan d’Assurance Qualité (PAQ). Le support (fond de
forme) devra être balayé puis humidifié juste avant la mise en place de la GNT. L'Entrepreneur devra
procéder au déchargement et au régalage simultanés de la GNT. Pour une épaisseur inférieure à 30cm la
GNT sera répandue en une seule couche, avec une sur-épaisseur de 2 à 3cm avant compactage.
L’Entrepreneur devra prévoir les moyens nécessaires pour maintenir les matériaux de la GNT à une teneur
en eau compatible avec l’obtention d’une bonne compacité (OPM supérieur à 80%) ; la mise en œuvre de la
GNT sera interdite en cas de forte pluie.
Le compactage sera réalisé avant le réglage de la GNT, selon les dispositions de compactage de l'article
6.5.5 de la norme NFP 98-115. Un post-compactage sera effectué après le réglage.
Contrôle de conformité de la GNT :
Le contrôle de conformité des constituants, du mélange et de la couche mise en œuvre, sera à la charge de
l'Entrepreneur. Le contrôle des constituants sera effectué selon les conditions du tableau qui suit, par
référence à la norme XPP-18-545 :

Essai Norme d'Essai Spécification Fréquence


1 par provenance et
Los Angeles NF EN1097-2 Dnc : Vss = 30 par granulométrie pour
le chantier
1 par provenance et
Micro Deval NF EN 1097-1 Dnc : Vss = 25 par granulométrie pour
le chantier
Granularité NF EN 933-1 1 toutes les 2.000 t
Valeur au bleu sur le 0/2 NF EN 933-8 Vss = 2,5
Ou b 1 toutes les 2.000 t
Equivalent de sable sur le 0/2 NF EN 933-9 Vss = 50

Le contrôle de la couche de GNT en place portera sur les paramètres suivants :


Contrôle Objectif
Densité Une mesure tous les 250m2 Densité sup. ou égale à 98% de OPM
Epaisseur Une mesure tous les 100m2 Epaisseur entre 98% et 102% de l’objectif
Nivellement Une mesure tous les 100m2 Niveau théorique +/- 1cm
Surfaçage Mesure de flaches à la règle de 3m Flaches inférieures à 1cm de profondeur

C.C.T.P. page 138/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

3.32.2 - Mise en œuvre des pavés béton


Les pavés seront posés soit à la main (dans ce cas, un par un) soit à l’aide de machines de pose, après
approbation de l’Ingénieur sur la procédure de pose et les éventuels engins de pose. Par ailleurs,
l’Entrepreneur devra respecter les conditions de pose suivantes :
 Utiliser des cordeaux pour garantir les alignements.
 Commencer la pose à partir de bordures déjà en place.
 Respecter des espaces de 2mm à 4mm entre les surfaces verticales des pavés et remplir
parfaitement tous ces espaces par du sable en fin de pose (sable propre de granulométrie comprise
entre 0,5mm et 1mm).
 Ne couper les pavés que le long des bordures, et ne pas laisser en place des morceaux de pavés de
taille inférieure à 30% de la taille totale d’un pavé.
 Compacter les pavés par vibration, avec une charge de compactage minimale de 75kN/m2 et selon
une fréquence de vibration comprise entre 75 et 100 Hertz.
Le contrôle de la surface pavée après achèvement portera sur les paramètres suivants :
Contrôle Objectif
Niveau Une mesure tous les 100m2 Niveau à +/- 6mm de l’objectif
Surfaçage Mesure de flaches à la règle de 3m Flaches inférieures à 1,5 mm de profondeur

3.32.3 - Sable de pose


L’Entrepreneur devra prévoir les moyens nécessaires pour maintenir le sable à une teneur en eau
compatible avec l’obtention d’une bonne compacité (OPM supérieur à 80% - le sable ne doit pas être saturé
d’eau, il doit rester collé en bloc à la suite d’un serrage à l’intérieur de la main) ; la mise en œuvre de la
couche de sable sera interdite en cas de forte pluie.
Un premier compactage sera réalisé avant réglage de l’épaisseur à 3cm, suivi d’un post-compactage.
Le contrôle de la couche de sable en place portera sur les paramètres suivants :
Contrôle Objectif
Epaisseur Une mesure tous les 100m2 Epaisseur entre 98% et 102% de l’objectif
Surfaçage Mesure de flaches à la règle de 3m Flaches inférieures à 0,5cm de profondeur

3.32.4 - Bordures et trottoirs


Elles seront du type Mass’Roc ou équivalent avec une assise en béton et un épaulement au mortier égal au
2/3 de la hauteur.
En ligne droite les bordures seront posées avec joints au mortier sauf tous les cinq mètres où il sera réalisé
un joint de dilatation sans mortier.
Dans les courbes les joints seront réalisés au mortier.
Lorsqu’une bordure se retourne en angle celle-ci devra être tronçonnée en biseau, tout patin béton pour
former les angles étant proscrit.
Les bordures T2 présenteront une hauteur visible finie de 14cm excepté au droit des traversées piétonnes
où la hauteur finie visible sera limitée à 2cm.
Les avaloirs seront constitués d’un regard de 80x80cm intérieur avec décantation de 30cm en béton
préfabriqué ou coulé en place. Ils recevront en tête une bouche 400kN.
La section minimum de la conduite d'évacuation sera de 300 mm.
Les regards avaloirs seront pourvus d’une bavette.

C.C.T.P. page 139/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les bordures et caniveaux seront reçus sur le chantier dans les conditions prévues par l'article 7 du fascicule
n° 31 du C.C.T.G. Ils seront scellés sur fondation béton de 10cm d’épaisseur et seront épaulées par un solin
béton sur les deux tiers de leur hauteur. Pour toutes les bordures posées, les joints auront 10 millimètres
d'épaisseur maximale. Ils seront serrés et lissés au fer. Aux angles prononcés (de 30° à 120°) les bordures
seront coupées en biseau. La tolérance d'alignement en plan et en profil en long est de + ou – 3 (trois)
millimètres. Tous les éléments brisés lors de la pose seront obligatoirement remplacés. En alignement ou
courbes de rayon > 20 mètres, les éléments mis en place seront normaux.

ARTICLE 3.33 - EXECUTION DES TRAVAUX DE REHABILITATION DE PERRE


MAÇONNE
Le talus du remblai de fondation du hangar parapluie situé en haut de la berge du fleuve sera protégé à
l’aide d’un filtre en géotextile et d’un perré en béton armé.
Les perrés sont mis en œuvre conformément aux dispositions de l'article 26 du fascicule 64 du CCTG.
La tolérance d'exécution par rapport au profil théorique est de +/- 3 cm en tout point.
Le maître d'œuvre se réserve la possibilité de différer l'exécution des perrés pour attendre la stabilisation
complète des terres à protéger.

ARTICLE 3.34 - TRAVAUX ELECTRIQUES

3.34.1 - Mode de fonctionnement – exécution des travaux

3.34.1.1 - Pose des câbles et fourreaux


Les canalisations seront soit enterrées depuis le poste de transformation ou en galerie jusqu’aux points de
raccordement.
Les câbles seront mis en place en fourreaux.
Ecartement entre fourreaux suivant norme.
Coefficient de remplissage des fourreaux :
 30% pour la MT
 50% pour la BT
Sur chaque cheminement principal ou nourrice, un fourreau de réserve est prévu.
Distance max entre fosses de tirage : 100 m
 Profondeur :
Pour parer aux effets de tassement des terres, les câbles seront enterrés au moins à un mètre,
l'ensemble des zones concernées étant accessible aux engins lourds.
 Dispositif avertisseur en grillage plastique de couleur rouge placé au moins à dix centimètres au-
dessus du tube.
 Côtoiement ou croisement avec une autre canalisation :
La distance au croisement ou au côtoiement d'une autre canalisation (électricité, gaz, eau, etc.) sera
d'au moins 20 cm.
La distance minimale entre câble de puissance et courant faible sera au moins de 50 cm.
 Traversées :
Les traversées de parois ou pénétration dans un bâtiment, seront réalisées par fourreau rigide coulé
à la construction.
Ces pénétrations seront rendues étanches par tout moyen approprié.

C.C.T.P. page 140/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

o Dans les raccordements aériens aux équipements, les parcours de câbles seront protégés
par tubes métalliques soudés aux structures métalliques fixes les supportant.
o tranchées et génie civil
Les tranchées emprunteront les tracés les plus courts et devront être réalisées et dimensionnées selon les
spécifications suivantes :
 Ecartement entre circuits selon dimensions sur plans.
 Profondeur permettant une couverture d'au moins 1 mètre de remplissage compacté.
 Canalisation reposant sur un lit de sable fin de 15 cm.
 15 cm de sable fin au-dessus.
 Grillage avertisseur de couleur rouge pour courants forts et vert pour courants faibles.
 Pose des canalisations sous fourreaux conformes à la NFC68-171 du type TP.
La réalisation des tranchées s'effectuera par tout moyen mécanique adapté à la nature du sol.
L'Entrepreneur ne pourra pas faire valoir une nature de terrain nécessitant une technique de réalisation
entraînant des suppléments en cours de chantier.
Avant réalisation les tranchées devront être piquetées et les tracés devront recevoir les accords du maître
de l'ouvrage.
Après accord, l'Entrepreneur devra effectuer une vérification générale de chaque tracé au détecteur de
métaux pour déterminer la présence de canalisations enfouies afin d'éviter toute détérioration et retard
sachant que tous travaux de réparation et préjudices seront à sa charge.

3.34.1.2 - Chambres de tirage


Les canalisations seront équipées de chambres de tirage implantées systématiquement au changement de
direction et sur les parcours rectilignes de longueur supérieure à 100 m.
Les dimensions des chambres et leurs profondeurs seront proposées par l’Entrepreneur en fonction :
 du nombre de canalisations.
 des obstacles à franchir.
 du mode de tirage des câbles qui sera choisi par l'Entrepreneur.
Elles seront dans la mesure où les conditions le permettent, mises en place avant les fourreaux.
Elles seront équipées de deux supports de câble, de type consoles, scellés et galvanisés à chaud pour
résister à la corrosion.
Elles seront équipées d’un anneau de tirage ; une fois scellé, il doit résister à un effort de traction de 7
tonnes ; ce qui conduit à soigner tout particulièrement la fixation. L’emplacement est à choisir judicieusement
de façon à éviter, lors du tirage d’un câble, tout frottement sur les parois de la chambre et à obtenir l’effort de
tirage optimal.
Le nivellement et le calage sont effectués avec le sable déposé en fond de tranchée.
Dans le cas d’enrobement, le titulaire vérifie avant le coulage du béton que les tuyaux sont en place
conformément au projet et qu’ils sont maintenus en place de manière rigide.
Dans le cas d’empilage de tuyaux, aucune particule de béton ne doit pénétrer entre les tuyaux en cours
d’enrobement. Le coffrage est de type ordinaire dans le cas de béton mis en place sans vibration.
Les fourreaux se posent sur toute la longueur.
Pour les courants forts des réseaux 20 kV et 410 V, les dimensions minimales seront de 120 x 120 x 120
cm.
Dans tous les cas, la fermeture se fera par plaque en fonte de type routier ou autoroutier (classe 400).
Les chambres seront sans fond afin de faciliter l'écoulement des eaux de surface.

C.C.T.P. page 141/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Elles pourront avantageusement être préfabriquées (PREFAEST - 21270 MAXILLY sur SAONE ou
similaire).

C.C.T.P. page 142/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

CHAPITRE 4. CONTROLES ET ESSAIS AVANT RECEPTION

ARTICLE 4.01 - CONTROLE DES RESEAUX HUMIDES ET CANIVEAUX

4.01.1 - Essais et contrôle des matériaux


Tous les prélèvements pour essais seront exécutés par un laboratoire agréé par le Maître d’Œuvre et aux
frais de l’entrepreneur au titre du contrôle externe. Les frais de contrôle et des essais seront à la charge du
titulaire du présent marché, lequel fournira également la main d'œuvre et le matériel nécessaires aux
prélèvements et aux essais nécessaires au contrôle extérieur du maître d’Œuvre.
Les résultats font l'objet de procès-verbaux au vu desquels le Maître d'Œuvre accepte ou refuse les
matériaux.
L'Entrepreneur ne pourra élever aucune réclamation notamment, en ce qui concerne les délais ou prétendre
à aucune indemnité de ce fait.
Si le Maître d'Œuvre, suite à ces contrôles ou essais, s'aperçoit que les installations de production et de
transformation ne répondent plus aux spécifications qui ont permis son visa, il pourra soit mettre en garde
l'entrepreneur, soit suspendre ou retirer son visa.

4.01.2 - Essais de convenance


Les essais de convenance auxquels seront soumis tous les matériaux ont pour objet de vérifier que le
matériau est utilisable avant toute exploitation et de vérifier sa préparation éventuelle avant transport à son
lieu de mise en œuvre.
L'Entrepreneur est chargé de l'exécution des essais de convenance qu'il effectuera à ses frais, soit dans son
propre laboratoire sur le chantier, soit dans un laboratoire extérieur au chantier agréé par le Maître d'Œuvre.
L'Entrepreneur intègrera un programme d'essais détaillés au programme d’exécution des travaux soumis au
Maître d'Œuvre.
L'Entrepreneur doit informer le Maître d'Œuvre au moins deux semaines à l'avance de la réalisation des
essais qui lui incombent, afin de lui permettre d'y assister s'il le juge nécessaire. Les résultats doivent être
communiqués au Maître d'Œuvre dans les délais les plus courts, de façon que, si les matériaux sont refusés,
l'Entrepreneur puisse en réapprovisionner de nouveau sans que la marche du chantier ne soit perturbée.
Les matériaux qui font l'objet d'un contrôle régulier, garanti lui-même par les contrôles exercés par
l'A.F.N.O.R. dans le cadre d'une marque de qualité (NF - VP - NF béton - etc.) ou par les services de
l'équipement (aciers agréés, adjuvants...), pourront être dispensés des essais de convenance.
Le cas échéant, l'Entrepreneur devra apporter la preuve que lui-même ou ses fournisseurs ont vérifié, par
des essais régulièrement exécutés, la conformité aux normes et aux agréments prononcés des matériaux
qu'ils utilisent.
Lorsque, pour les raisons ci-dessus, le Maître d'Œuvre renoncera à faire des essais de réception, il sera
néanmoins procédé à des prélèvements conservatoires d'échantillons qui seront essayés ultérieurement si
le Maître d'Œuvre le prescrit.
Lorsque l'Entrepreneur désire utiliser des matériaux non courants ou nouveaux pour lesquels le C.C.T.P. ne
donne pas de prescriptions de qualité ou d'emploi, il doit solliciter l'autorisation préalable du Maître d'Œuvre
et soumettre ces matériaux à son visa.
A cet effet, il doit remettre au Maître d'Œuvre, avant tout emploi ou essais, un mémorandum des essais de
toute nature auquel le matériau en question a été soumis dans les laboratoires officiels.
Le Maître d'Œuvre peut exiger, avant de se prononcer, tous essais complémentaires qui paraîtraient
nécessaires, notamment des essais de vieillissement accéléré.
A la lecture des résultats d'essais et par comparaison avec les résultats d'essais et coefficient de prise en
compte admis pour les matériaux courants, le Maître d'Œuvre accepte ou refuse l'utilisation du matériau
considéré et, en cas d'autorisations, fixe les valeurs minimales des coefficients de prise en compte à

C.C.T.P. page 143/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

adopter.

4.01.3 - Essais de contrôle


Les essais de contrôle auxquels seront soumis tous les matériaux ont pour objet de vérifier au cours de
l'utilisation et de la mise en place des matériaux, que ceux-ci possèdent bien les caractéristiques requises.
L'Entrepreneur est chargé de l'exécution des essais de contrôle qu'il effectuera à ses frais.
Le Maître d'Œuvre, ainsi que les agents qui ont été désignés par lui, devront avoir toutes facilités pour
contrôler la provenance, la qualité et la préparation des matériaux. Ils devront avoir libre accès sur les aires
de stockage ainsi que dans les locaux et ateliers de préparation.
Le prélèvement et le conditionnement des échantillons nécessaires, ainsi que leur transport au laboratoire
de chantier ou extérieur au chantier seront effectués conformément au PAQ. Les perturbations (gêne, délai,
etc, ...) éventuelles apportées par ces opérations sur le déroulement du chantier seront également à la
charge de l'Entrepreneur.
Les résultats seront communiqués hebdomadairement par écrit au Maître d'Œuvre, accompagnés des
observations nécessaires. Toutefois, en cas de résultats négatifs ou douteux, ils devront être portés
immédiatement à la connaissance du Maître d'Œuvre.
Les essais de contrôle non systématiques (contrôle externe) seront exécutés conformément aux
prescriptions du présent document, aux frais de l'Entrepreneur, par un laboratoire proposé par lui et agréé
par le Maître d'Œuvre. Le nombre minimum d’essais à effectuer sur les différents matériaux dans le cadre du
PAQ est précisé à chaque article du présent C.C.T.P.
Le Maître d’œuvre peut demander à assister à tous les prélèvements effectués pour réaliser ces essais et
peut demander à désigner lui-même les emplacements des prélèvements.
Le Maître d’œuvre est toujours libre de faire effectuer des prélèvements et des essais par un laboratoire de
son choix en présence de l’Entrepreneur. Si ces essais se révèlent négatifs, leur coût revient à la charge de
l’Entrepreneur et le Maître d’œuvre fait évacuer du chantier les matériaux correspondants.
Le Maître d'Œuvre possède, à tout moment, le droit, si la qualité du matériau non courant ou nouveau
proprement dit, ne se confirmait pas et si sa mise en œuvre n'apparaissait plus s'adapter à l'emploi prévu, de
retirer l'autorisation donnée.
En plus des essais systématiques du contrôle, le Maître d'Œuvre peut également prescrire tous les essais
courants de laboratoire qui lui paraissent utiles pour mieux connaître les caractéristiques des matériaux, en
particulier des essais pour déterminer les caractéristiques du retrait, gonflement et fissuration des ciments
utilisés.

ARTICLE 4.02 - CONTROLES ET ESSAIS DES EQUIPEMENTS


4.02.1 - Généralités
La présente spécification a pour objet de définir les conditions générales d’exécution des contrôles et essais
des matériels et des installations et particulièrement des essais globaux sur le site pour préciser les
dispositions permettant de réaliser des essais représentatifs du fonctionnement de la station.
Ces contrôles et essais comprendront :

 Les vérifications préalables sur site ;


 Les contrôles de fabrication et essais en usine ;
 Les essais en plate forme et sur site de l'électricité, des automatismes, de la supervision et
des divers ;
 Les contrôles de montage et les essais des matériels sur le site ;
 Les essais globaux sur le site.
La liste de ces essais n’est donnée qu’à titre indicatif et n’est pas limitative. Certains équipements pourront
faire l’objet d’essais et de contrôles particuliers avant la livraison sur le chantier. Les modalités
correspondantes seront alors établies d’un commun accord entre le Maître d’œuvre et l’entrepreneur lors de

C.C.T.P. page 144/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

réunion de chantier.

4.02.2 - Exécution des contrôles et essais usine

Programme général d’essai sur site


Avant les premiers essais, l’entrepreneur est tenu de fournir au Maître d’œuvre pour approbation, un
programme général d’essai.
Ce programme précisera :

 Pour chaque ensemble et sous-ensemble les essais envisagés d’une part en usine et
d’autre part sur site ;
 Le planning général des essais (en usines des constructeurs et sur le site) avec les
contraintes et interfaces éventuelles.

Conditions générales de suivi des contrôles et essais en usine


Le Maître d’œuvre sera autorisé à vérifier, examiner et essayer, à tous moments raisonnables, pendant la
fabrication et dans les locaux de l’entrepreneur, l’exécution de tout l’équipement à livrer d’après le marché.
Si une partie de ces équipements est fabriquée dans des locaux autres que ceux de l’entrepreneur, ce
dernier obtiendra pour le Maître d’œuvre et ses représentants les mêmes facilités pour vérifier, examiner et
essayer cette partie de l’équipement que si elle était fabriquée dans les locaux de l’entrepreneur. Le Maître
d’œuvre pourra se faire représenter par un organisme agréé de son choix.
Ces vérifications, examens, essais ne dégageront pas l’entrepreneur de l’une quelconque de ses obligations
contractuelles.
L’entrepreneur préviendra le Maître d’œuvre, par écrit au moins dix (10) jours à l’avance, des conditions de
date et de lieu pour les essais des équipements. Le Maître d’œuvre notifiera à l’entrepreneur vingt-quatre
(24) heures à l’avance son intention d’assister aux essais. Si le Maître d’œuvre n’assiste pas aux essais
dans les dix (10) jours qui suivent la date indiquée par l’entrepreneur, ce dernier peut procéder aux essais.
Ils seront alors considérés comme ayant été effectués en présence du Maître d’œuvre et feront
immédiatement l’objet d’un rapport complet de toutes les indications obtenues lors de ces essais. Ce rapport
devra être immédiatement envoyé au Maître d’œuvre en six (6) exemplaires.

Contrôles de fabrication – Dossiers de fabrication


L’Entrepreneur communiquera au Maître d’œuvre les plans d’autocontrôle des fabricants pour tous les
matériels importants.
Un dossier de fabrication récapitulera les fiches de contrôles et d’essais, les agréments de soudeurs, etc…
Ces dossiers seront identifiés par le repère de nomenclature des matériels.

Essais en usine – Procès verbal de recette en usine


Les essais en usine (ou en laboratoire) des divers matériels seront conduits conformément aux normes en
vigueur et aux prescriptions ci-après.
L’entrepreneur adressera pour approbation au Maître d’œuvre le programme des essais prévus en usine
ainsi que les modes opératoires au minimum 15 jours avant la date prévue pour les essais. Le déroulement
des essais sera soumis à l’approbation préalable du programme particulier d’essais par le Maître d’œuvre.
Les résultats des essais feront l’objet d’un procès verbal de recette en usine qui sera repéré grâce au
numéro de nomenclature du matériel. Ce procès verbal de recette en usine comprendra le programme
d’essais complété des résultats des essais ainsi qu’une feuille de commentaires sur la validité des résultats
et une feuille de réserves à lever, établies par le Maître d’œuvre.

Livraisons sur site


Les équipements seront emballés par l’entrepreneur et à ses frais.

C.C.T.P. page 145/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Le chargement, leur transport et le déchargement depuis les usines de l’entrepreneur ou des fournisseurs,
ainsi que celui de l’outillage de montage s’effectuera aux frais exclusifs et sous la responsabilité de
l’entrepreneur.
Chaque expédition devra faire l’objet de bordereaux détaillés qui donneront toutes les indications permettant
l’identification du matériel expédié.
L’entrepreneur devra reconnaître les équipements à leur arrivée sur le chantier pour s’assurer de leur
parfaite conservation pendant le transport, et en cas d’avarie, tenir le Maître d’œuvre au courant des
constats et des réserves qu’il fait auprès du transporteur.
La livraison des équipements s’effectuera en fonction de l’avancement du chantier de génie civil.
L’entrepreneur ne pourra prétendre à aucune indemnité pour frais supplémentaires entraînés par le
stockage en usine ou en atelier et par les mesures prises pour protéger, préserver et assurer l’équipement
contre toute détérioration en cas de retard dans le déroulement des chantiers.

Contrôles de montage sur site


L’entrepreneur prendra à sa charge la fourniture des matériaux, des matières premières consommables, de
l’outillage de chantier, des engins de manutention, d’une façon générale toutes les mesures et dépenses
relatives à l’exécution de ces travaux et leurs sujétions.
L’entrepreneur est tenu d’assurer à ses frais le gardiennage du matériel jusqu’au moment où la propriété est
transférée au Maître d’Ouvrage.
L’entrepreneur adressera pour approbation au Maître d’œuvre le plan d’auto contrôle qu’il mettra en œuvre
sur le site ainsi que les procédures de montage.
Il établira pour chaque installation un dossier de montage récapitulant les fiches de contrôles, les agréments
de soudeurs, les habilitations, etc.

4.02.3 - Contrôle des travaux et essais sur site

Généralités
L'Entrepreneur prendra les dispositions utiles pour réaliser ou faire réaliser les épreuves avec le personnel,
le matériel et les fournitures nécessaires (cahiers de recettes,...).
Les épreuves feront l'objet de procès-verbaux dressés par l'Entrepreneur.
L'Entreprise est tenue d'effectuer les travaux de réfection nécessaires ou même dans les cas extrêmes, le
remplacement pur et simple des ouvrages non conformes.
Il est spécifié que la réception n'est prononcée que lorsque tous les ouvrages donnent satisfaction et que par
ailleurs, les obligations de réfection, de remplacement ou essais supplémentaires sont à la charge de
l'entreprise.
Dans le cas où le Maître d'ouvrage fait appel à un organisme de contrôle extérieur agréé pour vérifier le
respect des normes des installations, avant la réception, l'entrepreneur devra prendre toutes les dispositions
pour se conformer aux dits contrôles.
Dans le cas où un contrôle révélerait une non conformité, l'Entrepreneur aura à sa charge financière le
contrôle supplémentaire généré.
Lorsque l'Entrepreneur désire utiliser des matériaux non courants ou nouveaux pour lesquels le C.C.T.P. ne
donne pas de prescriptions de qualité ou d'emploi, il doit solliciter l'autorisation préalable du Maître d'œuvre
et soumettre ces matériaux à son visa.
A cet effet, il doit remettre au Maître d'œuvre, avant tout emploi ou essais, un mémorandum des essais de
toute nature auxquels le matériau en question a été soumis dans les laboratoires officiels.
Le Maître d'œuvre peut exiger, avant de se prononcer, tout essai complémentaire qui lui paraîtrait
nécessaire, notamment des essais de vieillissement accéléré.
A la vue des résultats d'essais et par comparaison avec les résultats d'essais et coefficients de prise en
compte admis pour les matériaux courants, le Maître d'œuvre accepte ou refuse l'utilisation du matériau
considéré et, en cas d'autorisation, fixe les valeurs minimales des coefficients de prise en compte à adopter.

C.C.T.P. page 146/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

L'Entrepreneur exécute tous les essais qui lui sont prescrits par le maître d'œuvre pour s'assurer que les
conditions qu'il a fixées sont respectées. Ces essais sont faits suivant les modalités fixées par le maître
d'œuvre et sous son contrôle.
Le Maître d'œuvre a le droit, à tout moment, si la qualité du matériau non courant ou nouveau proprement dit
ne se confirmait pas et si sa mise en œuvre n'apparaissait plus s'adapter à l'emploi prévu, de retirer
l'autorisation donnée.
L’Entrepreneur fournira sur simple demande l’ensemble des certificats relatifs aux épreuves sécurité
obligatoires (appareils de levage, accumulateurs hydropneumatiques,...)
Les essais et contrôles seront réalisés par un (ou des) laboratoire(s) agréé(s). Ce laboratoire doit être apte à
réaliser les contrôles et essais sur les fournitures et les travaux conformément aux prescriptions des
différents fascicules du C.C.T.P. et du C.C.T.G.

Essais sur site – procès verbal de recette industrielle


L’entrepreneur adressera pour approbation au Maître d’œuvre le programme des essais prévus sur le site
ainsi que les modes opératoires, au minimum 15 jours avant la date prévue pour les essais. Le déroulement
des essais sera soumis à l’approbation préalable du programme particulier d’essai par le Maître d’œuvre.
Les résultats des essais feront l’objet d’un procès-verbal de recette industrielle qui sera repéré grâce au
repère de nomenclature du matériel. Ce procès verbal de recette industrielle comprendra le programme
d’essai complété des résultats des essais ainsi qu’une feuille de commentaires sur la validité des résultats et
une feuille de réserves à lever, établies par le Maître d’œuvre.
Contrôles statiques :
Les contrôles statiques porteront sur la géométrie et l’aspect général des installations et des appareils, ainsi
que sur la conformité d’exécution par rapport aux plans approuvés.
Essais en marche :
Les essais en marche porteront notamment sur :

 Le fonctionnement de chaque élément et de chaque ensemble;


 La vérification des asservissements, en marche normale;
 La vérification du fonctionnement des sécurités;
 La vérification de l’échauffement des organes et appareillages;
 Le contrôle des vibrations et des niveaux acoustiques;
 La conformité du système informatique avec l’analyse fonctionnelle.

Essais globaux sur site


Une fois terminés les essais sur site des différentes installations, il sera procédé à des essais définitifs
globaux de l’ensemble des ouvrages.
Ces essais globaux auront pour objet de vérifier les interfaces entre les différents équipements ainsi que
tous les aspects fonctionnels d’exploitation.
L’entrepreneur devra définir et fournir le programme de ces essais, en particulier en ce qui concerne les
interfaces avec les sociétés concessionnaires et le service des télécommunications (France Telecom…).
Les essais globaux comporteront notamment :

 La mise en service de l’ensemble des processus (hydrauliques, électriques, automatismes,


aérauliques,…) ;
 L’essai de fonctionnement de ces processus suivant les différentes configurations
possibles, ceci avec mesure des caractéristiques ;
 Les essais de passage d’une configuration à une autre ;
 La simulation des alarmes et défauts ;

C.C.T.P. page 147/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

 La simulation des pannes des principaux composants ;


 Le test des sécurités ;
 Les essais en fonctionnement dégradé.
Suite à ces essais globaux, l’entrepreneur soumettra à l’approbation du Maître d’œuvre un rapport d’essais.

Épreuves particulières
Les contrôles et essais des matériels et installation sur le site consistent à vérifier la conformité des
installations au présent C.C.T.P.
Ces essais et contrôles seront à la charge du titulaire. Ce dernier devra donc fournir tout le matériel et le
personnel nécessaires à leur bonne conduite. Ces essais et contrôles comprennent essentiellement la
vérification du montage et du bon fonctionnement.

Article 4.03 - NETTOYAGE ET DESINFECTION DES CONDUITES

Après avoir été éprouvées, les conduites neuves ou remaniées sont lavées intérieurement au moyen de
chasses d’eau ou autres procédés adéquats.
Pour les conduites d’alimentation en eau potable, ces lavages sont répétés, si nécessaire, afin que la
turbidité de l’eau soit inférieure au maximum admis par les normes et règlements en vigueur pour la qualité
des eaux destinées à la consommation humaine. Il est ensuite procédé à la désinfection et au rinçage des
conduites, aux prélèvements d’eau pour le contrôle conformément aux instructions en vigueur.
Lorsque le réseau désinfecté a été convenablement rincé, des prélèvements de contrôle sont faits
immédiatement par le laboratoire agréé chargé de la surveillance des eaux.
Si les résultats sont défavorables, l’opération est renouvelée dans les mêmes conditions. Les opérations de
nettoyage et de désinfection des conduites sont effectuées par l’entrepreneur, à ses frais, la fourniture de
l’eau et les frais d’analyse restant toutefois à la charge du maître de l’ouvrage. En cas de résultats
défavorables après renouvellement de l’opération, l’entrepreneur paye les frais des nouvelles analyses.

ARTICLE 4.04 - CONTROLE ET ESSAI D’ETANCHEITE DES OUVRAGE


HYDRAULIQUE
4.04.1 - Epreuves d’étanchéité des ouvrages hydrauliques
Les épreuves seront réalisées selon les prescriptions du fascicule 74 du C.C.T.G. pour des ouvrages en
béton armé étanche dans la masse. La mise en place et la fourniture d’eau est à la charge du titulaire.

4.04.2 - Essais généraux sur les canalisations et caniveaux


Les épreuves feront l'objet de procès-verbaux. Ils constatent les résultats des épreuves, y sont également
indiquées toutes les observations relatives :

 au respect des niveaux et des cotes des ouvrages,


 à la pose des canalisations et appareils,
 à l'écoulement,
 aux longueurs des tronçons contrôlés,
Ainsi que toutes constatations résultant de l'inspection visuelle et éventuellement, télévisuelle.

4.04.3 - Contrôle et essai des conduites sous pression


Ces épreuves sont des mises en pression destinées à contrôler l’étanchéité des conduites.

C.C.T.P. page 148/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

Les conduites sont éprouvées au fur et à mesure de l’avancement des travaux et avant raccordement
définitif sur le réseau existant en service. La longueur du tronçon éprouvé est limitée à deux kilomètres.
Ces opérations sont faites par l’entrepreneur à ses frais et suivant les indications du maître d’œuvre.

Essai de débit
Les essais de débit sont demandés et ont pour but de vérifier si des obstacles, notamment des poches d’air,
ne diminuent pas, voire annulent la capacité hydraulique des conduites, quels que soient leurs diamètres.
Ces essais peuvent être réalisés à des débits inférieurs aux valeurs de service. Une correspondance directe
doit alors être obtenue entre débit relevé et perte de charge mesurée.

Préparation des épreuves


Les épreuves de tronçons de conduite seront effectuées après remblayage des conduites. Dans le cas
d’épreuve avant remblai définitif, des cavaliers sont mis en place sur les tuyaux. L’entrepreneur a la charge
de fournir et de poser les plaques pleines, butées, dispositifs de remplissage des conduites et toutes autres
installations accessoires nécessaires à l’exécution de l’épreuve dans les conditions prescrites, ainsi que le
matériel nécessaire aux épreuves.
Préalablement à la réalisation de l’épreuve, il est procédé à un contrôle des conduites, en vue d’en expurger
tout corps étranger.

Fourniture et qualité de l’eau


L’eau utilisée pour les épreuves ne doit pas être susceptible d’apporter une contamination à l’eau
ultérieurement véhiculée.
L’entrepreneur assure la fourniture et le transport de l’eau nécessaire.

Mise en eau
Même dans le cas de conduites posées à partir d’un réseau existant ou d’ouvrages alimentés, la mise en
eau est faite à l’aide d’un dispositif de raccordement provisoire. Elle est effectuée progressivement, en
évitant les coups de bélier dus à un remplissage trop rapide et en assurant une purge correcte de l’air de la
conduite.
Toutes dispositions sont à prendre pour que l’imbibition et/ou le gonflement des matériaux soient
complètement réalisés avant le démarrage de l’épreuve, conformément aux normes de produits
correspondantes.

Mise en pression
Après mise en pression préalable de 5 minutes, faite à la pression d’épreuve, il est procédé à l’ouverture de
la (des) purge(s), disposée(s) à l’autre extrémité du tronçon d’essai par rapport au manomètre, afin de
vérifier qu’il n’existe aucun obstacle (robinet vanne fermé) à la montée en pression sur la totalité du tronçon
éprouvé. La pression est rétablie par la suite à la pression d’épreuve, pendant le temps prescrit, toutes
précautions étant prises pour éviter les coups de bélier dans la conduite.

Pression d’épreuve de la conduite en place


La pression d’épreuve retenue dans le tronçon de conduite en place (STP) sera prise égale à 1,5 fois la
pression de service.
Dès que la pression d’épreuve est atteinte et stabilisée, l’entrepreneur désolidarise le tronçon éprouvé du
matériel de mise en pression. Le tronçon est maintenu en pression pendant 30 minutes au cours desquelles
la diminution de pression, mesurée avec un appareil de précision adaptée, ne doit pas être supérieure à 20
kPa.

C.C.T.P. page 149/150 octobre 2011


Réhabilitation du port de Brazzaville – Travaux de génie civil

4.04.4 - Mise en conformité et épreuves supplémentaires


Il est remédié par l’entrepreneur, à ses frais, à tout défaut constaté à l’épreuve. Ne sont toutefois pas à sa
charge le remplacement et la pose des pièces non fournies par lui, cause du désordre.

4.04.5 - Procès verbal


Un procès-verbal est dressé à chaque épreuve. Ce document comporte les indications suivantes :

 numéro d’ordre et date de l’épreuve ;


 désignation exacte du tronçon de conduite éprouvé (dénomination des voies empruntées,
repérage par rapport au profil en long, etc.) ;
 repérage des extrémités du tronçon ;
 durée et pression d’épreuve, résultats obtenus ;
 décisions relatives à toutes réfections éventuelles et conclusions.
Le procès-verbal est dressé à chaque épreuve contradictoirement entre le maître d’œuvre et l’entrepreneur.
Il comporte entre autres les noms et signatures des représentants des deux parties.

C.C.T.P. page 150/150 octobre 2011

Vous aimerez peut-être aussi