Vous êtes sur la page 1sur 5

Multivibrateur astable à A.I.L.

I- Introduction :

Une structure astable est un dispositif électronique générant de manière autonome un signal périodique rectangulaire évoluant entre deux états stables. Une telle structure est appelée ‘Multivibrateur astable’ ou oscillateur astable.

Multivibrateur

astable

U S

U S

V SAT

V SAT

Multivibrateur astable U S U S V SAT − V SAT t Une structure astable peut

t

Une structure astable peut être réalisée de différentes manières, à l’aide :

- d’un amplificateur opérationnel,

- d’un circuit multivibrateur type NE 555,

- de portes logiques associées à des composants passifs,

- directement à partir d’un circuit spécialisé.

II- Astable utilisant un A.I.L. :

La structure astable sera bâtie à partir d’un A.I.L. câblé en comparateur à hystérésis (bascule de Schmitt) associé à une cellule RC. L’A.I.L. fonctionne donc en commutation (régime saturé).

Le schéma structurel d’un tel dispositif est le suivant :

u C

R 1

Bascule de Schmitt i − E − ∞ E + i + C u S
Bascule de Schmitt
i −
E
E
+
i +
C
u S
R 2
u 3
R 3

Notre objectif est le suivant :

- démontrer que ce dispositif génère bien un signal périodique rectangulaire,

- calculer la fréquence du signal de sortie u S en fonction de la valeur des composants R 1 , R 2 , R 3 et C.

III - Étude du multivibrateur :

1) Démontrons que u S est un signal rectangulaire :

a) Il convient de rappeler tout d’abord que :

puisque l’A.I.L. fonctionne en commutation, la tension de sortie u S ne peut prendre que deux valeurs : +V SAT et V SAT .

l’A.I.L. compare les tensions u C et u 3 ; u C étant appliquée à l’entrée E de l’A.I.L.

et u 3 à l’entrée E + , on a :

u C > u 3 u S = V SAT

u C < u 3 u S = +V SAT

b) Déterminons l’expression de la tension u 3 :

L’intensité du courant i + étant pratiquement nulle, les résistances R 2 et R 3 forment un pont diviseur de tension tel que :

u 3 =

R

3

R

2

+

R

3

u

S

Or u S = ± V SAT , de ce fait, la tension

points de basculement haut et bas (notés T H et T B ) de la bascule de Schmitt :

u 3 peut prendre deux valeurs correspondant aux deux

u 3 = T Η =

R

3

R

2

+

R

3

V SAT

ou

u 3 = T Β =

R

3

R

2

+

R

3

V

SAT

T H et T B sont les valeurs particulières de U c pour lesquelles la tension U S bascule (effectue une transition).

c) Étude à l’instant t = 0 :

L’instant t = 0 correspond à la mise sous tension du dispositif. Le condensateur est donc totalement déchargé, la tension à ses bornes est nulle, on a u C = 0 volt.

Par contre, il n’est pas possible de déterminer à l’instant t = 0, la valeur de la tension u S . R

Hypothèse : Posons

u S = +V SAT , on a alors u 3 = T H =

3

R

2

+

R

3

V

SAT

Dans ce cas, (u C = 0) < (u 3 = T H )

u S = +V SAT

Hypothèse validée

d)

Charge du condensateur :

Puisque u S = +V SAT , le condensateur C se charge à travers la résistance R 1 , la tension u C augmente. Lorsque u C atteint et dépasse la valeur de la tension T H , on a u C > (u 3 = T H ), l’A.I.L. bascule,

la tension de sortie u S vaut :

u S = −V SAT
u S = −V SAT

Le condensateur cesse sa charge.

e) Décharge du condensateur :

Puisque u S = V SAT , le condensateur se décharge à travers la résistance R 1 (ou se charge vers le potentiel négatif V SAT ). Lorsque qu’il est totalement déchargé, on a toujours (u C = 0) > (u 3 = T B ), le condensateur se

charge négativement (la tension u C devient négative).

Lorsque u C atteint et devient inférieure à la valeur de la tension T B , on a u C < (u 3 = T B ),

vaut :

l’A.I.L. cesse sa décharge, il bascule de nouveau, la tension de sortie u S

u S = +V SAT

Le fonctionnement se reproduit ensuite de manière identique, le signal U S est périodique.

f) Représentation graphique des variations des tensions u S et u C en fonction du temps :

Les variations des tensions u S et u C en fonction du temps se résument comme suit :

u C

Us

V SAT

T H

T B

V SAT

T

t D t C
t D
t C

2) Calculons la période T du signal u S :

t

t D t C 2) Calculons la période T du signal u S : t On

On a T = t C + t D . Les durées t C et t D correspondent aux durées de charge et de décharge du condensateur C. Il faut déterminer leur expression.

Il convient de rappeler l’expression de la valeur instantanée de la tension aux bornes d’un condensateur, on démontre que :

Avec

t

u C (t) = V f

+ (V i - V f )

e

τ

V i la tension initiale aux bornes du condensateur au début de l’instant considéré,

V f la tension finale aux bornes du condensateur si celui-ci poursuivait sa charge (ou

sa décharge) jusqu’à son terme. Cette valeur est aussi appelée ‘Tension asymptotique’.

Cette relation est parfois donnée sous la forme :

Avec A = V f et B = (V i - V f ).

u C (t) = A + B e

t

τ

a) Calcul de t C :

t C

Utilisons la relation u C (t C ) = V f + (V i V f ) e

Il faut remplacer les variables u C (t C ), V i et V f par leur valeur dans le contexte d’étude :

τ

* à la fin de la durée t C , la tension aux bornes du condensateur vaut u C = T H ,

* au début de la durée t C , la tension aux bornes du condensateur vaut V i = T B ,

* si le condensateur se chargeait complètement, on aurait V f

= +V SAT .

t C

La relation de départ devient : T H = V SAT + (T B V SAT ) e R

V

τ

R

Or

T H =

3

R

2

+

R

3

R

3

R

2

+

R

3

R

3

R

2

R

2

+ 2

+

R

R

3

3

R

2

et

T Β =

R

2

3

+

R

3

V

SAT

 

R

3

V

V

t C

τ

R

2

+

R

3

SAT

SAT

e

 

= 1 +

⎛ − 1

+

R

⎜ −

R

2

3

R

3

e

t C

τ

 

t C = R 1 C ln

R

2

+ 2

R

3

 

R

2

 

SAT

De ce fait, on a :

V SAT = V SAT +

En simplifiant par V SAT , on a :

En résultat, on a : t C = τ ln

En posant R 2 = R 3 , on a :

t C = R 1 C ln 3

b) Calcul de t D :

On a t D = t C puisque la constante de temps τ en charge est la même que celle en décharge. Nous pouvons quand même le vérifier par le calcul :

t D

De même, utilisons la relation u C (t D ) = V f + (V i V f ) e

En remplaçant les variables u C (t C ), V i et V f par leur valeur dans le contexte d’étude, on a :

τ

t D

T B = V SAT + [T H (V SAT )] e R

De même

T H =

3

R

2

+

R

3

τ

V SAT et T Β =

R

3

R

2

+

R

3

V

SAT

− t D R R ⎞ 3 3 De ce fait, on a : −
− t D
R
R
3
3
De ce fait, on a : −
V
+ V
τ
e
V SAT = −V SAT +
SAT
SAT
R
+ R
⎝ R
+ R
2
3
2
3
− t D
R
3
En simplifiant par V SAT , on a :
= −1 +
R
3
+ 1
e
τ
R
+ R
⎝ R
+
R
2
3
2
3
2 + 2
R
+ 2
R
R 3
2
3
En résultat, on a bien t D = τ ln R
t D = R 1 C ln
R
R
2
2
Soit encore, en posant R 2 = R 3 , on a :
t D = R 1 C ln 3
c) Calcul de la période T :
On a T = t C + t D , soit encore T = τ ln 3 + τ ln 3
T = 2τ ln 3
Dans notre exemple, τ = R 1 C
T = 2R 1 C ln 3
3) Rapport cyclique ϕ du signal
u S :
On appelle rapport cyclique ϕ d’un signal astable le rapport de la durée de l’état haut du signal
sur la période.
t
C
Dans le cas particulier de l’astable étudié, le signal u S a pour rapport cyclique
: ϕ =
T
t
1
t C
t C
Or, comme t C = t D , ϕ s’écrit :
ϕ =
=
=
C ϕ
=
T t
+ t
2 t
C 2
C
D