Vous êtes sur la page 1sur 7

MedHyg.ch http://titan.medhyg.ch/mh/formation/print.php3?

sid=21550

Revue Médicale Suisse


La prise en charge de la douleur par
l’hypnose : expérience du groupe d’hypnose
des Hôpitaux universitaires de Genève

Auteur : Ph. Bourgeois T. Chamaa A. Forster V. Piguet

Numéro : 2356
Sujet: Douleur

L’hypnose médicale est une relation médecin-patient qui se déroule dans un


état de conscience modifié. Ce n’est pas une thérapie douce ou alternative et sa
pratique nécessite de la part du thérapeute une formation adéquate et
reconnue. Si l’effet antalgique de l’hypnose est clairement démontré par de
nombreuses études, les mécanismes neurologiques sous-tendant les réponses
aux suggestions hypnotiques antalgiques sont encore peu clairs. Dans le cadre
de la douleur aiguë, l’hypnose peut permettre d’effectuer des gestes
diagnostiques ou thérapeutiques douloureux en épargnant ou diminuant la
consommation d’antalgiques. Lors de douleurs chroniques, l’hypnose et la
pratique de l’auto-hypnose donnent au patient un moyen personnel de mieux
les gérer dans les activités quotidiennes. L’hypnose ne constitue pas en
elle-même une thérapie, mais s’inscrit dans une prise en charge globale de la
douleur.

L'hypnose clinique
L'hypnose clinique est une relation ou une interaction patient-thérapeute qui se déroule
dans un état de conscience modifié. La forme que prend la transe, ses caractéristiques,
sa profondeur, son impact dépendent du contexte social et culturel, des attentes du
sujet, de ses ressources, de ses mécanismes habituels pour faire face (coping) et de son
propre «talent» pour l'hypnose. Elle fait partie de la médecine psychosociale et ne
constitue pas en elle-même une thérapie. Elle ne fait pas partie des médecines
parallèles ou complémentaires et n'a rien à voir avec des médecines douces sans
danger. En effet, sa mise en œuvre maladroite ou sans les compétences requises peut
entraîner des complications parfois sérieuses.

Sur le plan phénoménologique, elle a une série d'effets que l'on peut utiliser comme
adjuvants ou dynamisants dans une perspective thérapeutique (tableau 1) et d'une
manière plus générale, l'hypnose peut renforcer l'influence des facteurs thérapeutiques
non spécifiques (dynamisation de la relation, création d'espoir, attente positive d'un
changement, etc.)

1 de 7 14/03/2012 12:16
MedHyg.ch http://titan.medhyg.ch/mh/formation/print.php3?sid=21550

Tous les domaines de la médecine sans exception peuvent bénéficier de l'apport de


l'hypnose, qu'il s'agisse de l'amélioration du confort du patient lors d'investigations
longues ou douloureuses par une détente agréable ou une analgésie, ou de la correction
de nombreux troubles fonctionnels, sans parler des approches plus
psychothérapeutiques, par exemple en psychotraumatologie. Mais c'est depuis
longtemps le traitement de la douleur qui constitue le domaine privilégié de l'hypnose.1

Hypnose et douleur
La douleur est un phénomène complexe qui est la conséquence directe d'une perception
sensorielle intégrée au sein du système nerveux central et modulée par de multiples
paramètres émotionnels, cognitifs, environnementaux et culturels. Si l'effet antalgique
de l'hypnose est clairement démontré par de nombreuses études tant expérimentales
que cliniques, les mécanismes neurologiques sous-tendant les réponses aux suggestions
hypnotiques antalgiques sont encore peu clairs. Deux écoles théoriques tentent
d'expliquer les mécanismes psychologiques, l'une suggère que l'analgésie provient d'une
dissociation lors de l'état de conscience modifiée alors que l'autre propose un modèle
cognitivo-comportemental, soulignant la compliance du sujet à l'expérience.2 Du point
de vue physiologique, plusieurs études conduites chez des volontaires sains incluant
divers types de stimuli nociceptifs expérimentaux ont montré, en plus d'une diminution
de l'intensité et du caractère désagréable de la douleur, une diminution par exemple du
réflexe nociceptif de retrait R-III ou de l'amplitude des potentiels évoqués
somesthésiques.3,4 Une étude expérimentale incluant l'imagerie cérébrale fonctionnelle
a montré une diminution du désagrément provoqué par une stimulation thermique
chaude à la suite de suggestions tendant à diminuer le caractère désagréable de la
douleur, sans changer la perception de l'intensité.5 La modulation hypnotique du
désagrément de la douleur était corrélée à des modifications de l'activité dans le cortex
cingulaire antérieur sans modification d'activité des autres aires corticales activées lors
de stimulations douloureuses, comme les aires somesthésiques. L'induction d'une
hypnose neutre, sans suggestions, n'a pas conduit à des modifications significatives de
l'activité corticale y compris dans le cortex cingulaire antérieur, ainsi qu'à des
changements de l'évaluation du désagrément ou de l'intensité de la douleur. Ces
résultats suggèrent qu'en présence de processus compétitifs, la prééminence de la
douleur est probable à moins que des suggestions additionnelles faisant intervenir des
efforts d'attention, de visualisation et/ou de mémoire par exemple soient utilisées.6

Les résultats d'une autre étude, utilisant des suggestions hypnotiques faisant appel à la
mémoire et à la visualisation d'expériences personnelles plaisantes évitant ainsi une
focalisation sur le caractère désagréable de la douleur, ont montré que la diminution du
caractère désagréable ainsi que de l'intensité douloureuse décrite par les sujets était
également corrélée à une modulation d'activité du cortex cingulaire antérieur.7 Il faut
relever que les suggestions hypnotiques de ces deux études font appel dans l'hypnose

2 de 7 14/03/2012 12:16
MedHyg.ch http://titan.medhyg.ch/mh/formation/print.php3?sid=21550

soit à une focalisation de l'attention pour la première étude, soit à la mémoire et à la


visualisation pour la seconde, deux phénomènes psychologiques qui pourraient en
eux-mêmes moduler la perception douloureuse.8

Une revue récente de la littérature9 confirme l'efficacité «modérée à importante» de


l'hypnose en analgésie. Elle apporte un plus non négligeable dans certains cas de
douleurs chroniques en s'adressant à la perception douloureuse elle-même. Les
techniques les plus couramment utilisées en hypno-analgésie font appel à une
suggestion directe d'anesthésie (hallucination négative d'insensibilité) ou d'analgésie
(distorsion de la perception ou un remplacement par une autre sensation), un
déplacement de la douleur ou une dissociation.10

De plus, dans des cas bien précis, l'hypnose est un moyen d'investigation permettant de
comprendre rapidement les conflits, fantasmes ou difficultés relationnelles à l'origine
d'une douleur ou de sa persistance.11

La gestion de la douleur par l'anesthésiste


Le traitement de la douleur est une des activités principales de l'anesthésiste, que la
douleur soit aiguë dans la phase préopératoire, par exemple lors d'accueil en urgence
de patients traumatisés, ou dans la phase per- et postopératoire ou qu'elle soit
chronique, l'anesthésiste faisant généralement partie de l'équipe multidisciplinaire des
«centres de la douleur». Cependant, malgré l'amélioration des connaissances des
mécanismes de la douleur, du développement de la pharmacologie et des techniques
antalgiques, le traitement de la douleur reste un problème mal résolu puisqu'il a par
exemple été rapporté récemment que près de 50% des patients ont présenté des
douleurs postopératoires sévères.12

Face à ce constat, il apparaît de plus en plus logique et légitime qu'un nombre croissant
d'anesthésistes s'intéressent, en plus de l'approche pharmacologique, à une approche
plus globale du traitement de la douleur, dont l'efficacité a été rapportée il y a plus de
30 ans.13 Cette approche, dont fait partie l'hypnose, doit être considérée comme une
approche complémentaire et non de substitution.

L'hypno-anesthésie ou hypno-analgésie «formelle» est une approche où le phénomène


hypnotique est explicité en établissant un contrat qui fixe des objectifs précis pour
obtenir le consentement éclairé du patient. Cette méthode est particulièrement indiquée
lorsque plusieurs interventions et anesthésies sont programmées chez le même patient,
comme par exemple des pansements chez les brûlés ou des débridements de plaies chez
les traumatisés. L'apprentissage de l'auto-hypnose, après 3-4 séances d'hétéro-
hypnose, permet généralement au patient de se rendre rapidement autonome, et donc
d'assumer ses traitements douloureux sans la présence d'un hypnothérapeute. Il ressort
de notre expérience que cette approche diminue de façon significative les besoins en
antalgiques et par conséquent leurs effets secondaires, et permet aux patients de
devenir plus actifs, donc plus participatifs à leur traitement et d'acquérir au fil du
traitement une plus grande estime d'eux-mêmes et une meilleure capacité à affronter
et à surmonter leur problème de santé.

L'hypnose «informelle», qui est une méthode où des techniques hypnotiques sont
utilisées sans que soit explicitement évoqué le terme d'hypnose peut, ou devrait, être
pratiquée en anesthésiologie de façon routinière pratiquement chez tous les patients. Le
fondement de cette approche est basé sur l'observation que le stress induit par une
douleur, ou par tout acte chirurgical ou anesthésique, provoque une modification de
l'état de conscience similaire à celui observé dans la transe hypnotique en augmentant
ainsi la suggestibilité. Cet état «hypnoïde» spontané, qui peut être aussi induit par la
simple hospitalisation, devient thérapeutique et efficace pour autant d'une part qu'il soit
reconnu, et d'autre part, que des suggestions positives et réconfortantes soient données
au patient. Bien entendu, si cet état «hypnoïde» n'est pas reconnu, un discours ambigu
ou perçu négativement peut être mal interprété, et avoir des effets délétères surtout si

3 de 7 14/03/2012 12:16
MedHyg.ch http://titan.medhyg.ch/mh/formation/print.php3?sid=21550

des négations sont employées, comme par exemple : «vous n'aurez pas de nausées, pas
de douleurs». En effet, comment ne peut-on pas penser à un éléphant rose lorsqu'on
vous dit : «ne pensez pas à un éléphant rose».

L'anesthésiste a probablement une position privilégiée pour traiter de façon


complémentaire la douleur de façon non pharmacologique, notamment avec l'hypnose.
En effet, le fait de pratiquer son activité dans le milieu chirurgical en y développant des
techniques qui permettent de supporter des stimuli douloureux intenses, le rend plus
crédible et crée une attente positive auprès des patients, ceci d'autant plus que la
majorité d'entre eux sont dans un état «hypnoïde» spontané.

L'intérêt des anesthésistes n'est pas fortuit ni nouveau historiquement.14 Outre le fait
qu'il s'adresse au problème de la douleur, l'anesthésiste est concerné, comme le
praticien de l'hypnose, par les états de conscience modifiés qu'il induit pour modifier les
perceptions ; il est à l'aise dans cette relation particulière avec un patient «endormi»
dans une relation apparemment à sens unique.

La gestion de la douleur par le généraliste


L'utilisation de l'hypnose en pratique médicale ambulatoire fait partie d'une approche
globale intégrant les dimensions psychosociales à l'évaluation clinique et technique. La
palette thérapeutique du praticien de premier recours s'enrichit ainsi d'un moyen non
invasif dont les indications dans ce cadre sont assez nombreuses.15

Pour le généraliste, la gestion de la douleur par l'hypnose ne peut se passer au


préalable d'un examen clinique détaillé et des investigations complémentaires
nécessaires pour exclure toute pathologie traitable par des méthodes incisives,
médicamenteuses ou chirurgicales, tels une méningite ou un tunnel carpien pour
prendre des exemples d'une douleur aiguë et chronique. Dans un deuxième temps, il
n'est pas exclu de recourir à l'hypnose pour alléger des céphalées ou des dysesthésies
résiduelles liées aux pathologies précitées.

On peut facilement distinguer l'application de l'hypnose dans le cadre de l'urgence de


celle qu'on envisage dans les situations chroniques. En effet, l'induction hypnotique
dans la première situation est facilitée, en général, par l'état de choc émotionnel lié aux
circonstances de l'accident. L'entrée en matière par rapport à l'hypnose peut se faire
d'une façon tacite, sans l'annoncer au patient en tant que telle, ce qui donne au
praticien une liberté d'action correspondant à la diligence exigée par l'urgence (vignette
1).

Vignette 1

Une jeune femme de 17 ans s'est présentée avec une importante plaie jugale droite de
3 cm d'origine accidentelle. En larmes, elle présentait un choc émotionnel assez
important. La suture envisagée nécessitait naturellement une injection d'anesthésie
locale, ce que la patiente refusa catégoriquement. L'idée d'approcher une aiguille avec
une seringue de son visage lui provoquait un état d'anxiété insurmontable. Elle
exprimait une phobie spécifique des injections liée à une expérience traumatisante d'un
acte médical forcé dans l'enfance. Par contre, l'idée de percer la peau avec l'aiguille
courbée attachée au fil de suture ne lui présentait aucune source d'angoisse. Ce genre
d'aiguille n'avait aucune représentation négative pour elle. Elle insistait sur son refus de
l'injection anesthésiante et sur le choix de «ne rien faire d'autre qu'un pansement»,
malgré les explications du risque d'une cicatrisation béante et mutilante. Le choix d'une
anesthésie par l'hypnose s'avéra payant. La patiente se calma progressivement sous les
suggestions de détente et d'antalgie. L'induction hypnotique était facilitée par le choc
émotionnel. Le désinfectant local appliqué pour préparer la plaie à la suture avait une
température relativement froide, ce qui a été utilisé comme consigne hypnotique pour
renforcer la sensation de froid «anesthésiant». La suture a pu ainsi être réalisée, la

4 de 7 14/03/2012 12:16
MedHyg.ch http://titan.medhyg.ch/mh/formation/print.php3?sid=21550

patiente étant toujours assise sur le bord du lit, sans aucune anesthésie locale, dans un
territoire très sensible, celui du nerf trijumeaux.16

Quant aux situations chroniques, un entretien préalable impliquant l'anamnèse


détaillée, les antécédents personnels et familiaux, en passant par les hobbies et les
phobies éventuels, est indispensable à l'entrée en matière, explicite, de l'hypnose. Les
attentes doivent être tempérées permettant au patient de prendre sa part de
responsabilité et de contrôle. La durée de la prise en charge doit être planifiée dans le
temps : un plan thérapeutique peut être dressé dès la première consultation. Les
objectifs sont clairement fixés et une «pause» d'évaluation du travail accompli par
l'hypnose doit être également programmée après un certain nombre de séances
(vignette 2). Le dénominateur commun des cas précités est celui de l'écoute active. Le
rejet par le patient de l'intervention médicale proposée, explicite (injection
d'anesthésiant) ou implicite (gastroscopies itératives), est à chaque fois un élément-clé
qui conduit vers les causes : des circonstances psycho-affectives et des expériences du
vécu du patient. Pour la patiente de la première vignette, c'est l'injection forcée de
l'enfance, une phobie iatrogène assez fréquente. La phobie a pour objet la nature de
l'acte médical et non l'approche d'une aiguille en tant que telle ; l'aiguille de suture a pu
être utilisée sans contrainte mais sous hypnose. Le patient de la deuxième vignette est
l'exemple d'une douleur chronique dont le substrat organique est prouvé à chaque
récidive. Le processus pathogène, à l'origine des récidives, est celui d'un stress lié à un
conflit familial non résolu. L'hypnose a donné au patient les moyens de remonter à la
source du problème, de le verbaliser et d'y trouver une solution.

Vignette 2

Un homme de 27 ans s'est présenté avec des épigastralgies chroniques depuis deux ans.
Le diagnostic d'un ulcère gastrique avait été objectivé à deux reprises par deux
gastroscopies effectuées durant les 18 mois précédant la consultation. Le bilan
gastroentérologique avait conclu à un ulcère récidivant sans surinfection par
Helicobacter pylori ce qui avait conduit à un traitement de type anti-H2 . A chaque arrêt
de traitement, les douleurs réapparaissaient motivant la reprise du traitement. Le
patient se plaignait de la prise ininterrompue des médicaments et exprimait une
frustration face à une telle dépendance à son âge. Ses antécédents étaient simples et il
ne souffrait pas d'autres problèmes chroniques. D'emblée, l'hypnose lui a été présentée
comme une aide et non comme un traitement pouvant remplacer la prise
médicamenteuse. Les deux premières séances, à un intervalle d'une semaine, ont visé à
retrouver l'équilibre digestif de la période précédant l'apparition des symptômes.
Aucune consigne hypnotique de diminution ou d'annulation de la douleur n'a été
exprimée devant le risque de manipuler un signal d'alarme au détriment d'une
perforation potentielle d'un ulcère prouvé. A la fin de la deuxième séance, le patient
parlait d'un conflit familial avec son père, concomitant à l'apparition des symptômes
digestifs. A la troisième consultation, le patient était plus calme et décrivait une
amélioration de son sommeil. Il signala également une prise intermittente de son
traitement anti-H2 , par oubli, sans douleurs alarmantes. La troisième séance visait la
recherche «d'un équilibre nouveau» toujours sans faire allusion à la douleur d'une façon
directe. Deux semaines plus tard, le patient raconta sa rencontre avec son père après la
longue période de rupture. Il signalait également un espacement de la prise des anti-H2
sans récidive des douleurs épigastriques. Deux autres séances ont visé le renforcement
global de «l'équilibre retrouvé». Un an et demi s'est passé avant qu'un début de récidive
des épigastralgies n'apparaisse dans un contexte de stress professionnel. Une séance de
«rappel» a permis de «retrouver l'équilibre» et jugulé la symptomatologie sans recours
à la médication. La catamnèse à quatre ans est toujours sans signes de récidive.

5 de 7 14/03/2012 12:16
MedHyg.ch http://titan.medhyg.ch/mh/formation/print.php3?sid=21550

Chez un certain nombre de patients particulièrement «doués» pour l'hypnose,


l'apprentissage de l'auto-hypnose pour une douleur chronique doit se faire avec
certaines précautions. En effet, ayant apprécié l'efficacité de l'état hypnotique, il n'est
pas difficile à de tels patients de recourir à l'auto-hypnose pour atténuer des douleurs
dont le diagnostic n'a pas été encore établi.

Chez les praticiens de premier recours, l'importance de la douleur comme motif majeur
de consultation associée à l'augmentation des problèmes psychosomatiques amène à
envisager de développer l'hypnose dans ces domaines. A cela peut aussi s'ajouter une
dimension économique, cette dernière étant devenue une préoccupation majeure ces
dernières années. Les exemples précités démontrent, indirectement, des économies
réelles ou potentielles liées à l'utilisation de l'hypnose. En effet, le jeune patient n'a
plus nécessité de gastroscopie, et pour la jeune femme, le coût d'une anesthésie locale
a pu être épargné.

Conclusion
Si l'efficacité antalgique de l'hypnose est reconnue depuis de nombreuses années en
clinique, ce n'est que récemment que des études expérimentales utilisant des méthodes
d'investigation pointues viennent le confirmer et tentent d'élucider les mécanismes
sous-tendant les effets des suggestions hypnotiques.

En pratique clinique, le thérapeute, par des suggestions adaptées au patient et à la


situation clinique, peut modifier les perceptions douloureuses pour obtenir selon les
besoins : une anesthésie en vue d'un geste diagnostique ou thérapeutique ou une
antalgie permettant une meilleure gestion des douleurs dans le quotidien. L'hypnose,
n'étant pas une thérapie en soi, s'insère dans une prise en charge globale de la douleur,
elle ne doit pas être considérée comme unique moyen «magique» contre la douleur.
Cette approche doit être utilisée par des thérapeutes formés non seulement aux
diverses techniques mais également à l'éthique telle que définie par la Société
internationale d'hypnose.

Dans le but de promouvoir cette philosophie de l'hypnose médicale, des praticiens


hospitaliers et extra-hospitaliers ainsi que des psychologues ont formé le «Groupe
d'hypnose des Hôpitaux universitaires de Genève». Il faut relever que, contrairement à
ce qui s'est passé ailleurs en Suisse, et même en Europe, où l'hypnose s'est propagée
surtout en marge des milieux universitaires, la démarche genevoise a eu le privilège de
pouvoir se développer dans des départements universitaires. Les membres de ce groupe
se réunissent régulièrement pour discuter de façon multidisciplinaire de situations
cliniques difficiles et partager des projets de recherche. Les membres formateurs du
groupe assurent également une formation pour l'obtention du certificat d'aptitude
technique pour l'exercice de l'hypnose médicale reconnu par la FMH. W

Bibliographie : 1 Chaves JF, Dworkin SF. Hypnotic control of pain : Historical perspectives and future prospects. Int J Clin Exp
Hypnosis 1997 ; 45 : 356-76. 2 Miller ME, Bowers KS. Hypnotic analgesia : Dissociated experience or dissociated control ? J Abn Psychol
1993 ; 102 : 29-38. 3 Kiernan BD, Dane JR, Phillips LH, Price DD. Hypnotic analgesia reduces R-III nociceptive reflex : Futher evidence
concerning multifactorial nature of hypnotic analgesia. Pain 1995 ; 60 : 39-47. 4 Arendt-Nielsen l, Zachariae R, Bjerring P. Quantitative
evaluation of hypnotically suggested hyperanesthesia and analgesia by painful laser stimulation. Pain 1990 ; 42 : 243-51. 5 Rainville P,
Duncan GH, Price DD, Carrier B, Bushnell MC. Pain affect encoded in human anterior cingulate but not somatosensory cortex. Science
1997 ; 277 : 968-71. 6 Rainville P, Hofbauer RK, Paus T, et al. Cerebral mechanisms of hypnotic induction and suggestion. J Cogn
Neurosci 1999 ; 11 : 110-25. 7 Faymonville ME, Laureys S, Degueldre C, et al. Neural mechanisms of antinociceptive effects of hypnosis.
Anaesthesiology 2000 ; 92 : 1257-67. 8 Garcia Larrea L, Laurent B, Convers P, Peyron R. Douleur, attention et émotions. Doul Analg 2001 ;
14 : 79-87. 9 Montgomery GH, DuHamel KN, Redd WH. A meta-analysis of hypnotically induced analgesia : How effective is hypnosis ?
Inter J Clin Exp Hypnosis 2000 ; 48 : 138-53. 10 Barber J. Hypnosis. In The management of pain. Philadelphia, London : Ed Bonica JJ, Lea
and Febiger, 1990 ; 1733-41. 11 Bourgeois Ph. Le contrôle de la douleur par l’hypnose : de la suggestion à la recherche du sens. Cahiers
Psychiatriques 1997 ; 24 : 151-5. 12 Brasseur L, Poisson-Salomon AS, Lory C, Chauvin M, Durieux P. Survey on postoperative pain
prevalence and severity in the french largest public hospital group. Br J Anaesth 1996 ; 76 : 129. 13 Egbert LD, Battit GE, Welch CE,
Barlett MK. Reduction of postoperative pain by encouragement and instruction of patients. N Engl J Med 1964 ; 270 : 825. 14 Winter A.
Ethereal epidemic : Mesmerism and the introduction of inhalation anesthesia to early Victorian London. Social History of Medicine 1991 ; 4 :
1-27. 15 Rhue WJ, Lynn SJ, Kirsch I. Handbook of clinical hypnosis. Washington DC : Ed. American Psycological Association, 1994. 16
Tucker K, Virnelli FR. The use of hypnosis as a tool in plastic surgery. Plast Reconstr Surg 1985 ; 76 : 140-6.

6 de 7 14/03/2012 12:16
MedHyg.ch http://titan.medhyg.ch/mh/formation/print.php3?sid=21550

Cet article vient de la Revue Médicale Suisse


revue.medhyg.ch

L'adresse de cet article est :


revue.medhyg.ch/article.php3?sid=21550

7 de 7 14/03/2012 12:16