Vous êtes sur la page 1sur 289

En photographie, obtenir une image «correctement.

, L'auteur
exposée relève d'un savant dosage entre les trois notions Photog raphe profession nel depuis
clés qui régissent l'exposition : l'ouverture de diaphragme, plus de 25 ans, Jeff Revell est
la vitesse d'obturation et la sensibilité ISO. Dans ce fort d'une longue expérience dans
guide pratique illustré, l'auteur et photographe Jeff Revel! les domai nes de la photographie
donne toutes les clés pour maîtriser ces paramètres du paysage, de voyage et la photographie
triangle d'exposition afin de maitriser la lumière et de urbaine.
prendre les bonnes décisions pour réussir vos clichés. Auteur d'un blog très popu lai re
Mais plus qu'un simple manuel technique sur la mesure (reve ll photography.com/b log),
de la lumière, cet ouvrage montre aussi comment dans leque l il partage son travail,
l'exposition peut devenir un élément capital de créativité alimente des discussions et publie
en photographie. des tutoriels sur les techn iques de
photographie numérique, il donne
également des cours et organise
Suivez les conseils délivrés dans ce guide pratique superbement des formations un peu partoL1t
illustré!
dans le monde.
• Apprenez comment l'appareil photo interprète la scène
et analyse la quantité de lumière pour exposer correctement.
Une fois la photo dans la boÎte,
• Familiarisez-vous avec les différents modes d'exposition et utilisez montrez-la! Rejoignez le groupe
celui qui est le plus adapté au résultat recherché. Flickr de l'ouvrage
(flickr. corn/troupsicornposition_
• Interprétez l'exposition de vos images grâce à l'histogramme.
Vl
fromsnapshotstogreatshots)
~ • Découvrez les meilleurs trucs et astuces pour obtenir de belles et partagez vos images!
e>- photos d'action, de paysage, de portrait mais également des images
UJ
,.-1
en basse lumière.
,.-1
0
N • Assimilez d'autres critères importants, comme la composition,
@ la mise au point, la profondeur de champ, etc.
,....,
~
Ol
·;::
• Mettez en pratique toutes les connaissances acquises grâce
>
a.
à des exercices à la fin de chaque chapitre.
0
u

Code éditeur: G13251


www.editions·eyrolles.com ISBN: 2·212·13251·9
Groupe Eyrolles 1 Diffusion Geodif
Exposition
Pratique photo

Vl
~
e>-
UJ
,.-1
,.-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u
CHEZ LE M~ME ÉDITEUR
ÉDITIONS EYROLLES ET ÉDITIONS VM

S. Roberts, L'art de l'iPhonographie, 2011, T. Seray, Photographier la mer et la voile -


160 pages Guide pratique, 2007, 200 pages.
A. Juniper, D. Newton, 100 trucs et astuces pour R. Bouillot, Le langage de l'image (avec B.
filmer avec son reflex, 2011, 176 pages Martinez), 2006, 200 pages.
P. Hince, 100 plans d'éclairage pour la photo de 1. Guillen, A. Guillen, La photo numérique sous-
portrait, 2011, 260 pages marine, 2e édition - Guide pratique, 2006,
L. Excell, J. Batdorff, D. Brommer, R. Rickman, 194 pages+ CD-Rom.
S., Composition - Pratique photo, 2011, 1. Guillen, A. Guillen, La photo numérique sous-
270 pages marine - Guide expert, 2005, 230 pages.
P. Barret, Photo culinaire, 2011, 148 pages. T. Legau lt, Astrophotographie, 2006, 160 pages.
A.-L. Jacq uart, Composez, réglez, déclenchez !,
2010, 160 pages Traitement de l'image numérique
E. Delamarre, Profession photographe
S. Kelby, M . Kloskowski, Photoshop Elements 9
indépendant, 2e édition, 2011, 260 pages.
pour les photographes, 2011, 432 pages.
J.-M . Sepulchre, Apprendre à photographier en
M. Evening, J. Schewe, Retouches et
numérique, 3e édition, 2011, 132 pages.
photomontages avec Photoshop CSS, 2011,
E. Balança, Photographier la nature, 2011, 478 pages+ DVD-Rom.
160 pages.
M. Evening, Photoshop CSS pour les
G. Blondeau, Photographier la nature en macro, photographes, 2010, 726 pages+ DVD-Rom.
2e édition - Guide pratique, 2010, 224 pages.
M. Evening, Lightroom 3 pour les
G. Aymard, Photo d'architecture, 2010, photographes, 2010, 570 pages.
130 pages.
G. Theophile, Lightroom 3 par la pratique,
C. Domens, R. Fasseur, S. Lacroix, Photographie de 2010, 224 pages.
voyage - Guide pratique, 2009, 170 pages.
V. Gilbert, Camera Raw par la pratique,
F. Hunter, S. Biver, P. Fuqua, Manuel d'éclairage 2010, 200 pages.
photo, 2009, 240 pages.
L. Berg, Photo de portrait, 2009, 164 pages.
S. Dosda, Apprendre à photographier en noir
et blanc, 2009, 168 pages.
E. Balança, Photographier les animaux, 2e
édition - Guide pratique, 2009, 192 pages.
Vl
~ C. George, Flashs et photo numérique, 2008,
e>- 160 pages.
UJ
,-1 B. Bod in, C. Bruno, Photographier la montagne -
,-1
0 Guide pratique, 2008, 166 pages.
N
@ C. Harnischmacher, Fabriquer ses accessoires
,....,
~ d'éclairage photo, 2007, 104 pages.
Ol
·;::
> C. Lamotte, S. Zaniol, Photojournalisme -
a. Guide pratique, 2007, 200 pages.
0
u
Exposition
Pratique photo

Jeff Revell

Vl
Adapté de l'anglais par Gilles Theophile
~
e>-
UJ
,.-1
,.-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

EYROLLES

Éditions Eyrolles
61, bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com

Authorized translation from the English language edition entitled Exposure: From
Snapshots to Great Shots, 7st edition, by Jeff Revell (ISBN 978-0321-74129-5), by Pearson
Education, lnc, publishing as PeachPit Press, Copyright© 2011 by PeachPit Press.
Ali rights reserved. No part of this book may be reproduced or transmitted in any form
or any means, electronics or mechanical, including photocopying, recording or by any
information storage retrieval system, without permission from Pearson Education, lnc.
French language edition published by Editions Eyrolles.

Traduction autorisée de l'ouvrage en langue anglaise intitulé Exposure: From Snapshots


to Great Shots, 1s1 edition, de Jeff Revell (ISBN 978-0321-74129-5), publié par Pearson
Education, lnc, sous la marque PeachPit Press, © 2011 PeachPit Press.
Tous droits réservés. Aucune partie de l'ouvrage ne peut être reproduite, sous quelque
forme et par quelque moyen que ce soit, électronique ou traditionnel, sans l'autorisation
de Pearson Education, lnc.
Édition en langue française publiée par les éditions Eyrolles.

Vl
~
e>-
UJ
,..-1
,..-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;:: Le code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992 interdit en effet

®
>
a. expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants
0
u droit. Or, cette pratique s'est généralisée notamment dans les établissements
d'enseignement, provoquant une baisse brutale des achats de livres, au point
If
PHOTOCOPILLAGE que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de
TUELE LIVRE les faire éditer correctement est aujourd'hui menacée.
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire
intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans
autorisation de l'Éditeur ou du Centre Français d'Exploitation du Droit de Copie, 20, rue
des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© PeachPit Press, 2011, pour l'édition en langue anglaise
©Groupe Eyrolles, 2011, pour la présente édition, ISBN 978-2-212-13252-6
Dédicace
Pour mon petit ange Elizabeth, un cadeau du ciel.
Et pour ma belle-sœur Rae. Merci d'être là!

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u
EXPOSITION

Remerciements
En avril 2009, je fêtais la publication de mon premier livre de la série From Snapshots
to Great Shots 1, et en distribuais des exemplaires à tous mes amis. Tout le monde m'a
soutenu dans ce projet, et plus particulièrement mon ami Mike. Il disait que mes livres
resteraient un excellent moyen d'apprendre la photographie, même si on en retirait tout
ce qui concerne des modèles particuliers d'appareils photo. J'ai gardé cette remarque à
l'esprit en pensant, qu'un jour, je pourrais utiliser certains passages à l'intention de ceux
qui ne possèdent aucun des appareils que je décris dans cette série. J'ai toujours pensé que
la clé pour des photos réussies venait de la pratique plutôt que du matériel lui-même. En
fait, je suis convaincu qu'on peut faire de bonnes images, quel que soit le modèle ou le
type d'appareil photo, tout simplement parce que les principes de base restent les mêmes.
J'en ai discuté avec mon éditeur, Ted Waitt, et nous nous sommes mis d'accord pour déve-
lopper cette nouvelle série de livres comprenant également Composition - Pratique photo.
Alors un grand merci à tous ceux qui ont soutenu ce projet et qui m'ont aidé à le mener à
bien.

Vl
~
e>-
UJ
,.-1
,.-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

1. Titre de la collection de l'édition originale américaine. (NdD

IV
SOMMAIRE

Sommaire
1. L'EXPOSITION 1

Définition 6

Calcul de l'exposition 10

Surexposition et sous-exposition 12

Exposition correcte 13

Exercices 15

2. LE POSEMÈTRE 17

Mesurer la lumière 22

Modes de mesure 24

L'importance de l'histogramme 28

Indicateurs d'écrêtage 30

Balance des blancs 30

RAW ou JPEG? 32

Exercices 35

3. LES MODES DE PRISE DE VUE 37

Mode Programme 42

Mode Priorité vitesse 44


vi
~ Mode Priorité ouverture 46
0.....
>-
UJ Mode Manuel 49
,-1
,-1
0
N À propos des modes automatiques 51
@
....., Exercices 59
~
Ol
·;::
>-
a.
0
u

V
EXPOSITION

4. VOIR LA LUMIÈRE 63

Types de lumière 68

Qualité de la lumière 7'5

Direction de la lumière 77

Exercices 80

5. LE MOUVEMENT 83

Arrêtez-vous un instant! 88

Immobiliser avec le mode Priorité vitesse 91

Isoler le sujet avec le mode Priorité ouverture 94

Utiliser l'automatisme ISO à bon escient 95

Conserver le point 97

Anticiper l'action avec la mise au point manuelle 99

Prise de vue en rafale 100

Effet de mouvement 102

Quelques astuces 104

Exercices 106

6. LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAIT 109

Mode Portrait 114

Mode Priorité ouverture 115

Modes de mesure pour le portrait 118


vi
~
0..... Verrouiller l'exposition 119
>-
UJ
,-1
Faire le point sur les yeux 120
,-1
0
N Portraits noir et blanc 122
@
.....,
~ Améliorer les tons chair 123
Ol
·;::
>-
a. Déboucher les ombres avec le flash 124
0
u
Portrait en action 126

Astuces pour le portrait 126

Exercices 135

VI
SOMMAIRE

7. LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE 137

Un trépied pour des images nettes 142


Le choix d'une sensibilité ISO optimale 144
Le choix de la balance des blancs 145
Utiliser un Style d'image 147
Dompter un ciel lumineux 148
Paysages en noir et blanc 150
Lumière dorée 153
Faire le point 154
Technique de mise au point 156
Effet d'eau vaporeux 157
Un mot sur la composition 160
Techniques avancées 165
Exercices 17'4

8. LA PHOTOGRAPHIE EN LUMIÈRE DISPONIBLE 177


Augmenter la sensibilité: la solution de simplicité 182
Utiliser les très hautes sensibilités 184
Opter pour un stabilisateur optique 185
Faire le point en basse lumière 187
Réaliser des poses longues 189
Vl
~ Utiliser le flash intégré 190
e>-
UJ Compenser l'exposition au flash 192
,.-1
,.-1
0
N
Réduire les yeux rouges 194
@
.....,
~
Synchro deuxième rideau 195
Ol
·;::
> Flash et reflets 198
a.
0
u À propos des flashs externes 198
Exercices 200

VII
EXPOSITION

9. COMPOSITION ET CRÉATIVITÉ 203

Profondeur de champ 208

Angles 211

Point de vue 213

Motifs 214

Couleurs 214

Contraste 217

Lignes de force 218

Diviser le cadre 218

Cadre dans le cadre 220


Exercices 222

10. TECHNIQUES AVANCÉES 225

Précision de la mesure Spot 230

Exposer un lever ou un coucher de soleil 231

Mode Manuel 233

Éviter les reflets parasites 236

Présence du soleil dans le cadre 237

Macrophotographie 238

Balance des blancs personnalisée 239

Rafales pour une photo réussie 239


vi
~ À travers un obstacle 240
0.....
>-
UJ Zoomer en cours de déclenchement 241
,.-1
,.-1
0
N
Exercices 243
@
.....,
~
Ol
·;::
>-
a.
0
u

VIII
SOMMAIRE

11. POUR ALLER PLUS LOIN 245


Filtres 246
Trépieds 250
Déclencheurs à distance 253
Accessoires de macrophotographie 253
Flashs 255
Diffuseurs 256
Sacs photo 256
Autres accessoires 258
Conclusion 260

INDEX 262

Vl
~
e>-
UJ
,.-1
,.-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

IX
EXPOSITION

1ntrod uction
La série From Snapshots to Great Shots 1 comprend à l'heure actuelle six ouvrages consa-
crés à des modèles précis d'appareils photo. Je ne peux malheureusement pas en écrire un
pour chaque boîtier disponible sur le marché; en revanche, je me suis inspiré de certains
des meilleurs passages pour les rassembler dans ce livre. Si vous possédez déjà l'un de mes
autres ouvrages, celui-ci vous paraîtra familier et ne vous sera pas très utile. En revanche, si
ce n'est pas le cas, alors ce livre est fait pour vous.
J'ai fait de mon mieux pour que le lecteur y trouve de bonnes bases pour apprendre la
photographie et, de ce fait, améliorer ses images. Si vous n'êtes pas encore tout à fait
convaincu, je vous invite à lire la série de questions-réponses ci-dessous.

Le contenu du livre convient-il à tout type d'appareils photo?


Vous y trouverez beaucoup d'informations utiles mais, pour en tirer pleinement profit,
vous devrez assimiler certaines techniques. Les modes automatiques fonctionnent bien,
mais ce livre s'intéresse plus particulièrement aux réglages, comme la vitesse d'obturation
ou la sensibilité ISO. Pour profiter pleinement de son contenu, vous aurez besoin d'un
reflex ou, tout au moins, d'un compact haut de gamme.

Toutes les fonctions d'un appareil photo sont-elles couvertes?


Non, uniquement celles qui vous aideront à prendre de meilleures photos. Il est pour ainsi
dire pratiquement impossible de présenter en détail toutes les fonctions d'un appareil
photo. Mon souhait a été d'écrire quelque chose qui vous permette à la fois de comprendre
le fonctionnement de votre reflex, et les principes qui apporteront réellement un plus à la
qualité de vos images.
De temps en temps, je mentionnerai des fonctions qui ne portent pas forcément le même
nom sur votre appareil photo, comme le mode Priorité à la vitesse. Par exemple, si vous
avez un Canon, ce mode est estampillé Tv, pour Time value (valeur de temps) . Le principe
vi reste pourtant le même pour tous les boîtiers. Je me suis efforcé d'utiliser un maximum de
~
e termes génériques mais, parfois, vous devrez trouver les correspondances avec la termina-
~ logie employée par le fabricant de votre appareil.
,-1
,-1
0
N Ce livre peut-il remplacer le manuel de mon appareil photo?
@
....., La notice détaillera la manière d'utiliser ou d'activer telle ou telle fonction, mais elle ne vous
~
Ol
·;:: expliquera pas comment et dans quel cas concret vous devrez vous en servir. Si vous voulez
>
a. améliorer votre pratique de la photographie, vous devez comprendre le fonctionnement de
0
u votre matériel et dans quel cas utiliser telle ou telle fonction . Par conséquent, le manuel n'est
pas le plus adapté à la pratique, mais il reste le document de référence pour la description
détaillée de votre boîtier. En fait, vous devriez l'utiliser comme complément de ce livre.

1. Titre de la collection de l'édition originale américaine. (NdD


INTRODUCTION

Oue puis-je espérer apprendre dans ce livre?


J'espère que vous y apprendrez à faire de belles photos. Mon but, et la structure de ce
livre va dans ce sens, est de vous aider à comprendre les fondements de la photographie
et de tout ce qu'il faut pour faire de bonnes images. À partir de là, vous pourrez mettre en
pratique ce que vous avez appris sur l'exposition, selon les différents cas et situations. En
utilisant votre appareil et en suivant ce qui est écrit dans ces pages, vous apprendrez tout
ce qu'il faut savoir sur l'ouverture, la vitesse d'obturation, la sensibilité ISO, les objectifs,
la profondeur de champ, et bien d'autres concepts de la photographie. Vous y trouverez
également de nombreuses illustrations, avec des légendes, les réglages de prise de vue et
des explications, ce qui vous permettra de comprendre de quelle manière les notions fon-
damentales vous serviront à produire des photos de qualité. De plus, vous découvrirez le
fonctionnement de votre boîtier et comment tirer parti de toutes ses possibilités.

Ou' en est-il des exercices?


À la fin de chaque chapitre, vous trouverez des suggestions d'exercices pratiques, pour
mettre en application tout ce que vous aurez lu et appris. Très franchement, se servir d' un
appareil photo est bien plus amusant que de parcourir des pages, et le but de ces exercices
est également de vous distraire un peu.

Puis-je lire les chapitres dans le désordre?


Oui et non. Non, parce que les quatre premiers vous enseignent les bases des techniques
d'exposition, et ce sont ces bases sur lesquelles vous allez bâtir votre propre expérience de
la photographie. Ensuite, oui, vous pourrez lire les autres chapitres au gré de vos envies,
puisqu 'ils sont consacrés à des situations ou des types de prises de vue particuliers. Vous
pourrez passer du portrait au paysage, en faisant un détour par la photo d'action. Tout
dépend de ce que vous recherchez. Mais vous pouvez également suivre scrupuleusement
l'ordre des chapitres. À vous de choisir.

Et quoi d'autre?
Une dernière chose avant de vous plonger dans le premier chapitre. Le but de ce livre
~
Vl est de vous aider à faire de bonnes photos avec votre reflex numérique. Prenez le temps
e>- d'apprendre les bases, puis mettez-les en pratique. La photographie, comme bien d'autres
UJ disciplines, demande qu'on y consacre du temps. Je suis photographe depuis 25 ans et
,.-1
,.-1
0
j'apprends encore tous les jours. Ne perdez jamais de vue que ce n'est pas l'appareil qui
N
fait de belles photos, mais bien la personne qui l'utilise. Amusez-vous, acceptez vos erreur s
@
....., et sachez en tirer parti. En peu de temps, vous deviendrez quelqu'un qui réalise de belles
~
Ol
·;:: photographies.
>
a.
0
u

XI
400 ISO
1/800 s
f/5,6
220mm
L'exposition
Apprendre /es bases

Le modèle de votre appareil photo n'a aucune importance, pas plus


que sa marque ou son type. Le but est toujours le même: créer une
image correctement exposée. Mais qu'est-ce que cela signifie vrai-
ment? Et comment savoir si l'appareil fait bien son travail? Dans
un premier temps, il faut comprendre ce qu'est l'exposition et vous
familiariser avec les réglages pour obtenir un bon résultat. C'est que
nous allons aborder dans ce premier chapitre.
En me promenant sur le front de mer du vieux centre d' Alexandria, en Virginie, je suis
tombé sur ces deux perroquets, que leur propriétaire avait installés à l'extérieur. Le ciel
commençait à se couvrir, mais cela n'a pas freiné mes ardeurs, bien au contraire: j'allais
profiter d'une lumière plus douce. L'arrière-plan lumineux risquait de tromper la cellule
de mon appareil photo, mais quelques secondes me suffirent pour trouver le réglage
approprié et obtenir une photo bien exposée.

L'arrière-p lan ne
présente plus aucun
détail et fournit un
contraste saisissant
avec le sujet.

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

2
Le fond lumineux
faussant la cellule
de l'appareil photo,
En raison d'une j'ai surexposé pour
profondeur de champ compenser.
restreinte, l'oiseau
placé à l'arrière est
moins net, mais
le résultat reste
acceptable .

• L'ouverture
a permis
d'estomper
le fond et de
mettre en
valeur les
volatiles.

400 ISO
1/80 s
f/6,3
125 mm
Je visitais un marché de Kuala Lumpur en prenant quelques photos de-ci
de-là. Il y avait foule et j'avais du mal à obtenir une image qui me satisfasse
réellement. En prenant un chemin détourné, je suis tombé sur ce discret
petit autel de prière fixé à un mur. J'aimais bien les couleurs, le contraste
avec le mur et la végétation, et je savais que j 'avais trouvé là quelque chose
de particulier. S'il y a une leçon à tirer de cette expérience, c'est qu'il ne
faut pas avoir peur de sortir des sentiers battus.

La scène étant sombre, la cellule


de l'appareil tentait de tout
éclaircir.

Ma d istance par rapport au sujet,


Vl
-9:! très courte, imposait une ouverture
0..... de f/8 pour que tous les éléments
>-
UJ soient nets.
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

L'endroit étant très ombragé,


j'ai augmenté la sensibilité ISO.

4
1 600 ISO
1/60 s
f/8
85mm
EXPOSITION

Définition
L'exposition est un processus au cours duquel la lumière réfléchie par le sujet est captée par
la surface sensible de l'appareil - le capteur électronique - pour une durée donnée. L'ou-
verture du diaphragme et le temps de pose dépendent de la sensibilité du capteur. La juste
combinaison de la vitesse d'obturation, de l'ouverture et de la sensibilité permet d'obtenir
une image correctement exposée. Le lien entre ces différents facteurs peut être représenté
sous la forme de ce qu'on appelle le « triangle de l'exposition ».
Chaque pointe du triangle correspond
à l'un des composants essentiels d'une
exposition correcte (figure 1.1 ).
• ISO : le réglage de sensibilité du cap-
teur de l'appareil photo.
• Ouverture : le diamètre de l'ouver-
ture du diaphragme, qui régule la
quantité de lumière entrant dans
l'appareil photo.
• Vitesse d'obturation: détermine la
durée d'exposition du capteur à la
lumière.
Si vous savez à quoi correspondent les
pointes du triangle, vous saurez com-
ment obtenir une exposition correcte en
combinant ces trois paramètres.
Figure 1.1 En combinant les t rois réglages
Voici comment cela fonctionne : le de base de la photographie - sensibi lité
capteur de l'appareil est doté d'une ISO , ouvertu re et vitesse d ' obtu ration - vous
sensibilité donnée (sa sensibilité par rap- o btiendrez une exposit io n correcte.
port à la lumière), appelée «ISO». Pour
obtenir une exposition correcte - ni trop
Vl
..9:! faible, ni trop forte - l'objectif règlera l'ouverture du diaphragme de façon à réguler la
0.....
>-
quantité de lumière entrant dans l'appareil. Le diaphragme a une ouverture circulaire
UJ
,.-l
variable, dont le diamètre dépend du réglage choisi. Ensuite, le rideau de l'obturateur
,.-l
0 s'ouvrira un certain temps, également en fonction du réglage du temps de pose, et laissera
N
@ les rayons lumineux atteindre la surface du capteur suffisamment longtemps pour que
.......
..c celui-ci puisse enregistrer une image .
Ol
ï::::
>
a.
Modifier l'un des réglages implique qu'on fasse de même avec les autres, de manière réci-
0
u proque. Si vous laissez plus de lumière entrer dans l'appareil, en ouvrant le diaphragme,
vous devrez, en compensation, augmenter la vitesse d'obturation. Si ce dernier est ouvert
plus longtemps, l'ouverture devra être diminuée pour restreindre la quantité de lumière.
Pour mieux comprendre tous les éléments clés de l'exposition, nous allons les étudier plus
en détail.

6
CHAPITRE 1 : L'EXPOSITION

ISO
Nous avons brièvement évoqué le terme ISO et ce qu'il signifiait, mais que vous inspire-t-il
réellement? En fait, il s'agit du point de départ des réglages d'exposition pour une photo
réussie. Le terme ISO est l'abréviation de International Standards Organization et remonte
au temps de la pellicule argentique. En effet, il existait deux moyens d' identifier la sensibi-
lité du film, soit avec la valeur ASA (American Standards Association), basée sur une échelle
arithmétique, soit avec la valeur DIN (Deutsches Institut für Normung) basée, quant à elle,
sur une échelle logarithmique. Pour simplifier les choses, notamment pour le marché inter-
national, les fabricants de films ont adopté le système ISO.
Pourquoi cette petite leçon d'histoire? Tout simplement parce que les appareils numé-
riques se basent sur cette interprétation de la sensibilité. Cette dernière diffère quelque
peu de celle que nous utilisions pour le film, mais les valeurs ISO permettent d'obtenir des
résultats similaires en ce qui concerne l'exposition. L'échelle de valeurs ISO a une progres-
sion arithmétique dont le point de départ est la sensibilité la plus basse possible. À chaque
fois que le chiffre double, la sensibilité du capteur augmente d'autant. La plupart des appa-
reils numériques actuels ont une plage de sensibilités ISO qui s'étend de 50 à 126 000 (bien
que la plupart des appareils n'aillent pas au-delà de 6 400 ISO). La possibilité de changer
de sensibilité à la prise de vue offre au photographe une souplesse exceptionnelle pour
déterminer l'exposition.
Comme avec le film argentique, la meilleure qualité d'image est obtenue avec la sensi-
bilité ISO la plus basse. C'est également la valeur qui exige la plus grande quantité de
lumière. En augmentant la sensibilité de l'appareil, vous aurez besoin de moins de lumière
pour bien exposer, mais la qualité d'image déclinera proportionnellement (figure 1.2).
Pourquoi? Tout simplement à cause de l'amplification du signal en provenance du capteur.
Elle a pour effet de réduire le rapport signal/bruit et, plus la sensibilité est élevée, plus il y
a de bruit numérique dans l'image. Le bruit des appareils récents est particulièrement bien
corrigé, grâce aux avancées des techniques de traitement du signal et de réduction du bruit
mais, dans certains cas, il peut encore poser problème.
Ce qu' il faut retenir, ici, c'est que la sensibilité ISO sert de base pour déterminer la quan-
Vl
~
tité de lumière nécessaire à une exposition correcte. Si vous sélectionnez une sensibilité
e>- peu élevée, vous obtiendrez une meilleure qualité d'image, à condition de disposer de
UJ beaucoup de lumière. Si vous sélectionnez une sensibilité élevée, il vous faudra moins de
,-1
,-1
0
lumière, mais le prix à payer sera une certaine dégradation de la qualité d'image.
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

7
EXPOSITION

800 ISO
1/30s
f/4
24mm

Figure 1.2 Pour prendre cette photo à main levée, il a fallu une sensib il ité élevée, ce qui se
traduit également par une augmentation du bruit dans l'image.

Désactiver le réglage ISO automatique


Le réglage ISO de l'appareil photo permet de déterminer la sensibilité du capteur à la lumière.
Pouvoir la modifier à sa guise, alors qu'auparavant il fallait choisir un film ayant une sensibilité
donnée, est l'un des plus grands progrès apportés par la photo numérique. Pour photogra-
phier par faible lumière, il n'y avait pas d'autre choix que de changer de pellicule, même si le
nombre maximal de poses n'était pas atteint. De plus, il fallait emporter plusieurs types de film.
Aujourd'hui, il suffit de tourner un bouton pour changer la sensibilité ISO.
Vl
..9:! Cette souplesse est appréciable, mais il ne faut pas oublier que la sensibilité a également un
0.....
>- effet sur la qualité d'image. Plus la valeur est élevée, plus il y aura de bruit dans l'image. Votre
UJ
,..-l but étant de faire des photos de la meilleure qualité possible, c'est à vous d 'effectuer les bons
,..-l
0
N
réglages et de faire en sorte que l'appareil fonctionne selon vos besoins. Lorsque vous déballez
@ un appareil neuf et que vous l'allumez, il y a de fortes chances que la sensibilité ISO soit réglée
......
..c en mode automatique. Si vous voulez travailler aux valeurs les plus basses, vous devrez vous
Ol
ï:::: passer de l'automatisme et régler la sensibilité manuellement.
>
a.
0
u Le réglage adéquat dépend de la lu mière ambiante. Par beau temps ou pour des scènes très
éclairées, choisissez les valeurs les plus basses, par exemple 100 ou 200 ISO. Au fur et à mesure
que la lumière baisse, augmentez la sensibilité. Par temps couvert ou à l'intérieur, 400 ISO est
une valeur appropriée. Pour les scènes de nuit, ou avec très peu de lumière, il faudra monter à
1 600 ISO, voire plus. Pour une qualité d'image optimale, rappelez-vous de toujours photogra-
phier à la sensibilité la plus basse possible en fon ction de la lumière ambiante.

8
CHAPITRE 1 : L'EXPOSITION

Ouverture
L'ouverture du diaphragme permet de contrôler la quantité de lumière entrant dans l'appa-
reil photo. Grâce aux lamelles du diaphragme, le diamètre de l'ouverture peut être modifié
pour laisser passer plus ou moins de lumière. Le diamètre le plus grand, pour un objectif
donné, est appelé «ouverture maximale», et peut être déterminé en divisant la longueur
focale par le diamètre de l'ouverture. Le chiffre obtenu est la valeur du diaphragme, défi-
nie par f-number ou f-stop en anglais, et communément appelé «dia ph» en français. Si
le diamètre de l'ouverture diminue, la valeur du diaphragme augmente. Cela peut sem-
bler confus au premier abord, mais une valeur de diaphragme est, tout simplement, une
fraction exprimée sans le numérateur. Enfin, à chaque fois que ce chiffre augmente, la
quantité de lumière est divisée par deux par rapport au chiffre précédent, coïncidant avec
une ouverture plus grande du diaphragme.
Pas facile à assimiler, n'est-ce pas? Pour vous aider, imaginez que vous devez arroser votre
jardin avec un tuyau de 4 cm de diamètre. Supposons que votre tuyau est percé et que vous
vous rabattez sur un autre dont le diamètre est de 2 cm: il vous faudra plus de temps pour
distribuer la même quantité d'eau. Dans le cas d'objectifs, nous serions passés d'un modèle
f/1 à un modèle f/2.
Vous vous demandez probablement pourquoi, puisqu'on parle de doublement des valeurs,
les chiffres du diaphragme semblent si abscons: f/2,8, f/5,6 ou f/11. Tout simplement parce
qu'il s'agit de fractions basées sur le diamètre de l'ouverture du diaphragme. Souvenez-
vous qu'en augmentant le chiffre, on laisse passer moins de lumière car le diamètre de
l'ouverture du diaphragme diminue.

D'où vient le terme «f-stop »?


Vous aurez probablement remarqué, en vous promenant sur des sites Web anglo-saxons consa-
Vl
crés à la photographie, ou dans des magazines, le terme «f-stop», «f-number» ou «stop».
~
e>- Bien avant l'existence du diaphragme à lamelles, les photographes utilisaient de simples lames
UJ percées insérées dans l'o~jectif. Avec une lame percée d'un petit trou, on pouvait «Stopper»
,-1
,-1 une partie de la lumière avant qu'elle n'atteigne la surface sensible. Chaque lame était iden-
0
N tifiée par un chiffre, obtenu en divisant la longueur focale de l'objectif par le diamètre de
@
,...., l'orifice. Le terme «f-stop» ou «Stop» a été transposé aux bagues de diaphragme crantées sur
~
Ol les objectifs, dès leur apparition. Quand un photographe a besoin de réduire ou d'augmenter
·;::
>
a.
l'exposition, il lui suffit de tourner la bague jusqu'au «clic» suivant ou précédent, pour fe rmer
0
u ou ouvrir le diaphragme d'un cran. De nos jours, le terme «f-stop » - «diaph» en français - est
employé à toutes les sauces pour régler l'exposition, non seulement pour l'ouverture, mais
également pour la vitesse d'obturation et la sensibilité ISO. Ne soyez donc pas surpris d'en-
tendre un photographe dire: «Mon objectif était grand ouvert, mais j'avais besoin de gagner
deux diaphs. j'ai donc augmenté d'un diaph la sensibilité et diminué d'un diaph également la
vitesse d'obturation.»

9
EXPOSITION

Vitesse d'obturation
Nous venons d'apprendre que la valeur ISO détermine la sensibilité de l'appareil photo et
que l'ouverture se charge de réguler la quantité de lumière. Il ne nous reste plus qu'à nous
pencher sur un dernier réglage, celui de la durée de l'exposition du capteur à la lumière,
qu'on effectue en en choisissant la vitesse d'obturation. Chaque appareil est équipé d'un
obturateur constitué de deux rideaux indépendants qui se déplacent verticalement, devant
le capteur. En pressant le déclencheur, le premier rideau va se déplacer verticalement,
exposant ainsi le capteur; au-delà d'un certain temps, le deuxième rideau va masquer le
capteur, terminant ainsi l'exposition. C'est la durée de ce processus qu'on appelle «vitesse
d'obturation».
Les vitesses que vous allez employer étant des fractions de seconde, elles seront plus faciles
à assimiler que les ouvertures de diaphragme. La majorité des appareils photo ont des
vitesses d'obturation s'étalant de 30 s à 1/8 000 s. À chaque changement de la vitesse
d'obturation, on double ou on diminue de moitié le temps d'exposition du capteur. Concrè-
tement, passer de 1/125 de seconde à 1/250 signifie que la durée de l'exposition sera deux
fois moindre. À l'opposé, passer de 1/60 de seconde à 1/30 permet de doubler le temps
d'exposition.

Calcul de l'exposition
Nous savons enfin l'essentiel sur la sensibilité ISO, la vitesse d'obturation et l'ouverture, il est
donc temps de les faire travailler de concert pour voir de quelle manière elles interagissent
et comment les modifier selon les besoins. Mais, auparavant, intéressons-nous au calcul de
l'exposition. Pas de panique: il n'y a rien de vraiment compliqué, mais c'est important.
Lorsqu'on photographie une scène, la lumière réfléchie par le sujet entre dans l'objectif et
atteint le capteur pour une durée établie par le temps de pose. Cette durée et la quantité
de lumière dépendent de l'éclairage de la scène et de la sensibilité du capteur. Afin de
déterminer l'exposition, l'appareil photo est équipé d'une cellule qui mesure la quantité
~
Vl
de lumière qui passe à travers l'objectif. Ensuite, l'exposition est calculée en tenant compte
e>- de cette lumière et de la sensibilité, et c'est là que les difficultés commencent: il n'y a
UJ pas de réglage parfait et universel, car une même exposition peut être déterminée par
,-1
,-1
0
plusieurs réglages différents mettant en œuvre un certain nombre de couples ouverture/
N
vitesse d'obturation. Vous étiez prévenu : ce n'est pas toujours simple.
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

10
CHAPITRE 1 : L'EXPOSITION

Vous trouverez ci-après une liste de réglages réciproques qui permettent d'obtenir la
même exposition. Nous utiliserons une règle qui établit, dans le cas d'un jour ensoleillé,
qu'on peut utiliser une vitesse d'obturation équivalente au chiffre de la sensibilité ISO à
f/16 pour obtenir une exposition correcte.
Pour simplifier, nous emploierons une sensibilité de 1OO ISO.

Valeurs d'exposition réciproques à 1OO ISO


Ouverture 2 2,8 4 5,6 8 11 16 22

Vitesse 1/8 000s 1/4000s 1/2000s 1/1 OOOs 1/SOOs 1/250s 1/125s 1/60 s

En utilisant n'importe lequel de ces couples ouverture/vitesse d'obturation, vous obtien-


drez le même résultat en ce qui concerne l'exposition. Notez qu'à chaque fois que l'on
ouvre le diaphragme d'une valeur, on double la vitesse d'obturation.

Valeurs d'exposition réciproques à 200 ISO


O uvert ure 2 2,8 4 5,6 8 11 16 22

Vitesse 1/8 000s 1/4000s 1/2 000 s 1/ 1 OOOs 1/SOOs 1/250s 1/125 s

Cette fois, nous avons doublé la sensibilité, ce qui permet d'exposer deux fois moins long-
temps. L'ouverture maximale a également été réduite de f/2 à f/2,8 car, en fonction de
l'appareil photo, vous ne pouvez pas toujours utiliser de vitesse d'obturation supérieure
à 1/8 000 S.
Dans ce cas, pourquoi ne pas utiliser un réglage de f/16 et 1/250 de seconde? Pourquoi
s'encombrer de tous ces chiffres alors que ce réglage permet d'exposer correctement?
Parce que l'ouverture et la vitesse du diaphragme ont une influence sur d'autres aspects de
l'image, que vous devez également apprendre à maîtriser, pour que celle-ci soit conforme
à vos attentes.
Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

11
EXPOSITION

Surexposition et sous-exposition
Si on part du principe qu'il y a exposition correcte, il faut aussi s'attendre au contraire. C'est
ce qu'on appelle les images« surexposées» ou «sous-exposées».
La surexposition se produit lorsque trop de lumière atteint la surface sensible. Elle peut
être due à une ouverture trop grande ou un temps de pose trop long. L'image obtenue
semble trop lumineuse, avec des hautes lumières écrêtées, c'est à dire proches du blanc pur,
sans détails exploitables (figure 1.3).

400 ISO 400 ISO


1/1 000 s 1/4 000 s
f/4 f/4
85mm focale 85 mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
Figure 1.3 L image à gauche est surexposée, les hautes lumières sont écrêt ées, et,
,.-l
0 g loba lement, el le est beaucoup t rop cl aire. En d iminuant l' exp osition d e d eux d iaphs,
N
@
l'image est p lus dense et il y a beaucoup p lus de déta ils dans les zones lum ineuses.
.......
..c
Ol
ï::::
>
La sous-exposition, quant à elle, se traduit par un assombrissement général, avec des
a.
0 ombres denses contenant peu de détails. Cela se produit lorsque le capteur ne reçoit pas
u
suffisamment de lumière pour enregistrer tous les tons, dans le cas d'une ouverture trop
petite ou d'un temps de pose trop bref (figure 1.4).

12
CHAPITRE 1 : L'EXPOSITION

400 ISO 400 ISO


1/320 s 1/80 s
f/6,3 f/6,3
125 mm 125 mm

Figure 1.4 L'image de gauche est t rop somb re et les omb res sont dépourvues de détai ls.
En ra llong eant le t em ps de pose, j'ai éclairci les o mbres et les perroq uets sont b ien pl us
lumineux et colorés.

Exposition correcte
Si une image trop sombre est sous-exposée et une image trop claire surexposée, comment
être certain de ce qu'est une exposition correcte? C'est une question assez difficile, mais
Vl savoir y répondre vous aidera à devenir un meilleur photographe. Il existe en fait deux
..9:!
0..... réponses à cette question, et elles sont toutes les deux parfaitement justes. La première a
>-
UJ un rapport avec le posemètre de l'appareil photo et sa manière d'interpréter la scène. Dès
,.-l
,.-l que vous pointez l'appareil et que vous pressez le déclencheur à mi-course, celui-ci entre
0
N en action. Il évalue immédiatement les zones claires et sombres de l'image et calcule l'ex-
@
....... position en tenant également compte de la sensibilité. Nous reviendrons plus en détail sur
..c
Ol les cellules et les posemètres dans le chapitre suivant.
ï::::
>
a.
0 La deuxième façon de savoir si l'exposition est correcte repose entièrement sur le résultat
u
que vous voulez obtenir. En tant que photographe, c'est à vous de décider si la photo doit
être sombre ou claire. Il s'agit de votre propre interprétation, que vous développerez avec
l'expérience. C'est pour cette raison qu'il faut comprendre ce qu'est l'exposition et com-
ment la manipuler pour obtenir les résultats escomptés. Dès que vous y serez parvenu, vous
pourrez bâtir votre propre vision des choses, et non pas compter exclusivement sur celle
imposée par votre appareil photo.

13
EXPOSITION

Dans la figure 1.5, on observe deux interprétations du même sujet. Celle de gauche corres-
pond aux réglages que l'appareil a estimés les plus justes. Le résultat n'est pas mal, mais il
ne correspond pas à ce que j'avais en tête. J'ai décidé de sous-exposer la scène en augmen-
tant la vitesse d'obturation de 1/30 à 1/60 de seconde. L'ensemble est un peu plus sombre
et les couleurs sont plus vives.

1 600 ISO 1 600 ISO


1/30 s 1/60 s
f/8 f/8
85mm 85mm

Figure 1.5 A gauche, l' image obtenue en se basant su r la cellule de l'appareil photo. En
vi changeant les réglages, j'ai obtenu un résultat bien p lus proche de mes souhaits .
..9:!
0.....
>-
UJ
,-l
,-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

14
CHAPITRE 1 : L'EXPOSITION

Exercices
La compréhension et l'assimilation des notions de base de l'exposition vous aideront à
prendre des décisions mûrement réfléchies. Savoir comment l'appareil fonctionne n'est pas
suffisant: vous devez apprendre à en tirer le maximum pour obtenir le résultat voulu. Livrez-
vous aux exercices suivants pour vous entraîner à la maîtrise de l'exposition.

Modifiez 11 exposition
Réglez votre appareil en mode Programme, pointez-le sur un sujet et activez le posemètre.
Notez l'ouverture et la vitesse d'obturation. Ensuite, passez en mode Priorité diaphragme ou
Priorité vitesse et réglez l'appareil avec les mêmes paramètres. Changez la vitesse ou l'ou-
verture et regardez comment l'autre réglage va compenser l'exposition. Cet exercice vous
permettra de vous rendre compte de quelle manière un réglage influe sur l'autre.

Apprenez à compenser
Il s'agit, ici, de trouver le réglage idéal pour votre sujet. L'appareil photo va vous proposer
un réglage de base que vous modifierez en fonction de ce que vous recherchez. Trouvez le
menu de compensation d'exposition, surexposez et sous-exposez pour observer l'impact sur
les réglages de l'appareil et sur l'image.

Passez en mode Manuel


Si vous voulez vraiment comprendre comment fonctionne l'exposition, laissez tomber les
modes semi-automatiques et essayez le mode Manuel. Modifiez la sensibilité ISO et changez
les réglages de vitesse et d'ouverture de l'appareil. N'oubliez pas qu'il y a un indicateur d'ex-
position dans le viseur, vous n'aurez donc pas à jouer aux devinettes.

Vl Partagez vos images avec le groupe Flickr du livre!


~
e>- Rendez-vous sur flickr.com/groups/exposure_fromsnapshotstogreatshots
UJ
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

15
200 ISO
1/400s
f/5,6
300mm
Le posemètre
Apprendre les bases

Assimiler les notions d'exposition - comme vous l'avez fait grâce au


chapitre précédent - est un bon point de départ, mais c'est surtout
par la pratique que vous progresserez. Ce chapitre est consacré à la
mesure de la lumière et à la manière d'obtenir les meilleurs résul-
tats, dès la prise de vue.
Une analyse de l'image
,;
~
e>
IL
....
.-1
0

""
u ....

400 ISO
1/125 s
f/7, 1
35mm
Le posemètre de l'appareil photo permet de déterminer une exposition
correcte dans le cas d'une pose longue. Sur cette image, j'aurais pu me servir
de la mesure Spot, mais j 'ai préféré la mesure Matricielle, qui tient compte
de tous les éléments structurant l' image. Les reflets de l'éclairage des
immeubles dans les nuages m'ont permis d'éviter la surexposition globale,
malgré le ciel sombre.

Une pose lente exige - - - - - -


l'emploi d'un trépied
solide et stable.

À f /13, la profondeur
VI
Q) de champ permet de
e> conserver tous les
w immeubles bien nets.
,....;
,....;
0
N
@
...,
..r:
Ol
ï::::
>
a.
0
u

20
8s
f/13
98mm
EXPOSITION

Mesurer la lumière
Tous les appareils photo, aussi bien les compacts que les reflex, sont pourvus d'un pose-
mètre ou d'une cellule mesurant la lumière et déterminant l'exposition . Certains systèmes
sont plus sophistiqués que d'autres mais, en général, le principe reste le même: mesurer la
lumière et calculer une moyenne. Il s'agit ici d'une description très simpliste, mais elle n'en
reste pas moins vraie. Voici comment cela fonctionne.
1. la lumière atteint le sujet, qui la réfléchit vers l'appareil.
2. le posemètre mesure la lumière et calcule une moyenne.
3. Selon la sensibilité 150, le posemètre détermine la vitesse d'obturation et l'ouver-
ture du diaphragme par rapport à un gris moyen.
Pourquoi du gris? Tout simplement parce qu'il s'agit de la moyenne des tons clairs et fon-
cés.
Regardez la figure 2.1 . C'est une scène particulièrement intéressante, car elle contient non
seulement des tons clairs et des tons foncés, mais également une profusion de valeurs
intermédiaires. l'appareil photo analyse ces valeurs et calcule une exposition moyenne
(figure 2.2) qui tient compte des niveaux de luminosité allant du noir au blanc le plus pur,
pensant qu'il s'agit du meilleur compromis entre les différents niveaux de luminosité de
l'image.

200 ISO
1/400 s
f/9
28mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 2.1 Vo ici la scène telle qu e vous la voyez dans le viseu r.

22
CHAPITRE 2: LE POSEMÈTRE

Figure 2.2 Le posemètre analyse toutes les valeurs t onales afin de calculer la meil leure expositio n.

Le principe du calcul d'une moyenne est important pour bien comprendre le fonction-
nement du posemètre. Ce dernier est très sensible aux éléments les plus sombres ou les
plus lumineux d'une scène et, par conséquent, peut se tromper dans son interprétation.
Face à un sujet très sombre, il surexpose en tentant de ramener le calcul à un gris moyen,
au lieu de ne tenir compte que des noirs. L'inverse est également vrai avec une scène très
lumineuse: le posemètre estime que la moyenne est un gris neutre et, en assombrissant les
tons clairs, l'image obtenue sera forcément sous-exposée (figure 2.3). En revanche, si vous
anticipez le comportement du posemètre, vous pourrez agir sur les réglages afin d'obtenir
une photo correctement exposée (figure 2.4).
Vl
..9:!
0.....
>- Figure 2.3 Le posemètre
UJ
,.-l
essaie t oujours d e régler
,.-l
0 l'expositio n pour un g ris
N
@
moyen . Par conséq uent,
....... il est ind uit en erreur p ar
..c
Ol
ï:::: des sujets so mbres ou clairs.
>
a.
0
u

23
EXPOSITION

400 ISO 400 ISO


1/640s 1/200s
f/11 f/11
17 mm 17 mm

Figure 2.4 Ces deux photos ont été prises aux mêmes sensib ilité et ouvertu re. Les murs
blancs et le ciel lu mineux ont trompé la cellu le, si b ien que l'image de gauche est trop sombre.
L'image de dro ite a été exposée correctement pou r l'ég lise et le parvis, au détriment des
déta ils dans le ciel.

Modes de mesure
Les posemètres ont énormément évolué depuis mes débuts en photographie, il y a plus
de 25 ans. À cette époque, la cellule de mon appareil faisait juste une mesure moyenne
de l'image que je voyais dans le viseur. Ensuite, il fallait tourner la bague de diaphragme
et le sélecteur de vitesse d'ob-
Vl
..9:! turation jusqu'à faire coïncider
0..... deux repères placés sur le côté
>-
UJ
,.-l
du viseur - une ligne et un
,.-l
0 cercle - ce qui indiquait que l'ex-
N
@
position était correcte. C'était le
.......
..c bon vieux temps ... (figure 2.5) .
Ol
ï:::: Depuis, la technologie a considé-
>
a.
0 rablement évolué et, désormais,
u
les appareils photo sont dotés
de systèmes de mesure multiples
s'adaptant à toutes les situations
possibles et imaginables. Figure 2.5 Voici à quoi ressemblaient les ind icat ions du
posemètre de mon prem ier appare il photo 35 mm, le
Canon F-1.

24
CHAPITRE 2: LE POSEMÈTRE

Mesure Matricielle
ou Évaluative
Le principe de la mesure Matricielle,
ou Évaluative, est simple et permet
d'obtenir des résultats d'une grande
précision. La surface du viseur est
divisée en de multiples sections. L'ap-
pareil se charge de les analyser et de
calculer l'exposition en comparant
la luminosité de chaque zone de
l'image. Le nombre de zones dépend
du modèle d'appareil photo; plus Figure 2.6 Ce montage représente un posem ètre
elles sont nombreuses, plus grande m atriciel à six zones.

sera la précision (figure 2.6).


Certains systèmes sont si sophistiqués
qu'ils sont capables de comparer les
mesures à une banque d'images.
Nikon, par exemple, prétend que
la base de données de certains
de ses appareils contient jusqu'à
300 000 images types. Grâce à cela,
le processeur est capable de détermi-
ner le sujet et de proposer un réglage
approprié, le tout en une fraction de
seconde.

Mesure Pondérée centrale


La mesure Pondérée centrale existe
Vl depuis bien longtemps et s'avère tou-
-9:!
0..... jours utile dans certaines situations.
>-
UJ L'attention porte alors principale-
,-l
,-l ment sur la partie centrale de l' image,
0
N sans vraiment tenir compte de sa péri-
@
...... phérie. La surface d'analyse dépend
..c
Ol
ï::::
également de l'appareil photo mais,
>
a. en moyenne, elle est de 60 à 80 %
0
u pour le centre, et de 20 à 40 % pour
le bord. Ce type de mesure est bien
adapté au portrait, ou lorsque le sujet Figure 2. 7 La mesure Pondérée centrale se fa it
est centré et entouré de zones claires sur la p artie cent rale d e l'im age. Les b ords ne sont
ou sombres d' importance secondaire pas igno rés, mais le posemètre leur accorde m oins
(figure 2.7). d'importance pour le calcul de l'expositio n.

25
EXPOSITION

Mesure Spot
La mesure Spot est beaucoup plus sélective et, utilisée correctement, elle permet d'obtenir
des résultats d'une très grande précision. En fonction de l'appareil, la mesure de la lumière
se fait sur une zone de 1 à 5 % de la surface totale de l'image, d'où le terme «spot». Elle
agit au centre du viseur et peut être couplée à un collimateur autofocus actif, ce qui permet
l'analyse d'une zone excentrée de l'image, sans avoir à recomposer avant de déclencher.
L'avantage, dans ce cas, est que les zones les plus lumineuses ou les plus sombres, situées en
dehors de la couverture de la mesure Spot, n'ont aucune influence sur le calcul de l'exposi-
tion, ce qui permet une mesure très précise de la zone concernée.
En général, la mesure Spot se fait sur un sujet essentiellement neutre, composé en majorité
de tons moyens. L'idéal est d'utiliser une charte de gris placée temporairement dans la
scène à photographier et d'y mesurer la lumière (figure 2.8).
Une fois les réglages d'exposition établis, on utilise ceux proposés par l'appareil, ou des
valeurs équivalentes, pour prendre la photo avec la plus grande précision possible, comme
en témoignent les figures 2.9 et 2.1 O.

Exposer et corriger les couleurs avec une charte de gris


Utiliser une charte de gris pour mesurer la lumière présente un autre avantage. Si la charte est
réellement gris neutre, elle vous aidera à corriger les couleurs en postproduction. Les logiciels
sont tous équipés d'une pipette de prélèvement qu'on place sur une zone neutre de l'image,
pour éqtùlibrer les couleurs de la scène photographiée d'un seul clic. On peut également
appliquer cette correction à toutes les images d'une même séquence.

Figure 2.8
La mesure Spot est
Vl particul ièrement
..9:!
0..... efficace sur un sujet
>-
UJ neutre ou sur une
,.-l
,.-l charte de gris.
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

26
CHAPITRE 2: LE POSEMÈTRE

Figure 2.9
400 ISO La mesure Matricielle
1/SOOs s'en est tirée
f/4 honorablement dans
85mm ce cas. Toutefo is, la
fleur est légèrement
trop claire, tout
simplement parce
que l'arrière-plan
plus sombre a été
pris en compte
dans le calcu l d'une
exposition moyenne.

Figure 2.10
400 ISO La mesure Spot
1/1000s sur la charte de
f/4 gris (figure 2.8) a
85mm permis d'exposer
correctement la fleur,
sans être infl uencé
par l'arrière-plan
plus sombre.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
......,
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

27
EXPOSITION

L'importance de l'histogramme
Tous les appareils photo numériques peuvent afficher un histogramme sur leur écran
arrière. Ce graphique vous permet de vérifier, d'un coup d'œil, si vos photos ont été correc-
tement exposées.
En un mot, l'histogramme est la repré-
•Q)
sentation graphique en deux dimensions .... u ,_ u
c: c:
(5 0
ëii CO
d' une image. Il en existe plusieurs types, z ~ u ëO
mais le plus important est celui consacré
à la luminosité du sujet photographié.
Dans la figure 2.11 , vous apercevez
quelque chose qui ressemble à une
montagne. Le graphique représente la
totalité de la plage tonale que votre
appareil est capable d'enregistrer, du
noir le plus profond au blanc le plus
pur. Les noirs sont situés à gauche et les
blancs à droite. La hauteur des pics cor- Figure 2.11 Un exemp le d'h istogramme avec
respond au nombre de pixels présents d es t ons q ui s'étalent vers la gau che et vers
dans chaque niveau de luminosité (un la droite . Le gradient p lacé juste au-dessus
pic au centre de l'histogramme indique vous ind ique les niveaux de lum inosité mais,
un grand nombre de pixels dans les tons dans la réalité, il n'app araît p as au-d essus de
moyens). Lorsqu'on observe une image, l' histogramm e affiché sur l'écran de l'appareil
il n'est pas facile de deviner où se trou- photo .
vent les plages de tons clairs ou de tons
foncés, ni en quelle proportion. De ce point de vue, l'histogramme est bien plus facile à
interpréter : s' il est pourvu d' un large pic central qui s'étale progressivement, avec les extré-
mités qui butent sur les limites de chaque côté du graphique, cela indique que la totalité
de la plage tonale a bien été enregistrée, des tons les plus clairs aux plus foncés. C'est bon
à savoir. Mais venons-en à ce qui nous intéresse réellement.
Vl
..9:! Un histogramme pourvu d'un pic abrupt à l'extrême gauche ou à l'extrême droite indique
0..... des tons écrêtés, ce qui signifie que vous essayez de capter des valeurs de luminosité qui
>-
UJ
,.-l
vont au-delà de ce que le capteur de l'appareil photo est capable d'enregistrer. On a éga-
,.-l
0 lement à faire, dans ce cas, à un problème de surexposition ou de sous-exposition, et vous
N
@
devez alors changer les réglages d'exposition pour ne pas vous retrouver avec des détails
.......
..c
uniformément noirs et blancs (ce qui arrive en cas d'écrêtage). Parfois, l'écrêtage est
Ol
ï:::: acceptable. Par exemple, si vous incluez le soleil dans la composition, attendez-vous à un
>
a.
0 écrêtage, car il est bien trop lumineux pour que le moindre détail soit conservé .
u

28
CHAPITRE 2: LE POSEMÈTRE

De la même manière, si vous photographiez quelque chose contenant des noirs profonds
- pensez au puits d'une mine de charbon en pleine nuit -, vous vous retrouverez certai-
nement avec des tons foncés écrêtés. Le but est de ne pas perdre d'informations visuelles
utiles - comme les teintes chair dans un portrait - et on y arrive en gardant constamment
l'œil sur l'histogramme. Regardez la figure 2.12 : l'histogramme est décalé à gauche et les
tons ne s'étalent pas jusqu'à l'extrémité droite, ce qui signifie que l'image est sous-exposée.
Ensuite, observez la figure 2.13 et son histogramme de photo correctement exposée. On
constate deux pics distincts, mais la plage tonale est bien distribuée.

Figure 2.12
Cette image est
sous-exposée de
deux diaphs. Notez
le pic, tout à gauche
dans l'histogramme.

Figure 2.13
Cet histogramme
correspond à une
image correctement
Vl exposée.
-9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

29
EXPOSITION

Indicateurs d' écrêtage


J'ai également pris l'habitude de consulter les indicateurs clignotants d'écrêtage. Si la fonc-
tion a bien été activée dans les menus du boîtier, les portions d'images trop brillantes
clignoteront en noir et blanc sur l'écran LCD (figure 2.14). Cet avertissement visuel rend
compte de la présence de tons clairs écrêtés et, par conséquent, de la perte d'informa-
tions utiles. C'est également important si vous photographiez en JPEG, puisque vous aurez
moins de chance de récupérer des détails en post-traitement (voir la section « RAW ou
JPEG », page 32). Tout comme l'histogramme, vous devrez décider s'il est utile de changer
les réglages pour stopper le clignotement des valeurs écrêtées. Dans tous les cas, c'est une
aide indispensable pour l'appréciation de l'exposition.

- - La zone noire
clignotante indique
la présence de tons
clairs surexposés,
avec perte de
détails à la clé.

- - Notez le pic en
butée à droite,
correspondant à la
zone clignotante.
Figure 2.14 L'indicateur cl ignotant d 'écrêtage

Vl
..9:!
0.....
Balance des blancs
>-
UJ
,.-l
La correction de la balance des blancs permet de retrouver les couleurs d'origine dans
,.-l
0 l'image. On remarque rarement que la lumière a des caractéristiques variables en ce qui
N
@ concerne les couleurs, tout simplement parce que l'œil humain s'adapte et corrige en per-
....... manence, si rapidement que tout redevient naturel en quelques millisecondes .
..c
Ol
ï::::
>
a.
À l'époque du film argentique, les photographes choisissaient leur pellicule en fonction de
0 la source d'éclairage. Les films courants étaient équilibrés pour la lumière du jour, mais il
u
existait également des films adaptés à l'éclairage tungstène.

30
CHAPITRE 2: LE POSEMÈTRE

Dans certains cas, on pouvait employer des filtres colorés vissés sur l'objectif. Il n'y avait pas
d'autres moyens pour retrouver des couleurs naturelles.
Aujourd'hui, les appareils numériques accomplissent cette tâche automatiquement, et
vous avez la possibilité de passer outre les automatismes en effectuant un réglage manuel.
Ces paramètres entrent en ligne de compte dans la création d'une image, et vous devez
donc les maîtriser.
Fort heureusement, il n'est pas nécessaire d'être un expert en colorimétrie pour utiliser la
balance des blancs de votre appareil. Les choix disponibles sont très faciles à appréhender
et se réfèrent toujours à un cas concret.
• Auto: les couleurs de la scène sont analysées et l'appareil applique aussitôt une cor-
rection. Ce système est précis, mais il y a toujours des risques d'erreurs. On l'utilise
également lorsque la scène comporte différentes sources de lumière.
• Lumière du jour (Daylight): pour les scènes éclairées par la lumière du soleil, en
journée.
• Ombre (Shade): pour les scènes à l'ombre, mais toujours avec la lumière du jour en
source principale.
• Nuageux (Cloudy): le meilleur choix en cas de couverture nuageuse importante. Ce
réglage, comme pour l'ombre, compense la dominante bleue dans vos images.
• Tungstène (Tungsten): s'applique aux scènes éclairées par des ampoules domes-
tiques. L'éclairage est très chaud, ce qui se traduit par une forte dominante orange si
vous ne faites aucune correction.
• Fluorescent: atténue la dominante bleu-vert des néons. Attention toutefois, certains
types de néons sont équilibrés pour la lumière du jour: dans ce cas, utilisez le réglage
approprié.
• Flash: réglage dédié aux flashs intégrés ou fixés sur l'appareil photo, par l'intermé-
diaire de la griffe porte-flash placée au-dessus de l'œilleton de visée, sur le capot de
l'appareil. Il corrige la légère dominante froide et bleutée de ces matériels.
• Personnalisée (Custom): il s'agit d'un réglage propre à une source d'éclairage. Si
vi vous connaissez la température de couleur de cette dernière, il vous suffit de la choisir
~
0..... dans les valeurs proposées. Vous pouvez également faire une lecture sur une feuille
>-
UJ de papier ou une charte blanche: l'appareil fait alors une analyse et propose d'enre-
,.-1
,.-1
0
gistrer le réglage personnalisé.
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>-
a.
0
u

31
EXPOSITION

RAW ou JPEG?
Votre appareil photo, qu'il s'agisse d'un reflex ou d'un compact haut de gamme, vous pro-
posera d'enregistrer vos images dans deux formats différents. Le JPEG est le plus courant
mais, si vous avez la possibilité de photographier en RAW, les lignes qui suivent devraient
vous conforter dans ce choix.
En fait, le JPEG reste le format des instantanés et des situations les plus courantes. Pourquoi
s'embêter à développer des fichiers RAW, si c'est pour envoyer à sa grand-mère, par e-mail,
quelques photos des enfants en train d'ouvrir leurs cadeaux de Noël? Pour les reporters et
les photographes de sport, le JPEG permet de travailler à cadence élevée et de transmettre
les photos facilement et rapidement à la rédaction. Alors, à moins de préférer la maîtrise de
la chaîne de traitement de l'image aux algorithmes de l'appareil photo, pourquoi rejeter
le format JPEG?

JPEG: quelques notions


Le format JPEG (Joint Photographie Experts Croup) est une norme définitivement adoptée en
1992, dont le but est de compresser les images numériques tout en conservant les informations
originales. D'un point de vue strictement technique, le JPEG n'est pas un format mais un
ensemble d'algorithmes de compression et, pour des raisons pratiques, nous le considérerons
comme un type de fichier. L'inconvénient est qu'il se débarrasse d'un certain nombre d'infor-
mations pour réduire la taille d'un fichier: c'est ce qu'on appelle la« compression destructive».
Concrètement, si vous choisissez un réglage JPEG de qualité inférieure, vous diminuerez la
qualité de vos images, et cela se verra si vous les agrandissez.
Le JPEG a une autre particularité: avant la compression et l'écriture sur la carte mémoire,
l'appareil photo doit d'abord traiter l'image. Ce traitement inclut l'accentuation de la netteté,
la correction des couleurs et du contraste, la réduction du bruit, et ainsi de suite. Le JPEG est
donc une image finalisée, à l'inverse du RAW qui laisse au photographe le soin du traitement.

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

32
CHAPITRE 2: LE POSEMÈTRE

Le JPEG n'est pas un format de fichier, mais un ensemble d'algorithmes de compression


(pour plus de détails, voir l'encadré ci-contre). Or, c'est cette compression qui peut jouer
des tours. En choisissant une qualité de compression JPEG - faible, standard ou élevée - ,
vous demandez au boîtier de traiter l'image et de la stocker dans un volume restreint, ce
qui, par conséquent, entraîne le sacrifice d'informations utiles. Celles-ci, qui peuvent être
des détails subtils, sont alors irrécupérables, y compris dans un logiciel de post-traitement.

Avantages du format RAW


Tout d'abord, les images RAW ne sont pas compressées (certains boîtiers proposent des
formats RAW compressés, mais il s'agit d'une compression non destructive, qui ne pro-
voque pas la perte d'informations utiles). Celles-ci devront être traitées dans un logiciel de
postproduction, et c'est pour cela que la majorité des photographes préfèrent ce format.
Les fichiers RAW ont une plage dynamique bien plus étendue que les images JPEG. Elle
permet d'exploiter des informations dans les hautes et basses lumières qui ne sont plus
disponibles en JPEG.
La profondeur des couleurs est également beaucoup plus importante, puisque les fichiers
RAW sont enregistrés en 12 ou 14 bits, en fonction de l'appareil photo, contre 8 bits pour le
JPEG, ce qui garantit des transitions de bien meilleure qualité dans les teintes. On pourrait
comparer le traitement des fichiers RAW et JPEG à une opération chirurgicale faite, d'un
côté, par un chirurgien hors pair et, de l'autre, par un garçon boucher.
Le format RAW permet également plus de souplesse pour l'accentuation des images, qui
pourra se faire en fonction de leur destination. À l'inverse, l'accentuation d'un JPEG sera
irréversible.
En fait, vous pouvez considérer votre fichier RAW comme un négatif. Quelles que soient les
corrections effectuées, celui-ci ne sera jamais altéré, puisque vous devrez enregistrer votre
travail dans un format différent. Vous pourrez reprendre à tout moment vos réglages, et
même rechercher un résultat différent, toujours sans modifier l'original. En comparaison, si
vous faites la même chose avec un JPEG et que vous enregistrez le travail par erreur, vous
Vl
~ obtiendrez une nouvelle image, sans aucun espoir de retrouver la version précédente. Pre-
e>- nez le temps de bien réfléchir aux conséquences que cela peut avoir.
UJ
,-1
,-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

33
EXPOSITION

Conseils aux débutants


Ne laissez pas tomber la prise de vue en RAW sous prétexte qu'elle demande plus de travail.
Si la capacité de stockage de la carte mémoire pose un problème, achetez-en une autre! Le
transfert sur l'ordinateur prend-il plus de temps? Oui, mais cela en vaut vraiment la peine :
en choisissant le format RAW, de nouvelles possibilités s'offrent à vous. Certains boîtiers
sont livrés avec un logiciel de conversion RAW, par exemple Digital Photo Professional
pour Canon, qui permet de traiter les images et de les enregistrer dans un autre format. Le
choix est vaste, avec Photoshop Elements, Photoshop Lightroom, Aperture, iPhoto et bien
d'autres, qui proposent des outils de qualité professionnelle pour traiter des RAW et même
des JPEG (figure 2.15).

Vl Figure 2.15 Camera Raw est l'un des p lus pu issant s log iciels de d éveloppement de fichiers
..9:!
0..... RAW.
>-
UJ
,.-l
,.-l
0 Dans le cadre de la lecture de ce livre, je vous conseille de photographier en JPEG, ce qui
N
@
vous permettra de juger rapidement vos images, notamment après avoir mis en pratique
.......
..c les exercices qui vont suivre tout au long des différents chapitres. Lorsque vous serez plus
Ol
ï:::: à l'aise avec votre appareil photo, vous pourrez basculer en RAW pour exploiter tous les
>
a.
0 avantages inhérents à ce format. Après tout, en tant que photographe, n'est-ce pas à vous
u
de décider de l'aspect final de votre image?

34
CHAPITRE 2: LE POSEMÈTRE

Exercices
Vous savez désormais comment l'appareil photo gère l'exposition. Passons maintenant à la
pratique.

Quel mode de mesure?


Comment se décider parmi tous les modes de mesure à votre disposition? La réponse est aussi
simple que l'exercice lui-même. Tout d'abord, lisez la notice du boîtier pour savoir comment
passer d'un mode à l'autre. Ensuite, choisissez un sujet présentant plusieurs niveaux de lumi-
nosité et faites une photo dans chacun des modes - mesures Matricielle, Pondérée centrale,
Spot - et comparez les résultats.

Mur noir, mur blanc


Souvenez-vous que votre appareil essayera systématiquement de vous donner une exposi-
tion moyenne, ce qui veut dire, en simplifiant, qu'il s'arrange pour que tout corresponde à un
gris moyen. Trouvez un mur blanc et photographiez-le: il y a de fortes chances que l'image
soit plus sombre. Trouvez une surface noire et recommencez: l' image sera plus claire que la
réalité.

Observez l'histogramme
Consultez la notice de l'appareil pour savoir comment afficher l'histogramme, puis observez-
le avec attention en passant les photos en revue. Vous comprendrez rapidement comment les
niveaux de luminosité sont représentés. L'histogramme a-t-il de nombreux pics à l'extrémité
droite? L'image contient beaucoup de zones très brillantes. Sélectionnez une image d'expo-
sition moyenne, comme une photo de la rue ou d'une pelouse, et regardez l'histogramme:
celui-ci devrait être bien dodu au milieu et s'étaler doucement vers chaque extrémité du
graphique.

Vl
~
e>-
UJ
,-1
Partagez vos images avec le groupe Flickr du livre!
,-1
0
N Rendez-vous sur flickr.com/groups/exposure_fromsnapshotstogreatshots
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

35
100 ISO
1/1 OOOs
f/2,8
17 mm
Les modes
de prise de vue
Choisir un mode
de prise de vue

Sélectionner le mode de prise de vue sera votre premier geste. C'est


à ce moment-là que vous déciderez de la manière dont vous souhai-
ter exploiter les paramètres d'exposition calculés par l'appareil, en
optant pour un mode qui vous permettra de faire rapidement des
choix d'ordre esthétique. Les modes de mesure vont influencer les
deux plus importants réglages de la prise de vue: l'ouverture et la
vitesse d'obturation. Pour accéder à ces modes, il suffit de tourner
un bouton, puis de déclencher. Mais n'aimeriez-vous pas savoir com-
ment ils fonctionnent? Si vous voulez maîtriser tout le processus de
prise de vue, vous devez savoir à quoi servent ces modes et comment
les utiliser. Voyons maintenant ce qu'ils ont à vous offrir.
Une analyse de l'image

Il arrive parfois, malgré une préparation rigoureuse, qu'on ne puisse pa


les conditions de prise de vue. Cela m'est arrivé fréquemment en photo de paysag
notamment lors de cette sortie sur la côte, près de San Francisco. J'avais un très bàn
guide, mais le ciel, ce jour-là, n'était pas très coopératif. Pourtant, ma patience a été
récompensée.

• La brume perturbait la cellule, au point


que je suis passé en mode Manuel pour
assombrir l'ensemble de l'image.

-
••i----- Malgré la lumière abondante, j'ai utilisé
vi un trépied à cause des rafales de vent.
-9:!
0.....
>-
LI.J
,.-1
,.-1
0 ,r
N
(Li)
.....,
J::
01
200 ISO
1/750 s
f/14
45mm
Je ne suis pas un expert de la photo en studio, mais j'ai de solides bases et j'aime
expérimenter. Connaître les techniques d'éclairage est important pour faire de bons
portraits. J'apprécie plus particulièrement les portraits high-key, sur fond blanc.
Nul besoin d'un équipement sophistiqué: un fond en papier blanc, trois flashs
de studio et un bon sujet suffisent.

Avec les éclairages de studio, mon appareil est


toujours en mode Manuel. Je change les réglages
des lumières et non pas ceux de l'appareil.
Vl
~
e>- La troisième source illumine le fond, et est p lus
UJ
,-1
lumineuse de 1,5 diaphragme par rapport aux
,-1
0 autres sources, de sorte que le fond soit surexposé
N
sans perturber la scène.
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

40
La lumière principale
se reflète dans les
yeux, ce qui donne
un regard pétillant
et très vivant .

Une lumière de cheveux


a été p lacée hors
du cadre pour éclairer
la droite du visage.
La source principale
vient d'une boîte
• à lumière placée
à la gauche du
sujet, à 45°.
vi
..9:!
0
>-
UJ
,.-l

,.-l
0
N

200 ISO
1/200 s
f/13
60mm
EXPOSITION

Mode Programme
En mode Programme, l'appareil photo réfléchit et calcule l'ouverture du diaphragme et la
vitesse d'obturation à votre place. Dans ce cas, pourquoi s'y intéresser? D'abord, laissez-
moi vous dire que je me sers très rarement de ce mode, tout simplement parce qu'il ne
permet pas de maîtriser le processus de création d'une image, contrairement aux méthodes
professionnelles. Pourtant, il s'avère très utile dans certains cas, par exemple lorsque les
conditions de prise de vue changent si rapidement qu'on n'a pas le temps de réfléchir à
ses réglages, ou lorsqu'on ne se soucie pas d'avoir un contrôle total sur l'image. Imaginez-
vous en train de photographier un pique-nique dans un environnement mêlant ombre et
éclairage direct du soleil. Sans vouloir nécessairement les exposer dans une galerie d'art,
vous souhaitez faire de belles photos. Pourquoi, dans ce cas, préférer le mode Programme à
n'importe quel autre automatisme? Tout simplement parce qu'il offre certaines possibilités
supplémentaires à celles des autres modes.

Les bonnes raisons d'uti liser le mode Programme


• Lorsqu'on n'a pas le temps de régler l'appareil (figure 3.1 ).
• Pour garder la main sur les réglages de sensibilité ISO.
• Pour corriger la balance des blancs.
• Lorsqu'on veut modifier l'ouverture ou la vitesse pour obtenir un résultat précis.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0 400 ISO
u
1/1 250 s
f/4,5
24mm

Figure 3.1 C'est d ans les p hotos de vacances ou d e voyage qu'on oub lie la créativité au profit
d 'un instant ané pou r le souvenir.

42
CHAPITRE 3: LES MODES DE PRISE DE VUE

Revenons au scénario du pique-nique: on y trouve à la fois des ombres denses et des zones
en plein soleil, et l'appareil photo tente de déterminer la bonne exposition avec les trois
paramètres principaux, ISO, ouverture et vitesse. En mode Programme, vous pouvez choisir
librement la sensibilité ISO : moins la valeur est élevée, meilleure est la qualité d'image,
mais moins l'appareil est sensible à la lumière. Il faut trouver un compromis entre la sensi-
bilité la plus basse possible - avec le risque du flou de bougé dû à une vitesse d'obturation
insuffisante - ou plus élevée, ce qui signifie plus de bruit dans les images. Dans notre cas,
un réglage de 400 ISO offre une sensibilité suffisante pour photographier à l'ombre, tout
en garantissant une vitesse suffisamment élevée pour figer un mouvement.
Dès que la sensibilité aura été choisie, on pourra utiliser les autres commandes pour décaler
les réglages du mode Programme. Souvenez-vous que votre appareil mesure la lumière
pour déterminer les meilleurs réglages, mais qu'il ne sait pas de quoi se compose la scène, ni
comment vous l'interprétez. Avec le décalage du mode Programme, cela devient possible:
vous avez besoin d'une vitesse plus rapide pour figer l'action? D'une grande ouverture
pour réduire la profondeur de champ? Il vous suffit d'agir sur les commandes et sélecteurs
rotatifs pour obtenir les réglages dont vous avez besoin. L'appareil photo se chargera de
régler les paramètres d'exposition en tenant compte de vos choix, ce que les modes tout
automatique ou modes Scène sont incapables de faire.

Réglages de sensibilité ISO


La sensibilité ISO est un sttjet largement abordé dans ces pages, mais il vous sera certainement
utile d'avoir un point de départ pour vos réglages. La première chose à faire est d'essayer de
rester à la sensibilité la plus basse possible. Cela dit, voici quelques réglages de base:
• 1OO: journée ensoleillée
• 200: légère couverture nuageuse ou sujet à l'ombre.
• 400: éclairage intérieur ou temps nuageux.
• 800: conditions de basse lumière (scène nocturne).
vi Il s'agit là de simples suggestions, et vos réglages dépendront d'un grand nombre de facteurs
e
~
abordés un peu plus loin dans ce livre. Vous serez peut-être amené à pousser les réglages mais,
~ au moins, vous saurez d'où partir.
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

43
EXPOSITION

Mode Priorité vitesse


Le mode Priorité vitesse - libellé Sou Tv (pour Time value : valeur de temps) sur la plupart
des appareils - privilégie, comme son nom l'indique, la vitesse d'obturation.
Comme le mode Programme, le mode Priorité vitesse vous laisse une certaine liberté à la
prise de vue. La vitesse d'obturation détermine la durée d'exposition du capteur de l'ap-
pareil à la lumière. Plus l'obturateur reste ouvert, plus le capteur reçoit de lumière. D'une
certaine manière, la vitesse conditionne aussi la netteté des images, ce qui n'a rien à voir,
ici, avec la mise au point. La vitesse stoppe plus ou moins les mouvements de l'appareil
lui-même et le déplacement du sujet. Si la vitesse est basse, le capteur sera exposé plus
longtemps, et le moindre mouvement apparaîtra flou à l'image.

Vitesses d'obturation faibles ou élevées


Une faible vitesse d'obturation - 1/30 s ou moins - signifie que l'obturateur reste ouvert
longtemps . Une vitesse élevée - 1/250 sou plus - indique que l'obturateur reste ouvert très
brièvement.

Cas d'utilisation du mode Priorité vit esse


• Pour figer ou saisir le mouvement d'un sujet rapide (figure 3.2).
• Pour mettre en valeur un mouvement à l'aide d'un flou de bougé.
• Pour une pose lente, destinée à capter la lumière sur une période plus ou moins longue.
• Pour donner un effet vaporeux aux chutes d'eau (figure 3.3).

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

44
CHAPITRE 3: LES MODES DE PRISE DE VUE

400 ISO
1/2 000 s
f/2,8
300mm

Figure 3.2 Lorsque la vitesse est essentiell e pour figer l'action, le mode Priorité vitesse est
incontournable.

100 ISO
1/3 s
f/16
SOmm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 3.3 Pour obtenir cet effet vaporeux dans l'eau, vous devez utiliser une vitesse lente et
travaill er sur p ied .

45
EXPOSITION

En général, c'est le sujet qui permet de déterminer si vous devez utiliser le mode Priorité
vitesse ou non. Pour cela, il est indispensable de vérifier le résultat immédiatement, notam-
ment grâce au compte-rendu instantané fourni par l'écran LCD des appareils numériques.
Mais que faire si le sujet ne vous laisse pas une deuxième chance, comme en photo de
sport? Bien sûr, vous pouvez toujours demander au sportif ou à l'équipe de recommencer,
en expliquant que vous avez raté la photo mais, plus sérieusement, il est important de
savoir ce que les vitesses permettent concrètement et de connaître leur capacité à figer le
sujet pour obtenir des images bien nettes.
En premier lieu, jetons un œil aux différentes commandes dont nous disposons. La majorité
des reflex a une plage de vitesses s'étendant de 30 secondes à 1/4 000 s, ce qui permet de
faire face à toutes les situations imaginables. De plus, il ne faut pas perdre de vue que le
mode Priorité vitesse est semi-automatique, ce qui veut dire que si vous réglez l'un des
paramètres d'exposition, l'appareil se charge de l'autre. Dans ce cas, vous réglez la vitesse
d'obturation et l'appareil photo s'occupe de l'ouverture du diaphragme. Souvenez-vous-en
parce que, dans certain cas, pour une vitesse donnée, l'appareil ne pourra pas toujours
sélectionner l'ouverture appropriée.
Cette situation se produit lorsqu'il y a peu de lumière. Si vous photographiez un sujet en
mouvement au 1/125 s, parce qu'il risque d'être flou en dessous de cette vitesse, et que
l'ouverture maximale de l'objectif est f/3,5, vous verrez l'indication «Lo» dans le viseur
ou sur l'écran LCD, ce qui signifie qu'il n'y a pas assez de lumière disponible, à cause de
l'ouverture insuffisante de l'objectif, et que votre photo sera sous-exposée.
Un autre exemple parlant est lorsque vous photographiez de l'eau en mouvement. Pour
obtenir un effet vaporeux, la vitesse ne doit pas être supérieure à 1/15 s. Si la chute d'eau
est en plein soleil et que vous êtes déjà à f/22, la plus petite valeur d'ouverture disponible,
il se peut que l'appareil indique« Hi»: l'image sera surexposée. Il existe des solutions pour
faire face à ces problèmes, nous y reviendrons plus loin dans le livre, mais vous devez être
conscient des limites du mode Priorité vitesse.

~
Vl
Mode Priorité ouverture
e>-
UJ Le mode Priorité ouverture est certainement le plus utilisé par les photographes. Sur l'ap-
,.-1
,.-1 pareil, il est indiqué par A ou Av (pour Aperture value : valeur d'ouverture), un terme
0
N largement employé dans le jargon des photographes. Ce mode est mon préféré, et je fais
@
....., le pari qu'il sera aussi le vôtre. Il est également semi-automatique : vous vous chargez d'un
~
Ol
·;:: réglage d'exposition et l'appareil photo s'occupe de l'autre.
>
a.
0
u

46
CHAPITRE 3: LES MODES DE PRISE DE VUE

Si j'apprécie particulièrement ce mode, c'est tout simplement parce que l'ouverture


contrôle la profondeur de champ, qui attire l'attention sur les éléments les plus importants
de l'image, au même titre que la composition. La profondeur de champ détermine égale-
ment l'étendue de la netteté dans l' image. Pour isoler un sujet par rapport à l'arrière-plan
- pour un portrait, par exemple - vous utiliserez une grande ouverture. Le sujet sera par-
faitement net et le fond sera noyé dans le flou . Au contraire, en paysage, tous les éléments
et détails de l' image doivent être nets et, pour cela, on utilisera une petite ouverture pour
étendre la profondeur de champ.

Cas d'utilisation du mode Priorité ouverture


• Le portrait ou la photo d'animaux (figure 3.4).
• La photographie de paysages.
• La macrophotographie ou la photographie rapprochée (figure 3.5).
• La photographie d'architecture, qui nécessite une grande profondeur de champ.

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>-
a.
0
u
Figure 3.4 Pour obtenir la
faib le profondeur de champ
1 600 ISO
dans cet exemple, l'appareil
1/500 s
été réglé en mod e Priorité
f/5
ouverture et la photo a ét é
170 mm
p rise à f/5 .

47
EXPOSITION

100 ISO
1/250 s
f/11 Figure 3.5 La prise de vue
SS mm rapprochée exige de petites
ouvertures pour p lus de netteté.

Le mode Priorité ouverture ne se cantonne pas à la profondeur de champ. Il permet éga-


Vl
..9:! lement d'établir les limites des conditions de lumière exploitables. Les objectifs n'ont pas
0..... tous la même luminosité : plus grande est l'ouverture et moins vous aurez besoin de lumière
>-
UJ
,.-l
pour une image dont la netteté doit rester acceptable. Rappelez-vous du mode Priorité
,.-l
0 vitesse et de la vitesse minimale à respecter pour ne pas introduire de flou de bougé dans
N
@
l'image à cause des mouvements et vibrations de l'appareil photo. Si votre objectif jouit
....... d'une grande ouverture, la quantité de lumière disponible vous permet d'employer des
..c
Ol
ï:::: vitesses d'obturation plus élevées. C'est pour cette raison que dans le cas d'objectifs à
>
a.
0 grande ouverture, comme f/1,4, on parle également d'objectifs rapides.
u

48
CHAPITRE 3: LES MODES DE PRISE DE VUE

D'autre part, les scènes très lumineuses vous obligent à fermer le diaphragme, à des valeurs
de f/16 ou f/22, notamment si vous avez besoin d'une vitesse lente. L'ouverture limite la
quantité de lumière et l'obturateur reste ouvert plus longtemps.

Mode Manuel
Bien avant les appareils numériques et les programmes automatiques, il y avait un mode
Manuel. À l'époque, on ne l'appelait pas ainsi, tout simplement parce qu'il n'en n'existait
pas d'autre. C'était de la photographie dans tout ce qu'elle a de plus pur, et de nombreux
photographes ont tout appris avec des appareils entièrement manuels. Soyons francs: si
vous voulez vous rendre compte de la manière dont l'ouverture et la vitesse agissent à la
prise de vue, il n'y a pas de meilleure méthode que d'apprendre en réglant l'appareil soi-
même. Aujourd'hui, grâce aux avancées de la technologie, il ne viendrait à l'esprit d'aucun
photographe de travailler de cette manière. C'est bien dommage car, une fois la phase
d'apprentissage passée, on ajoute une corde à son arc.
Lorsque l'appareil est en mode Manuel (position M, sur le sélecteur de mode), la cellule de
l'appareil mesure la lumière de la scène, mais c'est à vous de régler l'ouverture et la vitesse
pour obtenir une exposition correcte. Si vous avez besoin d'une vitesse plus rapide, il faut
compenser avec l'ouverture. En mode semi-automatique, comme les modes Priorité vitesse
ou Priorité ouverture, il faut régler l'un des paramètres, et l'appareil se charge du reste. En
manuel, vous devez tout faire vous-même. Au début, c'est un exercice assez difficile mais,
avec un peu d'expérience, vous comprendrez la manière dont le moindre réglage modifie
l'exposition, ce qui, en retour, améliorera l'utilisation que vous faites des autres modes.

Cas d'utilisation du mode Manuel


• Pour assimiler l'interaction entre chaque réglage d'exposition .
• Lorsque votre cellule est perturbée par l'éclairage ambiant et que vous devez garder un
réglage précis (figure 3.6).

~
vi
• Pour photographier à contre-jour, lorsqu'il faut passer outre les indications de la cellule .
0.....
>-
UJ
• Lorsque vous utilisez un éclairage de studio (figure 3.7) .
,.-1
,.-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>-
a.
0
u

49
EXPOSITION

200 ISO
1nsos
f/14
45mm

Figure 3.6 Le mode


Manuel permet de se tirer
de cond itions de lumière
délicates, comme pour ce
paysage brumeux de Californie,
photographié au coucher du
soleil.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
> Figure 3.7
a.
0 Avec l'écla irage
u
de studio, mon
200 ISO apparei l est
toujours en mode
1/200 s
f/13 Manuel, et je règ le
les lumières, mais
60mm
pas l'appareil.

50
CHAPITRE 3: LES MODES DE PRISE DE VUE

À propos des modes automatiques


Vous trouverez, sur les appareils grand public ou semi-professionnels, des modes auto-
matiques qui vous dispensent de toute décision à la prise de vue. Ce n'est pas forcément
une mauvaise chose, plus particulièrement si vous voulez profiter du moment présent et
prendre quelques photos souvenirs. Les modes automatiques se basent tous sur un scéna-
rio; il ne vous reste qu'à choisir celui qui correspond à la scène à photographier et à laisser
l'appareil se débrouiller. Faisons le tour des modes automatiques qu'on retrouve le plus
souvent.

Mode Automatique
Un mode complètement automatique ne demande aucun effort de la part du photographe :
il suffit de cadrer et de déclencher. Dans ce cas, le problème principal reste la mise au point.
L'appareil va s'employer à la faire correctement et, naturellement, il va estimer que l'objet
le plus proche est celui qui doit être bien net. Appuyez à mi-course sur le déclencheur, et
vous verrez au moins un collimateur AF s'illuminer sur le sujet. Bien entendu, vous savez
déjà que centrer le sujet n'est pas la règle, n'est-ce pas? Lorsque le point est verrouillé,
gardez le déclencheur enfoncé à mi-course et recomposez votre image. Enfin, pressez le
déclencheur à fond pour prendre la photo. Ce n'est pas plus compliqué (figure 3.8) : l'appa-
reil s'occupe de l'exposition et peut même décider d'utiliser le flash.
Admettez que c'est un peu trop facile mais, parfois, c'est agréable de laisser faire et de se
contenter de créer une image-souvenir. Malgré tout, un jour, vous aurez envie d'utiliser les
fonctions les plus avancées de votre appareil pour améliorer vos photos. N'oubliez pas que
chaque appareil est différent, prenez donc la peine de lire la notice et de déceler toute
information qui vous donnera envie de passer outre le mode Automatique.

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

51
EXPOSITION

400 ISO
1/1 000 s
f/8
120 mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 3.8 Le mode Automatique est b ien pratique si vous décidez de confier tout le
processus de création d'image à l'apparei l photo.

52
CHAPITRE 3: LES MODES DE PRISE DE VUE

Mode Portrait
Le problème, avec le mode Automatique, est que l'appareil propose les mêmes réglages
dans toutes les situations et quel que soit le sujet que vous êtes en train de photographier.
Le portrait est un exemple parfait. En général, quand vous photographiez une personne,
vous aimeriez qu'elle accapare toute l'attention dans l'image, sans qu'on soit distrait par
ce qui se passe en arrière-plan.
C'est le rôle du mode Portrait. En choisissant ce mode, vous demandez à l'appareil d'utiliser
une grande ouverture pour réduire la profondeur de champ et noyer le fond de l'image
dans le flou . Cet arrière-plan flou met en valeur le sujet principal (figure 3.9). En plus du
choix de l'ouverture, le programme Portrait utilise un style d'image optimisé pour les tons
chair, y compris un effet d'adoucissement de la peau .

Figure 3. 9 Le mode
Portrait met en va leu r
le sujet en le détachant
de l' arrière-pla n, g râce
au choix d 'u ne grande
ouverture .

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

1/50 s
f/ 3,5
200mm

53
EXPOSITION

Les objectifs pour le portrait


En mode Portrait, il convient d'utiliser un objectif dont la focale est supérieure à 50 mm. Le
portrait n 'en sera que plus naturel, et la profondeur de champ réduite mettra en valeur le sttjet.

Mode Paysage
Vous l'aurez deviné, le mode Paysage est optimisé pour la photographie de paysages. Dans
ce cas, les algorithmes de traitement d'image mettent l'accent sur les bleus et les verts
(figure 3.10), ce qui est logique, puisqu'un paysage est souvent composé de végétation,
d'arbres et d'un ciel profond. La netteté est également accentuée. L'appareil se contente
de la sensibilité la plus basse possible, pour maintenir le bruit au niveau le plus faible pos-
sible. L' inconvénient de ce réglage est évident : vous ne maîtrisez plus grand chose.

Mode Macro ou Rapproché


Les zooms ne permettent pas véritablement de faire de la macrophotographie. En revanche,
vous pouvez les utiliser pour des plans rapprochés . L'astuce consiste à remplir le cadre avec
le sujet, tant que la mise au point est possible. Vous devez vous rapprocher le plus possible
du sujet et surveiller la netteté. En général, on trouve, sur les objectifs, un repère de dis-
tance minimale de mise au point. Par exemple, celle du zoom Canon EF-5 18-55 mm est
d'environ 25 cm . Le mode Macro utilise la plus petite ouverture possible, tout en garantis-
sant une vitesse suffisamment élevée pour que le sujet soit net (figure 3.11 ). li peut même
augmenter la sensibilité ISO ou déclencher le flash intégré, voire les deux, pour parvenir à
ses fins. Malheureusement, il n'est pas possible de désactiver l'un de ces réglages, et l'on
risque de retrouver du bruit dans l'image (la sensibilité est plus élevée) ou des ombres
marquées, à cause du flash .

Vl
~
e>-
UJ
,..-1
,..-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

54
CHAPITRE 3: LES MODES DE PRISE DE VUE

800 ISO 1 250 ISO


1/80 s 1/250 s
f/8 f/10
17 mm 300mm

Figure 3.10 Cette scène bénéficie des Figure 3.11 Les p lans rapprochés, comme
réglages du mode Paysage. La petite cette toile d'araignée couverte de rosée, sont
Vl ouverture augmente la profondeur de m is en va leur par le mode Macro.
..9:!
0..... champ et les cou leurs sont saturées par des
>-
UJ algorithmes optimisés.
,..-l
,..-l
0
N
@
......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

55
EXPOSITION

Mode Sport
Malgré la dénomination de ce mode, vous pouvez l'utiliser pour tout sujet en mouve-
ment. Il se base entièrement sur les préceptes de la photographie de sport : mise au point
continue, grande ouverture et vitesse élevée (figure 3.12). Dans ce cas, l'appareil photo va
basculer en rafale, le diaphragme va s'ouvrir au maximum et la sensibilité 150 sera automa-
tique. En général, ces réglages sont efficaces.

..

1 250 ISO
1/1 OOOs
f/5,6
220mm

Figure 3.12 La photo de sport exige une grande ouverture et des vitesses d'obturation
élevées, d'où l'intérêt du mode Sport.
Vl
-9:!
0.....
>- Cependant, si l'appareil opte pour une sensibilité élevée (égale ou supérieure à 1 600 ISO),
UJ
,-l vous vous retrouverez avec des images contenant du bruit. Quant au système de mise au
,-l
0
N
point, il va se verrouiller sur un sujet mobile et en assurer le suivi jusqu'à ce que vous
@ relâchiez le déclencheur, ce qui risque de compliquer le cadrage. Certains appareils vous
.......
..c laissent changer de mode de mise au point, mais ce n'est pas le cas de tous .
Ol
ï::::
>
a.
0
u

56
CHAPITRE 3: LES MODES DE PRISE DE VUE

Mode Portrait nocturne


Vous vous promenez en ville le soir et vous aimeriez prendre une photo de la personne
qui vous accompagne devant un décor esthétique. Vous pourriez utiliser le mode Auto-
matique, qui déclencherait certainement le flash mais, même si le sujet est bien exposé,
l'arrière-plan serait complètement noir. En revanche, si vous utilisez le mode Portrait noc-
turne, l'appareil emploiera une vitesse d'obturation plus basse que d'habitude, de sorte
que l'arrière-plan soit exposé plus longtemps.
La vitesse standard de synchronisation du flash est de 1/60 s et peut atteindre 1/250 s,
mais pas plus. Si vous laissez l'obturateur ouvert plus longtemps, l'appareil photo va tenir
compte de l'arrière-plan pour créer une image plus équilibrée (figure 3.13). Ce mode est
tout aussi utile pour prendre des portraits au coucher du soleil. Là encore, l'appareil utilise
la sensibilité ISO automatique: gardez un œil sur les réglages pour éviter que le bruit induit
par une sensibilité trop élevée ne gâche votre photo.

Vl
..9:!
0.....
400 ISO
>-
UJ
,.-l
1/ 15 s
,.-l
0 f /5,6
N
70mm
@
.......
..c
Ol Figure 3.13 Le m ode Portrait nocturne combine une vitesse d ' obturation pl us lente, une
ï::::
>
a. sensib il ité ISO p lus élevée et une ouvertu re pl us grand e pour éq uilibrer la lumière d u flash avec
0
u l'arrière-p lan.

57
EXPOSITION

De bonnes raisons pour fuir les automatismes


Avec tant de modes automatiques si faciles à utiliser, pourquoi s'échiner à faire autre-
ment? Avant tout pour des raisons de maîtrise. C'est cela qui justifie l'utilisation d'un reflex
numérique. Contrôler chaque aspect de la photographie ouvre des perspectives créatives
hors de portée des automatismes. Voici ce à quoi vous devez renoncer si vous les utilisez
constamment.
• ISO: lorsqu'on utilise des modes automatiques, la plupart des appareils ne permettent
pas de se départir du réglage automatique de la sensibilité. Si les valeurs sont élevées,
vos images pourraient présenter un bruit excessif.
• Espace calorimétrique: l'espace par défaut des modes automatiques est le sRVB, et on
ne peut pas le changer directement. Cet espace convient à la publication sur Internet,
mais pour la diffusion papier, l'espace Adobe RVB est plus approprié.
• Balance des blancs: aucun choix n'est permis, la balance des blancs reste automatique.
Ce n'est pas dramatique, tant que l'appareil ne se trompe pas.
• Autofocus: le mode de mise au point peut varier en fonction du mode automatique de
prise de vue. En principe, le mode choisi est en rapport avec le sujet, mais ce n'est pas
toujours le cas. Même si le mode de mise au point est approprié, vous n'aurez pas la
possibilité d'en choisir un autre.
• Compensation d'exposition: vous le découvrirez dans les prochains chapitres, la
compensation d'exposition est essentielle pour prendre de meilleures photos. Mal-
heureusement, les modes automatiques ne vous permettent pas d'en profiter et vous
devrez vous conformer aux réglages décidés par l'appareil.

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

58
CHAPITRE 3: LES MODES DE PRISE DE VUE

Exercices
Les exercices suivants vous permettront de photographier en utilisant les modes automa-
tiques et semi-automatiques, ce qui vous laissera le loisir de mesurer les avantages et les
inconvénients de chacun. Cela exigera beaucoup de travail de votre part, et je ne peux que
vous recommander de faire un effort, car toutes les informations de ce chapitre vont déter-
miner, à partir de cet instant, la manière dont vous allez vous servir de votre appareil photo.
Bien sûr, il n'est pas interdit d'utiliser un mode automatique pour quelques instantanés sans
importance mais, si vous voulez progresser, vous devrez étudier et adopter les modes profes-
sionnels et experts.

Mode Po-trait
Demandez à un proche de poser et photographiez-le en mode Portrait. Essayez de passer
du mode Portrait au mode Auto, avec le même sujet et en essayant de conserver les mêmes
réglages. Vous devriez vous rendre compte assez facilement d'une différence de netteté de
l'arrière-plan et de rendu des tons chair. Si vous utilisez un zoom, choisissez une focale de
SS mm.

Mode Paysage et Macro


Faites un tour à l'extérieur pour prendre quelques photos de paysage et macro. Montez un
objectif grand-angle sur votre appareil ou choisissez la focale la plus courte sur votre zoom,
et prenez quelques photos en mode Paysage, puis recommencez en mode Auto, pour compa-
rer les réglages, les couleurs et la netteté des images. Ensuite, puisque vous êtes à l'extérieur,
trouvez une feuille ou une fleur et passez en mode Macro. Notez à quelle distance vous pou-
vez vous rapprocher du sujet et mémorisez l'ouverture du diaphragme. Puis, passez en mode
Auto et photographiez le même sujet.

Mode Sport
Trouvez un sujet mobile: la circulation dans la rue ou un enfant en train de jouer. C'est un très
bon moyen d'essayer le mode Sport. Il n'y a pas grand-chose à faire ici: il suffit de cadrer et
Vl
~ de déclencher. Prenez plusieurs photos l'une après l'autre, puis photographiez en rafale, en
e>- gardant le doigt sur le déclencheur. Arrangez-vous pour que le sujet soit à la lumière, ce qui
UJ
,-1
évitera à l'appareil de choisir une sensibilité trop élevée.
,-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

59
EXPOSITION

Maîtrisez le mode Priorité vitesse


Toujours sur un sujet en mouvement, réglez votre appareil en mode S ou Tv. Demandez à
vos enfants de faire des allers-retours en vélo, où contentez-vous des voitures qui circulent
dans la rue. Commencez avec une vitesse d'obturation assez basse, autour de 1/30 s, puis
augmentez-la progressivement. Continuez à déclencher jusqu'à ce que vous puissiez figer
l'action. Ensuite, cherchez un sujet fixe, comme une fleur, et réglez votre appareil à 1/500 s,
puis diminuez progressivement la vitesse d'obturation. Ne fixez pas l'appareil sur un support
stable, continuez avec les vitesses les plus basses possibles, jusqu'au quart de seconde. Le but,
ici, est de vérifier à quelle vitesse vous pouvez photographier à main levée, avant de subir les
effets du flou de bougé dû aux vibrations et autres mouvements imperceptibles de l'appareil
photo.

Maîtrisez la profondeur de champ


Pour comprendre la profondeur de champ, nous allons utiliser le mode Priorité ouverture.
Placez trois objets - les pièces d'un jeu d'échec par exemple - à différentes distances. Faites le
point sur l'objet placé au milieu et réglez l'appareil photo à pleine ouverture (rappelez-vous,
une grande ouverture équivaut au moins à f/3,5). Ensuite, en gardant le point sur l'objet
central, faites une série de photos en fermant progressivement le diaphragme, jusqu'à la
plus petite ouverture possible. Si vous avez un zoom, faites le même exercice à la focale la
plus courte, puis la plus longue. Recommencez l'exercice avec des sujets distants, comme
des poteaux téléphoniques. Ceci vous fera comprendre comment chaque ouverture du
diaphragme affecte la profondeur de champ.

Partagez vos images avec le groupe Flickr du livre!


Rendez-vous sur flickr.com/groups/exposure_fromsnapshotstogreatshots

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

60
200 ISO
1/125 s
f /5,6
50mm
Voir la lumière
Comprendre les propriétés
de la lumière

Comprendre la lumière est l'une des choses les plus importantes en


photographie mais elle est trop souvent négligée. Elle a pourtant
une influence sur chaque réglage de l'exposition: la sensibilité ISO,
l'ouverture du diaphragme et la vitesse d'obturation, sans compter
la balance des blancs. Que vous travailliez en lumière naturelle ou
artificielle, vous devez connaître ses propriétés pour en tirer profit
et obtenir de bonnes photos.
Une analyse de l'image
100 ISO
1/180 s
ffi,1
24mm
Avec deux escales, mon voyage en Malaisie allait prendre beaucoup de
temps. L'un des changements d'avion était prévu à Singapour, avec un temps
d'attente particulièrement long. Au lieu de passer ma journée affalé dans
un siège, je décidais d'arpenter l'aérogare, appareil photo à la main, et
plus particulièrement, les jardins d'orchidées. J'ai pu prendre de très belles
photos de ces fleurs, ce qui n'était pas prévu. Tout cela pour vous dire de
toujours garder votre appareil à portée de main et de vous préparer à toute
éventualité.

Le choix d'une ouverture


relativement grande a permis
de détacher les fleurs de
l'arrière-plan.

La lumière étant assez faib le, il a


Vl
-9:! fallu augmenter la sensibilité ISO.
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

66
5 000 ISO
1/400 s
f/5,6
8Smm
EXPOSITION

Types de lumière
Avant même d'apprendre à se servir de la lumière, il est utile d'en connaitre les différents
types, et ce afin de mieux gérer la balance des blancs, et de faire attention à sa qualité.

Lumière du jour
En raison du déplacement du soleil dans l'atmosphère, la lumière du jour est l'une des plus
changeantes. La température de couleur et l'intensité varient selon un grand nombre de
facteurs. D'abord, il y a l'heure à laquelle on prend les photos: la lumière est très différente
au lever du soleil et en milieu de journée, notamment en ce qui concerne les couleurs.
L'intensité change également du tout au tout : à midi, la lumière est forte, avec des ombres
particulièrement denses (figure 4.1 ). En revanche, les ombres allongées, au lever ou au
coucher du soleil, donnent du relief aux paysages (figure 4.2).

Figure 4.1
À midi, la lum ière 100 ISO
est directe et très 1/180 s
dure, ma is il n'y f/7,1
a guère le choix 24mm
si on doit faire
des photos à ce
moment de la
journée.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

68
CHAPITRE': VOIR LA LUMIÈRE

100 ISO
1/ 180 s
ffi,1
24mm

Figure 4.2 La lumière quas i horizont ale au lever du jour met en va leu r les paysages.

Vl Cependant, la différence de luminosité entre les zones éclairées et les zones sombres peut
-9:!
0..... être énorme. C'est ce qu'on appelle le «contraste ». Lorsqu'il est élevé, il faut trouver un
>-
UJ
compromis quant à l'exposition. Si vous faites des photos un peu avant le lever du soleil ou
,..-l
,..-l
juste après le coucher, vous profiterez d'une très belle lumière, pratiquement dépourvue
0
N d'ombres denses (figure 4.3).
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

69
EXPOSITION

200 ISO
1/20 s
f/5,6
SS mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 4.3 Les ombres peu denses et la lum ière chaude du coucher de so leil donnent de la
profondeur à cette scène.

70
CHAPITRE': VOIR LA LUMIÈRE

L'une des conditions d'éclairage que je préfère pour photographier à l'extérieur est lorsqu'il
y a un plafond nuageux. Soyons clair: si je dois prendre un paysage en photo, en y incluant
le ciel, cette situation ne me conviendra pas mais, en revanche, elle sera parfaite pour le
portrait et bien d'autres sujets. La couche nuageuse diffuse et adoucit la lumière tout en
atténuant les ombres et le contraste (figure 4.4).

Figure 4.4
320 ISO Un ciel couvert
1/160s adoucit les o m bres.
f/5
23mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

71
EXPOSITION

Éclairage fluorescent
L'éclairage à incandescence - nos bonnes vieilles ampoules domestiques - est progressive-
ment abandonné au profit de l'éclairage fluorescent; par la force des choses, ce dernier est
de plus en plus utilisé lors de la prise de vue. Les tubes néon provoquent une dominante
verte marquée, mais il existe aussi des modèles équilibrés lumière du jour, qu'on peut uti-
liser chez soi et même dans un studio photo. En fait, c'est une source assez agréable à
employer; la lumière est diffuse et il y a moins de contraste (figure 4.5). Vous pouvez régler
la balance des blancs du boîtier sur la position Fluorescent, ou créer un réglage personna-
lisé. Cette dernière option est d'ailleurs préférable, à cause des variations de température
de couleur d'un modèle de lampes à un autre.

Figure 4.5
Avec un bon réglage
de la balance d es
bl ancs, l'éclairage
fluorescent fournit
une lum ière ag réable
et parfaitement
uti lisable en
photographie.

Vl
..9:!
0
"-
>-
UJ
,-l
,-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>-
a.
0
u

5 000 ISO
1/400 s
f/5,6
85mm

72
CHAPITRE': VOIR LA LUMIÈRE

Éclairage à incandescence
Photographier sous un éclairage à incandescence entraîne, dans les images, une forte
dominante jaune-orangée. L'éclairage est également plus dur, car la source de lumière est
souvent de petite taille, comme une ampoule. Bien entendu, un réglage adéquat de la
balance des blancs supprimera la dominante, mais n'oubliez pas de vérifier vos images sur
l'écran du boîtier (figure 4.6).

3 200 ISO
1/30 s
f/4
20mm

Vl
..9:!
0..... Figure 4.6 Observez, à gauche, la dominante o range due à un éclairage à incandescence .
>-
UJ Elle a ét é supprimée, à droite, en sélectionnant un p rérég lage de balance des bl ancs de type
,.-l
,.-l Tungst ène.
0
N
@
.......
..c
Ol Flash
ï::::
>
a.
0 Nous reviendrons au flash dans le chapitre 8. Néanmoins, il est important d'en parler dès
u
maintenant. Le flash est apprécié des photographes car c'est une source de lumière fiable
et prévisible, qu'on maîtrise facilement et dont la température de couleur est proche de la
lumière du jour. Par exemple, on peut l'utiliser pour déboucher des ombres en plein jour,
sans craindre de mélanger deux températures de couleur différentes, ce qui n'est pas le
cas des autres sources de lumière artificielle (à l'exception des néons équilibrés lumière du
jour).

73
EXPOSITION

On peut également moduler la qualité d'éclairage, d'une lumière dure et contrastée à


une lumière diffuse et plate, grâce à de nombreux accessoires de diffusion ou permettant
d'agrandir la surface d'éclairage (en plaçant un diffuseur ou une boîte à lumière sur le
flash). On peut également teinter la lumière du flash à l'aide de gélatines pour créer des
effets ou pour l'équilibrer avec la température de couleur d'une autre source (figure 4.7).

vi
-9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>-
a.
200 ISO
0 1/250 s
u
f/4,5
85mm

Figure 4.7 Ce portrait a été réalisé à l'a ide d'un flash placé dans une boîte à lumière,
constituant la source principale d'éclairage. Un autre a été utilisé pour déboucher les ombres
du côté gauche. Enfin, un petit flash équipé d'une gélatine bleue éclaire le fond.

74
CHAPITRE': VOIR LA LUMIÈRE

Qualité de la lumière
Lorsqu'on parle de qualité de lumière, on évoque en général la «lumière dure», qui pro-
vient la plupart du temps d'une source unique et ponctuelle, et la «lumière douce», qui est
diffuse et semble venir de plusieurs directions à la fois.

Lumière dure
Parmi les exemples de lumière dure, on pourrait citer le soleil, qui crée un éclairage violent
et des ombres denses, ou un flash directement pointé vers le sujet, sans aucun accessoire
de diffusion. La lumière dure est directe et les ombres bien marquées. Une autre de ses
caractéristiques est le peu de tons intermédiaires entre les hautes lumières et les ombres
(figure 4.8).

400 ISO
Vl 1/500 s
..9:!
0..... f/11
>-
UJ
66mm
,-l
,-l
0 Figure 4.8 Le soleil à midi est le meilleu r exemple d e lum ière dure et directe créant d es
N
@ ombres denses et un cont rast e très prononcé.
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

75
EXPOSITION

Lumière douce
Un ciel couvert, lorsque les rayons du soleil doivent traverser la couche nuageuse, est un
exemple parfait de source de lumière douce. Les nuages diffusent la lumière comme si
elle provenait de plusieurs sources à la fois. La diffusion crée des ombres beaucoup moins
marquées et peut quasiment les faire disparaître. Les tons moyens sont bien mis en valeur,
tout simplement parce que la transition entre les tons clairs et les tons foncés est très pro-
gressive (figure 4.9).

Figure 4.9
Un cie l couvert
diffuse la lumière
du soleil avec
des transit ions
prog ressives dans
les tons et des
ombres nettement
moins denses.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

400 ISO
1/2 500 s
f/4
280mm

76
CHAPITRE': VOIR LA LUMIÈRE

Importance de la taille de la source de lumière


Par rapport au sujet, plus la source de lumière est petite, plus l'éclairage est dur. Ainsi, un flash
ou le soleil créent des ombres profondes et beaucoup de contraste. Pour adoucir la lumière, il
faut une source plus grande. Cela est possible en utilisant un diffuseur ou en éclairant à travers
un parapluie de studio. Si vous utilisez un flash, déportez léclair vers le plafond ou le mur.
Avant d'atteindre le sujet, la lumière va frapper cette surface et se diffuser, créant ainsi une
source de plus grande taille et, par conséquent, un éclairage plus doux.
À l'extérieur, photographiez à l'ombre, dans un endroit ouvert, ou lorsqu'il y a une couverture
nuageuse unie. La lumière sera diffusée et arrivera de toutes les directions sur le sujet, ce qui
revient à utiliser une source de lumière de grande taille.

Direction de la lumière
La lumière ne se limite pas à la douceur ou à la dureté, il faut également tenir compte de
sa direction, pour mettre en valeur le sujet et, par conséquent, améliorer les photos. Il y a
trois directions possibles.

Éclairage de face
L'éclairage de face provient d'une source placée derrière le photographe et arrivant direc-
tement sur le sujet. Ce procédé a tendance à estomper toute impression de relief et de
modelé, à «aplatir» le sujet. Cela revient pratiquement à le poser sur la vitre d'une pho-
tocopieuse, qui éclaire de façon uniforme. En revanche, il est bien éclairé et bien défini
(figure 4.10).

Éclairage latéral
Pour donner du volume au sujet, on utilise un éclairage latéral comme source principale.
Les contours sont mis en valeur par le jeu des ombres et de la lumière, donnant l'impression
Vl
~ que la scène est en trois dimensions. Ceci explique pourquoi les portraits et les paysages
e>- sont fréquemment photographiés avec ce type d'éclairage (figure 4.11 ).
UJ
,.-1
,.-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

77
EXPOSITION

400 ISO
1/ 2 500 s
f/4
280mm

Figure 4.10 Lorsque le sujet est éclairé de face, il y a moins d'ombres et l'i mage est p late.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0 3 200 ISO
u
1/500 s
f/ 3,5
24mm

Figure 4.11 Les rayons du so lei l de fin d'après-midi éclairent cette scène latéralement, par la
d roite, et les contours du paysage sont découpés par l'effet des ombres et des hautes lu mières.

78
CHAPITRE': VOIR LA LUMIÈRE

200 ISO
1/60 s
f/18
100 mm

Figure 4.12 En plaçant le sujet dos au soleil, j 'arrive à bien le détacher du fond, tout en
util isant un flash pour éclairer son visage.

Contre-jour
Le meilleur moyen de détacher le sujet du fond est, tout naturellement, le contre-jour. Mal-
heureusement, la partie avant du sujet- là où l'appareil photo est pointé- est peu éclairée,
mais cette méthode a l'avantage de donner du relief à l'image.
D'habitude, le contre-jour est utilisé pour mettre en valeur une silhouette ou pour délimi-
Vl ter le sujet par rapport à d'autres sources de lumière. J'ai recours à cette méthode pour
..9:!
0..... photographier une personne en plein jour: je la place dos au soleil et donne un coup de
>-
UJ flash pour déboucher l'ombre sur le visage. De cette façon, j'arrive à détacher le sujet par
,.-l
,.-l rapport à l'arrière-plan, et la lumière du flash met le visage en valeur. Autre avantage: le
0
N sujet garde les yeux ouverts, puisqu'il n'est pas ébloui par le soleil. Ainsi, je tire profit de la
@
....... lumière en fonction de sa direction et de sa qualité (figure 4.12) .
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

79
EXPOSITION

Exercices
Maintenant, vous savez ce que représente la lumière d'un point de vue photographique. Il
est temps de mettre en application tout ce que vous avez appris sur la qualité de la lumière.

Les couleurs de la lumière


Réglez la balance des blancs de votre appareil sur Lumière du jour et essayez de photogra-
phier sous différents types d'éclairage. Comparez les résultats, afin de vous habituer aux
différentes qualités de lumière.

Douceur et dureté
Demander à quelqu'un de se mettre en plein soleil et photographiez-le. Ensuite, recommen-
cez à l'ombre. Comparez la qualité de la lumière entre les deux photos.

Direction
Demandez à votre sujet de se placer face au soleil et faites une photo, puis demandez-lui de
se tourner de sorte que la lumière arrive de côté et prenez un autre cliché. Enfin, faites en
sorte qu'il se place dos au soleil et déclenchez. Bien entendu, vous pouvez également vous
déplacer pour profiter des multiples directions de la lumière.

Partagez vos images avec le groupe Flickr du livre!


Rendez-vous sur flickr.com/groups/exposure_fromsnapshotstogreatshots

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

80
200 ISO
1/1 250s
f /5,6
300mm
Le mouvement
La photo d'action

Les chapitres précédents étaient consacrés à la vitesse d'obturation,


l'ouverture, la sensibilité ISO et tout ce qui touche à l'exposition.
Il est désormais temps de mettre en pratique ce que nous avons
appris. Ce chapitre est consacré à la photo d'action et de sport, et il
y a beaucoup à savoir pour figer ou exprimer le mouvement.
Une analyse de l'image

u
......
..r::
Ol
·c
>-
0..
0
u
.r:.
cr>
>-
a.
0

2 000 ISO
1/25 s
f/10
125 mm
Une analyse de l'image

400 ISO
1/4 000 s
f /2,8
200mm
EXPOSITION

Arrêtez-vous un instant!
Si vous avez l'intention de photographier des sujets mobiles, il va falloir vous habituer à
manipuler le sélecteur de vitesse d'obturation. La vitesse d'obturation est l'arme absolue
dans l'arsenal du photographe désireux de produire de belles photos d'action. La capacité
à figer l'action peut faire toute la différence entre une photo correcte et une excellente
image et, pour cela, il faut savoir ce qui lie la vitesse d'obturation au mouvement du sujet.
Lorsque vous déclenchez, le rideau de l'obturateur s'ouvre et se referme après un certa in
laps de temps. Plus l'obturateur reste ouvert, plus le sujet se déplace dans le cadre : le bon
sens exige d'estimer à coup sûr la vitesse de déplacement du sujet. Si vous photographiez
la montagne, les notions de vitesse et de mouvement n'ont évidemment aucune impor-
tance. En revanche, dans le cas d'un rapace qui s'élance de ce massif, vous devez apprécier
sa vitesse et opter pour la vitesse d'obturation adéquate si vous ne voulez pas que l'animal
ressemble à une ombre fugace.
Vous serez même amené à penser en fractions de seconde, en fonction d'un certain nombre
de facteurs. En effet, le mouvement du sujet - quelque chose de simple en apparence -
dépend de trois facteurs. Le premier est la direction: le sujet se déplace-t-il à travers le
cadre (de la gauche vers la droite ou inversement)? Vient-il vers vous ou s'éloigne-t-il de
vous? Le deuxième facteur est la vitesse de déplacement: il y a, en effet, une grosse diffé-
rence entre une voiture de course et un enfant faisant du vélo. Enfin, le troisième facteur
est la distance du sujet, qui détermine la rapidité avec laquelle se déroule l'action, aussi
bien dans la réalité que dans le viseur de l'appareil. Voyons maintenant l'impact de ces
facteurs à la prise de vue.

Vl
~
e>-
UJ
,--1
,--1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

88
CHAPITRE 5: LE MOUVEMENT

Direction
La plupart des gens sont persuadés que la première chose à prendre en considération, pour
faire une photo d'action, est la vitesse du sujet mais, en réalité, c'est bien la direction qui
compte. C'est votre position par rapport au sujet qui détermine la bonne vitesse d'obtu-
ration. Quand l'obturateur s'ouvre, les rayons lumineux frappent le capteur. Si le sujet se
déplace latéralement dans le viseur, la vitesse doit être suffisamment élevée pour l'immo-
biliser et qu'il ne se réduise pas à une traînée floue dans l'image. Un sujet qui se dirige vers
vous ou qui s'éloigne semble stationnaire dans le viseur, ce qui autorise une vitesse d'obtu-
ration moins élevée. S'il se déplace en diagonale - simultanément à travers le viseur et vers
vous - il faudra une vitesse d'obturation intermédiaire (figure 5.1).

100 ISO
1/ 320 s
f/9
70mm

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,-l
Figure 5.1 Un sujet en déplacement angu laire p eut être saisi avec un e vitesse plus b asse qu'un
,-l
0 sujet en déplacement p erpendicu laire à l'app areil de prise d e vu e.
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

89
EXPOSITION

Vitesse de déplacement
Dès que l'angle ou la direction sont connus, vous pouvez estimer la vitesse de déplacement
du sujet. Plus elle est élevée, plus la vitesse d'obturation doit être rapide pour figer le
mouvement (figure 5.2). Pour une personne en train de marcher et passant latéralement
dans le viseur, choisissez une vitesse d'obturation de l'ordre de 1/60 s, mais pour un cycliste
se déplaçant de la même manière, il faut compter 1/500 s. En revanche, le même cycliste,
à la même vitesse, mais venant face à vous, peut être immobilisé à la valeur plus faible de
1/125 s. À ce stade, vous saisissez la manière dont la vitesse et la direction vont peser dans
vos décisions.

100 ISO
1/1250 s
f/4,5
24mm

Vl
..9:!
0.....
>- Figure 5.2 Le jet se rapprochant d e moi, il a fallu augmenter la vitesse d'obturation pour qu'il
UJ
,.-l
reste b ien net.
,.-l
0
N
@ Distance appareil - sujet
.......
-§i Nous connaissons dorénavant la direction et la vitesse du sujet. Le dernier facteur est la
ï::::
ij: distance entre l'appareil photo et le cœur de l'action. Imaginez-vous sur un immeuble situé
0
u à quelques centaines de mètres d'une voie rapide . Bien que le trafic soit aux alentours de
90 km/h, les véhicules semblent se déplacer assez lentement. Toujours dans votre imagina-
tion, placez-vous entre les voies, alors que le trafic est toujours à la même vitesse.

90
CHAPITRE 5: LE MOUVEMENT

Étant donné que vous êtes plus proche, les véhicules donnent l' impression de se déplacer
beaucoup plus vite, tout simplement parce que votre champ de vision est devenu plus
étroit. Les sujets resteront donc moins longtemps dans le viseur. Ce phénomène lié à la dis-
tance se manifeste différemment selon l'objectif utilisé (figure 5.3). Avec un grand-angle,
la vitesse d'obturation sera moins élevée qu'avec un téléobjectif qui vous place au cœur de
l'action. Le champ de vision entrant en ligne de compte, plus vous vous rapprocherez du
sujet, plus vite il traversera le viseur.

100 ISO
1/400 s
f/5
270mm

Figure 5.3 En raison d e l'élo ig nement du suj et , une vitesse d'obturation lente suffit pou r
vi photog raphier la scène .
..9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
Immobiliser avec le mode Priorité vitesse
N
@ Le chapitre 3 vous a appris que le mode de prise de vue permettant de régler la vitesse
......,
..c d'obturation était le mode Priorité vitesse (mode 5 ou Tv, en fonction de l'appareil photo) .
Ol
ï::::
>
a. Avec ce mode, c'est vous qui choisissez la vitesse d'obturation et l'appareil photo se charge
0
u de déterminer l'ouverture du diaphragme. En ne vous occupant que d'un seul réglage,
vous pouvez le modifier rapidement, à la volée, sans décoller l'œil du viseur ni du sujet.

91
EXPOSITION

En revanche, il y a un certain nombre de choses à ne pas oublier lorsqu'on utilise le mode


Priorité vitesse, notamment en ce qui concerne la lumière disponible. En effet, la plage de
vitesses utilisables dépend entièrement de la manière dont le sujet est éclairé.
Dans le cas de scènes d'action rapide, vous utiliserez une vitesse d'obturation élevée, ce
qui implique une ouverture du diaphragme plus grande. Si la lumière n'est plus suffisante,
vous devrez utiliser un objectif plus lumineux, ou augmenter la sensibilité ISO. Intéressons-
nous à cette dernière possibilité.

Vérifiez en zoomant
En vérifiant vos images, ne vous laissez pas duper par l'écran LCD. À taille d'affichage nor-
male, l'image semble toujours nette. Vous devez zoomer pour vérifier la netteté des photos
(figure 5.4).

Bouton - - -
de lecture

Commande
de zoom
Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
Figure 5.4 Zoomer dans l'image permet de vérifier sa netteté.
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

92
CHAPITRE 5: LE MOUVEMENT

Nous prendrons l'exemple d'un match de football en nocturne pendant lequel vous aime-
riez faire de belles photos d'action. Vous réglez votre appareil en mode Priorité vitesse
et, après mûre réflexion, vous vous décidez pour une vitesse de 1/500 s, afin de figer les
mouvements. En regardant dans le viseur et en pressant le déclencheur à mi-course, vous
remarquez que l'indication du diaphragme est remplacée par« Lo», ou une indication simi-
laire. L'appareil vous avertit tout simplement que la plus grande ouverture possible est
dépassée et que votre photo sera sous-exposée si vous conservez la même vitesse. Vous
pourriez diminuer la vitesse, mais les images risquent d'être floues.
Une solution pour conserver une exposition correcte consiste à augmenter la sensibilité
ISO. La règle est de toujours utiliser la sensibilité la plus basse possible: 1OO ISO en pleiîn
soleil, ou 6 400 ISO à l'intérieur ou en nocturne (figure 5.5). N'oubliez pas que plus la sen-
sibilité est élevée, plus il y aura de bruit dans vos images. Ce n'est pas pour rien que les
photographes de sport professionnels utilisent de monstrueux téléobjectifs perchés sur des
monopodes; ces objectifs sont très lumineux, ce qui explique le diamètre imposant de la
lentille frontale. Plus l'objectif est lumineux, et plus il capte de lumière, ce qui permet aux
professionnels de ne pas utiliser de sensibilités ISO extrêmes, pour des images plus propres,
tout en gardant une vitesse d'obturation suffisamment élevée, pour des photos d'action
parfaitement nettes.

6 400 ISO
1/200 s
f /2,8
135 mm

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,-l
,-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 5.5 Parfo is, dans d es cond itions d 'éclairag e diffici les, le seul moyen d e figer l'action est
d'augmenter la sensibilité ISO.

93
EXPOSITION

Isoler le sujet avec le mode Priorité ouverture


L'avantage du mode Priorité vitesse est qu'il permet de travailler à la plus grande ouverture
de vos objectifs. La grande ouverture permet des vitesses d'obturation élevées, mais égale-
ment une profondeur de champ réduite.
Cela permet d'isoler le sujet, afin de le mettre en valeur. Une grande ouverture réduit
également la netteté de l'arrière-plan et de l'avant-plan, et plus le diaphragme est ouvert,
moins ces zones sont nettes.
La raison pour laquelle j'évoque la profondeur de champ est qu'en photo de sport, il faut
que le sujet soit bien net et se détache bien de l'arrière-plan qui, lui, sera plus ou moins
flou . Dans ce cas, le regard se porte immédiatement sur le sujet. Il a été démontré que l'œil
était systématiquement attiré par les zones les plus nettes, avant de s'intéresser à celles qui
ne le sont pas. De plus, un fond trop net et trop présent risque de détourner l'attention
du sujet principal. Dans ce cas, la personne qui regarde la photo ne comprendra pas ce que
vous avez voulu mettre en relief.
Voyons dès à présent comment se servir de la profondeur de champ pour mettre le sujet en
valeur. Comme je l'ai déjà expliqué, il faut utiliser une vitesse rapide pour figer le mouve-
ment. Le mode Priorité vitesse est le meilleur choix pour la photo de sport et d'action, mais
il y a aussi des cas où vous voulez obtenir la profondeur de champ la plus étroite possible.
Dans ce cas, on utilise le mode Priorité ouverture (nommé A ou Av selon la marque de
l'appareil photo).
Soit. Mais comment savoir quand utiliser l'un ou l'autre mode? La réponse n'est pas évi-
dente, mais l'écran LCD peut vous aider à prendre une décision. L'idéal est d'utiliser le
mode Priorité ouverture pour une scène bien éclairée, lorsque l'ouverture maximale vous
permet de profiter d'une vitesse d'obturation suffisamment rapide pour figer l'action.

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

94
CHAPITRE 5: LE MOUVEMENT

Imaginons que vous faites des photos de football en pleine journée. Si vous estimez qu'il
faut une vitesse d'obturation située entre 1/500 s et 1/1 250 s pour figer le mouvement,
vous n'avez plus qu'à régler votre appareil en mode Priorité vitesse et à déclencher. Mais
si vous voulez aussi une ouverture de f/4,5 pour limiter la profondeur de champ, un pro-
blème va alors se poser. En effet, si vous réglez l'appareil sur une vitesse de 1/1 000 s, qui
semble un bon compromis, vous n'êtes pas certain d'obtenir l'ouverture désirée. La lumière
sur votre sujet ne sera pas uniforme et le diaphragme pourrait décider de se fermer à une
autre valeur, comme f/5,6 ou f/8. La profondeur de champ sera plus étendue et vous n'ob-
tiendrez pas cet effet de séparation du sujet par rapport à l'arrière-plan.
Pour contourner le problème, passez en mode Priorité ouverture et choisissez une valeur
de f/4,5. L'appareil photo maintiendra cette ouverture, quoi qu'il arrive, et compensera en
variant la vitesse d'obturation. Comme je l'ai dit auparavant, cette technique fonctionne
très bien s'il y a suffisamment de lumière pour ne pas risquer d'avoir une image floue à
cause d'une vitesse trop basse.

Utiliser l'automatisme ISO à bon escient


Un peu plus tôt dans ce livre, j'ai expliqué que la sélection automatique de la sensibilité ISO
était à éviter et qu'il fallait la désactiver. En fait, ce n'est pas toujours vrai. Le choix de la
sensibilité répond toujours à un besoin précis, mais en utilisant le mode Automatique, vous
pouvez aussi vous faciliter la vie. Voici comment.
Pour photographier un évènement sportif, vous décidez qu'une vitesse de 1/1 000 s de
seconde est la plus adaptée, et nous partirons du principe que vous allez utiliser la plus
grande ouverture possible, pour rendre l'arrière-plan flou . Malheureusement, le temps
est nuageux, et les rayons du soleil jouent à cache-cache, ce qui vous oblige à modifier
constamment vos réglages. Comment faire? C'est très simple: mettez votre appareil en
mode Manuel et sélectionnez la vitesse d'obturation et l'ouverture, puis placez la com-
mande ISO sur Auto. À partir de maintenant, à chaque variation de lumière, l'appareil
Vl
photo va changer la sensibilité ISO par petits incréments, sans modifier la vitesse d'obtura-
~ tion ni l'ouverture.
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

95
EXPOSITION

Voyons un exemple concret avec la figure 5.6. Ce jour-là, les sauts de motocross avaient
commencé le soir, vers 19 h 30, et la lumière commençait déjà à baisser. Je voulais utiliser
mon zoom 70-200 mm f/2,8 à pleine ouverture et une vitesse d'obturation qui ne soit pas
inférieure à 1/200 s, pour photographier le point culminant des sauts. J'aurai pu utiliser
n'importe quel mode de prise de vue, à condition de changer la sensibilité ISO régulière-
ment en fonction de la lumière disponible. À la place, j'ai réglé la sensibilité ISO sur Auto
pour profiter d'un réglage optimal à chaque fois que la lumière baissait. Dès le coucher du
soleil, j'ai choisi une sensibilité permanente de 6 400 ISO, puisque le niveau d'éclairage ne
risquait plus de changer.

4000 ISO
1/200 s
f/2,8
200mm

Vl
-9:! Figure 5.6 En laissant l'appareil choisir la sensibilité ISO, j'a i pu utiliser l'ouverture et la vitesse
0.....
>- d'obturation les plus adaptées à la situation.
UJ
,-l
,-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

96
CHAPITRE 5: LE MOUVEMENT

Conserver le point
Après avoir réglé la question de l'exposition, passons à un sujet tout aussi important : la
mise au point, et, pour cela, les reflex numériques disposent tous de nombreuses fonc-
tions. La dénomination change d'un fabricant à l'autre, mais ils font tous à peu près la
même chose. Pour en tirer profit, il est important de comprendre leur fonctionnement et
les situations dans lesquelles les différents modes vous permettront de faire de bonnes
images. Puisque nous parlons de sujets mobiles, nous allons surtout nous intéresser au
mode Continu ou de suivi dynamique. En général, en mode de mise au point continue, le
système autofocus se verrouille sur le sujet dès qu'on presse le déclencheur à mi-course,
puis en assure le suivi jusqu'à ce qu'on le relâche.
Selon l'appareil, on dispose de plusieurs options. Les utilisateurs de reflex Canon choisiront
le mode Al-Servo, tandis que les utilisateurs de Nikon opteront pour le mode AF-C.
Les autres facteurs à prendre en compte concernent le choix des collimateurs AF (figure 5.7).
Si le mode AF détermine la manière dont l'appareil fait le point, le choix du collimateur
se fait en fonction du sujet. La plupart des appareils permettent de choisir entre un seul
collimateur AF ou plusieurs collimateurs travaillant simultanément. En mode Continu, la
sélection du collimateur AF dépendra du sujet photographié. Si la trajectoire de ce dernier
est régulière et prévisible, il est probable qu'un seul collimateur AF suffise à assurer le suivi
(figure 5.8). En revanche, si la trajectoire est irrégulière ou erratique, mieux vaut utiliser le
système de sélection de collimateurs, qu'il soit manuel ou automatique (figure 5.9).

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,-l
,-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u Figure 5.7 Les coll imateu rs A F d 'un Canon EOS-SSOD.

97
EXPOSITION

200 ISO
1/ 1 000 s
f /5,6
300mm

- -- -
---- -

Figure 5.8 Un sujet comme ce chasseur éta it facile à su ivre en mode AF continu, avec un seu l
co llimateur actif.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0 1 600 ISO
u
1/ 500 s
f /2,8
300mm

Figure 5.9 Le su ivi du cavalier et de sa monture a été facil ité par la sélection dynam ique de
co llimateurs AF, coup lée au mode Continu.

98
CHAPITRE 5: LE MOUVEMENT

Anticiper l'action avec la mise au point manuelle


Bien que j'utilise toujours la mise au point automatique, il y a des cas dans lesquels je dois
faire le point à la main, notamment lorsque je sais à quel endroit se déroulera l'action, et
que je veux saisir le sujet au moment même où il va passer dans le plan de netteté. Cette
méthode est particulièrement efficace pour les sports mécaniques, comme le motocross
ou la course automobile, lorsque le sujet a une trajectoire prévisible et que je sais où saisir
l'action. Je pourrais suivre le sujet mais il arrive parfois qu'il soit masqué par une courbe ou
un obstacle quelconque. En faisant une mise au point préalable, je n'ai plus qu'à attendre
que le sujet se rapproche du plan de netteté pour commencer à déclencher en rafale.
Observez la figure 5.1 O. Les cavaliers guidaient les chevaux autour de trois fûts métalliques
avant de foncer vers la ligne d'arrivée. L'éclairage n'était pas régulier, les montures et leurs
cavaliers passant d'endroits très éclairés à des zones très sombres, ce qui ne facilitait 11i
l'exposition, ni la mise au point. J'ai choisi un endroit précis, par lequel je savais que les
cavaliers passeraient, en tournant autour de l'un des fûts. J'ai fait la mise au point avec
un seul collimateur, à cet endroit précis, puis j'ai passé l'objectif en mode Manuel. J'ai
également déterminé l'exposition avant de régler l'appareil lui-même en Manuel. li ne me
restait plus qu'à attendre le passage d'un cavalier dans la zone choisie pour déclencher.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0 6 400 ISO
u
1/400 s
f/2,8
200mm

Figure 5.10 A près avoir réglé la mise au p oi nt là où le sujet doit passer, commencez à
déclencher juste avant son arrivée .

99
EXPOSITION

Prise de vue en rafale


Une mise au point impeccable est une chose, mais saisir l'instant décisif peut s'avérer parti-
culièrement difficile si vous photographiez vue par vue. Dans le domaine du sport, et dans
la vie en général, tout va très vite. On peut manquer des occasions en un clin d'œil, le temps
d'un déclenchement.
Fort heureusement, les reflex sont tous équipés d'un mode de prise de vue en rafale qui
permet de prendre une succession de photos à des cadences allant de 3 à 11 images par
seconde (figure 5.11 ). N'hésitez pas à consulter la notice pour savoir de quoi est capable
votre appareil et comment procéder aux réglages nécessaires.
En rafale, l'appareil continue à prendre des photos tant que vous ne relâchez pas le déclen-
cheur, un peu à la manière d'une mitraillette. En mode image par image, vous devez
relâcher le déclencheur, puis le presser à nouveau pour prendre une autre photo.

Rafales et mémoire tampon


Votre appareil photo dispose d'une mémoire tampon (buffer) accueillant vos images pendant
la phase de traitement, avant qu'elles soient transférées sur la carte-mémoire. Selon le format
utilisé (RAW oujPEG), la mémoire tampon se remplit plus ou moins rapidement et l'appareil
s'arrête de prendre des photos jusqu'à ce que de la place se libère. L'affichage dans le viseur
vous indique en permanence le nombre de vues possibles en rafale.

Vl
~
e>-
UJ
,..-1
,..-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

100
CHAPITRE 5: LE MOUVEMENT

Figure 5.11
3 200 ISO En rafale, vous êtes
1/800 s certain de saisir
f/2,8 l'instant décisif.
200mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

101
EXPOSITION

Effet de mouvement
Faire des photos d'action ne signifie pas toujours figer l'action à tout prix. Parfois, on peut
avoir envie de donner une sensation de mouvement à la photo. Il existe deux techniques
pour cela: le filé et le flou de bougé.

Filé
Le filé est une technique ancienne qui permet de donner un effet de vitesse à un objet
passant d'un bord à l'autre du cadre de l'image. Elle ne marche pas avec des sujets qui se
déplacent vers l'appareil ou qui s'en éloignent. Pour obtenir un effet de filé, on doit suivre
le sujet d'un mouvement panoramique, en utilisant une vitesse d'obturation plus lente
que d'habitude, de sorte que l'arrière-plan (et parfois une partie du sujet lui-même) soit
flou, tout en ayant un sujet bien net. La clé pour un filé réussi réside dans le choix de la
vitesse d'obturation: trop rapide, le fond ne sera pas suffisamment flou, trop lente, le sujet
principal sera également flou et à peine identifiable. Entraînez-vous à cette technique, et
notamment à réaliser le mouvement panoramique en suivant le sujet. Une autre astuce est
de prolonger le mouvement panoramique après la fermeture de l'obturateur; celui-ci sera
plus fluide et vous garantira un taux de réussite plus élevé.
Dans la figure 5.12, j'ai utilisé la technique du filé pour suivre le motard au moment même
où il soulevait la roue avant de son engin. L'appareil était réglé pour la prise de vue en
rafale et en mode Priorité vitesse, avec une vitesse d'obturation de 1/125 s. L'autofocus
était en mode de suivi continu. Malgré l'ouverture de f/10, je savais que le mouvement
panoramique permettrait de rendre l'arrière-plan complètement flou.

Flou de bougé
L'autre technique pour donner une sensation de mouvement consiste tout simplement à
rendre l'image floue. Il ne s'agit pas, dans ce cas, d'un flou accidentel, en raison d'une
Vl
vitesse d'obturation trop lente. Le flou est bien plus marqué et peut raconter une histoire.
~
Dans la figure 5.13, j'étais placé près d'une piste cyclable courant le long de la rivière Poto-
e>- mac, pour observer les cyclistes. J'aurais pu prendre la photo avec une vitesse d'obturation
UJ
,.-1
,.-1
élevée, afin de les immobiliser à l'image, mais j'ai opté pour une pose lente, afin de donner
0
N une impression de mouvement.
@
....., Comme pour le filé, il n'y a pas, à proprement parler, de vitesse d'obturation idéale. Tout
~
Ol
·;:: est question d'expérience personnelle, et vous ne maîtriserez ce réglage qu'après avoir fait
>
a.
0
de nombreux essais et raté beaucoup d'images. J'essaye également d'immobiliser le décor,
u en choisissant une vitesse d'obturation adaptée tout en gardant l'appareil photo parfaite-
ment immobile. Dans ce cas, pour mettre toutes les chances de votre côté, placez-le sur un
support stable ou un trépied.

102
CHAPITRE 5: LE MOUVEMENT

2 000 ISO
1/25 s
f/10
125 mm

Figure 5.12 L'effet de fi lé est obtenu en suivant le sujet d'un mouvement panoram ique et en
util isant une vitesse d'obturation lente.

100 ISO
1/30 s
f/20
70mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 5.13 Le déplacement des cycl istes comb iné à une pose lente donne une belle
impression de mouvement au moment où ils se croisent.

103
EXPOSITION

Quelques astuces

Indiquer la direction
Que vous soyez en train de photographier vos enfants jouant au football ou un champion
de moto acrobatique en train de faire des cabrioles, le placement du sujet dans le cadre de
l'image est aussi important qu'une exposition correcte. Une image mal composée n'attirera
pas les regards.
Les erreurs de cadrage sont très fréquentes dans les photos d'action. Si le sujet se déplace
d' un bord à l'autre du cadre, libérez l'espace devant lui, dans le sens du mouvement, et
vous l'arrêterez à peu près au centre de l'image (figure 5.14). Ce décadrage indiquera la
direction de l'action et permettra à celui qui regarde la photo d'anticiper ou d'imaginer ce
qui va se passer. À moins de vouloir cadrer très serré, ne placez jamais de sujet en mouve-
ment en plein milieu de l'image.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
400 ISO
,.-l
,.-l
1/4 000 s
0
N f/2,8
@ 200mm
.......
..c
Ol
ï:::: Figure 5.14 Lib érez l'espace devant le sujet pou r imprimer une d irection à l'action.
>
a.
0
u

104
CHAPITRE 5: LE MOUVEMENT

Face à l'action
Voici une autre technique: se placer face à l'action pour la sublimer (figure 5.15). Ne pho-
tographiez pas un sujet qui s'éloigne de vous: les gens qui regarderont vos photos veulent
voir des visages. Ces visages expriment la dynamique, le mouvement, la vitesse et l'émotion
de ce moment particulier. Si vous devez faire des photos de personnes en mouvement,
mettez-vous face à elles.

400 ISO
1/8 000 s
f /2,8
200mm

Figure 5.15 Placez-vous d e sorte que l'action vienne à vous.

Vl
..9:!
0..... Verrouiller l'exposition en manuel
>-
UJ
,.-l Les modes Priorité ouverture ou Priorité vitesse rendent de grands services. Néanmoins,
,.-l
0
N
reprendre la main permet de se sortir de situations parfois difficiles. Si vous faites des pho-
@ tos d'action avec un arrière-plan susceptible de perturber le système d'exposition, passez
.......
..c en mode Manuel.
Ol
ï::::
>
a. La figure 5.16 est un exemple de ce que j'ai pu obtenir après quelques essais en mode
0
u Manuel.
La nuit était tombée et la seule source d'éclairage provenait de rampes de projecteurs. L'ap-
pareil était réglé en mode Priorité vitesse mais, malheureusement, le ciel noir trompait la
cellule. J'avais donc la certitude d'obtenir des images surexposées. Sachant que la lumière ne
changerait plus pour le reste de la soirée, j'ai réglé les paramètres d'exposition une fois pour
toutes en mode Manuel et j'ai continué à faire des photos s'en m'en préoccuper davantage.

105
EXPOSITION

6 400 ISO
1/200 s
f/2,8
135 mm

Figure 5.16 Pour que le ciel noir ne perturbe pas la cellule de l'appareil, j'ai exposé en mode
Manuel.

Exercices
Vl Le mouvement
..9:!
0..... Pour ce premier exercice, trouvez un sujet en mouvement. Étudiez le lien entre sa vitesse et sa
>-
UJ direction. Photographiez-le avec la même vitesse d'obturation lorsqu'il se rapproche de vous,
,.-l
,.-l puis lorsqu'il traverse le cadre de gauche à droite (ou inversement). Comparez les images et
0
N
notez les différences à vitesse d'obturation égale, en raison du sens du déplacement.
@
.......
..c
Ol Grand angle contre té~éob;ectif
ï::::
>
a. Comme dans le premier exercice, photographiez un sujet se déplaçant dans des directions
0
u différentes mais, cette fois, en utilisant un objectif grand-angle puis un téléobjectif. Notez les
vitesses d'obturation exigées par le téléobjectif, plus élevées que le grand-angle.

106
CHAPITRE 5: LE MOUVEMENT

Choisir le bon mode de m:se au point


L'un des aspects les plus importants de la photo d'action est la maîtrise des modes de mise
au point, qui permet d'obtenir des images parfaitement nettes. Essayez les différents modes
autofocus ainsi que les méthodes de sélection des collimateurs. Il est important de bien les
connaître afin d'être en confiance et de savoir les choisir en fonction du sujet à photogra-
phier.

Anticiper la mise au point


Cet exercice demande un sujet mobile qui va traverser un point spécifique sur lequel vous
aurez réglé la netteté. Une rue à la circulation modérée fera parfaitement l'affaire. Faites la
mise au point à un endroit précis, par lequel passeront tous les véhicules puis réglez l'objec-
tif en mode Manuel. Vous devez également régler l'appareil en rafale. Dès qu'une voiture
approche du point choisi, déclenchez et faites de courtes rafales de 4 à 5 images.

Filé
Le filé est un bon moyen de rendre une image plus dynamique. Tout d'abord, trouvez un
sujet se déplaçant à vitesse constante, et exercez-vous à le suivre, lorsqu'il passe d'un bord
à l'autre du viseur. En mode Priorité vitesse, réglez l'appareil à 1/30 s, et la mise au point
continue (sélectionnez le collimateur AF si l'appareil le permet). Ensuite, suivez le sujet avec
un mouvement panoramique et déclenchez tant qu'il est cadré. Profitez-en pour essayer des
vitesses différentes et d'autres objectifs. L'effet de filé demande de l'entraînement pour faire
face à tous les sujets et aux différentes vitesses de déplacement.

Flou de bougé
Afin d'obtenir un flou de bougé, qui donnera une impression de mouvement tout en per-
mettant d'identifier le sujet mobile, placez l'appareil sur un support stable et réglez la vitesse
d'obturation. Il y a toujours une différence marquée entre une photo légèrement floue à
cause d'une vitesse inadaptée, et une autre affichant un flou de bougé volontaire pour don-
ner un effet de mouvement ou de vitesse. Là encore, il faudra vous exercer à déterminer la
bonne vitesse pour obtenir le résultat recherché.
Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@ Partagez vos images avec le groupe Flickr du livre!
.....,
~
Ol
·;::
Rendez-vous sur flickr.com/groups/exposure_fromsnapshotstogreatshots
>
a.
0
u

107
200 ISO
1/80 s
f/8
60mm
La photographie
de portrait
Faire de beaux portraits

Prendre des personnes en photo a toujours été un véritable plaisir.


Quel bonheur lorsqu'on réussit à saisir le caractère et la personnalité
de quelqu'un! C'est également une responsabilité, car la personne
qui pose espère que vous saurez la mettre en valeur. On ne peut
pas changer une personne, mais on peut la photographier de mul-
tiples façons. Dans ce chapitre, nous passerons en revue certaines
fonctions spécialisées des appareils photo et quelques techniques
qui vous aideront à faire de beaux portraits.
En visitant la forteresse de San Felipe au Guatemala, j'ai découvert ce
passage qui a servi de décor pour une photo de mon fils. Bien qu'étant à
l'ombre, il y avait suffisamment de lumière pour faire une bonne image.

Même si le sujet était à l'ombre, -------~


la lumière du ciel était suffisante
et éclairait son visage avec
douceur.

VI
Q)

e>
w
,....;
,....;
0
N
@
...,
..r:
Ol
ï::::
>
a.
0
u

110
200 ISO
1/40 s
f/11
75mm
En voyage, ce qui me plaît le plus, c'est de faire connaissance avec d'autres
personnes. Bien sûr, j'apprécie l'architecture et les paysages, mais ce sont les
gens qui donnent vie à un endroit, comme le marché de Chichicastenango,
au Guatemala. J'ai rencontré cette jeune fil le qui vendait de jolies poupées
fa ites à la main, et comme je lui en ai achetées, elle a accepté de poser.

Le ciel situé derrière moi se


reflète avantageusement
dans son regard.

Le cadrage vertical est bien


adapté à ce type de portrait.

VI
Q)

e>
w
,....;
,....;
0
N
@
...,
..r:
Ol
ï::::
>
a.
0
u

112
400 ISO
1/320 s
f/4,5
44mm
EXPOSITION

Mode Portrait
La plupart des reflex numériques sont pourvus de modes de prise de vue automatiques
adaptés à des sujets précis, comme le mode Portrait. Ce n'est pas mon réglage favori, mais
c'est un excellent point de départ pour les débutants. Le but, ici, est de comprendre le
fonctionnement du boîtier - ce qui vous incitera à aller plus loin dans la technique-, d'en
tirer le maximum et, surtout, de profiter de votre sujet.
Que vous ayez affaire à un groupe ou à une seule personne, l'important est toujours le
sujet. Le mode Portrait utilise une grande ouverture pour réduire la profondeur de champ,
ce qui peut rendre l'arrière-plan flou . Dans ce cas, utilisez un petit téléobjectif (figure 6.1 )
et tenez-vous suffisamment près du sujet. Si vous photographiez de plus loin, l'effet de
profondeur de champ ne sera pas aussi marqué.

800 ISO
Vl
..9:! 1/1250s
0.....
>- f/4
UJ
,.-l 56mm
,.-l
0
N
Figure 6.1 Le mode Portrait est très pratique pour les instantanés, comm e ce groupe
@
....... d'ét udiantes p hotographiées dans un marché ma laisien .
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

114
CHAPITRE 6 : LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAll T

Mode Priorité ouverture


Sans aucun doute, la majorité des photographes portraitistes utilise le mode Priorité ouver-
ture (A ou Av). Pour être certain que le sujet soit net et faire en sorte que les éléments
gênants de l'arrière-plan soient suffisamment flous, il est important de choisir la bonne
ouverture (f igure 6.2). Grande, elle permet de limiter la profondeur de champ et de conser-
ver la qualité d'image obtenue par un réglage de sensibilité le plus bas possible.

Figure 6.2
800 ISO Un téléobjectif à
1/80 s pl eine ouverture
f/2,8 permet d'estomper
170mm tout détail gênant à
l'arrière-p lan .

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

115
EXPOSITION

Cela ne veut pas dire que vous devrez utiliser en permanence la pleine ouverture de votre
objectif. Commencez avec une valeur de f/5,6. Ainsi, la profondeur de champ sera suffi-
sante pour que le visage soit entièrement net, tout en maintenant le fond complètement
flou. Ce réglage ne s'applique pas à toutes les situations, mais il constitue un bon point de
départ. L'ouverture dépendra également de la focale de l'objectif et de la qualité du flou
que vous recherchez, aussi bien pour le fond de l'image que pour le premier plan.

Les portraits en situation


Parfois, l'environnement a autant d'importance que le sujet lui-même, ce qui signifie qu'il
faut fermer le diaphragme pour enregistrer les détails dans chaque plan de l'image. Là
encore, en mode Priorité ouverture, vous pourrez choisir aisément une valeur appropriée,
comme f/8 ou f/11, pour inclure le maximum de détails entourant le sujet principal.
On peut obtenir le même effet avec un objectif grand-angle, dont la profondeur de champ
est plus étendue, sans qu'il soit nécessaire de fermer le diaphragme. Ces objectifs ont un
champ de vision plus large et, par conséquent, la profondeur de champ semble bien plus
importante.
Un grand-angle est utile pour raconter une histoire et montrer le contexte dans lequel
évolue le sujet (figure 6.3), à la condition que ce dernier ne soit pas excessivement déformé
par la distorsion de l'optique. Il n'y a rien de plus déplaisant qu'un portrait avec un nez trop
grand et déformé par l'objectif, à moins de rechercher un style particulier. En portrait au
grand-angle, éloignez-le de la périphérie de l'image, pour qu'il ne soit pas trop déformé,
notamment avec les focales les plus courtes. La distorsion diminue avec l'augmentation de
la focale et, en général, j'évite de faire des portraits avec des objectifs inférieurs à 24 mm.

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

116
CHAPITRE 6 : LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAll T

200 ISO
1/30 s
f/6,3
65mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 6.3 Pour les portra its en situation, recu lez de quelques pas pour p lacer le sujet dans
son contexte .

117
EXPOSITION

Les modes de mesure


En parcourant le chapitre 2, vous avez découvert que votre appareil photo disposait de plu-
sieurs modes de mesure de la lumière. Pourtant, ils fonctionnent tous à peu près de la même
manière. La cellule mesure la lumière réfléchie par le s~jet et calcule des paramètres d'ex-
position en fonction de la sensibilité ISO. Pour cela, le système aligne toutes les valeurs de
luminosité sur un ton moyen, parfois appelé «gris à 18 %». Le calcul de l'exposition se base
sur cette valeur tonale, ce qui signifie qu'un mur blanc sera sous-exposé et un mur noir surex-
posé. La plupart des reflex numériques sont dotés de plusieurs modes de mesure: Matricielle,
ou Évaluative, sur toute la surface du viseur (figure 6.4), Spot, sur une portion restreinte du
viseur, de l'ordre de 3 % (figure 6.5), et à Prépondérance centrale (figure 6.6), qui agit sur
toute la surface du viseur mais en privilégiant sa partie centrale.

(•)
Figure 6.4 Figure 6.5 Figure 6.6
La mesure Matricielle La mesure Spot n'utilise La mesure à Prépondérance
agit sur toute la qu'une toute petite centrale tient surtout compte
surface du viseur. partie du viseur. du centre du viseur et, dans
des proportions moindres,
de sa périphérie.

Modes de mesure pour le portrait


La mesure Matricielle, ou Évaluative, convient à la plupart des situations (voir le chapitre 2
et l'encadré page 26). Elle analyse toutes les zones de l'image pour calculer une exposition
Vl correcte. La seule difficulté que vous pourriez rencontrer avec ce mode est la présence
..9:!
0..... éventuelle d'un fond très clair ou trop sombre en portrait.
>-
UJ
,.-l
Immanquablement, le posemètre va alors se tromper en tentant d'éclaircir ou d'assombrir
,.-l
0 la scène, selon la prédominance de zones sombres ou claires (figure 6.7). Dans ce cas, vous
N
@
disposez de plusieurs solutions. Vous pouvez compenser l'exposition, en surexposant ou en
.......
..c
sous-exposant, comme nous l'expliquons dans le chapitre 7.
Ol
ï::::
>
a.
0
u

118
CHAPITRE 6 : LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAll T

Vous pouvez également utiliser la mesure Sélective, qui se base sur environ 9 % de la sur-
face totale du viseur. C'est la meilleure méthode pour exposer correctement un portrait: la
mesure sur les tons chair, tout en tenant compte de la chevelure et des vêtements, donnera,
en général, des réglages corrects (figure 6.8). Ce mode de mesure est également efficace
lorsque le sujet est à contre-jour.

1 000 ISO 1 000 ISO


1/80 s 1/40 s
f/5 ,6 f/ 5,6
40mm 40mm

Figure 6.7 Le fond blanc a trompé la cel lule, Figure 6.8 Avec la mesu re Sélective,
Vl
q ui a sous-exposé l'image. la cellule a ignoré le fond blanc et a
-9:! légèrement al longé le temps de p ose .
0.....
>-
UJ
,-l
,-l
0
N
@
Verrouiller l'exposition
......,
..c
Ol Comment faire si le sujet est décentré et que vous voulez utiliser la mesure Sélective? Com-
ï::::
>
a. ment exposer correctement dans cette situation? C'est très simple: utilisez la fonction de
0
u verrouillage de l'exposition et recomposez.
Cette fonction permet de mesurer la lumière sur une portion de la scène qui vous paraît
appropriée, et de conserver ce réglage si vous pointez l'appareil ailleurs. Un bon exemple
consiste à photographier une personne avec, au-dessus d'elle, un ciel lumineux. En temps
normal, la cellule sera influencée par la lumière en provenance du ciel et va sous-exposer
l'image.

119
EXPOSITION

Pour effectuer une mesure correcte, zoomez sur le sujet (ou pointez l'appareil vers le soli},
puis verrouillez l'exposition et recomposez, avant de prendre la photo avec ces réglages.

Méthode de prise de vue avec verrouillage de l'exposition


1. Trouvez le bouton de verrouillage de l'exposition (probablement situé au dos
de l'appareil, là où votre pouce repose) et appuyez dessus.
2. Tout en regardant dans le viseur, placez le collimateur de mise au point sur le sujet,
puis appuyez à mi-course sur le déclencheur pour prendre une mesure et faire
le point.
3. Pressez et maintenez le bouton de verrouillage enfoncé pour bloquer la mesure.
Vous devriez voir une indication dans le viseur.
4. Tout en maintenant le bouton enfoncé, recadrez puis déclenchez.
En ce qui concerne le verrouillage de l'exposition, tous les appareils photo ne fonctionnent
pas de la même manière. Consultez la notice pour obtenir plus d'informations.

Faire le point sur les yeux


On a toujours prétendu que les yeux étaient une fenêtre ouverte sur l'âme, et rien n'est plus
vrai si vous prenez quelqu'un en photo (figure 6.9). Même si la composition et l'exposition
sont impeccables, l'image sera gâchée si les yeux ne sont pas nets. Malgré la quantité de
modes de mise au point disponibles, rien n'est aussi efficace, en portrait, que le choix d'un
seul collimateur AF. Vous pourrez régler la netteté, puis la conserver telle quelle jusqu'au
déclenchement, alors que les autres modes disponibles continueront à corriger la mise au
point jusqu'au dernier moment. Si vous n'utilisez qu'un seul collimateur, vous effectuez la
mise au point sur l'œil du sujet, avec une très grande précision, puis recomposez d'un seul
geste.
Bien que la plupart des appareils permettent d'utiliser n'importe quels collimateurs, je
Vl
~ préfère utiliser le collimateur central. Je trouve qu'il est le plus facile à placer là où l'image
e>- doit être nette, avant de recomposer. Tenter la même chose avec d'autres collimateurs est
UJ
,-1
beaucoup plus délicat et bien moins rapide. En utilisant le collimateur AF central, j'effectue
,-1
0 rapidement la mise au point et je peux travailler bien plus vite.
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

120
CHAPITRE 6 : LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAll T

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u
400 ISO
1/320 s
f/4,5
44mm

Figure 6.9 En portrait, il faut toujou rs privilégier le regard du modè le.

121
EXPOSITION

Portraits noir et blanc


Un portrait en noir et blanc est intemporel. L'absence de couleur met en valeur le sujet.
Pour des images noir et blanc de qualité, sans passer par un logiciel de conversion, réglez
votre appareil en mode Monochrome (figure 6.10). En JPEG, la conversion noir et blanc
est appliquée de manière irréversible. En RAW, l'image est monochrome sur l'écran LCD
du boîtier, mais risque d'apparaître en couleurs dans un logiciel de développement. Néan-
moins, ce dernier vous permet aussi de faire une conversion noir et blanc.

Figure 6.10
Pou r des portraits 400 ISO
en no ir et b lanc 1/ 80 s
de qual ité, il suffit f/5,6
de régler votre 300mm
appa rei l en mode
Monochrome.

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

122
CHAPITRE 6 : LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAll T

La meilleure façon d'utiliser le mode Monochrome pour le portrait est de se défaire des
réglages de base. En effet, les préréglages disponibles permettent de modifier la netteté
et le contraste. Pour les femmes, les enfants, les bébés et tous ceux qui inspirent la dou-
ceur, essayez une netteté peu élevée. Pour
les cowboys, les vieux loups de mer et tout a Monochrome
ceux qui doivent apparaître très détaillé,
IÔ 1
réglez l'accentuation sur une valeur plus éle-
vée. Quant au contraste, j'aime bien être un Contrast ~
peu en dessous du réglage moyen, ce qui me
'r Brightness ~
permet d'obtenir une image aux tons particu- r-..:.i Fi lter effects rm
lièrement riches. ~ Toning [ l l lL.111
Une chose intéressante à faire est d'appliquer B&W
un filtre coloré à une image monochrome.
Selon le filtre, on éclaircit ou on assombrit les
6 ŒJGrid lQIDOK CiJReset
tons chair. Les filtres rouge et jaune éclaircis- Figure 6.11 Le menu permettant
sent la peau, tandis qu'un filtre vert la fera de mod ifier les réglages du mode
paraître plus sombre. Faites des essais pour Monochrome d'un b oît ier N iko n.
trouver les réglages personnalisés les plus
adaptés à votre sujet (figure 6.11 ).

Améliorer les tons chair


Puisque nous parlons de préréglages pour le portrait, votre boîtier dispose probablement
d'un mode de prise de vue appelé «Portrait». Pour l'utiliser, consultez la notice du boîtier;
il est tout de même fort probable que vous le trouverez dans le même menu que le mode
Monochrome. On peut également personnaliser les réglages, notamment la netteté et le
contraste. En général, vous pouvez également modifier la saturation (l ' intensité des cou-
leurs) et la teinte de la peau, plus ou moins rouge ou jaune. J'aime bien les couleurs qui
ont de la pêche et, par conséquent, je renforce la saturation, mais sans toucher aux autres
Vl
..9:! réglages. En revanche, il est probable qu'un réglage particulier ne pourra pas être utilisé
0..... dans tous les cas, notamment en ce qui concerne la teinte de la peau. N'hésitez-pas à faire
>-
UJ
,..-l
quelques essais au préalable.
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

123
EXPOSITION

Déboucher les ombres avec le flash


Le problème le plus courant, lorsqu'on photographie quelqu'un en pleine journée, est de
se retrouver avec des ombres très marquées sous les arcades sourcilières et le menton. Vous
pouvez toujours demander au modèle de tourner le visage vers le soleil, mais ce ne sera pas
très agréable pour lui. Alors, comment faire pour obtenir un visage bien exposé lorsque le
sujet tourne le dos au soleil? Utilisez votre flash pour déboucher les ombres (figure 6.12).
Cela fonctionne également si la personne porte un couvre-chef: la visière d'une casquette
projette une ombre sur les yeux, mais le flash éclaire cette partie du visage tout en donnant
de l'éclat au regard.

~éclat du regard
L'éclat du regard est tout simplement un reflet de lumière dans les yeux, qui rend le regard
plus vivant. Lorsque vous photographiez quelqu'un placé face à une source de lumière - le
flash, le soleil, peu importe - celle-ci se reflète dans les yeux, sous forme de points brillants, ce
qui attire immanquablement l'attention sur le sujet.

Pour déboucher efficacement les ombres au flash, il ne faut pas l'utiliser à pleine puissance,
car l'appareil va tenter d'équilibrer la source de lumière artificielle avec la lumière du jour,
et le portrait risque d'être plat et sans saveur.

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

124
CHAPITRE 6 : LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAll T

1 600 ISO
1/ 60 s
f/4
200mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 6.12 J'a i utilisé un flash pour éclairer le sujet p lacé à l'ombre et pour donner de l'éclat
à son regard.

125
EXPOSITION

Portrait en action
Faire des portraits ne se résume pas à immortaliser un sujet sagement assis sur une chaise
en train de prendre la pose, prêt à être photographié. Il arrive parfois qu'on ait envie de
faire une photo d'action qui en dise long sur la personne, ou de faire un portrait dans un
contexte particulier. Les enfants, par exemple, ne tiennent jamais en place. Pourquoi s'y
opposer?
Pour faire la photo de la figure 6.13, j'ai réglé mon appareil en mode Priorité vitesse. Je
savais qu'il y aurait beaucoup d'action et je voulais une vitesse d'obturation suffisamment
élevée, 1/125 s. L'autofocus était en mode de suivi dynamique, l'appareil en rafale, et j'ai
déclenché sans arrêt pendant le déplacement du sujet. Bien sûr il y a eu des ratés, mais j'ai
pu obtenir une bonne image du sujet en pleine action.

200 ISO
1/125s
f/5,6
300mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
Figure 6.13 Bien que je privi lég ie le mode Priorité ouverture pour le po rt rait, j'ai opt é, ici,
@
....... pour le mod e Priorité vit esse .
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u
Astuces pour le portrait
Avant de passer aux exercices, à la fin de ce chapitre, je vous propose un certain nombre
d'astuces pour la photo de portrait. On trouve de nombreux ouvrages sur l'éclairage, la
pose, et ainsi de suite. Mais voici quelques conseils pratiques qui vous permettront de réa-
liser de plus belles images.

126
CHAPITRE 6 : LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAll T

Décentrer le sujet
Cet exemple concerne la composition. Décentrez le modèle dans le viseur (figure 6.14) -
l' image sera bien plus intéressante que si vous placez le sujet au centre (figure 6.15).

400 ISO
1/ 125s
f/4
120 mm

Figure 6.14 La composit ion sera meil leure si on recadre légèrement le visage et si on déca le
le sujet d'un côté du viseur.

400 ISO
1/ 125 s
f/4
116 mm

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 6.15 Si le sujet est en p lein milieu du cadre, avec des espaces vides de chaque côté, le
portrait sera moins réussi.

127
EXPOSITION

Choisir le bon objectif


Le choix de l'objectif est essentiel en portrait. Un grand-angle va déformer le sujet, et le
résultat ne sera pas très flatteur (figure 6.16). Optez pour une focale plus longue si vous
restez à courte distance du modèle (figure 6.17).

1 000 ISO 1 000 ISO


1/80 s 1/80 s
f/5 ,6 ffi,1
18 mm 70mm

Figure 6.16 À cette d istance, le 18 mm Figure 6.17 En zoomant à 70 mm, je


déforme le visage. su pprime la d istorsion et j 'ob tiens une b ien
Vl
..9:! m eil leure image .
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
Ne pas couper les genoux
N
@ Il existe une règle d'or pour photographier les personnes : ne pas les couper au niveau des
......,
..c articulations, c'est-à-dire les chevilles, les genoux et la taille . Si vous devez couper au niveau
Ol
ï:::: des jambes, faites-le à mi-cuisse ou au milieu du mollet (figure 6.18).
>
a.
0
u

Cadrage vertical
Avez-vous remarqué que les gens étaient, en général, plus hauts que larges? Passez donc
en cadrage vertical (figure 6.19).

128
CHAPITRE 6 : LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAll T

Figure 6.18
800 ISO Si vous devez couper
1/160s quelqu'un, faites-le
f/6,3 à mi-cuisse, comme 1c1.
300mm

Figure 6.19
400 ISO Prenez l'habitude de
1/400 s prendre vos portraits
f/5,6 en cadrage vertical.
SS mm

vi
..9:!
0.....
>-
UJ
,-l
,-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>-
a.
u
0
,

129
EXPOSITION

Protég er du soleil
Le soleil à midi ne convient pas au portrait (figure 6.20). Si possible, placez le sujet à
l'ombre, loin de ses rayons. Les ombres seront moins denses, les tons chair plus doux et les
détails seront bien mis en valeur (figure 6.21 ). Cela est également valable par ciel couvert,
mais pensez alors à régler correctement la balance des blancs.

400 ISO 400 ISO


1/500 s 1/320 s
f/ 2,8 f/ 2,8
SOmm SOmm

Figure 6.20 Les rayons du so le il n'éclairent Figure 6.21 Déplacer le sujet de que lques
pas un iformément le visage. mètres m'a perm is de le mettre à l'abri des
Vl rayons du soleil, et de réaliser un portra it pl us
..9:!
0..... flatteu r.
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

130
CHAPITRE 6 : LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAll T

Donner de l'éclat
Une lumière chaleureuse rend toute personne très photogénique. La plus belle lumière est
celle qui précède le coucher du soleil (figure 6.22).

100 ISO
1/30 s
f/9,5
52mm

Figure 6.22 La lumière de fin d'après-m id i donnera de l'éclat et de la chaleur à vos portra its.

Surveiller l'arrière-plan
Il arrive assez souvent d'être distrait et de se laisser piéger lorsqu'on s'apprête à prendre
Vl
..9:! une bonne photo. Faites attention au moindre détail et, surtout, à l'arrière-plan, de sorte
0.....
>- que des objets ou des détails ne donnent pas l'impression de sortir de la tête du sujet
UJ
,.-l
(figures 6.23 et 6.24).
,.-l
0
N
@
:c
Ol
Cadrer le sujet
ï::::
ij: On peut utiliser des éléments du décor pour encadrer le modèle. Vous n'avez pas forcé-
8 ment besoin d'une fenêtre: cherchez des éléments qui permettront de guider les regards
vers lui (figure 6.25).

131
EXPOSITION

400 ISO 400 ISO


1/1 250 s 1/1 250 s
f/5,6 f/5,6
185 mm 185 mm

Figure 6.23 Notez la gouttière, dans le fond, Figure 6.24 Pour corriger, il m'a suffi de me
qu i semb le sortir du crâne du sujet. déplacer légèrement avec l'appareil photo.

200 ISO
1/40 s
f/11
75mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 6.25 Je cherche souvent des éléments


de décor pour encadrer le sujet, comme ce
passage vouté.

132
CHAPITRE 6: LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAll T

Se placer à hauteur du sujet


Ne faites jamais de photos d'un enfant en restant debout. Mettez-vous à sa hauteur, le
point de vue sera naturel et l'on sentira plus de complicité (figure 6.26).

Se rapprocher
Pour photographier une personne, n'hésitez pas à vous rapprocher et à cadrer serré
(figure 6.27). Bien sûr, vous n'avez pas besoin de vous coller à elle: servez-vous de votre
zoom.

200 ISO
1/40 s
f/5,6
50mm

640 ISO
1/4 000 s
f/2,8
Vl
-9:! 85 mm
0.....
>-
UJ Figure 6.26 Pour photographier un enfant, Figure 6.27 Pour un portrait plus intime,
,-l
,-l posez un genou à terre. Les images seront n'hésitez pas à cadrer serré.
0
N
bien meilleures.
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

133
EXPOSITION

Portrait au téléobjectif
Lorsqu'on photographie quelqu'un de près, l'un des écueils les plus courants est le manque
de naturel du modèle. En effet, la personne en question essaie maladroitement de prendre
la pose ou se sent nerveuse et mal à l'aise. Si vous voulez faire de beaux portraits naturels,
utilisez un téléobjectif (figure 6.28). En vous tenant à distance avec votre appareil photo,
les gens adopteront un comportement plus naturel. Si vous envisagez une carrière de pho-
tographe de rue, un téléobjectif sera un allié indispensable.

200 ISO
1/30 s
f/14
120mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 6.28 Pour des port ra its naturels, rien d e mieux qu'u n t éléobjectif.

134
CHAPITRE 6 : LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAll T

Exercices
'.a profondeur de champ en portrait
Commençons avec quelque chose de simple. Conviez votre modèle préféré, puis photogra-
phiez-le en utilisant plusieurs réglages d'ouverture. Commencez à pleine ouverture (tout
dépend de l'objectif, cela peut aller de f/3,5 à f/5,6), puis fermez le diaphragme à f/22. Étu-
diez la différence de profondeur de champ et la manière dont le sujet se détache du fond. Au
moment de prendre les photos, n'oubliez pas de placer le sujet à bonne distance de l'arrière-
plan, pour obtenir un bel effet de flou à grande ouverture.

Les effets de •a lumière naturelle


Un jour de beau temps, réalisez quelques portraits en plein midi. Ensuite, demandez à votre
sujet de bien vouloir se tourner vers le soleil, puis de lui tourner le dos. Recommencez en uti-
lisant un flash. Enfin, refaites une série de photos à l'ombre, puis comparez tous les résultats.

Choisir la bonne méthode de mesure


Trouvez un décor très clair ou très sombre et placez-y le sujet. Prenez quelques photos en
englobant également une bonne partie de l'arrière-plan. Ensuite, refaites une série de clichés
avec le verrouillage d'exposition, après avoir pris une mesure précise sur le visage du sujet.
Étudiez et comparez les images réalisées avec les différentes méthodes.

Préréglages pour 1e portrait


Amusez-vous avec les préréglages et les styles d'images de votre appareil photo. Comparez
le style Portrait au style Standard. Ensuite, passez en mode Monochrome et essayez les diffé-
rents filtres, pour voir leur effet sur les tons chair.

Ut=liser différents objectifs


Si votre appareil photo a été livré avec un zoom 18-55 mm, souvent fourni en kit avec le
reflex, effectuez quelques portraits à différentes focales. Commencez par la plus courte, en
~
Vl
position grand-angle, et cadrez serré. Ensuite, passez à la plus longue, c'est-à-dire la position
e>- téléobjectif, et reculez jusqu'à ce que la personne ait la même taille dans le viseur. Observez
UJ l'effet des différentes focales et faites-vous votre propre avis quant au réglage qui met le
,-1
,-1
0
mieux la personne en valeur.
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u
Partagez vos images avec le groupe Flickr du livre!

Rendez-vous sur flickr.com/groups/exposure_fromsnapshotstogreatshots

135
200 ISO
1/320 s
f/13
SS mm
La photographie
de paysage
Techniques et astuces

La photographie de paysage a quelque chose de particulier qui


me met toujours en joie. Peut-être est-ce le fait d'être dehors, au
contact de la nature, ou le défi qui consiste à restituer le paysage tel
qu'il est. Dans tous les cas, je considère cela comme une célébration
de la lumière, de la composition et du monde qui nous entoure.
Dans ce chapitre, nous aborderons aussi bien les techniques que cer-
taines fonctions des boîtiers, pour améliorer vos clichés de paysage
et faire de belles images avec plus d'aisance. Nous étudierons égale-
ment quelques cas concrets et discuterons des méthodes pour tirer
le meilleur parti de la photo de paysage et de nature.
Une analyse de l'image

Le soleil de fin de journée


a percé les nuages pour
baigner le temple d'une
lumière dorée.
L'horizon est placé
:t'
au centre pour cadrer
le reflet du temple
dans l'eau.

e
>-
UJ
......
......
0
N

.....
.!::
Ol
·;::
>-
a.
0
u
J'ai rêvé de cette photo durant plusieurs années avant de la réussir. Tout a commencé à
la lecture d'un article consacré aux fabuleux temples d'Angkor, au Cambodge - le plus
spectaculaire étant certainement Angkor Vat, le plus vaste temple du monde. J'étais très
attiré par cet endroit et, quelques années plus tard, j'ai pu faire ma valise et traverser la
moitié du globe pour le voir de mes propres yeux. J'avais très envie de cette image, mais
elle a bien failli ne jamais voir le jour à cause des averses pendant tout mon séjour. Par
chance, le dernier soir, le soleil a percé les nuages, et j'ai pu réaliser cette image iconique.

200 ISO
1/50 s
f/18
29mm
La photographie HDR est une pratique assez récente qui rencontre de plus
en plus de succès et qui continue à se développer. Cette technique a aussi
de nombreux détracteurs mais, en attendant, c'est parfois le seul moyen
d'exploiter toutes les informations tonales d'une scène. Ce fut le cas pour ce
temple au Guatemala. La jungle est bien plus sombre - de plusieurs valeurs
de diaphragme-que le temple lui-même et le ciel. Grâce à la technique HDR,
j'ai pu enregistrer tous les tons et les associer dans une seule image.

La technique HDR est tout à fait


indiquée pour ce type de scène,
composée à la fois d'ombres
denses et de hautes lumières.

La vue surexposée fait ressortir


VI
Q) tous les détails des zones sombres
e> de l'image.
w
,....;
,....;
0
N
@
...,
..r: La vitesse d'obturation a changé
Ol
ï::::
>
a.
d'une vue à l'autre, pour conserver
0
u la même ouverture et la même
profondeur de champ.

140
La vue sous-exposée
a permis de saisir tous
les détails dans le ciel.

800 ISO
f/4,5
24mm
EXPOSITION

Un trépied pour des images nettes


Dans les chapitres précédents, nous avons beaucoup parlé des méthodes pour réaliser les
meilleurs clichés avec votre appareil photo. Nous allons continuer ainsi, mais en y ajoutant
un accessoire indispensable en photographie de paysage: le trépied. Il existe deux bonnes
raisons à cela, à commencer par les moments de la journée où vous allez photographier.
En effet, la plus belle lumière pour la photo de paysage est celle du petit matin, ou celle
qui précède le coucher du soleil. Ces instants sont forcément plus sombres, et exigent des
vitesses d'obturation plus lentes. Dans ce cas, le boîtier devient sensible à la moindre vibra-
tion, au détriment de la qualité des images.
La deuxième raison est également liée à la quantité de lumière captée par l'appareil. Pour
profiter d'une profondeur de champ maximale, il faut travailler avec de petites ouvertures
et, là encore, les vitesses d'obturation doivent être plus lentes qu'à !'accoutumé.
En résumé : pose longue+ photo à main levée= vibrations= photos ratées.
Je pense que vous avez parfaitement compris le problème. Le seul outil qui vous permette
de stabiliser l'appareil et de garantir des photos nettes est un bon trépied (figure 7.1 ).

100 ISO
1/2 s
f/8
12 mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u
Figure 7 .1 Un t répied est indispe nsable pou r des photos de paysage p arfaiteme nt nettes.
(Photo : Scott Kelby)

142
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

Comment choisir un bon trépied? Tout d'abord, il doit être capable de supporter le poids
de votre appareil et des objectifs que vous voudrez utiliser. Vérifiez aussi sa hauteur maxi-
male : votre dos n'appréciera pas si vous devez vous plier en deux à longueur de journée
pour regarder dans le viseur. Ensuite, choisissez un modèle pourvu d'un système de fixation
rapide. Vous pourrez visser le plateau sous la semelle du boîtier, ce qui facilitera sa mise en
place sur la tête du trépied. C'est très pratique, notamment lorsqu'on doit prendre l'appa-
reil pour travailler à main levée. Vous trouverez d'autres informations sur les trépieds dans
le chapitre 11.

Stabilité du trépied
La plupart des trépieds disposent d'une colonne centrale qui permet de régler la hauteur de
la tête. C'est pratique mais, malheureusement, plus la colonne est haute, moins le trépied est
stable: imaginez une tour dont les derniers étages oscillent avec le vent. Pour une stabilité
maximale, évitez de trop sortir la colonne centrale, et faites en sorte que l'appareil repose là où
les trois j ambes se r<"..joignent.

Trépied et objectifs stabilisés


Si vous utilisez un objectif pourvu d'un système de stabilisation d'image (« VR» pour Nikon
ou «IS» chez Canon), n'oubliez pas de le mettre hors-service lorsque vous le montez sur un
trépied. En effet, en détectant et en compensant les infimes vibrations de l'appareil, le système
risque de s'emballer et de ne plus stabiliser correctement l'image (figure 7.2).

Figure 7.2
Le bouton de mise en
service du système de
réduction de vibrations
(VR) d'un objectif Nikon.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

143
EXPOSITION

Le choix d'une sensibilité ISO optimale


En photographie de paysage, la sensibilité ISO ne doit être modifiée qu'en dernier ressort.
Certes, il est aisé d'augmenter la sensibilité afin de profiter d'une plus petite ouverture,
mais on risque d'introduire du bruit dans les images. Il ne se manifeste pas que sous la
forme d'une granulation; il peut prendre l'aspect d'artefacts colorés qui dégradent la qua-
lité de l' image et l'aspect des couleurs.
Regardez les figures 7.3 et 7.4, extraites d'une image prise à 1 600 ISO. Le but était d'aug-
menter la vitesse d'obturation tout en conservant une ouverture de f/22. Malheureusement,
le bruit élevé s'attaque alors aux détails les plus fins dans les parois du canyon.

1 600 ISO
2s
f/22
24mm

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,-l
,-l
0
N
Figure 7 .3 La sensib il ité ISO élevée produ it Figure 7.4 Le bruit est parfaitement visib le si
@
....... d u bruit numérique da ns les o mbres . on agrandit l'imag e.
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
Comparez-la maintenant à l'autre image, prise dans les mêmes conditions mais avec une
u sensibilité ISO beaucoup plus faible (figures 7.5 et 7.6). Comme vous pouvez le constater,
les niveaux de bruit sont beaucoup moins élevés: les noirs sont donc bien noirs et les détails
les plus fins ont été parfaitement conservés.

144
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

100 ISO
30 s
f/22
24mm

Figure 7 .5 En ba issant la sensibilité à Figure 7.6 En zoomant, on s'aperçoit que le


100 ISO, j'ai pu prendre une image propre, bruit est absent de l'image.
dépourvue de bruit.

Pour photographier un paysage, utilisez systématiquement la sensibilité ISO la plus basse.


Grâce aux systèmes de stabilisation optique (si vous photographiez à main levée) ou à un
solide trépied, vous n'aurez probablement jamais besoin d'aller au-delà de 400 ISO.
Vl En revanche, un temps de pose supérieur à une seconde risque également de favoriser
..9:!
0..... l'apparition du bruit. Dans ce cas, votre appareil photo dispose d'un mode de réduction du
>-
UJ bruit optimisé pour les poses lentes et les hautes sensibilités.
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
Le choix de la balance des blancs
ï::::
>
a.
0 C'est l'évidence même: s'il fait beau, choisissez le réglage Lumière du jour. Si le ciel est
u
couvert, optez pour Ombre ou Nuageux. Mais pourquoi s'interdire un peu de fantaisie?
Vous pouvez changer l'atmosphère d' une image en utilisant un réglage autre que celui
préconisé pour les conditions de prise de vue.

145
EXPOSITION

La figure 7.7 montre une photo prise avec une balance des blancs correcte. C'était en
toute fin d'après-midi et le soleil était très bas sur l'horizon, donnant à la scène une teinte
chaude. La balance des blancs était réglée sur Lumière du jour.

1 250 ISO
1/400 s
f/8
95mm

Figure 7. 7 Un rég lage d e balance des bl ancs approprié offre des résu ltats prévisibles.

Mais comment faire pour donner l'impression que la photo a été prise tôt le matin? Tout
simplement en réglant la balance des blancs sur Fluorescent, dont la température de cou-
leur est beaucoup plus froide (figure 7.8).
Vl
..9:! Et maintenant, comment savoir si on a fait le bon choix? Prenez une photo et affichez-la
0.....
>-
UJ
sur l'écran LCD. Passez d'un réglage de balance des blancs à l'autre pour choisir celui qui
,.-l
,.-l
vous convient le mieux. Bien entendu, si vous photographiez en RAW, la balance des blancs
0
N peut être modifiée et corrigée dans un logiciel de post-traitement.
@
....... Certains boîtiers dotés de la fonction Live view permettent de visualiser, sur leur écran LCD,
..c
Ol
ï::::
les réglages sans même déclencher. Si la sélection de balance des blancs n'est pas directe-
>
a. ment accessible depuis votre boîtier via un bouton, consultez le mode d'emploi pour savoir
0
u si vous ne pouvez pas personnaliser la fonction de cette commande.

146
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

1 250 ISO
1/400 s
f/8
95mm

Figure 7 .8 Une balance des b lancs sur Fluorescent donne l'impression que la photo a été prise
le matin.

Utiliser un Style d'image


En photo de paysage, je recherche avant tout des couleurs chatoyantes et de beaux
contrastes; c'est pourquoi la photo de paysage se pratique tôt le matin ou au coucher du
soleil. La lumière y est plus chaude et contribue à mettre la scène en valeur. Les ombres sont
rallongées et plus denses, ce qui donne aussi du relief aux images.
Vl
..9:!
0..... Vous pouvez également renforcer les couleurs et le contraste, notamment en journée, en
>-
UJ
utilisant un préréglage ou un Style d'image dédié au paysage (figure 7.9). Ces options per-
,.-l
,.-l
mettent d'accentuer la netteté et de donner de la pêche aux bleus et aux verts, et par la
0
N même occasion, de passer moins de temps devant l'écran de l'ordinateur.
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

147
EXPOSITION

200 ISO
1/80 s
f/16
40mm

Figure 7. 9 L'image de gauche a été prise normalement, et celle de droite avec un Style
d'image spécial paysage.

Dompter un ciel lumineux


Équilibrer l'exposition dans des scènes très contrastées est un exercice parfois délicat. La
première chose à faire est de ne jamais surexposer le ciel au point de cramer les hautes
~ lumières, à moins que ce soit l'effet recherché. Avoir des nuages bien blancs est une chose,
2 ne pas avoir de détails dans ces nuages en est une autre. C'est pourtant ce qui se produit
>-
UJ lorsque le boîtier tente d'exposer pour les zones les plus sombres de l'image (figure 7.10).
,.-1
a
N
Un bon moyen de savoir si les hautes lumières ont été sacrifiées consiste à activer l'in-
@ dicateur d'écrêtage de votre appareil. Les zones écrêtées apparaissent alors, sur l'écran
:C LCD, sous forme de plages noires clignotantes. Dans ce cas, à vous de déterminer si ces
Ol
·~ zones sont suffisamment importantes pour tenter de les récupérer. Si la réponse est oui, la
~ meilleure méthode est la compensation d'exposition. Elle force votre appareil à surexposer
u
ou à sous-exposer, jusqu'à cinq diaphragmes de l'exposition nominale, par incréments de
1/3 (figure 7.11 ). Bien entendu, ces chiffres dépendent du modèle de boîtier.

148
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

400 ISO
1/640 s
f/5,6
31 mm

Figure 7 .10 La ce llule de l'appareil a privilégié les zones p lus sombres, le résu ltat étant une
légère surexposition.

400 ISO
1/ 1 000 s
f/5,6
120mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 7 .11 Une compensation de -2/3 de diaphragme a perm is de récupérer des déta ils dans
le ciel et de rendre le temple p lus dense, ce que j e recherchais précisément.

149
EXPOSITION

Images High key et Low key


Si vous entendez quelqu'un parler d'images « High key», il s'agit d'une photo principalement
composée de tons clairs avec très peu d'ombres (neige, plage de sable blanc). À l'inverse, une
image «Low ker est majoritairement composée de tons foncés (paysage nocturne).

Rappelez-vous que la compensation d'exposition reste toujours activée, même lorsque le


boîtier est éteint puis rallumé. Pensez donc à la désactiver après avoir pris les photos. De
plus, la compensation fonctionne dans les modes Programme, Priorité vitesse et Priorité
ouverture; elle est donc maintenue lorsque vous passez d'un mode à l'autre. En revanche,
si l'appareil dispose également d'un mode tout automatique, la compensation est réinitia-
lisée quand vous choisissez cette méthode de prise de vue.

Paysages en noir et blanc


Une belle photo de paysage noir et blanc a quelque chose d'intemporel. Pour beaucoup,
c'est la photographie sous sa forme la plus pure. On ne peut s'empêcher d'imaginer Ansel
Adams en train de photographier, à la chambre, les monolithes de Yosemite Valley. Pour-
tant, ce n'est pas parce que vous n'utilisez qu'un simple reflex numérique que vous ne
pouvez pas faire d'excellentes images en mode Monochrome. Vous pouvez non seulement
travailler directement en noir et blanc, mais vous avez aussi la possibilité d'appliquer des
filtres personnalisés pour éclaircir ou assombrir certains éléments et renforcer le contraste
et la netteté (figure 7.12).
Vous constaterez également que le mode Monochrome, utilisé tel quel, peut produire des
images plates manquant singulièrement de contraste. Mais en ajoutant les effets de filtres,
il est possible d'obtenir de superbes résultats. Notez bien que tous les appareils ne propo-
sent pas des effets de filtres, consultez le mode d'emploi pour en savoir plus. Les Nikonistes
peuvent utiliser les options d'Optimisation des images, et les Canonistes disposent des
~
Vl
Styles d'image.
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

150
CHAPITRE 7 : LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

Figure 7.12
100 ISO La photo du haut
1/ 250 s est l'orig ina le en
f/8 cou leu rs. Celle
29 mm du mil ieu a été
p rise avec le mode
Monochrome d e
l'appareil, tout
comme celle du bas,
avec un effet de filtre
jaune en p lus.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

151
EXPOSITION

Traitement noir et blanc


J'adore photographier directement en noir et blanc, car je n'ai pas besoin d'attendre pour
voir le résultat. Bien entendu, la plupart des passionnés de noir et blanc vont convertir et
traiter leurs images dans un logiciel de post-traitement. Nombreux sont les logiciels qui
permettent d'obtenir des résultats d'une qualité exceptionnelle, en se basant sur le rendu
des films argentiques noir et blanc. Ces outils fonctionnement dans les applications hôtes
les plus populaires, comme Lightroom, Photoshop ou Photoshop Elements. Mes préférés
sont Silver Etex Pro, de Nik Software (www.niksoftware.com) - voir la figure 7.13 - et
Exposure 3 d'Alien Skin Software (www.alienskin.com). Ces programmes sont disponibles
sur Mac et PC; Silver Etex Pro fonctionne également avec le logiciel Aperture 3 d'Apple.

Figure 7.13
Cette image a été
réa lisée à partir d 'u ne
image cou leu r, traitée
dans Lightroo m et le
pl ug-in Silver Efex Pro.
Le rendu est sim il aire au
fil m argenti que Tri-X.

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
......,
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

400 ISO
1/30 s
f/6,3
52mm

152
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

Lumière dorée
Si vous demandez à des photographes professionnels de paysage quels sont les meilleurs
moments pour la prise de vue, ils vous répondront invariablement le lever et le coucher du
soleil (figures 7.14 et 7.15). En effet, les rayons lumineux frappent le paysage sous un angle
très faible, créant ainsi des ombres marquées, et donnant de la profondeur et du caractère
à l' image. La lumière est également plus propre et plus colorée qu'en milieu de journée.
La présence de nuages ajoute encore au côté spectaculaire, sans parler de la palette d e
couleurs due aux rayons du sol eil qui passent au travers.

Figure7.14
Les cou leurs
éclatantes du lever
de soleil rendent
les paysages
particu lièrement
~~-- viva nts.

100 ISO
1/ 160s
f/7,1
35mm

Figure 7.15
Le so leil de fin
d'après-mid i baigne
vi le temp le Angkor Vat
-9:!
0..... d'une lueur d orée,
>-
UJ rehaussée par la
,.-l
,.-l présence de nuages
0
N
sombres.
@
.......
..c
Ol
ï::::
>-
a.
0
u

200 ISO
1/50 s
f/18
29mm

153
EXPOSITION

Teintes froides et chaudes


Ces deux termes décrivent la dominante colorée présente à l'image. Les rouges et les jaunes
sont des couleurs dites «chaudes », comme la lumière de fin d'après-midi. Le bleu est la cou-
leur prédominante des teintes froides.

Faire le point
Les vastes paysages sont intéressants à photographier, mais ils posent tous le même pro-
blème: où faire la mise au point pour que tout soit net? Le but étant de faire une photo de
paysage inoubliable, celle-ci doit être parfaitement nette, avec une profondeur de champ
maximale.
J'ai déjà mis l'accent sur l' importance d'un trépied pour ce type de photographie. Celui-ci
vous permet d'utiliser de petites ouvertures sans avoir à vous préoccuper du temps de pose.
Il est aussi suffisamment stable pour permettre des vitesses d'obturation particulièrement
lentes. Pratiquement toutes mes photos de paysage sont faites en mode Priorité ouverture,
avec une sensibilité de 100 ISO (pour des images propres, dépourvues de bruit).
Cependant, photographier avec un diaphragme très fermé ne signifie pas obligatoirement
que toute l'image sera nette. Le but, ici, est de déterminer où faire la mise au point, pour
étendre au maximum la profondeur de champ en fonction de l'ouverture choisie. Pour
cela, vous devez utiliser ce qu'on appelle la «distance hyperfocale» de votre objectif.
L'hyperfocale peut être définie par une netteté acceptable d' un point proche de l'appareil
photo jusqu'à l'infini. En combinant habilement !'hyperfocale et une petite ouverture, les
images sont alors nettes jusqu'à l'infini.
Il existe plusieurs méthodes pour déterminer !'hyperfocale et, sans surprise, la plus utilisée
par les professionnels est également la plus simple. Après avoir composé l'image, faites le
point sur un objet situé à un tiers de la distance totale dans le cadre (figure 7.16). C'est la
Vl méthode la plus efficace. Lorsque le point est fait, déclenchez, puis vérifiez la netteté dans
~
l'écran LCD.
e>-
UJ
,.-1
,.-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

154
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

100 ISO
1/4 s
f/25
21 mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 7 .16 Pour obten ir une image nette du premier plan à l'arrière-p lan, la mise au point a
été réalisée sur le bateau, à dro ite. Ensu ite, j'a i recomposé avant de déclencher. En combinant
cette mise au po int et une ouverture de f/25, mon image est entièrement nette, jusqu'à la ligne
d'arbres au fond.

155
EXPOSITION

Le piqué de l'image
Ce terme est largement employé par les photographes, à tout propos. Il concerne aussi bien la
méthode de mise au point que la netteté globale de l'image, en exploitant la profondeur de
champ, de sorte que tous les éléments soient nets. Bien entendu, la moindre vibration du boî-
tier doit être exclue, au risque d'avoir des suj ets légèrement flous, au lieu d'être bien définis.
Pour obtenir des images piquées, il faut une petite ouverture, un trépied, un retardateur ou un
déclencheur à distance, et maîtriser le principe de !'hyperfocale.

Il y a une chose à savoir : plus la focale de l'objectif est courte, plus la distance hyperfo-
cale sera proche de l'appareil. Tout simplement parce qu'un grand-angle jouit d'une plus
grande profondeur de champ; ce type d'objectifs est donc indispensable dans la panoplie
du photographe de paysage.

Technique de mise au point


Sans aucun doute, les systèmes autofocus des reflex numériques sont performants mais, de
temps en temps, la mise au point manuelle est plus précise et plus fiable. C'est d'autant plus
vrai si votre appareil est sur un trépied: lorsque l'image a été composée et que la mise au
point a été réalisée, il y a de fortes chances que les collimateurs AF ne couvrent plus l'élé-
ment sur lequel vous avez effectué la mise au point, ce qui arrive fréquemment quand il y
a présence d'éléments au premier plan en bas du cadre. Vous pourriez basculer l'appareil
vers le bas et presser le déclencheur à mi-course pour régler la netteté, puis recomposer et
verrouiller la tête du trépied, mais la tâche n'est pas simple.
Un bon compromis est de laisser l'appareil faire le point, puis de passer en mode Manuel
pour peaufiner les réglages (figure 7.17).

Vl
~
e>-
UJ
,..-1
,..-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

156
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

400 ISO
1,25 s
f/22
22mm

Figure 7 .17 J'a i ici appliqué les règles de !'hyperfoca le : j 'ai commencé par faire le po int à peu
près au niveau du t iers du champ de t o urnesols, pu is je su is p assé en m ise au p oint manuelle
avant de recom poser et de déclencher.

Faire le point sur trépied


1. Composez l' image et déterminez l'endroit où faire le point.
2. Déplacez la tête du trépied de sorte que le collimateur AF actif se superpose à cet endroit.

Vl
3. Pressez le déclencheur à mi-course pour que l'appareil fasse le point, puis relâchez-le.
..9:!
0..... 4. Désactivez l'autofocus avec le bouton marche/arrêt situé sur l'objectif.
>-
UJ
,.-l 5. Retrouvez la composition originale et prenez la photo.
,.-l
0
N L'appareil déclenchera sans toucher à la mise au point. Cette technique fonctionne bien
@ avec les grands-angles, difficiles à utiliser en mise au point manuelle .
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u
Effet d'eau vaporeux
Le photographe de paysage essaiera toujours de donner un aspect vaporeux aux chutes
d'eau. Pour obtenir cet effet, il suffit de jouer sur la vitesse d'obturation. Il faut que le
boîtier soit sur un support stable - de préférence un trépied - et que la vitesse d'obturation
soit lente (figure 7 .18), 1/15 s voire moins.

157
EXPOSITION

100 ISO
0,6 s
f/22
31 mm

Figure 7 .18 Cette photo a été p rise sur p ied. En tenant l'appareil à la ma in, il est impossib le
d'obtenir une image net te avec une vitesse d'obturation d 'une dem i-seconde.

Photographier une cascade


1. Fixez l'appareil sur un trépied, composez et faites la mise au point.
2. Réglez la sensibilité sur 1OO ISO.
3. En mode Priorité ouverture, sélectionnez la plus petite valeur de diaphragme (f/22
à f/36).
4. Pressez le déclencheur à mi-course pour mesurer la lumière.
Vl
..9:!
0..... 5. Vérifiez que la vitesse d'obturation est inférieure ou égale à 1/15 s.
>-
UJ 6. Déclenchez et vérifiez la photo sur l'écran LCD.
,..-l
,..-l
~ Vous pouvez également utiliser le mode Priorité vitesse, régler la vitesse d'obturation adé-
@ quate et laisser l'appareil choisir l'ouverture. Je préfère utiliser le mode Priorité ouverture
:C pour garder la maîtrise de la profondeur de champ.
Ol
ï::::
ij: Si l'eau clignote sur l'écran LCD, indiquant une perte d'informations dans les hautes
8 lumières, utilisez la compensation d'exposition (présentée un peu plus tôt dans ce chapitre)
pour récupérer les détails dans la cascade.
Néanmoins, il est fort probable que vous ne puissiez conserver une vitesse d'obturation
suffisamment lente pour obtenir cet effet vaporeux, notamment si vous prenez les photos
en plein jour. Dans ce cas, procurez-vous un filtre polarisant ou un filtre de densité neutre.
Le filtre polarisant, composé d'une surface de verre sombre, redirige certaines longueurs

158
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

d'onde de la lumière pour renforcer la saturation des couleurs, réduire les reflets et rendre
le bleu du ciel plus dense, en réduisant le temps de pose d'environ deux diaphragmes (selon
la marque et le modèle). Le filtre de densité neutre (ND) se compose d'une lentille de verre
sombre permettant de réduire la luminosité d'une scène de un, deux ou trois diaphragmes,
voire plus (figure 7 .19). Ainsi, vous pourrez utiliser des vitesses plus basses, même en pleine
journée. Les filtres ND sont, en quelque sorte, les lunettes de soleil de votre objectif. Vous
trouverez plus d'informations sur les filtres dans le chapitre 11.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u 100 ISO
Ss
f/22
SS mm

159
EXPOSITION

Un mot sur la composition


En tant que photographe, c'est à vous de diriger le regard de celui qui observe vos clichés.
Pour cela, vous devez appliquer certaines règles de composition, autrement dit l'arrange-
ment et le placement judicieux d'éléments guidant le regard et sollicitant l'attention. Vous
devez comprendre le regard des autres, afin de les guider dans la lecture et l'interprétation
des images.
L'interprétation du contenu d'une image suit toujours la même logique. Les yeux sont
d'abord attirés par les éléments les plus éclatants. Si la photo comporte un ciel lumineux,
c'est là que le regard se tournera en premier. Le deuxième élément est la netteté : les détails
bien nets captent plus l'attention que les zones floues. Enfin, le regard se tourne naturel-
lement vers les couleurs saturées, en délaissant les teintes neutres et plates. Retenez ces
règles, elles vous aideront à construire vos images de la manière la plus judicieuse qui soit.
Dans la figure 7.20, l'œil est immédiatement attiré par le nuage blanc brillant au centre.
Ensuite, il se porte naturellement sur le roc placé en bas et à gauche, en raison de sa netteté
et de sa couleur. Le regard suit la forme du rocher, avant de revenir sur le ciel et les nuages.
En résumé, les éléments composant cette image attirent le regard et ne le laissent jamais
s'en échapper.

Règle des tiers


Les techniques de composition comportent quelques règles de base. La plus connue est
celle des tiers, qui divise le viseur en sections égales, à l'aide de deux lignes verticales et
horizontales.
La clé d'une composition rigoureuse est de placer le sujet à l'une de ces intersections
(figure 7.21 ).

Vl
~
e>-
UJ
,..-1
,..-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

Figure 7 .21 >- En plaçant le rocher


dans la pa rtie inférieure gauche,
on obtient une image bien p lus
agréab le que s' il s'était retrouvé
au b eau mi lieu du cad re.

160
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHI E DE PAYSAGE

composit ion de cette


100 ISO Figure 7.20 La d d'un élément à
d. · le regar .
1/ 40 s image inge nt circu laire.
l'autre, dans un mouve m e
f/ 11
24mm

400 ISO
1/ 125 s
f/1 1
120 mm

Vl
.9:!
2>-
UJ
,-l
,-l
0
N
@
.......
.c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

161
EXPOSITION

Ainsi, on donne une sensation d'espace à l'observateur. Une chose à ne jamais faire est de
placer le sujet en plein milieu de l'image. Cette façon de composer fonctionne rarement,
sauf si le sujet s'y prête. Il y a des exceptions mais, la plupart du temps, l'image sera moins
intéressante et n'attirera pas le regard.
La règle des tiers concerne aussi la ligne d'horizon. En effet, celle-ci devra être placée au
tiers inférieur ou supérieur de l'image (figure 7.22). Si on place l'horizon en plein milieu,
on ne pourra pas déterminer qui, du ciel ou du sol, est le plus important, et l'image perdra
en intérêt.

100 ISO
1/80 s
f/13
32mm

>-
a.
0 Figure 7 .22 Avec la lig ne d'horizon placée da ns le tiers inférieur de l'image, la règle des tiers
u
est resp ectée.

162
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

Il y a une exception à cette règle: lorsqu'on photographie des reflets dans l'eau. Dans ce
cas, on placera la ligne d'horizon en plein milieu de l'image (figure 7.23).

200 ISO
1/12Ss
f/14
24mm

Figure 7.23 Si le sujet se reflète dans une surface d'eau, p lacez la ligne d'horizon en plein
m ilieu du cadre.

L'effet de profondeur
Une photo est une représentation plane, à deux dimensions, de la réalité. Pour cette rai-
son, il faut judicieusement placer les différents éléments la composant, afin de donner une
Vl
..9:! sensation de relief et de profondeur. En fait, l'image est composée de différents plans: le
0.....
>- premier plan, le ou les plans intermédiaires et l'arrière-plan. En les exploitant habilement,
UJ
,.-l on arrive à attirer le regard et à donner de la profondeur aux images.
,.-l
0
N Le paysage californien (figure 7.24), essentiellement composé de collines, illustre parfaite-
@
....... ment cette théorie. L'arbre marque le premier plan avec force, l'ombre de la colline permet
..c
Ol de distinguer l'arbre du plan intermédiaire, et le ciel constitue un arrière-plan de choix,
ï::::
>
a. notamment grâce à son bleu qui contrebalance les tons chauds du soleil de fin de journée.
0
u

163
EXPOSITION

100 ISO
1/60 s
f/8
90mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 7.24 Tous les éléments de l'image (l'arbre, l'ombre, la courbe de la colline et le cie l)
contribuent à la sensation de profondeur et de relief de cette image.

164
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

Techniques avancées
Ce paragraphe est un peu particulier. En effet, jusqu'à présent, tous les sujets et toutes les
techniques abordés concernaient votre boîtier. Les deux sections qui suivent, consacrées à
la photo panoramique et HDR, exigent l'emploi d'un logiciel de traitement d'images. Mais
cela passe d'abord par la maîtrise des techniques de prise de vue.

Images panoramiques
Il n'y a que ceux qui ont réellement vu le Grand Canyon qui se rendent compte de l'immen-
sité du site, au point qu'il est impossible de le faire tenir dans une seule image. On constate
la même chose avec la montagne, les villes ou n'importe quel paysage grandiose. Il existe
deux méthodes pour créer des images panoramiques.

Le faux panoramique
Cette méthode consiste à photographier un paysage avec un grand-angle, puis à tronquer
l'image en haut et en bas avec l'outil de recadrage d'un logiciel. En général, les images
panoramiques sont deux à trois fois plus larges que les photos traditionnelles.

Créer un faux panoramique


1. Pour créer un faux panoramique, faites d'abord une photo avec un objectif
grand-angle.
2. En vous inspirant des conseils exposés un peu plus tôt dans ce chapitre, composez,
faites la mise au point et choisissez la plus petite ouverture possible.
3. Prenez la photo.
4. Importez et ouvrez l'image dans votre logiciel de post-traitement favori. Coupez le
haut et le bas de l'image, puis recadrez pour obtenir un effet panoramique.
La figure 7.25 est une photo non recadrée de Monument Valley, en Arizona .
Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

165
EXPOSITION

100 ISO
1/320 s
f/9
32mm

Figure 7.25 Cette image, b ien qu'agréable, n'en reste pas moins banale.

Comme vous pouvez le constater, cette photo a été prise avec un grand-angle, à la focale
de 32 mm. Le résultat n'est pas mauvais, mais reste banal. En fait, elle a été prise dans le
but de créer un faux panoramique, en supprimant le haut et le bas de l' image (figure 7.26).
L'image modifiée a beaucoup plus d'impact, débarrassée d'un ciel sans grand intérêt. Le
regard est immédiatement attiré par l'ampleur de l'horizon.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u
Figure 7 .26 Un simple recadrage suffit à rendre cette image bien p lus spectaculaire et
intéressante.

166
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

Assemblage d'images panoramiques


La méthode du faux panoramique n'est qu'une photo unique qu'on aura découpée, puis
recadrée. Pour réaliser une vraie image panoramique, on peut utiliser un appareil dédié
doté d'un champ de vision très large, ou fusionner une séquence d'images, comme nous
allons le voir ci-après.
L'assemblage de vues multiples pour créer une photo panoramique est une technique deve-
nue très populaire, notamment grâce aux immenses progrès des logiciels d'assemblage.
Les images sont dorénavant alignées, puis assemblées automatiquement en une seule
vue. Lors de la séance, il est important de chevaucher les vues successives d'environ 30 %
(figures 7.27 et 7.28). Les logiciels actuels font des miracles avec les séquences d'images à
main levée, mais pour un résultat impeccable, il vaut mieux photographier avec un trépied.
Ensuite, il ne reste plus qu'à importer les photos et laisser faire le logiciel d'assemblage qui
égalisera aussi les couleurs, la luminosité et le contraste.

Distinguer les séquences d'images


Si vous prenez plusieurs séquences d'images d'affilée, il sera difficile de les distinguer les unes
des autres. Voici une astuce pour les identifier à coup sûr.
Après avoir préparé et réglé votre appareil, et avant de commencer une séquence, placez votre
main devant l'objectif, avec le pouce levé, et déclenchez. Ensuite, prenez les photos destinées
à l'assemblage panoramique. Après la dernière de la série, faites encore une photo de votre
main avec deux doigts levés.
Recommencez l'opération à chaque nouvelle séquence. Ainsi, dans le logiciel d'assemblage,
les différentes séquences seront immédiatement identifiables.

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

167
EXPOSITION

100 ISO
1/ 100s
f/5
SOmm

Figure 7 .27 Les cinq vues destinées à un panorama par assemblage se superposent de 30 %.

Vl
..9:!
0..... Figure 7 .28 L'assemblage de cette image panoram ique a été fait dans Photoshop.
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

168
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

169
EXPOSITION

Prise de vue pour un assemblage panoramique


1. Installez l'appareil sur le trépied et mettez-le à niveau.
2. Choisissez une focale entre 35 et 50 mm.
3. En mode Priorité ouverture, sélectionnez, dans la mesure du possible, une petite
ouverture pour la profondeur de champ. Prenez une mesure sur une portion lumin-
euse de la scène et notez les paramètres d'exposition.
4. Passez l'appareil photo en mode Manuel (M), réglez la vitesse et l'ouverture
obtenues à l'étape précédente.
5. Effectuez une mise au point manuelle, sur un objet situé à environ un tiers de la
distance totale de la scène. N'utilisez surtout pas la mise au point automatique, car
elle risque de ne pas se faire de la même façon en passant d'une vue à l'autre, ce
qui posera des problèmes au logiciel d'assemblage.
6. Tout en pivotant l'appareil avec précaution, photographiez l'intégralité de la scène
en prenant soin de superposer chaque image de 30 % .
7. L'étape finale consiste à transférer les images pour assemblage dans un logiciel
spécialisé.

Images HDR
L'une des dernières tendances en photographie numérique est la technique HDR (High
Dynamic Range, images à plage dynamique étendue), qui permet d'enregistrer la totalité
de la plage tonale d'une scène. En général, lorsque vous photographiez une scène conte-
nant à la fois des hautes lumières et des zones très sombres, vous devez décider de la partie
de l'image à privilégier et pour laquelle exposer. La raison est simple: votre boîtier a une
plage dynamique limitée, notamment si on la compare à celle de l'œil humain. La tech-
nique HDR vous permet de prendre une série de photos, chacune d'elles privilégiant une
plage de tons - foncés, moyens ou clairs - que vous fusionnerez dans un logiciel spécialisé
Vl
(figures 7.29 à 7.32). Certains de ces programmes permettent également le tone mapping,
~
qui consiste à répartir les différents tons de manière réaliste au sein de l'image finale. Je
e>- ne vous présenterai pas de logiciels, le but ici étant de vous expliquer la technique de prise
UJ
,-1
,-1
de vue HDR. L'emploi d'un trépied est indispensable, les images devant être parfaitement
0
N alignées pour la fusion dans le logiciel.
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

170
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

800 ISO 800 ISO


1/4 000 s 1/ 1 000 s
f/4,5 f/4,5
24mm 24mm

Figure 7 .29 Sous-exposition de 2 d iaphragmes Figure 7 .30 Exposit ion normale décidée par
pour enregistrer les déta ils du ciel. l'appa reil photo.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
·~ 800 ISO
a.
8 1/ 250 s
f/4,5
24mm

Figure 7 .31 Surexposition de 2 d iaphragmes Figure 7 .32 Le résu ltat après fusion des
pour enregistrer les détails dans les parties trois images précédentes.
sombres.

171
EXPOSITION

Prise de vue HDR


1. Réglez la sensibilité à 100 ISO, pour des images sans bruit.
2. Passez en mode Priorité ouverture. Prenez trois vues de la même scène: une photo
surexposée, une exposée normalement et une dernière sous-exposée. L'appareil se
chargeant de la vitesse d'obturation, l'ouverture devra rester constante pour avoir
la même profondeur de champ d'une image à l'autre.
3. Photographiez au format RAW. En effet, celui-ci enregistre bien plus d'informations
tonales que le JPEG, et le logiciel HDR pourra les exploiter.
4. Faites le point manuellement, avec la méthode expliquée un peu plus tôt dans ce
chapitre, et verrouillez la tête du trépied.
5. Prenez une mesure en pressant le déclencheur à mi-course et réglez les paramètres
d'exposition.
6. Réglez la compensation d'exposition sur -2 diaphragmes et déclenchez.
7. Réglez la compensation d'exposition sur zéro (position normale) et prenez une
deuxième photo.
8. Enfin, réglez la compensation d'exposition sur +2 diaphragmes et déclenchez.
Cette méthode est la plus simple. Certains boîtiers disposent de fonctions de compensation
d'exposition automatiques ou bracketing: il suffit de régler les paramètres d'exposition,
puis de déclencher une fois. L'appareil va prendre une séquence de trois images, en chan-
geant l'exposition automatiquement.
Certaines personnes préfèrent travailler en mode Manuel. Dès que l'exposition standard a
été déterminée, il suffit de modifier la vitesse d'obturation pour obtenir les images sur et
sous-exposées. Cette méthode ne présente pas de difficultés particulières.
Dès que la séance de prise de vue est terminée, il faut traiter les images avec l'un des nom-
breux logiciels spécialisés disponibles sur le marché, comme Photoshop CSS avec son propre
module HDR Pro, Photomatix Pro, HDR PhotoStudio 2, HDR Efex Pro, et bien d'autres. Vous
Vl
trouverez plus d'informations et des pas à pas sur mon site (www.photowalkpro.com).
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

172
CHAPITRE 7: LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

La technique du bracketing
Le braclœting permet de prendre une séquence de photos avec des paramètres d'exposition
différents. Cette technique n'est pas réservée au HDR. Elle est particulièrement utile lorsque
vous devez faire face à des conditions d'éclairage difficiles et que vous voulez être certain de
réaliser une image correctement exposée.
Dans le cas de la HDR, il faut prendre une photo plus sombre et une autre plus claire; cepen-
dant, en conditions de prise de vue normale, on peut également sous-exposer ou surexposer
une séquence complète. Tout dépend de ce que vous recherchez. Si vous n'êtes pas certain
d'avoir suffisamment de détails dans les ombres, vous pouvez régler la fonction de bracketingde
sorte qu'elle surexpose la série d'images par petits incréments. Ceci est également vrai pour les
hautes lumières. La précision des incréments peut allerjusqu'à 1/3 de diaphragme, ce qui vous
permettra de prendre des séquences d'images avec des différences très subtiles au niveau de
l'exposition, vous laissant ainsi plus de choix. Sinon, si vous voulez surexposer ou sous-exposer
franchement, utilisez des valeurs de 1 diaphragme.

Vl
~
e>-
UJ
,.-1
,.-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

173
EXPOSITION

Exercices
Dans ce chapitre, nous avons présenté beaucoup de techniques différentes. Voici quelques
exercices pour mettre en application toutes ces nouvelles connaissances.

Comparer la profondeur de champ: grand-angle et té 1éobjectif


Puisque nous parlons de profondeur de champ, entraînez-vous à déterminer et à régler !'hy-
perfocale pour étendre au maximum la zone de netteté dans l'image.
Commencez avec la focale la plus longue. Composez l'image et trouvez un élément sur lequel
effectuer la mise au point. Réglez l'ouverture sur f/22 et déclenchez.
Passez maintenant à la focale la plus courte. Faites le point au même endroit et utilisez la
même ouverture.
Examinez les images et comparez la profondeur de champ entre la photo au grand-angle
et celle prise à la focale la plus longue. Recommencez l'exercice avec une grande ouverture.

Utiliser !'hyperfocale en photo de paysage


Choisissez une scène comportant des éléments proches de l'appareil photo et un détail
important à l'arrière-plan. Essayez de vous en tenir à une focale courte ou moyenne, de 18 à
35 mm par exemple. Utilisez une petite ouverture et effectuez le point sur un objet proche,
recomposez, puis prenez la photo.
Sans changer la position de l'appareil, faites le point sur le détail important au fond de
l'image, puis déclenchez.
Pour finir, trouvez un détail situé à un tiers de la distance totale visible dans la scène et faites
la mise au point dessus.
Comparez toutes vos images pour trouver quelle méthode vous donne la plus grande pro-
fondeur de champ, à courte distance et jusqu'à l'infini.

Vl
Placer l'horizon
~
Trouvez un décor avec une ligne d'horizon bien visible, puis placez-la sur la grille des tier s
e>- (certains appareils l'affichent dans le viseur et sur l'écran LCD), d'abord sur la ligne supé-
UJ
,..-1
,..-1
rieure, puis en plein centre et, pour finir, sur la ligne inférieure.
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u
Partagez vos images avec le groupe Flickr du livre!
Rendez-vous sur flickr.com/groups/exposure_fromsnapshotstogreatshots

174
400 ISO
1/80 s
f /2,8
44mm
La photographie
en lumière
disponible
Lorsque la lumière
se fait rare

Il n'y a aucune raison de renoncer à son appareil photo dès que le


soleil se couche. Un reflex numérique est tout à fait capable d'ex-
ploiter toute lumière disponible et de se servir de son flash intégré.
Dans ce chapitre, nous allons voir comment repousser les limites de
votre boîtier et continuer à prendre des photos dans des conditions
d'éclairage difficiles. Nous parlerons bien évidemment du flash,
notamment de celui qui est intégré au boîtier. Pour commencer,
intéressons-nous à la lumière disponible.
Une analyse de l'image

Sachant que la lumière


manquerait, je me suis
équipé d'un objectif
lumineux, doté d'une
grande ouverture.

Vl
QJ

e
>
w
.-i
.-i
0
N
u
.u
.!::
en
-c
>-
a.
0
u
L'appareil était fixé sur un monopode,
pour la stabilité et pour faciliter les
mouvements panoramiques.
La compétition de motocross de ma région se déroule une fois par an; pour rien au
monde je ne voudrais la rater. Certes, le sujet risque d'être répétitif, mais tous les ans,
je trouve de nouveaux défis à me lancer. Cette année-là, le temps était brumeux et
l'événement s'est déroulé plus tard que d'habitude; les conditions de lumière étaient
donc nettement moins bonnes que les fois précédentes. Ma volonté d'utiliser des
vitesses d'obturation élevées avec la sensibilité ISO la plus basse possible a été mise
à rude épreuve. La photographie est souvent une question de compromis mais,
avec de l'expérience, on finit toujours par faire les bons choix.

,,. . J'ai essayé plusieurs


vitesses d'obturation
avant de trouver celle qui
convenait parfaitement
pour figer l'action.

Pour obtenir des


vitesses suffisamment
élevées, j'ai réglé la
sensibilité à 4 000 ISO .
.....,
J::
Ol
c
>
a.
0
u

4 000 ISO
1/320 s
f/2,8
200mm
Une analyse de l'image

• Dans mes tout premiers essais,


le coup de flash était trop visible.
Par conséquent, je l'ai sous-
exposé de deux diaphragmes.
Ma journée de prise de vue pour ph raphier les tournesols du Maryland arrivait à son
terme lorsque je suis tombé sur un dernier champ que je ne pouvais pas rater. Les fleurs
étaient gigantesques, le ciel splendide, la batterie de l'appareil encore chargée, et il
restait de la place sur la carte mémoire. Le problème, c'est que les fleurs tournaient le dos
au soleil couchant. Saviez-vous qu'elles poussent face à l'est? Je n'ai pas laissé ce détail
me décourager: j'ai utilisé le flash intégré à mon reflex.

•e.----- Le ciel et les nuages,


placés derrière les
fleurs, étaient encore
lumineux. J'ai donc I
opté pour la mesure Pour assombrir ly
Matricielle. ciel, j'ai sous4osé
l'image de -213 de
diaphragme.

L'arrière-plan est flou mal gr


la petite ouverture, tout
simplement parce que j'ai
~t6graphié de près avec
A ·- longue focale.
200 ISO
1/60 s
f/22
70mm
EXPOSITION

Augmenter la sensibilité: la solution de simplicité


Commençons par ce qui me semble être l'évidence même, lorsque la lumière vient à man-
quer : augmenter la sensibilité ISO (figure 8.1 ). À ce stade de votre lecture, il ne fait aucun
doute que vous savez comment modifier ce réglage, et vous savez également que, dans les
conditions normales de prise de vue, il vaut mieux rester dans une plage allant de 100 à
800 ISO. Vos images resteront propres, avec un faible niveau de bruit. Cependant, dès que
la lumière baisse, vous devez augmenter la sensibilité, ce qui accroît le bruit dans l'image.

6 400 ISO
1/ 200 s
f/2,8
190mm
\

Figure 8.1 Cette scène semble b ien éclairée, mais l'image n'a été rendue possib le que par
une sensibi lité ISO élevée.
Vl
..9:!
0..... Vous pourriez utiliser le flash, mais sa faible portée (de 5 à 7 mètres) risque de vous poser
>-
UJ
,.-l
quelques problèmes. De plus, selon les circonstances, l'usage du flash peut être interdit ou
,.-l
0 limité, comme dans un musée ou lors d' un mariage.
N
@ Et pourquoi ne pas utiliser un trépied et des basses vitesses d'obturation? C'est une possi-
.......
..c bilité que nous aborderons un peu plus loin. Le problème, lorsque la lumière manque, est
Ol
ï::::
> qu'il est impossible de photographier des sujets mobiles. Essayez également de faire une
a.
u
0 photo sur pied dans un musée, et comptez le temps qu' il faudra pour attirer l'attention
des gardiens.
Si vous n'avez pas d'autre choix que d'augmenter la sensibilité, à 800 ISO ou même plus,
n'oubliez pas d'activer la fonction de réduction du bruit. Vous trouverez toutes les infor-
mations nécessaires dans le mode d'emploi de votre reflex.

182
CHAPITRE 8: LA PHOTOGRAPHIE EN LUMIÈRE DISPONIBLE

Pour observer les effets de la réduction du bruit, n'hésitez pas à zoomer dans les images
(figures 8.2 et 8.3).

6 400 ISO
1/ 200 s
f /5,6
55mm

Figure 8.2 A g randissement d'une image à haute sensib ilité, sans réduction du bru it.

6 400 ISO
1/ 200 s
f /5,6
55mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 8.3 La même image, mais avec la réduction du bru it activée. Le bru it n'est pas
complètement éliminé, mais la photo a un b ien meil leur aspect.

183
EXPOSITION

Cette fonction augmente également le temps de traitement des images, ce qui peut ralen-
tir la cadence de prise de vue.

Réduction du bruit
Économiser de l'espace
En photographiant en haute sensibilité, la réduction de bruit permet de libérer de la place sur
la carte mémoire. En JPEG, l'appareil photo compresse les images et, si le bruit est excessif,
la taille du fichier peut augmenter de façon drastique. Pourquoi? Tout simplement parce que
les circuits de traitement doivent composer avec plus d'informations: le bruit dans l'image est
interprété comme une information qui ne doit pas être perdue au moment de la compression
Choisir la bonne option
Certains boîtiers proposent deux types de réduction du bruit: l'une pour les hautes sensibi-
lités ISO, l'autre pour les poses longues. Selon le type de prise de vue, prenez donc garde à
bien sélectionner la bonne option. Sachez qu'appliquer une réduction de bruit pour pose
longue lorsqu'on photographie à 1/ 1 000 s n'a guère de sens. Si vous ne disposez pas de ces
deux options, ne vous faites pas de souci, l'appareil corrigera aussi bien le bruit en haute sensi-
bilité que pour les temps de pose allongés.

Utiliser les très hautes sensibilités


3 200 ISO vous semble amplement suffisant? Sachez qu'aujourd'hui les appareils photo
proposent des réglages de sensibilité à peine croyables: 6 400, 12 800, 25 600 ISO, et même
plus. Avec ces valeurs, vous pouvez pratiquement photographier dans le noir.

Hautes sensibilités ISO


Les appareils photo disposent d'une plage de sensibilités standard et, parfois, de réglages
Vl
~ étendus permettant de gagner l'équivalent d'un ou deux diaphragmes. Cependant, ne
e>- misez pas tout sur ces valeurs: bien entendu, en disposer lorsqu'il n'y a pas de lumière
UJ
,.-1 est bienvenu, mais elles ne devraient être utilisées qu'en dernier ressort - si vous devez
,.-1
0
N
ramener une image coûte que coûte - car même si vous activez la réduction de bruit, ce
@ dernier restera très présent. Cela dit, les hautes sensibilités vous rendront bien des services,
.....,
~
Ol
notamment si vous suivez de nuit un événement sportif (figure 8.4).
·;::
>
a.
0
u

184
CHAPITRE 8: LA PHOTOGRAPHIE EN LUMIÈRE DISPONIBLE

4000 ISO
1/320 s
f/2,8
200mm

Figure 8.4 Lors d e ce motocross noctu rne, la seu le solution p our o b tenir d es vitesses
suffisamment rapides a été de m o nter la sensibilité à 4 000 ISO .

Opter pour un stabilisateur optique


Si vous avez acheté un objectif à stabilisateur optique, que ce soit le système VR (Vibration
Reduction) ou IS (Image Stabilization), vous disposez là d' un moyen extraordinaire de récu-
pérer deux à quatre diaphragmes en prise de vue à main levée. En moyenne, une personne
peut faire des photos nettes au 1/60 s, malgré les vibrations et les tremblements. Si on
Vl
..9:!
accroît la focale de l'objectif, la vitesse minimale garantissant des images nettes va chuter.
0.....
>- Un objectif stabilisé contient de petits gyroscopes et un groupe optique mobile qui com-
UJ
,.-l pensent les vibrations et stabilisent l'image. Le système fonctionne si bien qu'il est possible
,.-l
0
N
de gagner deux à trois diaphragmes (voire quatre pour les dernières générations de maté-
@ riel) à main levée: concrètement, si vous tenez la vitesse de 1/60 s, le stabilisateur permet
.......
..c de descendre à 1/15 set, probablement, à 1/8 s (figures 8.5 et 8.6). Un bon conseil : laissez
Ol
ï:::: le stabilisateur enclenché quelles que soient les conditions de lumière, ne fut-ce que pour
>
a.
u
0 le confort de la visée, plus particulièrement avec les longues focales.

185
EXPOSITION

200 ISO
1/ 10 s
f/9
SS mm

Figure 8.5 Cette photo a été prise avec le système Nikon VR désactivé.

200 ISO
1/ 10 s
f/9
SS mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 8.6 Le même sujet et les mêmes réglages, mais avec le stabi lisateu r optique activé.

186
CHAPITRE 8: LA PHOTOGRAPHIE EN LUMIÈRE DISPONIBLE

Le retardateur au secours de la netteté


Pour améliorer la netteté de vos images, ne touchez pas votre boîtier, qu'il soit fixé sur un
trépied ou posé sur un support stable. Rien qu'en pressant le déclencheur, l'appareil vibre.
Dans ce cas, utilisez le retardateur. Vous disposez de deux modes: 2 secondes et 10 secondes.
En général, j 'utilise le retardateur de 2 secondes, pour réduire l'attente entre deux photos.

Faire le point en basse lumière


Les systèmes autofocus sont particulièrement performants, sauf en basse lumière. Il existe
quelques astuces pour contourner le problème.
D'abord, sachez que le boîtier se base sur le contraste de la scène pour faire le point, ce qui
explique pourquoi l'autofocus patine sur une surface unie, un mur ou un ciel sans nuages.
Dans ce cas, utilisez le collimateur central pour trouver un objet présentant suffisamment
de contraste, situé à la même distance que votre sujet. Gardez le déclencheur enfoncé à
mi-course pour verrouiller le point, puis recomposez l'image.
Il y a également des situations dans lesquelles vous ne trouverez aucun détail permettant
de faire la mise au point. Le meilleur exemple est celui du feu d'artifice. Si vous pointez
l'appareil vers le ciel noir, l'autofocus va pomper tant qu' il ne pourra pas se verrouiller sur
un détail. Dans ce cas, effectuez une mise au point manuelle (figure 8.7).
N'oubliez alors pas de réactiver l'autofocus à la fin de la séance de prise de vue.

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

187
EXPOSITION

200 ISO
1/ 30 s
f/5,6
18 mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 8.7 Pour ce typ e de sujet, m ieux vaut effectuer une m ise au point manuelle.

188
CHAPITRE 8: LA PHOTOGRAPHIE EN LUMIÈRE DISPONIBLE

Assistant AF
Autre possibilité pour réussir la mise au point: l'assistant AF du boîtier. li s'agit d'une lampe
qui émet un rayon de lumière ou un faisceau infrarouge; ainsi, l'autofocus peut trouver
un élément sur lequel se verrouiller. Cette fonction est activée automatiquement lorsqu'on
utilise le flash, mais ne l'est pas si on est en mode continu, en mise au point manuelle ou,
tout simplement, si elle a été désactivée dans les menus de configuration.
Sur certains appareils, l'assistant AF ne fonctionne qu'avec le collimateur central. Je vous
invite encore une fois à consulter le mode d'emploi de votre reflex.

Réaliser des poses longues


Voyons maintenant comment photographier des scènes nocturnes ou très peu éclairées,
tout en conservant une qualité d'image optimale (figure 8.8). Première chose: ne perdez
pas de vue que photographier de nuit avec une faible sensibilité ISO allonge considéra-
blement le temps de pose (supérieur à 1/15 s). Par conséquent, il est hors de question de
travailler à main levée. Il faut utiliser un trépied ou, tout au moins, un support parfai-
tement stable. Pour obtenir une qualité maximale, la sensibilité doit être la plus basse
possible - moins de 400 ISO. Il faut également activer la réduction du bruit, afin d'éviter
l'apparition d'artefacts dus à la pose lente, qui entraîne la chauffe du capteur.

400 ISO
30 s
f/22
42mm

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,-l
,-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 8.8 Un t répied et une pose lente ont ét é nécessaires pour enregistrer les lumières
nocturnes de San D iego.

189
EXPOSITION

Ensuite, réglez votre boîtier en mode Priorité ouverture (A ou Av); ainsi, vous pourrez
choisir l'ouverture optimale et laisser l'appareil s'occuper de la vitesse d'obturation. S'il
fait trop sombre pour l'autofocus, effectuez une mise au point manuelle. Un déclencheur
à distance sera également très utile. Si vous n'en avez pas, servez-vous du retardateur (voir
page 187). Lorsque vous aurez déclenché, vous constaterez que le photo met beaucoup
plus de temps à s'afficher sur l'écran LCD. Pas d'inquiétude: le système de réduction du
bruit a besoin d'un certain délai pour traiter l'image, celui-ci pouvant aller d'une fraction
de seconde jusqu'à 30 secondes, en fonction du temps de pose. D'une manière générale,
considérez que le processus de réduction du bruit prend autant de temps que la prise de
vue elle-même.

Synchronisation du flash
Le but de la synchronisation du flash (également appelée « synchro ») est de faire en sorte
que l'obturateur soit encore complètement ouvert après émission de l'éclair. Cela ne pose
aucun problème si la vitesse d'obturation est longue, comme 1/15 s. En revanche, les choses
se compliquent avec les vitesses plus élevées. La plupart des boîtiers ont une vitesse de synchro
maximale de 1/200 s ou 1/250 s. Concrètement, si vous utilisez votre flash, la vitesse d'ob-
turation ne pourra pas être plus rapide que 1/200 sou 1/250 s. Si vous utilisez une vitesse
supérieure, l'obturateur commencera à se fermer avant même que l'éclair soit émis, ce qui se
traduit à l'image par une bande noire, exactement à l'endroit où les lamelles de l'obturateur
bloquent la lumière du flash.

Utiliser le flash intégré


Vous aurez l'occasion de vérifier par vous-même qu'on est par-
fois contraint d'utiliser le flash intégré pour prendre une photo.
En général, il n'est pas très puissant mais, couplé au
système d'exposition de l'appareil, il est parfai-
Vl
tement capable d'éclairer correctement une
..9:! scène ou de déboucher les ombres.
0.....
>-
UJ En mode de prise de vue Automatique, le
,.-l
,.-l flash sera activé sans intervention de votre
0
N part. En revanche, en mode Priorité vitesse
@
....... ou ouverture, vous devrez le faire vous-même
..c
Ol (figure 8.9).
ï::::
>
Figure 8.9 Le flash intégré du Nikon
a.
0 D3100, prêt à l'emploi.
u

190
CHAPITRE 8 : LA PHOTOGRAPHIE EN LUMIÈRE DISPONIBLE

Portée du flash intégré


Le flash intégré, en raison de sa compacité, n'est pas suffisamment puissant pour éclairer un
vaste espace (figure 8.10). La portée dépend du réglage de sensibilité, soit environ 4 mètres à
200 ISO, ou même 9 mètres à 1 600 ISO. N'oubliez pas que pour conserver une bonne qualité
d'image, il faut éviter d'aller au-delà de 800 ISO, à cause du bruit numérique. Vous devriez
trouve1~ dans le mode d'emploi de votre boîtier, un tableau des portées du flash selon la sen-
sibilité ISO.

200 ISO
1/60 s
f/22
70 mm

Figure 8.10 Le flash intégré, qui excelle dans ce type de situation, a perm is de déboucher
ces tournesols p lacés à contre-jour.
Vl
..9:!
0....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

191
EXPOSITION

Vitesses de synchronisation
La vitesse standard de synchronisation du flash de votre boîtier se situe entre 1/60 et
1/200 s. En mode Automatique ou avec les modes Scène, l'appareil choisit d'emblée une
vitesse de 1/60 s. Mais en mode Portrait nocturne, l'appareil utilise une vitesse plus lente
pour enregistrer les détails éclairés par la lumière ambiante.
Le meilleur moyen d'obtenir de bonnes images au flash est de maîtriser la vitesse d'obtura-
tion. Le but est d'équilibrer la lumière du flash avec la lumière ambiante, pour obtenir une
image présentant un éclairage uniforme.

Modes de mesure
Le flash intégré utilise une technologie appelée «TTL» (Through The Lens : mesure à tra-
vers l'objectif) pour calculer la puissance de l'éclair nécessaire à une exposition correcte.
Lorsque vous pressez le déclencheur à mi-course, l'appareil fait la mise au point tout en
analysant les niveaux de luminosité de la scène. Si vous pressez complètement le déclen-
cheur, le flash, en se basant sur ces données, émet vers le sujet une quantité de lumière
prédéterminée.
Le mode TIL est présent sur tous les appareils (la terminologie peut changer selon les
marques, mais le principe reste le même). On peut également basculer en mode Manuel
et, dans ce cas, il est possible de régler la puissance du flash, avec des valeurs allant de la
pleine puissance à 1/32 de la puissance maximale. Chaque incrément divise la puissance du
flash par deux, c'est-à-dire l'équivalent d'un diaphragme.

Compenser l'exposition au flash


Si le système TTL est parfaitement capable d'équilibrer la lumière du flash et la lumière
ambiante, il ne sait bien évidemment pas les effets que vous désirez obtenir. Peut-être
Vl
cherchez-vous à augmenter ou à diminuer la puissance de l'éclair : cela est possible avec la
~ compensation d'exposition au flash.
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

192
CHAPITRE 8: LA PHOTOGRAPHIE EN LUMIÈRE DISPONIBLE

Comme la compensation d'exposition, la compensation du flash permet de modifier l'éclair


par incréments de 1/3 de diaphragme. Ainsi, vous pourrez atténuer l'éclair, notamment si
vous cherchez tout simplement à déboucher les ombres (figures 8.11 et 8.12).

400 ISO 400 ISO


1/60 s 1/60 s
f/4 f/4
200mm 200mm

>-
UJ Figure 8.11 Cette photo a été prise avec Figure 8.12 Cette photo a été réalisée avec
,.-l
,.-l
le flash intégré à sa puissance normale. Vous les mêmes réglages, hormis l'exposition
0
N
constatez que l'éclair était bien trop puissant. du flash qui a été compensée de -1/3 de
@
....... diaphragme .
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

193
EXPOSITION

Réduire les yeux rouges


Nous avons tous connu l'effet pervers du flash en photographiant d'autres personnes : les
yeux rouges! Cet effet est causé par le reflet de la lumière dans la pupille. Plus vous vous
rapprochez du sujet, plus vous risquez d'obtenir des yeux rouges. Cela est également vrai
dans un endroit sombre, lorsque les pupilles sont dilatées.
Il existe plusieurs façons de contrecarrer ce phénomène. La première est d'éloigner le flash
de l'objectif, ce qui est impossible avec un flash intégré. Par conséquent, il faut activer la
fonction anti-yeux rouges. Il s'agit tout simplement d'une lampe montée sur l'appareil ou
le flash, et qui oblige les pupilles à se refermer, ce qui élimine, ou tout au moins atténue,
les yeux rouges (figure 8.13). Désactivée par défaut, cette fonction doit être sélectionnée
pour l'utiliser.

Vl
-9:!
0.....
>- 800 ISO
UJ
,.-l 1/60 s
,.-l
0 f/5,6
N
@ 200mm
.......
..c
Ol
ï::::
Figure 8.13 La p hoto de gauche a été prise tell e quelle, sans réduction des yeux rouges.
>
a. Comparez la tail le des pupilles avec l'image de droite, dans laquelle la fonction de réductio n a
0
u été activée.

194
CHAPITRE 8: LA PHOTOGRAPHIE EN LUMIÈRE DISPONIBLE

Lorsque la réduction des yeux rouges est activée, l'appareil photo ne déclenche pas immé-
diatement. C'est d'abord la lampe qui s'allume une seconde ou deux, avant l'éclair de flash.
Dans cette situation, veillez à ce que vos modèles restent bien immobiles.
Certains boîtiers utilisent un système différent. À la place de la lampe, le flash émet une
série de pré-éclairs qui réduisent également le diamètre de la pupille, pour atténuer le
phénomène des yeux rouges.
Pour être tout à fait honnête, je n'emploie quasiment jamais la réduction des yeux rouges,
à cause du temps que cela implique avant que je puisse prendre la photo suivante. Si je
dois utiliser le flash, je prends le risque d'avoir des yeux rouges, quitte à les corriger lor s
du post-traitement. Dorénavant, des appareils intègrent même cette correction dans leurs
fonctions embarquées de retouche.

Allumez la lumière!
Pour éviter les yeux rouges en photographiant en intérieur, ou pour réduire le temps de fonc-
tionnement de la lampe anti-yeux rouges, il suffit d 'allumer le plus de lumières possible. Plus
l'éclairage ambiant est intense, plus les pupilles sont fermées.

Synchro deuxième rideau


Il existe deux modes de synchronisation du flash: le premier rideau et le deuxième rideau .
Vous-vous demandez, avec une certaine perplexité, ce que signifie cette histoire de rideaux.
Excellente question.
L'obturateur de l'appareil photo est composé de deux rideaux. Au déclenchement, le
rideau avant, ou «premier rideau», s'ouvre pour laisser passer la lumière vers le capteur.
À la fin du cycle d'obturation, le rideau arrière, ou «deuxième rideau», masque le cap-
teur. En photographie au flash, le timing est très important, car l'éclair est émis durant
Vl quelques millisecondes, et l'obturateur reste ouvert quelques dixièmes ou centièmes de
~
e>- seconde plus longtemps. Pour que toute la séquence se déroule correctement, le boîtier
UJ commande l'éclair du flash lorsque le premier rideau s'ouvre (voir l'encadré «Synchronisa-
,.-1
,.-1 tion du flash », page 190).
0
N
@ En synchro deuxième rideau , le flash se déclenche juste avant la fermeture du deuxième
.....,
~
rideau. Quel est l'intérêt de cette méthode? Supposons que vous souhaitiez un temps d'ex-
Ol
·;:: position plus long pour prendre en compte l'éclairage de l'arrière-plan, afin d'équilibrer
>
a.
0 l'exposition avec celle du sujet.
u

195
EXPOSITION

Imaginez-vous en train de photographier un ami en ville, de nuit, avec la circulation et


l'éclairage urbain en arrière-plan. Si l'éclair du flash est émis au tout début de la séquence
d'exposition, les éléments mobiles de la scène seront flous, et pourront parfois même obs-
curcir et masquer partiellement le sujet s'ils passent devant. En synchro deuxième rideau,
le contenu de la scène est enregistré en premier, puis l'éclair du flash fige le sujet à la fin
du cycle d'exposition.
Il n'existe pas de méthode idéale; il s'agit juste d'une question de goût. En général, la syn-
chro deuxième rideau s'utilise dans un but artistique, car les mouvements présents dans la
scène peuvent être enregistrés sans les superposer au sujet éclairé par le flash (figure 8.14).
C'est pour cette raison que je laisse toujours mon appareil photo en synchro deuxième
rideau.
La figure 8.15 montre un exemple de pose longue destinée à enregistrer les lumières de
la circulation, avec un coup de flash donnant un aspect fantomatique au sujet principal.
En revanche, si vous avez l'intention de combiner une pose lente avec une synchro premier
rideau, votre sujet devra rester parfaitement immobile, pour éviter l'effet d'image fan-
tôme après l'éclair du flash (figure 8.16).

vi
-9:!
0.....
>-
UJ
,-l
,-l
0
N
400 ISO
@
.......
..c
1/10 s
Ol
ï:::: f/4
>-
a. 18 mm
0
u
Figure 8.14 La synchro deuxième rideau est vraiment le m eilleu r cho ix po ur comb iner pose
lente et coup de flash .

196
CHAPITRE 8: LA PHOTOGRAPHIE EN LUMIÈRE DISPONIBLE

100 ISO
10 s
f/ 13

Figure 8.15 Cet effet est rendu possibl e par la synchro deuxième rideau, qu i déclenche le
flash j uste avant la fermetu re de l'obtu rateur.

100 ISO
2s
f/13
18 mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 8.16 La synchro premier rid eau est le réglage st anda rd pour la phot o au flash. O n peut
l'utiliser pou r des poses lentes, à condition que le sujet reste immo bile.

197
EXPOSITION

Flash et reflets
Si vous devez faire une photo au flash à travers une fenêtre ou une vitrine, par exemple,
collez l'objectif contre la vitre. Ainsi, le reflet de l'éclair ne sera pas visible à l'image
(figures 8.17 et 8.18). C'est une astuce particulièrement utile dans les musées ou les aqua-
riums.

400 ISO 400 ISO


1/25 s 1/25 s
f/3,5 f/3,5
24mm 18mm

........... _._..._.
--·

Figure 8.17 L'éclat de lumière en haut de Figure 8.18 Pour éviter le reflet, il faut coller
l'image est le reflet de l'écla ir du flash sur la la lentil le frontale de l'objectif contre la vitre,
vitrine. quitte à zoomer si nécessaire.

À propos des flashs externes


Jusqu'à présent, nous avons seulement parlé du flash intégré. Malgré ses avantages évi-
dents, les résultats obtenus restent très moyens. Pour photographier des personnes, c'est
certainement la source de lumière la moins flatteuse qui soit. Sachez que ce n'est pas parce
que le flash n'est pas bon - il est même très sophistiqué par rapport à sa compacité. Le
Vl
..9:! problème, c'est que pour mettre en valeur un sujet, il faut que la lumière ne vienne pas du
0.....
>- même axe que l'objectif. Imaginez votre visage collée sur la surface en verre d'une photo-
UJ
,.-l
copieuse : le résultat sera équivalent, avec une image plate et sans caractère.
,.-l
0
N Pour profiter pleinement des possibilités de la photographie au flash, procurez-vous un
@ flash externe (comme le Nikon SB700 Speedlight, le Canon 430EX Il) ou encore du matériel
.......
..c de fabricants indépendants (tels que Sunpak ou Metz). Parmi ses avantages déterminants,
Ol
ï::::
>
a.
on peut retenir la tête orientable, la puissance disponible, la parfaite intégration avec le
0
u boîtier, et le système TIL permettant des résultats de qualité. Un flash externe représente
une dépense non négligeable, mais si vous recherchez la souplesse d'emploi, l'investisse-
ment en vaut largement la chandelle.

198
CHAPITRE 8: LA PHOTOGRAPHIE EN LUMIÈRE DISPONIBLE

Flash déporté
L'un des plus gros avantages du flash externe est qu'on peut le déporter. La raison est
évidente: un flash éloigné de l'appareil photo donne une lumière plus agréable et plus
naturelle (figure 8.19). Certains systèmes, comme ceux de Canon et Nikon, fonctionnent
sans câbles et sans aucune contrainte quant aux fonctionnalités. Vous pouvez égale-
ment utiliser une extension TIL par câble qui se fixe sur la griffe porte-flash du boîtier
(figure 8.20). Le câble est plus contraignant qu'un système sans fil, mais il est tout aus.si
pratique, tout en étant moins cher.

200 ISO
1/ 250 s
f/11
70mm

Figure 8.20 Les extensions,


comme ce câble Nikon
SC-28, permettent de
déporter un flash.

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,-l
,-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 8.19 Ce portrait a été éclairé par deux flashs déportés, sans
fil , éclairant au travers de parapluies.

199
EXPOSITION

Exercices
Nous venons de couvrir un certain nombre de cas de prise de vue en lumière disponible. Il est
temps de passer à quelques exercices pratiques, qui couvrent un large éventail de possibilités,
avec ou sans flash.

Vos ma=ns sont-elles sûres?


Il est très important de connaître vos limites et de savoir jusqu'à quelle vitesse d'obtura-
tion vous pouvez tenir l'appareil à main levée, tout en produisant des images parfaitement
nettes. Tout dépend de la focale de l'objectif, les grands-angles pardonnant beaucoup plus
que les téléobjectifs. Voilà donc une bonne occasion de faire quelques essais concrets. Avec
votre zoom 18-55 mm, par exemple, réglez la focale sur 55 mm, l'appareil à 200 ISO, en mode
Priorité vitesse, et désactivez le stabilisateur optique. Effectuez alors une série de photos avec
des vitesses de plus en plus basses. Observez et vérifiez les images sur votre ordinateur, en
zoomant à 1OO %, et faites attention aux images qui commencent à manifester un flou de
bougé. li est probable que ce soit le cas aux alentours de 1/60 s, pour une focale de 55 mm.
Faites le même test en position grand-angle. Ma limite est d'environ 1/30 s. Ces essais s'enten-
dent avec le stabilisateur optique désactivé. Si vous possédez un objectif VR ou IS, essayez-le
avec et sans stabilisation, pour voir, dans les deux cas, jusqu'à quelle vitesse d'obturation vous
êtes capable d'obtenir des images nettes.

Sensibilité extrême
Trouvez un sujet particulièrement sombre, en extérieur en pleine nuit, ou en intérieur. Faites
quelques photos en augmentant à chaque fois la sensibilité ISO, en commençant par 1OO
jusqu'à la valeur la plus élevée possible. Analysez le bruit présent à l'image, notamment dans
les ombres. Personne ne peut décider à votre place du niveau de bruit que vous êtes prêt à
accepter dans vos photos. Personnellement, je n'aime pas aller au-delà de 800 ISO.

Supprimer 1e bruit
Vl Activez la réduction du bruit et recommencez l'exercice précédent. Déterminez vos propres
~
limites, en fonction des résultats avec la réduction du bruit activée. Faites surtout attention à
e>- la perte de détails, notamment dans les ombres.
UJ
,.-1
,.-1
0
N Pose 'ente
@
....., Même si vous n'avez pas de trépied, trouvez dehors un support stable et essayez quelques
~
Ol
·;::
poses lentes. Réglez l'appareil en mode Priorité ouverture et utilisez le retardateur pour
>
a. déclencher (cela évitera tout risque de flou de bougé dû aux vibrations du boîtier).
0
u
Exercez-vous dans des endroits relativement bien éclairés, dans la rue ou durant la pleine
lune. Le but est de réaliser des clichés en lumière disponible.

200
CHAPITRE 8: LA PHOTOGRAPHIE EN LUMIÈRE DISPONIBLE

F1ash intégré
N'hésitez pas à essayer le flash intégré de votre appareil photo. Testez les différents modes
d'exposition et la compensation d'exposition pour vous familiariser avec cet accessoire qui
rend de grands services, notamment pour déboucher les ombres en plein jour.

Yeux rouges
Demandez d'abord à un ami patient de vous accompagner. Faites-le poser dans une pièce
sombre ou en extérieur, de nuit, et prenez des photos au flash. Activez la fonction de réduc-
tion des yeux rouges pour voir si vous obtenez de meilleurs résultats. N'oubliez pas de lui
demander de ne pas bouger pendant que la lampe ou les pré-éclairs du flash remplissent
leur office.

Synchro deuxième r"deau


Il est temps de passer à quelque chose de plus amusant. Réglez votre appareil en mode
de synchronisation deuxième rideau, puis déclenchez. Les sujets mobiles sont les plus inté-
ressants. En mode Priorité ouverture ou vitesse, essayez de réduire à l'extrême la vitesse
d'obturation. Choisissez une basse sensibilité ISO pour allonger encore plus les temps de
pose. Soyez créatif et amusez-vous!

Partagez vos images avec le groupe Flickr du livre!


Rendez-vous sur flickr.com/groups/exposure_fromsnapshotstogreatshots

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

201
100 ISO
1/250 s
f/2,8
SS mm
Composition
et créativité
Donner du cachet
' .
a ses images

Le processus de création d'une photo ne se résume pas à quelques


réglages sur le boîtier. Pour passer au stade supérieur, il faut
apprendre à combiner les éléments d'une scène pour structurer une
image agréable à l'œil. La composition est l'étape ultime de ce qu'il
est possible de faire avec la lumière, les formes et, pour reprendre
l'expression de Jay Maisel, un photographe de réputation mondiale,
la gestuelle. Elle va vous permettre d'attirer l'attention et de diriger
le regard du spectateur. Examinons maintenant quelques techniques
de composition qui donneront du cachet à vos images.
Une analyse de l'image

100 ISO
1/320 s
f/10
220mm
Une analyse de l'image
100 ISO
1/100 s
f/18
48mm
EXPOSITION

Profondeur de champ
Une longue focale, combinée à une grande ouverture, aide à isoler le sujet du fouillis envi-
ronnant. Je travaille presque toujours en mode Priorité ouverture. J'apprécie par ailleurs
le téléobjectif qui permet de réduire au maximum la profondeur de champ (figure 9.1 ).
Plus vous vous rapprochez du sujet, plus la profondeur de champ est restreinte (figure 9.2).
L'arrière-plan flou oblige l'observateur à se concentrer sur le sujet, mis en valeur par sa
netteté intrinsèque.
Parfois, une profondeur de champ très étendue est nécessaire pour que les éléments les
plus proches mais aussi les plus éloignés soient nets (figure 9.3).

1 600 ISO
1/640 s
f/5,6
300mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l Figure 9.1 Un téléobjectif utilisé à grande ouverture permet de détacher le sujet du fond.
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

208
CHAPITRE 9: COMPOSITION ET CRÉATIVITÉ

800 ISO
1/2 500 s
f /5,3
220mm

Figure 9.2 À grande ouverture, p lus vous vous rapprochez du sujet, p lus l'arrière-plan est flou.

100 ISO
1/40 s
f/16
17 mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 9.3 La profondeur de champ est très étendue, grâce à l'emploi du grand-angle et
d'une petite ouverture.

209
EXPOSITION

Prenons également l'exemple d'un reflet sur de l'eau. Si la profondeur de champ est res-
treinte, seul le reflet sera net. Avec une plus petite ouverture, pratiquement toute l'image
le sera (figure 9.4).

640 ISO
1/160 s
f/9
70mm

Figure 9.4 Pour que l'é lément distant présent dans le reflet soit net, ainsi que la flaque d'eau,
une petite ouverture a été util isée.

Photographier les reflets


Vl
-9:! Le miroir étant une surface à deux dimensions, pourquoi faut-il faire le point sur l'objet ren-
0.....
>- voyé par lui? C'est une question qui me tracassait particulièrement lorsque j'ai commencé
UJ
,..-l
la photographie. La réponse est pourtant relativement simple, et elle a un rapport avec la
,..-l
0 lumière. On fait toujours le point sur l'image renvoyée par le sujet vers le capteur de l'appareil
N
@
photo. Si vous faites le point sur le miroir, celui-ci se situe à une distance bien déterminée, mais
.......
..c si vous voulez faire le point sur l'image dans le miroir, il faut tenir compte de la distance entre
Ol
ï:::: l'objet et le miroir, puis de la distance entre le miroir et vous. Rappelez-vous que la lumière
>
a.
0
réfléchie par le sujet doit aller jusqu'au miroir, puis revenir vers vous, ce qtù explique pour-
u quoi une petite ouverture s'avère nécessaire pour photographier un sttjet dans un miroir. Vous
pouvez en faire l'expérience en vous asseyant dans votre voiture et en photographiant ce qui
se passe dans vos rétroviseurs.

210
CHAPITRE 9: COMPOSITION ET CRÉATIVITÉ

Angles
Des angles marqués sont toujours des éléments forts d'une composition, notamment lorsque
les diagonales se juxtaposent (figure 9.5). Cela provoque une interaction assez différente de
celles des lignes horizontales ou verticales que nous voyons habituellement dans les photos.

100 ISO
1/320 s
f/ 10
220mm

Figure 9.5 Les d iagonales t rès marq uées d e cette const ruct io n donnent une g rande force à la
composition .

Vl Vous pouvez également renforcer l'effet des diagonales en inclinant votre boîtier. L'angle
-9:!
0..... inhabituel va immédiatement attirer l'attention (figure 9.6).
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
......
.c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

211
EXPOSITION

800 ISO
1/ 320 s
f/1 3

Vl
..9:!
0.....
~
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>-
a.
0
u

rFigure 9 .6 En .incl inant I'


en d ant ainsi b ien p 1us intéress
. ants.
appareil photo, J., a1 , , une .image ori in
. cree
a cons, les
212 g ale de ces b 1
CHAPITRE 9: COMPOSITION ET CRÉATIVITÉ

Point de vue
Parfois, pour réaliser une photo originale, il suffit de changer le point de vue. Par exemple,
au lieu de toujours photographier debout, essayez en vous mettant à genoux ou, carré-
ment, en vous allongeant sur le sol. L'aspect du sujet va complètement changer; si celui-ci
est banal, il sera alors bien plus intéressant (figure 9.7).

Figure 9.7
800 ISO Vous n'avez peut-
1/100 s être pas remarqué
f/ 5,6 immédiatement que
28mm cette p hoto a été
prise en p longée, lu i
donnant un aspect
orig inal.

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

213
EXPOSITION

Motifs
On peut créer une image harmonieuse ou rythmée à l'aide de motifs répétitifs que l'on
trouve un peu partout si l'on prend garde à ce qui nous entoure au quotidien (figure 9.8).

3 200 ISO
1/30 s
f/4
85mm

Figure 9.8 Je me su is rapproché du sujet, des bâtonnets d'encens embal lés, pou r mettre en
valeur la rép étition d u mot if.

Vl Couleurs
-9:!
0.....
>- Les couleurs, notamment les teintes très saturées, permettent d'obtenir de très belles com-
UJ
,.-l positions. Les couleurs primaires (rouge, bleu, vert) et les complémentaires (cyan, magenta,
,.-l
0
N
jaune) augmentent l'impact visuel d'une image (figure 9.9). L'interaction entre les couleurs
@ rend la photo plus intense, plus saisissante et aussi plus complexe, notamment si elle est
.......
..c
Ol
combinée à d'autres éléments entrant dans la composition (figure 9.10).
ï::::
>
a.
0
u

214
CHAPITRE 9: COMPOSITION ET CRÉATIVITÉ

100 ISO
1/1 000 s
f/1,4
50mm

Figure 9.9 J'ai particu lièrement aimé le contraste entre cette femme vêtue de b leu et le mur
rouge. L'intensité des couleurs a permis de créer une belle image.

1 600 ISO
1/500 s
f/10
155 mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 9.10 Les couleurs chatoyantes et les ondulations de l'eau donnent un style
impressionn iste à cette photo.

215
EXPOSITION

Une couleur peut être à elle seule un thème photographique. Je suis connu pour ma
tendance à mettre en scène le bleu du ciel. Si je photographie en extérieur, j'essaie systé-
matiquement d'avoir le ciel bleu, soit à l'arrière-plan, soit en tant qu'élément important de
l'image (figure 9.11 ). Le ciel bleu peut souligner un sujet coloré en lui donnant un aspect
plaisant et un intérêt tout particulier.

Figure 9.11
Le cie l b leu profond 200 ISO
met en valeur le 1/1 000 s
dôme doré. f/5,6
120mm

Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

216
CHAPITRE 9: COMPOSITION ET CRÉATIVITÉ

Contraste
Nous venons d'apprendre que la couleur peut être un outil de composition particulièrement
fort. Un effet des plus efficaces consiste à combiner deux couleurs opposées, obligeant le
regard à passer de l'une à l'autre (f igure 9.12). Il n'y a pas de recette magique, toutefois
on obtient un effet particulièrement intense en associant des couleurs sombres et claires,
comme le rouge et le jaune, ou le bleu et le jaune.

Figure 9.12
200 ISO Les cou leurs
1/400 s opposées se
f/5,6 complètent et
100 mm confèrent une
certa ine harmonie
à l'image.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

217
EXPOSITION

Une autre astuce consiste à mettre des formes différentes en opposition pour attirer le
regard. Vous pouvez combiner des cercles et des triangles, des ovales et des rectangles, ou
mélanger des courbes et des lignes droites, le dur et le mou, le clair et le sombre, et ainsi de
suite (figure 9.13). Il n'y a pas de limites: rien ne vous oblige à n'utiliser que deux éléments
opposés, bien au contraire. En ajoutant d'autres formes, l'image gagnera en complexité et
en intérêt. Pour donner un plus à vos compositions, recherchez et essayez des combinaisons
de formes diverses.

800 ISO
1/400 s
f/2,8
200mm

Figure 9.13 Cette photo est constituée d 'éléments opposés. Les ampoules arrondies
contrastent avec les lignes droites des rangées de lum ières . Il y a également beaucoup de
contraste au niveau des couleurs.
Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,..-l
,..-l
Lignes de force
0
N
Pour attirer le regard, une méthode efficace consiste à intégrer des lignes de force dans
@
......,
..c
l'image. li s'agit d'éléments venant du bord de l'image et se dirigeant vers le sujet principal
Ol
ï:::: (figure 9.14), par exemple des lignes s'évanouissant au loin, une rivière, ou tout ce qui peut
>
a.
0
plonger le regard directement au cœur de la photo.
u

Diviser le cadre
En règle générale, ce n'est pas une très bonne idée de diviser une image en deux parties
égales. Elle sera peut-être parfaitement symétrique, mais elle sera surtout très ennuyeuse.

218
CHAPITRE 9: COMPOSITION ET CRÉATIVITÉ

Pensez à appliquer la règle des tiers quand vous composez (figure 9.15).

400 ISO
1/ 100s
f/9
55 mm

Figure 9.14 Le trottoir et la ligne des toits d irigent automatiquement le regard vers l'attelage.

100 ISO
1/ 100 s
f/1 8
48 mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 9.15 Cette photo respecte la règ le des t iers, avec la ligne d'arbres, en bas, et l'arche, à
d ro ite, dans le sens vert ica l.

219
EXPOSITION

Une ligne d'horizon située en bas de l' image procure une sensation d'équilibre; on la
placera ainsi si le ciel est plus intéressant que le reste du paysage. Dans le cas contraire,
l'horizon sera positionné dans le tiers supérieur du cadre (figure 9.16).

400 ISO
1/ 400 s
f/10
70mm

Figure 9.16 L'élément le p lus spectaculaire de cette image est le champ de tournesols : la
ligne d 'horizon a donc été p lacée dans le t iers supérieur de la composit ion .

Cadre dans le cadre


Vl
..9:! Le bord de l'image est le cadre qui contient tous les éléments qui composent la photo .
0.....
>- Un excellent moyen de valoriser le sujet est de le placer dans un autre cadre à l'intérieur
UJ
,..-l même de l'image (figures 9.17 et 9.18). Ainsi, on peut donner une impression de relief et
,..-l
0
N
de grande profondeur.
@
......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

220
CHAPITRE 9: COMPOSITION ET CRÉATIVITÉ

400 ISO 200 ISO


1/250 s 1/500 s
f/9 f/ 5,6
19mm 58mm

Figure 9.17 Un exemp le parfa it d e cadre Figure 9.18 Le passage da ns ce temp le


dans le cadre, avec la fenêtre, au centre, encadre agréablement le visage de la statue
encadrée par l'ouverture octogona le . située à l'extérieur.
Vl
-9:!
0.....
>-
UJ
,-l Ce chapitre ne fait qu'aborder très superficiellement la composition. Si vous souhaitez
,-l
0 approfondir le sujet, n'hésitez pas à vous reporter à l'excellent ouvrage, de la même col-
N
@ lection, de Laurie Excell, John Batdorff, David Brommer, Rick Rickman et Steve Simon:
.......
..c Composition - Pratique photo (éditions Eyrolles) .
Ol
ï::::
>
a.
0
u

221
EXPOSITION

Exercices
En mettant en pratique tout ce que vous avez appris dans les chapitres précédents, vous
arriverez également à composer correctement vos photos. Faites le plus d'essais possibles,
combinez les différentes méthodes de composition pour rendre vos images encore plus cap-
tivantes.

' ignes de force et motifs


Sortez de chez vous avec votre appareil photo et apprenez à repérer les lignes de force, les
angles et les motifs. Ne cherchez pas à faire des images parfaites mais à développer votre
sens de l'observation.

L.:ABC de la composition
Voici un exercice qui m'a été suggéré par mon ami Vincent Versace : photographiez l'alpha-
bet! Ce n'est pas évident mais, petit à petit, vous ne succomberez plus à la facilité. Ne vous
contentez pas des lettres sur les panneaux de circulation mais trouvez des objets dont la
forme évoque les lettres de l'alphabet.

Rond ou carré?
Cercles, carrés et triangles : réalisez des photos consacrées exclusivement à une forme géo-
métrique.

Attirer l'attention
La profondeur de champ joue un rôle essentiel dans la construction des images, en leur don-
nant une dimension et du relief. Photographiez d'abord à pleine ouverture, pour profiter
d'une profondeur de champ restreinte. Puis trouvez un sujet qui se prête à une profondeur
de champ étendue, en fermant le diaphragme pour que la totalité de l'image soit bien nette.

Fncadrer
Trouvez des sujets comportant des lignes de force ou des cadres naturels permettant de déta-
Vl
~ cher le sujet et de donner de la profondeur à vos images.
e>-
UJ
,..-1
,..-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;:: Partagez vos images avec le groupe Flickr du livre!
>
a.
0 Rendez-vous sur flickr.com/groups/exposure_fromsnapshotstogreatshots
u

222
100 ISO
10 s
f/8
40mm
Techniques I

avancees
,
Etonner son entourage

Dans les chapitres précédents, nous avons abordé un grand nombre


de techniques s'appliquant aux conditions de prise de vue les plus
courantes. Mais vous devez encore connaître un certain nombre de
choses pour réaliser de belles images.
Après avoir lu les chapitres précédents, vous avez parfaitement compris l'intérêt de
la lumière dorée du soir. Mais que faire si vous n'avez pas la possibilité de prendre
des photos au lever ou au coucher du soleil, et si vous n'avez pas d'autre choix que
la lumière dure du mi lieu de journée? C'est très simple: vous devez tirer parti de la
situation. C'est ce que j'ai fait pour obtenir cette image, prise aux environs de 13 h.
Le soleil étant pile à la verticale, j'ai décidé de l'inclure dans la composition.

En raison de la petite ouverture, -------=


la sensibilité a été réglée à
400 ISO pour obtenir une vitesse
d'obturation suffisamment élevée
et ainsi ne pas subir le flou de
bougé.

Ill
Q)

e>-
UJ
ri
ri
0
N
@
....,
~
Ol
·c
>-
a.
0
u

226
.lt:
400 ISO
1/25 s
f/22
17 mm

Une ana lyse de 1,.im age
1 600 ISO
1/800 s
f/5,6
300mm
EXPOSITION

Précision de la mesure Spot


En général, la mesure Matricielle, ou Évaluative, est efficace dans la plupart des situations.
Elle est capable d'analyser le contenu d'une scène et de décider de réglages d'exposition
pertinents. Le seul problème, de même que pour tous les autres modes d'exposition, est
qu'elle ignore la nature du sujet. Dans certains cas, vous aimeriez qu'elle ne tienne compte
que d'une portion de l' image, et qu'elle ignore tout le reste. Pour exposer avec plus de
précision, servez-vous de la mesure Spot, qui permet de prendre une mesure sur une por-
tion restreinte de la scène (entre 1 et 10 %). Elle est généralement couplée au collimateur
autofocus central.
Quand cette mesure est-elle utile? Imaginez une personne placée devant un mur clair. Avec
la mesure Matricielle, l'appareil tient compte de toute la surface de l'image telle que vous
la voyez dans le viseur. Le mur est alors assombri. L'image est sous-exposée et le sujet trop
sombre (figure 10.1 ). Pour éviter ce problème, choisissez la mesure Spot sur votre boîtier
et prenez une mesure uniquement sur le sujet, et non sur le mur blanc. Le calcul de l'ex-
position se fait à partir de la mesure prise dans la surface délimitée par le collimateur AF
central, et le sujet principal est alors correctement exposé (figure 10.2).
La mesure Spot s'avère par ailleurs utile dans bien d'autres situations:
• un paysage enneigé ou une plage dont les niveaux de luminosité risquent de perturber
la cellule ;
• un contre-jour dans lequel le sujet apparaît très sombre;
• plus généralement, toute photo paraissant trop sombre ou trop claire.
Certains appareils photo permettent de coupler la mesure Spot à n'importe quel collima-
teur AF, et donc de mesurer la lumière sur un sujet décentré.
En utilisant cette mesure, n'oubliez pas que la cellule considère que le sujet est un gris
moyen et que vous pourriez être amené à compenser légèrement l'exposition. Mais cela
viendra avec un peu de pratique.

Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

230
CHAPITRE 10 : TECHNIQUES AVANCÉES

400 ISO 400 ISO


1/320 s 1/80 s
f/ 8 f/8
45mm 45mm

Figure 10.1 Un mur blanc peut entraîner Figure 10.2 La mesure Spot m'a permis
une sous-exposition de 1 à 2 d iaphragmes. d'exposer correctement la fenêtre sombre.
La mesure Spot vous aidera à exposer le sujet
principa l avec p lus de précision .

Exposer un lever ou un coucher de soleil


Vl
..9:! Prendre une belle photo d'un lever ou d'un coucher de soleil dépend entièrement du ciel.
0.....
>- Si le sol prédomine dans la composition, le boîtier expose pour la partie la plus sombre de
UJ
,.-l l'image et surexpose le ciel, qui sera dépourvu de nuances et ne présentera alors guère
,.-l
0
N
d'intérêt (figure 10.3). Pour mettre le ciel en valeur, il faut pointer l'appareil vers le haut
@ pour y mesurer la lumière, puis mémoriser ou verrouiller l'exposition et, enfin, recomposer.
.......
..c
Ol
Dans ce cas, le sol sera sous-exposé, mais le ciel sera alors plus sombre et bien plus présent
ï::::
> (figure 10.4).
a.
0
u

231
EXPOSITION

200 ISO
1/160 s
f/11
17 mm

Figure 10.3 En mesurant la lumière sur la g lobalité de l'image, vous obtenez un ciel très
lumineux et p lus de déta ils au niveau du so l.

200 ISO
1/400 s
f/11
17 mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 10.4 En revanche, en mesurant les parties les p lus lumineuses du ciel, le coucher de
solei l est p lus dense et les cou leurs b ien saturées.

232
CHAPITRE 10 : TECHNIQUES AVANCÉES

Verrouiller l'exposition
1. Pointez l'appareil vers la partie la plus brillante du ciel.
2. Pressez le bouton de verrouillage ou de mémorisation de l'exposition (AE ou AE-L},
pour effectuer une mesure et la mémoriser.
3. Tout en maintenant le bouton enfoncé, recomposez puis déclenchez. Les réglages
d'exposition ne changeront pas tant que le bouton de verrouillage sera pressé.
Consultez les informations sur le verrouillage de l'exposition dans le mode d'emploi de
votre appareil photo.

Mode Manuel
Le mode Manuel est très probablement la technique d'exposition la plus avancée. Il est
donc bon de la maîtriser, bien qu'on puisse souvent s'en passer, grâce à l'efficacité réelle
des automatismes. Je reconnais que je ne m'en sers pas souvent, mais il rend parfois réel-
lement service. Il est très utile, notamment lorsque je travaille en studio avec des flashs. En
effet, l'éclairage de studio est constant et mes réglages d'exposition ne changeront donc
pas, ce qui n'est pas le cas si je photographie en mode Automatique, en Priorité ouverture
ou vitesse.
Je suppose qu'à ce stade, vous ne vous êtes pas encore lancé dans la photo de studio. Je me
concentrerai donc sur un cas très concret d'utilisation du mode Manuel: les poses longues
en photographie nocturne.

Le mode Bulb
Si vous avez besoin d'un temps de pose plus long que ceux proposés par le sélecteur de
vitesse, vous pouvez choisir le mode Bulb. Il n'est disponible qu'en mode Manuel, et son
rôle est d'ouvrir puis de fermer l'obturateur au moment où vous le décidez. Explorons
Vl
~ trois cas de figure pour lesquels l'utilisation de ce mode est très utile: les feux d'artifice, les
e>- éclairs et la peinture avec de la lumière.
UJ
,-1
,-1
Si vous prenez en photo des feux d'artifice, vous pouvez aisément utiliser l'une des vitesses
0
N disponibles en mode Priorité vitesse, puisque celles-ci descendent jusqu'à 30 s. Malgré tout,
@ dans certains cas, vous avez besoin de temps de pose plus longs.
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

233
EXPOSITION

Si vous ouvrez l'obturateur pendant une salve de feux d'artifice, vous aurez tout le loisir de
le refermer dès que vous estimez avoir enregistré suffisamment d'éléments (figure 10.5). Si
vous laissez l'obturateur ouvert durant 30 s, vous risquez de saisir trop d'éléments; si vous
vous contentez de 10 s, il est possible que vous ratiez une belle salve.

400 ISO
1,6 s
f/11
24mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 10.5 Le mode Bu lb est idéa l pour p hotograph ier des feu x d'artifice.

234
CHAPITRE 10: TECHNIQUES AVANCÉES

Même chose pour les photos d'éclairs, particulièrement difficiles à photographier. J'ai un
ami qui s'intéresse à ce phénomène et qui a pris de splendides images grâce au mode Bulb.
Il permet d'ouvrir et de fermer l'obturateur à sa guise, laisse plus de place à la créativité et
augmente aussi les chances de faire de bons clichés.
Le mode Bulb peut aussi s'utiliser pour peindre avec la lumière. Il faut ouvrir l'obturateur,
avec cette fonction, et utiliser une source d'éclairage (torche, lampe de poche, flash, etc.)
pour «peindre» le sujet.
Avec le mode Bulb, l'obturateur reste ouvert aussi longtemps que vous pressez le déclen-
cheur. Pour éviter les risques dus aux vibrations, posez l'appareil sur un trépied ou un
support stable.

Que signifie «Bulb»?


Que vous soyez débutant ou photographe confirmé, vous vous êtes probablement demandé
d'où venait ce nom. Pourquoi ne pas l'avoirappelé «vitesse d'obturation manuelle» ou quelque
chose d'approchant? En fait, tout remonte aux début5 de la photographie. À l'époque, l'obtu-
rateur était actionné par un mécanisme pneumatique déclenché par une poire, bulb en anglais.

Je tiens aussi à souligner que tout contact direct avec l'appareil photo en mode Bullb
entraîne un risque de flou de bougé. Par conséquent, je vous conseille de vous équiper
d'une télécommande ou d'un déclencheur électrique. Pensez également à la correction du
bruit pour les poses longues, comme indiqué dans le chapitre 8.

Photographier les éclairs: danger!


Si vous tenez à photographier les éclairs pendant un orage, soyez extrêmement prudent. Se
tenir à découvert avec un trépied revient à se servir d'un paratonnerre. Dans la mesure du
possible, abritez-vous!
Vl
~
e>-
UJ
,-1
,-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

235
EXPOSITION

Éviter les reflets parasites


Les reflets parasites se manifestent en plein soleil. Sur l'image, ils se présentent sous la forme
de disques ou de cercles lumineux (figure 10.6), qui sont alignés sur la source d'éclairage
située dans le champ. Il s'agit tout simplement de reflets sur chaque lentille de l'objectif,
enregistrés par le capteur. Vous pouvez vous en protéger de différentes manières.
• Prenez vos photos avec le soleil dans le dos, et non face à vous.
• Montez toujours un pare-soleil sur l'objectif. Les reflets se produisent même si le
soleil n'est pas directement dans le cadre: il suffit que les rayons atteignent la lentille
frontale .
• Si vous n'avez pas de pare-soleil, essayez de bloquer la lumière avec votre main, une
feuille de papier ou un carton.

400 ISO
1/8 s
f/22
22mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@ Figure 10.6 Les reflets parasites se manifestent même si la source de lumière n 'est pas
.......
..c
Ol d irectem ent dans le cadre .
ï::::
>
a.
0
u

236
CHAPITRE 10 : TECHNIQUES AVANCÉES

Présence du soleil dans le cadre


Avez-vous déjà regardé des photos où le soleil perce au travers d'une petite ouverture,
créant ainsi un bel effet d'étoile (figure 10.7)? Pour obtenir cet effet, il existe une petite
astuce, qui consiste à fermer le diaphragme à f/22 (ou à la plus petite ouverture possible).
Ensuite, le soleil doit apparaitre partiellement derrière un obstacle ou une ouverture quel-
conque. Bien entendu, il faut que le reste de l'image soit correctement exposé, et que la
mesure ne soit pas effectuée sur les rayons du soleil. Avec un peu de pratique, vous arrive-
rez à prendre d'excellents clichés.

Figure 10.7
400 ISO En laissant le sole il
1/25 s dans le cadre et en
f/22 régla nt l'ouvertu re à
17mm f/22, j'ai o btenu cet
effet d 'étoile.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

237
EXPOSITION

Macrophotographie
La macrophotographie est tout simplement de la prise de vue rapprochée. Cette pratique
exige des objectifs spécialisés mais, si vous n'êtes pas équipé, ne vous faites pas trop de sou-
cis; vérifiez, dans le mode d'emploi, la distance minimale de mise au point de vos objectifs.
Si vous possédez un zoom, utilisez-le à sa focale la plus longue. Il vous faudra également
un trépied, car la mise au point est délicate et il n'y a guère d'autre solution que de la faire
manuellement.
Le mode Priorité ouverture est tout indiqué pour ce type de photo, car il permet de gar-
der la maîtrise de la profondeur de champ. Les longues focales utilisées à courte distance
ont une profondeur de champ particulièrement restreinte, et vous devrez probablement
utiliser des valeurs d'ouverture qui vous sont inhabituelles. Si vous travaillez en extérieur,
essayez de diffuser la lumière du soleil avec une feuille de papier blanc ou un diffuseur.
Dans ce cas, le contraste est considérablement réduit - les ombres sont moins denses - au
profit des détails (figure 10.8).

400 ISO
1/200 s
f/14
85 mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@

-
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u Figure 10.8 Ce petit affamé a été sa isi g râce à une longue focale équipée d'u ne b onnette
m acro.

238
CHAPITRE 10 : TECHNIQUES AVANCÉES

Balance des blancs personnalisée


Nous avons évoqué la balance des blancs dans certains chapitres, mais que faire si les pré-
réglages, comme Lumière du jour ou Tungstène, ne conviennent pas? Dans ce cas, il faut
créer une balance des blancs personnalisée. C'est une méthode particulièrement utile,
notamment si la scène est illuminée par différents types d'éclairage. Un bon exemple est
celui d' un sujet éclairé à la fois par la lumière du jour, en provenance d' une fenêtre, et par
un néon situé au plafond et éclairant la pièce. Pour obtenir un résultat équilibré, vous pou-
vez effectuer une balance des blancs manuelle et enregistrer la mesure. Ne vous inquiétez
pas : c'est bien plus facile que vous ne le pensez; vous avez seulement besoin d'une simple
feuille de papier blanc (figure 10.9).
Le mode d'emploi de votre
boîtier vous donnera toutes
les explications nécessaires.
Dans le commerce, il existe
également un certain nombre
d'accessoires pour mesurer
et enregistrer une balance
des blancs personnalisée. On
trouve tout aussi bien des
filtres neutres à visser sur l'ob-
jectif que des chartes neutres,
blanches et grises - tenant
dans la poche, vous pourrez
les emmener partout. Figure 1O.9 Les ap pareils p hot o p erm ettent d e créer une
bala nce d es blancs perso nnalisée à p artir d 'une simple
feu ille de papier b lanc.

Rafales pour une photo réussie


Vl
-9:!
Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi les professionnels prennent parfois des pho-
0.... tos en rafale d'un sujet immobile? Ils essaient tout simplement d'avoir l' image la plus nette
>-
UJ possible. En prenant de courtes rafales de 3 ou 4 images, l'appareil a le temps de se stabi-
,-l
,-l
0
liser dans les mains. En effet, le simple fait de presser le déclencheur fait vibrer l'appareil,
N
c'est pour cela qu'on a plus de chances d'obtenir une photo parfaitement nette à la
@
....... deuxième ou troisième vue. Cette méthode peut faire toute la différence, notamment si
..c
Ol
ï:::: vous utilisez une vitesse d'obturation relativement basse.
>
a.
0
u

239
EXPOSITION

À travers un obstacle
J'ai la chance d'habiter tout près d'un magnifique zoo où j'essaie d'aller au minimum une
à deux fois par an. Mon but est de photographier les animaux sans qu'on s'aperçoive que
les clichés ont été pris en captivité. C'est un exercice difficile, notamment s'il y a du grillage.
Néanmoins, il existe une astuce pour le supprimer ou, tout au moins, le rendre suffisam-
ment flou pour qu'il devienne imperceptible.
Pour cela, il faut tout d'abord régler le boîtier en mode Priorité ouverture, puis choi-
sir la plus grande ouverture du diaphragme possible en fonction de l'objectif. Ensuite,
il faut s'approcher au maximum du grillage, jusqu'à coller son objectif contre. Dans la
figure 10.10, l'ouverture de f/18 a étendu la profondeur de champ rendant le grillage
visible, ce qui détourne l'attention du sujet.

..i 1 600 ISO


1/100 s
f/18
300mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
Figure 10.10 En cho isissant une p etite ouverture, o n étend la profondeur de champ au point
@
....... q ue le g rillage d evienn e visible .
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

240
CHAPITRE 10 : TECHNIQUES AVANCÉES

En changeant simplement l'ouverture pour f/5,6 (la plus grande disponible sur cet objec-
tif), le grillage ne se situe plus dans le plan de netteté, et il devient alors impossible de le
distinguer (figure 10.11 ).

1 600 ISO
1/800 s
f/5,6
300mm

Figure 10.11 Un t éléo bjectif utilisé à p leine ouverture, p lacé contre le grill age, a perm is de
fa ire d isparaître ce dernier.

Zoomer en cours de déclenchement


Vl
..9:!
0..... Les zooms ont l'énorme avantage de proposer différents angles de champ sans changer
>-
UJ d'objectif. Ils permettent également de zoomer durant le déclenchement, chose impossible
,.-l
,.-l avec une focale fixe. Cette technique exige d'utiliser une vitesse d'obturation relativement
0
N lente pour que l'effet soit perceptible à l'image (figure 10.12). Avant d'obtenir l'effet
@ désiré, un certain nombre d'essais sont nécessaires .
.......
..c
Ol
ï:::: Une autre méthode consiste à utiliser le flash en synchro deuxième rideau, combiné à une
>
a.
0
basse vitesse d'obturation. Tout en appuyant sur le déclencheur, essayez de zoomer le plus
u rapidement possible, d'un mouvement fluide. L'éclair du flash est émis lors de la fermeture
de l'obturateur, ce qui permet d'obtenir des effets inhabituels.

241
EXPOSITION

200 ISO
0,5 s
f/29
35mm

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 10.12 En zoomant au déclenchement, cette scène bana le est devenue b ien p lus
intéressante.

242
CHAPITRE 10 : TECHNIQUES AVANCÉES

Exercices
Les techniques de prise de vue présentées dans ce chapitre ne sont utilisées que rarement.
C'est justement une très bonne raison de s'exercer, afin d'être prêt quand l'occasion se pré-
sente.

Photograph~er un crépuscule extraordinaire


Nombreuses sont les photos de coucher de soleil décevantes, car le photographe n'a pas su
exposer de la bonne manière. Avant de prendre des photos, mesurez au préalable la lumière
dans le ciel puis au sol, et jugez la différence sur l'écran de votre ordinateur.

Trouver la meilleure exposition


La mesure Spot donnera toujours des résultats corrects si elle est faite sur des tons moyens.
Essayez avec un sujet neutre puis, pour comparer les résultats, prenez une autre photo avec
votre mode d'exposition favori.

Capter 'e bon moment grâce au mode Bulb


Vous n'aurez pas recours au mode Bulb tous les jours, mais il n'en reste pas moins utile. Lor s
d'un feu d'artifice ou un orage, utilisez-le et essayez différents temps de pose pour enregis-
trer à coup sûr les meilleurs moments.

Se rapprocher
Pour s'exercer en macrophotographie, l'idéal est de travailler sur des sujets statiques; c'est
pour cela que j'aime les fleurs. Si vous avez un zoom, essayez de vous rapprocher du sujet à
la distance minimale de mise au point. Pensez à diffuser la lumière, notamment pour adoucir
les ombres.

Vl
~
e>- Partagez vos images avec le groupe Flickr du livre!
UJ
,.-1 Rendez-vous sur flickr.com/groups/exposure_fromsnapshotstogreatshots
,.-1
0
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

243
400 ISO
1/320 s
f/2,8
SS mm
Pour aller
plus loin
AccroÎtre le potentiel
de votre boÎtier

Lorsqu'on achète un reflex et un objectif, on dispose de l'essentiel


pour débuter en photographie. J'ai fait en sorte que toutes les tech-
niques expliquées dans ce livre soient réalisables avec votre matériel
de base. Cependant, pour certains sujets, il vous faudra quelques
accessoires. Certes, ceux-ci ne sont pas obligatoires, mais ils rendent
bien des services et contribuent à améliorer les techniques de prise
de vue.
Faisons maintenant le tour des accessoires que je pense indispen-
sables.
EXPOSITION

Filtres
Les filtres devraient systématiquement faire partie de l'équipement du photographe, cha-
cun ayant un usage précis. Certains prétendent que Photoshop est parfaitement capable de
simuler n'importe quel filtre. Ce n'est pas faux mais, personnellement, je préfère prendre
quelques secondes pour visser un filtre sur un objectif plutôt que de passer des heures sur
l'ordinateur pour tenter de reproduire des effets. De plus, les filtres protègent la lentille
frontale de l'objectif.

Filtre Skylight
C'est probablement l'un des filtres les moins chers et c'est pourtant le meilleur investisse-
ment que vous puissiez réaliser. On l'utilise davantage pour son rôle protecteur que pour
un quelconque effet visuel. Très employés à l'époque du film argentique, les filtres Skylight
ou UV redonnaient un peu de présence aux sujets lointains, permettaient de corriger la
dominante bleue du ciel et minimisaient les effets du voile atmosphérique. Aujourd'hui,
un reflex numérique dispose de filtres placés devant le capteur pour éliminer les effets du
voile atmosphérique et de la lumière infrarouge. Par conséquent, utiliser un filtre Skylight
peut paraître superflu. S'il n'y a pas de gain perceptible au niveau de la qualité d'image,
pourquoi en faire l'acquisition? Tout simplement parce qu'il protège votre objectif, et ce,
pour un coût modique.
Par exemple, un zoom Canon EF-S 18-200 mm IS coûte près de 600 euros, et un filtre
Hoya Skylight 1B de 72 mm de diamètre, 40 euros. Nombreux sont les photographes
qui oublient ou perdent le bouchon de l'objectif; il est donc rassurant de savoir que la
précieuse lentille frontale est protégée par un filtre qui, par ailleurs, ne détériore pas la
qualité d'image. Si je raie le filtre, je le remplace,
ce qui reste bien plus avantageux que d'envoyer
l'objectif en réparation.

Vl
-9:! Filtre polarisant
0.....
>-
UJ
Le filtre polarisant se doit également de figurer
,-l
,-l
dans le sac photo. Tout photographe de paysage
0
N qui se respecte possède au moins un de ces filtres
@ (figure 11 .1) .
.......
..c
Ol
ï:::: Les rayons lumineux se déplacent en ligne droite,
>
a.
0
mais pas dans la même direction. Lorsqu'ils
u traversent un objectif, ils ont tendance à se dis-
perser; ils sont ainsi à l'origine de dominantes
colorées et d'autres problèmes. Le polarisant,
quant à lui, ne laisse passer qu'un certain nombre
de rayons lumineux. Quels en sont les bénéfices? Figure 11.1 Filtre polarisant circulaire
Les filtres polarisants renforcent le bleu du ciel, réchauffant B+W.

246
CHAPITRE 11 : POUR ALLER PLUS LOIN

et les couleurs, d' une manière générale, sont bien plus saturées. En outre, le voile atmos-
phérique est atténué et les images peuvent même donner l'impression d'être plus nettes
(figures 11.2 et 11.3). Pas si mal pour un petit morceau de verre.

400 ISO
1/200
f/13
SOmm

Figure 11.2 Sans filtre polarisant, l'image semble moins contrast ée et on note une dominante
bleue généra lisée due au ciel.

vi
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>-
a.
0 400 ISO
u
1/200 s
f/8
SOmm

Figure 11.3 Avec un fi ltre polarisant, les cou leurs sont plus nature lles et la dominante b leue
d isparaît.

247
EXPOSITION

Les filtres polarisants sont circulaires et pivotent pour accentuer l'effet. Par exemple,
en temps normal, votre appareil enregistre les reflets du soleil à la surface d'un lac. En
tournant légèrement le filtre, les rayons lumineux des reflets sont bloqués et ces derniers
disparaissent. Le polarisant étant sombre, il peut agir, dans une certaine mesure, comme un
filtre de densité neutre (nous y reviendrons dans le prochain paragraphe}, ce qui permet de
combiner vitesse d'obturation lente et grande ouverture. L'utilisation d'un filtre polarisant
oblige à augmenter l'exposition d'environ un diaphragme et demi, mais ceci ne posera pas
de problème pour la cellule de l'appareil puisque cette dernière mesure la lumière à travers
l'objectif et le filtre. Toutefois, n'oubliez pas d'en tenir compte si vous avez besoin d'une
vitesse d'obturation plus élevée ou d 'une plus petite ouverture pour étendre la profondeur
de champ.

Filtre de densité neutre (ND)


Il arrive parfois que la lumière soit bien trop intense par rapport aux réglages d'exposition
que vous voulez utiliser. C'est particulièrement évident lorsque vous souhaitez une pose
lente et que le diaphragme est déjà fermé à sa plus petite valeur, vous obligeant à utiliser
une vitesse d'obturation bien trop rapide.
L'exemple classique est celui de la chute d'eau en plein soleil. Pour obtenir un effet fluide
et vaporeux, la vitesse d'obturation doit être de 1/15 s, voire moins. Le problème, c'est que
la lumière en plein soleil donne une ouverture de f/16 et une vitesse de 1/1 OO s à 1OO ISO. Si
votre objectif a une ouverture minimale de f/22, la vitesse la plus lente que vous obtiendrez
sera alors de 1/50 s.
La solution consiste à utiliser un filtre de densité
neutre, dit «ND», qui rend le monde plus sombre
qu' il ne l'est réellement. Considérez ce filtre comme
les lunettes de soleil de votre objectif. Il en existe de
plusieurs sortes et ils sont labellisés 0,3, 0,6 et 0,9,
ce qui correspond à des valeurs de diaphragme par
Vl
incréments de 0,3. Si vous voulez transformer une
-9:! image prise en plein jour en photo nocturne, un
0.....
>-
UJ
filtre ND 0,9 diminuera l'exposition de 3 diaphragmes
,-l
,-l
(figure 11.4). Cela signifie que vous pourrez obtenir
0
N une vitesse de 1/10 s à f/16, pour réaliser l'effet vapo-
@ reux évoqué précédémment (figure 11 .5).
.......
..c
Ol
ï::::
Vous trouverez un vaste choix de filtres haut de
>
a. gamme B+W sur le site www.schneiderkreuznach.
0
u com/prod u kte_fr.htm.

Figure 11.4 Un filtre de densit é


neutre B+W 0,9 (diamètre 77 mm).

248
CHAPITRE 11 : POUR ALLER PLUS LOIN

100 ISO
1/3 s
f/32
120 mm

Figure 11.5 Leffet vaporeux de la chute d'eau a été obtenu en p lein j our avec un f iltre ND 0,9.

Filtre gradué ND
Le filtre gradué ND est également très apprécié des photographes de paysage. Il s'agit
d'un filtre de densité neutre dont la moitié de la surface est totalement transparente
(figure 11.6). Il permet de n'assombrir qu'une moitié de l'image, sans modifier l'autre
partie. En général, ce filtre est utilisé pour rendre plus sombre un ciel trop brillant, sans
toucher à l'exposition du sol ou du paysage. Avec un filtre ND classique, c'est la totalité de
Vl
la surface de l'image qui est assombrie, mais il n'y a pas de différence d'exposition entre
..9:! le ciel et le sol.
0.....
>-
UJ Les filtres gradués ND se vissent aussi sur l'objectif, mais les photographes préfèrent utiliser
,.-l
,.-l
0
des filtres à insérer de 4 x 6 pouces, de plus grande surface, qui leur permettent de régler
N
avec précision la transition entre la partie sombre et la partie transparente. Ces filtres exi.s-
@
....... tent bien entendu dans différentes densités et avec des transitions plus ou moins marquées .
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

249
EXPOSITION

Figure 11.6 Les filtres gradués ND sont d isponibles dans pl usieurs d ensités et t ransit io ns: hard
(à g auche, transition nette) et soft (à dro it e, transition progre ssive).

Trépieds
S'il n'y avait qu'un seul accessoire à acheter pour prendre des photos, ce serait le trépied
(figures 11.7 et 11.8). De bonne qualité et parfaitement stable, il vous permettra de réaliser
des clichés nets, quelles que soient les conditions de prise de vue et d'éclairage. Il existe plus
de modèles de trépieds que de reflex, alors comment choisir celui qui convient le mieux?
Vl
..9:!
Les caractéristiques à prendre en considération sont le poids, la hauteur et le type de tête.
0.....
>- Le poids du trépied risque de vous rebuter. Ils existent dans divers matériaux, le plus
UJ
,.-l léger - et le plus coûteux - étant la fibre de carbone. À mon sens, le choix le plus raison-
,.-l
0
N
nable reste un modèle en aluminium, capable de supporter le poids de votre boîtier et de
@ vos objectifs.
.......
..c
Ol Vérifiez que le trépied soit suffisamment haut pour vous permettre de viser confortable-
ï::::
>
a. ment. À quoi bon faire des photos en se faisant mal au dos? Les trépieds de grande taille
0
u doivent également offrir une assise bien stable à votre boîtier. Il faut aussi prendre en
compte la hauteur minimale de la plate-forme de fixation de l'appareil - notamment si
vous faites de la macro - sur des sujets qui exigent de placer le boîtier au ras du sol. Tous
les trépieds récents permettent d'écarter les trois jambes de sorte que l'appareil soit prati-
quement au niveau du sol.

250
CHAPITRE 11 : POUR ALLER PLUS LOIN

Figure 11.7 Trépied Giotto's Figure 11 .8 Trépied


MTL 22/32. Manfrotto 785SHB.

L'autre facteur déterminant est le choix de la tête. Il


en existe deux types: les rotules et les têtes panora-
miques. Une rotule est tout simplement une boule
qui permet de placer l'appareil photo dans n'im-
porte quelle position et de le verrouiller en toute
sécurité (figure 11.9). Toutefois, les rotules présen-
Vl
..9:!
tent un certain nombre d' inconvénients, comme la
0..... difficulté de basculer en cadrage horizontal puis
>-
UJ vertical, sans parler du prix, plus élevé que celui
,..-l
,..-l
0
d'une tête panoramique classique.
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

Figure 11.9 Rotule progressive


Giotto's MH 1000-652.

251
EXPOSITION

Une tête panoramique comporte un mécanisme pivotant capable d'orienter l'appareil de


gauche à droite, vers le haut ou vers le bas, et de le positionner le long d'un axe vertical
(figure 11 .10). Les poignées servent à le faire pivoter et à le verrouiller. La tête classique,
dite «panoramique», est le modèle le plus populaire sur le marché. Si votre reflex permet
de filmer des vidéos, ce système est idéal, car les mouvements sont ainsi plus fluides en
cours d'enregistrement.
Si vous souhaitez travailler vite, choisissez une tête à fixation rapide (figure 11 .11 ). Il en
existe de nombreux modèles sur le marché. Ils sont composés d'un petit plateau qui se visse
sous la semelle du boîtier et qu'on engage dans la tête, laquelle est pourvue d'un système
de verrouillage rapide. Ainsi, vous pourrez rapidement prendre en main votre boîtier, puis
le replacer tout aussi facilement sur le trépied.

Figure 11.10 Têt e classiq ue Bogen Figure 11.11 La fixation rapide d 'une
3047. rotule Giotto's.

Vl
..9:!
0.....
>- Autre détail important: le système de verrouillage des jambes télescopiques. Peu importe
UJ
,.-l le système (à levier ou à bagues de serrage): faites des essais avant de vous décider, car vous
,.-l
0
N
devez être parfaitement à l'aise avec le matériel. Vérifiez également que les sections des
@ pieds coulissent parfaitement. Fuyez celles qui ont tendance à se bloquer: le phénomène
.......
..c ne fera qu'empirer avec le temps .
Ol
ï::::
>
a. Vous trouverez plus d'informations sur les sites de Giotto's (www.giottos.com) et de Man-
0
u frotto (www.manfrotto.com), deux fabricants prestigieux de trépieds.

252
CHAPITRE 11 : POUR ALLER PLUS LOIN

Déclencheurs à distance
Pour les longues poses, on peut utiliser le
retardateur du boîtier ou un déclencheur
à distance (figure 11.12). Ce dernier, qui
est électrique, se connecte à une prise
pour actionner l'obturateur. C'est l'acces-
soire indispensable si vous vous servez de
la fonction Bulb (voir le chapitre 10). Le
but, ici, est de déclencher sans toucher
l'appareil photo, afin d'éviter tout risque
de flou de bougé dû aux vibrations. Si vous Figure 11.12 Le d écl encheu r à distance
préférez investir dans une télécommande électriq ue N ikon MC-DC2 pour prendre des
sans fil, vérifiez qu'on puisse commander photos sa ns t o ucher l'app are il.
le boîtier de face et de dos. La plupart des
télécommandes utilisent un système de transmission infrarouge qui doit être capable d'at-
teindre le récepteur placé, en général, sur la face avant de l'appareil. C'est très bien pour
les autoportraits, mais guère pratique si on reste derrière le boîtier.

Accessoires de macrophotographie

Tubes allonges
Les tubes allonges se placent entre le boîtier et l'objec-
tif. En principe, ils ne contiennent pas de lentilles, leur
rôle étant d'éloigner l'arrière de l'objectif du capteur
(figure 11.13).
On ne peut pas se rapprocher d'un sujet et continuer
à faire le point en toutes circonstances, tout simple-
Vl
..9:! ment parce que le plan de netteté finit par être décalé
0.....
>- par rapport au capteur. Un tube allonge permet de
UJ
,.-l
placer le plan de netteté à hauteur du capteur, en
,.-l
0 augmentant la distance entre ce dernier et l'arrière de
N
@ l'objectif. Concrètement, l'objectif peut être placé plus
.......
..c près du sujet, qui occupera alors une plus grande sur-
Ol Figure 11.13 Les tu bes
ï:::: face de l'image.
>
a. d'extension, com me ces modèl es
0
u produ its par Kenko, t ransforment
n'importe q uels objectifs en
o bjectif macro .

253
EXPOSITION

Les tubes allonges (ou bagues allonges) existent en différentes tailles (en millimètres}, les
plus courantes étant 12 mm, 25 mm et 36 mm. Plus le tube est long, plus le grossissement
est élevé fjusqu'à 1:1). Il est conseillé d'utiliser les bagues allonges avec des objectifs d'au
moins 35 mm de focale. En effet, un objectif grand-angle a une distance minimale de mise
au point si courte qu'il peut être placé quasiment au contact du sujet. La plupart des fabri-
cants, comme Canon ou Nikon, proposent des tubes allonges dans leur catalogue, mais il
existe également des fabricants indépendants. Les prix sont variables et nettement plus
élevés si les tubes possèdent des lentilles. Enfin, les tubes allonges peuvent être empilés
pour augmenter le grossissement.

Bonnettes macro
Pour profiter des joies de la macro, vous pouvez aussi utiliser
une bonnette (figures 11.14 et 11.15). Ces filtres existent avec
différents grossissements, mais ils coûtent plus cher que les
tubes allonges, tout simplement parce qu'ils sont composés
de lentilles de verre de très bonne qualité. Autre avantage:
comme les bonnettes se vissent à l'avant de l'objectif, elles
n'interfèrent pas dans la liaison électronique entre le boîtier
et l'objectif. La perte de lumière est moindre et, par consé-
quent, les vitesses d'obturation sont plus élevées qu'avec
des tubes allonges. Les bonnettes fonctionnent de la même
manière que ces derniers: en réduisant la distance minimale
de mise au point, elles permettent de vous rapprocher encore
plus du sujet et, par conséquent, de grossir l'image. Il existe
des bonnettes avec plusieurs facteurs de grossissement : +1, Figure 11.14 La bonnette
+2, +3, +4 et +5, et on peut les empiler, de la plus forte à la Canon SOOD p eut s'adapter
plus faible. à n'impo rte q uel le marque
d'objectifs, sous réserve
Sachez aussi que les bonnettes ont un diamètre précis. Si le que le diamètre soit le
diamètre de votre objectif est de 68 mm, vous devez monter même.
Vl
..9:! une bonnette de cette dimension. Cela signifie, en pratique,
0.....
qu' il faut vous équiper d' un modèle différent pour chaque objectif. C'est pour cette raison
>-
UJ
,..-l
que je préfère, dans ce cas, utiliser un zoom, qui ne nécessite qu' une seule bonnette. Par
,..-l
0 ailleurs, comme pour n'importe quel filtre, le prix est proportionnel au diamètre.
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

254
CHAPITRE 11 : POUR ALLER PLUS LOIN

100 ISO
1/ 250 s
f/8
SS mm

Figure 11.15 Cette photo d'orch idée a été fa ite avec une bonnet te macro.

Flashs
Un peu plus tôt dans ce livre, j'ai parlé
des flashs intégrés et des services qu'ils
pouvaient rendre. Néanmoins, je ne peux
que vous recommander l'achat d'un flash
externe (figure 11.16). En effet, celui-ci est
bien plus puissant et il offre une souplesse
Vl
..9:! d'emploi sans commune mesure avec le
0.....
>- petit flash de votre boîtier.
UJ
,.-l
,.-l
Tous les fabricants proposent deux ou
0
N trois modèles de flashs dans leur catalogue.
@ Ils sont parfois coûteux, mais la possibilité
.......
..c
Ol d'orienter la tête pour rediriger l'éclair n'a
ï:::: Figure 11.16 Des flashs comme le Canon
>
a. pas de prix. Autres avantages : la puissance
0 430EX (à gauche) ou le N ikon SB600 (à droite)
u disponible, qui est au moins le double de
vous apporteront à la fois p uissance et
celle des flashs intégrés, ainsi que la diffu-
soup lesse d'em p loi.
sion, qui permet d'éclairer une zone plus
large.

255
EXPOSITION

La mobilité est également un argument de taille: le flash externe offre des possibilités
supplémentaires. On peut l'éloigner de l'appareil avec un cordon sans perdre aucunes fonc-
tionnalités. Les fabricants se sont même tous mis au pilotage de flashs sans fil.

Diffuseurs
Puisque nous sommes dans le domaine de
l'éclairage, laissez-moi vous présenter un
accessoire qui va améliorer de manière
substantielle la qualité de vos portraits. Un
diffuseur, en toile translucide, en général
blanche, se place entre la source de lumière
et le sujet (figure 11.17). Le tissu, en diffu-
sant la lumière, adoucit l'éclairage, ce qui
avantage toujours le sujet. Il est facile à fabri-
quer, mais beaucoup de modèles bien plus
pratiques sont disponibles dans le commerce.
Celui que je préfère est le diffuseur 5 en 1 de
Westcott 1, composé d'un panneau de diffu-
sion sur lequel on peut fixer des réflecteurs
de différentes teintes (blanc, doré, argenté,
etc.). Cerise sur le gâteau, le système est à la
fois entièrement pliable, peu encombrant et
aisément transportable.

Figure 11 .17 Un diffuseur 42 " d e Westcott.

Sacs photo
Le sujet des sacs photo est assez délicat, car je n'ai toujours pas trouvé le sac idéal. Tout
Vl
..9:! ce que je peux faire, c'est vous donner quelques conseils afin de vous aider à faire le bon
0..... choix .
>-
UJ
,-l
,-l
Tout d'abord, je voyage toujours avec mon matériel. Je prends fréquemment l'avion et
0
N mon sac photo m'accompagne systématiquement en cabine; il est hors de question de le
@ placer dans la valise qui partira en soute. Les pertes et les vols sont monnaie courante.
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

1. Il existe bien d'autres marques, à commencer par Lastolite, plus facile à trouver en France. (NdD

256
CHAPITRE 11 : POUR ALLER PLUS LOIN

Pour y remédier, conservez votre sac photo en cabine, et placez-le dans le compartiment
à bagages au-dessus de votre tête ou devant vous sous le siège. Je prends aussi avec moi
mon ordinateur portable et, par conséquent, j'ai acheté un sac à dos capable d'accueillir
un boîtier, plusieurs objectifs, des accessoires, mon ordinateur et même de quoi me res-
taurer. J'ai une nette préférence pour les sacs à dos, car ils me laissent les mains libres,
notamment pour porter d'autres bagages. Lorsque je voyage, j'utilise un sac à dos Lowepro
Fastpack 250 (figure 11.18). Je l'apprécie tout particulièrement, car il ne ressemble pas à
un sac photo classique, sur lequel pourrait figurer un bandeau annonçant: «Volez-moi, je
vaux une fortune! »
Un fourre-tout traditionnel, qu'on porte en bandoulière, me semble tout aussi indispen-
sable. Ces sacs permettent de ranger facilement boîtiers, objectifs et accessoires dans des
compartiments amovibles entièrement personnalisables. Celui que j'utilise est un Lowepro
Pro Mag 2 AW (figure 11.19). Relativement compact, il engloutit tout mon équipement
sans jamais donner l'impression d'être plein à craquer.
Ces deux sacs sont ceux que j'utilise actuellement, mais trouver un modèle parfait n'est pas
une mince affaire. Vous pouvez en acheter autant que vous le voulez, vous ne serez jamais
entièrement satisfait. Je suis bien placé pour le dire car six modèles de sacs s'entassent dans
mon bureau.
Pour la gamme de sacs Lowepro, consultez le site www.lowepro.com.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
u
0 Figure 11.18 Le sac à dos Lowepro Figure 11.19 Le sac p hoto Lowepro Pro Mag
Fastpack 250. 2AW.

257
EXPOSITION

Autres accessoires
La lutte contre la poussière est une guerre perdue d'avance, mais cela n'empêche pas de
remporter quelques victoires! J'utilise à cet effet trois armes redoutables.

Tissu dépoussiérant
Un tissu en microfibre est ce qu'il y a de plus
efficace pour nettoyer la poussière et les
petites taches qui se collent sur la lentille
frontale des objectifs. Celui dont je me sers
porte le nom étrange de « Spudz »; il se plie
et se range dans une petite pochette, et il
présente l'avantage d'être gris (figure 11.20).
Ainsi, je peux l'utiliser comme charte de gris
en mesure Spot, ou pour corriger la balance Figure 11.20 Le t issu de nettoyage en
des blancs après avoir importé les images microfibre Spudz.
dans mon logiciel de postproduction.
Vous trouverez plus d' informations sur les tissus à microfibre Spudz sur le site www.alpi-
neproducts.com.

Lens Pen
Pour les taches persistantes sur l'objectif, je me sers de mon bon vieux LensPen (figure 11.21 ).
Cet accessoire astucieux a d'un côté une brosse amovible et de l'autre un étonnant tampon,
à base de carbone, pour nettoyer la lentille.
Vous en saurez plus sur le LensPen en allant sur le site www.lenspen.com .

Figure 11.21 L accessoire d e


Vl
..9:! nettoyage d 'objectifs LensPen .
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

258
CHAPITRE 11 : POUR ALLER PLUS LOIN

Poire soufflante
Les bombes d'air comprimé sont puissantes et très efficaces pour
déloger la poussière, mais elles présentent l'inconvénient de pulvé-
riser des fluides si on les incline trop. À la place, j'utilise une poire
soufflante Rocket-Air de Giotto's (figure 11.22). Cet accessoire, à
l'aspect amusant, est conçu pour ne jamais aspirer, ni rejeter les pous-
sières et particules venant d'être soufflées.

Améliorer la lisibilité de l'écran LCD


Au dos d'un reflex, un écran LCD de grande taille est très pratique,
mais il reste difficile à consulter en plein jour. Je contourne le pro-
blème avec une loupe Hoodman (figure 11.23). En fait, il ne s'agit pas
tout à fait d'une loupe, puisqu'elle ne grossit pas l'image affichée à
l'écran. C'est en réalité un pare-soleil qui le met à l'abri de la lumière Figure 11.22
ambiante. Équipé d'une lanière, on le porte autour du cou pour faci- La p oire soufflante
liter son utilisation. C'est donc un accessoire qui se doit de figurer Giot to's Rocket-A iir.
dans votre sac photo.
La gamme complète de produits Hoodman est présentée sur le site www.hoodmanusa.
corn.

Figure 11.23 La loup e


Hoodman vous permet de
consu lter l'écran LCD en plein
so leil.

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>
a.
0
u

259
EXPOSITION

Conclusion
On pourrait passer beaucoup de temps à discuter du dernier gadget à la mode, le filtre ou
l'accessoire qui vous permettraient d'améliorer la qualité de vos photos. S'intéresser aux
dernières nouveautés peut même tourner à l'obsession. Mais vous avez déjà tout ce qu'il
vous faut pour prendre d'excellentes photos: un bon appareil et les connaissances pour
l'utiliser correctement. Tout le reste, finalement, n'a pas de réelle importance. Alors, même
si je viens de vous présenter quelques équipements susceptibles de vous faciliter la vie, ne
vous laissez pas embarquer dans la course aux accessoires.
Servez-vous de ce que vous avez appris pour profiter de tout ce que votre boîtier peut
vous offrir. N'ayez pas honte de rater certaines photos et ne les effacez pas trop vite de
la carte mémoire. Au contraire, prenez le temps de les analyser et de trouver ce qui ne
va pas. Vérifiez les réglages de votre appareil, histoire de voir s'ils étaient judicieux et si
vous ne pourriez pas les modifier pour améliorer les résultats. Soyez votre propre critique
et tirez toutes les leçons de vos erreurs. Avec un peu de pratique, vous verrez vos photos
s'améliorer rapidement et, un jour, en arrivant sur le lieu de votre prise de vue, vous saurez
instinctivement de quelle manière travailler, avant même de sortir le boîtier de votre sac.

Vl
~
e>-
UJ
,.-1
,.-1
0
N
@
,....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

260
. - -
Index
Vitesse de déplacement du sujet,
A main levée (prise de vue), 185-186, 90
200 Angles de prise de vue, 211-212
Accentuation de la netteté, RAW vs Appareil photo
JPEG, 33 A main levée, 185-186, 200
Accessoires, 245-260 Accessoires, 245-260
Déclencheur à distance, 253 Sacs, 256-257
Diffuseur, 256 Arrière-plan
Filtre, 246-250, 254-255 Flou, 94, 115-116, 208, 209
Flash, 255-256
Isoler le sujet, 94-95, 208
Loupe pour écran LCD, 259
Portrait, 115, 131, 132
Macrophotographie, 253
Assistant AF, 189
Matériel de nettoyage, 258-259
Sac photo, 256-257
Trépied, 250-252
B
Tube allonge, 253-254
Action (photographie d'), 83-107, Balance des blancs personnalisée, 31,
voir aussi Mouvement 72,239
Analyse de l'image, 84-87 Bonnettes macro, 254-255
Composition, 104-106 Bracketing, 173
Conditions de basse lumière, 178- Automatique, 172
179 Bruit numérique
Direction du mouvement, 89 Pose longue, 184, 189
Vl
Q)
Distance appareil-sujet, 90-91 Réglage de sensibilité ISO, 7, 8, 144-
e> Effet de mouvement, 103 145, 182-184
w
Exercices, 106-107
Facteurs à considérer, 88-91
...,
..c.
Figer l'action, 88
Isoler le sujet, 94-95
c
Ol
·c
> Mise au point, 97-98, 99 Cadrage
a.
0
u Mode Sport, 56 Photo d'action, 104
Portrait, 126 Portrait, 127, 128, 131, 132, 133
Prise de vue en rafale, 101 Règles de composition, 218-221
Profondeur de champ, 94-95 Vertical, 129
Réglages ISO, 93, 95-96 Camera Raw, 34
Vitesse d'obturation, 46, 88, 91-93 Charte de gris, 26, 27
INDEX

Ciel Diffuseurs, 256


Bleu,216 Direction de la lumière, 77-79
Compensation d'exposition, 148- Contre-jour, 79
149 Éclairage de face, 77,78
Couvert, 71, 76 Éclairage latéral, 77,78
Lever du soleil ou coucher du soleil, Direction du déplacement, 89
231-233 Distance appareil-sujet, 90-91
Nuageux, 71, 76 Distorsion, 116, 128
Collimateur de mise au point, 97-98,
120
Compensation d'exposition au flash, E
192-193
Image à plage dynamique étendue, Éclairage, voir aussi Flash, Lumière
172 du soleil, Photographie en basse
Mode Automatique, 58, 150 lumière
Paysages, 148-149, 158 De face, 77, 78.
Réinitialisation, 150 De studio, 49, 50
Composition, 160-164, 203-222 Direction de la lumière, 77-79
Angles de prise de vue, 211-212 Latéral, 77, 78
Astuces pour la photo d'action, 104- Néon (fluorescent}, 31, 72, 146, 147
106 Réduction des yeux rouges, 195
Cadrage, 218-221 Éclairs, 235
Contraste, 217-218 Éclat du regard, 124, 125
Couleurs, 214-216 Écran LCD
Exemples, 204-207 Loupe d'inspection, 259
Exercices, 222 Vérifier l'exposition, 28-29, 30
Motifs, 214 Zoomer, 92
Point de vue, 213 Écrêtage
Portrait, 126-134 Indications d'écrêtage, 30, 148
~
Vl Profondeur, 163-164 Indications de l'histogramme, 28-29
e>- Profondeur de champ, 208-210 Effet
UJ
,-1
Règle des tiers, 160-162 Des filtres couleurs, 123, 150
,-1
0 Compression, 32, 33 Vaporeux de l'eau, 44, 45, 46, 157-
N
@
Non destructive, 32 159
.....,
~
Contraste, 69, 217-218 Équipement, voir Accessoires
Ol
·;::
>
Contre-jour, 79 Espace colorimétrique, 58
a.
0 Correction des couleurs avec une Exposition
u
charte de gris, 26
Bracketing, 173
Calcul de l'exposition, 10-11
D Charte de gris, 26, 27
Débouchage au flash, 124-125 Définition des composants de
Déclencheur à distance, 253 l'exposition, 6-10

263
EXPOSITION

Déterminer l'exposition correcte, Formats d'images


13-14 JPEG, 32-33
Histogramme, 28-29 RAW, 33-34
Mesurer la lumière, 22-24
Pose longue, 20-21, 184, 189-190,
233-235 H
Verrouiller ou mémoriser, 119-120,
Hautes lumières
231,233
Conservation des détails, 148-149
Zoomer en cours de déclenchement,
Indicateurs d'écrêtage, 30, 148
241 -242
Surexposition, 12, 30, 148, 149
HDR, 170-173
F Bracketing, 173
Étapes de prise de vue, 172
Feu d'artifice, 187, 188, 233-234 Exemples, 140-141, 171
Filtres, 246-250
High-key, 150
De densité neutre (ND), 159, 248-249
Histogramme, 28-29, 35
Gradué ND, 249-250
Hoodman (loupe), 259
Photographie rapprochée ou macro,
Horizon, 162-163, 174, 220
254-255
Hyperfocale, 154-156, 157, 174
Polarisant, 158-159, 246-248
Skylight, 246
Flash
Assistance de mise au point, 189
1-J
Compensation d'exposition au flash, Incandescent (éclairage tungstène},
192-193 73-74
Contrôler l'éclairage, 73-74 Indicateurs d'écrêtage, 30, 148
Déboucher les ombres, 124-125 IS (Image Stabilisation-stabilisation
Déporté, 199 d'image), 143, 185
Externe, 198-199, 255-256 JPEG (format de fichier)
Vl
Q)
Intégré, 190-192, 201
e>- Mesure TIL, 192
Description, 32-33
Utilisation, 32
w
Modes de synchronisation, 195-197
Portée, 191
..., Réduction des yeux rouges, 194-195 L
..c.
Ol Reflets, 198
·c
>- Flou Lenspen,258
a.
0
u Arrière-plan, 94, 115-116, 208, 209 Lignes de force, 218
De bougé, 44, 103, 107 Live view, 146
Format RAW, 33-34 Low-key, 150
Avantages, 33 Lumière
Conseils d'utilisation, 34 Comprendre, 63
HDR, 172 Couleur, 30-31

264
INDEX

Diffusée, 74, 76 Mesure


Direction, 77-79 Évaluative ou matricielle, 25, 118
Dorée, 153 Pondérée centrale, 25
Du soleil, 68, 75, 226-227 Sélective, 118, 119
Portrait, 130, 131, 135 Spot, 26, 27, 118, 230-231, 243
Reflets parasites dans l'objectif Microfibre, 258
(flare), 236 Mise au point
Types de lumière, 68-71 Anticipée, 1OO
Utilisation artistique, 226, 237 Avec le collimateur central, 120
Exemples, 64-67 Basse lumière, 187-189
Exercices, 80 Continue, 98
Flash, 73-74 Manuelle, 107, 156-157, 187-188
Incandescente (tungstène}, 73 Paysages, 154-157
Lever ou coucher de soleil, 68-70, Photographie d'action, 97-98, 99
153 Portraits, 120-121
Lumière du jour, voir aussi Lumière Mode
du soleil 68-71 Automatique, 51-58, voir aussi
Ciel couvert, 71 Mode de prise de vue
Types, 68-71 Exercices, 59
Mesurer, 22-24 Fuir les automatismes, 58
Naturelle, voir Lumière du jour, Mode Macro ou Rapproché, 54, 55
Lumière du soleil Mode Paysage, 54, 55
Néon (fluorescent), 72 Mode Portrait, 53-54, 114
Peindre avec la lumière, 235 Mode Portrait nocturne, 57
Qualité, 75-77 Mode Programme, 42
Mode Sport, 56
Réfléchie, 22
Bulb, 233, 235,243
Taille de la source, 77
De mesure, 24-27, 35, 118-119
Types de lumière, 68-74
Matricielle ou évaluative, 25, 118
Vl Luminosité, 22, 28, 160
~ Pondérée centrale, 25,
e>- Sélective, 118 - 119
UJ
.--c
.--c M Spot, 26, 27, 118, 230-231
0
N TIL ou flash manuel, 192
@ Macro ou prise de vue rapprochée, 54, De prise de vue, 37-60
....,
~
O'I
55, 59 Automatique, 51-52
ï:::
>-
a.
Macrophotographie, 238 En rafale, 101, 239
0
u Accessoires, 253-255 Exercices, 59-60
Bonnettes, 254-255 Inconvénients des automatismes, 58
Exercices, 243 Macro, 54, 55
Mode Macro, 54, 55 Manuel, 49-50
Mode Priorité ouverture, 47, 48, 238 Paysage, 54
Tubes-allonge, 253-254 Portrait, 53-54

265
EXPOSITION

Portrait nocturne, 57 0
Priorité à l'ouverture, 47-49
Priorité à la vitesse, 44-46 Objectif
Programme, 42-43 Grand-angle, 106, 116, 128, 174
Sport, 56 Matériel de nettoyage, 258
Macro ou prise de vue rapprochée, Portrait, 54, 128, 134
54, 55, 59 Stabilisateur optique (VR ou IS), 185
Manuel (M), 49-50 Téléobjectif, 91, 106, 174
Au flash, 192 VR (Vibration Reduction,
Exemples d'utilisation, 49-50, 105- atténuation des vibrations), 143,
106, 172, 233 185-186
Mode Bulb, 233-235 Ombre
Ombragé, 31 En journée, 68, 70, 71
Paysage, 54, 55, 59 Sous-exposition, 12-13
Portrait, 53-54, 59, 114 Ouverture maximale, 9
Portrait Nocturne, 57, 192
Programme, vs mode de scène, 42
Semi-automatiques, 46, 47 p
Sport, 56, 59
Pa noram iq ue, 165-170
Motifs, 214
Faux panoramique, 165-166
Mouvement panoramique, 102, 103, 107
Par assemblage d'images, 167-170
Mouvement, voir aussi photographies
Panoramique par assemblage
d'action
d'images, 167-170
Astuces pour la prise de vue, 104-106
Méthode de prise de vue, 170
Exprimer le mouvement, 102-103
Tri des clichés, 167
Figer l'action, 44, 45, 88
Paramètres d'exposition réciproque,
Flou de bougé, 44, 102-103, 107
6, 11
Mise au point, 97-98, 99
Photographie animalière, 47,48, 228,
Panoramique, 102, 103
240-241
Vl Prise de vue en rafale, 100-101
~ Photographie au zoo, 28, 240-241
e> Vitesse d'obturation, 46, 88, 91-93
Photographie d'architecture, 47, 204-
w
ri 205
ri
0
N
N Photographie de cascades et de
@ chutes d'eau, 44, 45, 46, 157-159

Netteté des images, 156
.r:
Ol
·c
Composition, 160 Photographie de fleurs, 66-67, 180-
>
a. Utiliser le retardateur, 187 181
0
u Niveaux de luminosité, 22, 28 Photographie de la faune sauvage,
Noir et blanc 47, 48
Paysages, 150-151 Photographie de lever ou de coucher
Portraits, 122-123 de soleil, 68-70, 153, 231-233, 243
Post-traitement, 152 Photographie de paysages, 137-174
Nuages, 153 Balance des blancs, 145-147

266
INDEX

Compensation d'exposition, 148-149 Poids des fichiers


Composition, 160-164 Compression JPEG, 32
Effets d'eau vaporeux, 157 Réduction du bruit, 184
Exemples, 38-39, 64-65, 138-141 Point de vue, 213
Exercices, 174 Poire
HDR, 140-141, 170, 173 À air, 259
Hyperfocale, 154-156, 157 Soufflante, 259
Lever du soleil ou coucher du soleil, Portrait, 109-135
153 Arrière-plan, 115, 131, 132
Mode Paysage, 54, 55 Astuces de prise de vue, 126-134
Noir et blanc, 150-151 Composition, 126-134
Panorama, 165-170 Contre-jour, 79
Réglages de l'ouverture, 47 Débouchage au flash, 124-125
Sensibilité ISO, 144-145 En situation et décors naturels, 116-
Style d'image, préréglages, 147-148
117
Trépied, 142-143, 157, 158
Exemples, 40-41, 110-113
Photographie en basse lumière, 177-
Exercices, 135
201
Mise au point, 120- 121
Atténuer les reflets du flash, 198
Modes de mesure, 118-119
Compensation d'exposition au flash,
Mode Portrait et Portrait nocturne,
192-193
53-54, 57, 114
Exemples, 20-21, 178-181
Naturel au téléobjectif, 134
Exercices, 200-201
Noir et blanc, 122-123
Flash externe, 198-199
Objectifs, 54, 128, 134
Flash intégré, 190-192
Portrait en action, 126
Modes de synchronisation du flash,
195-197 Portrait nocturne, 57
Mode Portrait nocturne, 57, 192 Préréglages monochromes, 122-123
Objectifs stabilisés VR ou IS, 185-186 Priorité à l'ouverture, 47, 115-116
~
Vl
Photo d'action, 178-179 Verrouillage ou mémorisation de
e>- Pose longue, 189-190, 233-235 l'exposition, 119-120
UJ
.--c Réduction des yeux rouges, 194-195 Pose longue
.--c
0
N Réglages ISO, 185 Exemples, 20-21
@ Retardateur, 187 Exercices, 200
....,
~
O'I Techniques de mise au point, 187-189 Méthodes de prise de vue, 189-190
ï:::
>-
a. Vitesse d'obturation, 46, 189 Mode Bulb, 233-235
0
u Photographie nocturne, voir Réduction de bruit, 184, 189, 190
Photographie en basse lumière Posemètre, 22-24, voir aussi Modes
Piqué de l'image, 156 de mesure
Plage dynamique, 33 Charte de gris, 26, 27
Plug-in, 152 Évolution, 24
Silver Efex Pro, 152 Post-traitement des images, 34, 152

267
EXPOSITION

Préréglages Éliminer le reflet du flash sur les


Monochrome, 122-123, 150-151 surfaces en verre, 198
Paysages, 147-148 Photographier les reflets, 163, 210
Portraits, 123 Parasites (flare), 236
Tungstène, 31, 73 Réglage
Priorité à l'ouverture, 47-49 De balance des blancs, 30-31
Cas d'utilisation, 47-49 Automatique, 31
Exercices, 60 Personnalisée, 31, 72, 239
Isoler le sujet, 94-95 Mode Automatique, 58
Photographie de paysages, 154, 158 Paysages, 145-147
Photographie de portraits, 47, 115- De l'ouverture, 9
116 Niveau de luminosité et, 48-49
Photographie rapprochée ou macro, Photographier à travers un
47,48,238 obstacle, 240-241
Priorité à la vitesse, 44-46 Priorité ouverture, 47-49
Exemples, 45 Profondeur de champ, 47
Exercices, 60 Triangle d'exposition, 6, 10-11
Photo d'action, 91-93 ISO automatique, 8, 95-96
Prise de vue Lumière du jour, 31, 146
À main levée, 185-186, 200 Nuageux, 31
Rapprochée, voir Règle des tiers, 160-162
macrophotographie Répartition des tons (tone mapping),
Profondeur de champ 170
Composition, 208-210 Retardateur, 187
Focale, 174 Rotule pour trépied, 251
Macrophotographie, 238
Paysages, 154-156
Photo d'action, 94-95 s
Portraits, 115-116, 135
Sac photo, 256-257
Vl Réglages de l'ouverture, 47
~ Sensibilité ISO, 7
e>- Basses lumières, 182-185, 200
UJ
,-1 Bruit, 7, 8, 144-145, 182-184
,-1
0
N
Q-R Mode Automatique, 58
@ Qualité de la lumière, 75-77, 80 Paysages, 144-145
.....,
~
Ol
·;::
Réduction Photo d'action, 93, 95-96
>
a. Des yeux rouges, 194-195, 201 Plage étendue, 184-185
0
u Du bruit numérique, 145, 182-184, Point de départ, 43
189, 190 Portée du flash intégré, 191
Reflets Priorité, 43
Dans le verre, 198 Réglages automatiques, 8, 95-96
Déclencheur à distance, 199, 253 Triangle d'exposition, 10-11
Du miroir, 210 Silhouette et sujet à contre-jour, 49

268
INDEX

Silver Efex Pro (plug-in), 152 Trépied


Sous-exposition, 12-13, 29 Triangle d'exposition, 6
Sport, voir Photographie d'action TTL, 192
Stabilisation d'image (Image Tube allonge, 253-254
Stabilisation-IS), 143, 185
Surexposition, 12, 148, 149
Synchronisation V
Deuxième rideau, 195-197, 201
Valeur de diaphragme, 9, 10-11,
Du flash, 190, 192, 195-197
voir aussi Réglage de l'ouverture
Premier rideau, 195, 197
Verrouiller ou mémoriser l'exposition,
Système autofocus, 187
119-120, 231, 233
Systèmes de mesure
Vitesse d'obturation, 1O
Charte de gris, 26, 27
Description, 22-24 Photo d'action, 46, 88, 91-93
Modes de mesure, 25-27 Priorité vitesse, 44-46
Prise de vue à main levée, 185,
200
T Sujets mobiles, 46, 88, 91-93
Synchronisation du flash, 190, 192
Teintes Trépied, 142
Chaudes, 154 Triangle d'exposition, 6
Froides, 154
Vitesse du sujet, 90
Téléobjectif, 91, 106, 174
Température de couleur, 30-31, 154
Tête Y-Z
Caractéristiques à prendre en
compte, 143, 250-252 Yeux
De trépied à verrouillage rapide, Réduction des yeux rouges, 194-
252 195
Images à plage dynamique étendue, Reflets de lumière, 124, 125
Vl
~ 170 Mise au point, 120-121
e>- Macrophotographie, 238 Zoom
UJ
.--c
.--c
Panoramique, 252 Écran LCD, 92
0
N Paysages, 143, 154, 157, 158 En cours de déclenchement, 241-
@ Photographies en basse lumière, 189 242
....,
~
O'I Stabilité, 143 Objectif à focale variable, 241
ï:::
>-
a.
0
u

269
Ill
Q)

0
'-
>-
UJ
,.-1
,.-1
0
N
@
......
..c
Ol
·c
>-
a.
0
u
Dans la collection « Pratique photo »

Vl
..9:!
0.....
>-
UJ
,.-l
,.-l
0
N
@
.......
..c
Ol
ï::::
>- Composition
a.
0 Laurie Excell
u
David Batdorff
Rick Rickman
Steve Simon

Éditions Eyrolles, 2011 - ISBN: 978-2-212-13251 -9


Vl
Q)

e>
UJ
.-i
.-i
0
N
@
.......
.!:
Ol
ï::::
>
a.
0
u
Vl
~
e>-
UJ
,.-1
,.-1
0
Adaptation de la maquette et mise en pages : Cyrille de Swetschin
N
@
.....,
~
Ol
·;::
>
a.
0
u

Vous aimerez peut-être aussi